Vous êtes sur la page 1sur 60

Objets quotidiens de

l'époque romaine

Max Martin Augster Blätter zur Römerzeit 3


M.
Objets quotidiens de l'époque romaine

C e q u ' i l v a u t la p e i n e d e s a v o i r d e d i -
vers aspects de la v i e r o m a i n e de tous
les j o u r s ; e n m ê m e t e m p s , u n c o m m e n -
taire aux 7 0 objets romains choisis pour
le «coffre itinérant» du Musée Romain
d'Augst.

I. La maison (1-12) p. 3
II. Quelques outils (13-20) p. 14
III. Mobilier, clés, etc.; éclairage (21-27) p. 16
IV. La vaisselle ( 2 8 - 4 0 ) p. 19
V. Services et petits ustensiles (41-45) p. 2 8
VI. Bijoux et habits (46-54) p. 3 0
VII. Statuettes, temples, religion, calendrier (55-58) p. 3 4
VIII. Jeux et loisirs (59-64) p. 4 2
IX. L'argent et le commerce ( 6 5 - 6 7 ) p. 4 5
X. L'écriture et les chiffres (68-70) p. 4 9
Introduction

Seule une petite partie des habitants l'avons déjà mentionné, des Gallo-Ro-
de la COLONIA AUGUSTA RAURICA m a i n s . Ils s ' e m p r e s s è r e n t d'imiter l'exem-
( A u g s t p r è s d e B a l e ) , le p l u s i m p o r t a n t c e n - ple romain des professions telles qu'offi-
tre commercial d u Haut-Rhin, étaient d'au- ciers, fonctionnaires, marchands, méde-
thentiques Romains, originaires d'Italie. cins et autres q u i , u n e fois installées au
L a m a j o r i t é d e la p o p u l a t i o n d e la v i l l e e t N o r d d e s A l p e s , f o r m è r e n t la c o u c h e po-
du territoire de la c o l o n i e était compo- litique et culturelle dominante.
sée de Gaulois indigènes, q u e nous ap-
pelons aujourd'hui les G a l l o - R o m a i n s . Ils Grâce aux dessins et croquis explica-
é t a i e n t les d e s c e n d a n t s d e s H e l v è t e s , de tifs p r é s e n t é s ci-après, n o u s n o u s propo-
race celte, ainsi q u e des Rauraques, ve- sons d'essayer d'expliquer et de com-
nus d u nord-ouest de la S u i s s e actuelle m e n t e r c e q u e f u t la v i e q u o t i d i e n n e des
et qui depuis fort l o n g t e m p s déjà s'étaient habitants de la COLONIA (PATERNA)
installés d a n s n o t r e pays. PIA APOLLINARIS AUGUSTA EMERITA
RAURICA, ce q u e furent leur travail, leurs
Sous l'occupation romaine, dès le loisirs e t les o b j e t s qu'ils utilisèrent. Les
début de l'ère chrétienne, apparurent objets numérotés de 1 à 70 constituent
d a n s les p r o v i n c e s r h é n a n e s d e nouvelles en m ê m e temps un «coffret itinérant» à
techniques de construction, des instru- l'intention des établissements scolaires.
ments et des f o r m e s d e vaisselle incon-
n u e s j u s q u ' a l o r s . E n p l u s d e la l a n g u e l a - Il e s t bien évident qu'un choix a dû
tine, de la m o d e vestimentaire romaine ê t r e f a i t e n f o n c t i o n d e la p l a c e disponi-
et de la cuisine méditerranéenne, les b l e , d e la f r a g i l i t é e t d e la v a l e u r d e s ob-
«pays en voie d e d é v e l o p p e m e n t » gau- jets. C e c o m m e n t a i r e ne saurait être ex-
lois e m p r u n t è r e n t e t a d o p t è r e n t , p l u s ou haustif, son but étant d'éveiller un inté-
moins rapidement, bien d'autres élé- rêt pour ce qui constitue la v i e quoti-
ments encore de la civilisation univer- dienne d'AUGST r o m a i n e d'il y a bientôt
selle de Rome, technologiquement et 2000 ans.
culturellement supérieure à celle de la
G a u l e . D u r a n t p l u s i e u r s s i è c l e s , la Gaule
fera partie du puissant empire économi-
que romain (avec un système monétaire
u n i q u e ) . La c i v i l i s a t i o n g a l l o - r o m a i n e , ainsi
que la v i e quotidienne, s'imprégna des
habitudes et rites méridionaux et en
adopta les o b j e t s usuels. Sans subir de
contraintes, les G a u l o i s se romanisèrent
rapidement et devinrent, ainsi q u e nous
I. La maison (1-12)

A v e c la r o m a n i s a t i o n , la m a i s o n e n p i e r - en pierres, construites après cette date,


res ( d o m u s ) apparut et s'implanta dans l'étaient souvent selon le même plan
notre pays pour plusieurs siècles. Il est q u e les s t r u c t u r e s p r é c é d e n t e s e t c o n s t i -
cependant important d e faire remarquer tuaient donc plutôt des reconstructions
d'emblée que la t r a d i t i o n des construc- q u e d e s c o n s t r u c t i o n s n o u v e l l e s . Les por-
tions indigènes celtiques (constructions t i q u e s d e s m a i s o n s d o n n a i e n t s u r la r u e .
e n bois, en pisé, en terre, etc.) se main- L'espace couvert, bien q u e p r o p r i é t é pri-
tiendra encore durant une à deux géné- vée, faisait partie intégrante de la voie
rations en ville comme à la campagne. publique, à la manière des arcades de
Même dans le Sud, la construction en Berne, et devait être accessible à tout un
pierre ne s'imposera définitivement qu'à c h a c u n . D a n s les g r a n d e s villes romaines,
partir du 1er siècle après J.-C. seule- il n ' é t a i t p a s r a r e d e v o i r d e s maisons à
ment, bien que des constructions monu- plusieurs étages. C'est ainsi qu'Augst
mentales, telles que des théâtres, des devait posséder des maisons compor-
temples et d e riches villas, a i e n t é t é éri- tant au m o i n s un é t a g e (Fig. A ) .
gées en pierres depuis longtemps déjà.
Jusqu'au grand incendie qui détruisit Un toit en tuiles, qui existait peut-être
Rome en 64 après J.-C, sous le règne d é j à sur les c o n s t r u c t i o n s e n b o i s , r e c o u -
de Néron, une grande partie des mai- v r a i t la m a i s o n e n p i e r r e s , d o n t l e s m u r s ,
sons romaines était encore en bois. Jus- larges en général d e d e u x pieds romains
q u ' e n 7 0 a p r è s J . - C , les m a i s o n s d'Augst (60 cm), étaient cimentés au mortier de
é t a i e n t , elles aussi, e n b o i s . Les maisons chaux. A u c u n r e b o r d saillant ne p e r m e t - 3
Fig. C

t a i t d e f i x e r les t u i l e s ; c ' e s t l e u r p o i d s ( e n - détachement de la LEGIO I MARTIA (1)


viron 8 0 - 9 0 k g / m 2
alors q u ' a u j o u r d ' h u i il stationné au Castrum d e KAISERAUGST.
s'élève à 40-45 kg/m ) 2
qui les mainte-
nait en place, t o u t c o m m e d a n s les t o i t s En plus des toits e n t u i l e s , il existait
des maisons méridionales. Des tuiles aussi au Nord des Alpes, durant l'épo-
courbes protégeaient, à la m a n i è r e des que romaine, des toits de bardeaux et
couvre-joints, l'espace entre les rebords d'ardoises.
latéraux des tuiles adjacentes ainsi que
l e f a î t e d u t o i t . Il é t a i t t o u t à f a i t excep- En plus des tuiles, l'argile cuite était
t i o n n e l d e c i m e n t e r les t u i l e s o u d e com- fréquemment utilisée, notamment pour
b l e r les j o i n t s a v e c d u mortier. La pente les pilettes et les conduits tubulaires
d'un toit en tuiles était faible (environ des installations de chauffage des bains
40%) et ne possédait pas de chéneau. et des pièces d'habitation. Dans les
(Fig. B). b a i n s r o m a i n s ( t h e r m a e ) l e s o l d e la s a l l e
t i è d e ( t e p i d a r i u m ) , d e la s a l l e c h a u d e ou
De nombreuses tuileries privées cou- de l'étuve (caldarium, sudarium) repo-
vraient les b e s o i n s d e la S u i s s e . D a n s la sait sur des pilettes, faites de carreaux
mesure du possible, les ateliers écou- de terre cuite. Ce dispositif souterrain,
laient leurs produits par la v o i e fluviale. appelé hypocauste, permettait la circu-
Quelques ateliers, en bordure de la co- lation de l'air chaud. La chambre de
lonie d'AUGUSTA RAURIGORUM, da- chauffe (praefurnium) était située au
tant du Bas-Empire nous sont bien con- niveau de l'hypocauste avec lequel elle
nus. Ces ateliers étaient desservis par un communiquait au m o y e n d ' u n c a n a l . Les 5
parois d e l'étuve étaient é g a l e m e n t chauf- en mosaïque (opus musivum), qui est
fées au moyen de tuyaux rectangulaires aussi un m o d e d e d é c o r a t i o n , particuliè-
en argile (tubuli) posés verticalement et rement apprécié dans les pays médi-
recouverts de crépi. L'air c h a u d pouvait terranéens dès l'époque grecque. Les
ainsi circuler e t se r é p a n d r e le l o n g des mosaïques d'Augst étaient constituées
murs (Fig. C). généralement de petits cailloux multi-
colores, d'environ 1 à 2 cm., ce qui repré-
Certaines pièces d'habitation étaient sente, par m , environ 2
10000 pièces. On
également équipées d'hypocaustes, c'est- a recueilli aussi d e petits c u b e s d e verre
à - d i r e c h a u f f é e s p a r le s o l . La p l u p a r t des ou d e t e r r e c u i t e . En r è g l e g é n é r a l e , ce
maisons urbaines d'Augst ne possédaient revêtement de tesselles était cimenté
p a s d ' h y p o c a u s t e s . P o u r c h a u f f e r les p i è - p a r u n e t r è s f i n e c o u c h e d e m o r t i e r à la
ces, o n se servait d e la c h a l e u r d u foyer chaux qui elle-même s'étalait sur une
et de braseros remplis de charbon de couche plus épaisse de mortier aux
b o i s . Le s y s t è m e d e c h a u f f a g e p a r hypo- tuileaux. Dans les bassins, les tesselles
causte servait essentiellement à emma- étaient directement appliquées sur le
gasiner la c h a l e u r . Le sol, d o n t la partie tuileau étanche. Cet ensemble de cou-
inférieure était composée de dalles en ches reposait sur un épais hérisson de
argile (suspensura) reposant sur des pierres.
pilettes, était recouvert d e plusieurs cou-
ches d e mortier atteignant jusqu'à 50 cm L'enduit mural o r d i n a i r e se rencontrait
d'épaisseur et permettait ainsi d'accu- a s s u r é m e n t d a n s la p l u p a r t d e s maisons
muler une grande quantité de chaleur. d'Augst; en r e v a n c h e , les p e i n t u r e s mu-
rales d e qualité, considérées comme un
Les sols d e s maisons en bois étaient p r o d u i t d e luxe, étaient sans d o u t e aussi
g é n é r a l e m e n t e n terre b a t t u e , parfois re- rares que les sols de mosaïques. Celle
couverts de planches, très rarement de qui figure deux porteurs d'amphore
mortier. Les sols d e m o r t i e r se dévelop- (Fig. D) en est un bon exemple. Plus
p è r e n t a v e c les c o n s t r u c t i o n s en dur; ils fréquentes sont les parois décorées,
étaient composés d'un hérisson d e pier- constituées de panneaux rectangulaires,
res, sur l e q u e l reposaient plusieurs cou- représentant le p l u s s o u v e n t des motifs
c h e s d e m o r t i e r d e c h a u x . Si l e s o l d e v a i t végétaux (guirlandes de plantes et de
être étanche, comme dans le cas des f l e u r s ) (7, 8 ) .
thermes, de la brique crue concassée
était alors m é l a n g é e au m o r t i e r (mortier Les Romains utilisaient des couleurs
de tuileau). à pigmentations d'origine minérale, de
nature non o r g a n i q u e , telles, par exem-
A AUGUSTA RAURICA, seule la cou- p l e , le c i n a b r e , le b l e u e t le v e r t d e cui-
che aisée d e la p o p u l a t i o n pouvait s'of- vre, le j a u n e d'or, le blanc de plomb,
frir un revêtement de sol plus luxueux, l'oxyde de plomb rouge et surtout les
couleurs naturelles de la t e r r e , comme A u s s i b i e n les villes q u e les v i l l a g e s e t les
l'ocre r o u g e et jaune. Des substances or- fermes étaient approvisionnés par des
ganiques entraient dans la composition a q u e d u c s s o u t e r r a i n s . La c o l o n i e d'Augst
d e s liants. U n m o r t i e r ( 3 0 ) e t u n e demi- fut d o t é e d ' u n canal d e maçonnerie, long
amphore (Fig. M) avec des traces de de 6,5 km et dont les d i m e n s i o n s inté-
peinture rouge ont été mis au jour en rieures p r é s e n t e n t u n e hauteur d e 1,8 m
1965 dans la partie sud d'AUGUSTA p o u r u n e l a r g e u r d e 0,9 m . La l a r g e u r de
RAURICORUM, à l'emplacement même la v o û t e mesurait 60 cm (Fig. F) et la
o ù l'artiste o u l'artisan travaillait au 2ème p e n t e m o y e n n e était d e 2%o (c'est-à-dire
siècle d e notre ère. 2 cm pour 10 m ! ) . L'aqueduc, construit
sous terre, captait l'eau de l'Ergolz au
Portes et fenêtres constituaient des nord de Liestal et l'amenait jusqu'à
éléments importants de la m a i s o n . Ce- Augst. Un réseau de conduites de
pendant, seuls des seuils, des crapau- p l o m b e t d e b o i s s e r v a i t à la d i s t r i b u t i o n
dines, des serrures, des ferrures et des de l'eau à l'intérieur de la v i l l e . P o u r les
empreintes d e cadres d e portes et fenê- fontaines publiques, les thermes ainsi
tres o n t pu être retrouvés, les éléments que pour certaines villas privées, l'eau
en bois ayant c o m p l è t e m e n t disparu. était a m e n é e sous pression.

