Vous êtes sur la page 1sur 32

Annulé le : 15/04/2013

Avis Technique 2/09-1339

de
Annule et remplace l’Avis Technique 2/05-1173

ali
nv
Couverture

no
Industrial C3
Panneau Sandwich
Métallique
Metal faced sandwich panel
Titulaire : Société ISOCAB France
Sandwich-Element mit Zone Industrielle Petite Synthe
Metalldeckschichten
ue
Avenue de la Gironde
FR-59640 Dunkerque
Tél. : 03 28 29 24 40
Fax : 03 28 29 24 50
E-mail : info@isocab.be
Internet : www.isocab.be
niq

Usine : Société ISOCAB France


Espace Polygone
142 rue Panhard et Levasseur
FR-66000 PERPIGNAN
Tél. : 04 68 61 54 75
Fax : 04 68 61 59 41
ch
Te
is

Commission chargée de formuler des Avis Techniques


(arrêté du 2 décembre 1969)
Groupe Spécialisé n° 2
Av

Constructions, Façades et Cloisons Légères

Vu pour enregistrement le 27 juillet 2009

Secrétariat de la commission des Avis Techniques


CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, FR-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr

Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
© CSTB 2009
Le Groupe Spécialisé n° 2 "CONSTRUCTIONS, FACADES ET CLOISONS LEGERES" de
la Commission chargée de formuler les Avis Techniques, a examiné, le 27 janvier
2009, le procédé de couverture métallique isolante INDUSTRIAL C3 présenté par la
Société ISOCAB France. Il a formulé sur ce procédé l'Avis Technique ci-après. Cet
Avis est formulé pour les utilisations en France européenne.

Pour les constructions neuves qui entrent dans le champ d'application


de la Réglementation Thermique 2005, le procédé ISOCAB
1. Définition succincte INDUSTRIAL C3 devra satisfaire aux exigences du tableau VIII du
fascicule 1/5 "Coefficient UBât" des Règles Th-U, qui précise le coeffi-
1.1 Description succincte cient U maximal admissible prévu, soit dans le cas des rampants de
Système de couverture du type panneau sandwich à parements en tôle combles aménagés (U ≤ 0,30 W/(m².K)), soit dans le cas des autres
d'acier soit nue, soit revêtue prélaquée et à âme isolante injectée en planchers hauts (U ≤ 0,47 W/(m².K)).
polyuréthanne expansé avec un agent ne contenant ni CFC, ni HCFC La satisfaction aux exigences est à justifier au cas par cas en fonction
(N-pentane). des performances données au § 3.4 du Dossier Technique.
Etanchéité à l’eau
1.2 Identification
On peut considérer que cette couverture est étanche à l'eau dans les
Les éléments ISOCAB INDUSTRIAL C3 sont caractérisés par la géomé-
conditions de pose définies au Dossier Technique.
trie particulière de leur section transversale, illustrée par la figure 1 du
dossier technique. Complexité de couverture
Les panneaux et les colis sont identifiés selon le marquage précisé au Ce procédé est principalement destiné à la réalisation de couverture de
paragraphe 5.1 du Dossier technique. formes simples comportant peu de pénétrations.
Adaptation du revêtement à l’exposition atmosphérique et à
l’ambiance intérieure
2. AVIS
Cas des parements en tôle d’acier revêtue
2.1 Domaine d’emploi accepté Elle est précisée, pour chaque nature de parement et pour chaque type
Le procédé est utilisé pour des bâtiments à température positive, et catégorie de revêtement au paragraphe 3.5 du Dossier Technique
bâtiments industriels, sièges sociaux, commerciaux (hors ERP) et qui tient compte :
agricoles, dont les conditions de gestion de l’air intérieur permettent • des dispositions prévues par le "Guide de choix" du DTU 40.35, pour
de réduire les risques de condensation superficielle (locaux ventilés les revêtements traditionnels des plaques nervurées et du Constat
naturellement à faible et moyenne hygrométrie ou conditionnés en de Traditionnalité 2/04-1124,
température ou en humidité dont la pression de vapeur d’eau est
comprise entre 5 et 10 mmHg). Le domaine d’emploi est complété par • de l’engagement de la société ISOCAB quant aux catégories de
le Cahier des Prescriptions Techniques (§ 2.3 du présent Avis), et ne revêtement annoncées
concerne pas les portées d'utilisation supérieures à 6 m. Cas des parements en tôle d’acier inoxydable revêtue
Elle est précisée, pour chaque nature de parement et pour chaque type
Les conditions dans lesquelles le procédé peut être utilisé dans les ERP
de revêtement au paragraphe 3.6 du Dossier Technique qui tient
et bâtiments relevant du code du travail dont le plancher bas du der-
compte des dispositions inspirées du DTU 40.44.
nier niveau est situé à plus de 8 m, ne sont pas visées.
Comportement acoustique
Les embases en polyester relèvent de la normalisation pour l’aspect
On ne dispose pas d'éléments d'évaluation relatifs à l'isolation aux
produit et les panneaux d’éclairement ne sont pas concernés par l’Avis.
bruits d'impacts (pluie, grêle), à l'affaiblissement acoustique vis-à-vis
L'emploi de ce procédé pour la couverture des bâtiments frigorifiques des bruits aériens extérieurs et à la réverbération des bruits intérieurs.
n’est pas visé.
Risque de condensation
L'emploi de ce procédé en climat de montagne (altitude > 900 m)
Dans les conditions prévues au dossier technique qui limitent l'emploi
n'est pas visé.
de cette couverture aux locaux à faible ou moyenne hygrométrie ou
dont la pression de vapeur d’eau est comprise entre 5 et 10 mmHg,
2.2 Appréciation sur le procédé des condensations ne sont à redouter qu'éventuellement au droit des
pénétrations et des plaques d'éclairement simple peau.
2.21 Aptitude à l’emploi
Par ailleurs, comme pour tous les autres systèmes de couverture
Stabilité sandwich à parements métalliques, on ne peut exclure totalement les
risques de condensation sur les fixations traversantes.
Elle peut être considérée comme normalement assurée dans les condi-
tions du domaine d'emploi accepté par l'Avis. 2.22 Durabilité - Entretien
Sécurité en cas d’incendie Durabilité
Du fait de la nature de son parement extérieur, cette couverture est Ce système, lorsqu’il comporte des parements de couverture en tôles
susceptible d'utilisation sans restriction d'emploi eu égard au feu ve- d’acier d’épaisseur supérieure ou égale à 0,63 mm, présente une
nant de l'extérieur. durabilité comparable à celle des couvertures traditionnelles de
En ce qui concerne la stabilité au feu vis-à-vis du feu intérieur, on ne référence en plaques métalliques issues de tôles d'acier galvanisées ou
dispose pas d'élément d'évaluation. galvanisées prélaquées (DTU 40.35) ou en feuilles ou longues feuilles
d'acier inoxydable (DTU 40.44).
Les conditions dans lesquelles le procédé peut être utilisé dans les ERP
et bâtiments relevant du code du travail sont indiquées au paragraphe L’emploi du parement couverture en épaisseur 0,50 mm n’est pas de
2.1 du présent Avis. nature à modifier l’appréciation précédente si, toutefois, des
précautions particulières sont prises pour éviter les déformations ou
Le classement de réaction au feu des éléments ISOCAB INDUSTRIAL chocs des panneaux, lors du montage, de l’exploitation, ou à l’occasion
C3 doit être est attesté par un procès-verbal d’essai en cours de validi- des opérations d’entretiens.
té.
Entretien
Prévention des accidents lors de la mise en œuvre ou de
l’entretien Les dispositions des annexes C du DTU 40.35 et n° 1 du DTU 40.44
Ce système n'impose pas de dispositions autres que celles habituelle- "Conditions d'usage et d'entretien" s'appliquent à ce système.
ment requises pour la mise en œuvre ou l'entretien des couvertures en
plaques nervurées métalliques. 2.23 Fabrication et contrôle
La fabrication des parements métalliques relève des techniques tradi-
Isolation thermique tionnelles de profilage des tôles d'acier prélaquées. Le moussage de
Le coefficient de transmission thermique Uc en partie courante de l'âme isolante est réalisé, dans l'usine de Decapanel à Perpignan par
couverture selon l'épaisseur des panneaux isolants, est indiqué au procédé continu et n'appelle pas d'observation particulière.
tableau 4, paragraphe 3.4 du Dossier Technique. Il tient compte du
coefficient de conductivité thermique de 0,032 W/m.K pour la mousse Les contrôles précisés au § 4.2 du Dossier Technique paraissent de
PU/S/PO4 (valeur forfaitaire) et de 0,025 W/m.K Pour la mousse nature à assurer une régularité satisfaisante des fabrications et font
PU/S/PO5 selon décision CTAT n° 20 – option 2 – du 20/02/1995. l’objet d’un suivi par le CSTB.

