Vous êtes sur la page 1sur 15

TP Électronique – 6

Oscillateur à relaxation

I Introduction 1
1 Présentation 1
2 Méthodes 1
II Oscillateur à relaxation 2
1 Comparateur à hystérésis 2
2 Montage intégrateur 3
3 Oscillateur à relaxation 3
III Mise en forme du signal 7
1 Variation du rapport cyclique 7
2 Oscillateur contrôlé en tension 10
3 Modulation de fréquence 13

I Introduction
1 Présentation
Les objectifs de ce TP sont :
• Réaliser et caractériser un générateur de fonction triangle et carré ;
• Modifier le montage précédent afin de modifier le rapport cyclique des signaux ;
• Réaliser un oscillateur dont la fréquence est contrôlée par une tension extérieure ;
• Créer un signal modulé en fréquence.

2 Méthodes
Boite AIOP
Tracé de courbes
o Les boites sont caractérisées par un pas 𝑅u� . Les ré-
o Déterminer les valeurs minimales et maximales de la sistances disponibles sont 𝑅u� , 2𝑅u� , 3𝑅u� , …, 11𝑅u� .
grandeur en abscisse et en ordonnée. o La résistance maximale est 𝑅u� = 11𝑅u�
o Tracer les deux axes en utilisant les échelles adaptées. o Le schéma équivalent de la boite est :
o Porter les noms des grandeurs représentées et les uni- 𝑘𝑅u�
tés utilisées en abscisse et en ordonnée.
o Placer les points correspondant aux mesures sur le
graphique.

×𝑅 𝑅u� − 𝑘𝑅u�
Mesure d’un rapport cyclique
o Régler l’affichage des courbes comme pour un relevé;
o Mesurer le rapport cyclique : Measure → Time →
Duty
où 𝑘 est le nombre indiqué par le bouton rotatif.
2/15 Oscillateur à relaxation

II Oscillateur à relaxation
1 Comparateur à hystérésis

Montage 1 : Comparateur hystérésis


â Le G.B.F. délivre une tension sinusoïdale de fréquence 𝑓 =
𝑌2
100 Hz. − ▷∞
â 𝑅1 = 2,50 kΩ 𝑌1
â 𝑅2 = 10 kΩ. +
𝑅1
𝑠(𝑡)
𝑒(𝑡)
𝑅2

Rappel

Les tensions de basculement 𝑉b+ et 𝑉b− sont liées aux tensions de saturation de l’amplificateur opérationnel par :

𝑅1 ±
𝑉b± = 𝑉
𝑅2 sat

Étude expérimentale

On se propose de vérifier expérimentalement un aspect de cette loi : la dépendance de 𝑉b± par rapport à 𝑅1 .

1. Réaliser le montage 1. Relever l’oscillogramme en mode 𝑋𝑌 afin d’observer la caractéristique 𝑠 = 𝑓(𝑒).

Sensibilité vert. :
Sensibilité horiz. :

2. Mesurer les tensions de saturation haute et basse et les tensions de basculement et remplir le tableau ci-dessous.
Oscillateur à relaxation 3/15

haut bas
13,3 V −12,8 V
tension de saturation

3,33 V −3,20 V
Tension de basculement théorique
−3,36 V
Tension de basculement mesurée 3,23 V

−3,29 % 4,74 %
écart relatif

3. Commenter les résultats obtenus.

Il y a très bon accord entre les tensions de basculement prévue et les tensions mesurées.
Le comparateur à hystérésis fonctionne comme prévu.

2 Montage intégrateur
Le montage intégrateur ci-contre a pour fonction de 𝐶
transfert :
𝑒(𝑡) −1
𝐻(𝑗𝜔) = =
𝑠(𝑡) 𝑅𝐶𝑗𝜔
L’équation différentielle qui relie 𝑒(𝑡) et 𝑠(𝑡) est : − ▷∞
𝑅
1 +
𝑒(𝑡) = − ∫ 𝑠(𝑡)d𝑡 𝑠(𝑡)
𝑅𝐶 𝑒(𝑡)

Ce montage intégrateur-inverseur a déjà été étudié en


TP.

3 Oscillateur à relaxation

Montage 2 : Oscillateur à relaxation


â 𝑅1 = 2,50 kΩ ;
â 𝑅2 = 10 kΩ ; 𝐶
â 𝑅 : boîtes AOIP ×10 kΩ ;
â 𝐶 = 10 nF. 𝑌2
− ▷∞
𝑌1 − ▷∞
+ 𝑅
𝑅1 +
𝑠(𝑡)
𝑒(𝑡) 𝑒(𝑡)
𝑅2

Rappel

La période de l’oscillateur à relaxation du montage 2 est :

𝑅1
𝑇 = 4𝑅𝐶
𝑅2

Étude expérimentale

1. Réaliser le montage 2. Relever les oscillogrammes de 𝑒(𝑡) et 𝑠(𝑡) pour 𝑅 = 10 kΩ.


4/15 Oscillateur à relaxation

Base de temps :
Sensibilité vert. voie 1 :
Sensibilité vert. voie 2 :

