Vous êtes sur la page 1sur 270
VandanaShiva Leterrorisme alimentaire COMMENTLESMULTINATIONALES

VandanaShiva

Leterrorisme

alimentaire

COMMENTLESMULTINATIONALES

AFFAMENTLETIERSMONDE

Traduitdel’anglaisparMarcelBlanc

Fayard

©LibrairieArthèmeFayard,2001,pourlaprésentetraduction.

Introduction

Aucoursdesdeuxdernièresdécennies,tousles

débatsdanslesquelsjemesuistrouvéeengagéeentant

quemilitanteécologisteetphilosophedelanatureont

révéléquela«croissance»,tellequ’elleestvouluepar

l’économieindustrielle,estenréalitéuneformedevol

commisaudétrimentdelanatureetdesgens.

Certes,abattredesforêtsouconvertirdesforêts

naturellesenmonoculturesdepinsoud’eucalyptusqui

servirontdematièrespremièrespourl’industrie

engendredesrevenusetsuscitelacroissance

économique.Maiscelle-ciestalorsfondéesurune

violencefaiteàlaforêt:cettedernièresetrouve

dépouilléedesabiodiversitéetdesacapacitéàpréserver

lessolsetl’eau.Autrementdit,danslesconditions

imposéesparcestyledecroissance,nousnepouvons

pluscomptersurlescommunautésbiotiques

constitutivesdesforêtspournousfournirdesaliments,

dufourrage,descombustibles,desfibres,dessubstances

thérapeutiques,etpournousprotégercontreles

inondationsetlessécheresses.

Laplupartdesspécialistesdel’écologie

scientifiquereconnaissentqueconvertiruneforêt

naturelleenunemonoculturereprésenteun

appauvrissement,maisbeaucoupd'entreeuxnevontpas

jusqu’àpenserlamêmechosedel’agriculturemoderne,

fondéesurl’emploimassifdumachinismeetdela

chimie.Selonunmytheinventéparl’économie

industrielle,puisentretenuparlaplupartdesspécialistes

4

officielsdel’écologiescientifiqueetdesorganisationsqui

sevouentaudéveloppement,cetyped’agricultureest

nécessairepouraccroîtrelesressourcesalimentaireset

diminuerlafaimdanslemonde.Nombreuxsontceux

quipensentégalementquecetteagricultureindustrielle

productivistepermetdeménagerlesressourceset,par

conséquent,depréserverlesespèces.Maisilenvadans

ledomainedel’agriculturecommedansceluide

l’exploitationdesforêts:l'illusiondelacroissancecache

unvolcommisaudétrimentdelanatureetquiaffecte

plusparticulièrementlespauvres.Souslemasquedela

croissancesedissimule,enfait,lacréationdelapénurie.

Cegenredevolnefaitques’amplifierdepuis

l’avènementdelamondialisationéconomique.Al’issue

desaccordsinternationauxconclusen1994lorsducycle

denégociationsdel’Uruguay(cycleorganiséparle

GATT)etàlasuitedelafondationen1995de

l’Organisationmondialeducommerce(OMC),onpeut

direqu’aétéinstitutionnaliséeetlégaliséelacroissance

voulueparlesfirmesindustrielles,unecroissancefondée

surlevoldesrichessesfourniesparlanatureet

traditionnellementrécoltéesparlesgens.L’Accordsur

lesdroitsdepropriétéintellectuelle,instituéparl’OMC,

interditlaconstitutionderéservesdesemencesparles

agriculteurs,demêmequel’échangedecesdernières

entrepaysans.L’Accordsurl’agriculturereconnaît

commelégalledéversement,surlesmarchésdetousles

pays,d’alimentsissusd’organismesgénétiquement

modifiésetinterditlesmesuresvisantàprotégerla

diversitéculturelleetbiologiquequiestàlabasedes

multiplessystèmesalimentairesexistantdeparle

monde.

5

Enréponseàlastratégiedel’OMC,un

mouvementantimondialisations’estconsidérablement

développé,etjesuisfièred’enfairepartie.Mesamisdu

Réseautiersmonde,parmilesquelsnotamment

ChakravartyRaghavan,etlesexcellentsanimateursdu

Foruminternationalsurlamondialisationluttent

courageusementensembleetdefaçoncréative,etontosé

mettreenquestionlamondialisationàuneépoqueoù

certainsparlaientde«findel’histoire».Globalement,

nousavonsvu,cesdernièresannées,lesmouvementsde

citoyenscontrelesmanipulationsgénétiquesetcontrela

mainmisedesfirmesindustriellessurl’agriculturefaire

passerlesdébatssurlesrisquesdugéniegénétiqueau

centredesdiscussionssurlecommerceetl’économie,

alorsqu’ilsavaientététenusjusque-làdansl’ombre.Que

cesoitàl’occasionducongrèsdeSaintLouissurla

destructiondelabiodiversité,lorsdesréférendums

suisseouautrichiensurlegéniegénétiqueouencorelors

dulancementdelacampagnepourunmoratoiredecinq

anssurlecommercedesproduitsissusdugénie

génétiqueauRoyaume-Uni,j’aitravailléaveccertaines

despersonneslespluscourageusesetlespluscréatives

denotreépoque,quisesontattaquéesauxentreprises

industriellesgéantesetlesontobligéesàréviserleurs

perspectivescommerciales.Cesfirmes,quimanipulaient

jusqu’icilesgouvernementscommedesimplespantinset

avaientcrééleursinstrumentsetleursinstitutions,telle

l’OMC,pourassurerleurpropreprotection,sont

maintenanttenuesdes’expliquerdevantlescitoyens

ordinaires.

6

BRÈVEHISTOIREDELALUTTECONTRE

LEVOLDESRICHESSESNATURELLES

En1987,laFondationDagHammarskjoldorganisa

uncolloquesurlesbiotechnologiesintitulé«Lesloisde

lavie».Lorsdecetteréunioncrucialefurentmisen

lumièredesproblèmesnouveauxquiallaientprendrede

l’importanceaucoursdesannéessuivantes:legénie

génétiqueetlesbrevets.Ilapparutclairementauxyeux

desparticipantsquelesfirmeschimiquesgéantesétaient

entraindesereconvertirdansles«sciencesdelavie»,et

queleurbutétaitdedominerl’agricultureparlebiaisdes

brevetssurlessemencesetlesplantes,dugénie

génétiqueetdesconcentrationsdecapitaux.C’estlorsde

cecolloquequej’aidécidédeconsacrerlaprochaine

décenniedemacarrièreàessayerd’empêcherlacréation

demonopolessurlavieetlesressourcesvivantes,àla

foispardesactionsderésistanceetparl’inventionde

solutionsalternatives.

Lapremièredesactionsquej’aimenéesfutde

lancerlemouvementintituléNavdanya,dontl’objectif

estdesauvegarderlessemences,deprotégerla

biodiversitéetdesoustrairel’agricultureetlessemences

àladominationdesmonopoles.Sousl’impulsiondece

mouvement,seizebanquesdesemencesauservicede

communautésagricolesontétéinstauréesdanssixÉtats

del’Inde.Navdanyacompteaujourd’huidesmilliersde

membresquipréserventlabiodiversité,pratiquentune

agriculturenerecourantpasàlachimie,etsesont

engagésàcontinuerdesauvegarderetdepartagerles

semencesettouslesélémentsdelabiodiversitéquela

7

natureetleursancêtresleurontdonnésenhéritage.La

constitutiondebanquesdesemencesparNavdanyaest

unepratiquequis’opposedirectementauxlois

définissantlesbrevets,pourlesquelleslasauvegardedes

semencesestundélit.

Lesloissurlesbrevetsapplicablesauxsemences,

quiontétéimposéesauxpaysparlesrèglesdel’OMC,ne

sontpasleseulbiaisparlequellesressourcesdutiers

mondesontpilléespourpermettreauxmultinationales

defairedesprofits.En1994,lescommunautés

villageoisesdesbordsdemerm’ontinvitéeàsoutenir

leurluttecontrel’élevageindustrieldescrevettes,activité

quiétaitentraindesedéveloppercommeuncancerle

longdes7000kilomètresdecôtesindiennes.Les

Jaganathan,uncoupleadmirable,danslestylede

Gandhi,menaientcontrelesélevagesdecrevettesune

«satyagraha»,c’est-à-direuneactiondirectenon

violente,afindestopperladestructiondesécosystèmes

côtiersetcelledescommunautésvillageoisesdescôtes.

Nousnoussommesregroupésavecd’autres-Bankey

BehariDasdel’Étatd’Orissa,TomKocherydel’Étatdu

Kerala,Jesurithinamdel’EtatduTamilNadu,Claude

Alvaresdel’EtatdeGoaetJacobDharmarajdel’Etat

d’AndhraPradesh-pourattaqueren1996l’élevage

industrieldescrevettesdevantlaCoursuprêmede

l’Inde.Celle-cinousdonnagaindecause,maislesfirmes

commercialescontinuentd’essayerd’annulerce

jugement.

Enaoût1998,j’aiassistéàlamiseenfaillitedela

productionindienned’huiledetableparl’introduction

massived’huiledesoja,selonunscénarioquel’onvoitse

répéterdanstouslessecteursdel’agricultureetdela

8

productionalimentaire.Desmouvementsdefemmeset

depaysanssesontopposésauximportationsd’huilede

sojasubventionnées;ilsréclamaientlemaintiendeleurs

revenusetdeleursmodesalimentairestraditionnels.Ce

faisant,ilsontmontréqu’unealimentationne

comportantaucunproduitissudugéniegénétiquen’est

pasunluxepourconsommateursriches.Elleestàlabase

dudroitàunealimentationsansrisques,accessibleàtous

etadaptéeauxcultureslocales.

En1998,le9août,jouroùl’oncommémore

officiellementdansnotrepayslemessage«Quittez

l’Inde»deGandhiadresséauxBritanniques,nousavons

entamélacampagne«Monsanto,quittel’Inde»,qui

dénoncelevolparlesgrandesfirmesdenossemenceset

denotrenourriture.Lemouvementcontrelesplanteset

lesalimentsissusdesmanipulationsgénétiques

représenteaujourd’huiunemobilisationcitoyenneà

l’échellemondiale,regroupantdespaysansetdes

consommateurs,desmilitantsetdesscientifiques.Le

présentlivreretraceàlafoisl’entreprisededestruction

parlesmultinationalesdessystèmesd’alimentationet

d’agriculturetraditionnels,etl’histoiredesmouvements

populairesderésistanceàcetteentreprise.

Nousvivonsuneépoquepassionnante.Commele

montrentlesexemplesrapportésdanscelivre,iln’estpas

inévitablequelesgrandesfirmesrégententdemainnotre

vieetdominentlemonde.Lespossibilitésquenous

avonsdefaçonnerl’avenirsontréelles.Nousavonsle

devoirécologiqueetsocialdenousassurerquenos

alimentsnesontpasissusduvoldesrichessesfournies

parlanature.

9

Enluttantpourcettecause,nousnousbattonsàla

foispourlalibertéhumaineetpourl’abolitionde

l’exploitationdetouteslesespèces.Quelquechose

d’aussisimpleetfondamentalquel’alimentationest

maintenantaucentredecesmouvementsdelibération

diversetmultiformesauxquelschacund’entrenousala

possibilitédeparticiper,quiquenoussoyons,oùque

nousnoustrouvions.

10

1

Lesressourcesalimentaires

mondialesconfisquées

Lesalimentsreprésententnotrebesoinleplus

fondamental:ilssontlamatièremêmedelavie.

SelonuneancienneUpanishadindienne:«Tout

cequinaît,naîtd'anna[lanourriture].Toutcequiexiste

surterrenaîtd'anna,vitd'annaetsetransformeàlafin

enanna.Laviea,envérité,commencéparannal.»

Plusde3,5millionsdepersonnessontmortesau

Bengalelorsdelafaminede1943,et20millionsen

souffrirentcruellement.Parlebiaisdusystèmecolonial

deprélèvementdelarentefoncière,lespaysansse

voyaient,àcetteépoque,extorquerleurrécoltede

céréales.Cesdernièresontcontinuéàêtreexportéesalors

quelesgenscommençaientàsouffrirdelafaim.Comme

leracontel’auteurbengaliKaliCharanGhosh,80000

tonnesdecéréalesfurentexportéesduBengaleen1943,

justeavantlafamine.Àcetteépoque,l’Indeservaitde

basederavitaillementàl’arméebritannique.«

D’énormesexportationsfurentautoriséespournourrir

lespopulationsd’autrespays,alorsmêmequelamenace

delafamineallongeaitsonombred’heureenheuresur

l’horizonindien2.»

Plusd’uncinquièmedelaproductionnationalede

l’Indefutdétournéafindesoutenirl’effortdeguerredes

11

Britanniques.LespaysansaffamésduBengalefurent

dépouillésdeplusdesdeuxtiersdelanourriturequ’ils

avaientproduite,cequilesobligeaàdoublerleursdettes.

Coupléàlaspéculation,àlathésaurisationetàla

réalisationdeprofitsexcessifsparlescommerçants,ce

phénomèneconduisitàuneprodigieuseaugmentation

desprix.Endéfinitive,lespauvresduBengalepayèrent

laguerremenéeparl’Empirebritanniquesouslaforme

d’unefamineetd’une«ruineensériedespaysans,des

pêcheursetdesartisansduBengale3».

LespaysansruinésconvergèrentsurCalcutta.Des

milliersdefemmessansressourcesseprostituèrent.Des

parentscommencèrentàvendreleursenfants.«Dansles

villages,onvitleschacalsetleschienssedisputerle

corpsd’êtreshumainsquin’étaientqu’àdemimorts4.»

Audébutdelacrise,desmilliersdefemmes

s’étaientorganiséesauBengalepourfairevaloirleur

droitàsenourrir.Danstoutecetterégion,ellesavaient

appeléàouvrirdavantagede«soupespopulaires»età

fairebaisserlesprixdesproduitsalimentaires5.

Aprèslafamine,lespaysansontaussicommencéà

s’organiser,etontmisenavantunerevendication

fondamentale:ledroitdegarderlesdeuxtiers(ou

tebhaga)deleurrécolte.Auplusfortdesonextension,le

«mouvementdutebhaga»,commeonl’aappelé,couvrit

dix-neufcantonsetconcernaitsixmillionsdepersonnes.

Lespaysansrefusaientqueleurrécolteleursoitvoléepar

lespropriétairesterriensetparlespercepteursattitrésde

l’Empirebritannique.DanstouslescoinsduBengale,les

paysansproclamaient:«Jandebotabudhandebone.On

peutnousprendrenotrevie,maisonnenousprendra

pasnotreriz.»DanslevillagedeThumniya,lapolice

12

arrêtadespaysansquirésistaient.Ilsfurentaccusésde«

volderizbrut6».

