Vous êtes sur la page 1sur 99

Technologie des concentrateurs

cylindro-paraboliques

Ouarzazate 25-27 mai 2016

Cyril Caliot
cyril.caliot@promes.cnrs.fr

Gilles Flamant
gilles.flamant@promes.cnrs.fr
Principe

Concentration
Chauffage d’un fluide caloporteur du rayonnement solaire
(350-500°C) (60-100x)

La chaleur du fluide caloporteur est utilisée pour produire de l’électricité :


- Chauffage d’eau liquide pour produire de la vapeur d’eau.
- La chaleur est convertie en énergie mécanique dans une turbine puis en électricité grâce à un alternateur.
- La chaleur peut être stocker pour une utilisation différée.

2 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Revue des composants

3 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Composants d’un cylindro-parabolique
• Structure support :
– Fondation
– Pylône
– Structure (supports miroirs, récepteurs, )
• Moteurs (hydraulique, moteur électrique + réductions)
• Contrôleurs (boucles ouvertes ou fermées)
• Miroir (verre épais, mince)
• Tube absorbeur (sélectif, sous vide, connectiques)
• Suivi solaire (1 axe)

4 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Fondation en béton

Objectifs :
- Supporter le poids du collecteur
- résister aux rafales de vents
- réduire les coûts

5 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Pylônes

Objectifs :
- supporter la structure du collecteur
- permettre la rotation du collecteur
- supporter le moteur, le contrôleur, les
roulements entre chaque structure de
support et en bout de ligne

6 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Types de structures en acier : rigidité & légèreté

Torque box
(EuroTrough)
FLAGSOL
Boite de torsion

Torque tube
(SenerTrough)
Tube de torsion

Space frame
(Solargenix)
Structure treillis

7 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Vérin hydraulique

Collecteurs : Solargenix DS-1 et


SGX-1 (Saguaro, Arizona, USA)

Chaque ligne de collecteurs possède un moteur en son centre :


- Moteur électrique standard avec engrenage (boite de réduction) ou
- Moteur hydraulique.
Le moteur positionne le collecteur pour suivre le soleil (concentration sur l’absorbeur).
Il doit résister aux effets des rafales de vent.
8 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Vérin hydraulique

Moteur hydraulique du collecteur LS-3


(Kramer Junction, California, USA)

9 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Moteur électrique avec boite de réduction
Moteur à engrenages
d’entraînement du collecteur LS-2

10 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Capteurs solaires pour
contrôleur local

Le contrôleur local contrôle le suivi du collecteur. Il surveille aussi la température du fluide.

Capteur Sun composé de 2 cellules PV Capteur à bande d’ombrage


FLAGSOL avec une fenêtre en verre
LUZ Industries
11 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Codeur de position angulaire de l’axe

Robuste
et précis
(0.1°)
Contrôleur

12 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Interconnexions

Tube flexible (flex hose)


Inadéquat
Trop de pertes de charges

13 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Interconnexions
Joint à rotule (ball, swivel joint)
Plus fiable et moins de pertes de
charge

14 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Miroirs

La face arrière pilote la


réflectivité du miroir

15 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Miroirs en verre

Verre mince
0.8 mm

Verre épais
3-5 mm

16 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Miroirs FLABEG

Source: http://www.flabeg-fe.com

Découper le verre et Cintrage en forme à chaud Dépôts de protection Eléments de fixation


émousser les bords (courbure parabolique) et anti-salissures (colle verre-céramique)

Réflectivité solaire du miroir (2m2) : 93.5 %

4 mm

Verre Faible teneur en fer


Argentés + Dépôts de peinture
(forte transmittance)
multicouches pour protection
Autoportants

17 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Miroirs - films

ReflecTech PLUS Mirror Film


Argent protégé par des films
polymères de protection contre les
UV et H2O.
Réflectivité solaire du miroir : 93 %
Épaisseur : 0.1 mm
Durabilité ~10 ans
(Tmax = 60 °C)

18 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Miroirs - films

Alanod SOLAR
MIRO-SUN®
Aluminium protégé par des couches
de protection contre les UV et H2O.
Réflectivité solaire du miroir : 90 %
Épaisseur : 0.5 mm

19 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Nettoyage des miroirs

Méthode de nettoyage
traditionnelle à l’eau sous
pression :
- à la main ou
- en camion,
à Kramer Junction