Les bains publics, comme certaines Ces tuyaux étaient fabriqués au


riches villas p r i v é e s , p o s s é d a i e n t d e véri- m o y e n d e feuilles d e p l o m b , épaisses de
tables fenêtres vitrées. Ces vitres trans- plusieurs millimètres, dont les bords,
parentes, de c o u l e u r vert pâle, se com- u n e fois recourbés, étaient s o u d é s dans
posaient d e 4 à 6 carreaux d e 3 0 x 4 0 cm le sens de la longueur. En coupe, le
environ, scellés d a n s des cadres d e bois. t u y a u se p r é s e n t a i t sous la f o r m e d'une
Si la protection d'un grillage s'avérait poire (12). Grâce aux sources écrites,
nécessaire, o n utilisait alors d e s bandes nous savons qu'à l'époque romaine
d e fer se croisant à a n g l e d r o i t avec des déjà, une taxe sur l'eau était perçue,
étoiles à quatre branches soudées aux calculée selon le calibre du raccorde-
intersections (Fig. E). m e n t . Il e s t p r e s q u e c e r t a i n q u e d a n s c e s
conditions, bien des habitants puisaient
A l'époque romaine, on veillait avec leur eau aux fontaines placées à chaque
une attention t o u t e particulière à ce que carrefour (Fig. B).
l'approvisionnement en eau soit suffi-
sant et d'accès aisé. Ce furent les Ro-
m a i n s q u i f i r e n t p r o f i t e r les p r o v i n c e s de
ces techniques nouvelles, grâce au sa-
voir-faire qu'ils avaient acquis dans le
Sud, où l'eau était plus précieuse, car
plus rare, q u e dans le n o r d des Alpes.
Fig. 1
Tuile plate ( t e g u l a ) , 4 5 - 5 5 x 3 0 - 4 0 c m de
dimension, poids 8 à 12 k g . Les tuiles
sont parfois estampillées, notamment si
elles sont fabriquées dans des ateliers
militaires. Tuile de la LEG I M, c'est-à-
dire de la LEGIO PRIMA MARTIA sta-
tionnée dans le C a s t r u m de Kaiseraugst
au 4 è m e s i è c l e . En h a u t , les r e b o r d s de
la tuile ont été écourtés de quelques
5 cm (pour permettre le chevauchement
des tuiles suivantes). Décor tracé au
doigt en bordure.

Fig. 2
Couvre-joint (imbrex) de longueur iden-
tique à celle de la t u i l e plate, s'élargis-
s a n t l é g è r e m e n t vers le b a s ( p o u r s'em-
b o î t e r d a n s la t u i l e suivante).

Fig. 3
Pilette d ' h y p o c a u s t e , portant ici l e s m a r -
ques d e pattes d'un blaireau, traces fai-
t e s a l o r s q u e l e t u i l i e r a v a i t m i s la p l a q u e
à s é c h e r a v a n t la c u i s s o n . A i n s i l e s t r a c e s
du blaireau ont-elles été immortalisées.

Fig. 4
Conduit tubulaire mural (tubulus) pour
la c i r c u l a t i o n d e l ' a i r c h a u d . Il p o r t e des
rainures (servant à une meilleure adhé-
rence du crépi) sur les faces les plus
larges et des ouvertures sur les petits
c ô t é s ( p o u r la c i r c u l a t i o n l a t é r a l e d e l'air
chaud).
Fig. 6

Fig. 5 Fig. 9
Sorte d'étoile à quatre branches, en fer
F r a g m e n t d e sol e n m o r t i e r à tuileaux. forgé, provenant d'une grille d e fenêtre.

Fig. 6 Fig. 10, 11


F r a g m e n t d ' u n sol e n m o s a ï q u e , constitué D e u x f r a g m e n t s ( b o r d et angle) d e vitre,

de tesselles blanches et grises, relative- dont l'un p r é s e n t e e n c o r e d e s t r a c e s de

ment g r a n d e s , f i x é e s d a n s le m o r t i e r de mastic.

tuileaux .
Fig. 7 Fig. 12
Fragment d'une peinture murale poly- Extrémité d'un tuyau en p l o m b (fistula),

chrome: bord rouge et blanc, avec une soudé dans le s e n s d e la l o n g u e u r ainsi

ligne d e s é p a r a t i o n b l a n c h e , p e i n t sur un qu'un reste de raccord en plomb pour

enduit lisse, lui-même posé sur enduit baignoire. Trouvé dans les thermes de

grossier. Grienmatt.

Fig. 8
Fragment de peinture murale poly-
10 c h r o m e : entrelacs sur f o n d vert.
Fig. A Fig. D
Reconstitution précise d'une maison, à Peinture murale p o l y c h r o m e (120x82 cm).
l ' a n g l e n o r d - o u e s t d e l'insula 31 à A u g s t : Augst, insula 39: deux hommes portant
grande boutique à un étage (hauteur, une amphore à l'aide d ' u n e perche.
j u s q u ' a u g a l e t a s : 7 m ) ; les p o r t i q u e s don-
n e n t s u r la c h a u s s é e , a u c o i n d e la rue: Fig. E
c h a s s e - r o u e s p o u r la c i r c u l a t i o n d e s c h a r s . Grille d e fenêtre ( 1 0 0 x 9 5 c m ) d e la v i l l a
romaine de Holstein (Bâle-Campagne).
Fig. B
Toits romains avec des tuiles plates à Fig. F
rebords et des couvre-joints. A u premier- Coupe de l'aqueduc romain souterrain
plan, une fontaine publique à un carre- de Liestal-Augst (renforcé, à droite, en
four. raison de la pression due à la pente)
échelle: 1:60.
Fig. C
Coupe schématique d'un hypocauste; à
droite, canal d e chauffe et sol reposant
s u r d e s p i l e t t e s ; c o n t r e les m u r s , derrière
le c r é p i , c o n d u i t s ( t u b u l i ) d e t e r r e cuite.
Fig. 13 Fig. 14 Fig. 15

II. Quelques outils (13-20)

Parmi les nombreux outils et instru- Fig. 17


ments mis au jour, qui ressemblent Petit m a r t e a u avec p i e d de
d'ailleurs b e a u c o u p aux nôtres et à ceux b i c h e p o u r e n l e v e r les c l o u s .
d e n o s g r a n d s - p a r e n t s , n o u s a v o n s f a i t le
choix suivant: Fig. 18
Petite hache.

Fig. 13
Truelle, d o n t l'extrémité métallique s'em- Fig. 19
boîtait à l'origine dans le manche. La C o u t e a u d o n t le m a n c h e é t a i t à l'origine
figure G présente un échafaudage ser- soit en bois, soit en os (fixé au m o y e n de
vant à construire un mur. deux rivets).

Fig. 14 Fig. 20
P e t i t e l a n c e e n fer. La h a m p e e n b o i s se
P e t i t fil à p l o m b e n bronze. f i x a i t d a n s la d o u i l l e .

Fig. 15, 16 F/g. G

Deux clous à tige carrée (comme tous Construction d'un mur en briques; ma-

l e s c l o u s f a i t s à la m a i n j u s q u ' a u 19ème çons et ouvriers sur un échafaudage.

siècle); les c l o u s actuels, fabriqués mé- Peinture m u r a l e d e R o m e , Via Latina.

caniquement, sont ronds.


Fig. 21 Fig. 22

1 f -M

I. Mobilier, clés, etc.; éclairage (21-27)

A la d i f f é r e n c e d e s v i l l e s d e P o m p e i et t u e l l e f a i s a i t a u s s i p a r t i e , la l a m p e à h u i l e
d'Herculanum, recouvertes par les cen- à couvercle (26) sera abandonnée aux
d r e s e t la l a v e d u V é s u v e e n 7 9 a p r è s J . - C , environs d e 100 a p r è s J . - C , malgré une
où portes, fenêtres, étagères et autres romanisation croissante, au profit de
meubles ont pu être conservés, ou du lampes plus simples, ouvertes et gros-
moins leurs empreintes, nous ne con- sièrement modelées (27) dans une ar-
naissons que fort peu d'éléments du gile moins fine, où l'on faisait brûler du
mobilier d'AUGUSTA RAURICA. La plu- suif o u d e la c i r e . L a m è c h e r e p o s a i t sur
part du temps, seuls les objets qui un bec ouvert et ne passait pas par un
n'étaient pas fabriqués en bois nous t r o u c o m m e d a n s les l a m p e s f e r m é e s . Le
sont parvenus: charnières de portes r e m p l a c e m e n t d e l'huile p a r d u suif s'ex-
(22), serrures, clés (23), ferrures d e meu- plique aisément par son prix plus mo-
bles, etc. Mais il e s t bien évident qu'à déré. Il e s t surprenant de constater un
l'époque romaine, comme aujourd'hui, tel souci d ' é c o n o m i e , en pleine période
la p l u p a r t d e s p o r t e s , c a i s s e s , c o f f r e s , t a - d e prospérité, au 2 è m e siècle, alors q u ' o n
bles, bancs, chaises, banquettes, lits et n'économisait p o u r t a n t sur rien d'autre.
autres objets étaient en bois.
Beaucoup de lampes fermées présen-
L a lampe à huile (lucerna) est un ob- tent, sur la f a c e supérieure (médaillon),
jet t y p i q u e m e n t méridional. C'est à l'épo- souvent l é g è r e m e n t en creux, des repré-
que romaine seulement qu'elle fera son sentations figurées d'animaux, de mas-
apparition au nord des Alpes. En effet, ques, de scènes de la v i e quotidienne,
ce n'est q u ' a v e c l'importation d'huile ve- etc. Ces lampes, d o n t l'épaisseur des p a -
nue des régions méditerranéennes et rois n e d é p a s s a i t s o u v e n t p a s 1 à 2 mm
qui servait d e c o m b u s t i b l e , qu'elle pourra étaient f a b r i q u é e s à l'aide d e d e u x mou-
ê t r e u t i l i s é e c h e z n o u s . Il e s t intéressant les, u n p o u r le m é d a i l l o n , l ' a u t r e p o u r la
de constater que dans les provinces base du récipient; les deux éléments
frontalières rhénanes, d o n t la S u i s s e ac- é t a i e n t e n s u i t e s o u d é s a v a n t la c u i s s o n .
D'autres moyens d'éclairage étaient Fig. 23
également connus: notamment les bou- C l é e n fer, à p a n n e t o n d é c o u p é . T r o u de
gies, les torches ou les lanternes en suspension à l'autre extrémité. A l'aide
b r o n z e ( F i g . I), d o n t d e s v e s t i g e s o n t été des dents du panneton que l'on intro-
mis au jour à A u g s t . d u i s a i t d a n s la s e r r u r e , o n p o u v a i t soule-
ver les c h e v i l l e s en maintenant le pêne
Fig. 21
dans la g â c h e et déplacer latéralement
Elément de charnière en os, taillé dans
c e d e r n i e r a v e c la c l é p o u r déverrouiller
les os longs de bovins. Ces pièces
la p o r t e . P o u r d e s p a n n e t o n s compliqués
étaient emboîtées sur d e s axes d e bois
et généralement plus petits, la serrure
p o u r former des charnières. Chaque élé-
correspondante pouvait être en métal.
ment était fixé alternativement au mon-
t a n t e t à la p o r t e du meuble au moyen
Les serrures à r é v o l u t i o n é t a i e n t relative-
de chevilles en bois, passant par des
ment rares à l ' é p o q u e romaine.
trous latéraux (Fig. H). Grâce à ce sys-
tème, les portes d'armoires pivotaient
Fig. H
plus facilement q u e nos portes actuelles
A gauche: Charnière fixée à l'aide de
à deux gonds. Le modèle d'Augst per-
gonds en os et de chevilles en bois
m e t d e relever des traces d e frottement
fixées alternativement à l'armoire e t à la
sur les faces supérieures et inférieures
porte. A droite: Armoire e n b o i s à char-
d e s g o n d s ainsi q u e d e s é r a f l u r e s s u r les
nière en os, provenant de Pompei —
faces extérieures. Ces dernières attestent
exécutée d'après un moulage en plâtre
que la charnière était très étroitement
d'une empreinte c o n s e r v é e d a n s la cou-
fixée à l'armoire et q u ' o n pouvait ouvrir
che de cendres et de pierre ponce du
la p o r t e à 1 8 0 ° .
Vésuve.
F/g. 22
Charnière avec axe en fer, d'une porte
ou d'une caisse.
Fig. 24 Fig. 27
Clochette en bronze, utilisée vraisem- L a m p e à suif o u v e r t e à « b e c » pincé, sur
blablement pour le b é t a i l . lequel on posait simplement la mèche;
traces d e calcination.
Fig. 25
Peson de tisserand conique percé. Ces Fig. i
pesons, qui peuvent également prendre Lanterne cylindrique en bronze (diamè-
une forme cylindrique, servaient — par tre 11,5 c m ) . F o n d avec brûleur, couver-
séries d e plusieurs pièces — à tendre les cle, s u p p o r t à a n s e s . E n t r e les d e u x mon-
fils d u métier à tisser. A u c u n e trace de tants verticaux du corps, étaient fixés
m é t i e r à tisser e n b o i s n'a é t é retrouvée deux cylindres semi-circulaires transpa-
à ce jour à A u g s t . rents (en corne).

