Vous êtes sur la page 1sur 10

2_Pedicure-podologue_2015.

qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page147

EXERCICES D’ENTRAÎNEMENT 쎲

 EXERCICES

Exercice 1

1. Identifiez le document.

2. Situez l’anomalie sur ce document.

3. Nommez cette anomalie.

4. Précisez le sexe de la personne à l’origine de ce document. Justifiez.

5. À l’aide de schémas explicatifs ne comportant que la paire de chromosomes concernés, expliquez
l’origine de cette anomalie en considérant que les parents ne présentent pas d’anomalies chromo-
somiques.

147
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page148

쎲 BIOLOGIE

Exercice 2

1. Identifiez les 3 divisions.

2. Établissez les relations entre l’évolution de la quantité d’ADN (document 1) et les caryotypes du
document 2.

Document 1 : Sordaria est un champignon haploïde se disséminant grâce à des spores contenues
dans des asques issus de cellules œuf.
Le document ci-dessous illustre les variations de la quantité d’ADN de chaque noyau lors de la for-
mation de ces spores.

quantité d’ADN
2Q

cellule
œuf
Q

spore
Q/2

t0 t1 t2 t3 temps
divisions
1 2 3

Document 2 : schémas du caryotype de Sordaria à différents moments du cycle (seules 2 paires
de chromosomes ont été représentées, en réalité chez Sordaria 2n = 14 chromosomes).

schéma 1 schéma 2 schéma 3 schéma 4

Légende : chromosomes chromosomes


à 2 chromatides à 1 chromatide

148
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page149

EXERCICES D’ENTRAÎNEMENT 쎲

Exercice 3

1. Donnez le génotype des parents.

2. Écrivez le génotype de F1 en justifiant.

3. Interprétez les résultats de la génération F2.

Document 1 : on peut réaliser des croisements expérimentaux chez la drosophile en s’intéressant à
2 caractères : la couleur du corps et la forme des soies.

Premier croisement
Parents homozygotes
corps gris corps noir
soies lisses soies crochues

Génération F1 100 % corps gris et soies lisses

Deuxième croisement
femelles de F1 mâles
corps gris corps noir
soies lisses soies crochues

484 corps gris et soies lisses


461 corps noirs et soies crochues
Génération F2 30 corps gris et soies crochues
25 corps noirs et soies lisses

149
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page150

쎲 BIOLOGIE

Exercice 4

1. Construisez la matrice des différences pour ces 3 gènes.

2. Expliquez pourquoi l’on considère que ces 3 gènes appartiennent à la même famille. Nommez les
mécanismes à l’origine de cette famille.

L’hypophyse des vertébrés sécrète diverses hormones peptidiques. La séquence des nucléotides
codant pour trois de ces hormones a été établie (document 1).
Ces trois hormones, ADH (hormone antidiurétique), AVT (vasotocine) et OT (ocytocine), ont été iden-
tifiées dans différents groupes de vertébrés (document 2).

Document 1  : comparaison des séquences nucléotidiques de ces trois hormones chez les
mammifères.

Séquences nucléotidiques Fonctions


AVT TGC TAC ATC CAG AAC TGC CCC CGG GGT Contraction de la paroi des artères
OT TGC TAC ATC CAG AAC TGC CCC CTG GGA Contraction de l’utérus
ADH TGC TAC TTC CAG AAC TGC CCG AGG GGC Réabsorption de l’eau au niveau des reins

Document 2 : présence de ces hormones dans les différents groupes de vertébrés et âge des plus
anciens fossiles connus pour chacun de ces groupes.

Âge des plus anciens


Groupes Hormones fossiles connus
en millions d’années
Poissons AVT 420
Batraciens AVT, OT 360
Mammifères AVT, OT et ADH 190

150
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page151

EXERCICES D’ENTRAÎNEMENT 쎲

Exercice 5

1. À partir de l’exploitation du document 1, établissez le rôle du RU 486.

2. À partir de l’exploitation du document 2, déterminez son mode d’action.

Document 1 : on réalise des expériences d’injections d’hormones ovariennes et d’absorption de


RU 486 sur des lapines impubères ; le tableau ci-dessous en précise les modalités et donne les résul-
tats obtenus.
Lot 1 Lot 2 Lot 3 Lot 4 Lot 5
Injection d’œstradiol
non oui oui oui oui
au temps t1
Expériences

Injection de progestérone
non non oui oui oui
au temps t2
Absoption du RU 486
non non non 5 mg.kg–1 20 mg.kg–1
au temps t2
Aspect de l’utérus
(coupe microscopique)
Résultats

en fin de traitement
Dentellisation
non non oui +++ oui + non
de l’endomètre

On précise que t1 est antérieur à t2.

Document 2 : pour préciser l’action du RU 486, on procède à l’expérience suivante : chez trois lots
de Rates, on mesure la radioactivité des cellules de la muqueuse utérine après injection de différentes
molécules rendues radioactives (marquées au tritium 3H).

Radioactivité moyenne par cellule


Injections pratiquées* (en unités arbitraires) dans les
cellules de la muqueuse utérine
Lot 1 RU 486 marqué au tritium 7,9
Lot 2 Progestérone marquée au tritium 8,55
RU 486 non marqué puis progestérone
Lot 3 2,41
marquée au tritium
151
* La qualité de molécules radioactives injectée est la même dans les trois expériences.
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page152

쎲 BIOLOGIE

Exercice 6

À partir de l’exploitation des documents, expliquez l’origine des plasmocytes et les conditions de
leur différenciation.

