Vous êtes sur la page 1sur 7
CARREIRA DIPLOMÁTICA Disciplina: Frances Prof. Sandrine Schoofs Aula nº 16 Aula ONLINE Les petits Français

CARREIRA DIPLOMÁTICA

Disciplina: Frances

Prof. Sandrine Schoofs

Aula nº 16

Aula ONLINE

Les petits Français ne font pas assez d'exercice physique

Mots clés : obésité, surpoids, activité physique, FRANCE

Par Martine Perez

06/07/2010 | Mise à jour: 14:00 Réactions (16)

Perez 06/07/2010 | Mise à jour: 14:00 Réactions (16) L'activité physique permet aux enfants d'acquérir

L'activité physique permet aux enfants d'acquérir une masse musculaire et osseuse pour la vie. Crédits photo : Nicolas TAVERNIER/REA

Seuls 10% des élèves de primaire pratiquent au moins 60 minutes d'exercice par jour, selon une étude menée dans le Nord.

L'être humain a été sélectionné génétiquement au fil des millénaires pour chasser, courir, se défendre… mais sûrement pas pour rester affalé toute la journée devant un écran, qu'il s'agisse d'une console de jeu, de la télévision ou d'un simple ordinateur. L'inactivité provoque chez lui obésité, diabète, hypertension, hypercholestérolémie, arthrose…. L'exercice physique lui confère force, tonus et préserve son capital de santé physique et mentale. Les bienfaits de l'activité physique à tout âge ne sont plus à démontrer.

Pour les enfants, l'activité physique permet d'acquérir une masse musculaire et osseuse pour la vie, mais aussi de développer tôt des bonnes habitudes et de lutter contre l'obésité. Une enquête publiée ce mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'Institut de veille sanitaire sur des enfants d'une dizaine d'années vient de dévoiler que seulement 10% d'entre eux effectuent une activité sportive d'au moins soixante minutes par jour (le temps officiellement recommandé pour les enfants). La majorité étant donc désespérément sédentaire. Cette enquête, réalisée par le laboratoire de santé publique de l'université Lille Nord avec le service de promotion en santé de la Mairie de Villeneuve-d'Ascq, devrait inciter les pouvoirs publics à repenser la place de l'activité sportive dans le système scolaire actuel.

En 2008, une enquête internationale avait classé les élèves français parmi ceux faisant le moins d'activité physique, comparé à d'autres pays occidentaux de niveaux socio-économiques similaires. Pour vérifier cette assertion, les chercheurs se sont penchés sur le temps passé à faire du sport pour plus de 250 enfants en classes de CE2, CM1 et CM2, dans une ville du nord de la France. Interrogés sur leur état de santé, leur poids et leur pratique sportive, ils ont été dotés d'un

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

pratique sportive, ils ont été dotés d'un CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula

accéléromètre

d'accélération quotidiens.

permettant

d'évaluer

leurs

mouvements

de

déplacement

et

21% des enfants en surpoids

Les résultats de ce travail montrent tout d'abord que 21% des enfants étudiés ici sont en surpoids et 4% souffrent d'obésité. Le temps moyen passé chaque semaine à pratiquer un exercice physique varie de 142 minutes (plus ou moins 44) à 25 minutes (plus ou moins 18). Il apparaît d'une part que les garçons sont tous plus actifs que les filles, et que les enfants obèses ou en surpoids font beaucoup moins d'exercice physique que leurs pairs n'ayant pas de problèmes. Mais surtout, seulement 9% des garçons et 3% des filles ont une pratique d'activité physique satisfaisante au regard des recommandations.

C'est la première fois qu'un travail mesure en France, avec des données objectives, la pratique de l'activité physique chez l'enfant. Ces données recueillies parmi une population restreinte à une seule zone géographique ne peuvent être extrapolées pour toute la France. «Les résultats de notre étude ont de nombreuses implications, expliquent les auteurs. Il serait nécessaire de développer les politiques de promotion de l'activité physique en France…. Cette stratégie implique la prise en compte de facteurs écologiques y compris l'adéquation de l'environnement scolaire pour promouvoir sur une base quotidienne une activité physique saine pour l'enfant.»

Les conseils à suivre pour supporter la chaleur

Mots clés : Météo, Chaleur, canicule, France, Bachelot

Par Flore Galaud

02/07/2010 | Mise à jour : 09:20 Réactions (53)

Galaud 02/07/2010 | Mise à jour : 09:20 Réactions (53) Evitez de sortir à l'extérieur aux

Evitez de sortir à l'extérieur aux heures les plus chaudes. Crédits photo : AFP

PRATIQUE- Le ministère de la Santé a mis en place un numéro spécial d'information et rappelle quelles sont les précautions à prendre.

