Vous êtes sur la page 1sur 104

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Sommaire

INTRODUCTION

3

1.
1.

MILIEU NATUREL ET PARTRIMOINE :

4

1.1. Les Ressources en eau

5

1.2. LES POTENTIALITES EN SOL

9

1.3. LES RISQUES MAJEURS

13

1.3.1. LES RISQUES NATURELS

13

1.3.2. LES RISQUES INDUSTRIELS

14

1.4. LES ECOSYSTEMES

16

1.5. Le système patrimonial

18

2.
2.

DYNAMISME DEMOGRAPHIQUE ET MODE DE PEUPLEMENT

19

3.
3.

STRUCTURATION DE LA REGION

25

4.
4.

LES ENJEUX DE L’EPT - NORD-EST

26

4.1.

LES ENJEUX LIES A LA DURABILITE DU DEVELOPPEMENT

26

4.1.1. L’enjeu de la ressource en eau

26

4.1.2. Comment alléger la pression sur le littoral ?

26

4.1.3. Quel développement pour le monde rural et notamment la montagne ?

27

4.1.4. Comment protéger les patrimoines naturels et culturels ?

27

4.2.

LES ENJEUX LIES A LA COMPETITIVITE DES TERRITOIRES

27

4.2.1. Compétitivité pour L’EPT - Nord-Est?

27

4.2.2. Le processus de métropolisation :

28

4.3.

LES ENJEUX LIES A L’INTEGRATION TERRITORIALE

28

4.3.1.

LES ENJEUX LIES A L’OUVERTURE DES TERRITOIRES A L’INTERNATIONAL

28

4.4.

Elaboration des scénarios d’aménagement du territoire de

28

4.4.1.

LES SCENARIOS DE

29

5.

 

LES

PROGRAMMES

D’ACTION

TERRITORIALE

POUR

LA

MISE

EN

ŒUVRE DU PARTI D’AMENAGEMENT DE L’ESPACE DE PROGRAMMATION

TERRITORIALE NORD-EST

 

30

5.1. PAT 1 : LA DURABILITE DE LA RESSOURCE EN EAU

30

5.2. PAT 2. CONSERVATION DES SOLS ET LUTTE CONTRE LA

32

5.3. PAT 4. LES RISQUES MAJEURS

33

5.4. PAT 5. LE PATRIMOINE ET TOURISME

34

5.5. PAT 6 : FREINAGE DE LA LITTORALISATION ET L’EQUILIBRE DU

LITTORAL DE l’EPT NORD-

EST ………………………………………………………………………………………………………………………………………37

38

5.6. PAT 10 : UN SYSTEME URBAIN HIERARCHISE ET ARTICULE:

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.7.

PAT

11 :

LE

MAILLAGE

INFRASTRUCTUREL

DE

TRANSORT

DE

LOGISTIQUE

ET

DE

COMMUNICATION DE L’EPT NORD-EST

 

38

5.8.

PAT 12 : LE PROCESSUS DE METROPOLISATION DES GRANDES VILLES DE L’EPT NORD-EST

41

A.

Objectifs :

 

41

5.9.

PAT 13: POLES D’ATTRACTIVITE ET ZONES INTEGREES DE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL DE

L’EPT NORD-EST

 

45

5.10.

PAT 14 : organisation des relations de l’espace de programmation territoriale du nord-est

avec les autres espaces de programmation

 

47

5.11.

PAT 15 : LE DEVELOPPMENT LOCAL DANS L’EPT NORD-EST

 

48

5.12.

PAT

N°16 :

OUVERTURE

DES

TERRITOIRES

A

L’INTERNATIONAL

ET

INTEGRATION

MAGHREBINE

 

49

5.13.

PAT 18 : LE RENOUVELLEMENT URBAIN ET LA POLITIQUE DE LA VILLE DANS L’EPT NE

 

50

5.14.

PAT N°19 : LE REVOUVEAU RURAL : AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT RURAL – FORET –

PECHE

 

51

5.15.

PAT 20 : LE RATTRAPAGE ET LA MISE A NIVEAU DES ZONES A HANDICAPS AU NIVEAU DE

L’EPT NORD-EST

 

55

6.
6.

LA GOUVERNANCE TERRITORIALE

56

6.1. LE Cadre Institutionnel De L’amenagement Du Territoire

56

6.2. Le principe de la subsidiarité

57

6.3. Les échelles territoriales de la gouvernance régionale

59

6.4. LES INSTANCES DE LA GOUVERNANCE TERRITORIALE LOCALE

63

6.5. LES OUTILS D’INTERVENTION DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE AU NIVEAU DE L’ESPACE

DE PROGRAMMATION TERRITORIALE

65

6.6. LES INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L’ESPACE DE PROGRAMMATION TERRITORIALE

66

7.
7.

LE TABLEAU DE BORD DU SEPT NORD-EST

72

7.1. Les territoires pertinents de l‘EPT Nord-Est

74

7.2. LE CHOIX DES INDICATEURS

79

7.3. La collecte des données

100

7.4. Le traitement et le système de suivi – évaluation des données

101

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

INTRODUCTION

La Loi portant Aménagement et Développement Durable du Territoire impose d’élaborer un

schéma sur l’Espace de Programmation Territoriale – EPT - pour les wilayas du NORD

EST du pays.

A travers l’élaboration de ce schéma le MATE s’est fixé comme objectif de concevoir un

projet de territoire issu d'une démarche de réflexion approfondie et participative.

Il s’est donné pour objectif de construire, d’animer et de promouvoir la définition d’une vision

globale, collective et partagée et d’une stratégie de long terme pour le territoire NORD EST

cohérente avec la vision nationale dégagée par le SNAT et intégrant les enjeux du

XXIème Siècle.

Le S.EPT Nord Est s’inscrit dans une démarche prospective visant, à partir des enjeux

identifiés et des grandes tendances constatées, à définir une vision globale collective et

partagée, à proposer un cadre de référence pour les futures politiques de développement et

d’aménagement du territoire et à promouvoir une stratégie de moyen et long terme pour le

développement territorial durable du Nord est du pays.

Il s’agit d’anticiper les grandes évolutions de l’espace de programmation territoriale, ceci est

indispensable pour définir des politiques qui préservent les équilibres : social, économique,

territorial et environnemental et qui assurent un développement harmonieux de la région.

Le Nord Est du pays est soumis à de fortes et multiples pressions (croissance

démographique, économique, accroissement des déplacements, attrait touristique

considérable), dépendance vis-à-vis du contexte économique, national et mondial (mobilité

des capitaux, « financiarisation » de l’économie, délocalisation des entreprises…) ; ces

pressions multiples le soumettent également au risque d’accroissement des inégalités.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.

MILIEU NATUREL ET PARTRIMOINE :

Le diagnostic de l’EPT, met en relief les atouts et potentialités de celui-ci, mais aussi relève les nombreuses contraintes et menaces qui pèsent sur la durabilité de son développement. Parmi les atouts et potentialités de la région, en plus d’une situation géographique favorable (région côtière et frontalière), on cite principalement :

- la diversité des milieux naturels et des écosystèmes (domaine maritime, zones de montagnes, zones humides, plaines intérieures…) ;

- la richesse des ressources et potentialités naturelles (eau, terres irrigables, substance utiles, pêche, sites touristiques…) ;

- la richesse et la diversité des patrimoines naturels et culturels.

Les contraintes et menaces se résument quant à elles, comme suit :

- l’érosion, dont les conséquences sur l’appauvrissement des terres agricoles et sur l’envasement des barrages deviennent de plus en plus inquiétantes ;

- l’urbanisation des plaines, qui réduit sans cesse le potentiel en terres irrigables ;

- la dégradation et le dépérissement du patrimoine forestier ;

- la dégradation du patrimoine archéologique et architectural, qui constitue la mémoire et l’histoire de la région ;

- la forte littoralisation des activités et du peuplement, dont les conséquences sur l’écosystème se traduisent par : la pollution des eaux et de l’environnement, la surexploitation des nappes et l’intrusion des eaux de mer, le mitage des terres agricoles ainsi que les risques majeurs liés aux installations industrielles ;

- l’aléa sismique, surtout pour les zones littorales à très forte concentration urbaine.

Aussi, l’aménagement du territoire de la région et son développement durable supposent :

- La protection et la préservation du milieu naturel et des écosystèmes ;

- L’exploitation rationnelle et durable des ressources naturelles ;

- L’adéquation entre l’occupation de l’espace et les ressources naturelles disponibles.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.1. LES RESSOURCES EN EAU

Les différents travaux sur la région et notamment ceux réalisés par les services techniques sous tutelle du MRE, relèvent de nombreuses contraintes et menaces, qui agissent sur le potentiel hydraulique et la qualité des eaux, que ce soit pour les eaux douces ou marines :

1)

Le phénomène de l’envasement, qui affecte la capacité utile des barrages et réduit par conséquent leur durée de vie, connaît dans l’EPT Nord - Est à l’instar des autres EPT du pays des proportions importantes, pour ne pas dire inquiétantes et cela pour trois raisons essentielles :

Une topographie défavorable ;dire inquiétantes et cela pour trois raisons essentielles : Des sols fragiles ; Une protection insuffisante

Des sols fragiles ;trois raisons essentielles : Une topographie défavorable ; Une protection insuffisante des bassins versants par une

Une protection insuffisante des bassins versants par une action dynamique de boisement et ou de reboisement.: Une topographie défavorable ; Des sols fragiles ; Selon les directions de l’hydraulique des wilayas

Selon les directions de l’hydraulique des wilayas concernées, plusieurs barrages en exploitation sont très sérieusement touchés par ce phénomène. Il s’agit, entre autres, des barrages de : Zardazas (W. Skikda) ; Bounamoussa (W. El Tarf), Hammam Grouz (W. Mila), et à un degré moindre, le barrage de Hammam Debbagh (W. Guelma).

2) Le risque de pollution des eaux de surface et des nappes, qui constitue une nouvelle contrainte produite par l’homme. Les phénomènes de pollution dans l’EPT du Nord Est, observés depuis déjà longtemps, s’étendent dans l’espace et dans le temps et touchent la majorité des bassins hydrographiques à des degrés plus ou moins graves et se manifestent le plus souvent en période d’étiage où les Oueds sont pratiquement à sec et ne drainent que les rejets. Quatre barrages (en exploitation) sont sérieusement menacés par ce phénomène de pollution ; il s’agit des barrages de :

Cheffia (rejets urbains et industriels) ;ce phénomène de pollution ; il s’agit des barrages de : Zardazas (rejets urbains), Guenitra (rejets

Zardazas (rejets urbains),des barrages de : Cheffia (rejets urbains et industriels) ; Guenitra (rejets urbains) ; Hammam Grouz

Guenitra (rejets urbains) ;(rejets urbains et industriels) ; Zardazas (rejets urbains), Hammam Grouz (E.N.A.D. Chelghoum Laïd). 3) La pollution

Hammam Grouz (E.N.A.D. Chelghoum Laïd).; Zardazas (rejets urbains), Guenitra (rejets urbains) ; 3) La pollution des principales nappes d’eau souterraines

3) La pollution des principales nappes d’eau souterraines de la région a atteint ces dernières années un seuil critique au point de devenir source de périls. Les principales nappes affectées par ce phénomène sont celles du côtier de Jijel, de Oued Djen Djen, de Oued Endja (W. Mila), de Oued Saf Saf (W. Skikda), de Azzaba (W. Skikda), de Guelma et Bouchegouf, et de Annaba et El Tarf.

4) Les eaux marines sont polluées par les eaux usées souvent rejetées sans épuration, les stations d’épuration étant insuffisantes ou à l’arrêt, d’où de fortes pollutions microbiennes et en métaux lourds au niveau des ports (baies de Skikda et de Annaba,

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5)

ports d’El Kala, Collo et Stora) et des plages (35 sur le littoral de l’EPT Nord Est sont affectées par les rejets). L’urbanisation et l’industrialisation se sont développées sur les terrains accessibles et plats, à haute valeur agricole, notamment dans les cas de Constantine, Annaba et Skikda. Ce constat est aussi valable pour Jijel, Mila, Guelma, Souk Ahras et El Tarf, où l’urbanisation à moindre coût a été presque la règle. Les plaines de l’oued Seybouse, de El Kébir, de Saf Saf, de Djen Djen et du Rhummel ont été investies par une urbanisation fragilisant l’activité agricole et les ressources en eau.

