Vous êtes sur la page 1sur 8

6/^ ?

C i J Ç ' U t t f
/¡tua \ui*fcr f i li n s

La poésie n° 340 du Cancionero de Baena :


" Désir sobre la justicia e pleytos
e de la gran vanidad d'este mundo "
Essai d'attribution

Cette poésie se présente dans le Cancionera de Baena (1) avec


certaines particularités : elle est placée après une série de compo­
sitions de Gonzalo Martinez de Medina, et elle est suivie d’une
autre poésie que rien ne sépare de la poésie 340, à tel point qu’elle
n’a pas toujours été différenciée de la poésie 340, et souvent elles
sont éditées ensemble. Cette poésie qui suit la 340 porte à son
tour le n° 340 bis.
Outre cette place, déjà quelque peu confuse à l’intérieur du
chansonnier, la poésie 340 présente aussi la particularité d’être
anonyme. Cet anonymat a suscité naturellement d’autres essais
d’interprétation ; et dans certains d’entre eux la place de la poé­
sie à l’intérieur du manuscrit a joué un rôle important pour son
attribution, comme nous allons le voir à présent.
Azaceta, le dernier en date à avoir réalisé une édition du
Cancionero de Baena, fait le point — mais nous allons le voir, de
façon incomplète — des attributions de cette poésie (2). Deux
écoles s’affrontent : d’un côté ceux qui, avec Lang et le marquis
de Pidal, attribuent la poésie à Juan Martinez de Burgos, d’après
ce que dit don Rafaël Floranes de Robles y Encinas dans son
index critique du cancionero de J. Martinez de Burgos.
D’après Floranes ce dit se composait de « XXVI octavas sobre
la justicia e pleytos de la gran vanidat del mundo » (3).
(1) Cancionero de Baena, 3 vols, ed. notes et prologue de J.-M. Azá-
ceta, C.S.I.C., Madrid 1966, vol. II, p. 762.
(2) Cf. Cancionero de Baena, o.c. ; p. 762, note 340.
(3) « Memorias históricas de la vida y acciones del rey don
Alonso VIII llamado el noble », publiées par le Marquis de Mondejar
en 1873, à Madrid. La description du manuscrit par Floranes est
2 MARIE DE MENAÇA

Une autre école, qui suit Menéndez Pelayo (4), considère cette
œuvre comme caractéristique de Gonzalo Martínez de Medina par
son ton et son contenu.
C'est à cette opinion que se range Azaceta faisant remarquer
lui aussi, comme Menéndez Pelayo, la place qu’occupe cette
poésie :
« Hacemos nuestro este ultimo argumento que encadena el
poema con ios precedentes de dicho autor y lo reforzamos con
la consideración del lugar que ocupa en el códice, en el que es
constante el intento üe agrupar las obras del mismo autor. » (5)
Toutefois, donc, Azaceta est incomplet dans sa note à ce dit,
quand il indique les attributions envisagées jusqu’à présent du dit
en question, puisqu'il omet de parler de la troisième attribution
qui a été faite. M. Foulché-Delbosc se range à cette hypothèse
puisque dans son Cancionero Castellano del siglo XV, il publie
ce dit en l’attribuant à Juan de Mena (6). Il se base très certai­
nement pour attribuer cette œuvre à Juan de Mena sur l’édition
de ce dit, faite à Madrid en 1876 par quelqu’un qui garde l’ano­
nymat puisqu’il ne signe que de ses initiales : J.M.O. de T. Cette
édition a pour titre : « Dezir que fizo Juan de Mena sobre la
justiçia e pleytos e de la grant vanidad deste mundo. » Sacado
de un códice contenporáneo escrito por F. Martínez de Burgos
(7).J.M.O. de T. expose ses arguments en faveur de cette attri­
bution dans le prologue de son édition. A cause de l’importance
de ce prologue et de ce qui est écrit à propos de l’attribution de
Floranes, il est nécessaire de le reproduire ici in extenso :
« Entre los apéndices con que el señor Francisco Rico ilustró
las « Memorias Históricas de la vida y acciones del rey don Alonso

