Vous êtes sur la page 1sur 60

Objets quotidiens de l'époque romaine

Objets quotidiens de l'époque romaine

C e

ver s

qu'i l

aspect s

vau t

d e

la pein e

la

vi e

d e

savoi r

d e

d e

di -

tou s

romain e

les

jours ;

e

n

mêm e

temps ,

u n

commen -

tair e

au x

7 0

objet s

romain s

choisi s

pou

r

le

d'Augst .

«coffr e

itinérant »

d u

Musé e

Romai n

M.

I. La maison (1-12)

p .

3

Quelques

II. outils

(13-20)

p . 1 4

III. clés, etc.; éclairage

Mobilier,

(21-27)

p . 1 6

IV. La vaisselle

(28-40 )

p . 1 9

V. Services et petits

ustensiles

(41-45)

 

p . 2

8

VI. Bijoux et habits (46-54)

p . 3

0

VII. Statuettes,

temples,

religion,

calendrier

(55-58)

p . 3

4

VIII. Jeux et

loisirs (59-64)

p . 4

2

IX. L'argent

et le commerce

(65-67 )

p . 4

5

X. L'écriture

et les chiffres

(68-70)

p . 4

9

Introduction

 

Seul e

un e

petit e

parti e

de s

habitant s

l'avons

déj à

mentionné ,

de s

Gallo-Ro -

d

e

la

COLONIA

AUGUSTA

RAURICA

mains . Ils s'empressèren t d'imite r

l'exem -

(Augs t

près

d e

Bale), le plus

importan t

cen -

p

l e

romai n

de s

profession s

telle s

qu'offi

-

t r e

commercia l

d u

Haut-Rhin ,

étaien t

d'au -

ciers, fonctionnaires , marchands , méde -

thentique s

Romains ,

originaire s

d'Italie.

cins

e t

autre s

qui ,

un e

foi s

installée s

a u

La

majorit é

d e

la

populatio n

d e

la ville

e t

Nor d

de s

Alpes ,

formèren t

la couch e

po

-

d

u

territoir e

d e

la coloni e

étai t

compo

-

litiqu e

e t

culturell e

dominante .

 

s é e

d

e

Gauloi s

indigènes ,

qu e

nou s

ap -

pelon s

aujourd'hu i

les

Gallo-Romains .

Ils

Grâc e

au x

dessin s

e t

croqui s

explica -

étaien t

les

descendant s

de s

Helvètes ,

d e

tifs

présenté s

ci-après ,

nou s

nou s

propo

-

rac e

celte ,

ainsi

qu e

de s

Rauraques ,

ve -

son s

d'essaye r

d'explique r

 

e t

d e

com

-

n

u s

d u

nord-oues t

d e

 

la

Suisse

actuell e

mente r

c e

qu e

fu t

la

vi e

quotidienn e

de

s

e

t

qu i

depui s

for t

longtemp s

déj à

s'étaient

habitant s

d e

la

COLONIA

 

(PATERNA)

installés

dan s

notr e

pays .

 

PIA

APOLLINARIS

AUGUSTA

 

EMERITA

 

RAURICA,

c e

qu e

furen t

leu r

travail ,

leur s

 

Sou s

 

l'occupatio n

romaine ,

dè s

le

loisirs

e t

les

objet s

qu'il s

utilisèrent .

Les

débu t

 

d e

l'ère

chrétienne ,

apparuren t

objet s

numéroté s

d e

1

à

7 0

constituen t

dan s

 

les

province s

rhénane s

d e

nouvelle s

e

n

mêm e

temp s

u n

«coffre t

itinérant »

à

technique s

d e

construction ,

de s

instru -

l'intentio n

de s

établissement s

scolaires .

ment s

 

e t

de s

forme s

d

e

vaissell e

incon -

 

nue s

jusqu'alors .

En

plu s

d e

la

langu e

la-

Il

es t

bie n

éviden

t

qu'u n

choi x

a

d

û

tine ,

d e

la

mod e

vestimentair e

romain e

êtr e

fait

e n

fonctio n

d

e

la

plac e

 

disponi -

e

t

d e

la

cuisin e

méditerranéenne ,

les

ble ,

d e

la fragilit é

e t

d

e

la valeu r

de s

ob

-

«pay s

e n

voi e

d e

développement »

gau -

jets .