Undemi-siècleaprèslafamineduBengale,un

nouveausystèmeingénieuxaétémisenplace,quirend

encoreunefoislégallevoldesrichessesfourniesparla

nature,toutenqualifiantdedélitlefaitdevouloirles

garder.Derrièredestraitéscomplexessurlelibre-

échangesecachent,eneffet,denouvellesfaçonsdevoler

cesrichessesnaturellesquesontlessemencesetles

aliments.

LESFIRMESFONTMAINBASSESUR

L’ALIMENTATIONETL’AGRICULTURE

Pourracontercommentlamondialisationde

l’agricultureetlamainmisedesfirmessurl’alimentation

sontentraindedépouillerdesmillionsdepersonnesde

leursmoyensd’existenceetdeleurdroitàsenourrir,je

traiteiciprincipalementducasdel’Inde,parcequeje

suisindienneetquel’agricultureindienneest

particulièrementviséeparlesmultinationales.Puisque

75%delapopulationindiennetiresesmoyens

d’existencedel’agricultureetqu’unpaysansurquatre

danslemondeestindien,l’impactdelamondialisation

surl’agricultureindienneesttrèssignificatif.

Cependant,levoldesrichessesnaturellesn’estpas

unphénomènepropreàl’Inde.Ilestperpétrédanstous

lespaysoùlespetitesexploitationsetlespetitspaysans

sontpoussésàlaruine;oùlesmonoculturesremplacent

lespolyculturesfondéessurlabiodiversité;où

l’agriculture,dontlerôleétaitdeproduiredesaliments

nutritifsetvariés,devientunmarchépourlessemences

13

génétiquementmodifiées,lesherbicidesetlespesticides.

Tandisquelespaysans,cessantd’êtredesproducteurs,

deviennentdesimplesconsommateursdeproduitsà

usageagronomiquebrevetésparlesfirmes,queles

marchéslocauxetnationauxsontdétruitsauprofitdu

marchéinternational,lemythedulibre-échangeetde

l’économiemondialiséedevientlemoyenpourlesriches

dedépouillerlespauvresdeleurdroitàl’alimentationet

mêmedeleurdroitàlavie.Car70%delapopulation

mondialegagnesavieenproduisantdesbiens

alimentaires.Lamajoritédecespaysanssontdes

femmes.Enrevanche,danslespaysindustrialisés,les

paysansreprésententseulement2%delapopulation.

LASÛRETÉDEL’APPROVISIONNEMENT

ALIMENTAIREDÉPENDDESSEMENCES

Depuisdessiècles,lespaysansdutiersmonde

obtiennentdesvariétésnouvellesetnousprocurentcette

diversitédeplantescultivéesquiestàlabasedenotre

alimentation.Lespaysansindiensontainsisélectionné,

aufildessiècles,deuxcentmillevariétésderiz,

notammentlerizbasmati,lerizrouge,lerizbrunetleriz

noir.Ilsontobtenuunevariétéquiatteintcinqmètresde

hautdanslesplainesinondéesparleGange,etuneautre

supportantl’eausalée,capabledecroîtrelelongdes

côtes.Cettecapacitéinnovatricedontontfaitpreuveles

paysansjusqu’àaujourd’huines’estnullementarrêtée.

Ceuxquiparticipentànotremouvement,Navdanya,

dontl’objectifestdepréserverladiversitédessemences

propresànotrepays,continuentàsélectionnerde

nouvellesvariétés.

Lessemences,pourlespaysans,nesontpas

simplementlepointdedépartdelaprochainegénération

deplantesetdelaprochainerécolte.Ellesreprésentent

aussiunhéritageculturelethistorique.Ellesconstituent

lepremiermaillondelachaînealimentaireet,par

conséquent,laclégarantissantl’approvisionnement

alimentaire.

L’échangedessemencesàtitregratuitentre

paysanspermet,commeill’atoujoursfaitdanslepassé,

depréserverlabiodiversitéetdegarantir

l’approvisionnementalimentaire.Ilsefondesurla

coopérationetlaréciprocité.Unpaysanquidésire

échangerdessemencesdonnegénéralementautantde

semencesissuesdeseschampsqu’ilenreçoit.

L’échangeàtitregratuitentrepaysansvaplusloin

quelesimpletrocdesemences;ilmetenjeudes

échangesd'idéesetdeconnaissances,depratiques

socioculturellesetd’héritages.Ilconduitàaccumulerles

traditions,lessavoir-faireconcernantlessemences.Les

paysansquidésirentcultiverdenouvellesplantes

apprennentcomments’yprendreenlesregardant

pousserdansleschampsdesautrespaysans.

Lerizbrut(nondécortiqué)ou«paddy»possède

unevaleurreligieusedanslaplupartdesrégionsdenotre

paysetfaitl’objetderitesfondamentauxdanslaplupart

desfêtesreligieuses.Celled’Aktidansl’Étatde

Chattisgarh(aucentredel’Inde),oùsontcultivéesde

nombreusesvariantesdelasous-espèceduriz

dénomméeindica,estl’occasiondemettreenpratiqueles

diversprincipesquisontàlabasedelaconservationde

labiodiversité.Danslesuddel’Inde,lerizengrainsest

considérécommeporte-bonheurouakshanta.Onle

15

mélangeavecducurcumaetdukumkwnensignede

bénédiction.Ondonnedurizauxprêtres,etsouvent

aussidelanoixdecoco,ensignederévérencereligieuse.

D’autresplantesoccupentégalementuneplace

fondamentaledanslescérémoniesreligieuses(quecesoit

parleurssemences,leursfeuillesouleursfleurs):le

cocotier,lebétel,l'aréquier,leblé,l’éleusineetlepetit

millet,ledoliqueàfleursappariées,leharicotmungo,le

poischiche,lepoisd’Angola,lesésame,lacanneàsucre,

lasemencedejaquier,lacardamome,legingembre,les

bananiersetlegroseillieràmaquereau.

Oncommenceparrendreunculteauxnouvelles

semencesavantdelesplanter.Demême,onrendun

culteauxnouvellesrécoltesavantdelesconsommer.Les

fêtesquiontlieuavantlessemailles,demêmequeles

fêtesdelamoisson,quel’oncélèbredansleschamps,

soulignentleliend’intimitéquiunitlesêtreshumainsà

lanature7.Pourlepaysan,lechampreprésentelamère;

rendreunculteauchampestunsignedegratitudeque

l’onadresseàlaterre,laquelle,entantquemère,nourrit

lesmillionsdeformesvivantesquisontsesenfants.

Mais,aunomdenouveauxdroitsdepropriété

intellectuelle,quisontentraind'êtreappliquésaumonde

entierparlebiaisdeTOrganisationmondialedu

commerce(ils’agitdel’Accordsurlesdroitsdepropriété

intellectuelleliésaucommerce),lesfirmessontautorisées

àusurperlessavoirsaccumuléssurlessemencesetàles

monopoliserenlesrevendiquantcommeleurpropriété

privée.Àterme,celaconduiraàlamonopolisationdes

semenceselles-mêmesparlesfirmes.

UnefirmeaméricainetellequeRiceTecrevendique

desdroitssurlerizbasmati.Lesoja,quiestoriginairede

16

l’estdel’Asie,afaitl’objetd’unbrevetdelapartde

Calgene,unefirmedebiotechnologiedontMonsantoest

maintenantpropriétaire.Calgenepossèdeaussides

droitssurlamoutarde,uneplanteoriginairedel’Inde.

Lesagriculteursetlespaysanssontentraind’être

dépossédésdesproduitsdesièclesd’innovation

collective,àmesurequedesentreprisesaffirmentleur

droitdepropriétésurcessemencesetcesplantes8.

«LIBRE-ÉCHANGE»OU«COMMERCEFORCÉ»

Aujourd’hui,dixfirmescontrôlent32%du

marchédessemencescommercialisées-marchéévaluéà

23milliardsdedollars.Cesmêmesdixfirmes9contrôlent

100%dumarchédessemencesgénétiquementmodifiées

(encoreappelées«transgéniques»).Ellesdominent

égalementlecommercemondialdesproduits

agrochimiquesetdespesticides.Cinqfirmesseulement

contrôlentlecommercemondialdesgrains.Àlafinde

1998,laplusgrandedetoutes,Cargill,aacquis

ContinentalGrain,quijusque-làétaitladeuxième,de

sortequ’àellesdeuxellesconstituentleplusénorme

acteurducommercedugrain,distançantdelointous

leursconcurrents.Cesentreprisesgéantesquesont

CargilletMonsantosesonttoutesdeuxfortement

impliquéesdanslamiseaupointdesaccords

commerciauxinternationaux,enparticulierlorsducycle

denégociationsdel’UruguayorganiséparleGATT,qui

aconduitàl’instaurationdel’Organisationmondialedu

commerce.

Cemonopolesurlaproductionagricole,de

concertaveclapolitiqued’ajustementsstructurelsqui

17

favorisemassivementlesexportationsdespaysduNord,

apourrésultatunénormefluxalimentaires’écoulantdes

Etats-Unisetdel’Europeendirectiondutiersmonde.En

conséquencedel’Accorddelibre-échangenord-

américain,laproportiondeproduitsalimentaires

importésauMexiqueestpasséede20%en1992à43%

en1996.Dix-huitmoisaprèslasignaturedecetaccord,

2,2millionsdeMexicainsontperduleuremploi,et40

millionssonttombésdansl’extrêmepauvreté.Unpaysan

surdeuxn’apasassezdenourriture.Commel’adéclaré

VictorSuaresCarrera:«Mangeràmoindrecoûtgrâce

auximportationssignifienepasmangerdutoutpourles

pauvresduMexique10.»

AuxPhilippines,lesimportationsdesucreontfait

s’effondrerl’économie.Dansl’EtatduKerala,enInde,de

prospèresplantationsdecaoutchoucontcesséd’être

viablesàlasuited’importationsdecematériau.La

productionlocaledecaoutchouc,quiinjectait350

millionsdedollarsdansl’économieduKerala,s’est

effondrée,privantcettedernièrede3,5milliardsde

dollarssupplémentairespareffetdecascade.AuKenya,

lesimportationsdemaïsontfaitchutermassivementles

prixpayésauxagriculteurslocaux,quidèslorsn’ont

mêmepaspucouvrirleursfraisdeproduction.

EnInde,l’agricultureesttombéesouslecoupdela

libéralisationcommercialeàpartirde1991,lorsquela

BanquemondialeetleFondsmonétaireinternationalont

demandéquesoitréaliséunensembled’ajustements

structurels.Alorsquelasuperficiedesterresconsacréesà

lacultureducotonn’avaitcessédedécroîtredansles

années1970et1980,elles’estaccruede1,7million

d’hectaresdanslessixpremièresannéesquiontsuiviles

18

réformesimposéesparlaBanquemondialeetleFMI.Le

cotonacommencéàremplacerlesculturesalimentaires.

Lesfirmesontlancédescampagnespublicitaires

agressives,aumoyen,parexemple,devidéos

transportéesenfourgonnettesdevillageenvillage,afin

devendreleursnouvellessemenceshybridesaux

agriculteurs.Mêmelesdieux,lesdéessesetlessaintsont

étéenrôlés:auPendjab,Monsantoavendusesproduits

enemployantl’imagedugourouNanak,fondateurdela

religionsikh.Lessemenceshybridesdesfirmesont

commencéàremplacerlesvariétéslocalesdes

agriculteurs.

Plusfragiles,cependant,ellesexigeaient

davantagedepesticides.Lesagriculteurstrèspauvres

achetèrentàcrédit,auxmêmesfirmes,àlafoisles

semencesetlessubstanceschimiquesenquestion.

Lorsquelesculturespériclitèrentenraisond'une

infestationmassiveouparcequelessemencesn’avaient

paslevésurunelargeéchelle,denombreuxpaysansse

suicidèrentenavalantcesmêmespesticidespour

lesquelsilss’étaientendettés.DanslecantondeWaran-

gal,prèsdequatrecentscultivateursdecotonsesont

suicidés,leursculturesn’ayantabsolumentriendonnéen

1997,etdesdizainesd’autresontfaitdemêmeen1998.

Pourrépondreàcettedemandededéveloppement

des«culturesderapport»,denombreuxÉtatsdel’Inde

ontpermisauxfirmesprivéesd’acquérirdescentaines

d'hectaresdeterre.L’ÉtatduMaharashtraaexemptéles

projetshorticolesduplafonddesuperficieprévuparsa

législation.L’ÉtatduMadhyaPradeshoffreàl’industrie

privéedesbauxàlongterme(aumoinsquaranteans)sur

sesterres.DanslesÉtatsdel’AndhraPradeshetdu

19

TamilNadu,lesentreprisessontaujourd’huiautoriséesà

acquérirplusdecenthectarespourypratiquerl’élevage

decrevettesdestinéesàl’exportation.Unegrandepartie

desproduitsagricolesobtenusparl’exploitationdeces

terresseradirigéeversdesusinesdetransformationqui

sontlargementauxmainsdesfirmestransnationales.

Pendantcetemps,lesÉtats-Unisontattaquél’Inde

devantl’instancederèglementdesconflitsdel’OMC,en

luireprochantsesrestrictionssurlesimportations

alimentaires.

Danscertainscas,lesmarchéssontcaptéspar

d’autresmoyens.Enaoût1998,toutl’approvisionnement

enhuiledemoutardedelavilledeDelhisetrouva

mystérieusementfrelaté.Cettefalsificationalimentairene

touchaquecetteagglomération,maisnefutpas

spécifiqueàuneseulemarque,cequisuggèrequecene

futpasl’œuvred’unconcurrentparticulier.Plusde

cinquantepersonnesensontmortes.Legouvernement

interditlaproductionlocaled’huileetannonçaqu’on

allaitimporterdel’huiledesojadétaxée.Desmillionsde

personnesquiréalisaient,defaçonécologique,

l’extractiondel’huileparpressionàfroiddansde

minusculesmoulinsperdirentleursrevenus.Lecours

desgrainesdemoutardes’effondraàmoinsd’untiersde

sonniveauantérieur.ÀSira,dansl’ÉtatduKamataka,

despoliciersouvrirentlefeusurdesagriculteursqui

protestaientcontrecettechutedesprix.

L’accaparementdumarchéindienparl’huilede

sojaimportéeestunexempletrèsclairdelafaçon

impérialistedontseconstruitlamondialisation.Unseul

produitagricolecultivédansunseulpaysetexportépar

uneoudeuxfirmesprendlaplacedecentainesde

20

produitsalimentairesetdeproducteurs,détruisantla

diversitébiologiqueetculturelleainsiqueladémocratie

politiqueetéconomique.Lespetitsmoulinsàhuilene

peuventplusservirauxpetitsagriculteurs,nifourniraux

consommateurspauvresunehuilealimentairedebonne

qualité,peuonéreuseetcorrespondantàleurspratiques

culturellestraditionnelles.Lesagriculteurssontainsi

privésdeleurlibertédechoisircequ’ilsveulentcultiver,

etlesconsommateursdeleurlibertédechoisircequ’ils

veulentmanger.

