Vous êtes sur la page 1sur 19

Projet éléments finis sur Abaqus

Christian Lécluse 4 GM-IM

Etude d’un renfort en treillis d’une poutre IPN de pont roulant

Cahier des charges :

Assemblage soudé des divers constituants hors de la salle grise, les éléments ainsi constitués feront moins de 10 m pour pouvoir entrer dans un four afin d’y être thermo laqués. Leur poids sera de 1500 N au maximum pour faciliter la manutention et la longueur totale du treillis devra être inférieure à 14 m. Les diverses parties du treillis seront boulonnées à poste dans la salle grise.

Acier utilisé : S355 (Re=355MPa) Flèche maximale sous charge de service (2 fois 7.7 tonnes) : 14.5 mm Coefficient de sécurité relatif à toute concentration de contraintes : 1.5 (avec la charge maximale valant 2 fois 11.5 tonnes) donc σmax=236 MPa.

Démarche :

1- Vérification du non respect du cahier des charges avec la poutre existante 2- Renfort en treillis 3- Détail à l’endroit le plus sollicité du treillis 4- Contraintes induites par les trous de fixation du treillis dans la semelle inférieure de l’IPN 5- Cisaillement d’un boulon non serré 6- Flambage du renfort en treillis

1- Vérification du non respect du cahier des charges avec la poutre existante

non respect du cahier des charges avec la poutre existante Profil de la section Modèle utilisé

Profil de la section

des charges avec la poutre existante Profil de la section Modèle utilisé Matériau : acier S355
des charges avec la poutre existante Profil de la section Modèle utilisé Matériau : acier S355
des charges avec la poutre existante Profil de la section Modèle utilisé Matériau : acier S355

Modèle utilisé

Matériau : acier S355 Densité =7.8 Coefficient de poisson = 0.3 E = 210 GPa

S355 Densité =7.8 Coefficient de poisson = 0.3 E = 210 GPa Visualisation de l’allure de

Visualisation de l’allure de la poutre avec l’option “Part

display options” suivie de

“render beam profiles”

2

Résultats : flèche maximale de 32.41 mm Nécessité d’un renfort 3

Résultats : flèche maximale de 32.41 mm Nécessité d’un renfort

2- Renfort en treillis

2- Renfort en treillis Modèle : le système est modélisé avec l’option “shell” utilisée pour tracer
2- Renfort en treillis Modèle : le système est modélisé avec l’option “shell” utilisée pour tracer

Modèle : le système est modélisé avec l’option “shell” utilisée pour tracer la poutre et avec l’option “wire” pour

dessiner le treillis.

On partitionne la poutre pour d’une part pouvoir lui assigner les bonnes sections et d’autre part

pouvoir appliquer la charge au niveau des galets.

part pouvoir lui assigner les bonnes sections et d’autre part pouvoir appliquer la charge au niveau
part pouvoir lui assigner les bonnes sections et d’autre part pouvoir appliquer la charge au niveau
part pouvoir lui assigner les bonnes sections et d’autre part pouvoir appliquer la charge au niveau
part pouvoir lui assigner les bonnes sections et d’autre part pouvoir appliquer la charge au niveau

4

Liaison à 2 ponctuelles à l’extremité gauche Effets de la gravité Chargement dû au chariot

Liaison à 2 ponctuelles à l’extremité gauche

Liaison à 2 ponctuelles à l’extremité gauche Effets de la gravité Chargement dû au chariot à

Effets de la gravité

ponctuelles à l’extremité gauche Effets de la gravité Chargement dû au chariot à la charge maximale

Chargement dû au chariot à la charge maximale

la gravité Chargement dû au chariot à la charge maximale Section semelle basse IPN Profil des

Section semelle basse IPN

au chariot à la charge maximale Section semelle basse IPN Profil des diagonales du treillis Profil
au chariot à la charge maximale Section semelle basse IPN Profil des diagonales du treillis Profil
au chariot à la charge maximale Section semelle basse IPN Profil des diagonales du treillis Profil
au chariot à la charge maximale Section semelle basse IPN Profil des diagonales du treillis Profil

Profil des diagonales du treillis

Profil de la corde du treillis

Liaison ponctuelle à

l’extremité droite

5

Résultats

Contrainte maximale dans le treillis : 151.5 MPa < 236 MPa
Contrainte maximale dans le treillis :
151.5 MPa < 236 MPa
Flèche maximale à pleine charge : 13.39 mm < 14.5mm 6
Flèche maximale à pleine charge : 13.39 mm < 14.5mm
6

3- Détail à l’endroit le plus sollicité du treillis

Soudure la plus sollicitée. Affinons la modélisation pour vérifier sa bonne tenue
Soudure la plus sollicitée. Affinons la
modélisation pour vérifier sa bonne tenue

On a relevé au préalable les déplacements des 4 extrémités de cette pièce sur le

modèle global grâce aux options :

Tool => query => probe values => node

de cette pièce sur le modèle global grâce aux options : Tool => query => probe
7
7

