Vous êtes sur la page 1sur 213

PROJET DE FIN D’ETUDES

Béton Armé
Conception et dimensionnement d’un immeuble R+3

Réalisé par :

Andersen HONORAT Professeur et Tuteur :


Sébastien H.E.VOLCY Guichard BEAULIEU, Ing.

Septembre 2017
Remerciements
1
Ce projet de sortie est l’aboutissement d’une phase dans un processus de formation académique, auquel
plusieurs personnes ont apporté, chacun, sa pierre à la réalisation. Nous tenons à saisir ce moment
tant attendu pour adresser nos profonds remerciements et nos profondes reconnaissances à :

- Monsieur Guichard Beaulieu, notre professeur et tuteur de ce projet de fin d’études, pour son
fidèle accompagnement et son orientation ficelée tout au long de ce travail.

- à nos professeurs qui nous ont enseignés pendant toutes nos années d’études.

- à nos parents dont nous louons le soutien vraiment inestimable et les sacrifices et efforts consentis
jusqu’ici.

- à nos familles et amis qui, par leur encouragement, nous ont aidés à surmonter tous les obstacles.

Enfin, nous remercions toute personne qui a participé de près ou de loin à la réussite de ce modeste
travail.

Merci infiniment !
Sommaire

1 Remerciements 0

Sommaire 0

Table des figures 6

Liste des tableaux 7

I Analyse structurale 8

2 Le projet 9

2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2.2 Données de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2.3 Nature de la construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

2.4 Charges appliquées à la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3 Le schéma de la structure 11

3.1 Géométrie de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.2 Contraintes fonctionnelles et architecturales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.3 Modifications apportées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

4 Hypothèses de calculs - Combinaisons des actions 13

4.1 Choix des liaisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

4.2 Hypothèses de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

4.3 Situations de chargement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

1
CHAPITRE 1. REMERCIEMENTS

5 Système porteur retenu et contreventement 17

5.1 Considérations conduisant au système choisi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

5.2 Hiérarchisation des principaux éléments du système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

6 Prédimensionnement et descente des charges 20

6.1 Valeurs de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

6.2 Dalles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

6.3 Poutrelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

6.4 Poutres principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

6.5 Descente de charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

6.6 Poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

6.7 Escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

6.8 Fondations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

7 Le bâtiment face au séisme et au vent de projet 29

7.1 Sous l’effet du séisme de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

7.2 Sous l’effet du vent de projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

II Dimensionnement 83

8 Les Dalles 84

8.1 Choix de la poutre-dalle à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

8.2 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

8.3 Calul des armatures de flexion à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

8.4 Vérification des flèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

8.5 Vérification des contraintes à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

8.6 Contrôle de la fissuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

9 Les poutrelles 99

9.1 Choix de la poutrelle à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

9.2 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

9.3 Armatures de flexion à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

9.4 Vérification des flèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

9.5 Vérification des contraintes à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

hhgps.2015@gmail.com [2]
CHAPITRE 1. REMERCIEMENTS

9.6 Contrôle de la fissuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

9.7 Armatures d’effort tranchant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

10 Les portiques 113

10.1 Choix des portiques à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

10.2 Sollicitations à l’ELU et à l’ELS - Combinaisons permanentes . . . . . . . . . . . . . . 114

10.3 Sollicitations dues aux combinaisons sismique et accidentelle . . . . . . . . . . . . . . . 122

10.4 Déplacement latéral sous combinaison sismique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

11 Dimensionnement des poutres et des poteaux 134

11.1 Les poutres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134

11.2 Les poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

11.3 Noeuds des portiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

12 Rampes - Escaliers 143

12.1 Rampes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

12.2 Escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

13 Les fondations 148

13.1 Semelles sur pieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

13.2 Pieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

III Plans 154

IV Métré et coûts 187

14 Métré et coûts 188

14.1 Devis estimatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

14.2 Sous-détails des prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

V Annexes et Bibliographie 193

[3] Projet de Béton armé 2011-2016


Table des figures

7.1 Spectre de réponse élastique du rapport géotechnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

7.2 Portique de catégorie 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

7.3 Portique de catégorie 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

7.4 Portique de catégorie 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

7.5 Portique de catégorie 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

7.6 Portique de catégorie 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

7.7 Portique de catégorie 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

7.8 Coefficient structural cd (EC1)-Partie grisée concernant le bâtiment. . . . . . . . . . . 47

7.9 Droite limite de vérification au détachement tourbillonnaire (EC1). . . . . . . . . . . . 47

7.10 Bloc A11 sous l’effet du vent 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

7.11 Bloc A21 sous l’effet du vent 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

7.12 Bloc A31 sous l’effet du vent 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

7.13 Bloc A11 sous l’effet du vent 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

7.14 Bloc A12 sous l’effet du vent 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

7.15 Bloc A13 sous l’effet du vent 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

7.16 Bloc A13 sous l’effet du vent 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

7.17 Bloc A23 sous l’effet du vent 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

7.18 Bloc A33 sous l’effet du vent 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

7.19 Bloc A31 sous l’effet du vent 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

7.20 Bloc A32 sous l’effet du vent 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

7.21 Bloc A33 sous l’effet du vent 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

4
TABLE DES FIGURES

7.22 Portique Est-Ouest-A11 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

7.23 Portique Nord-Sud-A11 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

7.24 Portique Est-Ouest-A21 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

7.25 Portique Nord-Sud-A21 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

7.26 Portique Est-Ouest-A31 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

7.27 Portique Nord-Sud-A31 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

7.28 Portique Est-Ouest-A12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

7.29 Portique Nord-Sud-A12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

7.30 Portique Est-Ouest-A32 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

7.31 Portique Nord-Sud-A32 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

7.32 Portique Est-Ouest-A13 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

7.33 Portique Nord-Sud-A13 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

7.34 Portique Est-Ouest-A23 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

7.35 Portique Nord-Sud-A23 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

7.36 Portique Est-Ouest-A33 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

7.37 Portique Nord-Sud-A33 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

7.38 Catégorie 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

7.39 Catégorie 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

7.40 Catégorie 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

7.41 Catégorie 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

7.42 Catégorie 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

7.43 Catégorie 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

8.1 Poutre-dalle à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

9.1 Poutrelle à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

9.2 Aire tributaire supportée par la poutrelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

9.3 Coupe transversale de la poutre en Té . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

10.1 Le portique de catégorie 1 sous les charges uniformément réparties. . . . . . . . . . . . 117

10.2 Le portique de catégorie 1 sous les charges sismiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

10.3 Efforts dus à un déplacement x1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

10.4 Efforts dus à un déplacement x2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

[5] Projet de Béton armé 2011-2016


TABLE DES FIGURES

10.5 Efforts dus à un déplacement x3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

10.6 Efforts dus à un déplacement x4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

11.1 Abaque d’interaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

11.2 Forces de traction et de compression dans un noeud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141

12.1 Poutre inclinée supportant une charge P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

13.1 Géométrie d’une semelle sur 4 pieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

hhgps.2015@gmail.com [6]
Liste des tableaux

6.1 Descente des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

6.2 Tableau récapitulatif du prédimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

7.1 Coefficients de pression extérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

7.2 Tableau des pressions aérodynamiques s’exerçant dans chaque zone. . . . . . . . . . . 51

8.1 La poutre-dalle dans le cas 0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

8.2 Moments sur appuis pour les différents cas de chargement élémentaires avec1.5q=7.5 kNm. 89

8.3 Moments maximums sur appuis dus à 1.5 Q dans les travées i . . . . . . . . . . . . . . 90

9.1 Moments maximums sur appuis pondérés dus au convoi dans toutes les travées. . . . . 101

10.1 Efforts normaux dans les poteaux du niveau 1 dus à la combinaison permanente à l’ELU 122

10.2 Sollicitations dues aux charges horizontales dans les poteaux du niveau 1 . . . . . . . . 127

10.3 Efforts normaux dues aux combinaisons G + 0.3 Q dans les poteaux du niveau 1 . . . 128

10.4 Sollicitations dans les poteaux du niveau 1 sous combinaison sismique . . . . . . . . . 129

14.1 Tableau du devis estimatif en Gourdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

14.2 Détails du prix unitaire des poteaux RDC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

14.3 Détails du prix unitaire du mètre linéaire de cloisons RDC . . . . . . . . . . . . . . . . 191

14.4 Détails du prix unitaire d’un escalier RDC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

7
I

Analyse structurale

8
Le projet
2
2.1 Introduction

Pour couronner leur formation à la faculté des sciences de l’université d’état d’Haïti, les étudiants en
génie civil et en architecture ont toujours eu à définir et à calculer la structure d’un bâtiment dans
le cadre du cours de béton armé. Dans cette démarche, la promotion (2011-2016) a à sa charge un
bâtiment de quatre niveaux (R+3) devant loger un parking intérieur, un centre commercial et une
succursale de banque.

2.1.1 Objectifs

Ce projet sera considéré comme réalisé si nous arrivons à :


– gérer les problématiques intrinsèques liées au calcul de la structure (résistance, stabilité, limitations
des déformations),
– réaliser le dimensionnement des éléments structuraux dans les normes prescrites par les Eurocodes
en utilisant les méthodes et techniques de calculs appropriées,
– et présenter les principaux schémas structuraux.

2.2 Données de base

Sont prescrites les données suivantes :


– Vitesse du vent de projet : 45 m/s
– Accélération du séisme : 0.5g
– Résistance caractéristique du béton à la compression ( à 28 jours) : 35 MPa
– Limite élastique de l’acier : 400 MPa

Les données sur les caractéristiques du sol sont fournies dans un rapport géotechnique. Tout autre
renseignement est laissé au soin des étudiants.

9
CHAPITRE 2. LE PROJET

2.3 Nature de la construction

L’immeuble en question n’est pas encore réalisé. Il fait partie du grand projet de construction d’une
zone commerciale dans la capitale.

Il se situera entre les rues Mgr Guilloux et La Réunion, cotés Est et Ouest respectivement et sera
borné au nord par la rue Pavée. Il logera particulièrement un parking au niveau de ses 3 étages ,
un centre commercial au rez-de-chaussée et les bureaux d’une succursale de la Banque Nationale de
Crédit à l’un de ses angles sur toute sa hauteur.

2.4 Charges appliquées à la structure

Dans sa fonction, le bâtiment sera soumis aux charges suivantes :

– Charges permanentes qui ont une durée de vie égale à celle de l’ouvrage. Ce sont le poids propre :
o des éléments de structure (dalles, poutres, poteaux)
o de la finition des planchers (enduits, revêtement...)
o des faux plafonds
o des cloisons fixes
o et des équipements fixes (ascenseur, équipements électriques, rampe)
– Surcharges d’exploitation, fonction de la destination de l’ouvrage. Elles sont fixes ou mobiles et ont
comme vecteurs les planchers du bâtiment. Elles regroupent :
o le poids des voitures (parking)
o le poids des mobiliers
o le poids des marchandises (centre commercial)
– Charges accidentelles de vent et de séisme.

hhgps.2015@gmail.com [10]
Le schéma de la structure
3
3.1 Géométrie de la structure

On a un immeuble dont la forme dans le plan se rapproche de celle d’un rectangle de 88 m × 77 m


avec un sommet aplati à l’angle des rues Mgr. Guilloux et Pavée qui constitue l’entrée principale
de la banque. Ce qui donne, géométriquement, un pentagone irrégulier avec un coté de dimension
négligeable par rapport aux autres. Le rez-de-chaussée et les 3 étages du bâtiment le font culminer à
une hauteur de 13 m.

3.2 Contraintes fonctionnelles et architecturales

La construction est d’une architecture assez simple. S’agissant d’un parking, les architectes se sont
retenus d’être trop extravagants sur le plan esthétique. Les nombreuses contraintes architecturales
existant dans des immeubles considérés comme des œuvres d’art ne sont donc pas rencontrées dans
ce projet. Toutefois, il sera important de ne pas apporter trop de modifications aux façades par souci
de ne pas altérer la vue que les architectes espéraient donner . Particulièrement on doit respecter les
positions relatives des colonnes de façade entre elles en se gardant de les déplacer.

A cette contrainte architecturale s’ajoutent des contraintes fonctionnelles liées à la nature de l’im-
meuble. La plus importante est d’adopter une trame pour le parking qui puisse, non seulement per-
mettre aux usagers d’y circuler sans encombrement (largeur des allées, dimension convenable des cases
de parcage), mais qui soit aussi compatible à l’utilisation du premier niveau (où sera logé le centre
commercial) puisque les éléments porteurs partent des fondations sans interruption. Ce qui, forcément,
influencera sur les poteaux tant sur leur nombre que sur leur emplacement. Enfin, la communication
entre les différents niveaux du bâtiment est assurée par les escaliers et les ascenseurs pour les personnes
et par une rampe entre chaque couple de niveaux pour les véhicules. L’emplacement de ces accessoires
relève aussi des contraintes fonctionnelles de la conception de l’ouvrage.

11
CHAPITRE 3. LE SCHÉMA DE LA STRUCTURE

3.3 Modifications apportées

La solution retenue n’est pas sans quelques modifications que l’on apporte aux plans tout en tenant
compte des contraintes pré-citées.

– Compte tenu des grandes dimensions du bâtiment, on a décidé de le fractionner en y créant des
joints dits de dilatation. Ceci nous dispense ainsi de prendre compte des effets de la dilatation
dans les calculs. La structure est alors fractionnée en 9 blocs telle une matrice carrée d’ordre 3,
structuralement indépendants, nommés successivement :
1. A11 de dimensions 31.9 m × 16.5 m.
2. A12 de dimensions 31.9 m × 31.2 m.
3. A13 de dimensions 31.9 m × 29.4 m.
4. A21 de dimensions 25.2 m × 16.5 m.
5. A22 de dimensions 31.2 m × 25.2 m.
6. A23 de dimensions 29.4 m × 25.2 m.
7. A31 de dimensions 30.8 m × 16.5 m.
8. A32 de dimensions 31.2 m × 30.8 m.
9. A33 de dimensions 30.8 m × 29.4 m.
Ces joints doivent permettre d’absorber les déplacements liés notamment à la dilatation du bé-
ton sous les effets des changements de température. Leur spécification dépend donc des variations
prévisibles de température et du coefficient de dilatation thermique du béton. Avec un coefficient
de dilatation linéaire du béton égal à 12 × 10−6 /◦ C, la plus longue dimension, qui est de 31.9 m,
s’allongerait de 0.40 cm sous une variation de température de 10 ◦ C ; ce qui laisserait prévoir des
joints d’au moins 0.8 cm de largeur.
Mais ceux-ci doivent par la suite être traités comme des joints sismiques. En effet, étant dynamique-
ment indépendants, les blocs risquent de s’entrechoquer dans leurs déplacements sous l’effet d’un
séisme, du vent ou de toute autre sollicitation provoquant un déplacement latéral. On prévoit alors
une ouverture des joints de 10 cm, soit de 3 cm par étage. Cette valeur doit être par la suite vérifiée
après le calcul des déplacements des blocs de bâtiment, une fois la structure entièrement calculée.
– La seconde modification concerne les poteaux qu’on a décidé d’aligner dans les deux sens dans
tout le bâtiment au regard du type de structure que l’on envisage d’adopter. En plus, une ligne de
colonnes est placée de part et d’autre de chaque joint sur toute sa longueur pour ne pas avoir des
consoles de trop grande portée qui sont à éviter dans le cadre d’une conception parasismique. Cette
disposition a l’avantage de donner une homogénéité entre blocs. L’alignement des poteaux suivant
les deux axes sera d’une grande utilité pour le système porteur mais surtout de contreventement
qu’on choisira un peu plus loin.
[1]

hhgps.2015@gmail.com [12]
Hypothèses de calculs - Combinaisons des actions
4
4.1 Choix des liaisons

Étant donné que la structure est en béton armé, par faisabilité technique toutes les liaisons sont des
encastrements moyennant des hypothèses pour les études. Ainsi, on suppose que les liaisons entre les
éléments structuraux du bâtiment aussi bien qu’entre le bâtiment et les fondations seront assurées
par des encastrements réciproques des poutres et des poteaux aux nœuds et donc par la mise en
flexion de ces éléments. Ce faisant, on aura une très bonne ductilité, sous réserve de l’application des
dispositions constructives adéquates. Les poutrelles seront étudiées comme étant simplement appuyées
sur les poutres principales.

4.2 Hypothèses de calcul

– Les matériaux (béton et acier) et la structure sont supposés adopter un comportement linéaire
élastique.
– La rigidité des cloisons est négligée. Le système porteur s’en tient aux colonnes.
– Les dalles sont très rigides dans leur plan par rapport à la raideur latérale des colonnes. Par contre,
elles sont peu rigides hors de leur plan.
– Les nœuds des portiques sont supposés rigides.
D < 4), les déformations axiales
– Vu que les blocs de bâtiment en question sont de faible hauteur ( H
des poteaux sont négligées.

4.3 Situations de chargement

Une structure peut être soumise à plusieurs catégories d’actions regroupées en des combinaisons défi-
nies par l’Eurocode 1 qui tient compte de la probabilité de leur occurrence simultanée. Les combinai-
sons d’actions sont définies pour des situations de projets que la structure va rencontrer tant en phase

13
CHAPITRE 4. HYPOTHÈSES DE CALCULS - COMBINAISONS DES ACTIONS

d’exécution que d’exploitation ou de maintenance :

– situations de projets durables (correspondant à des conditions normales d’utilisation),


– transitoires (correspondant à des situations temporaires telles que l’exécution),
– accidentelles (incendie, chocs) ou sismiques (tremblement de terre).

Les combinaisons d’actions considérées doivent tenir compte des cas de charges pertinents permet-
tant l’établissement des conditions de dimensionnement déterminantes dans toutes les sections de la
structure ou une partie de celle-ci. Pour trouver les combinaisons, il faut d’abord savoir dans quel
état-limite souhaite-t-on dimensionner.

4.3.1 États-limites

Les états limites sont des états d’une construction qui ne doivent pas être atteints sous peine de ne
plus permettre à la structure de satisfaire les exigences structurales ou fonctionnelles définies lors de
son projet. La justification d’une structure consiste à s’assurer que de tels états ne peuvent pas être
atteints ou dépassés avec une probabilité dont le niveau dépend de nombreux facteurs.

La méthode de calcul « aux états limites » applique des coefficients de sécurité partiels d’une part aux
résistances et d’autre part aux actions (et donc aux sollicitations).

On distingue deux états limites.


– États Limites Ultimes (ELU)
Ils concernent la sécurité des personnes et celle de la structure et des biens. Ils incluent éventuelle-
ment les états précédant un effondrement ou une rupture de la structure.
À l’ELU, les combinaisons à prendre en compte sont les suivantes :
a Pour les situations de projet durables et transtoires

γGj Gkj ” + ”γp Pk ” + ”γQ1 Qk1 + ” + ”


X X
γQi ψ0i Qki
j≥1 i>1

b Pour les situations de projet accidentelles

γGAj Gkj ” + ”γpA Pk ” + ”Ad ” + ”ψ11 Qk1 ” + ”


X X
ψ2i Qki
j≥1 i≥1

c Pour les situations de projet sismiques

Gkj ” + ”Pk ” + ”γ1 AEd ” + ”


X X
ψ2i Qki
j≥1 i≥1

où :
– ” + ” : signifie "doit être combiné à" ;
– : signifie "l’effet combiné de" ;
P

– Gkj : Valeurs caractéristiques des actions permanentes ;

hhgps.2015@gmail.com [14]
CHAPITRE 4. HYPOTHÈSES DE CALCULS - COMBINAISONS DES ACTIONS

– Pk : Valeur caractéristique d’une action précontrainte ;


Il n’y a pas lieu de considérer cette action dans notre bâtiment.
– Qk1 : Valeur caractéristique de l’action variable dominante 1 ;
– Qki : Valeur caractéristique des autres actions variables ;
Nous n’aurons qu’une seule catégorie d’actions variable qui sera, évidemment, considérée comme
dominante. Donc, on ne tiendra pas compte de ce terme.
– Ad : Valeur de calcul de l’action accidentelle ;
Dans cette catégorie on retrouvera uniquement les actions dues au vent de projet et aux éventuels
chocs.
– AEd : Valeur de calcul d’une action accidentelle ;
– γGj : Coefficient partiel pour l’action permanente j ;
En considérant que toutes les actions permanentes auront toutes des effets défavorables pour la
structure, le coefficient supérieur doit être utilisé. L’Eurocode 1 donne γGsup = 1.35
– γGAj Comme γGj , mais pour les situations de projet accidentelle.
γGA = 1.00
– γP,P A : Coefficients partiels pour les actions de la précontrainte en situations durables et acciden-
telles.
– γQi : Coefficient partiel pour l’action variable i ;
Le code fixe γQ = 1.5 pour les effets défavorables
– ψ2 = 0.3 pour les bâtiments abritant des commerces et des véhicules de poids 30kN < P ≤
160kN .
– γ1 : Coefficient d’importance du bâtiment ;
Selon l’Eurocode 8, γ1 = 0.9Γ1 ; avec Γ1 = 1.2 pour un bâtiment de catégorie d’importe II.
D’après ce qui précède, on a en résumé les combinaisons suivantes :
1. Situations de projet durables et transitoires

1.35G + 1.5Q

2. Situations de projet accidentelles


G + 0.3Q + Ad

3. Situations de projet sismique


G + 0.3Q + 1.1AEd

– États Limites de Service (ELS)


Ils correspondent à des états de la structure lui causant des dommages limités ou à des conditions
au-delà desquelles les exigences d’aptitude au service spécifiées pour la structure ou un élément de
la structure ne sont plus satisfaites (fonctionnement de la structure ou des éléments structuraux,
confort des personnes, aspect de la construction).
Pour la vérification à l’ELS, le code prévoit cette combinaison simplifiée pour les situations de projet
avec une seule action variable :
Gkj ” + ”Qk1
X

j≥1

[15] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 4. HYPOTHÈSES DE CALCULS - COMBINAISONS DES ACTIONS

Dans notre cas,


G+Q

hhgps.2015@gmail.com [16]
Système porteur retenu et contreventement
5
5.1 Considérations conduisant au système choisi

Plusieurs types de systèmes porteurs sont envisageables dans la conception d’un bâtiment. À chacun
ses avantages et inconvénients. La destination du bâtiment (maisons habitables, écoles, magasins ou
parking) et le coût sont souvent les facteurs déterminants d’un tel choix. Pour les constructions en
béton armé on peut citer les systèmes en murs porteurs, ceux avec ossatures en portiques (poteaux-
poutres), les systèmes hybrides qui combinent les deux premiers, système avec noyau central et dalle
en porte-à-faux, etc...

Le fractionnement du bâtiment en blocs a notamment pour conséquence que des blocs se trouvent avec
un noyau rigide excentré. En effet, en scindant le bâtiment, les cages d’escalier, qui étaient censées
s’équilibrer, se trouvent chacune dans un bloc différent (Réf. Plan Général du bâtiment). La position
d’angle qu’elles occupent, entraînent une répartition asymétrique des masses donc une éventualité de
torsion autour d’elles (les cages) sous charges horizontales. Ce problème est traité en réalisant ces cages
en maçonnerie en lieu et place du béton. Du reste, un parking requiert un espace assez dégagé pour
la circulation qui serait gênée par la présence de trop de murs à l’intérieur du bâtiment. L’ossature en
portiques est donc le mieux adapté et son choix est alors retenu.

Ainsi, pour tous les blocs de bâtiment, on aura des portiques dans les deux directions perpendiculaires
du plan.

5.1.1 Ossature en portiques

On rappelle qu’un portique est un système élémentaire, constitué de deux montants (poteaux) suppor-
tant une traverse (poutre), ces trois éléments ayant leur axe contenu dans un même plan sont supposés
répondre simultanément aux sollicitations de flexion, traction ou compression et cisaillement.

Les nœuds rigides (hypothèse d’encastrement entre poteaux et poutres principales) sont telles que les
rotations de l’extrémité de poutres soient liées aux rotations des poteaux et inversement, la flexion

17
CHAPITRE 5. SYSTÈME PORTEUR RETENU ET CONTREVENTEMENT

étant transmise de la poutre aux poteaux. L’enjeu principal de ces systèmes constructifs est le couplage
flexion-flexion entre membrures concurrentes dans un même nœud, ce qui permet la distribution de
l’énergie de flexion dans la structure et, par conséquent, réduit la localisation des efforts intérieurs.
Par exemple, une poutre bien encastrée peut avoir une flèche maximale 5 fois moins grande que celle
d’une poutre simplement appuyée pour un même cas de chargement.

Reprise des charges verticales

Comme pour la majorité des structures en génie civil, la fonction primaire des portiques est la reprise
d’actions verticales. Pour un portique, la poutre remplit sa fonction principale de canaliser les charges
verticales (ponctuelles et/ou réparties) vers ses appuis qui, dans ce cas, sont les poteaux qui acheminent
ces charges aux fondations.

Reprise des charges horizontales - Contreventement

Reprendre les actions horizontales est l’un des objectifs à atteindre puisqu’il y va de la stabilité de
la structure. Dans le cas que nous étudions, d’une manière adéquate chaque bloc aura sa propre
structure de contreventement. On pourrait envisager d’utiliser des voiles pour tout le bâtiment ou les
cages d’escalier et d’ascenseur pour certains blocs ou encore la rampe pour le bloc A32 . Dans tous ces
cas, on aurait besoin de placer des murs en béton armé à l’intérieur du bâtiment, ce qui, comme nous
l’avons souligné tantôt, ne serait pas compatible à la vocation du bâtiment . Le contreventement sera
donc assuré uniquement par les portiques.

En effet, les poteaux seront les premiers sollicités mais comme nous l’avons bien souligné tantôt,
la collaboration entre poutres et poteaux permettront la distribution des effets sur l’ensemble de la
structure. Tout le système va donc résister aux actions horizontales grâce à la combinaison des raideurs
des poteaux et des poutres.

5.2 Hiérarchisation des principaux éléments du système

La hiérarchisation des éléments d’une structure consiste à donner verticalement dans l’ordre du plan-
cher supérieur au plancher inférieur les éléments sollicités par les charges. Pour notre système, cela se
fera de la sorte :

– Les dalles, principales réceptrices des charges d’exploitation. Ce sont souvent les premiers éléments
sollicités.

– Les poutrelles, encore appelées poutres secondaires. Elles sont simplement appuyées sur les poutres
principales dans l’idée de réduire les portées de ces dernières. Elles transmettent les charges des
dalles aux poutres principales.

hhgps.2015@gmail.com [18]
CHAPITRE 5. SYSTÈME PORTEUR RETENU ET CONTREVENTEMENT

– Les poutres principales encastrées aux colonnes. Elles supportent d’une part les charges des dalles (
charges uniformément réparties) et d’autre part celles des poutrelles (charges ponctuelles que sont
les réactions d’appui).

– Les poteaux qui transmettent toutes les charges des poutres aux semelles de fondation auxquelles
ils sont reliés.
[2]

[19] Projet de Béton armé 2011-2016


Prédimensionnement et descente des charges
6
Le prédimensionnement d’un élément structural est l’opération qui consiste à rapidement trouver
de quel ordre seront ses dimensions à partir des charges et des surcharges qu’il aura à porter. La
descente de charges a pour objectif d’étudier le transfert des charges dans la structure, l’objectif
étant de connaître la répartition et les cheminements des charges sur l’ensemble des éléments por-
teurs de la structure depuis le haut jusqu’aux fondations. Ce chapitre est consacré d’une part au
prédimensionnement des dalles, des poutres et des poteaux et d’autre part à la descente des charges.

6.1 Valeurs de calcul

1. Béton : ayant une valeur caractéristique de résistance fck de 35 MPa et un coefficient de sécurité
γb de 1.5, on prend la valeur de calcul fcd = fck
γb de 23.33 MPa.
2. Acier : ayant une valeur caractéristique de limite élastique de fyk de 400 MPa et un coefficient
de sécurité γs de 1.15, on prend la valeur de calcul fyd = de 347.8 MPa.
fyk
γs

3. Moment réduit limite µlim : Moment réduit correspondant au cas où les deux matériaux
travaillent au mieux de leur capacité à la rupture c’est à dire le cas où la déformation b du béton
est de 0.0035 et celle y de l’acier de fyd /Es soit 0.00174, on a µlim = 0.8095×αlim (1−0.416×αlim )
avec :
b 0.0035
αlim = = 347.8 = 0.668
b +
fyd 0.0035 + 200000
Es

D’où une valeur pour µlim de 0.39

6.2 Dalles

6.2.1 Catégorie d’usage et surcharges d’exploitation

Le bâtiment en question étant destiné à loger un centre commercial au rez-de-chaussée et des parkings
aux niveaux supérieurs se trouve dûment classé, d’après Eurocode 1, section 6-Charges d’exploi-

20
CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

tations des bâtiments, de type G (parking) avec une surcharge d’exploitation de qk = 5 kN/m2 et
de type D (Centre commercial) avec la même surcharge d’exploitation.

Note : Le type G est préféré au type F par suite de la considération que le parking peut servir de
zones de livraisons de marchandises pour le centre commercial et ainsi accueillir des véhicules de poids
moyen > 30 kN.

6.2.2 Schéma de dalles

Les contraintes architecturales imposées entraînent des portées de dalles qui, si elles ne sont pas
réduites, conduiront à des dalles de trop grande épaisseur et donc lourdes ; ce qui, à son tour, entraînera
des forces sismiques considérables qui causeront des déplacements trop grands. Les charges arrivant
sur les colonnes seront, elles aussi, très élevées et par conséquent leur section sera considérable. Pour
réduire donc les portées entre les colonnes et ainsi éviter tout ce qui va avec, on opte pour des dalles
qui reposent sur des poutres secondaires qui elles, reposent sur des poutres principales.

6.2.3 Épaisseur des dalles

La structure fonctionne mécaniquement en des blocs indépendants mais dans son utilisation ces unités
seront comme un seul bâtiment. Ainsi l’épaisseur des dalles doit être la même pour tous les blocs.
On prédimensionne à partir du panneau de dalle de la plus grande largeur Lx de 3.5 m. Les règles de
prédimensionnement indiquent de choisir la valeur minimale e = 30 ,
Lx
soit de 12 cm avec cette valeur
de Lx .

Pour tenir compte de l’isolation phonique des dalles, on retient la valeur e de 15 cm pour
leur épaisseur le prédimensionnement.

6.3 Poutrelles

Les poutrelles ou encore poutres secondaires reçoivent des charges des dalles qu’elles transmettent aux
poutres principales. Leur prédimensionnement dépend évidemment de la valeur de ces charges reçues.
Pour le prédimensionnement on utilise la poutre de la portée maximale de 10.5 m et qui supporte la
plus grande surface de dalle. Elle se situe dans le bloc A31 .

6.3.1 Charges sollicitant les poutrelles

Elles regroupent leur poids propre, celui des dalles qu’elles supportent et celui des enduits qui re-
couvrent ces dernières et la surcharge d’exploitation q.