Le ministère de la Santé s'est dit prêt mercredi à faire face à une éventuelle canicule, en ouvrant plus de lits d'hospitalisation cet été que l'an dernier. Après les 15.000 morts imputés à la chaleur à l'été 2003, Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé, a indiqué devant la presse ne pas avoir «d'inquiétude particulière» pour cet été. Tour d'horizon des précautions à prendre pour les particuliers

• Numéro d'information, jusqu'au 31 août :

0 800 06 66 66 - Canicule Info Service (appel gratuit)

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

06 66 66 - Canicule Info Service (appel gratuit) CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs

• La Mairie de Paris a mis en place un dispositif d'aide et d'accompagnement en

direction des Parisiens les plus vulnérables. Pour en bénéficier, il suffit de vous inscrire en appelant le 3975 ou en remplissant un bulletin ici.

Les numéros d'urgence :

15

- Le Samu

18

- Les Pompiers

112 - Numéro d'urgence unique européen

Conseils individuels

• Evitez de sortir à l'extérieur aux heures les plus chaudes et restez à l'intérieur dans les pièces les plus fraîches (fermez les volets et les fenêtres la journée).

• Passez au moins deux ou trois heures par jour dans un endroit frais (grands magasins, cinémas, lieux publics).

• Si vous devez sortir à l'extérieur, préférez le matin tôt ou le soir tard, restez à

l'ombre. Dans la mesure du possible, ne vous installez pas en plein soleil. Et évitez les activités extérieures nécessitant des dépenses d'énergie trop importantes (sports, jardinage, bricolage…).

• Si vous devez sortir, portez un chapeau, des vêtements légers (coton) et amples, de préférence de couleur claire.

• Prenez régulièrement dans la journée des douches ou des bains frais, sans vous sécher.

• Buvez régulièrement et sans attendre d'avoir soif, au moins un litre et demi à deux litres par jour, sauf en cas de contre-indication médicale.

• Ne consommez pas d'alcool qui altère les capacités de lutte contre la chaleur et favorise la déshydratation.

• Accompagnez la prise de boissons non alcoolisées d'une alimentation solide, en fractionnant si besoin les repas, pour recharger l'organisme en sels minéraux (pain,soupes…).

• En cas de difficulté à avaler les liquides, prenez de l'eau sous forme solide en

consommant des fruits (melon, pastèque, prunes, raisin, agrumes) et des crudités (concombre, tomate), voire de l'eau gélifiée.

Conseils collectifs

• Pensez à aider les personnes dépendantes (nourrissons et enfants, personnes

âgées, personnes handicapées, personnes souffrant de troubles mentaux) en leur proposant régulièrement des boissons, même en l'absence de demande de leur

part.

• Pensez à appeler vos voisins ou vos amis âgés et handicapés pour prendre régulièrement de leurs nouvelles.

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

pour prendre régulièrement de leurs nouvelles. CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

Quand il fait trop chaud pour travailler

Fabien Fournier (lefigaro.fr)

17/08/2009 | Mise à jour : 12:14

Fournier (lefigaro.fr) 17/08/2009 | Mise à jour : 12:14 L'utilisation de ventilateurs est bienvenue sauf si

L'utilisation de ventilateurs est bienvenue sauf si la température ambiante dépasse 33°C : sinon l'appareil réchauffe l'air au lieu de le rafraîchir. (Photomontage de Lysiane Durr)

Les employés qui s'affairent en plein soleil sont les plus exposés au coup de chaud. Mais dans les bureaux aussi, des problèmes surviennent. Conseils pour tenir bon. Conseils pour tenir bon.

Les paupières sont lourdes, très lourdes. Les doigts sur le clavier semblent tout à coup empruntés. Quel est ce mal qui frappe les salariés aux beaux jours ? L'été, quand il fait trop chaud pour travailler. L'affaire est plus grave qu'il n'y paraît : en juillet 2006, durant les trois semaines de fortes températures, l'Institut de veille sanitaire (INVS) a recensé 12 décès et 230 malaises au travail. Ouvriers de chantier, déménageurs et chauffeurs routiers sont les plus exposés. «Il faut noter que la majorité des victimes de coups de chaleur sont des intérimaires ou des personnes en contrat journalier dont l'organisme n'a pas eu le temps de s'acclimater», souligne Philippe Jandrot, directeur délégué aux applications à l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Malaises au bureau

Les employés de bureau ne sont pas totalement épargnés, même si beaucoup de locaux sont à présent climatisés. «C'est surtout le cas de ceux dont le poste de travail est situé derrière de grandes baies vitrées. Ils n'ont pas la possibilité de se protéger du soleil», explique Béatrice Delaygue, médecin du travail à Lyon. Ceux-là sont sujets aux crampes, aux maux de tête, aux troubles de l'attention voire aux pertes de connaissance. «En 2003, j'ai rencontré deux employés d'entretien qui avaient fait des malaises, notamment du fait de leurs déplacements qui les exposaient à de brusques variations de température», raconte Béatrice Delaygue.

