Vous êtes sur la page 1sur 3

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.

com

Science & Sports 23 (2008) 26–28

Communication brève

30-15 Intermittent Fitness Test et répétition de sprints夽


30-15 Intermittent Fitness Test and repeated sprint ability
M. Buchheit
Laboratoire de recherche, EA 3300 « APS et conduites motrices : Adaptations–Réadaptations »,
faculté des sciences du sport, université de Picardie–Jules-Verne,
allée P.-Grousset, 80025 Amiens cedex, France
Disponible sur Internet le 16 janvier 2008

Résumé
Introduction. – Le 30-15 Intermittent Fitness Tests (30-15IFT ) permet d’atteindre une vitesse maximale (VIFT ) très bien corrélée avec la plupart
des qualités déterminantes en sport collectif : vitesse, explosivité, puissance maximale aérobie et récupération cardiorespiratoire inter-efforts.
Cependant, la relation entre VIFT et capacité de répétition de sprints n’avait pas encore été évaluée.
Synthèse des faits. – Les résultats montrent que, chez 84 athlètes, la VIFT est négativement corrélée au temps moyen du test de répétition de
sprints (p > 0,001).
Conclusion. – Fortement corrélée aux principaux déterminants physiques de la performance en sport collectif, la VIFT peut ainsi être utilisée
pour évaluer de manière globale le potentiel athlétique des joueurs.
© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Abstract
Introduction. – The maximal running velocity (VIFT ) reached at the end of the 30-15 Intermittent Fitness Tests (30-15IFT ) is very well related
to most physiologic determinants of team-sport performance: explosive power of lower limbs, speed, maximal aerobic power and the ability to
recover between exercise bouts. Nevertheless, its relationship with repeated sprint ability (RSA) was unknown.
Synthesis of the facts. – Present results in 84 team-sport athletes show that VIFT is very well related to mean sprint time during a RSA test
(p > 0.001).
Conclusion. – We conclude that VIFT is highly representative of most physiologic determinants of performance in team-sports, and could thus
been used to monitor athletic performance of team-sport players.
© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Sports collectifs ; Tests de terrain ; 30-15 Intermittent Fitness Test ; Test de répétition de sprint

Keywords: Field tests; Team-sports; 30-15 Intermittent Fitness Test; Repeated sprint ability test

1. Introduction recours à divers tests de terrain : sprints sur 10 à 30 m pour


la vitesse, counter mouvement jump (CMJ) pour l’explosivité,
Le développement du potentiel athlétique du joueur de test de vitesse maximal aérobie (VMA) pour le domaine aéro-
sport collectif passe par celui des qualités déterminantes dans bie et, depuis peu, test de répétition de sprint (RSA) pour la
l’activité, à savoir entre autres, la vitesse, l’explosivité, la coor- capacité à réitérer des efforts brefs et à récupérer entre ceux-ci
dination, la puissance aérobie et la capacité de récupération [3,4].
inter-efforts [3]. Pour évaluer ces qualités, il est usuel d’avoir Récemment, il a été montré que le 30-15 Intermittent Fitness
Test (30-15IFT ) [2], un test progressif de terrain intermittent et
en navette, permettait d’atteindre une vitesse maximale inter-
夽 Présenté au Colloque sports et sciences, faculté des sciences et technique de
mittente (VIFT ) très bien corrélée avec la plupart des qualités
Limoges, 9 mai 2007. déterminantes dans l’activité : vitesse sur 10 m, hauteur de saut
Adresse e-mail : martin.buchheit@u-picardie.fr. sur un CMJ, VO2max mesurée en laboratoire, et indice car-

0765-1597/$ – see front matter © 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
doi:10.1016/j.scispo.2007.12.002
M. Buchheit / Science & Sports 23 (2008) 26–28 27

diaque de récupération inter-efforts [2]. De plus, il apparaît


aussi que la VIFT est plus appropriée que la vitesse maxi-
male aérobie pour paramétrer le travail en intermittent court
[2]. En effet, les réponses cardiorespiratoires enregistrées sur
des séances d’interval-training montrent une disparité inter-
individuelle moindre en utilisant la VIFT plutôt que la VMA.
Cependant, aujourd’hui, la relation entre la VIFT et les quali-
tés de répétition de sprint n’a pas encore été évaluée. Le but
de cette étude est donc de vérifier la relation VIFT /répétition de
sprints auprès d’une large population de joueurs(euses) de sports
collectifs.

