Vous êtes sur la page 1sur 6

ANNEXE 8 – Introduction au dimensionnement d’un massif

1. Introduction

Le but de cette partie est d’expliquer les méthodes utilisées pour permettre de calculer et de réaliser
un massif dans les conditions optimales de garantie de tenue mécanique, et d’économie.

2. Hypothèses d’étude

Les massifs doivent être dimensionnés selon les efforts qui leur sont appliqués en tête et selon les
caractéristiques du terrain d’assise (donné par le rapport de sol)

2.1. Efforts appliqués sur les massifs

Les fondations massives sont soumises aux sollicitations suivantes par rapport au niveau 0.00 du sol.
- un moment renversant suivant chacun des axes du massif,
- un effort tranchant suivant chacun des axes qui, ramenés en fond de fouille, contribuent au
moment renversant total,
- le poids de la structure supportée.

2.2. Hypothèses de dimensionnement

Les hypothèses à prendre en considération pour le calcul des massifs ainsi que les coefficients de
sécurité associés sont définis dans le CCGP est sont les suivantes :
- Le coefficient de buté des terres à prendre en compte est de 0.5.
- Les coefficients de sécurité au renversement sont égales à 1.5.

Il faudra faire attention sur le fait que pour le calcul, les moments de renversement doivent être
rapportés à la base du massif.

2.3. Caractéristiques du terrain

La détermination des caractéristiques du terrain résulte d’une campagne de reconnaissance


complète effectuée par GEOTECH :

REMBLAIS CALCAIRE ALTERE CALCAIRE COMPACT

Poids volumique γ 19 kN/m3 20 kN/m3 22kN/m3

Cohésion effective c’ 0 kPa 0 kPa 50 kPa

Cohésion non drainée cu 0 kPa 5 kPa 50 kPa


Angle de frottement
30° 30° 35°
interne effectif φ’
Angle de frottement non
25° 25° 35°
drainé φu
2.4. Méthode de calcul des différents types de fondation.

Pour l’ensemble du dimensionnement des massifs de fondation, la méthode du « Réseau d’Etat »


complétée par la méthode de M. Hahn ( Formule 7), relative aux contraintes maximales exercées sur
le fond de fouille lorsque le centre de pression est excentré par rapport aux axes principaux, seront
utilisées.

Méthode du réseau d’Etat :

La méthode du réseau d’état consiste à équilibrer les efforts appliqués par les réactions exercées. Elle
peut s’appliquer sur différent type de sol. Dans notre cas, elle sera développée pour un sol
homogène mais peut être étendue aux sols doués de cohésion. Pour le calcul du dimensionnement
des massifs de la plateforme 225 kV, seule la méthode du milieu homogène sera utilisée étant donné
la présence d’une seule couche de remblais présente sur le site pour la plupart des massifs.

Milieu homogène et pulvérulent

Le sol est supposé homogène et pulvérulent ; il est défini par son poids spécifique γ et son angle de
frottement interne φ.
Soit un massif encastré dans le sol sur une hauteur D et de dimensions a selon x et b selon y. Ce
massif est soumis à des efforts, qui, ramenés au niveau du sol, sont les suivant :
Fx ; My = Fxhx Fy ; Mx = Fyhy

Ainsi qu’à une charge vertical V et à son poids propre W, d’où la charge verticale totale P = W + V.
L’axe y est perpendiculaire au plan de la figure.
Considérons Fx et My. Dans la méthode du Réseau d’Etat, le massif est supposé sujet à une rotation
autour de O.

Outre les efforts précédents, le massif est soumis à :

- La poussée sur la face arrière donnée par la formule (cf. article Ouvrages de soutènement.
Poussée et butée) :
Rx = 0,5 γ D² b tan² (π/4 – φ/2) 1

- La butée sur la face avant :

Qx = 0,5 γ D² b tan² (π/4 + φ/2) 2

- La réaction du sol sur la base du massif dont la résultante équilibre P et dont la répartition est
telle qu’elle équilibre l’ensemble des efforts, d’où la contrainte maximale sur le sol de
fondation pmax.

Si on pose Hx = hx + d et Hy = hy + D, on démontre que la résultante des efforts appliqués sur la base


du massif et des poussée et butée R et Q coupe la base du massif en un point de coordonnées x et y
telles que :

Avec 4

Connaissant x et y, la valeur de pmax est déduite de la table de Pohl.

a) Sécurité au renversement : dans le cas du sol homogène et pulvérulent, l’équilibre par


rapport à O des moments résistants dus à Q, V, W et moteurs dus à F, M et R permet
d’écrire :

Avec Frx et Fry coefficients de sécurité au renversement selon x et y. Pour le cas des massifs de
Ponteau, ils doivent automatiquement être supérieurs à 1.5.

b) Poinçonnement du sol : comme précédemment, le massif est considéré comme stable si la


relation suivante est vérifiée:

pmax < 1,3 q 6

avec pmax la contrainte maximale :

Le coefficient μ est donné par la table de Pohl en fonction de x/a et y/b.


Q étant la contrainte admissible du sol et qui est égale à
En remblai technique compacté :
Contrainte admissible de calcul du sol qelu=400kPA
Contrainte admissible de calcul du sol qels =266kPA

En déblais (Couche de calcaire compact) :


Contrainte admissible de calcul du sol qelu =750kPA
Contrainte admissible de calcul du sol qels =500kPA

L’ensemble des calculs seront fait aux ELU (Etat limite ultime) et aux ELS (Etat limite de stabilité)
Ce sont les domaines de calcul utilisés pour vérifier la stabilité de l’ensemble :

ELS : Il s'agit du mode sollicitation de « tous les jours », l'ouvrage ne doit pas subir de déformation
irréversible. Les matériaux sont employés dans leur domaine de comportement élastique. Tout
naturellement, c'est le modèle élastique linéaire qui est utilisé pour les calculs à l'ELS.

ELU : Dans ce mode de sollicitation, l'ouvrage est à la limite de la rupture, il doit résister aux charges
mais il subit des déformations irréversibles et en ressort endommagé. Pour cet état, il est inutile de
rester dans le domaine de comportement élastique des matériaux, on utilise alors des modèles de
plasticité non linéaires qui se rapprochent du comportement réel des matériaux. Les charges
permanentes (poids de la structure) sont multipliés par le coefficient 1.35 et les charges
d’exploitation par le coefficient 1.5.

2.5. Logiciel de calcul.

Pour mon étude, j’ai utilisé un simple tableau Excel qui, en fonction des dimensions de massifs, nous
donnera directement la vérification des conditions de stabilité.

2.5.1. Présentation du tableau Excel.

Le tableau se compose de 3 parties :

- Données : Ici sont rentrées les valeurs des efforts appliqués en haut du massif (donnés par
FORCLUM). L’ensemble est ensuite recalculé en pied de massif selon le domaine ELS ou ELU.
- Calculs : L’ensemble des calculs sont ensuite réalisés étape par étape.
- Résultats : La contrainte maximum du sol et les coefficients de sécurité au renversement sont
calculés et comparés aux valeurs admissibles. Nous savons alors directement si le massif et
stable ou non.
Note de calculs pour la
solution des massifs
cylindriques
Note de calculs pour la
solution des massifs en
longrine