C e

commentair e

n e

saurai t

êtr e

ex -

lois

empruntèren t

e t

adoptèrent ,

plu s

o u

haustif,

so n

bu t

étan t

d'éveille r

u n

inté -

moin s

rapidement ,

 

bie n

d'autre s

élé -

r

ê t

pou r

c e

qu i

constitu e

la

vie

quoti

-

ment s

encor e

d e

la

civilisatio n

univer -

dienn e

200 0

d' AUGS T

romain e

d'il

y

a

bientô t

selle

d e

Rome ,

technologiquemen t

e t

ans.

 

culturellemen

t

supérieur e

à

cell e

d e

la

Gaule .

Duran t

plusieur s

siècles,

la

Gaul e

fer a

parti e

d u

puissan t

empir e

économi -

q

u

e

romai n

(ave c

u n

systèm e

monétair e

unique) .

La

civilisation

gallo-romaine ,

ainsi

q

u e

la

vie

quotidienne ,

s'imprégn a

de s

habitude s

e t

rites

méridionau x

e t

e n

adopt a

les

objet s

usuels .

Sans

subi r

d e

contraintes ,

les

Gauloi s

se

romanisèren t

rapidemen t

e t

devinrent ,

ainsi

qu e

nou s

I. La maison (1-12)

Ave c

la romanisation ,

la maiso n

e n

pier-

e

n

pierres ,

construite s

aprè s

cett e

date ,

res

(domus )

apparu t

e t

s'implant a

 

dan s

l'étaien t

souven t

selo n

le

mêm

e

pla n

notr e

pay s

pou r

plusieur s

siècles.

Il

es t

q

u e

les

structure s

précédente s

e t

consti -

cependan t

importan t

d e

faire

remarque r

tuaien t

don c

plutô t

de s

reconstruction s

d'emblé e

qu e

la

traditio n

de s

construc -

q

u e

de s

construction s

nouvelles .

Les

por -

tion s

e n

tiendr a

ration s

indigène s

e n

pisé ,

encor e

e n

ville

celtique s

e n

duran t

terre ,

un e

comm e

à

bois ,

(construction s

main -

géné -

campagne .

à

la

etc. )

se

deu x

tique s

L'espac e

vée ,

publique ,

de s

maison s

couvert ,

faisait

à

parti e

la

donnaien t

qu e

sur

propriét é

la

bie n

manièr e

intégrant e

de s

d e

la

arcade s

rue .

pri -

voi e

e

d

Mêm e

dan s

le

Sud ,

la

constructio n

e n

 

Berne ,

e t

devai t

êtr e

accessibl e

à

tou t

u n

pierr e

n e

s'imposer a

définitivemen t

qu' à

chacun .

Dan s

les

grande s

villes

romaines ,

parti r

d

u

1er

siècl e

aprè s

J.-C .

seule -

il

n'étai t

pa s

rare

d e

voi r

de s

maison s

à

ment ,

bie n

qu e

de s

construction s

monu

-

plusieur s

étages .

C'es t

ainsi

qu'Augs

t

mentales ,

telle s

qu

e

de s

théâtres ,

de s

devai t

posséde r

de s

maison s

compor -

temple s

e t

d e

riche s

villas,

aien t

ét é

éri -

tan t

a u

moin s

u n

étag e

(Fig .

A) .

gée s

e n

pierre s

depui s

longtemp s

déjà .

 

Jusqu'a u

gran d

incendi e

qu i

détruisi t

U n

toi t

e n

tuiles ,

qu i

existai t

peut-êtr e

Rom e

e n

6 4

aprè s

J.-C ,

sou s

le

règn e

déj à

sur

les

construction s

e n

bois ,

recou -

d e

Néron ,

un e

grand e

parti e

de s

mai -

vrai t

la

maiso n

e

n

pierres ,

don t

les

murs ,

son s

romaine s

étai t

encor e

e n

bois .

Jus -

large s

e

n

généra l

d e

deu x

pied s

romain s

qu'e n

7 0

aprè s

J.-C ,

les

maison s

d'Augs

t

( 6 0

cm) ,

étaien t

cimenté s

a u

mortie r

d

e

étaient ,

elles

aussi,

e n

bois .

Les

maison s

chaux .

Aucu n

rebor d

saillant

n e

permet -

3

Fig.

C

tai t

viro n

s'élèv e

nai t d e s

courbe s

couvre-joints ,

latérau x

d e

les tuiles; c'est

leur

80-9 0

kg/m 2

à

40-4 5

alors

kg/m 2 )

e n

place ,

tou t

comm e

maison s

méridionales .