donnée à l’appendice 16. Les 6 premières strophes du dit communi­


quées par Floranes et publiées par le marquis de Mondejar dans ce
livre se trouvent aux pages CXXXIV-CXXXV.
(4) Menéndez Pelayo publie la poésie dans le tome IV de son
Antología de Poetas líricos castellanos, p. 183-188, ed. C.S.I.C., San­
tander 1944.
C'est au tome I, p. 403 que se trouve le passage consacré à G. Mar­
tínez de Medina :
« Por suyo tengo el famoso Decyr que fue fecho sobre la justicia
et pleitos et la grand vanidad de este mundo, por más que Floranes
lo encontrase anónimo en el Cancionero de F. Martínez de Burgos
y por más que algún códice se lo atribuya a Juan de Mena, de cuyo
estilo difiere totalmente. Baena no dice claramente de quien sea pero
lo coloca entre poesías de G. Martínez de Medina y suya parece por lo
ardiente y suelta. »
(5) Canc. de Baena, o.c., p. 762, note 340.
(6) Canc. Castellano siglo XV, édit Foulché-Delbosc, Madrid 1912,
p. 200, T. I.
(7) « Dezir que f:zo Juan de Mena sobre la justiçia e pleytos e
de la grant banidad deste mundo. Sacado de un códice contempo­
ráneo escrito por Femánd M. de Burgos », Madrid 1872, 21 pages.
CANCIONERO DE BAENA 3
VIII llamado el noble », recogidos por el ilustre historiador se­
ñor marqués de Mondejar, y publicadas en la imprenta de don
Antonio de Sancha, año de 1873, se halla bajo el número 16 una
suma de la crónica de dicho rey escrita en el año 1465 por Fernán
Martínez de Burgos y en gran parte de su misma mano. La Suma,
según nota del señor Cerda, le fue comunicada por don Rafael
Floranes de Robles y Encinas, señor de Tavaneros y residente
a la sazón en Valladolid de quien son las noticias que del autor
y de su colección inédita de poesías insertó Cerda a continuación
de la Suma, si bien compendiándolos por no dar más extensión
a la obra. Al describir Floranes el citado Cancionero dice que
principia por varias composiciones debidas al ingenio de Juan
Martínez de Burgos, padre del colector, citando dos de ellas, a las
que, según costumbre de la época dio su autor el nombre de deci­
res. El primero es « En el qual fabla del mundo desengañado al
home », que consta de 21 octavas y una cuarteta por finida; es
el otro « Sobre la justicia y pleitos y de la gran vanidad del
mundo » en 26 octavas y para muestra de la habilidad del poeta
integra les seis primeras. Continúa luego Floranes la descrip­
ción del códice que contiene una preciosa colección de muy
notables composiciones debidas a los más renombrados poetas de
aquel siglo diciendo al fin que es un volumen de 157 fols. y cal­
lando el nombre del poseedor de tan estimable tesoro literario.
Ahora bien entre los manuscritos procedentes de la biblio­
teca del marqués de la Romana que pasaron en 1873 a enriquecer
la colección de la Biblioteca Nacional hallamos uno del siglo XV
en 8 hojas en 4o que comprende únicamente el 2o de los citados
decires pero que ofrece la singular coincidencia de estar todo el
escrito por mano de Fernán Martines de Burgos, precisamente
el mismo colector del cancionero que disfrutó Floranes. Nuestro
manuscrito lleva al frente el título de la composición y el nombre
del autor, resultando que lo fue el famoso vate de la corte de
don Juan II, el cordobés Juan de Mena, llamado en su época el
príncipe de los poetas castellanos. Al damos esta noticia Fernán
Martínez de Burgos que era contemporáneo de Juan de Mena,
e hijo de Juan Martínez a quien atribuyó Floranes esta poesía que
ahora se publica íntegra por la primera vez, queda manifiesto
el error en que incurrió tan inteligente escritor. Pudo provenir
esta equivocación de que el manuscrito que tenía a la vista y de
cuyo paradero no hemos podido adquirir noticia alguna estuviera
falto de principios y de que si comenzaba por varias composicio­
nes de Juan de Mena no citara el nombre del autor sino en el
título que a la primera precediese. En este caso el decir « en el
qual fabla el mundo desengañando al home » hasta hoy no sólo
inédito sino completamente desconocido, y aun tal vez algún otro
que ocupara las hojas que al cancionero le faltaran deberían tam­
bién ser de Juan de Mena. Esta sospecha adquiere algún funda­
mento, considerando lo que dice el poeta en el tercer verso de la
cuarteta que da por finida en la poesía que hoy sale a luz y que
ocupaba en el referido códice el último lugar entre las atribuidas
por Floranes a Juan Martínez de Burgos.»
J.M.O. de T.
4 MARIE DE MENAÇA