Fig. 26
L a m p e à h u i l e f e r m é e ; sur le « b e c » , des
t r a c e s d e b r û l u r e s d u e s à la m è c h e , sont
18 e n c o r e visibles. A n s e cassée.
IV. La vaisselle ( 2 8 - 4 0 )

Les Helvètes et les Rauraques con- l'intérieur était tapissé d'éclats de


naissaient et utilisaient d e g r a n d e s quan- pierre (quartz, etc.) ou de sable, for-
tités d e vaisselle e n argile, d e f o r m e s v a - m a n t une surface rugueuse, compara-
riées. Ils e m p l o y a i e n t également depuis ble à d u papier émeri. C'est dans ces
fort longtemps des récipients en bois; mortiers que l'on préparait des sau-
rares s o n t les c o û t e u x récipients en mé- ces diverses, plus ou moins épicées,
t a l ( b r o n z e ) . D è s la f i n d e l ' é p o q u e celte servies ensuite dans de petits bols
( L a T è n e f i n a l e ) le t o u r f u t définitivement pour accompagner les repas.
adopté. D è s lors, p r e s q u e t o u t e la c é r a -
m i q u e sera tournée.

Avec l'arrivée des Romains, l'aspect La terre sigillée


de la v a i s s e l l e v a é g a l e m e n t s e modifier.
De nombreuses formes indigènes conti- La vaisselle romaine-type est celle
nuent à être produites par une popula- que nous connaissons depuis près d'un
tion en majorité celtique, mais les réci- siècle sous le nom de «terre sigillée»,
pients sont moins élégants quoique tech- mais que les R o m a i n s appelaient «vasa
n i q u e m e n t supérieurs et m i e u x cuits, que Samia» (vaisselle s a m i e n n e ) . C e t t e vais-
ceux d'époque préromaine. Gobelets, selle, faite d'argile fine et exclusivement
bols et plats sont dorénavant fabriqués f a b r i q u é e au tour, est recouverte à l'inté-
sur un tour rapide. Seules les marmites rieur comme à l'extérieur d'un engobe
(28) continueront à être façonnées à la rouge brillant d'une qualité telle qu'il
main. Pour certains récipients, plus parti- reste parfaitement conservé après un
culièrement les marmites, il e x i s t a i t des s é j o u r d e p r è s d e 2 0 0 0 a n s d a n s la t e r r e .
couvercles munis de sortes d e poignées
e n a r g i l e ( 2 9 ) . Il e s t c e r t a i n q u e d e nom- La t e r r e s i g i l l é e r e p r é s e n t e la v a i s s e l l e
breux couvercles en bois ont d û être uti- d e t a b l e d e q u a l i t é , c o m p a r a b l e à la p o r -
lisés, mais nous n'en avons pas gardé celaine. Les formes les plus courantes
trace. étaient les assiettes, les coupes et les
plats (31, 32). Cette vaisselle, fabriquée
Les n o u v e l l e s f o r m e s d e p o t e r i e , pro- p a r milliers d ' e x e m p l a i r e s , fut t o u t d'abord
venant du Sud et fabriquées en Gaule et produite dans de grands ateliers dont
à Augst étaient: les p r e m i e r s s o n t s i t u é s a u n o r d d e l'Ita-
- la cruche à eau ou à vin, à une ou à lie ( A r e z z o ) ; puis, au premier siècle, ils
d e u x anses (34) s'implantent en Gaule méridionale, pour
- le mortier (mortarium), large réci- s'étendre aux d e u x i è m e et troisième siè-
pient à déversoir, où ainsi q u e l'indi- cles, e n G a u l e d u c e n t r e , d u n o r d et de
q u e s o n n o m , o n b r o y a i t les a l i m e n t s ; l'est. A u troisième siècle, o n t r o u v e des
c e n t r e s d e p r o d u c t i o n d a n s la r é g i o n rhé- vernis noir ou rougeâtre, était égale-
nane (par exemple: Rheinzabern près m e n t fort appréciée.
de Speyer), en Bavière et en Suisse
(Baden, Berne-Enge, Lousonna-Vidy). L e s o b j e t s s e r v a n t à la consommation
d e s l i q u i d e s , t e l s le p i c h e t e t le gobelet,
En raison des frais de transport, le n'étaient que très rarement en sigillée.
coût de la t e r r e s i g i l l é e é t a i t nettement Les p i c h e t s furent d'abord fabriqués en
p l u s é l e v é q u e c e l u i d e la v a i s s e l l e com- argile (34), plus tard en verre. O u t r e les
mune. Un bol décoré (32) revenait, au gobelets en bois, dont on n'a malheu-
2ème siècle après J.-C, à 20 As, soit reusement q u e fort peu de vestiges con-
l'équivalent d'un jour de solde pour un servés, o n aimait utiliser d e s g o b e l e t s en
m i l i t a i r e o u u n travailleur. A p a r t les mor- céramique fine ou en verre. A u x 2ème
t i e r s e t les g r a n d s r é c i p i e n t s d e stockage, et 3 è m e siècles, les g o b e l e t s à dépres-
cette vaisselle de couleur rouge est la sions furent particulièrement appréciés.
seule q u e l'on réparait à l'aide d e tenons Ils é t a i e n t p a r f o i s d é c o r é s d e r i n c e a u x et
de p l o m b , e n cas d e fissure o u de cas- de sentences à boire (70).
sure. Pour fabriquer la terre sigillée à
relief, o n se servait d ' u n moule. A l'aide
d'un p o i n ç o n , le d é c o r é t a i t i m p r i m é en
négatif à l'intérieur du moule (Fig. K). L e s récipients en verre
A p r è s l e s é c h a g e , la p a n s e d é c o r é e était
retirée du moule et l'on ajoutait, sur le Avant les Romains, les Egyptiens et
t o u r , le r e b o r d lisse e t le p i e d . les Grecs connaissaient et fabriquaient
d é j à le v e r r e . C h a c u n s a i t q u e le v e r r e e s t
Certains potiers ou chefs d'atelier si- le p l u s a n c i e n p r o d u i t s y n t h é t i q u e . Mais
gnaient leur production à l'aide d'une ce n'est q u ' a u d é b u t d e l'Empire romain,
estampille. G r â c e à ces m a r q u e s d e po- soit environ à l'époque de la naissance
tiers ainsi qu'aux décors en relief, dont d u C h r i s t , q u e la f ê l e , la c a n n e c r e u s e du
les motifs changeaient selon les goûts verrier, f u t inventée. Grâce à cet instru-
de décennie en décennie, la terre ment, l'artisan avait alors la possibilité
sigillée fait partie d e s o b j e t s r o m a i n s les d e p r é l e v e r d u c r e u s e t le v e r r e e n fusion
mieux datés. Même le plus petit frag- et en quelques instants de souffler un
m e n t , le p l u s p e t i t t e s s o n , c o n s t i t u e déjà récipient en verre. Cette invention per-
un précieux indice pour l'archéologue. mit une large diffusion de la verrerie.
Le v e r r e coloré fut surtout apprécié au
A c ô t é d e la v é r i t a b l e s i g i l l é e d e pre- début de l'époque romaine, mais dès
mière qualité, il e x i s t a i t également des 1 0 0 e n v i r o n a p r è s J . - C . la p r é f é r e n c e fut
productions locales de vaisselle, appa- donnée aux couleurs dites naturelles
rentée à la s i g i l l é e , mais vendue à des comme le b l e u - v e r t ; a u x 3 è m e et 4ème
p r i x p l u s b a s . La v a i s s e l l e f i n e e t lisse, à s i è c l e s , c ' e s t l e v e r r e d é c o l o r é , e t si p o s -
s i b l e t r a n s p a r e n t , q u i f u t à la m o d e . II e s t dans le cellier en étant tout simple-
rare, d e découvrir des récipients intacts, ment plantée dans le sable. Si elle
sauf ceux d é p o s é s en offrande dans les était utilisée dans la s a l l e à manger,
tombes. La v e r r e r i e d é c o u v e r t e à Augst elle p o u v a i t alors être d i s p o s é e sur le
se compose principalement de bou- support destiné à cet usage. Le con-
teilles rectangulaires ou rondes (36, 37), t e n u d ' u n e a m p h o r e à vin est d e 20 à
de coupes (39) et de gobelets. On y 3 0 l i t r e s . P o u r l e s b o n s c r u s , il e s t f r é -
trouve é g a l e m e n t des flacons à parfums quent de trouver, sur le c o l d e l'am-
d e formes diverses (38). phore, un certain nombre d'indica-
tions, peintes en noir, rarement en
r o u g e , en écriture cursive, concernant
l e c o n t e n u , la p r o v e n a n c e e t m ê m e le
Les amphores millésime du vin.

Les amphores constituent une caté- - L'amphore à huile (Fig. M ) — en quel-


gorie particulière de poterie. Ces grands q u e s o r t e l ' e m b a l l a g e d e l'huile d'olive
récipients de transport ne servaient — présente, dans le Haut-Empire,
q u ' u n e s e u l e f o i s ; ils n ' é t a i e n t pas réex- une forme presque sphérique avec
pédiés dans leur pays d'origine (Italie, des anses arrondies. Ces amphores
Narbonnaise, Espagne, parfois la Grèce étaient souvent munies d'une estam-
e t l ' A f r i q u e d u N o r d ) u n e f o i s le contenu pille a p p l i q u é e avant la c u i s s o n , indi-
épuisé. Les amphores étaient fermées quant le nom du producteur ou de
par des bouchons de liège ou de terre son administrateur; les centres de
cuite et scellées par d u plâtre ou de la production se c h a r g e a i e n t non seule-
poix. Leur contenu, en général liquide, ment de l'exportation du contenu
se c o n s e r v a i t ainsi d a n s d e bonnes con- m a i s e n c o r e d e la f a b r i c a t i o n d u con-
ditions et pouvait aisément être trans- t e n a n t . A u 1er siècle, l'un d e s p l u s i m -
porté. portants producteurs d'huile d'olive
fut un certain Gaius Antonius Quietus
Parmi ces récipients hauts d'un mètre (40) d'Espagne méridionale, qui ex-
et toujours dotés de deux anses (am- portait son huile en direction de la
p h o r o s signifie en effet « p o r t e r par deux v a l l é e d u R h ô n e , d e la G a u l e d e l'Est,
côtés»), on peut reconnaître trois for- de l'Helvétie et de la Rhénanie sur-
mes principales, réservées chacune à tout, mais aussi vers l'Angleterre.
des usages différents: Manifestement, ces régions n'utili-
saient pas d'huile d'olive avant l'épo-
- L'amphore à vin (Fig. L), de forme que romaine. Il se peut fort bien
allongée, présente une pointe tout à qu'avec l'arrivée des Romains, non
fait caractéristique au moyen de la- seulement la c u i s i n e m a i s aussi la f a -
quelle l'amphore pouvait être rangée ç o n d ' a p p r ê t e r les m e t s a i e n t c h a n g é . 21
Tout comme à notre époque, on découverte à Avenches contenait encore
p a s s a il y a 2 0 0 0 a n s , d e la c u i s i n e à la des olives carbonisées, une autre des
graisse et au s a i n d o u x à la c u i s i n e à dattes brûlées!
l'huile d'olive.

- Le t r o i s i è m e produit transporté dans Fig. 28


les a m p h o r e s ( F i g . N ) e t p r o v e n a n t la M a r m i t e e n a r g i l e à d é g r a i s s a n t f a i t e à la
plupart du temps d'Espagne, était la m a i n ; l ' e x t é r i e u r a é t é lissé e t d é c o r é de
sauce de poisson (garum). Ces sau- fines rainures.
ces d e poisson très salées et piquan-
tes, provenant des côtes méridiona- Fig. 29
les d'Espagne, étaient très recher- Couvercle de marmite en argile avec
c h é e s e t c o m p t a i e n t p a r m i les s a u c e s poignée (partiellement reconstitué).
et les condiments les plus coûteux
de l'époque romaine. Le g a r u m était F/g. 30
apprêté selon la r e c e t t e s u i v a n t e : les Petit m o r t i e r en argile avec déversoir et
- viscères d e petits poissons, g a r u m et paroi interne rugueuse.
scomber, recueillis pour cet usage,
é t a i e n t salés et e x p o s é s en plein so-
leil pendant plusieurs jours, dans un
récipient ouvert ou un b a s s i n . Le jus
qui s'en écoulait, u n e fois filtré, don-
nait le f a m e u x garum. Sur une am-
phore, découverte à Augst en 1911,
on peut voir une sorte d'étiquette
peinte G HISP, soit l'abbréviation de
G(arum) Hispa(nicum) c'est-à-dire:
garum d'Espagne.

Grâce à des inscriptions mises au jour


sur des cols d'amphores, nous savons
que d'autres denrées étaient aussi ven-
dues dans des amphores, comme le v i -
n a i g r e , les o l i v e s , les h a r i c o t s , les f i g u e s ,
le m i e l e t les d a t t e s . U n e a m p h o r e trou-
v é e d a n s le c a m p légionnaire de Vindo-
nissa ( F i g . O ) devait c o n t e n i r , si l ' o n se
réfère à l'étiquette: des «OLIVA NIGR
( a ) E X DEFR (uto), c'est-à-dire des olives
noires dans d u moût cuit. U n e amphore
Fig. 37 Fig. 37
Assiette en terre sigillée p o r t a n t à l'inté- Col d'une petite bouteille de forme
r i e u r la m a r q u e d u p o t i e r : OF FELICÇis) = globulaire; u n e anse est cassée.
Officina Felicis, c'est-à-dire atelier de
Félix. Fig. 38

Fig. 32 Petit flacon à p a r f u m s en verre.

