Vous êtes sur la page 1sur 20

© S.

Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

Champ et potentiel magnétostatique

Table des matières


1 Distribution des courants électriques 3
1.1 Courant électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Courant volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Courants surfaciques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.4 Courant linéique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.5 Symétrie des distributions de courants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

2 Champ magnétostatique 5
2.1 Loi de Biot et Savart . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.2 Topographie du champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.1 Lignes de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.2 Tube de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3 Propriétés de symétrie du champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.1 Symétrie plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.2 Antisymétrie plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.3 Invariance par translation ou rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

3 Calculs du champ magnétique 8


3.1 Champ d’un fil rectiligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.2 Champ d’une bobine circulaire plate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.2.1 Spire circulaire de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.2.2 Bobine plate circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.3 Champ d’un solénoïde circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

4 Flux magnétique - Théorème d’Ampère 12


4.1 Flux magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.1.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.1.2 Postulat du flux conservatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.2 Théorème d’Ampère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.2.1 Circulation du champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.2.2 Théorème d’Ampère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4.3 Application du théorème d’Ampère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4.3.1 Fil rectiligne infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4.3.2 Conducteur cylindrique infini plein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4.3.3 Distribution à géométrie plane : nappe plane infinie . . . . . . . . . . 15
4.3.4 Solénoïde infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

5 Formulation locale des lois de magnétostatique 16


5.1 Formule locale du théorème d’Ampère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
5.2 Forme locale de la conservation du flux magnétique . . . . . . . . . . . . . . 17
5.3 Potentiel vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
5.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
5.4 Equation de Poisson de la magnétostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

1 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

6 Applications 18
6.1 Fil infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
6.2 Plaque infinie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

2 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

1 Distribution des courants électriques


1.1 Courant électrique
•Définition : le courant électrique est le déplacement ordonné de particules chargées
On distingue entre trois types :
Ï Courant de conduction : déplacement des charges dans un support matériel sans
déplacement du support (déplacement des électrons dans un métal)
Ï Courant de convection : déplacement des charges par déplacement du support
(disque isolant chargé en rotation)
Ï Courant particulaire : Particules chargées se déplacent dans le vide (faisceau élec-
tronique dans un tube cathodique)

1.2 Courant volumique


s


Considérons une portion de circuit filiforme j
de section s parcouru par un courant continu
I engendré par des particules de charge q et de
vitesse d’ensemble →−
v

dl
Ï Intensité du courant
C’est la charge traversant la section s par unité de temps
dq
I=
dt


Ï Vecteur densité volumique de courant j
• n ∗ : densité particulaire c’est-à-dire nombre de charge mobile par unité de
volume
• d l = v.d t donc
d q = n ∗ q svd t et I = n ∗ q v s = ρm .v.s
• ρm = n ∗ q : densité volumique de charge mobile
• Définition : Le vecteur densité volumique de courant est défini par


j = n∗q→

v =ρ → −
v m



• l’intensité de courant représente le flux de j à travers la section s
Ï

− →
I= j d −s
s


• si j est uniforme
I = j.s
• unité de j est A.m −2
Ï Vecteur élementaire de courant

3 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

• On définit le vecteur élementaire de courant par



− −

d C = I.d l


• d l : vecteur élémentaire du fil orienté dans le sens de I
• Id l = n ∗ q v sd l = n ∗ q vd τ = j d τ
−→ − → → −
d C = Id l = j d τ

1.3 Courants surfaciques




•Définition : On définit le vecteur surfacique j s par


j s = σm →

v

avec σm : densité de charge surfacique




• j s se mesure en A.m −1



dl →
− ds
Considérons une nappe plane : l’intensité I
js
traverse une longueur L car l’épaisseur de la →

n
nappe a est négligeable

L

− −
• I = j s .L→
n = j s L = σm vL
−→ − → → − →

• d C = Id l = j s Ld l = j s .d s
−→ − → → − →

d C = Id l = j s d l = j d τ
• on tient compte de l’épaisseur a de la nappe
−− →
Ï