D’après ce manuscrit, par conséquent, Fernán Martínez de


Burgos, le propre fils de Juan Martínez de Burgos, un des auteurs
supposés du « decir », l’attribue à Juan de Mena.
Comme nous l’avons précisé, Foulché-Delbosc va suivre cette
opinion et va l’éditer dans son Cancionero parmi les poésies de
Juan de Mena, en suivant l’édition de 1873 qui reproduisit le
manuscrit du marquis de la Romana.
Et si le « decir » se composait selon Floranes de 26 octavas,
et s’il en comportait 28 dans le Cancionero de Baena, à présent
il va en avoir 31, plus une « finida ».
En examinant précisément ce nombre d’octavas nous allons
voir ce que l’on peut en conclure sur ces attributions.
Attribution à Juan de Mena :
C’est cette attribution qui paraît la moins plausible ; en effet,
le texte de F. Martinez de Burgos reproduit en 31 octavas est
en réalité un mélange du dit 340 du Cancionero de Baena et du
dit 339 de ce même Cancionero de Baena, dit qui est précisément
une poésie de G. Martinez de MEDINA.
En effet, les trois dernières octavas et la « Finida » qui pour
F. Martinez de Burgos font partie du decir de Juan de Mena sont
en réalité les 3 dernières octavas et la « finida » de la composition
339 de Gonzalo Martinez de Medina, sans qu’il y ait des variantes
sensibles entre les deux textes (8).

(8) Voici les trois octavas et la « finida» de la poésie 339 du


Cancio. de Baena, de G. Martínez de Medina, qui, sans aucune va­
riante ,se retrouvent aussi dans le dit 340 dans l’attribution á Juan
de Mena :
Pues tu, gusanillo, criado a su mies
sueño e viento, cosa corrompida,
non vees tu ser quan poquillo es ?
Non mas que rocio procede tu vida;
asi como bestia o cosa dormida
es quien no conoge lo que ante si vee,
e en las mundanas glorias se revee,
e la perfección de Dios se le olvida.
Despues que te ves en trono sobido
luego desconoces al tu Criador,
olvidas justicia, estas ynfingido,
como si fueses alto enperador ;
non oyes al pobre nin al pecador,
nin al que a ti viene justicia llamando,
ensalcas aquellos que son de tu vando,
los otros destruyes con muy gran rigor.
Otrosi, cuytado, non vees que es nada
toda tu obra, potencias e artes,
e que ante Dios esta una espada
la qual sienpre taja de todas las partes ?
CANCIONERO DE BAENA 5
Nous devons observer par ailleurs que ces 3 octavas et cette
« finida » correspondent bien à la poésie 339, dont elles sont la
conclusion logique, alors qu’elles n’ont aucun rapport avec la
poésie 340, que termine normalement la strophe 28.
En tenant compte d’u n texte aussi défectueux, l’attribution
faite par F. Martinez de Burgos à Juan de Mena de ce texte, de­
vient sujette à caution. Texte dont par ailleurs il ne reproduit
même pas la version originale, mais un mélange de diverses
poésies.