C o u p e e n terre sigillée, d é c o r é e à l'exté-


rieur d e reliefs ( c h a s s e , a m o u r , rinceaux), Fig. 39
partiellement reconstituée. Bord d'un bol à panse côtelée, en verre
jaune et violet, à décor marbré. Coulé
Fig. 33 dans un m o u l e puis taillé à l'intérieur et
Petite tasse en «terra nigra» — terre sur le bord, il se différencie des réci-
noire — légèrement reconstituée. pients précédents qui étaient simple-
m e n t soufflés à l'air l i b r e (37, 3 8 ) o u dans
Fig. 34 une forme (36).
Petite cruche en argile avec anse en Fig. 40
f o r m e d e b a n d e a u ; à l'origine, elle était Anse d'une amphore à huile globulaire,
recouverte d'un e n g o b e blanc (pour évi- m a r q u é e au n o m d u fabricant: C.ANTON.
ter l'évaporation du contenu). OVETI, soit Gaius Antonius Quietus qui
fut, au 1er siècle après J.-C, l'un des
Fig. 35 plus importants producteurs d'huile
Gobelet en céramique, orné de dépres- d'olive d'Espagne d u s u d . Les amphores
sions; copie moderne, capacité: 4 dl. globulaires (Fig. M ) avaient une capacité
d e 7 0 à 8 0 litres. Le m o t latin « a m p h o r a »
Fig. 36 ne signifiait pas seulement récipient
Col et anse cannelée d'une bouteille m a i s é t a i t a u s s i le n o m d ' u n e mesure de
carrée en verre bleuâtre. Les bouteilles capacité (3 a m p h o r e s = 7 8 , 6 I).
en verre de cette forme (économisant
de la p l a c e ) étaient très appréciées et
servaient à conserver des liquides (par
exemple le v i n ) .
Fig. K
Moule en argile permettant de
confectionner de la t e r r e sigillée
ornée en relief (32). Provenance:
Rheinzabern (Palatinat).

Fig. L-N
Formes principales d'amphores:
L amphore à vin;
M amphore à huile;
N amphore à g a r u m . Echelle 1:15.

Fig. O
Partie d ' u n col d ' a m p h o r e t r o u v é d a n s le
camp légionnaire de Vindonissa (Brugg
AG) avec indication du contenu: OLIVA
NIGR(a) EX DEFR{uto): olives noires
confites dans d u moût. Echelle 1:2.
V. Services et petits ustensiles ( 4 1 - 4 5 )

L'époque romaine a connu une grande


variété d'instruments et d'ustensiles les
plus divers, correspondant aux besoins
d'alors. Les plus fréquemment utilisés
furent évidemment les instruments de
t o i l e t t e e t les c o u v e r t s d e table.

Pour manger, les Romains utilisaient


la c u i l l è r e e t l e s d o i g t s ; la f o u r c h e t t e est
une invention du Moyen-Age qui n'ap-
parut que progressivement aux 15ème
et 16ème siècles. Le couteau servait à
découper la viande avant de la servir, rectangulaires en pierre permettaient
mais était utilisé à la cuisine et non à leur préparation. Ces plaquettes ser-
table. La raison essentielle est que les vaient aussi de couvercles à des boîtes
quelques privilégiés qui donnaient le métalliques (Fig. P), avec une ou plu-
ton, avaient pris l'habitude de manger sieurs cavités contenant les substances
couchés — à la m o d e romaine allongés nécessaires (graisse, couleurs, etc.).
sur le c ô t é , appuyés sur un coude, sur
des lits inclinés en forme de U (tri- Pour se coiffer, on utilisait des pei-
clinium). Cette position ne permettait g n e s e n b o i s o u e n os. Les R o m a i n s utili-
évidemment pas l'utilisation simultanée saient aussi le cure-dent et le cure-
du couteau et d e la f o u r c h e t t e , comme oreille, faits e n bois, r a r e m e n t e n métal.
nous en avons aujourd'hui pris l'habi-
tude. La cuillère usuelle (41) légère Outre les accessoires de toilette, il
(cochlear) en métal, en os ou en bois, y avait aussi u n certain nombre d'instru-
possédait une tige pointue à son extré- ments spécialisés, propres à certains
mité, qui n'était pas fixée dans le man- métiers: médecins, orfèvres par exem-
che, mais qui pouvait remplacer la f o u r - p l e . Les a i g u i l l e s à c o u d r e é t a i e n t géné-
chette, en permettant de piquer les ali- r a l e m e n t en os, parfois en métal.
ments et de trouer les c o q u i l l e s d'oeufs
vides afin qu'elles ne portent pas mal- Fig. 41
heur ! Cuillère en bronze (cochlear) à manche
pointu; à côté de ce type courant, on
Des fards et des pommades étaient rencontrait aussi des cuillères de forme
utilisés p o u r les s o i n s d e beauté. O n se légèrement différente (ligula) avec un
servait d e spatules en bronze o u en bois cuilleron plus grand, servant à manger
128 pour les étendre (42). Des plaquettes des soufflés o u des potées.
Fig. 44

F/g. 4 2 Fig. 45
Spatule en bronze pour étendre les
pommades, cassée à une extrémité. Aiguille en os, à chas ovale.

Fig. 43 Fig. P

Fragment d'une palette de maquillage Coffret de maquillage complet avec un


en schiste (provenant des Vosges?), à petit récipient à couvercle coulissant,
b o r d s o b l i q u e s . En haut, m a r q u e s d'usure des godets et la plaquette servant de
d u e s au frottement. couvercle.

Fig. 44
Spatule en bronze.
VI. Bijoux et habits ( 4 6 - 5 4 )

Les bijoux précieux étant fort rares, ne se volait que très difficilement. Les
très peu sont donc parvenus jusqu'à costumes de l'époque romaine étaient
nous. La plupart du temps, les pièces multiples, mais les différentes peupla-
démodées étaient fondues et remo- des, soumises à l'Empire, gardaient
d e l é e s . Les b i j o u x e n o r e t e n a r g e n t se très souvent leurs propres costumes et
trouvent donc moins souvent que les n'adoptaient les é l é m e n t s les p l u s repré-
bijoux de pacotille. Seuls les t r é s o r s et sentatifs d e la m o d e «romaine» (greco-
les tombes, pour autant qu'ils n'aient romaine) qu'après plusieurs générations.
pas été pillés, nous permettent de dé-
couvrir des dépôts d'orfèvrerie pré- Le c o s t u m e type du Romain, c'est-à-
cieuse encore enfouis. dire de la population de Rome et de
l'Italie, comprenait la tunique (tunica):
Les nombreux bijoux mis au jour à sorte de chemise portée avec une cein-
A u g s t n'étaient pas q u e des pièces d'ap- t u r e . A la t u n i q u e s ' a j o u t a i t , p o u r l'homme
parat, c o m m e c'est le c a s d e nos jours, e t p o u r a u t a n t q u ' i l j o u i s s e d e la c i t o y e n -
mais remplissaient aussi un rôle prati- neté romaine, un manteau ou toge. Les
q u e : ainsi les é p i n g l e s e n o s o u e n métal f e m m e s p o r t a i e n t a u s s i , p a r d e s s u s la t u -
servaient à maintenir la c o i f f u r e , la c o i f f e nique, un manteau, dans lequel elles se
ou le f i l e t à cheveux. Les f e m m e s ainsi d r a p a i e n t a v e c le m ê m e a r t q u e les h o m -
que les e n f a n t s a f f e c t i o n n a i e n t tout par- mes dans leurs toges. Ces vêtements
ticulièrement les pendentifs, par exem- n'étaient pas retenus à l'aide d'épingles
p l e les p e r l e s c ô t e l é e s e n v e r r e b l e u (car ou d e fibules (fibula = broche servant à
le bleu avait la réputation d'être une retenir les extrémités d'un vêtement),
couleur porte-bonheur). D'autres pen- mais étaient cousus (chemise, tunique)
dentifs, telles les lunules (figurant un ou étaient drapés (manteau) — ce qui
croissant lunaire), les rondelles en bois n'était p a s très p r a t i q u e . O n sait q u e les
d e c e r f e t les p e t i t e s r o u e s e n b r o n z e ser- Romains ressentaient le p o r t de la toge
vaient surtout d'amulettes. comme une obligation et qu'ils ne con-
sentaient à la porter que lorsque l'éti-
Les bracelets (48) et les bagues, en quette devait être respectée ou que les
revanche, sont des bijoux à part entière. circonstances ne leur permettaient pas
Certaines bagues, serties de pierres d e faire autrement.
semi-précieuses (gemmes) étaient aussi
utilisées c o m m e sceaux, d'autres étaient Dans les p r o v i n c e s rhénanes, comme
munies de minuscules pannetons de clés ailleurs, le costume indigène prédomi-
pour les c o f f r e t s à bijoux, etc. En effet, nait et certains éléments restèrent à la
fixée à un anneau, portée jour et nuit, mode durant toute l'occupation romaine.
u n e telle clé se p e r d a i t très r a r e m e n t et Le m a n t e a u à capuchon (cucullus = ca-
puchon), contrairement à la t o g e , porté d'autres sites du nord des Alpes, nous
par l'homme, survécut à l'époque ro- o n t livré q u a n t i t é d e ces o b j e t s q u e l'on
maine (Fig. R). Les vêtements de la qualifie à tort d e «romaines».
femme gallo-romaine — une chemise à
manches, une jupe de forme cylindrique Les c e i n t u r e s , le p l u s s o u v e n t étroites,
retenue par une ceinture ainsi qu'une étaient simplement nouées. Les ceintu-
sorte de drap carré faisant office de res militaires comprenaient très fré-
manteau — se fixaient, s e l o n u n e mode quemment une boucle ou des appliques
qui n'était pas romaine, à l'aide de en métal.
fibules (50-51): deux fibules retenaient
la r o b e s u r l e s é p a u l e s , u n e s e u l e fibule Les a p p l i q u e s en bronze ne peuvent
fermait le manteau sur l'épaule droite être rangées dans la catégorie des bi-
(Fig. Q). joux. Ces appliques, en forme de pelte
(pelta = bouclier en forme de croissant
De nombreuses fibules typiques en de lune) portant des œillets massifs sur
bronze faisaient donc partie des vê- la partie inférieure (54) servaient au
tements gallo-romains. Augst, comme harnachement des chevaux.
Fig. 46 O Fig. 48

Fig. 49

Fig. 46 Fig. 52
Boucle de ceinture en bronze à ardillon
Epingle à cheveux en os à tête globulaire. étroit.

Fig. 47 Fig. 53
Petite perle côtelée en pâte de verre C h a î n e e n b r o n z e t r e s s é e , l o n g u e u r 13 c m .
bleue. Il n e s ' a g i t p a s d ' u n b i j o u m a i s d ' u n élé-
Fig. 48 ment servant à porter une lanterne, un
Bracelet fin e n b r o n z e aux e x t r é m i t é s im- coffret, etc.
briquées.
Fig. 54
Fig. 49 A p p l i q u e en f o r m e d e p e l t e ; elle consti-
Bague en bronze dotée d'un panneton tue, avec d'autres pièces identiques, un
(légèrement cassé). décor particulièrement apprécié sur les
harnachements en cuir d e s chevaux.
Fig. 50
Fibule e n b r o n z e ; l'aiguille vient se fixer Fig. Q
dans un porte-agrafe triangulaire. Costume gallo-romain féminin du 1er s.
ap. J.-C. avec plusieurs fibules.
Fig. 51
Fibule en bronze — l'aiguille manque. Fig. R
Manteau masculin à capuchon typique
d e la G a u l e .
VII. Statuettes, temples et religion, calendrier ( 5 5 - 5 8 )

