Vous êtes sur la page 1sur 2

Les apports et les limites de l’analyse transactionnelle :

Comme toute théorie, l’analyse transactionnelle nécessite que l’on discerne ses apports et ses
limites dans le champ où elle souhaite se situer : il y a celles qui sont spécifiques et celles qui
sont propres aux psychothérapies humanistes dans leur ensemble. En effet, parmi les apports
de cette analyse on trouve :

L’analyse transactionnelle est très efficace pour toutes les personnes qui ont des difficultés
relationnelles : timidité, agressivité, manque de confiance en soi et d’affirmation de soi. Cela
s’explique par le développement du concept de comportement individuel, illustré par les états
du moi, dans les relations avec l’autre, avec le groupe ou dans l’organisation à travers le concept
de transaction simple ou complexe et de symbiose ; elle se retrouve encore lorsqu’on examine
de près les facteurs qui influencent toute une vie. L’analyse transactionnelle peut constituer un
instrument de navigation dans l’environnement professionnel pour soi, son management et ses
relations aux autres.

L’analyse transactionnelle est utilisée aussi en thérapie de couple : en analysant les échanges
entre les partenaires, elle permet de repérer les jeux de pouvoir, puis d’instaurer une relation
plus équilibrée et plus égalitaire. Comme elle permet également de découvrir le niveau de
maturité propre à chaque individu.

De plus, l'analyse transactionnelle est un outil simple à utiliser, assez efficient et reste
d’actualité. Même si elle souffre d’une image parfois dépassée et que certaines personnes voient
qu’elle a peu évolué ces dernières années par rapport à ce qu’elles attendent.

Cependant, parmi ses limites :

L’analyse transactionnelle est une théorie complexe, qui nécessite un travail de plus par la
communauté des transactionnalistes afin de rendre plus crédible cette méthode de travail,
notamment en la passant au crible de la méthode scientifique (ce qui est le but de l’association
SOCRATE, une association de certifiés en analyse transactionnelle qui publie des recherches
dans cette direction). Parce que beaucoup des critiques qui sont faites à l’encontre de l’AT,
s’avèrent souvent reposer sur de grosses méconnaissances de la méthode elle-même, voire
parfois de positions dogmatiques difficilement défendables.

En outre, l’existence de l’inconvénient, avec l’analyse transactionnelle, de se mettre à


cataloguer – mettre les gens dans des cases - de façon trop simpliste, surtout en formation. Une
première connaissance théorique de l’analyse transactionnelle donne au débutant une multitude
de catégories différentes qui pourraient l’inciter à cataloguer les membres de son entourage
professionnel.

Pour permettre aux débutants de dépasser ce stade d’initiation, il devient rapidement important
de donner, avec la théorie, une ou plusieurs pratiques. Il reste en effet, comme dans bon nombres
de théories, un grand pas à faire entre la connaissance théorique des concepts d’analyse
transactionnelle, et une connaissance intégrée de leur pratique.

Bref, comme toutes les méthodes de communication, ce modèle ne résout pas tout, et certaines
notions peuvent manquer d’opérationnalité et des concepts dans leur définition ou leur
application peuvent être interprétés de façon normative, ce qui va à l’encontre des fondements
mêmes de cette pensée.