Vous êtes sur la page 1sur 10

Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C.

Reynaerts 2-1

2 force F 1 due à la poussée de l'eau et s'exerçant sur


toutes les cercesLes forces hydrostatiques
Dans ce chapitre tu apprends,

 à calculer la force résultante suite à la pression hydrostatique sur une paroi

plane,

 à déterminer la position du centre de pression (NL drukpunt ou perspunt), le

point d’action de la force résultante suite à la pression hydrostatique, sur une

paroi plane

 à calculer la force résultante suite à la pression hydrostatique sur une paroi

courbée au plan de symétrie vertical,

 à appliquer la loi d’Archimède.

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-2

2.1 La force résultante suite à la pression hydrostatique sur une


paroi plane
2.1.1 La force résultante
Considérez un liquide à densité  qui se trouve dans un récipient avec une paroi
latérale plane sous un angle  avec l’horizontale. Le graphique ci-dessous montre une
section dans un plan vertical. Dans la paroi latérale plane nous définissons un système
de repère dont l’axe x coïncide avec la ligne d’intersection de la paroi latérale plane et
de la surface du liquide. La position de l’axe y est indiquée dans le graphique ci-
dessous. Il y a un rapport simple entre la coordonnée y et la profondeur h en dessous
de la surface du liquide

h
y ou h  y  sin  .
sin 
0

hz = hcg
hP = hD = hcp
yz = ycg

yP = yD = ycp

y
Le graphique ci-dessus montre la position du centre de gravité (NL zwaartepunt) d’une
surface qui fait partie de la paroi latérale. La position du centre de pression (NL
drukpunt ou perspunt), comme on appelle le point d’action de la force résultante suite
à la pression hydrostatique sur cette surface est également indiquée.
Considérez une fraction élémentaire dxdy de cette surface dans la paroi. Elle se trouve
à une profondeur h au-dessous de la surface du liquide.

dy
dx

Il y a 2 forces qui agissent perpendiculairement sur cet élément,

 une force dirigée vers l’extérieur, avec une intensité (po    g  h)  dx  dy , ou po est
la pression à la surface du liquide,

 une force dirigée vers l’intérieur, avec une intensité po  dx  dy .

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-3

Forcément, la force nette sur l’élément est également perpendiculaire à la paroi. Elle
est dirigée vers l’extérieur et son intensité est égale à   g  h  dx  dy .

En conséquence, la force résultante sur la surface dans la paroi est également


perpendiculaire à la paroi latérale. Elle est dirigée vers l’extérieur et son intensité est
égale à

FR     g  h  dx  dy     g  y  sin   dx  dy    g  sin    y  dx  dy
A A A

 y  dx  dy
   g  sin   A  A
   g  sin   A  y cg    g  y cg  sin   A
A
   g  h cg  A

ou A est la superficie de la surface considérée. Autrement dit, la pression hydrostatique


à la profondeur du centre de gravité de la surface dans la paroi, multipliée par sa
superficie A.

2.1.2 Le centre de pression


La force résultante sur une surface dans la paroi latérale a la même intensité qu’elle
aurait dans le cas d’une pression uniforme, égale à la pression à profondeur du centre
de gravité. Dans le cas d’une pression uniforme la force résultante agirait au centre de
gravité de la partie. En réalité, la pression est plus petite dans les points moins
profonds que le centre de gravité, et plus élevée dans les points plus profonds. En
conséquence, le point d’action de la force résultante se trouve à une profondeur
supérieure à celle du centre de gravité. La position du centre de pression est obtenue
par l’application du théorème des moments de Varignon, “le moment de la résultante
= moment résultant”.

L’intensité du moment de la force résultante par rapport au point 0 est égale à

y p  FR  y p    g  y cg  sin   A .

Vu que la force résultante est perpendiculaire à la paroi, son bras de force par rapport
à 0 n’est rien d’autre que la coordonnée y du centre de pression, yp.

D’une façon similaire l’intensité du moment de force élémentaire de la force nette sur
une surface élémentaire dxdy est égale à

y    g  y  sin   dx  dy .