LAFAIMENGENDRÉEPARLESMONOCULTURES

Lesfirmeschimiquesmondiales,récemment

reconvertiesdansles«sciencesdelavie»,proclament

quesansellesetleursproduitsbrevetés,lemondene

pourraitpassenourrir.

VoiciunextraitdesmessagespublicitairesqueMonsanto

adiffusésrécemmentenEuropedanslecadred’une

campagnequiluiacoûté1,6milliondedollars:

S’inquiéterdesrisquesdefamineencourusparles

générationsfuturesneleurdonnerapasdequoimanger.

Lesbiotechnologiesappliquéesàlaproduction

alimentaire,elles,lesnourriront.

Lacroissancedelapopulationmondialeestrapide

:touslesdixans,elleluiajoutel’équivalentdecelledela

Chine.Pournourrircesmilliardsdebouches

supplémentaires,onpeutessayerd’augmenterla

superficiedesterrescultivéesoud’accroîtrela

productivitédel’agricultureactuelle.L’effectifdela

populationhumainesurlaplanèteauradoubléd’ici2030

;ladépendancevis-à-visdelaterrenepourradoncaller

21

qu’ens’amplifiant.L’érosionetladéperditionen

minérauxvontépuiserlessols.Ilfaudratransformerles

forêtséquatorialesenrégionsagraires.L’utilisation

d’engrais,d’insecticidesetd’herbicidesvaaugmenter

danslemondeentier.

ChezMonsanto,nouspensonsqueles

biotechnologiesappliquéesàlaproductionalimentaire

représententunemeilleuresolutiond’avenir11.

Maislanourritureestnécessaireàtouteslesespèces

vivantes.C’estpourquoil’UpanishadTraittreya

demandeauxhommesdenourrirtouslesêtresvivants

quisetrouventdansleursphèred’influence.

L’agricultureindustriellen’apasfourniplusde

nourriture.Elleadétruittouteunegammederessources

alimentairesetdérobédesalimentsauxautresespèces

afindedéverserdavantagedeproduitsspécifiquessurle

marché,mobilisantpourcefaired’énormesquantitésde

combustiblesfossiles,d’eauetdesubstanceschimiques

toxiques.

Onentendsouventdirequelesvariétésde

céréalesprétendumentmiraculeusesdela«révolution

verte»opéréesouslesauspicesdel’agriculture

industriellemoderneontévitélafaminegrâceàleurs

hautsrendements.Cependant,cesderniersn’ontpasde

réalitélorsqu’onlesreplacedanslecontextedela

productionagricoleglobale.Lesvariétésdecéréales

propresàlarévolutionverteontcertesdonnéplusde

grains,maisaudétrimentdelaproductiondepaille.La

redistributiondelabiomassechezcesplantesaété

possiblecarils’agissaitdevariétésnaines,etc’estaussi

cequileurapermisdesupporterdehautesdoses

d’engraischimiques.

22

Or,moinsdepaillesignifiemoinsdefourrage

pourlebétailetmoinsdematièreorganiquequiretourne

ausolnourrirlesmillionsd’organismesquiyviventet

l’enrichissentenpermanence.Lesrendementsplusélevés

debléoudemaïsontdoncétéobtenusenvolantdela

nourritureauxanimauxdesfermesetauxorganismes

dessols.Puisquelebétailetlesversdeterrecoopèrent

avecnousàlaproductionalimentaire,celle-cidevient

impossibleàlongtermesionleursoustraitdela

nourriture:celaveutdirequelesaugmentationsde

rendementsdelarévolutionvertenonseulementn’ont

concernéqu’unedimensionparticulièredelaproduction

alimentaire,maisn’ontenoutrepasétéréaliséessurle

modedeladurabilité.

L’accroissementdesrendementsdubléetdumaïs

obtenuparl’agricultureindustrielles’estaussifaitau

détrimentd’autrestypesd’alimentstraditionnellement

produitsparlespetitesfermes.Lesharicots,les

légumineusesetlesautreslégumesainsiquelesfruits

onttousdisparudesexploitationsagricolesetdescalculs

derendement.Deuxoutroisproduitsonteffectivement

donnéplusdegrainssurlemarchénationalet

international,maislesfamillesdepaysansdutiers

mondesesontretrouvéesavecmoinsàmanger.

Legainen«rendement»desplantescultivées

industriellementreposedoncsurunvoldenourriture

commisaudétrimentdesautresespècesetdespaysans

pauvresdutiersmonde.C’estpourquoi,tandisquede

plusgrandesquantitésdegrainssontproduiteset

commercialiséesdanslemondeentier,lenombredes

affamésaugmentedansletiersmonde.Lesmarchés

internationauxsontplusmassivementapprovisionnésen

23

produitsàvendreparcequedelanourritureaété

dérobéeàlanatureetauxpauvres.

Lespratiquesagricolestraditionnellesonttoujours

bénéficiéd’uneproductivitéélevée,sil’ontientcompte

dufaitqu’ellesnedemandaientquetrèspeud’intrants

externes.Onabeaucoupvanté,àtort,laproductivité

élevéedelarévolutionverte:ellen’estélevéequedans

l’absolu,etdèslorsquel’onprendencomptela

consommationdecombustiblesetd’eau,elleserévèle

contre-productiveetinefficace.

L’undesmytheslesplusfallacieuxpropagéspar

leslaudateursdelarévolutionverteestquelesvariétésà

hautrendementontpermisderéduirelasuperficiedes

terresmisesenculture,préservantainsidesmillions

d’hectaresaubénéficedelabiodiversité12.MaisenInde,

aulieudevoirplusdeterresconsacréesàlapréservation

desespèces,onaassisté,aucontraire,àl’augmentation

dessuperficiesmisesenculture,etceàcausedes

pratiquesagricolesindustrielles:eneffet,puisque

chaquehectaredemonoculturenedonnequ’uneseule

sortedeproduitagricole,ilfautcultiverlesautresplantes

surd’autresterres.C’estcequ’onappelleles«cultures

encoulisse».

Selonuneétudequiacomparélespolycultures

traditionnellesauxmonoculturesindustrielles,les

premièressontcapablesdeproduire100unitésde

nourritureàpartirde5unitésd’intrants,tandisqueles

secondesdemandent300unitésd’intrantspourproduire

lamêmequantitédenourriture.Les295unitésd’intrants

gaspilléesauraientpupermettred’obtenir5900unitésde

nourrituresupplémentaires.Autrementdit,lesystème

industrielfaitperdre5900unitésdenourriture.C’estun

24

modedeproductionquiconduitàaffamerles

populationshumaines,etnonàlesnourrir13.

Legaspillagedesressourcesengendrelafaim.Par

lebiaisdesmonoculturesquidemandentd’énormes

quantitésd’intrantsetdilapidentlesressourcesen

combustibleseteneau,lesnouvellesbiotechnologies

rendentincertainl’approvisionnementalimentaireet

suscitentlafamine.

LESDÉGÂTSENTRAÎNÉSPARLESIMPORTATIONS

Tandisquelescultures«derapport»(commele

coton)sedéveloppent,cellesvouéesàlaproduction

alimentairedéclinent,cequifaitmonterlesprixdes

produitsalimentairesdebase.Lespauvresnepeuvent

plusenachetersuffisammentpoursenourrir.Ainsi,les

populationsdutiersmondesontaffamées,tandisquela

terreetl’eaudeleursrégionssontaccaparéespourla

productiondebiensdeluxe(commelecotonouletabac)

destinésauxrichesconsommateursdespaysduNord.

Simultanément,touslespaysdutiersmondesontincités

àproduirecesautresbiensd’exportationdeluxeque

sontlesfleurs,lesfruits,lescrevettesetlaviande.

Lorsquelespolitiquesdelibéralisationdumarché

ontétéintroduitesenIndeen1991,leministrede

l'Agricultureadéclaré:«Ledéveloppementdela

productionalimentaire,cen’estpasdelanourriturepour

lesgosiers,maisdesdollarspourlesporte-monnaie.»Ila

étérépétéavecinsistancequelasûretéde

l’approvisionnementalimentairenedépendaitpasdel’«

autosuffisance»(laproductionlocaled’alimentsdestinés

àlaconsommationlocale),maisdel’«indépendance»(la

25

capacitéd’acheterdesproduitsalimentairessurles

marchésinternationaux).Selonl’idéologieclassiquedu

libre-échange,eneffet,lesgainsréalisésgrâceaux

exportationsdecrevettes,defleursetdeviandedevaient

permettredefinancerlesimportationsdenourriture.Par

conséquent,sidescapacitésproductivesétaient

détournéesdelaproductionalimentairedestinéeàla

consommationintérieureetétaientutiliséesàla

productiondebiensdeluxepourlesriches

consommateursduNord,ets’ilenrésultaitunepénurie,

celle-ciseraitplusquecompensée.

Maisproduiredesfleurs,descrevettesoudela

viandepourlesexportationsn’estpasunestratégie

économiqueviablepourunpaystelquel’Inde.Ainsi,

l’Indeadépensé1,4milliardderoupiesen1998pour

promouvoirlesexportationsdelafloriculture,maiselle

n’agagné,cefaisant,que320millionsderoupies14.En

d’autrestermes,l’Indenepeutacheter,aveclesgainsde

l’exportationdelafloriculture,qu’unquartdela

nourriturequ’elleauraitpuseprocurerenaffectantla

mêmesommeàl’achatd’alimentsproduitslocalement15.

Notrecapacitéd’approvisionnementalimentaireadonc

déclinéde75%,etledéficitdenospaiementsà

l’extérieurs’estaccrudeplusd’unmilliardderoupies.

Danslecasdesexportationsdeviande,pour

chaquedollargagné,l’Indeperdl’équivalentde15

dollars,enrenonçantauxfonctionsécologiquesremplies

parlesanimauxdefermedanslecadred’uneagriculture

durable.Avantlarévolutionverte,n’étaientexportésque

lessous-produits(telsquelespeauxd’animauxmorts

naturellement)del’élevagedubétail,unsystèmede

productiondontlaformeparticulière,enInde,était

26

écologiquementsenséeetrépondaitàdespratiques

culturellescomplexes.Aujourd’hui,aunomdela

logiquedominantedel’exportation,c’estnotrecapital

écologiquelui-même,lebétail,quenousexportons,alors

quenousl’avionspréservéaulongdessiècles.Des

abattoirsgéantsetdesélevagesindustrielssontentrain

deremplacerenIndelesmodesd’élevagetraditionnels.

Lorsquedesbovinssontabattusetqueleurviandeest

exportée,avecelles’envontl’énergierenouvelableetles

fertilisantsquelebétailfournitauxexploitationsdes

petitspaysans.Parlebiaisdelanotionmétaphoriquede

«vachesacrée»,cesfonctionsmultiplesdesbovins

avaientjusqu’icitoujoursétépréservéesenInde.Les

servicesdel’Etatonthabilementdissimulélemassacre

desvaches,quiauraitpuchoquerdenombreuxIndiens,

enparlantdeproduiredela«viandedebuffle».

Danslecasdesexportationsdecrevettes,pour

chaquehectared’élevageindustrieldecrevettes,100

hectaresd’écosystèmesproductifssontdétruits.Pour

chaquedollargagnéàl’exportationdecescrustacés,

l’économielocaleperdl’équivalentde5à10dollars.Si

lesinstallationsindustriellesd’aquaculturepeuvent

produireleur«moissondecrevettes»,c’estaudétriment

desmoissonsdelameretdelaterrequ’opéraient

traditionnellementlescommunautésdepêcheurset

d’agriculteursdesrégionscôtièresdansletiersmonde.

Lesprofitsretirésdel’exportationdescrevettesversles

marchésdesÉtats-Unis,duJaponetdel’Europesont

montésenépingledansleschiffresdescroissances

économiquesnationalesetmondiales.Maisdetels

chiffresnemontrentpascequesubissentles

communautéslocalesoùsontinstalléslesélevagesde

27

crevettes:déstabilisationdessystèmeslocauxde

consommationalimentaire;destructiondessolsetdes

ressourceseneau;cessationdelapêcheetde

l’agriculture;pertederevenuspourlesmétiers

traditionnelsassociésàchacundecessecteurs.

EnInde,l’élevageindustrieldescrevettesa

transformédefertilesbandesdeterrescôtièresen

cimetières,mettantenfailliteàlafoislapêcheet

l’agriculture.DanslesÉtatsduTamilNaduetde

l’AndhraPradesh,lesfemmesdepêcheurset

d’agriculteursluttentparunesatyagrahacontrele

développementdecetteproduction.L’élevageindustriel

descrevettessupprime15emploispourchaqueemploi

qu’ilcrée.Pourchaquedollargagnéàl’exportation,il

engendreunepertede5dollarsdecapitaléconomiqueet

écologique.Cesgainsnedurentd’ailleursquedetroisà

cinqans,aprèsquoilesinstallationsdoiventdéménager

surdenouveauxsites.L’élevageindustrieldescrevettes

estuneactivité«nondurable»,quecertainsrapportsdes

Nationsuniesdécriventcommeuneindustriede«

brigandage».

PuisquelaBanquemondialeincitetouslespaysà

donnerlaprioritéàlaproductiondebiensd’exportation

plutôtqu’àcelledebiensalimentairesdestinésàla

consommationintérieure,toussefontconcurrenceetle

prixdecesproduitsdeluxenecessedebaisser.Par

ailleurs,lalibéralisationdumarchés’accompagnede

réformeséconomiquescomprenantladévaluationdes

monnaies.Parsuite,lesexportationsrapportentmoinset

lesimportationscoûtentpluscher.Puisqu’onditautiers

monded’arrêterdeproduiresesbiensalimentairesetde

lesacheterplutôtsurlesmarchésinternationauxgrâceà

28

l’exportationdesproduitsdes«culturesderapport»,le

processusdelamondialisationconduitàunesituation

danslaquellelespaysagricolesduSuddeviennentde

plusenplusdépendantsdesimportationsalimentaires,

maisnedisposentpasdesdevisesnécessairespourpayer

lesproduitsalimentairesimportés.L’Indonésieetla

Russiesontdesexemplesdepaysquisontpassés

rapidementdel’autosuffisancealimentaireàune

situationdefamine,enraisondeleurnouvelétatde

dépendancevis-à-visdesimportationsetdela

dévaluationdeleurmonnaie.

LEVOLDESRICHESSESDELANATURE

Lesfirmesinternationalesnefontpasquedépouillerles

agriculteursdeleurproduction.Ellesvolentaussiles

richessesdelanatureparlebiaisdugéniegénétiqueet

desbrevetssurlesêtresvivants.

