Vous êtes sur la page 1sur 1

Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel

Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel Un roman qui nous emmène dans un univers complètement décalé.

Un roman qui nous emmène dans un univers complètement décalé.

Nous nous retrouvons projetés au milieu de noms d’auteurs, de personnages historiques, mythologiques, d’acteurs, de réalisateurs, et il faudrait posséder une culture aussi grande que celle du personnage principal Jean pour tous les connaître. Lui, il ne vit que pour ces noms, il n’a plus ni famille ni amis, il vit seul. Enfin… seul ? Il est entouré de ses films dans lesquels il cherche le fameux « daim blanc » et de son scénario the Great Melville. Toute l’histoire vient finalement de ce scénario. C’est lui qui l’a emmené à vivre réellement, à sortir d’Apocalype now, pour rencontrer quelqu’un qui (enfin) voudrait bien adapter la vie de l’écrivain de Moby Dick à l’écran. Malgré un chapitre sur les besoins du chien de son voisin et des scènes d’amour très crues, le style reste poétique et notre écrivain en perdition rencontre enfin son idole Michael Cimino. Nous voyons l’évolution du personnage au fil de ses pensées qui occupent la majeure partie de roman et de ses rencontres. Yannick Haenel nous propose de nous enrichir d’une culture cinématographique et littéraire mais manque parfois de nous expliquer certains détails qui faciliteraient la compréhension du livre. Qui sont vraiment les deux moustachus ? Où est Sabbat ? Le fil du roman est déconcertant, presque inexistant et nous empêche de rester entièrement dans l’intrigue.

Manon L.