Vous êtes sur la page 1sur 631

Christian Thiffault 

Le royaume des mensonges

InLibroVeritas

1
À celle que j'ai aimé,
il y a longtemps, à l'UQAM,
durant les pauses,
par petits bouts d'éternité,
qui débordaient parfois...

Et pour tous ces gens perdus
avec qui j'ai savouré, sur la route,
le bonheur d'une intimité passagère,
éphémère mais immortelle...

2
3
« La vision, elle ne peut être vue, car elle n'a aucune forme;
L'écoute, elle ne peut être entendue, car elle n'a pas de son;
La préhension, elle ne peut être prise, car elle est intangible;
Les trois sont indéfinissables, et elles ne font qu'un. »

­ Lao Tse, du Tao Te Ching

« L'humain a la puissance, et les faiblesses, d'un dieu. »

­ Anonyme

4
5
Table des matières

Prologue............................................................................................... 9

1­ Le début de la fin.......................................................................... 19

2­ Court pamphlet sur la conspiration des nombres................... 41

3­ Des radicaux libres....................................................................... 93

4­ Sofia.............................................................................................. 147

5­ Révélations.................................................................................. 201

6­ Le dormeur éveillé..................................................................... 255

7­ Le rideau se lève......................................................................... 297

8­ La bête dévoilée.......................................................................... 351

9­ Bilderberg.................................................................................... 401

10­ Croire en son propre alibi....................................................... 445

11­ Une brève histoire de l'empire............................................... 483

12­ Recompilations et révolution.................................................. 549

13­ Finalités...................................................................................... 579

6
7
8
Prologue:

Dernière lettre du docteur Solis à l'Humanité

Je suis prisonnier d'un grand complot. La 
conspiration me menace, de tous les côtés, 
et   je   ne   sais   plus   maintenant   vers   où 
aller, vers quel horizon crier, ni à qui je 
dois   me   confier,   car   tout   être   et   toute 
chose   sont   susceptibles   de   me   trahir 
éventuellement, d'une façon ou d'une autre; 
et   les   humains,   comme   plusieurs   d'entre 
vous   le   savent   autant   que   moi,   ont   leur 
façon   bien   adroite   et   subtile   d'être 
traîtres   et   décepteurs.   Ils   sont,   ou 
finiront tous, par être contre moi un jour 
ou l'autre; qu'ils soient amis­es, frères, 
soeurs, voisins, étrangers­ères ou ennemis 
jurés,   ils   sont   tous   potentiellement   des 
traîtres...   et   ce   pourrait   être   les 
personnes lisant ces lignes.

C'est   exactement   pour   cette   raison   que 


depuis les quelques dernières années, je me 
suis   dévoué   et   j'ai   légué   toute   ma 
sympathie et ma complicité envers des êtres 
moindres, autrement dit des animaux, moins 
développés   intellectuellement   que   les 
humains, et de loin plus fiables. Ainsi, je 

9
me suis confié et ai généreusement révélé 
tous mes secrets respectivement à mon chat 
Daedalus, mon chien Icarus ­qui fut écrasé 
par   un   camion   il   y   a   deux   ans,   dans   une 
course   folle   pour   le   rattraper   celui­ci, 
ma   salamandre,   de   même   qu'à   bon   nombre 
d'autres   animaux   domestiques   ou   d'usage 
publique   que   je   croisais,   lors   de   mes 
sombres nuits de folie silencieuse, au coin 
d'une rue ou dans un parc de quartier; en 
flattant   le   chien   d'un   passant,   en 
nourrissant   un   écureuil,   tout   comme   en 
flattant   la   trompe   d'un   éléphant   du   zoo 
communautaire,   ou   en   bavardant   avec   un 
cheval de calèche touristique dans le Vieux 
quartier, je révélai les grands secrets de 
l'univers   caché   à   des   interlocuteurs 
n'ayant   apparemment   pas   la   lucidité   pour 
comprendre. C'était un peu comme parler à 
des   gens   illettrés   des   quartiers   pauvres, 
sauf   qu'ici   je   n'avais   pas   la   honte   de 
passer   pour   un   sombre   illuminé   ou   de   ces 
braves agents de marketing spécialisés dans 
la vente de religions. Parfois, par chance, 
je pouvais jouir de l'opportunité de parler 
à   un   humain   lorsque   je   tombais   sur   un 
immigrant, dans le métro, qui ne savait que 
remercier et saluer dans le langage commun, 
mais   je   me   méfiais   quand   même   d'eux,   car 
ils pouvaient peut­être plus comprendre que 
je   ne   pouvais   le   présumer.   J'en   fus   même 
venu, durant un moment, à affectionner les 
plantes de cette même approche pédagogique, 
les   caressant,   tout   doucement,   et   les 
contemplant,   tout   en   leur   racontant   cette 
lourde mosaïque d'histoires qui structurent 
ma   paranoïa   quotidienne,   comme   si   elles 
entendaient et comprenaient tout. Oui, j'ai 
vraiment fait tout ça.

Le   secret,   je   ne   pouvais   le   garder 


seulement pour moi. Et dans l'intérêt de ne 
pas   plonger   encore   plus   profondément   dans 
la folie qui me tenaillait, pour m'empêcher 
de me parler à moi­même durant des heures 

10
qui ne finissent plus, isolé dans mon petit 
appartement fade, d'une blancheur à rendre 
cinglé,   il   me   fallait   des   interlocuteurs 
qui   allaient   m'écouter,   sans   vraiment   me 
comprendre.   Ainsi,   grâce   à   leur   parfaite 
incompréhension des sons indiscernables que 
je soufflais à leurs oreilles ­ou à leurs 
pétales, ou leurs feuilles, selon le cas­ 
je pouvais m'exprimer en toute liberté, et 
donc en toute sécurité.

Mais malgré tout, je compris vite que cela 
ne   pouvait   réellement   me   sauver   d'une 
éventuelle chute définitive vers la folie. 
D'ailleurs,   les   relations   étranges   que 
j'entretenais   avec   les   autres   membres   du 
règne   animal   me   valurent   rapidement 
l'inquiétude ­voire même la consternation­ 
de   la   part   des   centaines   d'étrangers 
disparates qui peuplaient mon quotidien, et 
c'en vint même un jour à être des personnes 
qui, à mon grand désarroi, me connaissaient 
déjà...   ce   qui   me   rendit   plutôt 
inconfortable,   c'est   bien   peu   dire.   Alors 
il me vint à l'idée une nouvelle façon de 
rétablir un sain contact avec les gens de 
mon   entourage   ­les   humains­   et   de   leur 
révéler…   non,   leur   enseigner,   oui,   leur 
enseigner   les   secrets   qui   les   concernent 
tous autant que moi, sans pour autant leur 
dévoiler   trop   d'informations   susceptibles 
de   leur   dévoiler,   à   long   terme,   mon 
identité et ma localisation. 

Sachez   que   mon   identité,   particulièrement 


mon nom, est sans aucun doute l'information 
la   plus   sensible   dans   ma   situation 
présente.   Une   information,   une   seule 
donnée,   qui   trahit   des   milliers   de 
personnes chaque jour, malgré qu'elle leur 
serve   tout   autant   à   vivre   pleinement   en 
société,   et   de   bénéficier   de   tous   les 
avantages que cela peut sous­entendre. 

11
La   relation   entre   anonymat   et   exposition 
est une des choses qui définissent le plus 
fondamentalement   le   rapport   de   l'individu 
avec   la   société   dans   laquelle   il   vit; 
enfin,   telle   est   ma   croyance.   D'autres 
relations   essentielles,   par   la   suite, 
s'ajoutent   à   l'équation   dont   est   fait   ce 
rapport   complexe   entre   l'individu   et 
l'ensemble   social;   soit   celles   basées   sur 
la   sexualité,   l'échange   de   biens   ou 
d'informations,   le   travail,   ainsi   que   les 
activités sociales comme le jeu, le rite, 
le bavardage et autres. Mais aucune, parmi 
ces   relations   plus   substantielles,   n'a   de 
poids   si   important   dans   la   forme   que 
prendra   ce   rapport   que   le   fait   qu'une 
personne   soit   ou   ne   soit   pas   identifiée 
socialement,   et   aussi,   et   surtout   qu'elle 
soit ou ne soit pas identifiable. Il s'agit 
d'un rapport basé sur un compromis pondéré 
qui permet, en quelque sorte, de "se mettre 
en vente" dans la société, c'est­à­dire de 
mettre en commun une partie de sa personne 
pour établir un contrat ­le plus souvent de 
forme implicite­  soit un lien de confiance 
réciproque,   avec   un   groupe   ou   une 
organisation. L'individu se mettra en vente 
dans la société en jouant sur la valeur de 
l'information,   de   toute   information,   soit 
en   contrôlant   et   en   remodelant   celle­ci 
selon   son   propre   usage,   autant   que   sa 
créativité puisse le permettre. Le contrôle 
de   l'information   est   un   élément   crucial 
pour sa propre survie dans un monde dominé 
par l'État policier, les sociétés secrètes 
et   les   conglomérats   corporatifs 
multinationaux.

Mais toute forme de contrôle naît à priori 
de la méfiance, de la crainte d'une perte à 
son   propre   détriment.   De   la   perte 
d'intérêts,   de   nature   autant   politique, 
professionnelle,   relationnelle,   sexuelle; 
ou   plus   fondamentalement   de   la   perte   de 
soi­même,   et   je   parle   ici   de   la   Mort,   ou 

12
d'une sorte de perte plus abstraite, comme 
devenir fou, pauvre, ou ­ah la damnation!­ 
totalement   seul.   La   peur   de   la   mort, 
l'éternelle peur de la mort. Moi­même je ne 
peux échapper à cet inexorable syllogisme. 
Non par peur de ma propre mort, mais plutôt 
que la cause pour laquelle je me bats soit 
perdue.   Et   dans   la   situation   où   je   me 
trouve,   je   ne   peux   me   permettre   trop   de 
compromis. En fait, je ne peux me permettre 
aucun compromis. Car dans le grand marché 
des   interactions   entre   humains,   mon 
identité   pourrait   rapidement   prendre   une 
valeur aussi précieuse que celle de l'or ou 
du pétrole, et en particulier pour certains 
groupes   d'individus   de   la   société.   Mon 
identité,   à   cause   de   la   nature   très 
sensible   que   peut   avoir   l'information   que 
je   détiens   depuis   quelques   années,   est 
susceptible   de   faire   objet   d'une   hausse 
drastique   de   la   demande   dans   le   marché 
social de l'information.

C'est, tel que vous le devinez maintenant, 
pour ma propre vie, ou pour ma liberté au 
moins, que j'ai choisi de m'exprimer et de 
diffuser   mon   message   par   la   propagande 
anonyme,   plus   précisément   en   utilisant   un 
pseudonyme, que j'ai repris d'un chercheur 
qui fut assassiné par les services secrets 
l'an dernier, alors qu'il tenta de révéler 
publiquement les preuves d'un vaste complot 
de   déception   orchestrée   par 
l'establishment, qui coûta la vie à au­delà 
de trois milles civils ­innocents pour la 
plupart­   dans   une   tragédie   politique   que 
tout   le   monde   se   souviendra   durant   des 
centaines d'années probablement. C'est bien 
sûr pour rendre hommage à sa justice et à 
sa bravoure que j'ai choisi de prendre son 
identité.

Et   maintenant,   ma   vie   est   menacée,   et   je 


dois disparaître, cesser de publier et de 
propager   la   vérité,   du   moins   pour   un   bon 

13
moment.   Je   ne   sais   comment   ils   ont   pu 
savoir,   je   ne   sais   par   quelle   astuce   ils 
m'ont   découvert,   moi   et   mon   plan   de 
propagande   massive,   malgré   que   ma   méthode 
m'ait toujours semblé sécuritaire; mais il 
y a bien une chose dont je suis certain: on 
me   recherche...   On   me   guette   et   me   suit 
partout. Je les ai vus, ces derniers jours, 
me   suivre   dans   la   rue...   des   types   d'une 
allure douteuse, qui portent des vêtements 
mal   agencés,   certains   costauds   et   barbus, 
et les autres aux traits scandinaves. Ils 
me suivent partout où je vais, du moment où 
je  sors  de  chez   moi,  et  se  relaient  même 
les   uns   aux   autres,   s'échangeant 
consécutivement les tours de surveillance, 
probablement   pour   ne   pas   se   faire 
remarquer.   Il   n'y   a   rien   à   faire   pour 
échapper à leur regard. Lorsque je parviens 
à en semer un, c'est pour qu'un autre des 
leurs apparaisse quelques heures plus tard, 
au   moment   où   je   crois   m'être   enfin 
débarrassé   d'eux.   Le   pire   dans   tout   ce 
cauchemar, c'est que je suis certain qu'ils 
savent,   qu'ils   savent   que   je   suis   au 
courant   sur   leur   filature,   que   je   sais 
qu'ils me suivent et me pourchassent; mais 
avec   leurs   regards   vides,   dépouillés   de 
toute   énergie   et   de   présence,   ils 
continuent   de   m'épier   machinalement,   tels 
des   êtres   programmés,   sans   aucune   crainte 
d'être   remarqués.   Je   tentai   quelques   fois 
de   m'approcher   d'eux,   afin   de   plus   en 
savoir,   mais   ils   disparaissaient   dans   la 
nature   à   chaque   fois,   comme   des   poissons 
qui   me   glissent   d'entre   les   mains.   Comme 
dernier   recours,   j'ai   essayé   de   prendre 
contact avec des agents de police afin de 
les   informer   de   la   situation,   mais   je 
réalisai   assez   rapidement   que   je   passais 
pour   un   idiot   à   parler   de   mystérieux 
individus   qui   avaient   cette   aisance 
impossible à se dérober de la vue à chaque 
fois   que   les   policiers   me   prenaient   au 
sérieux   et   leur   accordaient   la   moindre 

14
attention. Qui plus est, c'était vain de ma 
part, car de tout façon, cette conspiration 
s'étend à des sphères bien plus hautes que 
ces agents de police, et même si l'un d'eux 
avait le zèle ou la détermination de tenter 
de piéger mes poursuivants, ses efforts se 
buteraient   sans   doute   à   une   surprenante 
résistance   de   la   part   de   ses   propres 
supérieurs.   Au   diable   les   autorités...   de 
toute   façon   ils   sont   tous   des 
collaborateurs du grand complot d'une façon 
ou   d'une   autre!   Ils   défendent   ce   même 
système que l'Ordre a créé pour amener des 
milliards   de   gens   à   croire   en   leurs 
mensonges   manufacturés.   Tant   soit   peu   que 
quelqu'un   travaille   pour   une   autorité 
quelconque, il est automatiquement un agent 
double,   un   serviteur   indirect   de   leur 
complot, d'une façon ou d'une autre. Je ne 
peux   plus   que   compter   sur   moi­même, 
maintenant...   si   seulement   j'aurais   la 
chance   d'avoir   encore   une   famille,   ou 
encore   mes   vieux   amis,   qui   m'ont   tous 
tourné   le   dos   ces   dernières   années,   je 
pourrais   au   moins   bénéficier   d'une   bonne 
compagnie,   voire   peut­être   même   d'un 
certain support. Mais peut­être les aurais­
je tous, aussi, mis en danger. Ma voie est 
donc   celle   de   la   solitude.   Triste,   oui, 
mais   la   meilleure,   compte   tenu   de   mes 
activités.

Bref, je ne peux vous donner plus de temps, 
maintenant. Des agents sont à mes trousses, 
et   je   sens   que   leur   moment   pour   frapper 
approche.   Je   vais   me   soustraire   de   leur 
surveillance   constante,   et   ce,   d'une 
manière   qu'ils   ne   pourront   pas   prévoir; 
mais   cela   m'empêchera   de   continuer   de 
propager la vérité plus longtemps. Cela est 
dommage,   je   le   sais,   car   je   suis   certain 
que plusieurs d'entre vous attendaient que 
je leur donne plus de pistes pour que vous 
puissiez libérer, et pour lutter, mais je 

15
ne puis qu'espérer que d'autres continuent 
l'oeuvre là où je l'ai laissée. 

Soit, il y a quelques mois, la Dame blanche 
a   commencé   à   me   parler,   dans   mes   rêves. 
C'est ainsi qu'elle m'a ouvert les yeux. Je 
n'ai pu comprendre ces mots, ni mémoriser 
les sons dont ils étaient faits, mais elle 
me parlait vraiment. En fait, il n'y a que 
quelques sons, deux mots à peine, dont je 
me rappelle toujours, et ceux­ci résonnent 
toujours,   aujourd'hui,   dans   ma   tête: 
« Abla... Manta. ». Je ne sais pas ce que 
ça   veut   dire,   mais   à   chaque   fois   que   je 
plonge au fond de moi même, c'est sa voix, 
et   ces   sons   que   j'entends.   Lorsque   vous 
aussi   la   verrez,   son   chant   vous   libérera 
progressivement.   Et   vous   la   verrez,   car 
elle est le fruit de leur complot, et elle 
a   été   déchaînée   à   un   point   où,   un   jour, 
plus personne ne pourra se sauver d'elle, 
sauf   pour   ceux   et   celles   qui   voudront 
demeurer   dans   l'illusion,   par   peur   pour 
leur   propre   vie,   qui   ne   fera   plus   aucun 
sens,   de   toute   façon.   L'apocalypse   avait 
déjà été annoncée il y a presque deux mille 
ans sur l'île de Patmos, et une révolution 
sociale   prévue   et   souhaitée   depuis   des 
centaines   d'années   par   les   porte­voix   des 
masses   prolétaires,   et   maintenant   vous 
comprendrez quelle est la nature véritable 
de   cet   événement   que   nous,   opprimés­ées, 
exploités­ées et dépossédés­ées de ce monde 
attendons   depuis   longtemps   déjà.   Il   n'y 
aura pas de moment précis, ni de lieu, car 
c'est   loin   au­delà   du   temps   et   à 
l'intérieur   de   nous   que   l'aspect   le   plus 
profond   de   ce   renversement   total   et 
inéluctable de l'ordre établi se produira.

C'est pour une raison bien précise que mes 
messages   sont   tombés   entre   vos   mains.   Il 
est   certain   pour   moi   que   c'est   pour   vous 
affranchir,   instantanément,   mais   je   crois 
bien  qu'il  y   ait   une  cause  qui   soit  bien 

16
au­delà   de   moi   et   mon   propre   combat,   une 
raison plus globale qui nous unit tous. Je 
vous ai montré la route, et vous ai indiqué 
dans quelle direction elle vous mènerait. À 
vous   de   découvrir   son   parcours,   ses 
obstacles   et   son   aboutissement   final... 
s'il n'y en a qu'un seul.

Pour l'instant, c'était le dernier de mes 
messages, et non le moins éloquent, alors 
que   j'espère   toujours   que   vous   allez   le 
comprendre, comme pour tous les autres; et 
que   vous   sentirez   cette...   réalité,   ce 
cadavre gris et puant, comme je l'ai senti; 
et la verrez comme mes propres yeux l'ont 
vue.   Je   souhaite   aussi   que   vous   y   voyiez 
bien   au­delà,   dans   l'hyperréalité 
métacosmique,   où   je   serai   probablement, 
lorsque vous regarderez par le trou de la 
serrure,   dans   la   lumière   de   votre   vérité 
profonde...

Camarades, adieu.

  Docteur Solis

17
18
Chapitre 1:

Le début de la fin

19
20
Ce matin, j'ai oublié mon nom. Je me suis réveillé ainsi, 
le   soleil   dans   les   yeux,   sentant   une   vague   d'air   frais 
passer sur mon visage et caresser l'herbe autour de moi. 
Le   ciel   était   d'un   gris   opaque   et   parfaitement 
homogène.   Seulement   un   soleil   d'argent   passait   au 
travers   pour   s'abattre   sur   mes   yeux   affaiblis   par   le 
sommeil.  Comme  une lame pénétrant  ma tête, par ses 
deux   principaux   orifices.   C'est   dans   ce   climat 
d'oppression des sens que je m'éveillai, et je réalisai que 
je ne me souvenais plus de rien. De rien du tout. Je ne 
savais pas combien de temps j'avais dormi comme cela 
sur   l'herbe,   et   encore   moins   pourquoi   ou   par   quel 
concours de circonstances j'atterris ici. Le vide. Il m'est 
arrivé quelques fois dans ma vie de me réveiller ainsi, 

21
dans la plus parfaite naïveté, complètement ignorant de 
tout ce qui s'est passé avant que je me m'endorme... et 
de   tous   les   tracas   qui   m'attendaient   presque   chaque 
fois, comme une armée de boxeurs Thaï attendant que 
je me sois relevé pour me démolir  l'être une fois pour 
toutes, une fois de plus, pour me foutre la plus grande 
raclée de ma vie, et me donner ainsi ma douche froide 
quotidienne,   celle   qui   me   situe   et   me   définit   dans   le 
présent et l'avenir.

Il y a de ces courts moments, en effet, pendant lesquels 
on   se   rappelle   plus   de   rien   du   tout,   où   on   est 
simplement pas intéressé de se rappeler de quoi que ce 
soit,   mais   simplement   de   se   laisser   dériver   par   les 
vagues   d'une   situation   immédiate,   dans   un   moment 
donné, par tout ce qui nous entoure, physiquement, en 
ne se préoccupant  ni d'où on arrive, et de vers on va. 
C'est   un   peu   comme   quand   on   fait   l'amour.   Tout   se 
passe, rien ne se pense. Durant ces moments,  on n'est 
plus ce que l'on est, ou plutôt ce qu'on essaie d'être à 
chaque jour de notre vie, même si nous pouvons avoir 
l'impression  d'être,  plus  que  jamais.  Nous  ne sommes 
plus le politicien,  le militaire,  le prêtre ou le banquier 
qu'on   est   de   jour,   ni   encore   un   parent   de,   enfant   de, 
patient  de,  patron  de,  bourreau  de,  ou employé  de.  Il 
n'y a seulement qu'un être. On est, point final. Et c'est 
justement et précisément durant ces rares moments que 
je me sens respirer enfin, enfin dégagé de cet absurde 
fardeau   qui   me   pollue  l'esprit   au   quotidien,   mais  qui 
fait   pourtant   fleurir   si   splendidement   la   vie   de   bien 
d'autres personnes.

22
"Et   quelle   importance,   après   tout?"   pensais­je   parfois, 
quand ces moments se présentaient.  Peut­être serait­ce 
uniquement   autour   de   cette   question   que   devrait 
tourner toute cette vie. Oui, quelle importance, en effet? 
Peut­être que rien d'autre ne devrait être important que 
la   question   de   l'importance   de   toute   chose   en   soi, 
comme   de   tout   événement   ou   tout   être   avec   qui   on 
interagit. Ce serait de la question  de l'importance  que 
tout   commencerait,   et   par   elle   aussi   que   tout   finirait. 
Renégocier   les   choses,   remanier   l'univers,   refondre 
l'existence   et   recréer   nos   relations   en   fonction   d'une 
seule et même valeur: ce qui est important pour chacun 
et chacune de nous, fondamentalement; l'important, tel 
que   ressenti   au   fond   de   nous­mêmes.   Le   monde 
cesserait­il de tourner s'il tournait selon un ordre moral 
si   simple?   Non.   Bien   au   contraire.   Il   ferait   seulement 
plus  de  sens,  beaucoup  plus   de sens.   Peut­être  même 
que   tout   le   monde   se   sentirait   plus   heureux,   moins 
inquiet, et ne verrait aucune nécessité dans le conflit, la 
domination ou bien la compétition. Mais peut­être n'est­
ce encore qu'une belle utopie, car bien peu de gens ne 
sauraient bien reconnaître d'eux­mêmes l'important du 
futile, sauf peut­être dans un endroit où les gens n'ont 
justement   rien  d'autre   à   se  préoccuper   et   rein  d'autre 
entre leurs mains, que ce qui est crucial, fondamental... 
et je dirais même vital.

Or,   à   l'instar   de   ces   moments   de   conscience   vive, 


aujourd'hui il y a quelque chose de différent. Quelque 
chose   a   changé.   Quelque   chose   de   subtil,   mais   bel   et 

23
bien discernable s'est ajouté à ce fabuleux présage d'une 
conscience absolue, parfaite, que je ressens parfois.

C'est que je ne sais plus rien sur moi... aucune référence 
à   un   temps   ou   lieu   passé,   aucun   visage,   ni   aucun 
souvenir d'autre sorte. 

Je ne sais plus qui je suis. C'est le vide... total. Je n'arrive 
pas à me rappeler... Je ne peux pas? Je ne veux pas? Je 
n'en sais rien. Je ne suis pas assez lâche, ni paresseux, 
pour   fuir   mon   identité   comme   pour   m'enfuir   de   mes 
engagements   et   autres   préoccupations.   Car   j'aime 
multiplier   les   engagements,   et   autres   encombrements, 
relationnels et autres; ils me donnent constance, ils me 
donnent  assurance.  Et  les préoccupations,  c'est  encore 
mieux; elles me font faire du sens là où je crains de ne 
pas   en   voir.   Peut­être   suis­je   devenu   amnésique...   et 
comment   pourrais­je  le   savoir   de   toute   façon?  Seul   le 
temps pourra m'aider... le temps et les circonstances de 
la vie courante.

Je dois me regarder dans un miroir et en venir aux faits. 
C'est la seule façon. Peut­être serais­je terrifié de voir, à 
la place d'un visage que je reconnais comme étant mien, 
le   visage   effroyablement   vide   de   celui   d'un   parfait 
inconnu;  ou peut­être que,  à mon grand  soulagement, 
cela déclenchera un éblouissant retour de ma mémoire ­
ou au moins le souvenir  de mon identité­  et puis tout 
sera réglé, tout redeviendra comme avant... peu importe 
ce que c'était, cet « avant ».

24
Il fait frais, de plus en plus frais. Depuis que je me suis 
réveillé,   le   ciel   s'est   obscurci.   Ce   soleil,   grisâtre,   qui 
m'avait   réveillé   quelque   temps   plus   tôt,   n'est 
maintenant   qu'un  pâle   souvenir   derrière   une   nuée  de 
plomb,  sombre et lourde.  Puis se met à tomber  peu à 
peu   une   pluie   fine,   pas   mouillante,   mais   juste   assez 
présente   pour   que   l'humidité   ambiante   devienne 
inconfortable. 

S’il y avait une chose dont je me rappelais clairement, 
c'était de ce rêve terrifiant. Cette femme... toute blanche, 
qui m'appelait, du fond des eaux sombres, alors que je 
luttais pour faire surface, à bout de souffle...

Durant mon sommeil,  j'avais cru entendre des enfants 
jouer   près   de   moi,   quelques   familles,   et   couples 
d'amants, éparpillés de part et d'autre dans le parc... et 
une   bande   de   jeunes   rire   en   se   racontant   des   choses 
indiscernables, mais à peine cela m'avait réveillé, et tout 
me   semblait   baigner   dans   un   flou   teint   de   milles 
couleurs et de sons. Maintenant, ils semblent être sont 
tous rentrés, ou ils ont simplement disparu... Volatilisés. 
Il   me   semble   qu'il   y   avait   eu   une   sorte   de   fête   à   ciel 
ouvert, ou un grand rassemblement quelconque sur le 
pied de la montagne,  il y a quelque temps…  ou il y a 
même   quelques   minutes   à   peine,   mais   il   s'était  mis   à 
pleuvoir, et tout était parti avec le vent. Bizarre. J'ai ce 
drôle   mais   désagréable   sentiment   d'avoir   manqué   un 
train,   alors   que   tout   le   reste   du   monde   est   déjà 
embarqué,   et   parti   depuis   longtemps,   vers   je   ne   sais 
où... partout où les gens normaux sont censés être.

25
Le parc était plus grand que je ne le croyais, il se perdait 
même   au­delà   de   mon   regard.   L'horizon   diffus   d'une 
grande ville, voilé par le brouillard translucide, révélant 
les silhouettes fantomatiques, hautes comme le ciel, aux 
contours   hétéroclites.   Des   gratte­ciels.   J'étais   entouré 
par   le   mur   d'une   ville,   gigantesque   à   en   couper   le 
souffle.   Une   mégalopole,   sûrement.   La   pelouse 
s'étendait   sur   une   longue   distance   partout   autour   de 
moi, et des feuillus y avaient pris force un peu partout. 
Mais tout était encadré d'urbanité futuriste, glauque et 
démesurée.   Alors   que   je   me   trouvais   seul   en   plein 
milieu de ce néant vert, entouré de ces grands fantômes 
de   géants   sans   âmes,   une   question   inéluctable   me 
foudroya  l'esprit,  à  la   manière   d'une  balle   de  fusil,  et 
c'est là que je commence à m'inquiéter, sérieusement...

Qui suis­je? 

Je   me   rappelle   m'être   posé   cette   question   maintes   et 


maintes   fois   ­comme   plusieurs,   d'ailleurs­     et   les 
meilleures   réponses   que   j'ai   trouvées   étaient 
difficilement exprimables en mots. Mais cette question 
n'a jamais fait autant de sens pour moi que maintenant.

Qu'est­ce  que  je fais  ici?   Comment  suis­je  arrivé  dans 


cet endroit qui m'est totalement étranger? 

Je   sens   l'effroi   monter   en   moi.   Un   peu   cette   même 


sensation   qu'on   peut   avoir   lorsqu'on   manque   le   pied 
sur le bord d'un ravin haut comme une montagne, ou 

26
alors qu'on est à plusieurs mètres sous l'eau et réalise 
qu'il ne nous  reste  plus  une seule  bulle d'air  dans  les 
poumons.   Puis  cette  impression   implacable,  que   je ne 
peux  surmonter,  cette impression  que tout  est passé... 
ou perdu. Que je suis perdu. Que je me suis perdu. Et 
que   j'ai   tout   perdu...   ou   encore   mieux,   tout  manqué. 
Manqué   une   vie   qui   est   partout   autour   de   moi,   mais 
dont je n'ai jamais vraiment fait partie d'aucune façon 
que ce soit.

Qu'est­ce qui m'est arrivé?

Je   dois   aller   savoir.   La   réponse   à   cette   situation 


incompréhensible,   elle   doit   bien   se   trouver   quelque 
part, dans cette ville...

*    *    *
 

La   Cave   à   Vers   était   cet   endroit   glauque   et   baroque 


dont   on   se   surprend   de   la   seule   existence.   C'est   une 
sorte   de   pub  underground  où   toutes   sortes   gens   aux 
allures étranges, et provenant de milieux très distincts, 
passent   le   plus   clair   de   leur   temps   à   sermonner   des 
incohérences, danser avec de vieilles dames et tripoter 
les cuisses des partenaires de leurs amis­es, tous genres 
confondus. Anarchistes, pirates, vendeurs de chimique, 
poètes,   contrebandiers,   curés   retraités,   sociologues 
ratés, vendeurs de poètes, avocats et autres phallocrates 

27
désespérés. Un endroit sombre, à l'éclairage rouge sang, 
baignant   dans   une   constante   odeur   de   bière   et   une 
ambiance de décadence relativement glorieuse. 

Le gérant était une espèce de grand personnage vêtu de 
noir avec une barbichette, svelte et plutôt élégant, voire 
même coquet, autant dans ses gestes que dans sa tenue. 
Il   parlait   en   haletant   dans   de   grands   arcs   théâtraux, 
toujours  avec  ce sourire tranchant,  à la  fois sinistre  et 
caustique.   L'air   toujours   malveillant   mais 
incroyablement classe. Satan en personne, ou peut­être 
son   incarnation   la   plus   fidèle   en   ce   monde,   mais   il 
portait   quand   même   son   nom,   ou   presque.   L'ami   de 
tous, et aussi leur guetteur, régnant dans son petit enfer 
de laissés  pour  compte.  Quand  on avait un problème, 
on s'adressait au barman, et il écoutait nos confessions 
les plus tordues, et quand quelqu'un s'intéressait à cet 
endroit   maudit,   Monsieur   Shatan   ­« Bob »   pour   les 
copains­   nous   faisait   plein   d'offres   alléchantes,   mais 
elles   ne   réussissaient   jamais   à   convaincre   d'éventuels 
acheteurs. Alors dans ce cas il se condamnait lui­même 
à faire semblant d'écouter nos pires salades et tous nos 
mélodrames existentiels, et ne rendait pas le change. Et 
quand   on   voulait   juste   flirter   un   peu   avec   la   gent 
féminine, la belle Géraldine s'offrait aux gens, souvent 
sans aucune retenue; surtout quand il s'agissait de sales 
clodos aux visages phalliques, garnis de poils pubiens, 
sur   lesquels   je   n'aurais   pu   m'empêcher   de   vomir   en 
temps   convenu.   Elle   était   sans   conteste   la   plus 
délicieuse   de   toutes   les   serveuses,   voire   même   les 
femmes   du   coin.   Une   perle   de   sensualité.   La   belle 

28
Géraldine,   charnelle   Géraldine,   belle   de   service,   que 
tout le monde convoite. Elle est l'Étoile inatteignable, à 
chaque soir, sauf le mardi et le mercredi, là où le patron 
l'atteint royalement et au bon endroit, au grand damne 
de tous... Tout le monde sait au sujet de sa relation avec 
Bob   Satan,   mais   personne   ne   s'impose,   ou   personne 
n'ose, à ce que je sache.

Moi,   je   ne   suis   pas   un   habitué   ici,   je   ne   viens   que 


parfois.  Les habitués,  eux,  semblent  plutôt faire partie 
du décor. Le vieux jazz ensorcelé des années '30­'40, et 
du   Be­Bop   parfois…   de   la   musique   que   même   plus 
personne n'écoute sur cette foutue planète sauf ici, est 
peut­être la chose qui dessine la vraie limite entre ceux 
qui vont fuir l'endroit pour  ne jamais revenir  de ceux 
qui vont signer un bail de semi­location avec le gérant... 
car, après tout, ils paient bien leur part de loyer à leur 
manière, non?

Pourtant,   la   boîte   roule.   Elle   semble   même   faire 


beaucoup   de   sous.   Jamais   compris   pourquoi,   ni 
comment.