Le document 1a représente la chambre de culture de Marbrook, dispositif qui a permis d’obtenir


les résultats consignés dans le document 1b. Les lymphocytes B et T placés dans la chambre de
Marbrook ont été prélevés chez le même animal préalablement mis en contact avec l’antigène Z.

Document 1a : chambre de Marbrook

chambre supérieure
milieu de culture avec antigène Z
chambre inférieure

membrane perméable aux molécules


et imperméable aux cellules

Document 1b : résultats de la culture

Nature des lymphocytes Plasmocytes (sécréteurs d’anticorps) présents


préalablement activés dans la chambre
placés dans la chambre par 106 cellules de rate
Supérieure Inférieure Supérieure Inférieure
/ T4 + B 0 960
/ B 0 ⊕0
T4 B 0 1 011

152
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page153

EXERCICES D’ENTRAÎNEMENT 쎲

Document 2 : l’utilisation de thymine radioactive (intégrée exclusivement à l’ADN) chez un animal
permet de marquer les lymphocytes B. Le tableau suivant présente les résultats obtenus.

T = 0 Mise en contact
des LB avec l’antigène Z
Temps T = 2 jours T = 6 jours T = 30 jours
et des nucléotides
radioactifs
Lymphocytes B +++ +++ + +
Plasmocytes 0 0 +++ 0

Exercice 7

À l’aide de ces deux documents, précisez la propriété des lymphocytes T cytotoxiques et leur mode
d’action.

Document 1 : mise en culture de lymphocytes T.

On injecte à une souris X le virus A, peu pathogène, qui ne la tue pas.


Sept jours plus tard, on effectue un prélèvement dans la rate et on isole les lymphocytes.
Ces lymphocytes sont répartis en trois lots. Chaque lot est alors mis en culture en présence de
différentes cellules de souris de même souche.

Milieu 3 :
Milieu 2 :
Milieu 1 : cellules infectées
cellules infectées
cellules saines par le virus B
par le virus A
différent de A
On ajoute aux trois
milieux de culture
des lymphocytes T Pas de destruction Destruction (lyse) Pas de destruction
provenant des cellules des cellules des cellules
de souris infectées
par le virus A

153
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page154

쎲 BIOLOGIE

Document 2 : mode d’action des lymphocytes T cytotoxiques

Cellule infectée

Lymphocyte T cytotoxique

Devenir de la cellule infectée

Document 3 : schéma au niveau moléculaire de la zone encadrée du document 2

Cellule infectée Membrane plasmique

Antigène

Récepteur T
Membrane plasmique

154
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page155

EXERCICES D’ENTRAÎNEMENT 쎲

Exercice 8

1. Indiquez les caractères dérivés propres aux primates, puis aux catarrhiniens.

2. Donnez toutes les caractéristiques de l’ancêtre commun aux hominoïdes.

3. Indiquez en le justifiant le groupe avec lequel le chimpanzé (paninés) est le plus étroitement appa-
renté.

4. Indiquez en le justifiant si l’orang-outan (pongidés) est plus étroitement apparenté à l’homme


(homininés) ou au gibbon (hylobatoïdes).

Document : arbre phylogénétique des primates

Lorisiformes Lémuriformes Tarsiformes Platyrrhiniens Cercopithécoïdes Hylobatoïdes Homininés Paninés Gorillinés Pongidés
3 4 6 8 10 12 19 18 16 14
2 17
Hominidés
Strepsirrhiniens 15
13
Hominoïdes
11
Omoplate dorsale allongée
antéro-postérieurement
Vertèbres caudales soudées
Catarrhiniens en un coccyx
(disparition de la queue)
9
Disparition de la 3e prémolaire
Simiiformes Narines ouvertes vers le bas
7 et séparées par une cloison
Haplorrhiniens Fermeture postérieure de l’orbite
5
Disparition des vibrisses
Primates Truffe remplacée par un nez
1
Pouce opposable aux autres doigts
Ongles à la place des griffes
Orbites orientées vers l’avant

Quelques-unes des innovations évolutives apparues au cours de l’évolution des Primates Désigne les Primates

155
2_Pedicure-podologue_2015.qxp_Concours 170x240 mardi07/07/15 04:53 Page156

쎲 BIOLOGIE

Exercice 9

Expliquez à partir des documents les propriétés d’action des lymphocytes T.

On dispose de 2 lots de souris (A et B appartenant à la même souche). On introduit, chez les souris
du lot A, le virus LCM qui infecte les cellules nerveuses et provoque une maladie mais n’entraîne
pas la mort.

Sept jours plus tard, on teste la capacité de destruction des lymphocytes T (notés LT), prélevés dans
la rate de ces souris en les transférant dans quatre milieux de culture différents. Les résultats sont
donnés ci-dessous :

% de cellules nerveuses
Milieu de culture utilisé
détruites
Milieu 1 Lymphocytes T
de souris A 90 % des cellules
Culture de cellules nerveuses de souris A sont détruites
infectées par le virus LCM
Milieu 2 Lymphocytes T
de souris A Aucune cellule
Culture de cellules nerveuses de souris A détruite
non infectées par le virus LCM
Milieu 3 Lymphocytes T
de souris A
Aucune cellule
Culture de cellules nerveuses de souris détruite
infectées par un virus différent de LCM
attaquant les cellules nerveuses également

156

Vous aimerez peut-être aussi