Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre 6 – VLSM et CIDR 1/8

6,0 Présentation du chapitre


6,0,1 Présentation du chapitre
- Un peu d'histoire
- avant 1981 : la partie réseau est définie avec 8 bits => 256 réseaux
possibles => trop peu
- 1981 : création de l'adressage IP par classe : A sur 8 bits, B sur 16 bits,
C sur 24 bits
- 1991 : création du CIDR (Classless Inter-Domain Routing) => technique
du VSLM
- ... : développement de protocoles de routage sans classe (RIPv2,
EIGRP, OSPF)
- ce chapitre traitera :
- adressage IP par classe et sans classe
- masquage VSLM
- routage CIDR

6,1 Adressages par classe et sans classe


6,1,1 Adressage IP par classe
- ARPANET, INTERNET ont développé l'adressage par classe jusqu'en 1993
- Sans le lancement de CIDR, VLSM, NAT, l'affectation réservée à des adresses
privées, l'espace d'adressage Ipv4 serait aujourd'hui épuisé
- Classement des adresses :
Classe Nbre de Bits Début
Fin
| 1 | 2| 3| 4 |
- adresse par défaut |0| 0,0,0,0
n.a.
- classe A |0| 0,0,0,1 à
126,255,255,255
(dont adresse de bouclage) |0| 127,0,0,0 à
127,255,255,255
- classe B |1|0| 128,0,0,0 à
191,255,255,255
- classe C |1|1|0| 192,0,0,0 à
223,255,255,255
- adresse de multidiffusion |1|1|1|0| 224,0,0,0 à
239,255,255,255
- expérimentale |1|1|1|1| 240,0,0,0 à
255,255,255,255

- Les protocoles de routage RIPv2, EIGRP et OSPF utilisent les adresses de


multidiffusion.
- La structure d'adressage par classe Ipv4 :
- s'organise comme suit :
classe Masque de sous-réseau Préfixe
A 255,0,0,0 /8
B 255,255,0,0 /16
C 255,255,255,0 /24
- entraîne à la fois :
- un excédent d'adresses d'hôtes dans les classes A et B
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 2/8

- une limitation du nombre d'adresses d'hôtes dans la classe C

6,1,2 Protocole de routage par classe


- Dans un routage par classe qui ne diffuse pas les masques de sous-réseau
lors des MàJ, la détection de la classe du sous-réseau se réalise soit :
- soit, par la lecture des 4 premiers bits de poids fort du 1° octet de
l'adresse réseau
- soit, en appliquant le masque de sous-réseau de son interface d'entrée
dans le cas de routes découpées en sous-réseau

6,1,3 Adressage IP sans classe


- Suite au manque de flexibilité du système d'adressage par classe, le routage
inter-domaine sans classe (CIDR) est introduit et permet une utilisation :
- plus efficace du système d'adressage
- du préfixe de réseau qui remplace le masque de sous-réseau
- Le VLSM est utilisé en fonction des besoins en adresses et sous-réseau et non
plus des classes
- les résumés de routage ou « agrégation de préfixes » permis par l'adressage
sans classe
- véhiculent des MàJ comprenant l'adresse du réseau et son masque
- peuvent résumer des adresses IP en un super-réseau avec un masque
plus petit
- réduisent la taille des tables de routage

6,1,4 Protocole de routage sans classe


- Un protocole de routage par classe ne reconnaît une adresse qu'à l'aide de sa
classe par défaut et ne peut donc inclure une route se super-réseau dans une
table de routage
- Un protocole de routage sans classe peut installer une route se super-réseau
dans une table de routage
- RIPv2, EIGRP, OSPF, IS-IS et BGP sont des protocoles de routage sans classe

6,2 VLSM
6,2,1 VLSM en action
- VLSM découpe un réseau en sous-réseaux :
- par ex: 1 réseau X.X.X.X/16 de 65,536 adresses => 16 réseaux
X.X.X.X/20 de 4,096 adresses
=> 256 réseaux X.X.X.X/24 de
256 adresses
=> 4,096 réseaux X.X.X.X/28 de
16 adresses

6,2,2 VLSM et adresses IP


- Le VLSM offre ainsi plus de flexibilité pour créer des adresses réseaux et des
masques adaptés aux besoins

6,3 CIDR
6,3,1 Regroupement de route
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 3/8

- le résumé de routage est un processus de notification d'un ensemble contigu


d'adresses via une seule adresse avec un masque plus court
Note: le résumé de routage est parfois possible avec un protocole de
routage avec classe
- Le regroupement de routes contribue ainsi :
- à réduire le nombre d'entrées dans les MàJ de routage et dans les tables
de routage
- à réduire l'utilisation de bande passante
- à accélérer les recherches
- Attention : Un super-réseau est toujours un résumé de routage mais pas
l'inverse !
- ... car un résumé de routage peut englober (à cause de son masque plus
court) une ou plusieurs autres routes vers un ou plusieurs autres réseaux pas
nécessairement concernés par le résumé de routage ... !
- un routeur peut ainsi posséder à la fois :
- une entrée de résumé de routage
couvrants pourtant toutes les deux
le même réseau.
- une entrée de route spécifique

6,3,2 Calcul du regroupement de route


- mode de calcul identique au calcul des routes statiques
- au départ d'une liste d'adresses IP à regrouper
- repérage des bits de poids fort communs à toutes les adresses à
regrouper
- le nombre de bits de poids forts représente la longueur de préfixe de
l'adresse réseau