[21] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

Poids mort

– Dalle d’épaisseur 15 cm qui apporte une charge de 3.75 kN par mètre carré de dalle supportée en
supposant un poids volumique de 25 kN/m3 pour le béton. En effet on a :

0.15 m × 1 m2 × 25 kN/m3 = 3.75 kN

– Enduit sur la dalle qui apporte une charge surfacique estimée à 1.5 kN/m2 .
– Retombée de la poutrelle elle-même puisque la poutrelle doit pouvoir se porter. On estime ses
dimensions aux valeurs fixées par les règles de prédimensionnement en prenant une hauteur h égale
à L
14 =75 cm et une largeur de 35 cm. La retombée est donc haute de 60 cm et son poids par mètre
linéaire est alors de :

1 m × 0.35 m × 0.60 m × 25 kN/m3 = 5.25 kN

Ces poids morts cumulés donnent G=17.85 kNm comme charge permanente linéaire sur la poutre.
Pour arriver à cette valeur de G on fait porter à la poutre considérée la moitié des panneaux qui se
trouvent de chaque côté de la poutre. Elle porte alors une surface de 2.4 m2 par mètre linéaire. Il
s’ensuit alors que

G = (3.75 kN/m2 + 1.5 kN/m2 ) × 2.4 m2 + 5.25 kN = 17.85 kN

Surcharge d’exploitation

C’est la surcharge q de valeur 5 kN/m2 que subit la poutre pour chaque mètre carré de dalle supportée.
La surcharge par mètre linéaire de la poutre est alors :

q 0 = 5 kN/m2 × 2.4 m2 = 12 kN

Prédimensionnement

À l’ELU la charge ultime que supporte la poutre par mètre linéaire est

pu = 1.35 G + 1.5q 0 = 42 kN

et le moment ultime est alors :


L2 (10.5)2
Mu = pu = 42 × = 463 kNm (6.1)
10 10
Pour que les deux matériaux travaillent au mieux de leur capacité à la rupture on doit avoir µlim =
Mu
bd2 fcd
ce qui équivaut à avoir bd2 = 0.051 m3 . En prenant b = 35 cm la valeur minimale de d doit être
de 38 cm et h doit être au moins de 42 cm.
On réalise qu’une poutre haute de seulement 42 cm supporterait bien la charge pu aussi bien celle haute
de 75 cm. La valeur de 75 cm est de trop supérieure à la minimale requise. Pour le prédimensionnement
on arrête la hauteur à 45 cm.
Donc pour les poutres secondaires on adopte la valeur de 45 cm pour la hauteur et de
30 cm pour la largeur. Leur retombée est alors haute de 30 cm.

hhgps.2015@gmail.com [22]
CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

6.4 Poutres principales

Les poutres principales sont solidaires des poteaux sur lesquels elles s’appuient. Elles sont aussi encas-
trées dans les dalles qu’elles supportent. Il est alors permis de faire participer la dalle dans la reprise
des sollicitations de moments positifs en considérant les poutres comme des poutres en Té. On procède
alors au prédimensionnement de ces poutres en tenant bien compte de ces considérations en suivant
le mode que voici :
1. On identifie la travée de poutre supportant la plus grande surface de charge en utilisant la
méthode des aires tributaires. Une travée de ce type se trouve dans le bloc A11 . D’une portée
10.5 m, elle supporte une surface de charge trapézoïdale de 52.92 m2 .
2. On estime les charges arrivant sur la poutre. L’inventaire de ces charges donne :
- Poids mort gd de l’aire tributaire :

gd = 52.92 m2 × 0.15 m × 25 kN/m3 = 198.45 kN

.
- Poids mort gr du revêtement et du faux-plafond sur cette aire tributaire :

gr = 52.92 m2 × 1.5 kN/m2 = 79.38 kN

- Poids mort gret des 2 retombées des poutres secondaires :

gret = 2 × 0.3 m × 0.3 m × 7 m × 25 kN/m3 = 31.5 kN

- Surcharge d’exploitation

q = 52.92 m2 × 5 kN/m2 = 264.6 kN

3. On combine à l’ELU pour trouver une charge pu = 1.35(gd + gr + gret ) + 1.5q = 814.5 kN que
l’on répartit uniformément sur la travée isostatique de même portée pour trouver une charge
uniformément repartie pu = 77.6 kN/m.
4. On calcule le moment maximum en travée Mt = pu l8 = = 1069 kNm, l’effort tranchant
2 77.6×10.52
8
maximal Vt = pu l
2 = 407.4 kN.
5. Avec M = 0.8Mt = 855.2 kNm et V = 1.1Vt = 448 kN on choisit les dimensions b0 et h de la
poutre de telle sorte que les inégalités b0 h2 > 0.65 M
fc28 (5+k) et b0 h > 2.6 fc28 soit vérifiées avec
(7.5+k) 2 0
kV

k= σs
fc28 et k 0 = 0.15.
On prend σs = min(2/3fe ; max(0.5fe ; 110(ηftj )1/2 )). Avec ftj = 0.6 + 0.06fcj = 2.7, fe = 400 MN/m2
et η = 1.6 on a σs = 229 MN/m2 et par suite k = 6.5. Les inégalités précédentes se réécrivent

b0 h2 > 0.27 et b0 h > 0.005

On retient alors 55 cm et 70 cm respectivement pour la largeur et la hauteur des poutres


principales.

[23] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

6.5 Descente de charges

Le processus de descente de charges est fait à partir de la colonne la plus chargée (qui a une plus
grande aire tributaire). Les calculs menés à partir de Excel sont présentés dans le tableau suivant.
Assez simple, il est question de cumuler les charges gravitaires et les surcharges d’exploitation situées
au-dessus du plancher du rez-de-Chaussée. C’est la charge que supportera la colonne considérée dont
les dimensions seront gardées sur toute la hauteur du bâtiment.

Table 6.1 – Descente des charges

Dalles

Toiture Plancher3 Plancher2 Plancher1


Épaisseur( m) 0.15 0.15 0.15 0.15
Aire tributaire apportée ( m2 ) 70.56 70.56 70.56 70.56
Poids mort ( kN) 264.6 264.6 264.6 264.6
Revêtement "+" Faux plafond 14.1 105.8 105.8 105.8
Charge correspondante( kN) 278.7 370.4 370.4 370.4
Charge Totale des dalles( kN) 1390.0
Surcharge d’exploitation ( kN) 352.8 352.8 352.8

Retombées de poutres

Section Longueur Charge


totale Corres-
pondante
Poutres Principales 0.3025 16.8 508.2
Poutres Secondaires 0.09 16.8 151.2
Charge totale (kN) 659.4

Poids mort total G :2 049,4 kN


Surcharge totale Q :1 058,4 kN

Effort normal Nu à l’ELU ( kN) :4 354,3

6.6 Poteaux

Le prédimensionnement se fait à partir de l’inégalité Nu 6 Br fc28


0.9γb + Afe
γs avec :

Nu : Effort normal à l’ELU=1.35G+1.5Q

γb,s : Coefficients de calcul du béton et de l’acier respectivement 1.5 et 1.15.

hhgps.2015@gmail.com [24]
CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

α : Pris égal à 0.708 pour une valeur de λ prise forfaitairement égale à 35 c’est un coefficient fonction
2
de l’élancement λ du poteau. On a α = pour λ 6 50 et α = 0.6 pour 50 6 λ 6 70

0.85 50
1+0.2( 35
λ 2
) λ

Br : section réduite déduite de la section réelle suite à la diminution des dimensions réelles de 2 cm.
A : aire de la section d’aciers prise égale à sa valeur minimale de 0.002Br .
Au vu de ce qui précède on doit avoir Br > 0.708 354.3543 = 0.23 m2 . En optant pour une
√ ( 0.9×1.5
+ 0.002×400
1.15 )
section carrée la dimension réduite ar = Br doit avoir une valeur minimale de 48 cm, ce qui ferait
une dimension réelle de 50 cm.

On s’arrête à un choix de section 60 × 60 pour les colonnes.

6.7 Escaliers

Voir dimensionnement.

6.8 Fondations

On appelle fondation cette base d’un ouvrage en contact direct au terrain d’assise et chargée de
transmettre à ce dernier les charges auxquelles sera soumis le bâtiment pendant sa vie. Ainsi, une
bonne fondation est d’une grande nécessité pour la pérennité de l’ouvrage qu’elle porte.

6.8.1 Type de fondations

On connaît 2 grands groupes de fondations : les superficielles et les profondes. Le critère de la déno-
mination ne réside pas dans la différence de niveau entre le terrain d’assise et le terrain naturel mais
de préférence de la proportion entre ses dimensions que sont sa profondeur d’encastrement D et la
largeur de sa base B.

Ainsi, une fondation superficielle est une fondation encastrée à une profondeur moindre que le qua-
B < 4). Elle peut être une semelle isolée, une semelle filante ou
druple de la largeur de sa base ( D
encore un radier général. Une fondation profonde est une fondation non superficielle. Elles est dite
semi-profonde et est alors réalisée par des puits si elle est encastrée sur une profondeur moindre que
le décuple de la largeur à la base ( D
B < 10) et profonde dans le cas contraire ( B > 10) auquel cas elle
D

est réalisée à l’aide de pieux.

6.8.2 Choix de fondations

Le choix de fondations est fondamentalement détermine par la nature et la portance des couches de
sol sous-jacentes au terrain naturel. On opte pour des fondations superficielles si à proximité de la
surface du terrain naturel on arrive à trouver une couche d’assez bonne portance qui peut reprendre
les efforts que lui transmettront les fondations. Autrement le choix d’une fondation profonde s’impose.

[25] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

Au regard du rapport géotechnique fourni qui présente le caractère peu résistant des premières couches
de sol qui sont de faibles portances, on a préféré chercher du substratum sur lequel construire. On fait
par là un choix aussi d’ordre économique parce que l’amélioration de la portance de ces couches serait
onéreuse.

Données sur le sol

1. Densité humide, γh = 18.3 kN/m3

2. Angle de frottement interne, φ = 29◦

3. cohésion non drainée cu = 21 kN/m2

6.8.3 Calculs

L’effort F qui arrive au droit du pieu au dessous de la colonne la plus chargée se calcule en suivant
la descente de charges jusqu’aux fondations. En supposant le plancher de même dimensions que la
toiture et en tenant compte des dimensions de la colonne, la valeur de F se chiffre à 5152.8 kN. On
dimensionne le pieu en s’assurant que la contrainte qui le sollicite sera au maximum égale à 0.6 fck
(Contrainte de service pour empêcher la fissuration). Si on choisit un pieu de section circulaire, son
diamètre B doit être tel que B > soit B > 55.9 cm.
q
4F
0.6πfck

Dans les chapitres précédents, on a fait mention de joints sismiques séparant le bâtiment en 9 blocs
mais ayant un système de fondations commun (la répartition symétrique des charges donne des efforts
Nu de même ordre dans les poteaux, le risque de tassement différentiel peut être écarté). Comme
conséquences, pour un bloc les files de poteaux se trouvant près des joints partageront les mêmes
fondations avec le ou les blocs adjacents.

On prend donc des pieux de diamètre 60 cm pour les poteaux simples et 100 cm pour les poteaux
jumelés.

6.8.4 Capacité portante d’un pieu

Il importe de connaître quelle charge maximale est-ce qu’un pieu peut porter pour savoir combien
disposer au dessous de la colonne.

Un pieu résiste à un chargement à partir de sa résistance en pointe Qp et du frottement latéral Qf


qui s’exerce entre sa surface et les couches de sol qu’il traverse. Le terme de pointe est égal à :

B2
Qp = π (γDNq + 1.3cNc )
4

et celui dû au frottement latéral contre une couche i est donné par

Qf = πBΣni=1 hi psi

hhgps.2015@gmail.com [26]
CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

ces paramètres des formules étant pour la plupart des fonctions de l’angle de frottement interne φ et
de la cohésion du sol c. Le tableau 9 du rapport fournissant les valeurs des psi est reproduit un peu
plus loin.

Pour le calcul de la pression de pointe limite, Caquot et Kerisel ont approché la valeur du paramètre
Nq par 103.04 tan φ mais applicable seulement si l’encastrement critique du pieu vérifie Dc > 4 Nq .
B 2/3

Donc si Nq = 103.04 tan φ = 103.04 tan(29 ) = 48.43 alors Dc doit au moins être égal à 48.432/3 soit
◦ 60
4 ×
199 cm ou 1.99 m pour un pieu de 60 cm de diamètre.
On prend Dc = 10 m > 1.99 m.

Par la suite, Caquot et Kerisel recommandent de calculer Nc par la formule expérimentale Nc = tan φ .
Nq −1

On trouve alors Nc = 85.6. On a alors :

0.62
Qp = π (18.3 × 10 × 48.43 + 1.3 × 21 × 85.6) = 3165 kN
4

Pour le calcul du terme dû au frottement latéral Qf on utilise les données fournies dans le rapport
que l’on reprend dans le tableau suivant :

Couche de sol psi (kN/m2 ) Épaisseur (m)


Silt gravelo-sableuse 80 0.5
Grave sableuse 135
Argile silteuse avec traces de sable modérément compact 60
Argile souple 15
Argile de consistance moyenne à élevée 35 >24

Les couches du tableau dont l’épaisseur n’est pas communiquée dans le rapport géotechnique se re-
trouvent dans une nappe phréatique. Elles sont saturées et par conséquent ne peuvent s’attacher au
pieu. Leur frottement est alors négligé.
La profondeur d’ancrage choisie plus haut étant de 10 m, on a :

Qf = π × 0.6 × (0.5 × 80 + 10 × 35) = 734.76 kN

À l’ELU, la charge admissible Qadm du pieu est donnée par :

Qadm = 0.5Qp + 0.75Qf = 0.5 × 3165 + 0.75 × 734.76 = 2133.57 kN

Un seul pieu ne suffira pas pour reprendre Nu = 5162.8. On aura un groupe de pieux au-dessous de
chaque colonne.
Selon Kerisel, ce nombre est égal à :
Nu
n=
Ce Qadm
Avec Ce = 0.51 + 0.07 B
S
pour 2B < S < 7B ou Ce = 1 pour S > 7B S, écartement entre-axe des
pieux,est pris à 3B ⇒ Ce = 0.72
5162.8
n= = 3.35
0.72 × 2133.57

[27] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 6. PRÉDIMENSIONNEMENT ET DESCENTE DES CHARGES

Éléments Section Épaisseur Autres


Dalles 15 cm
Poutrelles 30 cm × 45 cm
Poutres 55 cm × 70 cm
Colonnes 60 cm × 60 cm
Escaliers 15 cm g=30 cm, h=18 cm, emm=120 cm
Fondations 60 cm × 60 cm et 100 cm × 100 cm pieux enfoncés à 24 m

Table 6.2 – Tableau récapitulatif du prédimensionnement

Soit 4 pieux de 60 cm.


Pour un pieu de 100 cm de diamètre, les mêmes calculs donnent Qp = 8791.66, Qf = 1224.6 et n = 4
pour une charge Nu deux fois plus grande. [3] [4]

hhgps.2015@gmail.com [28]
Le bâtiment face au séisme et au vent de projet
7
7.1 Sous l’effet du séisme de projet

D’après l’Eurocode 8, un projet est parasismique si, au bout de sa conception, les deux principaux
objectifs suivants sont atteints :

1. Le non-effondrement sous un séisme majeur, avec une probabilité de référence PNCR de


dépassement en 50 ans égale à 10% et une période de retour TNCR = 475 ans.
2. La limitation des dommages sous un séisme plus fréquent , dont la probabilité PDLR de
se produire est plus importante (PDLR de dépassement en 10 ans égale à 10% pour un séisme de
période de retour TNCR = 95 ans).Dans notre cas, il faut éviter les dommages nécessitant un coût
de réparation exorbitant. À l’ELS (État Limite de Service), on doit vérifier que les déformations
entre étages ne dépassent pas des valeurs maximales fixées.

Ramenées au cas qui nous concerne, ces conditions nous imposent, d’une part, que la structure du
bâtiment tienne sans s’effondrer sous l’effet d’un grand séisme et d’autre part, qu’il puisse encore
assurer correctement ses fonctions après un séisme moins considérable. Il doit être alors vérifié à l’ELU,
état au-delà duquel arrive son effondrement et aussi à l’ELS, état au-delà duquel les déformations
survenues dans la structure dépassent des limitations maximales fixées par la norme, compromettant
ainsi le confort de ses utilisateurs.

Cette section est consacrée à la détermination des efforts sismiques qui sollicitent le bâtiment sous le
séisme de projet et à son comportement sous l’effet de ce dernier. On considère un séisme de projet
d’accélération égale à 0.5g soit de 4.9 m/s2 .

7.1.1 Comportement du bâtiment

Il ne suffit pas qu’un bâtiment soit "costaud" ou "flexible" pour résister aux séismes, il lui faut surtout
avoir un comportement plus ou moins ductile. Ainsi, nos choix tant architecturaux que structuraux
vont dans ce sens de telle sorte que le nôtre ait une bonne tenue durant les secousses du séisme prescrit.

29
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

– Des joints placés dans le bâtiment à la lumière des normes de conception, pour les raisons formulées
précédemment, le divisent en blocs qui auront chacun un comportement durant les oscillations. Ces
joints doivent être traités comme des joints sismiques pour éviter que les blocs s’entrechoquent sous
l’effet des sollicitations horizontales dues au séisme. Le bâtiment sera donc comme un regroupement
d’oscillateurs indépendants.
– La forme régulière de chaque bloc tant sur le plan horizontal que sur le plan vertical engendre des
déformations plus ou moins régulières de sorte qu’aucune partie du système porteur ne soit pas trop
faible par rapport aux autres.

– Les déformations dues aux forces d’inertie seront elles aussi régulières entre les différents niveaux
car ces derniers auront quasiment le même degré de rigidité.

– On s’est abstenu de créer des noyaux rigides excentrés ( cage d’escalier ou d’ascenseur en béton
armé) agrémentés d’une distribution asymétrique des masses. Durant les secousses, le bâtiment ne
subira donc pas de torsion autour de ces noyaux peu déformables.

– Les calculs, qui seront présentés dans la deuxième partie du projet, seront menés de manière que
la résonance des oscillations entre la structure et le sol soit écartée et qu’un bon comportement des
éléments non-structuraux soit assuré.

7.1.2 Détermination des efforts

La détermination des efforts dus au séisme se fera par la méthode de l’analyse modale spectrale
réservée par l’Eurocode 8 à des bâtiments moyennant la vérification de certaines hypothèses de
régularité en plan comme en élévation définie au sens de la norme. Pour les calculs, chaque bloc du
bâtiment sera considéré comme un oscillateur multiple, car on est en présence d’un système porteur
non infiniment rigide avec masses supposées concentrées sur des planchers infiniment rigides dans leur
plan. Au regard de la norme (EC8 1-2 section 2.2), un bâtiment est dit régulier en plan si :

1. La structure du bâtiment est approximativement symétrique en plan par rapport à deux direction
orthogonales en ce qui concerne la raideur latérale et la distribution des masses.

2. La configuration en plan est compacte ; elle ne présente pas de formes complexes comme par
exemple des formes en H, I, X, etc. La somme des longueurs des parties entrantes ou entaillées,
dans une direction considérée, ne dépasse pas 25% de la longueur totale du bâtiment dans cette
direction.

3. La raideur en plan des planchers est suffisamment importante, comparée à la raideur latérale
des éléments verticaux de structure, pour que la déformation du plancher ait peu d’effet sur la
distribution des forces entre les éléments verticaux de structure.

4. l’élancement η = Lx
Ly de la section en plan du bâtiment doit être inférieur à 4.

hhgps.2015@gmail.com [30]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

De même, la norme reconnaît un bâtiment comme régulier en élévation si


1. Tous les systèmes de contreventement, comme les noyaux centraux, les murs ou les portiques,
sont continus depuis les fondations jusqu’au sommet du bâtiment ; lorsque des retraits existent
à différents niveaux, la structure de contreventement traverse la partie concernée et est continue
jusqu’au sommet du bâtiment.
2. La raideur latérale et la masse de chaque étage demeurent constantes ou sont réduites progres-
sivement, sans changement brutal, entre la base et le sommet.
En plan, les blocs de notre bâtiment se présentent avec une distribution géométrique des poutres et
des colonnes approximativement symétrique par rapport aux axes de symétrie d’une section plane du
bloc. Toutes les poutres étant sensiblement de même masse ainsi que tous les poteaux, leur distribution
massique est plus ou moins symétrique. Il y va de même pour la raideur latérale de ces éléments.

Il n’y a que le bloc A13 à ne pas être de forme rectangulaire. Il se présente comme un rectangle dont
deux côtés consécutifs sont entaillés. Ces entailles font cependant moins de 25% de la longueur totale
du bloc, quelle que soit la direction considérée. On a en effet pour les deux directions prises l’une après
l’autre 7
29.40 = 0.24 < 0.25 et 7
31.90 = 0.22 < 0.25.

L’élancement de la section plane de quel que soit le bloc est manifestement inférieur à 4 comme
l’illustre le tableau suivant. On y affiche les valeurs de l’élancement calculé avec la direction de la
dimension la plus longue du bloc prise comme direction de calcul (Lx > Ly ). Ils sont tous inférieurs à
4, et étant aussi supérieures à 1, leurs inverses qui sont les élancements des blocs pour la direction de
la dimension la plus petite sont aussi inférieurs à 4. On se passe alors de ce calcul.

Blocs A11 A12 A13 A21 A22 A23 A31 A32 A33
Lx (m) 31.9 31.9 31.90 25.2 25.2 25.2 30.8 30.8 30.8
Ly (m) 16.5 31.2 29.4 16.5 31.2 29.4 16.5 31.2 29.4
Élancement 1.93 1.02 1.08 1.53 1.23 1.17 1.87 1.01 1.05

Les portiques qui contreventent les blocs de bâtiment vont tous depuis les fondations jusqu’au sommet
des blocs. De plus, les colonnes gardent une même section sur toute la hauteur du bâtiment et les
poutres, d’un plancher à un autre. La raideur latérale des portiques demeure donc constante. Les trois
étages ont une même masse qui diffère peu de celle du rez-de-chaussée, la différence venant seulement
du fait que les colonnes sont plus hauts d’un mètre (1 m) au rez-de-chaussée qu’aux étages.

Suite à ces vérifications de la régularité de tous les blocs de bâtiment, on établit la méthode de la
détermination des efforts sismiques que l’on applique aux blocs un à un. On considère que le mode
fondamental d’oscillation d’un bloc domine largement les autres (modes) en raison des déformations
homogènes. Donc, dans tout ce qui suit, on va considérer que les masses (supposées concentrées dans
les planchers) oscillent en phase lors du séisme. Pour un bloc donné, on procède comme suit :
1. À partir des dimensions retenues dans le chapitre précédent on calcule le poids sismique W du
bâtiment défini par la combinaison

W = Gk,j ” + ”
X X
ϕ.ψ2,i .Qk,i

[31] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

qui prend en compte le poids propre G de la structure et les actions variables affectées des
coefficients dépendant de leur probabilité de présence au moment du séisme. Pour notre bâtiment
(Commerce et zone de trafic), les coefficients valent

ϕ = 1.0 et ψ2,i = 0.3 (ψ2,i = 0 pour le toit)

. Le poids propre G du bâtiment inclut à chaque niveau :


(a) Le poids des dalles égal à ×25 kN/m3 × s × e, s étant l’aire de la surface du plancher et e
son épaisseur.
(b) Le poids du revêtement de la dalle. En supposant une surcharge de revêtement de 2.5 kN/m2
on a : Gr = 2.5 × s.
(c) Le poids des retombées de poutres (principales et secondaires) égal à

25 kN/m3 .3 × 0.3 × Ltps + 0.55 × 0.55 × Ltpp )

où Ltpp est la longueur totale de poutres principales et Ltps , la même grandeur relative aux
poutres secondaires.
(d) Le poids des poteaux égal à n × 4 × (0.6)2 × 25 kN/m3 (au rez-de-chaussée) et à n × 3 ×
3 × (0.6)2 × 25 kN/m3 (aux étages), n étant le nombre de poteaux.
Comme charge variable on considère la surcharge d’exploitation du bâtiment q = 5 kN/m2
(q = 0.75 kN/m2 pour le toit) qui est la plus probable d’être présente lors du séisme. En se
plaçant dans le cas le plus défavorable, où toute la surface du plancher serait chargée, la charge
d’exploitation considérée est Q = A × q.

Il est important de souligner que toute la masse du bâtiment ne rentre pas en jeu dans aucun
des modes vibratoires pris séparément, le mode fondamental n’en fait pas exception. La masse
du bâtiment, utilisée telle quelle conduirait à une surestimation de l’effort sismique. Ainsi, l’Eu-
rocode 8 introduit un coefficient de correction λ ≤ 1 traduisant le fait que la masse modale
effective du premier mode est inférieure à la masse totale du bâtiment.
Pour les bâtiments de plus de deux étages où T1 ≤ 2TC = 2×0.5 = 1 comme le nôtre, l’Eurocode
8 fixe λ = 0.85.

2. On détermine la période fondamentale de vibration du bloc dans les deux directions orthogonales
par la relation suivante fournie par la norme (EC8 1-2 Annexe C) pour un bâtiment avec ossatures
en portique :
H
T = 0.10 √
Lx
avec
H : Hauteur du bâtiment

Lx : Longueur en mètres du bâtiment dans la direction considérée

hhgps.2015@gmail.com [32]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

3. À partir du spectre de réponse élastique fourni dans le rapport géotechnique on lit l’accélération
Se (T1 )correspondant aux périodes fondamentales calculées. Le spectre est représenté à la figure
ci-dessous. Toutes les périodes fondamentales (dans les calculs qui suivent) sont telles que

0.08 = TB < T1 < TC = 0.5

Donc, on se retrouve à chaque fois sur le palier horizontal du spectre. On aura alors une accélé-
ration constante Se (T1 ) = 1.15g.

Le spectre de réponse élastique suppose que les systèmes structuraux résistent linéairement aux
actions sismiques, ce qui entraîne des valeurs de dimensionnement très conséquentes pour ces
dernières. Or, il s’avère qu’en réalité les structures possèdent une capacité de dissipation d’éner-
gie qui ne résulte pas de leur comportement linéaire. Pour remédier cette situation, l’Eurocode
(EC8 1-1) propose un calcul linéaire équivalent afin d’éviter un fastidieux calcul non linéaire.
Dans ce nouveau calcul qui donne naissance à un spectre de calcul ou de dimensionnement
Sd , les actions sismiques sont réduites grâce à un coefficient de comportement q.
Pour TB ≤ T1 ≤ TC ,
Se (T1 )
Sd (T1 ) =
q
Le coefficient de comportement pour les forces sismiques horizontales est déduit de la formule
qui suit selon (EC8 1-3) :
q = q0 kD kR kW kη ≥ 1.5

– q0 : valeur de base du coefficient de comportement, dépendant du type de structure


q0 = 5 pour les sytèmes à portiques ;

– kD : coefficient dépendant de la classe de ductilité


kD = 0.75 pour les systèmes à ductilité (M) moyenne ;
(La classe de ductilité M correspond à des structures pour lesquelles la conception, le dimen-
sionnement et les dispositions de détail conformes à des dispositions spécifiques de résistance
aux séismes, permettent à la structure d’entrer effectivement dans le domaine inélastique sous
des actions alternées, sans subir de rupture fragile.)

– kR : coefficient dépendant de la régularité en élévation


kR = 1 pour les structures régulières ;

– kW :reflétant le mode de rupture prédominant des systèmes à murs


kW = 1 pour les portiques ;

– kη :reflétant la densité de cloisonnement et autres éléments secondaires participant à la dissi-


pation d’énergie

[33] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.1 – Spectre de réponse élastique du rapport géotechnique

kη = 0.9 pour les bâtiments faiblement cloisonnés ;

Après calculs, on trouve


q = 3.375
1.15g
Sd (T1 ) = = 0.34g = 3.34 m/s2
3.375

4. On détermine l’effort tranchant à la base de la structure pour chaque direction en multipliant le


poids sismique W (la masse en kg) du bâtiment et l’accélération lue sur le spectre conformément
à la relation Fb = Sd (T1 )λW . On a alors, en ce qui nous concerne, Fb = 2.84W quels que soient
le bloc et la direction de calcul considérés.
5. Pour reprendre cet effort, le bâtiment sollicite les différents étages. En supposant que les dépla-
cements horizontaux croissent linéairement le long de la hauteur du bâtiment, on calcule l’effort
Fi repris par chaque étage i du bâtiment par la relation :
zi .Wi
Fi = Fb . P
zj .Wj

avec zi et zj les hauteurs des masses mi . mj au-dessus du niveau d’application de l’action


sismique.
6. Enfin, en considérant tour à tour les deux directions orthogonales du plan, on fait reprendre
ces efforts Fi aux portiques de la direction considérée. En supposant une reprise égale d’efforts,
chaque portique, à son niveau i, reprend Fi rapporté au nombre n de portiques.
7. Selon l’Eurocode 8, on doit tenir compte de la composante verticale de l’action sismique dans
les cas suivants :

hhgps.2015@gmail.com [34]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

(a) Éléments de structure horizontaux ou presque horizontaux de 20 m de portée ou plus ;


(b) Éléments horizontaux ou presque horizontaux en console ;
(c) Éléments précontraints horizontaux ou presque horizontaux ;
(d) Poutres supportant des poteaux.

Notre bâtiment ne comporte aucun de ces types d’éléments. Donc, la composante verticale de
l’action sismique sera négligée pour tous les blocs.
Le calcul est détaillé pour le bloc A11 . Les résultats obtenus pour les autres blocs à partir d’Excel
sont seulement communiqués.

Bloc A11

Les portiques Nord/Sud sont représentés par le Portique A, ceux des façades Est/Ouest par le Portique
B.

1. Poids W du bâtiment :
(a) Rez -de-chaussée
– Aire et volume de la dalle :

s = 16.5 m × 31.9 m = 526.35 m2 v = 526.35 m2 × 0.15 m = 78.95 m3

– Poids propre de la dalle :

78.95 m3 × 25 kN/m3 = 1 973,81 kN

– Poids du revêtement de la dalle :

526.35 m2 × 2.5 kN/m2 = 1 315,88 kN

– Poids propre des retombées de poutres (principales et secondaires) :

25 kN/m3 × (0.3m ×0.3m ×95.7m +0.55 × 0.55 × 178.2m ) = 1562.96 kN

– Poids propre des poteaux :

15 × 4 m × (0.6 m)2 × 25 kN/m3 = 540 kN

ce qui fait un poids propre total

G1 = 1 973,81 kN + 1 315,88 kN + 1562.96 kN + 540 kN = 5 392,65 kN

– Charges d’exploitation sur la dalle :

Q1 = 526.35 m2 × 5 kN/m2 = 2 631,75 kN

[35] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Le poids sismique du rez-de-chaussée est alors :

W1 = G1 + 0.3Q1 = 6 182,17 kN

(b) Étage 1 Les étages ne diffèrent du rez-de-chaussée que par la longueur des poteaux. On a :
– Poids propre des poteaux :

15 × 3 m × (0.6 m)2 × 25 kN/m3 = 405 kN

Toute chose étant égale par ailleurs, le poids propre de l’étage 1 est alors

G2 = 1 973,81 kN + 1 315,88 kN + +1562.96 kN + 405 kN = 5 257,65 kN

Avec une surcharge d’exploitation Q2 = Q1 son poids sismique devient :

W2 = G + 0.3Q = 6 047,17 kN

(c) Étage 2 Le deuxième étage est identique au premier.

W3 = W2 = 6 047,17 kN

(d) Étage 3. Le troisième étage est aussi identique aux deux autres mais la surcharge d’exploi-
tation du toit n’est pas prise en compte lors d’un séisme ψ2,i = 0.