Non,   moi,   je ne  suis  pas  un  habitué,  mais  je sais  que 


quand je viens ici, je viens ici parce que j'ai une raison 
de venir ici, spécifiquement ici. C'est d'ailleurs toujours 
pour   la   même   raison   que   je   viens   ici.   Mais...   bien,   la 
raison   m'est   un   peu   floue   pour   moi.   Je   ne   suis   pas 
certain de savoir exactement... en fin de compte,  je ne 
sais  pas  exactement  quelle   est  cette   raison.  Je  cherche 
quelque   chose   ou   j'attends   quelque   chose,   mais   je   ne 

29
sais   pas   précisément   quoi.   Je   sais   un   peu   à   quoi   ça 
ressemble,   et   même   j'ai   une   impression,   diffuse,   de 
comment je me sentirais face à cet objet, mais je ne sais 
rien de ce qu'il est, du moins pas encore. Je sens que je 
vais   avoir   la   réponse,   dans   pas   longtemps.   Je   finis 
toujours par tout découvrir, je fais confiance au destin.

Ce soir­là il y avait un gros soulon assis au bar. Il puait 
à dix pieds de distance de moi. Mais ce n’était pas un 
clochard.   Juste   un   gros   bonhomme   graisseux,   à   la 
chevelure   parfaitement   lisse.   Smoking   blanc.   Il   avait 
l'air de l'avoir porté depuis des semaines.  Il sirotait sa 
bière   dégueulasse   au   moment   où   j'ai   arrêté   de   me 
préoccuper de sa présence. 

Je me suis dirigé vers un des sombres coins pleins de 
fumée   du   bar   et   j'ai   commandé.   Dorienne,   la   chair 
brune, délicieuse, me sert, me fait un sourire, prend son 
pourboire,   puis   elle   m'oublie,   en   deux   temps   trois 
mouvements.   Suivant.   Et   elle   passe   à   l'autre   client. 
Suivant! Quelle paire de cuisses... J'embrasse Géraldine 
des   yeux,   elle   me   regarde  une   autre   fois   de   ses   yeux 
rayonnants,  me  sourit,  mais elle ne m'a  pas remarqué 
longtemps. Suivant... Et elle m'a déjà oublié. 

La table était collante. De la bière séchée, sûrement. Je 
ne   pouvais  même   pas  me  pencher  dessus  pour   écrire 
quoi que ce soit. Un jet de lumière surprit tout le monde 
pendant que j'étais perdu dans mes pensées. Quelqu'un 
était   entré.   Le   club   était   si   sombre   et   si   rouge   que   la 
moindre   lumière   du   jour   avait   l'effet   d'un   flash,   ou 

30
presque,   sur   le   reste   de   la   scène.   Le   nouveau   venu 
traversa la salle et s'assit droit devant moi. Un gars aux 
allures d'intello paumé, comme il y en a beaucoup par 
ici.   Barbiche   pointue   et   mince   moustache   décorative. 
Vêtements noirs. Rien de spécial à signaler, à part de ses 
yeux   diaboliques,  noirs   comme   la   mort,   qui   perçaient 
les   miens   comme   s'il   avait   vraiment   quelque   chose 
d'important  à me dire. Et aussi un chapeau comme  je 
n’en ai pas vu depuis aussi longtemps que ma mémoire 
existe. Je ne connais pas ce type, mais je crois que lui me 
connaît, pour une raison douteuse.

« Chacun des vers de mes poèmes est comme un 
ver pénétrant la terre pour la posséder, et chacun 
de   mes   poèmes   comme   une   armée   de   pénis 
pénétrant vos corps pour les corrompre. 

­ El Macho Gringo »

C'est ce qui  est inscrit en lettres  mauves  fluorescentes 


sur un mur de la Cave à Vers, celle où Monsieur Satan 
accueillait les laissés pour compte en quête de plaisirs 
étranges.   Personne   ici   ne   sait   qui   c'est,   "El   Macho 
Gringo", mais il avait sûrement  plein de choses à dire 
sur la vie, et aussi sur plein d'autres choses. Le type qui 
vient   juste   d'entrer   se   précipite   à   ma   table   et   s'assied 
droit   devant   moi   comme   si   on   avait   rendez­vous.  Un 
type a la peau noire comme  le goudron,  frêle et petit, 
mais   bougeant   par   des   gestes   frénétiques   et   des 
mouvements   aléatoires.  Il  a  les  yeux  grands  et  blancs 
comme des oeufs, avec des lumières vertes au centre. Il 

31
semble me connaître, mais moi je ne le reconnais pas du 
tout.

On met les cartes sur table. Il m'appelle par mon nom, 
et il se présente.  Romuald  quelque  chose,  son nom.  Il 
me raconte que je suis en péril, de façon aussi crédible 
qu'un   enfant   qui   dirige   une   réunion   d'actionnaires 
d'une   grosse   multinationale,   mais   l'air   néanmoins 
convaincu. De la poche de son manteau, il sort un petit 
sachet de quelque chose... ça me semble être de l'herbe, 
séchée et émiettée. Pas de la marijuana, je l'aurais vu du 
premier  coup. Je me demande  quelle foutue plante ça 
peut   bien   être...   Le   type   la   balance   devant   mes   yeux 
comme  un   pendule,  pour  se  foutre   de  ma  gueule,  ou 
peut­être   est­ce   pour   me   plonger   dans   un   état 
d'hypnose,   je   sais   pas.   Trop   confus   pour   réagir,   je   le 
laisse prendre ma main et la placer droit en­dessous de 
la tienne, pour ensuite laisser tomber le sachet dedans, 
en me donnant ses directives. 

« Mets   ça   dans   ta   pipe!   Tu   en   fumes   à   coups   de 


huitièmes de gramme, pas plus. Mais... » il leva le doigt 
en   l'air,   et   resta   figé   comme   une   statue   durant   un 
moment,   avec   ses   yeux   de   mystificateur   rivés   sur   les 
miens « ...cette bombe­là va te faire sauter le crâne et tu 
vas devenir schizo si t'en prends trop à la fois, alors fais 
attention!  L'effet dure pas longtemps,  mais juste assez 
pour que tu y voies clair et devines vers quoi te diriger 
pour sauver ton cul et voir la Lumière. Et tu vas la voir, 
je te jure!!! »

32
Le fou met sa main sur mon front quelques instants en 
chuchotant   une   suite   de   mots   incompréhensibles   qui 
sonnaient   comme   de   la   poésie   automatiste,   puis   il 
s'éloigne tranquillement  de moi, l'air grave et hautain, 
comme animé par une transe, qui prend les commandes 
sur   son   corps   pour   le   transporter   ailleurs.   Il   avait 
soudainement  l'aspect  d'un  prêtre  vaudou,  son  visage 
ensanglanté par la lueur pourpre qui éclairait les lieux. 
Et qu'est­ce qui me dit qu'il ne l'est pas, après tout? Il se 
prend vraiment au sérieux! Il se met à tressaillir en s'en 
allant, mais je ne sais plus si c'était à cause d'une transe, 
ou   bien   la   peur...   une   peur   dont   lui   seul   peut   voir 
l'objet. Il est fou, or je n'ai pas à savoir la raison de sa 
peur.   Il   tourne   les   talons   et   se   rue   vers   la   sortie.   La 
barmaid remarque à peine le passage de l'homme et les 
clients  sont trop perdus  dans  leur  bulle de boisson.  Il 
quitta   en   s'enfuyant   à   la   course,   bousculant   dans 
l'escalier une bande de gros saoulons qui montaient au 
pas de tortue et haletant  à travers eux comme  un fou 
tentant   de   s'évader   de   l'asile.   Les   gros   barbituriques 
finirent par faire place, en bêlant et en sacrant, par des 
insultes  racistes  bien  sûr,  comprenant  à  peine  la suite 
des événements; et le fou disparut.

Bien   que   ce   genre   d'événement   ne   soit   pas   tant 


imprévisible dans un lieu comme celui­ci, j'ai du mal à 
comprendre ce qui vient de se passer. Qui était ce type... 
et qu'avait­il à voir avec moi? Ayant regardé plusieurs 
fois mes arrières sur mon chemin ­paranoïaque comme 
je   suis­   j'étais   certain   que   personne   ne   m'avait   suivi 
jusqu'ici. Bref, peu importe quelle place j'occupais dans 

33
les   théories   démentes   par   lesquelles   il   explique   son 
geste   incohérent,   ce   type   m'a   fait   un   bien   curieux 
présent   dont   je   me   demande   la   véritable   nature.   Je 
regarde le petit sachet qui repose dans le creux de ma 
main, et ne peut m'empêcher d'être intéressé. Peut­être 
c'est seulement  des épices séchées  que lui croyait  être 
une sorte d'herbe magique, mais peut­être aussi s'agit­il 
réellement   d'une   drogue.   Eh   bien,   adieu,   Docteur 
Romuald!   Je   vais   sérieusement   considérer   vos 
prescriptions, soyez­en rassuré...

*   *   *

L'inconnu   me   regarde   de   ses   yeux   d'assassin.   Il   tient 


entre   ses   mains   une   seringue   emplie   d'un   liquide 
jaunâtre.   Un   somnifère,   sans   doute.   Salopard   de 
psychiatre...   je   suis   sûr   que   c'en   est   un.   Ils   sont   tous 
pareils.   Tous   le   même   regard   vide   et   pénétrant   de 
requin   qui   vous   fixe   comme   s'ils   essayaient   d'envahir 
votre esprit... non, en fait, c'est ce qu'ils font vraiment. 
C'est la race la plus insidieuse et détestable parmi tous 
les   agents   de   contrôle,   mis   à   part   les   putains 
d'intervenants sociaux, qui, pour la plupart, ne méritent 
que la mort par pendaison. Du moins, c'est ce qui leur 
arrivera   après   la   grande   révolution...   pendus   par   les 
jeunes punks de la rue qu'ils ont eux­mêmes contrôlés, 
exploités ou abusés. 

34
Là, il va me sauter dessus, me saisir et m'endormir, et je 
vais   me   réveiller   des   heures   plus   tard   dans   la   cage, 
c'est­à­dire dans un asile aux murs tout blancs avec trois 
cent   mille   autres   cinglés   dépourvus   de   conscience, 
autrement  dit des gens ordinaires, en somme.  Ils vont 
me faire leur interrogatoire de Gestapo, voir si je suis au 
contrôle sur moi­même, si j'ai tous mes esprits, et bien 
sûr je ne passerai pas le test, car il est fait pour que tout 
le monde y échoue, sauf ceux et celles qui se trouvent 
du même côté de la grille d'analyse qu'eux. Puis ils vont 
me mettre en cellule et lentement ils vont me marteler le 
crâne d'informations pourries, en me foutant dix heures 
par   jour   devant   un   écran   de   télé,   me   reprogrammant 
pour   effacer   ma   mémoire   et   redevenir   un   un   parfait 
esclave, qui travaille, consomme, vote et paie ses impôts 
sans poser de questions.

J'aurais   dû   me   méfier...   mon   pote   Grenade   me   l'avait 


dit; ils sont partout ces salopards d'agents de gestion de 
crise! Je ne baisserai quand même pas les bras... non, et 
surtout   pas   au   moment   où   je   suis   à   un   cheveu 
d'atteindre mon but ultime, cet objet, purement abstrait, 
mais fatalement déterminant, que je cherche depuis tant 
d'années. J'ai passé les vingt dernières années de ma vie 
à   errer,   puis   à   me   laisser   guider   par   cette   cause   sans 
nom, et à travailler, à conspirer et à étudier les rouages 
du système pour enfin tomber sur le gros lot. Le but de 
la quête pour moi était à la fois de découvrir la nature 
réelle,   la   véritable   identité   de   la   cause   qui   m'avait 
inspiré,   en   plus   de   la   suivre   pour   l'atteindre.   J'étais 

35
finalement parvenu à trouver son nom, et c'est depuis 
cet instant, exactement depuis ce même instant, comme 
si ma découverte avait déclenché un système d'alarme 
silencieux, invisible et parfaitement enfoui uniquement 
dans la tête de mes ennemis, que je mis les autorités à 
mes   trousses,   et   pas   seulement   les   autorités,   mais 
l'autorité   elle­même,   globalement.   Tout   groupe, 
individu   ou   institution   obéissant   à   une   autorité 
détachée d'eux­mêmes me semblait avoir exactement le 
même comportement,  et le même  raisonnement... tous 
semblaient   vouloir   me   soutirer   des   informations 
sensibles, me surveiller de près ou de loin et tenter de 
me   piéger.   Les   autorités   de   toutes   sortes   se   mirent   à 
conspirer contre moi, même si aucun lien ne pouvait se 
voir   entre   l'une   ou   l'autre   parmi   elles,   ou   entre   un 
organe et un autre de la grande toile invisible de leur 
empire   universel.   Journalistes,   médecins,   avocats, 
policiers,   gérants,   agents   de   sécurité,   psychologues, 
professeurs,   membres   du   clergé   et   bien   entendu   mes 
superviseurs   au   boulot   et   le   proprio   de   mon 
appartement; allant même jusqu'à ce stupide animateur 
à la radio et les chauffeurs du service de transports en 
communs,   s'étaient   retournés   contre   moi,   tous   à   leur 
façon, utilisant le plus grand pouvoir qui leur peut être 
attribué par le système; et ce, sans parler de tous ceux 
dont   le   travail   principal   est   le   contrôle   social,   ceux­ci 
que   je   ne   vois   presque   jamais   et   avec   qui   je   n'ai   pas 
d'interaction   directe.   Le   système,   c'est   le   système   en 
entier   qui   agissait   systématiquement   pour   ma   perte. 
J'avais déchaîné les feux du ciel contre moi. 

36
Mais rien ni personne ne pouvait m'arrêter, désormais, 
pas même la Mort elle­même! Enfermé en prison j'avais 
été   durant   toutes   ces   années  et   il   n'était   pas   question 
que je retourne en leur emprise de fer une seule nuit de 
plus. Et je savais que cette fois­ci ils n'étaient pas pour 
m'épargner.   Ils   allaient   me   désactiver,   me 
déprogrammer   et   me   rendre   totalement   inoffensif, 
inapte à toute autre subversion contre leur système... un 
légume,   en   d'autres   termes.   Je   ne   me   laisserai   pas 
abattre au vol.

Je fis le geste de l'éviter et je pris la fuite en sourdine 
parmi la foule, mais l'agent sortit de sa poche un objet 
de   plastique   noir,   une   sorte   de   pistolet   avec   deux 
grosses  aiguilles   métalliques   à   la   place   d'un   trou   de 
canon. Je devinai vite qu'il s'agissait d'un pistolet  taser. 
Deux petites aiguilles plantées dans ma chair, tirées par 
le   pistolet   auquel   elles   restent   connectées   par 
l'entremise de fils de métal; et par ces fils conducteurs, 
une décharge électrique assez forte pour non seulement 
me   paralyser   tous   les   muscles,   mais   me   rendre 
inconscient   durant   un   bon   moment,   juste   assez   de 
temps pour qu'il me fasse disparaître de la circulation 
en   toute   quiétude.   J'étais   cuit.   Trois   vieillards   lents, 
calleux   et   lourds   comme   des   rhinocéros   me 
ralentissaient   dans   ma   fuite   à   travers   le   passage   vers 
l'escalier,  qui  aurait   pu  être  mon   dernier   sauf­conduit 
possible, et j'essayai de me faufiler parmi eux, mais ils 
ne   réagissaient   ni   ne   bougeaient   pas.   Pire   même,   ils 
protestaient   en   râlant   et   en   marmonnant   des   phrases 
incohérentes,   mais   ne   bougeaient   toujours   pas!   Il   y   a 

37
toujours de ces vieillards faits comme de gros blocs de 
béton qui ont l'air que d'exister que pour se mettre dans 
notre chemin quand on est pressé par une quelconque 
affaire   urgente,   et   là,   le   moment   était   très,   très   mal 
choisi   pour   que   ça   arrive,   car   j'étais   dans   un   sacré 
pétrin. À la dernière minute,  alors que l'agent pointait 
son   arme   sur   moi,   j'eus   l'idée   subtile   de   crier   « Au 
meurtre!!! », question de déstabiliser la foule autour de 
moi   et   ainsi   de   profiter   du   chaos   pour   m'évader. 
Beaucoup de gens virent en effet l'homme qui pointait 
maintenant le taser en ma direction, mais la réaction de 
tous   ces   gens   partout   autour   de   moi   fut   de   figer   sur 
place et de regarder la scène dans un mutisme débile, 
comme   une   bande   de   moutons   attendant   qu'on   les 
dirige   à  petits   coups   de   canne   de   berger...   eh   oui,   ils 
attendent toujours et sempiternellement leur berger, ces 
putains   de   moutons.   Et   est­ce   comme   cela   qu'ils 
réagissent   lorsque   la   vie   d'un   de   leurs   semblables  est 
menacée??? Sont­ils asservis au point d'attendre que les 
autorités interviennent pour étouffer le danger  ­qui se 
résumerait   à   être   moi   dans   ce   cas­ci!­   ou   ne   sont­ils 
qu'une bande de lâches incapables même de paniquer et 
de fuir  en situation  de péril? J'avais la preuve vivante 
que tout être qui craint le gouvernement et la Loi est un 
traître   potentiel   pour   un   autre   de   son   espèce.   Mais 
jamais,   encore,   je   n'aurais   cru   qu'une   foule   de   gens 
ordinaires   participe   si   solidairement   à   la   conspiration 
contre moi. Ce seraient­ils précipités dans tous les sens 
comme  tout humain normal  aurait théoriquement fait, 
j'aurais   pu   éviter   mon   sort   sinistre,   mais   non!   C'est 
peut­être  ce qu'ils auraient  fait si j'avais crié  "au  feu", 

38
mais   ce  n'est   pas   dans   une  place   publique   extérieure, 
couverte entièrement  de béton, qu'on crie ce genre de 
chose. Alors que je forçais mon chemin entre les épaules 
des   trois   vieillards   plantés   comme   des   monolithes,   et 
étirais   mon   bras   pour   saisir   la   rampe   d'escalier,   une 
terrible décharge me traversa soudainement le corps, et 
durant   un   moment   la   douleur   du   choc   brutal   fut   si 
intense que j'oubliais même que j'étais dans ce corps. Je 
ne pus à peine crier, car le courant passa en moi comme 
la   foudre   et   tous   mes   nerfs,   muscles   et   neurones 
disjonctèrent   tous   unanimement,   en   l'espace   d'un 
dixième   de   seconde.   Ma   vue   était   neutralisée,   et   je 
sentais mon corps raide comme l'acier. De combien ça 
devait être...  cinq  cent mille volts?  Ma  salive  avait un 
goût   de   salé­sucré,   et   c'est   la   dernière   chose   dont   je 
puisse me rappeler...

39
40
Chapitre 2:

Court pamphlet sur la conspiration des nombres

41
42
Plusieurs   d'entre   nous   ont   probablement 
déjà été mis au courant d'un fait insolite 
entourant le chiffre «9». Peu importe que 
ce problème puisse avoir été présenté comme 
une autre des balivernes de la numérologie 
ou   d'une   découverte   mathématique   qui   soit 
restée jusqu'à ce jour exclusive au domaine 
académique,   nul   ne   peut   douter   de 
l'étrangeté   du   secret   mathématique   que 
comporte   ce   chiffre.   Le   chiffre   9   est   un 
symbole mathématique comme les autres, qui 
se   réfère   à   un   concept   d'ordre   numérique 
qui n'a rien de plus extraordinaire que de 
représenter   la   quantité   réelle   de   neuf 
objets   séparés.   Ce   qui   est   l'objet   de 
curiosité   derrière   ce   chiffre   consiste 
plutôt   en   une   loi.   Il   s'agit,   plus 
précisément   d'une   loi   que   je   qualifierais 
de   loi   de   l'absurde,   car   elle   s'impose 
comme   un   ordre   qui   échappe   à   la   raison, 
s'expliquant par elle­même et en elle­même. 
Elle est sa propre raison. 

43
Cette loi est fort simple: additionnez ou 
multipliez   n'importe   quel   nombre   par   neuf 
et vous obtenez un résultat; additionnez ou 
multipliez   ensuite   tous   les   chiffres 
contenus dans ce résultat entre eux et vous 
obtenez soit neuf, soit un nombre dont la 
somme   ou   la   multiplication   de   tous   ses 
chiffres   vont   égaler   à   neuf,   et   ainsi   de 
suite. Ceci est la base de cette loi, mais 
d'autres faits aussi singuliers qu'ordonnés 
apparaissent   lorsque   nous   approfondissons 
ce   type   de   calcul.   Par   exemple,   si 
additionnez neuf avec lui­même, cela donne 
dix­huit.   Et   un   et   huit   font   neuf.   Tout 
comme dans 27, 36, 45, 54, 63, 72 et ainsi 
de   suite.     Maintenant   que   vous   devinez 
l'issue   de   ce   calcul   simple,   tentez   de 
transposer   celui­ci   à   des   nombres   plus 
complexes,   et   tentez   de   faire   des 
multiplications.   Vous   obtiendrez   à   chaque 
fois comme résultat des nombres dont, bien 
entendu, le résultat de leur somme mutuelle 
est 9. Par exemple: pour 108, 1+0+8=9, et 
il en va ainsi pour tous les multiples de 
9.   Alignez   tous   ces   multiples   à   un 
intervalle régulier et en ordre croissant, 
par   exemple   tous   les   multiples   de   neuf 
situés entre quatre­vingt­dix­neuf et neuf 
cent   quatre­vingt­dix­neuf,   ainsi   vous 
verrez un ordre d'autant plus intéressant. 
S'ils sont alignés de bas en haut sur une 
colonne   bien   droite,   vous   remarquerez   que 
chacune des trois rangées de cette colonne 
comporte   une   énumération   répétitive   des 
nombres premiers... les chiffres de 0 à 9. 
Sur une colonne, les chiffres de 0 à 9 sont 
énumérés dans un ordre croissant; dans la 
rangée voisine, dans un ordre décroissant, 
puis à nouveau dans un ordre croissant sur 
la dernière rangée. Bien entendu, cet ordre 
se perpétue à l'infini, et créé une liste 
infinie de combinaisons générées seulement 
par   cet   ordre   qui   répète   indéfiniment   le 
décompte de zéro à neuf, ou de neuf à zéro, 
et   ce,   sur   un   nombre   infini   de   colonnes 

44
additionnelles.   Une   première   déduction 
mathématique   pouvant   être   forcée   est   que 
cette   loi   étrange   prouve   au   moins   que   le 
continuum des nombres n'a pas de fin. 

Si cela vous intéresse, vous êtes conviées 
à   aller   au­delà   de   mes   connaissances   sur 
cette loi, et d'essayer des tests d'ordres 
différents,   ou   beaucoup   plus   complexes, 
partant   du   même   problème...   divisions, 
racines   carrées,   exponentielles,   et   j'en 
passe. Peu importe quels nouveaux ordres ou 
anomalies   vous   découvrirez   en   faisant   ces 
calculs   ­car   vous   allez   en   découvrir, 
assurément­   sachez qu'il y a bien peu de 
chances que le seul fait de les découvrir 
ait   comme   effet   direct   de   bouleverser 
l'univers en entier, la nature, ou même le 
petit   monde   dans   lequel   vous   vivez.   Une 
découverte   de   ce   genre,   en   soi,   pourrait 
difficilement   ouvrir   une   porte   entre   vous 
et votre dieu, par exemple. Mais une telle 
découverte   a   tout   de   même   un   effet 
certain... et un effet pouvant vous faire 
réaliser   certains   points   essentiels   à   la 
compréhension   de   la   vérité   sur   le   monde 
dans lequel vous vivez, ou du moins sur la 
façon dont vous connaissez la vérité. Car 
c'est   moins   le   phénomène   en   soi   que   sa 
signification   plus   globale   qui   suscite 
réflexion.

Je veux clarifier avant tout que, même si 
cette   loi   peut   être   d'un   intérêt   certain 
pour   un   mathématicien   ou   un   numérologue, 
elle   n'est   ni   loi   mathématique,   ni   loi 
numérologique.   Elle   est   une   loi   de 
l'absurde;   définie   selon   une   Raison   qui 
échappe à toute rationalité humaine, ou qui 
reste encore à être comprise par l'esprit 
humain. Elle semble nous ouvrir les portes 
sur   un   ordre   secret,   caché   derrière   la 
banalité   des   chiffres   qui   hantent   le 
quotidien.   Un   mécanisme   étrange   qui   se 
moque de tout notre entendement, comme si 

45
tout   ce   que   l'on   eut   appris   depuis   notre 
naissance   ne   pouvait   être   qu'un   amas   de 
futilités,   et   que   la   réalité,   la   vraie 
réalité, est lointaine et insolite, cachée 
derrière   un   voile   énigmatique.   Cet   ordre 
caché   concerne   un   rapport   simple   entre 
l'individu   et   le   monde   réel,   ou   “réalité 
objective”;   un   rapport   tissé   par   notre 
propre   perception,   faisant   de   nous   des 
êtres à la perception sensorielle limitée, 
voire   même   aliénante,   ne   pouvant   faire 
mieux   que   de   se   fier   à   des   instruments 
d'observation conceptuels ou bien matériels 
­dans les deux cas, encore des créations de 
leur   esprit   aliéné!­   pour   fonctionner 
correctement   dans   un   monde   réel   qui   est 
toujours   plus   hors   de   soi,   et   qui   reste 
éternellement un mystère en lui­même.

La «matière sombre» du cosmos ­notion qui 
est   largement   reconnue   en   astrophysique 
quantique,   quoiqu’encore   largement 
incomprise dans sa nature­ est un exemple 
de   cette   incapacité   à   aller   au­delà   des 
données   sensorielles,   ce   qui   empêche   de 
pouvoir   se   rapprocher   d'une   connaissance 
authentique, voire même parfaite, du monde 
extérieur.   Mais   la   matière   sombre   nous 
entoure; et pas besoin de regarder dans les 
télescopes pour la voir, car sa frontière 
se   trouve   aux   portes   mêmes   de   notre 
perception.   La   matière   sombre,   en   soi, 
n'existe   pas,   en   tant   que   matière.   Elle 
n'est   qu'une   idée,   seulement   qu'une 
expression,   mal   assumée,   de   notre 
aliénation   cosmique   et   existentielle,   de 
notre incapacité à percevoir une quelconque 
réalité   objective   dans   l'univers.   Et   cela 
est directement lié à la mystérieuse règle 
du 9.

Sans aucun doute, cette loi représente un 
problème de sémiologie mathématique, c'est­
à­dire   qu'il   s'agit   plus   d'un   problème 
relatif   au   langage   des   nombres   qu'aux 

46
objets «réels» auxquels ceux­ci renvoient, 
car   on   ne   voit   pas   de   dizaines,   de 
centaines ou encore des fractions dans ce 
que   nos   sens   perçoivent;   seulement   des 
objets ­souvent désordonnés­ sans chiffres 
ni   mesures   apparentes.   Qu'un   mélange   de 
symétrie trompeuse, et de chaos se voulant 
parfois ordonné. 

Mais le postulat qui est à la base de la 
présente théorie est que cette loi dépasse, 
sans   nécessairement   nier,   la   dimension 
sémiologique   du   problème,   pour   poser   un 
problème   encore   plus   profond, 
essentiellement   philosophique,   qu'aucune 
pratique   scientifique   jusqu'à   présent   n'a 
pu   approcher,   à   cause   de   ses   propres 
limites,   et   ce   problème   est   de   nature 
purement   existentielle.   Elle   concerne   à 
priori le rapport cognitif entre l'individu 
et le monde réel tel qu'il est défini par 
la   normalisation   sociale   et,   par   le   fait 
même, par la conscience de l'individu; l'un 
et   l'autre   étant   en   constante   interaction 
(la conscience étant l'affirmation la plus 
concrète de la norme sociale ­étant générée 
par   cette   dernière­   et   le   processus   de 
normalisation   générant,   en   revanche,   une 
conscience   particulière   dans   l'esprit   des 
individus,   en   relation   directe   avec   la 
norme   sociale).   Ce   simple   phénomène 
mathématique peut être perçu non comme une 
preuve, mais plutôt comme un indice, parmi 
un   nombre   indéterminé   d'autres   indices   de 
natures   différentes,   de   la   nature 
hermétique   du   monde   dans   lequel   nous 
vivons,   pensons   et   agissons;   et   d'un 
indice,   parmi   un   nombre       indéterminé 
d'autres   indices   de   natures   différentes, 
laissant   croire   qu'il   s'exécute 
quotidiennement   dans   nos   vies   un   travail, 
une   entreprise,   de   contrôle, 
perpétuellement comme résultat  d'obscurcir 
notre perception, de la corrompre et de la 
métamorphoser. Cette entreprise, cet ordre 

47
obscurantiste   auquel   nous   sommes   soumis, 
est le problème réel dans toute l'équation, 
et non le numéro neuf, ou le cycle du zéro 
et  du  neuf.   Le  problème  a   sa   source  dans 
l'illusion,   et   non   dans   ce   qui   menace   sa 
crédibilité.   Nous   sommes   prisonniers   d'un 
système   numéraire,   d'une   conspiration   des 
nombres   qui   détermine   chaque   élément 
crucial de notre existence, sans quoi nous 
aurions les pieds au­dessus du vide, sans 
quoi   l'univers   entier   révélerait   son   vrai 
visage   à   nos   yeux.   Et   alors,   nous 
deviendrions libres...

Camarades,
Réveillons­nous tous et toutes du rêve
Et renversons leur empire...
Une fois pour toutes, et à jamais.

Docteur Solis,
prophète attitré du D.E.M.O.S.

*   *   *

La neige tombait dehors. Dans la maison de la famille 
Guilbault, c'était aussi blanc en dedans qu'en dehors. Je 
posai   mon   regard   sur   le   visage   endurci   de   madame 
Guilbault. Ses traits avaient été taillés par des années de 
douloureux  labeurs dans  le textile,  ses mains  frêles  et 
usées,   et   les   yeux   plongés   en   permanence   dans   une 
inquiétude austère, grisée, protectrice. Je voyais malgré 
tout en ceux­ci un vif éclair de naïveté, contemplatrice, 

48
qui   me   surprenait   à   chaque   fois   que   je   les   regardais. 
Une lueur de beauté intérieure, passant à travers d'un 
mur   de   pierre,   mais   d'une   pierre   adoucie   par   son 
affection   immanente.   Ni   le   temps,   ni   le   système,   ni 
l'absurdité de l'existence au sens large n'avait semble­t­
il   eu   assez   d'emprise   sur   elle   pour   la   faire   vieillir 
intérieurement,   et   c'est   le   genre   de   chose   qui,   toutes 
différences   considérées,   me   donne   toujours   espoir   en 
mes plus vieux jours, s'il y en aura. Mais ces temps­ci 
quelque   chose   la   troublait   horriblement,   et   en   elle   je 
pouvais lire une peur béante, glaciale, que rarement je 
n'eus   vu   chez   quelqu'un,   si   profonde   que   je   peux   à 
peine retenir mon attention sur son objet même... je ne 
veux simplement pas y penser. 

Madame Guilbault reposait silencieuse à la table, face à 
moi, et son mari Reynald serrait sa petite main sans la 
sienne...   l'écrasant   un   peu   même,   en   un   geste 
d'assurance   plus   anxieux   que   rassurant.   Nous   avions 
fini   notre   café,   ma   délicieuse   pointe   de   tarte   à   la 
rhubarbe   déjà   engouffrée.   Le   vieux   couple   avait 
apparemment terminé de dire ce qu'ils voulaient que je 
sache,   et   ils   attendaient   après   moi   pour   que   je   leur 
donne ma perspective. La salle à manger était plongée 
dans   le   calme   complet,   mis   à   part   pour   l'horloge   qui 
ponctuait   notre   silence.   Par   la   grande   fenêtre   de   la 
cuisine   la   lente   rivière   partiellement   couverte   d'un 
nuage de glace et de neige, et de l'autre côté le village et 
ses maisons toutes blanches. En regardant ce paysage, je 
ne pouvais m'empêcher  de faire semblant de réfléchir, 
feignant d'être dans une transe pensive, caractéristique 

49
d'un   esprit   profondément   analytique,   que   j'aimerais 
encore   avoir.   Mais   je   ne   savais   pas   à   quoi   penser... 
C'était le vide, un stupide vide. Quelle humiliation! Je 
n'avais aucune foutue idée de qu'est­ce que je pouvais 
leur répondre, car cette énigme qu'ils m'ont posée, c'en 
est une comme j'en ai rarement vu dans ma carrière...

Comment comprendre toute cette histoire?

« Madame,  monsieur  Guilbault,  je vais être franc avec 


vous...   J'ai   un   gros   problème   avec   votre   version   des 
faits, si vous me pardonnez de vous offenser. C'est pas 
que j'aie pas confiance en votre bonne foi, mais vous me 
parlez de quelque chose d'impossible, d'impensable qui 
serait   arrivé   à   votre   fils.   Aucune   hypothèse   plausible 
colle à tout ce que je sais sur ce qui s'est passé. Est­ce 
qu'il   y   aurait   autre   chose...   quelque   chose   que   vous 
auriez   observé,   qui   vous   aurait   échappé,   par   hasard? 
Tout peut m'être utile, vous savez? »

Ils   me   regardent,   impassibles   comme   des   statues   de 


cire, comme si je n'avais rien dit. Je peux entendre une 
corneille croasser au loin, dehors.

– Bon,   écoutez...   l'affaire   traîne   depuis   quelques 


semaines,   et   peu   importe   la   nature   de   ce   qui   est 
arrivé ou la façon dont c'est arrivé, je crois qu'il va 
falloir une méthode pas mal moins conventionnelle 
pour faire mieux que ce que la police a fait jusqu'à 
maintenant... même si c'est pas vraiment compliqué 
de   faire   mieux   qu'eux.   Je   veux   surtout   pas   vous 

50
décevoir en vous disant ça, mais ce genre de cas, la 
police   en   prend   par   milliers   chaque   année,   et   le 
nombre de cas qui sont réglés, bien on les compte 
sur les doigts d'une seule main...

Ils restèrent silencieux, plus impatients de savoir où je 
voulais en venir.