Sections

8
8

Conditions aux limites

Dans “interaction”, on

crée une contrainte de

type “coupling” sur chacune des 4 extrémités

de la pièce pour ensuite appliquer les “boundary

conditions” de type

“displacement rotation”

conditions” de type “displacement rotation” interaction => coupling On applique les déplacements et
interaction => coupling
interaction => coupling
type “displacement rotation” interaction => coupling On applique les déplacements et rotations (relevés sur le
type “displacement rotation” interaction => coupling On applique les déplacements et rotations (relevés sur le
type “displacement rotation” interaction => coupling On applique les déplacements et rotations (relevés sur le

On applique les déplacements et rotations (relevés sur le modèle global) aux points de référence utilisés pour faire le coupling

9

Résultats

Contrainte maximale dans la soudure :

182 MPa < 236 MPa

Résultats Contrainte maximale dans la soudure : 182 MPa < 236 MPa 10
Résultats Contrainte maximale dans la soudure : 182 MPa < 236 MPa 10

4- Contraintes induites par les trous de fixation du treillis dans la semelle inférieure de l’IPN

On simplifie le renfort en prenant un IPN équivalent que l’on choisit de telle façon que la flèche maximale soit la même qu’avec le treillis. On va de plus alléger la résolution en ne traitant qu’un quart du système réel grâce à l’utilisation des 2 symétries du problème.

grâce à l’utilisation des 2 symétries du problème. L’âme de la poutre voit son épaisseur divisée
L’âme de la poutre voit son épaisseur divisée par 2 en raison de la symétrie.
L’âme de la poutre voit
son épaisseur divisée
par 2 en raison de la
symétrie. De même, la
longueur dessinée n’est
plus que de 7.3 m
11

Conditions aux limites et chargement

Conditions aux limites et chargement La force des galets du chariot est divisée par 2 pour
Conditions aux limites et chargement La force des galets du chariot est divisée par 2 pour

La force des galets

du chariot est divisée par 2 pour prendre en compte la symétrie

aux limites et chargement La force des galets du chariot est divisée par 2 pour prendre
aux limites et chargement La force des galets du chariot est divisée par 2 pour prendre
aux limites et chargement La force des galets du chariot est divisée par 2 pour prendre

12

Contraintes de type “tie” dans “interaction” au niveau de chaque trou

Contraintes de type “tie” dans “interaction” au niveau de chaque trou 13

Résultats

Contraintes, vue générale

Résultats Contraintes, vue générale Contraintes, détail du trou le plus chargé : 150MPa < 236 MPa

Contraintes, détail du trou le plus

chargé : 150MPa < 236 MPa

Déplacements, U2 , flèche maximum : 14.1 mm < 14.5 mm

5- Cisaillement d’un boulon non serré

Au fichier de la partie 4, on rajoute une “part” supplémentaire appelée boulon comme indiqué ci-dessous

De même, on crée les contraintes “tie” adéquates entre boulon et poutre et boulon et
De même, on crée les contraintes “tie”
adéquates entre boulon et poutre et
boulon et renfort

Résultats

Résultats Contrainte maximum obtenue par cisaillage : 700 Mpa. Avec une qualité de vis de 12.9,
Résultats Contrainte maximum obtenue par cisaillage : 700 Mpa. Avec une qualité de vis de 12.9,

Contrainte maximum obtenue par cisaillage : 700 Mpa. Avec

une qualité de vis de 12.9, on

pourra supporter ce cisaillement.

On essaie de mailler plus finement la partie intéressante du boulon, et pour n’avoir que le boulon à l’écran, sans poutre ni renfort, on utilise l’option “create display group”

16
16
6- Flambage du renfort en treillis Modelling space Sections et profiles
6- Flambage du renfort en treillis
Modelling space
Sections et profiles
du renfort en treillis Modelling space Sections et profiles “Boundary conditions” extraites du modèle complet 1

“Boundary conditions” extraites du modèle complet

17

Résultats

Eigen values 0 base state 102.17 106.21 Donc aucun risque en flambage pour les cas
Eigen values
0 base state
102.17
106.21
Donc aucun risque en
flambage pour les cas
réels de chargement
116.74
122.25
124.61

Avec “Lanczos”

Eigen values 0 base state -4.13 -4.46 -4.66 Cela représente un cas de chargement pour
Eigen values
0 base state
-4.13
-4.46
-4.66
Cela représente un cas de
chargement pour lequel on
viendrait pousser par dessous la
poutre (qui n’arrive jamais)
-5.46
-5.61

Avec “Subspace”

pour lequel on viendrait pousser par dessous la poutre (qui n’arrive jamais) -5.46 -5.61 Avec “Subspace”
pour lequel on viendrait pousser par dessous la poutre (qui n’arrive jamais) -5.46 -5.61 Avec “Subspace”

18

Conclusion

- Le treillis étudié est robuste face aux cas de chargement qui lui seront appliqués.

-On pourrait tenter de l’alléger pour

gagner en coût de matière et en facilité de manutention.

- Il pèse en effet 858 kg, il faudra donc le diviser en 6 morceaux qui seront boulonnés entre eux sur place.

donc le diviser en 6 morceaux qui seront boulonnés entre eux sur place. Mesure de la

Mesure de la masse du treillis sur Abaqus