Vous êtes sur la page 1sur 7
formalise des esertions els que: toute propiétest aie Fau moins un objec [VP 4x PCo] silent une propriste ‘gu west rate deren ou un ensemble vide [negation da brécédent: JP Vx" PCa]. On y compose le predict: = Sslunancetred'un individu ou ancestral dea VK (IK(a) 0 V2 Vy (K(x) 4 RQ.) * KO))* KO), spparticat A toute class laquelle apparent, close relatvemeat alu elation parent. Frege, ullsint ce Schema avec pour Rla elation susceseur, caraetrsait N comme Fancestral de 0 elativement 4 R Eacompacit empéche certainesproprités tre expr- imables, par suite de Timpossbitt de spare Jef di ‘dénomibrablement infin au moyen de formules du premier fondre Exemples 1 lecaractre inn gegral (e premier fotdre ne peut caractérser que des cardinaux fins Sos) 2/ lanoton:laplupartdesasoatb. Ele deviennentexpi- ‘mablesen second ordre en convenant: pour I, que Fest fin sitoute relation aire sur Best bien fondce, cubien que toute fonction injective de E dans E est surjective fC FEB > Dx Vol) =f0) rx= 3) Wy 3 (= {)} spour2/, quileniste unecorrespondancebunivaque dea "bavce tn sous-ensemble de a m5, mais aveune un Sousensembledea~ baveca © benef sila plop des Sontb, iy a plus objets qu sont et b que objets qut Sonta'et non). La compacité ne wut done pas pout le second one, TInialemeat Zermelo rédigea en second ordre les axiomes ensemblistes que Skolem tansforma plus tard en schémas. Grice a ln quantication sur des Drédiats et des fonctions, on peut résrire les énon- is que La theorie des ensembles formule en termes ec et de variables de cases. Axiome de fondation VP (3x Pay» 3 x{PG) 0 Vy RO. 2) > POM, Ta relation R ext bien fonds relatvement& un ensemble de propricés non vides 8 chacune dele (P) a um Sl tment Remiaimal (Gans anleesdent par R). — Les Niomes ‘des bons ordres Sobtennent en ajoutant - Faxiome ci-dessus aux axiomes des ordres lingires. Le principe de comprehension naif VP 3 V3 (x0) “ PO)] (toute propnste determine un ensemble) fot ‘forme en axiome. de sdparation qui dans. tout cnsemble w donne, met & part les éemeats qui satisfont tne propre P: VP Vu x Vy Grex +p eur PO) x non hibre dans P. La proprieté P devait etre dine Weyl (1910) commenga par proposer de dire qu'une proprité est dine elle ext oblenie par un nombre Jini applications Soptrations propostonnels, de ‘quantifiation existent, et de substitution d'une cons- tante, Ne parvenant pas & expliguet fn sans recouir au concept de nombre naturel, Weyl (1918) donne raison & Poincaré contre Dedekind ct Zermlo (Le Contin, 1918, tad rang). Lisdentté devient definable © Wx Wy [YP (PCs) Po) x= 9 ‘Lesaxiomes de Peano langage = (, 0)s"noncent Wx S) 0, Way (6G) = $0) x= YP [P(0) Vx (Pla) > PUS(a))** Vx PCO En premier ordre Taxiome induction est remplacé par tun sehéma, tndis que + et font Fabjet de stipulations supplementaires(dfinitions rcursives de + et de) x+0=8, x +80)=S6+ 9); axes, sxsi)e (x5 LLaccroissement em pouvoir expression par apport au premier ordre se margue au fit que arihmetque du Second ordre est cateporique : Lowenkcim-Skolem ne ‘aut done pas pour le second ordre ‘Lacatégoncté mangue en premier ordre parce que ren ‘impose au schéma dinducton de Sappliquer& tous les fournsembles du domaine de base des Mode Le-8 toutes les propités deniers. Atendu qu'on ne peut pas define N come la loture de objet esine la constante of formelle 0 (zo), relativement a relation assignde au symbole de fonction S successes) un model des axioms pourra conten autes enters que les enters standard {L Henkin, Complete en théorse des types, tra. fang. Logique maihematigue. Texts) Tenet ana parce que ‘vertu dela compact, des models de ce gene ne peuvent pas ue exlus.Iaveremen, la demonstration dela eat ‘oritéreusit en second ordre price la propre des ensembles N des modes de