– Euh... Pour tout dire, j'ai besoin de plus de temps... 
pour   faire   une   enquête   approfondie.   Il   y   a   bien 
moyen de le retrouver, ou sinon, au moins...

Le père brisa brusquement son mutisme et parla.

– Tu prends le temps qu'il faudra, c'est notre fils. On 
est prêt à tout sacrifier. Ce qu'on veut, c'est d'avoir 
au moins un signe de vie, et si c'est pas possible... » 
il lâcha un profond soupir, abattu par l'idée, et ne 
fixa que sa tasse vide durant un moment. « On veut 
au moins savoir la vérité! »

Le   père   Guilbault  lui   aussi   semblait   avoir  plutôt  bien 


vieilli.   Raide   comme   l'acier   et   toujours   rouge   tel   que 
dans un permanent état de rage hypersensible, ce n'est 
pas le genre de type avec qui on peut se permettre trop 
de   négligence,   ou   même   un   peu   d'indolence.   Pas   un 
anxieux,   seulement   quelqu'un   qui   n'aime   pas   perdre 
son temps avec ceux susceptibles de le lui faire perdre. 
Je le connais un peu moi­même, et c'est un bonhomme 
respectable,  aux  valeurs  simples  et  avec  une  présence 
assez  forte partout  où il est, et c'est aussi comme  cela 

51
qu'il   est   connu   de   tous.   Quand   il   parle,   sa   voix   de 
tonnerre résonne dans toute la pièce, et autant dans son 
parler   que   dans   ses   gestes   il   donne   cette   impression 
d'avoir   cette   force   monolithique,   certaine   et   sans 
équivoque, pas belliqueuse, simplement simple et sans 
équivoque. Mais pour lui aussi, malgré cette assurance 
toujours   palpable   vis­à­vis   de   n'importe   quoi   qui   se 
présentera à lui, cet événement incompréhensible a été 
comme un iceberg frappant la coque d'un paquebot soi­
disant insubmersible; la confiance, la force ne suffisent 
pas.   L'inquiétante   étrangeté   de   la   chose   est   beaucoup 
trop   suspecte   pour   être   ignorée,   ou   même   prise   à   la 
légère comme un accident passager sans conséquences 
fâcheuses.

En fait, je comprends pourquoi ça les trouble tant, et ça 
va bien plus loin que la façon insolite dont les choses se 
sont déroulées. C'est pire que s'il était simplement mort, 
car   ici   on   est   toujours   coincé   dans   le   mystère,   et   un 
mystère   qui   me   semble   de   moins   en   moins   probable 
d'être   élucidé.   L'enjeu   au   centre   de   ce   mystère   est 
dramatique:   c'est   leur   fils.   Peu   importe   comment   on 
peut comprendre l'intensité et la nature de cet enjeu, la 
tragédie impliquée... est implacable.

Il n'y a jamais eu aucun doute pour moi que tout ce qui 
fait partie de ce monde en vient toujours à faire un sens 
un jour ou l'autre, et ce, peu importe de quelle manière 
quelqu'un   puisse   parvenir   à   surmonter   les   conflits   et 
atteindre   ses   aspirations   tout   au   cours   de   celle­ci.   La 
représentation   mentale   du   monde,   de   l'existence 

52
concrète   d'une   personne,   définit   l'identité   de   celle­ci 
tout comme la perception qu'elle aura de la société et de 
l'univers  en son  sens   plus  large;   de la   même  manière 
qu'elle   déterminera,   conséquemment,   son   rapport   au 
passé, par sa mémoire, et à l'avenir, par ses rêves et ses 
désirs.   C'est   ainsi   de   cette   manière   qu'une   forteresse 
imaginaire se créera autour de l'esprit humain et, au fil 
du   temps   et   des   événements,   l'emprisonnera,   le 
protégera,   l'enrichira   ou   l'assassinera...   et   l'éventualité 
de   chacune   de   ces   conséquences   sera   déterminée   en 
fonction   de   ce   que   l'imaginaire   représentera   pour 
l'individu,   en   tant   que  force   de   création  de   l'existence. 
Sera­t­il pour le Roi un château fort dans lequel il périra 
de sa  propre folie  paranoïde,  désabusé  de  son  propre 
empire et vaincu dans sa propre folie, ou plutôt sera­t­il 
l'instrument qui lui permettra de se libérer des chaînes 
d'une existence aliénante?

Mais   qu'est­ce   qui   arrive   lorsque   quelqu'un   s'oublie... 


complètement? Non seulement perd le contact avec son 
être passé,  présent  et donc,  conséquemment,  avec son 
devenir? Sur quel chemin se trouve­t­il, dans une chute 
vers   l'aliénation   totale...   ou   une   explosion   vers 
l'émancipation viscérale?

Jodias a vécu toute sa jeunesse dans ce village. À 21 ans, 
il habitait chez ses parents, mais était sur le point de se 
trouver une petite maison en périphérie du village. Il a 
étudié le génie électrique au collège, dans une ville pas 
très loin de chez lui. Il avait deux compagnes, dont une 
avec   laquelle   il   semblait   plus   profondément   engagé, 

53
trois ou quatre bons amis, parmi une bonne vingtaine 
de   connaissances   et   de   copains   plus   distants,   et   a 
toujours   entretenu   de   bonnes   relations   claires   et 
franches   avec   ses   parents,   malgré,   bien   entendu, 
certains  petits conflits ou querelles  quand  il était plus 
jeune. Sa relation avec Micheline durait depuis un bon 
moment, trois ans je crois, et tous deux se préparaient à 
se marier, investir dans une maison, et tenter bâtir une 
vie familiale ensemble, ce qui est assez courant chez les 
jeunes   dans   la   vingtaine,   dans   des   endroits   ruraux 
comme ici. Sa relation avec sa «maîtresse» était ambiguë 
et   semble­t­il   plutôt   superficielle...   rien   laissant 
supposer   un   attachement   sentimental   réel.   Il   joue   au 
volleyball   régulièrement   avec   une   équipe   du   collège, 
pratique le karaté et on peut facilement le trouver 2 à 3 
fois par semaine à jouer au basketball avec des amis dans 
le parc pas loin de chez lui. Il s'éclate une fois de temps 
à   autre   avec   ses   amis,   mais   il   est   un   buveur   et   un 
fumeur social, et modéré. La modération et la régularité 
planent sur sa vie, et en rase­motte on pourrait dire. Il a 
un emploi très payant  à la compagnie  d'électricité, où 
son   rôle   est   de   planter   les   poteaux   qui   servent   à 
soutenir   les   lignes   de   transmission   à   travers   tout   le 
pays,  surtout   celles   de   la   base,   les  lignes  secondaires. 
Celles qui relient les foyers entre eux. Il va sans dire que 
Jodias  est  un  gars  plutôt  important  et  respecté  de  ses 
amis. 

La police a déclaré Jodias comme disparu le matin du 6 
janvier   dernier,   après   deux   jours   d'absence,   où   ses 
parents   ont   fait   des   tonnes   d'appels   ci   et   là   pour   le 

54
retracer.   Elle   a   lancé   un   avis   de   recherche,   mais   sans 
succès.  Sa  famille,   ses  amis,   la  communauté   dans  son 
entier l'ont perdu. Et plus le temps passe, plus que les 
dizaines de personnes de son entourage réalisent qu'ils 
l'ont peut­être perdu définitivement. 

Ça   aurait   pu   être   une   fugue   bien   banale,   comme 


plusieurs   adolescents   des   banlieues   font,   pour 
réapparaître   sous   des   formes   relativement   différentes 
dans les rues des grandes villes, ou à faire de l'auto­stop 
à l'étranger, mais ce cas précis de disparition... c'est une 
énigme qui n'arrête pas de se faire plus mystérieuse à 
chaque fois que j'y pense.

Le fait le plus insolite entourant sa disparition est moins 
le caractère inexplicable  de ses motivations  ­de ce qui 
peut   avoir   motivé   une   telle   personne   équilibrée   et 
apparemment satisfaite de sa vie­ à disparaître de façon 
si égoïste,  mais bien  la  façon  parfaitement  furtive  par 
laquelle Jodias a disparu de la scène publique. Ce genre 
de   phénomène   est   déjà   arrivé   quelques   fois   dans   le 
passé. Une vieille femme, légèrement amnésique perd le 
Nord et disparaît dans la nature, ou un adolescent de 
banlieue  quitte  le foyer  parental   pour   la  métropole  la 
plus  proche,  ça,  c'est  le  genre  de  cas  qu'on  voit  assez 
souvent dans la section  des faits divers d'un journal à 
grand tirage merdique.

Mais le présent cas de disparition fait plus croire à une 
pure volatilisation,  au sens strict du terme.  Comme  si 
une   autorité   absolue   avait   décidé   simplement   de 

55
l'effacer de ce monde en ne laissant aucune trace de lui 
mis   à   part   ce   trou   béant,   fait   seulement   de   néant,   se 
présentant   comme   une   empreinte   lugubre   de   la   frêle 
silhouette de Jodias. Les draps à peine défaits, comme 
s'il   se  n'était  même  pas  levé  de  son   lit.  La  pièce  était 
encore  en  ordre,  dans  l'ordre  habituel  des  choses.   Ses 
vêtements de la veille étaient amassés sur une chaise. Il 
n'avait même pas pris sa robe de chambre. Je m'imagine 
mal quelqu'un s'enfuir en boxers à ­32 degrés Celsius. 

Et   au   matin   suivant   sa   disparition,   sa   chambre   était 


muette. Une maison ­ou un appartement où l'on habite­ 
finit   toujours   par   avoir   quelque   chose   à   vous   dire   à 
première vue. Quand on emménage à un endroit, tout 
semble   vide;   les   murs   sont   tout   blancs,   et   d'un   blanc 
fade à rendre hystérique. Il n’y a le plus souvent aucun 
meuble, ou presque, ça sent une odeur stérile, puant le 
vide   à   plein   nez,   et   surtout,   surtout,   tout   y   résonne 
comme dans une chapelle. Et par la suite on s'établit, on 
installe   tous   nos   trucs,   meubles,   décorations,   linge, 
paperasses   de   toutes   sortes   et   bien   sûr   les   toiles 
d'araignée, la poussière et la vermine. Et deux ans plus 
tard,   une   seule   de   ces   pièces   est   pleine   d'odeurs,   les 
effets et les meubles deviennent comme fusionnés entre 
eux   et   avec   l'environnement,   et   les   couleurs   sont 
apparues comme par magie. Mieux encore, si on y est 
sensible,   on   peut   sentir   une   légère   ambiance   planer 
dans une pièce, comme si celle­ci avait une personnalité 
bien à elle.
 

56
Une pièce peut parler. Elle peut être imprégnée  d'une 
âme, car on lui en a donné une au fil du temps. Il n'y a 
pas   que   le   « Créateur »   qui   construit   les   âmes,   les 
humains   aussi   savent   le   faire,   la   plupart   d'entre   eux 
sans   même   le   savoir,   et   ils   le   font   simplement   en 
transformant leur territoire, en l'occupant, en y vivant. 
Cet   espace   occupé   en   viendra   à   être   une   empreinte 
d'eux­mêmes.

Mais bref, les pièces parlent, et celle­ci était muette. Non 
parce   qu'elle   n'avait   pas   d'âme,   mais   parce   qu'elle   ne 
pouvait simplement  pas me parler.  Parce que  son  bec 
était  cloué,  qu'elle  était   probablement  effrayée,  qu'elle 
n'osait   dire   quoi   que   ce   soit   de   peur   de   réveiller   des 
fantômes   inconnus   de   nous   tous,   ou   peut­être   aussi 
parce que l'âme de la chambre était simplement muette, 
qu'elle   ne   savait   pas   quoi   répondre   à   mon 
questionnement si exigeant. 

Peu   importe,   c'est   après   avoir   refait   quelques   fouilles 


dans cette chambre et après avoir écouté ce que celle­ci 
avait à me dire que je claquai  la porte sur ma faim et 
allai   me   remplir   l'estomac   d'un   gros   sous­marin 
graisseux dans mon bureau privé, où j'essayai de faire 
le   point   sur   la   situation   du   mieux  que  je   le  puis.  Les 
papiers, dossiers, fichiers, articles de journaux, photos, 
pages   Web,   ainsi   que   les   bulletins   de   notes,   vidéos 
amateurs   de   la   famille   et   des   copains   et   documents 
officiels   trouvés   dans   les   archives   du   gouvernement 
passèrent tous durant les semaines qui avaient précédé, 
et j'en étais rendu à ce point­là. Je voulais saisir ce jeune 

57
Jodias, savoir tout sur lui, mais au fur et à mesure que 
j'avançais,   j'étais   certain   de   faire   d'avoir   fait   des 
centaines de kilomètres dans la mauvaise direction, loin 
cette la direction que lui­même a empruntée le 6 janvier 
dernier pour le mener vers une destination inconnue. Il 
n'y   avait   plus   rien   d'important   à   savoir   sur   ce   jeune 
homme terriblement normal, d'un ordinaire ahurissant.

Ça fait maintenant cinq semaines que je suis là­dessus, 
et  j'en  ai  assez.  Après  cinq   semaines   de fouilles   et de 
recherches   maladroites,   la   seule   chose   que   je   puis 
déduire est que ce fut une des pires affaires à laquelle je 
fus   assigné.   Je   commence   à   en   avoir   marre   de   cet 
emploi. Je ne suis pas un bon joueur d'échecs, non. En 
fait,   je   joue   très   bien,   mais   suis   nul   avec   les   fins   de 
partie.   J'aime   seulement   les   ouvertures   et   les 
développements   de   parties,   juste   pour   le   plaisir   de 
déployer   tout   le   temps   des   stratégies,   pour   les   voir 
s'effondrer,  et   pour   en   reconstruire   d'autres   au   même 
moment   où   les   précédentes   échouent.   Une   lutte 
continue,   sans   vainqueurs   définitifs.   Tout   le   temps 
construire et reconstruire, comme les fourmis font sans 
relâche. Comme avec les châteaux de cartes.

Mais l'autre jour, l'autre jour j'ai eu une surprise. Et ce 
fut probablement la meilleure chose qui me soit arrivée 
depuis un bon bout de temps. La nouvelle m'est arrivée 
avec le lever de soleil par la fenêtre de mon bureau, me 
réveillant   par   sa   dérangeante   intensité,   alors   que   je 
m'étais   endormi   la   nuit   précédente,   couché   la   tête   à 
l'envers sur la causeuse, après avoir passé des heures à 

58
relire des rapports de centaines de pages d'une enquête 
fédérale sur les réseaux clandestins de traite de réfugié. 
Pas   que   ce   n'était   pas   intéressant,   seulement   que   je 
travaille   trop   ces   temps­ci.   Je   reçu   cette   nouvelle   par 
l'entremise d'un courriel de l'un de mes collaborateurs:

De: loup_noir@diasnet.com
À: job­don@icarus.net

sAlut Don! J'ai jsute trouvé quelque chose qui va 
t'intéresser au plus haut point. Ça concerne rien de 
moins   que   ton   affaire   de   disparition   dont   tu 
m'avais parlé l'autre fois... J'ai pas vraiment plus à 
te   dire   là­dessus,   tu   peux   lire   l'article   par   toi­
même, je crois ;)

Je vais continuer à faire des recherch3es là­dessus, 
sur internet et dans les journaux, et je t'en reparle 
aussitôt que j'ai quelque chose de nouveau

À plus!

Paul

http://news.globescience.net/wpdyn/articles/E2
0506­2002.html

P.S.: Superbe l'irlande! Plein de bonne musique de 
toutes   sortes   dans   les   pubs,   les   gesn   sont   très 
sympas et la bière! J'y reste encore 2 ou 3 mois et je 
te donnne des novuelles...

59
Ah,   ce   Gilbert...   Toujours   aussi   peu   soigné   dans 
l'orthographe   de   ses   messages.   Un   bon   collaborateur, 
néanmoins,  et un bon copain aussi,  même si on ne se 
voit presque jamais. Ça fait une bonne dizaine d'années 
qu'on   s'échange   des   informations   sur   nos   enquêtes 
respectives,   mutuellement,   même   si   on   a   presque 
toujours été à des centaines de kilomètres de distance; 
et je pourrais dire qu'avec le temps,  il est devenu une 
extension de mon cerveau, quoique toute petite, à peine 
une   pincée   de   neurones   peut­être,   mais   assez 
importante   m'avoir   aidé   à   résoudre   certaines   de   mes 
enquêtes   les   plus   complexes.   Et   une   fois   de   plus,   il 
m'avait mis sur une bonne piste.

En   fait,   ce   qu'il   m'avait   envoyé   était   un   article   de 


nouvelle qui portait sur une série d'événements qui se 
sont produits au cours du mois dernier dans un vieux 
pays reculé des Balkans... ah oui, c'était en Géorgie. À 
vrai dire, une nouvelle qui concerne directement la série 
d'événements récents, mais sur des incidents qui se sont 
produits dans un autre coin perdu de ce monde, dans 
une   autre   de   ces   régions   ­comme   ici,   par   ailleurs­ 
oubliées des dieux et de tout le reste qui fait du sens, à 
une bonne dizaine de milliers de kilomètres d'ici. Il y a 
des   gens,   surtout   là­bas,   qui   parlent   d'un   nouveau 
virus.   Les   experts   russes   et   géorgiens   ont   tenté 
d'approcher   le   problème,   mais   les   recherches 
épidémiologiques   n'ont   pas   bien   tourné   à   ce   qu'il 
semble.   L'article   de   journal   faisait   référence   à   une 
certaine "White Death" ou "White Fairy", une épidémie 

60
qui,   selon   les   sources   officielles,   causerait   une   perte 
totale  ou quasi  totale de mémoire  et engendrerait  des 
comportements   antisociaux,   des   fugues,   la 
désorganisation personnelle et même, dans certains cas, 
de rébellion très violente contre les figures d'autorité de 
toutes sortes.

«(...)   Ces   informations   sont   encore   au   stade   de   la 


spéculation,   car   des   scientifiques   de   trois   centres   de 
recherche   américains   et   français   entament   actuellement 
leurs travaux pour tenter de démystifier le phénomène. À 
l'Université de Montpellier, des chercheurs ont entrepris 
des   tests   sur   deux   patients   souffrant   d'une   perte   de 
mémoire   à   moyen   et   à   long   terme,   et   croient   être   en 
mesure   de   produire   un   rapport   approfondi   sur   cette 
nouvelle maladie. 

Selon   les   premiers   rapports   d'une   équipe 


d'épidémiologues   de   l'université   John   Hopkins,   les 
principaux   symptômes   de   la   maladie   frapperaient   de 
façon très drastique, tous les des cas reportés ayant soi­
disant perdus leur mémoire à moyen terme de façon quasi 
immédiate,   et   à   la   suite   d'une   période   de   sommeil   ou 
d'une simple sieste. Jusqu'à  maintenant,  la  communauté 
scientifique était demeurée discrète sur le syndrome de la 
Mort   Blanche,   les   causes   et   la   nature   de   la   maladie 
demeurant encore très obscures.»

Je vais peut­être finir,  enfin,  par trouver  un remède  à 


cette maladie qui mine mon processus d'enquête ­et le 
reste de ma carrière­ depuis que je suis sur cette affaire. 
Cette étrange maladie semble narguer toutes les lois de 
la   Raison   ainsi   que   tous   les   protocoles   et   méthodes 
d'enquête!  La science criminelle n'a jamais été hors de 

61
tous   reproches   d'inefficacité;   c'est   une   science 
empirique,   approximative,   et   pas   du   tout   infaillible, 
basée sur une accumulation de faits observables, et non 
sur l'application de lois universelles. Mais ici, je fais face 
à un tour d'illusioniste, et un tour magistral! Tout ça me 
semble hors de mon champs de compétences... 

La Mort Blanche. Une maladie. Ce serait facile de sauter 
aux   conclusions   les   plus   simplistes,   mais   c'est   aussi 
stupide   d'ignorer   l'évidence   même.   Mais   j'ai   mes 
doutes.   Je connais   depuis  longtemps  les tendances  de 
certaines   autorités   à   médicaliser   des   problèmes   qui 
n'ont   rien   de   médicaux   pour   les   rendre   socialement 
moins menaçants dans l'esprit des profanes, et à la fois 
plus rentables pour les producteurs  pharmacologiques 
et   professionnels   de   la   médecine.   La   propagande 
médicale... elle est partout de nos jours... plus présente, 
et d'autant plus efficace que les slogans insipides et les 
affiches géantes typiques aux régimes totalitaires. Il ne 
s'agit   que   de   faire   danser   dans   la   tête   des   gens   la 
marionnette de la Mort, et ses cousines la Souffrance, la 
Maladie   et   la   Laideur,   puis   quasi   instantanément   on 
met   des   masses   entières   dans   notre   sac.   Si   la   foi   fait 
bouger  les montagnes,  la  peur,  elle,  rend  milliardaire. 
Mais maladie virale ou pas, tout ce que je peux déduire, 
pour l'instant, c'est qu'il semble bien que la disparition 
de   notre   Jodias   puisse   avoir   un   lien   avec   la   Mort 
Blanche. Et ce lien est même évident.

Mais récapitulons...

62
Hypothèse   de   départ.   Le   disparu   a   été   frappé   par   un 
trouble appelé "syndrome  de  la  Mort  Blanche",  dans  le 
courant de la nuit vers les deux ou trois heures du matin, 
durant son sommeil. Souffrant d'un trouble de mémoire 
aigu associé au syndrome, le sujet s'est réveillé avec une 
perte   totale   de   reconnaissance  de   sa   propre   identité   et 
d'une   occultation   de   sa   connaissance   de   la   situation 
présente. Tentant en vain de comprendre la situation, il se 
lève de son lit, sans trop défaire les draps, prend quelques 
secondes pour observer la pièce, en silence. Il ne reconnaît 
pas  cette pièce comme  étant  sa  chambre.  Il  regarde  les 
quelques objets placés sur la commode, et ne les reconnaît 
pas comme étant les siens. Il se déplace vers la fenêtre de 
la chambre et... il voit un paysage nocturne d'un champ 
onduleux, avec une petite grange à la gauche. Quelques 
bovins dorment dans le champ, au loin. Ce paysage, bien 
entendu, il ne le reconnaît pas du tout. Alors, il décide de 
s'habiller avec les vêtements qui sont sur la chaise à côté 
de son lit, de se glisser silencieusement à l'extérieur de la 
chambre,  ouvrant   la   porte   doucement,   marchant  sur   la 
pointe   des   pieds,   afin   de   ne   pas   réveiller   l'éventuel 
entourage,   et   de   trop   précipiter.   Il   sort   et   traverse   le 
corridor   en   catimini,   pour   ne   pas   réveiller   d'éventuels 
problèmes. Les portes de deux autres pièces sont fermées. 
S'il est moindrement intelligent et raisonnable, il déduira 
qu'il se trouve probablement à la demeure de ses parents 
ou, à la limite, de personnes qui lui sont proches, tels un 
oncle ou un couple d'amis, et que toute possibilité d'être 
la victime d'enlèvement et de séquestration ne fait pas de 
sens pour lui. Dans une telle situation, l'éventualité d'une 
fugue   est   très   improbable.   Du   moins,   le   jeune   homme 
serait   descendu   au   rez­de­chaussée   pour   avoir   plus   de 
détails   sur   les   personnes   résidant   dans   la   demeure,   et 
peut­être même de savoir pourquoi il est à cet endroit. Il 
aurait   fort   probablement   tombé   sur   une   des   photos 
familiales exposées dans le salon, dans la bibliothèque ou 

63
sur le foyer, et quelques notes aimantées au réfrigérateur 
lui auraient donné d'intéressants indices sur l'identité et 
les occupations des personnes vivant à cet endroit, ainsi 
que sur lui­même, possiblement. Dans l'autre cas, il serait 
simplement   retourné   se   coucher,   en   espérant   que   le 
sommeil arrangerait les choses, et qu'à son réveil, le matin 
venu, les explications viendraient à lui d'elles­mêmes...

Je   suis   perplexe.   Laissant   le   moniteur   de   mon 


ordinateur   me   brûler   les   rétines   quelques   instants, 
pensant   au   hasard   à   des   solutions   potentielles   en 
tapotant   sur   le   clavier   des   mots   illisibles,   j'en   viens  à 
quelque   chose   qui   se   rapproche   d'une   explication.   La 
Raison, elle était hors de vue au point où j'en étais. 

Précision sur l'hypothèse: la maladie dont souffre le sujet 
a   causé   chez   celui­ci   un   trouble   paranoïde,   lequel, 
juxtaposé à la perte de  mémoire à long terme, provoque 
chez lui une peur critique de son entourage direct et une 
interprétation   de   sa   situation   profondément   influencée 
par un sentiment prédominant d'être menacé, et privé de 
sa liberté. Dans ce cas­ci, le sujet se croira être la victime 
d'un   enlèvement,   et   les   personnes   logeant   dans   cette 
maison   seront   perçues   par   lui   comme   étant   les 
kidnappeurs,   soit   des   personnes   dont   il   est   la   victime. 
Ainsi il tentera de s'évader à l'insu de ses capteurs.

Un   peu   facile...   Et   pourquoi   alors   n'aurait­il   pas 


demandé de l'aide à qui que ce soit, une fois évadé 
de chez ses parents??? 

La possibilité que le trouble du sujet soit aussi de nature 
schizophrénique   peut   être   encore  plus   intéressante.   Ou 
peut­être a­t­on ici, plus précisément, un cas authentique 

64
de schizophrénie paranoïde; un cas rare, car les troubles 
dissociatifs   de   natures   différentes   sont   rarement 
juxtaposés de la sorte. Si cette hypothèse s'avère exacte, la 
«   Mort   Blanche   »   entraînerait   de   façon   drastique   des 
troubles de la perception sévères, menant à la fois à des 
hallucinations   et   à   des   délires   paranoïaques   visant 
l'entourage direct du sujet; du même ressort, ce syndrome 
commencerait par une perte de mémoire, laquelle serait le 
premier   symptôme   de   la   maladie,   et,   en   l'espace   de 
seulement   quelques   heures   (ou   quelques   minutes?)   la 
condition   du   patient   dégénérerait   en   un   trouble 
dissociatif profond.

Trop   compliqué,   peut­être.   Le   genre   de   chariot   de 


fumisteries   provenant  d'un   psychiatre   voulant   vendre 
beaucoup,   beaucoup   de   drogues   très   puissantes   à   de 
pauvres   patients   manquant   simplement   d'un   peu 
d'affection   ou   d'approbation.   Non,   oublions   la   Mort 
Blanche,   du   moins   en   tant   que   maladie   virale   aux 
symptômes   profondément   psychiques.   Pensons   à   une 
hypothèse   alternative.   Pensons   comme   si   la   Mort 
Blanche   n'était   qu'une   fausse   maladie,  créée   pour   des 
raisons   obscures   par   quelques   politiciens,   ou,   encore 
mieux,  par  des spéculateurs financiers, dans le but de 
faire des vagues  dans le marché  de la  pharmacologie. 
Non... peut­être un peu trop poussé, et pas le genre de 
conclusion constructive que je peux tirer d'une enquête. 
Mon   but   ici   n'est   pas   de   conclure   cette   enquête   en 
prêchant aux parents de Jodias de la corruption dans le 
système de santé. Ou pensons à quelque chose d'autre 
qui afflige les gens, les rendent presque fous, qui altère, 

65
modifie,     leur   conscience,   et   peut­être   même   leur 
mémoire... et ce en l'espace d'un rien de temps.

Ma seconde hypothèse: 

Le   syndrome   communément   appelé   la   "Mort   Blanche" 


n'est qu'en fait la manifestation des effets d'une nouvelle 
forme   de   drogue,   très   puissante.   Cette   drogue   se 
rapproche de certaines drogues de type hallucinogènes et 
de drogues de synthèses, plus particulièrement du GHB 
(gama­hydroxybutyrate),  mais  reste  pour  autant  unique 
au   point   de   vue   de   ses   effets   et   de   leur   intensité.   La 
drogue a des effets allant de  la  perte de mémoire à de 
possibles   délires   hallucinatoires   et   paranoïdes.   La 
manifestation des effets de cette drogue sur l'organisme 
d'un   sujet   est   très   rapide,   voire   même   brutale,   ce   qui 
expliquerait   la   perte   de   mémoire   spontanée.   Le   profil 
psychosocial laisse entendre la possibilité que celui­ci soit 
exposé à une consommation  de drogues plus ou moins 
régulière, surtout en tant qu’activité sociale. Le sujet vient 
d'un milieu stable et aisé. Il a donc les moyens financiers 
pour   se   procurer   des   drogues   dures   en   quantités 
considérables, celles­là   généralement  très   coûteuses.   Un 
jeune  homme sportif,   aillant  eu  de  bonnes  moyennes à 
l'école, un emploi payant, des relations stables avec  ses 
amis et compagnes, et même sur le point de se marier, ce 
qui n'était pas inhabituel pour des jeunes du coin dans la 
vingtaine.   Les   pratiques   sexuelles   anomiques   et   la 
consommation régulière de drogues de toutes sortes sont 
des caractères récurrents dans la vie sociale des jeunes de 
milieux   aisés,   plus   particulièrement   durant   la   période 
appelée adolescence. Dans le cas où Jodias ne consommait 
pas de drogues dures, il aurait consommé une nouvelle 
forme  de   toxine   à   son   insu,   ou   l'aurait­il   fait   de   façon 
inconsciente   ou   semi­consciente,   ce   qui   amènerait   à 

66
affirmer qu'il aurait été drogué par un tiers inconnu. Dans 
le cas où le sujet consommait, il se devait  de le  faire à 
l'insu   de   tous   ses   proches,   ce   qui   semble   très   peu 
probable, étant donné qu’autant les parents que les amis 
et   la   compagne   de   Jodias   ont   attesté   qu'il   ne   prenait 
jamais de drogues.

Cette hypothèse n'a pas le choix de fonctionner. Si elle 
ne marche pas, c'est foutu... dans ce cas on aurait affaire 
à  une   disparition   inexpliquée,   simplement.  Le   dossier 
resterait   non   classé,   on   le   reléguerait   aux   archives,   et 
probablement que plus jamais on n'entendrait parler du 
jeune   Jodias,   à   la   seule   exception   du   cas   où   celui­ci 
revienne   de   la   nature   dans   laquelle   il   a   disparu, 
seulement pour nous dire... qu'il existe encore, qu'il va 
bien, et qu'il vit maintenant sur la Côte­Nord, devenu 
un   travailleur   de   la   construction   barbu   qui   se   pique 
quotidiennement à la white fairy, la Fée Blanche, comme 
les jeunes vont l'appeler à ce moment.

Le protocole d'enquête de départ: ma première tâche va 
consister à interroger des individus reliés à cette affaire. 
Commencer par aller discuter avec quelques dizaines de 
jeunes   de   la   polyvalente   de  Châteauville   serait   un   bon 
point de départ, puis, bien sûr, la visite de quelques amis 
de Jodias est inévitable. Jodias n'est fort probablement pas 
le seul à avoir consommé de cette drogue dans le village, 
dans le cas où l'hypothèse A, c'est­à­dire "le sujet aurait 
volontairement consommé une drogue causant des effets 
de  perte   de   mémoire  et   de   fuite,   et   ce,   à   l'insu   de   ses 
parents". Si jamais je ne trouve rien qui puisse appuyer 
l'hypothèse   A,   alors   je   vais   devoir   accepter   l'hypothèse 
alternative, l'hypothèse B, qui s'appellerait quelque chose 
comme   "Jodias   fut   drogué   contre   sa   volonté,   et   à   son 

67
insu". Par la suite,  les  renseignements   préliminaires  me 
permettront de continuer dans la voie de l'hypothèse, ou 
de   me   réorienter   vers   une   meilleure   explication   du 
problème.

Mais encore j'aurai à demander l'appui d'une expertise 
pour   prouver   l'existence   de   cette   soi­disant   drogue, 
ainsi que de ses effets. Soit,  dans  le cas où il aura été 
prouvé   qu'il   y   a   eu   enlèvement   avec   recours   à 
l'intoxication,  ou que le sujet s'est bel et bien éclaté le 
cerveau   avec   une   drogue   foutrement   puissante   et   est 
toujours   en   suspens   quelque   part   dans   le   Pays   des 
Merveilles, bien je crois que dans une telle situation, je 
tirerai ma  révérence,  fera  suivre le dossier  auprès des 
autorités   et   réaliserai   le   projet   que   je   chéris   depuis   si 
longtemps:  Fidji!  Avec  ma  femme,  sa  petite  fille toute 
blonde aux yeux bleus, et une caméra photo numérique 
pour envoyer des tonnes de belles images par courriel à 
mes copains. 

Ce n'est pas que le sort de ce pauvre jeune homme ne 
m'affecte pas…  C'est simplement que, bien... après ces 
années de service, mon cerveau en a marre, c'est tout. 
Vu   les   dossiers   terribles   sur   lesquels   j'ai   été   ces 
dernières   années...   ces   crimes   passionnels   sordides   et 
toutes   ces   putains   de   filatures   extra­conjugales   entre 
gens riches qui manquent de discernement, mon moral 
est   sur   le   point   d'imploser   et   mon   intellect,   lui,   qui 
baigne depuis trop longtemps dans le fast food, est dans 
une chute libre vers la décrépitude.  Les faits divers et 
autres   affaires   glauques,   y   en   a   marre!   Les   choses 

68
doivent changer, ou c'est moi qui vais me faire manger 
par ce monde pourri et malsain.