à

entr e

protégeaient ,

l'espac e

la

de s

tuile s

adjacente s

fixer

poid s

(en -

il

mainte -

toit s

tuile s

de s

rebord s

e

qu'aujourd'hu i

qu i

les

dan s

les

De s

manièr e

les

ainsi

qu

le

faît e

d u

toit .

Il

étai t

tou t

à

fait

excep

-

tionne l

d e

cimente r

les tuile s

o u

d e

com -

ble r

les

joint s

ave c

d u

mortier .

La

pent e

d'u

n

toi t

e n

tuile s

étai t

faibl e

(enviro n

40% )

e t

n e

possédai t

pa s

d e

chéneau

.

(Fig .

B) .

 

D e

nombreuse s

tuilerie s

privée s

cou -

vraien t

les

besoin s

d e

la

Suisse.

Dan s

la

mesur

e

d u

possible ,

les

atelier s

écou

-

laien t

leurs

produit s

pa r

la

voi e

fluviale .

Quelque s

ateliers ,

e n

bordur e

d e

la

co -

loni e

d'AUGUSTA

RAURIGORUM,

 

da

-

tan t

d u

Bas-Empir e

nou s

son t

bie n

con -

nus.

Ce s

atelier s

étaien t

desservi s

pa r

u n

détachemen t

stationn é

a u

d e

la

LEGIO

Castru m

d e

I

MARTIA

(1 )

KAISERAUGST.

 

En

plu s

de s

toit s

e n

tuiles ,

il

existai t

aussi

a u

Nor d

de s

Alpes ,

duran t

l'épo -

q

u e

romaine ,

de s

toit s

d e

bardeau x

e t

d'ardoises .

En

plu s

de s

tuiles ,

l'argile

cuit e

étai t

fréquemmen t

utilisée,

notammen t

 

pou r

les

pilette s

e t

les

conduit s

tubulaire s

d installations

e s

de

chauffage

de s

bain s

e de s

t

pièce s

d'habitation .

Dan s

les

bain s

romain s

(thermae )

le

sol

d e

la

salle

tièd e

d e

(tepidarium) ,

l'étuv e

d e

(caldarium ,

la salle

chaud e

o u

repo -

sudarium )

sait

sur

de s

pilettes ,

faite s

d e

carreau x

d

e

terr e

cuite .

C e

dispositi f

souterrain ,

appel é

hypocauste ,

permettai t

la

circu -

latio n

d e

l'air

chaud .

La

chambr e

d e

chauff e

(praefurnium )

étai t

situé e

a u

nivea u

d e

l'hypocaust e

ave c

leque l

ell e

communiquai t

a u

moye n

d'u n

canal .

Les

5

paroi s

fée s

e n

recouvert s

ainsi

d e

l'étuve

a u

argil e

moye n

(tubuli )

d e

e t

circule r

étaien t

d e

égalemen t

chauf-

rectangulaire s

e t

pouvai t

de s

lon g

tuyau x

posé s

crépi .

se

L'air

répandr e

verticalemen t

chau d

le

mur s

(Fig .

C) .

Certaine s

pièce s

d'habitatio n

étaien t

égalemen t

équipée s

d'hypocaustes ,

c'est-

à-dire

chauffée s

pa r

le

sol .

La

plupar t

de s

e n

aussi

remen t

terranéen s

mosaïque s

généralemen t

colores ,

sente ,

a

o u

d e

u n

mosaïque

(opu s

musivum) ,

qu i

pay s

grecque .

étaien t

petit s

2

caillou x

c e

qu i

cm. ,

1000 0

petit s

cube s

d e

En

règl e

générale ,

es t

particuliè -

médi -

Les

constituée s

multi -

repré -

O n

pièces .

verr e

c e

mod e

appréci é

dè s

d'enviro n

m 2 , aussi

pa r

d e

décoration ,

dan s

les

l'époqu e

à

d'Augs t

d e

1

enviro n

d e

cuite .

recueilli

terr e

maison s

urbaine s

d'Augs t

 

n e

possédaien t

revêtemen

t

d e

tesselle s

étai t

ciment é

p

a s

d'hypocaustes .

Pou r

chauffe r

les

piè -

p

a r

un e

trè s

fin e

couch e

d e

mortie r

à

la

ces,

o n

se

servai t

d e

la

chaleu r

d u

foye r

chau x

qu i

elle-mêm

e

s'étalai t

sur

un

e

e t

d e

brasero s

rempli s

d e

charbo n

d e

couch e

plu s

épaiss e

d e

mortie r

au x

bois .

Le

systèm e

d e

chauffag e

pa r

hypo -

tuileaux .