Dans l’avenir, l’eau, qui est une ressource rare, sera de plus en plus sollicitée jusqu’aux limites critiques de son utilisation. Si le secteur de l’eau n’anticipe pas sur la demande et ne prend pas les mesures qui s’imposent, dans un cadre intégré de la gestion de cette ressource, l’eau sera exposée à un conflit d’intérêt entre les différents usagers économiques et sociaux et à un arbitrage quant à sa distribution : entre l’AEP et l’irrigation, entre l’irrigation et l’industrie, entre les populations urbaines et les populations rurales. Les actions à mener dans ce contexte devront s’articuler principalement autours des axes suivants :

1)

Plus grande mobilisation des ressources superficielles ;

2)

Organisation des transferts et des adductions, dans le cadre d’un schéma hydraulique régional cohérent ;

3) Utilisation des nouvelles techniques en matière de recyclage des eaux usées et de

dessalement de l’eau de mer ; 4) Adaptation des systèmes de cultures aux conditions climatiques et à la disponibilité en eau ;

5)

6) Diminution au maximum des pertes aux réseaux : adduction, stockage et distribution ; 7) L’exploitation rationnelle des nappes et l’utilisation adéquate des ressources disponibles.

Economie de l’eau par l’utilisation des techniques nouvelles d’irrigation ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

RESSOURCES EN EAU

ATOUTS

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

Ressources en eau de surface : Appréciables mais peu mobilisées et menacées

Précipitations abondantes ; Réseau hydrographique dense et propice à la réalisation d’ouvrages hydrauliques ; Ecoulements estimés à : 5 422 Hm 3 ; Barrages 2006 : 12 unités ; Mobilisations 2006 : 789,7 Hm 3 (14,56%) ; Mobilisations projetées H 2025 : 1518,4.

Menace de pollution par les rejets liquides ménagers et industriels ; Envasement accéléré des ouvrages hydrauliques

Mobilisation plus accrue des eaux de surface par la réalisation de barrages (Nord de l’EPT) ; Lutte contre toute forme de pollution ; Traitement biologique des bassins versants.

Ressources en eau souterraines : insuffisamment connues, inégalement réparties, parfois surexploitées et souvent menacées

Ressources potentielles : 704,1 Hm 3 ; Ressources exploitées : 306,1 Hm 3 ; Volume extrait au-delà des capacités déclarées de certaines nappes : 28,4 Hm 3 ; Disponibilités probables : 301 Hm 3 .

Menace de pollution par les rejets liquides ménagers et industriels

Actualisation des connaissances sur les aquifères et réévaluation des ressources ; Programmation de l’exploitation de chaque aquifère ; Lutte contre toute forme de pollution (réalisation de STEP pour les principaux centres urbains) Recyclage des eaux usées pour l’irrigation

Eau de mer

Pollution par les rejets ménagers et industriels

Réalisation de STEP

Potentiel Hydroagricole

Superficie irrigable totale : 776 426 ha, dont :

Plaines (littorales et intérieures) : 291 451 ha Vallées : 67 059 ha;

Les superficies irriguées ne représentent que 5,8% du potentiel irrigable

Accroissement des superficies irriguées par :

La préservation des terres irrigables contre l’urbanisation anarchique ; L’accroissement des ressources en eau conventionnelles à usage d’irrigation : barrages, retenues collinaires, pompage des oueds ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Hautes plaines : 417 916

L’équipement et l’extension de certains périmètres existants ; L’épuration des eaux usées urbaines et leur recyclage pour l’irrigation ; L’élimination des pertes dans les réseaux d’adduction et de distribution ; L’utilisation des nouvelles techniques d’irrigation économisant l’eau (goutte à goutte et aspersion selon le cas) ; La préservation de la ressource contre les pollutions

Grands périmètres:

Superficie en 2006 : 26 000 ha ; Superficie projetée pour 2025 : 96 641 ha PMH :

Superficie en 2006 : 21 640 ha Superficie projetée pour 2025 : 27 503

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.2. LES POTENTIALITES EN SOL

L’Espace de Programmation Territoriale Nord-est couvre une superficie planimètrée totale de 2 447 55O ha (SIG BNEDER), dont seulement 1 070 891 ha de surface agricole utile (SAU), soit 43,75%. La superficie agricole par habitant est très restreinte : 0,20 ha/habitant, elle est en constante régression. Au niveau national, elle est passée de 01 ha en 1962 à 0,26 ha en 2003, avec un niveau encore plus bas sur le littoral (0,16 hectares par habitant). La qualité des sols et leur usage agricole varient d’un milieu physique à l’autre, en fonction de la nature pédologique, du relief, du climat et de la disponibilité des ressources en eau pour l’irrigation, nonobstant le marché. Sur le plan physique, l’EPT Nord-est pourrait être subdivisée en quatre grandes entités morphologiques :

Les plaines

Elles occupent au niveau de la région une superficie totale de 291 451 ha (SIG BNEDER), soit 11,9% de la superficie totale de la région. Caractérisées par une topographie globalement plane, les zones de plaines, et plus particulièrement là où les ressources en eau sont disponibles, offrent des possibilités de développement et d’intensification agricoles très intéressantes (mécanisation, irrigation). Compte tenu de la diversité agro-climatique de l’EPT nord-est, on distingue trois types de plaines :

Les plaines côtières

A l’image des plaines de Jijel-Taher, de Guerbès, d’El-Tarf, et d’El-Kala, elles bénéficient de conditions agro-climatiques (topographie, sol et climat) très propices à l’activité agricole et notamment la pratique d’une agriculture intensive, orientée vers les cultures maraîchères de primeur, de saison et d’arrière-saison. Toutefois, elles sont soumises à plusieurs contraintes et menaces :

Problème d’inondations localisées, notamment en période hivernale, ayant pour origine, d’une part, les excès d’eau de pluie, dus aux grands déversements des bassins versants qui les surplombent et, d’autre part, les débordements des oueds au niveau de leurs embouchures, car ces dernières sont souvent obstruées et envasées ;elles sont soumises à plusieurs contraintes et menaces : Contrainte d’assainissement des terres, le drainage

Contrainte d’assainissement des terres, le drainage naturel étant souvent limité par la présence de sols à texture lourde, ce qui implique la nécessité d’un drainage artificiel ;car ces dernières sont souvent obstruées et envasées ; Problème de mitage des terres au profit

Problème de mitage des terres au profit de l’habitat et infrastructures ;ce qui implique la nécessité d’un drainage artificiel ; Problème d’érosion au niveau du cordon dunaire

Problème d’érosion au niveau du cordon dunaire situé à l’est de l’EPT.des terres au profit de l’habitat et infrastructures ; B N E D E R (

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Les plaines intérieures

Intercalées entre les massifs côtiers du nord et les monts de l’arrière-pays, elles présentent un potentiel agronomique appréciable, malgré des précipitations moins abondantes que celles des plaines côtières et, parfois, quelques gelées d’hiver et de printemps. Ce sont généralement des zones où se pratique une polyculture (céréale- fourrage-maraîchage-arboriculture) associée à l’élevage bovin moderne.

Parmi ces plaines on peut citer :

- la plaine (dépression) de Azzaba (W. Skikda) ;

- la plaine de Berrahal (W. de Annaba) ;

- la plaine d’Annaba (W. de Annaba) ;

- la plaine de Guelma (W. de Guelma).

A l’image de plaines côtières, ces plaines intérieures sont aussi soumises aux problèmes des inondations hivernales, avec cependant une moindre intensité.

Les vallées.

Les vallées couvrent une surface de 67 059 ha, soit 2,7% de la superficie totale de l’EPT et représentent un potentiel appréciable pour la pratique de l’agriculture intensive (productions végétales et animales). Parmi les principales vallées de la région, il ya lieu de citer

- la vallée de l’oued El-Kébir (W. de Jijel) ;

- la vallée de l’oued Guebli (W. de Skikda) ;

- la vallée de l'oued Saf-Saf (W. de Skikda) ;

- la basse vallée de l’Oued Seybouse (W. de Guelma).

Cependant, ces vallées sont soumises à d’intenses déversements d’eaux pluviales, (provenant des versants qui les surplombent) ce qui se traduit généralement par :

- l’inondation des grandes superficies aux abords des oueds ;

- la stagnation des eaux au niveau des terres de cultures ;

- le sapement des berges.

La préservation et la valorisation de vallées nécessitent des aménagements de protection au niveau des bassins versants qui les encadrent, ainsi que des travaux de protection et d’assainissement au niveau du lit ou des terrasses des oueds, tels que les travaux suivants :

- la construction de digues de protection ;

- le curage et le calibrage d’oueds ;

- la protection biologique des berges ;

- l’assainissement des sols par les travaux de drainage.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Au niveau des embouchures des oueds, il y a lieu d’opérer des travaux de curage et de recalibrage pour faciliter les évacuations vers la mer.

Les hautes plaines.

Situées dans la partie sud, les hautes plaines occupent 417 916 ha, soit 17,1% de la superficie totale de la région. Elles se caractérisent par leur climat de type semi-aride (étage supérieur) et une vocation de zone d’intensification céréalière. On cite :

- les hautes plaines de Chelghoum-Laïd (Wilaya de Mila) ;

- les hautes plaines d’El-Khroub (W. de Constantine) ;

- les hautes plaines de Aïn-Abid (W. de Constantine) ;

- les hautes plaines de Oued Zénati (W. de Guelma) ;

- les hautes plaines de Sédrata et de Mouladhem (W. de Souk-Ahras).

Les zones de montagnes.

D’une superficie totale évaluée à 1 782 935 ha, soit prés de 68.3% de la surface globale de la région, les zones de montagnes occupent principalement les parties nord et médiane de la région. Ce sont des zones au relief très contraignant, au climat rude, sensibles à l’érosion, où l’occupation souhaitable des sols serait une végétation pérenne forestière ou arboricole selon le cas.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ATOUTS

 

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

Plaines : 291 451 ha (11,9%) ;

Vallées :

-

SAU limitée : 1 070 891ha (43% de la ST et 0,20

-

Accroissement des superficies irriguées

67

059 ha (2,7%) ;

Hautes plaines:

ha/habitant) ;

Préservation des terres à fort potentiel agricole du mitage ;

-

417 916 ha (17,1%)

-

Montagne : 1 671 124 ha (68,3%) ;

Superficie irrigable totale : 776 426 ha,

Les superficies irriguées ne représentent que 5,8% du potentiel irrigable ;

-

- Construction de digues de protection au

niveau des vallées et plaines côtières ;

Superficie irriguée en 2006 :

- Crues et inondation des terres agricoles ;

- Curage et calibrage d’oueds ;

Grands périmètres: 26 000 ha ;

PMH :

- Embouchures d’oueds souvent obstruées et envasées ;

Assainissement des sols par des travaux de drainage ;

-

21

640 ha

- Absence ou insuffisance d’assainissement ;

 

- Mitage des terres;

- Erosion des terres en zone de montagne et du cordon dunaire au niveau de la côte est de la région.

Traitement biologique des bassins versants et des berges d’oueds.

-

Superficie irriguée projetée pour 2025 :

Grands périmètres: 96 641 ha ; PMH :

 

27

503 ha

 

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.3. LES RISQUES MAJEURS

Sur 14 risques majeurs pré-identifiés par l’ONU, dix (10) concernent l’Algérie, dont neuf (09)

pourraient concerner l’Espace de Programmation Territoriale Nord-est:

- les séismes et risques géologiques ;

- les inondations ;

- les risques climatiques ;

- les feux de forêts ;

- les risques industriels et énergétiques ;

- les risques portant sur la santé humaine ;

- les risques portant sur la santé animale et végétale ;

- les pollutions atmosphériques, telluriques, marines ou hydriques ;

- les catastrophes dues à des regroupements humains importants.

1.3.1. LES RISQUES NATURELS

Parmi les risques naturels les plus menaçants, il y a lieux de citer : les séismes, l’érosion sous ses différentes formes et les inondations.