*   *   *

Il y avait cet énorme bâtiment, sculpté dans le marbre 
blanc   massif,   à   l'architecture   impériale   ­voire   fasciste­ 
qui  ne me  disait  rien  de bien.  L'édifice,  d'une  dizaine 
d'étages, avait des fenêtres barricadées, et il sembla que 
les   deux   ou   trois   étages   supérieurs   étaient   totalement 
clos,   sans   fenêtres   d'aucune   sorte.   Son   entrée   était 
encadrée   de   deux   gigantesques   colonnes,   et   face   à 
chacune   se   tenait   une   statue   griffon,   et   sommet   de 
l'arche qui dominait  le portail était sculpté un étrange 
triangle   illuminé   ­projetant   des   rayons   dans   tous   les 
sens­   sur   lequel   était   gravé   un   chiffre   énigmatique, 
« 33 », qui devait sans doute être le numéro de porte. Ce 
bâtiment  m'inquiétait,  mais je ne savais pas pourquoi. 
La   lumière   faisait   paraître   les   environs   comme   un 
tableau  peint  en  tons   de gris  exclusivement.  Même  le 
soleil   était   d'un   gris   argent,   comme   un   glacial   soleil 
d'hiver, parfaitement uniforme. J'avais cette impression 
d'être   drogué,   alors   que   presque   tout   autour   de   moi 
était plongé dans un flou.  Et alors que j'approchai  du 
bâtiment,   tout   devint   plus   clair   dans   les   environs. 
Autour   de   moi,   il   y   avait   un   grand   parc,   consistant 

69
essentiellement   à   une   vaste   étendue   de   pelouse   d'un 
vert   parfaitement   homogène   et   de   quelques   grands 
arbres.   À   ma   droite   je   voyais   la   silhouette   d'un 
gigantesque   phallus,   un   obélisque   égyptien.   Puis   je 
réalisais à quel endroit j'avais été amené, ou attiré, et cet 
endroit, il était difficile de ne pas le reconnaître. 

Ce   bâtiment,   il   était   voisin   à  la  Maison   Blanche.   Oui, 


nulle   autre   que   la   Maison   Blanche   de   “Washington, 
D.C.”, là où se trouve le Bureau au coeur de l'empire, 
siège   du   Grand   Bureaucrate   suprême...   Je   n'avais 
aucune idée de ce qu'un tel édifice, à l'identité si voilée, 
pouvais bien faire si près du siège du pouvoir politique 
officiel américain... J'avais peine à figurer quelle était la 
nature   de   cet   édifice,   s'il   s'agissait   d'une   banque 
centrale,   du   bureau­mère   d'une   quelconque   société 
internationale ou d'un O.N.G., mais c'était visiblement 
un   endroit   où   se   rencontraient   riches,   puissants   et 
savants.

Je me retrouvai aussitôt à l'intérieur de ce bâtiment. Un 
grand hall illuminé, fait de marbre brillant. Il n'y avait 
pas   un   chat,   et   l'ambiance   était   froide.   Dans   un   long 
corridor qui s'ouvrait plus loin, juste en face de moi, il y 
avait plusieurs ascenseurs de chaque côté, mais aucun 
n'avait de bouton, et à la place,   un appareil servant à 
s'identifier   en   y   apposant   sa   main,   surmonté   d'une 
petite   caméra   de   surveillance.   Une   des   portes 
d'ascenseur, la troisième sur la gauche, était ouverte, et 
semblait m'attendre. Je le prend, et appuie sur le bouton 
illuminé du chiffre « 13 », le dernier étage. Je sais que, 

70
normalement, des bâtiments de plusieurs étages ne sont 
pas censés  avoir  de treizième  étage,  mais celui­ci doit 
appartenir   à   une   classe   à   part.   Une   fois   en   haut,   je 
débouche   sur   une   grande   salle   vide,   sans   fenêtres, 
illuminée   faiblement   par   des   lustres   au   plafond, 
descendant   d'un   plafond   courbé,   richement   orné   de 
peintures   classiques,   représentant   des   scènes   d'orgies, 
de   batailles   médiévales   sanglantes   et   d'anges   déchus, 
hideux et cornus, jetant des présents aux mortels ci­bas. 
Le plancher est fait de boiseries, pâles et sombres, dont 
l'assemblage   par   carreaux   donne   l'impression   de 
marcher   au   milieu   d'un   échiquier   géant,   et   il   fait 
résonner   mes   pas   dans   la   salle   comme   si   elle   n'était 
qu'un gigantesque instrument à cordes. Les murs sont 
faits   d'un   chêne   sombre.   Le   silence   régnant   dans   cet 
endroit est ponctué par le tic­tac d'une horloge grand­
père, érigée au fond de la salle, fastueusement sculptée, 
mais de forme néanmoins rigoureuse et angulaire. Elle 
est   surplombée   d'une   petite   statue,   celle   d'un   hibou. 
L'horloge indique neuf heures et cinq. 

La  pâle   lumière  du  matin  pénètre   la   pièce   comme  de 


fins  rideaux  provenant  d'un  autre  monde,  de tous  les 
côtés,   comme   si   elle   avait   plus   d'une   source.   Est­ce 
vraiment la lumière du soleil? Elle me semble teintée de 
gris,   fantomatique,   et   il   me   semble   d'ailleurs   que   le 
soleil se couchait, de l'autre côté de la maison. Non, il ne 
peut   s'agir   du   soleil.   Des   néons.   Cette   salle   doit   être 
éclairée   artificiellement,   de   manière   à   donner 
l'impression   d'être   toujours   au   même   moment   de   la 
matinée,  avec   non   pas   un   mais   trois   soleils   qui   font 

71
briller   le   matin   d'une   lueur   irréelle   dans   ce   vide   à 
donner des frissons dans le dos. Mon attention revient 
sur l'horloge, qui a quelque chose de vraiment étrange. 
Je vois.  Tout  y semble  normal,  et son  pendule  bouge, 
mais... l'heure n'avance pas. Les aiguilles sont toujours 
figées   sur   la   même   heure,   et   l'aiguille   des   secondes 
tourne normalement.  Ici, il est toujours neuf heures et 
cinq du matin, et le Temps ­le rythme des secondes­ n'y 
change   absolument   rien.   Cette   horloge   est   statique. 
Intéressant comme symbolique, et elle ne doit justement 
pas   être   là   pour   des   raisons   utilitaires,   mais   bien   au 
contraire par intérêt symbolique,    pour tenir de figure 
de style  à quelque  chose  d'autant  plus  profond,  et  de 
précis...   Neuf   heures   et   cinq...   L'horloge   statique...   Et 
surtout le hibou. Comme il y en a plein à Washington, 
dans   certaines   sociétés   secrètes   puissantes,   dans   le 
Bohemian Club, et quoi d'autre... À peine ai­je le temps 
de   m'attarder   à  l'utilité   secrète   –ou   seulement   le   sens 
caché­   de   cette   machine   bizarre   que   je   remarque   la 
présence de quelqu'un qui n'était apparemment pas ici 
quelques secondes plus tôt. 

Un individu  m'observe.   Je l'aperçois,  du coin   de mon 


oeil   gauche;   un   homme   grand   et   mince,   mais   rigide 
comme   l'acier,   revêtu   d'un   complet   d'un   noir 
impeccable.   Il   est   lestement   assis   sur   un   luxueux 
fauteuil de bois sculpté et rembourré, style Renaissance, 
un  verre   à la  main   ­visiblement   du  porto­  ses  jambes 
croisées avec élégance. À sa droite, il y a une chaise de 
bois blanc  des plus ordinaires, mais je sens ­pour  une 
raison inexpliquée­ qu'elle est déjà prise, or je ne daigne 

72
pas de m'asseoir. Qui plus est, l'attitude du vieil homme 
donne   étrangement   l'impression   que   quelqu'un   est 
vraiment   assis   sur   cette   chaise   vide;   alors   qu'il   reste 
silencieux,   la   tête   légèrement   penchée   sur   sa   droite, 
comme   pour   écouter   des   ordres,   des   conseils   ou 
simplement les paroles d'un quelconque ami imaginaire 
assis à côté de lui, et il hoche même légèrement la tête 
parfois.   Mais   sa   tenue,   son   air   grave   et   son   regard 
lucide me suggèrent aussi qu'il n'est pas fou, mais bien 
au   contraire   froidement   lucide,   et   qu'il   écoute   bel   et 
bien, dans le plus grand sérieux, les paroles silencieuses 
d'un être imaginaire. 

Interrompant   son   dialogue   avec   cet   être   qui   n'était 


visiblement pas là, il se met à me raconter, sans même 
se présenter ni même me saluer, un long  récit sur des 
questions   de   domination   globale,   de   contrôle   des 
masses,   du   problème   de   la   surpopulation,   d'une   soi­
disant   “Fin   de   l'Histoire”   et   du   plan   d'une   grande 
synarchie   mondiale,   d'une   race   d'élus   destinée   à 
dominer   le   monde,   à   déposséder   de   toutes   leurs 
richesses les «ignorants» et les «faibles», et à les asservir 
jusqu'à ce que le Monde soit consommé, et purifié. Le 
récit de qui, il se garde de me le dire, même s'il semble 
que   ce   soit   le   récit   de   son   groupe,   son   ordre   ou   son 
réseau, ou je ne sais quoi, mais rien ne m'est clairement 
défini par lui. 

Il   est   visiblement   un   technocrate,   maîtrisant   l'art   de 


parler sans ne rien dire de substantiel; de dire les choses 
en   les   esquivant,   et   de   parler   en   manipulant   les 

73
perspectives.   Mais   à   la   différence   des   attitudes 
superficielles et hermétiques de ceux et celles qui font 
dans   les   relations   publiques   et   la   bureaucratie 
commune, celui­ci est grave et glacial, et ne semble pas 
du genre à faire des compromis. Il est de ceux qui tirent 
les ficelles plutôt que de danser avec elles. En fait, il se 
présente  à  moi,  sans  ne  dire son  nom,  comme  faisant 
partie d'une race à part, surhumaine et souveraine, plus 
que d'un simple humain. 

« Je suis de la lignée des Rois anciens, des empereurs, 
des   prophètes   et   des   Maîtres   secrets.   Notre   sang   est 
immaculé...   Il   ne   tache   rien.   Il   n'a   laissé   aucune   trace 
visible dans l'Histoire, mais il est la source de l'Histoire, 
et   nous   sommes   son   processus,   sa   dynamique   et   son 
mouvement! » me dit­il avec une fierté triomphante qui 
n'était pas difficile à discerner. 

Je les vois régner dans le secret, du haut des tours des 
plus grands centres financiers du monde,  ou du creux 
des   centres   banquiers   des   grandes   villes   occidentales, 
dans des bureaux cossus et gigantesques,  bien au­delà 
des   proportions   humaines,   à   donner   des   directives   à 
des   émissaires   politiques,   des   agents   secrets   et   autres 
administrateurs de l'ombre. Je les vois comploter  dans 
une parfaite tranquilité, discutant de la numérologie par 
laquelle   ils   gouvernent   leur   empire,   le   langage   des 
devises et des cotes boursières; de la logistique de leurs 
armées   multinationales,   de   leur   projet   d'invasion 
secrète   et   systématique   de   l'esprit   humain,   la 
colonisation  de la conscience  de masse;  tout  cela dans 

74
un   langage   cryptique   dont   seuls   des   bonzes   de 
Harvard,   de   Yale,   de   Frankfurt,   de   la   Sorbonne   ou 
d'Oxford, tous splendidement endoctrinés aux diverses 
sciences du pouvoir cybernétique, peuvent comprendre 
et utiliser comme leur langue maternelle. 

Au   fur   et   à   mesure   que   les   mots   de   ce   mystérieux 


individu   entrent   dans   mon   esprit,   je   me   sens   réduit, 
stupide, désarmé. Il ne parle pas réellement, mais joue 
une   musique   aussi   ignoble   que   féerique,   comme   un 
vieux   manège   rouillé   qui   tourne   sans   cesse   dans   une 
fête foraine abandonnée; des généraux moustachus sur 
leurs   chevaux   éternellement   souriants,   des   statues 
d'acier   peintes,   édulcorées   par   les   âges,   qui   chargent 
dans le vide, de leur mécanique simpliste, en émettant 
des grincements  cyniques  et une musique  discordante 
pour   les   accompagner   dans   leur   danse   sempiternelle 
célébrant la mort du monde  qui les entoure.  Oui... un 
parc de merveilles où tous les enfants disparaissent et 
ne   reviennent   jamais.   Le   jardin   des   merveilles 
aliénantes,   où   ne   poussent   que   des   poissons   pour 
l'esprit.   Une   musique   si   raffinée,   si   complexe,   et   si 
tordue, que je ne peux me la figurer, mais seulement me 
laisser subjuguer, ou littéralement détruire, par elle. Ou 
bien   la   fuir...   mais   je   veux   l'écouter,   je   ne   peux 
m'empêcher de vouloir.

Mais étrangement,  je sens que cet homme n'existe pas 
vraiment,   qu'il   n'est   peut­être   qu'une   illusion,   qu'une 
couverture, même s'il est pourtant bien réel, en chair et 
en os. Il me semble qu'il n'y a en fait pas d'être humain 

75
derrière ce masque, seulement la voûte du néant, et un 
néant  qui  parle  à  travers   de   lui.   Il  est   un   être  fait   de 
vide,   qu'une   façade   de   quelque   chose   qui   n'a   pas   de 
forme perceptible, qui se joue de ma conscience comme 
d'un   jeu   de   cartes,   connaissant   tous   les   emplois 
possibles. Ce quelque chose... c'est ce qui est assis à côté 
de lui, cet être invisible, mais apparemment bien vivant 
et actif. Cette chose manipule le réel comme un mage, et 
est  omnisciente   comme   un   dieu.   Peut­être   en   sont­ils, 
des   demi­dieux,   après   tout...   du   moins   ils   l'ont 
sûrement   déjà   été,   dans   un   lointain   passé,   dans   des 
temps   immémoriaux.   Ces   gens   sont   des   stratèges 
mondiaux.   Ils   ne   sont   pas   de   notre   monde.   Lui,   tout 
comme ses maîtres, ils ne le sont pas. Ils viennent d'un 
monde   étranger   à   chaque   véritable   humain   sur   cette 
planète, d'un monde  où il serait mieux  que seulement 
des machines y vivent. Un monde où l'air est de poison 
et   la   terre   acide,   un   monde   inhumain,   situé   aux   fins 
fonds de cet univers, et peut­être plus loin encore, dans 
les   paysages   lointains   du   firmament,   bien   au­delà   de 
l'entendement   de   tous.   Eux,   leur   seule   préoccupation 
pour  ce monde­ci, c'est de le gouverner,  et l'exploiter, 
pour l'éternité... ou pour aussi longtemps qu'ils vivront. 

L'homme me dit que leur plus grand pouvoir dont ils 
jouissent,   et   dont   ils   ont   presque   toujours   joui,   est   la 
dissimulation…   le   caractère   d'être   indiscernables,   et 
donc  intouchables.   D'être   au­delà   de   tout   ce   qui   peut 
être   prouvé   comme   étant   réel.   D'être   présent   sans 
exister, et de coordonner  sans ordonner,  ou de régner 
sans   être   rois.   De   gouverner   le   monde   d'une   main 

76
invisible. Cette même vieille main invisible qui contrôle 
les   esprits   et   les   corps   par   le   pouvoir   suprême   du 
commerce, faisant fi des frontières, des principes et des 
idées  politiques.  Il   est   inutile   de   les   poursuivre,   ces 
gens, et il est tout aussi vain d'essayer de déjouer leurs 
plans pour les faire échouer, comme de se dérober d'eux 
simplement,  car  tout  individu  vivant  et  agissant   dans 
leur système mensonger est un être dénudé et désarmé 
face   à   eux.   Car   cette   personne,   ils   la   guetteront   dans 
l'ombre,   comme   des   murs   autour   d'elle,   prêts   à   se 
refermer, à jeter leurs foudres sur elle au moment où ils 
le jugeront  approprié,  à abattre  leur  poignard  sur  son 
existence,   en   un   impitoyable   sacrifice   démoniaque. 
Personne   ne   peut   réellement   les   confronter,   car   leurs 
visages est toujours celui d'autres, réels ou non, et c'est 
par l'entremise de ces façades que s'exerce leur contrôle. 
Personne ne peut leur échapper, à moins de... peut­être, 
d'être simplement immunisé de leurs stratagèmes, et de 
vivre   hors   de   leurs   complots.   Mais   leurs   complots 
prennent  toute   la   place,  de   nos   jours.   Ils   ont   colonisé 
tous les espaces, ont encerclé la Nature, et codifié toutes 
les consciences...

C'est   à   la   fin   de   son   monologue   qu'il   me   donna   des 


directives. Qu'elles aient été des menaces ou des ordres, 
cela ne faisait aucune différence; ses commandes étaient 
impératives, et la menace qui pesait sur moi, advenant 
un irrespect  de  ma  part,   étaient  d'une  éventualité  qui 
me semblait claire, concrète, certes, mais quand même 
sous­entendue par les propos de mon interlocuteur. Je 
savais au bord de quel gouffre je me trouvais, mais je 

77
n'avais même  pas besoin  de le regarder  dans toute sa 
hauteur pour voir les périls qui m'attendaient en bas, et 
tout le long de sa descente. Tout perdre, et être torturé à 
jamais... voilà ce dont j'étais menacé, et ce pas une force 
ou   une   autorité   qui   semblait   être   bien   au­delà   de   cet 
individu. De quoi ces gens étaient capables, je le voyais 
en   un   seul   coup   d'œil   rapide   toute   l'étendue   de   leur 
pouvoir... mais il y avait en plus quelque chose de bien 
plus  profond  dans   leur  empire,  qui  s'étendait  sur  des 
milliers   de   kilomètres,   des   dizaines   de   milliers   de 
kilomètres,   et   dans   les   recoins   les   plus   reculés   du 
monde tout comme dans les foyers les plus chaleureux 
de  notre  société.  Il  est  à  la  télé,  sur  Internet,  dans  les 
yeux de votre chat, dans les coulisses du parlement de 
votre pays, sur la ligne quand vous parlez à un ami par 
téléphone, sur votre carte de crédit, à votre travail, dans 
le café que vous buvez trois fois par jour, au magasin 
d'alimentation, et, bien entendu, dans tout ce que vous 
lisez. Mais je crois aussi qu'il est bien plus que ça... Qu'il 
est cette ombre qui se cache entre le monde extérieur et 
mon esprit, à chaque fois que je regarde, et ce courant 
électrique   qui   s'interpose   à   la   matière   lorsque   je   la 
touche.

Et   ses   commandes,   sont   celles   de   le   suivre.   Il   m'a 


ordonné d'oublier tout ce qu'il m'avait dit, et tout que 
que j'avais vu ici, et de simplement  vivre, produire et 
reproduire; de travailler, acheter, consommer, posséder, 
manger,   dormir   et   d'oublier   encore...   indéfiniment, 
jusqu'à la consommation de moi­même.

78
*   *   *

Je me trouvais dans le noir total. Sous mes pieds, il n'y 
avait plus rien, alors que je réalisai, à ma grande terreur, 
que je tombais dans le vide. Mais pas dans le vide d'une 
hauteur   quelconque...   plutôt   dans   un   vide   de   néant, 
dans un abîme sans fond, et dans une obscurité sans fin. 
Haletants dans le vide, mes membres étaient figés par la 
terreur,   ne   sachant   plus   à   quoi   me   référer,   ni   à   quoi 
m'agripper,  alors que ma  mémoire,  elle  aussi,  était  en 
train de s'effacer dans le néant; puis je constatai que ma 
bouche   était   toute   grande   ouverte,   et   que   je   criais   de 
toutes mes entrailles, mes yeux grands et exorbités par 
la   panique.   Mais   rien   ne   sortait...   je   n'entendais 
absolument   rien.   Aucun   son   ne   pouvait   sortir   de   ma 
bouche,  car  au moindre  son  qui  voulait  sortir  de mes 
cordes   vocales,  tout   semblait   être   étouffé   par   cette 
épaisse noirceur qui m'envahissait. 

Alors   que   je   tombais,   durant   un   temps   incalculable, 


criant   silencieusement   de tous  mes  poumons  dans  un 
état   de   panique   insurmontable,   je   me   sentais   être 
lentement   dilué   par   la   noirceur.   Avant,   ce   fut   ma 
mémoire   qui   se   perdait   dans   le   néant,   et   maintenant, 
c'était tout mon être, en commençant par mes sens, puis 
l'extrémité   de   mes   membres,   puis   ma   chair,   mes 
entrailles   et   mes   os,   puis   ce   fut   ma   pensée   et   ma 

79
volonté, du moins ce qu'il en restait, qui se dissolvaient 
dans   le   néant.   L'obscurité   était   un   feu   qui   me 
consumait, peu à peu, au fur et à mesure que je tombais, 
et quoique je n’en ressentais aucune douleur, c'est par 
une froide, une brutale violence que je me sentais rongé, 
consommé   et   digéré   par   ce   feu   destructeur   que   je   ne 
pouvais voir. Et puis tout en vint au fondement même 
de   mon   être...   ma   conscience.   Alors   que   je   luttais,   de 
toutes   mes   forces,   du   dernier   souffle   de   ma   volonté 
pour préserver ce qui restait de moi, de mon être ­mon 
cerveau, mon épine dorsale, peut­être même­ je sentais, 
je voyais, que tout ce qui pouvait demeurer intact, était 
cette   chose,   cachée   au   fond   de   moi­même,   mais 
englobant   toute   chose   que   j'ai   été,   senti,   perçu, 
construit, expérimenté, imaginé et rêvé; ma conscience. 
À   ce   moment  j'arrêtai   de   tomber,   car   toute   sensation 
avait   disparu   de   moi,   et   le   sentiment   de   peur, 
d'abandon, de solitude qui découlait de ces sensations 
relatives avait fait place à un sentiment monolithique de 
plénitude, de chaleur et de puissance.  Je sentais que ce 
feu ne m'avait aucunement détruit, mais plutôt purifié, 
me   faisant   revenir   à   la   source   même   de   ma   propre 
existence,   qui   était   en   fait   la   non­existence.   Je   sentais 
cette   force   intérieure,   un   véritable   champ   électrique, 
infiniment   forte   et   résonnante   dans   tous   les   sens   de 
l'univers, capable de faire vibrer la matière et lui donner 
vie.   La   noirceur   faisait   un   avec   cet   être   absolu,   elle 
l'embrassait,   l'épousait,   alors   que   je   devins   elle,   et   la 
noirceur   devint   moi;   et   au   bout   de   cette   union,   la 
lumière fut...

80
Une lueur perça l'obscurité. C'était elle. 

En premier, elle ressemblait à une flamme blanche, mais 
peu à peu sa silhouette  se découpa,  et elle prit forme. 
C'était une dame toute blanche, à la peau diaphane, et 
revêtue d'une grande robe, translucide, d'un blanc tout 
aussi   resplendissant.   Ses   cheveux   flottaient   dans   la 
voûte de l'ombre, et elle­même lévitait en plein milieu 
de l'espace, comme nageant au fond d'eaux sombres. Je 
ne   parvenais   pas   à   percevoir   ses   traits,   car   sa   peau 
brillait comme une étoile. Elle m'attendait, à la limite de 
la noirceur, dans une aurore, alors que partout autour 
d'elle les choses commençaient  à se définir, à prendre 
forme,   elles   aussi,   et   c'en   fut   comme   si   mes   yeux   se 
rouvraient après un long coma, voyant tout embrouillé 
en premier, puis de plus en plus clair au fur et à mesure 
que je regardais. Au début, ce ne fut que la lumière, et 
par   la   suite   je   pus   apercevoir   sa   source,   et   après   je 
commençai   à   distinguer   tout   ce   qu'il   y   avait   autour, 
comme si de la Dame blanche, tout monde commençait 
à prendre forme, instantanément, sous les rayons de sa 
lumière pure. Elle était si belle, d'une si tendre beauté, 
que   tout   être,   peu   importe   le   sexe,   l'âge,   ou   même 
l'espèce,   ne   pouvait  résister  de   la  porter  en   adulation 
amoureuse,   en   désir   hypnotisant;   mais   elle   était   tout 
autant inatteignable et indéfinissable dans sa splendeur. 
Une   sirène,   donnant   vie   au   monde   entier,   par   le  seul 
présage   de   sa   présence   lointaine.   Et   j'entendais   son 
chant,  qui m'appelait  vers elle.  Ce chant  était  doux  et 
langoureux, mais dissonant à la fois. Une mélodie triste, 
sensible, mais aussi sereine et méditative, et par­dessus 

81
tout,   elle   dégageait   une   splendeur   transcendante, 
aérienne. Les sons qu'elle chantonnait étaient difficiles à 
distinguer,   mais   il   me   sembla   entendre   une   suite   de 
voyelles plutôt cohérente, qui ressemblait à une prière, 
ou   une   invocation,   même   si   je   n'arrivai   pas   à 
comprendre   ce   que   j'entendais.   Cette   mélodie   était 
fascinante, et je ne ne cessais d'avancer vers elle, autant 
la   dame   blanche   que   sa   voix,   pour   mieux   entendre. 
Mais au fur que je m'approchais, la lumière pénétrait de 
partout autour de moi, et j'étais ébloui. 

Puis la sirène disparut en un éclair, dans une explosion 
de lumière alors que mes yeux s'ouvrirent sur le monde 
de   grisaille   qui   m'entourait.   Son   chant,   il   ne   devint 
qu'un   vague   souvenir   qui   s'effaça   rapidement.   C'était 
maintenant l'aurore, et j'avais atterri, apparu, ou m'étais 
éveillé au beau milieu d'un champ,  d'une vaste plaine 
foisonnante   de   longues   herbes   grisonnantes.   Un   vent 
léger battait les herbes et donnait à la prairie un aspect 
d'océan,   créant   des   vagues   allant   et   venant   parmi   les 
herbes.   C'était   beau,   mais   à   la   fois   solitaire, 
silencieusement   solitaire.   La   lumière   que   je   vis 
auparavant comme étant celle de la dame blanche, elle 
s'était   maintenant   métamorphosée   en   un   soleil 
blanchâtre.  Un soleil d'automne,  pâle et distant. Je me 
sentais   reprendre   vie,   et   retrouver   toute   ma   forme, 
quoique je savais que je n'étais plus le même qu'avant. 
Tout   commençait   à   prendre   des   couleurs;   les   herbes, 
jaune­roux, et les quelques touffes de feuillus, dégarnis 
et colorés  par  l'automne.  Je sentais  que  tout  était à  la 
fois nouveau, et vieux. Puis moi, par­dessus tout cela, je 

82
me sentais être pareil, et différent à la fois. Était­ce mes 
sens, renouvelés, ou la forme de toute chose et de moi­
même? Les deux, sûrement. Mais j'avais la certitude de 
ne plus être comme avant, même si je ne me sentais pas 
totalement   étranger   face   à   moi­même.   M'être   vu   à 
travers un miroir m'aurait facilité les choses, peut­être... 
ou ça les aurait empirés, au contraire.

Un   parfum   de   corruption   émanait   de   tout   ce   que   je 


percevais  autour  de moi,  étrangement.  Je me  trouvais 
au beau milieu de ce qui était en fait d'une vaste ferme, 
comme  j'en avais déjà vu plusieurs, mais celle­ci avait 
un   air   familier,   quoique   tout   y   baignait   dans   une 
atmosphère inquiétante. C'est qu'il y régnait une odeur 
­ou peut­être s'agissait­il seulement d'une vibration­ de 
poison,   ou   je   ne   sais   quoi   exactement.   Toute   cette 
prairie avait une beauté acide, qui n'avait pas vraiment 
d'odeur,   ou   de   couleur   évidente,   mais   que   je   sentais 
quand   même.   C'était   comme   si   elle   avait   été 
contaminée, par... par des retombées radioactives. Oui, 
de la radioactivité! C'est la façon la plus claire de décrire 
l'atmosphère   émanant   de   ce   lieu.   On   dirait   qu'une 
bombe   atomique   avait   sauté,   à   quelques   dizaines,   ou 
centaines   de   kilomètres   d'ici,   et   que   les   retombées 
radioactives   avaient   intégré   l'environnement   de   façon 
permanente,   et   immanente.   Qu'elles   avaient   non   tué 
toute   forme   de   vie,   mais   l'avaient   transformée,   à   un 
niveau global, et cellulaire, à un point tel où toute vie 
avait pris une forme légèrement différente; corrompue 
et   empoisonnée,   mais   toujours   belle,   vive   et   naïve 
comme   auparavant.   Resplendissante   de   vie,   dans   sa 

83
discrète toxicité. Telle était devenue la Nature, en ce lieu 
d'un silence de mort.

J'aperçus   une   maison,   non   loin   d'ici,   jumelée   à   une 


vieille grange. Elle dégageait quelque chose qui m'était 
très familier... en fait, j'étais certain de la reconnaître. Je 
connaissais cet endroit.

Il me vint une image, comme une mémoire... celle d'une 
femme,   grande   et   svelte,   aux   longs   cheveux   blonds, 
sortant   de   la   maison   avec   entre   les   mains   un   grand 
panier   à   lessive.   Je   la   vois   décrocher   des   vêtements 
d'une   corde   à   linge   dans   la   cour   de   la   maison,   qui 
battaient au vent, alors qu'un orage s'annonçait, au loin, 
sous   un   ciel   si   noir   que   c'en   était   redoutable.   Cette 
oppressante masse de nuages avait les dimensions d'un 
dieu, et son obscurité était irréelle, comme une ombre 
titanesque  qui rampait,  lentement,  en ma  direction,  et 
qui allait tout électrocuter, balayer et engloutir sur son 
passage.   Et   quelque   part   dans   l'antre   de   cette   bête 
atroce,   je   voyais   une   corne,   hideuse,   gigantesque,   qui 
venait   de   toucher   le   sol,   et   tout   menacer   sur   son 
passage. Une tornade, ondulante, serpentant dans le ciel 
d'une façon terrifiante. 

En m'approchant  de la maison,  la femme  se tourne et 


m'aperçoit. Elle semble être vers la fin de la trentaine; 
belle, d'une sévère beauté, mais suave et digne à la fois. 
Durant un instant, je me demande si elle n'est pas une 
incarnation de l'étrange dame blanche qui m'a attiré ici. 
Elle   me   fait   signe   de   venir,   balançant   son   bras   en 

84
direction   de   la   maison,   et   m'appelle:   « Sébastien! 
Sébastien...  viens­t­en vite, l'orage va... » Sa voix est si 
apaisante...   Mais   je   reconnais,   au   fond   de   son 
intonation,   une   certaine   touche   d'autorité,   mais 
délicieusement   suggestive,   conviviale;   une   douce 
fermeté. Et durant un très bref moment, le soulagement 
que je ressens  à entendre  cette voix me fait oublier  le 
danger   imminent   qui   nous   guette.   Est­elle   mon 
amoureuse? Non... c'est ma mère! Et cette maison, c'est 
celle où j'ai grandi. Ce ne peut être autre chose que cela, 
même   si   je   ne   m’en   rappelais   pas   du   tout.   Mais   un 
homme   n'oublie   jamais   sa   mère.   Elle   a   beau   être 
disparue de sa vie depuis soixante­dix ans, elle hantera 
toujours les précipices de son inconscient, et son image 
finira toujours par reprendre vie. C'est plus fort que le 
souvenir  de notre premier  amour, et dans certains cas 
plus réconfortant. Malgré cela, même ce souvenir, aussi 
cher qu'il avait pu être pour moi, je l'avais oublié.

J'accourus à la maison, et je ne savais pas si c'était pour 
me   réfugier   de   cet   orage   de   l'apocalypse,   ou   pour 
rejoindre la demeure de mon enfance, par peur qu'elle...

...ne soit plus la même. 

Plus rien n'est la même chose ici, maintenant. Même si 
la ressemblance, frappante, voire quasi inquestionnable, 
est là pour me torturer avec ce souvenir indélébile. La 
tempête ne vint pas, ou était elle déjà passée, et toute 
cette   désolation   et   cette   pestilence   qui   régnaient 
n'étaient   que   la   marque   laissée   par   la   tempête. 

85
L'empreinte d'une apocalypse passée, qui avait ravagé 
ce lieu, peu importe ce qu'il fut jadis.

Approchant   de   la   maison,   je   constatai,   à   mon   grand 


désarroi,   qu'elle   était   abandonnée.   La   porte   d'entrée 
était   même   ouverte,   béante   comme   la   bouche   d'une 
morte,   et   les   fenêtres,   brisées   pour   la   plupart.   La 
peinture sur le bois qui la recouvrait était écaillée, et la 
véranda   emplie   de   poussières   et   de   feuilles   mortes 
amenées par le vent. Ce n'était plus la maison familiale 
de   mes   souvenirs,   mais   elle   l'était   aussi.   Le   ciel   gris, 
opaque   et   parfaitement   homogène,   n'ajoutait   rien 
d'agréable   à   l'ambiance  des  lieux,   alors   que   je   sentais 
dans mes entrailles une douleur, une mélancolie qui me 
déchirait de l'intérieur. Mais je ne voulais ni ne pouvais 
pleurer,  car  je voulais voir.  Je voulais  voir  la  vérité,  à 
l'intérieur   de   cette   mémoire.   Je   savais   que   quelque 
chose se cachait  derrière ce vide dont  la maison  avait 
été envahie. Des revenants? Ou pire... des survivants? Je 
voulais voir,  au­delà de mon angoisse.

J'entrai   donc   à  l'intérieur   de  la   maison,   et   me  trouvai 


dans un hall poussiéreux. Le suint avait envahi les coins 
des   murs   ainsi   que   le   plafond,   et   des   franges   de 
tapisserie pendaient ça et là. Dans les pièces adjacentes, 
je remarquai que les meubles et autres les autres objets 
occupant la vie courante étaient pour la plupart intacts 
et semblaient ne pas avoir été utilisés ni nettoyés depuis 
des   âges.   Des   toiles   d'araignée   un   peu   partout,   de 
gigantesques toiles. Et une odeur âpre régnait dans les 
lieux,   intense   au   point   de   hérisser   le   poil   de   mes 

86
narines,   et   je   n'arrivais   pas   à   reconnaître   de   quoi   il 
s'agissait,   quoique   je   n'étais   aucunement   intéressé   de 
savoir. C'était sans doute un mélange de poussières, de 
carcasse animale pourrissante et de crottin de rongeurs. 
Ici, le silence, lugubre, se sentait dans les veines, et se 
voyait,   même.   J'imaginais   tout   le   reste   de   la   maison, 
plongé   dans   une   stagnante   noirceur,   une   solitude 
hostile et inhumaine, et cette seule image me fit frémir. 
Je   reculai   de   quelques   pas,   pris   d'une   soudaine   peur 
infantile.   Et   quelle   raison   y   avait­il   de   craindre?   Je 
réalisai que ma peur n'était fondée que sur le vide d'une 
image, et me résolus à faire entendre ma présence.