W4 = G4 = 5 257,65 kN

Le poids total du bâtiment est alors :

W = 6182.17 kN + 2(6047.17 kN) + 5257.65 kN = 23 534,16 kNpour une masse de 2 401,45 × 103 kg

Périodes fondamentales du bloc


Calculées par la relation définie dans la présentation de la méthodologie de calcul présentée à la
sous-sous-section 7.1.2, les périodes fondamentales de vibration dans les deux directions du plan sont :
13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.23 s T1(B) = 0.10 √ = 0.32 s
31.9 16.5
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0s) Avec TC = 0.5 dans le spectre

Accélération correspondant à la période fondamentale


Les calculs menés précédemment ont conduit à une accélération

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Effort tranchant à la base de la structure


L’effort tranchant sismique à la base est le même pour chaque direction et vaut :

hhgps.2015@gmail.com [36]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Fb(A) = Fb(B) = 3.34 × 0.85 m/s2 × 2401.45 × 103 kg = 6 817,7 kN

Force horizontale agissant à l’étage i


Les efforts Fi sont calculés à partir de la relation présentée plus haut (sous-sous-section 7.1.2). Ainsi
a-t-on successivement :
4 × 6 182,17
F1 = 6 817,7 × kN ⇒ F1 = 860,69 kN
4 × 6 182,17 + (7 + 10) × 6 047,17 + 13 × 5 257,65

7 × 6 047,17
F2 = 6 817,7 × kN ⇒ F2 = 1 473,32 kN
4 × 6 182,17 + (7 + 10) × 6 047,17 + 13 × 5 257,65

10 × 6 047,17
F3 = 6 817,7 × kN ⇒ F3 = 2 104,75 kN
4 × 6 182,17 + (7 + 10) × 6 047,17 + 13 × 5 257,65

13 × 5 257,65
F4 = 6 817,7 × kN ⇒ F4 = 2 378,94 kN
4 × 6 182,17 + (7 + 10) × 6 047,17 + 13 × 5 257,65
Forces horizontales agissant sur chaque portique
– Portique A
Il y a 3 portiques du type A. Chacun reprenant le 1
3 des efforts précédents, on a :

F1A = 860,69/3 = 287 kN

F2A = 1 473,32/3 = 491 kN

F3A = 2 414/3 = 702 kN

F4A = 2 413/3 = 793 kN

– Portique B
Il y a 5 portiques du type A. Chacun reprenant le 1
5 des efforts précédents, on a :

F1B = 860,69/5 = 172 kN

F2B = 1 473,32/5 = 295 kN

F3B = 2 104,75/5 = 421 kN

F4B = 2 378,94/5 = 476 kN

Bloc A12

– Dimension des planchers : 31.20 m × 31.90 m


– Nombre de poteaux : 25

[37] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Périodes fondamentales du bloc


13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.23 s T1(B) = 0.10 √ = 0.23 s
31.9 31.2
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Force horizontale agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 314 kN F1B = 314 kN
F2A = 539 kN F2B = 539 kN
F3A = 770 kN F3B = 770 kN
F4A = 863 kN F4B = 863 kN

Bloc A13

– Dimension des planchers : Les planchers sont des pentagones dont les côtés mesurent 21.40 m,
29.40 m, 24.60 m, 31.90 m et 10 m.
– Nombre de poteaux : 24

Périodes fondamentales du bloc :

13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.23 s T1(B) = 0.10 √ = 0.24 s
31.9 29.4
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 × 0.85 m/s2

Forces horizontales agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 298 kN F1B = 298 kN
F2A = 512 kN F2B = 512 kN
F3A = 731 kN F3B = 731 kN
F4A = 818 kN F4B = 818 kN

hhgps.2015@gmail.com [38]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Bloc A21

– Dimension des planchers : 16.50 m × 25.20 m


– Nombre de poteaux : 12

Périodes fondamentales du bloc :


13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.26 s T1(B) = 0.10 √ = 0.32 s
25.2 16.5
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant à la période fondamentale

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Forces horizontales agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 226 kN F1B = 170 kN
F2A = 387 kN F2B = 291 kN
F3A = 554 kN F3B = 415 kN
F4A = 620 kN F4B = 464 kN

Bloc A22

– Dimension des planchers : 31.20 m × 25.20 m


– Nombre de poteaux : 20

Périodes fondamentales du bloc :


13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.26 s T1(B) = 0.10 √ = 0.23 s
25.2 31.2
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Forces horizontales agissant sur chaque portique

[39] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Portique A Portique B
F1A = 249 kN F1B = 312 kN
F2A = 427 kN F2B = 534 kN
F3A = 610 kN F3B = 762 kN
F4A = 683 kN F4B = 853 kN

Bloc A23

– Dimension des planchers : 29.40 m × 25.20 m


– Nombre de poteaux : 20

Périodes fondamentales du bloc :


13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.26 s T1(B) = 0.10 √ = 0.24 s
25.2 29.4
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Forces horizontales agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 237 kN F1B = 296 kN
F2A = 406 kN F2B = 508 kN
F3A = 580 kN F3B = 725 kN
F4A = 650 kN F4B = 812 kN

Bloc A31

– Dimension des planchers : 16.50 m × 30.80 m


– Nombre de poteaux : 18

Périodes fondamentales du bloc :


13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.23 s T1(B) = 0.10 √ = 0.32 s
30.8 16.5

hhgps.2015@gmail.com [40]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Forces horizontales agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 286 kN F1B = 143 kN
F2A = 487 kN F2B = 244 kN
F3A = 695 kN F3B = 348 kN
F4A = 778 kN F4B = 390 kN

Bloc A32

– Dimension des planchers : 31.20 m × 30.80 m


– Nombre de poteaux : 30

Périodes fondamentales du bloc :

13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.23 s T1(B) = 0.10 √ = 0.23 s
30.8 31.2

On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Force horizontale agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 313 kN F1B = 261 kN
F2A = 536 kN F2B = 447 kN
F3A = 766 kN F3B = 639 kN
F4A = 857 kN F4B = 715 kN

[41] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Bloc A33

– Dimension des planchers : 29.40 m × 30.80 m


– Nombre de poteaux : 30

Périodes fondamentales du bloc :


13 13
T1(A) = 0.10 √ = 0.23 s T1(B) = 0.10 √ = 0.24 s
30.8 29.4
On vérifie bien que dans les deux cas :

T1 ≤ min(4Tc , 2.0 s)

Accélération correspondant aux périodes fondamentales :

Sd (T1 ) = 0.34g = 3.34 m/s2

Force horizontale agissant sur chaque portique

Portique A Portique B
F1A = 298 kN F1B = 249 kN
F2A = 510 kN F2B = 436 kN
F3A = 729 kN F3B = 607 kN
F4A = 816 kN F4B = 597 kN

De tout ce qui précède, on retient, de la matrice 3 × 3 qui represente le batiment, les valeurs maximum
trouvées sur chaque ligne et chaque colonne de portiques. L’action sismique sur tout le batiment se
résume donc à ces 6 portiques chargés latéralement comme le montrent les figures ci-dessous.

Figure 7.2 – Portique de catégorie 1

hhgps.2015@gmail.com [42]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.3 – Portique de catégorie 2

Figure 7.4 – Portique de catégorie 3

[43] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.5 – Portique de catégorie 4

Figure 7.6 – Portique de catégorie 5

hhgps.2015@gmail.com [44]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.7 – Portique de catégorie 6

7.2 Sous l’effet du vent de projet.

Les actions du vent, tout comme celles du séisme, sont prises en considération. Si un vent courant a
ses actions répertoriées dans la catégorie d’actions variables, le vent de projet s’apparente à une action
accidentelle avec sa vitesse de 45 m/s qu’on retrouve pas tous les jours dans la zone de site du projet.

L’étude des effets du vent sur un bâtiment est d’une grande complexité que l’on contourne en se
confiant à l’application de l’Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures dans
sa partie 1-4 : Actions du vent réservée au vent. Cette méthode s’applique sous l’hypothèse que la
hauteur du bâtiment est inférieure à 200 m, ce qui est le cas pour le nôtre avec ses 13 m de hauteur.

7.2.1 Modélisation des actions du vent

En principe (cf. Modélisation des actions du vent-Eurocode1), l’action du vent est représentée
soit comme une pression, soit comme une force. L’action de la pression du vent sur la structure est
supposée perpendiculaire à la surface de la construction, sauf indication contraire ; par exemple, pour
les forces de frottement tangentielles. Or, toujours en référence à la norme, dans le cas particulier des
constructions prismatiques à base quadrangulaire reposant sur le sol, la force de frottement sur une
paroi n’est à considérer que si la dimension de cette paroi dans la direction du vent est supérieure à
la longueur c prise égale à la plus petite des deux valeurs :

o 2 fois la largeur de la façade frappée par le vent,

o 4 fois la hauteur de la construction.

Ceci n’est le cas pour aucun de nos blocs de bâtiment quel que soit le cas de vent considéré. On n’aura
donc pas à considérer de forces tangentielles à s’exercer sur les parois du bâtiment. Le vent engendre

[45] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

alors des efforts de pression d’abord sur les parois externes des façades d’un bâtiment puis sur leurs
parois internes en créant ainsi une surpression ou une dépression.
On calcule les efforts du vent par la méthode simplifiée présentée par la norme puisque le bâtiment
respecte le critère de son application. En effet, en outre que sa hauteur est inférieure aux 200 m fixés
par la norme, son coefficient structural cd , coefficient dynamique qui prend en compte la corrélation et
l’amplification dynamique, est inférieur à la limite 1.2 au delà de laquelle des méthodes plus détaillées
sont recommandées. Quel que soit le bloc considéré, on restera dans la partie grisée sur la figure 7.8.

hhgps.2015@gmail.com [46]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.8 – Coefficient structural cd (EC1)-Partie grisée concernant le bâtiment.

Figure 7.9 – Droite limite de vérification au détachement tourbillonnaire (EC1).

Ainsi se passera-t-on aussi de la vérification des blocs vis-a-vis du détachement tourbillonnaire de part
leurs dimensions qui les placent sous la droite limite comme le montre la figure 7.9.

[47] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

La présente section est consacrée au calcul des actions du vent mais d’abord faut-il définir et calculer
les différents paramètres qui interviendront dans cette démarche.

7.2.2 Définition des paramètres et leurs valeurs

vref : vitesse de référence du vent, définie comme étant la vitesse moyenne sur 10 min à 10 m au-
dessus du sol d’un terrain de catégorie II, avec une probabilité annuelle de dépassement de 0,02
(communément désignée comme période de retour moyenne de 50 ans). Elle est donnée égale à
45 m/s.
ρ : masse volumique de l’air prise égale à 1.25 kg/m3
qref : pression dynamique moyenne de référence calculée par la formule de Bernoulli donnant la
pression d’un fluide qui s’écoule sans turbulence avec une vitesse v. D’après cette formule
qref = 12 ρ vref
2 et on a donc qref = 1
2 × 1.25 kg/m3 × (45 m/s)2 ⇒ qref = 1.27 kN/m2
z0 : paramètre de rugosité du terrain fixé à 2 m par le code puisque le terrain est de catégorie 5 au
regard de la classification des terrains par la norme (tableau 8.1).
kT : coefficient de terrain (rugosité) fixé à 0.25 par la norme pour la catégorie de notre terrain (tableau
8.1).
kR : coefficient de turbulence qui contribue à corriger la pression dynamique de référence obtenue par
la formule de Bernouilli. La norme le fixe à 0.21 pour un terrain de catégorie 5.
cr (z) : coefficient de rugosité du terrain qui couvre la variation de la vitesse moyenne du vent au lieu où
se trouve la construction. À une hauteur z, il est égal à cr (z) = kT ln( zz0 ) pour zmin 6 z 6 200 m
et à cr (zmin ) pour z < zmin . La norme fixant zmin à 20 m (tableau 8.1) pour la catégorie
de terrain de notre cas, cr (z) garde une même valeur sur toute la hauteur du bâtiment, soit
z0 ) ⇒ cr (20) = 0.25 × ln( 2 ) = 0.58.
cr (20) = kT ln( zmin 20

ct (z) : coefficient de topographie qui couvre l’accroissement de la vitesse moyenne du vent soufflant
sur des collines et dénivellations isolées, hors de régions montagneuses. Dans notre cas il est pris
égal à 1 la zone étant majoritairement plate au voisinage du bâtiment.
vm (z) : vitesse moyenne du vent à une altitude z, fonction du lieu du bâtiment et de la rugosité du
terrain. Elle dépend donc de la topographie et de la rugosité du terrain et est définie par :

vm (z) = cr (z).ct (z).vref

.
Comme tous les paramètres dont dépend la vitesse moyenne du vent, elle est aussi constante sur
la hauteur du bâtiment, accusant une valeur

vm = 0.58 × 1 × 45 m/s = 26 m/s

ce (z) : coefficient d’exposition du bâtiment que l’on applique à la pression dynamique de référence,
dans la méthode de la procédure simple, pour obtenir la pression dynamique de pointe. Elle est

hhgps.2015@gmail.com [48]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

définie par :
7kR
 
ce (z) = c2r (z)c2t (z) 1+
cr (z)ct (z)
Avec les valeurs ci-dessus des paramètres des coefficients de rugosité, de topographie et de turbu-
lence le coefficient d’exposition est lui aussi constant sur toute la hauteur du bâtiment et garde
la valeur ce = 1.2.
qp (z) : pression dynamique de pointe à une altitude z égale à ce (z) que multiplie qref . Elle mesure
1.5 kN/m2 sur toute la hauteur du bâtiment.
vent i : Se tenant dans le bâtiment de telle sorte à avoir la rue Pavée devant soi et les rues Mgr
Guilloux et de la Réunion à sa droite et à sa gauche respectivement, le vent i est le vent qui
viendrait de la gauche si i = 1, de devant si i = 2, de la droite s i = 3 et de derrière si i = 4.
cpe , cpi : coefficient de pression extérieure, coefficient de pression intérieure. Le coefficient de pression
extérieure cpe est fonction de l’aire de la surface balayée par le vent. Nos surfaces étant toutes
supérieures à 10 m2 , on aura à utiliser que des cpe,10 . La norme fixe des valeurs pour ces coeffi-
cients pour des valeurs du rapport h
d égales à 5, à l’unité ou bien inférieures à 0.25. Nos rapports
h
d étant tous inférieurs à l’unité on fera une interpolation linéaire entre 0.25 et 1, mais toujours
sera-t-elle faite à partir des valeurs fixées par la norme. Le tableau 7.1, dans sa première partie,
recopie le tableau des coefficients de la norme et affiche aussi les valeurs déduites par interpo-
lation dans les 4 dernières colonnes. Dans sa deuxième partie, il affiche ces mêmes coefficients
mais relatifs à des parois horizontales.
Pour ce qui est de la pression intérieure on choisit cpi de telle sorte qu’on se place dans le cas le
plus défavorable puisqu’on ne peut savoir a priori la distribution des ouvertures dans le bâtiment
et par conséquent sa perméabilité µ.

Parois verticales
h
d 60.25 1 0.79 0.41 0.44 0.42
A -1.2 -1.2 -1.2 -1.2 -1.2 -1.2
B -0.8 -0.8 -0.8 -0.8 -0.8 -0.8
C -0.5 -0.5 -0.5 -0.5 -0.5 -0.5
D +0.8 +0.8 +0.8 +0.8 +0.8 +0.8
E -0.3 -0.5 -0.5 -0.4 -0.4 -0.4
Parois horizontales
F G H I
-1.8 -1.2 -0.7 ±0.2

Table 7.1 – Coefficients de pression extérieure

cf : coefficient de force pour un élément prismatique rectangulaire qui est isolé. Il est fonction de
l’élancement dudit élément. Appliqué à la pression dynamique de pointe, il permet le calcul des
efforts du vent sur les colonnes qui ne sont pas en façade. En référence à la norme, il convient

[49] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

de déterminer le coefficient de force cf des profilés à angles vifs à l’aide l’expression cf = cf 0 ψλ


où cf 0 est le coefficient de force des sections rectangulaires à arêtes vives et sans écoulement
de contournement aux extrémités dont la valeur recommandée est 2 et ψλ est un facteur d’effet
d’extrémités qui est fonction de l’élancement effectif de l’élément. Nos colonnes sont considérées
comme encastrées aux deux extrémités. La norme calcule leur élancement effectif λ comme étant
la plus grande valeur entre l
b et 70 pour un élément de longueur l recevant un vent sur une face
de largeur b. Le tableau 10.14.1 I de la norme fixe le facteur ψλ à l’unité pour de tels éléments.
On a alors cf = 2.

b : largeur de la façade du bâtiment à être face au vent.

d : largeur de la façade du bâtiment à être parallèle au vent.

h : hauteur de la façade du bâtiment à être face au vent. Elle est ici égale à la hauteur uniforme du
bâtiment qui est de 15 m.

e : paramètre défini et utilisé par le code pour délimiter des zones tant sur les façades sous le vent que
sur les parois non verticales qui sont sollicitées différemment par le vent. Il est égal à min(b, 2h),
b et h étant définis ci-dessus.

Les calculs des efforts, pour chaque bloc du bâtiment, seront menés selon la méthodologie suivante :

1. Considérer les cas de vent susceptible de solliciter le bloc. Vu le fractionnement du bâtiment, ces
cas de vent seront au plus au nombre de 2 et au moins égal à 1.

2. Détermination de l’altitude de référence ze défini par le code en fonction de l’élancement h


b du
bâtiment, h étant la hauteur de la face du bâtiment recevant le vent et b sa largeur. Dans le cas
qui nous concerne ce rapport est toujours inférieur à l’unité et le code recommande la valeur de
h à ze . Il s’ensuit que ze = 15 m.

3. Détermination de la pression dynamique de référence puis des pressions dynamiques de pointe.

4. Extraction des coefficients de pression intérieure et extérieure pour la déduction de la pression


aérodynamique totale sur chaque face ou sur chaque élément par la relation : q = (cpe − cpi ) ×
qref = (cpe − cpi ) × qp . Le tableau 7.2 affiche ces pressions aérodynamiques pour chaque zone de
paroi une valeur négative représentant une succion, une valeur positive, une pression.

hhgps.2015@gmail.com [50]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Zones cpe cpi q ( kN/m2 )


A -1.2 0.2 -2.13
B -0.8 0.2 -1.52
C -0.5 0.2 -1.07
D 0.8 -0.3 1.68
E -0.5 0.2 -1.07
E -0.4 0.2 -0.91
F -1.8 0.2 -3.05
G -1.2 0.2 -2.13
H -0.7 0.2 -1.37
I -0.2 0.2 -0.61

Table 7.2 – Tableau des pressions aérodynamiques s’exerçant dans chaque zone.

5. Détermination de la force normale F exercée par le vent sur chaque élément de portique par la
relation F = cd × (cpe − cpi ) × qp × 1 × li avec li , largeur d’influence du portique définie comme
la somme des demi-distances de chaque côté du portique.

7.2.3 Calculs des efforts

Maintenant que les paramètres sont définis et déterminés et la méthodologie connue, on calcule alors
les efforts de chaque cas vent sur les différents blocs qu’il sollicite.

Vent 1

Les blocs A11 , A21 et A31 sont ceux susceptibles de subir les effets du vent 1. C’est donc leurs cas qui
sont pris en considération dans cette sous-sous-section.

Bloc A11 . Sous ce vent, la façade Est du bloc est face au vent et la façade Nord est sous le vent. On
a alors successivement pour ce cas de vent pour ce bloc :

b = 31.9 m
d = 16.5 m
e = min(31.9 m, 2 × 15 m) = 30 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifie. En effet
c = min(2b, 4h) = 60 m > d = 16.5 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et C

[51] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

définies par leurs largeurs calculées comme suit :

e
A=
5
4e
d>e⇒B= , B = d − A sinon.
5
d > e ⇒ C = d − e, la zone C est inexistante sinon.

Ainsi, on a pour ce cas :

30 m
A= ⇒A=6m
5
B = 16.5 m − 6 m ⇒ B = 10.5 m
Et la zone C n’existe pas car d<e

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme suit :

F : rectangle de largeur égale à e


10 mesurée dans la direction du vent (suivant d) et de longueur
égale à e
4 mesurée perpendiculairement au vent (suivant b).

G : rectangle de largeur égale à e


10 mesurée dans la direction du vent (suivant d) et de longueur
égale à b − e
2 mesurée perpendiculairement au vent (suivant b).

H : rectangle de largeur égale à 25 e mesurée dans la direction du vent (suivant d) et de longueur


égale à b mesurée perpendiculairement au vent (suivant b).

I : rectangle de largeur égale à d− 2e mesurée dans la direction du vent (suivant d) et de longueur


égale à b mesurée perpendiculairement au vent (suivant b).

Ainsi a-t-on pour ce cas :

F : (3 m × 7.5 m)
G: (3 m × 16.9 m)
H: (12 m × 31.9 m)
I: (1.5 m × 31.9 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.10 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

hhgps.2015@gmail.com [52]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.10 – Bloc A11 sous l’effet du vent 1.

Bloc A21 . Sous ce vent, la façade Est du bloc est face au vent. On a alors successivement pour ce cas
de vent pour ce bloc :

b = 25.2 m
d = 16.5 m
e = min(25.2 m, 2 × 15 m) = 25.2 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 50.4 m > d = 16.5 m.

Les parois horizontales sont divisées en zones F, G, H et I définies par leurs largeurs calculées
comme précédemment pour donner :

[53] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

F : (5 m × 6.3 m)
G: (5 m × 12.6 m)
H: (10 m × 25.2 m)
I: (3.9 m × 25.2 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.11 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

Figure 7.11 – Bloc A21 sous l’effet du vent 1.

Bloc A31 . Sous ce vent, la façade Est du bloc est face au vent. On a alors successivement pour ce cas
de vent pour ce bloc :

b = 30.8 m
d = 16.5 m
e = min(30.8 m, 2 × 15 m) = 30 m

hhgps.2015@gmail.com [54]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 60 m > d = 16.5 m.

Le code divise la façade sous le vent (Sud) en zones A, B et C définies par leurs largeurs calculées
comme précédemment pour donner :

30 m
A= ⇒A=6m
5
B = 16.5 m − 6 m ⇒ B = 10.5 m
Et la zone C n’existe pas car d<e

Les parois horizontales sont divisées en zones F, G, H et I définies par leurs largeurs calculées
comme précédemment pour donner :

F : (3 m × 7.5 m)
G: (3 m × 15.8 m)
H: (12 m × 30.8 m)
I: (1.5 m × 30.8 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.12 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

[55] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.12 – Bloc A31 sous l’effet du vent 1.

Vent 2

Les blocs A11 , A12 et A13 sont ceux susceptibles de subir les effets du vent 2. C’est donc leurs cas qui
sont pris en considération dans cette sous-sous-section.

Bloc A11 . Sous ce vent, la façade Nord du bloc est face au vent et la façade Ouest est sous le vent.
On a alors successivement pour ce cas de vent pour ce bloc :

b = 16.5 m
d = 31.9 m
e = min(16.5 m, 2 × 15 m) = 16.5 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 33 m > d = 31.9 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et C
définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

hhgps.2015@gmail.com [56]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

16.5 m
A= ⇒ A = 3.3 m
5
B = 0.8 × 16.5 m ⇒ B = 13.2 m
C = 31.9 m − 16.5 m = 15.4 m

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

F : (1.7 m × 4.1 m)
G: (1.7 m × 8.25 m)
H: (6.6 m × 16.5 m)
I: (23.65 m × 16.5 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.13 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

[57] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.13 – Bloc A11 sous l’effet du vent 2.

Bloc A12 . Sous ce vent, la façade Nord du bloc est face au vent. On a alors successivement pour ce
cas de vent pour ce bloc :

b = 31.2 m
d = 31.9 m
e = min(31.2 m, 2 × 15 m) = 30 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 60 m > d = 31.9 m.
Les parois horizontales sont divisées en zones F, G, H et I définies par leurs largeurs calculées
comme précédemment pour donner :

hhgps.2015@gmail.com [58]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

F : (3 m × 7.5 m)
G: (3 m × 16.2 m)
H: (12 m × 31.2 m)
I: (16.9 m × 31.2 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.14 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

Figure 7.14 – Bloc A12 sous l’effet du vent 2.

Bloc A13 . Sous ce vent, la façade Nord du bloc est face au vent et la façade Est est sous le vent. On

[59] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

a alors successivement pour ce cas de vent pour ce bloc :

b = 29.4 m
d = 31.9 m
e = min(29.4 m, 2 × 15 m) = 29.4 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 58.9 m > d = 31.9 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et
C définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

29.4 m
A= ⇒ A = 5.9 m
5
B = 0.8 × 29.4 m ⇒ B = 23.5 m
C = 31.9 m − 29.4 m = 2.5 m

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

F : (3 m × 7.4 m)
G: (3 m × 14.7 m)
H: (11.8 m × 29.4 m)
I: (17.2 m × 29.4 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.15 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

hhgps.2015@gmail.com [60]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.15 – Bloc A13 sous l’effet du vent 2.

Vent 3

Les blocs A13 , A23 et A33 sont ceux susceptibles de subir les effets du vent 3. C’est donc leurs cas qui
sont pris en considération dans cette sous-sous-section.
Bloc A13 . Sous ce vent, la façade Est du bloc est face au vent et la façade Nord est sous le vent. On
a alors successivement pour ce cas de vent pour ce bloc :

b = 31.9 m
d = 29.4 m
e = min(31.9 m, 2 × 15 m) = 30 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 60 m > d = 29.4 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et C
définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

[61] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

30 m
A= ⇒A=6m
5
B = 0.8 × 30 m ⇒ B = 24 m
Et la zone C n’existe pas car d<e.

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

F : (3 m × 7.5 m)
G: (3 m × 16.9 m)
H: (12 m × 31.9 m)
I: (14.4 m × 31.9 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.16 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

Figure 7.16 – Bloc A13 sous l’effet du vent 3.

hhgps.2015@gmail.com [62]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Bloc A23 . Sous ce vent, la façade Est du bloc est face au vent. On a alors successivement pour ce cas
de vent pour ce bloc :

b = 25.2 m
d = 29.4 m
e = min(25.2 m, 2 × 15 m) = 25.2 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 50.4 m > d = 29.4 m.

Les parois horizontales sont divisées en zones F, G, H et I définies par leurs largeurs calculées
comme précédemment pour donner :

F : (2.52 m × 6.3 m)
G: (2.52 m × 12.6 m)
H: (10.08 m × 25.2 m)
I: (16.8 m × 25.2 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.17 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

[63] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.17 – Bloc A23 sous l’effet du vent 3.

Bloc A33 . Sous ce vent, la façade Est du bloc est face au vent. On a alors successivement pour ce cas
de vent pour ce bloc :

b = 30.8 m
d = 29.4 m
e = min(30.8 m, 2 × 15 m) = 30 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 60 m > d = 29.4 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et C
définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

30 m
A= ⇒A=6m
5
B = 0.8 × 30 m ⇒ B = 23.4 m
La zone C n’existe pas car d<e.

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

hhgps.2015@gmail.com [64]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

F : (3 m × 7.5 m)
G: (3 m × 8.4 m)
H: (12 m × 30.8 m)
I: (14.4 m × 30.8 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.18 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

Figure 7.18 – Bloc A33 sous l’effet du vent 3.

Vent 4

Les blocs A31 , A32 et A33 sont ceux susceptibles de subir les effets du vent 4. C’est donc leurs cas qui
sont pris en considération dans cette sous-sous-section.

Bloc A31 . Sous ce vent, la façade Sud du bloc est face au vent et la façade Ouest est sous le vent. On

[65] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

a alors successivement pour ce cas de vent pour ce bloc :

b = 16.5 m
d = 30.8 m
e = min(16.5 m, 2 × 15 m) = 16.5 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 33 m > d = 30.8 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et C
définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

16.5 m
A= ⇒ A = 3.3 m
5
B = 0.8 × 30 m ⇒ B = 13.2 m
C = 30.8 m − 16.5 m ⇒ C = 14.3 m

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

F : (1.7 m × 4.1 m)
G: (1.7 m × 8.25 m)
H: (6.6 m × 16.5 m)
I: (22.55 m × 16.5 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.19 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

hhgps.2015@gmail.com [66]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.19 – Bloc A31 sous l’effet du vent 4.

Bloc A32 . Sous ce vent, la façade Sud du bloc est face au vent. On a alors successivement pour ce
cas de vent pour ce bloc :

b = 31.2 m
d = 30.8 m
e = min(31.2 m, 2 × 15 m) = 30 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 60 m > d = 30.8 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et C
définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

[67] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

30 m
A= ⇒A=6m
5
B = 0.8 × 30 m ⇒ B = 24 m
C = 30.8 m − 30 m ⇒ C = 0.8 m

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

F : (3 m × 7.5 m)
G: (3 m × 16.2 m)
H: (12 m × 31.2 m)
I: (15.8 m × 31.2 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.20 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

Figure 7.20 – Bloc A32 sous l’effet du vent 4.

hhgps.2015@gmail.com [68]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Bloc A33 . Sous ce vent, la façade Sud du bloc est face au vent et la façade Est est sous le vent. On
a alors successivement pour ce cas de vent pour ce bloc :

b = 29.4 m
d = 30.8 m
e = min(29.4 m, 2 × 15 m) = 29.4 m

On vérifie que le critère de la non-considération des forces tangentielles de frottement sur la


face sous le vent, défini par le paramètre c défini dans la sous-section 7.2.1 est vérifié. En effet
c = min(2b, 4h) = 58.8 m > d = 30.8 m. Le code divise la façade sous le vent en zones A, B et
C définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

29.4 m
A= ⇒ A = 5.9 m
5
B = 0.8 × 29.4 m ⇒ B = 23.5 m
C = 30.8 m − 29.4 m ⇒ C = 1.4 m

De même que les parois verticales, les parois horizontales sont aussi divisées en zones F, G, H
et I définies par leurs largeurs calculées comme précédemment pour donner :

F : (2.9 m × 7.4 m)
G: (2.9 m × 8.8 m)
H: (11.8 m × 29.4 m)
I: (16.1 m × 29.4 m)

Il s’agit maintenant d’extraire les pressions aérodynamiques relatives à chaque zone. La figure
7.21 présente le bloc sous l’effet du vent considéré avec les pressions que subissent les différentes
zones.

[69] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.21 – Bloc A33 sous l’effet du vent 4.

Pour chaque bloc, on procède maintenant au calcul des efforts sur les portiques dans les deux directions
en tenant compte de la zone 1 où se trouvent leurs éléments. Pour chaque direction on retient un
portique représentatif qui sera soumis au chargement le plus défavorable obtenu en superposant tous
les portiques de la direction et en retenant pour une zone donnée, le plus grand des efforts parmi
ceux qui s’exercent sur les portiques considérés dans cette zone. Les portiques représentatifs pour
les différents blocs sont représentés sur les figures qui suivent. Les pressions sont affectées d’un signe
positif et les succions d’un signe négatif.

1. A,B,C...I

hhgps.2015@gmail.com [70]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.22 – Portique Est-Ouest-A11

Figure 7.23 – Portique Nord-Sud-A11 .

[71] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.24 – Portique Est-Ouest-A21

Figure 7.25 – Portique Nord-Sud-A21 .

hhgps.2015@gmail.com [72]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.26 – Portique Est-Ouest-A31

Figure 7.27 – Portique Nord-Sud-A31 .

[73] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.28 – Portique Est-Ouest-A12

Figure 7.29 – Portique Nord-Sud-A12 .

hhgps.2015@gmail.com [74]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.30 – Portique Est-Ouest-A32

Figure 7.31 – Portique Nord-Sud-A32 .

[75] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.32 – Portique Est-Ouest-A13

Figure 7.33 – Portique Nord-Sud-A13 .

hhgps.2015@gmail.com [76]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.34 – Portique Est-Ouest-A23

Figure 7.35 – Portique Nord-Sud-A23 .

[77] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.36 – Portique Est-Ouest-A33

Figure 7.37 – Portique Nord-Sud-A33 .

Le bâtiment A22 est masqué par les huit autres qui sont d’ailleurs de la même hauteur que lui. Ainsi
donc, pourvu que les bâtiments l’environnant se comportent bien sous l’effet du vent, le bloc A22 est
en sécurité.

Dans le souci d’avoir une uniformité dans les dimensions des éléments dans tout le bâtiment et surtout
dans le but d’alléger les calculs qui suivront, les portiques sont classés suivant leur géométrie et pour
chaque catégorie, par le même procédé que précédemment, on retient un seul portique de même

hhgps.2015@gmail.com [78]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

géométrie mais chargé plus défavorablement que ne le sont ceux de la catégorie. Ainsi a t-on les
catégories suivantes :

1. Catégorie 1 : Ayant la géométrie montrée sur les figures 7.22, 7.24 et 7.26, ils traversent les blocs
Ai1 horizontalement. Le portique représentatif de cette catégorie est représenté sur la figure 7.38.

2. Catégorie 2 : Ayant la géométrie montrée sur les figures 7.23, 7.29 et 7.33, ils traversent les blocs
A1i verticalement. Le portique représentatif de cette catégorie est représenté sur la figure 7.39

3. Catégorie 3 :Ayant la géométrie montrée sur les figures 7.32, 7.34 et 7.36, ils traversent les blocs
Ai3 horizontalement. Le portique représentatif de cette catégorie est représenté sur la figure 7.40.

4. Catégorie 4 : Ayant la géométrie montrée sur les figures 7.25 et 7.35, ils traversent les blocs A21
et A23 verticalement. Le portique représentatif de cette catégorie est représenté sur la figure
7.41.

5. Catégorie 5 : Ayant la géométrie montrée sur les figures 7.27, 7.31 et 7.37, ils traversent les blocs
A3i verticalement. Le portique représentatif de cette catégorie est représenté sur la figure 7.42.

6. Catégorie 6 : Ayant la géométrie montrée sur les figures 7.28 et 7.30, ils traversent les blocs A12
et A32 horizontalement. Le portique représentatif de cette catégorie est représenté sur la figure
7.43.

Figure 7.38 – Catégorie 1

[79] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.39 – Catégorie 2

Figure 7.40 – Catégorie 3

hhgps.2015@gmail.com [80]
CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.41 – Catégorie 4

Figure 7.42 – Catégorie 5

[81] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 7. LE BÂTIMENT FACE AU SÉISME ET AU VENT DE PROJET

Figure 7.43 – Catégorie 6

Ces six derniers portiques serviront à rentrer dans les différentes combinaisons.

[5]

hhgps.2015@gmail.com [82]
II

Dimensionnement

83
Les Dalles
8
Un élément structural est une dalle si sa portée, dans chacune des deux directions perpendiculaires du
plan, est supérieure à quatre fois son épaisseur. Elle peut se porter dans un seul sens et est alors dite
unidirectionnelle ou dans deux sens auquel cas elle est bidirectionnelle. Selon l’Eurocode, une dalle se
porte dans un seul sens si :

– elle présente deux bords libres (sans appuis) et sensiblement parallèles ;


– elle correspond à la partie centrale d’une portion pratiquement rectangulaire s’appuyant sur quatre
côtés et dont le rapport des deux dimensions est soit supérieur à 2, soit inférieur à 0.5.

Dans tous les autres cas, la dalle est bidirectionnelle.

Les poutrelles introduites dans notre conception structurale réduisent les portées des panneaux de
dalle dans une direction et font que ces derniers se portent dans un seul sens. Ainsi donc, les dalles
sont calculées comme des poutres continues sur appuis simples dont la section a une largeur de 1 m
et une hauteur de 15 cm, soit l’épaisseur de la dalle.

8.1 Choix de la poutre-dalle à étudier

Le choix porte sur la poutre dans laquelle on est censé rencontrer le moment de flexion maximum sur
appuis et en travée. La géométrie de la structure avec la disposition des poutres secondaires et des
poteaux sur une même file nous évite de calculer séparément les dalles pour les différents blocs du
bâtiment.

Les dalles sont modélisées comme :


1. une poutre continue de cinq travées pour les blocs A11 et A21 ,
2. une poutre continue de 11 travées pour les blocs A12 , A22 , A13 et A23 ,
3. une poutre continue de 13 travées pour les blocs A3i
À actions d’intensité égale, les moments sur appuis et en travée sont d’autant plus grands que les
portées des travées sont plus grandes. En ce sens, la poutre-dalle de cinq travées (figure 8.1) ayant

84
CHAPITRE 8. LES DALLES

ses travées plus grandes que celles de toutes les autres poutres est retenue pour l’étude qui sera faite
pour une combinaison permanente à l’ELU pour les planchers et pour une combinaison accidentelle
supplémentaire pour le toit.