Risque sismique

L’Espace de Programmation Territoriale Nord-est est concerné fortement dans toute sa frange nord avec un maximum d’intensité sur l’axe Jijel – Skikda, une activité non négligeable autour de Constantine et Guelma, et une activité plus réduite dans la partie sud et à l’est d’Annaba à la frontière.

Erosion, glissements de terrain

Il y a beaucoup de glissements de terrain en milieu rural, notamment dans les wilayas de Constantine, de Mila et de Souk-Ahras, ce qui entraîne des pertes de sols agricoles et surtout des dégâts sur les infrastructures (routes et canalisations). Les glissements de terrain en milieu urbain menacent de nombreux logements (15 000 logements menacés sur la partie sud - sud-est de la ville de Constantine). Les problématiques de glissement de terrain sont beaucoup moins importantes sur les wilayas plus forestières, qui disposent d’un couvert végétal important ou d’une nature géologique moins sensible : Annaba, El-Tarf, Skikda, Jijel. L’érosion des sols représente une perte en terres agricoles et une menace d’envasement pour les barrages. Elle est importante dans tout l’Espace de Programmation Territoriale Nord- est, et en lien avec les pluies intensives, mais elle est surtout manifeste dans l’ensemble des régions les moins boisées.

Risque inondation

Sur l’Espace de Programmation Territoriale Nord-est, les zones inondables ont en général été cartographiées pour les grands oueds (terrasses des oueds). Il y a en revanche moins de données sur le risque pluvial en zone urbaine, pour lequel un manque d’études est constaté. On peut toutefois noter quelques points sensibles :

- Les inondations liées aux débordements d’oued Mila, Zéghaïa… ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Les quartiers populaires de la ville d’Annaba ;

- Quelques risques ponctuels d’écoulement pluvial sur la ville de Souk-Ahras.

1.3.2. LES RISQUES INDUSTRIELS

Dans le Nord-est, les industries du pétrole, du gaz, des produits chimiques (engrais, pesticides, plastiques…) et mécaniques sont relativement développées et présentent toutes des risques de fuites accidentelles de produits dangereux. Les deux centres les plus concernés sont Annaba et Skikda. Ils concentrent 11 des 14 installations industrielles de la région, classées à haut risque (60 à l’échelle nationale).

Les risques concernent essentiellement les explosions, les contaminations d’eaux et les pollutions atmosphériques. On peut noter, par exemple, le grand complexe pétrochimique de Skikda, le dépôt régional de carburant et de gaz (Unité Naftal) ou les différents pipes (gazoducs, oléoducs et multi-produits), qui traversent la région. Ces pipes représentent des risques d’explosion et de contamination des eaux superficielles ou souterraines

Enfin, concernant la prise en charge des risques majeurs dans leur globalté, l’Etat a mis en place une réglementation et des dispositifs régis par la loi n° 04-20 du 25/12/2004 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes. Cette loi est à appliquer dans toute sa rigueur par l’ensemble des acteurs concernés, chacun à niveau (Etat, collectivités locales, etc.).

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

NATURE DU RISQUE

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

Risque sismique

La région Nord-est est fortement concernée dans toute sa frange nord, avec un maximum d’intensité sur l’axe Jijel – Skikda et une activité non négligeable autour de Constantine et Guelma.

Etude sur la sismicité de la région en vue de l’identification des zones les plus sensibles Mise en place d’une réglementation parasismique Elaboration d’un plan ORSEC

Glissement de terrain

Les zones les plus menacées : wilayas de Constantine, de Mila et de Souk-Ahras.

Etude géotechnique en vue de proposer des solutions en fonction du niveau de vulnérabilité. Les solutions vont de l’évacuation à la stabilisation du terrain

Erosion

Les zones les plus touchées : zones montagneuses dénudées (wilaya de Mila) Menace :

Traitement des bassins versants et plus particulièrement celui du barrage de Beni Haroun

Dégradation et désertification des terres agricoles Envasement des ouvrages hydrauliques

Inondation

Inondation des terres agricoles (terrasses en bordure des oueds) Inondation de zones d’habitation situées dans des cuvettes (dépressions) ou sur le flanc des montagnes Les zones les plus menacées :

Curage et entretien des oueds ; Traitement des bassins versants ; Amélioration des conditions de drainage, aménagement de digues de protection, pour les terres agricoles ;

Vallées et plaines côtières de Mila, Jijel et Skikda ; Agglomération urbaine de Mila ; Quartiers populaires de la ville d’Annaba Ville de Souk-Ahras…

Amélioration et entretien régulier du réseau d’assainissement des eaux pluviales et réglementation des zones constructibles pour les agglomérations

Risques industriels

Les centres les plus concernés sont Annaba et Skikda Nature des risques : explosions, contaminations d’eaux et pollutions atmosphériques.

Etablissement de rayons de sécurité (zone tampon) sans habitation ;

Délocalisation selon possibilité

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.4. LES ECOSYSTEMES

L’Espace de Programmation Territoriale Nord-est de par son relief, son climat, sa géologie, etc., présente une multitude de milieux naturels et écosystèmes : littoral, Plaines intérieures, zones de montagnes, et aires protégées. Ces écosystèmes, qui constituent, par leur diversité ainsi que par leur richesse floristique et faunique, des réserves de biodiversité importantes et des paysages d’une grande qualité, sont toutefois menacés dans leur durabilité par les effets résultants d’un développement socioéconomique anarchique, lui-même résultat d’une croissance démographique et d’une occupation de l’espace, non maîtrisés.

Le littoral

Le littoral de l’EPT - Nord-est s’étend du golfe de Bejaïa à la frontière tunisienne, sur une longueur de 640 Km (Planimétrage Comgéo). Il se distingue par une côte découpée, avec une alternance de baies (où se sont implantées d’importantes installations portuaires :

Skikda, Annaba, ou plus modestes : Jijel, El-Kala…) et de promontoires rocheux, offrant une grande diversité écologique, ainsi que de paysages.

Avec l’accroissement urbain et l’essor économique qu’ont connu les principales villes et ports de la côte Est, la situation est devenue de plus en plus inquiétante. Les conséquences se traduisent par la manifestation de nombreux indices de perturbation et de dysfonctionnement de l’environnement côtier : pollution, sur-occupation du rivage marin, extension du bâti au détriment du foncier agricole et forestier, érosion et dégradation des sites, déséquilibre des chaînes trophiques…

Les Zones de Montagnes

Les zones de montagnes de l’EPT - Nord-est sont très habitées et leurs ressources naturelles soumises à de fortes pressions : allant des labours de terrains très accidentés (érosion), au défrichement de terrains forestiers, au surpâturage… La couverture forestière de la région est importante en superficie, mais présente un état de dégradation inquiétant pour la stabilité des terres, ainsi que pour l’assurance d’une productivité viable.

Les zones protégées

La grande richesse en biodiversité de l’EPT - Nord-est, notamment par ses ressources forestières, ses zones humides et son littoral, est institutionnellement reconnue par différents niveaux d’aires protégées. Le potentiel actuel recensé et classé est constitué de : deux parcs nationaux et 9 sites Ramsar

Par ailleurs, des aires naturelles ont été recensées et proposées à la classification par le MATE, il s’agit des projets :

- du parc naturel régional de Guerbès, de la réserve naturelle de Béni-Saleh, du parc Marin d’El-Kala ; de l’extension du parc national de Taza, de la partie marine du parc national de Taza.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

NATURE DE

ATOUTS ET POTENTIALITES

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

l’ECOSYSTEME

LITTORAL

640 Km de côte ; Importantes installations portuaires de commerce et de pêche: Skikda, Annaba, Jijel, El- Kala… ; Sites touristiques et paysagers.

Altération de la qualité des eaux et des sédiments marins ; Recul de la biodiversité ; Dégradation du corail ; Erosion des plages ; Occupation anarchique et non sélective du rivage ; Mauvaise exploitation des ressources halieutiques, Ensablement des ports

Réalisation de STEP pour le traitement des eaux usées ; Réglementation de la pêche et de l’exploitation du corail ; Mise en œuvre des moyens nécessaires pour une application rigoureuse de la loi sur le littoral

MONTAGNE

Couvert forestier appréciable Précipitations abondantes Implantation humaine importante

Relief très marqué, enclavement Sous-équipement Forte pression sur les ressources naturelles Erosion Dégradation du potentiel de production (forets de chêne liège et terres agricoles, olivier)

Amélioration des conditions socioéconomiques par la mise en œuvre de programmes de développement locaux intégrés fondés sur la mise en valeur des potentialités et atouts de ces espaces ; création et diversification de l’emploi : Agriculture de montagne, petites unités de transformation, petites entreprises de soutien aux activités productrices, écotourisme

ZONES PROTEGEES

Parcs nationaux : El Kala et Taza Richesse et préservation du patrimoine : faune, flore, et fonds marins Zones humides d’El Tarf

Passage de l’Autoroute Est-Ouest en cours de réalisation (20 Km)

Multiplication des parcs et zones spécifiques à protéger (classement national et international) Etudes d’impact de l’Autoroute et mesures d’atténuation des effets du tracé.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.5. LE SYSTEME PATRIMONIAL

Le patrimoine culturel de l’EPT - Nord-est est riche et diversifié, allant des vestiges de la préhistoire aux monuments les plus récents des temps modernes. Il constitue, en association avec la composante paysagère (des sites pittoresques parfois encore à l’état « sauvage ») un atout pour le développement du tourisme et par conséquent des activités touristiques.

Mal connu, peu exploité et en déperdition, ce patrimoine doit être protégé et sauvegardé non seulement parce qu’il représente un intérêt sur le plan économique mais surtout parce qu’il représente l’histoire et la mémoire de la région.

ATOUTS ET POTENTIALITES

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

Sites archéologiques, vestiges et monuments :

Dégradation des sites, des vestiges archéologiques et monuments historiques ; Pillage des sites archéologiques Dégradation du patrimoine architectural ; Déperdition des fonds documentaires anciens, Régression et menace de disparition à terme du patrimoine immatériel local (folklore ; fêtes religieuses…) Régression des activités artisanales et du savoir faire propre à la région (tapis à points noués de Annaba, Guelma et Skikda, dentelle de Skikda, dinanderie de Constantine.

Recensement du patrimoine à classer et à sauvegarder, Rassemblement, reconstitution restauration, et archivage des fonds documentaires de la région pour sauvegarder son histoire, Formation d’une main d’œuvre spécialisée dans les métiers relatifs à la restauration des monuments, la sauvegarde des sites archéologies et la protection de la nature… Lancement d’ateliers et chantiers de restauration, et appel au soutien des organisations internationales compétentes en la matière ; Promotion des boucles et circuits touristiques, etc. Diffusion et vulgarisation des connaissances sur la région à travers des ouvrages et brochures destinés à un large public national et aux organes étrangers spécialisés dans le tourisme ;

Traces de civilisation aurignacienne néolithique (préhistoire) Monuments mégalithiques :

Monuments antiques :

Monuments Arabes Patrimoine culturel riche et diversifié Composante paysagère et sites pittoresques

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

2.

DYNAMISME DEMOGRAPHIQUE ET MODE DE PEUPLEMENT

Considérée comme le troisième ensemble le plus peuplé du pays, après ceux du Nord-

centre et du Nord-ouest, l’EPT - Nord-Est abrite une population totale évaluée au RGPH

2008 (résultats préliminaires) à 5 174 719 habitants,

population totale du pays pour une superficie qui ne représente que 1,03% du territoire national.

ce qui correspond à 15,26% de la

Wilaya

Population 2008

Nombre

%

Constantine

938

475

18,14

Skikda

899

816

17,39

Mila

766

354

14,81

Jijel

632

621

12,23

Annaba

609

499

11,78

Guelma

481

376

9,30

Souk-Ahras

438

127

8,47

EL-Tarf

408

451

7,89

NORD-EST

5 174 719

100

SOURCE DPAT Wilayas (Base: RGPH 2008)

Une répartition déséquilibrée de la population, où :

- Trois wilayas : Constantine (18,14%), Skikda (17,391%) et Mila (14,81%) abritent à elles seules 50,34 % de la population totale de la région ;

- Deux wilayas : Annaba (11,78%) Jijel (12,23%) abritent 24,01%

- Trois wilayas : El Tarf (7,89%), Souk Ahras (8,47%) et Guelma (8,47%) n’abritent quant à elles que 24,43%.