− →
− →
• j = ρm v et I = j d s = ρm v.a.L = σm .v.L
s
σm = ρm .a

1.4 Courant linéique


pour un fil de section négligeable la densité linéique de courant correspond au courant
lui-même
−→ − →
d C = Id l

1.5 Symétrie des distributions de courants


Ï Symétrie plane : On appelle symétrie plane l’invariance d’un distribution de cou-
rant D par symétrie par rapport à un plan π ou plan de symétrie.
•Autrement : π est un plan de symétrie de la distribution D si ∀M ∈ D, 3 M0 ∈ D telle
que
−→ −→
M0 = s ym π (M) et d C(M0 ) = s ym π (d C(M))

4 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

•Exemple : cas de deux fils rectilignes parallèles (x = a et x = −a) parcourus par des
courants de même intensité I et de même sens ,la plan yOz est un plan de symétrie
de D.
Ï Antisymétrie plane
• On appelle l’antisymétrie plane l’invariance de D par symétrie par rapport à
un plan π∗ ou plan d’antisymétrie,accompagnée du changement de sens du
courant.
• Autrement : π∗ est un plan d’antisymétrie de D si : ∀M ∈ D, 3 M0 ∈ D telle
que
−−→
M0 = s ym π∗ (M) et d C0 (M0 ) = −s ym π∗ (M)
• Exemple : cas de deux fils rectilignes parallèles (x = a et x = −a) parcourus
par des courants de même intensité I et de sens contraires,la plan yOz est
un plan de symétrie de D.
Ï Invariance par translation
• une distribution de courant D est invariante par translation parallèlement à
Oz si
−→ −→
∀z : d C(x, y, z) = d C(x, y)
• cette propriétés est possible seulement pour des distributions infinis
Ï Invariance par rotation
• une distribution de courant D est invariante par rotation autour d’un axe Oz
si
−→ −→
∀θ : d C(r, θ, z) = d C(r, z)
• Exemple : cas d’un fil infini parcouru par un courant I selon z 0 z,cas d’une
spire d’axe de révolution Oz parcourue par un courant I
Ï Symétrie cylindrique (d’axe Oz)
• cette symétrie suppose à la fois une invariance par translation parallèlement
à Oz et par rotation autour de Oz
−→ −→
∀θ, z : d C(r, θ, z) = d C(r )
Ï Symétrie sphérique (centre O)
• cette symétrie suppose une invariance par rotation autour de tous les axes
passant le centre de symétrie O
−→ −→
∀θ, ϕ : d C(r, θ, ϕ) = d C(r )
−→
• dans ce cas d C est radial passant par le centre O
−→
d C = d C(r )→ −e
r

2 Champ magnétostatique
2.1 Loi de Biot et Savart
• Considérons une distribution de courants permanents D .

5 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

−→
d B(M)
M

P
D
−→
dτ dC

−→
•Loi de Biot et Savart : Chaque élément de courant d C,situé en un point P,crée un


champ magnétostatique d B en un point M telle que
−−→
− µ0 −→ PM

dB = dC ∧
4π PM3
Ï µ0 = 4π.10−7 H.m −1 : perméabilité du vide
Ï l’unité du champ magnétostatique est tesla : T

Ï le champ total crée par la distribution D en un point M


−−→
µ0 −→ PM
Z
→−
B (M) = dC ∧
D 4π PM3
Ï pour une distribution volumique
−−→
µ0 PM
Ñ

− →

B (M) = j (P)d τ ∧
4π D PM3
Ï pour une distribution surfacique
−−→
µ0 PM
Ï

− →

B (M) = j s (P)d s ∧
4π D PM3
Ï pour une distribution linéique (filiforme)
−−→
µ0 −
→ PM
Z


B (M) = Id l (P) ∧
4π D PM3

2.2 Topographie du champ magnétique


2.2.1 Lignes de champ

•Définition : On appelle ligne de champ,la courbe tangente en chacune de ses point du vec-
teur champ magnétostatique



B (M)