Figure 8.1 – Poutre-dalle à étudier

8.1.1 Charges sur la poutre

Les charges sont calculées par mètre linéaire de poutre. En considérant un poids volumique de
25 kN/m3 pour le béton, on a :

o Charges permanentes :

1. poids propre gp = 25 × 0.15 × 1 = 3.75 kN/m

2. revêtements : gr = 2.5 kN/m pour les 3 premiers niveaux et gr = 1.5 kN/m pour le toit.
D’où une charge permanente de g = 6.25 kN/m pour les planchers des niveaux 1, 2 et 3 et
de g = 5.25 kN/m pour le toit.

o Surcharge d’exploitation :
Les surcharges d’exploitation telles que données par le code pour les bâtiments de même catégorie
d’usage que le nôtre sont q = 5 kN/m2 , surcharge uniformément repartie et Q = 45 kN, charge
ponctuelle à considérer dans un convoi dont le schéma présente deux charges ponctuelles distantes
de 1.80 m.
Pour le toit on considère 0.75 kN/m.

o Charge, considérée accidentelle, due au vent de projet :


q = −3.05 kN/m, soit la plus défavorable trouvée parmi les charges des différentes zones du toit.

8.2 Calcul des sollicitations

La méthode de calcul appliquée est la méthode des foyers. On détermine tout d’abord les rapports
focaux de gauche et de droite de la poutre notés respectivement φ et φ0 . On a φ1 = φ05 = 0 puisque

[85] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

les moments sur les appuis de rive sont nuls. La relation de récurrence entre les φ, pour une poutre à
section constante et construite dans un matériau homogène, soit

li+1
φi+1 =
2(li + li+1 ) − li φi

permet de calculer successivement φ2 , φ3 , φ4 et φ5 . De même la relation similaire existant entre les


φ0 , soit
li
φ0i =
2(li + li+1 ) − li+1 φ0i+1
permet de trouver successivement φ04 , φ03 , φ02 et φ01 .

Pour faciliter les calculs, on définit différents cas de chargement qu’on dirait élémentaires qui sont
combinés au besoin. On a ainsi :

Cas 0 : La poutre-dalle subit la charge permanente. Toutes les travées subissent la charge p = 1.35g.
Ce cas est lui aussi une combinaison de sous-cas où chaque travée subit la charge p séparément.

Cas 1 : Charge d’exploitation sur la première travée

Cas 2 : Charge d’exploitation sur la deuxième travée

Cas 3 : Charge d’exploitation sur la troisième travée

Cas 4 : Charge d’exploitation sur la quatrième travée

Cas 5 : Charge d’exploitation sur la cinquième travée

Au premier cas près, ils présentent tous une seule travée chargée à la fois. Quel que soit le cas les
calculs suivent la méthodologie que voici :

1. La travée i est chargée et on détermine les rotations sur appuis ωi0 et ωi00 que cette charge aurait
provoquées si appliquée à une poutre sur appuis simples de même portée que la travée i.

2. On détermine les moments sur appuis Mi−1 et Mi à partir de ces rotations calculées par les
relations :

φ0i ωi + ωi
1 0 00
1
Mi−1 = (8.1)
φi φ0i − 1
bi 1

1 ωi + φi ωi
0 1 00
Mi = − (8.2)
bi φ 1φ0 − 1
i i

pl3
Dans le cas d’une charge uniforme p sur la travée, ωi0 = −ωi00 = − 24EI
i
et les relations précédentes
deviennent :

1 1 − (φ0i )−1

Mi−1 = pli2
4 φ φ0 − 1
1
i i

φi − 1
 
1
1
Mi = − pli2
4 φi φ0i − 1
1

hhgps.2015@gmail.com [86]
CHAPITRE 8. LES DALLES

Si la travée est soumise à une charge ponctuelle Q appliquée à l’abscisse α elles s’écrivent :
Q 1
Mi−1 = α(li − α)[−(1 + φ0i )α + (φ0i − 2)li ]
li2 1
φi − φ0i
Q 1
Mi = − α(li − α)[(1 + φi )α + (1 − 2φi )]
li2 1
φ0i −φ

car alors, on a :
Q
ωi0 = − α(li − α)(2li − α)
6EIli
Q
ωi00 = α(li − α)(li + α)
6EIli
En ce qui concerne les travées de rive (première et cinquième travée) on a :
1
M1 = − ω100 φ01 (8.3)
b1
1
M5 = ω50 φ5 (8.4)
b5
3. Ces moments sont des moments de continuité sur appuis de la poutre continue. On calcule les
moments sur les autres appuis à l’aide des rapports focaux de gauche ou de droite.

8.2.1 Cas de chargement

La poutre est libre, sans surcharge d’exploitation. Après répétition de la procédure définie ci-dessus
aux différentes travées, on superpose les résultats obtenus pour trouver les moments sur appuis. Les
calculs relatifs à ce cas ont été effectués sur Excel et sont représentés dans le tableau 8.1.

Le moment fléchissant dans une section d’abscisse x de la travée i s’écrit :


p li Mi − Mi−1
M (x) = − x2 + (p + )x + Mi−1
2 2 li
. Ainsi a-t-on pour M (x) :

Travée 1 : −4.2x2 + 10.1x,


Travée 2 : −4.2x2 + 12.8x − 7.66
Travée 3 : −4.2x2 + 12.2x − 7.31
Travée 4 : −4.2x2 + 14.1x − 8.92
Travée 5 : −4.2x2 + 17.97x − 11.22
avec x en m et M en kNm.

Les charges permanentes font naître des moments maximums positifs en travée (compte tenu de
l’expression du moment fléchissant avec -4.2<0) et négatifs sur appuis. Dans la suite, on cherchera alors
les positions de la surcharge d’exploitation qui produisent les moments positifs et négatifs extrêmes
respectivement en travée et sur appuis. La ligne d’influence des sections concernées indique comment
charger la poutre.

[87] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

Table 8.1 – La poutre-dalle dans le cas 0

T1 T2 T 3 T4 T5
A1 A2 A3 A4 A5 A6

l 3m 3m 3.5m 3.5m 3.5m


φ 0 0.25 0.285 0.269 0.268
φ0 0.266 0.249 0.267 0.25 0
Travée T1 chargée seule
p 8.4 0 0 0 0
M 0 -5.06 1.26 -0.34 0.083 0
Travée T2 chargée seule
p 0 8.4 0 0 0
M 0 -3.80 -3.77 1.00 -0.25 0
Travée T3 chargée seule
p 0 0 8.4 0 0
M 0 1.47 -5.86 -5.86 1.46 0
Travée T4 chargée seule
p 0 0 0 8.4 0
M 0 -0.399 1.59 -5.59 -5.59 0
Travée T5 chargée seule
p 0 0 0 0 8.4
M 0 0.13 -0.53 1.86 -6.93 0
Moments sur appuis en kNm
M 0 -7.66 -7.31 -8.92 -11.22 0

8.2.2 Moments maximums négatifs sur appuis

Pour trouver le moment maximum négatif sur un appui i, la ligne d’influence de l’effort indique de
charger simultanément les travées se trouvant de chaque côté de l’appui et dont les rangs forment
une suite arithmétique de raison 2 en commençant à partir des travées attenantes à l’appui. Ainsi, le
moment maximum négatif sur l’appui 2 s’obtient en chargeant les travées 1,2 et 4, donc en combinant
les cas 1, 2 et 4 de chargement.

La surcharge q doit être distribuée sur toute la travée considérée. En chargeant une à une les différentes
travées avec 1.5q = 7.5 kN/m, on obtient les moments sur les appuis affichés dans le tableau 8.2.

Deux cas sont à considérer pour la surcharge Q. Placée dans une travée de droite, soit la travée
i + 2/i + 3 par exemple, elle doit être mise de telle sorte que le moment qu’elle crée à l’appui de
gauche, soit Mi+2 , qu’il transmettra à l’appui i soit maximal. En effet le moment sur l’appui i dû à Q
dans la travée i + 2/i + 3 est :
Mi = φi+1 φi+2 Mi+2

hhgps.2015@gmail.com [88]
CHAPITRE 8. LES DALLES

Table 8.2 – Moments sur appuis pour les différents cas de chargement élémentaires avec1.5q=7.5 kNm.

T1 T2 T 3 T4 T5
A1 A2 A3 A4 A5 A6

φ 0 0.25 0.285 0.269 0.268


φ0 0.266 0.249 0.267 0.25 0
Travée T1 chargée seule
1.5q 7.5 0 0 0 0
M 0 -4.5 1.12 -0.298 0.074 0
Travée T2 chargée seule
1.5q 0 7.5 0 0 0
M 0 -3.38 -3.35 0.89 -0.22 0
Travée T3 chargée seule
1.5q 0 0 7.5 0 0
M 0 1.30 -5.25 -5.21 1.30 0
Travée T4 chargée seule
1.5q 0 0 0 7.5 0
M 0 -0.355 1.420 -4.97 -4.972 0
Travée T5 chargée seule
1.5q 0 0 0 0 7.5
M 0 0.12 -0.47 1.66 -6.12 0

[89] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

Pour des raisons similaires, dans une travée à gauche de i, Q doit être placée de telle sorte que le
moment qu’elle crée sur l’appui de droite de la travée soit maximal. Il nous faut donc trouver pour
chaque travée, l’abscisse α de la charge Q qui donne la valeur maximale des moments sur appuis, ce
que l’on fait à partir de l’expression de la ligne d’influence du moment fléchissant des appuis.

En supposant une charge Q d’abscisse α dans la travée i, le moment Mi−1 (α) à l’appui i − 1 s’écrit :

Mi−1 (α) = Bf (α)

avec f (α) = α(li − α)[−(1 + φ0i )α + (φ0i − 2)li ] et B = Q


li2 1
1
−φ0i
. Mi−1 et f atteignent donc leurs
φi

extremums pour la même valeur de α soit α = −b± b2 −4ac
2a avec

a = −3(1 + φ0i )
b = 6li
c = li2 (φ0i − 2)

On retient la valeur α qui se trouve entre 0 et li .

De même le moment Mi (α) s’écrit :


Mi (α) = B 0 g(α)

avec B 0 = − lQ2 1
1
et g(α) = α(li − α)[(1 + φi )α + (1 − 2φi )]. Mi atteint son extremum pour α =
i φ0 −φ
√ i
−b± b2 −4ac
2a avec :

a = −3(1 + φi )
b = 6li φi
c = li2 (1 − 2φi )

On retient la valeur α qui se trouve entre 0 et li que l’on injecte dans l’expression de Mi . La procédure
décrite ci-dessus appliquée à toutes les travées donne les résultats affichés dans le tableau 8.3. Les
calculs ont été faits sur Excel avec 1.5Q = 67.5 kN.

Table 8.3 – Moments maximums sur appuis dus à 1.5 Q dans les travées i

Mi−1

T1 T2 T3 T4 T5
α 1.15 m 1.33 m 1.34 m 1.48 m
max Mi−1 ( kNm) 0 -16.24 -21.55 -20.48 -24.37
Mi
α 1.73 1.85 2.18 2.17
max Mi (en kNm) -20.77 -16.13 -19.69 -18.6 0

En chargeant les travées convenables, on arrive aux résultats suivants pour les moments maximums
sur les appuis intermédiaires :

hhgps.2015@gmail.com [90]
CHAPITRE 8. LES DALLES

Appui 2 : On combine les cas 0, 1, 2 et 4 pour trouver

M2,max = −7.66 − 4.5 − 3.38 − 0.355 − 16.24 − 20.77 − 20.48 × 0.25 × 0.285 = −54.4 kNm

Appui 3 : On combine les cas 0, 2, 3 et 5 pour trouver

M3,max = −7.31 − 3.35 − 5.21 − 0.47 − 16.21.55 − 16.13 − 24.37 × 0.269 × 0.285 = −55.9 kNm

Appui 4 : On combine les cas 0, 1, 3 et 4 pour trouver

M4,max = −8.92 − 0.29 − 5.21 − 4.97 − 20.77 × 0.249 × 0.267 − 19.69 − 20.48 = −60.96 kNm

Appui 5 : On combine les cas 0, 2, 4 et 5 pour trouver

M5,max = −11.22 − 0.22 − 4.97 − 6.16 − 16.13 × 0.267 × 0.25 − 18.6 − 24.37 = -66.7 kNm

8.2.3 Moments maximums positifs en travée

Pour trouver le moment positif maximum d’une section x qui se trouve dans une travée i, la ligne
d’influence indique de charger simultanément cette travée i et les travées de rang i ± 2k, k ∈ N. On
se propose de déterminer la section x de la poutre qui reprendra le plus grand moment positif en
investigant les travées une à une.

Le moment fléchissant dans une section x se trouvant dans une travée i s’exprime par la relation :
x x
Mi (x) = µi (x) + Mi−1 (1 − ) + Mi
li li
avec
p pli x
 
µi (x) = − x2 + x + 1.5Qx 1 −
2 2 li
p = 1.35g + 1.5q = 16 kN/m, Q = 45 kN

Sachant que le moment maximum doit se trouver dans une section entre les foyers puisque c’est pour
une telle section que toute la travée est surchargée, on exprime, encore par superposition des différents
cas de chargement, le moment fléchissant d’une section quelconque entre les foyers de chaque travée,
que l’on tabule sur Excel pour obtenir le moment maximum.

Conformément à l’allure de la ligne d’influence, la surcharge répartie 1.5q doit s’appliquer sur toute
la travée qui en est chargée pour que sa contribution au moment dans la section soit maximale. La
surcharge Q appliquée dans les travées autres que la travée i doit l’être aux points d’abscisses α qui
maximise le moment sur l’appui de droite si elle est appliquée à une travée à gauche de i, le moment
sur l’appui de gauche si elle est appliquée à une travée de gauche, car c’est alors que les facteurs
Mi−1 et Mi deviennent plus grands. Dans la travée i, Q doit s’appliquer au droit de la section x. Les
expressions des moments fléchissants pour les différentes travées dans une section d’abscisse x entre
les foyers s’écrivent alors :

[91] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

Travée 1 : On surcharge les travées 1, 3, 5. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement sont :

M0 = 0
M1 = M1.35g + M1.5q
1,3,5
+ M1.5Q dans T1 + (−φ2 )M2max,1.5Q dans T3 + (−φ2 φ3 φ4 )M5max,1.5Q dans T5

avec M1.5Q dans T1 = − 1.5Q


l2
φ01 x(l1 − x)(l1 + x). Tabulée sur Excel, la fonction passe par un
1
maximum de Mmax
1 = 51.7 kNm atteint au point x = 0.9 m.
Travée 2 : On surcharge les travées 2 et 4. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement sont :

M1 = M1,1.35g + M1,1.5q
2,4
+ M1,1.5Q dans T2 + (φ3 φ2 )M3max,1.5Q dans T4
M2 = M2,1.35g + M2,1.5q
2,4
+ M2,1.5Q dans T2 + (−φ3 )M3max,1.5Q dans T4

avec
1.5Q 1
!
M1,1.5Q dans T2 = 2 1 x(l1 − x)[−(1 + φ01 )x + (φ01 − 2)l2 ]
l1 φ1 − φ01
,  
1.5Q 1
M2,1.5Q dans T2 =− 2  1  x(l1 − x)[(1 + φ1 )x + (1 − 2φ1 )l2 ]
l1 φ 0 − φ 1
1

Tabulée sur Excel, la fonction passe par un maximum de Mmax


2 = 38.3 kNm atteint au point
x = 1.6 m.
Travée 3 : On surcharge les travées 1, 3 et 5. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement
sont :
p pl3 x
 
µ3 (x) = − x2 + x + 1.5Qx 1 −
2 2 l3
M2 = M2,1.35g + M2,1.5q
1,3,5
+ M2,1.5Q dans T3 + (−φ02 )M1,max,1.5Q dans T1 + (φ3 φ4 )M4,max,1.5Q dans T5
M3 = M3,1.35g + M3,1.5q
1,3,5
+ M3,1.5Q dans T3 + (φ02 φ03 )M1max,1.5Q dans T1 + (−φ4 )M4max,1.5Q dans T5

1.5Q 1
!
M2,1.5Q dans T3 = 2 1 x(l3 − x)[−(1 + φ03 )x + (φ03 − 2)l3 ]
l3 φ3 − φ03
,  
1.5Q 1
M3,1.5Q dans T3 =− 2  1  x(l3 − x)[(1 + φ3 )x + (1 − 2φ3 )l3 ]
l3 φ0 − φ 3 3

. Tabulée sur Excel, la fonction passe par un maximum de Mmax


3 = 44.6 kNm atteint au point
x = 1.8 m.
Travée 4 : On surcharge les travées 2 et 4. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement sont :
p 2 pl4 x
 
µ4 (x) = − x + x + 1.5Qx 1 −
2 2 l4
M3 = M3,1.35g + M3,1.5q
2,4
+ M3,1.5Q dans T4 + (−φ03 )M2,max,1.5Q dans T2
M4 = M3,1.35g + M4,1.5q
2,4
+ M4,1.5Q dans T4 + (φ03 φ04 )M2max,1.5Q dans T2

hhgps.2015@gmail.com [92]
CHAPITRE 8. LES DALLES

1.5Q 1
!
M3,1.5Q dans T4 = 2 1 x(l4 − x)[−(1 + φ04 )x + (φ04 − 2)l4 ]
l4 φ4 − φ04
,  
1.5Q  1
M4,1.5Q dans T4 = −  x(l4 − x)[(1 + φ4 )x + (1 − 2φ4 )l4 ]
l42 1
φ 0 − φ 4
4

. Tabulée sur Excel, la fonction passe par un maximum de Mmax


4 = 42 kNm atteint au point
x = 1.7 m.
Travée 5 : On surcharge les travées 1, 3 et 5. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement
sont :
p pl5 x
 
µ5 (x) = − x2 + x + 1.5Qx 1 −
2 2 l5
M4 = M4,1.35g + M4,1.5q
1,3,5
+ M4,1.5Q dans T5 + (−φ02 φ03 φ04 )M1,max,1.5Q dans T1 + (−φ04 )M3,1.5Q dans T3
M5 = 0

1.5Q 1
!
M3,1.5Q dans T4 = 2 1 x(l4 − x)[−(1 + φ04 )x + (φ04 − 2)l4 ]
l4 φ4 − φ04
,  
1.5Q 1
M4,1.5Q dans T4 =− 2  1  x(l4 − x)[(1 + φ4 )x + (1 − 2φ4 )l4 ]
l4 φ 0 − φ 4
4

. Tabulée sur Excel, la fonction passe par un maximum de Mmax


5 = 67.7 kNm atteint au point
x = 2 m.
Q
M4,1.5Q dans T5 = −1.5 φ5 x(l5 − x)(2l5 − x)
l52

8.2.4 Redistribution des moments

Pour les poutres continues dont le rapport entre portées contiguës est inférieur à 2 et principalement
soumises à des efforts de flexion comme dans notre cas, l’Eurocode accepte l’omission d’une redistri-
bution à condition que le rapport x/d soit inférieur à 0.45 dans la section critique pour les bétons de
classes C12/15 à C35/40.
Vérifions que le présent cas remplit cette condition :
Pour une section rectangulaire en flexion simple, le rapport x/d se calcule ainsi :

x/d = 1.25(1 − 1 − 2µbu )


p

Avec
MEd
µbu =
bd2 fcd
fck 35
MEd = 0.0677 MNm b = 1 m fcd = = = 23.33 MPa
γb 1.5
Hauteur utile d
d = h − c − Φ/2

[93] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

– h = 15 cm
– En utilisant des barres de diamètre φ = 12 mm pour lesquelles cmin = 12 mm
– cnom = cmin + ∆cdev , par défaut ∆cdev = 12 mm
Donc, cnom = 24 mm. On choisit c = 30 mm

1.2
d = 15 − 3 −= 11.4 cm = 0.114 m
2
0.0677
µbu = = 0.2233
1 × 0.1142 × 23.33

x/d = 1.25(1 − 1 − 2 × 0.2233) = 0.32 < 0.45

Aucune redistribution n’est nécessaire.

8.3 Calul des armatures de flexion à l’ELU

– MEd = 0.0677 MNm


– Béton de classe C35/45 ≤ C50/60 ⇒ c = cu2 = cu3 = 3.5/1000
– Diagramme à palier horizontal ⇒ αAB → 0
– fyk = 400 MPa ⇒ fyd = = = 348 MPa
fyk 400
γs 1.15
– Déformation correspondant à la limite d’elasticité : yd = = = 0.00174
fyd 348
Es 2.105
– s < yd ⇒ σs = 200000.s s > yd ⇒ σs = 348 MPa

8.3.1 Armatures inférieures

Dans le sens de la petite portée

Moment en travée : MEd = Mx = 0.0677 MNm


Moment réduit : µbu = MEd
bd2 fcd
= 0.0677
1×0.1142 ×23.33
= 0.2233

Nécessité d’aciers comprimés


Pour savoir si la section requiert des aciers comprimés, il faut comparer le moment réduit µbu à un
moment limite ultime µlu dépendant de fck , fyk , γ = MEd
Mser et αe = Ec, ef f .
Es
Ce moment a elle-même
une borne µls qui n’est autre que le moment limite correspondant à αl = c +yd .
c

γ= 0.0677
0.0451 = 1.5 et αe = 15, pour de telles valeurs, les tableaux de moment réduit en flexion simple
donnent µlu = 0.2909 > 0.2233 = µbu . Aciers comprimés non nécessaires.


αu = 1.25(1 − 1 − 2 × 0.2233) = 0.32 ⇒ Pivot B
s = c 1−α
αu
u
= 0.0074 > yd

MEd 0.0677
Asx = = = 0.001958 m2 = 19.58 cm2
(1 − 0.4αu )d.σs (1 − 0.4 × 0.32)0.114 × 348

hhgps.2015@gmail.com [94]
CHAPITRE 8. LES DALLES

Dans le sens de la grande portée

Ces armatures doivent reprendre au moins 20% du moment maximal précédent.


Soit My = 0.2 × 0.0677 = 0.01354 MNm
Les mêmes démarches conduisent à : Asy = 0.00035 m2 = 3.5 cm2

8.3.2 Armatures supérieures

Moment sur appuis : MEd = Mx = 0.0667 MNm

Asx = 0.001924 m2 = 19.24 cm2

8.3.3 Sections minimales et maximales

Asmin = max[As ; 0.26b.d.fctm /fyk ; 0.0013b.d] avec As = kc .k.fct.ef .Act /fs


– kc = 0.4 (flexion simple) k = 1 (car h < 30 cm)
fct.ef = fctm = 3.2 MPa Act = bh/2 = 100 × 15/2 = 750 cm2 fs = fyk = 400 MPa
0.4 × 1 × 3.2 × 750/400 = 2.4 cm2
– 0.26 × 100 × 11.4 × 3.2/400 = 2.37 cm2
– 0.0013 × 100 × 11.4 = 1.48 cm2

Asmin = 2.4 cm2


Asmax = 0.04Ac = 0.04 × 100 × 15 = 60 cm2
Conclusion : On retient les valeurs trouvées pour les armatures inférieures et supérieures car 60 >
19.58 , 19.24 et 3.5 > 2.4.

8.3.4 Choix des diamètres et des espacements

L’espacement s doit être :


– inférieur à :
min[3h ; 40 cm] = 40 cm pour les armatures allant dans le sens de la petite portée.
min[3.5h ; 45 cm] = 45 cm pour les armatures allant dans le sens de la grande portée.
– supérieur à :
a + 12 Φ1 + 21 Φ2
a = max[Φ; 20 mm; dg + 5 mm]
dg = 25 mm diamètre du plus gros granulat.
Les barres étant toutes de même diamètre, on a : Φ1 = Φ2 = 12 mm
Finalement : s ≥ max[24 mm; 32 mm; 42 mm] = 42 mm = 4.2 cm

On choisit donc par mètre de portée :

[95] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

1. Armatures inférieures de la petite portée :


17Φ 12 ” ⇒ 20.84 cm2 > 19.58 cm2 s = 6 cm

2. Armatures inférieures de la grande portée :


4Φ 12 ” ⇒ 4.9 cm2 > 3.5 cm2 s = 30 cm

3. Armatures supérieures :
17Φ 21 ” ⇒ 20.84 cm2 > 19.24 cm2 s = 6 cm

Voir plan de ferraillage.

8.3.5 Arrêt des armatures

1. Armatures inférieures
La moitié des armatures inférieures trouvées en travée doit être poursuivie sur appui et ancrée
d’au moins 10Φ = 10 × 1.25 = 12.5. On choisit 15 cm.

2. Armatures supérieures
La condition suivante doit être respectée : l1 = max[lbd , 0.2lx ]
lbd = 40Φ = 40 × 10 = 400 mm = 0.4 m pour une dalle d’épaisseur h < 30 cm.
0.2lx = 0.2 × 3.5 = 0.7 m
Les armatures supérieures seront disposés sur 0.7 m à partir du nu de l’appui.

3. Armatures de bord
Les armatures de bord se présente en forme de U sur une longueur au moins égale à 2 fois
l’épaisseur de la dalle. On choisit une longueur de 40 cm.

8.4 Vérification des flèches

L’eurocode 2 permet l’omision du calcul des flèches moyennant que le rapport l/d ne dépasse pas une
valeur limite dépendant principalement du système structural et du pourcentage d’armatures. Dans
la tableau 7.4 de la Norme française de l’eurocode 2, on peut lire que pour une travée d’une dalle
continue portant dans une direction, le rapport l/d ne doit pas dépasser 30 dans le cas où le béton est
fortement sollicité (ρ = 1.5%) et 35 dans le cas contraire (ρ = 0.5%).

Dans notre cas, les charges étant les mêmes sur chaque travée, les sections étant constantes, la plus
grande flèche se manifestera dans la travée de plus grande portée libre, soit 3.2 m .

As 20.34
ρ= = = 1.7% ł/d = 3.5/0.114 = 28 < 30
bd 100 × 11.4

Le calcul des flèches peut être négligé.

hhgps.2015@gmail.com [96]
CHAPITRE 8. LES DALLES

8.5 Vérification des contraintes à l’ELS

Moment à l’ELS : Mser = 0.0451 MNm


On considère uniquement le cas de la section de béton fissurée pour deux raisons :

– la section comporte une section d’armatures supérieure à la section minimale nécessaire ;


– les contraintes calculées en considérant la section fisurée sont généralement plus élevées que celles
obtenues pour la section non fissurée.

Position de l’axe neutre

bw .x21
+ αe As1 .x1 − αe .As1 .d = 0
2
– Coefficient d’équivalence αe = Ec,ef
Es
f
= 15
– Aire d’armatures calculée : As1 = 0.001958 m2
– bw = 1 m d = 0.114 m
On a donc,
0.5x21 + 0.02937x1 − 0.00335 = 0 ⇒ x1 = 0.058 m

Moment d’inertie de la section fissurée

bw .x31
Icf = + αe .As1 (d − x1 )2 = 0.000284 m4
3

Contraintes

Mser 0.0451
K= = = 158.6 MN/m3
Icf 0.000284
Il faut vérifier que la contrainte σc dans le béton comprimé et σs dans les armatures tendus est
inférieure à une valeur limite.

σc = K.x1 < σc = k1 fck k1 = 0.6

σc = 158.6 × 0.058 = 9.2 MPa < 21 MPa = σc = 0.6 × 35 Ok!


σs = αe .K(d − x1 ) < σs = k3 fyk k3 = 0.8

σs = 15 × 158.6(0.114 − 0.058) = 133.22 MPa < 320 MPa = σs = 0.8 × 400 Ok!


σs 133.22
= = 0.333 < 0.8 = k3 Ok!
fyk 400

[97] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 8. LES DALLES

8.6 Contrôle de la fissuration

Pour les dalles d’épaisseur ≤ 20 cm soumises à un moment de flexion, cas dans lequel on se trouve, il
n’est pas nécessaire de calculer les ouvertures des fissures, sous réserve que les conditions contructives
sur le pourcentage d’acier minimal et les espacements soient remplies. Ce qui a déjà été vérifié plus
tôt.

[6]

hhgps.2015@gmail.com [98]
Les poutrelles
9
Comme le nom le sous-entend, l’élément structural "poutrelle" s’apparente à la famille des poutres. En
effet, on attribue le nom de poutrelles aux poutres de sections moins importantes, considérées comme
secondaires par rapport aux autres poutres, dites principales, qui leur servent d’appuis (simples). Les
poutrelles du présent projet doivent leur présence au fait que, par souci de simplifier les calculs, il fallait
réduire la portée des dalles et faire en sorte que ces dernières se portent dans une seule direction. Elles
seront donc étudiées et dimensionnées à ce juste titre.

Au regard du prédimensionnement et du schéma de dalle, les poutrelles se présentent comme des


poutres continues de section 30 cm × 45 cm. Leur encastrement aux dalles qu’elles supportent leur
fournit de quoi être traitées comme des poutres en Té aux yeux des prescrits de l’Eurocode 2.

9.1 Choix de la poutrelle à étudier

Tout comme pour le calcul des dalles, on adopte une poutrelle de référence dans laquelle naîtront les
plus grands efforts par suite de considération des portées des travées. Le calcul sera mené sur cette
poutrelle de référence.

Notre choix se porte sur la poutrelle de quatre travées se trouvant plus précisément dans le bloc A11 .
Elle traverse le bloc dans la direction Nord-Sud, avec quatre travées de 7.2 m, 7.9 m, 8.4 m et 8.4 m
respectivement et supportant deux panneaux de dalles adjacents de 3.5 m chacun (figure 9.1).

Figure 9.1 – Poutrelle à étudier

99
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

9.1.1 Charges sur la poutrelle

La poutrelle est soumise à son poids propre, au poids de la surface de dalle qu’elle supporte et enfin
aux charges d’exploitation et accidentelles de la dalle.

Surface de dalle supportée par la poutrelle

La surface supportée s’obtient en additionnant les surfaces des trapèzes hachurés de la figure 9.2.

1.75
s=2× [(3.7 + 7.2) + (4.4 + 7.9) + (4.9 + 8.4) + (4.9 + 8.4)] = 87.15 m2
2

Figure 9.2 – Aire tributaire supportée par la poutrelle

o Charges permanentes :

1. poids propre poutrelle gpp = 25 × 0.30 × 0.30 = 2.25 kN/m

2. poids propre dalle gpd = 25 × 87.15 × 0.15/31.9 = 10.24 kN/m

3. revêtements dalle : gr = 2.5 × 87.15/31.9 = 6.83 kN/m pour les 3 premiers niveaux et
gr = 1.5 × 87.15/31.9 = 4.1 kN/m pour le toit.
D’où une charge permanente de g = 19.3 kN/m pour les planchers des niveaux 1, 2 et 3 et
de g = 16.6 kN/m pour le toit.

o Surcharge d’exploitation :
q = 5 × 87.15/31.9 = 13.65 kN/m, surcharge uniformément repartie,
convoi modélisé par une paire de charges ponctuelles Q = 45 kN distantes de 1.8 m.
Pour le toit on considère q = 0.75 × 87.15/31.9 = 2.05 kN/m.

o Charge, considérée accidentelle, due au vent de projet :


q = −3.05 × 87.15/31.9 = −8.33 kN/m, soit la plus défavorable trouvée parmi les charges des
différentes zones du toit.

hhgps.2015@gmail.com [100]
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

9.2 Calcul des sollicitations

9.2.1 Moment de flexion

Les moments maximums tant sur appuis qu’en travée sont calculés par un algorithme identique à celui
utilisé lors du calcul des dalles.

Les différentes combinaisons font intervenir les moments maximaux sur les appuis que crée le convoi
lorsque placé dans chacune des travées. Ces moments maximaux sont justement calculés et présentés
avec les positions correspondantes du convoi dans le tableau 9.1. Tout calcul fait à l’ELU, le moment

Table 9.1 – Moments maximums sur appuis pondérés dus au convoi dans toutes les travées.

Mi−1

T1 T2 T3 T4
α-α + 1.8 ( m) — — 3.5 5.3 3.8 5.6 2.7 4.5
Mi−1 ( kNm) 0 -170.3 -192.2 -111.2
Mi
α-α + 1.8 ( m) 3.2 5 3.8 5.6 4.2 6 — —
Mi (kNm) -89.0 -82.6 -83.6 0

maximum en travée s’obtient dans la dernière travée à 4.9 m de l’avant-dernier appui au droit d’un
essieu du convoi, l’autre essieu se trouvant à l’abscisse 3.1 m. Sa valeur est de 501.7 kNm. Le moment
maximum négatif sur appui est trouvé sur l’avant-dernier appui et vaut −569.8 kNm.

Tout calcul fait à l’ELS, ces efforts deviennent 344.9 kNm en travée et −394.5 kNm sur appuis.

9.2.2 Effort tranchant

A contrario des dalles, l’effort tranchant est à considérer pour les poutrelles. De même que pour le
moment de flexion, la détermination du maximum de l’effort tranchant est faite en s’appuyant sur
l’allure de la ligne d’influence du dit effort.