2 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


2.24 Mise en œuvre
La mise en œuvre de ces éléments (nervures posées parallèles à la
ligne de plus grande pente) se rapproche de celle des plaques nervu- Conclusions
rées traditionnelles selon DTU 40.35.
Appréciation globale
Les conditions d'appui en extrémité de panneau, prévues par le dossier
technique, nécessitent le respect des dispositions particulières relatives L’utilisation du procédé ISOCAB C3 dans le domaine d’emploi
à l'ossature porteuse précisées au Cahier des Prescriptions Techniques accepté, est appréciée favorablement.
(§ 2.3 du présent Avis). Il convient d'éviter les découpes de panneaux
sur le chantier. Validité
Jusqu’au 31 janvier 2012.
2.3 Cahier des Prescriptions Techniques
2.31 Conditions relatives aux ossatures
Les conditions d'appui requises pour la pose des panneaux (cf. § 6.21 Pour le Groupe Spécialisé n° 2
du Dossier Technique) doivent être prises en compte au niveau des Le Président
tolérances de charpente et des flèches des pannes sous leur poids M. KRIMM
propre.

2.32 Contreventement
Le contreventement du gros œuvre toiture doit être prévu sans la
participation de la couverture.

2.33 Calepinage et réalisation des pénétrations de


grandes dimensions
La Société ISOCAB devra assurer son assistance technique sur le
chantier auprès des entreprises de pose (à leur demande), notamment
pour la réalisation des pénétrations de grandes dimensions intéressant
plusieurs panneaux.
3. Remarques complémentaires
Un chevêtre doit être prévu autour des pénétrations intéressant une
dimension (largeur ou longueur) supérieure à 400 mm. du Groupe Spécialisé
Des précautions devront être prises pour assurer la continuité des • Cette première révsion du procédé ISOCAB C3 a pour principal
étanchéités et de l’isolation afin d’éviter les risques de condensations objet :
superficielles. - L’intégration de l’additif 2/05-1173*01 Mod du 30 mai 2006 relatif
à l’ajout des 2 formulations de mousse de polyuréthane expansée
2.34 Longueur maximale des rampants au pentane référencées PU/B/P01 et PIR/B/07.
Compte tenu de la similitude du parement supérieur des panneaux - L’ajout d’un parement extérieur à plage lisse.
ISOCAB INDUSTRIAL C3 avec les plaques de couverture faisant l’objet • Pour les locaux avec renouvellement d’air et humidité non fixée, le
du DTU 40.35
w
• la longueur maximale des rampants visée par le présent Avis est de rapport ( g / m 3 ) doit être précisé dans les DPM.
40 m, n
• les nervures doivent être parallèles à la ligne de plus grande pente. • L’utilisation en ERP doit être assujettie à l’obtention d’un avis favo-
rable de la Commission Centrale de Sécurité tel qu’indiqué dans la
partie III du Guide d’emploi des isolants combustibles dans les ERP.
Les éventuelles dispositions constructives spécifiques découlant de
cet Avis devront faire l’objet d’un additif au présent Avis Technique.

Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n° 2


M. COSSAVELLA

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 3


Dossier Technique
établi par le demandeur
• PVC Plastisol 200 µm Standard ou Plastex 200 (seulement en exté-
rieur)
A. Description 5 μm (minimum) primaire époxy ou polyester par face (côté
mousse = primaire d’adhésion), laque PVC Plastisol texturée cuir
(épaisseur 200 µm), éventuellement avec un film de protection de
1. Généralités 35, 50 ou 80 µm. Seulement pour l’extérieur ou des faces en qualité
non alimentaire.
1.1 Principe
• PVDF 25 Standard ou Myriafluor ou 35 µm
Système de couverture à base de panneaux sandwiches (tôle 5 μm (minimum) primaire époxy ou polyester par face (côté
d’acier/mousse de polyuréthanne/tôle d’acier). mousse = primaire d’adhésion), laque PVDF (épaisseur 20 ou 30
L’âme en polyuréthanne est injectée entre les parements sur une ligne µm), éventuellement avec un film de protection de 35, 50 ou 80 µm.
en continu. L’expansion se fait sans CFC et sans HCFC, en utilisant du • HDP 25 ou 35 µm Standard ou Pladur
N-pentane.
5 µm (minium) primaire époxy ou polyester par face (côté mousse =
Le procédé comprend des parements en tôle profilée à l’extérieur, et primaire d’adhésion), laque base polyester HDP (épaisseur 20 ou 30
tôle plane ou légèrement nervurée à l’intérieur. µm), éventuellement avec un film de protection de 35, 50 ou 80 µm.
Note : Les tolérances de planéité doivent être définies avec l'utilisa- • PET 55 µm Myriaclean (seulement en intérieur)
teur, dans le cas du parement intérieur plat.
5 µm (minimum) primaire époxy ou polyester pour face (côté
1.2 Domaine d’application mousse = primaire d’adhésion), laque PET (épaisseur 50 µm), éven-
tuellement avec un film de protection de 35, 50 ou 80 µm.
1.21 Procédé
2.12 Tôle Aluzinc de la Société Galvalange ®
Le procédé est utilisable sur les structures en acier, bois ou béton avec
inserts métalliques. Les panneaux ne participent pas à la stabilité du Épaisseur minimale 0,50 mm selon les normes NF EN 10215 et NF EN
bâtiment. 10143 tolérances normales - classification S 320 GD + AZ 185 confor-
mément au Constat de Tratidionnalité 2/04-1124. La tôle est utilisée
1.22 Hygrométrie des locaux nue.

Le procédé est utilisé pour des bâtiments à température positive,


bâtiments industriels, sièges sociaux, commerciaux (hors ERP) et 2.13 Tôle d’acier Zinc-Aluminium
agricoles, dont les conditions de gestion de l’air intérieur permettent Selon la norme NF EN 10326, classification S320 GD + ZA255. Epais-
de réduire les risques de condensation superficielle (locaux ventilés seur minimale tôle intérieure 0,50 mm et tôle extérieure 0,6 mm
naturellement à faible et moyenne hygrométrie ou conditionnés en (tolérances normales selon NF EN 10143). La tôle est utilisée nue ou
température ou en humidité dont la pression de vapeur d’eau est revêtue de la laque à base de polyester HDP 35 µm Pladur définie au §
comprise entre 5 et 10 mmHg). 2.11.

1.23 Adaptation du revêtement à l’exposition 2.14 Tôle d’acier inoxydable (parement intérieur
atmosphérique et aux ambiances intérieures uniquement)
Les parements et finitions de parements des panneaux doivent être Nuances suivant la norme NF EN 10088-2 : classe 1.4301 (AISI 304,
choisis en fonction de l’ambiance intérieure et de l’atmosphère exté- X5 Cr Ni 18-10), classe 1.4401 (AISI 316, X5 Cr Ni Mo 17.12-2),
rieure (cf. Tableaux 4 et 4 bis du Dossier Technique). classe 1.4404 (AISI 316, X2 Cr Ni Mo 17.12-2). La tôle est utilisée
nue.
1.24 Zones climatiques Il est prévu coté mousse un primaire époxy ou polyester de 5 à 7 µm.
Les zones climatiques considérées sont celles prévues par l’annexe E Epaisseur minimale tôle intérieure 0,5 mm et tôle extérieure 0,6 mm.
du DTU 40.35. Le procédé est utilisable pour les zones I, II et III
(altitude < 900 m) en respectant les règles de la mise en œuvre. Film de protection 35, 50 ou 80 µm.