Lesplantestransgéniquesfabriquéesparces

firmesprésententdesérieuxrisquesécologiques.Les

variétéstellesquelesojadeMonsanto,appeléRoundup

Ready,sontfaitespourrésisterauxherbicides:elles

peuventconduireàladestructiondelabiodiversitéetà

l'utilisationaccruedesproduitsagrochimiques.Elles

peuventaussiaboutiràl’apparitiondenouvellesvariétés

de«mauvaisesherbes»extrêmementenvahissantes:

leursgènesderésistanceauxherbicidessont,eneffet,

susceptiblesdesetransférerauxmauvaisesherbes

existantactuellement.Desplantestransgéniquesd’un

autretypeprésententaussidesrisques:ils’agitdecelles

quiontétémanipuléespourfonctionnerentant

qu’usinesàpesticides;ellesontétédotéesdegènesde

29

bactéries,descorpions,deserpentsoudeguêpespour

produiredestoxinesoudesveninsetrésisteraux

insectesnuisibles.Enfait,cesplantesainsimanipulées

sontsusceptiblesdenuireàdesinsectesouàd’autres

êtresvivantsqui,eux,sontutilesounesontpasnuisibles

àl’agriculture.Ellespeuventaussidéterminer

l’apparitionderésistanceschezlesorganismesnuisibles,

etdonclanaissancede«supernuisibles».Defaçonplus

générale,onpeutconstaterque,danschacundesobjectifs

poursuivisparlegéniegénétique,desespècessont

sacrifiéespourquelesfirmespuissentfairedeplus

grandsprofits.

Faisantvaloirleursbrevetssurdesêtresvivantset

surlesressourcesvivantes,lesentreprisesaffirmentque

lessemencesetlesplantessontleurs«inventions»et

doncleurpropriété.Parsuite,CargillouMonsanto

voientcertainsphénomènesnaturels,quifontpartiedes

cyclesnormauxdelanature,commedes«vols»surleur

propriété.Lorsdudébatquiaeulieuen1992sur

l’ouverturedel’IndeàCargill,ledirecteurgénéralde

cettefirmeadéclaré:«Nousapportonsauxagriculteurs

indiensdestechnologiesraffinéesquiempêchent,par

exemple,lesabeillesd’usurperlepollen'6.»Aucoursdes

négociationssurlabiosécuritéquisesontdérouléesaux

Nationsunies,Monsantoafaitcirculeruntextequi

affirmait:«Lesmauvaisesherbesvolentlalumière

solaire17.»Unevisiondumondequidéfinitla

pollinisationcommeunvolcommisparlesabeillesetqui

prétendquelesplantessauvages«volent»lalumière

solaireestunevisiondumondequiapourbutde

dépouillerlanaturedesesrichesses:ellevise,eneffet,à

remplacerlesvariétésnaturellesdeplantes,normalement

30

pollinisées,pardesplanteshybridesetstériles,età

détruirelabiodiversitédelaflorepardesherbicidestels

queleRoundupdeMonsanto.

C’estunevisiondumondefondéesurlapénurie.

Ilexiste,cependant,desvisionsdumondefondéessur

l’abondance:ellessontexprimées,parexemple,parces

femmesqui,enInde,laissentdelanourriturepourles

fourmissurlepasdeleurporte,souslaformede

splendidesœuvresd’arttracéesàmêmelesolaumoyen

defarinederiz,qu’ils’agissedekolam,demandalaou

derangoli.Demême,lespaysannesquitressent

magnifiquementlestigesderizpourlessuspendreau-

dehorsàlasaisonoùlesoiseauxnetrouventplusde

grainsdansleschampsmanifestent,ellesaussi,une

visiondumondefondéesurl’abondance.Cette

conceptionestsous-tendueparl’idéeselonlaquelle,en

donnantàmangerauxautresêtresetauxautresespèces,

nouspréservonslesconditionsgarantissantnotrepropre

approvisionnementalimentaire.Ontrouvecettethèse

dansl’UpanishadIsho:l’universaétécrééparla

Puissancesuprêmeenfaveurdetouteslescréatures.

Chaqueformedevieindividuelledoitapprendreàjouir

desesrichessesenexploitantunepartiedusystèmeen

étroitecorrélationaveclesautresespèces.Aucuneespèce

nedoitempiétersurlesdroitsdesautres18.L’Upanishad

Ishoditaussi:

Unhommeégoïstequiutiliseàl’excèslesressourcesde

lanaturepoursatisfairesesbesoinspersonnelstoujours

grandissantsn’estriend’autrequ’unvoleur,parcequ’utiliser

desressourcesau-delàdesesbesoinsrevientàseservirdes

ressourcessurlesquellesd’autresontdesdroits19.

31

Danslavisiondumondeécologique,lorsquenous

consommonsplusquelenécessaireouquenous

exploitonslanaturedemanièrecupide,nous

commettonsunvol.Danslavisiondumondedesfirmes

del’agroalimentaire,quiestopposéeàlavie,les

phénomènesdelanaturequiconcourentàsonmaintien

etàsonrenouvellementsontconsidéréscommeduvol.

Unetellevisiondumondemetlapénurieàlaplacede

l’abondance,lastérilitéàlaplacedelafécondité.Ellefait

delaspoliationdelanatureunimpératifcommercial,et

ladissimulederrièresescalculsd'efficacitéetde

productivité.

LADÉMOCRATIEALIMENTAIRE

Nousassistonsactuellementàl’apparitiond’un

totalitarismealimentairedanslequelunepoignéede

firmesdominentlatotalitédelachaînealimentaireet

détruisentlesbasesdessolutionsalternatives,desorte

quelespopulationsnepeuventpasaccéderàune

alimentationvariée,saineetproduitedefaçon

écologique.Lesmarchéslocauxsontdélibérément

anéantispourquesoientétablisdesmonopolessurles

semencesetlessystèmesalimentaires.Lamiseenfaillite

dumarchédel’huilealimentaireenIndeetles

nombreusesfaçonsdontonempêchelesagriculteursde

disposerdeleurpropreapprovisionnementensemences

sontdepetitsexemplesquiillustrentunetendance

globale:desrèglescommerciales,desdroitsdepropriété

etdenouvellestechnologiessontemployéspour

saborderlessolutionsalternativesrespectantleshommes

32

etl’environnement,etpourimposeràl’échelledela

planètedessystèmesd’alimentationmalmenantles

populationsetlanature.

Danslecadredelamondialisationetdulibre-

échange,uncompletretournementdevaleurss’estopéré.

Ledroitdeproduirepoursoi-mêmeetdeconsommeren

fonctiondesestraditionsculturellesoudeses

préoccupationsdesantéestdécrétéillégal,aunomdes

nouvellesrèglesducommerce.Enrevanche,undroit

absoluestreconnuauxfirmesd’imposerauxcitoyensdu

mondeentierdesalimentsculturellementinappropriéset

éventuellementdangereuxpourlasanté.Ledroitdese

nourrirparsoi-même,ledroitdeprotégersasanté,le

droitdepratiquersestraditionsculturellessont

considéréscommedesentravesaucommercequ’ils’agit

dedémanteler.

Cetotalitarismealimentairenepourraêtre

renverséqueparunevastemobilisationdescitoyensen

faveurdeladémocratisationdusystèmealimentaire.

Cettemobilisationestentraindegagnerenpuissanceen

Europe,auJapon,enInde,auBrésiletdansd’autres

partiesdumonde.

Nousdevonsaffirmernotredroitàsauvegarder

lessemencesetàprotégerlabiodiversité.Nousdevons

affirmernotredroitànousnourriretàdisposer

d’alimentssains.Nousdevonsaffirmernotredroità

protégerlaTerreetladiversitédesespècesquila

peuplent.Nousdevonsarrêterlevolcommisparles

firmesaudétrimentdespauvresetdelanature.La

démocratisationdusystèmealimentaireestlenouvel

objectifdeladémocratieetdesdroitsdel’homme.C’est

33

aussilenouvelobjectifd’undéveloppementécologique

durableetdelajusticesociale.

*

**

NOTES

1.

UpanishadTraittreya,Gorakhpur,GitaPress,p.

124.

2.

KaliCharanGhosh,FaminesinBengal,1770-1943,

Calcutta,IndianAssociatedPublishingCompany,1944.

3.

BondhayanChattopadhyay,«Notespouressayer

decomprendrelafaminede1943auBengale»,

Transaction,juin1981.

4.

MARS(MahilaAtmaRakshaSamiti,ou«Ligue

pourl’autodéfensedesfemmes»),rapportpolitique

préparépourledeuxièmecongrèsannuel,NewDelhi,

ResearchFoundationforScience,Technologyand

Ecology(RFSTE),1944.

5.

PeterCusters,WomenintheTebhagaUprising,

Calcutta,NayaProkash,1987,p.52.

6.

Ibid.,p.78.

7.

LesfêtestellesqueUganda,Ramanavami,Akshay

Trateeya,EkadashiAluyanaAmavase,NagaPanchami,

NooluHunime,GaneshChaturthi,RishiPanchami,

Navartri,Deepavali,Rathasaptami,TulsiVivaha

CampasrustietBhoomiPujacomportenttoutesdesrites

religieuxconsacrésauxsemences.

8.

VandanaShiva,VanajaRamprasad,Pandurang

Hegde,OmkarKrishnanetRadhaHolla-Bhar,«Les

34

conservateursdesemences»,NewDelhi,Navdanya,

1995.

9.

Lesfirmesenquestionsontlessuivantes:

DuPont/Pioneer(États-Unis),Monsanto(États-Unis),

Novartis(Suisse),Limagrain(France),Advanta

(AngleterreetHollande),GuipoPulsar/Semins/ELM

(Mexique),Sakata(Japon),KWSHG(Allemagne)etTaki

(Japon).

10.

VictorSuaresCarrera,communicationauCongrès

internationalsurlamondialisation,lasûretéde

l’approvisionnementalimentaireetl’agriculturedurable,

30-31juillet1996.

11.

«Est-cequeMonsantofaitdansles“sciencesdela

vie”oubiendansles“sciencesdelamort”?»,NewDelhi,

RFSTE,1998.

12.

ASSINSEL(Associationinternationaledes

sélectionneursdeplantes),«Nourrir8milliards

d’hommesetpréserverlaplanète»,Nyon(Suisse),

ASSINSEL,1997.

FrancescaBray,«Quelleagriculturepourlespays

endéveloppement?»,Pourlascience,n°203,1994,pp.

32-39.

14.

BusinessIndia,mars1998.

15.

T.N.PrakashetTejaswini,«Lafloricultureetles

problèmesdel’approvisionnementalimentaire:lecasde

laculturedelaroseàBan-

galore»,dansGlobalizationandFoodSecurity:

ProceedingsofConférenceonGlobalizationand

Agriculture,éd.VandanaShiva,NewDelhi,août1996.

16.

EntretienavecJohnHamilton,SundayObserver,9

mai1993.

35

17.

HendrikVerfaillie,discoursprononcéauForum

surlanatureetlasociétéhumaine,Académienationale

dessciences,Washington,DC,30octobre1997.

18.

VandanaShiva,«Lamondialisation,Gandhietle

nationalismeéconomique(swadeshi):qu’est-cequela

libertééconomique?quienprofite?»,NewDelhi,RFSTE,

1998.

19.

Ibid.

36

2

L’impérialismedusojaetl’anéantissement

desmodesd’alimentationlocaux

Ladiversitédessols,desclimatsetdesplantesa

suscitéladiversitédesmodesd’alimentationdeparle

monde.Lesystèmealimentairedel’Amériquecentrale,

fondésurlemaïs,celuidedifférentesrégionsdel’Asie,

fondésurleriz,celuidel’Éthiopie,fondésurletef,celui

del’Afrique,fondésurlemillet,nefontpasquetraduire

destypesd’agriculturedifférents;ilsreflètentaussiun

aspectcentraldeladiversitéculturelle.Garantir

l’approvisionnementalimentaireneseréduitpasà

assurerunequantitéadéquatedenourriture.L’objectif

estaussid’assurerunenourritureculturellement

appropriée.Desvégétarienssontsusceptiblesdemourir

defaimsionneleurdonneàmangerquedesplatsàbase

deviande.J’aivudesAsiatiquessesentircomplètement

affamésenétantalimentéssurlemodeeuropéen,avec

unrégimeàbasedepain,depommesdeterreetde

viande.L’Indeestunpaysricheparsadiversité

biologiqueetparsadiversitéculturelleenmatièrede

modesd’alimentation.Danslesmontagnesde

l’Himalaya,lesgensmangentdepseudo-céréalestelles

quel’amarante,lesarrasinetleschénopodes.Les

37

habitantsdesrégionsaridesdel’Indeoccidentaleetdes

zonessemi-aridesduDeccansenourrissentdemillet.

Dansl’estdel’Inde,demêmequedanslesÉtatsdeGoa

etduKerala,lesmodesd’alimentationreposentsurleriz

etlepoisson.Chaquerégionpossèdeaussisonhuile

alimentairespécifique,servantàcuisiner,etcette

spécificitéaétédéterminéeparlestraditionsculturelles.

Ainsi,dansleNordetdansl’Est,c’estl’huilede

moutardequiestutilisée;dansl’Ouest,l'huiled’arachide;

dansleDeccan,l’huiledesésame;etdansleKerala,

l’huiledecoprah.

Ladiversitédesoléagineuxa,elleaussi,contribué

àladiversificationdesmodesdeculturedesplantes.

Dansleschamps,lesoléagineuxsesonttoujourstrouvés

mêlésauxcéréales.Lesplantsdemoutardesont

traditionnellementintercalésavecceuxdeblé,etles

plantsdesésameavecceuxdemillet.Quantauxjardins

potagerstypiques,ilspeuventaccueillirjusqu’àcent

espècesdeplantesdifférentespoussantencoopération.

EnInde,lesojaarécemmentévincélamoutardeaprès

quelquesmoisd’importationssansfrein.Portantsur

différentstypesd’aliments,deplantescultivéesetde

traditionsculturelles,cetypedebouleversementse

répètedanslemondeentier,àmesurequedes

importationssubventionnéesenprovenancedespays

industrialiséssubmergentlessociétésagricoles

traditionnellesdutiersmonde,détruisantlesmoyens

d’existencedesgensainsiquelabiodiversitéetla

diversitéculturelledesmodesd’alimentation.

L’inondationdesmarchésintérieurspardesimportations

deproduitsauprixartificiellementbasestentrain,dans

cespays,defrustrerdeleursmarchéslocauxetdeleurs

38

revenuslesagriculteursetlespetitesentreprisesde

transformationdesmatièresalimentaires.L’expansion

desmarchésmondiauxestencours,provoquant

l'extinctiondeséconomiesetdestraditionsculturelles

locales.

«LAMOUTARDEESTNOTREVIE»

PourleshabitantsduBengale,lepoissonappelé«

alosehilsa»fritdansl’huiledemoutardeestunsuprême

déliceetlesIndiensduNordadorentfairefrireleurs

pakoradanscettehuileenraisondugoûtetdel’arôme

uniquesqu’elleleurdonne.DansleSud,lesgrainesde

moutardereprésententlecondimentdeprédilectionpour

denombreuxplats.L’huiledemoutardeestemployée

danslacuisinedelatotalitédunorddel’Inde;dansles

ÉtatsduBihar,duBengale,d’Orissaetdel’TJttarPradesh

oriental,c’estl’huilequotidiennementutiliséepour

parfumeretcuisiner.