2. Proposer une méthode graphique permettant de vérifier la dépendance en 𝑅 dans la formule 𝑇 = 4𝑅𝐶 u�
u� .
1
2

On mesure la fréquence pour différentes valeurs de 𝑅


On trace la courbe représentant 𝑇 en fonction de 𝑅.
La pente de la droite obtenue devrait être 4𝐶 u�
u� = 1 × 10
1 −8
s/Ω
2

3. Mettre en œuvre la méthode proposée.


Oscillateur à relaxation 5/15

1,2

0,8
𝑇 /ms

0,6

0,4

0,2

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120
𝑅/kΩ
6/15 Oscillateur à relaxation

4. Commenter les résultats obtenus.

Les points sont alignés sur une droite dont la pente est celle prévue.
Il y a un bon accord entre la formule prévue et la théorie.
Oscillateur à relaxation 7/15

III Mise en forme du signal


1 Variation du rapport cyclique

Montage 3 : Variation du rapport cyclique


â 𝑅1 = 2,20 kΩ ;
â 𝑅2 = 10 kΩ ; 𝐶
𝑅+
â 𝑅+ et 𝑅− : boîte
AOIP ×10 kΩ ; 𝑌2
â 𝐶 = 10 nF ; − ▷∞
𝑌1 − ▷∞
â diode 1N4148
+ 𝑅 −

𝑅1 +
𝑠(𝑡)
𝑒(𝑡) 𝑒(𝑡)
𝑅2

Étude théorique

On considère le montage 3. L’intégrateur est caractérisé par :

⎧ 𝑒(𝑡) = − 1 ∫ 𝑠(𝑡)d𝑡 si 𝑠(𝑡) > 0


{
{ 𝑅+ 𝐶
⎨ 1
{
{ 𝑒(𝑡) = − − ∫ 𝑠(𝑡)d𝑡 si 𝑠(𝑡) < 0
⎩ 𝑅 𝐶

La durée 𝑡+ de l’état de saturation positive du comparateur et alors différente de la durée 𝑡− de l’état de saturation négative.
𝑡
La période de l’oscillateur est alors 𝑇 = 𝑡+ + 𝑡− et on définit le rapport cyclique par 𝛿 = + .
𝑇
+
𝑅
On montre que le rapport cyclique est 𝛿 = + . On se propose de vérifier cette propriété.
𝑅 + 𝑅−

Étude expérimentale

1. Réalisez le montage 3. Les résistances 𝑅+ et 𝑅− sont réalisés avec une seule boite AOIP. Faites un schéma ci-dessous pour
préciser les branchements de la boite. Que vaut alors la somme 𝑅+ + 𝑅− ?

𝑅+ + 𝑅− = 110 kΩ

2. Relever les oscillogrammes de 𝑒(𝑡) et 𝑠(𝑡) pour 𝑅+ = 20 kΩ et pour 𝑅+ = 80 kΩ.


8/15 Oscillateur à relaxation

𝑅+ = 20 kΩ 𝑅+ = 80 kΩ
Base de temps : Base de temps :
Sensibilité vert. voie 1 : Sensibilité vert. voie 1 :
Sensibilité vert. voie 2 : Sensibilité vert. voie 2 :

𝑅+
3. Proposer une méthode graphique permettant de vérifier la dépendance en 𝑅+ dans la formule 𝛿 = .
𝑅++ 𝑅−

On mesure 𝛿 pour différentes valeurs de 𝑅+


On trace la courbe représentant 𝛿 en fonction de 𝑅+ .
La pente de la droite obtenue devrait être u�+ +u�
1

R+ + R- est une constante, donc delta sera proportionnel à R+

4. Mettre en œuvre la méthode proposée.


Oscillateur à relaxation 9/15

0,9

0,8

0,7

0,6
𝛿/ms

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
𝑅/kΩ

5. Commenter les résultats obtenus.


10/15 Oscillateur à relaxation

Les valeurs du rapport cyclique trouvées sont proches de celles attendues. Les écarts sont dues aux tensions de seuils
des diodes et aux impressions des boites de résistances.

2 Oscillateur contrôlé en tension

Montage 4 : Oscillateur contrôlé en tension

𝐶
𝑌2
− ▷∞
𝑌1 𝑥 ×
+ − ▷∞
𝑅1 𝑦 𝑅
𝑠(𝑡) ′ +
𝑒(𝑡) 𝑠 (𝑡)
𝑅2 𝑉 𝑒(𝑡)

â 𝑉 tension continue délivrée par le GBF


â 𝑅1 = 2,50 kΩ ;
â 𝑅2 = 10 kΩ ;
â 𝑅 = 20 kΩ : boîtes AOIP ×10 kΩ ;
â 𝐶 = 10 nF ;
â diode Zéner 5,60 V