La population de l’EPT - Nord-Est a connu une évolution remarquable ces dernières décennies, elle est passée de 1 949 911 personnes en 1966, à 4 552 617 en 1998, puis à 5 174 719 en 2008, soit prés du triple (2,65 fois plus) sur une période de 42 ans. Cependant, le taux moyen annuel de la croissance démographique accuse une régression constante et évolue en deçà de la moyenne nationale :

- 1987 /1998 : 1,98%, contre 2,15% pour la moyenne nationale.

- 1998/2008 : 1,20%, contre 1,72% pour la moyenne nationale.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

   

Population (RGPH)

Croît Moyen Annuel (%)

1987

1998

2008

1987-98

1998-2008

NORD-EST

3 651 319

4 552 621

5 174 719

1,98

1,20

NATIONAL

 

29 100 867

34 229 692

2,15

1,72

A l’intérieur de l’EPT - Nord-Est, cet accroissement varie selon les wilayas et selon la décennie considérée.

Taux annuel moyen d’accroissent démographique par wilaya :

Wilayas

1987-1998 (%)

Wilayas

1998-2008 (%)

Mila

2,73

Souk-Ahras

1,8

El-Tarf

2,44

El-Tarf

1,5

Skikda

2,30

Constantine

1,36

Souk-Ahras

2,13

Skikda

1,26

Annaba

1,98

Annaba

0,9

Constantine

1,96

Mila

1, 17

Guelma

1,93

Guelma

1,2

Jijel

1,90

Jijel

1,40

EPT - Nord-Est

1,98

Zone Nord - Est

1,20

Territoire national

2,15

Territoire national

1,72

Dans la période intercensitaire 1987–1998 :

- Trois wilayas ont connu une très forte croissance démographique (supérieure à la moyenne nationale), il s’agit de deux wilayas issues la nouvelle réorganisation administrative de 1984 : Mila (2,73%) et El-Tarf (2,44%), et de la wilaya de Skikda. Pour les deux premières, ce croît est bien plus le résultat de leur nouveau statut administratif que de leur croît naturel.

- Une wilaya : Souk-Ahras, a connu un croît (2,13%), qui est très proche du croît moyen national ;

- Quatre wilayas : Annaba, Constantine, Guelma et Jijel, ont évolué selon un taux moyen annuel égal ou très proche de la moyenne régionale, mais toujours inférieur à la moyenne nationale.

Dans la période 1998-2008, le taux annuel moyen d’accroissement a subi globalement une baisse sensible au niveau de toutes les wilayas et principalement celles créées en 1984. A l’exception de la wilaya de Souk-Ahras où ce taux est légèrement supérieur au taux observé au niveau national, partout ailleurs il est toujours inférieur à ce dernier. Selon l’importance du taux de croissance moyen annuel, on distingue pour cette décennie trois types de wilayas :

- Les wilayas de Souk Ahras et El Tarf, qui avoisinent le taux moyen national ; moyen ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- La wilaya de Annaba, qui prsente un taux largement inférieur au taux moyen de la région,

- Les autres wilayas dont le taux avoisine le taux moyen de la région.

Une densité de peuplement relativement forte, Les résultats préliminaires du RGPH 2008 permettent d’évaluer la densité de peuplement de l’EPT - Nord-Est à 213 habitants au Km². Comparée aux autres régions du pays, cette densité est relativement élevée, elle se situe au deuxième rang après celle de l’EPT - Nord- Centre. De même, en constante augmentation, elle est passée entre 1966 et 2008 de 80,7 à 213 habitants /Km², soit 2,63 fois plus.

Selon leur densité de peuplement les wilayas de la région sont classées en trois catégories :

- Les wilayas à forte concentration et à augmentation constante: Annaba et

Km 2 ;

Constantine

- Les wilayas à concentration moyenne : Jijel, Skikda et Mila avec respectivement

avec

respectivement

437

et

408

habitants

au

267,

217

et

219

habitants

au

Km 2 ;

-

Les wilayas à faible concentration: El-Tarf, Guelma et

Souk-Ahras

avec

respectivement 140, 131 et 100 habitants au Km 2 .

Une tendance à l’agglomération de plus en plus forte :

Le taux d’urbanisation est passé entre les deux RGPH de 1966 et de 1998 de 33,3% à 64,15% (65,58 % au niveau national). Cette tendance reste toujours valable en 2008 comme l’indiquent si bien les chiffres des DPAT.

L’interprétation des données du RGPH de 1998, car plus complètes, montre qu’hormis la wilaya de Mila, où la ruralité était encore dominante (50,60%), toutes les autres wilayas sont à majorité urbaine.

- Constantine, en tant que Grande Ville nationale et son niveau d’équipement le plus développé de l’EPT - Nord-Est, est de loin la wilaya la plus urbanisée (85,08%) ;

- Guelma, qui est à priori une wilaya agricole est peu industrialisée, est fortement urbanisée. Avec 74% de population urbaine, elle se classe tout juste après Constantine ;

- Annaba avec un taux d’urbanisation de 66,63% s’inscrit dans la moyenne régionale (64,15%). En effet, bien qu’abritant une grande ville bien équipée et développée sur le plan économique, la wilaya d’Annaba reste rurale et sous équipée dans son arrière pays ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Mila, wilaya montagneuse, sous équipée, faiblement développée sur le plan économique et en retrait des grandes infrastructures de liaison (autoroute, rail, port et aéroport), demeure à caractère rural malgré une tendance forte à l’urbanisation depuis son passage au statut de wilaya en 1984 ;

- El-Tarf, bien que son taux d’urbanisation (52,50%) est inférieur à celui de la l’EPT - Nord-Est, il serait souhaitable de le maintenir dans ses proportions actuelles, voire même le réduire au vu du caractère écologique de la wilaya.

- Jijel, malgré son littoral et son nouveau port de Djendjen, n’arrive toujours pas attirer les investisseurs et développer son économie principalement industrielle et touristique, ce qui serait une alternative pour atténuer la pression qui s’exerce actuellement sur ses espaces montagnes surpeuplés, fragiles et qui présentent un intérêt certain pour l’environnement et la biodiversité.

- Skikda et Souk-Ahras, deux wilayas, l’une montagneuse et portuaire et l’autre montagneuse et frontalière, ont un taux d’urbanisation qui s’inscrit dans la moyenne régionale.

Les centres ruraux agglomérés de la zone rurale ont connu une forte attractivité, principalement au cours des années soixante et à la suite de l'émergence des villages agricoles. Actuellement, la tendance a été légèrement renversée surtout au niveau des deux aires métropolitaines de Constantine et d’Annaba où le rythme d'accroissement des populations rurales agglomérées est quasi – stationnaire. Par contre, la tendance est encore forte dans certaines wilayas de la région, à l’image de Mila, qui se distingue par une croissance importante et continue des petits centres ruraux agglomérés

Un solde migratoire légèrement positif et plus marqué par les mouvements de population internes à la région, plutôt qu’externe. La wilaya la plus attractive est sans conteste celle d’El Tarf, et dans une moindre mesure les wilayas de : Annaba, Mila et Constantine. Les quatre autres wilayas sont plus ou moins répulsives avec un solde négatif notable pour la wilaya de Jijel.

Un niveau de fécondité à peu près égal au niveau national, puisque les femmes âgées de 15 à 50 ans auront eu chacune en moyenne 2,53 enfants (contre 2,56 au niveau national). Cependant :

- les wilayas de cet espace connaissent des variations importantes en ce qui concerne l’indicateur synthétique de fécondité, il est à son maximum à Jijel avec 3,1 enfants/femme et à son minimum à Annaba (2,0 environ), la variation intra-régionale du niveau de fécondité étant de 1,5 fois ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Pour les moins de 30 ans la fécondité est globalement plus faible dans la région Nord-est qu’au niveau national, cependant, elle devient plus forte au- delà de cet âge.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ATOUTS ET POTENTIALITES

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

Une tendance à l’agglomération de plus en plus forte Un solde migratoire légèrement positif et des migrations internes à la région, plutôt qu’externes. Attractivité des wilayas : d’El Tarf, Constantine et Souk Ahras

Faible taux d’accroissement moyen annuel principalement au niveau des wilayas de Jijel, Guelma et Mila ; Une répartition déséquilibrée de la population, où les wilayas les moins peuplées sont : El Tarf, Souk Ahras et Guelma (wilayas agricoles) Une densité de peuplement relativement forte, avec concentration élevée pour les deux wilayas industrialisées : Constantine et Annaba Répulsion des wilayas de : Jijel, Mila et Guelma

Rééquilibrage de l’occupation territoriale et du dynamisme démographique par des actions de rattrapage de développement social et économique des wilayas les moins loties, à savoir les wilayas à caractère agricole et les wilayas à caractère montagneux très marqué.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

3.

STRUCTURATION DE LA REGION

La région Nord-est est organisée en : 08 wilayas, 76 chefs-lieux de Daïra et 206 chefs-lieux de Communes, comprenant 583 agglomérations (RGPH de 1998) de taille et rang urbain très disparates. C’est aussi la seule région au niveau du territoire national à abriter deux

métropoles : Constantine (418 672 habitants) et Annaba(257 359 habitants) , elles sont les mieux

équipés de l’EPT - Nord-est. Par rapport au recensement de 1998, il n’y a pas eu d’agglomérations nouvelles ayant accédé à ce rang. La hiérarchie des agglomérations de région, établie selon leur taille de la population en 2008 (RGPH), met en relief les traits suivants :

- Une armature urbaine peu structurée, organisée autour:

o

Des deux métropoles (Constantine et Annaba) ;

o

D’un réseau de grandes villes (100 000 habitants et plus) constitué de chefs lieux de wilaya, à l’exception de d’El-Tarf et de Mila ;

o

D’un réseau de villes moyennes (50 000 à 100 000 habitants) composé de cinq villes : El Khroub (89 251 hab.), Sidi Amar (83.254 hab.), Mila (63 177 hab.), Taher (59 428 hab.),

o

Chelghoum Laid (55 343 hab)

- L’existence de 26 petites villes de 20 000 à 50 000 habitants, qui constituent le moteur du développement local, notamment au niveau des wilayas les moins développées.

- L’existence de 40 grandes agglomérations de 10 000 à 20 000 habitants, qui en général des chefs lieux de Dairas, occupent un rôle important dans l’encadrement du monde rural. Elles sont relayées par une multitude de petites agglomérations correspondant aux chefs lieux de communes et agglomérations secondaires.

- Un développement des agglomérations situées à la périphérie des chefs lieux de wilaya et des agglomérations situées sur les axes majeurs de circulation ;

- Une urbanisation anarchique, où les grandes villes, ou chefs lieux de wilaya, sont confrontées à de gros problèmes de maitrise de la croissance urbaine et de foncier, et où l’arrière pays ne dispose pas de relais efficaces pour diffuser le développement à leur espace de rayonnement.