Lamoutarde,dontladomesticationaété

originellementréaliséeenInde,nesertpasqu’àfournir

del’huilealimentaire.Ellejoueunrôleimportantdansle

systèmeindiendesoinstraditionnels.Elleestutilisée

pourlesmassagesthérapeutiquesetpoursoignerles

pathologiesmusculairesetarticulaires.L’huilede

moutarde,associéeàl’ailetaucurcuma,estemployée

poursoulagerlesdouleursrhumatismales.Ellesertaussi

derépulsifcontrelesmoustiques,cequiestimportant

dansunerégionoùlaréapparitiondupaludismeest

responsabledelamortdemilliersdepersonnes.

Lesgrainesetl’huiledemoutardeontencorede

nombreuxautresusages,thérapeutiquesounon,etl’on

cultivediversesvariétésetespècesdecetteplante,

39

chacunedansundesseindifférent1.Lorsdelafêtede

Deepavali,onfaitbrûlerdel’huiledemoutardedansdes

lampesàhuileappeléesdiya.Ilnes’agitpaslà

seulementd’unetraditioncérémonielle.C’estaussiune

méthodedelutteécologiquecontrelesbactériesetles

moisissures:àl’époqueoùsetientcettefête,enautomne,

lechangementdesaisonentraîneeneffetleur

multiplication;lafuméequisedégagedeslampesàhuile

joueunrôleantiseptiqueendétruisantlesparasites,en

réduisantlapropagationdesmaladiesdanslesstocksde

grainsetenpurifiantl’atmosphèredesmaisonsetdes

villages.Leslampesàhuiledemoutardeontété

remplacéespardesbougiesfaitesenciredeparaffine;

depuis,cettefêtequiavaitpourfonctiond’assainir

l’environnementestdevenueunefêtequipollue

l’environnement.

Parcequ’ellessontrichesenhuile,lesgraines

d’oléagineuxautochtonesseprêtentfacilementàune

transformationlocaleetàpetiteéchelle,employantdes

techniquesécologiquesquirespectentlasanté.Leshuiles

ainsiproduitessontaccessiblesauxpauvresgrâceàleur

basprix.Descentainesdemilliersd’artisanstirentleurs

revenus,dansl’Inderurale,decetteproductiond’huileà

partirdesrécolteslocalesdegrainesoléagineuses,qui

fournitdel’huilealimentairepourlesêtreshumainset

destourteauxd’oléagineuxpourlebétail.Lamajeure

partiedel’extractionesteffectuéeparplusd’unmillion

deghani(pressoirs)etparvingtmillemoulins,petitsou

minuscules:àellestoutes,cespetitesunitésde

productionprocurent68%deshuilesalimentaires

produitesenInde2.L’huileissuedecestechniques

autochtonesdepressionàfroidestvierge,nutritiveet

naturellementparfumée3.

Lesfemmesdesbasti(basquartiers)achètent

généralementl’huiledemoutardeparpetitesquantités,

produitessousleursyeuxparleghanilocal.Cette

supervisiondirecteparlescommunautéslocalesdu

processusdeproductionestlameilleuregarantiedela

sécuritésanitairealimentaire.Etpourtant,cessystèmes

decontrôleparlescommunautésdelabonnequalitédes

produitsalimentairesontétébrusquementdémantelés

précisémentaunomdelasécuritésanitairealimentaire

en1998,lorsqu’onainterditlaproductionlocaled’huile

demoutardeetinstauréladiffusionmassived’huilede

sojaimportée,àlasuited’unemystérieuseadultération

del’approvisionnementenhuiledemoutardedelaville

deDelhi.

Ilestdevenusoudainementimpossibledese

procurerdel’huiledemoutarde,cequiaposédegraves

problèmesauxfemmespauvres.Leursenfantsne

voulaientpasmangerlesplatscuisinésàl’huiledepalme

oudesojaimportée,etallaientaulitenayantencore

faim.Ellesn’avaientpaslesmoyensd’acheterl’huilede

moutardeenbouteilledelagrandedistribution,quiétait

laseuleformesouslaquelleonpouvaitencoretrouver

cettehuileaprèsl’interdictiondelaproductionlocale.S’il

estvraiquelesChinoisetlesJaponaismangentdes

produitsissusdelafermentationdusoja,ceux-cinesont

pasconsommésdanslaplupartdesculturesautres

qu’extrême-orientales.Endépitdedécenniesd’effortsde

promotionparlebiaisdedistributionsgratuitesdansles

écoles,lesojan’aétéadoptéenIndenicommesourcede

protéines,nipoursonhuile.

41

L’EPIDEMIED’HYDROPISIE

Enaoût1998,unetragédies’estdérouléeàDelhi

enraisondel’adultérationmassivedel’huilede

moutardepardesgrainesd’uneherbesauvagedela

familleducoquelicot,l’argémone(Argemonemexicana),

ainsiquepard’autresproduitstelsquedugazole,de

l’huiledevidangeetd’autreshuilesindustrielles.

Laconsommationd’huilefrelatéeaentraînéune

épidémied’«hydropisie».C’estainsiqu’onaappelé

cettepathologiecaractériséepartouteunesériede

symptômesaffectantdemultiplesorganes:nausées,

vomissements,diarrhée,gonflementdel'abdomen,

lésionsdufoie,desreinsetducœur,insuffisance

respiratoiredueàl’accumulationdesérositésdansles

poumons,etmortparcrisecardiaque.Unmédecin

indienavaitétablipourlapremièrefoisen1926,au

Bengale,lelienentrel’hydropisieetl’adultérationde

l’huilealimentaire.Audébutdeseptembre1998,le

nombreofficieldemortss’élevaità41,etceluides

personnesaffectéesà2300.

Lavented’huiledemoutardeaétéinterditedans

lesÉtatsdeDelhi,del’Assam,duBihar,del’Haryana,du

MadhyaPradesh,d’Orissa,del’UttarPradesh,du

Bengaleoccidental,del’ArunachalPradesh,duSikkum,

duTripuraetduKarnataka.Enjuillet,l’Indeavait

annoncéqu’elleallaitimporterunmilliondetonnesde

grainesdesojaenvuedelaproductiond’huile,malgré

lesprotestationsdegroupesdecitoyensetduministrede

l’Agriculture,quiavaientmisendoutelanécessitédeces

importationsetsoulevélaquestiondudangerécologique

42

etsanitairequ’ellespouvaientreprésenter.

Ultérieurement,desimportationsdétaxéesdegrainesde

sojaontétéréalisées.Nonseulementrienn’aétéfaitpour

s’assurerquecesgrainesn’étaientpascontaminéespar

desgrainestransgéniques,maiscettemesurea

profondémentcompromislesystèmedeproduction

localed’huilealimentaireet,aveclui,lestraditions

alimentairesetlesfluxéconomiquesquiendépendaient.

Le4septembre1998,legouvernementainterditla

ventedetoutehuilenonconditionnéeenbouteille,cequi

aévidemmentmisunpointfinalàtoutelaproduction

familialeetlocaled'huilealimentaire.Désormais,la

fabricationdel’huilealimentaireestforcément

industrielle.Quantàl’économiealimentairedespauvres,

quireposaitsurl’huilenonconditionnée,parcequ’elle

étaitmoinschèreetpouvaitêtreachetéeenpetites

quantités,ellefutcomplètementanéantie.

L’originedel’adultérationquieuttoutesces

sinistresconséquencesestrestéemystérieuse.Dansle

passé,descommerçantslocauxavaientfrelatécertaines

marquesd’huiledansdesrégionséloignéesetmarginales

del’Inde,etilss’yétaientprisdefaçonqueles

consommateursnes’enaperçoiventpas.Mais,enaoût

1998,l’adultérationdel’huiledemoutardeaffecta

pratiquementtouteslesmarques,etc’estlacapitalede

l’Inde,Delhi,quifutlarégionlaplustouchée.Elle

déclenchauneréponseimmédiatedelapartdes

autorités,etilestimpossiblequ’elleaiteupourorigine

l’initiatived’unmarchandlocalindividuel.

Parailleurs,alorsquedanslepassélescommerçants

malhonnêtesavaientfrelatél’huiledemoutardeau

moyend’argémone,laproportiondecettesubstance

43

n’avaitjamaisdépassé1%avantlatragédiede1998.

Cettefois-ci,l’huilecontaminéecontenaitjusqu’à30%

d’argémoneetd’autresagentstelsquedeshuilesde

vidangeetdugazole.Cehautniveaudefrelatage

indiquequelatragédied’août1998n’apasétélerésultat

deprocessusdefalsificationordinaires.

SelonleministredelaSantédel’EtatdeDelhi,

cetteadultérationamanifestementétélefruitd’une

conspirationorganisée.Elleétaitfaitepourtuerdes

consommateursdefaçonrapideetspectaculaire,etpour

rendreinévitablesdesmesurestellesquel’interdictionde

l’huiledemoutardeproduitelocalementetl’importation

desojaetd’autresoléagineuxpourlaremplacer.

L’Associationdesproducteursd’huileduRajasthana

déclaréqu’une«conspiration»avaitétémiseenœuvre

pourmettreenfaillitelecommercedel’huilede

moutarde,etasuggéréquela«maininvisibledes

multinationales»yavaitcontribué.

LESMULTINATIONALESPROFITENTDELATRAGÉDIEDE

L’HUILEDEMOUTARDE

Durantcettecrise,lelobbyindiendusojaorganisa

ungrandcongrès,baptisé«GloboilIndia98»,appelantà

inscrirel’économieindiennedeshuilesalimentairesdans

lemouvementdelamondialisationetdelatendanceàla

monoculture.L’Associationaméricainedusojay

participa,afindepromouvoirlesimportationsdesojaen

Inde4.LejournalfinancierindienBusinessLineécrivit:«

Lesagriculteursaméricainsontbesoindenouveaux

grandsmarchésd’exportation[ ].L’Indeestlecandidat

idéal5.»

44

Lesmultinationalesontréellementprofitédela

tragédiedel’huiledemoutardedénaturée.L’interdiction

delafabricationlocaleafaitsombrerl’économiede

l’huilealimentaireproduiteauniveaunationaletàpetite

échelle.Ellearenduillégalel’activitédespetits

producteurs,demêmequecelledespetitsnégociants.Et

elleadétruitlemarchélocalsurlequellesagriculteurs

écoulaientleursgrainesdemoutarde.Leprixdeces

dernièresachutéde2200roupiesparquintalà

seulement600à800.

Lesconséquencesdecettedestructionsont

terribles.Silesproducteursnepeuventvendreleurhuile

demoutarde,ilsn’achèterontpaslesgrainesdecette

planteauxagriculteurs,etceux-ciarrêterontdela

cultiver.Ainsidisparaîtradeschampsuneplantequiest

lesymbolemêmeduprintemps.Parsuite,mêmelorsque

l’interdictiondevendredel’huiledemoutardesera

levée,nousseronsobligésdecontinueràdépendredes

grainesdesojapourproduirenotrehuilealimentaire.

LafirmeCalgene,quepossèdeaujourd’huiMonsanto,a

prisunbrevetsurlamoutardeindienne,Indiabrassica.

Sil’Indevoulaitultérieurementréintroduirelaculturede

lamoutarde,elledépendraitalorsdesvariétésdecette

plantequiontétébrevetéesetgénétiquementmodifiées.

Parsuite,lesagriculteursetlesconsommateurs

dépendraienttotalementdeMonsanto,entantque

fournisseurdesemencesbrevetéesàlafoispourla

moutardeetpourlesoja.

Ladépendanceparrapportauxgraines

oléagineusesimportéespeutfacilementprovoquerde

violentstroublessociaux.Lesémeutesdelafaimquiont

éclatéàlafindesannées1990enIndonésies’expliquent

45

engrandepartieparlefaitquecepaysestdevenu

extraordinairementdépendantdesgrainesdesoja

importéespoursaproductiond’huilealimentaire.

Lorsquelecoursdelamonnaieindonésiennes’est

effondré,leprixdecettedenréeaénormément

augmenté,cequiaentraînédesviolences.

Ladestructiondusystèmedeproductionlocale

d’huilealimentaireneconduirapasnonplusàune

meilleuresécuritésanitairealimentaire,contrairementà

cequesoutientlegouvernement.C’estunfaitbienétabli

quelesexportationsagroalimentairesaméricaines,quel

qu’ensoitletype,sontconsidérablementadultéréespar

cequel’onaappelédescontaminationsvolontairesou«

mélanges».Ainsi,l’expansionenIndedelamauvaise

herbeParthe-nium,delafamilledescomposées,aété

attribuéeauxlivraisonsdebléparbateauenprovenance

desÉtats-Unis.

Plusimportant,lesplantstransgéniquesdesojaou

demoutardequelesmultinationalesveulentintroduire

enInde,etquisontdéjàcultivésdanscertainspays,sont

porteursd’uneadultérationd’unnouveautype.Celle-ci,

dueaugéniegénétique,sesitueeneffetauniveaudu

patrimoinehéréditaireetestdoncinvisible.Aulieuque

desgrainestoxiques,commecellesdel’argémone,soient

ajoutéesdel’extérieur,legéniegénétiqueprovoqueune

adultérationdel’alimentationréaliséedel’intérieur,dans

lamesureoùilintroduitdanslesplantescultivéesdes

gènesdetoxinefournispardesbactéries,desvirusetdes

animauxtelsquelesratsetlesscorpions(voirchapitre6).

Onestimeque,en1998,lavariétédesoja

transgéniqueappeléeRoundupReadyétaitdéjàcultivée

surplusdeseptmillionsd’hectaresdeparlemonde.

46

CettevariétéaétémiseaupointparMonsanto:elle

contientungènedebactérieluiconférantlacapacitéde

tolérerl’herbicideRoundup,luiaussiproduitparcette

firmeaméricainedontlesiègeestàSaintLouis,dansle

Missouri.Ainsi,cettelignéedesojan’apasétémodifiée

génétiquementpouraugmentersonrendementoupour

améliorersesqualitésutilesàlasantéhumaine.Leseul

objectifdusojaRoundupReadyestdefairevendre

davantaged’unproduitchimique,grâceàuneplantequi

luiestexactementadaptée.

LesÉtats-Unisontétémisdansl’incapacitéde

vendreleursojatransgéniqueàl’Europe,parcequeles

consommateurseuropéensontdemandéquelesaliments

issusdecesplantessoientrepérésparunétiquetage

spécifique,mesureàlaquelles’opposentvivementles

firmesagroalimentairesetleursalliés.Selonl’ancien

présidentJimmyCarter,untelétiquetagecondamnerait

lesexportationsaméricainesàpourrirdanslesportsdu

mondeentier.(Unvasteregroupementdescientifiques,

deprofessionnelsdelasanté,deconsommateurs,

d’agriculteursetdechefsdefilereligieuxauxÉtats-Unis

aintentédesprocèspourqu’untelétiquetagesoitrendu

obligatoire.)