« Holà!   Il   y   a   quelqu'un??? »   criais­je   d'un   ton   sec, 


suffisamment  articulé pour  me faire comprendre dans 
toute la maison.

Quelques instants passèrent. La pénombre grisâtre qui 
était  la  seule  à  éclairer  l'intérieur   de  la  maison,   d'une 
lueur fantomatique, commençait alors à s'affaiblir, et je 
sentais venir l'obscurité de la nuit. Je ne sentais pas cet 
endroit   comme   hospitalier   pour   y   dormir,   même   en 
balayant   les   quelques   restes   de   mes   peurs   stupides. 
Quelque  chose   de   malsain   planait   dans   les   airs,   et  ça 
allait plus loin que cette odeur fétide à laquelle mon nez 
ne s'habituait toujours pas.

« Allo!? S'il vous plaît, répondez, quelqu'un... j'ai besoin 
d'aide! »

87
Mon   cri   résonna   une   fois   de   plus   dans   une   solitude 
étouffante.   J'eus   l'impression   que   le   son   de   ma   voix 
s'arrêta droit devant ma bouche, au moment même où il 
était   émis,   et   que   si   quelqu'un   avait   été   juste   devant 
moi, il m'aurait à peine remarqué. 

Ça   allait   de   soi,   les   occupants,   peu   importe   qui   ils 


étaient,   avaient   déserté   les   lieux   il   y   a   longtemps   de 
cela... ou bien ils n'étaient  plus. Peut­être que quelque 
part dans les entrailles de cette maison reposaient leurs 
cadavres. Étant advenu un bombardement nucléaire ­et 
c'était   ma   théorie   la   plus   persistante­   ils   se   seraient 
réfugiés dans la cave quelque  temps, auraient fini par 
manquer de vivres, par souffrir d'isolement, de devenir 
fou, et ­qui sait­ peut­être se seraient­ils mutuellement 
tués,   puis  se   seraient  mangés   entre   eux.  Ma   tête   était 
trop pleine d'hypothèses, et je devais en avoir le coeur 
net, sur la véritable nature de cet endroit, car malgré ma 
répulsion, j'avais toujours cette forte intuition que j'étais 
chez  moi,  et peut­être  si je tombais  sur  une  note,  une 
photo de famille, ou je ne sais quel autre indice, je serais 
en mesure de savoir... de savoir qui je suis; si je viens 
vraiment d'ici.

Je fonçai sans plus hésiter dans le hall, passant à côté de 
l'escalier à ma droite, et entra dans la cuisine, et encore 
ici,   meubles,   électroménagers   et   autres   utilités 
quotidiennes   n'avaient   apparemment   pas   été   utilisés 
depuis des années, vu la crasse et la poussière qui s'était 
emparée   d'eux.   Au   fond   de   la   cuisine,   il   y   avait   une 
salle à manger, et au milieu de la grande table, vide, se 

88
trouvait un bol à fruits qui ne contenait que des noyaux 
séchés, oeuvre probable des insectes qui s'étaient gavés 
des quelques fruits pourrissant là. Rien de spécial, soit. 
Tout   était   comme   à   chaque   jour   du   quotidien   de 
quiconque   avait   demeuré   ici.   Je   me   déplaçai   dans   le 
salon,   et   constatai   le   même   vide.   Même   la   télé,   le 
système   de   son   ainsi   qu'un   ordinateur   posé   sur   une 
table au bord de la grande fenêtre du salon, n'avaient 
pas   été   récupérés   par   de   quelconques   passants.   Rien. 
Sauf... qu'alors que mes yeux sondèrent la bibliothèque 
­emplie   de   bibelots,   de   romans   d'une   banalité 
déconcertante   et   de   guides   sur   n'importe   quoi 
d'ordinaire   et   de   trivial­     je   tombai   sur   ce   que   je 
cherchais, et, confus, prit l'objet entre mes mains pour 
l'observer, l'analyser, et tenter de comprendre. 

Je tenais entre mes mains un cadre de bois, et encastré 
dans ce cadre, une photo de famille. La photo illustrait 
l'image de gens... de gens qui m'étaient  complètement 
étrangers,   sauf   pour   une   personne:   moi.   Trois   jeunes, 
dont   deux   jeunes   hommes   d'âges   apparemment 
différents, un ­le plus vieux­ était moi. Outre un jeune 
homme,   d'allure   sportive,  sur   qui  il   n'y   avait   rien   du 
tout à dire, il y avait une jeune fille, bonde, rayonnante, 
qui devait faire dans les douze ans; et deux adultes, un 
homme,   vêtu   d'un   polo   et   arborant   une   coupe   de 
cheveux férocement symétrique, dans la quarantaine, et 
une   grande   femme,   élégante,   plantureuse,   aux   longs 
cheveux blonds, et aux yeux pâles brillants d'une lueur 
irréelle. Je m'étais fait duper par l'image... cette femme, 
c'était elle, celle que j'eus aperçue,  plus tôt,  dans mon 

89
étrange  vision.  Sa  tenue  platement  conservatrice  avait 
trahi l'image plus campagnarde et sensuelle que j'avais 
d'elle dans mon esprit. Ils avaient tous le même sourire, 
si   parfait,   si   blanc,   qu'il   semblait   plus   peint   qu'autre 
chose. Tous, sauf moi, qui affichais une expression qui 
devait être la même que celle que je faisais à ce moment 
même, en regardant la photo, un visage ahuri, quelque 
peu défait par la confusion. Et pour couronner le tout, 
cette famille irréelle était accompagnée d'un gros chien 
poilu, qui regardait la caméra d'un éternel sourire naïf, 
le même que le reste de la famille, on aurait pu dire.

Je faisais bel et bien partie de cette famille, mais tous ces 
gens, je ne me reconnaissais pas parmi eux! Et quelque 
chose   n'allait   pas...   ils   étaient   trop...   trop   parfaits.   Ils 
étaient   faits   de   plastique,   assurément.   Non,   je   n'étais 
pas là... je ne faisais pas partie d'eux. Je ne pouvais pas 
venir de ces gens. Impossible! Ils étaient aussi étrangers 
à moi que des gens que n'importe quel étranger pouvait 
l'être, et même à cela, je pouvais facilement parvenir à 
me   reconnaître   dans   le   regard   de   bon   nombre 
d'étrangers et étrangères. Mais ceux­là, ils n'étaient tout 
simplement pas humains.

Cette   photo...   ça   se   devait   d'être   du   faux.   Par   contre, 


comment aurait­elle pu l'être... et surtout, pourquoi? À 
quelles   fins?   Tout   ceci,   toute   cette   maison,   n'était 
simplement pas vraie. Non... ça ne pouvait être vrai. Je 
laissai   tomber   le   cadre,   et   sa   vitre   se   brisa   sur   le 
plancher   de   bois.   Cette   image,   elle   était   typique   d'un 
film,   d'un   mélodrame   merdique.   Prévisible,   et 

90
mécanique... je me sentais être au beau milieu d'un jeu, 
d'une   pièce   de   théâtre   dont   je   n'étais   pas   metteur   en 
scène.   Prisonnier...   j'étais   prisonnier!   Je   pris   ma   tête 
entre mes mains, et criai comme  un fou, hors de moi, 
jusqu'au   bout   de   moi­même.   Mais   rien   ne   changea, 
alors   que   personne   ne   m'entendit,   nulle   part   ici   ou 
ailleurs.

La pièce, tout comme le reste de la maison, était en train 
de plonger sévèrement dans la noirceur de la nuit, alors 
que   la   pénombre   à   l'extérieur   commençait   à   tomber 
dans les ténèbres. Et je vis une ombre noire se déverser 
du   coin   d'un   mur   du   salon.   Ce   qui  paraissait   comme 
une tache de suint grandit, et noircit, rapidement. Vu la 
faiblesse de la lumière, je ne pus voir clairement ce que 
c'était, mais ça ne me prit pas beaucoup de temps pour 
réaliser qu'il s'agissait de milliers, de millions d'insectes 
rongeurs,   de  grosses  vermines  noires  et  luisantes,  qui 
s'étaient   réveillés   et   qui   se   lançaient   à   l'assaut   de 
quelque chose. Regardant autour de moi, je vis que de 
tous   les   côtés   j'étais   envahi   soudainement   par   une 
marée   d'insectes,   et   réalisai   assez   facilement   que   la 
vague déferlait directement sur moi, le dernier bout de 
chair qui restait en la demeure, pour me dévorer vivant, 
me   bouffer   de   l'extérieur   jusqu'à   ce   que   je   meure   et 
disparaisse,  dans des  souffrances  atroces.  J'entendis  le 
son de centaines de petits bruits distincts provenant de 
l'intérieur   des   murs,   des   plafonds   et   du   plancher;   les 
bruits   de   milliards   d'autres   pattes   et   de   griffes 
cherchant   une   ouverture   par   laquelle   sortir   pour   me 
sauter dessus. Pris de panique, je me ruai vers le hall, 

91
alors que, déjà, celui­ci avait été envahi par une horde 
de veuves noires,  géantes,  qui se laissaient  tomber  du 
plafond dans le but de m'attraper. Je me poussai comme 
une fusée vers la sortie, et bondit dans la cour, dehors, 
pour me mettre à courir comme un déchaîné... à courir 
dans la nuit, sur la route de terre battue, qui ne finissait 
plus, qui s'allongeait, à perte de vue, dans la noirceur. 
Courant,  courant,  et ne cessant  de courir  jusqu'à  mon 
essoufflement total, et puis je tombai, étourdi, exaspéré, 
sur  le bord du chemin.  Sur le point de m'évanouir,  je 
levai les yeux vers le ciel étoilé et la dernière chose que 
je   vis   fut   une   étoile,   brillante   d'une   blancheur   pure 
parmi une mer d'autres étoiles plus petites. Celle­ci était 
si   éclatante,   si   remarquable   dans   sa   puissante   lueur 
perçante qu'elle ne pouvait pas ne pas être remarquée. 
Avant de sombrer dans l'inconscience, à bout de souffle, 
je constatai que c'était Sirius. C'était elle... elle, la Dame 
blanche, qui brillait au loin dans le firmament.

92
Chapitre 3:

Des radicaux libres

93
94
Le Créateur domine toutes les perspectives, 
et c'est en cela qu'il est absolu. Principe 
incontestable.   Mais   ce   qui   échappe   à   la 
perspective, du point de vue relatif de la 
perspective   elle­même,   ou   de   tout   ce   qui 
puisse   en   faire   partie,   n'apparaît   pas 
vraiment   comme   absolu,   mais   plutôt 
indéfini.   Le   Créateur   est   aussi   indéfini, 
mais   théoriquement   il   échappe   à   toute 
définition, car toute définition est basée 
sur   au   moins   une   perspective   des   choses, 
faute   de   plusieurs,   ce   qui   le   rend   plus 
qu'indéfini,   mais   indéfinissable.   Bien 
entendu,   ce   qu'on   pourrait   qualifier 
«d'indéfinissable»   n'existe   qu'au   plan 
conceptuel, car il n'est en réalité que le 
résultat d'une équation purement théorique, 
que le concept représentant ce qui est non 
relatif, donc absolu. Un concept qui a du 
sens, qui est tout à fait logique, mais qui 
est   par   contre   totalement   irréel,   et 
intangible.   Car   il   est   autodéfini,   on   ne 
peut   le   définir   par   nos   paramètres, 

95
autrement   que   faussement,   toujours   de 
manière incomplète. 

Peut­être pourrions­nous entrer en contact 
avec un objet réel qui est indéfinissable, 
mais dans certains cas précis... dans deux 
cas,   plus   précisément.   Le   premier   est 
simplement   d'entrer   en   contact,   par   purs 
accident ou hasard, avec un objet indéfini 
sans ne pouvoir connaître sa nature; être 
forcé dans un face­à­face avec l'innommable 
mystère,   pour   le   dire   autrement.   Le 
deuxième cas est d'atteindre un niveau de 
conscience et de détachement si élevé que 
l'on   devient   nous­mêmes   omniscients   ­au 
sens   d'avoir   accès   à   toutes   les 
perspectives   possibles,   et   même 
impossibles,   sur   un   même   objet­   tout   en 
étant  au­delà, ou  au­dessus de toute chose 
et de tout être. 

Cette   dernière   possibilité   semble   plutôt 


inaccessible...   du   moins   pour   un   simple 
mortel   à   l'intelligence   limitée   par   des 
millénaires   de   terrorisme   moral   et 
intellectuel, et plus fondamentalement par 
sa   propre   perception   sensorielle.   Un   état 
de méditation profonde peut permettre de se 
rapprocher d'un tel paroxysme de non­être, 
mais il ne permet pas de le saisir, de le 
devenir   à   proprement   parler,   du   moins   de 
façon assez permanente ou approfondie pour 
être le non­être. Seule la Mort pourrait le 
permettre,   évidemment...   ou   possiblement 
aussi le sommeil.

Mais   de   pouvoir   atteindre   l'indéfini,   le 


toucher, même dans une certaine mesure le 
devenir,   cela   est   beaucoup   plus   probable. 
L'indéfini   est   le   caractère,   en   fait,   de 
tout   ce   qui   échappe   de   façon   relative   à 
notre   perception.   Quand   j'entends 
perception, je n'entends pas simplement le 
fait de voir, sentir, entendre et toucher, 
mais je fais référence aussi à ce filtre si 

96
splendide,   mais   si   mystérieux,   qui   permet 
de   faire   du   sens   avec   tout   ce   que   nous 
voyons,   sentons,   entendons   et   percevons, 
bien   sûr   après   un   certain   travail   de 
construction   sociale.   Il   y   a   plusieurs 
façons d'appeler ce "filtre", mais je crois 
qu'il   serait   juste   de   l'appeler 
l'entendement. Il y a tout un monde entre 
l'homme  et  le  dieu,   un   monde   de   sens,   de 
passions, de désirs et de mensonges. Il y a 
aussi   des   espoirs,   convictions,     idéaux, 
peurs   et   surtout   des   leurres,   cachées   un 
peu partout, tels des pièges qui n'arrêtent 
pas   de   pousser   partout   comme   cette   herbe 
faussement   qualifiée   de   «mauvaise».   La 
perception est en outre tout ce monde qui 
nous rend à la fois éclairés et aveuglés, 
éclairés, car cela nous donne une maîtrise 
­ou à la limite une impression de maîtrise­ 
sur l'univers qui nous entoure, mais nous 
cache   cruellement   tout   un   univers   qui 
pourrait nous concerner directement, comme 
concerner   le   tremblement   d'une   feuille 
d'une plante quelque part sur une planète 
éloignée du lointain cosmos. La perception 
est   construite,   et   l'objet   est   toujours 
inconnu. Toujours. Il est seulement défini, 
c'est tout. La connaissance est un leurre. 
Elle   est   un   objet   préconçu   par   notre 
perception pour donner du sens à l'inconnu 
afin   de   s'y   baigner   dans   une   quiétude 
superficielle,   ainsi   la   seule   façon   de 
connaître   l'objet   indéfinissable   est   de 
désapprendre.

Le   sens   est   superficiel,   même   s'il   finit 


toujours par devenir le dictateur de notre 
existence. Il est la contradiction même de 
sa   propre   inexistence,   en   étant   toujours 
vivant, créé ou recréé à l'infini par les 
impulsions   d'un   imaginaire   collectif,   et 
surtout   en   se   soulevant   contre   l'absurde 
dont il tire lui­même sa source. 

97
Mais   quelque   chose   demeure   et   persiste   à 
travers le temps. Quelque chose de lugubre, 
d'inconfortable...   C'est   cette   inquiétude 
que plusieurs ressentent à chaque jour de 
notre   vie,   cette   inquiétude   faisant   qu'un 
citoyen   ordinaire   va   grillager, 
verrouiller, et protéger sa maison avec le 
système d'alarme le plus élaboré qui soit, 
et ce, dans le quartier le plus propre, le 
plus calme et le plus harmonieux de toute 
la   banlieue   sur   un   rayon   de   deux   cents 
kilomètres à la ronde; cette inquiétude qui 
fera que des mesures disciplinaires soient 
imposées par la nation la plus puissante du 
monde à une nation au potentiel militaire 
médiocre;   cette   inquiétude   qui   fera   qu'un 
jeune homme voudra gagner toutes les filles 
qui   l'entourent,   même   celles   avec   qui   il 
n'a rien à voir; cette inquiétude qui fera 
qu'un industriel multimilliardaire va tout 
faire   pour   acquérir   un   puits   de   pétrole 
dans   un   pays   du   Moyen­Orient,   quand   il   a 
suffisamment   d'argent   pour   que   non 
seulement   lui­même   puisse   vivre   dans 
l'abondance   jusqu'à   la   fin   de   ses   jours, 
mais   que   ses   enfants,   petits­enfants   et 
arrière­petits­enfants   vivent   en   toute 
quiétude financière sans ne jamais voir un 
chèque de paie ni un formulaire d'impôts de 
leur   putain   de   vie.   Cette   insécurité 
générale, cette peur de l’inconnu et de la 
crise,   ou   celle   d'avoir   devant   soi   la 
preuve la plus directe que tout n'est qu'un 
ensemble   de   balivernes   sans   importances, 
est une pathologie profonde. C'est la peur 
maladive   que   tout   s'écroule,   la   peur   de 
perdre   la   maîtrise   sur   son   propre   petit 
empire   personnel.   La   peur   de   l'aliénation 
ultime.   Mais,   comprenez­moi,   moi   aussi   je 
suis un peu comme eux. Car moi aussi j'ai 
cette impression, insurmontable, d'être au 
sommet d'une tour de sable qui est sur le 
point   de   s'écrouler.   Cette   peur   est 
universelle,   enfin   je   crois...   du   moins 
tant qu'on vit pour la fuir.

98
Qu'y a­t­il de si apeurant dans le fait de 
mourir, après tout? Le pire que l'on peut 
expérimenter   quand   on   meurt   consiste   en 
quelques   douleurs,   probablement   très 
violentes   dans   la   plupart   des   cas,   mais 
tout   de   même   très   passagères.   Des   veines 
qui   éclatent   quelque   part   dans   notre   for 
intérieur,   des   acides   qui   commencent   à 
ronger   la   chair   même   de   notre   coeur,   des 
hallucinations   lourdes   et   dérangeantes 
hantant   les   cellules   cancéreuses   de   notre 
cerveau, et quoi d'autre... Mais ce n'est 
pas   de   cela   qu’on   a   peur.   Ce   n'est   pas 
vraiment   de   cela,   non?   Cherchez   à 
l'intérieur   de   vous­mêmes.     Ce   dont   on   a 
peur,   c'est   de   perdre   le   contrôle.   De   se 
laisser glisser vers on ne sait où. De se 
laisser   emporter   par   cette   vague 
monstrueuse,   tellement   titanesque   qu'elle 
doit   provoquer   une   peur   atroce   chez 
n'importe   qui   vivant   dans   la   quête   du 
confort   et   de   la   sécurité.   La   peur, 
simplement, de laisser aller les choses par 
elles­mêmes,   comme   si   on   n’était   que   des 
grains de sable insignifiants, attendant de 
se faire ramasser sur le bord de la plage, 
par une vague immense, par la grande vague 
du destin.

Cette peur, c'est cette même peur enfantine 
de   s'endormir.   La   peur   de   chuter   dans 
l'inconscience   comme   un   avion   aux   ailes 
brisées.   Hors   de   contrôle.   La   peur   de 
quitter son monde, au prix, peut­être, de 
ne   jamais   plus   le   revoir,   dans 
l'éventualité,   quoique   peu   probable,   que 
l'on ne se réveille pas. La peur de plonger 
dans une mer de néant que personne n'arrive 
vraiment à comprendre, même aujourd'hui où 
les   délires   ambitieux   de   la   Science   on 
poussé   la   Connaissance   jusqu'à   la 
découverte   du   moindre   micro­organisme 
survivant avec peine sur une planète située 
à   des   dizaines   d'années   lumières   d'ici. 

99
Tout   le   monde   se   laisse   emporter   par   le 
sommeil, et tous, aussi vulnérables les uns 
que   les   autres,   doivent   se   soumettre   aux 
décrets de cet ordre inévitable. 

*   *   *

Je ne sais plus du tout qui je suis. Je me suis réveillé ce 
matin... en m'oubliant, et maintenant je veux savoir qui 
je suis, où je suis, et ce que je fais ici. Cela ne me servira 
à   rien   qu'on   me   montre   ma   carte   d'identité,   mon 
passeport   ou   je   ne   sais   quoi   d'autre,   car   je   ne 
reconnaîtrai pas plus l'identité de celui qui est supposé 
être   moi   sur   cette   carte;   peut­être   le   visage,   à   peine, 
mais   encore   je   ne   peux   même   pas   me   reconnaître   à 
travers un miroir, alors à quoi bon? De toute façon, ni 
moi ni aucune autre personne ne pourrions arriver à me 
convaincre de mon identité, car je ne crois pas non plus 
comprendre le sens de ce que les gens disent, du moins 
d'à peu près tout  ce qu'ils  disent;  un peu  comme  s'ils 
parlaient  un  dialecte  inconnu,   quoique   similaire  à  ma 
langue. Ça, en plus, ça ne me facilite pas la tâche.

Apparemment, tout semble laisser croire que ce matin 
je me suis réveillé dans un pays étranger,  qui ressemble 
beaucoup au monde dont je me rappelle... mais qui est 
tout aussi différent sur de nombreux aspects. Mais est­
ce que je me rappelle vraiment de ce monde, c'est­à­dire 

100
du   monde   d'où  je   viens?   Est­ce  que   je   m'en   souviens 
vraiment? 

Je vois des images dans ma tête; celles du monde d'où je 
suis venu. Elles ne sont pas très claires... je me rappelle 
de mon père qui m'a parlé sur la galerie de la maison, 
devant un champ tout vert avec des arbres au fond. Il 
m'a parlé de l'argent,  oui de l'argent. D'un deux cents 
dollars   que   je   devais   à   quelqu'un,   mais   je   ne   me 
souviens  plus pourquoi.  Pourquoi me parlerait­il d'un 
deux   cents   dollars   que   je   devrais   à   quelqu'un?   C'est 
drôle,   je   me   rappelle   vaguement   de   son   expression, 
même de quoi dont il avait l'air. C'est pourtant de mon 
père   que   je   me   souviens,   je   le   sais,   comme 
intuitivement. Mais je ne rappelle pourtant pas de son 
visage,   de   sa   voix...   ni   même  de   sa   silhouette!   Je  sais 
pourtant qu'il y avait quelqu'un, debout avec moi sur la 
véranda,   me   parlant   d'argent,   et   j'ai   la   certitude   que 
c'était lui.  Mais quand  était­ce?  Ça  aurait  pu être hier 
soir, mais je ne suis pas certain. Peut­être était­ce la fin 
de semaine passée? Encore ici… comble du problème, je 
ne rappelle même pas quand était­ce cette dernière fois 
que je me suis rappelée.

Le passé est mort pour moi. Il me glisse entre les doigts 
comme   l'eau;   dans   ma   mémoire,   il   se   perd   dans   le 
brouillard, et puis dans la nuit. Comment ne puis­je pas 
simplement   me   rappeler   de   mon   père...   Qu'une 
conversation  avec celui que je présume  être lui soit le 
seul repère, du moins le repère le plus tangible, pour le 
retrouver   dans   l'abîme   qu'est   mon   esprit   à   l'heure 

101
actuelle? Quelle était cette conversation? En quoi était­
elle si importante pour que je m'en rappelle par­dessus 
toutes  les autres bribes d'information  dérivant comme 
des débris disparates sur l'océan noir que j'ai dans ma 
tête?

Seul, dans un petit café non loin du parc où je me suis 
réveillé   quelques   heures   plus   tôt   dans   la   plus   totale 
confusion,   je   suis   encore   dans   les   vapes.   Un   journal 
repose   sous   mes   yeux,   à   ma   table.   J'essaie   de 
comprendre son contenu,  mais rien, de tout ce que j'y 
lis,   ne   semble   faire   de   sens.   Une   suite   de   phrases 
raboutées   les   unes   aux   autres   sans   aucune   logique, 
malgré que tout semble faire du sens si je lis de façon 
évasive.  Les   articles   ne  parlent   de   rien  du  tout,   et   de 
tout   en   même   temps...   Et   puis   il   semble   que   chaque 
article   se   termine   par   un   mot...   « fnord ».   Qu'est­ce 
qu'un   « fnord »?   Une   simple   erreur   typographique? 
Non! Car alors que je parcourus le reste du journal, je 
constatai   que   plusieurs   autres   articles   se   terminaient 
aussi par ce mot bizarre, que je n'avais jamais vu nulle 
part. Le journal me semblait être pourtant sérieux, pas 
du   genre   à   faire   ce   genre   de   blagues   puériles.   Il   y   a 
même   un  gros  titre  sur   la  première  page  que  je  peux 
lire, mais peux difficilement reconnaître. "Mouvements 
visuels et idées déracinées..." Je scrute de haut en large 
la   page   couverture.   Rien,   à   part   une   image   d'une 
personne,  un jeune homme,  apparemment  en train  de 
courir sur un trottoir, ou de se précipiter vers quelque 
chose,  comme  pour  attraper  un  mystérieux  objet  avec 
une   hâte   frôlant   la   panique.   L'image   est   floue,   et   le 

102
mouvement   semble   être   suspendu   dans   le   temps,   le 
sujet   étant   tout   embrouillé.   Je   regarde   encore   le   titre 
pour   voir   si   j'ai   bien   lu   ce   que   j'ai   lu.   Des   idées 
déracinées. Et des mouvements visuels. Mais comment 
une idée peut­elle être déracinée... ne pourraient­ils pas 
être   plus   clairs?   Une   idée   prise   dans   un   contexte,   et 
transposée   à   un   autre...   ou   des   idées   complètement 
déconnectées   de   tout   contexte   de   référence?   Depuis 
quand les journalistes font de la poésie abstraite? 

Je présume que je suis fatigué, le lourd soleil de l'après­
midi   m'a   abasourdi,   et   pompé   mes   énergies   jusqu'à 
l'épuisement.   Je   sens   que   je   perds   prise   sur   ce   qui 
m'entoure,   exactement...   exactement   comme   lorsqu'on 
s'endort,   dans   les   quelques   secondes   juste   avant   ce 
moment   dont   on   ne   se   rappelle   jamais;   celui   où   on 
plonge   dans   le   sommeil.   Ce   maudit   soleil   de   l'après­
midi   m'a   toujours   endormi   avec   violence.   Comme   on 
endort un alligator. Exactement comme cela. Une bête si 
monstrueuse, si dangereuse, mais on a simplement à la 
tourner sur le dos et elle est aussi douce et inoffensive 
qu'un   petit   bébé   dormant   dans   sa   berceuse,   sur   une 
montagne   de   draps   et   de   coussins   soyeux.   Ce   soleil 
d'après­midi,   avec   ces   rayons   si   gras,   si   jaunes...   un 
soleil de cuivre. Je me sens lourd, incroyablement lourd, 
et mes sens deviennent débiles, paralysés dans le temps 
et l'espace. Et je suis saisi d'une douce ivresse, et bercé 
par   elle,   je   me   sens   glisser   vers   le   néant.   J'entends   la 
clochette de la porte d'entrée. Une femme, accompagnée 
de peut­être deux autres silhouettes­ entre dans le café 
et   passe   près   de   la   table   sur   laquelle   je   pétrifie   de 

103
sommeil. Elle me regarde et me sourit, comme si elle me 
reconnaissait,   mais  peut­être  aussi  ne  me  trouve­t­elle 
que   séduisant,   ou   seulement   agréable   a   regarder;   elle 
passe sans me saluer. Une belle femme, élégante, mais 
rien de spécial. Les deux types qui l'accompagnent non 
plus. 

Il   me   vient   cette   idée...   que   si  quelqu'un   finit   par  me 


reconnaître,   peut­être...   peut­être   que   les   choses 
progresseront   pour   moi.   Peut­être   finirai­je   par   me 
reconnaître.

Je   me   rappelle   de   ce   moment...   c'était   probablement 


l'expérience la plus étrange de toute mon existence, ou 
de tout ce que j'ai perçu, lu, vu, ou entendu depuis que 
je suis né. Le fait que j'étais enfant, quand l'événement 
s'est produit, donnait un caractère encore plus onirique 
à  mon   souvenir,  quoique  j'étais  certain   que  tout  avait 
bien   été   réel.   J'étais   tout   petit,   je   devais   n'avoir 
qu'environ   cinq   ou   six   ans.   Ma   mère   conduisait   sur 
l'autoroute, au crépuscule. Il y avait un soleil rougeâtre 
qui   brûlait   au   loin   dans   l'horizon,   et   des   milliers   de 
lampadaires   et   de   phares   brisaient   l'obscurité   la   plus 
opaque   dans   laquelle   la   campagne   environnante   était 
plongée.   Blancs,   rouges,   oranges.   Ils   passaient   par 
milliers   à   la   vitesse   autour   de   moi,   à   la   vitesse   de   la 
lumière.  Dans  ma   perception   d'enfant,  ce  décor   d'une 
banalité  aliénante  pour   l'adulte  m'apparaissait  comme 
un paysage futuriste, un firmament d'étoiles électriques 
dans   une   mer   de   vide   entre   les   gens;   et   j'avais   une 
certaine   fascination   à   le   contempler   en   m'imaginant 

104
toutes sortes de choses... que j'étais, par exemple, dans 
une   civilisation   entièrement   robotisée,   et   que   nous 
planions   sur   une   astrogare   plutôt   que   de   rouler   sur 
l'asphalte.   Peut­être   n'avais­je   pas   tort,   d'un   certain 
point de vue. 

Je ne savais pas d'où on arrivait, mais je crois qu'on s'en 
retournait   à la   maison,   à   Pierre­de­l'Est,   où   mon   père 
nous attendait pour un souper du Jour de l'An. Sur le 
bord   de   la   route   il   y   avait   ce   drôle   d'édifice   qui 
ressemblait à une maison. C'était tout juste sur le bord 
de  l'autoroute,   si  je me   rappelle  bien,  même   si  un  tel 
emplacement   m'a   toujours   semblé   insolite   pour   un 
établissement   de   ce   genre.   Une   sorte   de   parc 
d'attractions   intérieur,   pour   enfants.   L'endroit   était 
inévitable;   plein   de   lumières   s'en   dégageaient   et 
plusieurs véhicules y étaient garés. Partout autour d'ici, 
c'était morne, silencieux et froid. L'obscurité envahissait 
déjà toute la campagne, elle qui était si vide dans cette 
région.   Mais   ici   tout   semblait   une   vilaine   partie   de 
plaisir.   J'insiste   sur   "vilaine"   car   ce   qui   se   dégageait, 
dans   l'ensemble,   de   cet   endroit,   était   une   impression 
d'euphorie tordue, comme une cruelle maladie qui nous 
fait   halluciner   des   choses   épatantes,   tout   en   restant 
cruelle,   acerbe.   Comme   cette   chaleur   plus   inquiétante 
que réconfortante  que l'on sent lors d'une rude fièvre, 
vous savez? On se sent bien... mais trop bien. Pendant 
que la chaleur nous berce, on sent le mal qui nous ronge 
de   l'intérieur   et   nous   fait   suffoquer   dans   nos   propres 
microbes. 