M
ligne de champ

Ï l’équation du ligne de champ est donnée par


− −
→ → → −
B ∧ dl = 0


avec d l vecteur déplacement élémentaire le long du ligne de champ

6 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

2.2.2 Tube de champ

L’ensemble des lignes de champ s’appuyant


sur une courbe fermée (contour) C engendre
une surface S appelée tube de champ

contour C fermé
lignes de champ

2.3 Propriétés de symétrie du champ magnétique


2.3.1 Symétrie plane


Soit une distribution de courant D invariante dB
π
par symétrie plane par rapport à un plan π.
−→ −−→
• d C = d C0 →
− M
à −→ −−→ → −! B →
−0
−→ −−→0 µ0 d C ∧ → −
u d C0 ∧ u 0 u
• dB + dB = + →
− r
4π r2 r2 d B0 r
−→ −−→
• d B+ d B0 est perpendiculaire au plan de →

u
π
−−→0 −→ →
− →

d B = −s ym π (d B) dC d C0
D


•Conclusion : le champ magnétique B est orthogonal à un plan de symétrie de la distribu-
tion de courant en tout point de ce plan.

2.3.2 Antisymétrie plane

−→ →

dB B

π∗ −−→0
Considérons une distribution de courants D dB
admettant un plan d’antisymétrie π∗ M→
−0
−−→ −→ u
• d C0 = −d C r r
−−→ −→
• d B0 = s ym π (d B)
−→ −−→ →

u
• d B + d B0 appartient au plan π∗
−→ −−→0
dC dC
D


•Conclusion : le champ magnétique B en un point d’un plan d’antisymétrie appartient à ce
plan d’antisymétrie.

7 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

2.3.3 Invariance par translation ou rotation



− →−
• invariance par translation selon Oz : B (x, y, z) = B (x, y)

− →−
• invariance par rotation par rapport à Oz : B (r, θ, z) = B (r, z)


• si Oz est un axe de révolution de la distribution : B = Bz (z)→
−e
z
→−
•Remarque : le champ B s’écrit sous forme d’une somme de produits vectoriels de vec-
teurs,c’est un champ antisymétrique ou un champ axial.

3 Calculs du champ magnétique


3.1 Champ d’un fil rectiligne
Ï Segment de courant
µ0 I −
Z
→ →
−u z


• B (M) = dl ∧
4π PM2
• →
−e ∧ →−
u = cos α→ −e et − →
d l = d z→
−e
z θ z
P2
µ0 I →
Z P2

− −e dz
• B (M) = θ 2
cos α →



B
4π P1 PM P u α2
r M →
−e
• PM = et OP = z = r tan α α r
cos α O
α1 →
−e
rdα θ
donc d z =
cos2 α
Z α2

− µ0 I →
− P1 r
• B (M) = eθ cos αd α
4πr α1


− µ0 I →

B= (sin α2 − sin α1 ) e θ
4πr
Ï Fil de courant infini
π π
Pour un fil infini : α2 = et α1 = −
2 2

− µ0 I →
−e
B= θ
2πr
• les lignes de champ d’un fil infini sont des cercles concentriques à ce fil

3.2 Champ d’une bobine circulaire plate


3.2.1 Spire circulaire de courant

L’axe Oz constituant un axe de symétrie de révolution,il y a invariance par rotation autour




de Oz. En un point M de l’axe Oz B ne dépend que de Z


B = B(z)→
−e
z

8 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

Ï Calcul du champ au centre




I Id l

−u
Soit une spire de centre O et de rayon P

− R
R,parcourue par un courant I B0
−e O

z


→ −
µ0 I dl ∧→ u
I


• B0 = 2
avec (PO = R = c t e)
4π spi r e R

→ −
• dl ∧→
u = dl→ −e
z
µ0 −e = µ0 I (2πR)→
I

− → −e
• B0 = 2
d l z 2 z
4πR spi r e 4πR

− µ0 I →
−e
B0 = z
2R
Ï Calcul du champ en un point M de l’axe Oz
Soit un point P du spire repéré par ses co-
ordonnées cylindriques R, θ, z p = 0
• l’élement de courant :
−→ − →
d C = Id l = IRd θ→
−e
θ P →