Tout comme les autres peuplades identification puis un syncrétisme entre


c e l t e s , les H e l v è t e s e t les R a u r a q u e s vé- les p a n t h é o n s r o m a i n e t c e l t i q u e s'ensui-
néraient une multitude de dieux. Cepen- virent presque naturellement. O n s'aper-
dant, peu de vestiges préromains (sta- çut alors que la nature et l'action de
tues, reliefs) nous sont parvenus. Il est nombreuses divinités romaines s'appa-
f o r t p r o b a b l e q u e les s t a t u e t t e s d e s divi- rentaient à celles des dieux celtes et
nités étaient en bois, ce qui n'en a pas vice-versa. Le mélange des deux pan-
permis la conservation. Ce que nous t h é o n s se fit d o n c naturellement et sans
possédons comme renseignements date contrainte.
de l'époque romaine, où la population
indigène des Gaules, tout comme celle Dans son commentaire de la Guerre
d'autres provinces — continua à prati- d e s G a u l e s , C é s a r r a p p o r t e q u e les G a u -
quer ses propres cultes, avec l'accord lois vénéraient tout particulièrement
des autorités romaines. En effet, l'Em- Mercure qu'ils considéraient c o m m e l'in-
pire romain n'avait aucun esprit mission- venteur de tous les arts, c o m m e le pa-
naire et ne cherchait nullement à impo- tron des routes et des voyages, du com-
34 ser sa r e l i g i o n aux peuples soumis. Une merce et de l'argent. Venaient ensuite
A p o l l o n , Mars, Jupiter et Minerve. A p p a - Taranis = Jupiter;
remment, ils se seraient fait la même très souvent les dédicaces portent les
idée de ces dieux que les autres peu- deux noms: par exemple à Mercure
ples: Apollon combattant la maladie, Cissonius.
Minerve enseignant les fondements de
l'artisanat e t d e s arts, J u p i t e r e x e r ç a n t sa D'autres divinités celtiques fréquem-
suprématie sur les autres dieux, Mars ment vénérées à l'époque romaine sont:
présidant à la guerre (Caesar, bellum Artio: déesse des ours; Epona: patronne
gallicum 6.17). Dans cette comparaison, des chevaux; Sirona: divinité des sour-
César ne fait m e n t i o n q u e d e s d i e u x ro- ces; Sucellus: dieu de la cervoise. Les
mains, sans parler des divinités gauloises dieux gaulois sont souvent représentés
équivalentes. Néanmoins, grâce à la lit- vêtus à la romaine. Non seulement les
térature o u à des inscriptions, ces divini- statues et statuettes étaient fabriquées
tés nous sont connues: e n p i e r r e o u e n m é t a l , s e l o n la t e c h n i q u e
Cissonius = Mercure; romaine, mais elles étaient aussi tra-
Grannus/Bélénos = Apollon (55); vaillées d a n s le style r o m a i n d ' a p r è s mo-
Caturix = Mars (56); dèles. 35
A Augst ainsi que sur le territoire Jupiter, père e t roi d e s d i e u x , Junon,
d e la c o l o n i e , l e s d i v i n i t é s s u i v a n t e s f u r e n t femme de Jupiter, déesse du mariage,
découvertes, la plupart du temps sous de la f a m i l l e e t p r o t e c t r i c e d e la femme
forme de statuettes en bronze: Mercure: e t Minerve, fille d e Jupiter, p a t r o n n e des
20 exemplaires; Minerve: 7 exemplaires; arts et métiers, occupaient le 1er rang
Apollon: 6 exemplaires; Venus: 5 exem- chez les Romains. Ils furent tous trois
plaires; Mars: 4 exemplaires; Jupiter: adorés dans le même temple, ensuite
4 exemplaires. La proportion des sta- dans trois t e m p l e s construits c ô t e à côte
tuettes trouvées, représentant celles qui (capitolium).
étaient vénérées, correspond parfaite-
m e n t à la d e s c r i p t i o n b r o s s é e p a r César. Nous trouvons ensuite, entre autres:
Nous pouvons considérer que les pro- Esculape e t Apollon: dieux de la méde-
priétaires et les adorateurs de ces c i n e , d e la g u é r i s o n ; Cérès: d é e s s e d e la
petites effigies étaient avant tout les fertilité, d e l'agriculture et d u b l é ; Diane:
indigènes qui, à Augst, comme ailleurs, d é e s s e d e la c h a s s e ; Fortuna: déesse de
constituaient la majorité de la popula- l'abondance e t d e la c h a n c e ; M a r s : dieu
tion par rapport aux authentiques Ro- de la guerre; Mercure: dieu du com-
mains. Grâce à l'exemple que constituait merce; Silvanus: dieu des forêts et des
la p u i s s a n c e mondiale de Rome, les in- animaux; Vénus: déesse de l'amour;
digènes gallo-romains adoptèrent bien Victoria: déesse de la v i c t o i r e ; Vulcain:
d e s traits d e la r e l i g i o n romaine, consi- dieu du feu et des forgerons.
dérée comme la religion «officielle»
pratiquée dans les grands sanctuaires Les Lares et les Pénates étaient les
36 provinciaux. dieux importants de la maison et du
foyer, dont ils assuraient la protection. e t q u i s u r v e i l l a i e n t les f ê t e s e t les s a c r i f i -
Les f i g u r i n e s d e ces d i v i n i t é s , e t p l u s par- ces prescrits et gardaient le temple et
ticulièrement celles qui leur semblaient son autel. (Les Chrétiens, avant que le
les p l u s importantes (par exemple Mer- christianisme ne d e v i e n n e , au 4 è m e siè-
cure chez un marchand) étaient placées cle après J.-C, une religion d'Etat ne
dans les laraires (lararium), petits édi- furent pas persécutés pour leur foi mais
cules en pierre ou en bois, hauts d e 50 parce qu'ils refusaient d e prêter serment
à 100 c m ( F i g . S), situés à p r o x i m i t é de d'allégeance à l'empereur).
l'entrée et sur l'autel desquels chaque
jour des offrandes étaient déposées. La Deux types principaux de temples se
plupart du temps, les statuettes en r e t r o u v e n t d a n s la G a u l e : l e t e m p l e offi-
bronze représentaient donc des divini- ciel r o m a i n était un édifice rectangulaire
tés, modèle réduit des statues qui se comportant une cella et un pronaos
trouvaient dans les t e m p l e s . ouvert, construit sur un p o d i u m et pourvu
d'une colonnade en façade et sur les
Sous l'Empire, l'Empereur était aussi côtés (Fig. T).
v é n é r é à l'égal d ' u n d i e u , au d é b u t après
sa mort seulement, puis de son vivant Le t e m p l e le p l u s important d'Augst,
même. C e fut alors l'institution du culte celui d e Jupiter, était bâti selon ce mo-
impérial, comprenant un serment d'allé- dèle, tout comme le t e m p l e , d'époque
geance, des prières et un sacrifice. Ce plus récente, de S c h ö n b ü h l , vis-à-vis du
c u l t e i m p o r t a n t f u t le p l u s s o u v e n t dirigé théâtre, bien que nous ne sachions pas
par un collège d e prêtres recrutés parmi e n c o r e à q u e l l e d i v i n i t é il é t a i t consacré.
les f o n c t i o n n a i r e s i m p é r i a u x d e h a u t rang Le t e m p l e de Schönbühl avait r e m p l a c é 37
0

Fig. V SATURNUS SOL LUNA


Saturni dies Solis dies Lunae dies

Samedi Dimanche Lundi


Samstag Sonntag Montag
Saturday Sunday Monday

des temples plus anciens, datant du fermée par une porte imposante, la
d é b u t d e l'Empire, et construits selon un cella. Là se trouvait la statue du dieu
plan carré (Fig. U), q u e l'on a retrouvés auquel le t e m p l e é t a i t c o n s a c r é , là a u s s i
au n o r d et au sud-ouest d e l'amphithéâ- é t a i e n t e n t r e p o s é s le t r é s o r e t les i n s t r u -
tre. Ces temples carrés, dotés d'une ments du culte. Sur l'autel se faisaient
cella q u a d r a n g u l a i r e et d'une galerie de aussi les offrandes et les libations ainsi
circulation couverte sont des exemples que les s a c r i f i c e s d'animaux.
typiques du t e m p l e celtique. A l'époque
romaine encore, on retrouve dans toute On faisait appel aux augures (prêtre
la G a u l e c e t y p e d e t e m p l e e n p i e r r e ou chargé d'observer et d'interpréter les
e n b o i s , aussi b i e n e n ville q u ' à la c a m - signes) et aux aruspices (devins inter-
pagne, comme par exemple à Schauen- prétant les entrailles) pour connaître la
burgerfluh s u r la c o m m u n e de Frenken- volonté divine.
dorf (BL).

Dieux planétaires et jours de la se-


Les c u l t e s p u b l i c s , t o u t c o m m e les f ê - maine; noms des mois
tes religieuses se déroulaient aux envi-
rons immédiats du temple. En effet, 5 des 9 planètes du système solaire
l'autel, à l'inverse des églises chrétien- étaient connues dans l'antiquité. Les Ro-
nes, se situait à l'extérieur, devant le mains, tout comme les Babyloniens et
t e m p l e , le p l u s s o u v e n t d a n s l ' e s p a c e s a - les Grecs, les avaient identifiées à des
cré d u sanctuaire (temenos) ou dans la divinités: Mercure, Jupiter, Mars, Vénus
cour. A u c u n e manifestation de culte ne et Saturne. Le Soleil et la Lune étaient
se d é r o u l a i t à l'intérieur du temple, ce- considérés comme des planètes, mais
38 lui-ci ne possédant qu'une seule pièce n o n la T e r r e q u i r e p r é s e n t a i t l e c e n t r e de
MARS MERCURIUS IUPPITER VENUS
Maitis dies Mercurii dies lovis dies Veneris di<

Mardi Mercredi Jeudi Vendredi


Dienstag Mittwoch Donnerstag Freitag
Tuesday Wednesday Thursday Friday
(german. Wodan)

l'univers. C h a c u n des 7 d i e u x planétaires


régnait sur l'un des sept jours de la
semaine, dont le nombre 7 remonte
d'ailleurs à la tradition juive. Ce n'est
que pendant le B a s - E m p i r e q u e l'on prit
l'habitude d'appeler les j o u r s de la se-
maine d'après les d i e u x ( F i g . V ) . Malgré
l'apparition tardive et la n a t u r e païenne
de cette coutume, ces noms ont été
maintenus jusqu'à nos jours dans diffé-
rentes langues: L'italien et le français
n ' o n t t r a n s f o r m é q u e le j o u r d u d i e u Sol
(soleil) en d i m a n c h e et d o m e n i c a , c'est-
à-dire jour du Seigneur. L'allemand et
l'anglais ont emprunté à des divinités
germaniques païennes les noms des
jours: Dienstag (mardi), Donnerstag
(jeudi) et Freitag (vendredi), soit les
divinités Ziu, D o n a r et Freia.
Les noms des mois, eux aussi, sont
encore en usage d e nos jours (mensis =
mois) :

mensis lanuarius en l'honneur de Janus, dieu des portes


mensis Februarius en latin: februo = purifier, e x p i e r ; m o i s d e l'expiation
mensis Martialis e n l ' h o n n e u r d e M a r s , d i e u d e la g u e r r e
mensis Aprilis d u latin a p e r i o = ouvrir, fleurir
mensis Maius en l'honneur d e M a i u s , d i e u d e la croissance
mensis lunius e n I' h o n n e u r d e J u n o n , d é e s s e d u m a r i a g e e t d e la f a m i l l e
mensis lulius en l'honneur d e G a i u s lulius C a e s a r q u i r é f o r m a le calendrier
romain en 46 av.J.-C.
mensis Augustus en l'honneur de l'empereur A u g u s t e , fils a d o p t i f d e César
mensis September d u l a t i n s e p t e m = 7, c ' e s t - à - d i r e le 7 è m e mois
mensis October d e o c t o = 8, c ' e s t - à - d i r e le 8 è m e mois
mensis November d e n o v e m = 9, s o i t le 9 è m e mois
mensis December d e d e c e r n = 10, s o i t le l O è m e mois

(Comme l'année romaine commen- tions animales (des oiseaux comme le


çait autrefois le 1 e r m a r s — aujourd'hui p a o n , la c o l o m b e , l e c o q , la p o u l e etc.).
encore, le j o u r supplémentaire de l'an-
née bissextile est ajouté avant le 1er Des ateliers spécialisés, situés surtout
mars — septembre, octobre etc. étaient au centre d e la F r a n c e ( G a u l e ) actuelle,
les 7 è m e , 8 è m e , e t c . m o i s d e l'année). fabriquaient et vendaient ces terres
cuites par milliers. Vénérées dans les
Tandis que les petits bronzes repré- laraires, offertes dans les t e m p l e s , elles
sentaient en premier lieu les dieux du trouvaient aussi place sur les meubles,
panthéon romain ou celtique, les f i g u r i - c o m m e décoration, ou servaient d e jouets
nes en argile blanche, m o i n s coûteuses, pour les e n f a n t s . S o u v e n t c e s t e r r e s cui-
appellees « T e r r a c o t t a s », illustraient le tes accompagnaient femmes et enfants
plus souvent la d é v o t i o n populaire; nos dans leurs tombes.
images pieuses, ex-voto et saints en
sont les s u c c e s s e u r s directs.

Les figurines les plus appréciées


étaient Vénus, déesse de l'amour (58),
les d é e s s e s mères avec leur nourrisson,
les bustes d'enfants et les représenta-
Fig. 55 Fig. S
P e t i t b r o n z e r e p r é s e n t a n t le d i e u Apollon. Laraire avec un petit autel, trouvé dans
Fonte pleine partiellement conservé. une des maisons d'Augst, dans l'insula
Cheveux tombant sur les épaules et 24. Calcaire; partiellement complété,
n o u é s s u r l e f r o n t . A l ' o r i g i n e , la p i è c e s e hauteur 45 cm.
trouvait sur un s u p p o r t ( c o m m e le 5 7 ) et
il e s t p r o b a b l e q u ' A p o l l o n t e n a i t d a n s s a Fig. T
main gauche la l y r e , e t d a n s la d r o i t e le T e m p l e consacré à Jupiter, situé au cen-
plectre. tre d u f o r u m principal d ' A u g s t ( 2 5 x 1 6 m ) .
Au premier-plan, la b a s i l i q u e et la curie
Fig. 56 (hôtel de ville).
Petit bronze représentant Mars. Fonte
pleine partiellement conservé. Le dieu Fig. U
est barbu et porte un casque, une cui- T e m p l e carré, avec galerie d e circulation
rasse ( p a r d e s s u s la c h e m i s e e t la cotte couverte ( 1 4 x 1 4 m) de tradition celti-
de cuir), et des c n é m i d e s . A l'origine, il que; aire sacrée de Petinesca (Studen,
brandissait une lance dans sa main BE).
droite et portait un bouclier au bras gau-
che. Fig. V
Les 7 dieux de la s e m a i n e représentés
Fig. 57 s u r le p e t i t c h a u d r o n en bronze (diamè-
Support rectangulaire d'un petit bronze t r e 11 c m ) d ' A u g s t . Echelle: 2:3 environ.
non conservé, (fonte creuse). Une des
f a c e s p o r t e d e s t r a c e s d e la f i x a t i o n d e la
figurine aujourd'hui perdue, reconnais-
sablés grâce aux soudures.