- Un niveau d’équipement appréciable, mais avec une forte polarisation au niveau des deux métropoles :

- Un réseau routier dense et bien maillé ;

- Un réseau ferroviaire appréciable, bien développé, mais à renforcer et à rénover ;

- Trois grands ports commerciaux : Annaba, Skikda et Jijel,

- Deux aéroports de classe internationale et un de classe nationale

- Une assise industrielle très appréciable, avec émergence de trois grands pôles industriels : Annaba pour la métallurgie et l’industrie chimique,

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Constantine pour l’industrie mécanique et Skikda pour l’industrie pétrochimique

- Importants équipements du tertiaire supérieur (universités, hôpitaux, organismes financiers,… ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ATOUTS ET POTENTIALITES

CONTRAINTES ET MENACES

AXES D’INTERVENTION

Existence de deux métropoles (Constantine et Annaba) dotées d’importants équipements du tertiaire supérieur (universités, hôpitaux, organismes financiers,… ; Un réseau routier dense et bien maillé ; Un réseau ferroviaire appréciable, bien développé, mais à renforcer et à rénover ; Trois grands ports commerciaux :

Armature urbaine peu structurée Faiblesse du maillon relatif aux grande villes et leur absence au niveau de deux wilayas : Mila et El Tarf ; Faiblesse pour ne pas dire absence des maillons relatifs aux villes moyennes et petites villes (pôles relais de développement entre les grandes villes et les espaces ruraux) Dysfonctionnent du système, avec apparition de quatre sous-systèmes urbains déséquilibrés organisés autour de Annaba, Constantine, Skikda et Jijel. Absence de maîtrise de la croissance urbaine des grandes villes Sous équipement des petites villes et agglomérations rurales

Rééquilibrage de l’armature urbaine par des actions de rattrapage de développement socioéconomique des wilayas à caractère agricole ; Mise en œuvre d’une réglementation stricte pour le développement urbain de la partie Nord (Annaba) pour juguler sa congestion; Ralentissement du développement urbain des villes situées dans et /ou au voisinage des périmètres agricoles : région de Annaba -El Hadjar, le Nord de la wilaya d’El Tarf, Guelma ; Encouragement et développement des centres urbains organisateurs des espaces ruraux ; Promotion des centres relais support du développement des zones enclavées de la région ; Promotion du monde rural, des zones de montagne et de la bande frontalière.

Annaba, Skikda et Jijel, Deux aéroports de classe internationale et un de classe nationale Une assise industrielle très appréciable, avec émergence de trois grands pôles industriels :

Annaba pour la métallurgie et l’industrie chimique, Constantine pour l’industrie mécanique et Skikda pour l’industrie pétrochimique

   

4.

LES ENJEUX DE L’EPT - NORD-EST

Même si elle possède ses propres spécificités en termes d’enjeux et de défis, l’EPT - Nord-est s’inscrit globalement dans les enjeux majeurs identifiés par le SNAT 2025-30. Ces enjeux sont eux même sous tendus par les implications de la mondialisation et ses effets sur les territoires notamment en terme de durabilité, de compétitivité, d’intégration et d’attractivité.

Les enjeux majeurs de l’EPT - Nord-Est se déclinent eux-mêmes en enjeux thématiques ou sectoriels qui permettent d’affiner le niveau de proposition et d’opérationnalité du schéma de l’EPT- Nord-Est.

Les six enjeux majeurs du SNAT 2025 :

1-

L'épuisement des ressources naturelles et principalement de l'eau ;

2-

Le décrochage démo-économique ;

3-

La crise du rural : le risque d’un territoire délaissé ;

4-

La crise urbaine ;

5-

La rupture du lien territorial et la non gouvernance territoriale ;

6-

La divergence par rapport au monde et le décrochage par rapport aux pays développés.

4.1. LES ENJEUX LIES A LA DURABILITE DU DEVELOPPEMENT

La durabilité du développement est entendue dans son sens paradigmatique pour tout ce qui relève de la gestion durable des ressources naturelles. Elle est entendue aussi dans son sens sociétal c'est-à-dire « une société organisée et agissant sur elle-même par ses propres moyens » en vue de rechercher une cohésion sociale fondée sur l’équité et la solidarité territoriale.

4.1.1. L’ENJEU DE LA RESSOURCE EN EAU

Si la question de la ressource en eau ne se pose pas à l’EPT - Nord-est avec la même acuité que pour les autres EPT du pays (sauf dans le cas d’une hypothèse d’une longue période sèche) ; l’enjeu pour l’EPT - Nord-est sera de prévoir les arbitrages nécessaires quant aux niveaux de transferts vers les EPT limitrophes (les HP EST notamment), la gestion et le coût de l’eau en fonction des choix stratégiques pour l’alimentation des populations et les besoins pour les activités industrielles et agricoles.

4.1.2. COMMENT ALLEGER LA PRESSION SUR LE LITTORAL ?

Le littoral Est, comparativement au littoral Centre et Ouest du pays, est relativement mieux conservé. Toutefois, avec l’accroissement urbain et l’essor économique qu’ont connu les principales villes et ports de la côte Est, la situation est devenue de plus en plus inquiétante.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural

BRL ingénierie

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Face à cette problématique, les défis de l’EPT - Nord-est sont vitaux ; il s’agira d’inscrire les stratégies de développement économique et industriel de la zone dans une démarche de durabilité qui devra garantir l’équilibre des espaces littoraux. Comment réussir le redéploiement vers l’intérieur du tell et les hauts plateaux quand la zone est entraîné par son arrimage à l’économie mondiale vers une littoralisation de plus en plus importante ?

4.1.3. QUEL DEVELOPPEMENT POUR LE MONDE RURAL ET NOTAMMENT LA MONTAGNE (CRISE DU RURAL) ?

l’EPT - Nord-est est à 75% montagneuse soit plus 1 782 935 ha, Jijel, Constantine, Guelma, et

27

Skikda, ont plus de 80 % de leurs territoires situés en zone de montagnes. Les zones de montagne sont à l’origine de mouvement important de migration intrarégionale. L’enjeu pour la zone est de promouvoir un développement rural fondé sur une économie de

25

montagne viable autour de l’agriculture de montagne, des ressources naturelles et des savoir-faire locaux.

4.1.4. COMMENT PROTEGER LES PATRIMOINES NATURELS ET CULTURELS ?

La grande richesse, en biodiversité de l’EPT - Nord-est notamment par ses ressources forestières et ses zones humides, est internationalement reconnue au niveau de ses aires protégées. Le défi pour la zone sera de promouvoir une stratégie de développement économique adapté à la spécificité de ces espaces fragiles uniques dans le pourtour méditerranéen.

4.2. LES ENJEUX LIES A LA COMPETITIVITE DES TERRITOIRES

Une compétitivité au niveau d’une région ou d’une nation ne sera efficiente que si elle intègre les impératifs de durabilité et de cohésion sociale ce qui permet d’établir une articulation vertueuse avec la durabilité. Pas de compétitivité sans durabilité.

4.2.1. COMPETITIVITE POUR L’EPT - NORD-EST?

L’EPT - Nord-Est possède des atouts indéniables permettant de renforcer sa compétitivité. Pour cela, la reconfiguration de l’armature urbaine, la qualification des métropoles de la région, la requalification des tissus urbains, la mise à niveau des infrastructures ainsi que la mise en réseau des acteurs des pôles (entreprises, universités, centre de formation, collectivités locales etc.) sont autant d’enjeux qu’il faudra concrétiser si l’on veut aboutir à terme à la construction d’une économie compétitive.

A. LA CONCRETISATION DE LENJEU COMPETITIVITE/DURABILITE

En mettant en œuvre une politique de développement endogène imaginative fondée sur la valorisation des ressources naturelles locales, la promotion des savoirs faire locaux et la densification des tissus PME/PMI. La concrétisation de cet enjeu permettra d’arriver à un équilibre durable du peuplement et des activités sur toute l’étendue des différents « territoires » de l’EPT - Nord-Est.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

B. L’ENJEU LIE A LA COMPETITIVITE DES GRANDES VILLES DE L’EPT - NORD-EST

L’EPT - Nord-Est est caractérisé par un déséquilibre dans le maillage de son réseau urbain, où les villes moyennes et petites villes sont faiblement représentées. C’est la seule région du pays où l’armature urbaine est structurée autour des deux grandes villes Constantine et Annaba, qui forment avec Skikda, les trois grands pôles industriels, assises du développement de la région.

4.2.2. LE PROCESSUS DE METROPOLISATION :

Deux options se présentent :

1. Le renforcement du bicéphalisme métropolitain ;

2. Les Grandes Villes « moteurs » de croissance de l’EPT-Nord-Est

4.3. LES ENJEUX LIES A L’INTEGRATION TERRITORIALE

Une intégration territoriale au triple niveau :

- Le niveau infrarégional ;

- Le niveau interrégional ;

- Le niveau international.

4.3.1. LES ENJEUX LIES A L’OUVERTURE DES TERRITOIRES A L’INTERNATIONAL

On ne peut concevoir aujourd’hui des stratégies d’aménagement et de développement durable du territoire sans tenir compte de la mondialisation de l’économie et de la globalisation des facteurs de production.

Pour l’Algérie de manière générale et pour l’EPT-Nord-Est de manière particulière quatre enjeux relatifs aux espaces régionaux et à l’ouverture internationale sont identifiés.

o

l’enjeu euro-méditerranéen,

o

l’enjeu relatif à la réactivation de l’union du Maghreb arabe

o

l’enjeu relatif à l’intégration économique arabe,

o

l’enjeu relatif à l’intégration de l’Algérie dans le continent africain

4.4. ELABORATION DES SCENARIOS DAMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE

L’EPT-NORD-EST.

La démarche prospective, fondée sur l’étude diagnostic, les points forts de la zone en matière d’aménagement du territoire, mais aussi les points faibles, permettra de faire ressortir les idées forces à retenir dans une perspective d’aménagement du territoire de l’EPT-Nord-Est . Ainsi, à l’horizon 2025, plusieurs futurs possibles peuvent s’offrir au devenir de la région Nord Est.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

La « vision » des ces futurs possibles est représentée par l’élaboration de quatre scénarios réalisables compte tenu des tendances lourdes observées, des futuribles entrevus ainsi que des ruptures ou inflexions qui pourront apparaître à l’horizon 2025.

- Trois hypothèses ont permis l’élaboration des quatre scénarios :

1. H1 : niveau haussier durable des prix des hydrocarbures et un secteur public productif fort, l’Etat imprime une démarche volontariste.

2. H2 : récession des prix des hydrocarbures, l’Etat sera dans l’obligation de mettre en œuvre une stratégie urgente de partenariat public/privé (PPP). Le secteur privé aura la responsabilité de contribuer de manière puissante au développement de l’économie régionale.

3. H3 : les zones littorales du pays de façon générale et l’EPT-Nord-est plus particulièrement devraient contribuer à la prise en charge du redéploiement vers les hauts plateaux, dans une optique de rééquilibrage territorial conforme aux orientations du SNAT.

4.4.1. LES SCENARIOS DE L’EPT-NORD-EST.

1.

Scénario A : Rééquilibrage territorial et peuplement ;

2.

Scénario B : le territoire compétitif ;

3.

Scénario C : Poursuite des tendances passées et exacerbations des déséquilibres ;

4.

Scénario D : Souhaitable équilibre du territoire et compétitivité.

Les scénarios sont certes réalistes, mais aucun d’eux à lui seul ne sera l’image de L’EPT Nord- Est à l’horizon 2025. Aussi, au moment du choix, une démarche « éclectique » (de l’éclectisme, c’et à dire « emprunter aux divers systèmes les thèses les meilleures quand elles sont conciliables » devra permettre de choisir dans chacun des scénarios ce qu’il y a de positif ; avec cet assemblage de facteurs favorables, positifs on construits, à travers une combinatoire de scénarios, un scénario souhaité.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5. LES PROGRAMMES D’ACTION TERRITORIALE

POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTI DAMENAGEMENT DE LESPACE DE PROGRAMMATION TERRITORIALE NORD-EST

5.1. PAT 1 : LA DURABILITE DE LA RESSOURCE EN EAU

La lutte anti-érosion, par des techniques adaptées à chaque type de milieu, et l’utilisation rationnelle des nappes (pour éviter l’intrusion de l’eau de mer et la salinisation des terres côtières) s’imposent comme impératif dans la préservation et la pérennisation des ressources en sol et en eau.

Projet

Objectifs

Actions

Localisation

Organismes

concernés

Connaissances des ressources en eau souterraines

Identification, localisation et évaluation du potentiel en eau mobilisable ;

Etudes

Toutes les wilayas non dotées d’étude Hydrogéologiques récentes

MRE

hydrogéologiques ;

ANRH

   

Travaux de

   

Planification de l’exploitation des aquifères et suivi de l’évolution du niveau piézométrique ;

modélisation des

DHW

nappes ;

Installation de

 

piézomètres ;

Planification de l’usage de la ressource en eau (AEP, Irrigation et industrie) en fonction de la disponibilité et des priorités

Mise en place d’une banque de données régionale ;

Mise place d’une structure régionale, sous tutelle du MRE, dont les missions, à définir, consisteraient à veiller sur la durabilité de la ressource en eau et constituer une banque de données harmonisées et fiables

Lutte anti pollution

Préservation de la qualité de l’eau

Identification des nappes et oueds polluées et ou menacés de pollution, ainsi que des sources de pollution ;

Ensembles des nappes et principalement les nappes :

MRE

côtières de Jijel ; de Oued Djen Djen ; de Oued Endja (W. Mila) ; de Oued Saf Saf (W. Skikda), de Azzaba (W. Skikda) ; de Guelma et Bouchegouf ; ainsi de Annaba et El Tarf.