−→
dB
µZ 2π ¶ u


• B= d Bz →−e
z r π
0 R −α

− α 2
−→ µ0 I →
− u z
• dB = Rd θ e θ ∧ 2
4π r I O M
−→ µ0 I
• dB = 2
R sin αd θ→−e
z
4πr
−→ − µ0 I
• d Bz = d B.→ ez= R sin αd θ
4πr 2
R
• sin α =
r
µ0 I
• d Bz = sin3 αd θ
4πR
µ0 I
• B= sin3 α
2R

− µ0 I
B (M) = sin3 α→
−e = B sin3 α→
z 0
−e
z
2R
Ï Etude graphique du champ d’une spire
B/B0
B(M)
• = sin3 α
B0
¶−1/2
z2
µ
R
• sin α = p = 1+ 2
R2 + z 2 R
• en un point M très éloigné :
z2 B(M) µ0 IR2
>> 1 : ≈
R2 B0 2z 3
z/R
Ï Spectre magnétique d’une spire

9 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

3.2.2 Bobine plate circulaire

•Définition : une bobine,composée de N spires accolées,est dite plate,lorsque son épaisseur


e est très inférieur au rayon R des spires.
I
Considèrons une bobine plate,composée de N
spires
R
• B(M) = NBspi r e α M

− z
3
B(M) = B0 sin α B

µ0 NI
B0 =
2R
e

3.3 Champ d’un solénoïde circulaire


I N spires

Un solénoïde est constitué de N spires circu-


laires jointives de rayon R et d’axe commun R
N
• n= : nombre de spire par unité de
l
longueur

l
Ï le spectre magnétique conduit aux résultats suivants
• à l’intérieur du solénoïde,les lignes de champ sont pratiquement parallèles
à l’axe du solénïde
• à l’extérieur,les lignes de champ sortent de la face nord (N) en divergeant,et
entrent dans la face sud (S) en convergeant (comme l’aimant droit).

10 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

S N

Ï Symétrie : les propriétés de symétrie sont identiques à celles d’une spire unique.
L’axe Oz étant axe de symétrie de révolution . En un point M de l’axe Oz :


B = B(z)→
−e
z

P1 P P2 θ1 θ

α θ2
O z
C →

M B

dz
dN
• n= : nombre de spire par unité de longueur
dz
• α + θ = π donc sin α = sin θ et cos α = − cos θ
−→ µ0 Id N −e = µ0 nI d z sin3 θ→
• l’élement d z crée en un point M un champ : d B = sin3 α→ z
−e
z
2R 2R
1 1
• z M = OM = c t e et z = z P = OC donc z M = z + CM = z + R = z −R avec
tan α tan θ
CP = R
Rd θ
µ ¶ µ ¶
1 1
• d zM = 0 = d z − r d donc d z = Rd =− 2
tan θ tan θ sin θ
Z θ2

− µ0 nI
• B =− sin θd θ→−e
z
2 θ1

− µ0 nI
→ →

B= (cos θ2 − cos θ1 ) e z
2
Ï Solénoïde infini
θ1 = π et θ2 = 0


B ∞ = µ0 nI→
−e
z

11 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

4 Flux magnétique - Théorème d’Ampère


4.1 Flux magnétique
4.1.1 Définition

•Définition : le flux du champ magnétique à travers une surface (S) est défini par
− −→
Ï

Φ= B dS
(S)

l’unité de Φ est weber (wb = T.m 2 )

4.1.2 Postulat du flux conservatif

• Postulat : le flux magnétique à travers une surface fermée (Σ) quelconque est nul
− −→
Ó

B dS = 0
(S)

• le champ magnétique est à flux conservatif,donc un tube de champ transporte un


flux constant
• absence des charges magnétiques (absence des sources magnétiques à partir des


quelles B diverge)
• les lignes de champ magnétique sont fermées

4.2 Théorème d’Ampère


4.2.1 Circulation du champ magnétique

•Définition : La circulation du champ magnétostatique le long d’un contour (C) est définie
par
−− →
I

