Vous êtes sur la page 1sur 1

Suppression de l’article en d- après la préposition de (règle d’effacement)

1. Influence de la préposition de
Après la préposition de, les formes d’article commençant par d, c’est-à-dire l’article indéfini pluriel des ou sa
forme de devant adjectif antéposé et l’article indéfini massif du/de la, s’effacent. Cette règle est appelée règle
d’effacement ou règle de cacophonie. Dans l’exemple suivant, l’article indéfini des précédant le complément
d’objet direct projets s’efface quand on utilise le verbe parler de, qui se construit avec la préposition de  :
 Jean m’a présenté des  projets intéressants. → *Jean m’a parlé de  des projets intéressants. → Jean m’a parlé de        projets intéressants.

De même, l’article indéfini massif s’efface après la préposition de, par exemple dans la locution verbale avoir
besoin de quelque chose :
  Je  voudrais    du  pain. → *J’ai besoin de du pain. → J’ai besoin de      pain.

2. Règle d’effacement
On peut formuler la règle d’effacement de façon très simple : après la préposition de, il ne peut pas y avoir de
forme d’article indéfini commençant par d. Exemples de cas où la règle d’effacement s’applique :
– singulier → pluriel (un devient des, qui s’efface après de) :
J’ai besoin d’ un livre. J’ai besoin de livres.
La cour est entourée d’ une clôture. La cour est entourée d’ arbres.

– verbes construits sans de (transitifs directs) et verbes construits avec de  (transitifs indirects) :
Je voudrais du beurre. [du : article indéfini massif masculin]
J’ai besoin de beurre. [de  : préposition, avoir besoin de qch]
Pour se déplacer sur le lac, ils utilisaient des patins de randonnée. [des : article indéfini masculin]
Pour se déplacer sur le lac, ils se munissaient de patins de randonnée. [de = préposition, se munir de qch]
Il réclame de l’ affection. [de la  : article indéfini massif féminin]
Il manque d’ affection. [de = préposition, manquer de qch]

– adjectifs construits avec la préposition de  :


Dans tes bottes, il y a  de la  neige. Dans la vallée, il y a du brouillard.
Tes bottes sont pleines de  neige. La vallée est pleine de  brouillard.
Dans la cheminée, il y a de la suie.  La cheminée est noire de suie.
3. L’effacement concerne aussi l’allomorphe de
L’effacement concerne aussi la forme de de l’article indéfini pluriel devant épithète antéposée. Comparer le
singulier et le pluriel :
Il achète un nouveau livre. Il a besoin d’un nouveau livre.
Il achète de nouveaux livres de = article. Il a besoin de nouveaux livres de = préposition.
Elle garde un jeune enfant. Elle s’occupe d’un jeune enfant.
Elle garde de jeunes enfants de = article. Elle s’occupe de  jeunes enfants de = préposition.
La préposition de peut avoir les sens les plus variés et être elle-même élément d’une locution prépositionnelle,
comme dans ces exemples, où l’article indéfini s’efface au pluriel :

singulier à cause d’ un problème technique
pluriel à cause de problèmes techniques
singulier au début d’ une phrase de ce genre
pluriel au début de phrases de ce genre

4. Cas des déterminants indéfinis complexes


En revanche, dans les constructions beaucoup de gens, peu de monde, trop de livres, nombre de cas etc., la
suppression de l’article indéfini n’est pas le résultat de la règle d’effacement, mais de l’incompatibilité entre les
déterminants indéfinis : après un déterminant indéfini, on ne peut pas utiliser un autre déterminant indéfini.
Après les déterminants complexes de quantité comme beaucoup de, trop de, on peut donc utiliser un
déterminant défini (démonstratif beaucoup de ces amis, possessif beaucoup de tes livres, article défini beaucoup
des [contraction de de + les] livres qu’il a lus), mais pas un autre déterminant de quantité. L’article indéfini
pluriel ne s’utilise donc pas en plus du déterminant indéfini de quantité. Comparer les phrases  :
Il y a de la crème dans la soupe. Il y a trop de crème dans la soupe.
Il faut du temps. Il faut beaucoup de temps.
Il faut manger des fruits. Il faut manger beaucoup de fruits.
Dans la rue, il y avait des gens et des voitures Il y avait plus de gens et moins de voitures qu’hier.

Vous aimerez peut-être aussi