Soit une section fixée x dans la travée i. Pour trouver l’effort tranchant positif maximum dans la section,
la ligne d’influence de l’effort tranchant indique de surcharger simultanément, avec une surcharge
répartie, la travée i dans sa partie se trouvant à droite de la section et les travées de rang i + 2(k + 1)
et i − (2k + 1), k ∈ N∗ sur toutes leurs portées. Quant à une surcharge ponctuelle, elle doit s’appliquer
au droit de la section dans la travée i et, dans les autres travées elle se place de telle sorte que le
moment sur l’appui de gauche (resp. de droite) qu’elle crée soit maximal si la travée est à droite (resp.
à gauche) de la travée i.

L’expression de l’effort tranchant s’écrit :


Mi − Mi−1
T (x) = τ (x) +
li

[101] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

avec τ , l’effort tranchant dû aux charges s’exerçant dans la travée i isolée sur deux appuis simples.

À l’ELU on a :
x2 1 x x x + 1.8
     
τ (x) = −1.35g + p 1− (li − x) + 1.5Q 1 − + 1.5Q 1 −
2li 2 li li li

si l’on recherche l’effort tranchant positif, et


1 x2 1 x x x − 1.8
     
τ (x) = − p + (1.35g) 1 − (li − x) − 1.5Q − 1.5Q
2 2li 2 li li li
si c’est l’effort tranchant négatif qui est recherché, avec p = 1.35 + 1.5q.

Les moments sur appuis s’obtiennent par superposition de différents cas de chargements élémentaires
comme pour les calculs précédents de moment de flexion. Dans ce qui suit on cherche le maximum de
l’effort tranchant positif et le maximum de l’effort tranchant négatif éventuel en travée.

Vu que les moments sur appuis sous un chargement sont fonction des rotations sur appuis pour ce
chargement il est utile de donner les expressions de ces rotations.

Soit une poutre de portée l avec inertie constante sur appuis simples soumise à un chargement uniforme
p qui s’étend d’une section d’abscisse x à l’appui de droite. Les rotations sur appuis s’écrivent :
1 x4 1 3 1 2 1
!
p
ωgauche = − x + x l − l3 (9.1)
EI 24 l 6 6 24
1 x4 1 1
!
p
ωdroite = − x2 l + l 3 (9.2)
EI 24 l 12 24
Si le chargement s’étend de l’appui de gauche à une section d’abscisse x, ces rotations deviennent :
p x2 1
 
ωgauche = − x2 l + x − l (9.3)
EI 6 4
!
p x2 x2
ωdroite = l− (9.4)
EI 12 2l

Effort tranchant positif

Les expressions 9.1 et 9.2 injectées dans les relations 8.1 et 8.2 permettent de trouver les moments
sur appuis d’une travée intérieure i soumise à un chargement p réparti tel qu’indiqué pour obtenir un
effort tranchant positif qui s’écrivent :
1 1 x4 1 1 x4 1 2 1
" ! #
p φi φ0i
Mi−1 = − x3 + x2 li − li3 + − x li + li3 (9.5)
li 1 − φi φi φ0i
0 4 li 4 4 li 2 4
1 x4 1 1 1 x4 1 2 1
" !#
p φi φ0i
Mi = − − x3 + x2 li − li3 + − x li + li3 (9.6)
li 1 − φi φi 4 li
0 4 φi 4 li 2 4
Pour les travées de rive ces moments s’écrivent :
1 x4 1 2 1 2
!
M1 = −pφ01 − x + l1 pour la travée 1 (9.7)
4 l12 2 4
1 x4 x3 1
!
M4 = pφ4 − + x2 − l42 pour la travée 4 (9.8)
4 l4
2 l4 4

hhgps.2015@gmail.com [102]
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

en injectant les expressions 9.1 et 9.2 dans les relations 8.3 et 8.4.

Le convoi, dans une travée intérieure i, provoque des moments sur appuis qui s’expriment :
Q 1
Mi−1 = x(li − x)[−(1 + φ0i )x + li (φ0i − 2)] + (x + 1.8)(li − x − 1.8)[−(1 + φ0i )(x + 1.8) + li (φ0i − 2)]
 
li2 1
φi
0
− φi
(9.9)
Q 1
Mi = − [x(li − x)[(1 + φi )x + li (1 − 2φi )] + (x + 1.8)(li − x − 1.8)[(1 + φi )(x + 1.8) + li (1 − 2φi )]]
li2 1
φ0i − φi
(9.10)
Dans les cas où le convoi se trouve dans les travées de rive, on a :
Q
M1 = −φ01 [x(l1 − x)(l1 + x) + (x + 1.8)(l1 − 1.8 − x)(l1 + 1.8 + x)] pour la travée 1 (9.11)
l12
Q
M 4 = φ4 [x(l4 − x)(2l4 − x) + (x + 1.8)(l4 − 1.8 − x)(2l4 − 1.8 − x)] pour la travée 4 (9.12)
l42
Travée 1 : On surcharge les travées 1 et 3. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement sont :

M0 = 0
M1 = M1,1.35g + M1.5q
1
+ M1.5q
3
+ M1.5Q dans T1 + (−φ2 )M2max,Convoi dans T3

Tabulée sur Excel, l’effort tranchant maximum se trouve sur l’appui de gauche (x = 0) pour une
valeur de 260.8 kN à l’ELU et de 179.2 kN à l’ELS.
Travée 2 : On surcharge les travées 1,2 et 4. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement
sont :

M1 = M1,1.35g + M1.5q
1,4
+ M1.5q
2
+ M1max,convoi dans T1 + φ2 φ3 M3max,convoi dans T4 + M1max,convoi dans T2
M2 = M2,1.35g + M1.5q
1,4
+ M1.5q
2
− φ02 M2max,convoi dans T1 − φ3 M3max,convoi dans T4 + M2max,convoi dans T2

Tabulée sur Excel, l’effort tranchant maximum se trouve à l’abscisse x = 0 m pour une valeur
de 344.9 kN à l’ELU et de 237.8 kN à l’ELS.
Travée 3 : On surcharge les travées 2 et 3. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement sont :

M2 = M2,1.35g + M1.5q
2
+ M1.5q
3
+ M2max ,convoi dans T2 + M2max ,convoi dans T3
M3 = M3,1.35g + M1.5q
2
+ M1.5q
3
− φ03 M2max ,convoi dans T2 + M3max ,convoi dans T3

Tabulée sur Excel, l’effort tranchant maximum se trouve à l’abscisse x = 0 pour une valeur de
335.6 kN à l’ELU et de 231.2 kN à l’ELS.
Travée 4 : On surcharge les travées 1, 3 et 4. Les moments sur appuis pour ce cas de chargement
sont :

M4 = M4,1.35g + M1.5q
1,3
+ M1.5q
4
+ M4max,convoi dans T4 + M4max,convoi dans T3 + φ02 φ03 M1,max,convoi dans T4
M5 = 0

Tabulée sur Excel, l’effort tranchant maximum se trouve à l’abscisse x = 0 pour une valeur de
364.7 kN à l’ELU et de 252.9 kN à l’ELS.

[103] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

Effort tranchant négatif

En surchargeant les travées d’une manière convenable à trouver des efforts tranchants négatifs, on
a trouvé des efforts maximaux négatifs tous sur les appuis et aussi tous inférieurs en valeur absolue
à l’effort tranchant positif maximum, avec lequel se fera le dimensionnement. Les efforts négatifs
maximaux trouvés sont de :
1. −355.8 kN à l’ELU et −245.7 kN à l’ELS sur le deuxième appui,
2. −233.6 kN à l’ELU et −163.1 kN à l’ELS sur le troisième appui,
3. −355.5 kN à l’ELU et −245.7 kN à l’ELS sur le quatrième appui et
4. −271.4 kN à l’ELU et −187.3 kN à l’ELS sur le cinquième appui.

9.3 Armatures de flexion à l’ELU

9.3.1 Largeur de table de compression à considérer

Figure 9.3 – Coupe transversale de la poutre en Té

bef f,i = min(0.2bi + 0.1l0 ; 0.2l0 ; bi ) bef f = min( bef f,i + bw ; b)


X

– l0 désigne la distance entre points de moment nul sur une travée. L’Eurocode 2 (5.3.2.1) introduit
des coefficients permettant de déterminer, a priori, la position de ces points sur la travée : l0 = 0.85l
pour les travées de rive et l0 = 0.7l pour les autres travées.
Dans le souci de trouver la valeur de l0 qui sera la plus défavorable, on procède de cette façon :

l0 = min(0.85 × 7.2; 0.7 × 7.9; 0.7 × 8.4; 0.85 × 8.4) = 5.53 m

– bw = 0.30 m

hhgps.2015@gmail.com [104]
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

– b1 = (3.5 − 0.15 − 0.15)/2 = 1.60 m b2 = (3.5 − 0.15 − 0.275) = 1.5375 m

– b = b1 + b2 + bw = 1.60 + 1.5375 + 0.30 = 3.4375 m

– bef f 1 = min(0.2 × 1.60 + 0.1 × 5.53; 0.2 × 5.53; 1.60) = 0.873 m

– bef f 2 = min(0.2 × 1.5375 + 0.1 × 5.53; 0.2 × 5.53; 1.5375) = 0.8605 m

– bef f = min(0.873 + 0.8605 + 0.30; 3.4375) = 2.0335 m


On prend bef f = 2 m

9.3.2 Moment de référence

hf
MT u = bef f .hf .fcu (d − )
2
Avec un enrobage de 4 cm, on obtient :

0.15
d = 45 − 4 = 41 cm ⇒ MT u = 2 × 0.15 × 23.34 × (0.41 − ) = 2.346 MNm > 0.5017 MNm = MEd
2

Cela implique que la zone comprimée a une forme rectangulaire et que l’axe neutre se trouve dans la
table. Le béton tendu étant négligé, la section en Té sera traitée comme une section rectangulaire de
largeur bef f = 2 m.

9.3.3 Nécessité d’aciers comprimés

Moment réduit : µbu = 0.5017


2×0.412 ×23.33
= 0.0644
γ= 0.5017
0.3449 = 1.46(1.5) et αe = 15 ⇒ µlu = 0.2909 > 0.0644 = µbu . Aciers comprimés non nécessaires.

9.3.4 Armatures inférieures

αu = 0.0828 ⇒ Pivot B (Diagramme à palier horizontal)


αu = 0.1514 > yd
s = c 1−α u

MEd 0.5017
As = = = 0.003638 m2 = 36.38 cm2
(1 − 0.4αu )d.fyd (1 − 0.4 × 0.0828)0.41 × 348

9.3.5 Armatures supérieures

MED = 0.5698 MNm ⇒ As = 41.52 cm2

[105] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

9.3.6 Sections minimale et maximale

fctm 3.2
As, = max[0.26b.d ; 0.0013b.d] = max[0.26 × 30 × 41 ; 0.0013 × 30 × 41] = 2.56 cm2
400
min
fyk

As, max = 0.04Ac = 0.04 × 30 × 45 = 54 cm2

54 > 36.38 et 41.52 > 2.56, on garde les valeurs trouvées.

9.3.7 Choix des diamètres

– En travée : 2 lits de 4 Φ 34 ” et un lit (inférieur) de 4 Φ 87 ” ⇒ 37.10 cm2 > 36.38 cm2

– Sur appuis : 3 lits de 4 Φ 78 ” ⇒ 45.072 cm2 > 41.52 cm2


Voir plan de ferraillage.

9.3.8 Vérification de la hauteur utile

5 + 11 + 17
d = 45 − [ ] = 34 cm
3
On doit vérifier que, pour cette nouvelle valeur de d, les armatures tendues, déjà calculées, travaillent
à une contrainte supérieure à fyd . Donc, l’allongement s doit être supérieur à sl .

d = 34 cm ⇒ µbu = 0.0931 ⇒ αu = 0.1224 ⇒ s = 0.02511 > 0.00174 = yd

9.4 Vérification des flèches

Pour des poutres continues, la flèche peut être calculée à l’aide de la formule simplifiée :
Mt L2
v=
10EI
Avec Mt : moment maximum en travée et L : longueur entre nus de la plus longue travée ;
et elle ne doit pas dépasser :
L − 7m
vlim = 1.4 cm + pour des portées de plus de 7 m
1000
En appliquant les formules ci-dessus, on trouve :
0.5017 × 82 8−7
v= = 0.004 = 0.4 cm < 1.401 = 1.4 + Ok!
10 × 29000 × 0.0273 1000

9.5 Vérification des contraintes à l’ELS

Moment à l’ELS : Mser = 0.3884 MNm

hhgps.2015@gmail.com [106]
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

Type de section à considérer

bef f .h2f
f (hf ) = + αe As1 .hf − αe .As1 .d
2
– Coefficient d’équivalence αe = Es
Ec,ef f = 15
– Aire d’armatures calculée : As1 = 0.004152 m2
– bef f = 2 m d = 0.41 m
200 × 152
f (hf ) = + 15 × 41.52 × 15 − 15. × 41.52 × 41 = 6307.2 > 0
2
L’axe neutre se trouve toujours dans la table et la section se comporte comme une section rectangulaire
de largeur bef f

Position de l’axe neutre

bef f .x21
+ αe As1 .x1 − αe .As1 .d = 0
2
On a donc,
x21 + 0.0623x1 − 0.02553 = 0 ⇒ x1 = 0.132 m

Moment d’inertie de la section fissurée

bef f .x31
Icf = + αe .As1 (d − x1 )2 = 0.009389 m4
3

Contraintes

Mser 0.3884
K= = = 41.36 MN/m3
Icf 0.009389
Il faut vérifier que la contrainte σc dans le béton comprimé et σs dans les armatures tendus est
inférieure à une valeur limite.

σc = K.x1 < σc = k1 fck k1 = 0.6

σc = 41.36 × 0.132 = 5.45 MPa < 21 MPa = σc = 0.6 × 35 Ok!


σs = αe .K(d − x1 ) < σs = k3 fyk k3 = 0.8

σs = 15 × 41.36(0.41 − 0.132) = 172.47 MPa < 320 MPa = σs = 0.8 × 400 Ok!


σs 172.47
= = 0.431 < 0.8 = k3 Ok!
fyk 400

[107] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

9.6 Contrôle de la fissuration

L’Eurocode 2 admet qu’il est quasiment impossible pour le béton soummis à la flexion et au cisaille-
ment, cas dans lequel nous nous trouvons, de ne pas se fissurer. Cependant, il appelle au contrôle de
la largeur de fissuration afin d’assurer le bon fonctionnement de la structure. De ce fait, une valeur
limite de 0.3 mm a été fixée.

Dans cette section, on va calculer, à l’aide des formules dudit code et aux valeurs découlées du précédent
dimensionnement, la largeur de fissuration et la comparer à la valeur limite. Ainsi saura-t-on si la
fissuration est bien maîtrisée.

0.425k1 .k2 .Φ σs − kt ρp,ef f (1 + αe .ρp,ef f )


f
ct,ef f

wk = (k3 .c + )( )
ρp,ef f Es

– k3 = 3.4( 25
c )
2/3 = 3.4( 25 )2/3 = 2.48
40
– k1 = 0.8 pour les barres à haute adhérence, k2 = 0.5 pour la flexion
– ρp,ef f = As
Ac,ef f
– Ac,ef f = hef × b
– hef = min[2.5(h − d); 0.5h; (h − y)/3] = min[2.5(45 − 41); 0.5 × 45; (45 − 13.2)/3] = 10 cm
– Ac,ef f = 10 × 30 = 300 cm2
ρp,ef f = 41.52
300 = 13.84%
– σs = 172.47 MPa, contrainte sous Mser en section fissurée.
– kt = 0.4 (pour le long terme), facteur fonction de la durée de la charge
– αe = Es
Ecm = 200000
34000 = 5.88
– fct,ef f = fctm = 3.2 MPa

0.425 × 0.8 × 0.5 × 21.875 172.47 − 0.4 0.1384


3.2
(1 + 5.88 × 0.1384)
wk = (2.48 × 40 + )( )
0.1384 200000

wk = 0.1 mm < 0.3 mm Ok!

9.7 Armatures d’effort tranchant

9.7.1 Effort tranchant

Valeur maximale

Pour les calculs qui vont suivre, on se servira de l’effort tranchant optimum pris en valeur absolue. Le
calcul des sollicitations repère cette valeur au droit de l’appui 4 et l’on note :

VEd, ef f = 364.6 kN

hhgps.2015@gmail.com [108]
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

Effort tranchant réduit

En tenant compte de la transmission directe des charges aux appuis, il convient de calculer un effort
tranchant réduit à une distance (prise égale à d) du nu d’appui, soit a + d du droit de l’appui.

VEd0 = VEd, ef f − pu (a + d)

– a = min[ 12 t; 12 h] = min[ 0.55


2 ; 2 ] = 0.225 m
0.45

– pu = 1.35 × 19.3 + 1.5 × 13.65 = 46.53 kN/m. On ne tient donc pas compte des charges concentrés
se trouvant au droit de l’appui et à 1.8 m > 2d plus loin.
VEd0 = 364.6 − 46.53(0.225 + 0.41) = 335.05 kN

Au nu d’appui, l’effort tranchant sera :

VEd = VEd, ef f − pu (a) = 354.13 kN

9.7.2 Nécessité d’armatures d’effort tranchant

On calcule l’effort tranchant resistant VRd, c de la poutre sans armatures d’effort tranchant et on le
compare avec VEd0 . Les armatures d’âme sont requises dans le cas où VRd, c ne suffit pas pour reprendre
VEd0 , VRd, c < VEd0 .
 √


 [CRd, c .k. 3 100.ρ1 .fck + k1 .σcp ]bw .d = VRd, c1
VRd, c =


[vmin + k1 .σcp ]bw .d = VRd,


c2

– CRd, c = 0.18
γc q = 0.18
1.5 = 0.12
– k = min[1 + 200dmm ; 2] = min[1 + 200410 ; 2] = 1.7
q
mm

– ρ1 = bw .d = 30×41 = 3% > 2% ⇒ ρ1 = 2%
Asl 37.68

– σcp = NAED < 0.2fcd , flexion simple ⇒ NED = 0 ⇒ σcp =0


c
√ √
– vmin = 0.053
γc k
3/2 . f = 0.053 1.73/2 . 35 = 0.463
ck 1.5
– k1 = 0.15 



 [0.12 × 1.7 × 3
100 × 0.02 × 35 + 0.15 × 0] × 0.3 × 0.41 = 0.1034 MN = VRd, c1
VRd, c =


[0.463 + 0.15 × 0] × 0.3 × 0.41 = 0.0569 MN = VRd,


c2

VEd0 = 0.3350 MN > VRd, c1 > VRd, c2 , il est donc nécessaire de mettre des armatures d’âme.

9.7.3 Calcul des armatures (Méthode standard θ = 45◦ )

– cot θ = 1
– v1 = v = 0.6(1 − 250 )
fck
= 0.6(1 − 250 )
35
= 0.516
– z = 0.9d
– Dans tout ce qui suit, α = 90◦ , armatures droites.

[109] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

Vérification de la compresssion des bielles de béton

Effort tranchant de calcul maximal pouvant être supporté sans provoquer l’écrasement des bielles de
béton comprimé :
cot θ + cot α 1
VRd, = bw .v1 .z.fcd = 0.3 × 0.516 × 0.9 × 0.41 × 23.34 = 0.666 MN
1 + cot θ 1 + 12
max 2

VEd < VRd, max , OK !

Section d’armatures en cm2 /cm

Asw vEd0 0.335 × 102 1


≥ = = cm2 /cm
s z.fyd (cot θ + cot α) sin α 0.9 × 0.41 × 348 × 1 3.83

Section d’armatures minimale et maximale en cm2 /cm

√ √
Asw fck 35 1
≥ 0.08 bw = 0.08 × × 0.3 = cm2 /cm
s fyk 400 28.17
Asw 1
v1 fcd sin α 0.5 × 0.516 × 23.34 × 0.3 1
≤ 2 bw = = cm2 /cm
s (1 − cos α)fyd 348 1.92
La section calculée se trouve bien dans l’intervalle requis :
1 1 1
cm2 /cm < cm2 /cm < cm2 /cm
28.17 3.83 1.92

9.7.4 Répartition des armatures d’âme

En choisissant des barres Φ 83 ” pour quatre files verticales (2 cadres), on couvre une surface de

Asw = 4 × 0.785 × 0.93752 = 2.759 cm2

pour un espacement s0 = 2.759 × 3.83 = 10.56 cm


Retenons : 2 cadres Φ 38 ” s0 = 10 cm
On dispose les cadres à 10 cm près des appuis, soit à L/4 du nu de l’appui et à 15 cm en milieu de
travée, zone où l’effort tranchant est minimal.

9.7.5 Vérification d’about

Armatures inférieures sur appui d’about

Une partie As des armatures inférieures calculées en travée doit être prolongée sur appui.

β2 .A1 avec β2 = 0.25






As ≥ max

 a1
=


 FE VEd z
+NEd
fyd fyd

hhgps.2015@gmail.com [110]
CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

– A1 = 37.1 cm2
– a1 = z2 (cot θ − cot α) = 0.5 × 0.9 × 0.41 × 1 = 0.184
– NEd = 0
0.25 × 37.1 = 9.27 cm2




As ≥ 9.27 cm2 = max

 0.184
0.354 0.9×0.41
× 104 = 5.08 cm2



348

On prolongera sur appui le lit inférieur de 4 Φ 78 ”


4 Φ 87 ” = 15.02 cm2 > 9.27 cm2
Ces aciers seront ancrés au-delà du nu d’appui sur une longueur lbd



 α1 .α2 .α3 .α4 .α5 .lb, rqd
lbd = max

≥ lb, min

0.7α1 .α4 .lb,


rqd

– α1 = 1 : barres droites tendues


– α2 = 1 − 0.15 cdΦ−Φ
Φ1 Φ
sh − − 22
cd = min[ a2 ; c1 ; c] = min[ 2
2 ; 4; 4] = min[7 − 1 − 1; 4; 4] = 4
α2 = 1 − 0.15 4−2
2 = 0.85
– α3 = 1 − Kλ ∈ [0.7; 1]
K dépend de la position relative des armatures longitudinales et transversales : K = 0.1 dans notre
cas.
λ dépend de plusieurs paramètres dont quelques-uns ne sauraient être connus à ce stade de l’étude.
Par msure de sécurité, on prend α3 = 1
– α4 = 1 : Armatures transversales soudées
– α5 = 1 − 0.04p ∈ [0.7; 1], Conditions de pression transversales : p = 0 ⇒ α5 = 1
Longueur d’ancrage de référence :
Φ σsd
lb, = .
4 fbd
rqd


VEd az1 + NEd 0.354 × 0.5
σsd = = = 117.84 MPa
A 0.001502

fbd = 2.25η1 .η2 .fctd

– η1 = 1 : Bonne condition d’adhérence


– η2 = 1 : Barre de diamètre inférieur à 32 mm.
– fctd = 0.7fctm
γc = 0.7×3.2
1.5 = 1.49 MPa
fbd = 2.25 × 1.49 = 3.36 MPa
2.18 cm 117.84
lb, = . = 19.18 cm
4 3.36
rqd

lb, min = max[0.3lb, rqd ; 10Φ; 10 cm] = max[0.3 × 19.18; 10 × 2.18; 10 cm] = 21.8 cm

[111] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 9. LES POUTRELLES

Finalement, 


 0.85 × 19.18
lbd = 21.8 cm = ≥ 21.8 cm


0.7 × 19.18


On choisit : lbd = 25 cm

Vérification du béton de la bielle d’about

Inclinaison de la bielle d’about :


1 1
sin θ = q =q = 0.827
1+ ( lbd
z )
2 1 + ( 0.9×41
25
)2

Contrainte de la bielle d’about :


VEd 0.354
σRd, = = = 6.88 MPa
lbd .bw . sin θ 0.25 0.30 × 0.7252
1 2 ×
Vérification :
σRd, max = k2 .v 0 .fcd
fck 35
k2 = 0.85 v0 = 1 − =1− = 0.86
250 250
σRd, max = 0.85 × 0.86 × 23.34 = 17.06 MPa > 6.88 MPa = σRd, 1 Ok!

hhgps.2015@gmail.com [112]
10
Les portiques

Les portiques constituent la base structurale de notre bâtiment. Pour chacun des blocs , ils se dressent
et s’alignent suivant deux directions orthogonales. Ils assurent la descente des charges gravitaires
du toit aux fondations aussi bien qu’ils servent d’éléments de contreventement pour les charges ho-
rizontales du vent et des séismes. Dans le chapitre du prédimensionnement, nous avons opté pour
l’homogénéité dans la section des poutres et colonnes formant les portiques : 55 cm × 70 cm pour les
poutres et 60 cm × 60 cm pour les colonnes.

10.1 Choix des portiques à étudier

Au terme de chacune des sections présentant les calculs des charges dues au vent et aux séismes, nous
avons répertorié les différents portiques du bâtiment en 6 catégories, au regard de leur géométrie. Ce
nombre peut encore être réduit en considérant que, pour deux portiques ayant le même nombre de
travées, les sollicitations sont d’autant plus importantes que les portées sont grandes. Ainsi, peut-
on passer de six (6) à quatre (4) portiques de deux, trois, quatre et cinq travées. En effet, les trois
portiques à quatre travées peuvent être représentés par un seul puisqu’ils ont des portées de longueurs
voisines.

10.1.1 Charges agissant sur les portiques

Elles regroupent :

1. les charges gravitaires,


2. les surcharges d’exploitation,
3. les surcharges climatiques dues au vent,
4. et les surcharges dynamiques dues au séisme.

Les deux dernières agissent horizontalement et sollicitent directement les poteaux. Elles ont été dé-
terminées précédemment. Quant aux deux autres, elles sont verticales et agissent directement sur les
poutres. Les surcharges d’exploitation sont fixées à q = 5 kN/m2 et Q = 45 kN.

113
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Pour une poutre de portée li supportant une aire tributaire ai de dalle et une longueur totale Lpi de
retombée de poutres secondaires, la charge gravitaire par mètre linéaire est de :
ai Lpi
gi = 3.75 + 2.25 + 7.6
li li
si c’est une poutre qui se trouve au toit et
ai Lpi
gi = 5.25 + 2.25 + 7.6
li li
sinon, la différence étant due au revêtement des dalles.

En effet on a :
ai
gi,dalle = (0.15ai )/li × 25 = 3.75
li
L
= 0.32 × 25 × Lpi /li = 2.25
pi
gi,poutrelles
li
gi,poutreprincipale = 0.552 × 25 = 7.6
ai
genduit = 1.5
li

10.2 Sollicitations à l’ELU et à l’ELS - Combinaisons permanentes

On calcule les sollicitations dans les nœuds d’un portique par la méthode dite de Caquot, présentée dans
les normes du BAEL et adoptée par l’Eurocode. Ces moments une fois connus, les autres sollicitations
comme les moments en travée, les efforts normaux et tranchants se trouvent à l’aide des formules de
résistance des matériaux.

10.2.1 Justification de la méthode

Les hypothèses moyennant lesquelles la méthode Caquot est applicable sont que le plancher est à
charge d’exploitation relativement élevée ce que l’on considère comme vrai lorsqu’en particulier la
charge d’exploitation est supérieure à 2 fois la charge permanente ou à 5000 N/m2 . La surcharge q
se trouve exactement à la limite et le convoi que l’on considère agir en même temps que la surcharge
q est modélisé par une charge Q = 45 kN qui agit dans un carré de 20 cm de côté, ce qui fait une
surcharge de 1125 kN/m2 . Ainsi donc, on considère le plancher comme à charge relativement élevée et
on applique la méthode de Caquot dans le cas de poutres solidaires des poteaux qui les supportent.

10.2.2 Principe de la méthode

Soit un nœud quelconque du portique. On appelle :


– hn : hauteur du poteau situé au-dessus du nœud ;
– hs : hauteur du poteau situé au-dessous du nœud ;
– lw : la portée de la travée située à gauche du nœud ;

hhgps.2015@gmail.com [114]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

– le : la portée de la travée située à droite du nœud ;


– pw et Pw : respectivement charge uniformément répartie et charge concentrée ( appliquée à la
distance aw du nu de l’appui qu’est le nœud) dans la travée située à gauche du nœud.
– pe et Pe : respectivement charge uniformément répartie et charge concentrée ( appliquée à la dis-
tance ae du nu de l’appui qu’est le nœud) dans la travée située à droite du nœud.

La méthode de Caquot permet de calculer les moments de continuité que subissent les sections des
nus d’un appui : Mw pour le moment se trouvant à droite de la travée de gauche, Me à gauche de la
travée de droite, Mn à la base du poteau supérieur et Ms au sommet du poteau inférieur. Elle tient
compte uniquement des charges agissant sur les travées encadrant immédiatement le nœud considéré
et de la résistance qu’offrent ces travées ainsi que les poteaux aboutissant au nœud. Elle travaille avec
des tronçons fictifs de longueur respective h0n , h0s , lw
0 et l0 :
e
– h0n = 0.8hn dans le cas général et h0n = 0.9hn pour les nœuds appartenant à l’avant-dernier plancher.
– h0s = 0.8hs dans le cas général et h0s = hs pour les poteaux articulés à leur base.
– lw
0 et l0 dépendent du cas d’étude.
e
Comme nous venons de le signaler, plusieurs cas, dépendant de la position du nœud à étudier sont à
envisager :
– Travée intermédiaire
Considérons le nœud, non voisin d’un nœud de rive, d’une travée intermédiaire. Dans ce cas, on
prend : lw
0 = 0.8l et l0 = 0.8l .
w e e

On définit, avec I inertie de chaque section :


Iw Ie In Is
Kw = 0
Ke = Kn = Ks =
lw le0 ln0 ls0

D = Kw + Ke + Kn + Ks

On calcule pour les travées de gauche et de droite respectivement :


0 2
pw lw pe le0 2
Mw0 = + lw
0
Me0 = + le0
X X
kw Pw k e Pe
8.5 8.5
Avec k une fonction de a
l0 :
1 a a a
k= (1 − 0 )(2 − 0 )
2.125 l 0 l l
On trouve enfin les moments recherchés à l’aide des formules :
Kw Kw Ke Ke
Mw = Me0 + Mw0 (1 − ) Me = Me0 (1 − ) + Mw0
D D D D
Kn Ks
Mn = (Me0 − Mw0 ) Ms = (Me0 − Mw0 )
D D
– Travée de rive

a) Nœud de rive
Dans le cas général,la travée est prolongée par une console. Pour se fixer les idées, on place

[115] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

cette console à gauche du nœud et on note Mw0 le moment (moment d’encastrement dans une
console) agissant au nu d’appui. Le calcul des moments dans le nœud se fait en posant Kw = 0
car la console ne peut résister à la déformation du nœud en question. La suite est quasiment la
même que pour la travée intermédiaire avec Mw0 = 0 (absence de console dans le cas de notre
projet). Les formules deviennent :
Ke
Mw = 0 Me = Me0 (1 − )
D
Kn Ks
Mn = Me0 Ms = Me0
D D
b) Nœud voisin d’un nœud de rive
Dans le présent cas, nous allons utiliser quelques caractéristiques des 2 nœuds encadrant le
nœud en question. Les indices 1 , 2 et 3 mis par ordre croissant de position, serviront d’éléments
différenciateurs.
Longueur fictive de la travée de gauche : lw2
0 =χ l
1 w2

1. χ1 = 0.8 si Ks1 + Kn1 ≥ 1.5Ke1

2. χ1 = 1 − Ks1 +Kn1
7.5Ke1 si Ks1 + Kn1 < 1.5Ke1

Longueur fictive de la travée de droite : le2


0 =χ l
3 e2

1. χ1 = 0.8 si la travée n’est pas de rive ou si Ks3 + Kn3 ≥ 1.5Kw3

2. χ1 = 1 − Ks3 +Kn3
7.5Kw3 si Ks3 + Kn3 < 1.5Kw3

Pour la suite, on considérera les mêmes formules établies pour la travée intermédiaire.

10.2.3 Application

On applique la méthode aux portiques pris un à un. On expose le calcul pour le portique le plus simple
(2 travées), les résultats seront seulement communiqués pour les autres. Un algorithme implémenté
dans Matlab a permis d’obtenir les résultats.

Catégorie 1

Géométrie
– Nombre de travées : 2
– Portées des travées entre axes : 6 m et 10.5m.
– Portées des travées entre nus d’appuis : 5.6 m et 9.9m.
– Les colonnes sont de 4 m de haut au rez-de-chaussée et de 3 m dans les autres niveaux.
– Les nœuds sont numérotés de 1 à 12

hhgps.2015@gmail.com [116]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Figure 10.1 – Le portique de catégorie 1 sous les charges uniformément réparties.

Charges

– la travée 1 supporte 18 m2 de dalle et 6 m de retombée de poutres secondaires, ce qui donne une


charge permanente g1 = 25.6 kN/m. La travée 2 supporte 52.92 m2 de dalle et 14 m de retombée
de poutres secondaires, ce qui donne g2 = 37 kN/m.
– La surcharge d’exploitation étant de q=1 kN/m2 pour le toit et 5 fois plus pour les autres planchers,
on a q1 = 3 kN/m et q2 = 5.04kN/m pour les poutres du toit et q1 = 15 kN/m et q2 = 25.2 kN/m
pour les autres.
– À ceci il faut ajouter les charges localisées du convoi.