C= B dl
(C)

Ï Cas d’un fil rectiligne infini


• Définition : On dit que le contour (C) enlace le fil infini parcouru par un courant I,si
le fil traverse la surface intérieure de (C)

z z

C M C
M
I I
O y O y
r →
−e r →
−e
θ θ
θ →
−e θ →
−e
x r x r

C enlaçant le fil C n’enlaçant pas le fil

12 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2


− µ0 I →
−e
• B (M) = θ
2πr
−−→ −→
• d OM = d r = d r →−e + r d θ→
r
−e + d z →
θ
−e
z

Ï Cas n°1
I : C enlace le fil infini
µ0 I → −→ µ0 I 2π
Z
C= −
e θd r = d θ = µ0 I
(C) 2πr 2π 0
C = µ0 I

• si le contour enlace le fil dans le sens indirect : C = −µ0 I


Ï Cas n°2 : C n’enlace pas le fil
lorsque M(repéré à t = 0 par θ1 ) décrit le contour (C),θ varie entre θ1 à θ1 donc
µ0 I θ1
Z
C= dθ = 0
2π θ1
C =0

4.2.2 Théorème d’Ampère

• Enoncé : La circulation du champ magnétostatique le long d’un contour fermé orienté (C)
est égale à la somme des intensités algébriques des courants enlacés par (C) multipliée par
la constante µ0 .
−− →
I

C= B d l = µ0 εk Ik
X
(C) k

• →

n : vecteur unitaire normal à (S)(traversée par Ik ) orienté par le sens de parcours de
(C)
• ε = 1 si I a le même sens que →
k k

n
• εk = −1 si Ik a le sns contraire de →

n

I1


n I2

−−→
I

• C= B d l = µ0 (I2 − I1 )
(C)

I1


n I2

I3

13 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

• C = µ0 (I2 + 5I3 − I1 )
• de façon plus générale
Ï

− →
C C = µ0 j .−
n dS
(S)

ou (S) : surface quelconque s’appuyant sur le contour (C)

4.3 Application du théorème d’Ampère


4.3.1 Fil rectiligne infini
z

• la symétrie cylindrique :


B (M) = B(r )→
−e
θ I


n
• les lignes de champ sont des cercles
• on prend comme contour cercle qui r
passe par M (ligne de champ qui passe M
par M)

−−→
I I

• C= B dl = B(r )→
−e d l →
θ
−e = B(r ).2πr
θ
(C) (C)
• théorème d’Ampère : C = µ0 I

− µ0 I →
−e
B (r ) = θ
2πr

4.3.2 Conducteur cylindrique infini plein

Z
Considérons une distribution cylindrique D
de courant,de rayon R,de longueur infiniment
grande par rapport à R et d’axe Oz ;le vecteur


densité de courant j supposé uniforme,est
dirigée suivant Oz ,le courant total est →
− →

j B
I = πR2 j r
• la symétrie cylindrique
O M


B (M) = B(r )→
−e
θ

• théorème d’Ampère
−−→
I

C= B d l = B(r )2πr = µ0 Ienl acé
(C)

R
On distingue entre deux cas : M à l’extérieur du cylindre et M à l’intérieur du cylindre

14 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

O


j
(C1 )
(C2 )

Ï Cas n°1 : M à l’extérieur du cylindre r > R


• le contour est (C2 )
• Ienl acé = I

− µ0 I →
−e
B (M) = θ
2πr
Ï Cas n°2 : M à l’intérieur du cylindre r < R
• le contour est (C1 )
Ï
− −→

Z r
• Ienl acé = j dS = j 2πr d r = j πr 2
(S 1 ) 0
2
• I = πR j
I 2 r
• Ienl acé = πr = I
πR2 R2

− µ0 I →
B (M) = 2
r −e θ
2πR

4.3.3 Distribution à géométrie plane : nappe plane infinie

M
Considérons une nappe surfacique de →

B
courant infinie dans le plan (xoy) (C)

