Vous êtes sur la page 1sur 5

INSTITUT PREPARATOIRE AUX ETUDES D’INGENIEUR

Classe : SM

CORRECTION DEVOIR N°1

Exercice 1:(4 points)

1. Par récurrence : nIN, u n > 0

nIN, u n+1 u n = 1 u n

e

un

= (u n ) avec (x)

1

  e

x

x

avec x 0.

 

'

(x)

1

 

e

x

0 , x 0  x 0, (x) ≤ (0) = 0 (u n ) n est décroissante.

Comme (u n ) n est décroissante est minorée par 0 alors (u n ) n est convergente vers 0

, est continue sur IR + f() =  () = 0 = 0.

est une série alternée car u n 0 et comme la suite (u n ) n est décroissante

u n+1 = f(u n ) avec f(x) =

2. (

1

e

x

1)

n

u

n

n

0

tendant vers 0 alors

n

0

(

1)

n

u

n

converge.

3. On a

limu

n 

u n+1 = 1

1

u

2

n

~ u

n

n

0

u

u

n

n

1

convergente donc

alors le dl 2 (0) de

e

un

donne :

u

2

n

2

o

u

2

n

0

et la série

=

n

u n

u

n

u

2

n

2

o

u

2

n

u

n

1

u

n



u

2

n

2

o

u

2

n

u

n

1

a la même nature que la suite (u n ) n qui est

n

u

n

u

n 1

converge par suite la série

u

n

2

n

converge.

1. a)

On a

n

ln

n

1

u n

u

n

ln(u

n

1

)

ln(u )

n

à la même nature que la suite (ln(u n ))

qui tend vers  donc la série

n

ln

u

n

1

u

n

b)

ln

  

u

n

1

u

n

  

ln

 

1

u

n

2

divergente alors la série

o(u )

n

 

~

u

n

2

u n

n

diverge.

diverge.

0

et comme la série

n

ln

u

n

1

u

n

est

Exercice 2:(8 points)

1. On a

0

u

k

(x)dx

0

k

2

dx

 k

0

1

p

0

(k

p)cosxdx

k

2

k

1

p

0

k

p

p

sinpx

0

k

2

2. Soit xIR\2ZZ . Pour k = 2 ,

u

2 (x) 1cosx

1

cos2x

4sin

2

x 2

sin

2

x

2sin

2

x 2

1

1

cos

2

x

cosx
cosx

cosx

1 cosx

d’où l’égalité est vraie pour k = 2.

Supposons que l’égalité est vraie jusqu’à l’ordre k.

On a

k

1

k

k

2

(x)

1

2

1

2

u

k

1

(x)

u

k

2

(x)

p

1

1

2

(k

 

1

p)cospx

e

ipx

 

u

k

 

k

0

p

k

1

p

1

(k

p)cospx

   1

i(k 1)x

e

1

e

ix

 

k

1

p

cospx

Année Universitaire 2017-2018

IPEIT

Année Universitaire 2017-2018

 

1

 

k

k

1 x

   

 

1

 

coskx

 

1

 

cos

kx 2

sin(

k

1 x

)

 
 

u

(x)

e

i

2

x

sin(

2

)

 

2

 

k

 

2

 

sin

x

2

4sin

2

x 2

2

 

sin

x 2

 

1

coskx

 

cos

kx 2

sin(

k

1 x

)

sin

x 2

 

     
 

 

   

2

 

4sin

2

x 2

 

2sin

x 2

 

1 coskx

 

sin

kx

x 2

sin(

x 2

)

 

sin

x 2

 

1

 

coskx

 

sin

kx

x

 

 

2

4sin

2

x 2

 

2sin

x 2

 

4sin

2

x 2

 

2sin

x 2

1

coskx

2sin

x 2

sin

kx

x 2

1

cos(kx)

cos(kx)

cos (k

1)x

 

4sin

2

x

   

4sin

2

x

 

2

 

2

1

cos (k

1)x

 

4sin

2

x

2

 

.

 

2

x

2

x

2

x

2

1 1  est continue sur ]0,] et x 2 4sin 2  x 
1
1
est continue sur ]0,] et
x
2
4sin
2
x
2
2
x
x
3
x
4
x
2
4
o(x )
3
3
x
3

 o(x )
2
48
12

x

2

~

x

4

12

 

1

12

par suite la fonction x

1  x 2
1
x 2

3.

4.

5.