Fig. 58
Partie supérieure d'une terre cuite figu-
rant Vénus déesse d e l'amour, fabriquée
en argile blanche, dans un moule en
deux parties (comparez les cassures)
puis assemblage des deux parties et
cuisson.
Fig. 59 Fio. 60 Fig. 61

5>
Vili. Jeux et Loisirs ( 5 9 - 6 4 )

G r â c e aux écrivains latins, a u x inscrip- Des jeux de balles de toutes sortes


tions, aux représentations figurées des (se jouant toujours avec les mains, ja-
reliefs et des peintures murales nous mais avec les p i e d s ! ) se pratiquaient à
connaissons plusieurs jeux pratiqués par Rome et en Italie, et pas seulement
les Romains. Malheureusement, les rè- parmi les enfants ou les adolescents.
gles d e jeux, connues des lecteurs et des Ainsi q u ' e n t é m o i g n e l'inscription d'Aven-
spectateurs romains, ne nous sont pas c h e s , c e l a f u t aussi le cas e n Gaule.
parvenues.
Il est intéressant de noter qu'Augst
D e m ê m e , il n e n o u s e s t p a s possible possédait près des thermes, derrière le
de dire quels jeux pratiqués à Rome et théâtre, une salle fermée, destinée au
e n Italie t r o u v è r e n t aussi d e s a m a t e u r s à jeu de balle. C e t t e salle f u t c o n s t r u i t e à
A u g s t o u e n G a u l e , ni q u e l s j e u x d e tra- l'emplacement où se trouvait aupara-
dition indigène ont continué à être prati- vant une piscine ouverte mais qui sem-
qués par la p o p u l a t i o n locale. Les trou- ble ne pas avoir été très appréciée!
vailles archéologiques sont hélas insuffi-
santes pour nous éclairer à ce sujet. La dimension des balles pouvait va-
Toutefois, une inscription découverte à rier. E l l e s é t a i e n t e n t o i l e c o u s u e e t rem-
Avenches, rapporte que Tiberius Clau- p l i e s d e c h e v e u x o u d e p l u m e s . Il e x i s t a i t
dius Maternus, édile (chef de la police, aussi des balles gonflées à l'air, proba-
des travaux publics et du marché) a blement en peau ou en boyau. Nous
financé, de ses propres deniers un n'en avons malheureusement conservé
sphaeristerium (sphaera = boule, balle), aucune trace.
c'est-à-dire u n e salle p o u r le j e u d e bal-
les ( s o r t e d e salle d e s s p o r t s o u d e gym- Si l ' o n s ' e n r é f è r e a u x f o u i l l e s , d'autres
nastique), offerte à la cité d'Avenches jeux étaient très appréciés, t o u t particu-
(Fig. W). lièrement les j e u x de dés et le j e u de
Fig. 62 Fig. 63 Fig. 64

dames. O n jouait avec des dés (tessera) joueur disposait d'environ 30 jetons.
e n b o i s e t e n o s , d o n t les f a c e t t e s étaient Leur f o r m e , leur d é c o r a t i o n et leur cou-
cotées de 1 à 6, s e l o n la m ê m e disposi- leur (pour ceux en verre) variaient afin
tion qu'aujourd'hui, soit: 1+ 6; 2 + 5; de différencier les partenaires. Ces je-
3 + 4. A p r è s avoir été secoués dans un t o n s étaient avancés avec o u sans lancer
gobelet les d é s , a u n o m b r e d e d e u x ou d e d é s . C e r t a i n s j e u x o f f r a i e n t la p o s s i b i -
t r o i s , é t a i e n t j e t é s s u r la p l a n c h e d e j e u , lité d e sauter (comme le c h e v a l le per-
le 6 étant bien évidemment le meilleur m e t aux échecs, ou c o m m e dans «Hâte-
coup; la plupart du temps, on jouait toi l e n t e m e n t » ou au jeu d e d a m e s ) . Les
pour de l'argent. Quant aux enfants, ils surfaces des jeux, en bois, en argile ou
jouaient aux osselets avec des astragales en pierre, c o m p o r t a i e n t des lignes dessi-
provenant des pattes postérieures du nant un labyrinthe (jeu du «moulin»).
boeuf, du mouton ou de la c h è v r e . Là Les v e s t i g e s d ' u n e d e ces p l a q u e s d e j e u ,
aussi, la face sur laquelle s'immobili- en grès rose, o n t été trouvés à A u g s t .
saient les astragales (dont un certain
nombre était utilisé pour chaque coup) En p l u s d e ces j e u x d e s o c i é t é indivi-
avait son importance. Ce jeu, toujours d u e l s , il e x i s t a i t , d a n s l e s v i l l e s romaines,
pratiqué dans certains pays méditer- comme à Augst, des jeux publics: dans
rannéens, se jouait, lui aussi pour de les amphithéâtres se déroulaient des
l'argent, c h e z les adultes. duels à mort e n t r e g l a d i a t e u r s ainsi que
des combats contre des animaux sauva-
Les Egyptiens et les Grecs appré- ges.
ciaient déjà les j e u x j o u é s avec des je-
t o n s . La f a ç o n de jouer des Romains ne
nous est q u e partiellement connue. Les
jetons (calculus) (60-64) étaient soit en
os, soit en bois, parfois en verre; chaque
Contrairement aux amphithéâtres, les Fig. 59
théâtres scéniques ne possédaient pas D é en os.
d'enceinte ovale, mais seulement des gra-
dins en demi-cercle (le t h é â t r e d'Augst Fig. 60-63
se situe entre le forum principal et le 4 j e t o n s e n o s : 2 lisses, c o n c a v e s ;
temple de Schönbühl). O n y donnait, à 2 striés.
l'époque romaine, des représentations
de drames, mais surtout des comédies Fig. 64
et des pantomimes, fort appréciées du
public. J e t o n e n o s lisse convexe.

Fig. W

Inscription mentionnant la construction


d'une «salle de gymnastique» à Aven-
ches ( 1 2 4 x 4 8 cm).
Texte: T/(berius) CLAUDIUS TI {ben) FIL
(ius) MATERNUS AEDILIS SPHAERISTE-
RIUM D ( e ) S(uo) D ( e d i t ) : Tiberius Clau-
dius Maternus, édile, fils de Tibère, a
o f f e r t à ses frais, le s p h a e r i s t e r i u m (salle
de jeu de paumes).
IX. L'argent et le commerce ( 6 5 - 6 7 )

Plus encore que les Grecs, les Ro- tions et des légendes s'usaient rapide-
mains de l'époque impériale développè- m e n t . A u c u n e d a t e n ' é t a i t g r a v é e s u r les
rent un véritable système monétaire, m o n n a i e s romaines (alors q u e les nôtres
dont les différents numéraires étaient en portent), bien que les R o m a i n s aient
échelonnés selon leur valeur, et grâce é t a b l i l e c o m p t e d e s a n s s u r la b a s e d e la
auxquels tout pouvait être acheté, con- fondation de R o m e , e n 7 5 3 av. J . - C . Sur
tre argent comptant, de l'objet de luxe les f a c e s d e s monnaies, on représentait
au simple pain. Cette économie moné- le portrait de l'Empereur, parfois celui
taire, extrêmement développée (et très de l'Impératrice ou d'un autre membre
différente d'une économie de troc fon- de la famille impériale. Sur les revers
dée sur le s i m p l e échange de marchan- figurait souvent un événement particu-
dises) disparut progressivement après le lier (jubilé, inauguration, victoire, nais-
Bas-Empire pour ne réapparaître qu'à sance d'héritier d u t r ô n e ) . Les légendes
l'époque' moderne. portaient les t i t r e s h o n o r i f i q u e s toujours
plus nombreux de l'Empereur et men-

Le s o u c i d e l'Etat r o m a i n é t a i t d'assu- tionnaient brièvement les événements.

rer, à l ' e n s e m b l e d e l'Empire, une frappe Grâce aux sources historiques, nous

unitaire et constante grâce à des poids sommes en mesure de déterminer le

et d e s alliages fixes. Mais à cette époque règne d'un empereur et de situer un

déjà, c o m m e c'est le c a s a u j o u r d ' h u i , les événement représenté. C'est pourquoi,

fluctuations de la valeur du métal et à 3 o u 4 ans près parfois, un g r a n d nom-

l'inflation nécessitaient de constants ré- bre des pièces de monnaies ont pu être

ajustements. Au début du Haut-Empire datées. De nombreuses monnaies du

déjà, le p o i d s des monnaies commença 1er siècle, plus particulièrement celles


à diminuer. La part de métal précieux en bronze, circulaient encore au 2ème

contenue dans l'argent diminua. Ainsi, siècle ap.J.-C.


au B a s - E m p i r e , e n t r e 215 e t 2 6 5 a p . J . - C ,
la q u a n t i t é d'argent contenue dans une D a n s les t r é s o r s e n f o u i s , c ' e s t généra-
m o n n a i e , e n r a i s o n d e la g r a n d e inflation l e m e n t la p i è c e la p l u s r é c e n t e q u i nous
du moment, p a s s a d e 5 0 à 4 % ! Les Ro- donne l'indication de la d a t e à laquelle
m a i n s f r a p p a i e n t leurs p i è c e s à l'aide de ledit trésor a été enfoui.
coins en fer d a n s lesquels o n avait ciselé
le n é g a t i f d e s m o t i f s d e l ' a v e r s e t d u re- Il n ' e n existe que fort peu aux épo-
v e r s . Les p i è c e s é t a i e n t e n or, e n argent, ques de prospérité que sont les 1er et
en bronze ou en laiton. Contrairement 2ème siècles, alors qu'ils deviennent
à nos pièces, les monnaies romaines nombreux au 3 è m e siècle en raison des
n'avaient pas d e b o r d s relevés réguliers, crises intérieures et des incursions des
c'est p o u r q u o i les reliefs d e s représenta- Alamans.
V o i c i le s y s t è m e m o n é t a i r e e n vigueur
de la n a i s s a n c e du Christ au début du
3ème siècle:

1 aureus = 25 deniers = 100 sesterces = 200 dupondius = 400 as


(env. 7 g ) 1 denier = 4 sesterces = 8 dupondius = 16 as
(env. 3 - 4 g ) 1 sesterce = 2 dupondius = 4 as
(27 g = 1 o n c e 1 dupondius = 2 as
= 1 / 1 2 d e la 1 as
livre romaine
327 ; 454 g)

or argent laiton cuivre

Il nous intéresserait évidemment de (= 16 a s = 1 d e n i e r ) , se qui représente


savoir aujourd'hui ce qu'il était possi- une économie annuelle de 14-15 aureus
ble d'acheter à l'époque romaine avec (environ 100 g d'or). Pour les prix qui
1 sesterce ou avec 1 denier et à c o m b i e n sont parvenus jusqu'à nous, nous ne
se montaient les salaires. Les informa- connaissons pas toujours la q u a n t i t é de
tions que nous possédons sont malheu- marchandise correspondante. Un plat
reusement m i n i m e s ; elles n o u s s o n t par- en terre sigillée ornée (voir 32) coûtait
venues grâce aux auteurs anciens, aux environ 4-5 sesterces, donc le salaire
comptes et aux inscriptions. Provenant journalier d'un ouvrier. A Rome par
de lieux et d'époques différentes, ces exemple, le prix d'entrée des thermes
renseignements ne sont que partielle- avait été fixé à 1/4 as, soit 1-2% du
m e n t c o m p a r a b l e s en raison des modifi- salaire journalier, ce qui n'est pas cher.
cations du pouvoir d'achat. La viande de porc, très appréciée des
Romains, revenait, au 2 è m e siècle, à 1-2
Le salaire j o u r n a l i e r d ' u n e s c l a v e , sans s e s t e r c e s le kilo. 8 kilos d e b l é , n é c e s s a i -
formation spécifique (ouvrier agricole, r e s à la f a b r i c a t i o n de 15 p a i n s , valaient
valet etc.), s'élevait à 2 ou 3 sesterces; au temps de Néron, entre 3 et 8 ses-
u n o u v r i e r t r a v a i l l a n t d a n s les v i g n e s ga- t e r c e s . 1 litre d ' h u i l e d ' o l i v e ( q u e l l e qua-
gnait 1 denier (= 4 sesterces); sous Au- lité?) coûtait, à Pompei, 3 sesterces.
guste, un légionnaire recevait une solde Pour une nuit, dans une s i m p l e auberge,
j o u r n a l i è r e d e 2,5 s e s t e r c e s ( = 10 a s ) ; e n le v o y a g e u r p a y a i t , p o u r u n d e m i - l i t r e de
revanche, 200 ans plus tard, en raison de vin et un pain, un as, d e u x as p o u r les
l ' i n f l a t i o n e t d e la d é v a l u a t i o n d e la m o n - suppléments ainsi que deux as p o u r le
46 naie, la s o l d e se montait à 4 sesterces f o u r r a g e d e sa monture.
Tous ces comptes montrent claire- Fig. 65
ment que même d e petits achats et des Aureus (copie) de l'époque de Néron
quantités modestes, se p a y a i e n t en pe- (54-68 ap.J.-C.) avers: tête de Néron
tite monnaie. N o u s p o u v o n s d o n c imagi- a v e c la l é g e n d e NERO CAESAR AUGUS-
ner la q u a n t i t é de pièces de bronze en TUS revers: représentation de la déesse
c i r c u l a t i o n d a n s l ' E m p i r e e t les difficultés Concordia (concorde) avec une corne
qui ne durent pas m a n q u e r d'apparaître d'abondance légende: CONCORDIA
e n cas d'inflation, o ù la v a l e u r nominale AUGUSTA.
é t a i t i n f é r i e u r e à la v a l e u r i n t r i n s è q u e du
métal des pièces. O n ne peut vraiment Fig. 66
se r e n d r e c o m p t e de la p e r f o r m a n c e de Denier (copie) de l'époque d'Hadrien
l'« I m p e r i u m Romanum» que si l ' o n réa- (117-138 ap.J.-C.) avers: tête d'Hadrien
lise que. semblable système monétaire, b a r b u ; l é g e n d e : HADRIANUS AUG(ustus)
d a n s l e q u e l c h a c u n t o u c h e t o u s les j o u r s CO(n)S(ul) /// P ( a t e r ) P ( a t r i a e ) = consul
d e l'argent, n'a p u ê t r e r e m i s e n vigueur p o u r la 3 è m e f o i s , p è r e d e la p a t r i e . Re-
q u e p e u à p e u , d u r a n t ces trois derniers vers: représentation d e la d é e s s e Rome,
siècles. tenant dans sa m a i n gauche une lance,
dans sa main droite une statuette de
la v i c t o i r e ; l é g e n d e : ROMA FELIX (heu-
reuse Rome).

