Vous êtes sur la page 1sur 4

Une philosophie de maintenance

Ce document est une traduction adaptée par Yves Le Corre, PST-Métro, STCUM du chapitre d'introduction de:
Reliability-centered maintenance, F.S. Nowlan, et al., United Airlines, San Francisco, California, December
1978.

Ce rapport préparé pour le compte de la Défense Américaine a servi de référence pour la méthodologie MSG-3
qui est présentement utilisée par l'industrie de l'aviation civile pour la conception des programmes de
maintenance. Ce texte peut être reproduit avec mention de la source.

Contenu

• Objectifs
• Fondements
• Applicabilité et efficacité
• Programmes dynamiques

Objectifs des programmes de maintenance


Un programme de maintenance d'exploitant a quatre objectifs:

1. Assurer la réalisation des niveaux de sécurité et de fiabilité inhérents aux équipements.


2. Établir la sécurité et la fiabilité des équipements à leur niveau inhérents lorsqu'une
détérioration a eu lieu.
3. Obtenir l'information nécessaire pour améliorer le design des composants dont la
fiabilité inhérente est inadéquate.
4. Accomplir ces objectifs au meilleur coût total possible, incluant les coûts d'entretien et
le coût des défaillances résiduelles.

Fondements de la maintenance centrée sur la fiabilité


La maintenance centrée sur la fiabilité (MCF) est basée sur les préceptes suivants:

1. Une défaillance est une condition insatisfaisante. Il y a deux types de défaillances: les
défaillances fonctionnelles, généralement signalées par personnel d'opération et les
défaillances potentielles, généralement détectées par le personnel de maintenance.
2. Les conséquences d'une défaillance fonctionnelle déterminent la priorité de l'effort de
maintenance. Ces conséquences sont de quatre catégories:
o conséquences sur la sécurité, impliquant la perte possible de l'équipement et de
ses occupants;
o conséquences opérationnelles, impliquant une perte économique indirecte en
plus du coût direct de réparation;
o conséquences non opérationnelles, impliquant seulement le coût direct de la
réparation;
o conséquences en défaillances cachées, impliquant l'exposition à de possibles
défaillances multiples résultant d'une défaillance non détectée d'une fonction
cachée.
3. Un programme de maintenance périodique est requis pour tout article dont la perte de
fonctionnalité ou le mode de défaillance pourrait avoir une conséquence sur la
sécurité. Si une tâche préventive ne peut réduire le risque d'une telle défaillance à un
niveau acceptable, cet article doit être reconçu pour modifier les conséquences de la
défaillance.
4. Un programme de maintenance périodique est requis pour tout article dont la
défaillance fonctionnelle ne sera pas évidente au personnel d'opération et par
conséquent ne sera pas rapporté par ceux-ci.
5. Dans tous les autres cas, les conséquences d'une défaillance sont économiques et les
tâches de maintenance préventive périodique doivent être justifiées sur une base
économique.
6. Toutes les conséquences des défaillances, incluant les conséquences économiques,
sont établies par les caractéristiques du design de l'équipement et peuvent être
modifiées seulement par des changement au design:
o les conséquences sur la sécurité peuvent, dans presque tous les cas, être
réduites à des conséquences économiques par l'utilisation de la redondance;
o les fonction cachées peuvent généralement être rendues évidentes par de
l'instrumentation ou d'autres particularités du design;
o la faisabilité et l'efficacité économique de la maintenance périodique dépend de
l'inspectabilité de l'article et le coût de la maintenance corrective dépend des
modes de défaillance et de la fiabilité inhérente.
7. La fiabilité inhérente de l'équipement est le niveau de fiabilité obtenu avec un
programme de maintenance efficace. Ce niveau est établi par la conception de chaque
article et par les processus de fabrication qui l'ont produit. La maintenance périodique
peut assurer que la fiabilité inhérente de l'article sera atteinte, mais aucune forme de
maintenance ne peut produire un niveau de fiabilité au dessus de la fiabilité inhérente
du design.

Applicabilité et efficacité des tâches


Un programme de maintenance centré sur la fiabilité ne contient que les tâches qui satisfont
les deux critères d'applicabilité et d'efficacité. L'applicabilité d'une tâche est déterminée par
les caractéristiques de l'article et son efficacité est définie en fonction des conséquences que la
tâche est censée prévenir.