20 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Nettoyage des miroirs

Eau sous pression

Eau + brosse

21 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Nettoyage des miroirs

Robot « Paris » de nettoyage


automatique de SENER

22 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Assemblage de
collecteurs solaires

Un assemblage de
12 modules

Pylône de fin

Pylône du
Moteur milieu
dans le
pylône
Pylône partagé
23 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Assemblage du LS-3

24 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Configuration des
champs solaires

Retour direct
Pertes thermiques diminuées
ΔP non équilibrées
Consommation élevée

Retour inversé
Pertes thermiques augmentées Alimentation centrale
Plus cher Tuyaux raccourcis
ΔP équilibrées Meilleur accès aux collecteurs
Consommation diminuée ΔP non équilibrées

25 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Schéma du champ
solaire

Réseau des conduites


en configuration par
alimentation centrale

SCA
Solar Collector Assembly
(qui partage un moteur)

26 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Nevada Solar One
(NS)
SCA 12 modules (150 m)

Boucle
Ilot de
puissance

Conduites chaude et froide

27 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Tube absorbeur
Soudure verre-metal

Soufflets de dilatation

RIOGLASS
UVAC 7G Receiver

28 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Tube absorbeur

Tubes récepteurs Premium


SCHOTT PTR®70

29 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Tube absorbeur

Les tubes récepteurs


Premium SCHOTT dotés
d'une capsule de gaz noble
ont une durée de vie 10%
plus longue

30 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Revêtements sélectifs
Chrome noir

31 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Sélectivité :
cermet

λ [nm]

19/10/2015 Arab-European Summer School on Energy Education 32


Sélectivité : état de l’art
Récepteur moyenne température <550°C
Pertes thermiques de l’absorbeur
Calcul avec un coefficient de pertes donné par le fabricant

ou une corrélation donnée par le fabricant

34 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Fluide caloporteur

• Critères de sélection

– Température élevée d’évaporation et température faible de solidification

– Stabilité thermique, faible explosivité et inflammabilité, non polluant

– Capacité calorifique importante, forte conductivité thermique, faible viscosité

– Prix d’achat faible et bonne disponibilité.

• Le fluide caloporteur standard dans les centrales solaires à concentrateurs cylindro-


paraboliques avec génération indirecte de vapeur est l’huile synthétique thermique.

• L’utilisation de sels fondus est actuellement à l’étude.

35 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Fluides caloporteurs
• Huile thermique
– Caloria (SEGS I et II, 290°C)
– Therminol VP-1 (393°C)
– Syltherm, Dow A (Dow Chemical, @400°C)

• Eau / Vapeur
– Eau chaude pressurisée
– Génération directe de vapeur (@500°C, projet DISS)

• Sels Fondus
– ENEA

• Gaz pressurisés
– Recherche expérimentale à PSA

36 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Fluide caloporteur

+ bas
O moyen
- haut

37 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Typologie de centrales solaires
à collecteur cylindro-
paraboliques

38 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Génération
d’électricité

Centrale standard avec fluide caloporteur.


Un système de stockage à sels fondus de 1GWht devient une option standard.

39 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Génération
d’électricité
Génération
d’électricité

Centrale ISCC (Integrated Solar


Combined Cycle Solar Plant)

41 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Génération directe
de vapeur : DSG

42 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Génération directe
de vapeur

• Avantages
– Haute température : 550°C, 120 b (huile 400°C 100b)
– Pas d’échangeur (obsolète) entre le fluide caloporteur et le fluide de travail :
économie et moins de pertes thermiques (une portion réduite sert à surchauffée)
et de pertes de charge.
– Économie sur le prix du fluide caloporteur (5% Andasol)
– Moins corrosif que les sels fondus, non polluant.
– Faible température de solidification
• La technologie à génération directe de vapeur permet d’économiser 10% du coût
d’investissement.
• Défis
– Réaliser des connectiques (joints à rotule) résistantes à haute pression (ce problème
n’existe pas pour les centrales Fresnel car les récepteurs sont fixes et la techno DSG est une solution standard)
– Création d’un stockage de longue durée (~10h) modulaire (à chaleur sensible pour
le préchauffage et la surchauffe et à chaleur latente pour l’évaporation).
– Faciliter le contrôle de génération direct de vapeur surchauffée

43 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Concepts de DSG

Concept de recirculation

Le projet DISS à PSA (1999) a montré la faisabilité de la DSG pour un concept de centrale
incluant une recirculation qui stabilise et sépare la zone d’évaporation de la zone de
surchauffe diminuant les contraintes dans l’absorbeur.
44 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
DSG : Direct Steam
Generation

DSG vapeur saturée

Le projet DISS (5MW) a montré une


génération d’électricité plus
importante de 4% mais un coût de
l’îlot de puissance de 5% plus élevé.
Le séparateur eau/vapeur joue le
rôle de stockage thermique de
faible durée (passage de nuage).