2.2 Ame isolante


2. Matériaux L’âme isolante est injectée en continu entre les parements métalliques.
Il s’agit d’une mousse de polyuréthanne expansée à l’aide d’agents
2.1 Parements gonflants sans CFC et sans HCFC.
Systèmes de mousse référence PU/B/P01, PU/S/P04, PU/S/P05 et
2.11 Tôle d’acier galvanisée revêtue PIR/B/P07.
Selon norme NF EN 10326 et GA A 36 335, classification S320 GD, Densité globale de la mousse : 40 ± 5 kg/m3.
galvanisé Z225 ou Z275.
Agent gonflant : n-pentane.
Epaisseur minimale de la tôle intérieure 0,5 mm (tolérances normales
Coefficient de conductivité thermique λ = 0,032 W/m.K (valeur forfai-
selon NF EN 10143).
taire) pour PU/B/P01, PIR/B/P07 et PU/S/P04 et λ = 0,025 W/m.K
Epaisseur minimale de la tôle extérieure 0,6 mm (tolérances normales
pour PU/S/P05 (décision CTAT n° 20 – option 2 - du 20/02/1995).
selon NF EN 10143).
Une variante sans raidisseur de plage est disponible. Toute demande
2.3 Produits d’étanchéité
doit être soumise à l’assistance technique d’ISOCAB France.
Différentes combinaisons d’épaisseurs sont possibles sur demande. 2.31 Joints longitudinaux et transversaux
Les revêtements selon la norme XP P34-301 et P34-310 sont les sui- • Bandeau en polyéthylène autocollant 20 x 5 mm au-dessus de la
vantes pour l’extérieur et l’intérieur : mousse à recouvrir par le panneau adjacent.
• Polyester 25 µm • Polyuréthanne imprégné (ignifugée) de 7 mm sur le chant du pan-
5 μm (minimum) primaire époxy ou polyester par face (côté neau (côté non recouvrant).
mousse = primaire d’adhésion), laque polyester standard de finition • Contre closoirs découpés pour faîtage en mousse cellule fermées en
(épaisseur 20 µm), éventuellement avec un film de protection de polyéthylène 50 x 20 mm (cf. figure 14), densité 35 kg/m3.
35, 50 ou 80 µm.
• Double joint néoprène autocollant de 10 x 4 mm ou double joint en
• PVC Plastisol 100 µm Standard ou Myriaplast (seulement en exté- mastic butyle en jonction transversale de panneaux selon NF P
rieur) 30 305.
5 μm (minimum) primaire époxy ou polyester par face (côté
mousse = primaire d’adhésion), laque PVC Plastisol lisse (épaisseur 2.32 Joints intérieurs
100 µm), éventuellement avec un film de protection de 35, 50 ou 80 • Mastics butyl, polyuréthanne, acrylique et silicone bénéficiant du
µm. label SNJF et selon NF P 30 305.
• Film autoadhésif en aluminium (enrobé).

4 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Exemple de marquage «UCP02BVP02EPP «longueur :…mm».
2.4 Accessoires de fixation J U = mousse PU/S/P05
2.41 Fixation par vis à travers le panneau (cf. figure J C = épaisseur 30 mm
6a) J symboles du parement intérieur :
Chaque type de fixation traversante est exécuté avec un cavalier en - P = polyester coating 25 my + PE 50 my
tôle emboutie d’acier galvanisée, laquée et une rondelle d’étanchéité - 02 = RAL 9002 = blanc gris
conformément au DTU 40.35.
- B = acier épaisseur 0,50 mm
Les vis et rondelles en acier galvanisé ou en acier inoxydable sont
- V = nervuré.
conformes au DTU 40.35.
J symboles du parement extérieur :
• Vis autotaraudeuses
- P = polyester coating 25 my + PE 50 my
- diamètre minimal 6,5 mm pour fixation sur support bois ou sup-
port acier avec une épaisseur maximale de 2,5 mm. - 02 = RAL 9002 = blanc gris
- diamètre minimal 6,3 mm pour fixation sur support acier d’une - E = acier épaisseur 0,63 mm
épaisseur de plus de 2,5 mm, avec rondelle d’appui diamètre 16 - P = onde de toiture T 39/1000/4R.
mm au minimum, munie en monobloc d’une rondelle d’étanchéité
- P = chants transversaux sans démoussage.
en EPDM.
• Vis autoperceuses, diamètre minimale 5,5 mm à tête hexagonale ∅
8 mm avec rondelle d’appui ∅ 19 mm au minimum, munie en mo-
3.12 Caractéristiques dimensionnelles (cf. figure 1)
nobloc d’une rondelle d’étanchéité en EPDM. Remarque générale : à cause des manipulations et le danger
d’endommager les panneaux, la longueur disponible est à limiter par
• La longueur des vis en fonction du support et de l’épaisseur des
les possibilités de transports et de manipulation sur chantier.
panneaux est donnée au Tableau 8.
• Largeur hors tout : 1078 mm.
2.42 Fixation de couture • Largeur utile : 1040 mm (à la demande, largeur utile de 1000 à
1090 mm).
Vis autoperceuses diamètre 4,8 x 19 mm mini, rondelle 14 mm vulca-
nisée monobloc, conformes au DTU 40.35. • Longueur maximale : 20 000 mm.
Les mêmes vis sont utilisées pour la fixation de tous les accessoires • Hauteur de la nervure en partie courante : 39 mm.
extérieurs (faîtage, égout, etc…). • Hauteur de la nervure de rive : 35 mm.

