Vous êtes sur la page 1sur 4

DISPOSITIF LOCAL D’ACCOMPAGNEMENT

_____________________

« Guide pour la rédaction du rapport de fin de mission »

Points clés

Dans le cadre du dispositif DLA, le rapport de fin de mission est envisagé en tant
Dans le cadre du dispositif DLA, le rapport de fin de mission est
envisagé en tant que « compte-rendu ». Il s’agit principalement d’un
document structuré répondant à des règles précises, destiné à rendre
compte au Chargé de Mission DLA du travail effectué par le
prestataire mandaté vis-à-vis de la structure bénéficiaires et ce,
conformément à la convention signée. Il existe de nombreuses
manières de rédiger un rapport de fin de mission, mais toutes doivent
respecter certains critères détaillés dans ce guide.

Construction du rapport de fin de mission

La page de garde :

La couverture est un élément essentiel du rapport de fin de mission, c'est « l'accroche », elle doit donner aux Chargés de Mission DLA, toutes les informations obligatoire entourant le rapport :

  • - La nature du document ;

  • - La thématique de la mission d’accompagnement ;

  • - Les informations relatives au prestataire mandaté ;

  • - Le cofinancement du FSE ;

  • - L’année de réalisation ;

  • - Les logos ;

  • - Les partenaires éventuels financeurs ou non.

Une page de garde type par département de la région Champagne-Ardenne est téléchargeable dans la base documentaire du site internet www.dla-ca.org onglet « prestataire ».

Le résumé :

Il s'agit d'une description rapide du contenu du rapport de fin de mission. Le Chargé de Mission DLA peut ainsi prendre connaissance des grandes lignes sans aller plus loin que la première page.

Le sommaire :

Il est particulièrement utile, notamment pour les rapports de fin de mission correspondant à des accompagnements longs voire des études. En effet, le Chargé de Mission DLA peut n'être intéressé que par certaines parties et donc il voudra y accéder directement sans avoir à feuilleter un document qui peut faire d’une vingtaine de pages.

L’introduction :

Elle sert à situer le contexte de la mission et la méthode employée par le prestataire. L'introduction doit également donner le cheminement logique du rapport de fin de mission. Le Chargé de Mission DLA doit être capable à sa lecture de savoir si le document va ou non répondre aux attentes de la structure bénéficiaire.

Le corps du texte :

Il s'agit du point d'orgue du document, il doit donc être à la hauteur de l'introduction et du sommaire. Le développement ne doit pas être une simple extension de la table des matières mais un texte structuré.

Rédaction du corps du texte

Le rapport de fin de mission devra se présenter sous la forme d’un document de 20 pages maximum (à l’exception des études), auxquelles peuvent s’ajouter des annexes (10 pages maximum) au format A4 (210 mm x 297 mm). Le texte sera tapé de préférence avec une police ARIAL de format 12, justifié, avec un interligne simple.

Le corps du texte comprendra au minimum les parties suivantes :

  • - Identification de la structure bénéficiaire ;

  • - Rappel du constat et du contexte de l’intervention ;

  • - Indiquer la démarche et la méthode employée ;

  • - Comptes-rendus des entretiens avec la structure bénéficiaire à produire par journées et ou demi-journées de présence (les dates et les durées des entretiens, les personnes présentes, les thèmes de travail abordés, la date et les objectifs du prochain entretien) ;

  • - Soulever les difficultés rencontrées ;

  • - Préconisations ;

  • - Budget de l’action réalisée.

Structuration du corps de texte

Il est demandé une certaine logique dans la pertinence du plan et une certaine cohérence dans l’articulation des différentes parties entre-elles.

Visualisation du corps de texte

  • - Pour les schémas : existence, qualité esthétique et légendes ;

  • - Pour les titres et sous titres : nombreux et significatifs du contenu ;

  • - Pour la présentation d’ensemble : clarté, cohérence et esthétique.

Expression

  • - Registre de la langue : ni familiarité, ni galimatias pompeux ;

  • - Correction syntaxique, construction, usage des temps, ponctuation ;

  • - Orthographe, accords grammaticaux.

Qualité d’ensemble

  • - Documentation existante ;

  • - Capacité de synthèse dans le traitement des parties ;

  • - Adaptation au Chargés de Mission DLA : information compréhensible.

La conclusion :

La conclusion est le bilan de la mission d’accompagnement qui a été exposée dans le corps du texte. Le prestataire doit donc y apporter un soin particulier car c'est la dernière impression qu’il laisse au Chargé de Mission DLA.

Autour du rapport :

Un rapport de fin de mission est un document complet qui fait souvent appel à des termes techniques et des références à d'autres ouvrages. Il est donc nécessaire d'une part de citer les sources utilisées (bibliographie) afin de ne pas s'approprier le travail de quelqu'un d'autre, et d'autre part de faire un glossaire (placé en annexe) regroupant l'ensemble des termes qui nécessitent une explication, le but étant de faciliter la lecture du rapport.

La forme du rapport :

  • - Aspect graphique : le texte doit être agréable à lire, d'où l'importance de la présentation et de la police choisie. Eviter le style télégraphique ;

  • - Aspect informatique : actuellement la transmission d'un rapport de fin de mission passe quasi- systématiquement par l'outil informatique. Il faut donc choisir avec soin le format du rapport pour qu'il soit accessible à tout le monde. On préférera donc utiliser un format tel que le PDF (uniquement pour consulter le rapport) et des formats d'images ouverts tels que JPEG ;

  • - Sources : citer les sources utilisées ;

  • - Bibliographie et/ou webographie : nommer les ouvrages de référence ;

  • - Glossaire : regrouper l’ensemble des termes qui nécessitent une explication.

L’envoi du rapport :

Il est à faire parvenir au Chargé de Mission DLA qui a mandaté le prestataire (voir coordonnées dans la convention tripartite) ainsi qu’à la structure bénéficiaire en version numérique (PDF) et/ou en format papier.

La date limite de réception du rapport :

La réception du rapport de fin de mission doit intervenir impérativement dans la semaine qui suit la fin de l’accompagnement muni d’une facture de solde pour le Chargé de Mission DLA qui procédera au versement des fonds. Les accompagnements réalisés dans le cadre du dispositif DLA font l’objet d’un cofinancement par le FSE. Par conséquent, les missions d’accompagnement doivent être terminées au plus tard pour le 31 décembre de chaque année, les rapports finaux rendus et les missions facturées.

La restitution finale :

Certains accompagnements peuvent nécessiter une restitution finale, prévue expressément dans la convention tripartite. Celle-ci ne doit pas empêcher la rédaction du rapport final par le prestataire et la facturation de la mission dans les temps.