Attribution à J. Martînez de Burgos :


Cette attribution comme nous l’avons vu se basait sur le ma­
nuscrit que F. Martînez de Burgos lui-même « recopilo con las
poesias de su padre de J. Martinez de Burgos en 1464 estando en
Sevilla» (9). Attribution reprise par Floranes lorsqu’il décrit
le manuscrit, aujourd’hui perdu.
Ainsi donc d’après F. Martînez de Burgos, l’œuvre est tantôt
de son père, tantôt de Juan de Mena. Il nous donne toujours
des copies défectueuses puisque si dans l’attribution à Mena le
dit avait 31 octavas plus une « finida », ici dans l’attribution à
J. Martînez de Burgos, son père, le texte ne comporte que 26 oc­
tavas, alors qu’il en comporte 28 dans le Cancionero de Baena, et
parmi celles-ci aucune ne paraît être de trop ou mal placée.
Nous voyons ainsi que les attributions à J. Martînez de Bur­
gos basées sur ce qu’à pu dire ou « copilar » son fils, F. Martînez
de Burgos, ne sont pas plus probantes.
Il reste à examiner l’attribution à G. Martînez de Medina.

Attribution à G. Martînez de Medina :


Comme cela a été précisé déjà, c’est Menéndez Pelayo qui
fait cette attribution, car il observe que le ton et le contenu de

Non eres seguro del lunes al martes,


pues, por que te finjes en faser pecados ?
Apiada los tristes e los tribulados
e de faser males el tu tiempo encartes.
Finida
Tu que en el mundo tu vida repartes
myra estos fechos que te he nombrado
que si bien esaminas estos mis tratados
conviene de yerros e males te apartes.
(Cane, de Baena, oc. p. 761, T. II.)
(9) D’après la description du manuscrit donnée par S. Díaz dans
sa Bibliografía de la Literatura Hispánica, T. III, p. 441, C.S.I.C.,
Madrid 1953.
6 MARIE DE MENAÇA

ce dit 340 et de l’ensemble de l’œuvre de G. Martínez de Medina


sont comparables.
Azaceta suit cette opinion et fait remarquer en outre que
ce dit 340 vient juste après les œuvres de G. Martínez de Medina,
et que le critère du Cancionero est de réunir les œuvres du même
auteur.
Cette opinion est, semble-t-il, la plus convaincante et nous al­
lons l’appuyer sur d’autres arguments tels que la similitude —
et même la reproduction littérale également — entre certains vers
des poésies de G. Martínez de Medina qui précèdent le dit 340
et certains vers de ce dit qui se placent après les œuvres de G.
Martínez de Medina.
Nous trouvons la première reproduction littérale entre un
vers de la poésie 332 de G. Martínez de Medina et un autre iden­
tique dans ce dit n° 340 :
Quien mas alto sube mas ha deçir (G.M. de M., poés. 332.)
Quien mas alto sube mas ha decir (Decir n° 340.)
Deuxième reproduction, à un mot près, entre un vers de la
poésie 336 de G. Martínez de Medina et deux autres vers du dit
n° 340 :
Engaños, sofysmas, mentiras, traycion. (G.M. de M., poés. 336.)
Engaños, sofismas, mentiras, malicia. (Decir n° 340.)
Cobdicias, engaños, mentiras, traiciones. (Decir n° 340.)
Nous trouvons des vers presque identiques dans les poésies 337
et 338 de G. Martínez de Medina et un vers de ce dit n° 340 :
Castillos e villas, baxillas, estrados. (G.M. de M., poés. 338.)
Castillos e villas, baxillas, estrados. (G.M. de M., poés. 337.)
Tesoros, riquezas, baxillas, estados. (Decir n° 340.)
Un autre vers de la poésie 337 se retrouve presque identique
également dans la poésie n° 340 :
Quita delante tus ojos el velo. (G. Martínez de M., poés. 337.)
Tira este velo delante tus ojos. (Decir n° 340).
Même identité entre la construction d’un vers de la poésie 338,
toujours de G. Martínez de Medina et un autre du dit n° 340 :
Mentiras e artes e engaños, falsías. (G.M. de M., poés. 338.)
Cient mil engaños, malicias e artes. (Decir n° 340.)
CANCIONERO DE BAENA 7
Nous retrouvons également cette similitude entre deux vers
de la poésie 339 et deux vers du dit 340, pour exprimer la même
idée :
Despues que Alixandre que fiso traer
todo el mundo a su obediencia. (G. Martínez de Medina, poés.
339.)
El rey Alexandre non se contentando
de aver todo el mundo a su obediencia. (Decir 340.)
Il apparaît donc, par cette comparaison, une ressemblance
curieuse entre différents vers de la série des poésies de G. Martí­
nez de Medina, qui précèdent le dit n° 340, et différents vers de
ce même dit.
Comment peut-on interpréter ce fait ? On ne peut pas penser
qu’il 'sagisse d’un vulgaire plagiat, qui emprunterait un vers de-
ci de-là, mais d’une technique poétique identique qui révèle une
seule et même main. Nous avons vu en effet comment G. Martínez
de Medina, de lui-même répète ses propres vers dans des poésies
différentes, par exemple la poésie n° 337 et la poésie n° 338, ce qui
relève d’une technique poétique, générale à l’époque : répertoire
de rimes ou de vers entiers qui sont employés dans des poésies
distinctes, mais toujours pour exprimer la même idée.
Donc ces vers du dit 340 qui sont disséminés tout au long
de différentes poésies de G. Martínez de Medina, soit sous une for­
me identique, soit sous une forme très ressemblante peuvent être
interprétés comme moyens techniques d’un seul et même poète,
lequel pour exprimer une idée, qui par son caractère de topique
est répétée fréquemment — ici la vanité du monde et des biens de
ce monde — a toujours recours au même vers ou au même type de
vers, reproduits plus ou moins littéralement chaque fois que la si­
tuation décrite est analogue. Si la technique est donc la même, le
poète est probablement le même, c’est-à-dire, G. Martínez de
Medina.
Une dernière particularité de cette composition c’est l’in­
fluence que l’on note de certaines poésies antérieures de F. Sán­
chez de Talavera, mais aussi à un degré moindre de F. Pérez de
Guzmán. Toutefois l’influence du premier ne peut pas faire dou­
ter de l’attribution à G. Martínez de Medina.
Il y a en effet trois images expressives dans ce dit n° 340 que
nous pouvons trouver dans deux poésies de F. Sánchez de Tala­
vera. Les images servent à exprimer la futilité des biens de ce
monde :
Todo es sueño e sombra de luna. (F.S. de T., poés. 531.)
Asy como sueño e sombra de luna. (Decir 340.)
ou bien à faire une énumération presque identique de ceux que
la mort peut emporter :
8 MARIE DE MENAÇA