1. Il y a quatre types fondamentaux de tâches que les employés d'entretien peuvent


effectuer, chacun d'eux est applicable sous un ensemble unique de conditions. Les
trois premiers types de tâches sont pour prévenir la défaillance fonctionnelle de
l'article auquel ils sont assignés et le quatrième type de tâche est pour prévenir une
défaillance multiple impliquant cet article:
o inspections sur condition d'un article pour trouver et corriger toute défaillance
potentielle;
o révision (rénovation) d'un article à un âge limite établi ou avant;
o mise au rancart d'un article (ou d'un de ses composants) à un âge limite établi
ou avant;
o recherche de défaillances potentielles par l'inspection d'une fonction cachée
pour trouver et corriger des défaillances fonctionnelles présentes mais non
apparentes au personnel d'opération.
2. Un article simple, sujet à seulement un ou quelques modes de défaillance, démontre
fréquemment une baisse de fiabilité selon l'âge opérationnel. Une limite d'âge peut être
utile pour réduire leur taux de défaillance expérimenté et l'imposition de limite de
sécurité d'âge opérationnel sur une pièce joue un rôle crucial pour contrôler des
défaillances critiques.
3. Un article complexe, dont les défaillances fonctionnelles peuvent résulter de plusieurs
modes de défaillances différents, démontre peu ou pas de baisse de fiabilité avec l'âge
opérationnel à moins qu'il n'y ait un mode de défaillance dominant. Des limites d'âge
imposées sur des composants et systèmes complexes (incluant l'équipement lui-même)
ont par conséquent peu ou pas d'effet sur leur taux de défaillance global.

Le diagramme de décision MCF fournit un outil logique pour déterminer quelles tâches
périodiques sont nécessaires ou désirables pour protéger le fonctionnement sécuritaire et la
capacité opérationnelle de l'équipement.

1. L'ensemble des tâches résultant de l'analyse est basé sur les considérations suivantes:
o les conséquences de chaque type de défaillance fonctionnelle;
o la visibilité d'une défaillance fonctionnelle au personnel d'opération (l'évidence
qu'une défaillance a survenu)
o la visibilité d'une résistance réduite à une défaillance (l'évidence qu'une
défaillance est imminente)
o les caractéristiques de fiabilité en fonction de l'âge de chaque article;
o l'équilibre économique entre le coût de la maintenance programmée et les
bénéfices qui en découlent.
2. Une défaillance multiple, résultant d'une séquence d'événements indépendants, peut
avoir des conséquences qui ne seraient pas causées par aucune des défaillances prises
de façon indépendante. Ces conséquences sont prises en considération dans la
définition des conséquences possibles de la première défaillance.
3. Une stratégie par défaut dirige la prise de décision en l'absence d'une information
complète ou d'un accord. Cette stratégie assure une prise de décision initiale
conservatrice, sujette à révision sur la base d'informations provenant de l'expérience
opérationnelle.

Programmes de maintenance dynamiques


Un programme de maintenance périodique doit être dynamique. Tout programme établi avant
la mise en service est basé sur une information limitée et l'organisation opératrice de
l'équipement doit être préparée à recueillir et à réagir aux donnée historiques basées sur
l'expérience opérationnelle.

1. La gestion d'un programme de maintenance en cours d'utilisation requiert un système


d'information organisé pour la surveillance et l'analyse de la performance de chaque
article selon les conditions d'opération en place. Cette information est requise pour
deux fins:
o pour établir les raffinements et modifications à faire aux programmes initiaux
de maintenance (incluant l'ajustement des intervalles d'intervention);
o pour déterminer les besoins d'amélioration au produit.
2. L'information dérivée de l'expérience opérationnelle suit la hiérarchie d'importance
suivante:
o les défaillances qui pourraient affecter la sécurité;
o les défaillances qui ont des conséquences opérationnelles;
o les modes de défaillance des articles retirés à cause d'une défaillance;
o l'état général des composants sans défaillance faisant partie d'unités qui ont
subi une défaillance;
o l'état général des composants inspectables ('serviceable') évalués comme
échantillons.
3. Au moment du développement des programmes initiaux de maintenance, l'information
disponible permet de déterminer les tâches nécessaires pour protéger la sécurité et les
capacités opérationnelles de l'équipement. Toutefois, l'information requise pour
déterminer l'intervalle optimal entre les interventions et l'applicabilité des limites d'âge
ne peut être obtenue que par l'exploration des âges expérimentés avec les équipements
en service.
4. Avec tout équipement, il y a toujours la possibilité de modes de défaillance imprévus.
La première occurrence de toute défaillance sérieuse imprévue déclenche
immédiatement le cycle suivant d'amélioration du produit:
o une tâche sur condition est développée pour prévenir la répétition de la
défaillance en attendant que l'article soit reconçu et modifié;
o la flotte opérationnelle est modifiée pour incorporer le nouveau design;
o après que la modification ait démontré son efficacité, la tâche spéciale est
éliminée du programme de maintenance.
5. L'amélioration du produit, fondé sur l'identification des caractéristiques de fiabilité de
chaque article selon l'évolution de son âge, fait partie du cycle normal de
développement de tout équipement complexe.

Retour en haut SRE Montréal

Retour au site principal

Version du 19 novembre 1997. Lien SRE changé le 25 janvier 1999.

Vous aimerez peut-être aussi