2.5 Accessoires • Epaisseur de la partie courante : 30, 60 et 80 mm.

2.51 Accessoires en tôles d’acier pliée 3.13 Géométrie des parements (cf. figure 1)
Les profils de finition sont réalisés en tôle d’épaisseur minimale 0,6 Les faces intérieures des panneaux sont soit planes, soit légèrement
mm de la même qualité et couleur que les panneaux. Ils existent en nervurées (standard) (une rainure en creux de 20 mm de largeur et 1
longueurs standard de 3, 4 et 6 m. mm de profondeur tous les 55,5 mm).
Les différents accessoires sont illustrés par les figures 3, 4 (des profils Les faces extérieures sont profilées avec 2 ondes trapézoïdales (+ une
spéciaux peuvent être faits sur demande). onde de recouvrement) symétriques en sens longitudinal. La largeur à
Les façonnés en tôle pliée sont lisses, avec les rives repliées. la base est de 73 mm, en haut 39 mm, et la hauteur est de 39 mm.
L’étanchéité étant assurée par des closoirs découpés, fixés entre les Les parements extérieurs sont soit à plages planes, soit faiblement
panneaux et les profils. nervurés (selon la figure 1).
Après jonction des panneaux, un joint de 4 mm +3/-1 permet la mise
2.52 Embases polyester1 en œuvre d’un cordon de mastic sur les tôles intérieures des pan-
Les coupoles et exutoires de fumées (cf. figure 5) sont montés sur des neaux.
embases en polyester à raccord « ISOCAB INDUSTRIAL C3 ».
Ces embases permettent de monter/fixer des exutoires de fumées, des
3.14 Rives et extrémités
éclairages zénithales, la ventilation, l’accès couverture, des traversées
3.141 Finition des rives longitudinales
de couvertures.
La rive longitudinale comporte un joint d’étanchéité en polyuréthane
Référence norme NF P 37-317.
imprégné sur toute l’épaisseur du panneau, et un deuxième joint
d’étanchéité en polyéthylène autocollant de 20 mm de large et 5 mm
2.53 Plaques d’éclairement 2 de hauteur au dessus de la nervure à recouvrir par le panneau adja-
Les panneaux d’éclairement sont préfabriqués et sont constitués de :
cent. L’autre rive est conçue pour recouvrir le panneau adjacent. Une
• Panneau extérieur en polyester armé, profilage et dimensions iden- bande de PVC permet d’éviter que la mousse déborde de la tôle infé-
tiques aux panneaux. rieure lors de l’injection et limite la diffusion des gaz isolants de la
mousse (cf. figure 1).
• Panneau intérieur en polyester armé
• Closoirs intermédiaires suivant l’épaisseur des panneaux. 3.142 Finition des extrémités
Les rives transversales sont généralement de coupe droite. Au cas où
• Les cotés longitudinaux fermés d’une plaque polyester armé, collée
un rampant est plus long que le panneau, les embouts des panneaux
par mastic silicone.
sont feuillurés type gauche ou droit, pour raccord bout à bout des
panneaux (cf. figure 2).
3. Caractéristiques des panneaux
3.2 Tolérances
3.1 Description des panneaux Le Tableau 1 du Dossier Technique donne les tolérances pour chaque
dimension.
3.11 Désignation commerciale des produits
Le nom de marque du procédé est «ISOCAB INDUSTRIAL C3». 3.3 Caractéristiques pondérales
Les panneaux sont indiqués «IND» suivi d’un chiffre donnant Le Tableau 2 donne les poids des panneaux « standards » qui ont une
l’épaisseur en cm du panneau hors nervures. Une lettre supplémen- tôle d’acier galvanisée prélaquée de 0,60 mm extérieur et 0,50 mm
taire (R, U, I, ou N) donne l’information du système de mousse utilisé. intérieur.
• R = PIR/B/07
Tableau 2 – Masse surfacique des panneaux avec tôles 0,6/
• U = PU/S/P05 0,5 mm
• I = PU/B/P01
• N = PU/S/P04 Référence des panneaux Masse en kg/m2

Les panneaux sont codifiés, le code donnant tous les détails sur la IND C3 3 10,9
finition, l'épaisseur des parements, la couleur, etc. La longueur est IND C3 6 12,1
donnée après ce code.
IND C3 8 12,9

1 Ces produits relèvent de la normalisation.


2 Ces produits ne sont pas visés par l’Avis.

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 5


• Masse volumique : au moins 2 fois par équipe.
3.4 Caractéristiques d’isolation • Débits des composants : en continu par débitmètre, enregistré
Le coefficient de conductivité thermique de la mousse est égal à 0,032 automatiquement sur panneau.
W/m.K pour PU/B/P01, PU/S/P04 et PIR/B/P07, et 0,025 W/m.K pour • Temps avant contact mousse – tôle supérieure (relié à une distance)
PU/S/P05. Il permet d’établir le coefficient UC et ψ de transmission : en continu par laser.
thermique des panneaux en partie courante.
• Remplissage du panneau : en continu et par sondage : arrachement
Tableau 3 – Coefficient de transmission thermique des tôles (2 par équipe).

UC (W/m2.K) ψ (W/m.K) 4.223 Panneau


Epaisseur
de l’âme PU/B/P01 PU/B/P01 • Joints entre panneaux : 1 fois par campagne.
isolant PU/S/P04 PU/S/P05 PU/S/P05
(mm) PU/S/P04 • Géométrie et planéité et planéité selon le tableau 2 : 1 fois par
PIR/B/P07 PIR/B/P07 équipe.
30 1,00 0,78 0,02 0,02 • Aspect de la mousse : en continu.
60 0,52 0,40 0,01 0,01 • Aspect de la tôle : en continu.
80 0,40 0,30 Négligeable Négligeable
4.23 Contrôles effectués en cours de fabrication
3.5 Choix des revêtements des parements Tableau 5 – Contrôles

3.51 Revêtements pour utilisation extérieure Cf Tableau 5 du Dossier Technique.


Cf. Tableau 4 du Dossier Technique.

3.52 Revêtements pour utilisation intérieure


5. Marquage, conditionnement, transport,
Cf. Tableau 4 bis du Dossier Technique.
stockage et manutention
5.1 Marquage
4. Fabrication et contrôle Chaque panneau est marqué sur son coté longitudinal et pendant la
Les panneaux sont fabriqués à l’usine d’ISOCAB France, conformément production avec :
au e-cahier fascicule 3502 «Panneaux sandwiches isolants à pare- • date et heure de production,
ments métalliques – Conditions générales de conception et fabrica-
• n° de l'Avis Technique,
tion».
• codification et longueur du panneau,
4.1 Fabrication • numéro série,
La fabrication s’effectue selon le processus suivant : • numéro de commande.
• Déroulement des tôles
Chaque emballage porte une fiche d’identification indiquant :
• Déroulement des films plastique de protection (option)
• numéro de la confirmation de commande,
• Nervuration ou profilage des tôles.
• nom du client,
• Profilage des rives
• poids du colis,
• Chauffage par air chaud des tôles.
• éventuellement : adresse de livraison,
• Épandage de la mousse par tête oscillante
• nombre et types de panneaux en forme de codes + les explications
• Passage en conformateur régulé en température. les plus importantes. Le code explique l’épaisseur totale du pan-
• Marquage des panneaux. neau, le type de mousse, le type de nervuration, le démoussage des
extrémités transversales des panneaux, le type de laque de chaque
• Coupe à longueur suivant commande
coté du panneau et l’épaisseur des tôles. La longueur est mention-
• Zone de durcissement et conditionnement de la mousse. née séparément.
• Mise en palettes Chaque palette est munie d’un autocollant avec des consignes concer-
nant la manutention et le stockage des palettes.
Marquage des palettes

4.2 Contrôles 5.2 Emballage


Les panneaux sont emballés sur les palettes par sangle polyester ou
4.21 Contrôles de réception des matières premières par film étirable. Ils sont emballés avec un film étirable, des sangles
polyester si nécessaire et des cales polyester permettant le passage
4.211 Revêtement des tôles de parement des fourches de chariot élévateur.
Un rapport d’essai établi par le fournisseur, à chaque livraison sur : Le poids maximal d’une palette est de 2,5 tonnes.
• épaisseur de la laque et de la tôle, La hauteur maximale d’une palette est de 1200 mm.
• teinte,
5.3 Conditionnement
• grammage de zinc,
Les panneaux, selon leur épaisseur, sont conditionnés entre 2 et
• limite élastique de la tôle. 10 heures minimum à l’intérieur de l’usine.
4.212 Caractéristiques des constituants de la 5.4 Manutention et stockage sur chantier
mousse
Chaque palette comporte une étiquette autoadhésive avec les consi-
Un rapport d’essai établi par le fournisseur, à chaque livraison sur : gnes de manutention.
• valeur OH du polyol,
• teneur en eau du polyol,
5.41 Stockage
Le stockage doit être effectué sous abri ventilé (magasin couvert,
• viscosité, bâche, etc.)
• valeur NCO de l’isocyanate. Evitez le stockage au soleil.

4.22 Contrôles effectués en cours de fabrication Avec une inclinaison légère dans le sens de la longueur afin de faciliter
l’écoulement des eaux (ruissellement / condensation).
4.221 Tôles de parement Toujours stocker sur un calage (planche de 15 cm de large au
• Ondulation au milieu avant profilage : sans, minimum) entre le sol parfaitement plan et stable et les paquets
ménageant un espace suffisant pour permettre une bonne aération
• Ondulation aux rives avant profilage : max. 3 mm sur 5 m de lon-
tout en évitant tout risque de déformation permanente des plaques.
gueur (estimation).
Il est recommandé de réduire au minimum le temps de stockage sur
• Ecarts de la ligne droite sur les rives max. 3 mm sur 18 m de lon-
chantier.
gueur (estimation).
Empilez au maximum 2 colis. L’empilage s’effectue toujours par
4.222 Mousse superposition des cadres. Ne jamais poser les cadres directement sur
• Temps de fil : au moins 2 fois par équipe. les panneaux.

