Vous êtes sur la page 1sur 2

PARTIE 3 : ACIDES ET BASES CHAPITRE 9 (CHIMIE) : DOSAGES PAR ÉTALONNAGE

I. PRINCIPE DES DOSAGES PAR ÉTALONNAGE

1. Défniton

TS

Le dosage par étalonnage consiste à comparer une propriété physique d’un échantllon à la même propriété physique pour une gamme d’étalons.

La gamme d’étalons est consttuée de plusieurs solutons de concentratons c i connues de l’espèce à doser. Les solutons sont alors appelées solutons étalons.

2. Créaton de la courbe d’étalonnage

Lors d’un dosage par étalonnage, la technique utlisée et la grandeur physique mesurée dépendent de l’espèce chimique à doser. Mais cete grandeur physique est toujours liée mathématquement à la concentraton de l’espèce chimique à doser.

Propriété utlisée de l’espèce à doser

Elle conduit le courant

Elle absorbe la lumière

Technique envisagée

Conductmétrie

Spectrophotométrie

Grandeur physique mesurée

Conductvité σ

Absorbance A

Courbe à tracer

σ = f(c)

A = f(c)

Le nuage de points (c ; σ) ou (c ; A) peut être modélisé par une courbe d’étalonnage. Dans le cadre des solutons diluées, pour un dosage conductmétrique comme spectrophotométrique, la courbe d’étalonnage est une droite passant par l’origine du repère.

3. Déterminaton de la concentraton inconnue

Pour déterminer la concentraton inconnue c 0 , on mesure l’absorbance ou la conductvité de la soluton à doser, puis on utlise la courbe d’étalonnage pour trouver c 0 , par calcul (si on dispose de l’équaton de la droite d’étalonnage) ou par lecture graphique.

de la droite d’étalonnage) ou par lecture graphique. II. D OSAGES SPECTROPHOTOMÉTRIQUES Cete technique de dosage

II. DOSAGES SPECTROPHOTOMÉTRIQUES

Cete technique de dosage a été étudiée en Première S.

D’après la loi de Beer-Lambert, l’absorbance A de la soluton est proportonnelle

à la longueur ℓ de la soluton traversée par la lumière et à la concentraton molaire c de

cete soluton :

Le coefcient de proportonnalité ε λ (appelé coefcient d’extncton molaire) dépend de la nature de la soluton et de la longueur d’onde de la lumière. Il s’exprime en L.mol -1 .cm -1 .

A = ε λ .ℓ.c

III. DOSAGES CONDUCTIMÉTRIQUES

1. Conductvité d’une soluton

Une soluton ionique (électrolytque) est une soluton qui conduit le courant électrique. Le passage de ce courant est dû au déplacement des ions :

les catons, ions positfs, dans le même sens que le courant dans le reste du circuit ;

les anions, ions négatfs, dans le sens des électrons du reste du circuit.

La conductvité σ d’une soluton est une grandeur qui représente la capacité de cete soluton à conduire le courant électrique. Elle s’exprime en siemens par mètre (S.m -1 ). Plus la soluton conduit le courant, plus la conductvité de la soluton est élevée. On mesure la conductvité d’une soluton grâce à un conductmètre relié à une cellule de conductmétrie (après étalonnage du conductmètre).

2. Relaton entre la conductvité et la concentraton

La conductvité σ d’une soluton dépend de la nature et des concentratons [X i ] des ions

X i présents dans la soluton :

σ = Σ λ i [ X i ]

(loi de Kohlrausch), où

σ est la conductvité de la soluton (en S.m -1 ) ;

λ i est la conductvité molaire ionique de l’ion X i (en S.m 2 .mol -1 , caractéristque de l’ion X i , dépendant aussi de la température) ;

[X i ] est la concentraton molaire de l’ion X i (en mol.m -3 ).

Remarques :

λ i dépend de la nature de l’ion X i et de la température de la soluton ;

les valeurs de λ i des ions oxonium et hydroxyde sont netement supérieures à celles des autres ions ;

cete relaton n’est valable que pour les solutons diluées (concentratons < 10 -2 mol.L -1 ).

Chapitre 9 – Dosages par étalonnage

Page 1 / 2

Exemples :

Pour les deux solutons suivantes, déterminer l’équaton de dissoluton du soluté dans l’eau, l’expression des concentratons des diférents ions en foncton de la concentraton en soluté apporté c, et enfn l’expression de la conductvité de la soluton en foncton de c.

1. Soluton d’hydroxyde de sodium, fabriquée à partr de soude solide NaOH (s) .

2. Soluton d’acide sulfurique, fabriquée à partr d’acide sulfurique liquide pur H 2 SO 4 () .

1. Soit une soluton d’hydroxyde de sodium, de concentraton en soluté apporté c ,

fabriquée à partr de soude solide NaOH (s) . L’équaton de dissoluton de la soude dans l’eau est la suivante : NaOH (s) → Na + (aq) + HO - (aq) Les concentratons en ions valent [Na + ] = [HO - ] = c.

Ainsi, la conductvité de la soluton s’écrit :

σ = λ Na + [ Na + ]+ λ HO - [ HO - ]= ( λ Na + + λ HO - ) .c

.

2. Soit une soluton d’acide sulfurique, de concentraton en soluté apporté c , fabriquée à partr d’acide sulfurique liquide pur H 2 SO 4 () . L’équaton de dissoluton de l’acide sulfurique dans l’eau est la suivante :

H 2 SO 4 (ℓ) + 2

H 2 O (ℓ) → 2 H 3 O + (aq) + SO 4 2- (aq)

Les concentratons en ions valent alors [SO 4 2- ] = c et [H 3 O + ] = 2.c .

Ainsi, la conductvité de la soluton s’écrit :

σ = λ H 3 O + [ H 3 O + ] + λ SO 2- 4 [ SO 2- ]= ( 2 × λ H 3 O + + λ SO 2- 4 ) .c

4

.

Ainsi, la conductvité de la soluton est proportonnelle à la concentraton de la soluton.

Remarque : cete loi est analogue à la loi de Beer-Lambert, qui indique que l’absorbance de la soluton est proportonnelle à la concentraton de la soluton.

Applicaton : 6, 7 P 478