Changer les horaires de travail ?

Le chef d'entreprise est tenu de prendre les mesures nécessaires à assurer la sécurité des travailleurs (article 230-2 du Code du travail). La législation l'oblige en particulier à mettre à disposition des salariés un point d'eau potable. Les bureaux doivent être équipés par une ventilation mécanique ou naturelle. En cas de grosses chaleurs, l'INRS préconise de changer les horaires du personnel. «C'est une habitude dans le BTP : beaucoup essaient de démarrer leur activité vers 5 ou 6 heures pour terminer à 13 heures», raconte Michel Pons, médecin du travail à

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

raconte Michel Pons, médecin du travail à CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula

Avignon. La plupart des sociétés consentent aussi à alléger le dress code en été :

des tenues plus amples et plus courtes sont tolérées. «Je recommande aussi aux chefs d'entreprise d'aménager au moins une pièce climatisée où les personnes peuvent se rafraîchir si elles ne se sentent pas bien», indique Béatrice Delaygue.

Des conseils de bon sens peuvent être donnés aux salariés, comme réduire leur activité physique, aménager des temps de pause plus fréquents, éteindre les appareils électriques non indispensables ou modérer leur consommation de tabac. L'utilisation de ventilateurs d'appoint est bienvenue sauf si la température ambiante dépasse 33°C : sinon l'appareil réchauffe l'air au lieu de le rafraîchir.

Médecins: bilan du paiement à l'objectif

lefigaro.fr

28/06/2010 | Mise à jour : 17:48 Réactions (9)

Les médecins volontaires pour un paiement à la performance ont touché en moyenne 3000 euros de prime annuelle, rapporte le directeur général de l’assurance-maladie dans une interview au Quotidien du médecin aujourd’hui.

Un an après le lancement du contrat d’amélioration des pratiques individuelles (Capi), les premières primes sur objectifs seront versées cet été à 4000 généralistes pour un montant moyen de 3000 euros par médecin, précise Frédéric

van

Ce contrat, lancé le 20 mai 2009, instaure une rémunération «à la performance». Des objectifs sont fixés en termes de prévention (nombre de patients âgés vaccinés contre la grippe ou de patientes ayant effectué une mammographie par exemple), de suivi des maladies chroniques (examens prescrits aux diabétiques) et d'«efficience» économique (part des médicaments «génériqués» dans les prescriptions). Tous atteints, ils rapportent 7 euros par an par patient, soit 5 600 euros pour un médecin traitant «moyen» (800 patients).

Roekeghem.

Des primes de 1400 à 4780 euros

« Le premier bilan sur neuf mois révèle que 55 % des médecins signataires, au regard de leurs résultats, sont d’ores et déjà certains d’être rémunérés. Si nous projetons ce résultat sur un an, je peux dire que deux tiers des médecins signataires vont toucher une rémunération relativement importante dès cette première année », résume Frédéric van Roekeghem, précisant que « la rémunération des médecins et l’augmentation des examens médicaux sont autofinancées par les économies sur le médicament. » Le montant des primes varie de 1400 euros pour les 25% des médecins les moins rémunérés, à 4 780 euros eu moyenne pour les 25% les mieux rémunérés.

Une mesure controversée

Considéré « antidéontologique » par le Conseil de l’ordre des médecins, qui dénonce le fait d'«intéresser» les médecins pour orienter leurs prescriptions vers les génériques, le Capi a été signé par moins de 15.000 médecins généralistes, sur les 55.000 que compte la France. Pourtant, constate Frédéric van Roekeghem, 9.000 praticiens non-signataires auraient pu bénéficier d’une rémunération de l’ordre de 2 500 euros en moyenne. Tous les médecins généralistes éligibles pourront suivre librement leurs «performances» via leur compte internet sur ameli.fr d’ici septembre, afin de les aider à évaluer la prime qu’ils pourraient percevoir s’ils adhéraient au système.

Autre aménagement envisagée, le seuil à partir duquel un praticien peut prétendre toucher une prime pourrait être abaissé – de 25% de réalisation des objectifs actuellement, il pourrait passer à 15%.

Les spécialistes pourraient également se voir proposer une même rémunération sur objectifs, mais cela nécessitera d’abord de « définir le contenu des bonnes pratiques par spécialité », conclut Frédéric van Roekeghem.

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

spécialité », conclut Frédéric van Roekeghem. CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

Les génériques sont-ils de bons médicaments ?