DSG vapeur surchauffée


Augmenter la température du cycle
de Rankine pour augmenter son
efficacité (pertes thermiques)

45 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Régimes d’écoulement
diphasique

Bulles (bubbly)

Poches (intermittent)

Comportement typique d’un


Stratifié
écoulement diphasique en
conduite horizontale

Annulaire
46 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Génération de
vapeur industrielle

Système à fluide Génération


caloporteur directe de
vapeur

Production de
vapeur flash

47 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique des centrales CP

48 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« avant 1970s »
1870-1886, John Ericsson (1889) : 1907 : Wilhelm Maier of Aalen ,
1er cylindro-parabolique pour Adolf Remshardt (Allemand) :
chauffer de l’air et actionner un brevet sur la production de
moteur Stirling (2.24 kW) de vapeur grâce à la technologie à
pompage d’eau (2273 L/min). collecteurs cylindro-paraboliques

1936 : C.G. Abbot chauffe un


fluide (noirs de fumée) dans un
Bandes de miroirs plats tube sous vide (tubes Pyrex
concentriques) pour produire de
1906-1911, 1912, Frank Shuman : 1ere grande la vapeur et alimenter un moteur.
surface de collecteur, 62*4 = 1240 m², pour fournir
de la vapeur à des moteurs (45 kW) de pompage
d’eau (27000 L/min) pour irriguer des fermes à
Meadi, Egypte (brevet 1917).
Après 1 an d’opération, le prix du pétrole baisse et
l’exploitation est stoppée (ainsi que les projets
clones).

49 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« les débuts »

• 1970s :
– les prix du pétrole ont augmenté
– Honeywell International Inc. et les laboratoires Nationaux de Sandia (USA) (et Westinghouse)
ont construit et testé 3 CP (Cylindro-Paraboliques).
• 1980s :
– Des entreprises américaines et israéliennes ont commencé à commercialiser des CP.
– La société Luz International Ltd. (1979) a conçu 3 générations de cylindro-paraboliques, LS1, LS2
et LS3, installés dans les centrales SEGS (faillite de Luz en 1992, rachetée par Solel Belgium-Solel
Solar System Ltd- qui a été rachetée par Siemens en 2009 et fermée en 2013).

50 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« les débuts »
Acurex Corp. 3001 & 3011 :
Structure de support : tube (20.3cm) de torsion (colonne
vertébrale) et plaques en acier
Réflecteur : verre mince (Glaverbel) argenté
Récepteur : Tube en acier et dépôts de chrome noir dans
un tube sous vide (borosilicate avec revêtement anti-
réfléchissant).

51 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« les débuts »
Luz LS3 (SEGS VII à IX) :
Structure de support : Treillis métallique en acier
Réflecteur : verre épais (4mm, faible teneur en fer)
argenté (Flabeg Solar Int.)
Récepteur : Tube en acier inoxydable et dépôts d’un
cermet dans un tube sous vide (verre à faible teneur en
fer avec revêtement anti-réfléchissant) avec un piège H2.
LS1 & LS2 ont des tailles plus petites et utilisent un tube
de torsion et un moteur (chrome noir).

52 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« les débuts »

• 1970s :
– les prix du pétrole ont augmenté
– Honeywell International Inc. et les laboratoires Nationaux de Sandia (USA) (et Westinghouse)
ont construit et testé 3 CP (Cylindro-Paraboliques).
• 1980s :
– Des entreprises américaines et israéliennes ont commencé à commercialiser des CP.
– La société Luz International Ltd. (1979) a conçu 3 générations de cylindro-paraboliques, LS1, LS2
et LS3, installés dans les centrales SEGS (faillite de Luz en 1992, rachetée par Solel Belgium-Solel
Solar System Ltd- qui a été rachetée par Siemens en 2009 et fermée en 2013).
• 1990s :
– Un consortium européen (espagnols et allemands, 1998) a développé un nouveau CP pour
concurrencer LS-3 : EuroTrough.
• 2000s :
– La société Solargenix Energy avec le laboratoire NREL (USA) ont développé 2 CP, SGX-1 et SGX-2.
– ENEA (italien) a développé un CP pour monter à haute température (sels fondus)
– SENER, Flagsol, Skyfuel, Siemens (Solel), Solarlite, etc. ont développé de nouveaux CP.