Dan s

les

bassins ,

les

tesselle s

caust e

servai t

essentiellemen t

à

emma -

étaien t

directemen t

appliquée s

sur

le

gasine r

la

chaleur .

Le

sol ,

don t

la

parti e

tuilea u

étanche .

Ce t

ensembl e

d e

cou -

inférieur e

étai t

composé e

d e

dalle s

e

n

che s

reposai t

sur

u n

épai s

hérisso n

d e

argil e

(suspensura )

reposan t

 

sur

de

s

pierres .

 

pilettes ,

étai t

recouver t

d e

plusieur s

cou -

 

che s

d e

mortie r

atteignan t

jusqu' à

5 0

c m

 

L'enduit

mural

ordinair e

s e

rencontrai t

d'épaisseu r

e t

permettai

t

ainsi

d'accu -

assurémen t

dan s

la

plupar t

de s

maison s

mule r

un e

grand e

quantit é

d e

chaleur.

 

d'Augst ;

e n

revanche ,

les

peinture s

mu -

 

rales

d e

qualité ,

considérée s

comm e

u n

 

Les

sols

de s

maison s

e n

boi s

 

étaien t

produi t

d e

luxe ,

étaien t

san s

dout e

aussi

généralemen t

e n

terr e

battue ,

parfoi s

re-

couvert s

d e

planches ,

trè s

raremen t

d e

mortier .

Les

sols

d e

mortie r

se

dévelop -

pèren t

ave c

les

construction s

e n

dur ;

ils

étaien t

composé s

d'u n

hérisso n

d e

pier-

res,

sur

leque l

 

reposaien t

plusieur s

cou -

che s

d e

mortie r

d e

chaux .

Si

le sol

devai t

êtr e

étanche ,

comm e

dan s

le

cas

de s

thermes ,

d

e

la

briqu e

cru e

concassé e

étai t

alors

mélangé e

au

mortie r

(mortie r

d

e

tuileau) .

 

A

AUGUSTA

 

RAURICA,

seul e

la

cou -

c

h e

aisé e

d e

la

populatio n

pouvai t

s'of-

frir

u n

revêtemen t

d e

sol

plu s

luxueux ,

rares

qu e

les

sols

d e

mosaïques .

Cell e

q

u i

figur e

deu x

porteur s

d'amphor

e

(Fig .

D )

e n

es t

u n

bo n

exemple .

Plus

fréquente s

son t

les

paroi s

décorées ,

constituée s

d e

panneau x

rectangulaires ,

représentan t

le

plu s

souven t

de s

motif s

végétau x

(guirlande s

d e

plante s

e t

d e

fleurs )

(7,

8) .

 

Les

Romain s

utilisaien t

de s

couleur s

à

pigmentation s

d'origin e

minérale ,

d e

natur e

no n

organique

,

telles ,

pa r

exem

-

ple ,

le

cinabre ,

le

ble u

e t

le

ver t

d e

cui -

vre,

le

jaun e

d'or,

le

blan c

d e

plomb ,

l'oxyd e

d e

plom b

roug e

e t

surtou t

les

couleur s

l'ocr e

naturelle s

d e

e t jaune .

la

De s

roug e

terre ,

comm e

or-

substance s

ganique s

entraien t

dan s

la

compositio n

d

e s

liants.

U n

mortie r

(30 )

e t

un e

demi -

amphor e

(Fig .

M )

ave c

de s

trace s

d

e

peintur e

roug e

on t

ét é

mi s

a u

jou r

e n

196 5

dan s

la

parti e

su d

d'AUGUSTA

RAURICORUM,

à

l'emplacemen t

mêm

e

o

ù

l'artiste

o u

l'artisan

travaillai t

a u

2èm

e

siècl e

d e

notr

e

ère .

Auss i

bie n

les villes

qu e

les village s

e t

les

ferme s

étaien t

approvisionné s

pa r

de s

aqueduc s

souterrains .

La

coloni e

d'Augs t

f

u t

doté

e

d'u n

canal

d e

maçonnerie ,

lon g

d e

6,5

k m

e t

don t

les

dimension s

inté -

rieure s

présenten t

un e

hauteu r

d e

1,8

m

pou r

un e

largeu r

d e

0,9

m .

La

largeu r

d e

la

voût e

mesurai t

6 0

c m

(Fig .

F)

e t

la

pent e

moyenn e

étai t

d e

2%o

(c'est-à-dir e

2

c m

pou

r

10

m!) .