6,4 Exercice sur VLSM et le résumé de routage


6,4,1 Exercice sur le calcul VLSM et la conception d'adressage de base
PT641 : A Faire

6,4,2 Exercice sur le calcul VLSM et la conception d'adressage avancés


PT642 : A Faire

6,4,3 Exercice sur le dépannage de la conception d'un adressage VLSM


PT643 : A Faire

6,4,4 Exercice sur le récapitulatif de routage de base


PT644 : A Faire

6,4,5 Exercice sur le récapitulatif de routage avancé


PT645 : A Faire

6,4,6 Exercice sur le dépannage du récapitulatif de routage de base


PT646 : A Faire

6,5 Résumé
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 4/8

6,5,1 Résumé et révision


Le routage interdomaine sans classe (CIDR) a été introduit en 1993 pour
remplacer la génération précédente de réseaux par classe de syntaxe
d’adresse IP. Le CIDR permet d’utiliser de manière plus efficace l’espace
d’adressage IPv4 et l’agrégation de préfixes, connus sous le nom de résumé de
routage ou de création de super-réseau.
Grâce à CIDR, les classes d’adresses (A, B et C) deviennent obsolètes.
L’adresse réseau n’est désormais plus déterminée par la valeur du premier
octet mais se voit attribuer une longueur de préfixe (masque de sous-réseau).
L’espace d’adressage (nombre d’hôtes sur un réseau) peut désormais se voir
attribuer un préfixe spécifique selon le nombre d’hôtes nécessaires pour ce
réseau.
Le CIDR autorise la création de super-réseaux. Un super-réseau est un
ensemble d’adresses réseau principal résumées en une adresse réseau unique
avec un masque inférieur à celui du masque par classe par défaut.
CIDR utilise les masques de sous-réseau de longueur variable (VLSM) pour
allouer les adresses IP aux sous-réseaux en fonction d’un besoin, et non en
fonction de la classe. Le VLSM permet de diviser ou de découper les sous-
réseaux en sous-réseaux plus petits. En d’autres termes, VLSM découpe un
sous réseau en sous-réseaux.
La propagation des super-réseaux CIDR ou des sous-réseaux VLSM nécessite un
protocole de routage sans classe. Un protocole de routage sans classe inclut le
masque de sous-réseau et l’adresse réseau dans la mise à jour de routage.
La détermination du résumé du routage et du masque de sous-réseau d’un
groupe de réseaux s’effectue en trois étapes simples. La première étape
consiste à répertorier les réseaux au format binaire. La deuxième consiste à
compter le nombre de bits les plus à gauche correspondants. Vous obtenez
ainsi la longueur de préfixe ou le masque de sous-réseau de la route résumée.
La troisième étape consiste à copier les bits correspondants et à compléter
l'adresse avec des bits à zéro pour terminer l’adresse réseau résumée.
L’adresse réseau et le masque de sous-réseau résumés peuvent alors être
utilisés comme résumé de routage de ce groupe de réseaux. Les résumés de
routage peuvent être utilisés par les routes statiques ainsi que les protocoles
de routage sans classe. Les protocoles de routage par classe ne peuvent
résumer les routes que dans le masque par classe par défaut.
Les protocoles de routage sans classe et leur prise en charge du super-réseau
CIDR, de VLSM et des réseaux discontinus sont décrits dans les chapitres
suivants.
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 5/8
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 6/8
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 7/8
Chapitre 6 – VLSM et CIDR 8/8

PT646 : A Faire

Pour en savoir plus

Routage interdomaine sans classe (CIDR) défini dans la RFC 1519


Les documents RFC sont une série de documents soumis au groupe de travail
IETF pour proposer une norme Internet ou transmettre de nouveaux concepts,
de nouvelles informations ou parfois des notes d’humour. Le RFC 1519
concerne le routage interdomaine sans classe (CIDR).
Les documents RFC sont accessibles à partir de plusieurs sites, notamment
www.ietf.org. Consultez tout ou partie du RFC 1519 pour en savoir plus sur
l’introduction du routage CIDR dans la communauté Internet.

Routeurs d’infrastructure Internet


Dans la section Pour en savoir plus du chapitre 3 (Présentation des protocoles
de routage dynamique), vous accédez aux serveurs de routage pour afficher
les routes BGP sur Internet. Parmi ces sites, citons www.traceroute.org.
Accédez à l’un des serveurs de routage, puis consultez la table de routage
réelle d’un routeur Internet à l’aide de la commande show ip route. Notez le
nombre de routes présentes sur un routeur d’infrastructure Internet. En mars
2007, il existait plus de 200 000 routes. De nombreuses routes sont des routes
et des super-réseaux résumés. À l’aide de la commande show ip route
207.62.187.0, consultez un super-réseau.

CAIDA
CAIDA (Cooperative Association for Internet Data Analysis) est un site Internet
intéressant (www.caida.org). CAIDA « propose des outils et des analyses
favorisant la conception et la maintenance d’une infrastructure Internet
mondiale robuste et évolutive ». CAIDA est soutenue par plusieurs sponsors,
dont Cisco Systems. Bien que ces informations puissent vous sembler
obscures, vous commencerez à comprendre certains des termes et concepts
présentés.