ANRH

DHW

Réalisation

de

STEP

au

niveau

des

principales

 

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

   

agglomérations ;

 

Principaux oueds de la région : Rummel ; Kébir ; Djen Djen ; Endja ; Saf saf ; Seybous, Medjerda, Melleg…

 

Mesures périodes de

la qualité des eaux des nappes et des

principaux

cours

 

d’eau ;

Mise

en

place

de

Baies

de

Skikda

et

de

mesures coercitives contre les pollueurs

Annaba ;

ports

d’El

Kala,

Collo et Stora ; Plages

(35

 

plages

sont affectées par

les rejets)

 

Préservation des capacités de stockage des barrages en exploitation et projetés

Lutte contre l’érosion des sols et l’envasement des barrages

Traitement biologique des bassins versants

Bassins

versants

 

du

MRE

Rummel-Kébir

(protection

 

du

barrage

de

Beni

DHW

 

Harroun) ;

 
   

DGF

Curage des barrages à fort taux d’envasement

Hamman grouz (W. de Mila)

Zardazas (W. de Skikda) ;

Bounamoussa

(W.

d’El

Tarf) ;

Hammam Debbagh (W. de Guelma).

Utilisation rationnelle de l’eau

Economie de l’eau et lutte contre le gaspillage

Rénovation des systèmes d’adduction, de stockage et de distribution de l’eau ;

Grandes agglomérations et périmètres d’irrigation ;

MRE

DHW

MADR

Identification des forages illicites et mise en place de me mesures coercitives ;

DSA

OPI

Secteur agricole

 

Adaptation des systèmes de culture aux conditions climatiques locales ;

   

Développement des Techniques d’irrigation peu consommatrices d’eau

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.2. PAT 2. CONSERVATION DES SOLS ET LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION.

Projet

Objectifs

Actions

 

Localisation

 

Organismes

 

concernés

Conservation des sols et lutte contre l’érosion en zones de plaines

Sauvegarde et préservation des terres à forte valeur agricole et amélioration de leur potentiel productif

Préservation des terres à fort potentiel agricole des effets d’une croissance urbaine Non maîtrisée : Révision des instruments D’urbanisme et application stricte, par la Police de l’urbanisme, des orientations des PDAU ainsi révisés -Assainissement des sols par des

-

travaux de drainage ; -Lutte contre la salinité des sols côtiers par la mise en place d’un système de Surveillance des nappes côtières (suivi permanent de leur niveau piézométrique) et la prise de décisions opportunes et en temps voulu, si nécessaire, quant au niveau de restriction de leur exploitation

Plaines littorales : de Jijel, Skikda, Annaba et El Tarf ;

 

MADR

DSA

   

DGF

Sauvegarde des éco et agro Systèmes (plaines, vallées Montagnes)

DHW

Fixation des cordons dunaires par traitement biologique ou mécanique

-

Travaux de CES : construction de murettes, curage et calibrage d’oueds, -Assainissement des sols par des travaux de drainage ;

-

Vallées et terrasses

 

Alluviales

des

oueds

:

Rumel,

Kébir,

Djedjen,

Guebli,

 

Safsaf,

basse vallée de l’Oued

 

Seybouse.

 

Traitement biologique des bassins versants et des berges d’oueds, .Adaptation des systèmes de production aux Spécificités de la montagne (développement de l’arboriculture rustique et fourragère au détriment des cultures céréalières et de la jachère par exemple

Ensembles des zones

 

montagneuses avec une priorité

pour celles de Mila et

 

Souk Ahras

 

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.3. PAT 4. LES RISQUES MAJEURS

L’EPT-Nord-Est concerné par neufs des 14 risques majeurs pré-identifiés par l’ONU, dont dix (10) touchent l’Algérie :

- les séismes et risques géologiques ;

- les inondations ;

- les risques climatiques ;

- les feux de forêts ;

- les risques industriels et énergétiques ;

- les risques portant sur la santé humaine ;

- les risques portant sur la santé animale et végétale ;

- les pollutions atmosphériques, telluriques, marines ou hydriques ;

- les catastrophes dues à des regroupements humains importants.

Projet

Objectifs

 

Actions

 

Localisation

Organismes

 

concernés

Risque

Identification et évaluation des risques ;

Etude sur la sismicité de

Ensemble de la région et particulièrement la partie nord et les villes à fortes concentrations de population :

GRAAG

sismique

la région

en

vue

de

 

l’identification

 

MATE

Elaboration d’un plan d’intervention d’urgence ;

des

zones

les

plus

WILAYAS

sensibles

   

Mise en place d’une stratégie préventive de la gestion des risques

 

Axe Jijel-Skikda, Villes de :

PROTECTION

Mise

en

place

d’une

Constantine ; Annaba et Guelma ; Chefs lieux de wilayas.

réglementation

 

CIVILE

 

parasismique

Elaboration d’un plan ORSEC

 

Glissements

 

Etudes géotechniques devant déboucher sur

Villes

de :

Constantine,

MATE

de terrains

Mila et Souk-Ahras.

 

MHU ; CTC

Le

niveau

 

de

vulnérabilité

 

et

les

WILAYAS

mesures à

 

Prendre (actions de stabilisation des terrains

Concernés,

 

renforcement

de

la

structure des

 

habitations,

évacuation

des populations)

 

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Inondation

Amélioration et entretien régulier du réseau d’assainissement des eaux pluviales ;

Agglomération urbaine de Mila ;

DHW

DUCH

Quartiers populaires de la ville d’Annaba

APC

Curage, calibrage et entretien permanent des oueds traversant les agglomérations

Ville de Souk-Ahras…

 

Réglementation des zones constructibles

 
   

Ensemble

des

chefs

lieux

MATET

Risques

Etude portant sur :

de

wilayas

avec

une

industriels

l’identification des sites à risques, l’évaluation des risques, ainsi que les mesures à mesures à prendre :

priorité pour les villes de :

MIPPI

Annaba,

Skikda

et

Constantine

 

WILAYA

 

PROTECTION

Mesures d’urgence ;

CIVILES

Mesures préventives ;

Rayons

de

sécurité

(zone

tampon

sans

habitations) ;

Sites impérativement à délocalisés.

5.4. PAT 5. LE PATRIMOINE ET TOURISME

Lorsqu’on parle de développement durable, il est essentiel de considérer sans dissociation la conservation et la valorisation des ressources naturelles et patrimoniales du développement des activités touristiques et culturelles.

De par son cadre géographique et son patrimoine matériel et immatériel, l’EPT-Nord-Est se distingue par :

- sa composante paysagère associant entre sites pittoresques de montagne et sites balnéaires ;

- ses sites archéologiques et monuments historiques rappelant un passé faste et glorieux, qui a connu plusieurs civilisations dont les plus anciennes remontent au temps les plus lointains (de la préhistoire aux temps modernes) ;

- ses traditions et sa culture : folklore, musique andalouse, fêtes religieuses, art culinaire, artisanat, etc.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Projet

Objectifs

 

Actions

Localisation

Organismes

 

concernés

Patrimoine

Sauvegarde du

Recensement du patrimoine à classer et à sauvegarder,

Ensemble de la région et principalement :

MATET

historique et

patrimoine

archéologique

historique et

 

Constantine et ses environs, Guelma et ses environs ; Mila ; Skikda, Annaba, Souk Ahras

Ministère de la culture

archéologique

Rassemblement, reconstitution restauration,

et archivage

des

fonds

DGF

documentaires de la région

 

pour

sauvegarder

son

Wilaya

histoire,

Formation

d’une main

d’œuvre spécialisée dans les

métiers relatifs à

la

restauration monuments,

des

la sauvegarde des sites archéologies ; Lancement d’ateliers et chantiers de restauration, et appel au soutien des organisations internationales compétentes en la matière

Concrétisation des actions projetées le ministère de la culture consacrées à la réalisation de musées et la restauration du patrimoine

Sites paysagers

Préservation des sites paysagers et de la nature

Etude portant sur l’identification des sites à aménager et à classer comme zones protégées

Constantine (Djebel ouach, gorges du Khenecg situées à Tddis))

 

Guelma (Les grottes de Taya à Bouhamdène et Bouzioune à Bouhachana)

Jijel (Parc naturel de Taza,Bois des oasis, Forêt de Beni Said, Djebel Mezritane, forêt d’El Guerroudj, grottes merveilles, gouffre de Ghar El Baz , plages …)

Skikda (forêts de chêne liège de Collo, plages…)

Annaba

(forêt

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

     

d’Eddough, plages…)

El kala (Plages et zones humides classées)

Culture et artisanat

 

Soutien

des activités

 

culturelles par les services publics à travers :

Un fonds de soutient pour les activités culturelles artisanales ;

La mise à disposition de locaux et matériel spécifique à chaque activité;

La

multiplication

de

manifestations culturelles et

foires

régionales

et

nationales,

 

Thermalisme

   

Mila

Aménagement des sources thermales en stations dotées de toutes les commodités :

Guelma

hôtels, restaurants, prises en charge médicale…

Tourisme

Valorisation du

   

patrimoine

Promotion des boucles et

circuits

touristiques

Création d’emploi

intégrant l’ensemble des composantes patrimoniales,

Ouverture de la région

Diffusion et vulgarisation des connaissances sur la région à travers des ouvrages et brochures destinés à un large public national et aux organes étrangers spécialisés dans le tourisme ;

Développement

 

des

structures

d’accueil (hôtels,

restaurants,…);

 

Formation

de

guides

et

animateurs.

 

De par sa situation littorale, ses précipitations appréciables, ses températures clémentes, et sa diversité paysagère, la région programme Nord-est bénéficie de conditions favorables pour le développement d’activités économiques articulées autour de ses potentialités et ressources naturelles : pêche, agriculture et élevage, sylviculture.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.5. PAT 6 : FREINAGE DE LA LITTORALISATION ET L’EQUILIBRE DU LITTORAL DE L’EPT NORD-EST

A.

OBJECTIFS

-Maîtrise de la croissance de la frange littorale de l’EPT-Nord-Est en lui assurant un Développement plus qualitatif.

- Rééquilibrage du Tell par une articulation renforcée entre le littoral, les piémonts, la montagne et le rétablissement des équilibres au sein du Tell entre zones urbaines, rurales et espaces naturels.

B. STRATEGIE

Le littoral constitue un patrimoine commun naturel et culturel précieux. Sa gestion durable exige une stratégie globale qui doit se traduire par une gestion intégrée et concertée entre tous les acteurs à tous les niveaux, tout en prenant en considération la diversité des zones existantes. La protection et la gestion intégrée du littoral sont ainsi indissociables de l’exigence d’une gouvernance efficiente.

C. PLAN D’ACTION :

- Le freinage de la littoralisation et l’encadrement de l’urbanisme :

- Freinage de l’extension urbaine de l’agglomération d’Annaba

- Contrôle de l’extension urbaine sur les terres à haute valeur agricole

- Freinage et contrôle de la conurbation de la zone côtière

- Mise en concordance des instruments d’aménagement et d’urbanisme

- La promotion de la vocation touristique et de loisirs du littoral dans une Approche de développement durable des ressources côtières.

- La gestion intégrée des ressources en eau et assainissement :

- Arbitrer entre les différents usages de l’eau à l’horizon 2025 et réduire sensiblement les prélèvements sur les ressources en eau souterraines. - Assainir environ 684.000 m3/j d’eaux usées par an, à l'horizon 2025 et assurer des eaux de baignade de qualité. - Aménagement et dépollution de Oued Bounamoussa

- La gestion des déchets solides :

- Délocalisation des activités économiques polluantes ou dangereuses situées en milieu urbain et sur la frange littorale.

- La protection des sites sensibles naturels :

- Protection de la biodiversité marine et conservation des habitats remarquables.