Varithmétique. du second fordre ttre la elotore minimale de 0 relativement a enctionattsbute comme dénotation)S. istoriquement la non-catégorsté des systémes defor ‘mules du premier ordre derive de Loven Skolem des fxiomes de cette epee qui ont an modeleinfii oat un ‘mode de cardnalte ini égale ou supérieur, partant ne sont pas catégorques. SKolem en déduisit fe relate ‘sme (lenon-dénombrableestreatif aux models, ov bien acoreest une ition). La compact intervient danse pi hhoméne. Quand on ajoute au langage de la théore com: plite Th(W) du modéle canonique des axiomes de Peano, tne constant kavee une infinite de conltionsk >, pou chaque m €N, chague T,=TMA)U {K>n| n Mp Ie sta st posible (aiome de possbli):(@) Lp > pI eesaement ries vei axome de neti) ‘Un cael mel smet ome les satiation, le ‘mods ponent a neesstaton 's! Aes valde (autloge ‘uformule prourabe) alors LA est vad (ou proweb) Les paradone que Lewis voula furs reprodusent Ueeap) >a Upav ah LeU), Usp +p) ip. ‘Leste qi comporte ce formules parm ses vais stuppale T, De T on oben Te system Sten soutant (lip Lip. De St on obient Spur adonction Se) Mp + LMp. La rciprogue est evidente quand 0 16 admet que Lp +p, done: (9) Mp + LMp :le posible est Inécessniement possible. On oblient encore facilement Ip »> Ml, lentcessaize est posiblement nese. Tip = Lp, Mp MMp, Mp“ LMp, Lp => Mip sont des lide eduction perinettant de réduite les moda lig terées “une suite de deux opérateurs modaux consé- cutie équivaut au deraie- Uae formule est du premier ‘Segre quand elle ne conteat pus demboitement de moda- ltée (aucune modabte ne figure dans le scope dune modalit). Par les moyens de'SS, i est toujours possible ‘deri les formals au premier degre De (I) et de (8), par transvité, on déduit (p+ LMp, sxiome de Brouwer. La logique modale tal le demic sou da gtometrehollandass. Le principe ‘que la verte impligue Ia noa-contrediction (p > p) Deut se rendre pa I Toi (6) quand on explicte, comme le Taisait souvent Brouwer, > par «pest imposible», ou par «cp implique contradiction». Daprés (6) ea termes ‘Se modaits, la non-contradicton intutionisteéquivaut ‘ay nbeeseaitement possible plutSt quay possible ©. Becker a appel systtme brouweren fe systéme modal ‘obtenu dajouter (6) & (12), 2. Lintrprtation de Ia nfoesité par la prowvabi- ind « Nésesairement nécesaire », « possblmeat neces: saife»,« posiblement possible» ne se rencontreat pas fr langage usuel estan sir de savoir de quot on parle? ‘On ne jurerait pas que ees locations nant aucune place fen scence, depuis que la physique exhibe ds relations fecesnrement ineetaines, D'autte pat « démontable- ment demontrable», redondant ep. apparence, nest pas tevial (CC la métamathematique hilberenne, et ‘Cdémontrablement indémontrable» n'est pas vide ‘Godel avait indigue une interpetation du eal pro- positon! intutionste dans S¢ dont Tepérateur Lp est Fendu par «p est prouvable», cette notion sigiint a ‘Semontrabiilé par des moyens corrects (Fine Interpret tion ds intiionstachen Aussagenkalkll, 1933, CW, 1, 1. 300. Il montrait le chemin de Vinterprétation de L par Fa prourabie Ssque dans es années 1960 on sit tenté de coir que les lis modales peuvent au mieux benficier Pune vic semblance ou du dfaut de contre-exemples evident. La Aiversté des systtmes reléterat absence de concepts Uunivogues du néeestie et du possible y aurait'un reméde nature sion etait Ia main sor une interpreta tion interesante des principales lois des modaites, on Sabilsrat ces notions fuyantes, on « attrapeait le fan- {me ». Linterpretation que Weyl cherchait (The Ghost ‘of Modality, 1940, Recut! Wey) les lgicien Vont tro ‘ee dans les propridis dela demontea pete par prouvabl, et M par consistant. « La connexion nie fa Jopgue dela prouvabiité et les sysémesformele 4 plong a logique modale dans le