Fig. 67
Dupondius (= 2 as) de l'époque d'Au-
guste (27 av.-14 ap.J.-C.) avers: tête
d'Auguste. Légende: CAESAR AUGUS-
TUS DIVI F(ilius) PATER PATRIAE {=
Auguste, fils d u divin César, père de la
patrie) revers: représentation du grand
autel d e Lyon (capitale des Gaules), sur
c h a q u e c ô t é , u n e c o l o n n e a v e c la s t a t u e
de la d é e s s e de la v i c t o i r e , V i c t o r i a ; en
dessous, la légende ROM(ae) ET AUG
(usto), c'est-à-dire (consacré) à R o m e et
à Auguste.
A Ì c D 11 J c (4
a b
/ \ k L M N 0 r CL k r X y z
a b
I C y
» b
? n L h pr c K

I
t\
f c H f
/)• AA 0
o_
ti rr V/ r
a b
X r D
Ì) fF p KK ì A L
r
hl
u PC
P
\\ r r X
X
Y"

kk .) C 1) p L- { 'I TN rr s TV r ï M r
1 \>r
7
a b
Or- 2. r 1) fX r X 0 r r VI r

I
X. Lécriture et les chiffres (68-70)

A l'époque romaine, une partie non portaient le nom du propriétaire de la


négligeable de la p o p u l a t i o n savait lire maison, etc.
et écrire, et ce non seulement en Italie
m a i s aussi d a n s n o t r e pays. C ' e s t ce que Si beaucoup savaient lire, beaucoup
nous prouvent les g r a f f i t i p e i n t s o u grif- savaient aussi écrire, dans une propor-
f o n n é s s u r les m u r s ( c o n s e r v é s a v e c leur tion qui doit à peu près correspondre à
crépi) des maisons romaines, les pote- ce q u e l'on a p u c o n s t a t e r chez n o u s au
ries p o r t a n t d e s n o m s , etc. siècle passé. Les inscriptions sur pierre
S a v o i r lire c o n s t i t u a i t p r e s q u e u n e né- ou sur métal (surtout sur des plaques
cessité p o u r celui qui s'occupait d'argent ou des feuilles de métal plus petites)
et d e marchandises. Les affiches électo- étaient rédigées avec les «majuscules»
rales, les affiches pour les combats de de l'alphabet romain, encore en usage
gladiateurs (Fig. Z) trouvées à Pompei, de nos jours (Fig. W). Les minuscules
n'avaient u n s e n s q u e si la m a j o r i t é des n'étaient pas connues. En revanche, il
passants les comprenaient. Il en est existait une écriture cursive (Fig. X):
de même pour les i n s c r i p t i o n s à carac- c'est au moyen de cette écriture qu'ont
tère de propagande sur les monnaies, été rédigés les textes incisés à l'aide
qui passaient dans presque toutes les d ' u n stylet (stilus) sur d e s p l a q u e t t e s en
mains. Les emballages des marchandi- b o i s ( F i g . Y ) , s u r la v a i s s e l l e , s u r l e c r é p i ,
ses, c o m m e par exemple les amphores e t c . o u p e i n t s a v e c d e la p e i n t u r e o u de
e t les c r u c h e s , p o r t a i e n t d e s inscriptions, l'encre ( a t r a m e n t u m ) sur d e s p a p y r u s et
et le fabricant estampillait la terre d e s m u r s ( F i g . O ) . Les l e t t r e s , les livres,
s i g i l l é e , la v a i s s e l l e , l e s t u i l e s , l e s tuyaux les testaments, les contrats de vente,
d e p l o m b , etc. Les s o l d a t s « p r e n a n t leur etc. ainsi q u e le n o m du propriétaire sur
retraite», recevaient des diplômes mili- des objets personnels, étaient écrits en
taires (avec copies p o u r R o m e ) . Des bor- lettres cursives.
nes miliaires indiquaient au v o y a g e u r la
distance le séparant de la prochaine Les nombreux stylets (68) en fer, en
ville, des stèles funéraires portaient le b r o n z e o u e n os q u e l'on r e t r o u v e u n peu
n o m , l ' o r i g i n e e t l ' â g e d u d é f u n t , les m o - partout, par exemple comme offrandes
saïques étaient signées par l'artiste et dans des tombes, ainsi que les sceaux,
attestent que de nombreuses personnes les les t e x t e s écrits «avec vigueur» par
savaient écrire. Grâce aux sceaux, on les soldats, ont traversé la couche de
s c e l l a i t les t a b l e t t e s c o n s t i t u é e s d e deux cire, de telle sorte qu'ils sont encore
plaquettes et dont la s u r f a c e intérieure partiellement lisibles (Fig. Y). A Augst,
creuse comportait une couche de cire, les t e x t e s o u d e s m o t s e n lettres cursives
l'inscription s'effectuait à l'aide d ' u n sty- ne sont connus q u e par des bijoux, des
let. A Vindonissa, de nombreuses pla- récipients et des fragments de crépis
quettes o n t é t é conservées, sur lesquel- peints.
L'écriture Les chiffres

L'écriture latine est dérivée de l'écri- Les a n c i e n s s i g n e s numériques


t u r e g r e c q u e , m a i s à la d i f f é r e n c e d e l'al- étaient:
phabet grec qui comptait 26 caractères, I = 1
d'Alpha à Omega, elle ne compte plus V = 5
(dès le 3ème siècle avant J.-C), que X = 10 = (X = 5 + 5)
21 l e t t r e s f o r m a n t l ' a l p h a b e t latin: A B C
D E F G H I K L M N O P Q R S T V X . P o u r les p l u s g r a n d s n o m b r e s , o n uti-
lisait t r o i s l e t t r e s g r e c q u e s , d o n t l'alpha-
Q u a t r e d e s lettres g r e c q u e s non utili- b e t latin n'avait pas usage:
sées servaient de signes numériques
^ = chi - i d s - * . 1 L = 50
( i n f r a ) ; le G e n t r e le F e t le H remplace
le Z e t a grec. Le X a longtemps été la

4>
0 = thêta -> C = 100
dernière lettre de l'alphabet latin, mais
= phi - > CD C l )
sous l'Empire, en raison des termes
c.-à-d. o o , plus tard M = 1000
g r e c s i n t r o d u i t s d a n s la l a n g u e l a t i n e , l e s
Romains inclurent dans leur a l p h a b e t le
cette troisième lettre, elle m ê m e divisée
Y e t le Z g r e c s .
en deux, donnait:

Dès lors, l'alphabet comptait 23 let- () D -> D = 500


tres, toujours en usage aujourd'hui, mais
augmentées de nos jours d e J, U et W Une barre sur le chiffre signifiait x-
afin de différencier les sons. Pour les mille, p a r e x e m p l e V = 5000. Trois traits à
s o n s e n i, l e s R o m a i n s é c r i v a i e n t u n I et côté et au-dessus du n o m b r e signifiaient
p o u r l e s u , v, w , l e V. x-cent mille, par e x e m p l e IXI = 1000000.

Exemples:

I = 1 XIV = 14
II = 2 XX = 20
III = 3 XXI = 21
mi o u IV = 4 XXIX = 29
V = 5 XL = 40
VI = 6 I IL = 48
VII = 7 IL = 49
Vili o u NX = 8 LXXIV = 74
IX = 9 CLXIX = 169
X = 10 CCMC = 298
SATftf-VALE-NTlS -KLA/vvilsllS- NFRjAsiS- CAESARS-A V C fl'l l - C E L

PEKPETvf-CLAP|ArdRV/V\PAf\lAXX-ET'P.LVCKenO-VA LENTIS- f f U A

CLAD.PARl4*X-PVG- POMPefi'Vi V- IV- ttl-Pfl- fpvi -ATH'Y ÉNATirf-LÊGrfTiWA

Fig. 68 main: soleas clavatas fac mittas/nobis,


Stylet e n fer, a v e c p o i n t e ( p o u r écrire) e t ut abeamus. C u m veniemus..c.-à-d. e n -
s p a t u l e ( p o u r e f f a c e r o u c o r r i g e r la l e t t r e voie-nous les souliers cloutés (soleae
i n s c r i t e d a n s la c i r e ) . clavatae) pour q u e nous puissions partir.
Lorsque nous serons revenus...
Fig. 69
Graffito inscrit à l'aide d'un stylet: La reconstitution montre la charnière
SECONDE, c'est-à-dire Secundae o u Se- mobile des deux tablettes; en coupe o n
cundi = propriété de Secunda ou de a p e r ç o i t la c o u c h e d e c i r e f o r m a n t l a s u r -
Secundus; sous un gobelet (voir 35) face d'écriture dans la partie interne
ayant appartenu à Secunda ou Secun- creuse d e la t a b l e t t e . Dans les entailles
dus. Ces surnoms fréquents signifient des longs côtés, o n passait u n e ficelle
«la d e u x i è m e » ou «le deuxième». pour fermer les t a b l e t t e s .

Fig. 70 Fig. Z
Lettre..E..d'un mot, peinte en blanc sur «Affiche» publicitaire peinte sur un m u r
un gobelet (voir 35). L'ensemble d e l'in- d e P o m p e i . O n y a n n o n c e le « c i r q u e » d e
scription q u i faisait le t o u r du gobelet, D(ecius)LVCRETI(us) e t d e s o n fils du
é t a i t p e u t - ê t r e REPLE ME, « r e m p l i s moi» même n o m ,q u i p r é s e n t e r o n t c e q u i suit
sous-entendu avec d u vin. dans l'amphithéâtre: 20 combats d e gla-
diateurs appartenant au père (GLADIA-
Fig. X TORVM PARIA XX) et 10 autres du
F o r m e s d e lettres cursives telles qu'elles groupe d e s o n fils ( G L A D PARIA X). L e
apparaissent dans 6 textes différents ( e n reste d e l'inscription m e n t i o n n e le lieu e t
réduction). la d a t e ainsi q u e les autres attractions:
POMPEIS VI V IV III PR IDVS APR
Fig. Y (à Pompei, le 6 - 2 a v a n t les ides d'avril,
Fragment d'une tablette trouvé à Vindo- c.-à-d.: du 8 au 12 avril) VENATIO
nissa ( l o n g . 14 c m ) , e n b o i s d e s a p i n o u LEGITIMA (chasse réglementaire) VELA
de pin, portant les v e s t i g e s d'une lettre ERVNT (voiles c o n t r e le soleil). 1er siècle
rédigée au stylet p a r u n fantassin ro- ap.J.-C. 53
Illustrations Bibliographie
(et table d e s illustrations):
D e s s i n s d e s F i g . 1-70 (objets trouvés à
Augusta R a u r i c a ) e t F i g . D , E, G , K, P S,
#
M i s e à
j o u r p a r l ' é d i t e u r e n 1994.
U-W e t Y: O . Garraux, Bâle
Les t e x t e s s u i v a n t s d o n n e n t u n e b o n n e i n t r o -
d u c t i o n s u r l ' é p o q u e r o m a i n e ainsi q u ' u n
F i g . 1-4 1:4 a p e r ç u d é t a i l l é d e d o m a i n e s p r é c i s d e la v i e
F i g . 5-27 1:3 e
temps-là.
n c e

9 ß QQ o Sont à conseiller tout spécialement trois


•"'9* ^ - ~ ^ '
ö
l'^ œuvres présentant la Suisse à l ' é p o q u e r o -
F i g . 40 1 :1 m a i n e e t u n g u i d e sur A u g u s t a Raurica.

' " • ^ ' /II ^r/i ^ ^ UFAS 5: Ur- u n d f r ü h g e s c h i c h t l i c h e A r c h ä o -