- La gestion et la valorisation des patrimoines historique, culturel, archéologique

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Protection et valorisation de sites historiques et culturels de la région PACMAN dans une approche d’intégration au milieu naturel et socioéconomique.

5.6. PAT 10 : UN SYSTEME URBAIN HIERARCHISE ET ARTICULE:

A. OBJECTIFS

- Mise en place d’un système urbain polarisé, hiérarchisé et articulé capable de structurer un territoire équilibré et compétitif par :

- la maîtrise de la croissance des métropoles méditerranéennes de Constantine,

et d’Annaba, notamment à la faveur d’une urbanisation en profondeur et la constitution d’une ville Nouvelle pour desserrer la pression sur Constantine notamment.

- le freinage de la littoralisation et un développement du Tell dans sa profondeur par la constitution des Villes relais, de Guelma, de Souk Ahras et de Mila

- Articulation des relations urbain – rural équilibrées : La promotion de relations villes campagne denses et dynamiques par :

- la promotion d’une économie de montagne viable autour de l’agriculture de montagne, des ressources naturelles et des savoir-faire locaux.

B. Actions

- Viabilité des zones rurales en améliorant les conditions d’emploi, en revitalisant le tissu économique et en assurant un niveau de vie équitable pour les communautés rurales.

- Stabiliser les populations et maintenir le

monde rural

de

la zone actif

en

améliorant les conditions de vie et de travail des populations rurales.

5.7. PAT 11 : LE MAILLAGE INFRASTRUCTUREL DE TRANSORT

DE LOGISTIQUE ET DE COMMUNICATION DE L’EPT NORD- EST

A.

Objectifs

Un des objectifs du SNAT à travers la ligne directrice 3 est de créer la compétitivité et l’attractivité des territoires en affirmant leurs capacités à produire et à échanger selon les règles de l’économie libérale et à attirer les investissements, notamment étrangers (IDE). 4 objectifs :

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

priorité aux dessertes nationales et internationales et l’accessibilité aux grands réseaux de transport ;

amélioration de la qualité des services rendus à l’usager ;

la valorisation de l’EPT-Nord-Est comme plateforme aéroportuaire, maritime et touristique ;

achever le désenclavement routier de l’EPT-Nord-Est, liaisons interurbaines et intercommunales à l’intérieur de wilayas.

B. STRATEGIE :

Mise en œuvre des schémas directeurs sectoriels au niveau de l’EPT-Nord-Est

Ces chaînes logistiques sont traduites dans les schémas directeurs sectoriels cohérence avec le SNAT 2025. Il s’agit essentiellement du :

- Schéma directeur routier et autoroutier ;

élaborés en

- Schéma directeur des infrastructures ferroviaires ;

- Schéma directeur portuaire et aéroportuaire ;

- Schéma directeur des Technologies de l’Information et de la Communication

- Schéma directeur des plates-formes logistiques.

C. ACTION :

1/ Actions retenues au titre du réseau autoroutier :

- le renforcement de la liaison autoroutière Constantine-Mila-Jijel,

- la réalisation des pénétrantes Nord-Sud suivantes :

Port de Djen-Djen –Autoroute Est -Ouest

Constantine –Batna

Skikda-Autoroute Est- Ouest

Guelma –Autoroute Est-Ouest

Annaba –Tébessa

- La réalisation de l’autoroute côtière Tarf, Annaba, Skikda, Jijel permettra le développement du tourisme et la valorisation du littoral inscrite dans le schéma directeur touristique notamment et le Plan d’Aménagement Côtier Est.

1. Actions retenues au titre du réseau ferroviaire :

Les actions suivantes sont programmées en réalisations:

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

o

Annaba –Ramdane Djamel 96 km

o

Annaba –Tarf 80 km

o

Ramdane Djamel- El Ghourzi 120 km

La reprise des tronçons ferroviaires abandonnés :

Guelma-Bouchegouf- Souk Ahras

Modernisation du réseau Ramdane Djamel -Skikda

2. Actions retenues au titre du réseau portuaire

le développement de la capacité portuaire (accès nautiques, quais, hangars, équipements de manutention) en relation avec les perspectives de trafic ;

l’aménagement des abords immédiats et plus lointains des ports afin de limiter les conséquences du trafic sur la circulation. Ces questions sont à traiter en coordination avec les collectivités concernées. 3. Actions retenues au titre du réseau aéroportuaire :

Le renforcement de la piste de l’aéroport de Jijel

L’extension du parking de Annaba

4. Actions retenues au titre du réseau énergétique :

- Le Schéma directeur de l’électricité 2025 prévoit pour l’EPT-Nord-Est la construction de

nouvelles centrales de production d’électricité pour répondre aux besoins induits par la

demande

- Le schéma directeur de transport de gaz prévoit le recours en cas de besoin au réseau GK,

GK2, GK3, et au GALSI qui va en Italie ainsi que la réalisation du Bouclage de Constantine – JiJjel en diamètre 20 pouces.

5. Actions en matière de plateformes logistiques et de Technologie de l’information et de la Communication

Pour les plateformes logistiques : raccordement aux infrastructures, et au corridor autoroutier Est Ouest, par une insertion des transports collectifs dans une vision globale et une articulation des objectifs. Une plateforme logistique Annaba – Constantine est retenue.

Pour les TIC : faire une entrée dans la société de l’information et de la connaissance par le haut débit au niveau des entreprises, des collectivités locales, des établissements d’éducation et de formation supérieure et des citoyens de l’EPT- Nord-Est.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.8. PAT 12 : LE PROCESSUS DE METROPOLISATION DES GRANDES VILLES DE L’EPT NORD-EST

A. OBJECTIFS :

LE PROCESSUS DE MÉTROPOLISATION

L’EPT-Nord-Est dispose d’une METROPOLE reconnue CONSTANTINE, qui veut jouer un rôle dans la compétition maghrébine et internationale.

Cependant cette métropole reste en deçà du niveau des métropoles comparables pour de nombreux indicateurs.

Parallèlement, ce phénomène de métropolisation entraîne un risque d’inégalités et de divergences croissantes entre les territoires et la métropole.

L’objectif est de réaliser la métropolisation de l’EPT-Nord-Est dans le cadre des aires métropolitaines du SNAT

Les aires d’influence des grandes villes de l’EPT-Nord-Est renseignent sur la métropolisation dans cette espace. En effet, s’il est de tradition de considérer Constantine et Annaba comme métropoles certaines dans la région, Skikda est devenue une ville attractive notamment pour les constantinois, ce qui, si l’amplification du mouvement se poursuivait, Skikda gagnerait en influence dans la région, en concurrence avec Annaba, notamment par ses activités portuaires.

Les infrastructures en cours de réalisation, notamment l’autoroute Est Ouest, seront d’une primordiale importance dans le rôle joué par l’une ou l’autre de ces villes et donc dans la métropolisation au niveau de cette région.

B. Stratégie :

- Les tendances dégagent que la métropolisation se réalisera autour du triangle Constantine- Annaba –Skikda.

D’autre part, la ville de Constantine, tout comme la wilaya, vont se trouver confrontés à des limites d’extension et les relations avec celle de Guelma devraient s’intensifier et d’autant que cette dernière prendra en charge son propre développement. Avec les axes routiers en cours plus directs et plus rapides liant les deux villes, Guelma serait en quelque sorte un satellite de Constantine et un relais entre cette dernière et Annaba, et inversement. Et d’une certaine manière la métropolisation pourrait se jouer entre ces quatre villes, avec des rôles d’importances différentes, évidemment.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Les fonctions métropolitaines des trois grandes villes du Nord Est.

Les premiers contours

des fonctions métropolitaines de ces quatre villes font ressortir les

principales fonctions dans le projet :

Constantine

Annaba

Skikda

Petite et moyenne industrie

Industrie lourde

Pétrochimie

Services divers

Services

Services

Médecine et chirurgie

Centres médicaux spécialisés

Agro-alimentaire

Culture

Culture

Tourisme

(innovante/Constantine)

Affaires

Tourisme et Ecologie (El-Tarf)

Activités maritimes et portuaires

Activités maritimes et portuaires

- Positionnement de chaque aire d’influence

Constantine, la métropole du Nord-Est sera tournée à la fois vers l’Europe, mais aussi vers la Tunisie et la Libye, aux caractéristiques commerciales quelque peu différentes de celles du Maroc.

La métropole Constantine est peuplée de près de 508.000 habitants.

L’influence de Constantine s’exerce sur le territoire de la Wilaya, mais aussi sur tout ou une partie des territoires des Wilayas voisines (Mila, Skikda, Guelma, Oum El Bouaghi) soit un territoire de prés de 7 millions d’habitants.

En outre Constantine est sollicitée également (et à des niveaux différents) par les autres

Wilayas de l’Est Algérien (Sétif, Batna, Jijel, Biskra, Tébessa, etc

).

C’est en effet un territoire peuplé de 7 millions habitants qui se trouve directement ou indirectement influencé par Constantine, ce qui impose la définition et la mise en œuvre d’une planification des programmes de développement et d’aménagement.

-

Constantinoise :

La

Stratégie

d’action, les

quatre

espaces

homogènes

qui

composent

la

région

a/-

Constantine, El Khroub, Ain S’Mara, Hamma Bouziane et Didouche Mourad.

l’aire

métropolitaine

de

Constantine

:

est

composée

par

les

agglomérations

de

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Sa situation est au coeur de l’Est Algérien, au contact tell / hautes plaines. Carrefour de trafics nombreux, croisement des grands axes Nord-Sud et Ouest - Est. Cette situation est un atout incontestable pour jouer un rôle très important à l’échelle nationale, voir même à l’échelle maghrébine.

Pour prendre en charge une partie de la croissance urbaine de Constantine (site saturé et en attendant le report de cette croissance sur le nouveau site d’urbanisation Ain El Bey, il est recommandé de développer les pôles El Khroub, Ain Smara et Didouche Mourad.

Par contre pour le pôle de Hamma Bouziane et dans le but de préserver les terres agricoles, son développement est appelé à être ralenti et son expansion urbaine à maîtriser.

b/- Espace Mila - Constantine (sans la Métropole) : Un espace caractérisé au Nord par un ensemble montagneux; à relief accidenté difficilement accessible. Le reste est compris dans l’ensemble céréalier, des hautes plaines de l’Est, il forme ainsi la richesse de ce deuxième espace.

Afin d’atténuer l’enclavement des zones montagneuses, il est recommandé le renforcement du quadripôle « Mila, Ferdjioua, Chelghoum Laid et Oued Athmania. Par leur poids et leur fonction tertiaire, ces pôles augmenteront leur rayon d’influence. Il en est de même pour les sous pôles Grarem, Teleghma et Tadjenanet. Au Sud de la zone le développement de Ain Abid, par sa position excentrique à la métropolitaine, offre un intérêt certain pour l’équilibre de cet espace.

c/- Espace Jijel - Collo : Il est composé par deux ensembles :

1/- Le littoral riche sur le plan pêche, forêt et tourisme, comme il recèle de très excellentes aptitudes agricoles.

2/- La zone de montagnes (massif de Collo) : densément peuplé et fortement enclavé.

Les agglomérations à promouvoir sont les suivantes : Jijel, El Milia, Tahir, El Ancer, Collo, Tamalous, El Aouama, Texenna, Sidi Abdelaziz, Oued Adjoul, Ain Kechera, Zitouna, El Ouloudj et El Maad.