el viejo, el moço, el niño de cuna. (F.S. de T., poés. 531.)


también el mancebo como niño en cuna. (Decir 340.)
Finalement l’image que nous trouvions exprimée de façon très
comparable dans une poésie de G. Martínez de Medina et dans le
dit 340, nous la retrouvons aussi chez F. Pérez de Guzmán et
chez F. Sánchez de Talavera. Mais ici il est nécessaire de signaler
— en précisant la chronologie — que l’image est lancée par F.
Pérez de Guzmán en 1404, reprise par Sánchez de Talavera en
1406 et reproduite plus tard, après 1418 par G. Martínez de Medina.
L’image sert encore pour montrer combien sont trompeurs
« los bienes de este mundo » :
Ve de tus ojos tirando el velo
que preso te trae en tal ceguedad. (F.P. de G., a la muerte del
Almirante D. Hurtado de Mendoza.)
Por Dios, señores, quitemos el velo
que turba e ciega asi nuestra vista. (F.S. de T., poés. 530.)
Quita delante tus ojos el velo
de la vanidad que asi te engaña. (G.M. de M., poés. 337.)
Tira este velo delante tus ojos
que te contruba la muy clara vista. (Decir 340.)
Nous voyons donc que cette influence des poésies antérieures
sur le dit 340 joue un rôle non négligeable dans l’élaboration de
certaines images du decir, principalement la poésie 531 de F.
Sánchez de Talavera.
Mais néanmoins cette influence est mineure dans ce dit. Ce­
pendant d’après ce que nous avons vu en comparant le decir avec
les autres poésies de G. Martínez de Medina qui précèdent ce dit,
nous voyions apparaître avec fréquence, par la répétition de ri­
mes et d’images, une même technique ou « arte de trovar » qui
pouvait permettre de faire attribuer la poésie à une seule per­
sonne : Gonzalo Martínez de Medina.
Marie de M e n a ç a ,
Faculté des Lettres
de Montpellier.