2. Méthodes
Fig. 1. Relation linéaire simple entre vitesse maximale atteinte à la fin du 30-
15IFT (VIFT ) et le temps total au test de répétition de sprint (RSATot ), hommes
Quatre-vingt-quatre handballeurs évoluant à des niveaux et femmes confondus.
variés (de prénationale à L1, F : n = 43, âge = 18,4 ± 0,7 ans ;
H : n = 41, âge = 19,3 ± 0,5 ans) ont été testés sur 10 m départ gère que les joueurs(euses) capables d’atteindre la plus grande
arrêté (10 m, cellules photoélectriques Wireless Timing-Radio vitesse lors du protocole intermittent en navette sont aussi ceux
Controlled, Brower Timing System, Colorado, États-Unis), (celles) présentant le plus faible temps total sur le test de répé-
counter mouvement jump (CMJ, optojump Ergojump, Globus tition de sprint. Il a été montré que la VIFT était déjà très bien
Italia, Codogne, Italy), le 30-15IFT et un test de répétition de corrélée aux capacités d’explosivité des membres inférieurs et de
sprint (6 × 15 m en navette, récupération passive de 14 secondes, vitesse, à la puissance maximale aérobie et à un indice de récu-
adapté d’un test validé et reproductible [4], cellules photo- pération cardiaque [2]. La capacité à répéter des sprints, quant
électriques Wireless Timing-Radio Controlled, Brower Timing à elle, a été également reliée aux capacités cardiorespiratoires
System, Colorado, États-Unis). Le temps total (RSATot ) et [1], à la faculté à tamponner et à compenser l’acidose engendrée
l’indice de fatigue (RSADec ) étaient retenus. L’indice de fatigue par les efforts [1] et aux possibilités de resynthèse des phospha-
se calculant : (RSATot /temps idéal) × 100 − 100 [4]. Le temps gènes [1] (que l’on peut associer indirectement aux capacités de
idéal étant le meilleur temps multiplié par six. récupération cardiovasculaires – corrélées avec la VIFT ). Ensuite,
bien que cela n’ait pas été décrit comme tel dans la littérature,
3. Traitement statistique la puissance musculaire ou l’explosivité entrant évidemment en
compte pour atteindre des vitesses élevées et réaliser des blo-
Les valeurs sont présentées comme moyenne plus ou moins cages efficaces lors des changements de direction, il est possible
écart-types. Les relations entre les différentes performances ont de penser, comme pour la VIFT , que ces qualités sont également
été analysées à l’aide de régressions linéaires simples et mul- déterminantes pour le test de RSA. Enfin, les mesures de lactaté-
tiples (ajustement sur le genre, F pour les femmes et H pour mie réalisées sur le terrain et lors d’études précédentes (données
les hommes), et calculs de coefficients de Pearson. Le seuil de non publiées [2]) laissent à penser que la participation anaé-
significativité retenu était 0,05. robie est également très importante pour les deux tests. Nous
pouvons ainsi avancer que c’est parce que les déterminants phy-
4. Résultats siologiques des deux tests sont relativement proches que cette
corrélation est si forte.
Les résultats montrent qu’il existe de très bonnes corréla-
tions entre VIFT et RSATot (r = 0,88, p < 0,001 pour tous les 6. Conclusion
athlètes considérés ensemble [Fig. 1], r = 0,77, p < 0,001 et
r = 0,81, p < 0,001 pour les F et les H, respectivement) ou VIFT En plus d’être une référence précise pour l’entraînement en
et RSADec (r = 0,73, p < 0,001 pour tous, r = 0,41, p < 0,01 et intermittent court, la VIFT , fortement corrélée aux principaux
r = 0,44, p < 0,01 pour les F et les H, respectivement). La régres- déterminants physiologiques de la performance en sports col-
sion multiple, avec RSATot , 10 m et CMJ comme prédicteurs de lectifs, semblerait pouvoir aussi être utilisée pour évaluer de
VIFT , ajustée sur le genre, était fortement significative (r = 0,90, manière globale le potentiel athlétique des joueurs(euses). Cette
p < 0,001). relation avec l’ensemble des capacités athlétiques spécifiques
laisse penser que le test pourrait être pertinent pour un suivi
5. Discussion régulier au cours de la saison.
Les résultats de cette étude montrent que, chez les 84 ath-
Références
lètes testés, la VIFT était très fortement corrélée au temps total
du test de répétition de sprints (p > 0,001). De plus, cette relation [1] Bishop D, Spencer M. Determinants of repeated-sprint ability in well-trained
reste est très bonne, que l’on considère la population globale, les team-sport athletes and endurance-trained athletes. J Sports Med Phys Fit-
hommes ou les femmes séparément. Cette relation négative sug- ness 2004;44:1–7.
28 M. Buchheit / Science & Sports 23 (2008) 26–28

[2] Buchheit M. The 30-15 Intermittent Fitness Test: accuracy for individuali- top-level professional soccer players. Int J Sports Med 2007;28(3):
zing interval training of young intermittent sport players. J Strength Cond 228–35.
Res (second issue fo the 2008 volume). [4] Spencer M, Fitzsimons M, Dawson B, et al. Reliability of a
[3] Rampinini E, Bishop D, Marcora SM, et al. Validity of simple repeated-sprint test for field-hockey. J Sci Med Sport 2006;9(1–2):
field tests as indicators of match-related physical performance in 181–4.