6 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


6.14 Complément d’isolation thermique
5.42 Manutention
Des produits préformés ou non à base de laine minérale ou de mousse
Pour la manipulation des paquets avec des engins de levage, protéger en matériaux de synthèse sont nécessaires pour parfaire l’isolation
les rives et le dessous des paquets (fourches de chariots élévateurs). thermique au niveau des raccordements.
Pour le désempilage, soulevez les panneaux en évitant le frottement
de l’extrémité du panneaux supérieur sur celui du dessous. 6.2 Dispositions particulières relatives à
Pour les panneaux relativement longs par rapport à leur épaisseur l’ossature porteuse
(L > 100 x épaisseur), il est impératif de les basculer sur chant lors de L’ossature du bâtiment devra être calculée conformément aux règles
la manutention afin d’éviter leur ruine. en vigueur sans tenir compte des ouvrages d’enveloppe. Les panneaux
de couverture ne participent pas à la stabilité générale des bâtiments.
5.43 Déchargement
L’ossature du bâtiment sera construite en tenant compte des toléran-
Des emballages jusqu’à 6 m peuvent être déchargés par un chariot
ces généralement acceptées de l’alignement, c'est à dire 1mm/m de
élévateur.
hauteur ou de longueur. Au cas où les panneaux se fixent sur plusieurs
Des emballages jusqu’à 10 m sont à décharger à l’aide d’une grue. Il lisses, le retrait et l’avancement des lisses ne doivent pas être de plus
est impératif d’utiliser un palonnier à 2 traverses. de 5 mm au total, par panneau.
A partir de 10 m, utilisez toujours 4 traverses.
6.21 Largeur minimale des appuis
5.44 Montage Les lisses auront une surface d’appui suffisante, c'est à dire :
N’utilisez que des outils de coupe opérant sans génération importante
• Structure en acier : largeur d’appui minimale 40 mm pour les appuis
de chaleur et sans projection d’étincelles.
intermédiaires et 30 mm pour les appuis d’extrémité. En cas de
Eliminez immédiatement les particules métalliques provenant de jonction de panneau sur appui, se reporter à la figure 6.
coupe, perçage, etc. et les autres corps étrangers (risque d’oxydation).
• Structure en bois, appui de 60 mm minimum.
5.45 Film de protection • Structure en béton avec insert métallique dans le béton de 60 mm
En cas de stockage en magasin le film de protection sur les surfaces de large et 3 mm d’épaisseur.
revêtues est à enlever au plus tard 3 mois après expédition d’usine.
6.22 Pentes
Sur le chantier, il doit être enlevé avant le montage.
La pente de la couverture est donnée par la pente de l’ossature.
5.46 Livraison Les panneaux ISOCAB INDUSTRIAL C3 sont à poser avec une pente
ISOCAB France SA peut livrer des panneaux jusqu'à 19300 mm de minimale définie dans le tableau 7 ci-après.
long. Des panneaux d’une telle longueur demandent des précautions Pour les pentes inférieures à 10 %, la tôle supérieure des panneaux
spéciales pour la manutention. Il est nécessaire de demander l’avis du est repliée sous faîtières crantées (bord relevé), sans closoir.
fabricant. Pour les pentes comprises entre 5 et 7 %, les faîtières à bords décou-
pés peuvent être utilisées, avec closoir et avec bords relevés.
6. Description de la mise en oeuvre
6.23 Recouvrements
6.1 Disposition générales Quelque soit la pente, les recouvrements des panneaux aux embouts
transversaux sont de 150 ou 200 mm et l’étanchéité toujours à assurer
6.11 Perçage, usinage par double joint extérieur et joint mousse sur appui (cf. figure 11).

6.111 Découpe de panneaux 6.24 Ecartement des appuis supports


L’utilisation de matériel qui fait chauffer les parements est déconseil- Les éléments de toiture reposent toujours sur plusieurs pannes du
lée : elle peut nuire à la laque. Les limailles/copeaux doivent être bâtiment. La portée (écartement entre appuis) est fonction des char-
éliminées immédiatement des revêtements afin d’en éviter ges ascendantes et descendantes admissibles sur les panneaux. Les
l’incrustation et des actions corrosives sur la tôle. Les découpes sont à charges admissibles prises en compte sont les charges climatiques
faire avec une scie sauteuse. spécifiées dans les règles NV 65 modifiées.
Le démoussage des panneaux, afin de préparer le recouvrement trans- La portée des panneaux est limitée selon les critères suivants :
versal, peut être réalisé en usine.
• flèche limitée au maximum 1/200ème de la portée,
6.112 Vissage • coefficient de sécurité vis-à-vis de la ruine égal à 2 au minimum,
On évitera le poinçonnement / l’écrasement du parement des pan- • résistance des organes de fixation selon le § 6.3.
neaux par les vis / rondelles en utilisant des visseuses avec réglage du
Les critères sont respectés par application des tableaux suivants :
couple de débrayage et butée de profondeur. Le poseur veillera au
respect du couple de serrage maximum donné par le fabricant de • sur 2 appuis, charges normales admissibles en daN/m² (cf. Tableau
fixation. 10 du Dossier Technique).
Le perçage, autre que pour la fixation des panneaux et des finitions, • sur 3 appuis, charges normales admissibles en daN/m², fixation sur
n’est pas autorisé. Les diamètres de perçage pour les vis de fixations chaque nervure (cf. Tableau 11 du Dossier Technique).
sont donnés dans le Tableau 8 du Dossier Technique.
Les tableaux de charges sont valables quelque soit la géométrie du
parement extérieur et intérieur.
6.12 Sens de pose (cf figure 2)
Les panneaux ISOCAB INDUSTRIAL C3 sont mis en œuvre à 6.25 Dispositions simplifiées pour la prise en compte
l’avancement, la nervure libre de l’élément à poser venant recouvrir la
des charges accidentelles
nervure pleine du dernier élément posé. Le sens de progression du
montage des panneaux est choisi de façon à être contraire à celui des En ce qui concerne les effets de la neige, on peut considérer par une
vents de pluie dominants. Cette condition implique l’emploi de pan- approche simplifiée que la notion de charge accidentelle est implicite-
neaux de type «gauche» ou «droit». ment vérifiée lorsque la charge normale de neige «pn» est inférieure
ou égale à :
6.13 Compléments d’étanchéité • 50 daN/m2 pour les régions A1, A2, B1,
La qualité de l’étanchéité à l’eau et à l’air dépend essentiellement du • 70 daN/m2 pour les régions B2, C1, C2,
soin apporté au montage des panneaux.
• 90 daN/m2 pour la région D.
6.131 Joints longitudinaux (cf figure 11)
6.3 Résistance des organes de fixation
A l’intérieur du bâtiment : quelque soit la pente de couverture, un joint
d’étanchéité dans les joints longitudinaux est prévu en fabrication. La résistance de calcul des organes de fixation (PK/γm) doit être au
moins égale à 480 daN.
6.132 Joints transversaux (cf figure 11)
γm est pris égal à :
Les joints transversaux reçoivent toujours un double joint néoprène
autocollant de 10 x 4 mm ou un double joint en mastic butyl. • 1,15 pour les supports métalliques d’épaisseurs supérieures à 3 mm,
A la mise en œuvre, des closoirs prédécoupés doivent être utilisés sous • 1,35 pour les supports bois et les supports métalliques d’épaisseurs
faîtage. comprises entre 1,5 et 3 mm.