courant, » 'G compore les axiomes suivants a) toutes es tauto- logis; 6) esénonetsdelaforme L(A ~B) {LA > LB, axiome de disinbution;c) L(LA™ A)» LA, axiome de Lb. NiLp ~ p.ni Mip ~ p)nesontdesthéorémes. Dans Faritmétique formelle de Peano PA, L sinter pre pr le prédiat de prouvabiit Pv, qui ext anithme- tigue (et méme re). SIX" désgne le numéral (nombre formel) qui représente Je nombre-code d'un énonee X ‘Fun systeme formel S, Prv (X) se lit: Ténonce de fombre-code °X" est prounable dans S. is X indique que Xest un théortme de. Pro satis les conditon de drivable (i) Sit X, slows Pev (9 ; (i) — Pev COX V9) [ev CX) +Prv (YI; (i) — Pov CX) Pev (Pee CXY), roprité de stabilit Gide! (1934, §7, CHV, I, 362-363) Pavaitndiqu on peut obtenir par ds moyens formes ls énonctsineid ‘bles qu'il consrusit par des moyens métamathématgues Te théoréme central de la logque de la prouvabilté et 7” ‘alu du point fine: i toutes les occurences del ttre p ans A Tigurent dans Je scope d'un Ly i existe un ‘oneé D qui ae content que le letres de A.A exception ‘dep et te que Lip = A) «* Lip =» Dp. Ce théoreme permet de montrer qu des énoneés drits comme équi- Salents 4 fer satisfaction du proieat de prouvablite OC" Prv CX), done deinis autor eferenielloment, 6 alent 4 des énonots sans auorference (X es un point fixe de Prv (0) Exemple- L'énonce equivalent dans PA 4 Tasertion de st propre indémontabiité équivaut & assertion que PA est consistant XeoPy(X) Xe 4Prvly)) Le membre de droite ne content plus de terme auto- ‘elect ‘Derivation du premier thforéme de Gadel. Un point ie "Pr (x) dane PA et un Enonetindécidable En ele apis} Yer Pro CY), si Yo alors — > Prv CY, tt dautee par, Saprés (3,31 ¥, alors rv CY) ‘ontradicton,danenons— Yet Pry (est faux. 'Y nest pas refutable, ae 9 Y, apres Péquiva- lenge cidesus, } Prv CY"), qui est fa, conclusion impossible puisque PA ext supposé correct. Te second theoreme de Goda! sablent presque directe- ‘ment de interpretation de Taxiome de Lab dans PA Pro [(Prv CA)» AY)» Prv CA). SiTondefintlaconsi- tance de PA para condition non‘ fet si Ténonce exp tant Ia consstance de PA est >Prv (7), fe second fhdortme dit ques) non— alors nom+——\Prv (/', tenons Prv(f))-+f Or, sij~ Prv (F)—f slorsi— f ‘tune instanced axiomede Lobeommertgled inference 3, Bn slmantique enemblise une structure de modes stn Suple= iy K, Roi Kest un ensemble d'univers possible, ws un cgmentdstingué de K (Funivers ali), Rune relation entre elements de K appelde accesible (Kripke) ou alternative (inti). Pour des iments ‘tir de K, Rw, s)exprime qu west posible relative= tent wi, e-cequiest vrai en Ws est concevableen ” Une structure $= <1, K,R> ant doanée, un mode dune formule est une assignation ¢ qui attrbue tne valeur de vénté 4 chaque formule atomique dans ‘chague univers w de K, Done 6 et une fonction o( et les conditions de vente des formules (atomiques ot on) sont es ~ uA, ima (4A, AB, (8, ~ HAW) A,B, LA, w)=1 i 9A, w) = 1 el qe sit wt ve Rox), A) ou bin sil existe w tet ‘Aes valde si HA, i) = 1 pour toute assignation § Sur une structure wt, K, > Cate sémantique de type forcing a'apporte aucune lanté métaphysique touchant la ature dela nécessit 5 tlle développe en langage de. semantique casembliste Fimage libnzienne du nécesaire comme le vrai dane Jn situation présente ainsi que dane toutes sce sarantesprésentement concevabes. Quel rapport ees ‘aantes entretennent-cles ? Sot un Gat de choses A ot lune éventualitéB (an dat de choses B) et possible. Lor- fue B est alse, de nouvelles vistalits peuvent se Ascouvrr,absentes ou cachées en A. Siem est ain la Possiblité relative nest pas transitive, Lid neuve est ‘Fexpitr la possbiite flaive par une elation dascee- Siilté R dont on varie les prope formeles Un second sujet dite est a correspondance ents les axioms