Alors, l’intensité du moment résultant est égale à

 y    g  y  sin   dx  dy    g  sin    y  dx  dy    g  sin   Ix


2

A A

ou Ix est le moment d’inertie de la surface par rapport à l’axe x (une ligne horizontale à
l’intersection de la surface du liquide et de la paroi). L’application du théorème de
Steiner pour les axes parallèles donne le résultat suivant

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-4

  g  sin   Ix    g  sin   ( Ix  y cg  A )
2

ou Ix est le moment d’inertie de la surface par rapport à un axe parallèle à l’axe x et


passant par le centre de gravité de la surface A.
En conséquence,

y p    g  y cg  sin   A    g  sin   ( Ix  y cg  A )
2

et

  g  sin   ( Ix  y cg  A )
2
Ix Ix
yp    y cg  y cg 
  g  y cg  sin   A y cg  A y cg  A

ce qui prouve formellement que le centre de pression se trouve plus profondément que
le centre de gravité de la surface A.

2.2 La force résultante suite à la pression hydrostatique sur une


paroi courbée au plan de symétrie vertical
En général, calculer la force résultante suite à la pression hydrostatique sur une paroi
courbée n’est pas évident. On va se limiter au cas d’une paroi au plan de symétrie
vertical. Dans ce cas on est assuré que la force résultante se trouve dans ce plan.
Considérez un liquide limité par une telle paroi courbée et éventuellement en partie
par une paroi plane verticale. Le graphique ci-dessous montre une section dans le
plan de symétrie vertical van de la paroi courbée.
D
E

Considérez un plan vertical passant par le point B, le point au pied de la paroi courbée.
Dans la section elle est représentée par la ligne DB. Le point C sur la ligne DB se
trouve à la même profondeur que le point A. Considérons l’équilibre statique du liquide
limité d’un coté par la paroi plane EA et la paroi courbée AB et de l’autre coté par les
parois planes (hypothétiques) DC et CB. Les forces suivantes agissent sur ce liquide

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-5


 la force de réaction FEA de la paroi plane EA suite à la force hydrostatique résultante
sur EA, agissante dans le centre de
pression associé;
 la force hydrostatique résultante FDC sur DC, agissante dans le centre de pression
associé; 
 la force de réaction FAB de la paroi courbée AB suite à la force hydrostatique
résultante sur AB; 
 la force hydrostatique résultante FCB sur CB, agissante dans le centre de pression
associé; 
 le poids FG du liquide, agissant dans le centre de gravité.

La force FAB est perpendiculaire à la paroi courbée. En conséquence, elle est parallèle
à la normale à la courbe AB dans son point d’action. Autrement dit, sa ligne 
d’action
passe par le centre de courbure de la courbe AB à ce point. Décomposons FAB en une
composante horizontale et une composante verticale
  
FAB  Fh  Fv .

L’équilibre du liquide exige que la force résultante soit nulle. Exprimé en termes des
intensités des forces cela dit que
FG  Fv
.
FEA  Fh  FDC  FCB

Vu la symétrie, FEA  FDC et ainsi la deuxième expression se simplifie comme suit

Fh  FCB .

La composante verticale de la force résultante suite à la pression hydrostatique sur


une paroi courbée est égale au poids du liquide se trouvant au-dessus de la paroi
courbée.1
La composante horizontale de la force résultante suite à la pression hydrostatique sur
une paroi courbée est égale à la force résultante hydrostatique sur la projection
verticale de la paroi courbée.2

L’équilibre du liquide exige également que le moment résultant soit nul. En


conséquence, il faut d’un coté que les lignes d’actions de Fv et de FG soient les mêmes,
autrement dit, que la ligne d’action de Fv passe par le centre de gravité du liquide
considéré. D’un autre coté, il faut que les lignes d’actions de F h et de FCB soient les
mêmes, autrement dit, que la ligne d’action de Fh passe par le centre de pression3 de
CB.
1 La pression hydrostatique dont on veut déterminer la force résultante, dépend uniquement de la
profondeur au dessous de la surface du liquide. En conséquence, le procédé s’applique également au
cas ou le liquide se trouve à l’extérieur de la paroi, du moins à condition que l’épaisseur de la paroi soit
négligeable. Dans ce cas, la composante verticale de la force résultante est égale au poids du liquide
imaginairement présent en dessous de AB.
2 Afin de déterminer cette composante, on applique le procédé pour le calcul de la force résultante sur

une paroi plane comme expliqué ci-devant dans ce chapitre.