105
La   maison   était   ouverte   aux   enfants   et   aux   parents. 
Mais les parents ne pouvaient suivre leurs enfants dans 
les   dites   salles   de   jeu.   On   y   entrait   par   une   méthode 
plutôt surréaliste, qui n'était accessible qu'aux enfants. 
Pour   entrer   et   visiter   ce   singulier   manoir,   les   ceux­ci 
devaient passer par diverses sortes de portes à l'entrée, 
il y en avait cinq ou six, toutes de grandeur et d'aspects 
différents, et chacune assez petite, et insolite, pour que 
seuls des enfants veuillent et puissent y entrer sans trop 
d'efforts ou de contorsions. Chacune d'entre elles avait 
sa particularité, et sa couleur, mais elles menaient toutes 
à des endroits différents dans ce manoir, du moins en 
apparence. La plupart d'entre elles étaient simplement 
bouchées,   donnant   sur   un   mur   multicolore,   d'autres 
laissaient   seulement   une   minuscule   ouverture,   trop 
petite   pour   que   même   des   enfants   d'un   certain   âge 
puissent   y  entrer,  et   d'autres,   enfin,   comportaient  des 
sortes   d'énigmes   que   les   petits   devaient   résoudre   par 
eux­mêmes afin de pouvoir entrer. Ces énigmes étaient 
de   nature   surtout   idéographique,   mais   rien   de 
compliqué;   elles   étaient   soit   des   casse­tête   ou   des 
assemblages   alphabétiques,   et   une   d'entre   elles 
consistait   simplement   à   faire   tourner,   à   activer,   un 
mécanisme   de  verrouillage  fait  d'engrenages   grossiers 
et   colorés.   Mais   la   porte   que   les   enfants   prenaient 
presque   tous   –celle   qui   n'avait   pratiquement   pas 
d'énigme­ était une porte tenant littéralement du vagin. 
Un   gros   semblant   de   vulve   et   d'utérus,   tout   rouge   et 
plein   de   vagues   en   caoutchouc   dont   la   ressemblance 
était   tout   de   même   juste   assez   subtile   pour   que   ni 
parents   ni   enfants   ne   puissent   reconnaître   la 

106
symbolique   du   premier   coup.   Le   surréalisme 
symbolique de ce lieu se constatait dès l'entrée, mais le 
caractère enfantin de cette maison apparemment dédiée 
au bizarre attirait les enfants comme des aimants, leurs 
têtes pleines de rêveries anticipant toutes les fantaisies 
qui pouvaient les attendre à l'intérieur. Et j'étais un de 
ces enfants, et comme pour tous les autres enfants, il n'y 
avait   que   moi   et   ce   monde   irréel   délimité   par   quatre 
grands murs et un toit, ma mère n'était pas là pour m'y 
accompagner.   Je   ne   savais   même   pas   où   elle   était 
pendant ce temps, en fait. Pas plus que je ne savais où 
étaient   les   autres   adultes...   y   compris   ceux   qui 
prétendument   travaillaient   dans   cette   attraction;   ceux 
qui   veillaient   à   l'entretien   de   l'endroit,   ou   ceux   qui 
surveillaient les lieux, par sécurité. Il y avait aussi ceux 
qui   semblaient   travailler   de   l'autre   côté   des   murs 
multicolores,   difformes   et   disproportionnés   des 
intérieurs de la maison, à travers ce qui semblait être de 
plus   en   plus   une   sorte   de   petit   labyrinthe,   plein   de 
surprises   insolites   à   chaque   recoin.   Mais   ceux­là   leur 
présence  était   aussi   mystérieuse   que   tout   le  reste.   Au 
fond  d'une  grande  pièce  rouge  ou  orange,  les enfants 
serraient   des   mains   de   caoutchouc   sortant   des   murs, 
des   mains   de   je   ne   sais   qui.   Je   m'imaginais   quelques 
moustachus   cachés   derrière   les   murs,   mal   habillés   et 
nonchalants,   fumant   leur   cigarette   et   sacrant   en   se 
comptant   des   blagues   stupides,   continuellement 
désenchantés de travailler dans cet endroit. Mais était­
ce   vraiment   ces   gens   qui   étaient   de   l'autre   côté?   Qui 
pouvait savoir? Les autres enfants étaient mystifiés par 
les jeux  et autres attractions;  moi  je sentais,  malgré  la 

107
candeur   ambiante   et   l'euphorie   surréaliste   des   lieux, 
que quelque  chose  me  dérangeait.  Quelque  chose  que 
les autres enfants ne sentaient pas, leur esprit étant sans 
doute  trop  diverti  pour  prendre  une certaine  distance 
des   éléments   les   conditionnant   dans   ce   milieu   très 
particulier. Puis j'étais à un autre endroit, quelque part 
d'autre dans la maison. Était­ce avant ou après cela, je 
ne   m'en   rappelle   plus,   à   vrai   dire.   Un   endroit   bénin, 
seulement un petit bout de corridor, fait entièrement de 
miroirs.   À   vrai   dire,   autant   les   murs   que   le   plafond 
étaient des miroirs, ou des effets de miroitement créés 
par une combinaison de verres et de quelques miroirs. 
C'était   drôle,   la   seule   chose   qui   semblait   maintenant 
faire partie de ce monde ­du monde dans lequel j'étais 
deux pas auparavant­ était ce tapis rouge qui recouvrait 
le plancher, et la porte noire qui se trouvait loin au bout 
du   corridor.   Mais   ce   qu'il   y   avait   devant   et   derrière 
n'était plus d'un grand  intérêt à mes yeux. Ce qui me 
foudroya était surtout que je me sentais dans un autre 
monde, littéralement. Les murs, distants, étaient blancs, 
parfaitement   blancs.   Le   plafond   devait   être   trois   fois 
plus haut qu'il n'était censé l'être, et tout autour de moi 
c'était plongé dans le blanc, mais un blanc vide, froid. 
Puis, sans même avoir le temps d'être seulement étonné 
par l'aspect des lieux, je fus sidéré par une apparition. 

Cette apparition. Celle qui demeure au plus profond de 
ma mémoire telle une plaie qu'on préfère oublier, mais 
qui est toujours là pour nous rappeler, par douleur ou 
par laideur, qu'elle y est. Une erreur, encore mieux, une 
exception fatale. À ma droite se tenait droit debout un 

108
homme   dont   la   présence   comme   l'apparence   avait   de 
quoi troubler quiconque ayant la moindre émotion dans 
son cœur, et la moindre naïveté dans son esprit. J'étais 
terrifié, mais curieux, à la fois. Je ne pouvais détourner 
mon regard de lui. Comme fasciné par l'étendue, par la 
puissance du mal incompréhensible qui s'offrait à moi. 
Cette fascination ambiguë que l'on a face à une tragédie 
aux propensions inhumaines, c'est à peu près ce que je 
ressentais   en   voyant   cet   être   sorti   de   nulle   part,   de 
l'autre côté du miroir. 

C'était   un   homme   en   noir.   Tout   vêtu   de   noir,   ou 


presque. Une longue moustache noire, et une barbiche 
pointue.   Il   était   incroyablement   grand   et   svelte, 
tellement   que   je   me   demandais   s'il   n'allait   pas   briser 
sous   son   propre   poids.   Mais   il   semblait   néanmoins 
rigide comme l'acier. Il avait un teint très pâle. Ses yeux 
étaient remplis de cruauté, de fière cruauté. Ils brillaient 
comme des soleils blancs tout luisants. À première vue 
quelqu'un   aurait   pu   deviner   en   eux   les   yeux   d'un 
homme   profondément   serein,   mais   rapidement   la 
vilenie   resplendissait   en   eux   de   tous   rayons.   Je   le 
reconnaissais,  mais ne pouvais  savoir  d’où...  était­il le 
classique   vilain   d'un   film   que   j'avais   vu?   Non.   Je   le 
reconnaissais, mais d'aucune façon je n’aurais pu l'avoir 
rencontré auparavant. 

Il  semblait   me  parler,  mais   il ne  me  parlait   pas.  Et  je 
savais  en même  temps  qu'il  faisait  glisser  ses  pensées 
dans mon esprit, exactement... exactement comme une 
sournoise brise d'hiver nous glace lentement le corps au 

109
point de devenir insupportable après quelque temps. Il 
n'avait pas besoin de parler, car il savait que je savais. Il 
ne   faisait  que  sourire  du  coin   des   lèvres,  à  travers   sa 
barbe   grisâtre   soigneusement   taillée.   C'était   un 
magicien. Un sombre magicien. Un magicien maléfique, 
portant   chapeau   cylindrique   et   smoking   noir.   Il   me 
disait   des   choses   que   je   n'entendais   pas.   Puis   je   me 
rendis compte qu'il était vraiment là, qu'il dévisageait, 
pour en arriver à faire ou dire je ne savais quoi. Il ne 
faisait que me dévisager, d'un regard intense et vitreux, 
tellement qu'il m'empêchait de le regarder directement. 
Mais alors que je tentais de me détourner de son regard, 
je   le   sentais   pénétrer   mon   esprit,   et   ses   yeux   étaient 
comme   des   cordes,   voire   des   barres   de   fer   qui 
retenaient   ma   pensée.   Et   par   ce   canal   puissant   mais 
invisible, je le sentais me transmettre des pensées. Ces 
pensées   me   terrorisaient.   Il   me   disait   des   choses 
abominables, sans parler, mais je ne pouvais seulement 
que   sentir   l'abomination,   je   n'avais   même   pas   à 
l'entendre. Elles passaient  à travers moi, et j'étais sans 
aucune protection contre elles. Et puis... 

Et puis...

La   peur   me   foudroya   comme   l'éclair.   Je   sentais   mes 


nerfs   se   contracter   tous   d'un   seul   coup.   L'adrénaline 
s'empara  de moi et me fit tout  voir  en gris autour  de 
moi.   La   panique....   je   paralysais,   je   devais   m'enfuir   à 
toute vitesse! Je pris la poudre d'escampette, et comme 
dans ces rêves bizarres, j'avais l'impression de courir au 
ralenti. Je forçais, je forçais plus et toujours plus, mais 

110
mes   jambes   étaient   trop   lentes.   J'avançais   avec   peine, 
comme  si je pataugeais dans une profonde  vase. Mais 
peut­être   aussi   que   je   n'avançais   apparemment   pas 
assez   vite   pour   garder   le   mal   hors   de   ma   portée,   et 
qu'en réalité je courais vraiment à une vitesse folle.

Malgré tout, je réussis quand même à me libérer. Je me 
rappelle   m'être   enfui,   enfin,   je   crois,   mais   peut­être 
aussi je me suis simplement... réveillé. Oui, peut­être... 
Mais c'est un rêve ou quoi, cette histoire? À vrai dire, je 
ne   me   rappelle   pas   clairement   ce   qui   m'est   arrivé   et 
encore moins  comment  je m'en  suis sorti,  mais je sais 
pourtant que je me m'en suis sorti sain et sauf.
 
Le vrai problème, ici, c'est que je ne sais pas si c'était un 
rêve ou le souvenir d'un événement bien réel.

Je  me   rappelle   avoir   ouvert   la   porte  de   sortie,   et  une 


puissante lumière jaillit de l'ouverture devant moi, et...

Des éclats de rire.

...les bruits de quelques jeunes en train de rire à pleine 
gueule, forts comme des trompettes, à quelques tables 
de moi. Ils sont assis juste devant la vitrine du café, qui 
donne directement sur la rue et les passants qui passent 
et   qui   passent   encore   par   masses.   Plein   de   couleurs 
sporadiques   qui   déferlent   dans   le   soleil,   et   il   y   a   ces 
ceux­là qui rient à l'ombre de la lumière de l'après­midi. 
Leur rire m'a réveillé. Plutôt drôle, en effet. Je me suis 
endormi, et à une vitesse telle que je ne m'en suis même 

111
pas   rendu   compte.   Combien   de   temps   ai­je   dormi... 
quinze minutes? Non... Le soleil entre par la façade du 
café.   Quand   j'y   suis   entré,   il   était   beaucoup   plus   tôt. 
C'était vers la fin de la matinée, je crois bien. Il est plus 
temps de partir d'ici. Je jette un dernier coup d'œil sur la 
table, voir si je n'ai rien oublié, à part ma mémoire. Je 
regarde encore  cette  bizarre de page couverture,  pour 
une   dernière   fois.   Le   titre   se   lit   comme   suit: 
"Mouvements virtuels et idées de Racine". Cela fait un 
peu   plus   de   sens   que   le   dernier   titre…   seulement   un 
peu plus, mais le problème c'est que ce n'est pas le titre 
que je viens tout juste de voir il y a quelques minutes. À 
vrai dire, il ne fait pas plus de sens que l'autre, il ne fait 
que sembler faire plus de sens. Un tour de passe­passe 
pour l'esprit, on dirait. Il y a décidément beaucoup trop 
de magie dans les environs, je dois partir, et réellement 
chercher des réponses.

Je me glisse en dehors du songe et sors de cet endroit, 
pour   me   retrouver   immergé   du   même   coup   dans   la 
foule   urbaine.   Des   milliers   d'insectes   multicolores   qui 
accourent   dans   tous   les   sens.   Ils   courent,   piétinent, 
dansent,   patinent   et   bavardent   de   choses   aussi 
passionnantes   qu’insignifiantes;   se   bousculent   entre 
eux, traînent, méditent et puis tournent en rond autour 
d'eux­mêmes.   Des   atomes   qui   s'attirent,   se   heurtent, 
s'égarent et se repoussent. Ils vont partout et nulle part, 
ils sont tous à la fois maîtres de leur monde, et aliénés 
de leur royaume. La foule est immense, et elle n'a pas 
de limites,  elle ne connaît  pas d'autres limites  qu'elle­
même.   Je   la   trouve   si   splendide   dans   sa   diversité 

112
mosaïque;   je   ne   l'avais   jamais   vue   comme   cela 
auparavant...   peut­être   en  avais­je  toujours   fait   partie, 
n'étant qu'un de ces organes silencieux qui ne savent où 
ils vont, ni ce qu'ils font... et ce qu'ils sont! C'est après 
avoir été bousculé, piétiné, et m'être fait dévisager sans 
raison   par   de   vieux   bonhommes   au   regard   vide   que 
j'arrête   sur   un   coin   de   rue,   et   constate   qu'une   jolie 
itinérante  assise sur  le parvis d'un magasin  en faillite, 
me fait de l'oeil de ses yeux vitreux. Elle me sourit, je lui 
souris.   Je   la   trouve   incroyablement   jolie,   et   elle   doit 
sûrement me trouver attirant aussi. Elle n'a pas les yeux 
d'une fille de la rue, mais elle montre autant de chair et 
de couleurs qu'une fille de la rue. La jeune fille tourne 
sa tête vers moi et m'embrasse à distance de ses lèvres 
de   bonbon,   puis   rayonne   d'un   sourire   plein   d'étoiles. 
Elle me  désire,  et je le sens.  C'est  spontané,  oui,  mais 
véritable. On passe un long moment à se contempler en 
silence,   immobiles   et   mutuellement   absorbés.   Il   me 
semble que... j'ai cette impression qu'elle me connaît, et 
que   je   la   connais   tout   autant.   Je   l'entends   même 
prononcer  un son  en moi,  ce  qu'il  me  semble   être  un 
nom: « Jodias »

Jodias.

Mon   pouls   s'arrête   quelques   instants,   comme   si   toute 


mon existence tournait autour de ce nom à lui seul. Ce 
nom... C'est bel et bien la chose la plus importante  de 
mon  existence.  Je  m'en  rappelle  un   peu...  maintenant. 
C'est ma  famille,  c'est d'où je viens,  c'est mes amis,  et 
mes   copines,   c'est   ce   que   je   suis...   C'est   mon   nom! 

113
J'avais,   pour   une   raison   complètement   inexplicable, 
oublié   mon   nom,   et   c'est   cette   jeune   punk   qui   me   l'a 
rappelé. Le désir incompréhensible que je ressens pour 
elle m'a frappé comme l'éclair, mais plus intense encore 
est mon envie de savoir... car elle sait, j'en suis sûr! Et si 
je   lui   offrais   d'aller   manger   quelque   chose   avec   moi? 
Seulement d'aller prendre un café... pour la faire parler, 
et pour tout le reste. Je suis sûr que ça marcherait, de 
toute   façon,   elle  ne  peut   refuser   une  telle  offre.  Il  me 
reste   bien   une   vingtaine   de   dollars   dans   les   poches 
après tout...

Mon   pouls   revient.   Et   je   vois   un   firmament   d'étoiles 


partout où s'étend mon regard. Un coup de foudre. Un 
coup de foudre me balaie de son regard, et je deviens 
déboussolé,   j'ai   comme   un   vertige;   puis   alors   que 
j'essaie de me ressaisir, je constate que la belle punk a 
disparu,   je   l'ai   déjà   perdue   dans   la   foule.   Je   cherche 
dans tous les sens. J'ai cru apercevoir ses yeux d'argent 
parmi   les   passants,   durant   une   seule   seconde,   avant 
qu'elle ne se dissipe dans la multitude... telle une brise 
oubliée. Et puis rien.

J'étais comme laissé pour mort, ce matin, agonisant sur 
un des flancs de gazon de la colline au centre de cette 
ville,  mais  maintenant  je vais comprendre  ce qui s'est 
passé avec  moi.  Le monde  doit me parler.  Elle  va me 
parler.

Je   me   tiens   au   coin   de   la   rue,   dans   le   trafic,   dans   la 


masse des passants, tenant ma tête dans mes mains, et 

114
je jette les cartes dans le firmament autour de moi. Je me 
précipite, je me rue droit devant, les yeux fermés, la tête 
baissée.   Je   vais   découvrir   ce   que   je   dois   découvrir, 
sachant intuitivement comment je vais le trouver. Une 
bonne   dizaine   d'automobiles   croisent   le   carrefour   à 
toute vitesse dans tous les sens, et je me précipite dans 
la mêlée sans me soucier de ce qu'il va se produire, car 
je   n'ai   plus   rien   à   perdre.   Il   y   a   plusieurs   façons   de 
retrouver   ce   qui   m'échappe,   mais   cette   fille,   je   sens 
qu'elle peut tout me dévoiler en une seule parole. 

Ou   n'était­ce   qu'une   illusion   créée   par   cette   guerre. 


Qu'une illusion destinée à me berner et me guider vers 
ma propre auto­destruction. 

*   *   *

Le quartier général était enfumé dans le nuage créé par 
Jean­Serge   Grenade,   le   plus   gros   fumeur   de   pipe   en 
ville, et si tout le monde savait le genre de choses qu'il 
met dans sa pipe, on aurait toute la cavalerie, y compris 
la  Cour   Suprême   sur   le   dos.   À  part   d'être   un   contre­
conspirateur, Grenade est le plus grand  collectionneur 
et   importateur   de   tout   ce   qui   se   fume   et   altère   le 
système   nerveux,   sinon   carrément   la   conscience.   Le 
« bureau »   de   notre   QG   ­qui   n'est   en   fait   que 
théoriquement   un   bureau...   plus   un   complexe   de 

115
tuyauterie,   de   conduits   d'aération   et   de   câblage 
électrique   dans   un   décor   d'une   usine   désaffectée­   est 
une   véritable   machine   à   produire   toutes   sortes   de 
fumées enivrantes, tellement qu'il m'arrive parfois de le 
sentir à quelques coins de rue. Parfois ce n'est que de 
l'encens,   d'autre   fois   du   tabac   à   pipe,   et   le   reste   du 
temps,  bien...  ce qui  représente  en  fait  soixante­douze 
pour  cent du temps,  ce sont  des drogues  obscures ou 
d'autres substances euphoriques qui se fument. Mais ce 
soir,   c'est   le   tabac   à   pipe,   comme   à   chaque   fois   où   il 
travaille. 

Le QG était bien caché dans les entrailles d'une vieille 
usine   désaffectée   datant   de   l'Après­Guerre,   dans   un 
secteur   industriel   crasse   de   la   ville,   abandonné   aux 
oiseaux et aux herbes qui poussent à travers l'asphalte à 
cause   d'une   autoroute   qu'ils   avaient   construite   ça   fait 
une   dizaine   d'années   de   cela,   et   qui   eut   comme 
résultant   de   faire   dévier   presque   tout   le   trafic 
directement par le centre­ville. D'une certaine manière, 
ce fut une bonne initiative d'urbanisation ­ou plutôt de 
désuburbanisation­ qui a fait place à la résurgence des 
éléments   les   plus   costauds   et   rudimentaires   de   la 
nature,   à   la   tranquillité   et   l'air   pur,   créant   une 
atmosphère postapocalyptique plutôt agréable à sentir; 
même   si   de   tels   effets   n'ont   jamais   été   prévus,   ni 
délibérés par les autorités en place d'alors. L'apocalypse 
ne peut être que le fruit de l'omission systématique des 
dirigeants de ce monde. Et ça nous avait aussi donné la 
possibilité d'y avoir notre QG dans une zone dont tout 
le monde se foutait maintenant... quel coup de chance, 

116
si on voit les choses avec recul! En fait, c'était plus un 
squat, ou plus une sorte de refuge, où punks, vagabonds 
et   étudiants   révolutionnaires   venaient   et   s'y 
mélangeaient   parfois   pour   bavarder,   fumer,   baiser   et 
dormir   une   nuit   ou   deux,   mais   l'endroit   avait   une 
popularité assez limitée tout de même... un secret bien 
gardé   parmi   les   marginaux   des   environs,   je   pourrais 
dire.   On   ne   pouvait   y   entrer   que   par   une   fenêtre 
déverrouillée   en   passant   par   le   toit   de   l'édifice   voisin 
­toutes les portes de l'entrepôt étant condamnées­ et il 
fallait descendre ensuite au sous­sol, car l'état des lieux 
aux   étages   était   plutôt   poussiéreux   et   nauséabond, 
allant de la pisse de chat aux crottes de rats, et cela nous 
faisait, d'ailleurs, une bonne couverture supplémentaire 
pour se terrer hors de la vue des autorités. Un jour on se 
disait   qu'ils   viendraient   avec   une   boule   et   des   grues 
puis tout ne serait que ruines en quelques heures, mais 
le propriétaire des lieux ­qui se trouve être l'oncle d'un 
des potes  de Grenade­  nous l'aurait probablement  fait 
savoir   à   l'avance,   indirectement.   Et   puis   qui 
s'intéresserait à une zone si dévastée par l'abandon ­et 
non   moins   par   la   contamination   des   sols­   où   la 
végétation avait même commencé à reprendre le dessus 
sur la civilisation, et où il y a plus de crapauds que de 
véhicules qui utilisent la route? 

J'entrai   dans   la   cave   submergée   par   une   musique 


merveilleusement   chaotique,   une   sorte   de   reggae 
mutant,   électronisé;   les   typiques   coups   d'accords 
simplistes,  synthétisés,  de lentes  percussions  à contre­
temps  et  une  basse  rampante   sur­amplifiée;   et  le  tout 

117
baignant dans un amalgame d'échantillonnages de sons 
surnaturels ou tronqués sur des musiques folkloriques 
de l'Orient ou de l'Afrique. Qu'est­ce que c'est? Mais du 
dub,   bien   sûr!   La   musique   fétiche   de   notre   quartier 
général!

Grenade   reposait,   agonisant   au   clavier   de   son 


ordinateur, figé dans une transe productive où seuls ses 
doigts  et   ses   yeux   donnent   signe   de  vie,   et   je  me   dis 
qu'il doit avoir été dans cet état depuis un bon douze ou 
quatorze heures, absorbé par les cathodes, à coder des 
lignes de syntaxe sur son ordinateur. Peut­être depuis 
une journée qui sait... ce type dort éveillé, la plupart du 
temps.   Il   n'a   visiblement   pas   remarqué   ma   présence, 
mais je sais qu'il savait déjà que j'étais là avant même 
d'être   entré   dans   l'immeuble.   Son   système   de 
surveillance télépathique est infaillible, selon ses dires, 
malgré que je n'ai jamais vraiment compris comment il 
s'y prenait. Un étudiant d'informatique avancée qui non 
seulement fait de la télépathique, mais fait uniquement 
confiance  en  une  faculté  qui  soit aussi  anticartésienne 
m'a   toujours   semblé   inhabituel.   Mais   Grenade   est   un 
phénomène   inexplicable   en   chair   et   en   os,  après   tout. 
Un nerd fondamentalement transformé par une thérapie 
intense   à   la   marijuana   et   par   une   surexposition 
cathodique   aux   couches   les   plus   souterraines   du 
cyberespace,   ainsi   que   par   une   certaine   dose   de 
paranoïa.   Son   physique   d'un   rachitisme   cubique,   sa 
tenue   vestimentaire   ­une   improvisation   quasi 
artistique­ provenant des poubelles des environs, ainsi 
que son épaisse chevelure rousse et frisée, parsemée de 

118
bouchons   de   bouteille   de   bière   tordus   et   d'autres 
artefacts que je ne saurais décrire; ce sont des traits qui, 
chez  un  tel  individu,   ne  valent  pas vraiment  la  peine 
d'être   mentionnés,   parce   qu'ils   vont   de   soi.   Chez 
certains c'est pour se donner une esthétique, dans le but 
inavoué de plaire à la gent féminine  ou se donner  un 
certain   statut   social   dans   un   milieu   plutôt   marginal, 
mais dans son cas, c'est une authentique réflexion de ce 
qu'il y a à l'intérieur de lui. En fait, ce type est un cinglé 
tranquille,   et   aucune   drogue   ni   aucune   structure   de 
contrôle ne viendra jamais à bout de lui; de toute façon, 
le   système   s'est   déjà   essayé   avec   lui   ­par   l'école 
publique,   les   centres   d'accueil,  les   asiles   et   même 
l'armée et la prison­ et ça n'a fait que le rendre pire... ou 
meilleur.   Et   il   est   en   plus   une   incroyable   machine   à 
coder dans des langages informatiques de toutes sortes. 
Je lui dis souvent: « Grenade, tu codes trop! »,  et il me 
répond généralement en me lançant une tirade sur les 
effets directs nocifs des ondes à basse fréquence émises 
par   le   cerveau   humain   sur   la   structure   cellulaire 
cérébrale   ainsi   que   leurs   effets   sur   le   développement 
psychologique. La dernière fois qu'il m'a répondu de la 
sorte  je  lui  ai dit  que  ce n'est   pas  de  ma  faute,   et l'ai 
exhorté   de   se   mettre   à   porter   un   casque   de   papier 
aluminium   fait   maison   pour   se   protéger   de   mes 
mauvaises vibrations... mais il m'a alors rétorqué que ça 
ne   fait   qu'empirer   les   choses,   car   cela   amplifie   les 
émissions   d'ondes   cérébrales   sur   les   fréquences 
couramment  utilisées  par la NSA  pour  la surveillance 
des télécommunications,  or  ils peuvent  ainsi  aisément 
intercepter ses pensées les plus perverses et de la sorte 

119
pouvoir   détecter   sa   fréquentation   de   sites 
pornographiques   sur   Internet.   C'est   le   genre   de 
conversations   que   moi   et   lui   avons   habituellement 
quand   je   viens   pour   nos   réunions   d'affaires   secrètes. 
Mais malgré tout, ce soir les choses étaient sérieuses et 
je   n'étais   pas   dans   l'état   d'observer   les   règles   de 
convenance.

« Grenade, ils ont mis la main sur Vadis! »

Il ne broncha pas, me regardant à peine.

– Oui, je sais. Notre plan a échoué.

Il   semblait   parfaitement   stoïque   par   rapport   à   cela. 


Tentait­il   de   surmonter   un   profond   sentiment   de 
désarroi, de peur assez intense pour lui faire perdre sa 
détermination envers notre cause? 

– C'est tout? Vadis va sérieusement écoper cette fois­
ci! On va sûrement jamais le revoir. Je sais même 
pas s'il est encore vivant.
– Et qu'est­ce que tu suggères? On avait pas un plan 
C pour ce genre de situation? »

Il semblait vouloir baisser les bras et tout abandonner. 
Ce   qui   était   bien   compréhensible,   car   moi   aussi,   cet 
événement   m'avait   plongé   dans   une   douloureuse 
torpeur   dont   je   ne   savais   comment   me   sortir.   Le 
problème   n'est   pas   vraiment   qu'ils   aient   eu   Vadis,   et 
que   je   suis   un   des   prochains   à   se   faire   prendre.   Le 

120
problème   est   plus   global;   c'est   que   la   guerre   a 
réellement commencé. L'arrestation de Vadis est une de 
leurs   premières   escarmouches   dans   celle­ci,   et   je   sais 
que la déclaration a déjà été prononcée,  de façon bien 
plus   explicite,   quand   les   gouvernements   du   monde 
occidental ont promis qu'ils feraient la guerre à tous les 
perturbateurs de l'ordre public, qu'ils soient terroristes, 
activistes,   voleurs,   anarchistes,   arabes,   autochtones, 
fous ou simplement poètes. L'élite fasciste sans visage a 
passé   à   l'attaque...   et   ce   n'est   plus   maintenant   une 
question   de   surveiller,   de   suivre   les   personnes   qui 
représentent   un   risque   pour   leur   ordre,   mais   de 
directement  passer  aux  arrestations  et  aux  exécutions! 
La   paix   civile   ­du   moins   son   apparence­   qui   existait 
entre les groupes comme le nôtre et les forces de l'ordre, 
avec   le   reste   de   la   population   en   toile   de   fond,   est 
relégué à un passé qui me semble déjà très lointain. Il 
n'y   a   plus   de   société   civile.   Tout   le   monde   dans   la 
population est rangé d'un côté ou de l'autre du grand 
front,  maintenant,  et les choses  ne reviendront  pas en 
arrière, elles ne vont qu'empirer de jour en jour. Dans 
peu de temps, le conflit sera ouvert et généralisé. Il ne 
faudra qu'une tragédie, un coup d'éclat, ou un fléau

Mais   ce   qui   me   perturbe   le   plus,   c'est   que   je   suis 


toujours aussi isolé qu'avant. Du moins c'est ce que je 
ressens. Il n'y a aucune putain de solidarité entre nous 
tous.   Aucune   forme   de   support   mutuel,   ni   aucune 
entraide   réelle,   et   encore   moins   de   la   protection 
collective.   Que   des   petits   groupes,   des   grappes,   des 
clans,   et   des   cliques,   relativement   cohésifs   mais 

121
mutuellement exclusifs, puis, au­delà de ces cercles, une 
multitude d'individus disparates, tristement isolés dans 
leur bulle. Et moi, la seule personne avec qui j'ai un lien 
de ce côté de la guerre est Grenade... et lui est pris dans 
son   monde   et   ne   va   ni   penser   à   élargir   celui­ci,   ni 
inclure   plus   de   gens   à   l'intérieur.   Il   a   sa   copine,   qui 
viens le voir une fois par jour et se fait mettre aussi par 
deux   autres   gars   à   son   insu   ­détail   dont   j'ai   toujours 
hésité, par respect pour sa vie privée surtout, et je crois 
que   j'ai   toujours   ressenti   une   certaine   pitié   envers   lui 
pour   cela­   et   cela   explique   peut­être   en   partie   la 
sympathie   que   j'ai   pour   lui.   Puis   il   a   aussi   sa   petite 
bande   tribale,   ces   quelques   jeunes   hippies,   nihilistes, 
tous   aux   visages   quelque   peu   détériorés   par   trop   de 
soleil,   discrètement   réactionnaires   et   profondément 
incohérents,   qui   ne   lèvent   jamais   un   seul   petit   doigt 
pour   sauver   un   ou   une   de   leurs   proches   d'un   péril 
certain,   une   fois   entre   les   griffes   du   Ministère   de   la 
Détention,   de   la   Torture   et   de   la   Déportation.   Des 
contestataires de salon, des révolutionnaires de la baise, 
et   des   cuisiniers   de   tout   ce   qui   est   complexe,   le   plus 
souvent   hindou   et   se   confectionne   avec   des   épices 
impossibles à trouver, sauf peut­être dans des réseaux 
clandestins  d'autres petits capitalistes  hippies  qui font 
dans   les   épices;   mais   rien   de   plus.   Ils   sont   tous   les 
mêmes au fond des choses, tous aussi inhumainement 
égocentriques   dans   leur   solidarité   si   farouchement 
théorique,   et   tous   aussi   dangereusement   divisés   dans 
leur   tribalisme   infantile.   Pas   d'éthique,   seulement   du 
moralisme sectaire. Que des consommateurs, encore et 
toujours   des   consommateurs.   Rebelles   à   l'extérieur,   et 

122
bourgeois  à   l'intérieur.   Des   adolescents,   dans   le   fond. 
Mais   Grenade,   quand   à   lui,   il   est   fiable,   oui...   mais  il 
n'est simplement pas  là, il est toujours  ailleurs. Ce n’est 
pas vraiment  de  sa  faute.  Il a la  faculté,  l'intelligence, 
non, l'ingéniosité, dis­je, pour provoquer l'effondrement 
de tous les systèmes de surveillance électronique dans 
le monde, et pour envoyer une bombe informatique en 
plein   coeur   du   réseau   de   communications   interne   du 
Département de la Défense, mais il n'a simplement pas 
les idées en place pour faire quoi que ce soit qui ait une 
ampleur, seulement que de l'ampleur. Sa créativité, elle 
a pris  cette  forme.  On  peut  dire   que  les  autorités   ont 
quelque  peu  réussi à le rendre  moins  efficace qu'il ne 
pourrait   l'être   en   corrompant   son   esprit,   même   s'ils 
n'ont  pu  en  arriver  à  atteindre  sa  vitalité,  ou détruire 
une seule partie de son identité. Il est toujours ce qu'il 
est, mais il est moins que ce qu'il aurait pu être. Je ne 
peux pas compter sur lui, du moins c'est ce que je crois. 
Je   n'ai   pas   vraiment   de   camarades,   d'amis,   et   encore 
moins   de   femme   qui   partage   ma   vie...   toutes 
m'abhorrent   comme   la   peste   lorsque  ce  n'est  pas   moi 
qui me dégonfle  de façon pitoyable. Non. Il n'y a que 
moi. Personne n’est de mon côté dans la noirceur. 

Que vais­je faire? M'en retourner chez nous, écouter un 
film, me masturber un peu, puis m'en aller dormir, seul, 
comme  avant? Et quand  je m'éveillerai, le monde  sera 
encore   plus   laid   qu'aujourd'hui.   Demain,   le 
totalitarisme   sera   à   mes   portes.   Il   n'y   aura   plus   de 
résistance envisageable, et ce sera l'esclavage ad eternam. 
Mes collaborateurs, perdus dans la brume, et mes rares 

123
amis, si je peux les appeler comme cela, m'auront déjà 
tous   abandonné,   ou   bien   ils   auront   été   pris   ou   tués. 
Leur grand plan aura alors fonctionné à merveille, et la 
tyrannie de leur nouvel ordre sera victorieuse. 

Peut­être devrais­je simplement être heureux, et cesser 
de lutter stupidement contre un ennemi invisible qui est 
rendu bien au­delà de la société elle­même. Le bonheur, 
autoadministré,   est­il   la   meilleure   façon   de   résister 
contre   leurs   pièges...   en   les   devançant   dans   mon 
aveulissement   spirituel   et   politique   apparent?   Mais 
même à cela... quel est mon potentiel de bonheur? Où 
est   l'âme   joyeuse   en   moi?   Ma   propension   à   être 
inconditionnellement content de moi et de ma situation, 
et   de   me   réjouir   du   simple   fait   d'être   et   d'agir,   sans 
aucune   prédisposition   ou   motivation,   est   bien 
faible...voire quasi inexistante; et c'est comme ça depuis 
longtemps... Je dois faire face à la réalité, à ma réalité: je 
n'arrive simplement pas à être heureux dans ce monde, 
peu  importe  à  quel   point  je  lutte.   Mes  réalisations  ne 
sont que des étincelles dans un lourd nuage de noirceur 
funeste,   et   peut­être   me   suis­je   trop   attendu   de   ces 
étincelles...   qu'hypothétiquement   elles   auraient   créées 
un grand feu, le grand festin révolutionnaire des coeurs 
et   des   âmes   libérées.   Peut­être   n'avais­je   été   qu'un 
songe, qu'un songe d'enfant, soigneusement caché dans 
l'être d'un adulte qui a mal mûri... aliéné par son propre 
désir de liberté, encore une fois.