da base de T, 54 SS respetivement es pro- priésformelles de Ren effet (1) est rat dans une Structure de Kripke exactement sR ext eflerve (3), en80- lement si Rest rflenive et transitive (2), exactement st R ‘stune elation d'équvalece; (3), s Rest symetrgue ‘Ces contraintes peuvent sexprimer en tradusant les > par des conditions sur R qs e font fe modalits. Dans cs formes x designe univers reali lev aes variables», 2, parcoureat es univers quelcongues, P,Q... sont des ensembles ‘univers ob p 4 sont vrais. Quelques exemples Lp Wy (Rls, 9) + PO) + POD. Si p est rélis dans tout univers (), Raccessible& x, alors pest alist dans Funivers Lp Lp: Wy RG ») > POD +0) IRs 3) > ¥2 RO 2) PO) Sip ext réalisé dans tout univers R-accessibe & x, alors ‘quel que soit Punivers (), Reacoessble x, pest walse ‘dans tou univers 2), accesible ay. MLp-* LMp: By IRGs ») Ve RU 2) PLO) + ERGs 9) 73 RU, 2).4 PLD) Mop» a) (Mp » Ma): By [RG 9) 4 PO) QI “Ay IRUs,9) 4 POM 39 IRC 9) 4 QUI ee. I y a une grande diversié de sytémes proposton- els modaux, done une diverté plus grande encore de Uhories de la quantification avec’ modalits, Les hypo- thes (ur Ro sur la population des “univers posse bles, et) devraintlles dependre de Pespice des objets (les valeurs eventucle des variables)? Dans Tafirma tive, neesté et possiblié ne sgniersint pas lv meme ‘chose pour toutes es sortes dents (eg. pour des nom- bres enters ot pour des dacrons). La neutral relative ment au set mest rdalige que dans fe cadre de chaque systéme es structures de modeles de quantification sont Vocesion ‘de voir d'anciennes ‘nuances scolastigues " reltre surface : de dcto/ dere, propietés acciden- telesessentieles, sens compossidivise (resp, désignateurs fasquesiigies), ete Pui les variables on suppose un domaine Dis) atta: ‘hi 4 chague Univers nO pose les conventions su ‘antes en compliment de ove reprodutes plus haut, Soit (P, Vextension du prédiat P dans w,e¢ (x), Usp, des individus de Dow) Val (Poss. =H our (a, 4) eID, (ay 9) © (P, Val (49 Posi sos 8a 9¥P= 1 Ge. HOD. HOD EPH) 5, pour toute asignation y identique a y sau su y, (G0), 889, YO) £4»). On doit prendre une Aéesion pour Is individus présents dans un Di) et absent d'un D(w’) Quelle valeur donner & (G(s), w") si ‘43), qu apparteat & D(w), appartent pas a Dow’)? Par exemple on peut admettre des lacunes de valeurs de vért, ou bien supposer Dj) constant. Cete demitre ‘Convention entrane I vale del formule de Batean et Sessa converse, Le. la valdité de xr LPG) > Lx P(x) (de re de dt), ct del éciproque Lx P(a)-* Vx LP(x) (de dct ~ de). Van Beathem utile des prédicats dépendant um para- amdtred'univers possible nr eon predict Els, #) ‘Se sores eroistes 9,2 individ) gy (univers possibles). Aves ees dispositions la seconde formule de Barean correspond la traduction suivante We Ru 99+ Wy CEG 9)» POD) EL 1) + Vr RL, 9) (BL, 9) + POD La nore des mots ie dessins ensembles cls sigue, tongue en seer appa melee. On Sine ‘tbe sur son Unie: ellos reide dans la communate de Ipbyent ode methods, cememes gigs uaa employees dat ks diese ranches dei dpi Pe ris Sisto ene ses dans ape ate ns fisove ou nufcete quests spire, anaes, peomsine tu? dt mathemati IV, — La togique dynamique Un programme est un objet dymamigue gu pest quel, epee a bi cto om oda a opie ‘Ste ann Gat decorate un ue Le ‘sunpenent sur de posses apport case ‘goa thcoe dea eacaablt ogi modae iy une ‘Edie ores ence stat de Vnfrmaton et ever Po Berton ec mami) Cee de icpate bane de ln conepion rauisonnle du vrai sinter crate x preves comme den obs eats devant hts ‘ae dmamisueeat une proposition apts des tats ees te re iy ike Gi mene {fins levmemowe de Shoe. repre pr Mints ans oe ‘3's jr logget Seu acts Tun gus rend a, Fae fired Tao {CF Harel Gabbay-Cuetthaet Ion Bese. ‘Tenqage nan Non Holand 191) 6