L'aqueduc ,

construi t

 

sou s

terre ,

captai t

l'ea u

 

d e

l'Ergol z

a u

 

Porte s

e t

fenêtre s

constituaien t

de s

nor

d

d e

Liestal

e t

l'amenai t

jusqu' à

élément s

important s

d e

la

maison .

Ce -

Augst .

 

U n

 

résea u

d e

conduite s

d e

pendant

,

seul s

de s

seuils,

de s

crapau -

plom b

e t

d

e

boi s

servai t

à

la

distributio n

dines ,

de s

serrures ,

de s

ferrure s

e t

de s

d

e

l'eau

à

l'intérieu r

d e

la

ville.

Pou r

les

empreinte s

d e

cadre s

d e

porte s

e t

fenê -

fontaine s

 

publiques ,

les

therme s

ainsi

tre s

on t

 

p u

êtr e

retrouvés ,

les

élément s

q

u e

pou r

 

certaine s

villas

privées ,

l'ea u

e

n

boi s

ayan t

complètemen t

disparu .

étai t

amené e

sou s

pression .

 

Les

bain s

publics ,

comm e

certaine s

C e s

 

tuyau x

étaien t

 

fabriqué s

a u

riche s

villas

privées ,

possédaien t

d e

véri -

moye n

d e

feuille s

d e

plomb ,

épaisse s

d e

table s

fenêtre

s

vitrées .

Ce s

vitre s

trans -

plusieur s

 

millimètres ,

don t

les

bords ,

parentes ,

d e

couleu r

ver t

pâle ,

se

com -

u

n e

foi s

recourbés ,

étaien t

soudé s

dan s

posaien t

d e

4

à

6

carreau x

d e

30x4 0

c m

le

sen s

d e

la

longueur .

En

coupe ,

le

environ ,

scellés

dan s

de s

cadre s

d e

bois .

tuya u

se

présentai t

sou s

la

form e

d'un e

Si

la

protectio n

d'u n

grillag e

 

s'avérai t

poir

e

(12) .

Grâc e

au x

source s

écrites ,

nécessaire ,

o n

utilisait

alors

de s

bande s

nou s

savon s

 

qu' à

l'époqu e

romain e

d

e

fe r

se

croisan t

à

angl e

droi t

ave c

de

s

déjà ,

un e

tax e

sur

l'ea u

étai t

perçue ,

étoile s

à

quatr e

branche s

soudée

s

au x

calculé e

selo n

le

calibr e

d u

raccorde -

intersection s

(Fig .

E).

ment .

Il

es t

presqu e

certai n

qu e

dan s

ces

 

conditions ,

bie n

de s

habitant s

puisaien t

 

A

l'époqu e

 

romaine ,

o n

veillait

ave c

leur

ea u

au x

fontaine s

placée s

à

chaqu e

u

n e

attentio n

 

tout e

particulièr e

à

c e

qu e

carrefou r

(Fig .

B) .

l'approvisionnement

 

en

eau

soi t

suffi -

 

san t

e t

d'accè s

aisé.

C e

furen t

les

Ro -

main s

qu i

firen t

profite r

les

province s

d e

ces

technique

s

nouvelles ,

grâc e

au

sa -

voir-faire

qu'il s

 

avaien t

acqui s

dan s

le

Sud ,

o ù

l'ea u

 

étai t

plu s

précieuse ,

car

plu s

rare,

qu

e

dan s

le

nor d

de s

 

Alpes .

 

Fig.

1

Tuile

plat e

(tegula) ,

45-55x30-4 0

c m

d e

dimension ,

poid s

8

à

12

kg .

Les

tuile s

son t

parfoi s

estampillées ,

notammen t

si

elles

son t

fabriquée s

dan s

de s

atelier s

militaires .

Tuil e

d e

la

LEG

I

M,

c'est-à -

dir e

d e

l a

LEGIO

PRIMA

MARTIA

sta

-

tionné e

dan s

le

Castru m

d e

Kaiseraugs t

a

u

4èm e

siècle .

En

haut ,

les

rebord s

d

e

la

tuil e

on t

ét é

écourté s

d e

quelque s

5

c m

(pou r

permettr e

le

chevauchemen t

d

e s

tuile s

suivantes) .

Déco r

trac é

a u

doig t

e n

bordure .

 

Fig.

2

Couvre-join t

(imbrex )

d e

longueu r

iden -

tiqu e

à

cell e

d

e

la

tuil e

plate ,

s'élargis -

san t

légèremen

t

ver s

le

ba s

(pou r

s'em -

boîte r

dan s

la

tuil e