La fonction x

On a

4sin

4sin

2

1

admet un

2

4x sin

2

0

x

4

4sin

2

x

2

prolongement par continuité en 0.

La fonction x

1 1  x 2 4sin 2  x  2
1
1
x
2
4sin
2
x
2

admet un prolongement continu sur [0,] donc

1 1  x 2 4sin 2  x  2
1
1
x
2
4sin
2 
x
2

0

1

M

.

coskx

Mdx

2

M

bornée sur [0,]  M>0, x]0,],

k1, |v k |

0

1 1   1 x 2 4sin 2  x  2
1
1
1
x
2
4sin
2
x
2

| v

k |

2

M

k k

 0

k

.

a) On a

f

2

coskx dx

est continue par morceaux sur IR

*

f

2

(t)~1

0

donc

f

2

est admet

avec

un prolongement par continuité en 0 par suite

f

2 est intégrable sur ]0,1] et

t[1,+[ , 0 ≤

f

2

(t) ≤

1

t

2

et t

1 t 2
1
t
2

est intégrable sur [1,+[ car 2>1 donc

f

2

est intégrable sur [1,+[.

b) k1, v k

1

coskx

1 coskx

0

x

2

4sin

2

x

2

0

1

coskx

x

2

u

k

(x) dx

   dx

0

  1

coskx

coskx

x

2

0

1 coskx

x

2

dx

k

2

u

k (x)

  

dx

IPEIT

Année Universitaire 2017-2018

car la fonction

x

x

1  cos(kx) x 2
1
cos(kx)
x
2
1  cos(kx) x 2
1
cos(kx)
x
2

est intégrable sur ]0,]. En effet la fonction

est continue par morceaux et prolongeable par continuité en 0.

Soit : ]0,k] ]0,], t

t

k

est de classe C 1 est strictement croissante et

l’application

x

est intégrable sur ]0, ] alors ] alors

0

1

coskx

x

2

dx

k

k

0

1

cost

t

2

dt

kF

  k  

2

v k

k

 

F

  k  

2



2

c) On a : v k

k

 

F  

k  

2



2

comme f 2 est intégrable sur IR

F   

v

k

k

*

alors

k   

2

2

 0

k



0

2

f (t)dt

lim F

k



F

  k 

2

k  

 

2



k

2

2

6. On pose :

u(t) =

1

t

u (t)  

1

t

2

et v’(t) = sint v(t) = 1 cost

On a u et v sont de classe C 1 sur IR

*

u(t)v(t)

t 1, | u(t)v(t)| ≤

2

t

 0

alors



0

sint

t

dt

~

0

t

2

et

 0

0

et



0

1

cost dt

t

2

sont de même nature

On a

1  cost 1 1 ~ t t et 2 0 t 0 0 2t
1
cost
1
1
~
t
t
et
2
0
t
0
0
2t

est intégrable sur ]0,1] car 0<1 donc l’application

t

1  cost t 2
1
cost
t
2

est intégrable sur ]0,1].

t 1,

0

l’application

t

sur ]0,1].  t  1, 0  l’application t   0 sin t t



0

sin t

t

dt

1

cost

2

t

2

t

2

et

t

est intégrable sur [1,+ [ car 2 > 1 donc [ car 2 > 1 donc

t

est intégrable sur [1,+ [ par suite l’application [ par suite l’application

est intégrable sur IR

*

alors

u(t)v(t)



0



0

1

cost

t

2

dt



0

sint

t

dt

converge et



0

1

cost

t

2

dt



0

2sin

2

t

2

t

2

dt

L’application : IR

* IR

* ; u 2u est de classe C 1 est strictement croissante et

l’application



0

sin t

t

dt

t

sin 2  t  2 t 2
sin
2
t
2
t
2

est intégrable sur IR



0

sin

2

u

u

2

du

2

.

*

alors :

IPEIT

Année Universitaire 2017-2018

Exercice 3:(8 points)

1)

On a I n+2

Donc

I

n

2

2 (1

0

  1 2

n

n

sin t)cos tdt

2

n

I

n . (*)

I

n

2 sin t(sin t cos

0

n t)dt

I

n

1

n

1

I

n 2

2) La relation (*) donne les relations de récurrences suivantes :

n1,

I

2n

2n

1

2n

I

2n

2

et

I

2n

1

2n

2n

1

I

2n

1

On montre par récurrence que pour nIN,

I

2n

1.3

(2n

1)

2

n

n!