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 7


- Pose d’une bande sous faîtière.
6.4 Assemblage et fixation - Mise en place du complément d’isolation thermique.
6.41 Fixation à l’ossature - Pose de la faîtière.
• Faîtage simple mono pente (cf. figure 8).
6.411 Répartition des fixations
- Pose des panneaux et compléments d’étanchéité nécessaire (cf. §
Les fixations des panneaux de couverture sont placées au sommet de 6.13).
toutes les nervures.
- Mise en place du complément d’isolation thermique.
Le nombre de fixations est une fixation par croisement de panne et
- Pose de la faîtière.
nervure.
- Pose des profils de finition.
Le porte-à-faux maximal admissible en extrémité des panneaux (en
rives d’égouts et de faîtage) ne doit pas excéder le 1/10ème de la • Faîtage sur mur en dépassant (cf. figure 8)
portée en travée adjacente à ce débord, limité à 400 mm. - Pose des panneaux et compléments d’étanchéité nécessaire (cf. §
6.13).
6.412 Types de fixation
- Mise en place du complément d’isolation thermique.
Les différents types de fixation sont décrits au paragraphe 2.4.
- Pose de la faîtière.
Les Tableaux 7 et 8 précisent les longueurs des vis et les diamètres
des trous de pré-perçage. - Pose des profils de finition.

Tableau 7 – Longueur des vis (mm) 6.52 Rives


Raccordement latéral contre mur (cf. figure 7) :
Hauteur Vis autotaraudeuse Vis autoperceuse
totale du Ce raccordement exige une préparation du panneau de rive pour
panneau l’adapter aux dimensions du bâtiment. Une étanchéité en mousse PU
(sur Support Support expansée in situ est faite entre mur et panneau.
Support acier
nervures) acier bois
(mm) 6.53 Egout
(2) (1) (2)
A chaque égout, on met une étanchéité en mousse souple entre la
69 100 130 130 sous face du panneau et le mur.
99 130(2) 150(1) 150(2)
• Egout sans gouttière (cf. figure 9) (un débord minimal de 100 mm
119 150(2) 175(1) 190(2) est prévu).
Eventuellement, un closoir prédécoupé peut être mis sous la tôle
(1) Profondeur d’ancrage d’au moins 50 mm
supérieure du panneau pour améliorer l’esthétique.
(2) Dépassement sous panne au moins égal au diamètre de la vis
• Egout avec gouttière :
- Gouttière pendante : cf. figure 9a.
Tableau 8 – Diamètre des avants trous pour les vis autotarau-
deuses - Gouttière chéneau : cf. figure 9a.

Epaisseur d'acier (mm) Diamètre du trou (mm) 6.54 Pénétrations


1,5 4,5 Les pénétrations discontinues nécessitent des accessoires adaptés cas
1,6 - 2,3 5,0 par cas. Le percement ou la découpe sur chantier des panneaux n’est
pas admis sauf là où une jonction entre le panneau et la pièce péné-
2,4 - 3,0 5,3 trante peut se réaliser à l’aide d’une pièce standard d’étanchéité.
3,1 - 4,8 5,5 Si la pénétration a un diamètre supérieur à 300 mm, il faut prévoir un
chevêtre.
4,8 - 5,8 5,7
6,0 - 8,0 5,8 6.55 Parties éclairantes (non visées par l’Avis)
8,1 et plus 5,9
6.551 Coupoles
Lanterneau en polyester (cf. figure 5 et § 2.52)
6.42 Fixation de couture (cf figure 12)
Les panneaux sont couturés à leurs recouvrements longitudinaux à 6.552 Plaques d’éclairement
l’aide de vis autoperceuses placées en sommet. Leur espacement est Définies au § 2.53.
précisé dans le Tableau 9.

Tableau 9 – Espacement des fixations de couture 7. Organisation de la mise en oeuvre


Situation exposée
Portée L (m) Pente > 10 % selon DTU 40.35 ou 7.1 Mode de distribution
pente ≤ 10 % La distribution est faite par ISOCAB France SA.
L ≤ 2 L L/2
7.2 Assistance technique
2 < L ≤ 3,5 L/2 1m
La maison mère ISOCAB SA en Belgique peut assurer une assistance
L > 3,5 1m 1m technique sur le chantier en mettant notamment à disposition des
poseurs des notices de montage et des plans de réalisations du chan-
tier.
La fixation sur pannes des panneaux, en sommet d’une nervure de
recouvrement, est également considérée comme fixation de couture. ISOCAB France SA assure l’assistance technique sédentaire, sur de-
mande du client.
Les fixations de couture sont régulièrement réparties.

6.5 Ouvrages particuliers de couverture 8. Entretien, rénovation, remplacement


6.51 Faîtage 8.1 Contrôle annuel de corrosion
L’étanchéité est assurée par un débordement de la faîtière crantée L’entretien normal comporte notamment :
supérieure par rapport à la fixation de 100 mm minimum.
• l’enlèvement périodique des feuilles, herbes, mousses et autres
La fixation des faîtières au panneau est réalisée à chaque nervure. dépôts ou objets étrangers,
Un closoir prédécoupé est mis entre la faîtière et le panneau (cf. figure • le maintien en bon état des évacuations d’eaux,
14).
• s’il y a lieu, le maintien en bon état de la ventilation de la sous face
Pour des pentes < 10 %, la tôle supérieure du panneau est repliée de la couverture,
sous faîtière. La jointure entre les panneaux est remplie de mousse de
polyuréthanne expansée in situ : • le maintien en bon état des revêtements de protection :

• Faîtage double (cf. figure 10) • en cas de dégradation accidentelle,

- Pose des panneaux et compléments d’étanchéité nécessaire • en cas d’amorce de corrosion, notamment localisée en rive d’égout
(cf. § 6.13). ou sur les recouvrements transversaux.