Tronçons fictifs détachés-raideurs


Comme préalablement dit, on détache des tronçons fictifs au nord, au sud, à l’ouest et à l’est de chaque
nœud, compte tenu de sa position (avant-dernier plancher ou pas, travée intermédiaire ou travée de
rive). Le tableau suivant affiche ces grandeurs relatives à tous les nœuds.

Nœud 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
le0 ; m 4.32 7.92 4.32 7.92 4.32 7.92 4.32 7.92
0 ;
lw m 4.5 7.92 4.32 7.92 4.32 7.92 4.32 7.92
h0s ; m 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84 2.9 2.9 2.9
h0n ; m 2.07 2.07 2.07 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84 1.84

À chaque nœud aboutissent au plus deux poteaux (0.6 m × 0.6 m) et deux poutres (0.55 m × 0.7 m).
On a alors Is = In = 0.0108 m4 et Iw = Ie = 0.0157 m4 . Les K et D tels que définis précédemment,
ont pour valeurs :

[117] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Nœud 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ke ; 10−4 m3 36 20 36 20 36 20 36 20
Kw ; 10−4 m3 36 20 36 20 36 20 36 20
Ks ; 10−4 m3 59 59 59 59 59 59 59 59 59 37 37 37
Kn ; 10−4 m3 52 52 52 59 59 59 59 59 59
D; 10−4 m3 95 115 79 147 167 131 154 174 137 132 152 116

Moments maximums aux nus d’appuis

Pour trouver les moments maximums aux nus d’un appui considéré, on surcharge simultanément les
deux travées attenantes à l’appui. La surcharge uniforme doit s’étendre sur toute la portée de la travée
où elle s’applique. Le convoi doit se placer de telle sorte que les moments qu’il crée soient les plus
grands que possibles et donc que Σk soit maximum.

Après la combinaison 1.35g + 1.5q les charges sur le portique sont 32.9 kN/m et 47.3 kN/m sur le toit,
57 kN/m et 87.7 kN/m sur les autres poutres. Toujours est-il que les charges ponctuelles du convoi y
sont aussi appliquées. Considérons le nœud 8 par exemple. Il est tel que :

pe = 1.35g2 + 1.5q2 = 1.35 × 37 + 1.5 × 25.2 = 87.8 kN/m


pw = 1.35g1 + 1.5q1 = 1.35 × 25.6 + 1.5 × 15 = 57 kN/m

À droite le convoi doit se placer de telle sorte que les charges soient à 2.8 m et 4.6 m du nu de l’appui.
À gauche les charges doivent se placer à 1.3 m et 3.1 m du nu de l’appui. D’après les relations ci-dessus,
on a successivement :
(57)(4.32)2
Mw0 = + (4.32)(1.5 × 45)(0.32) = 218.4 kNm
8.5
(87.7)(7.92)2
Me0 = + (7.92)(1.5 × 45)(0.349) = 833.8 kNm
8.5

Moment à l’ouest

0.0036 0.0036
   
Mw = (833.8) + (218.4) 1 −
0.0174 0.0174
⇒ Mw = 357 kNm

Moment à l’est
0.0020 0.0020
   
Me = (833.8) 1 − + (218.4)
0.0174 0.0174
⇒ Me = 791.5 kNm

Moment au nord
0.0059
 
Mn = (833.8 − 218.4)
0.0174
⇒ Mn = 217.3 kNm

hhgps.2015@gmail.com [118]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Moment au sud
0.0059
 
Ms = (833.8 − 218.4)
0.0174
⇒ Mn = 217.3 kNm

Le programme reproduit le calcul précédent pour tous les autres nœuds. Le moment maximum à l’est
ou à l’ouest d’un appui est de 791.5 kNm.

Moments maximums en travée

L’expression du moment fléchissant dans une section x s’écrit :


x x
   
M (x) = µ(x) + Mi−1 1− + Mi (10.1)
li li
avec :
Mi−1 : moment à l’est de l’appui de gauche,
Mi : moment à l’ouest de l’appui de droite
Le moment maximum dans une travée s’obtient en la surchargeant. Une surcharge répartie doit s’ap-
pliquer sur toute la portée de la travée. S’il y a une charge ponctuelle, le moment maximum sera
au droit de la charge. Ainsi, dans notre cas, nous trouverons le moment maximum au droit de l’une
des deux essieux qui constituent le convoi. Le programme implémenté dans Matlab calcul le moment
maximum qui se trouve au droit de chacun des essieux et renvoie le plus grand de ces maximums.

On rencontre un moment maximum de 737.1 kNm dans la travée de 10.5 m à l’abscisse 5 m, l’autre
essieu du convoi étant 1.8 m plus loin.

Effort tranchant

L’effort tranchant se calcule à l’aide la même formule utilisée pour la poutrelles :


Mi − Mi−1
T (x) = τ (x) +
li
La valeur maximale trouvée est de 495 kN.

Catégorie 2

Géométrie
– Nombre de travées : 4
– Portées des travées entre axes : 7.2 m-7.9 m-8.4 m-8.4 m.
Charges
– p1 = 39.3 kN/m, p2 = 40.3 kN/m, p3 = p4 = 41.0 kN/m au toit
– p1 = 74.4 kN/m, p2 = 76.3 kN/m, p3 = p4 = 77.6 kNm ailleurs.
Moment maximum au nu d’un appui

Ma = 517.6 kNm

[119] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Moment maximum en travée

Mt = 447.6 kNm

Catégorie 3

Géométrie
– Nombre de travées : 4
– Portées des travées : 5.4 m-8 m-8 m-8 m.
Charges
– p1 = 32.7 kN/m, p2 = p3 = p4 = 42.8 kN/m au toit
– p1 = 54.3 kN/m, p2 = p3 = p4 = 74.9 kN/m ailleurs.
Moment maximum au nu d’un appui

Ma = 460.6 kNm

Moment maximum en travée

Mt = 400.6 kNm

Catégorie 4

Géométrie
– Nombre de travées : 3
– Portées des travées : 8.4 m-8.4 m-8.4 m.
Charges
– p1 = p2 = p3 = 39.15 kN/m au toit
– p1 = p2 = p3 = 74.5 kN/m ailleurs.
Moment maximum au nu d’un appui

Ma = 487.5 kNm

Moment maximum en travée

Mt = 424.3 kNm

Catégorie 5

Géométrie
– Nombre de travées : 5
– Portées des travées : 4.8 m-9.2 m-4.8 m-4.8 m-7.2 m.
Charges
– p1 = p3 = p4 = 31.3 kN/m, p2 = 48.5 kN/m, p5 = 40.9 kN/m au toit

hhgps.2015@gmail.com [120]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

– p1 = p3 = p4 = 50.5 kN/m, p2 = 85.1 kN/m, p5 = 69.8 kN/m ailleurs.


Moment maximum au nu d’un appui

Ma = 594.2 kNm

Moment maximum en travée

Mt = 553.0 kNm

Catégorie 6

Géométrie
– Nombre de travées : 4
– Portées des travées : 8.4 m-8.4 m-8.4 m-6 m.
Charges
– p1 = p2 = p3 = 43.8 kN/m, p4 = 31.1 kN/m au toit
– p1 = p2 = p3 = 77.5 kN/m, p4 = 58.2 kN/m ailleurs.
Moment maximum au nu d’un appui

Ma = 517.5 kNm

Moment maximum en travée

Mt = 447.3 kNm

[121] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

La combinaison permanente superpose les effets des charges permanentes et des surcharges d’exploi-
tations toutes les deux pondérées suivant la relation :

Combinaison permanente : ≡ 1.35G + 1.5Q

Dans le tableau 10.1 sont présentés les efforts normaux dans les poteaux du premier niveau pour les
différentes catégories de portique préalablement définies.

Table 10.1 – Efforts normaux dans les poteaux du niveau 1 dus à la combinaison permanente à l’ELU

Poteaux de rive Poteaux intérieurs

1 2 1 2 3 4
N(-) (kN) 991.6 1782.8 2559.3 - - -
Catégorie 1
M (kNm) 160.0 588.1 156.5 - - -
N(-) (kN) 1222 1396 2447.7 2646.6 2720.1 -
Catégorie 2
M(kNm) 264.9 359.2 19.4 15.5 0 -
N(-) (kN) 881.9 1328.7 2077 2579.7 2554.5 -
Catégorie 3
M (kNm) 128 321.2 64.6 0 0 -
N(-) (kN) 1320 1320 2552 2552 - -
Catégorie 4
M (kNm) 338.3 338.3 0 0 - -
N(-) (kN) 841.9 1171.9 2207.1 2227.1 1585.6 1840.2
Catégorie 5
M (kNm) 97.6 253.4 117.8 -117.8 0 59.1
N(-) (kN) 1404.3 968.6 2711.4 2732.5 2245.6 -
Catégorie 6
M (kNm) 359.1 162.2 0 0 -89.4 -

10.3 Sollicitations dues aux combinaisons sismique et accidentelle

Les combinaisons sismique et accidentelle font intervenir principalement des charges horizontales
(charges ponctuelles dans les nœuds latéraux et charges uniformément réparties sur les poteaux de
rive). La méthode de Caquot que nous avons présentée tantôt ne s’appliquant pas aux charges horizon-
tales, on utilisera une autre méthode extraite des mêmes règles du BAEL et s’appliquant uniquement
pour les charges horizontales.

hhgps.2015@gmail.com [122]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Toutefois, la méthode de Caquot sera reconduite pour les charges verticales. On procédera aux com-
binaisons une fois les sollicitations dues à chaque catégorie de charge soient connues.

10.3.1 Hypothèses de la méthode

Pour des portiques :


– dont les poteaux d’un même étage ont tous la même hauteur ;
– où les raideurs (rapport I/L) des différentes travées des poutres du plancher solidaires des poteaux
sont toutes supérieures au cinquième de la raideur du poteau le plus raide,
on peut admettre les hypothèses simplificatrices suivantes :
– les forces horizontales sont à répartir suivant les différents poteaux au prorata de leur inertie, en ne
retenant pour les poteaux de rive, que 80% de leur inertie ;
– les poteaux des étages courants sont encastrés dans les planchers et articulés à mi-hauteur d’étage ;
– les poteaux de l’étage le plus bas sont encastrés partiellement en fonction de la raideur des fondations.
En complément :
– comme cas intermédiaire, on peut considérer les poteaux du premier niveau comme articulés au tiers
de leur hauteur ;
– les poteaux de l’étage le plus élevé sont moins bien encastrés que ceux des étages situés au-dessous,
du fait de l’absence de poteaux au-dessus. On pourra retenir la position du point d’inflexion aux
deux-tiers de la hauteur du poteau.
On prendra aussi en compte :
– les efforts verticaux dans les poteaux, traction ou compression, équilibrant la différence entre le
moment de renversement et les moments d’encastrement à chaque niveau ;
– les moments supplémentaires dus à l’excentrement des charges verticales après déplacements des
nœuds sous l’action des charges horizontales.

10.3.2 Principe et application de la méthode

Le principe de la méthode est exposé en l’appliquant au portique de la catégorie 1 comme le montre


la figure ci-dessous. Pour les autres portiques, les résultats seront seulement présentés.

Ramenées aux nœuds, les charges uniformément réparties du vent ne rivalisent pas avec celles du
séisme. Pour cette raison, les calculs seront uniquement menés avec les charges sismiques qui fourni-
ront à coup sûr de plus grandes sollicitations.

Catégorie 1

Vérification des hypothèses


– Les poteaux d’un même étage sont de même hauteur (4 m pour la RDC et 3 m pour les autres
étages). Ok !

[123] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Figure 10.2 – Le portique de catégorie 1 sous les charges sismiques.

– Les poteaux étant tous de mêmes dimensions, l’inertie relative poteaux intérieurs/poteaux de rive
vaut 1.
– Inertie relative poutre/poteau : I = 0.55×0.703
0.604
= 1.455
– La plus faible raideur (I/L)de poutre doit être supérieure au cinquième de la plus forte raideur (I/L)
de poteau
1.455
10.5 = 0.138 > 11
53 = 0.067 Ok !
Répartition des actions sur les poteaux
Premier niveau.

La longueur entre plancher et point d’inflexion est la plus grande ( 2.67 m) et la charge cumulée est
la plus forte :
F = 172 + 295 + 421 + 476 = 1364 kN

Cette dernière est à répartir entre les poteaux (3 dans ce cas) du premier niveau au prorata de leur
inertie :
– Pour les (deux) poteaux de rive (que l’on prend avec 80% de leur inertie) :
0.8
F1 = × 1364 = 419.7 kN
2 × 0.8 + 1
– Pour le poteau intérieur :
1
F2 = × 1364 = 524.6 kN
2 × 0.8 + 1
– Moment dans les poteaux de rive :
2
M1 = × 4 × 419.7 = 1120.6 kNm
3
– Moment dans le poteau de intérieur :
2
M2 = × 4 × 524.6 = 1400.7 kNm
3

hhgps.2015@gmail.com [124]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Deuxième niveau
– Charge cumulée : F = 295 + 421 + 476 = 1192 kN
– Effort dans les poteaux de rive : F1 = 2×0.8+1 × 1192 = 366.75 kN
0.8

– Effort dans le poteau intérieur : F2 = 2×0.8+1


1
× 1192 = 458.5 kN
– Moment dans les poteaux de rive : M1 = 2 × 3 × 366.75 = 550.13 kNm
1

– Moment dans le poteau intérieur : M2 = 12 × 3 × 458.5 = 687.75 kNm


Troisième niveau
– Charge cumulée : F = 421 + 476 = 897 kN
– Effort dans les poteaux de rive : F1 = 2×0.8+1 × 897 = 276 kN
0.8

– Effort dans le poteau intérieur : F2 = 2×0.8+1


1
× 897 = 345 kN
– Moment dans les poteaux de rive : M1 = 2 × 3 × 276 = 414 kNm
1

– Moment dans le poteau intérieur : M2 = 12 × 3 × 345 = 517.5 kNm


Dernier niveau
– Charge cumulée : F = 476 kN
– Effort dans les poteaux de rive : F1 = 2×0.8+1 × 476 = 146.45 kN
0.8

– Effort dans le poteau intérieur : F2 = 2×0.8+1


1
× 476 = 183.1 kN
– Moment dans les poteaux de rive : M1 = 3 × 3 × 146.45 = 146.25 kNm
1

– Moment dans le poteau intérieur : M2 = 13 × 3 × 183.1 = 183 kNm

Efforts verticaux dans les poteaux du niveau 1


A chaque niveau, les efforts verticaux (compression ou traction) équilibrent la différence entre le mo-
ment de renversement et le moment d’encastrement. Donc, connaissant les moments de renversement
et d’encastrement, il devient aisé de trouver les efforts verticaux (normaux) et les répartir pour chaque
poteau selon la formule de proportion suivante :
Ai δ i
Ai δi2
P

– Ai : section du poteau
– δi distance du poteau au centre de gravité du fil de poteau.
Moment de renversement au pied du portique

Mv = 172 × 4 + 295 × 7 + 421 × 10 + 476 × 13 = 13151 kNm

Moment d’encastrement au niveau 1


1
Menc = × 4 × 1364 = 1814.12 kNm
3
– Effort normal dans les poteaux de rive :

(Mv − Menc )A1 δ1 (Mv − Menc )δ1 (13151 − 1814.12) × 7.5


N1 = = = = ±609.51 kN
7.52 + 1.52 + 92
P 2 P 2
Ai δi δi

(13151 − 1814.12) × 9
N2 = = ±731.41 kN
7.52 + 1.52 + 92

[125] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

– Effort normal dans le poteau intérieur :

(13151 − 1814.12) × 1.5


N2 = = ±121.9 kN
7.52 + 1.52 + 92
On met ± parce sous les charges sismiques agissant seules, les poteaux passent d’un état de compression
à un état de traction à tour de rôle. Ceci résulte de l’alternance des dites charges d’un coté du portique
à l’autre.

Dans le tableau 10.2, on présente les efforts dans les poteaux du niveau 1 de chaque catégorie de
portique. Ces derniers doivent maintenant s’ajouter aux efforts (normaux) dus aux charges verticales
(déterminés par la méthode de Caquot et présentés dans le tableau 10.3) selon la combinaison (G +
0.3Q + 1.1AEd ). Les efforts combinés font eux-mêmes l’objet du tableau 10.4.

On remarque que les efforts normaux sont de même ordre (1000) que les moments, donc les moments
supplémentaires dus à l’excentrement (de l’ordre de 0.01 m) des charges verticales après déplacements
des nœuds sous l’action des charges horizontales, ne peuvent influencer les moments déjà trouvés. On
les garde tels quels pour le dimensionnement des poteaux.

hhgps.2015@gmail.com [126]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Table 10.2 – Sollicitations dues aux charges horizontales dans les poteaux du niveau 1

Poteaux de rive Poteaux intérieurs

1 2 1 2 3 4
E. Tranchant (kN) 419.69 524.62
Catégorie 1 E. Normal (±) (kN) 609.51 731.41 121.9
Moment (kN.m) 1120.58 1400.72

E. Tranchant (kN) 432.35 540.43


Catégorie 2 E. Normal (±) (kN) 499.45 525.8 268.04 14.14 255.83
Moment (kN.m) 1154.37 1442.96

E. Tranchant (kN) 410.26 512.83


Catégorie 3 E. Normal (±) (kN) 539.19 484.85 260.54 18.11 296.76
Moment (kN.m) 1095.4 1369.25

E. Tranchant (kN) 437.56 546.94


Catégorie 4 E. Normal (±) (kN) 583.76 583.76 194.59 194.59
Moment (kN.m) 1168.27 1460.34

E. Tranchant (kN) 353.14 441.43


Catégorie 5 E. Normal (±) (kN) 471.37 475.47 323.81 40.99 106.57 254.13
Moment (kN.m) 942.89 1178.61

E. Tranchant (kN) 432.35 540.43


Catégorie 6 E. Normal (±) (kN) 487.87 535.08 291.15 15.74 259.67
Moment 1154.37 1442.96

[127] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Table 10.3 – Efforts normaux dues aux combinaisons G + 0.3 Q dans les poteaux du niveau 1

Poteaux de rive Poteaux intérieurs

1 2 1 2 3 4
Catégorie 1 E. Normal (-) (kN) 320.5 789.4 1050.2

Catégorie 2 E. Normal (-) (kN) 500.5 587.3 986.7 1088.8 1104.5

Catégorie 3 E. Normal (-) (kN) 351.8 572.9 849.3 1087.7 1075.3

Catégorie 4 E. Normal (-) (kN) 547.8 547.8 1030.9 1030.9

Catégorie 5 E. Normal (-) (kN) 345.5 492.3 914.1 902.6 632.3 706

Catégorie 6 E. Normal (-) (kN) 611 392.1 1150 1161.8 932.5

10.4 Déplacement latéral sous combinaison sismique

Dans ce qui suit, on se propose de vérifier, par le calcul des déplacements, que la largeur prévue
pour les joints sera suffisante pour contenir les déplacements des bâtiments sous l’effet des charges
latérales. En utilisant la méthode des déplacements et en ne considérant que les déplacements des
nœuds (On néglige les rotations pour une analyse dynamique), on détermine les matrices de rigidité
des différents portiques. Une fois les matrices de rigidité obtenues, un simple calcul permet de trouver
les déplacements recherchés.

On illustre la méthode en l’appliquant au portique représentatif de la catégorie 1. Les résultats seront


seulement indiqués pour les autres. On note ki , la rigidité flexionnelle des colonnes. On a ki = 12 EI
h3
.
i
Il va sans dire que k1 = k2 = k3 puisque les étages sont de la même hauteur. De même, on nomme xi
les déplacements des traverses.

En considérant chaque traverse séparément en y imposant un déplacement xi , ce qui revient à libérer


un seul degré de liberté, les autres étant maintenus bloqués, on inventorie les efforts aux nœuds, dus
à ce déplacement. Les coefficients de la matrice de rigidité résultent de la superposition de ces efforts
en écrivant les équations d’équilibre de la structure pour chaque degré de liberté.

Sur les figures suivantes sont présentés les efforts aux nœuds résultant d’un déplacement considéré à
chaque fois.

hhgps.2015@gmail.com [128]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Table 10.4 – Sollicitations dans les poteaux du niveau 1 sous combinaison sismique

Poteaux de rive Poteaux intérieurs

1 2 1 2 3 4
E. Tranchant (kN) 461.66 577.08
E. Normal 1 (kN) 349.96 15.15 -916.11
Catégorie 1
E. Normal 2 (kN) -990.96 -1593.95 -1184.29
Moment (kN.m) 1232.64 1540.79

E. Tranchant (kN) 475.59 594.47


E. Normal 1 (kN) 48.90 -8.92 -691.86 -1073.25 -823.09
Catégorie 2
E. Normal 2 (kN) -1049.90 -1165.68 -1281.54
Moment (kN.m) 1269.81 1587.26

E. Tranchant (kN) 451.29 564.11


E. Normal 1 (kN) 241.31 -39.57 -562.71 -1067.78 -748.86
Catégorie 3
E. Normal 2 (kN) -944.91 -1106.24 -1135.89 -1107.62 -1401.74
Moment (kN.m) 1204.94 1506.18

E. Tranchant (kN) 481.32 601.63


E. Normal 1 (kN) 94.34 94.34 -816.85 -816.85
Catégorie 4
E. Normal 2 (kN) -1189.94 -1189.94 -1244.95 -1244.95
Moment (kN.m) 1285.10 1606.37

E. Tranchant (kN) 388.45 485.57


E. Normal 1 (kN) 173.01 30.72 -557.91 -857,51 -515.07 -426.46
Catégorie 5
E. Normal 2 (kN) -864.01 -1015.32 -1270.29 -947.69 -749.53 -985.54
Moment (kN.m) 1037.18 1296.47

E. Tranchant (kN) 475.59 594.47


E. Normal 1 (kN) -74.34 196.49 -829.74 -1144.49 -646.86
Catégorie 6
E. Normal 2 (kN) -1147.66 -980.69 -1470.27 -1179.11 -1218.14
Moment (kN) 1269.81 1587.26

[129] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Figure 10.3 – Efforts dus à un déplacement x1

Figure 10.4 – Efforts dus à un déplacement x2

hhgps.2015@gmail.com [130]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Figure 10.5 – Efforts dus à un déplacement x3

Figure 10.6 – Efforts dus à un déplacement x4

[131] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

En désignant par fi les forces extérieures sollicitant la structure suivant xi , les équations d’équilibre
s’écrivent :

3k1 x1 − 3k1 x2 = f1
−3k1 x1 + 3(k1 + k2 )x2 − 3k2 x3 = f2
−3k2 x2 + 3(k2 + k3 )x3 − 3k3 x4 = f3
−3k3 x3 + 3(k3 + k4 )x4 = f4

D’où la matrice de rigidité qui s’écrit :

0 0
 
k −k
2k 0
 
 −k −k
K = 3

 
 0 2k

 −k −k 

0 0 −k (1 + 0.753 )k

en considérant que k1 = k2 = k3 = 12 EI
33
et k4 = 12 EI
43
= 0.753 k.

Plus généralement, pour un portique à n travées, elle s’écrit :

0 0
 
k −k
2k 0
 
 −k −k
Kn = (n + 1) 

 
 0 2k

 −k −k 

0 0 −k (1 + 0.753 )k4
Dans le chapitre 7 , les efforts nodaux dus au séisme sont déterminés. Pondérés par le coefficient 1.1,
on a successivement :

f1 = 523.6 kN, f2 = 463.1 kN, f3 = 324.5 kN, f4 = 189.2 kN

En prenant E = 29 × 106 kN/m2 et avec I=0.108 m4 on a k = 139 200 kN/m, ce qui donne :

417 600 −417 600 0 0


 

 −417 600 853 200 −417 600 0


 
K = 3  kN/m

 

 0 −417 600 835 200 −417 600 

0 0 −417 600 593 775

Le déplacement global X recherché vérifiant

K.X = f

, on trouve alors par un calcul rapide


   
x1 1.5
 x   1.4 
   
X= =  cm
 2   
 x   1.2 
 3   
x4 0.9

hhgps.2015@gmail.com [132]
CHAPITRE 10. LES PORTIQUES

Le toit du bâtiment se déplace alors de 1.5 cm. Le tableau suivant présente les résultats pour les
différentes catégories de portiques.

Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3 Catégorie 4 Catégorie 5 Catégorie 6


x1 ( cm) 1.5 1.7 1.6 1.7 1.4 1.7
x2 ( cm) 1.4 1.5 1.5 1.5 1.3 1.5
x3 ( cm) 1.2 1.3 1.2 1.3 1.1 1.3
x4 ( cm) 0.9 0.9 0.9 0.9 0.8 0.9

10.4.1 Largeur des joints sismiques

Les déplacements calculés sont une sous-évaluation par un facteur q (coefficient de comportement) des
déplacements réels produits par le séisme. Donc, avant de déterminer la largeur définitive des joints
sismiques, il faut multiplier les déplacements précédents par q = 3.375 et ensuite ajouter les 1.5 cm
prescrit par le code. Ainsi, les joints de notre bâtiment auront une largeur :

J ≥ 1.5 + 2 × 3.375 × 1.7 = 12.975 On prend J = 15 cm

10.4.2 Vérification relative à la limitation des dommages

Notre bâtiment est composé d’éléments non structuraux (les cloisons) fixés à la structure et qui ne
doivent pas être endommagés lors d’un séisme. Dans cette démarche, l’Eurocode fixe la valeur limite
pour les déplacements relatifs entre étages, soit à 0.005h = 1.5 cm dans notre cas.

Le plus grand déplacement relatif repéré dans le tableau précédent est de 0.4 cm. En le multipliant
par le coefficient de comportement, cette valeur reste inférieure à la limite : 1.35 cm < 1.5 cm Ok!

[7] [8]

[133] Projet de Béton armé 2011-2016


Dimensionnement des poutres et des poteaux
11
11.1 Les poutres

Dans les portiques, les poutres sont principalement sollicitées par les charges gravitaires. Donc, la
situation leur est d’autant plus défavorable que les charges gravitaires sont grandes. De ce fait, leur
dimensionnement se fera à l’ELU suivant les efforts dus à la combinaison fondamentale, donc en flexion
simple.

Le précédent chapitre nous a fourni les valeurs maximales suivantes :


– Moment maximum au nu d’appui : 791.5 kNm
– Moment maximum en travée : 737.1 kNm
– Effort tranchant maximum au nu d’appui : 495 kN
L’algorithme de calcul étant le même que dans le cas des poutrelles, on se contentera de présenter
uniquement les résultats dans cette section.

11.1.1 Armatures de flexion

Largeur de la table compression

bef f = 2.41 m, on le prend à 2 m

Moment de référence

d = 65 cm ⇒ MT u = 4.025 MNm > 0.791 MNm = MEd


Axe neutre dans la table de compression.

Nécessité d’aciers comprimés

Moment réduit : µbu = 0.7371


2×0.652 ×23.33
= 0.0374
µlu = 0.2909 > 0.0383 = µbu . Aciers comprimés non nécessaires.

134
CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

Armatures inférieures

As = 33.24 cm2

Armatures supérieures

As = 35.74 cm2

Sections minimale et maximale

As, min = 7.44 cm2 et As, max = 154 cm2


On garde les sections trouvées.

Choix des diamètres

– En travée : 2 lits de 4 Φ 34 ” et un lit (inférieur) de 4 Φ 87 ” ⇒ 37.10 cm2 > 33.24 cm2

– Sur appuis : 2 lits de 4 Φ 34 ” et un lit (supérieur) de 4 Φ 87 ” ⇒ 37.10 cm2 > 35.74 cm2

On peut constater un surdimensionnement de la section de béton de la poutre, la solution la plus


économique revient à réduire cette section (soit à 40cm × 60cm). Dans ce cas, on aura :
– En travée : 3 lits de 4 Φ 78 ” ⇒ 45.072 cm2 > 39.59 cm2

– Sur appuis : 3 lits de 4 Φ 78 ” ⇒ 45.072 cm2 > 42.58 cm2

Voir plan de ferraillage.

11.1.2 Armatures d’effort tranchant

VEd = 495 kN

Effort tranchant réduit

VEd0 = VEd − pu .d = 495 − 87.7 × 0.65 = 438.125 kN

Nécessité d’armatures d’effort tranchant

VRd, c =< 438.125 = VEd0


Armatures d’âme nécessaires.

[135] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

Section d’armatures en cm2 /cm

Asw 1
≥ cm2 /cm
s 3.93

Section d’armatures minimale et maximale en cm2 /cm

Asw 1
≥ cm2 /cm
s 15.36
Asw 1
≤ cm2 /cm
s 1.05

Répartition des armatures d’âme

2 cadres Φ 38 ” s0 = 10 cm
On dispose les cadres à 10 cm près des appuis, soit à L/4 du nu de l’appui et à 15 cm en milieu de
travée,zone où l’effort tranchant est minimal.

Armatures inférieures sur appui d’about

0.25 × 37.1 = 9.27 cm2






As ≥ 9.27 cm2 = max

 0.2925
0.495 0.9×0.65
× 104 = 7.11 cm2



348

On prolongera sur appui le lit inférieur de 4 Φ 78 ”


4 Φ 87 ” = 15.02 cm2 > 9.27 cm2



 0.85 × 26.72
lbd = 22.71 cm = ≥ 21.8 cm


0.7 × 26.72


On choisit : lbd = 25 cm

11.2 Les poteaux

Chacun des poteaux du bâtiment est un élément de deux portiques orthogonaux. Pour dimensionner
un poteau, il est donc impératif de combiner les efforts obtenus dans chacun des portiques dans lesquels
il se trouve. Par conséquent,
– Sous combinaison permanente, les poteaux travaillent en flexion composée déviée. En effet, les
portiques étant orthogonaux, les charges gravitaires qu’ils supportent procurent des moments d’axes
orthogonaux en plus des efforts normaux.

hhgps.2015@gmail.com [136]
CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

Pour le dimensionnement, on va considérer le même poteau (évidemment celui qui subit les solli-
citations les plus défavorables) dans chacun des portiques et ensuite faire la combinaison des deux
résultats trouvés. En d’autres termes, on décomposera la flexion composée déviée en deux "flexion
composée plane" dont l’algorithme de calcul est moins complexe et ensuite on additionnera les
sections d’aciers trouvées.
– Sous combinaison sismique, les moments créés par les charges gravitaires (G + 0.3Q) sont assez
petits (moins de 10%) par rapport à ceux dus aux charges horizontales pour être négligés. De plus,
les charges latérales du séisme n’agissent pas simultanément sur deux faces orthogonales. Dans ce
cas, on considéra les efforts normaux des charges gravitaires et des charges latérales mais on gardera
uniquement le moment maximum dû aux charges latérales. On en conclut donc que les poteaux
travaillent en flexion composée plane.

11.2.1 Armatures - Combinaison permanente

Poteau de rive #2 de la catégorie 1

Sollicitations au centre de gravité du béton seul

– Moment en tête et en pied : MEdG0 = 588.1 kNm


– Effort normal (Compression) : NEd = 1782.8 kN
– Excentricité : e1 = = = 0.33 m
MEdG0 588.1
NEd 1782.8
– Imperfections géométriques :

θi = θ0 .αh .αm = 0.00408

Avec,
– θ0 = 1
200
– αh = √2l = √2
4
=1
– αm = 0.5(1 + m) = 0.5(1 + 31 ) = 0.816
q q
1

m étant le nombre d’éléments verticaux transmettant la force horizontale appliquée au système


de contreventement.
4
ei = θi .l0 = 0.00408 × = 0.00816
2
Avec l0 = l
2 : longueur de flambement pour un poteau encastré aux deux extrémités.

Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus

– eA = e1 + ei + (d − h2 ) = 0.33 + 0.00816 + (0.55 − 0.3) = 0.58816 m


– MEdA = NEd .eA = 1782.8 × 0.58816 = 1048.57 kNm

[137] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

Calcul des armatures

Moment réduit agissant :


MEdA 1.04857
µcu = = = 0.2475
2
bd fcd 0.6 × 0.552 × 23.34
Moment réduit de référence :
h λh 0.6 0.8 0.6
µBC = λ (1 − ) = 0.8 (1 − ) = 0.4919
d 2d 0.55 2 0.55
µcu = 0.2475 < 0.4919 = µBC ⇒ Section partiellement tendue

Le principe veut qu’on calcule d’abord les armatures en flexion simple en utilisant MEdA .
Nécessité d’armatures comprimées
µlu = 0.2904 > 0.2475 = µcu . Aciers comprimés non nécessaires.
Section d’aciers tendus
αu = 0.361
αu = 0.00619 > yd
s = c 1−α u

MEdA 1.04857
As = = = 0.0064 m2 = 64 cm2
(1 − 0.4αu )d.fyd (1 − 0.4 × 0.361)0.55 × 348

Armatures tendues en flexion composée


NE d 1.7828
A0s = As − = 0.0064 − = 0.0012 = 12 cm2
σs 348
Poteau de rive #2 de la catégorie 2
Il s’agit du même poteau mais on le considère maintenant comme élément d’un autre portique ortho-
gonal au premier.
– Moment en tête et en pied : MEdG0 = 359.2 kNm
– Effort normal (Compression) : NEd = 1396 kN

Le même algorithme conduit à une section : A0s = 0.68 cm2 Ce qui donne après combinaison une
section totale de : A0s t = 12.68 cm2

11.2.2 Armatures - Combinaison sismique

On combine catégorie 1 et catégorie 4

Sollicitations au centre de gravité du béton seul

– Moment en tête et en pied : MEdG0 = 1606.37 kNm


– Effort normal (Compression) : NEd = 1593.95 + 1244.95 = 2838.9 kN
– Effort tranchant : 601.63 kN
– Excentricité : e1 = = = 0.565 m
MEdG0 1606.37
NEd 2838.9
– Imperfections géométriques : ei = 0.00774

hhgps.2015@gmail.com [138]
CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus

– eA = e1 + ei + (d − h2 ) = 0.565 + 0.00774 + (0.55 − 0.3) = 0.82274 m


– MEdA = NEd .eA = 2838.9 × 0.82274 = 2335.68 kNm

Calcul des armatures

Moment réduit agissant :


MEdA 2.33568
µcu = = = 0.5514
2
bd fcd 0.6 × 0.552 × 23.34
Moment réduit de référence :
h λh 0.6 0.8 0.6
µBC = λ (1 − ) = 0.8 (1 − ) = 0.4919
d 2d 0.55 2 0.55
µcu = 0.5514 > 0.4919 = µBC ⇒ Section entièrement comprimée

On se trouve en pivot C. Pour le calcul des armatures, on utilisera les diagrammes d’interaction
moment-effort normal en supposant une disposition symétrique des armatures.
Mode opératoire
1. Calcul des quantités réduites du moment MEdG0 et de l’effort normal.
MEdG0 1.606
µ= = = 0.318
2
bh fcd 0.6 × 0.62 × 23.34
NEd 2.8389
ν= = = 0.338
bhfcd 0.6 × 0.6 × 23.34
2. Détermination du pourcentage mécanique ρ correspondant au couple (ν, µ) sur le diagramme
d’interaction.
En gardant ν fixe, on constate sur l’abaque que ρ1 = 0.5 pour µ1 = 0.3 et ρ2 = 0.6 pour
µ2 = 0.34. En inerpolant, on trouve :
ρ − ρ1 µ − µ1 ρ − 0.5 0.318 − 0.3
= ⇒ = ⇒ ρ = 0.545
ρ2 − ρ1 µ 2 − µ1 0.6 − 0.5 0.34 − 0.3
3. Calcul de la section d’armatures :
fcd 23.34
As = ρ bh = 0.545 0.6 × 0.6 = 0.01316
fyd 348

Le précédent abaque fait hypothèse d’une hauteur utile a = 0.75h. Dans notre cas, avec un
enrobage de 5 cm partout, on a une hauteur utile de a = 60−10
60 h = 0.83h. Considérant que tous
les calculs se font linéairement par rapport à h, la section d’armatures trouvée doit être corrigée
par le coefficient 0.83 .
0.75
Ainsi,
0.75
As = 0.01316 × = 0.01189 = 118.9 cm2
0.83
Retenons : 24 Φ1” ⇒ 121.55 cm2 > 118.9 cm2
Voir plan de ferraillage.

[139] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

Figure 11.1 – Abaque d’interaction

11.2.3 Armatures d’effort tranchant

Même algorithme que pour le cas des poutrelles avec un effort tranchant constant :

VEd0 = 601.63 kN

Asw 1
≥ cm2 /cm
s 2.86
On choisit 3 cadres et une épingle pour 7 files verticales, soit une surface de 7 × 0.785 × 0.93752 = 4.83
Pour un espacement s0 = 4.83 × 2.86 = 13.81 cm
Retenons : 3 cadres et 1 épingle Φ 38 ” s0 = 10 cm
On les place à 10 cm sur toute la longueur du poteau car on est en présence d’un effort tranchant
constant.

11.3 Noeuds des portiques

Deux choses sont à vérifier dans les noeuds :

1. Les forces de traction doivent être reprises par les armatures et on doit avoir Tpoutre = Tpoteau .

2. Les contraintes de compression doivent respecter σb ≤ 0.75ν 0 fcd

hhgps.2015@gmail.com [140]
CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

11.3.1 Inclinaison des bielles de compression

L’Eurocode 2 impose que les bielles de compression soient comprises entre 21.8◦ et 45◦ . Dans notre
cas, poutre d = 65 cm et poteau d = 55 cm, l’angle de bielle direct est égal à :

65
θ = tan−1 = 50◦ > 45◦
55

On aura donc deux étages de bielles de 45◦ , ce qui nous met dans le cas suivant :??

Figure 11.2 – Forces de traction et de compression dans un noeud

Equation d’équilibre des bielles :

T1
C4 = C5 = C2 = C6 = T3 = T2 = T1
sin θ

11.3.2 Équilibre entre les forces de traction

Servons-nous du dimensionnement des poutres et des poteaux sous combinaisons permanentes, plus
précisément les sections d’aciers tendus :
– Poutres (Armatures supérieures) : 35.74 cm2
– Poteaux : 12.68 cm2

T1 = As fyd = 0.003574 × 348 = 1.24 MN T2 = As fyd = 0.001268 × 348 = 0.44 MN

Or, T 1 doit être égal à T2 , il faut donc recouvrir les armatures du poutre sur le poteau.
Remarque : On est en combinaison permanente, les poteaux sont dimensionnés en combinaison sis-
mique avec une plus grande section d’aciers. Donc, le recouvrement dont on parle n’augmentera pas la
section d’aciers retenue pour les poteaux.

[141] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 11. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ET DES POTEAUX

11.3.3 Contraintes de compression

C
σ= √
br 2

Avec r rayon de ceinturage, pris égal à 7Φ, soit 7 × 7/8 × 0.0254 = 0.155 et C = T1 2 = 1.75
1.75 35
σ= √ = 14.52 MPa < 15.05 MPa = 0.75(1 − ) × 23.34
0.55 × 0.155 × 2 250

[9] [10]

hhgps.2015@gmail.com [142]
12
Rampes - Escaliers

12.1 Rampes

12.1.1 Géométrie

Les rampes sont des structures de liaison entre étages pour les voitures, elles sont au nombre de trois
et se superposent au bloc A32 . Elles franchissent une distance de 31.2 m, ce qui entraîne une pente
de 12.8% pour celle reliant rez-de-chaussée et niveau 1, et de 9.6% pour les deux autres ; la pente
maximale admissible étant fixée à 18%.

12.1.2 Sollicitations

Comme le reste de la structure, les rampes sont composées de dalles, de poutrelles, de poutres et de
poteaux.
– On a vu que toutes les dalles étaient portées dans une seule direction. Pour le bloc A32 , cette
direction (de flexion) n’est pas concernée par l’inclinaison. Donc, on a nul besoin de faire une étude
spéciale pour les dalles des rampes.
– Les poutrelles et les poutres de même direction qu’elles sont inclinées. Pour se fixer les idées, on
choisit la plus grande pente 12.8% qui correspond à un angle θ = 7.3◦ .
Considérons une poutre droite inclinée chargée normalement (normale absolue) comme sur la figure
?? :

Figure 12.1 – Poutre inclinée supportant une charge P

143
CHAPITRE 12. RAMPES - ESCALIERS

La charge P peut être décomposée en deux charges P1 = P cos θ et P2 = P sin θ.


– P1 est normale à la poutre, on se retrouve dans un cas déjà traité dans le document. Et comme
P1 ≤ P , les sollicitations dues à P1 seront moindres que celles dues à P . Donc, on garde l’effort
tranchant et le moment de dimensionnement des poutres.
– P2 est de même direction que la ligne moyenne de la poutre, elle y engendre donc un effort normal
qu’on va négliger car l’angle d’inclinaison étant petit, P2 = 0.127P l’est aussi.
– Pas de changement dans les structures horizontales, il y va de même pour les poteaux.

12.1.3 Dimensionnement

On utilise les mêmes sections trouvées dans les chapitres précédents.

12.2 Escaliers

Un escalier est une suite de plans horizontaux disposés en gradins permettant de se déplacer à pied
d’un niveau à un autre dans le maximum de confort possible. On compte cinq (5) cages d’escalier
dans notre bâtiment, toutes géométriquement identiques. Cette équivalence entre les escaliers procure
l’avantage de calculer un seul qui représentera les (4) autres.

12.2.1 Géométrie

- IL y a une montée H de 4 m à gravir pour passer du rez-de-chaussée au premier étage et une


autre de 3 m entre les autres étages.
- La cage d’escalier est large de 2.6 m. C’est alors la portée des paliers intermédiaires et d’étage.
- L’emmarchement, tel que donné dans les plans, est de 1.25 m.

Pour qu’un escalier ne soit pas pénible à monter, il doit exister une relation entre son giron g (largeur
de référence d’une marche qui doit être d’au moins de 30 cm dans le cas d’un escalier public) et sa
hauteur de marche h (la distance verticale entre deux marches successives). En effet on doit avoir :

g + 2h = 64 cm environ 1 (12.1)

En désignant par n le nombre de contremarches de l’escalier, celui des marches est n − 1 et on a les
égalités suivantes :

g + 2h = 64
nh = H
g(n − 1) = L avec L, la longueur du projeté de l’escalier sur l’horizontale

De ces trois relations, on déduit que n doit vérifier l’équation :

64n2 − (64 + 2H + L)n + 2H = 0

hhgps.2015@gmail.com [144]
CHAPITRE 12. RAMPES - ESCALIERS

Avec H = 400 (la montée pour l’escalier partant du premier niveau), L = 693 (en supposant un escalier
faisant 30◦ avec l’horizontale) on trouve n = 24. S’il était en une seule volée, l’escalier nécessiterait plus
de 20 marches (23 exactement) pour la montée de 4 m, le maximum admis pour une volée. On crée
alors un palier de repos et les escaliers seront en deux volées égales. Avec H = 2 m, on trouve n = 12
contremarches et donc 11 marches par volée. Il s’ensuit h = 200
12 ' 16.7 cm et g = 346
11 ' 31.5 cm. Pour
les escaliers de montée égale à 3 m, ils seront aussi en deux volées de 9 contre-marches (8 marches)
chacune et tels que : h = 16.7 cm et g = 31.5 cm.

12.2.2 Modélisation

Les paillasses et les paliers sont modélisés comme des dalles appuyées simplement aux extrémités,
portant respectivement dans les sens perpendiculaire et parallèle aux marches. Il n’est tenu de compte
ni de l’effort normal, ni de l’effort tranchant.

Charges

1. Les charges permanentes sont le poids propre, le poids des revêtements des marches, des contre-
marches et des dessous des paillasses.
Avec les notations qui précèdent,1 m2 d’une paillasse d’épaisseur e a un poids propre (paillasse+marches)
de
e h
 q 
g1 = 25 g 2 + h2 +
g 2

En supposant un poids de revêtement des marches de p1 par m2 horizontal, des contremarches


de p2 par m2 vertical et des dessous de paillasses de p3 par m2 suivant la pente on a un poids
de revêtement à considérer de

h p3
g2 = p1 + p2 +
g cos(arctan( hg ))

2. Les charges d’exploitation sont au minimum égales à celles des locaux desservis. Elles sont donc
prises égales à 5 kN/m2 .

12.2.3 Dimensionnement des paillasses

Le moment fléchissant, unique effort de dimensionnement, augmentant avec la portée, on dimensionne


la paillasse qui portera la volée la plus longue, soit celle comportant 11 marches.

Les paillasses sont calculées comme des poutres inclinées de largeur unité. Pour prévenir des flèches
excessives dans les escaliers, l’épaisseur minimale est de max(L/25, 100) avec L, la portée du projeté
de la paillasse sur l’horizontale. Elle est égale au nombre de marches que multiplie le giron. Avec les

[145] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 12. RAMPES - ESCALIERS

notations qui précédent, on a :

L = 11 × 0.315 m ' 3.5 m


3.5 m
 
emin = max , 0.1m = 13.86 cm. On la prend à 15 cm
25
0.15 p 0.167
 
g1 = 25 0.315 + 0.167 +
2 2 = 6.3 kN/m
0.35 2
g2 = 1.3 kN/m.(Avec 0.7 kN/m2 de carrelage et 15 mm de mortier en sous-face de la paillasse)
g = 7.6 kN/m

Charge ultime

pu = (1.35)(7.6) + (1.5)(5) = 17.8 kN/m

Armature de la paillasse

Moment maximal : Mu = 17.8×3.52


8 = 26.7kNm
Enrobage : 2.5 cm
Hauteur utile : 15 cm-2.5 cm=12.5 cm
Moment réduit : µ = 26.7
(1000)(1)(0.125)2 (23.33)
= 0.07
⇒ α = 0.095 ⇒ As > 6.4 cm par mètre de paillasse
2

Pour un emmarchement de 1.25 m, il faut donc une section totale minimale d’armatures de 8 cm2 .
On dispose : 7 Φ 21 ” ⇒ 8.86 cm2 > 8 cm2
s = 20 cm en prenant un enrobage latéral de 2.5 cm.

Des barres de répartition des sollicitations sont nécessaires. Leur section est au moins égale à max
( 6.4
5 = 1.3 cm , 2 Φ 2 ”).
2 7 1

On dispose par mètre de paillasse : 4 Φ 12 ” ⇒ 8.86 cm2 > 8 cm2


Voir plan de ferraillage.

12.2.4 Dimensionnement des paliers

Un palier est une dalle dans laquelle est noyée une poutre palière. On calcule tour à tour la dalle et la
poutre.

Calcul de la dalle palière

La dalle palière doit avoir une épaisseur au moins égale à celle de la paillasse. On la prend exactement
à 15 cm Portée :2.6 m
Charge permanente : g = 4.65 kN/m

hhgps.2015@gmail.com [146]
CHAPITRE 12. RAMPES - ESCALIERS

Charge ultime :13.8 kN/m


⇒ Moment ultime : Mu = 11.6 kNm ⇒ As > 2.72 cm2

La section d’aciers de non-fragilité de la dalle étant


0.6 × 1 × ×0.125
Amin = 0.6bt d/fyk = = 1.9 cm2 6 As ,
400
on garde As .
On chosit par mètre de dalle : 4 Φ 83 ” ⇒ 2.84 cm2 > 2.72 cm2 , s = 30 cm

Calcul de la poutre palière

La poutre de section 30 × 15 et de portée 2.6 m supporte la moitié de la charge de chaque demi-volées


de l’escalier . Le poids propre de la poutre peut être négligé. On a alors :
Charge permanente : g = 7.6 × 3.5/2 = 13.3 kN/m
Charge d’exploitation : q = 5 × 3.5/2 = 8.75 kN/m
Charge ultime : pu = 1.35 × 13.3 + 1.5 × 8.75 = 31.1 kN/m

⇒ Mu = 26.3 kNm ⇒ As > 7.03 cm2


On choisit 6 Φ 12 ” ⇒ 7.32 cm2 > 7.03 cm2 ,

Une armature transversale minimale est nécessaire.


√ √
Asw fck 35 1
≥ 0.08 bw = 0.08 × 0.3 = cm2 /cm
s fyk 400 28.17

En choisissant des barres Φ 83 ” pour deux files verticales (1 cadres), on couvre une surface de

Asw = 2 × 0.785 × 0.93752 = 1.365 cm2

pour un espacement s = 1.365 × 28.17 = 38.45 cm


Retenons : 1 cadre Φ 38 ” s = 30 cm [11]

[147] Projet de Béton armé 2011-2016


13
Les fondations

Lors du prédimensionnement, on a vu que les deux catégories de pieux marchent par groupe de quatre.
Un écartement entre-axe de 3B (3 fois le diamètre du pieu) est choisi de sorte qu’on n’ait pas à se
préoccuper de l’interaction des pieux dans le groupe. Pour s’assurer de la transmission des charges
d’un poteau aux pieux, un élément de transition est utilisé : la semelle.

13.1 Semelles sur pieux

13.1.1 Dimensions en plan

La disposition est telle que les quatre pieux soient les sommets d’un rectangle et le poteau son centre
de gravité.
D1 = D2 = D3 = D4 = 0.6 m e1 = e2 = 3 × 0.6 = 1.8 m

Avec des débords de 0.15 m (valeur fixée par les normes), on a :

A = B = 1.8 + 2 × 0.3 + 2 × 0.15 = 2.7 m

13.1.2 Efforts supportés par chaque pieu

P Mx My P Mx My
Fp1 = − + Fp2 = + +
4 e1 e2 4 e1 e2
P Mx M y P Mx My
Fp3 = + − Fp2 = − −
4 e1 e2 4 e1 e2
On envisagera plusieurs cas dépendant des types de sollicitations et de combinaisons et on retiendra
les valeurs extrêmes.

Poteau en compression centrée sous combinaisons permanentes

Catégorie #2 et #6
P = 2720.1 + 2732.5 = 5452.6 kN

148
CHAPITRE 13. LES FONDATIONS

Figure 13.1 – Géométrie d’une semelle sur 4 pieux

P
Fp1 = Fp2 = Fp3 = Fp4 = = 1363.15 kN
4

Poteau en flexion composée déviée sous combinaisons permanentes

Catgégorie #1 et #2

Mx = 588.1 kNm My = 359.2 kNm P = 1782.8 + 1396 = 3178.8 kN

Fp1 = 699.32 kN Fp2 = 1189.42 kN Fp3 = 890.08 kN Fp4 = 399.98 kN

Poteau en flexion composée sous combinaisons sismiques

Catgégorie #1 et #4
My = 1606.37 kNm P = 2838.9 kN

Fp1 = 1379.05 kN Fp2 = 1379.05 kN Fp3 = 40.4 kN Fp4 = 40.4 kN

On remarque que tous les Fpi sont supérieurs à zéro, on en conclut qu’il n’y aura pas d’effet de
soulèvement dans les pieux. Ces derniers travaillent donc en compression. Pour la suite on utilisera la
valeur max trouvée : Fp = 1379.05 kN pour chacune des bielles.

[149] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 13. LES FONDATIONS

13.1.3 Détermination des armatures

Longueur horizontale des bielles

q √
λ = 0.5 e21 + e22 − 0.25 a2 + b2 = 2(0.5e − 0.25a) = 1.025 m
p

Bras de levier

θ = 52.5◦
z = 1.3λ = 1.3 × 1.025 = 1.333 m

Composantes horizontales des bielles inclinées

λ 1.379
T = Ti = Fp cot θ = Fp = = 1.06 MN
z 1.3

13.1.4 Armatures par cerces et quadrillage

75% à 85% de l’effort dans la semelle est repris par les cerces, le quadrillage reprend l’effort restant et
limite la fissuration dans la partie inférieure de la semelle.
L’effort de traction au pied de chaque bielle vaut : Tc = γ max[sin(φai ); sin(φbi )]Ti /(sin(φai ) + sin(φbi ))
Dans notre cas, γ = 80% T = T i, φai = φbi = 45◦ . Ce qui donne :

Tc = 0.8 × 0.707T = 0.6 MN

Armatures des cerces

Tc 0.6
Acer = = = 0.001724 = 17.24 cm2
fyd 348
Retenons : 4 Φ1” ⇒ 20.26 cm2 > 17.24 cm2

Armatures du quadrillage

Aqua = 2.4(1 − γ)Acer = 2.4 × 0.2 × 17.24 = 8.2752 cm2

Soit 8.2752
3.5 = 2.364 cm2 /m < 4 cm2 /m (minimum d’aciers requis)
Retenons par mètre : 4 Φ 12 ” ⇒ 5.06 cm2 > 4 cm2
Voir plan de ferraillage.

hhgps.2015@gmail.com [150]
CHAPITRE 13. LES FONDATIONS

13.1.5 Hauteur de la semelle

h = d + 0.05

Hauteur de la bielle horizontale supérieure

T 1.06
δ= = = 0.038 m
2aσb 2 × 0.6 × 23.34

Hauteur utile

d = z + δ = 1.333 + 0.038 = 1.371 m

h = 1.371 + 0.05 = 1.421

On prend : h = 1.5 m

13.1.6 Vérification après ajout du poids de la semelle

Poids de la semelle

P 0 = 1.5 × 2.7 × 2.7 × 25 = 273.375 kN

Poids supporté par les pieux

273.375
Fp = 1379.05 + = 1447.4 kN
4

Effort de traction dans les cerces

Tc = 0.8 × 0.707 × 1.4474/1.3 = 0.63

Armatures dans les cerces

0.63
Acer = = 18.09 cm2 < 20.26 cm2 Ok!
348

[151] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 13. LES FONDATIONS

13.1.7 Contraintes des bielles au droit du poteau

La contrainte de compression, sous le poteau, dans chacune des bielles relative au pieu est égale à :
Fp
σbc =
ab sin2 θ
Cette contrainte doit être inférieure à 0.8fcd
1.4474
σbc = = 6.38 MPa < 18.67 MPa = 0.8 × 23.34 Ok!
0.6 × 0.6 × sin2 52.5
De même, la contrainte doit être inférieure à 1.3fcd .
P Fpi
ab sin2 θi

5.7896
= 16.08 MPa < 30.34 MPa = 1.3 × 23.35 Ok!
0.6 × 0.6
Pour les semelles sur 4 pieux de 100 cm, on a :

Acer = 34.48 cm2 Aqua = 4 cm2 /m A = B = 4.3 m

Voir plan de ferraillage.

13.2 Pieux

13.2.1 Capacité portante

Les résultats précédents montrent que les pieux travaillent en compression simple quelque soit le cas
de charge et la combinaison d’actions, ce qui facilite un peu la tâche. On doit prouver qu’à l’ELU et
à l’ELS, les pieux ont une capacité portante capable de recevoir les charges du bâtiment.

A l’ELU

on vérifie que : Fp ≤ 0.5Qp + 0.75Qs

1447.4 kN < 1823.22 kN = 0.5 × 1159.56 + 0.75 × 1657.92 Ok!

A l’ELS

on vérifie que : Fp ≤ 0.33Qp + 0.5Qs

949.03 kN < 1215.48 kN = 0.33 × 1159.56 + 0.5 × 1657.92 Ok!

13.2.2 Armatures

Il est permis de ne pas ferrailler un pieu vertical soumis à un effort de compression dans tous les cas
de charge. Quoiqu’on se trouve dans ce cas précis, on préfère armer nos pieux du minimum d’aciers
requis 0.5%.

hhgps.2015@gmail.com [152]
CHAPITRE 13. LES FONDATIONS

Pieux D = 60 cm

As = 0.005 × 0.785 × 602 = 14.13 cm2

Retenons : 6 Φ 34 ” ⇒ 17.09 cm2 > 14.13 cm2

Pieux D = 100 cm

As = 0.005 × 0.785 × 602 = 39.25 cm2

Retenons : 14 Φ 34 ” ⇒ 39.872 cm2 > 39.25 cm2


Voir plan de ferraillage.

13.2.3 Contraintes des bielles au droit du pieu

On vérifie que :
Fp
σbp = ≤ 0.8fcd
0.785D2 sin2 θ
1.4474
= 8.13 MPa < 18.67 MPa = 0.8 × 23.34 Ok!
0.785 × 0.62 × sin2 52.5

13.2.4 Contraintes de cisaillement de poinçonnement

A une distance h/2 du contour du pieu, la contrainte de cisaillement est donnée par : τ = et doit
Fp
uc h
être inférieure à 0.045fcd .
8 = 0.6 + 0.3 + 3.14
Avec uc = D + 0.3 + π D+h 0.6+1.5
8 = 1.72 m,

1.4474
τ= = 0.56 MPa < 1.05 MPa = 0.045 × 23.34 Ok!
1.72 × 1.5

[153] Projet de Béton armé 2011-2016


III

Plans

154
.

C1 - Plan Général de la structure


.

C2 - Plan Général des fondations


.

C3 - Coupes verticales
.

C4 - Plans de coffrage
C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C

C C C C C C C C C C C C C
B B B B B B B B B B
B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B B
B

B
B B B B B B B B B B B
P P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P
P P P P P P P

P P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P

P P P P P P P

P P P P P P

P
P
P
P
P
P
P
P

P P P P P P
.

C5 - Plans de ferraillage
Cotation en cm
1 6 3/4 " Longitudinales 400
2 14 3/4 " Longitudinales 400
3 3/8 " Cerces 400
4 3/8 " Cerces 400

Acier Grade 60
Cotation en cm
1 4 1 " Inf. (Cerces) 400
2 9 1/2 " 400
3 11 1/2 " 400
4 1/2" Inf. (Epingles) 400
5 1/2 " Sup. (U) 400
6 5 1/2 " Cadres 400
7 24 1 " 400

Acier Grade 60

Pour les semelles 430 x 430, on dispose les cerces en deux lits horizontaux de 4 armatures.
Cotation en cm 1 1" 4.3 m 12 428.4 kg
2 3/8 " 2.2 m 9 45.2 kg
3 3/8 " 0.6 m 24 120.6 kg

Acier Grade 60

Surface de coffrage: 8.4 m

Poids d'acier: 594.2 kg


Cotation en cm 1 7/8" 8.8 m 4 x 9 m 109.6 kg
2 7/8" 6m 2 x12 m 73.1 kg
3 7/8" 6m 2 x12 m 73.1 kg
4 7/8" 6m 2 x12 m 73.1 kg
5 7/8" 6m 2 x12 m 73.1 kg
6 7/8" 8.8 m 4 x 9 m 109.6 kg
7 3/8" 1.6 m 23 x 9 m 115.7 kg

L = 7.4 m

Acier Grade 60

Surface de coffrage:10.4 m

Poids d'acier: 627.3 kg


Cotation en cm

Acier Grade 60
Cotation en cm 1 4 7/8 " 400
2 4 3/4 " 400
3 4 3/4 " 400
4 4 7/8 " 400
5 4 7/8 " 400
6 4 7/8 " 400
7 2 3/8 " Cadres 400

Acier Grade 60
Cotation en cm
1 1/2 " Secondaires 400
2 1/2 " Inf. principales 400
3 1/2 " 400
4 1/2 " Bord de la dalle 400

Acier Grade 60
Cotation en cm
1 1/2 " Principales 400
2 1/2 " Secondaires 400
3 3/8 " Princ. (Palier) 400
4 3/8 " Sec. (Palier) 400
5 6 1/2 " Poutre 400
6 3/8 " Etriers (Poutre) 400
7 3/8 " Bord (U) 400

Acier Grade 60
IV

Métré et coûts

187
14
Métré et coûts

L’étude structurale terminée, il convient maintenant, en tant que maître d’oeuvre, d’évaluer le coût
global de l’ouvrage. Ce qui permet d’avoir un prix de référence (ou une fourchette) pour mieux analyser
les offres venant des entreprises d’exécution. Dans notre projet, on se limitera à déterminer le coût de
trois catégories d’éléments : les colonnes, les escaliers et les cloisons.

14.1 Devis estimatif

Procédé

– On divise le bâtiment en deux parties : RDC et Étage, étant donné les points de dissemblance entre
les étages et le rez-de-chaussé. On combine pour avoir le coût total.
– On choisit une unité pour chaque catégorie d’éléments que l’on note "item". On calcule à l’aide des
plans, la quantité à réaliser pour chaque item.
– On détermine le prix unitaire pour chaque item. Ce prix prend en compte l’achat de tous les maté-
riaux, la rémunération des mains-d’oeuvres, les frais de chantier et l’éventuel profit de l’entreprise
d’exécution.
– On calcul enfin le prix total par item puis le prix total global.

Le devis est représenté au tableau 14.1.

14.2 Sous-détails des prix

Dans les tableaux 14.2, 14.3,14.4, on détaille respectivement le prix unitaire d’une colonne, d’un mètre
linéaire de cloison et d’un escalier. Les points suivants décrivent les choix qu’on a faits ainsi que les
hypothèses sur lesquelles il sont basés.
– Les métrés (volume, surface, mètre linéaire) sont majorés de 10%.
– Le prix de chaque matériau provient des factures pro forma de plus de deux entreprises différentes
et concerne la période allant du 21 Août au 4 septembre 2017.

188
CHAPITRE 14. MÉTRÉ ET COÛTS

Table 14.1 – Tableau du devis estimatif en Gourdes

No Item Unité Quantité Prix unitaire Prix total

Rez-de-Chaussée
1 Colonnes u 194 76 084 14 760 360
2 Cloisons ml 517.1 6 500 3 361 309
3 Escaliers u 5 77 279 386 393
Total 18 508 062
Étages 1, 2 et 3
1 Colonnes u 194 57 063 11 070 270
2 Cloisons ml 465.3 4 875 2 268 445
3 Escaliers u 5 57 959 289 795
Total 13 628 510
Grand Total
59 393 592

– L’item coffrage comprend les planches (ou les plywoods) et les bois 2" x 4". Le prix est donné par
mètre carré coffré.
– On tient uniquement compte des cloisons fixes et ces derniers sont supposés réalisés en maçonnerie
de blocs 20.
– Les autres fournitures (clous, fil à ligaturer,...)sont estimées à 10% du prix total des matériaux.
– Les imprévus, le main-d’oeuvre et le profit de l’entreprise d’exécution sont pris respectivement à
5%, 20% et 10% du montant total de l’élément.
– Le coût unitaire d’un élément de l’étage vaut 3/4 de l’élément correspondant en RDC.