F i g . 46-04 2:3 l o g i e d e r S c h w e i z B d . 5. D i e r ö m i s c h e
Fig. 55-58 1:2 Epoche (1975). (Figure U)
P" AA 1 -1 ( a v e c d e s a r t i c l e s r i c h e m e n t illustrés c o n -
r i g . J / OH- . c e r n a n t : l ' o r g a n i s a t i o n p u b l i q u e , le m i l i -
Fig. 65-67 2:1 t a i r e , les villes e t les v i c i , les d o m a i n e s
Fia 68-70 1'1 r u r a u x , l'art e t les arts a p p l i q u é s , le c o m -
' m e r c e e t l ' a r t i s a n a t , les v o i e s d e c o m m u n i -
c a t i o n e t le s y s t è m e m o n é t a i r e , les reli-
g i o n s a n c i e n n e s e t le c h r i s t i a n i s m e , les
sépultures e t les c o u t u m e s funéraires
( c h a q u e sujet fournissant d e plus amples
d o n n é e s littéraires).
Staehelin 1948: F. S t a e h e l i n , D i e S c h w e i z in
r ö m i s c h e r Zeit ( 3 e é d i t i o n , 1948).
Drack/Fellmann 1988: W . D r a c k , R. F e l l m a n n ,
D i e R ö m e r in d e r S c h w e i z ( S t u t t g a r t / J o n a
1988).
Fellmann 1992: R. F e l l m a n n , La Suisse g a l l o -
r o m a i n e . C i n q siècles d ' h i s t o i r e ( L a u s a n n e
1992).
Laur-Belart/Berger 1991: R. Laur-Belart, g u i d e
d ' A u g u s t a Raurica, 5e é d i t i o n a u g m e n t é e
e t r e v u e p a r L. B e r g e r ( B â l e 1991). ( F i g u r e s
D, F ) .
D e s t e x t e s illustrés c o n c e r n a n t c e r t a i n s s u j e t s ABRZ 7: A . R. Furger, M . W i n d l i n , S. D e s c h l e r -
se t r o u v e n t d a n s q u e l q u e s séries e t m o n o - Erb, J . S c h i b i e r ( t r a d u c t i o n f r a n ç a i s e C.
graphies: M a y Castella), Der « r ö m i s c h e » Haustier-
p a r k in A u g u s t a R a u r i c a . Le p a r c a u x a n i -
Augster Museumshefte (AMH): maux domestiques «romains» d'Augusta
AMH 1 : A. Mutz, Römisches S c h m i e d h a n d - Raurica ( 1 9 9 2 ) .
w e r k ( 1 9 7 6 ) . ( F i g u r e E). ABRZ 8: A . R. Furger, M . Peter, L. T h o m m e n ,
A M H 2: M . M a r t i n , R ö m i s c h e S c h a t z f u n d e aus P.-A. S c h w a r z , J . v o n U n g e r n - S t e r n b e r g e t
A u g s t u n d Kaiseraugst (1977). al. ( t r a d u c t i o n f r a n ç a i s e M . P o u x ) , R ö m i -
AMH 3: E. Riha, D e r g a l l o r ö m i s c h e T e m p e l s c h e r G e s c h i c h t s p f a d in A u g u s t a R a u r i c a .
auf d e r F l ü h w e g h a l d e bei A u g s t (1980). Sentier H i s t o r i q u e R o m a i n d ' A u g u s t a Rau-
AMH 4: M . M a r t i n , F ü h r e r d u r c h R ö m e r h a u s rica ( 1 9 9 4 ) .
u n d R ö m e r m u s e u m A u g s t (avec résumé
e n f r a n ç a i s ) ( 2 e é d i t i o n 1987). Kleine Schriften zur Kenntnis der römischen
A M H 5: A. Kaufmann-Heinimann, Römische Besatzungsgeschichte Südwestdeutschlands /
B r o n z e s t a t u e t t e n aus A u g s t u n d Kaiser- Schriften des Limesmuseums Aalen (en vente
augst (1983). au Württembergisches Landesmuseum, Altes
A M H 6: A. Mutz, Römische W a a g e n und G e - Schloss, D-70173 Stuttgart).
w i c h t e aus A u g s t u n d K a i s e r a u g s t ( 1 9 8 3 ) Un choix:
A M H 7 : A . K a u f m a n n - H e i n i m a n n u n d A . R. Heft 4: G . U l b e r t , R ö m i s c h e W a f f e n ( 1 9 6 8 ) .
Furger, D e r S i l b e r s c h a t z v o n K a i s e r a u g s t H e f t 6: J . G a r b s c h , D e r s p ä t r ö m i s c h e D o n a u -
(1984).
Iller-Rhein-Limes (1970).
A M H 10: A . R. Furger, R ö m e r m u s e u m u n d H e f t 9 : H.-J. Kellner, D i e S i g i l l a t a t ö p f e r e i e n
Römerhaus A u g s t . Kurztexte u n d Hinter- von W e s t e r n d o r f u n d Pfaffenhofen (1973).
g r u n d i n f o r m a t i o n e n ( 2 e é d i t i o n 1989). Heft 10: M . J . V e r m a s e r e n , D e r Kult d e s
A M H 12: J S c h i b i e r u n d E. S c h m i d , T i e r k n o - Mithras (1974).
c h e n f u n d e als S c h l ü s s e l zur G e s c h i c h t e Heft 11: A . B ö h m e , S c h m u c k u n d T r a c h t d e r
der Wirtschaft, der Ernährung, des Hand- r ö m i s c h e n Frau ( 1 9 7 4 ) .
w e r k s u n d d e s s o z i a l e n L e b e n s in A u g u s t a Heft 13: H. B e n d e r , R ö m i s c h e Strassen u n d
Raurica ( 1 9 8 9 ) .
Strassenstationen (1975).
A M H 13: W . H e i n z , B a d e n , S a l b e n u n d H e i l e n H e f t 15: D. Baatz, D i e W a c h t t ü r m e a m L i m e s
in d e r r ö m i s c h e n A n t i k e ( 1 9 9 3 ) (1976).
H e f t 16: H.-W. B ö h m e , R ö m i s c h e B e a m t e n -
Augster Blätter zur Römerzeit (ABRZ): karrieren (1977).
ABRZ 1: S. M a r t i n - K i l c h e r , R ö m i s c h e G e s c h i r r - H e f t 17: U. H e i m b e r g , R ö m i s c h e L a n d v e r m e s -
f l i c k e r ( 2 e é d i t i o n 1992). sung (1977).
ABRZ 2: M . u n d S. M a r t i n - K i l c h e r , S c h m u c k H e f t 18: B. P f e r d e h i r t , D i e r ö m i s c h e n T e r r a -
u n d T r a c h t zur R ö m e r z e i t ( 2 e é d i t i o n 1992). S i g i l l a t a - T ö p f e r e i e n in S ü d g a l l i e n ( 1 9 7 8 ) .
ABRZ 4: W . H ü r b i n , Le p a i n r o m a i n . La m o u - H e f t 19: W . G a i t z s c h , R ö m i s c h e W e r k z e u g e
t u r e , la c u i s s o n , r e c e t t e s ( 2 e é d i t i o n 1 9 9 4 ) . (1978).
ABRZ 5: V. V o g e l M ü l l e r , R ö m i s c h e K l e i d e r H e f t 20: H. B e n d e r , R ö m i s c h e r R e i s e v e r k e h r
z u m Selbernähen (1986). (1978).
ABRZ 6: P.-A. S c h w a r z ( t r a d u c t i o n f r a n ç a i s e Heft 21 : U. K ö r b e r - G r o h n e , N u t z p f l a n z e n u n d
C. M a y ) , I n s c r i p t i o n e s s e l e c t a e C o l o n i a e U m w e l t im römischen G e r m a n i e n (1979).
Augustae Rauricorum. Choix d'inscrip- H e f t 2 5 : P. Filtzinger, Hic saxa l o q u u n t u r - H i e r
t i o n s d ' A u g s t et Kaiseraugst ( A u g s t 1988). reden die Steine (1980).
Heft 27: U. H e i m b e r g , G e w ü r z e , W e i h r a u c h , Gaitzsch 1980: W . G a i t z s c h , E i s e r n e r ö m i s c h e
S e i d e - W e l t h a n d e l in d e r A n t i k e ( 1 9 8 1 ) . W e r k z e u g e , B A R I n t e r n a t i o n a l Series 78
Heft 28: U. S c h i l l i n g e r - H ä f e l e , L a t e i n i s c h e I n - (1980).
schriften, Q u e l l e n für die Geschichte des Heinz (1983): W . H e i n z , R ö m i s c h e T h e r m e n :
r ö m i s c h e n Reiches (1982). Badewesen u n d Badeluxus im römischen
Heft 34: A . R i e c h e , R ö m i s c h e Kinder- und Reich ( 1 9 8 3 ) .
Gesellschaftsspiele (1984). Haberey 1972: W . H a b e r e y , D i e r ö m i s c h e n
Heft 36: M. Junkelmann, Muli Mariani - W a s s e r l e i t u n g e n nach Köln. Kunst und
Marsch in römischer Legionärsrüstung A l t e r t u m a m R h e i n Nr. 37 ( 2 e é d i t i o n ,
über die A l p e n (1985). 1972).
Heft 37: U. Schillinger-Häfele, Consules, Hilgers 1969: W . H i l g e r s , L a t e i n i s c h e G e f ä s s -
Augusti, Caesares - D a t i e r u n g von römi- namen. Funktion und Form römischer Ge-
schen Inschriften u n d M ü n z e n (1986). fässe n a c h d e n a n t i k e n Schriftquellen.
Heft 38: W . G a i t z s c h , A n t i k e K o r b - u n d Seiler- B e i h e f t e B o n n e r J a h r b ü c h e r 31 ( 1 9 6 9 ) .
waren (1987). (Figures L-N).
Heft 41: J . F u g m a n n , R ö m i s c h e s T h e a t e r in Kaufmann-Heinimann 1977: A. Kaufmann-
d e r Provinz ( 1 9 8 8 ) . Heinimann, Die römischen Bronzen der
Heft 43: H. M a t t h ä u s , D e r A r z t in r ö m i s c h e r S c h w e i z I: Ä u g s t u n d d a s G e b i e t d e r
Zeit (1989). C o l o n i a A u g u s t a Raurica ( 1 9 7 7 ) .
(Figure V).
Kent/Overbeck 1973: J . P . C . K e n t , B. O v e r -
Führer und Schriften des Archäologischen
b e c k u n d A . U. Stylow, D i e r ö m i s c h e M ü n z e
Parkes Xanten
(1973).
Heft 9: G . G e r l a c h , Essen u n d T r i n k e n in
Krenkel 1963: W . K r e n k e l , P o m p e j a n i s c h e I n -
römischer Zeit (1986).
s c h r i f t e n ( 2 e é d i t i o n , 1 9 6 3 ) . ( F i g u r e s X, Z ) .
H e f t 10: A . R i e c h e u n d H . J . S c h a l l e s , A r b e i t ,
Kretschmer 1966: F. K r e t s c h m e r , La t e c h n i q u e
H a n d w e r k u n d B e r u f e in d e r r ö m i s c h e n
romaine (1966). (Figure G ) .
Stadt (1987).
Martin-Kilcher 1987: S. M a r t i n - K i l c h e r , D i e r ö -
m i s c h e n A m p h o r e n aus Ä u g s t u n d Kaiser-
Adam 1984: J.-P. A d a m , La c o n s t r u c t i o n r o - a u g s t . F o r s c h u n g e n in Ä u g s t 7 / 1 ( 1 9 8 7 ) .
maine (1984). Martin-Kilcher/Zaugg 1983: S. M a r t i n - K i l c h e r ,
Alföldi-Rosenbaum 1989: E. A l f ö l d i - R o s e n - M . Z a u g g , F u n d o r t S c h w e i z 3. D i e R ö m e r -
b a u m , Das K o c h b u c h d e r Römer. Rezepte zeit (1983).
aus d e r « K o c h k u n s t » d e s A p i c i u s . L e b e n - Macaulay 1983: D. M a c a u l a y , E i n e S t a d t w i e
d i g e A n t i k e A r t e m i s - V e r l a g (9e é d i t i o n , R o m . P l a n e n u n d B a u e n in d e r r ö m i s c h e n
1989). Z e i t ( 5 e é d i t i o n , 1983). ( F i g u r e B ) .
André 1961 : J . A n d r é , L ' a l i m e n t a t i o n e t la c u i - Mielsch 1987: D i e r ö m i s c h e V i l l a , A r c h i t e k t u r
s i n e à R o m e (1961 ). u n d L e b e n s f o r m (1987).
Callender 1965: M.H. Callender, Roman Riha 1979: E. Riha, D i e r ö m i s c h e n F i b e l n aus
A m p h o r a e w i t h i n d e x o f S t a m p s (1965). Äugst und Kaiseraugst. Forschungen in
Cüppers 1990: D i e R ö m e r in R h e i n l a n d - P f a l z Ä u g s t 3 (1979).
(1990). Riha 1982: E. Riha, D i e r ö m i s c h e n Löffel aus
Bossert-Radtke 1992: C. B o s s e r t - R a d t k e , D i e Ä u g s t u n d K a i s e r a u g s t . F o r s c h u n g e n in
f i g ü r l i c h e n R u n d s k u l p t u r e n u n d Reliefs aus Ä u g s t 5 (1982).
Ä u g s t u n d K a i s e r a u g s t . F o r s c h u n g e n in Riha 1986: E. Riha, R ö m i s c h e s T o i l e t t g e r ä t
Ä u g s t 16 ( 1 9 9 2 ) . und medizinische Instrumente aus Äugst
u n d K a i s e r a u g s t . F o r s c h u n g e n in A u g s t 6 Walser 1967: G . Walser, D i e r ö m i s c h e n Stras-
(1986). s e n in d e r S c h w e i z , 1 . T e i l : D i e M e i l e n -
Riha 1990: E. Riha, D e r r ö m i s c h e S c h m u c k a u s steine (1967).
A u g s t u n d K a i s e r a u g s t . F o r s c h u n g e n in Walser 1979/80: G . Walser, R ö m i s c h e In-
A u g s t 10 ( 1 9 9 0 ) . S c h r i f t e n in d e r S c h w e i z 1 : W e s t s c h w e i z
Rütti 1991: B. R ü t t i , D i e r ö m i s c h e n G l ä s e r aus (Figure W ) , 2: Nordwest- und Nord-
A u g s t u n d K a i s e r a u g s t . F o r s c h u n g e n in Schweiz, 3 : W a l l i s , Tessin u n d G r a u b ü n d e n
A u g s t 13 ( 1 9 9 1 ) . ( 1 9 7 9 u n d 1980).
Schmid 1993: D. S c h m i d , D i e r ö m i s c h e n M o -
s a i k e n a u s A u g s t u n d K a i s e r a u g s t . For-
s c h u n g e n in A u g s t 17 ( 1 9 9 3 ) .

A u g s t e r B l ä t t e r zur I

O b j e t s q u o t i d i e n s d e l'è

Römermuseum Augst — Musée Romain


T e x t e : M a x M a r t i n 1979
T r a d u c t i o n f r a n ç a i s e : S. A m s t a d , Laus
R é d a c t i o n d e la 2 e é d i t i o n : M i r j a m W e y , Verena
D o m i n i q u e R o u i l l e r e t A l e x R. F u r g
M i s e e n p a g e d e la 2 e é d i t i o n : M i r j a m We
tion et adresse p o u r c o m m a n d e s : Römermuseui
I m p r i m é p a r L ü d i n A G , Liestal
2 e é d i t i o n 1994 ( 1 r e é d i t i o n f r a n ç a i s e
© 1994 R ö m e r m u s e u m A u g s t

Vous aimerez peut-être aussi