I

0

(2n)!

2

n

n!

2

2

et

I

2n

1

2

n

n!

1.3

(2n

1)

I

1

n

(2 n!)

2

2n

1 !

3) La suite (I n ) n est décroissante donc : I n+1 ≤ I n ≤ I n-1 I n+1 ≤ I n

n 1

n

Or

n

1

n

I n+1 ~ I n+1 I n ~ I n+1 .

I

4) a) nIN, J n+1 = (n + 2)I n+1 I n+2 = (n + 2)I n+1 n

1

n 2

I n = (n+1)I n+1 I n = J n

n+1

par suite la suite (J n ) n est constante et vaut

J

b) On a (n+1)I n+1 I n

2

et d’aprés 3) n

I

2

n

~

0

2

2

.

car I n  0. n 0.

5) Application 1 :

Soit x[1,+[ on pose E(x) = n. On a n ≤ x < n+1 (1) x

pour tout t

~ n et



x est décroissante sur [1,+[ alors :

0,

2

, la fonction x

 cost 
cost

2

0

cost

   cost  n  1 dt    2 2 0
cost
n
 1
dt 
2
2
0
0
 n
 1
dt ~
~
2(n
 1)
 cost  x dt      2 cost n dt 0
cost
x dt 
2
cost
n dt
0
2
cost
n dt ~
et
2n
0
2n

    x 2  cost  dt ~ 0 2n  2x
x
2
cost
dt ~
0
2n

2x

d’prés (1)

6) Application 2 :

A l’aide du changement de variable t = x – non a

u

n

 

n

sin x

x

dx

0

(n

 

1)

 

sin t

t

 

n

dt

0

sin t

(n

 

1)

dt

2

2

0

sin t

(n

1)

dt

car la

droite t

2

est un axe de symétrie de la courbe de t

 sint  (n
 sint
 (n

 

1)

et le changement

de variable t =

2

u

donne

u

n

2

2

0

sin t

(n

 

1)

dt 2

2

0

cosu

(n

1)

du

v

n

0

IPEIT

Année Universitaire 2017-2018

et daprès lapplication 1 on a v n

 1 ~ 2(n   1) 2n
1
~
2(n
 
1)
2n

0

série

n

1

n  1 ~ 2(n   1) 2n  0  série  n 1

diverge puisque

1

2

1 par suite

u n

n

diverge.

v

n

n

diverge car la

On a

u

n

n

diverge et u n 0

lim

n



n

k

1

u

k

 

(n n  

lim

 

1)

donc la fonction x 7) Application 3 :

sinx x
sinx
x

n’est pas intégrable sur [1,+∞[.

a) On a v n =

=

=

=

 

n

  

n

 

n

  

n

3

2

  

  

ln(n

3

2

  

ln(n

1

2

 

ln(n

1)

1)

1)

1

2

  

ln(1

1

n

)

1

n

1

 

ln

(n

1)!

n

 

 

 

2

1

 

ln

n

1

 

 

1

 

ln n

n

2

1

 

1

 

  

n

n

1

2  

ln n

1 

1

 
 

1

1

2

 

n

2n

2

3n

3

=

1

12n

2

o

  

1

n

2

  

sin x

 

ln n

x

dx 

n

 

ln

n!

o

n

1

3

  

1

b) On a

v

n

v

n

1 12n 2 .
1
12n
2
.
1 12n 2
1
12n
2

> 0 et

n

1

1

n

2

est convergente car 2 > 1

n

(u

n

1

u

n

)

converge or la série

n

(u

n

1

(u n ) n donc converge vers S.

c) On a pour n1,

u

n

n

1

2

ln n

n

ln

n!

u

n

) a la même nature que la suite

e

ln

n

n

1

2

e

n

n!

 

et comme la fonction exponentielle est continue sur IR alors

e un lim e ~ e  1  1  u  e S
e un
lim e
~ e
1
1 
u
e
S
0
S 
n
n 
2 
 n!~ e
 S
n
n 
2  n
e
e  S
n
~ e
S
donc C =
n

e n!
n
2n 
(2n)!
C(2n)
1 2 2n
e
d) On a
~
et d’après 4.b) on a aussi
I 2n
2
2n
2
2n
 
1
2n
2
n n!
2
2
C n
e
2
C
2n
1
1
2
n
n
I
n!
2
n
~
 C =
2n
4n
2
n
2
n
C
2n
 
e
 

>0.