Lesfirmesaméricainescherchentdonc

désespérémentàécoulerleursojatransgéniquedansdes

paystelsquel’Inde.Latragédiedel’huiledemoutardea

constituéuneparfaite«ouverturedemarché».Tandis

quelegouvernementindienneperdaitpasuneminute

pourimposerdesrestrictionsauconditionnementetà

l’étiquetagedel’huilealimentairefabriquéelocalement,il

n’aprisaucunemesurepourobtenirquelesgrainesde

47

sojagénétiquementmodifiéessoientétiquetéesettraitées

séparément.

Unmarchéàtermedusojaarécemmentété

instituéenInde.SelonHarshMaheshwari,delaSoya

Association,levolumedesaffairesquiyseronttraitées

devraitatteindre,d’aprèslesestimationslesplus

prudentes,2,3milliardsdedollars.Seloncertains,ce

chiffrepourraitêtremultipliéparcinq.LeConseildela

recherchescientifiqueetlaMissiontechnologiquesurles

oléagineuxontannoncédesmesurespourpromouvoir

l’utilisationdusojadansl’alimentation.Lelobbydusoja

agitauprèsdetouteslesagencesgouvernementalesaux

États-UnisetenIndepourmettreuntermeàladiversité

alimentaireetagricole,etpourdévelopperla

monoculturedecettelégumineuse.

Tandisquelesprofitsdel’agroalimentairesontàla

hausse,leprixdesgrainesdesojapayéauxagriculteurs

américainss’esteffondré.Cesderniers,demêmequeles

paysansindiens,sontdonclesperdantsdecette

mondialisationdulibre-échangequibénéficieauxfirmes

multinationales.

LESMARCHANDSMONDIAUXDESOJA

En1921,trente-sixfirmesréalisaient85%des

exporta-tionsaméricainesdecéréales.Alafindes

années1970,six«marchandsdegrains»géants

assuraientplusde90%desexportationsréaliséesparles

États-Unis,leCanada,l’Europe,l’Argentineet

l’Australie.En1998,CargilletContinentalGrain

contrôlaientchacun25%ducommercedescéréales.

48

Dansuneinterventionenpublicàproposdecette

concentrationdupouvoiréconomique,l’anciendéputé

démocratedel’OregonJamesWeaveradéclaré:

Cesontdesfirmesgéantes.Ellescontrôlentnon

seulementl’achatetlaventedesgrains,maisaussileur

transportparbateau,leurstockageettoutlereste.C’est

obscène.J’aimenécontreellescampagnesurcampagne.

Jecroisquel’alimentationestleplus bonsang!celui

quicontrôlel’approvisionnementalimentairetient

réellementlesgensparlesc Etcependant,nous

permettonsàsixfirmesdefairecelaensecret.Celadéfie

l’imagination6!

LesÉtats-Unissontleplusgrosproducteur

mondialdegrainesdesoja.Cetteplante,cultivée

traditionnellementenExtrême-Orient,l’estaussiaux

États-Unisdepuisquelquesdécenniesetfournitladenrée

laplusexportéedecepays.Elleoccupe26%dela

superficiedesesterres.Laproductionaméricainedesoja

adoubléentre1972et1997,passantde34,6à74,2

millionsdetonnes.Plusdelamoitiéenestexportéesous

laformedegrainesdesojaoud’huiledesoja.

ToujoursauxÉtats-Unis,lasurfacedesterresplantéesen

sojagénétiquementmodifiéacrûvertigineusement,

passantde0,5milliond’hectaresen1996à18millions

d’hectaresen1998,cequireprésente40%desterres

cultivéesenplantestransgéniquesdanscepays7.Ilest

doncmaintenantinévitablequelesgrainesdesoja

normalessoientmélangéesavecdesgrainesdesoja

génétiquementmodifiéesdanslessoutesdesbateaux.

AuxEtats-Unis,lesgrainesdesojasontutilisées

pourl’alimentationdubétailetdespoissons,la

préparationdecolles,depesticides,deplastiques,de

49

solvants,desavons,depeinturesetd’encres8.Lesoja

entredanslacompositionde80%desproduits

alimentairesd’origineindustrielle;c’estcequ’ont

découvertlesconsommateurseuropéenslorsqu’ilsont

essayédeboycotterlesalimentspréparésàpartirdusoja

RoundupReadydeMonsanto.

LeBrésilarrivejustederrièrelesÉtats-Unisdansla

productiondesoja,avec30,7millionsdetonnesen1997.

L’Argentineestentroisièmeposition;lasuperficiedes

terrescultivéesensojayestpasséedezérodansles

années1960àprèsde7millionsd’hectaresen1998,plus

delamoitiéhébergeantdesvariétéstransgéniques.En

Inde,lasuperficiedesterrescultivéesensojaest

égalementpasséedezérodanslesannées1960àprèsde

6millionsd’hectaresen19989.

Lecommercedusoja,commeceluidesautres

denréesagricoles,estcontrôléparlessix«marchandsde

grains»:Cargill,ContinentalGrain(achetéàlafinde

1998parCar-gill),LouisDreyfus,Bunge,Mitsui/Cook,

etAndréandCompany10.Cesfirmescontrôlentaussile

stockageetlesmoyensdetransport,etdoncleprixdes

marchandises.

BREVETSSURLESOJAETMONOPOLEDESSEMENCES

Nonseulementlecommercedusojaestcontrôlé

pardesmultinationales,maislaculturedusojatombede

plusenplussouslecoupd’unmonopoleportantsurles

semencesdesojaelles-mêmes.

Monsantoarachetéledépartement«semences»de

sociétéstellesqueCargill,Agracetus,Calgene,Asgrow

Seed,DeltaandPineLand,Holden,UnileveretSementes

50

Agrocetes.LafirmeaméricainebaséeàSaintLouis

possèdedesbrevetssurlesojacouvrantlatotalitédes

variétésdecetteespèce.Cettetendanceaumonopolea

encoreétérenforcéeparl’acquisitiond’Agracetus.Celle-

ci,àl’originefilialedelafirmeW.R.Grâce,détientdes

brevetssurtouteslesvariétésdesojatransgéniques,

indépendammentdesgènesutilisésetdesméthodesde

transformationemployées.

Enraisondeleurchampd’application

extraordinairementvaste,lesbrevetsd’Agracetusontété

attaquésparlaFondationinternationalepourleprogrès

rural,uneorganisationd’intérêtpublic.Ledocteur

GeoffroyHawtin,directeurgénéraldel'institut

internationaldesressourcesgénétiquesdesplantesà

Rome,aexprimésoninquiétudeausujetdecesbrevets:

Accorderdesbrevetscouvranttouteslesvariétés

génétiquementmodifiéesd’uneespèce,quelsquesoient

lesgènesconcernésoulafaçondontilsontététransférés,

revientàmettredanslesmainsd’unseulinventeurla

possibilitédecontrôlercequenouscultivonsdansnos

exploitationsagricolesetdansnosjardins.D'unseultrait

deplume,lesrecherchesd’innombrablesagriculteurset

scientifiquessontpotentiellementniées,parlebiaisd’un

uniqueacted’appropriationforcéequirelèvedu

brigandage11.

Monsantoavaitinitialementattaquécesbrevetsen

justice,maisyarenoncéaprèsavoirachetéAgracetus.

LafirmedeSaintLouisdétientaussiunbrevetsurles

plantesrésistantesauxherbicides.Cebrevets’applique

aumaïs,aublé,auriz,ausoja,aucoton,àlabetterave,

auxdiversesespècesdelin,auxdifférentesvariétésde

colza,autournesol,àlapommedeterre,autabac,àla

51

luzerne,aupeuplier,aupin,aupommieretàlavigne.Il

couvreaussilesméthodesemployéespourdétruireles

mauvaisesherbes,pourplanterlessemencesetpour

répandreleglyphosate(lasubstanceherbicidequiestàla

baseduRound-up-voirci-dessous).Monsantocontrôle

ainsientièrementlaproductiondecesdiversesplantes:

leurreproduction,leurcultureetleurvente.

LavariétédesojaRoundupReadyaétémodifiée

génétiquementpourêtrerésistanteàl'herbicideàlarge

spectredeMonsanto,leRoundup.Pourcefaire,trois

gènesétrangersontétéintroduitsdanslepatrimoine

héréditairedusoja:l’unprovientd’unebactérie,l’autre,

d’unviruspathogèneduchou-fleur,etletroisième,du

pétunia.Cestroisgènesn’ontabsolumentpaspoureffet

d’améliorerlegoûtoulavaleurnutritivedela

légumineuse.Enfait,cettecombinaisongénétiquesortant

del’ordinaire(elleneseseraitjamaisproduite

spontanémentdanslanature)apourseuleffetderendre

lesojarésistantàunproduitchimiquetuantles

mauvaisesherbes.Normalement,lesjeunespoussesde

sojasonttropfragilespourqu’onlesarrosed’herbicide

lorsqu’ellescommencentàgermer.Maisàprésent,

puisquelavariétégénétiquementmodifiéeetl’herbicide

sontadaptésl’unàl’autre,Monsantoestenmesurede

vendredavantagedesdeux12.Lafirmesoutientqueles

rendementsdesculturesdesojaserontdecefaitplus

élevés,maisellenepeutlegarantir.

LATRANSFORMATIONINDUSTRIELLE

Dessemencesàladistributionetàla

transformation,lafilièredusojaestmarquéeparun

52

phénomènedeconcentrationdupouvoir.Alorsquela

teneurenhuiledelanoixdecocoestde75%,celledes

grainesd’arachide,de55%,celledesgrainesdesésame,

de50%,celledesgrainesdericin,de56%,etcelledes

grainesdeguizotie,de40%,celledesgrainesdesoja

n’estquede18%.Cependant,lesmanuelsdéclarentque

«lesojafournitbeaucoupd’huile»,etque«lateneuren

huiledusojaestplusélevéequechezlesautres

légumineuses13».

Puisquelesgrainesdesojanesontpastrèsriches

enhuile,celle-cidoitêtreextraiteaumoyendesolvants

dansdegrandesinstallationsindustrielles.(Cette

techniquead’abordétéemployéeauxÉtats-Unispour

extrairelescorpsgrasdesviscères,osetautresdéchets

deboucheriedanslesusinesd’équarrissage.)Les

solvantsenquestionsontàbasedeproduitschloréstels

quelechloréthylène.

Lasécuritésanitairealimentairelaisseforcémentà

désirerdanslestraitementsindustrielsàgrandeéchelle

decegenre,puisque:

-

cetypedetraitementpermetlemélanged’huiles

nonalimentairesetd’huilesalimentaires;

-

ilsefondesurl’utilisationdeproduitschimiques;

-

ilentraînelaformationd’acidesgrassaturés;

-

letransportsurdelonguesdistancescomportelui-

mêmedesrisquesd’adultération(deplus,cetypede

transportprovoqueunepollutionparlegazcarbonique,

dueàlacombustiondescarburants,laquellecontribueau

réchauffementclimatique);

-

lesconsommateurssontdansl’impossibilitéde

savoirquelsingrédientsetquelstraitementsontété

employéspourproduireceshuilesindustrielles.

53

LESPRODUITSISSUSDUSOJASONT-ILS

BONSPOURLASANTÉ?

Lelobbydusojafaittoutcequ’ilpeutpour

promouvoircettelégumineuseetsesdérivéscomme

substitutsàtoutesorted’alimentspropresauxcultures

dumondeentier.EnInde,cesproduitssontprésentés

commedesalternativesauxdiverstypesd'oléagineuxet

delégumineusesconsomméstraditionnellementdansce

pays,et,danslemondeentier,commedesalternatives

auxcéréalesetauxproduitslaitiers.L’Association

américainedusojas’efforcedepromouvoirdes«

analogues»desgrainesdelégumineuses:ils’agitde

boulettesdesojafaçonnéespourressembleràdesgraines

deharicotmungo,d’ambérique,depoisd’Angola,de

lentilleetdeharicotvulgaire.Onvoitquelerégime

alimentaireproposéparcetteassociationseraitainsiissu

d’unemonocultureetneseraitvariéqu’enapparence.

Cependant,bienqu’onvantegénéralementles

alimentsdérivésdusojaensoulignantleurintérêtpour

lasantéetleurvaleurnutritionnelle,lesétudesmontrent

quepassersoudainementàunrégimealimentairefondé

surcettelégumineusepeutêtredangereuxpourlasanté.

Lesalimentsissusdusoja,quecesoitsousformebrute

outransformée,contiennentuncertainnombrede

substancestoxiquesàdesniveauxdeconcentrationqui

fontcourirdesrisquesimportantsauxêtreshumainset

auxanimaux.

Ilyadanslesgrainesdesojadesinhibiteursdelatryp-

sinequiinactiventlesprocessuspancréatiques,

provoquantuneaugmentationdelatailleetdupoidsdu

54

pancréas,etpouvantmêmeconduireaucancerdecet

organe14.AuxÉtats-Unis,lecancerdupancréassesitue

aucinquièmerangdescancersmortels,etsafréquence

estenaugmentation.Lesconcentrationslesplusélevées

d'inhibiteursdelatrypsinesetrouventdanslafarinede

soja,laquelleestunproduitdérivédusojaqu’onne

consommepasdanslespaysoùl’onmange

traditionnellementdesplatsàbasedesoja;danscespays,

onconsommeplutôtlesojasoussesformes

fermentées15.

Ilyaaussi,danslesgrainesdesoja,descomposés

complexes,appeléslectines,quiinterfèrentavecle

systèmeimmunitaireetlafloremicrobienneintestinale.

Injectéesàdesrats,leslectinesisoléesdegrainesdesoja

tuentcesanimaux.Lorsqu’onlesleuradministre

oralement,ellesinhibentleurcroissancel6.Lesgrainesde

sojacontiennentégalementdel’acidephytique,qui

interfèreavecl’absorptiondeminérauxessentielstels

quelecalcium,lemagnésium,lezinc,lecuivreetlefer.

Étantdonnéquelesdéficiencesencalciumetenfersont

fréquemmentassociéesàlamalnutritiondansdespays

commel’Inde,compromettrel’absorptiondeces

minérauxpeutavoirdesérieusesconséquences17.

Leplusgranddangerpourlasantéquefaitcourir

unrégimealimentairericheengrainesdesojaprovient

deleurteneurélevéeenœstrogènes,cequiest

particulièrementlecasdesvariétésdesojatransgéniques.