3
Afin de le déterminer, on applique à nouveau le procédé pour une paroi plane comme expliqué ci-
devant dans ce chapitre.

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-6

L’intensité de la force résultante suite à la pression hydrostatique sur la paroi courbée


AB est finalement calculée à partir des intensités de ses composantes horizontales et
verticales, comme suit

FAB  Fh  Fv .
2 2

Dans les exercices tu apprends à étendre la méthode pour calculer la force résultante
sur les parois planes et courbées aux situations avec plusieurs liquides et au cas des
récipients ferme se trouvant à une surpression ou une dépression.

2.3 La loi d’Archimède


2.3.1 La loi d’Archimède
Considérez un corps entièrement ou partiellement
submergé dans un liquide avec une densité fl. La
partie du corps qui se trouve éventuellement au-
dessus de la surface du liquide, se trouve dans l’air
dont la densité est d’un ordre de grandeur mille fois
inférieure à celle de la plupart des liquides. En
conséquence, l’effet de la pression hydrostatique
(ou plus précisément aérostatique) de l’air est
négligeable.
Considérons la partie du corps qui est submergée
dans le liquide, et remplaçons le hypothétiquement
par le même volume de liquide. Forcément, la
même distribution de pression hydrostatique agit
sur ce volume. Il est évident que le volume de
liquide est en équilibre. Cela signifie
 que le liquide
qui l’entoure exerce une force, FArch , qui s’oppose

au poids FG,sub du volume de liquide et qui agit au
centre de gravité du volume de liquide. La même
force agit sur le corps entièrement of partiellement
submergée.

Sur un corps entièrement ou partiellement submergé dans un liquide, agit une force
verticale qui a la même intensité, mais le sens opposé que le poids du volume de
liquide déplacé. Elle agit au centre de gravité du volume de liquide déplacé. Ceci est
connu comme la loi d’Archimède.
  
FArch  FG,sub   fl  Vsub  g

Remarque
La loi d’Archimède s’applique également aux corps entièrement of partiellement submergés dans un
gaz. Comme on vient de le dire, la densité d’un gaz est de l’ordre de grandeur 1000 fois plus petit que

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-7

ceux de la plupart des liquides, du moins dans des circonstances “normales”. En conséquence, la même
chose est valable pour l’ordre de grandeur des forces d’Archimède.

2.3.2 L’équilibre de translation des corps submergés et des corps


flottants
Couler
Dans le cas ou le poids d’un corps
partiellement submergé dans un liquide
est plus grand que la force
d’Archimède, le corps aura tendance à
s’enfoncer dans le liquide jusqu’à ce
que le volume de liquide déplacé
atteigne exactement la valeur requise
pour que la force d’Archimède et le
poids du corps s’annulent. Si la force
d’Archimède est toujours inférieure au
poids au moment d’une submersion
totale, c’est à dire au moment ou le
volume du liquide déplacé, Vsub , égale
le volume entier du corps, V, le corps coule. Finalement, il atteindra
 le fond du bassin

où il sera en équilibre sous l’influence de la force d’Archimède FArch , de son poids FG

et de la force normale de support exercée par le fond, FN . L’intensité de cette force de
support est appelée le poids apparent du corps complètement submergé. La densité
du corps moins la densité du liquide est appelée la densité apparente.

Une telle situation peut se présenter lorsque la densité du corps,  est plus grande
que la densité du liquide, fl.