53 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
ET-100 « les débuts »
EuroTrough (ET-100, ET-150, SKAL-ET -> Andasol) :
Structure de support : boîte de torsion (treillis
métallique) en acier
Réflecteur : verre épais (4mm, faible teneur en fer)
argenté (Flabeg Solar Int.)
SKAL-ET
Récepteur : Tube en acier inoxydable et dépôts d’un
cermet dans un tube sous vide (verre à faible teneur en
fer avec revêtement anti-réfléchissant) avec un piège
H 2.

• Meilleur rendement optique car moins de déformations (torsion et flexion) dues à la gravité et au vent.
• Diminution des coûts et des pertes thermiques en augmentant la longueur des assemblages de 100 m (ET-100) à 150 m
(ET-150) : réduction du nombre de moteurs et de connexions.
• Le poids est 14 % plus léger que LS-3.
• Le conditionnement et le transport sont optimisés.
• Un nombre restreint de composants permet d’accroitre la capacité d’une production de masse.
• Des besoins d’exploitation et de maintenance réduits
• Fabrication simplifiée pour réduire les coûts d’assemblage sur site.

• L’ensemble des améliorations conduit à une baisse des coûts de 10 % (par rapport au LS-3)

54 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


FLAGSOL Skal-ET (EuroTrough)

55 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« état-de-l’art »
SGX-1 & SGX-2 Nevada Solar One (64 MWe)
Cadre en treillis
aluminium

CP de ENEA Senertrough-1
Demi-parabole Bras de potence fabriquée par
emboutissage

Installé à Extresol I & II et


Valle I & II (50 MWe)
56 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
SENERtrough® (NOOR 1)

57 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Heliotrough Historique
a=6.77 m (5.76)
d=9 cm « état-de-l’art »
(7)

Siemens (Solel)
Skytrough LS-3 avec tube de torsion
a=6 m

Lebrija
(50 MW)

58 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


FLAGSOL HelioTrough

Pylône et moteur ; roulements


59 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Historique
« état-de-l’art »

Senertrough Ultimate
2 trough
Torque tube Torque
box

2006 2009
6,87 7,5
158,8 242,2
13,23 25

2
82
Test Loop Test Loop
Valle 2 California

0,094

60 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« évolution »

61 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Historique
« nouvelle génération »

Espace entre les miroirs

Augmentation de la taille => diminution du nombre d’unité à assembler (vérifier, connecter, aligner
et payer)
=> a=7.5 m ; l=242.2 m ; d=9.4 cm pour huile et 7cm pour Sels Fondus (efficacité optique 82 %)
Réduction de moitié du nombre de moteurs, capteurs, contrôleurs, miroirs, récepteurs, fondation,
pylônes, joints de connexion.

20-25 % de réduction de coût dans des centrales de 100 à 400 MWe

Mais une prise au vent importante => introduction d’un écartement de 20 cm entre les 2 miroirs pour
diminuer la prise au vent de 30 %
62 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Historique
« nouvelle génération »

SENERtrough®-2

Réduction des coûts : 25 % plus grand (Technologie


d’emboutissage)
Acier carbone (bon rapport résistance/prix)
Þ a=6.87 m ; l=158.8 m
Þ NOOR 2

63 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Développement des
centrales CP

Centrale SEGS

Source: Mar07 PT Workshop_Collector Overview


64 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
SEGS
« pionniers »

• Luz (israelo-américaine) a construit 9 centrales entre 1984 et 1991 dans le désert de Mojave (USA).

Solar Energy Generating System (SEGS)


=> Utilise une génération vapeur d’eau grâce à un fluide caloporteur chauffé à l’énergie solaire et un
combustible d’appoint
Caractéristiques des centrales SEGS de I à IX (Price et al 2002)
Puissance Température Surface Rendement Produc-
SEGS 3-7 (KRAMER JUNCTION, USA) Mise en électrique miroirs tion Disponibilité
max du fluide de turbine
service caloporteur des annuelle donnée par
[°C] [m²] [GWhe]

65 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Status de la
technologie CP
Actuellement, 83 centrales CP sont en opération avec une capacité cumulée de plus de 4GWe.