Étude théorique

Les tensions à l’entrée du multiplieur ne doivent pas dépasser 10 V, il faudra donc veiller à ne pas dépasser cette valeur pour
la tension 𝑉 délivrée par le GBF.
Les deux diodes Zener placées à la sortie du comparateur à hystérésis permettent de limiter la tension 𝑠(𝑡) : le niveau haut
est 𝑉0 ≃ 6,40 V et le niveau bas est −𝑉0 ≃ −6,40 V.
Le multiplieur est tel que :

𝑠′ (𝑡) = 𝑘𝑠(𝑡)𝑉 où 𝑘 = 0,100 V−1

Les tensions qui sont intégrées par l’intégrateur sont maintenant ±𝑘𝑉 𝑉0 au lieu de 𝑉u� 𝑒𝑥𝑡𝑠𝑎𝑡± . Les durées des phases de
charge et décharge du condensateur sont alors :

2 u�
u� 𝑉sat
1
+ −
𝑇 =𝑇 = 2
𝑅𝐶
𝑘𝑉 𝑉0

La fréquence de l’oscillateur est alors :

𝑘𝑉0 𝑅2
𝑓= 𝑉
4𝑅𝐶𝑉sat 𝑅1

Étude expérimentale

1. Réaliser le montage 4 avec 𝑉u� = 3 V. Relever les oscillogrammes de 𝑒(𝑡) et 𝑠(𝑡).


Oscillateur à relaxation 11/15

Oscillateur contrôlé en tension


Base de temps :
Sensibilité vert. voie 1 :
Sensibilité vert. voie 2 :

2. Mesurer les niveaux haut et bas de 𝑠(𝑡) et comparer vos mesures aux valeurs attendues ±𝑉0 ≃ ±6,40 V

On mesure
𝑠max = 6,39 V et 𝑠min = −6,39 V
Les valeurs mesurées sont proches des valeurs prévues.
12/15 Oscillateur à relaxation

3. Proposer une méthode graphique permettant de vérifier la linéarité de la relation entre la fréquence de l’oscillateur et de la
tension 𝑉 .

Pour des valeurs de 𝑉 inférieures à 10 V, on mesure la fréquence 𝑓 de l’oscillateur.


On trace 𝑓 en fonction de 𝑉 .

4. Mettre en œuvre cette méthode et conclure.


Oscillateur à relaxation 13/15

4,5

3,5

2,5
𝑓/kHz

1,5

0,5

−1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
𝑉u� /V

3 Modulation de fréquence

Montage 5 : Modulation de fréquence

𝐶
𝑌2
− ▷∞
𝑌1 𝑥 ×
+ − ▷∞
𝑅1 𝑦 𝑅
𝑠(𝑡) ′ +
𝑒(𝑡) 𝑠 (𝑡)
𝑅2 𝑣(𝑡) 𝑒(𝑡)

â Le générateur délivre une tension 𝑣(𝑡) somme d’une constante et d’une sinusoïde de fréquence 100 Hz
â 𝑅1 = 2,50 kΩ ;
â 𝑅2 = 10 kΩ ;
â 𝑅 = 20 kΩ : boîtes AOIP ×10 kΩ ;
â 𝐶 = 10 nF ;
â diode Zéner 5,60 V

1. Régler l’amplitude et la valeur moyenne de 𝑣(𝑡) de telle sorte que la valeur minimale de 𝑣(𝑡) soit de 𝑉u�u� = 1 V et que la
valeur maximale soit de 𝑉u�u� = 3 V. Relever les oscillogrammes de 𝑣(𝑡) et 𝑒(𝑡).
14/15 Oscillateur à relaxation

Modulation de fréquence
Base de temps :
Sensibilité vert. voie 1 :
Sensibilité vert. voie 2 :

2. Interpréter la courbe de 𝑒(𝑡).

Le montage permet de réaliser de la modulation d’amplitude : la fréquence de 𝑒(𝑡) dépend de la valeur de 𝑣(𝑡).
Lorsque 𝑣(𝑡) est minimale, la «fréquence» de 𝑒(𝑡) est petite alors que lorsque 𝑣(𝑡) est maximale, la «fréquence» de 𝑒(𝑡) est
grande.

3. Observer et relever le spectre de 𝑒(𝑡) pour deux tensions 𝑣(𝑡) de valeur même moyenne 𝑉u� = 3 V l’une d’amplitude nulle et
l’autre d’amplitude crête-à-crête 500 mV

Spectre : sans modulation de fréquence Spectre : avec modulation de fréquence


Fréquence centrale : Fréquence centrale :
Fréquence maximale : Fréquence maximale :
Oscillateur à relaxation 15/15

4. Interpréter les deux spectres.

• sans modulation de fréquence : le signal 𝑒(𝑡) est triangulaire et périodique. Son spectre est constitué d’un fondamental
et de plusieurs harmoniques dont les fréquences sont des multiples impaires de la fréquence fondamentale.
• avec modulation de fréquence : les raies précédentes sont élargies du fait de la modulation de fréquence.