− z
• j =j →
s
−e
s x

• le plan (Oxz) est un plan de sy-




métrie pour la distribution y js


B (x, y, z) = B(x, y, z)→
−e
y

• la distribution de courant est in-


variante par translation suivant O x →
−0
Ox et Oy B


B (x, y, z) = B(z)→
−e
y

M’

• le contour (C) est un rectangle de largeur L et de longueur 2z


−− →
I

• C= B d l = LB(z) + (−L)B(−z) = 2LB(z)
(C)
• théorème d’Ampère : C = −µ0 j s L
• 2LB(z) = −µ0 j s L

15 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2


− µ0 j s
B =− si g ne(z)→
−e
y
2
Ï Relations de passage

− µ0 j s →
−e
• en un point M’ : B 2 = y
2

− µ0 j s →
−e
• en un point M : B 1 = − y
2

− →

• B − B =µ j →
2 1
−e
0 s y

• →

n 2→1 = →
−e et →
z
−e = →
y

n 2→1 ∧ →
−e
x

− →
− →

B 2 − B 1 = µ0 j s ∧ →

n 1→2

4.3.4 Solénoïde infini


considérons un solénoïde infini
N
• n= : nombre de spires par unité de
L d
longueur
b C3
• tout plan normal à Oz est un plan de
symétrie

− a
B = B(r, θ, z)→
−e
z C2


B
z
• la distribution de courant est inva- C1
riante par translation suivant Oz et par
rotation suivant Oz


B = B(r )→
−e
z
Ï considérons le contour C1 de longueur a
−−→
I

• C= B d l = a.(Baxe − B(r )) = 0
(C1 )

− →−
B i nt = B axe
le champ magnétostatique à l’intérieur du solénoïde est uniforme
Ï Pour le contour (C3 ) de longueur d
−− →
I

• C= B d l = d (B2 − B1 ) = 0 donc B2 = B1
(C3 )

− →− →

B ext = B ∞ = 0
Ï Pour le contour C2 de longueur b
−−→
I

• C= B d l = b.Bi nt − b.Bext = nµ0 Ib
(C2 )


B i nt = µ0 nI→
−e
z

5 Formulation locale des lois de magnétostatique


5.1 Formule locale du théorème d’Ampère
• on se place dans le cadre du régime permanent

16 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

−−→ − −→
I Ï
→ −−→→
• C= B dl = r ot B d S = µ0 I
(C) (Σ)
− −→
Ï

• I= j dS
(Σ)

−−→→− →

r ot B = µ0 j

• Conclusion : le champ magnétique permanent est lié à ses sources par la loi locale
−−→→− →

r ot B = µ0 j

5.2 Forme locale de la conservation du flux magnétique


• (Σ) : une surface fermée délimitant un volume (V)
− −→
Ó

• B dS = 0
(Σ)
− −→
Ó Ñ
→ →

• théorème d’Ostrogradski : B dS = d i v B .d τ = 0
(Σ) (V)

− → −
di v B = 0
cette équation traduit la conservation du flux magnétique

5.3 Potentiel vecteur


5.3.1 Définition
−−→→ − →

• d i v(r ot U ) = 0,avec U un champ vecteur


• di v B = 0

− →
− −−→→ −
• il existe un vecteur A ,telle que B = r ot A
→−
•Définition : le potentiel vecteur A est défini par

− −−→→ −
B = r ot A

Ï le potentiel vecteur présente les mêmes symétries que la distribution de courant




Ï le potentiel vecteur A est défini à gradient prés

− → − −−−−→
• A0 = A + g r ad f
−−→→ − −−→ → − −−−−→ −−→→−
• r ot A0 = r ot ( A + g r ad f ) = r ot A