Mots clés : génériques, efficacité, principe actif, princeps, FRANCE, Alain Nicolas, Afssaps

21/06/2010 | Mise à jour : 12:38 Réactions (48)

Afssaps 21/06/2010 | Mise à jour : 12:38 Réactions (48) Alain Nicolas, membre de l'Académie de

Alain Nicolas, membre de l'Académie de pharmacie et directeur des laboratoires et des contrôles de l'Afssaps, répond :

Le médicament générique est un médicament qui présente la même composition qualitative et quantitative en substances actives et la même forme pharmaceutique que le médicament princeps. Cependant, le médicament générique n'est pas la copie conforme du médicament princeps car des différences sont tolérées (forme galénique, composition en excipients) à condition qu'elles n'affectent pas la bioéquivalence démontrée par des études de biodisponibilité qui permettent de s'assurer que le devenir du principe actif dans l'organisme est superposable à celui du médicament princeps.

L'argument d'une moindre qualité supposée des médicaments génériques est parfois mis en avant auprès des prescripteurs et des patients, qui sont néanmoins de plus en plus confiants dans ces médicaments, à en juger par les résultats des enquêtes. À l'Afssaps, une collaboration étroite est organisée entre directions (évaluation/contrôle/inspection) en vue d'assurer une surveillance efficace de la qualité des médicaments génériques.

Contrôles en laboratoire

La qualité est déclarée dans le dossier d'autorisation de mise sur le marché (AMM) déposé par le demandeur. Ce dossier doit contenir une partie «qualité pharmaceutique» documentée dans les mêmes niveaux de précision et de qualification que pour un médicament de référence quelle que soit l'origine ou le lieu de fabrication de ce médicament (France ou étranger). Tous les éléments qui permettent, au sens pharmaceutique, d'assurer la qualité et la reproductibilité de la production sont déclarés, et c'est sur cette base que l'autorisation est donnée.

La qualité déclarée dans le dossier d'AMM est contrôlée selon un programme d'analyses réalisées dans les laboratoires de l'agence. La qualité du principe actif, de même que les performances pharmaceutiques du produit fini (dissolution, mise à disposition) et sa conformité sont vérifiées. Ceci permet d'assurer une surveillance du marché et de veiller à ce que les fabricants respectent leur obligation de qualité. Au cours des dix dernières années (1999-2009), 2 521 spécialités ont été analysées (524 princeps et 1 997 génériques). Les non-conformités observées n'ont pas été l'exclusivité des médicaments génériques et elles ne présentaient aucun danger majeur pour les patients. Depuis 2008, le programme des contrôles en laboratoire prend en compte la notion d'analyse de risque, qui consiste à mener des contrôles

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

de risque, qui consiste à mener des contrôles CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs –

sur des spécialités considérées comme les plus sensibles. Tout défaut constaté oblige l'industriel à des actions de correction.

Production surveillée

Les sites de production sont inspectés par l'Afssaps en France et à l'étranger pour toutes les opérations de la chaîne pharmaceutique (production, mise en forme pharmaceutique, contrôle, stockage et distribution). Les inspections dites de bioéquivalence, pour lesquelles l'Afssaps tient une place de premier plan dans le concert international, sont réalisées selon les mêmes référentiels de qualité que pour les établissements fabriquant des spécialités de référence afin de vérifier le respect des bonnes pratiques de fabrication et la conformité des produits fabriqués. Les inspecteurs vérifient également les études de bioéquivalence sur les lieux de leur réalisation, notamment le respect des bonnes pratiques cliniques et des bonnes pratiques de laboratoire.

Le bilan 2009 des actions de l'Afssaps dans le domaine des génériques est le

suivant: parmi les 1 490 demandes d'AMM déposées, 963 ont été autorisées, 91 retirées par le demandeur et 57 refusées; parmi les 44 inspections de fabricants

et d'exploitants, un seul écart critique portant sur la qualité de la matière première

a été observé; parmi les 146 spécialités génériques contrôlées en 2009, 7 non-

conformités, portant essentiellement sur les teneurs en principe actif et en impuretés, ont été mises en évidence.

Marge thérapeutique

En conclusion, les génériques sont des médicaments à part entière. Comme toute autre spécialité pharmaceutique, ils disposent d'une AMM française, sont autorisés, inspectés et contrôlés par l'Afssaps et bénéficient des mêmes garanties de qualité que les médicaments de référence. Il se peut, cependant, que dans certains cas particuliers de médicaments à marge thérapeutique étroite, le changement princeps versus générique ou inversement doive faire l'objet d'une vigilance particulière pour certains patients à risque. L'Afssaps assure une transparence de ces informations via ses supports de communication internes et externes.

CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula Online

ses supports de communication internes et externes. CARREIRA DIPLOMÁTICA – Frances – Sandrine Schoofs – Aula