Ons’estrenducomptequel’expositionàdesdoses

élevéesdecertainsœstrogènessynthétiquespouvait

avoirdegravesconséquences:lesfillesnéesdemères

ayantsubicetypedetraitementontfaittroisfoisplusde

faussescouchesquelesautresfemmes;ellesont

55

égalementétéaffectéesparuneformeraredecancer

vaginal.Deleurcôté,leshommesnésdefemmesayant

subicetypedetraitementàbased’œstrogènes

synthétiquesontprésentéunniveaudestérilitéplus

élevéquelamoyenne18.

Puisquelesojaestintroduitdansunelargegamme

deproduitsalimentaires,ycomprislesalimentspour

bébés,celasignifiequecesderniers,maisaussiles

hommesetlesfemmesdetousâges,sontexposésàdes

dosesélevéesd’œstrogènes.Parexemple,lesbébés

nourrisavecdetelsalimentsàbasedesojaingèrent

quotidiennementunedosed’œstrogèneséquivalantà

celledehuitàdouzepilulescontraceptives19.Selonle

biologistenéo-zélandaisRichardJames,lesproduitsà

basedesoja«sontdangereux,sousquelqueformeetà

quelquedosequecesoit20».Enpromouvantl’expansion

mondialedel’alimentationàbasedesoja,onestentrain

deprocéderàunesortedevasteexpérience,aux

conséquenceshasardeuses,surlesgénérationsactuelles

etfutures.Oriln’yanullenécessitédelaréaliser,

puisquelanaturenousadonnéuneimmensediversité

deproduitsalimentairessains,etquetoutesortede

pratiquesculturellesontconduitàsélectionneretà

apprêterdesalimentsnutritifsàpartirdecettediversité

fournieparlanature.

Durantlatragédiedel’huiledemoutardeen1998,

lesfemmesdesbasquartiersdeDelhi,regroupéesenun

mouvementappeléSablaSangh,m’invitèrentàdiscuter

avecellesdesoriginesdelacrise.Ellesdéclarèrent:«La

moutardeestnotrevie[ ].Nousvoulonsdenouveau

pouvoirutilisernotrehuiledemoutarde,quiestpeu

chèreetbonnepourlasanté.»Finalement,uneliguedes

56

femmesenfaveurdesdroitsalimentairesaétéconstituée.

Nousavonsorganisédesmanifestationsetdistribuéde

l’huiledemoutardebiologiquepure.Celafaisaitpartie

d’unesarsonsatyagraha,unmouvementde

désobéissanceàcesloisetàcettepolitiquequi

empêchentlesgensdeseprocurerdesalimentssains,

bonmarchéetculturellementappropriés.

L’Alliancenationalepourlesdroitsalimentaires

desfemmesaattaquédevantlaCoursuprêmedel’Inde

lesmesuresinterdisantlaproductionàpetiteéchelleetla

ventelocaled’huileenvrac.Noussommesentrainde

mettreenplacedesréseauxreliantdirectementles

producteursetlesconsommateurs,defaçonàdéfendre

lesrevenusdesagriculteursetledroitdes

consommateursàladiversitéculturelledansledomaine

del’alimentation.Nousprotestonscontreles

importationsdegrainesdesojaetdemandons

l’interdictiondecellesquisontissuesdusoja

transgénique.Commelechantentlesfemmesdesbas

quartiersdeDelhi:«Sarsonbachao,soyabhagao!

Préservezlamoutarde,laisseztomberlesoja!»

Cesactestoutsimplesquesontl’achatd’huile

alimentaireetlapréparationdesrepassesontdonc

trouvéspropulsésaucentredeconflitspolitiqueset

économiquesauplushautniveau;leursenjeuxsontla

libertéoul’esclavage,ladémocratieouladictature,la

diversitéoul’uniformisation.Lespratiquesculturelles

indiennesenmatièred’huilealimentaireseront-elles

fondées,àl’avenir,surl’huiledemoutardeetd’autres

oléagineux,oubienseront-ellesintégréesdansla

monoculturedusojapromueparlamondialisation,avec

sesrisquesréelsmaiscachéspourlasanté?

57

*

**

NOTES

1.

Parmicesdiversesespèces,onpeutciterla

moutardeindienne,Brassicajuncea,etlamoutardenoire,

Brassicanigra.Sontcultivéeségalement,commesources

d’huilealimentaire,desespècesvoisinesdelamoutarde,

commelanavette(Brassicacampestrisoleifera)etlecolza

indien,ainsiqu’unhybrideissud’uncroisementavecla

roquette.

2.

«Uneconspirationestàl’originedel’adultération

del’huiledemoutarde»,TheHindu,17septembre1998.

3.

Rapportsurlaproductiond’huilealimentairepar

lesystèmedespressoirs:«GhaniOilIndustry»,

Mumbai,KVIC.

4.

«Lesecteurdesoléagineuxabesoind’être

libéralisé,selonl’Associationaméricainedusoja»,

EconomieTimes,22septembre1998.

5.

BusinessLine,12octobre1998.

6.

A.V.Krebs,TheCorporateReapers:TheBookof

Agribusiness,Washington,DC,EssentialBooks,1992.

7.

CliveJames,«Bilanmondialsurlesplantes

transgéniquesen1997»,1SAAABriefs.Cambridge

(MA),MITPress,1997.VoiraussiGregD.Horstmeier,«

Leçonsaprèsunepremièreannéed’essai:les

agriculteurstiendrontcomptedeleurexpériencepour

cultiverleslégumineusesRoundupReadyen1998»,

FarmJournal,janvier1998,p.16.

58

8.

Associationaméricainedusoja,«Statistiquesdu

soja,1998».

9.

AnnualSoyStatsGuides,ChesterfieldMO,United

SoybeanBoard.

10.

A.V.Krebs,op.cit.

11.

BrianBelcheretGeoffreyHawtin,APatentonLife

OwnershipofPlantandAnimalResearch,Ottawa,

InternationalDevelopmentResearchCenter,1991.

12.

VandanaShiva,«Moutardeousoja?L’avenirdes

pratiquesculturellesindiennesenmatièred’huiles

alimentaires»,Navdanya,1998.

13.

IrfanKhan,GeneticImprovementofOilseed

Crops,NewDelhi,UkaazPublications,1996,p.334.

14.

M.G.Fitzpatrick,«Rapportsurlesgrainesdesoja

etlesproduitsdérivés:recherchesurleurseffets

toxiques»,Nouvelle-Zélande,AllanAspelland

Associates,AnalyticalChemistsandScientific

Consultants,31mars1994,p.5.

15.

B.A.CharpentieretD.E.Lemmel,«Technique

automatiséerapidepourmesurerl’activitédes

inhibiteursdelatrypsinedanslesproduitsàbasedesoja

etdanslesalimentscourants»,JournalofAgricultural

andFoodChemistry,32,1984,p.908.

16.

I.E.LieneretJ.M.Pallansch,«Purificationd’une

substancetoxiquedanslafarinedesojadégraissée»,

JournalofBiochemicalChemistry,197,1952,p.29.

17.

S.L.Fitzgeraldetal.,«Absorptiondes

oligoélémentsetrapportphytate/zincet

calcium/phytate/zincdansl’alimentationchezdes

femmesguatémaltèquesdeszonespériurbainesaucours

dutroisièmetrimestredelagrossesse»,American

JournalofClinicalNutrition,57,1993,p.725.Voiraussi

59

J.W.ErdmanetE.J.Fordyce,«Produitsàbasedesojaet

régimealimentairechezl’homme»,AmericanJournalof

ClinicalNutrition,49,1989,p.725.

F.A.Kinil,«Toxicitéhormonalechezlenouveau-

né»,Mono-graphsonEndocrinology,31,1990.Voir

aussiR.J.ApfeletS.M.Fi-sher,ToDoNoHarm:DES

andtheDilemmaofModemMedicine,NewHaven,Yale

UniversityPress,1984.

19.

A.Axelsoletal.,«Lesoja:unesourcealimentaire

d'analoguesnonstéroïdiensdesœstrogèneschez

l’hommeetlesanimaux»,JournalofEndocrinology,102,

1984,p.49.VoiraussiK.D.R.Setchelletal.,«Œstrogènes

nonstéroïdiensd’originealimentaire:rôlespossibles

danslesmaladieshormono-dépendantes»,American

JournalofClinicalNutrition,40,1984,p.569.

20.

RichardJames,«Latoxicitédesgrainesdesojaet

deleursproduitsdérivés»,manuscritnonpublié,1994,

p.1.

60

3

Levoldesrichessesdelamer

Àl’échellemondiale,lepoissonfournit17%des

protéinesanimalescontribuantàl’alimentationhumaine.

Plusde200millionsdepersonnesdépendentdelapêche

pourleursmoyensd’existence.

Ladiversitébiologiquedespoissonsestconcentréedans

leseauxtropicales.Dansl’océanIndienetlePacifique

Ouestvivent,estime-t-on,1500espècesdepoissonset

plusde6000espècesdemollusques,contreseulement

280espècesdepoissonset500espècesdemollusques

dansl’AtlantiqueEst.LesrivièresduBrésilhébergent3

000espècesdepoissonsd'eaudouce,etcellesde

Thaïlande,plusde1000.

S’ilestvraique75%dupoissonconsommé

actuellementdanslemondeprovientdelapêchedes

espècessauvagesdanslesécosystèmesnaturels,l’élevage

industrieldespoissonsetdescrustacés(ouaquaculture)

est,dansl’économiemarine,lesecteurd’activitéquicroît

leplusvite,l’aquaculturedescrevettesétantlaplusen

pointedanslespaystropicaux.Àl’échellemondiale,plus

delamoitiédescrevettesetdusaumonquel’on

consommesontissusdel’élevage,etnonpasdelapêche.

Levolumedespoissonscapturés,danslemondeentier,a

plusquequadrupléaucoursdesquarantedernières

années.Cetterécoltemassiveaétérenduepossiblepar

61

unextraordinaireaccroissementdelapêcheindustrielle.

Celle-cisesertd’énormesfiletsdérivantspourattraperle

poisson.Plusde3,5millionsdekilomètresdefilets

synthétiquessontainsiutiliséschaqueannée-une

longueurquipermettraitdefaire88foisletourdela

Terre.Plusdelamoitiédespoissonscapturésdansces

véritablespiègesmortelsquesontlesfiletsdérivants

appartiennentà200espècesnoncommercialisables.

Cesactivitésn’étantpasmenéesdansune

perspectived’économiedurable,70%desressources

mondialesenpoissonssontsurexploitéesou

complètementépuisées,selonl’OrganisationdesNations

uniespourl’alimentationetl’agriculture.Lespêches

étantdésormaismoinsproductives,100000personnes

ontperduleurtravail,etdesmillionsd’autressont

menacéesàleurtour.Avecl’effondrementdelapêcheà

lamorueauCanada,parexemple,80000personnes,

hommesetfemmes,ontperduleursmoyensd’existence.

TORTUESDEMERETCREVETTES

EnInde,onconsidèrelatortuedemercommeun

animalsacré.C’estl’unedesdixincarnationsdeVishnu,

leseigneuretleconservateurdelacréation.LaSatapatha

Brahmanadéclare:«LeSeigneurdeladescendance,

ayantprislaformed’unetortue,engendra.Ildonnala

totalitédelacréation,d’oùlenomdeKurmaassociéàla

tortue'.»Danslemythedubarattagedesocéans,ledieu

Vishnuapparaîtsouslaformed’unetortuedemerpour

retrouverleschosesperduesdansledélugesurvenuà

l’èreprécédente.Lebarattagen’apuêtreréaliséqu’à

partirdumomentoùVishnu,souslaformedelatortue

62

demer,anagéjusqu’aufonddel’océan,afindeservirde

pivotsurlequellemontMandaras’estappuyé,devenant

lebâtondubarattage.Cemythemetenévidence

l’importancedelatortuedemerdanslemaintiendela

vie,etc’estlaraisonpourlaquelleleshabitantsdescôtes

del’Indeluivouentungrandrespect.Lespêcheurs

traditionnelsemploientdestechniquesdepêchenon

violentespourêtresûrsquedesespècesmarinestelles

quelatortuedemernesoientpastuéesoublessées.

Lesêtreshumainsetlestortuesdemercoexistent

lelongdescôtesindiennesdepuisdessiècles.Maisles

chalutiersmécanisés,introduitsdansleseauxindiennes

aucoursdesdernièresdécenniesparlebiaisdu

financementdudéveloppementetaunomdela«

modernisation»,fontcourirungravedangerauxtortues

demer.Leschalutiersindustrielsquipèchentlacrevette

sontcapablesdebalayerunkilomètrecarrédefondde

merendixheures,etl’onestimeque150000tortuesde

merpérissentchaqueannéedanslesfiletsdesgrands

chalutiers.

Lacôtedel’Orissahébergeait,ilyapeu,laplus

grandecoloniemondialedetortuesdemerolivâtres-

uneespècemenacéed’extinction.Cettecôteest

aujourd’huitristementcélèbrecommeleurplusgrand

cimetière.Ennovembre1998,onaretrouvé26deces

tortuesmortessurlesplagesdel’Orissa;lemoissuivant,

652cadavress’yéchouaient,etenjanvier1999leur

nombres’élevaità4682.Laplupartdecesmortsontété

attribuéesàl’actiondirectedeschalutiersmécanisés.En

1998,etpourladeuxièmeannéeconsécutive,cestortues

nesesontpasrassembléesenmassesurlaplagede

Gahirmata,lelongdelacôted’Orissa2.

63

L’Indesesitueauseptièmerangmondialdela

productiondepoissonsdemeretaudeuxièmerangpour

lespoissonsd’eaudouce.Lelongdeses7000kilomètres

decôtesviventdesmillionsdefamillesdepêcheurset

d’agriculteurs.Jusqu’àlafindesannées1950,larécolte

depoissonsdemerenAsieduSud-Ests’estaccruede5

%paran,bienqu’aucunenouvelletechnologien’aitété

introduitejusque-là.Aucoursdecettepériode,de5à6

000tonnesdecrevettesrosesétaientexportéeschaque

annéed’IndeendirectiondelaBirmanie,delaThaïlande

etdelaMalaisie,cequireprésentait,envaleur,de25à30

%desexportationsannuellesdecrevettesdanslemonde.

Latechniquedeschalutstiréssurlefondmarina

étéintroduiteenAsieduSud-Estdanslesannées1960.

Cherchantàcapturerlescrevettes,quivivent

généralementàpeudeprofondeur,cetypedechalut

ratisselefondmarin,soulevantlavaseettroublant

considérablementleseaux,cequidétruitcomplètement

lemilieudeviedespoissonsquiviventoufraientsurle

fond3.Àlafindesannées1970etaudébutdesannées

1980,letauxdecroissancedelapêcheauxpoissonsde

merestdescenduà2%paran.Parallèlement,endépitde

lastagnationglobaledel’économiemarine,l’exportation

descrevettesroses(toutesdestinéesauxmarchés

japonaisetaméricainsousformecongelée)s’estaccrue

defaçonspectaculaire.