[189] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 14. MÉTRÉ ET COÛTS

Table 14.2 – Détails du prix unitaire des poteaux RDC

Poteau RDC

Item unité Quantité Prix unitaire Prix total


Béton Q350
Volume Béton m3 1.58
Sable m3 0.75 1400 1045
Ciment sac 14 400 5600
Gravier m3 1.12 1150 1288
Total 7933
Acier Grade 60
Acier t 0.54 38400 20736
Coffrage
Coffrage m2 10.56 1500 15840
Autres fournitures 10%
4945
Total Matériaux
49455
Imprévues 5%
3804
Mains-d’œuvres 20% - Profit 10%
22825
Total 76084

hhgps.2015@gmail.com [190]
CHAPITRE 14. MÉTRÉ ET COÛTS

Table 14.3 – Détails du prix unitaire du mètre linéaire de cloisons RDC

Cloison RDC

Item unité Quantité Prix unitaire Prix total


Blocs
Bloc 20 u 45 50 2250
Mortier de pose
Volume mortier m3 0.068
Ciment sac 1 400 400
Sable m3 0.068 1400 95.2
Total 495
Crépi - Enduit
Volume m3 0.2
Ciment sac 3 400 1200
Sable m3 0.2 1400 280
Total 1480
Total Matériaux
4225
Imprévues 5%
325
Mains-d’œuvres 20% - Profit 10%
1950
Total 6500

[191] Projet de Béton armé 2011-2016


CHAPITRE 14. MÉTRÉ ET COÛTS

Table 14.4 – Détails du prix unitaire d’un escalier RDC

Escalier RDC

Item unité Quantité Prix unitaire Prix total


Béton Q350
Béton m3 2.70
Sable m3 1.28 1400 1792
Ciment sac 24 400 9600
Gravier m3 1.92 1150 2208
Total 13600
Acier Grade 60
Acier t 0.12 38400 4608
Coffrage
Coffrage m2 18 1500 27000
Autres fournitures 10%
5023
Total Matériaux
50231
Imprévues 5%
3864
Mains-d’œuvres 20% - Profit 10%
23184
Total 77279

hhgps.2015@gmail.com [192]
V

Annexes et Bibliographie

193
Code source Matlab

function [] = Portique()
quitter=0 ;
while quitter==0
disp(’CALCUL DES PORTIQUES SOUS CHARGES VERTICALES-PROJET_HH.’)
disp(’HAUTEURS DES COLONNES : 4m-3m-3m-3m.’)
n=input(’Nombre de travées du portique :’) ;
travee=zeros(1,n) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les portées des travées.
aire=zeros(1,n) ; %Declaration du vecteur qui contiendra les aires tributaires des différentes travées.
l_poutrelles=ones(1,n) ;%Déclaration du vecteur qui contiendra les longueurs de poutrelles que supportent
les différentes travées.
noeud=zeros(1,4*(n+1)) ;%Déclaration du vecteur qui contiendra les données sur les positions des noeuds.
% C’est un vecteur à valeurs booleennes qui valent 1 pour les noeuds de rive et 0 sinon.
h_n=zeros(1,4*n+4) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les hauteurs des colonnes au nord des noeuds.

h_s=zeros(1,4*n+4) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les hauteurs des colonnes au sud des noeuds.

l_w=zeros(1,4*n+4) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les portées des travées fictives à l’ouest des
noeuds.
l_e=zeros(1,4*n+4) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les portées des travées fictives à l’est des
noeuds.
K_e=zeros(1,4*(n+1)) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les portées des travées fictives à l’ouest des
noeuds.
K_w=zeros(1,4*(n+1)) ;K_n=zeros(1,4*(n+1)) ;K_s=zeros(1,4*(n+1)) ;D=zeros(1,4*(n+1)) ;%Declaration
de paramètres définis par Caquot
M_e=zeros(1,4*(n+1)) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les moments à l’est des noeuds.
M_w=zeros(1,4*(n+1)) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les moments à l’ouest des noeuds.
M_n=zeros(1,4*(n+1)) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les moments au nord des noeuds.
M_s=zeros(1,4*(n+1)) ; %Déclaration du vecteur qui contiendra les moments au sud des noeuds.
%Affectation de valeurs aux variables.
for i=1 :n
travee(i)=input(sprintf(’\n Portée mesurée entre axes des appuis de la travée %d (m) :’,i)) ;
travee(i)=travee(i)-0.6 ;%Portées entre nus d’appuis.
aire(i)=input(sprintf(’Aire tributaire de la travée %d (m2) :’,i)) ;

1
l_poutrelles(i)=input(sprintf(’Longueur totale des poutrelles que porte la travée %d (m) :’,i)) ;
end

%On calcule les charges permanentes sur les différentes travées.


g=ones(1,n) ;%Vecteur ui contient les charges permanentes pour les differentes travees du portique.
for i=1 :n
g(i)=3.75*aire(i)/travee(i)+2.25*l_poutrelles(i)/travee(i)+7.5625+1.5*aire(i)/travee(i) ;
end
q_toit=1 ;q=5 ;% La surcharge d’exploitation est de 1kN/m2 pour le toit et 5kN/m2 ailleurs

%On remplit le vecteur "noeud" suivant la position des noeuds.


k=1 ; %On commence avec le noeud superieur gauche
while k<=4*(n+1)
noeud(k)=1 ;
k=k+n+1 ;%Il y a une périodicité de n+1 entre les noeuds sur une meme verticale.
end
k=1+n ;%On commence avec le noeud superieur droit
while k<=4*(n+1)
noeud(k)=1 ;
k=k+n+1 ;%De meme qu’ici, la périodicité.
end

%On détache les poteaux se trouvant au nord des noeuds.


for i=n+2 :2*n+2
h_n(i)=0.9*(3-0.7) ;%Les poteaux de l’avant-dernier plancher.
end
for i=2*n+3 :4*(n+1)
h_n(i)=0.8*(3-0.7) ;%Les autres poteaux.
end
%On détache les poteaux se trouvant au sud des noeuds.
for i=1 :4*(1+n)
if i<3*n+4
h_s(i)=0.8*(3-0.7) ;
else
h_s(i)=0.8*(4-0.35) ;
end
end
%On détache les longueurs à droite et/ou à gauche des noeuds
k=1 ; % 1er noeud de la première colonne.
while k<=4*(n+1)
l_e(k)=0.8*travee(1) ;
k=k+n+1 ;
end
k=1+n ;% 1er noeud de la dernière colonne.
while k<=4*(n+1)
l_e(k)=0 ;%pas de portee a l’est des noeuds de rive droite
l_w(k)=0.8*travee(n) ;
k=k+n+1 ;
end
% On gère les noeuds de rive.
k=1 ;%noeuds de rive gauche
while k<=4*(n+1)
if k==1
K_e(k)=0.01572083/l_e(k) ;
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
D(k)=K_e(k)+K_s(k)+K_w(k)+K_n(k) ;
else
K_e(k)=0.01572083/l_e(k) ;
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
K_n(k)=0.0108/h_n(k) ;
D(k)=K_e(k)+K_s(k)+K_n(k)+K_w(k) ;
end
k=k+n+1 ;
end
k=n+1 ;%noeuds de rive droite
while k<=4*(n+1)
if k==n+1
K_w(k)=0.01572083/l_w(k) ;
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
D(k)=K_w(k)+K_s(k)+K_e(k)+K_n(k) ;
else
K_w(k)=0.01572083/l_w(k) ;
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
K_n(k)=0.0108/h_n(k) ;
D(k)=K_w(k)+K_s(k)+K_n(k)+K_e(k) ;
end
k=k+n+1 ;
end

%On gère les noeuds voisins des noeuds de rive


k=2 ; %En premier lieu on gere les noeuds voisins des noeuds de rive gauche
while k<=2+3*(n+1)
if K_s(k-1)+K_n(k-1)>=1.5*K_e(k-1)
l_w(k)=0.8*travee(1) ;
else
l_w(k)=(1-(K_s(k-1)+K_n(k-1))/(7.5*K_e(k-1)))*travee(1) ;
end
K_w(k)=0.01572083/l_w(k) ;
if noeud(k+1)==0%n’est pas un noeud de rive
l_e(k)=0.8*travee(2) ;
else
if K_s(k+1)+K_n(k+1)>=1.5*K_w(k+1)
l_e(k)=0.8*travee(2) ;
else
l_e(k)=(1-(K_s(k+1)+K_n(k+1))/(7.5*K_w(k+1)))*travee(2) ;
end
end
K_e(k)=0.01572083/l_e(k) ;
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
if k==2
K_n(k)=0 ;
else
K_n(k)=0.0108/h_n(k) ;
end
D(k)=K_n(k)+K_s(k)+K_e(k)+K_w(k) ;
k=k+n+1 ;% On passe au noeud immediatement au-dessous par la periodicité.
end
k=n ;%On gere les noeuds voisins des noeuds de rive droite.
while k<=4*n+3
disp(’good’)
if K_s(k+1)+K_n(k+1)>=1.5*K_w(k+1)
l_e(k)=0.8*travee(n) ;
else
l_e(k)=(1-(K_s(k+1)+K_n(k+1))/(7.5*K_w(k+1)))*travee(n) ;
end
K_e(k)=0.01572083/l_e(k) ;
if noeud(k-1)==0%n’est pas un noeud de rive
l_w(k)=0.8*travee(n-1) ;
else
if K_s(k-1)+K_n(k-1)>=1.5*K_e(k-1)
l_w(k)=0.8*travee(n-1) ;
else
l_w(k)=(1-(K_s(k-1)+K_n(k-1))/(7.5*K_e(k-1)))*travee(n-1) ;
end
end
K_w(k)=0.01572083/l_w(k) ;
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
if k==n
K_n(k)=0 ;
else
K_n(k)=0.0108/h_n(k) ;
end
D(k)=K_n(k)+K_s(k)+K_e(k)+K_w(k) ;
k=k+1+n ;%On passe au noeud immediatement au-dessous.
end
%On gère maintenant les noeuds qui ne sont ni de rive ni voisins de tels noeuds.
k=3 ;
if n>3
while k<4*n+3
if noeud(k-1) =1 && noeud(k+1) =1
if k<n
l_w(k)=0.8*travee(k-1) ;
l_e(k)=0.8*travee(k) ;
else
l_w(k)=l_w(k-n-1) ;
l_e(k)=l_e(k-n-1) ;
end
K_w(k)=0.01572083/l_w(k) ;
K_e(k)=0.01572083/l_e(k) ;
end
if k<=n+1
K_n(k)=0 ;
else
K_n(k)=0.0108/h_n(k) ;
end
K_s(k)=0.0108/h_s(k) ;
D(k)=K_n(k)+K_s(k)+K_e(k)+K_w(k) ;
k=k+1 ;%On passe au noeud suivant.
end
end
A=zeros(4,n+1) ;
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=D(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(’D’)
disp(A)
disp(’Ke’)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=K_e(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)
disp(’Kw’)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=K_w(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)

disp(’Ks’)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=K_s(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)
disp(’Kn’)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=K_n(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)
disp(’Portées détachées à l’est :’)
disp(l_e)
disp(’Portées détachées à l’ouest :’)
disp(l_w)
disp(’Hauteurs détachées au sud :’)
disp(h_s)
disp(’Hauteurs détachée au nord :’)
disp(h_n)
%On fait le choix de la combinaison de charges de calcul
comb=input(’Choix de combinaisons : 1 pour combinaisons permanentes/2 pour combinaisons accidentel-
les’) ;
if comb==1
disp(’On est en combinaisons permanentes’)
c_g=1.35 ;
c_q=1.5 ;
else
disp(’On est en combinaisons accidentelles’)
c_g=1 ;
c_q=0.3 ;
end
%Declaration des vecteurs qui contiennent les charges aur les travees.
p_w=zeros(1,4*(n+1)) ; %..à l’ouest des noeuds
p_e=zeros(1,4*(n+1)) ; %...à l’est des noeuds.
for i=1 :4*n+3
if i<=n%Au toit, donc pas de revetement.
p_e(i)=c_g*(g(i)-c_q*aire(i)/travee(i))+c_q*q_toit*aire(i)/travee(i) ;
else
if noeud(i) =1 || noeud(i+1) =1
if i<2*(n+1)
j=1 ;
else
if i<3*(n+1)
j=2 ;
else
j=3 ;
end
end
p_e(i)=c_g*g(i-j*(n+1))+c_q*q*aire(i-j*(n+1))/travee(i-j*(n+1)) ;%Ailleurs, il y a revetement.
end
end
end
sprintf(’CHARGES RELATIVES AUX NOEUDS (ELU) :’)
disp(’Charges à l’est :’)
A=zeros(4,n+1) ;
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=p_e(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)

for i=2 :4*n+4


p_w(i)=p_e(i-1) ;
end
disp(’Charges à l’ouest :’)
A=zeros(4,n+1) ;
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=p_w(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)

%calculs des moments maximums aux noeuds


k=1 ;%noeuds de rive gauche
j=0 ;
while k<=4*(n+1)
if k<n
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
if k =1
M_n(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*K_n(k)/D(k) ;
end
M_e(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(1-K_e(k)/D(k)) ;
M_s(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(1-K_s(k)/D(k)) ;
k=k+n+1 ;
j=j+1 ;
end
k=n+1 ;%noeuds de rive droite
j=0 ;
while k<=4*(n+1)
if k<n
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
if k =n+1
M_n(k)=(p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_n(k)/D(k) ;
end
M_w(k)=(p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*(1-K_w(k)/D(k)) ;
M_s(k)=(p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*(1-K_s(k)/D(k)) ;
k=k+n+1 ;
j=j+1 ;
end
%noeuds voisins de noeuds de rive gauche
k=2 ;
while k<=4*(n+1)
if k<n
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
if k =2
M_n(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q-p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5-l_w(k)*
sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_n(k)/D(k) ;

end
M_s(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q-p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5-l_w(k)*
sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_s(k)/D(k) ;
M_e(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(1-K_e(k)/D(k))+(p_w(k)*
(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)* sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_e(k)/D(k) ;
M_w(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(K_w(k)/D(k))+(p_w(k)*
(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)* sigma(l_w(k))*c_q*Q)*(1-K_w(k)/D(k)) ;
k=k+1+n ;
end

%noeuds voisins de noeuds de rive droite


k=n ;
while k<=4*(n+1)
if k<n
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
if k =n
M_n(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q-p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5-l_w(k)*
sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_n(k)/D(k) ;

end
M_s(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q-p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5-l_w(k)*
sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_s(k)/D(k) ;
M_e(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(1-K_e(k)/D(k))+(p_w(k)*
(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_e(k)/D(k) ;
M_w(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(K_w(k)/D(k))+(p_w(k)*
(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*(1-K_w(k)/D(k)) ;
k=k+1+n ;
end

k=3 ;
while k<4*n+3
if noeud(k-1) =1 && noeud(k+1) =1%On a au moins trois travees de portique n>=3
if k>n+1% on n’est pas au toit
M_n(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q-p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5-l_w(k)*
sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_n(k)/D(k) ;
end
M_e(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*(1-K_e(k)/D(k))+(p_w(k)
(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_e(k)/D(k) ;
M_s(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q-p_w(k)*(l_w(k))ˆ2/8.5-l_w(k)*
sigma(l_w(k))*c_q*Q)*K_s(k)/D(k) ;
M_w(k)=(p_e(k)*(l_e(k))ˆ2/8.5+l_e(k)*sigma(l_e(k))*c_q*Q)*K_w(k)/D(k)+(p_w(k)*
(l_w(k))ˆ2/8.5+l_w(k)*sigma(l_w(k))*c_q*Q)*(1-K_w(k)/D(k)) ;

end
k=k+1 ;

end

sprintf(’** MOMENTS MAXIMUMS SUR APPUIS **’)


%Affichage des résultats trouvés
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=M_w(1,j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(’Moments à l’’ouest des noeuds :’)
disp(A)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=M_e(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(’Moments à l’’est des noeuds :’)
disp(A)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=M_n(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(’Moments au nord des noeuds :’)
disp(A)
for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=M_s(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(’Moments au sud des noeuds :’)
disp(A)
sprintf(’Moment maximum au nu d’’un appui :%.1f kNm’, max(max(M_e),max(M_w)))

disp(’**MOMENTS MAXIMAUX EN TRAVEES**’)


%chargement portik la
for k=1 :n%n’ap pase de yon travee a yon lot
p_w=zeros(1,4*(n+1)) ;
for i=2 :n+1
p_w(i)=c_g*(3.75*aire(i-1)/travee(i-1)+2.25*l_poutrelles(i-1)/travee(i-1)+7.5625) ;
for j=1 :3
p_w(i+j*(n+1))=p_w(i)+c_g*1.5*aire(i-1)/travee(i-1) ;
end
end
p_e=zeros(1,4*(n+1)) ;
for i=1 :4*n+3
p_e(i)=p_w(i+1) ;
end
%on charge les travees
sprintf(’%d-LES TRAVEES %d SONT SURCHARGEES’,k, k)
i=k ;j=1 ;
%au toit
if k==1
p_w(i)=0 ;
else
p_w(i)=c_g*(3.75*aire(i-1)/travee(i-1)+2.25*l_poutrelles(i-1)/travee(i-1)+7.5625) ;
end

if k==n
p_e(i+1)=0 ;
else
p_e(i+1)=c_g*(3.75*aire(i+1)/travee(i+1)+2.25*l_poutrelles(i+1)/travee(i+1)+7.5625) ;
end

p_e(i)=c_g*(3.75*aire(i)/travee(i)+2.25*l_poutrelles(i)/travee(i)+7.5625)+c_q*q_toit*aire(i)/travee(i) ;
p_w(i+1)=p_e(i) ;

%ailleurs
while j<=3
if p_w(i)==0
p_w(i+j*(n+1))=p_w(i) ;
else
p_w(i+j*(n+1))=p_w(i)+c_g*1.5*aire(i-1)/travee(i-1) ;
end

if p_e(i+1)==0
p_e(i+1+j*(n+1))=p_e(i+1) ;
else
p_e(i+1+j*(n+1))=p_e(i+1)+c_g*1.5*aire(i+1)/travee(i+1) ;
end
p_e(i+j*(n+1))=p_e(i)+c_g*1.5*aire(i)/travee(i)+c_q*(q-q_toit)*aire(i)/travee(i) ;
p_w(i+1+j*(n+1))=p_e(i+j*(n+1)) ;
j=j+1 ;
end

disp(’Charges à l’’est :’)


for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=p_e(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)

disp(’Charges à l’’ouest :’)


for i=1 :4
for j=1 :n+1
A(i,j)=p_w(j+(n+1)*(i-1)) ;
end
end
disp(A)

x=0 :0.1 :travee(k) ;%Vecteur qui contient les abscisses x


M1_max=zeros(1,4) ;%Vecteur qui contient les 4 moments maximaux au droit de l’essieu le plus proche
de l’appui de gauche pour les 4 travees.
M2_max=zeros(1,4) ;%Vecteur qui contient les 4 moments maximaux au droit de l’essieu le plus proche
de l’appui de droite pour les 4 travees.
M1_travee=zeros(1,length(x)) ;%Vecteur qui contient les M1(x), moments au droit de l’essieu le plus
proche de l’appui de gauche lorsqu’il est en x.
M2_travee=zeros(1,length(x)) ;%Vecteur qui contient les M2(x), moments au droit de l’essieu le plus
proche de l’appui de droite lorsqu’il est en x.
if k==1%premye travee, travee de rive
for j=0 :3 %n’ap pase de yon etaj a yon lot
if j==0
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
for l=1 :length(x)
M1_travee(l)=-0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)ˆ2+0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)
*travee(k)+c_q*Q*(x(l)*(1-x(l)/travee(k))+x(l)*(1-(x(l)+1.8)/travee(k)))-(1-x(l)/travee(k))
*(1-K_e(k+j*(n+1))/D(k+j*(n+1)))*(p_e(k+j*(n+1))*l_e(k+j*(n+1))ˆ2/8.5+
l_e(k+j*(n+1))*c_q*Q*(1/2.125)*((x(l)/l_e(k+j*(n+1)))*(1-x(l)/l_e(k+j*(n+1)))
*(2-x(l)/l_e(k+j*n+j))+((x(l)+1.8)/l_e(k+j*(n+1)))*(1-(x(l)+1.8)/l_e(k+j*(n+1)))
*(2-(x(l)+1.8)/l_e(k+j*(n+1)))))
-(x(l)/travee(k))*((K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*(p_e(k+1+j*(n+1))
*l_e(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5)+(1-K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*
(p_w(k+1+j*(n+1))*l_w(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5+l_w(k+1+j*(n+1))
*c_q*Q*(1/2.125)*((travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))
*(2-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))+((travee(k)-1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(1-(travee(k)-x(l)-1.8)/l_w(k+1+j*(n+1)))*(2-(travee(k)-1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1))))) ;
end
for l=1 :length(x)
M2_travee(l)=-0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)ˆ2+0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)
*travee(k)+c_q*Q*(x(l)*(1-x(l)/travee(k))+(x(l)-1.8)*(1-x(l)/travee(k)))-(1-x(l)/travee(k))
*(1-K_e(k+j*(n+1))/D(k+j*(n+1)))*(p_e(k+j*(n+1))*l_e(k+j*(n+1))ˆ2/8.5+l_e(k+j*(n+1))
*c_q*Q*(1/2.125)*((x(l)/l_e(k+j*(n+1)))*(1-x(l)/l_e(k+j*(n+1)))
*(2-x(l)/l_e(k+j*n+j))+((x(l)-1.8)/l_e(k+j*(n+1)))*
(1-(x(l)-1.8)/l_e(k+j*(n+1)))*(2-(x(l)-1.8)/l_e(k+j*(n+1)))))
-(x(l)/travee(k))*((K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*
(p_e(k+1+j*(n+1))*l_e(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5)+(1-K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))
*(p_w(k+1+j*(n+1))*l_w(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5+l_w(k+1+j*(n+1))*c_q*Q*(1/2.125)*
((travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(2-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))+((travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(1-(travee(k)-x(l)+1.8)/l_w(k+1+j*(n+1)))*(2-(travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1))))) ;
end
val1=0 ;
l=1 ;
%disp(M_travee) ;
while val1 =max(M1_travee)
val1=M1_travee(l) ;
l=l+1 ;
end
sprintf(’Le max au droit de l’’essieu le plus proche de l”appui de gauche se rencontre quand le
convoi a ses essieux aux abscisses %.1f m et %.1f m’,x(l-1), x(l-1)+1.8)
val2=0 ;
l=1 ;

while val2 =max(M2_travee)


val2=M2_travee(l) ;
l=l+1 ;

end
sprintf(’Le max au droit de l’’essieu le plus loin de l”appui de gauche se rencontre quand le convoi
a ses essieux aux abscisses %.1f m et %.1f m’,x(l-1), x(l-1)-1.8)

M1_max(j+1)=max(M1_travee) ;
M2_max(j+1)=max(M2_travee) ;
%l’ap kenbe max pou chak iteration sou j
end
sprintf(’Le moment max au droit de l’’essieu le plus proche de l”appui de gauche dans les travees %d
est de %0.1f kNm’,k,max(M1_max))
sprintf(’Le moment max au droit de l’’essieu le plus loin de l”appui de gauche dans les travees %d
est de %0.1f kNm’,k,max(M2_max))
elseif k==n
for j=0 :3 %n’ap pase de yon etaj a yon lot
sprintf(’%d’,j) ;

if j==0
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
for l=1 :length(x)
M1_travee(l)=-0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)ˆ2+0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)*travee(k)+c_q*Q*(x(l)
*(1-x(l)/travee(k))+x(l)*(1-(x(l)+1.8)/travee(k)))-(1-x(l)/travee(k))*[(K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))*
(p_w(k+j*n+j)*l_w(k+j*n+j)ˆ2/8.5)+(1-K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))*(p_e(k+j*n+j)*
l_e(k+j*n+j)ˆ2/8.5+l_e(k+j*n+j)*c_q*Q*(1/2.125)*((x(l)/(l_e(k+j*n+j)))*(1-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))
*(2-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))+((x(l)+1.8)/(l_e(k+j*n+j)))*(1-((x(l)+1.8)/(l_e(k+j*n+j))))
*(2-((x(l)+1.8)/(l_e(k+j*n+j))))))]
-(x(l)/travee(k))*(1-K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*(p_w(k+1+j*(n+1))*l_w(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5+
l_w(k+1+j*(n+1)) *c_q*Q*(1/2.125)*((travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))
*(2-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))+((travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l)-1.8)/l_w(k+1+j*
(n+1)))*(2-(travee(k)-1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))) ;
end
for l=1 :length(x)
M2_travee(l)=-0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)ˆ2+0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)
*travee(k)+c_q*Q*(x(l)*(1-x(l)/travee(k))+x(l)*(1-(x(l)+1.8)/travee(k)))-(1-x(l)/travee(k))
*[(K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))*(p_w(k+j*n+j)*l_w(k+j*n+j)ˆ2/8.5)+(1-K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))
*(p_e(k+j*n+j)*l_e(k+j*n+j)ˆ2/8.5+l_e(k+j*n+j)*c_q*Q*(1/2.125)*((x(l)/(l_e(k+j*n+j)))
*(1-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))*(2-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))+((x(l)-1.8)/(l_e(k+j*n+j)))
*(1-((x(l)-1.8)/(l_e(k+j*n+j))))*(2-((x(l)-1.8)/(l_e(k+j*n+j))))))]
-(x(l)/travee(k))*(1-K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*(p_w(k+1+j*(n+1))
*l_w(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5+l_w(k+1+j*(n+1))*c_q*Q*(1/2.125)*
((travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(2-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))+((travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(1-(travee(k)-x(l)+1.8)/l_w(k+1+j*(n+1)))*(2-(travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))) ;
end
val=0 ;
l=1 ;
while val =max(M1_travee)
val=M1_travee(l) ;
l=l+1 ;
end
sprintf(’Le max au droit de l’’essieu le plus proche de l”appui de gauche se rencontre quand le
convoi a ses essieux aux abscisses %.1f m et %.1f m’,x(l-1), x(l-1)+1.8)
val2=0 ;
l=1 ;

while val2 =max(M2_travee)


val2=M2_travee(l) ;
l=l+1 ;
end
sprintf(’Le max au droit de l’’essieu le plus loin de l”appui de gauche se rencontre quand le convoi
a ses essieux aux abscisses %.1f m et %.1f m’,x(l-1), x(l-1)-1.8)
M1_max(j+1)=max(M1_travee) ;
M2_max(j+1)=max(M2_travee) ;
%l’ap kenbe max pou chak iteration sou j
end
sprintf(’Le moment max au droit de l’’essieu le plus proche de l”appui de gauche dans les travees %d
est de %0.1f kNm’,k,max(M1_max))
sprintf(’Le moment max au droit de l’’essieu le plus loin de l”appui de gauche dans les travees %d
est de %0.1f kNm’,k,max(M2_max))
else
for j=0 :3 %n’ap pase de yon etaj a yon lot
sprintf(’%d’,j) ;

if j==0
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
for l=1 :length(x)
M1_travee(l)=-0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)ˆ2+0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)
*travee(k)+c_q*Q*(x(l)*(1-x(l)/travee(k))+x(l)*(1-(x(l)+1.8)/travee(k)))-(1-x(l)/travee(k))
*[(K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))*(p_w(k+j*n+j)*l_w(k+j*n+j)ˆ2/8.5)+(1-K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))
*(p_e(k+j*n+j)*l_e(k+j*n+j)ˆ2/8.5+l_e(k+j*n+j)*c_q*Q*(1/2.125)*
((x(l)/(l_e(k+j*n+j)))*(1-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))*(2-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))+((x(l)+1.8)/(l_e(k+j*n+j)))
*(1-((x(l)+1.8)/(l_e(k+j*n+j))))*(2-((x(l)+1.8)/(l_e(k+j*n+j))))))]
-(x(l)/travee(k))*((1-K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*(p_w(k+1+j*(n+1))
*l_w(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5+l_w(k+1+j*(n+1))*c_q*Q*(1/2.125)*
((travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(2-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))+((travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(1-(travee(k)-x(l)-1.8)/l_w(k+1+j*(n+1)))*(2-(travee(k)-1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1))))
+(K_w(k+1+j*n+j)/D(k+1+j*n+j))*p_e(k+1+j*n+j)*l_e(k+1+j*n+j)ˆ2/8.5) ;
end
for l=1 :length(x)
M2_travee(l)=-0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)ˆ2+0.5*p_e(k+j*(n+1))*x(l)
*travee(k)+c_q*Q*(x(l)*(1-x(l)/travee(k))+x(l)*(1-(x(l)+1.8)/travee(k)))-(1-x(l)/travee(k))
*[(K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))*(p_w(k+j*n+j)*l_w(k+j*n+j)ˆ2/8.5)+(1-K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))
*(p_e(k+j*n+j)*l_e(k+j*n+j)ˆ2/8.5+l_e(k+j*n+j)*c_q*Q*(1/2.125)*
((x(l)/(l_e(k+j*n+j)))*(1-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))*(2-x(l)/(l_e(k+j*n+j)))+((x(l)-1.8)/(l_e(k+j*n+j)))
*(1-((x(l)-1.8)/(l_e(k+j*n+j))))*(2-((x(l)-1.8)/(l_e(k+j*n+j))))))]
-(x(l)/travee(k))*((1-K_w(k+1+j*(n+1))/D(k+1+j*(n+1)))*(p_w(k+1+j*(n+1))
*l_w(k+1+j*(n+1))ˆ2/8.5+l_w(k+1+j*(n+1))*c_q*Q*(1/2.125)*
((travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*(1-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(2-(travee(k)-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))+((travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1)))*
(1-(travee(k)-x(l)+1.8)/l_w(k+1+j*(n+1)))*(2-(travee(k)+1.8-x(l))/l_w(k+1+j*(n+1))))
+(K_w(k+1+j*n+j)/D(k+1+j*n+j))*p_e(k+1+j*n+j)*l_e(k+1+j*n+j)ˆ2/8.5) ;
end
val=0 ;
l=1 ;
% disp(M_travee) ;
while val =max(M1_travee)
val=M1_travee(l) ;
l=l+1 ;
end
sprintf(’Le max au droit de l’’essieu le plus proche de l”appui de gauche se rencontre quand le
convoi a ses essieux aux abscisses %.1f m et %.1f m’,x(l-1), x(l-1)+1.8)
val2=0 ;
l=1 ;

while val2 =max(M2_travee)


val2=M2_travee(l) ;
l=l+1 ;
end
sprintf(’Le max au droit de l’’essieu le plus loin de l”appui de gauche se rencontre quand le convoi
a ses essieux aux abscisses %.1f m et %.1f m’,x(l-1), x(l-1)-1.8)
M1_max(j+1)=max(M1_travee) ;
M2_max(j+1)=max(M2_travee) ;
%l’ap kenbe max pou chak iteration sou j

end
sprintf(’Le moment max au droit de l’’essieu le plus proche de l”appui de gauche dans les travees %d
est de %0.1f kNm’,k,max(M1_max))
sprintf(’Le moment max au droit de l’’essieu le plus loin de l”appui de gauche dans les travees %d
est de %0.1f kNm’,k,max(M2_max))

end
end

%Effort tranchant
disp(’EFFORT TRANCHANT MAXIMUM (ELU)’)
for k=1 :n%n’ap pase de yon travee a yon lot
p_w=zeros(1,4*(n+1)) ;
for i=2 :n+1
p_w(i)=c_g*(3.75*aire(i-1)/travee(i-1)+2.25*l_poutrelles(i-1)/travee(i-1)+7.5625) ;
for j=1 :3
p_w(i+j*(n+1))=p_w(i)+c_g*1.5*aire(i-1)/travee(i-1) ;
end
end
p_e=zeros(1,4*(n+1)) ;
for i=1 :4*n+3
p_e(i)=p_w(i+1) ;
end
%on charge les travees
sprintf(’%d-LES TRAVEES %d SONT SURCHARGEES’,k, k)
i=k ;j=1 ;
%au toit
if k==1
p_w(i)=0 ;
else
p_w(i)=c_g*(3.75*aire(i-1)/travee(i-1)+2.25*l_poutrelles(i-1)/travee(i-1)+7.5625) ;
end

if k==n
p_e(i+1)=0 ;
else
p_e(i+1)=c_g*(3.75*aire(i+1)/travee(i+1)+2.25*l_poutrelles(i+1)/travee(i+1)+7.5625) ;
end

p_e(i)=c_g*(3.75*aire(i)/travee(i)+2.25*l_poutrelles(i)/travee(i)+7.5625)+c_q*q_toit*aire(i)/travee(i) ;
p_w(i+1)=p_e(i) ;

%ailleurs
while j<=3
if p_w(i)==0
p_w(i+j*(n+1))=p_w(i) ;
else
p_w(i+j*(n+1))=p_w(i)+c_g*1.5*aire(i-1)/travee(i-1) ;
end
if p_e(i+1)==0
p_e(i+1+j*(n+1))=p_e(i+1) ;
else
p_e(i+1+j*(n+1))=p_e(i+1)+c_g*1.5*aire(i+1)/travee(i+1) ;
end
p_e(i+j*(n+1))=p_e(i)+c_g*1.5*aire(i)/travee(i)+c_q*(q-q_toit)*aire(i)/travee(i) ;
p_w(i+1+j*(n+1))=p_e(i+j*(n+1)) ;
j=j+1 ;
end

T_max=zeros(4,n+1) ;
%Effort tranchant
for k=1 :n
if j==0
Q=10 ;
else
Q=45 ;
end
for j=0 :3
T_max(j+1,k)= 0.5*p_e(k+j*(n+1))*l_e(k+j*n+j)+c_q*Q*(2-1.8/l_e(k+j*n+j))+(1/l_e(k+j*n+j))
*((K_w(k+1+j*n+j)/D(k+1+j*n+j)*(p_e(k+1+j*n+j)*l_e(k+1+j*n+j)ˆ2/8.5)+
(1-K_w(k+1+j*n+j)/D(k+1+j*n+j))*(p_w(k+1+j*n+j)*l_w(k+1+j*n+j)ˆ2/8.5+l_w(k+1+j*n+j)
*c_q*Q*1/2.125*(((l_w(k+1+j*n+j)-1.8)/l_w(k+1+j*n+j))*(1-((l_w(k+1+j*n+j)-1.8)/l_w(k+1+j*n+j)))
*(2-((l_w(k+1+j*n+j)-1.8)/l_w(k+1+j*n+j))))))-((1-K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))
*(p_e(k+j*n+j)*l_e(k+j*n+j)ˆ2/8.5+l_e(k+j*n+j)*c_q*Q*1/2.125*(1.8/l_e(k+j*n+j))
*(1-1.8/l_e(k+j*n+j))*(2-1.8/l_e(k+j*n+j)))+(K_e(k+j*n+j)/D(k+j*n+j))
*(p_w(k+j*n+j)*l_w(k+j*n+j)ˆ2/8.5))) ;

end
end
disp(T_max)
sprintf(’L’’effort tranchant maximum à l”ELU est de %.1f kN’,max(max(T_max)))

end
%Le chargement est géré

quitter=input(’Relancer le programme ? : 1 si non et 0 si oui.’) ;


end
function [k]=sigma(l)
x=0 :0.1 :l ;
A=zeros(1,length(x)) ;
for j=1 :length(x)
if x(j)+1.8<=l
A(j)=(1/2.125)*((x(j)/l)*(1-x(j)/l)*(2-x(j)/l)+(1-(x(j)+1.8)/l)*(2-(x(j)+1.8)/l)*((x(j)+1.8)/l)) ;
Bibliographie

[1] Guichard Beaulieu. Note de cours de béton armé. FDS.


[2] Francis Elien. Note de cours de structures. FDS.
[3] Yves Fritz Joseph. Note de cours de fondations. FDS.
[4] Normes françaises. Eurocodes 1, 2, 7 et 8.
[5] André Plumier. Conception parasismique dans le contexte de l"Eurocode 8. ULG, 2011.
[6] Jean-Marie Paillé. Calcul des structures en béton. AFNOR et Eyrolles, 2009.
[7] Jean Roux. Pratique de l’eurocode 2. AFNOR et Eyrolles, 2009.
[8] Ronan Nicot. Béton armé / Application de l’Eurocode 2.
[9] Jean Roux. Maîtrise de l’eurocode 2. AFNOR et Eyrolles, 2009.
[10] I. Smith P. Lestuzzi. Dynamique des structures.
[11] Henry Thonier. Conception et calcul des structures de batiment (Tome 1 à 4). Presses de l’ENPC,
1993.

211

Vous aimerez peut-être aussi