Le   plan   C.   Le   recours   ultime,   et   le   dernier   qui   soit 


plausible.   J'aurais   préféré   qu'on   ne   se   rende   jamais 

124
jusque­là, mais comme le veut la célèbre loi, si ça peut 
aller mal, ça va aller mal. Aurions­nous fait mieux de ne 
simplement  pas prévoir  le  pire,  et  de seulement  nous 
contenter   de   miser   sur   l'atteinte   de   nos   buts?   Peu 
importe,   maintenant   je   crois   que   nous   n'avons   pas 
d'autre   choix   si   nous   voulons   maintenir   la   résistance. 
L'ennemi   a   sacrifié   notre   meilleur   collaborateur,   qui 
détenait le secret de la Machine, alors il fallait faire une 
contre­attaque, ou bien se laisser abattre en perdants, et 
accepter   la   réalité   contre   laquelle   je   me   suis   battu   si 
longtemps, celle qu'on nous a toujours imposée depuis 
le   départ.   C'était   la   seule   façon   pour   le   « nous »   de 
gagner   encore,   ou   au   moins   de   faire   avancer   la   lutte 
plutôt   que   de   la   voir   reculer,   ou   s'étouffer,   dans   le 
marasme   de   notre   passivité.   Et   pour   ce   qui   était   du 
« moi », les choses étaient encore très floues...  

« Jean­Serge... »   il   ouvra   grand   les   yeux   en   se 


demandant   où   j'étais   pour   en   venir.   Je   m'assieds 
calmement en sur le sofa à côté de lui, alors que je pris 
la   peine   de   peser   mes   mots   « On   est   rendu   trop   loin 
dans   la   lutte   pour   tout   abandonner.   Je   crois   qu'on   a 
franchi   un   point   de   non­retour,   et   c'était   il   y   a 
longtemps. Tu sais que le commissaire de la Police nous 
surveille depuis au moins deux ans, et que les services 
de renseignement  nous  ont  sur  écoute  et lisent  toutes 
nos   communications   électroniques...   autant   que   leurs 
capacités leur permettent de faire, même si on fait des 
efforts pour les crypter. Tu le sais,  t'es le mieux  placé 
pour savoir tout ça! S'ils sont allés jusqu'à saisir Vadis, 
bien c'est parce qu'ils sont au courant de beaucoup de 

125
choses, plus de choses qu'on le sait peut­être. Je sais pas 
comment   ils   font,   comment   ils   s'y   sont   pris   pour 
découvrir   notre   opération,   mais   il   ont   été   foutrement 
efficaces.   Mais   maintenant   on   doit   s'unir   et   contre­
attaquer. Leur faire peur. Sinon leur faire mal. On est en 
guerre  directe,  je sais pas si tu l'as réalisé,  et je pense 
qu'il faut agir. » 

Je disais cela même si je savais qu'on n’était pas du tout 
dans  une  position   de contre­attaque  ou d'autre  action 
directe et immédiate,  quelle qu'elle soit. Nous n'avons 
jamais   fonctionné   comme   des   terroristes   ou   des 
guérilleros, seulement une bande de propagandistes plus 
ou moins unis, dans un réseau étendu, certes, mais pas 
si   cohésif.   Notre   faiblesse   est   évidente   comme   un 
mammouth devant mes yeux.

Et nous ne sommes plus que deux ou trois, maintenant! 
Après que dix de nos camarades se soient fait prendre, 
ou   bien   ont   décroché   pour   des   motifs   nébuleux   mais 
néanmoins plutôt faciles à déduire. Nous ne tenons que 
sur   un   fil,   ces   jours­ci.   Peut­être   valait­il   mieux   que 
nous   le   coupions,   alors   que   c'en   était   encore   temps, 
avant que ce ne soit eux qui coupent tout, notre liberté y 
comprise.

– Une   contre­attaque  massive  de  notre  part  c'est   ce 


qu'ils cherchent... c'est pour ça qu'ils ont pris Vadis. 
Une   provocation   mineure...   ils   se   servent   de   ça 
pour nous leurrer dans leur piège. C'est une vieille 
stratégie militaire, en fait c'est Alexandre le Grand 

126
qui   l'a   inventée   dans   une   de   ses   campagnes   en 
Perse,   pour   écraser   des   mouvements   de   guérilla 
difficiles à cerner. Ils nous provoquent légèrement, 
juste   assez   pour   choquer,   mais   pas   avec   trop 
d'intensité,   question   de   ne   pas   nous   faire   rester 
dans   le   terrier.   Puis   une   fois   qu'on   aura   passé   à 
l'attaque,   la   gueule   de   la   bête   va   se   refermer   sur 
nous... et oui, ça va faire mal! D'une autre façon, si 
on   a   une   caution   à   payer   pour   la   libération   de 
Vadis, cela va leur permettre de nous retracer par 
l'entremise   de   ceux   qui   le   supportent,   et   de 
démonter   notre   réseau...   oublies   pas   que   Vadis   a 
aucun parent proche, et pas de relation stable avec 
personne;   pas   beaucoup   de   gens   à   part   nous 
peuvent lui payer une caution de plusieurs milliers 
de dollars. Vadis serait le premier à nous le dire; on 
gagne   plus  à   simplement  rien   faire,  rien   du   tout, 
ignorer   l'arrestation   et   tout   stopper...   du   moins 
pour   un   bout   de   temps,   et   revenir   en   force   plus 
tard.
– Mais je parle de s'attaquer à des infrastructures, pas 
à des gens, Grenade... 
– Tu parles? Tu sais pas de quoi tu parles! C'est de 
faire exactement ce qu'ils veulent qu'on fasse à ce 
moment­ci... des actions violentes contre le public. 
Ils n'attendent que ça... de nous faire parader dans 
les   médias   de   masse   comme   un   réseau   de 
terroristes   international.   Le   terrorisme,   c'est   le 
meilleur   argument   qu'ils   ont   pour   mettre   tout   le 
monde   contre   nous,   et   pour   ensuite   nous   rentrer 
dedans   comme   la   cavalerie.   Ils   vont   même 

127
probablement   le   faire   à   notre   place   avant   même 
qu'on planifie quoi que ce soit du genre, et puis ils 
mettront tout sur notre dos! 

Grenade n'avait jamais été aussi ferme, aussi moraliste 
et aussi cinglant que durant ce bref instant, à un point 
tel   que   je   ne   le   reconnaissais   plus.   Je   voyais   en   lui 
l'ombre de n'importe quel poltron de réformiste, qui se 
réfugie le plus loin possible derrière un bureau, sur le 
sofa de son salon, devant la télé ou l'ordinateur,  pour 
regarder la chute de la civilisation dans le confort et la 
sécurité, de peur d'être réprimandé, violenté et de tout 
perdre pour avoir pris part à cette chute.

– Alors TOI, qu'est­ce tu suggères??? Je te renvoie la 
question! Qu'on fasse rien du tout et qu'on s'avoue 
vaincus?   Tu   crois   vraiment   qu'il   vont   marcher 
comme ça? On a franchi le point de non­retour, je te 
dis.   Qu'on   agisse   ou   non,   on   est   les   criminels   à 
abattre,   pour   eux.   Ils   pourraient   même   faire   leur 
propre attentat terroriste... sur notre dos!

Notre  tactique  de  faire  massivement  sauter  des boîtes 


aux   lettres  nous   avait  déjà   donné   une   sale   réputation 
dans les médias et même du point de vue d'une certaine 
partie du public. C'était à la limite du terrorisme, et de 
faire   ça   quelques   mois   après   le   World   Trade   Center 
n'était   pas   le   meilleur   moment   pour   que   nos   actions 
réussissent leur enjeu d'ouvrir les yeux du public. Mais 
il   fallait   agir.   Il   n'y   a   pas   de   meilleur   moment   pour 
l'action,   seulement   des   actions   adaptées   au   moment. 

128
Mais nous nous attendions à nous faire mettre au pilori 
par les médias de masse, une fois que les autorités nous 
auraient identifiés.  C'était inévitable. Mais ce qu'on ne 
veut pas c'est d'être pris pour des assassins,  voire des 
terroristes sanguinaires. Notre but n'était que de capter 
l'attention,   d'ébranler,   de   réveiller   les   esprits   du   plus 
grand   nombre   de   gens   possible.   Les   manifestations 
pacifiques, les coups d'éclat et autres sorties publiques, 
on les avait tous faits... et même brillamment, aux bons 
endroits et de façons très imaginatives. Mais à chaque 
fois,   ça   a   été   la   répression,   la   détention   et   puis   notre 
nombre   n'a   cessé   de   rapetisser.   Une   autre   action   du 
genre,   et   ce   serait   probablement   la   dernière.   Nous 
sommes vraiment dans la pire des situations, et au bout 
du rouleau... du moins pour l'instant.

– On   est   pas   beaucoup   de   gens   à   pouvoir   agir,   de 


façon cohésive... on est en position de faiblesse, oui, 
c'est vrai. Moi je dis qu'on se terre durant quelques 
semaines,   ou   même   quelques   mois,   pour   voir 
comment les choses vont évoluer... S'ils continuent 
leur   politique   d'agression,   bien   OK,   on   passera   à 
l'attaque!   Sinon,   on   aura   qu'à   reprendre   notre 
action, comme on la faisait jusqu'à maintenant. On 
reste sur le qui­vive. On se contente d'observer, et 
on se retient d'agir. 

Et il avait raison. Malgré que je ne voulais pas accepter 
notre   totale   inaction   face   à   ce   qui  était  arrivé   à  notre 
camarade, ça allait grandement à notre avantage de se 
taire et se terrer  durant  un moment,  sans  pour  autant 

129
tomber   dans   la   passivité.   Et   s’ils   pensaient   que   nous 
n'étions   qu'un?   S’ils   pensaient   qu'il   n'y   avait   pas 
vraiment   de   réseau   d'action   propagandiste   comme   le 
nôtre, et que tout en fait dépendait d'une seule et même 
personne,   de   Vadis.   Un   scénario   de   rêve,   qui   avait 
encore des chances d'être vrai... du moins, c'était notre 
occasion pour le rendre vrai. Notre plus grand astuce, 
après tout, était de ne jamais avoir révélé l'identité du 
docteur   Solis,   qui   il   était   vraiment,   et   les   autorités 
avaient peut­être merveilleusement mordu à l'hameçon, 
car   peut­être   croyaient­elles   que   Vadis   était   Solis,   ou 
l'inverse.

« Alors par se “terrer”, tu veux dire de disparaître dans 
la   nature   durant   un   certain   temps,   pour   qu'on   nous 
retrace pas, se tenir au courant de la situation, et puis 
reprendre contact peu à peu, dans quelques mois? »

– Tu as typographiquement compris! Ça va les inciter 
à croire qu'ils nous ont matés,  ou bien  que Vadis 
était un cas isolé, et lié à aucun réseau actif. Leur 
intérêt pour le reste de notre réseau va s'estomper, 
même si c'est certain qu'ils ne vont jamais oublier.
– Tu sais quoi? T'as encore gagné au jeu de celui qui 
a raison.
– Mais   c'est   tout   à   fait   normal...   c'est   moi   le 
Schtroumpf à lunettes de la bande!

Nous   échangeâmes   un   sourire   cordial,   détendant 


l'atmosphère.

130
– Et   puis   comment   va­t­on   réémerger?   Il   nous   faut 
une réunion secrète...
– ...ou   encore   mieux,   tiens:   une   réunion   sous   la 
couverture   d'un   rassemblement   public,   dont   le 
thème   se   rapproche   de   notre   cause.     On   se 
reconnaît pas mal tous par nos visages, même si je 
connais pas tout le monde, les gens que je connais 
en   connaissent   d'autres   du   réseau,   qui   sont 
susceptibles de nous appuyer, et...
 
Grenade   s'illumina,   et   explosa   dans   un   boum 
fracassant;   alors   qu'il   s'empara   violemment   d'une 
grande   affiche   qui  reposait   sur   son  bureau,   tout   juste 
sous   ses   yeux,   durant   tout   ce   temps   où   nous   avions 
parlé.   Il   prit   l'affiche   à   deux   mains   et   la   leva   droit 
devant   mes  yeux   pour  être  sûr  que  je ne passe  pas à 
côté. « C'est exactement ce qu'il faut! » me dit­il. C'était 
une   affiche   pour   un   congrès,   portant   sur   les 
télécommunications,   la   surveillance   et   les   sciences 
cognitives,   qui   se   tenait   au   début   du   mois   de   mai 
prochain   dans   un   lieu   aussi   éloigné   que   Sydney,   en 
Australie. En mai; ça nous laissait un peu temps pour 
les faire oublier et pour que nous puissions se réseauter, 
et ressurgir plus forts que jamais, avec des plans que le 
pire   des   génies   machiavéliques   ne   pourrait   discerner. 
Le titre du congrès était: « Technologies cognitives et les 
systèmes globaux d'interopérationalisation des réseaux 
électroniques   de   communication:   Interfaces   et 
consciences   interconnectées ».   Un   titre   louche   et   des 
thématiques   suspectes,   pour   des   facettes 
interchangeables   et   des   consciences   déconnectées.   Un 

131
congrès,   oui!   C'est   ce   exactement   qu'il   nous   fallait 
comme   événement.   À   vrai   dire,   ça   me   semblait 
inquiétant comme thématique, car nous n'étions pas les 
seuls   à   pouvoir   non   seulement   comprendre   sa 
pertinence, mais aussi son intérêt concret, car il y avait 
aussi tout le gratin intellectuel  académique,  travaillant 
pour l'empire et de naturellement opposé à notre cause, 
qui était susceptible de s'intéresser à un tel événement. 
Malgré   tout   ­et   c'est   ce   que   j'ai   toujours   adoré   des 
congrès­   il   y   a   toujours   la   possibilité   d'y   faire   du 
réseautage, et de le faire d'une façon merveilleusement 
subtile,   dans   une   atmosphère   raffinée   d'anonymat 
convivial.   Pour   avoir   déjà   assisté   à   un   congrès 
international   d'agents   de   renseignements,   lequel   était 
truffé   de   pirates   informatiques   de   calibre   mondial   et 
d'espions à la 007, c'était déjà évident pour moi.

De   retour,   encore,   à   l'isolement.   Une   fois   de   plus,   je 


devais   me   résigner   à   la   solitude   totale...   celle   que   je 
n'avais   jamais   vraiment   quitté,   mais   seulement   avec 
l'impression,   visiblement   trompeuse,   de   ne   plus   être 
seul. J'avais frôlé la tribu sans ne jamais vivre en elle, et 
de   partager   une   intimité   quelconque.   Je   n'étais   pas 
vraiment ami avec tous ces gens, et il me semblait que 
leur présence m'était toujours intangible, impalpable. Je 
n'arrivais   pas   à   les   atteindre,   ni   à   les   cerner.   Ils   ne 
faisaient,   en   outre   que   réagir   à   mon   intellect,   et   me 
donner des idées qui se trouvaient déjà au fond de moi, 
mais que je n'avais pu déterrer seulement par manque 
de   conviction   ou   d'assurance.   J'étais   seul   maintenant 
contre le système, sans emploi, sans argent, et avec un 

132
appartement que j'étais sur le point de perdre. Aucune 
compagne  pour  me  supporter,  et aucune  famille  dans 
les   environs,   il   fallait   que   je   trouve   une   solution   non 
seulement pour la libération du monde, mais pour ma 
propre   libération.   Avant   tout   pour   ma   propre 
libération.

Étrangement,   c'est   à  ce   moment   que   je  commençais   à 


réaliser   que   cette   lutte   était   moins   politique,   sociale, 
économique... ­matérielle, soit­ qu'elle n'était spirituelle 
ou psychique. Enfin, l'une n'occultait pas l'autre, plutôt 
que   la   lutte   en   cachait   une   autre,   et   la   lutte   de 
propagande,  de terreur et de subversion qu'on menait 
depuis   près   de   deux   ans   maintenant   était   aussi   une 
couverture sous laquelle une tout autre dimension de la 
guerre,   encore   plus   profonde,   s'était   développée.   La 
surface illustrait les profondeurs mystiques de la lutte, 
et il ne s'agit pas ici d'une lutte eschatologique entre le 
Bien   et   le   Mal   ­cette   notion   gnostique   aliénante, 
véhiculée par le catholicisme­  mais plutôt de la même 
vieille lutte propre à tout être vivant en ce monde... celle 
pour   l'ascension   vers   un   état   supérieur,   pour   la 
libération des chaînes qui nous tiennent encore à l'état 
d'esclaves.   Rolenzo   San   Anselmo...   c'est   lui   qui   avait 
emboîté le pas dans la lutte au départ, et il fut aussi le 
premier à amener l'idée que ça n'avait pas seulement à 
voir   avec   Nous   et   Eux,   avec   le   mouvement   et   le 
système,  ou avec les activistes  et l'autorité, mais aussi 
avec les êtres libres et la machine, et que la réelle liberté 
passait par la décomposition des mensonges  créés par 
la machine, et la formation d'un nouveau discours, d'un 

133
nouveau   langage   et   d'un   nouvel   univers.   Même   si   ce 
principe semblait, pour plusieurs, un peu trop abstrait 
et ésotérique pour être compris par les gens de la masse, 
je fus quand  même  un de ceux  qui comprirent  dès le 
départ. La machine... le secret est dans la machine. La 
solution   passe   forcément   par   la   connaissance   et   la 
maîtrise   de   cette   machine.   On   ne   peut   vraiment   la 
briser, on ne peut que se la réapproprier, pour en faire 
l'instrument de notre libération.

*   *   *

Qu'est­ce que je ne ferais pas pour dormir, maintenant! 
Ce   monde   me   brûle   à   chaque   jour,   et   j'ai   eu   beau 
essayer toutes les drogues et boissons qui s'offrent sur 
le marché,  rien n'est  parvenu  à me déconnecter  de  ce 
monde autant que durant le sommeil.

Je divaguais  sur les trottoirs et à travers mes pensées. 
Des lumières  scintillaient  comme  des astres au dessus 
de moi,  par  milliers.  Je marchais  seul dans  l'ombre,  il 
n'y  avait d'autre  âme nulle  part autour  de moi,  mis à 
part ces quelques oiseaux de nuit qui chantaient des airs 
discordants  à l'aurore du matin,  comme  des chansons 
qui   jouent   à   l'envers,   et   ils   étaient   perchés   dans   les 
arbres   rachitiques,   ces   quelques   arbres   pitoyables 
plantés ici et là parmi les masses de béton, d'acier et de 

134
verre dont cette ville est faite. C'était vide, partout, ou 
presque. Les quelques âmes vivantes et encore éveillées 
devaient se terrer soit dans les bars clandestins les plus 
obscurs du centre­ville à faire des choses inimaginables 
sous l'effet de substances introuvables, soit en train de 
regarder   de   très   vieilles   émissions   ou   de   vieux   films 
pornos   à   la   télé,   esseulées   face   à   leur   écran   plasma 
gigantesque,   moribondes   au   creux   de   leur   gros   futon 
moelleux. La jungle s'était calmée, au bout de sa propre 
démence,   et   il   ne   restait   que   les   âmes   malsaines   à 
persister,   envers   et   contre   elles­mêmes.   Les   âmes 
malsaines,   ou   les   âmes   tristes;   elles   sont   toutes 
l'expression la plus cinglante d'une aliénation enragée, 
seule   énergie   ­ou   vacuum?­   qui   semble   animer   ce 
monde.   Et   il   y   avait   aussi   les   chauffeurs   de   taxi,   qui 
guettaient   le   moindre   voyageur   désespéré,   et 
désorienté. Des rats dans leurs trous, prêts à sauter sur 
la   moindre   miette   de   fromage   qui   oserait   traîner   de 
façon   si   insolite   à   des   heures   si   insolites.   La   nuit   se 
faisait lourde... de plus en plus lourde. Quelle heure il 
était?   Quatre   heures?   Quatre   heures   et   demie   ou 
seulement trois heures et quelques?

Les lumières de la ville scintillaient au­dessus de moi. 
Un vent frais s'élevait maintenant, ramassant avec elle 
l'épais   nuage   de   pollution   stagnante.   Odeurs   de 
poussières, de gaz d'échappement automobile, d'alcool 
desséché, de déchets et d'humidité du mois de mai. Je 
ne devrais pas être ici. Je devrais être au lit, dans un lit 
chaud   et   soyeux,   auprès   du   corps   ronronnant   d'une 
fille.   Un   doux   corps   ronronnant   dans   l'ombre...   lascif, 

135
délicieux et chaud... si chaud!   Mais me voici placé au 
milieu   d'un   univers   mort   et   froid,   comme   si   Dieu,   le 
Destin ou je ne sais qui d'autre m'y avait condamné, lié 
à un enfer de désolation, par les liens des péchés que j'ai 
commis,   ou   peut­être   encore   ceux   que   j'aurais   dus 
commettre. Enfin, dans mon cas, je crois que dans mon 
cas,   c'est   de   n'avoir   pas   assez   péché,   de   ne   pas   avoir 
assez agi, de m'être retenu comme un con. Car Dieu haït 
les tièdes et tous les autres qui ne veulent rien savoir. 
Moi je n'ai pas la Foi. Je peux croire en quelque chose, je 
peux   même   en   être   convaincu   de   ce   quelque   chose, 
mais  je  n'ai  jamais  eu   l'audace  de  me  jeter  dans  l'eau 
bouillante   ou  de   briser   la   glace  en  donnant  un   grand 
coup  de masse  de toutes  mes forces tout  en criant  de 
toutes mes tripes, comme un samurai désespéré. Il y en 
a qu'en situation de péril, ils vont se déshabiller puis se 
jeter dans le feu de leurs désirs en faisant comme si de 
rien   n'était.   Des   gens,   ici­bas   sur   cette   Terre,   ont 
l'audace   d'avoir   la   Foi.   Des   gens   autour   de   moi   se 
permettent de bouger, de défoncer les choses comme si 
dans le fond tout leur appartenait. Ces gens, je les vois 
au  travail,   dans  des  clubs,   dans   des   fêtes   d'étudiants, 
dans   les   cafés,   et   partout   ailleurs   où   les   gens   se 
rassemblent.  Les  conquérants  désespérés.  Ce  sont  eux 
qui,   avec   leur   spectacle,   attirent   attention   et   affection 
des   autres,   et   font   ainsi   fonctionner   le   marché   de 
l'amour, du sexe et des autres relations plus ambiguës. 
Ce sont eux qui définissent ce qui emballe les femmes, 
et   les   fait   déverser   leurs   sentiments   dans   précipice 
ambulant   et   parlant   qu'ils   sont.   Ce   sont   eux   qui 
dépassent les bornes, qui brisent les règles des autres, 

136
qui envahissent  leur  territoire comme  des barbares, et 
qui décident de ce que les autres doivent faire pour eux, 
et   seulement   pour   eux   seuls.   Des   petits   enfants   qui 
brisent   tout   autour   d'eux   en   jouant   avec   leurs   gros 
jouets. Ces petits profiteurs sans âme sont les piliers de 
l'économie du sexe, de la grande industrie capitaliste de 
l'amour vide, facile, rapide et utilitariste, et eux­mêmes, 
ils   ne   le   savent   probablement   même   pas!   Ils   sont   la 
raison exacte du pourquoi que je suis ici, maintenant, à 
marcher seul dans la nuit. Du moins, ils sont une des 
deux parties de cette raison, l'autre étant les spectatrices 
de   leurs   jeux.   Cette   société   fonctionne   après   tout   par 
une   organisation   spectaculaire,   qui   n'a   rien 
d'authentique   ni   de   concret,   après   tout.   Un   monde 
d'images et de représentations vides, qui mène les gens 
par   le   bout   du   nez   dans   leur   vie   personnelle   comme 
interpersonnelle.   Si  je   suis   seul   ici   présentement,   c'est 
parce   que   tout   le   monde   se   laisse   dominer   par   leur 
spectacle... c'est clair. Tous ceux et celles qui devraient 
être avec moi en ce moment­ci est en réalité en train de 
se faire défoncer, le corps et/ou l'esprit, par ces gens. La 
faute,   elle   se   trouve   dans   leur   domination,   dans   le 
grand   spectacle   ininterrompu,   maintenu   autant   par 
l'audience que par les gourous. 

Mais est­ce seulement à cause d'eux? Alors moi aussi je 
devrais essayer de me mettre la main  à la pâte? Non, 
jamais! Car je ne suis pas comme eux. Je ne suis pas un 
animal  conditionné  depuis  qu'il est sorti d'un  vagin  à 
toujours   tenter   des   ré­incursions   dans   le   trou   d'où   il 
vient.   Est­ce   possible   d'aimer   et   d'être   aimé   sans   se 

137
transformer   en   une   bête   stupide,   droguée   par   les 
pulsions produites par les circonstances du moment? 

« Non, impossible pour toi, toi seul! Ha Ha Ha! » c'est ce 
que   le   Créateur   me   répondrait   froidement,   avant 
d'éclater   d'un   rire   impérieux   et   de   m'écraser   dans   la 
boue noire et puante de la solitude. « Merci, Ô mon bon 
Capitaine!   Quelle   oeuvre   belle   et   grandiose   qu'est   la 
vôtre... » lui balbutierais­je dans la boue, par la suite. On 
peut vraiment vous être reconnaissant pour tout. 

En fait peut­être le problème, le vrai problème, est mon 
obsession insurmontable, mon obsession de de me faire 
aimer, et de façon plus large de ne plus jamais avoir à 
faire face à ce mur d'ombre...

Je vais devoir fermer mes portes... S'il n'y a que de la 
douleur et de la froideur qui entre, pourquoi continuer 
de s'ouvrir si je ne peux me tenir au chaud avec qui que 
ce soit?  J'ai moi aussi des émotions...  cachées  quelque 
part   dans   les   méandres   de   mon   âme   sombre   et 
tortueuse.   Il   me   reste   un   peu   de   naïveté,   d'amour, 
d'espoir, mais moi­même j'ai du mal, beaucoup de mal, 
à tout retrouver et recoller. Et de la fierté, de l'estime, 
ça,   ça   ne   se   trouve   plus   depuis   longtemps   chez   moi. 
Qu'est­ce   qui   s'est   passé?   Une   explosion   s'est­elle 
produite,   sans   que   je   le   sache?   J'ai   souvent   cette 
impression de manquer le train, d'être sur la mauvaise 
fréquence,   et   que   je   n'aurais   qu'à   faire   un   minuscule 
bond hors de ma noirceur, et tout deviendrait facile, les 
femmes ne cesseraient de se coller à moi et j'aurais tout 

138
un   réseau   d'amis   qui   me   permettrait   une   vie   plus 
remplie et de faire toutes  sortes  de choses  fabuleuses. 
De découvrir ma voie, simplement, plutôt que d'y rêver 
de   mon   isolation   meurtrière.   Il   me   semble   en   ces 
moments­là   qu'il   y   a   quelque   chose   que   je   n'ai   pas 
compris... qu'une lumière dans mon esprit a trop tardé à 
s'allumer, que je ne suis en fait qu'un idiot d'aveugle qui 
ne comprend rien aux gens, en particulier aux femmes, 
et   qu'à   cause   de   cela   il   ne   saura   jamais   avoir   leur 
affection, leur dévotion... et leur univers de passions.

La passion n'a jamais vraiment été de mon monde après 
tout. Des parents toujours ailleurs, qui ne m'ont jamais 
dorloté,   par   ailleurs...   et   le   fait   d'avoir   eu   à   endurer 
chaque   putain   de   tragédie   personnelle,   familiale, 
économique,   sociale   sans   n'avoir   personne   pour   me 
consoler, me mettre une main sur l'épaule ou seulement 
prendre le temps de m'écouter et me donner leur point 
de   vue.   Son   propre   monde   à   soi,   c'est   celui   qu'on 
retrouve toujours à la fin de la journée, après une dure 
journée   de   labeurs   ou   quelques   péripéties.   Le   lieu 
d'éternel retour. Le petit monde refermé où on s'assoit 
et   on   oublie   tout.   On   y   revient   tout   le   temps,   sans 
vraiment savoir pourquoi, et peu  à peu, par contrainte 
ou par  décret,  on accepte cet endroit  comme  étant  un 
chez   soi...   peu   importe   à   quel   point   lugubre   et 
inconfortable  il puisse  être.  Chez  certains,  ce chez­soi, 
c'est un chaud foyer au milieu d'un salon feutré peuplé 
de   ces   quelques   créatures   que   l'on   aime   le   plus   dans 
notre vie; chez d'autres c'est un désert en plein milieu 

139
d'une jungle qui dort, un espace froid et vide comme la 
nuit dans le désert de Gobi. 

Je passe mes journées entières à chercher des vérités, à 
fouiller parmi des centaines de dossiers litigieux,  ou à 
faire des appels où je pose des questions impossibles à 
toutes   sortes   de   gens   sur   leurs   pratiques   financières, 
leurs moeurs conjugales, leur foi vis­à­vis de l'État et du 
gouvernement  ou leurs  positions  face à  l'absolu;  mais 
ici,   voici   que   je   suis   placé   devant   la   vérité   qui   s'est 
toujours   tenue   devant   moi   comme   un   lourd   spasme 
figé, et sculpté dans le granit noir, comme celui dans le 
film   de   Kubrick.   Quelque   chose   d'incontournable,   de 
cruellement   incontournable,   au   point   à   en   être   une 
mauvaise   blague   existentialiste.   Sartre,   Camus   et 
Beauvoir   en   auraient   probablement   ri,   d'ailleurs,   car 
eux   n'étaient   pas   confrontés   au   même   isolement.   Eux 
étaient  des  stars  d'intellectuels  faisant  un  spectacle  du 
désarmement   que   les   autres   vivaient.  Je   n'ai   pas   à   la 
chercher cette vérité qui explique tout; elle me crache la 
réponse   au   visage,   avec   une   arrogance   typiquement 
divine.   Je   me   retrouve   toujours   face   à   ma   propre 
solitude,   une   fois   que   mes   rencontres   avec   le   monde 
sont   terminées,   une   fois   que   la   fête   est   finie.  J'ai   déjà 
tenté à plusieurs reprises d'émerger, et d'accoster à sur 
les rives de quelqu'un d'autre, mais mes tentatives ont 
toutes été aussi vaines que désastreuses. Elles me fuient, 
m'évitent   et   se   méfient.   Rien   à   faire.   Des   millions   de 
personnes  fuient  cet état,  certaines  même  vont jusqu'à 
bâtir   leur   vie   entière   autour   de   cette   fuite,   et   moi   j'y 
baigne chaque  jour. Ce n'est pas que je ne comprenne 

140
pas pourquoi ils fuient tant, et ce n'est pas non plus que 
me   moque   de   leurs   faiblesses   face   à   la   menaçante 
éventualité de se retrouver seul. C'est seulement que j'ai 
traversé,   il   y   a   longtemps   déjà,   cette   frontière   qui   est 
tant crainte par tous ces gens, et maintenant je constate 
avec   une   impuissance   totale   toute   l'étendue   des 
dommages que cela m'a causé au fil des années. Ce mur 
de noirceur... je ne peux le franchir...

Je sortir de toute cette noirceur de merde!

Comme   s'il   avait   entendu   mes   pensées,   un   gros 


monsieur   à   la   gueule   défaite   me   regarde   du   volant 
d'une  vieille  bagnole   rouillée  qui   semble  être  un  taxi. 
Un corbillard moribond qui me suit presque à la vitesse 
de   mes   pas,   à   quelques   mètres   à   côté   de   moi,   sur   le 
grand boulevard. Il me guette comme s'il s'attend que je 
me décourage, que je baisse les bras et embarque dans 
son bazou tout rouillé et puant pour me rendre le plus 
vite possible dans le confort de mon foyer qui n'en est 
même  pas  un.   Je  lui   fais  signe  que   je n'existe   pas,  en 
faisant   comme   s'il   n'existait   pas,   et   à   peine   quelques 
secondes plus tard, il est disparu et bon débarras. Je n'ai 
pas besoin  de l'aide d'un gros rat horrible ni du petit 
Jésus   de   plastique   suspendu   au   rétroviseur   de   sa 
bagnole   puante.   Le   fantôme   mécanique   s'en   va   d'un 
grincement   de   pneus   sur   le   coin   de   l'avenue   de   la 
nécropole   et   du   boulevard   des   Morts,   au   loin   devant 
moi,   où   il   n'y   a   pas   plus   de   bruit   que   celui   du   vent. 
Quelques   secondes   passent   et   tout   tombe   dans   un 
silence si lourd qu'on entendrait mes pas à des coins de 

141
rue   d'ici.   Je   crois   entendre   une   sirène   d'ambulance 
passer au fond de ce labyrinthe de rues sans fin, à des 
kilomètres   dans   une   direction   incertaine,   mais 
seulement pour la durée d'un souffle, si court que ma 
conscience  ne  peut  même  pas  authentifier  la  présence 
du   bruit.   Puis   peut­être   quelques   faibles   bruits 
traînants,   provenant   d'un   boulevard   achalandé   oublié 
par le temps, et par tout le reste. Et s'il ne s'agirait que 
de fantômes, que de revenants qui ne sont pas vraiment 
là,   mais   ne   sont   que   des   restes   redondants   du   grand 
manège   urbain   qui   fourmille   de   partout   le   jour? 
Impossible de savoir s'il s'agit de bruits de véhicules, de 
cris   d'enfants,   de   bavardages   multiples   qui 
s'entrechoquent   entre   eux,   ou   de   grondement   d'avion 
décollant vers un mode meilleur. Il semble que c'est un 
tout indiscernable, provenant d'un autre espace si loin 
que   personne   ne   l'a   jamais   atteint,   mais   dont   moi   je 
n'entends   qu'un   faible   aperçu.   Toute   une   vie   distante 
qui   se   passe   loin   au­delà   de   moi­même.   Quelle   vie 
sordide!