CP (huile,
stockage sels,
Rankine)

1985-1991 :
50MWe 354 MWe
(USA) 50MWe

2007-2012 :
SEGS I – IX 2GWe 75MWe
354MWe (Espagne)

2013-2014 :
910MWe
(USA)

66 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


ISCC

• 2010-2011 : 6 centrales (165 MWe), Italie, USA, Egypte, Iran, Algérie et


Maroc (Ain Beni Mathar)

67 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Géométrie et optique des
concentrateurs

68 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs

l : longueur f : distance
focale

a : Largeur ψ : angle
d’ouverture d’ouverture
69 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Optique des
concentrateurs

Ar Surface du récepteur (m2)

Aa Surface d’ouverture (m2)

70 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs

1
Facteur de concentration optique =
1
: flux solaire incident sur le récepteur (W/m²)
: flux solaire incident sur l’ouverture (W/m²)
: luminance totale (W/m².sr)

est le rapport entre la moyenne des flux incidents sur = , · Ω


le récepteur et l’ouverture

Aa
Facteur de concentration géométrique C=
Ar
Si les flux incidents et sont uniformes, les deux facteurs sont presque égaux car :

= = =

71 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs

Facteur de concentration géométrique

• d : diamètre extérieur du récepteur cylindrique (7 cm)


• l : longueur de collecteur
• a : largeur d’ouverture (5.78 m)

• Surface cylindrique de l’enveloppe du récepteur


,
= = = = =
,

• Aire projetée du récepteur


,
= = = = =
,

72 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs

La focale de la parabole (f ou F) est le paramètre


qui décrit la forme de la parabole.

73 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs

Y
L’angle d’ouverture (ψ, rim angle) est
l’angle au point focal entre :
- l’axe optique (Y) et
- le segment reliant le point focal au
bord du miroir.

Relation entre la focale et l’angle d’ouverture


pour une ouverture constante
74 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Parabole

Coordonnées cartésiennes
= 4

Coordonnées polaires
(sin ) 4
=
cos
a

Rayon parabolique 2
=
(distance parabole-focale) 1 + cos

Relation géométrique 4 =
tan
75 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
2
Optique des
concentrateurs
2
= 4tan =
1 + cos 2

76 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Géométrie des
concentrateurs

Réflexion
spéculaire

77 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Géométrie des
concentrateurs

L’étalement Δr augmente
avec ψ la focale f et ε

Calcul approché du diamètre minimum du récepteur


pour ψ =90° , f=2 m et εsol=9.3 mrad = 2 = 4 ∗ 0.0093 = 0.0372
78 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Optique des
concentrateurs
ψ3

Pour ψ fort et faible (ψ1 et ψ3) la distance


entre le miroir et la focale est importante :

-> risque de débordement à cause des


ψ2
défauts de planéité des miroirs et de la
taille du soleil.

Il existe alors un angle d’ouverture optimal


qui prend en compte aussi le prix du miroir
proportionnel à sa surface.

ψ1

79 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs
Source des défauts Écart-type Variance
(mrad) (mrad²)

Planéité des miroirs 1.5*2 = 3 9


2*σslope
Suivi solaire Capteur 2 4
σsensor
1D
Moteur 2 4
σdrive
Alignement des 2 4
récepteurs σrec σtot n %
Rugosité des miroirs σref 0.25*2=0.5 0.25 ±1 2 68,27
2D ±2 4 95,45
Taille du soleil σsun 2.8 7.84
±3 6 99,73
Total σtot 6.71 45.09

= 2 4σ = 4 ∗ 0.0216 = 0. 086

80 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Optique des
concentrateurs

3*6.71 mrad

2*6.71 mrad

6.71 mrad

81 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Facteur
d’interception

Flux solaire (DNI) = 0°

Facteur d’interception Efficacité optique max :


L’angle d’incidence est
Tube enveloppe en verre perpendiculaire
(transmittivité τ) au plan de l’ouverture

, = . . . = , °
Absorbeur sélectif en acier
(absorptivité α) = , ° = , ° .

