Vous êtes sur la page 1sur 4

Division infrastructure :

1. Introduction
L’assainissement est l’ensemble des techniques d’évacuation et de
traitement des eaux usées et des boues résiduaires.

Afin d’avoir le meilleur réseau d’assainissement, la division infrastructure se


charge de trois grands taches :

  Diagnostique de réseau principal.


  Surveillance des débits des collecteurs.
 L’analyse des rejets (Toxiques et industriels).

2. Diagramme de la division infrastructure et assainissement

Division Infrastructure
Assainissement

Secrétariat

Service Projet
Service Grands Travaux
PDAL

Bureau Bureau
Réhabilitation Réhabilitation
Bureau Suivi Bureau
et des ouvrages des travaux Travaux
Renforcement annexes et d’extension Neufs
des collecteurs spéciaux

A- Travaux de réhabilitation
La réhabilitation est un terme qui englobe toutes les actions destinées à
remettre en état ou améliorer les performances d’un réseau d’évaluation ou
d’assainissement existant, visitable ou non. Plusieurs techniques peuvent être mises
en œuvre dans le cadre d’une réhabilitation, on peut
Les regrouper en deux catégories principales distinctes :
 Travaux avec tranchée ouverte
 Travaux sans tranchée

Toute réhabilitation nécessite des travaux préparatoires :


 Vérification de l’ouvrage : une inspection télévisée ou visuelle, dans un premier
temps, fait d’objet qui est remis au maitre d’œuvre.
 Préparation d’état d’accueil : il faut s’affranchir de toutes les difficultés
rencontrées au niveau de la préparation de la canalisation, afin d’éliminer tout
dépôt de calcaire, de béton, de graisse et/ou branchement pénétrant et racines.

I. Inspection et nettoyage des canalisations :

1. Dégradation des canalisations


Les canalisations et les conduites des eaux claires ont une durée de vie limitée. En
effet, elles sont exposées à l'altération naturelle, à la corrosion et aux contraintes
mécaniques. Au fil des années d'exploitation apparaissent des dégradations
importantes. Il en résulte que les parois deviennent de plus en plus rugueuses par la
corrosion, ou sont même désagrégées.
- La dégradation des canalisations est du à :
 Dégradation interne due au transport de l’eau
 Dégradation externe due à l’environnement
 Tassement différentiel du sol
 La part de l’homme

2. Inspection des canalisations et les méthodes de désobstruction :

Les travaux préparatoires visent à préparer la conduite en vue de l'intervention.


Les obstructions comme les racines, les branchements pénétrants, agrégats du béton,
dépôts restants et les raccords sur la conduite relevés lors de la première inspection
devront être fraisées avec un robot ou par le découpage au jet d’eau, à l'aide d'une
caméra TV de surveillance. Ce fraisage permet également de rendre la surface de la
paroi de canalisation plus rugueuse ce qui apportera une meilleure adhérence du
produit
 L’inspection et le nettoyage des canalisations permettent d’examiner le
collecteur et donc de choisir une technique de réhabilitation.
II. Travaux avec tranchée ouverte

Ce type de travail est basés sur l’ouverture d’une


tranchée permettant le remplacement de l’ouvrage
défectueux .Toutefois, la durée de leur mise en place
est longue, le coût de ces travaux augmente avec la
profondeur de la canalisation, ils sont aussi bruyant
et affectent la circulation ainsi que l’économie des
commerçants exerçants dans le voisinage.
Figure 1: exemple du tubage

III. Travaux sans tranché

i. Technique non structurante :

1) GAINAGE (injection de résine)


Cette technique consiste à injecter de la résine à travers le matériau depuis
l’intérieur des ouvrages
La gaine est constituée d’un matériau absorbant (matrice fibreuse) imprégné de
résine qui assure le collage sur les parois de la canalisation. Le durcissement et la
polymérisation de la résine sont mises en œuvre par chauffage à l’eau, à la vapeur, à
l’aide de résistance électrique ou d’ultraviolets.
Le principe du chemisage est d’introduire des coques renforcées par des fibres de verre
dans la canalisation afin de permettre la réhabilitation des grands ouvrages.
Les coques sont préalablement crées selon la forme de la canalisation à réhabiliter. Ces
coques sont ensuite insérées dans les canalisations. Un coulis de ciment est injecté afin
de combler l’ouverture entre la coque et le collecteur à réhabiliter. Pour éviter toute
déformation des coques, l’injection de ciment est faite de manière gravitaire.

B- Travaux neufs :
Les travaux neufs peuvent être divisés en deux catégories : avec tranchée et sans
tranchée.
Concernant les travaux effectués avec tranchée ouverte la pose d’une
canalisation nécessite de creuser une tranchée à l’aide d’un engin mécanique.
Toutefois, les travaux sans tranchée nécessitent un forage. La technique de
forage est utilisée afin de ne pas perturber les activités du voisinage. En effet,
ce procédé est basé sur une activité souterraine, les grains en acier sont
extraits de l’endroit voulu par un rail de guidage. Les déblais sont ensuite
extraites laissant un bouchon à l’avant de la gaine à l’aide d’une machine
nommée (attaque ponctuelle). Par la suite, on entame le procédé de vibro-
fonçage consistant à introduire le tuyau par le puits d’entrée, son insertion est
facilitée par les vibrations longitudinales.