Le développement de cet espace est conditionné par : la valorisation des potentialités naturelles :

- Le développement des activités diverses le long de la corniche Jijeliène aux ressources halieutiques ;

- Des forêts aux possibilités récréatives et productives ;

- Les sites balnéaires actuellement inexploités.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

d/- Espace de Skikda : C’est un espace naturellement très riche (eau, forêts, terres agricoles, littoral). Cette richesse naturelle se trouve aujourd’hui menacée par le rôle assigné à Skikda, ce qui a engendré une forte concentration au niveau du Chef lieu de Wilaya des activités industrielles et autres, ceci a entraîné des consommations des terres agricoles et la prolifération des bidonvilles du fait de l’exode rural etc

Pour cet espace il est recommandé :

- Le renforcement du pôle industriel de Skikda par le pôle Azzaba

- Le ralentissement de la croissance des agglomérations se trouvant sur l’axe Skikda - Constantine (zone à haute potentialité agricole)

- En zone de montagne, les deux agglomérations : Oum Toub et Sidi Mezghiche sont à développer. e/- Espace de Annaba

De par son port, son potentiel économique (principalement industriel) et ses équipements du tertiaire supérieur, la ville d’Annaba rayonne, en plus de son arrière pays, sur le territoire comprenant les wilayas El Tarf, Guelma et Souk Ahras. Elle entretient aussi d’importants échanges avec la wilaya de Tébessa (Hauts Plateaux Est). Le relais entre Annaba et le reste de son aire d’influence est assuré par les trois villes chefs lieux de wilaya, et par huit petites agglomérations : El-Hadjar, El-Bouni, Berrahal, Serraidi, El Kala, Sedrata, M’daourouche et Oued Zenati, ainsi que par de nombreux centres urbains et ruraux.

En ce qui concerne le chef-lieu de wilaya d’El Tarf, excentré par rapport au reste l’EPT-Nord- Est, il rayonne sur un territoire aux spécificités écologiques reconnues mondialement. L’orientation principale consiste à préserver ces milieux naturels et à les valoriser d’une manière rationnelle sans porter préjudice à l’environnement. Se conférer au Pat 6 :

freinage de la littoralisation et rééquilibre du littoral

Les nouveaux atouts de la Métropole Constantine : L’importance des projets d'infrastructures et d'équipements lancés ou en cours de lancement

Un processus de mise à niveau est mis en œuvre entre 2005 et 2009 de manière efficiente à travers un lancement massif et concomitant d'une multitude d'opérations et de projets, qui permettront à court, moyen terme de rendre Constantine à son rang de Métropole régionale. On peut citer :

- Le secteur de l'enseignement supérieur et de l’l'habitat avec la réalisation de plus de 17 000 logements ;

- Le secteur des travaux publics : la réhabilitation du réseau routier et la réalisation de nouveaux équipements, trémies, Ceci sans omettre d'évoquer les projets liés à l'autoroute Est-ouest ;

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Le téléphérique : Projet permettant de relier la rue Tabache au CHU et la cité Emir El Abdelkader au parking du CHU de Constantine ;

- Le Tramway : Le lancement de ce projet comme alternative en mesure de désengorger radicalement le centre ville de Constantine et d'apporter les aménagements urbains et les équipements nécessaires à une ville moderne d'autre part ;

- La nouvelle ville universitaire: Un autre projet d'envergure qui consacrera dûment à Constantine son statut de ville et pôle universitaire, (Achèvement des travaux de la cité universitaire Ali Mendjeli, Réalisation du rectorat de l'université des sciences islamiques) ;

- Le nouveau viaduc transrhumel : Un projet futuriste qui modifiera radicalement le visage de la ville de Constantine et reliera les deux rives du Rhumel , du plateau Mansourah, au carrefour de la place de l'ONU prévoyant des dessertes de liaison avec plusieurs quartiers et cités de la ville.

- Les équipements culturels :

o

Aménagement du site du tombeau de Massinissa ;

o

Réhabilitation de la grande mosquée ;

o

Réhabilitation de l'institut de Ben Badis.

5.9. PAT 13: POLES D’ATTRACTIVITE ET ZONES INTEGREES DE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL DE L’EPT NORD-EST

A. Objectifs

Les objectifs du Programme d’Action Territoriale de L’EPT NORD-EST à l’horizon 2025/30 sont les suivants :

-

RENFORCER LES CAPACITES DU Nord-Est A SINSCRIRE DANS LES DYNAMIQUES DUNE ECONOMIE MONDIALE DEJA PRESENTE,

-

MAILLER LE TERRITOIRE PAR UN RESEAU DINSTITUONS DE RECHERCHE ET DE PARCS TECHNOLOGIQUES DEVANT ABOUTIR A TERME A LA MISE EN PLACE DUNE VERITABLE ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE.

-

la régénération et le développement des activités industrielles en déclin depuis les années 1980

-

création de richesses nouvelles à forte valeur ajoutée et la création d’emplois plus diversifiés,

-

1) Des Pôles d'Attractivité et des ZIDI :

Il s'agit de mettre en place les conditions de la relance industrielle et de la diversification économique en renforçant la compétitivité des territoires au sein des Pôles d'Attractivité regroupant plusieurs wilayas, où évolueront des Zones Intégrées de Développement Industriel et des Technopoles.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

2) Des Technopoles :

Il s'agit de mettre en place des technopôles lorsque la Zone abrite une ou plusieurs entreprises de grande envergure opérant dans une activité précise (agro alimentaire- Bejaia, électronique de masse -Sidi Bel Abbés) autour de laquelle existent et s'établissent des capacités de formation et de recherche de haut niveau et des relations entre ces structures et l’entreprise.

3) Des Districts, des Parcs Technologiques au sein des Villes Nouvelles :

Cela consiste à optimiser les territoires dotés d'équipements de connexions mondiales qui leur confèrent des atouts dans la maîtrise des technologies avancées qui leur permettent de s'amarrer à l'économie mondiale. C'est le rôle levier des parcs et des districts technologiques au sein notamment des Villes Nouvelles. Ces leviers technologiques, sont en nombre limité et sont dédiés au développement sur un même territoire de structures modernes et innovantes de spécialités technologiques.

B. STRATEGIE :

L’Algérie doit valoriser de manière plus qualitative des potentiels et des ressources l’inscrivant dans les dynamiques globales.

L’enjeu est ainsi d’insérer les capacités du tissu productif algérien dans des réseaux d’innovation s’appuyant sur des territoires attractifs et compétitifs

C. Actions :

- Choix et justification des pôles à créer

- Caractérisation et localisation des pôles d’attractivité et des ZIDI de l’EPT Nord- EST :

Le SNAT 2025 a retenu ANNABA-SKIKDA-CONSTANTINE comme pôle d’attractivité pour l’EPT Nord-Est.

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.10. PAT 14 : ORGANISATION DES RELATIONS DE LESPACE DE

PROGRAMMATION TERRITORIALE DU NORD-EST AVEC LES AUTRES ESPACES DE PROGRAMMATION

A. Objectifs

Le SNAT 2025 rappelle que « L'espace de programmation territoriale » est :

« un espace constant, un territoire d’influence et de polarisation autour des 04 grandes villes, villes relais du Tell, villes d’équilibre des Hauts Plateaux, villes de développement du Sud et une chaîne de croissance établissant complémentarités et échanges avec les autres espaces du territoire,

un espace levier : d’intégration au niveau spatial par l’entraînement territorial et la diffusion »

Le diagnostic établi à partir des résultats de la typologie des territoires, de l’étude et de la mise en cohérence des différents schémas sectoriels, ainsi que des tendances à long terme ont révélé que cette démarche fondée sur une logique de « trois grandes strates transversales » fortement cloisonnées entre elles par les montagnes de l’Atlas tellien et saharien : le Nord tellien, les Hauts Plateaux, le Sud, risque d’exacerber les déséquilibres constatés aboutissant ainsi à une marqueterie de territoires évoluant de manière dispersée.

Ainsi les objectifs de la nouvelle reconfiguration régionale sont :

Le décloisonnement et intégration des 03 grandes strates Nord – Sud : en cassant la logique Nord – Sud, Hauts Plateaux – Sud »

La diffusion en profondeur de la croissance à partir des systèmes métropolitains,

La métropolisation et l’irrigation des territoires complémentaires

la complémentarité fonctionnelle de territoires à ressources diversifiées

l’intégration maghrébine

l’intégration à l’espace euro-méditerranéen

B. Stratégie

Les espaces de programmation territoriale autour des trois axes suivants :

1. Un territoire d’influence et de polarisation autour des :

Grandes villes ouvertes à l’international Villes relais du Tell, Villes d’équilibre des Hauts Plateaux Villes de développement du Sud

2. Une logique de croissance à travers les complémentarités et les échanges avec les autres territoires

3. Un effet levier par l’intégration, l’entraînement et la diffusion du développement à tout le territoire

3. Actions :

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Les nouveaux espaces de croissances de l’EPT Nord-Est seraient organisés de la manière suivante : D’Ouest en Est, on peut structurer deux grands espaces de croissance qui tiendraient compte des facteurs énoncés supra notamment pour tout ce qui relève de l’extension des effets de polarisation des deux grandes villes (Constantine et Annaba) vers l’intérieur de l’EPT Nord-Est et les villes relais des Hauts Plateaux Est

1. Le système Constantinois :

La grande ville de Constantine avec Skikda et Jijel en appui, au nord, comme principales infrastructures portuaires et les villes relais du tell Mila, Oued Othmania, Chelgoum El Aid, Tadjnanet. Il s’agit généralement de centres urbains situés au centre de zones agricoles de haute productivité et dotées de fonctions administratives rayonnant sur des territoires assez vastes.

La relation avec les Hauts Plateaux Est se réalisera avec Batna au sud, Oum El Bouaghi et Khenchela à l’Est.

Cet espace de croissance est illustré de manière particulière par le système Beni Haroun qui irriguera sur son passage les wilayas de Constantine, Mila jusqu’à Batna et Khenchela au sud des hauts Plateaux Est.

Le système Annabi :

Annaba et son espace de polarisation sont l’un des territoires les mieux dotés et le plus diversifié du pays. Ils comprennent au Nord la riche plaine irriguée de la Bounamoussa qui se prolonge le long de la mer vers la wilaya d'El Tarf. El Tarf est la région la plus arrosée d'Algérie et comporte des zones humides classées dans RAMSAR. Elle comporte aussi de magnifiques massifs forestiers où domine le chêne liège. La région se continue immédiatement au Sud par les riches terroirs agricoles de la wilaya de Guelma et les plaines céréalières de Souk Ahras.

5.11. PAT 15 : LE DEVELOPPMENT LOCAL DANS L’EPT NORD-

EST

A. OBJECTIFS

- Nécessite de définir le niveau local

1.2. Les objectifs du Programme d’Action Territoriale à l’horizon 2025 de l’EPT Nord-Est :

Donner les moyens de se développer à l’ensemble des territoires de l’EPT Nord-est, notamment les zones de montagnes, les zones frontalières, le sud de la zone en relation et en synergie avec les pôles de croissance métropolitains et les villes relais.

à partir des futurs pôles d’attractivité et des et des zones de développement industriel intégré (ZIDI), inscrire l’ensemble des territoires de l’EPT Nord-est dans les

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

chaînes de croissance en s’appuyant sur les vocations locales qui restent très peu valorisées

B. STRATEGIE

le développement de l’économie locale en conjuguant facteurs exogènes et endogènes.

appuyer le développement local par les interventions de l’Etat et des collectivités locales ou la nécessaire implication des acteurs publics locaux

C. Actions

l’organisation du développement local ;

Ressources naturelles et développement local ;

La valorisation des ressources naturelles ;

L’industrialisation locale ;

La gouvernance territoriale ;

Nature des actions proposées.

5.12. PAT N°16 : OUVERTURE DES TERRITOIRES A

L’INTERNATIONAL ET INTEGRATION MAGHREBINE

A.

OBJECTIFS

Ce Programme d’Action Territoriale contribue à l’ouverture de l’Algérie à l’international. Il a pour objectif de faire émerger, conforter et développer les

territoires de l’ouverture (métropoles, pôles de croissance et de compétitivité, zones

frontalières

) dans l’ensemble de leurs dimensions. Ses objectifs sont :

- De renforcer les territoires clés de l’ouverture et considérer les impacts territoriaux à l'espace maghrébin, positifs comme négatifs, et les accompagner, amplifier, limiter ou compenser selon leur nature,

- De permettre aux territoires de tirer le meilleur profit de leur ouverture, notamment en en définissant les horizons et potentiels (échelle d’ouverture, secteurs

potentiellement concernés

B.STRATEGIE

),

Pour l’Algérie de manière générale et pour l’EPT Nord-Est, de manière particulière, deux enjeux relatifs aux espaces régionaux et à l’ouverture internationale sont identifiés.

o

l’enjeu euro méditerranéen,

o

l’enjeu relatif à la réactivation de l’union du Maghreb arabe