∶ Modificateur
Réflecteur parabolique d’Angle d’Incidence
(réflectivité ρ)

82 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


IAM

Le modificateur d’angle d’incidence


(IAM)

Est un facteur qui :

• inclut la variation des paramètres


optiques et géométriques lorsque
l’angle d’incidence est différent de 0°

• n’inclut pas le facteur cosinus

• est compris entre 0 et 1 (il est égal à


1 quand θ = 0°)

83 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Pertes
géométriques

Pertes dues aux supports


des récepteurs

Pertes en fin de ligne

84 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Pertes
géométriques

Vue de profil

Ombrage entre
Lignes adjacentes
Vue de dessus

85 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Bilan thermique
d’un CP

86 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Systèmes de suivi solaire
• Le soleil change de position a une vitesse de 15°/h à cause de la rotation de la Terre
• Le parcours du soleil dans le ciel change au cours d’une année à cause de
l’inclinaison (+/- 23.5°) de l’axe de rotation de la Terre (obliquité) par rapport au plan
de l’écliptique.

Solstice d’été Equinoxe de printemps et d’automne

Solstice d’hiver

Est Z Sud
Nord

Ouest

87 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Effet cosinus

surface éclairée

88 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


C-P en position de
suivi

Plan perpendiculaire au plan d’ouverture du collecteur

Vecteur normal au plan d’ouverture


DNI Direct Normal Irradiation
(Puissance solaire incidente
directe par unité de surface
perpendiculaire à la direction)

Angle d’incidence θ

Plan d’ouverture du collecteur

89 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Orientations des CP

Orientation Nord-Sud Orientation Est-Ouest


(suivi est-ouest) (suivi nord-sud)

90 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Ressource : DNI
journée

juin
décembre
DNI (W/m²)

Heure
91 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Influence de
l’orientation

Puissance récupérée par un fluide caloporteur : simulation à PSA (Espagne) du collecteur ET-100

été hiver

En été l’orientation NS est meilleure le matin En hiver l’orientation EW est meilleure le midi
L’orientation NS est préférée (surtout proche de l’équateur) :
grande variabilité de l’énergie thermique récupérée durant l’année (x3-4)
la quantité de chaleur collectée pour une orientation NS est plus importante que pour EW
le dimensionnement de la taille du champ solaire dépend de la taille de la turbine et du stockage
92 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016
Méthodes optiques de
mesures

93 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Mesures des
défauts optiques
VSHOT (NREL, USA)
Video Scanning Hartmann Optical Testing

VSHOT utilise un laser qui est réfléchi vers une cible où une caméra détermine la position
du spot et calcule la normale (bonne précision mais temps d’acquisition long)

94 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Mesures des
défauts optiques

SOFAST (Sandia NL, USA)


Sandia Optical Fringe Analysis Slope Tool

Méthode très précise mais lente


(positionnement des appareils
pour chaque acquisition)

95 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Mesure de
l’alignement des
miroirs
TOPCAT (Sandia NL, USA)
Theoretical Overlay Photographic

96 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Mesures des
défauts optiques

TARMES (DLR, Allemagne) Stynes et al, 2012, NREL


Trough Absorber Reflection MEasurement
System

La comparaison entre la position mesurée du


reflet de l’absorbeur et celle théorique
renseigne sur la pente des miroirs (besoin de
connaître la position du drône).

97 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Mesure du facteur
d’interception
CTM, Camera Target Method,
Visualisation des pertes optiques
Vérifier des performances après ajustement

Pottlera, 2014, CSP Services

98 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016


Références

• Sources :
• http://www.sustainablecitiescollective.com/david-thorpe/327416/how-ww1-killed-dream-solar-powered-world
• http://commons.erau.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1010&context=edt
• A. Fernández-García, E. Zarza, L. Valenzuela, M. Pérez, Parabolic-trough solar collectors and their applications, Renewable and Sustainable Energy Reviews, Volume 14, Issue 7,
September 2010, Pages 1695-1721, ISSN 1364-0321, http://dx.doi.org/10.1016/j.rser.2010.03.012. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1364032110000675)
• http://www.flabeg-fe.com/en/engineering/ultimate-trough.html
• http://www.powerfromthesun.net/Book/chapter03/chapter03.html
• http://www.powerfromthesun.net/Book/chapter04/chapter04.html
• http://www.powerfromthesun.net/Book/chapter08/chapter08.html
• https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_solar_thermal_power_stations
• http://www.nrel.gov/csp/solarpaces/parabolic_trough.cfm
• http://www.nrel.gov/csp/troughnet/technologies.html
• Et plus encore sur le web

99 Formation CSP - Ouarzazate, 25-27 mai 2016