Elévation au-dessus de la surface


Quand le poids d’un corps
entièrement ou partiellement
submergé dans un liquide, est plus
petit que la force d’Archimède, le
corps va essayer d’émerger autant
ou autant plus au-dessus de la
surface du liquide jusqu’à ce que le
volume de liquide déplacé ait
exactement suffisamment diminué pour que la force d’Archimède soit devenue égale
au poids du corps. Si on veut éviter que le corps
 émerge (ou émerge d’avantage) du
liquide, une force supplémentaire vers le bas, P , doit être exercée.
Une telle situation peut se présenter lorsque la densité du corps,  est plus petite que
la densité du liquide, fl.

Flotter (planer4)
Cette situation d’équilibre peut se présenter dans les cas suivants
 la submersion complète d’un corps dont la densité  est égale à la densité du fluide,
fl (planer dans un gaz, flotter entre deux mers dans un liquide),

4 planer est le terme utilisé dans le cas d’une submersion dans un gaz.

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-8

 la submersion partielle d’un corps dont la densité  est plus petite que la densité du
liquide, fl , à condition que

Vsub  V .
 fl
La force d’Archimède et le poids du corps sont des forces avec la même intensité, mais
le sens opposé. Pour qu’ils ne forment pas un couple de forces, leurs lignes d’action
doivent coïncider. Cela signifie que leurs centres d’actions, le centre de gravité du
liquide déplacé et le centre de gravité du corps doivent se trouver sur la même ligne
verticale.

2.3.3 La stabilité de corps complètement submergés et de corps


planants, par rapport à une rotation autour d’un axe horizontal
Quand le centre de gravité du liquide déplacé (du gaz déplacé) et le centre de gravité
du corps ne coïncident pas et que le système est écarté de sa position d’équilibre de
manière à ce que la force d’Archimède et le poids n’agissent plus le long de la même
ligne verticale, ceux-ci forment un couple de forces. Deux cas peuvent se présenter :

 l’équilibre stable: le centre de gravité du liquide déplacé (du gaz déplacé) se trouve
plus haut que le centre de gravité du corps, de sorte que la force d’Archimède et le
poids du corps forment un couple de rappel qui fait retourner le système vers son
état d’équilibre

 équilibre instable: le centre de gravité du liquide déplacé (du gaz déplacé) se


trouve plus bas que le centre de gravité du corps, de sorte que la force d’Archimède
et le poids du corps forment un couple qui éloigne le système de son état d’équilibre

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-9

Le centre de gravité du liquide déplacé (du gaz déplacé) coïncide avec le centre de
gravité du corps, de sorte que chaque déplacement de la position originale d’équilibre
mène à une nouvelle position d’équilibre.. On appelle cela un état d’équilibre
indifférent.

2.3.4 Stabilité par rapport à une rotation autour d’un axe horizontal d’un
corps flottant possédant un plan de symétrie vertical
Etudions les dérangements faibles d’un corps flottant qui possède un plan de symétrie
vertical. On va se limiter au cas de petites rotations autour d’un axe horizontal, qui est
la ligne d’intersection de la surface du liquide et du de symétrie du corps.
Contrairement à ce qui est le cas pour un corps planant, en général, le centre de gravité
d’un corps flottant se trouve au-dessus du centre de gravité du liquide déplacé.
Les corps flottants peuvent se trouver dans un état d’équilibre stable, instable ou
indifférent.
Les graphiques ci-dessous montrent consécutivement le dérangement d’un système
flottant en l’équilibre stable et le dérangement d’un système flottant en l’équilibre
instable.

La force d’Archimède et le poids du corps forment un couple de rappel vers la position


d’équilibre, à condition que le point d’intersection, M, de la ligne d’action de la force

Version 7.0 Décembre 2011


Hydromécanique HZS-OE5-GN240 - C. Reynaerts 2-10

d’Archimède avec la ligne de symétrie du corps (appelé le métacentre) se trouve plus


haut que le centre de gravité du corps.

La force d’Archimède et le poids du corps forment un couple qui éloigne le corps


d’avantage de sa position d’équilibre, à condition que le point d’intersection, M, de la
ligne d’action de la force d’Archimède avec la ligne de symétrie du corps (appelé le
métacentre) se trouve plus bas que le centre de gravité du corps.

Version 7.0 Décembre 2011

Vous aimerez peut-être aussi