Leschalutiersindustrielsemploientdesfilets

capablesdecueillirdesbancsentiersdepoissons,dont

beaucoupn’ontpasdevaleurcommerciale,bienqu’ils

aientunegrandeimportancepourl’écosystème.Ceux

quinesontpasconsommés,ouquin’ontpaslabonne

taillepourêtrevendusouempaquetésselonlesnormes,

64

sonttuésetrejetésàlamer.Onlesappelle«fausses

prises»ou«rebuts».SelonTheEcologist,onestimela

massedeces«rebuts»àunminimumannuelde27

millionsdetonnes,cequiéquivautàplusd’untiersdela

totalitédespoissonsdemerramenésausoldansles

pêcheriesindustriellesdumondeentier4.Uneétude

menéeenAlaskasuggèrequelevolumedes«rebuts»,

lorsdelapêcheaucraberoyaldanslamerdeBering,

atteintplusdecinqfoisceluidescrabesréellement

capturés.LorsdelapêcheàlamorueenNorvège,au

coursdelasaison1986-1987,les«rebuts»semontèrentà

100000tonnes.

Al’échellemondiale,onestimequelapêcheau

chalutdescrevettesgrisesetrosesestlaformedepêche

quiengendrelaplusgrandequantitéde«rebuts»:près

de16millionsdetonnesparan.Danslecadrede

certainespêchesàlacrevette,jusqu’à15tonnesde

poissonssontrejetéespar-dessusbordpourchaquetonne

decrevettesdébarquée.Laplupartdeces«faussesprises

»,parmilesquellesdestortuesdemer,sontmortesou

mouranteslorsqu’onlesrejetteàlamer.Or,ils’agitde

touteunegammed’espècesquiformentlabase

économiquedelapêchetraditionnelleetlabase

écologiquedumilieumarin.

Auregarddesemploisqu’ellessuppriment,de

leurimpactnégatifsurladiversitédesespècesetdeleur

incapacitéàs’inscriredanslaperspectived’un

développementdurable,lestechniquesdepêche

industrielle,quivisentàmaximiserlerendement

commercialàcourtterme,sontcritiquables.Àpartirdu

momentoùellesnesontplusrentables,lespêcheries

fermentrégionaprèsrégion.Neufdesplusgrandes

zonesdepêchedumondesontenvoied’être«épuisées»

commercialement,etquatrelesontdéjà.Lesprisesdans

lenord-ouestdel’Atlantiqueontdiminuéglobalement

d’untiersaucoursdesvingtdernièresannées.ÀTerre-

Neuve,leszonesdepêchesontdéfinitivementfermées

depuis1992.En1991,l’OrganisationdesNationsunies

pourl’alimentationetl’agricultureaffirmaitquele

volumedepoissonscapturéscontinueraitàcroître,mais

ellereconnaîtàprésentqu’environ70%desréserves

mondialesdepoissonsont«épuisées»ou«presque

épuisées»,etque«lesespècesdepoissonsdemerles

plusintéressantescommercialementsontexploitéesau

maximum5».

Àmesurequelaqualitéécologiquedumilieu

marinsedégradait,lapêcheauxcrevettesaaussidécliné.

Danslaplusgrandezonedepêcheàlacrevetterosedu

sud-ouestdel’Inde,lesprisesontchutéde45477à14

582tonnesentre1973et1979.Lesrapportscommerciaux

soulignentégalementquelagammedescrevettesroses

exportéesachangédecompositionaufildesans,passant

desgrossesespèces(naran,kazhandari)àdepluspetites

(karikadi,poovalan).Onadmetgénéralementquecela

constitueunsignedesurexploitationdesressourcesen

crevettes6.

CHALUTCONTRETORTUEDEMER

Depuislesannées1970,lescommunautés

pratiquantlapêchetraditionnelleappellentà

l’interdictiondeschalutiersmécanisésafindeprotégerla

faunemarineetdesauvegarderleursmoyens

d’existence.Ellesdemandentauxconsommateursdu

66

Nord,quisontlesdestinatairesdesexportationsde

crevettesindiennes,delessoutenirenboycottantles

crevettespêchéesaumoyendeschalutiersmécaniséset

cellesquiproviennentd’élevagespratiquantune

aquaculturenondurable.Celapourrait,biensûr,

entraînerunediminutiondelaconsommationdeces

crustacésparlesrichesetuneréductiondevolumedu

commercemondial,maiscelapermettraitauxressources

marinesdeserégénéreretauxcommunautésde

pêcheurstraditionnelsderetrouverleursrevenus.

Malheureusement,lesgroupesécologistes

américainsn’ontpasprisconsciencedespositionsnide

laforcedumouvementreprésentéparlesgroupes

écologistesindiensetparlescommunautésdepêcheurs

traditionnelsenInde,desortequeleproblèmen’afait

ques’aggraver.Lesécologistesaméricainsontprisen

comptelemassacredestortuesdemerdûàlapêcheaux

crevettesaumoyendechalutiersmécanisés,maisilsne

sesontpasjointsauxécologistesindienspourappelerà

l’interdictiondecetypedechalutageetauboycottage

descrevettesparlesconsommateurs.Enfait,dansles

années1990,lesorganisationsécologistesaméricainesont

plutôtappeléàl’utilisationdechalutsmunisde

dispositifsspéciauxpermettantauxtortuesdemerde

s’échappersiellessontprises,etàl’interdictiondes

importationsdecrevettesprovenantdechalutiersnon

équipésdecetypedefilet.

Voicienrésumélapositiondesgroupesécologistes

américains:

LesEtats-Unisreprésententl’undesdeuxplusgrands

marchésdumondepourlaconsommationdescrevettes

etdeleursdérivés;orcelle-ciestlacauseprincipaledela

67

mortenmassedestortuesdemer.Étantdonnéqu’il

existeunliendecauseàeffetentrelechalutagemécanisé

etletauxdemortalitédestortuesdemer,lacapacitédes

États-Unisàdiminuerl’impactdeleurconsommationde

crevettessurlespopulationsdetortuesdemerrevêtune

importancecrucialepourlaprotectiondecesespècesqui

sontmenacéesd’extinction.L’emploidechalutsspéciaux

parleschalutiersalimentantencrevetteslegrandmarché

américainreprésentelaméthodelaplusécologiqueetla

plusefficacepourpermettreauxÉtats-Unisdeprotéger

cesespècesendanger,toutenpermettantauxchalutiers

decontinueràtravaillerrelativementsansentraves7.

L’interdictiondesimportationsdecrevettes

provenantdechalutiersnonéquipésdecesdispositifs

spéciauxfutinstituéeparlesÉtats-Unisen1997.Un

groupedepaysasiatiques,comprenantl’Inde,la

Malaisie,laThaïlandeetlePakistan,aattaquécette

décisiondevantlajuridictionderèglementdesconflits

del’OMC.Cettedernièreaémisunjugementquin’apas

prisencomptelesaspectsécologiquesdelamesure,mais

seulementsesdimensionscommerciales.Puisquetoutes

lesmesuresécologiquesontpoureffetderestreindreles

activitéscommercialesayantunimpactdestructeursur

l’environnement,ellessontconsidéréesparl’OMC

commedesentravesaucommerce,etsontdoncillégales

auregardduGATT.

Manifestement,encetteèredemondialisationque

nousconnaissonsaujourd’hui,ladéfensede

l’environnementimposequ’unesolidaritéetune

coopérationnouvelless’établissententrelesmouvements

écologistesduSudetduNord.11faudraitquecette

solidariténouvellesefondesurlaprisedeconscience

68

queleproblèmesoulevéparlapêcheauchalutmécanisé

neselimitepasàlapréservationdestortuesdemer.Plus

exactement,laprotectiondecesdernièresdoitallerde

pairaveclaprotectiondescommunautésdepêcheurs

traditionnelsetdeleurspratiquesfavorablesàla

préservationdesmilieuxetdesespèces.Ils’agitdoncde

renforcerlaréglementationprotégeantàlafois

l’environnementetlesgens.L’initiativedesécologistes

américains,quiaconduitàinterdiredefaçonsélectiveles

exportations,aentraînéauboutducompteune

accélérationdeladestructiondel’environnement(via

l’accroissementdel’activitédeschalutiersindustriels).

Puisquel’abolitiondesréglementationsécologiques

constituel’undesobjectifsessentielsdumouvementde

libéralisationducommerce,lelibre-échangeetla

protectiondel’environnementnepeuventcoexister.Si

l’onveutsauverlestortuesdemer,ilfautmettrefinàla

foisauxtechnologiesetauxactivitéscommerciales

destructricesdel’environnement.

Lejugementpromulguéparl’OMCreprésenteune

victoirepourlesacteurscommerciauxquinesesentent

aucuneresponsabilitéparrapportàaucunpaysou

écosystème.Cen’estpasunevictoirepourl’Inde,parce

quel’Indeneseconfondpasavecl’exploitation

industrielledescrevettes.L’Indec’estsescôtesetses

bordsdemer,c’estsesmontagnesetsesrivières,ses

fermesetsesforêts.L’Indec’estsespaysans,ses

villageoisetsespêcheursdontlesressourcesetles

moyensd’existencesontentraindes’effondreràcause

deladestructiondeleurenvironnement.L’Indec’est

aussisestortuesdemer.

69

LABRUTALITÉDELA«RÉVOLUTIONBLEUE»

Selonl’institutinternationalderecherchesurla

politiquealimentaire,«poursatisfairelademande

mondialedepoissonquinecessedecroître,ilfaudrase

tournerversl’aquaculture8».

Lorsqu’onveutjustifierlerecoursàl’aquaculture

industrielle,eneffet,onseréfèrehabituellementàces

deuxargumentsfondamentaux:l’épuisementdes

ressourcesmarinesetlamalnutritionchezlespauvresdu

tiersmonde.Parexemple,onditquelaBanquemondiale

etlesinvestisseursindustrielsontdéveloppé

l’aquaculturedescrevettesparcequelademandeallait

croissant,tandisqueleurpêchedevenaitdemoinsen

moinsproductive.

Laquantitédecrevettesproduitesenélevageest

passéede10%delaquantitétotaledecrevettes

disponiblessurlemarchéen1985à30%en1992.Les

crevettesd’élevageontreprésenté12millionsdetonnes

surunemassetotalede98millionsdetonnesen1989-

1991,etl’ons’attendàcequ’ellesatteignentde15à20

millionsdetonnesen20109.Bienquelesorganismes

internationauxprésententlescrevettescommelemoyen

derépondreàl’insuffisancedelaproductionalimentaire

mondiale,etnotammentàl’insuffisancedelarationen

protéinesdanslerégimealimentairedespauvres,en

réalité,cescrustacésnecomptentquepourpeudans

l’alimentationdespopulationsmondiales:ils’agitd’un

produitdeluxequiestconsomméprincipalementparles

richesdespaysdéveloppés.

Pratiquerl’élevagedespoissonsoudescrevettes

rosesesttoutàfaitautrechosequedecapturerces

70

animauxàl’issuedeleurdéveloppementdanslanature.

Lesaquaculteursdoivententreteniretgérerleurélevage

decrevettesdelamêmefaçonquesic’étaitune

exploitationagricole,enveillantauxconditions

météorologiques,àlaquantitéetàlanaturedesaliments

fournisauxanimaux,toutcelaafind’obtenirunebonne«

récolte».Dansdenombreuxsystèmesdeproduction

agricoletraditionnelle,uneaquaculturedurablea

toujoursétépratiquéedeconcertavecunmode

d’agriculturedurable.Cependant,l’aquaculture

industriellemoderne,la«révolutionbleue»,a

récemmentfaitsonapparition.Etcommedanslecasde

laproductiondescéréales,l’aquacultureindustrielle

consommeplusderessourcesqu’ellen’enproduit.Selon

l’économisteJohnKurien,en1988,l’aquaculturedes

crevettesauniveaumondialaconsommé1,8millionde

tonnesd’alimentsàbasedepoisson,préparésàpartirde

900000tonnesdepoissonfrais.Onestimeenoutrequ’à

compterdel’année2000,l’Asieproduira5,7millionsde

tonnesdepoissonsélevésenaquaculture.Pournourrir

cesderniers,ilfaudraleurfournirenviron1,1millionde

tonnesd’aliments,provenantd’unemassestupéfiantede

poissonfrais:5,5millionsdetonnes,soitprèsdudouble

delamassedepoissonspéchésenIndeaujourd’hui.

Lesalimentsàbasedepoissonconstituentlelien

crucialentrel’aquacultureindustrielleetlapêche

industrielle,puisquelepoissonservantàlespréparerest

péchéenmerparleschalutiersetparlessenneurs,

lesquelssontconnuspourleuractiondestructricesurla

faunemarine.Celamontrebienàquelpointestillogique

l’argumentdelaBanquemondialeselonlequel

l’aquaculture,ens’éloignantdel’activitéprimitivede

71

chasseetdecueillette,représenteunprogrèsanalogueà

celuidel’agriculture-progrèsqui,selonelle,permettra

deréduirelapressionsurlesressourcesmarines10.

SOUTIENPUBLICPOURPROFITSPRIVÉS

L’aideinternationaleàl’aquacultureestpasséede

368millionsdedollarsen1978-1984à910millionsde

dollarsen1988-1993n.LaBanquemondialesoutient

l’aquaculturedepuislesannées1970,époqueàlaquelle

elleacommencéàfournirdesprêtsauxgouvernements

asiatiquesetlatino-américainspourconstruiredes

bassinsàcrevettes.LaBanqueafinancédesprogrammes

dedéveloppementdecegenreenIndonésie,aux

Philippines,enThaïlandeetauBangladesh.Dansles

années1980,elleaétendusonsoutienàlaChine,àl’Inde,

auBrésil,àlaColombieetauVenezuelal2.Ces

investissementsontsurtoutportésurledéveloppement

d’infrastructures,souslaformederoutesetdesystèmes

deréfrigération,cequiaouvertlavoieàl’expansionde

l’aquacultureindustrielledescrevettesdanslesannées

198013.En1992,laBanquemondialeainvesti1,7milliard

dedollarsdansl’agricultureetlespêcheries,l’Indeen

ayantreçu425millionspourl’aquaculturedescrevettes

etdespoissons.LaBanqueavaitnotéquelaproduction

decrevettesenInde,leplusgrosproducteuret

exportateurmondialdecescrustacésdanslesdeux

dernièresdécennies,reposaitsurdessystèmesd’élevage

traditionnels,danslesquelslesbassinsétaient

fréquemmentutiliséspourlaculturedurizdurantla

saisondespluies,tandisqu’ilsétaientconvertisen

72

milieuxd’élevagepourlescrevettesetlespoissonsle

restedel’année.SelonlaBanque,ils’ensuivaitqueles

rendementsétaientbas(300kilosdecrevettespar

hectare),cequis’expliquait,toujoursselonelle,parla