8 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


• Le maintien en bon état des ouvrages qui contribuent à l’étanchéité Après séchage, une peinture peut être appliquée, qualité « exté-
de la couverture (solins, larmiers, bandeaux, …). rieure », type polyester ou polyuréthanne. Les panneaux finis en
Plastisol ne peuvent être repeints qu’avec des peintures indiquées par
• Pour les surfaces non soumises au lavage naturel assuré par les le fournisseur de la tôle. Les panneaux Aluzinc ne peuvent pas être
précipitations atmosphériques un nettoyage régulier suivi, le cas peints avec des peintures contenant du plomb ou du cuivre. Pour toute
échéant, d’un traitement systématique et immédiat des parties pré- demande consulter ISOCAB France.
sentant des amorces de corrosion.
S’il n’est pas prévu qu’une seule visite par an, elle est effectuée de 8.4 Remplacement de panneaux
préférence à la fin de l’automne pour les bâtiments situés à proximité Le remplacement d’un panneau s’effectue par enlèvement des vis de
d’arbres. fixation du panneau concerné et du panneau adjacent. Après dépose et
L’usage normal implique une circulation réduite au strict nécessaire repose du panneau, on remet les fixations de réparation (diamètre
pour l’entretien normal défini ci-dessus et d’autres travaux, tels que : plus important), en portant attention aux compléments d’étanchéité
ramonage, pose et entretien d’antennes, … Il convient de prendre les éventuels. Pour toute demande consulter ISOCAB France.
précautions et les dispositions utiles pour ne pas provoquer :
• le poinçonnement des parties planes ou des déformations des ner-
vures. On peut pour cela recourir à des chemins de circulation, B. Résultats expérimentaux
• la détérioration du revêtement de protection. • Essais de flexion et de ruine sous charge descendante et ascendante
Dans le cas où des équipements techniques nécessitant des visites répartie (mousse PU/S/PO05 : RE VERITAS n° 1085951/1H du 5 au
fréquentes (installations de conditionnement d’air par exemple) sont 26 mars 2006.
installés sur la couverture, des dispositions adaptées telles que che- • Essais de caractérisation mécanique (PU/B/P01) : rapport CL05-130
mins de circulation doivent être envisagées. du 15 décembre 2005.
Lors de la mise en œuvre, l’entretien ou l’usage d’une couverture • Essais de caractérisation mécanique (PIR/B/P07) : rapport CL05-131
comportant des plaques translucides ou d’autres accessoires, on ne du 15 décembre 2005.
doit pas prendre appui directement sur ces matériaux. Des échafauda- • Essai d’insolation et chocs thermiques (mousse PU/S/PO04) : RE n°
ges, plates-formes, planches ou échelles seront utilisés. EEM 03 013 du 02 juin 2003.
Si le bâtiment se trouve dans une région à atmosphère corrosive, il est • Essai d’insolation et chocs thermiques (mousse PU/S/PO05) : RE n°
mieux de répéter ce contrôle 2 fois par an. ES552-05-1057 du 2 novembre 2005.
8.2 Contrôle annuel des joints • Essais d’insolation et chocs thermiques sur panneaux IND C5
Il est conseillé aux utilisateurs d’inspecter régulièrement les joints (PU/B/P01) : rapport ES 552 05 1145 du 1er décembre 2005.
mastics et/ou de réparer les endroits endommagés. Par endommage- • Essais d’insolation et chocs thermiques sur panneau IND C5
ment des tôles de revêtement, la possibilité de corrosion existe. Il (PU/B/P07) : rapport ES 552 05 1146 du 1er décember 2005.
suffit de nettoyer ces endroits, de les brosser afin d’enlever toute la • Mesure de la conductibilité thermique (mousse PU/S/PO05) : RE HO
rouille, de refaire une galvanisation à froid recouverte d’une couche de n° 04-093.
peinture de finition.
• Essai de caractérisation mécanique et de vieillissement hygrother-
Un joint intérieur endommagé est une rupture de pare-vapeur. Les mique (mousse PU/S/PO04) : RE CL03-069 du 23 mai 2003.
joints peuvent être réparés avec des mastics (butyl ou silicone). • Essai de caractérisation mécanique et de vieillissement hygrother-
mique de la mousse PU/S/PO05 : RE CL05-082 du 23 septembre
8.3 Rénovation 2005.
La rénovation est possible par lessives acides ou alcalines mousseuses,
comme utilisées normalement pour le nettoyage d’installations sanitai- • Essais de vieillissement hygrothermique (PU/B/P01) : rapport CL06-
res. 049 1/2 du 18 avril 2006.
Il est conseillé de : • Essais de vieillissement hygrothermique (PIR/B/P07) : rapport CL06-
049 2/2 du 18 avril 2006.
• consulter le fournisseur des produits de nettoyage quel serait le
produit le plus adapté pour la finition en question, • Analyse des gaz occlus de la mousse PU/S/P05 : RE n° CPM/05 0079
du 25 octobre 2005.
• faire un essai avec le produit de nettoyage avant de l’utiliser sur
toute la surface, • Détermination des gaz occlus (PU/B/P01 et PIR/B/07) : rapport
CPM/05-0079 du 25 octobre 2005.
• respecter les dosages,
• Calculs thermiques : Rapport DER/HTO – 148-05/LS du 30 août
• diluer les produits dans une eau tempérée,
2005.
• respecter les pressions d’applications : max. 50 bars à 30 cm de la
• Analyse des autocontrôles.
paroi avec un jet large (non aiguë),
• Réaction au feu : Procès-Verbal en cours de validité.
• respecter les températures d’application (max. 50 °C, par préfé-
• Classement PA2 selon essais conformes aux règles techniques T14-
rence 30 °C),
A, réalisés par le CNPP.
• respecter les temps de contact paroi-nettoyant, max. 15 minutes,
• d’enlever les salissures persistantes avec un produit adapté non
abrasif pour ne pas blesser la couche de finition,
C. Références
• rincer abondamment les surfaces nettoyées avec de l’eau propre, La Société ISOCAB fabrique des panneaux sandwiches depuis 1973.
• d’utiliser normalement des nettoyants alcalins mais d’utiliser un Les panneaux de couverture existent depuis le démarrage de la ligne
nettoyant acide 1 fois sur 10, en continu à Dunkerque en 1989. Les panneaux Isocab Industrial C3
sont fabriqués depuis l’année 2002 à l’usine ISOCAB France de Perpi-
• de ne pas utiliser des nettoyants contenant de chlore, surtout pas
gnan.
sur des tôles inoxydables,
• ne jamais mélanger différents produits de nettoyage,

Ne pas utiliser des solvants sans d’abord consulter ISOCAB France SA.

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 9


Tableaux et figures du Dossier Technique

Tableau 1 – Tolérances dimensionnelles des panneaux

Dimensions Abréviations Tolérances


Longueur
L≤3m L ± 5 mm
L>3m ± 10 mm
Largeur utile w ± 2 mm
Epaisseur du panneau : ± 2 mm
e
Panneau ≤ 100 mm.
Équerrage u 0,006 x w = 6,5 mm
Courbe sur largeur / L’arc sur la 2 mm par mètre et
b
longueur (dans le plan) max. 10 mm
Rectitude sur la longueur (dans le 1 mm par mètre et
δ
plan max. 5 mm
Lw (mm)
Planéité en fonction de la lon-
gueur de mesurage (ondulation 200 400 > 700
en longueur)
fw (mm) 0,6 1,0 1,5
Profondeur des nervures : 5 < h ≤
h ± 1 mm
50 mm
Profondeur des raidisseurs et
faibles nervurations : ds

ds ≤ 1 mm ± 30 %
1 < ds ≤ 3 mm ± 0,3 mm

Pas du profil
p ± 2 mm
h ≤ 50 mm
Largeur des nervures en haut b1 ± 1 mm
Largeur des plages b2 ± 2 mm

10 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Tableau 4 – Catégories des finitions extérieures

Système de revêtement Atmosphères extérieures (1)


Urbaine ou
Organique Marine Spéciale
industrielle
Rurale
Métal- Bord de
non
lique 20 à 10 à mer
Type Catégorie polluée Normale Sévère Mixte Particulière
10 km 3 km (< 3 km)
(*)
Polyester 25 III ν ν O ν — — — O
HDP 25 III ν ν O ν — — — O
HDP 35 IV ν ν O ν ν — — O
HDP 35 Pladur VI ν ν O ν ν ν O O
PLASTISOL 100 IV ν ν O ν ν — — O
Z 225 PLASTISOL 100 ν ν
Myriaplast
IV ν O ν — — O
Z 275 PLASTISOL 200 IV ν ν O ν ν — — O
PLASTISOL 200 ν ν ν
PLASTEX 200
V ν O ν O O
PVDF 25 III ν ν O ν — — — O
PVDF 25 ν ν
Myriafluor
IV ν O ν — — O
PVDF 35 V ν ν O ν ν ν O O
Sans — ν O O O — — — O
ZA 255
HDP 35 Pladur VI ν ν O ν ν ν O O
AZ 185 (1) Sans — ν ν O ν ν ν O O
ν Revêtements adaptés à l’exposition.
O Revêtements dont le choix définitif ainsi que les caractéristiques particulières doivent être arrêtées après consultations et accord fabricant
— Revêtements non adaptés
(1) Selon le Constat de Traditionnalité 2/04-1124 sur le revêtement ALUZINC (55 % Al-Zn) de la Société Galvalange Sarl (Luxembourg)
(*) A l’exclusion du front de mer pour lequel l’appréciation définitive ou al définition de dispositions particulières doit être arrêtée après
consultation et accord du fabricant.

Tableau 4 bis – Catégories des finitions intérieures

Système de revêtement
Ambiances saines
Organique
Métallique Hygrothermique
Type Catégorie Faible Moyenne 5 < Pi < 10 mmHg

PET 55 Myriaclean Vc ν ν ν

Polyester 25 IIIa ν ν ν

Z225 HDP 25 IIIa ν ν ν

Z275 HDP 35 IIIa ν ν ν

PVDF 25 IIIa ν ν ν

PVDF 35 IIIa ν ν ν

Sans — ν ν ν
ZA 255
HDP 35 Pladur IIIa ν ν ν

AZ 185 (1) Sans — ν ν ν

X2 Cr Ni Mo 17-12.2 ν ν ν

X5 Cr Ni Mo 17-12.2 ν ν ν

X5 Cr Ni 18-10 ν ν ν

ν Revêtements adaptés à l’exposition.