5.4 Equation de Poisson de la magnétostatique


−−→→ − →

• r ot B = µ0 j

− −−→→ −
• B = r ot A
−−→ −−→→ − →

• r ot (r ot A ) = µ0 j
−−→ −−→→ − −−−−→ →
− →

• r ot (r ot A ) = g r ad (d i v A ) − ∆ A

17 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2


− − −−−−→
→ →

• ∆ A + µ0 j = g r ad (d i v A )
• Jauge de Coulomb


di v A = 0
• l’équation de Poisson

− →

∆ A + µ0 j = 0

• la solution de l’équation de Poisson


s’écrit sous la forme
Ñ → −

− µ0 j (P)
A (M) = dτ
4π (V) PM P

6 Applications
6.1 Fil infini
Considérons un fil infini de section (S) et de rayon R par-
→−
couru par un courant I de densité volumique j uniforme


j = j→
−e
z z
2
• I = j πR
• la distribution de charge est invariante par transla-
tion suivant Oz et par rotation autour de Oz donc

− →− →− →−
B (r, θ, z) = B (r ) et A (r, θ, z) = A (r )
• tout plan θ = c t e est un plan de symétrie de la dis-


tribution de courant j

− O
B = B(r )→
−e
θ

• tout plan z = ct e est un plan d’antisymétrie de la


distribution


A = A(r )→
−e
z

Ï en un point M à l’intérieur du fil r < R


−−→→− →
− →

• r ot B = µ0 j (M) = µ0 j
1 ∂(r Br )
• = µ0 j
r ∂r
µ0 j r 2 µ0 j r C
• r B(r ) = + C donc B(r ) = +
2 2 r
• B(0) = 0,donc C = 0 (si non B(0) tend vers l’infini en r = 0 )

− µ0 j r →
−e = µ0 Ir →−e
B (r ) = θ 2 θ
2 2πR

18 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2


− −−→→ −
• B = r ot A
d Az µ0 I
• − = B(r ) = r
dr 2πR2
µ0 I 2
• Ai nt = − r + ct e
4πR2
• A(0) = 0 , c t e = 0

− µ0 I 2→
A i nt = − 2
r −e z
4πR
Ï en un point M à l’extérieur du fil : r Ê R
−−→→
− →

• r ot B = µ0 j (M) = 0
cte
• B(r ) =
r
µ0 j R2
• continuité de B en r = R (absence des courants surfaciques) : ct e =
2
− µ0 j R2 →
→ −e = µ0 I →
−e
B= θ θ
2r 2πr
d Az µ0 I
• − = B(r ) =
dr 2πr
µ0 I
• Aext = − ln r + c t e

µ0 I
µ ¶

− 1
• continuité de A en r = R : Ai nt (R) = Aext (R) donc c t e = ln R −
2π 2
µ0 I r 1 −
µ ¶


A ext = − ln + → ez
2π R 2

6.2 Plaque infinie


considérons une plaque infinie parcourue par

− z
un courant surfacique j s uniforme
• la symétrie impose

− y
B (x, y, z) = B(z)→
−e
y →

js
• le plan Oy z est un plan d’antisymétrie
pour la distribution de courant

− x
A = A(z)→−e
x
Ï au dessous de la plaque z < 0
−−→→− →
− →

• r ot B 2 = µ0 j (M) = 0
∂B2
• = 0,donc B2 = C2
∂z
Ï au dessus de la plaque
−−→→− →
− →

• r ot B 1 = µ0 j (M) = 0
∂B1
• = 0,donc B1 = C1
∂z
Ï relation de passage : B1 − B2 = −µ0 j s
Ï B(−z) = −B(z) donc C1 = −C2

19 / 20
© S.Boukaddid Eléctromagnétisme MP2

Ï 2C1 = −µ0 j s
Ï au dessus de la plaque

− − → µ0 j s →
−e
B = B1 = − y
2
Ï au dessous de la plaque

− − → µ0 j s →
−e
B = B2 = y
2
→−
Ï potentiel vecteur A au dessus de la plaque
→− −−→→ − −e avec →

• B = r ot A = B→ y A = A→−e
x
∂A x d A µ0 j s
• = =−
∂z dz 2

− →

• A (0) = 0

− µ0 j s →
A =− z −e x
2
Ï potentiel vecteur au dessous de la plaque
∂A x d A µ0 j s
• = =
∂z dz 2
− µ0 j s →

A= z −e x
2

20 / 20