O Revêtements dont le choix définitif ainsi que les caractéristiques particulières doivent être arrêtées après consultations et accord fabricant.
— Revêtements non adaptés
(1) Selon le Constat de Traditionnalité 2/04-1124 sur le revêtement ALUZINC (55 % Al-Zn) de la Société Galvalange Sarl (Luxembourg)

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 11


Tableau 5 - Contrôles

Essai Référence Fréquence Nombres d’éprouvettes Valeur


Masse volumique apparente NF EN 1602 1 fois par équipe 3 ≥ 40 kg/m3 ± 5
Résistance compression NF EN 826 1 fois par équipe 3 ≥ 70 kPa
Adhérence âme/tôle NF EN 1607 1 fois par équipe 3 ≥ 50 kPa
Résistance flexion F4 NF EN 14509 1 fois par semaine 3 ≥ 80 kPa
Contrôles dimensionnels NF EN 14509 1 fois par équipe 1 Voir § 3.2
PU/B/P01, PU/S/P04 et
PIR/B/P07
Conductivité thermique de l’isolant NF EN 14509 3 fois par année λ ≤ 0,032 W/m.K
PU/S/P05 :
λ ≤ 0,025 W/m.K
Stabilité dimensionnelle
2 fois par mois 3 <5%
3 h à 80 °C

Tableau 6 – Valeurs minimales des pentes

Zone et situation climatique (H étant l’altitude en mètres)


Configuration de la Zone I Zone II Zone III
couverture Situation Situation
Toutes situations
Protégée Normale Exposée Protégée Normale Exposée
Simultanément :
- pas de pénétrations
- -pas de plaques
translucides 5% 5% 5% 5% 5% 5% 5%
- panneaux de longueur
égale à celle du
rampant (20 m)
H ≤ 500 : 10 % (1)
Autres cas 7% 7% 10 % (1) 7% 10 % (1) 10 % (1) 500 < H ≤ 900
15 % (1)
(1) Lorsque la couverture ne comprend pas de plaques translucides tout en présentant des pénétrations ou des joints transversaux de
panneaux, la pente minimale peut être ramenée à 7 %.

12 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Tableau 10 – Panneaux (intérieur/extérieur : 0,5/0,6 mm) posés sur 2 appuis – Charges admissibles normales –
Toutes nervures fixées – Toutes géométries de parements intérieurs et extérieurs

Charge descendante (daN/m2) Portées Charges ascendantes (daN/m2)


Epaisseur du panneau en mm utiles en Epaisseur du panneau en mm
80 60 30 m 30 60 80
519 472 279 2,00 250 333 481
423 372 209 2,25 222 296 428
351 300 162 2,50 200 267 385
296 247 129 2,75 182 242 350
252 207 105 3,00 167 222 297
218 176 87 3,25 150 205 253
190 152 73 3,50 129 186 218
167 132 62 3,75 112 162 190
148 116 54 4,00 99 142 167
132 101 4,25 126 148
115 88 4,50 112 132
101 78 4,75 101 118
89 69 5,00 91 107
79 52 5,25 83 97
71 56 5,50 75 88
64 51 5,75 69 81
57 6,00 74
52 6,25(*) 68
48 6,50(*) 63
(*) Le domaine d’emploi accepté par l’Avis Technique ne vise pas les portées supérieures à 6 m

Dans le cas ou PK/ γm < 480 daN, la charge admissible des panneaux sera recalculée avec la formule suivante : Q × L ≤ ax
n
(PK / 1,75 γ m )
l
Où :
2
– Q : est la charge répartie normale en daN/m définie selon les règles NV 65 modifiées.
– L : la portée en m
– PK : est la résistance caractéristique à l’arrachement de l’assemblage définie selon la norme NF P 30 310.
– n : le nombre de fixation d’un panneau par appui (minimum 2)
– l : est la largeur utile des panneaux
– γm : le coefficient de sécurité matériau pris égale à :
– 1,15 pour les supports métalliques d’épaisseur > 3 mm,
– 1,35 pour les supports bois et les supports métalliques d’épaisseur entre 1,5 et 3 mm
– a : est égale à 1 (appui intermédiaire) ou 2 (appui d’extrémité) selon le type d’appui

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 13


Tableau 11 – Panneaux (intérieur/extérieur 0,5/0,6 mm) posés sur 3 appuis – Charges admissibles normales – Toutes nervures
fixées – Toutes géométries de parements intérieurs et extérieurs

Charge descendante (daN/m2) Portées Charges ascendantes (daN/m2)


Epaisseur du panneau en mm utiles en Epaisseur du panneau en mm
80 60 30 m 30 60 80
385 378 244 2.50 160 161 161
350 328 197 2.75 145 147 147
316 286 163 3.00 133 135 135
285 252 136 3.25 117 124 124
257 223 116 3.50 101 115 115
224 199 100 3.75 88 108 108
197 177 87 4.00 77 101 101
174 157 76 4.25 68 95 95
156 140 76 4.50 61 90 90
140 125 70 4.75 55 85 85
126 113 63 5.00 49 76 81
114 103 57 5.25 69 77
104 93 52 5.50 63 73
95 85 48 5.75 58 70
88 77 6.00 53 67
81 71 6.25 (*) 49 65
75 65 6.50 (*) 62
69 60 6.75 (*) 60
64 55 7.00 (*) 58
60 7.25 (*) 56
56 7.50 (*) 54
52 7.75 (*) 52
49 8.00 (*) 50
(*) Le domaine d’emploi accepté par l’Avis Technique ne vise pas les portées supérieures à 6 m
Dans le cas ou PK/ γm < 480 daN, la charge admissible des panneaux sera recalculée avec la formule suivante :

Q×L≤
n
(PK / 1,75 γ m )
1, 25.l
Où :
2
– Q : est la charge répartie normale en daN/m définie selon les règles NV 65 modifiées.
– L : la portée en m
– PK : est la résistance caractéristique à l’arrachement de l’assemblage définie selon la norme NF P 30 310.
– n : le nombre de fixation d’un panneau par appui (minimum 2).
– l : est la largeur utile des panneaux
– γm : le coefficient de sécurité matériau pris égale à :
– 1,15 pour les supports métalliques d’épaisseur > 3 mm,
– 1,35 pour les supports bois et les supports métalliques d’épaisseur entre 1,5 et 3 mm

14 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 1 – Géométrie des panneaux de couverture

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 15


Figure 2 – Recouvrement : Type droit et gauche

16 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 3a – Profils de finition

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 17


Figure 4a – Profils de finition échancrés

18 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 5 – Embase et plaque costière – Pente ≥ 7%
Cotes indicatives à préciser à la commande

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 19


Figure 6 – Appuis de couverture

20 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 6a – Fixations

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 21


Figure 7 – Raccordement toiture – pignon (exemple)

22 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 8 – Raccordement toiture – parois en haut de pente (exemple pour pente > 7%)

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 23


Figure 9 – Raccordement toiture – parois en bas de pente – sans gouttière (exemple)

24 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 9a – Raccordement toiture – parois en bas de pente – avec gouttière (exemple)

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 25


Figure 10 – Raccordement de faîte

26 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 11 – Panneaux de couverture jonction transversale (exemple)

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 27


Figure 12 – Implantation des fixations selon tableau 10 (exemple)

28 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 13a - Faîtage en solin

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 29


Figure 13b - Faîtage en solin

30 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339


Figure 13c – Faîtage en solin

2/09-1339 Annulé le : 15/04/2013 31


Figure 14 – Contre closoir

32 Annulé le : 15/04/2013 2/09-1339

Vous aimerez peut-être aussi