Et   si   j'étais   éternellement   destiné   à   être   isolé?   Si 


l'isolement   était   en   fait   la   condition   fondamentale   de 
mon existence? S’il faisait partie de moi comme tous ces 
microbes et ses molécules qui font partie de ma chair, 
de mes  os,  et de mon  sang?  Plus  comme  les radicaux 
libres;   seuls,   déconnectés,   uniques,   mais 
dangereusement   dispersés.   Et   si   un   vilain   sorcier   de 
l'ombre était venu au­dessus de mon lit de nouveau­né, 
à   l'insu   de   mes   parents   occupés   dans   d'interminables 
discussions   familiales,   pour   me   jeter   une   malédiction 

142
fatale, qui me priverait de tout rapport amoureux pour 
le reste de mes jours, me liant à ma solitude par les liens 
de l'enfer? Suis­je une sorte d'ange désabusé, ou ne suis­
je   simplement   qu'un   démon,   persécuté   ici   pour 
éternellement vivre le deuil de lui­même? Les démons 
errent   dans   un   désert   de   solitude,   et   non   avec   des 
millions   de   damnés   brûlant   de   passions   dans   les 
flammes de l'enfer, jouissant dans la totale perversité de 
ne pas être vu des dieux... du moins, c'est ainsi qu'est la 
vie   pour   plusieurs   dans   cette   civilisation.     Les   anges, 
quant à eux, sont des êtres pervers... regardant sans être 
regardés, touchant les mortels à leur guise, en pouvant 
leur   faire   croire   qu'il   ne   s'agit   que   du   vent   qui   les 
touche,   ou   d'eau   qui   les   berce.   Leur   conscience   est 
dépourvue d'un miroir qui leur impose à chaque jour le 
poids de leurs actes. Et Dieu... Dieu ne les guette point. 
Il   est   affairé   à   d'autres   tâches...   celles   de   régner,   et 
d'aimer.   Il   a   d'autres   problèmes   à   résoudre.   Il   a   une 
confiance infinie en chacun de Ses sujets. C'est à cause 
de   cela,   aussi,   qu'Il   fut   trahi.   Voilà   pourquoi   Il   fut 
dépossédé   de ses  terres,   et poussé  hors  de  Son  trône, 
non   par   Satan   et   son   armée   de   déchus,   mais   par   de 
faibles mortels incohérents... c'est­à­dire  nous. Mais ça, 
ça c'est une autre histoire qu'il est inutile  de raconter, 
car tout le monde la connaît déjà un peu aujourd’hui...

C'était plus que du silence qui régnait  autour  de moi, 


c'était   un   silence   imposé,   forcé,   comme   un   géant 
invisible   qui   étend   un   rideau   de   fer   entre   moi   et   le 
monde   extérieur,   voulant   me   masquer   les   yeux   pour 
une raison incompréhensible.

143
Ce rideau, c'est moi qui devais le briser, car c'est peut­
être seulement moi, en fait, qui l'aie construit. Mais j'ai 
échoué, considérablement. Mon échec est constant, et il 
se répète d'un événement à l'autre, soirée après soirée, 
rencontre   après   rencontre.   Tout   ne   va   pas,   rien   ne 
tourne comme ce devrait si j'étais normal. Il ne me reste 
alors   plus   qu'une   solution...   de   me   libérer   de   cette 
impasse. 

Reste à savoir comment. 

Mais au fond de moi, je le sais déjà. Je me la suis répété, 
cette solution, des millions de fois déjà. Il faut juste la 
mettre   en   application   une   bonne   fois   pour   toutes! 
Personne ne va comprendre ce qui ne va pas avec moi, 
même   si   j'avais   cette   chance   inouïe   de   me   faire 
entendre,   et   donc   personne   ne   peut   me   sauver,   ou 
même m'aider à me libérer de cette situation...

Au loin devant moi le boulevard fait une légère courbe 
et   débouche   sur   une   gueule   monstrueuse   jonchée   de 
lourdes poutres d'acier et de panneaux de signalisation 
pour informer les gens qui y entrent sur l'au­delà qui les 
attend   de   l'autre   côté.   Le   Pont   noir.   Ces   destinations 
sont   insignifiantes   et   trompeuses,   mais   la   mort   est 
certaine   pour   moi,   alors   que   je   me   précipite   dans   la 
gueule de la bête d'où je ne reviendrai pas. Ce monstre 
froid   est   inerte   et   silencieux,   car   il   attend   que   je   me 
sacrifie dans l'eau noire de ses entrailles.

144
Quelle  splendide  idée après tout!  Plus de souffrances, 
plus de honte d'être vivant et de faire face à ma propre 
humiliation chaque  jour de ma vie. C'est vrai, ce n'est 
sûrement   pas   au   fond   des   eaux   fétides   de   ce   fleuve 
glacial  au fond  de la  bête que  je trouverai le bonheur 
éternel,   mais   je   peux   me   passer   de   cela.   Le   silence 
éternel me convient amplement.

145
146
Chapitre 4:

Sofia

147
148
Moi, je dors environ vingt­quatre heures par jour, sept 
jours par semaine, et ce, durant toute l'année. Mais je ne 
rêve que très peu. Bref, il y a des exceptions, de minces 
éclairs de conscience où le tonnerre m'éveille au monde 
qui m'entoure, à un événement que j'ai traversé, à une 
action que j'ai accomplie. Un éclair de lumière, perçant 
à   travers   un   esprit   embrouillé,   voguant   parmi   un 
brouillard   sombre   et   apparemment   sans   fin.   Je   n'ai 
jamais les idées claires, et j'ai toujours les yeux dans la 
nuée,   mais   il   m'arrive   parfois   des   moments   où   je 
comprends  certaines  choses  précises,  des clarifications 
univoques sur des problèmes spécifiques. Des solutions 
finies, complètes, à des équations qui me sont posées à 
chaque   jour   de   mon   existence.   Ces   moments   me 
frappent   comme   une   épée   à   double   tranchant,   toute 
lumineuse   soit­elle,   en   plein   au   coeur   de   mon   esprit, 

149
pour me faire réaliser, au comble de ma défaite, que je 
fus dans l'erreur depuis le départ. Qu'il n'était pas bien, 
en fait, de serrer la main des gens de telle manière, de 
dire "non" lorsqu'on me donne une directive au travail, 
de   perdre   mon   calme   lorsque   l'on   me   menace   d'une 
certaine   façon,   ou   encore   d'adopter   une   attitude 
particulière lorsque  je veux flirter  avec  une compagne 
au travail. Le genre de prise de conscience qui me fait 
sentir comme s’il n'y avait rien d'autre que du gras, de 
la   gélatine,   ou   quelque   autre   substance   blanchâtre, 
gluante, collante et translucide, dans ma tête. Le genre 
de   chose   qui   me   rappelle   que   je   n'ai   toujours   rien 
appris, que je n'ai pas grandi et que je tourne toujours 
sur  le même  point  fixe,  centré au milieu  d'un  univers 
qui   change   toujours.   Mais   lui,   le   point,   il   ne   change 
jamais,   il   ne   bouge   pas   d'un   iota.   C'est   alors   que   je 
divague. Que je fais tout pour bouger, pour me libérer. 
Pour   me   dégager   de   ses   chaînes   invisibles   et 
incompréhensibles   qui   me   retiennent   sur   mon   point 
fixe,  comme  un pilier  suspendu  dans  l'univers,  tel  un 
singulier  monolithe  ignorant  les effets du temps et de 
l'espace, de la gravité et de la durée, de la lumière et de 
la noirceur, de l'essence et du vide.

Puis je constate qu'il n'y a peut­être finalement qu'une 
solution à tout ça. Faire comme si je bougeais. Ou faire 
comme   si   les   choses   changeaient.   Voyager   sans   se 
déplacer,   dans   la   classe   affaires   d'un   avion 
hypersonique   volant   à   zéro   kilomètre   l'heure.   La 
substance zéro est peut­être en réalité la seule substance 
dont est vraiment faite ce monde... c'est­à­dire que peut­

150
être   que   personne,   en   réalité,   ne   bouge,   n'évolue,   ne 
change,   ou   ne   voyage,   mais   qu'ils   ne   font   que 
s'imaginer   mutuellement   être   des   voyageurs,   tout 
comme   ils   s'imaginent   être   des   personnages   dans   un 
grand jeu, jouant des tactiques qui changent les choses, 
mais   ne   donnent   que   l'impression   de   les   changer. 
L'inertie   se   ressent   au   quotidien,   à   chaque   jour   au 
niveau   du   quotidien,   et   le   quotidien   est   peut­être,   en 
soi,   cette   substance   zéro,   qui   abolit   continuellement 
toute   forme   de   changement   radical.   Le   monde   se 
referme.   Autant   qu'il   revendique   son   ouverture   sur 
l'extérieur, il érige des forteresses autour du vide qui le 
ronge de l'intérieur.

Et peut­être qu'un  éclair  de conscience  n'a  pas de but 


quelconque,   que   ce   ne   serait   qu'un  déjà­vu  comme 
d'autres,   me   rappelant   à   quel   point   je   ne   suis   qu'une 
machine   faite   de   chaire   et   d'idées   sans   conséquence, 
dotée   d'une   volonté,   certes,   mais   pas   foutue   de   faire 
quoi   que   se   soit   d'autre   que   ses   habituelles 
machinations,   même   pas   de   changer   avec   une   infime 
légèreté sa façon de faire.

Mais  il y a toujours  un "peut­être".  Il y a toujours cet 


espoir, plus ou moins  réprimé  au fond  de moi­même, 
d'avoir   plus,   de   faire   plus,   de   provoquer   un 
changement, ou d'atteindre un état au­delà de toute cette 
mort   à   la   fois   vivante   et   invivable;  soit   à   cause   du 
besoin profond que les choses changent, soit parce que, 
simplement,   comme   n'importe   quel   bon   joueur, 
personne n'est prêt à accepter que les jeux sont faits à 

151
l'avance pour eux, leurs résultats prédéterminés, et que 
rien n'empêchera la grande roue de fortune de tomber 
sur le vingt plutôt que sur le cent. Non il y a autre chose 
que la substance zéro. Si je la sens comme le reflet d'une 
vie qui a de la substance, si par mi sa grisaille je peux 
percevoir   des   rayons   d'un   état   autre,   d'une   existence 
faite de couleurs, de sons et d'odeurs, c'est qu'il doit y 
avoir   autre   chose.   Mais   où   devrais­je   fouiller   pour 
trouver cela? 
Dans   la   chambre,   la   lumière   était   froide.   Elle   faisait 
ressortir, dans la noirceur, le splendide corps nu de la 
jeune femme endormie. La lumière pâle ne laissait voir 
que les courbes voluptueuses de ses hanches et de ses 
seins bulbeux. La femme était étendue sur son lit, nue, 
ou   presque,   dormant   au   regard   de   la   grande   fenêtre 
ouverte  sur   la   nuit,   droit  devant  elle.  Seulement  cette 
pâle lumière de la lune pénétrait dans la chambre pour 
dévoiler le corps de la femme; la douceur de l'intérieur 
de   ses   cuisses,   et   celle   de   ses   seins   bondissants,   qui 
rappelait la douce texture du pétale d'une fleur. Ses bras 
étaient  étendus  de  chaque  côté,  et  sa  chemise  de  nuit 
­seul   vêtement   qu'elle   portait­   était   toute   grande 
ouverte,   et   ne   cachait   plus   rien.   Ses   longues   jambes 
étaient   écartées,   et   seulement   son   pied   gauche   était 
glissé sous les draps blancs du grand  lit. Ses cheveux, 
bouclés,   bruns,   mais   plutôt   courts,   ornementaient   un 
visage   calme,   bronzé,   mais   d'une   frigidité   quasi 
masculine.   Ses   lèvres   étaient   pâles,   lisses,   mais 
charnues,   terminées   par   des   coins   finement   taillés.   À 
être près d'elles, tout près d'elles, peu de gens auraient 
refusé   de   les   embrasser.   Ni   homme,   ni   femme,   ni 

152
vieillard, ni même  enfants n'auraient su résister à une 
étrange tentation de les goûter, si naïvement, même au 
risque d'éveiller la belle dormeuse.

Puis la lumière révélait, dans le calme creux de ses deux 
cuisses, la forme bulbeuse de sa vulve. Ronde, et sans 
poil.   Une   légère   érection   inconsciente,   alors   qu'elle 
dormait. Presque durcie par une constante contraction, 
ou   par   un   rêve  érotique,   mais   sans   être  éveillée   pour 
autant par la douce stimulation d'une langue, ou d'une 
main audacieuse qui n'a pas peur de toucher, de sonder 
et de fouiller. 

Une   main   .   Pas   comme   celle   du   gynécologue, 


cliniquement   précise,   qui   sait   exactement   où   toucher 
pour   détecter   le   mal;   mais   bien   celle   d'une   personne 
experte   en   plaisirs   sensuels,   sachant,   par   quelque 
science obscure, d'où naît le plaisir ultime dans ce point 
de rencontre des plus grands extases, et ce même point 
qui,   en   sachant   bien   l'aborder,   plonge   la   plus 
cartésienne   et   la   plus   puritaine   des   femmes   dans   un 
univers de jouissance explosive, la faisant chavirer dans 
une   bestiale   exaltation,   au­delà   de   toute   conscience 
humaine,   de   toute   moralité,   et   de   toute   Raison.   Ce 
pourrait être ma main!

Un frisson traversa mon âme en la voyant à travers de 
la fenêtre, couchée dans cette posture. La perversité de 
cette   exhibition   me   fit   jouir   un   instant,   mon   souffle 
devenant   intense,   incontrôlable.   Je   sentais   sa   peau, 
chaude, toucher mes mains, et ses reins, son coup et ses 

153
épaules   se   faire   dévorer   par   mes   lèvres   et   par   mes 
dents. 

C'était bel et bien Sofia, cette femme que je fréquente au 
travail depuis deux ans. Je suis sorti un peu avec elle, 
on a vu un ou deux  films  ensemble,  discuté de sujets 
plus   ou   moins   intimes   dans   des   cafés   ensemble,   et 
surtout,   toujours   ou   presque   toujours,   avec   d'autres 
amis.   C'est   une   amie   impersonnelle.   Je   suis   allé 
quelquefois chez elle, mais n'est jamais vraiment entré 
dans sa propre chambre, et ne me suis jamais vraiment 
assis à ses côtés sur le bord de son lit. Elle me considère 
comme   un   de   ses   meilleurs   amis,   et   peut­être   le   seul 
homme avec qui elle a un vrai lien d'amitié. Je le sais, 
elle me l'a dit une ou deux fois. Sans être conséquente, 
elle n'a jamais vraiment abordé une quelconque forme 
de sensualité.  Elle ne m'a jamais fait d'avance directes 
­comme  je ne lui en ai jamais fait­ comme  en prenant 
mon sexe entre ses mains dans un ascenseur achalandé, 
ou   simplement   en   me   caressant   affectueusement   le 
torse, à l'abri des regards de tous, comme j'aurais voulu 
si ardemment parfois. Et je n'ai jamais, en revanche, eu 
la détermination nécessaire pour en faire de même avec 
elle. Le plus souvent, j'aime simplement être avec elle, 
même si c'est un bien­être discret, voire réprimé; et il en 
va   apparemment   de   même   pour   elle.   Nous   nous   le 
sommes   même   déjà   avoué   quelquefois,   mais   jamais 
aucune avalanche de passion n'a éclaté comme si nous 
deux, en face­à­face, les yeux dans les yeux, aurions fait 
exploser nos entrailles chacun dans le visage de l'autre, 
coeur, chair, sang, tripes se déversant sur la petite table 

154
ou   le   bureau   qui   finissait   tout   le   temps   par   nous 
séparer... si symboliquement. Notre relation, en somme, 
a toujours été une multiplication de sous­entendus et de 
rapports censurés, tout en sachant qu'au fond de moi il 
a   toujours   été   évident   qu'une   bête   se   terrait,   prête   à 
déchaîner   tous   son   enfer   une   fois   venu   le   moment 
opportun...   ce   fameux   moment   que   je   sentais   de   très 
loin,   mais   que   je   ne   pouvais   pas   imaginer,   et   encore 
moins prévoir. 

Mais celle que je vois ici devant mes yeux, ce soir... la 
Sofia  qui se présente  à moi,  nue,  de l'autre côté  de la 
vitrine, elle me prend droit à mon point le plus faible. 
C'est une Sofia comme je ne l'ai simplement jamais vue, 
et comme  je n'aurais même  pas eu l'audace d'y rêver, 
encore   si   mon   imagination   pouvait   se   permettre   une 
telle folie. Une belle folie! Elle est une bombe pour mon 
sexe... son corps nu, dévoilé de façon aussi vulnérable, 
étendu, jambes écartées, au creux de son lit douillet, est 
littéralement une bombe qui m'enflamme de l'intérieur. 
Je sens un désir pervers monter en moi... celui de sauter 
sur elle, à l'instant, et de la dévorer, de la baiser comme 
une   bête,   de  la...  Dans  mes   pantalons,  je  suis   aussitôt 
bandé comme un cheval.

Pourquoi   sonner   à   sa   porte?   Pourquoi   gâcher   ce 


délicieux,   ce   délirant   plaisir   puéril   de   la   voir   sous   sa 
vérité   toute   nue...   enfin...   de   voir   cette   appétissante 
femme qui s'offre de tout son corps à mes yeux de jeune 
adolescent qui a mal vieilli, qui regarde cette délicieuse 
scène   à   travers   les   yeux   d'un   homme   fatigué   par   les 

155
années   devant   les   centaines   d'écrans   d'ordinateur   qui 
peuplent  son univers,  le bombardant  constamment  de 
chiffres   et   de   graphiques   tout   aussi   insignifiants   et 
innaturels   les   uns   comme   les   autres?   Je   suis   devant 
l'écran dont que j'ai visionné  au fond  de moi dans les 
rêves   les   plus   juteux   de   la   vile   adolescence,   qui   vit 
toujours   quelque   part   au   fond   de   moi.   Je   me   rends 
compte   maintenant   qu'il   était   encore   là,   l'adolescent 
boutonneux   plein   de   fantaisies   crochues   et   de   beaux 
idéaux   démesurés...   et   une   chance   qu'il   y   vit   encore. 
Une chance, oui, sinon je ne serais plus rien... juste un 
automate accroché a une raison d'être qui n'a rien a voir 
avec   lui­même,   et   puis   au   rêve   de   sa   prochaine 
automobile,  de son voyage a Cancún, et du design de 
son appartement pour la saison prochaine.

Non,   ici   ce   n'est   pas   une   image   numérique   d'une 


prostituée   toute   nue,   un   peu   trop   bronzée,   se 
masturbant   entre   ses   deux   jambes   écartées,   la   langue 
sortie, léchant son rouge à lèvres mal dosé. Ici, ce que 
j'ai   devant   mes   yeux   pleins   de   vie   retrouvée,   c'est   la 
vraie   femme...   celle   qui   occupe   presque   tout   mon 
quotidien   depuis   quelques   années,   et   qui   a 
suffisamment  jonglé avec  lui pour  laisser  une  marque 
indélébile   dans   cet   inconscient   bourré   de   désirs!   Si   je 
vais sonner, elle va se réveiller, s'habiller en espérant au 
plus  profond  d'elle­même  que  je  n'aie  rien  vu  de   son 
corps si ouvertement exposé, et elle m'ouvrira, me fera 
un mince sourire et me demandera d'un air légèrement 
inquisiteur "mais qu'est­ce que tu fais ici à sonner chez 
moi   a   cette   heure   de   la   nuit???".   Ce   n'est   pas   que   la 

156
pertinence, même l'urgence, me motivant à la sortir de 
son   sommeil   fasse   défaut   de   ma   présence   ici,   c'est 
simplement   que   je   dérangerais   le   déroulement   du 
spectacle qui s'offre à moi... peut­être à jamais. 

Et qu'est­ce que je vais faire... rester sur la véranda à la 
contempler en me masturbant debout, devant la fenêtre, 
à   la   vue   de   tout   voisin   un   peu   trop   matinal,   tel   un 
obsédé   sexuel   désespéré?   À   bien   y   penser,   je   dois 
admettre   que   j'ai   peine   à   résister   à   cette   tentation 
triviale...   en   sachant   que   c'est   tout   ce   que   je   pourrais 
faire en  une telle situation  pour  profiter  du  spectacle; 
mais je ne peux pas non plus rester là à la regarder d'un 
air béant, comme si je fus un idiot en train de réaliser 
l'absurde équation  à laquelle  se résume  son existence. 
Dans mes pantalons, mon membre est dur comme une 
roche, et je sens toute cette chaleur qui m'envahit, mais 
je dois me réduire malgré tout à me comporter comme 
une personne et non comme une bête... et après tout, si 
elle   se   réveillait   subitement   et   me   surprenait   à   jouer 
avec   mon gland droit devant elle? Elle n'aurait jamais 
plus la même opinion de moi...

Supposons alors que je n'ai rien vu... Je la contemple un 
peu  encore,   juste  pour  bien  laisser  l'image  s'imprimer 
dans ma  tête afin qu'elle y reste éternellement,  puis je 
vais à la porte, et je sonne. 

Le  temps  passe,  rien   ne  bouge.  Elle   a  dû   se  réveiller, 


puis  se  rendormir  en   croyant  n'avoir  rien  entendu.  Je 
sonne   encore.   Je   l'imagine   se   lever   tranquillement, 

157
mettre sa robe de chambre en se demandant qui diable 
peut bien sonner à cette heure­ci. Et puis j'entends ses 
pas résonner sourdement sur le tapis. Des pas nerveux, 
déterminés.   Puis   elle   m'ouvre   la   porte,   à   peine   assez 
grande pour que je voie son visage abattu.

« Travis? »
 
– Euh... Sofia! Bien... bonsoir. Je suis vraiment désolé 
de   te   réveiller,   mais   je   suis   ici   pour   une   bonne 
raison... 
– Quoi... Qu'est­ce qui se passe?

Elle ouvre la porte toute grande pour se dévoiler, vêtue 
d'un   long   peignoir   de   flanelle   rouge;   se   détend   et   se 
laisse tomber doucement d'un côté, le bras droit accoté 
au   cadre   de   la   porte,   ses   cheveux   défaits,   à   peine 
éveillée. 

« Alors explique­toi »

­ C'est ce dont  tu m'as parlé la semaine  dernière...  Le 


projet   ultra­secret   de   recherche   sur   les   stimulateurs 
subconscients. Philémon avait raison... il est bien réel, le 
complot.  Je pense  que je me suis  fait  suivre en fin de 
semaine. Je crois qu'on est en danger... ils... ils peuvent 
être partout!!!»

Elle se précipite sur moi, passe son bras derrière mon 
dos, et me dis d'entrer pour qu'on en parle. Je sens sa 
main   toute   chaude   se   déposer   contre   mon   dos, 

158
tendrement, ses hanches se coller contre les miennes; et 
son   sein   droit   s'écraser   contre   mon   thorax,   comme 
accidentellement.  Je perds le fil de mes idées, une fois 
de plus.  Elle referme  derrière moi,  et on s'arrête dans 
l'entrée du couloir. J'ai peine à retenir mon désarroi... et 
mon  désir  aussi.  Durant  quelques  secondes,  nos  deux 
visages   sont   face­à­face,   presque   sur   le   point   de 
s'embrasser, nos yeux sérieux, lourds, se fixant les uns 
dans   les   autres.   Je   sens   son   corps   contre   le   mien,   et 
imagine   sa   chair   nue   sous   la   robe   rose­écarlate.   Peut­
être   est­ce   la   fatigue   ­non,   l’exténuation,   dis­je!­   qui 
assujettit   mon   corps   hors   de   ma   raison   comme   cela. 
Sofia  est   elle   aussi  profondément   fatiguée,  d'avoir   été 
réveillée   comme   cela   sur   les   petites   heures;   mais   la 
fatigue   la   rend   suave,   voire   même   lascive,   dans   ses 
manières, dans ce regard attendri, dans cette douce voix 
grave avec laquelle elle me parle. Je me sens sous l'effet 
de   son   magnétisme.   Je   m'approche   lentement   de   son 
visage,   encore   un   peu   plus,   et   je   ne   regarde   que   ses 
lèvres. 

Et pourquoi pas...? 

Elle   me  baille   au   visage,   la   bouche   si  grande   que   ses 


mâchoires semblent se défaire. Elle n'y est pas comme 
moi j'y suis, je crois. Et pourtant il y a des fois où j'ai 
l'impression   que   c'est   l'inverse...   que   c'est   moi   qui   ne 
sens pas la tension entre nous deux, qui ne sens pas la 
connexion,   directe,   électrique  qui  rapproche   nos   deux 
êtres.   Mais   ce   soir,   il   semble   que   ce   soit   elle.   Elle 

159
s'excuse avec un sourire désinvolte puis m'amène  à la 
salle à manger de son appartement.

Sans rien dire de plus, elle prépare un café et s'assied 
face à moi à la table. Ses yeux sont posés dans le vide, 
vers le centre de la table, comme par gêne ou... sentant 
mon   regard   sur   elle,   me   laissant   la   contempler   sans 
gêne.   Je   pourrais   la   contempler   comme   cela   pour 
l'éternité, et ce serait bien; jamais je n'en serais blasé, j'en 
suis certain. Elle semble paisible, sereine, malgré que ça 
se voit bien qu'elle résiste péniblement au sommeil. Elle 
est si belle dans sa fatigue...

Puis je lui conte toute mon histoire. Je commence en lui 
expliquant   comment   je   découvris,   caché   dans   le   fin 
fonds   poussiéreux   des   archives   nationales,   un 
document  intitulé  "Crise de la “Mort Blanche”:  études 
longitudinales   sur   les   effets   d'agents   de   contrôle 
cognitifs et neurosensoriels sur la conscience collective 
et  la  disparité  sociale  ­   Projet   Σ9  constitutif".  De  mon  
porte­document, je sors quelques photocopies que j'aie 
réussi   à   voler   des   pages   arides   du   volumineux 
document. Sofia regarde les feuilles que je glissai sur la 
table et souleva les sourcils, surprise par l'étrangeté de 
ma   découverte,   mais   toujours   maintenue   dans   son 
silence  de velours.  Je regarde son  horloge  sur  le mur. 
Quatre heures et trente­cinq. La honte pèse sur moi, une 
fois de plus. 

160
L'écriture   est   presque   cryptographique,   et   je   lui   fais 
remarquer. Je lui montre en premier  la page 4, qui se 
lisait comme suit:

(...)   Le   projet   Σ9   constitutif,   fut   développé   dans   le   cadre 


d'études   multidisciplinaires   et   multilatérales   effectuées   en 
premier plan dans un contexte académique universitaire, et 
ensuite dans une centaine de firmes du domaine des médias, 
des recherches marketing, du Droit criminel, et des services 
d'information,   à   titre   exploratoire.   Le   projet   Σ9   est 
strictement confidentiel (classé "MAJIC") dans sa nature et 
son   objet.   Seules   des   autorités   reconnues   par   le   Directeur 
général des services de l'information de l'Institut National de 
Recherche   et   d'Information   (INRI),   ainsi   que   le   Secrétaire 
général,   les   Secrétaires   départementaux   et   régionaux,   ou 
leurs subordonnés directs ­les secrétaires adjoints et les chefs 
de   cabinet­   sont   autorisés   à   accéder   à   ce   niveau 
d'information. 

La   méthodologie   employée   durant   ces   recherches 


exploratoires était universellement reproduite d'un contexte 
de   recherche   à   un   autre,   et   reposait   sur   cinq   variables 
principales:

1­   Manipulation   des   comportements   et   des   pulsions 


sexuelles des sujets;
2­ Altération du niveau d'activité cérébrale des sujets;
3­ Soumission des sujets à des agents sociodépresseurs;
4­ Stimulation des conduites de consommation;
5­ Altération de l'affect et des intuitions morales.

La   mesure   de   telles   variables   de   contrôle   nécessitait   le 


développement de techniques spéciales de manipulation et 
de mesure des facteurs.

161
L'imposition   de   symboles   et   d'images   mentales,   la 
manipulation   des   agents   socio­économiques,   ainsi   que   le 
contrôle   de   l'accès   à   l'information   ont   été   les   principales 
techniques   utilisées,   jusqu'à   maintenant,   dans   tous   les 
contextes   de   recherche   pour   arriver   à   la   manipulation   de 
chacune  de  ces   cinq   variables.   La   technique  qui   se   révéla 
comme   étant   la   plus   efficace   fut   celle   de   l'imposition   de 
symboles et d'images mentales. Ce fut aussi la technique la 
plus   complexe   dans   sa   réalisation,   et   de   loin   la   plus 
coûteuse.

Puis la page 27­28...

C'est durant une recherche à l'Université de Lorenzo qu'une 
équipe de chercheurs de plusieurs domaines mirent un point 
une   méthode   résolvant   les   problèmes   de   rentabilité   de   la 
technique de l'imposition de symboles et d'images mentales 
sur les processus cognitifis­sensoriels. Les directeurs de cette 
recherche   sont   le   docteur   J.   Steinbeck   (neurologue),   le 
docteur  L.  Ross  (psychosociologue,   directeur   de   la   Chaire 
interuniversitaire  des   sciences  cognitives   appliquées)   et  K. 
Bolsht (sciences de l'information). L'équipe mit au point une 
méthode   qui   a   consisté   en   l'administration   subsconciente 
d'agents   de   manipulation   neurolinguistique   des   rêves, 
spécifiquement durant la phase du sommeil communément 
appelée «R.E.M.» (Rapid Eye Movement). Ces agents étaient 
des   unités   symboliques   préprogrammées,   à   caractère 
proprement autonome et polyvalent; pouvant, soit, s'adapter 
à tout contexte d'application psychologique expérimenté ou 
ultérieur   à   cette   expérimentation.   Ces   unités 
neurolinguistiques   furent   programmées   et   administrées   à 
l'aide   du   système   DESI,   développé   durant 
l'opérationnalisation   du   programme   Echelon   II   en   Europe 
(Bruxelles). 

162
Le champ d'application d'une telle méthode est avant tout 
neuropsychologique,   car  il  s'agit  de  manipuler   le   sujet   au 
niveau   de   son   inconscient   afin   de   provoquer   directement 
une  altération   de   sa   perception   sensorielle  et  conceptuelle 
globale,   par   l'entremise   d'une   modification   dans   le 
traitement  intellectuel,   émotionnel   et   sexuel   de   l'ensemble 
des stimuli, par l'entremise d'une exposition permanente à 
des   stimuli   audio­visuels   massifs   ainsi  qu'à   des   émissions 
d'ondes radio à très basse fréquences (ELF) sur une échelle 
globale.   Les   considérations   neurochimiques   ­axées   surtout 
sur   des   traitements   par   toxines,   drogues,   stimulations 
sonores   et   autres   agents   de   synthèse­   sont   demeurées 
secondaires,   quoique   non­négligeables   et   tout   aussi 
recommandables pour des expérimentations ultérieures sur 
le même objet d'étude. L'exercice de manipulation ainsi que 
le processus psychologique qu'il a engendré concernaient à 
priori l'application d'un élément de nature sémiologique. La 
manipulation   des   images,   en   tant   que   vecteurs   de 
changements   neurolinguistiques,   a   été   notre   principale 
préoccupation pour cette étude.

« Tu sais... ça me fait beaucoup trop penser à un texte 
de propagande que j'ai lu il y a quelques années. Armes  
silencieuses pour des guerres tranquilles... c'est le nom du 
document.   C'est   assez   populaire   parmi   certains 
théoriciens   du   complot.   Durant   longtemps,   beaucoup 
ont  cru  que c'est  un  théoricien  du  complot  qui  l'avait 
écrit,   William   Cooper,   un   type   très   chaotique   qui   est 
mort il y a pas si longtemps dans une fusillade entre lui 
et les autorités américaines. Mais c'est pas lui qui l'avait 
écrit,   il   était   plutôt   responsable   pour   l'avoir   fait 
connaître à un public plus large en le publiant dans son 
propre   livre,   même   si   ça   a   été   les   amateurs   de 

163
conspiration qui l'ont lu... Mais un écrivain du nom de 
Hartford   Van   Dyke,   qui   est   en   détention   depuis   des 
dizaines   d'années,  l'a   écrit   en   1979.   Van   Dyke   voulait 
pas   vraiment   formuler   une   grande   théorie   de   la 
conspiration  mondiale,  mais plutôt mettre en garde le 
public sur un programme, bel et bien réel, de contrôle et 
de destruction  systématique  des masses, orchestré par 
le   gouvernement   secret,   incrusté   à   même   le 
gouvernement américain, et de façon plus large par une 
partie de l'élite politique et financière du monde entier. 
À   la   base   de   ce   programme,   il   y   avait   la   théorie 
cybernétique que l'économie humaine fonctionne selon 
les   mêmes   principes   que   dans  la  l'électronique;   qu'on 
pouvait   manipuler   les   gens   comme   des   courants 
électriques   et   leur   esprit   comme   des   champs 
électromagnétiques,   par   l'application   de   variables 
économiques  ­comme  la  monnaie,  entre autres­  et par 
l'exposition   à   plusieurs   formes   de   technologies   de 
contrôle ­la télévision est la principale­ pour défavoriser 
les connections entre eux, pour modifier leur sensibilité 
et   leurs   désirs...   et   puis   de   façon   plus   profonde   pour 
façonner et altérer le moral et la conscience des masses. 
Le  suicide   et  les   meurtres   passionnels   seraient  en  fait 
quelques­uns   des   effets   « collatéraux »...   résiduels,   je 
dirais, d'une guerre invisible menée contre la société au 
sens   large. Comment  il   le   disait   dans   son   texte,   euh... 
attends...   ah   oui:   «   Il   a   été   nécessaire   de   créer   un 
système   qui   prendrait   de   l'avance   sur   la   société,   et 
prédirait   le   moment   où  la   société   arriverait   à   sa 
capitulation   définitive ».   Donc,   un   système   a   été   créé 
pour engendrer la destruction de la société humaine, en 

164
créant et en positionnant les conditions nécessaires à sa 
mort   éventuelle.   Faire   la   guerre   sans   aucune   guerre 
apparente, et la faire contre un grand ensemble social. 
Bon c'est peut­être une façon un peu sensationnaliste de 
résumer   l'idée,   mais   disons   que   c'est   très   juste   de   la 
comprendre   comme   étant   une   application   logique   et 
conséquente de la théorie cybernétique de Wiener. Mais 
c'est   aussi   possible   de   voir   ce  texte   que   comme   de   la 
prose   situationniste   à   l'américaine,   quoique   ce   serait 
surprenant  car  le mouvement  situationniste  n'a  jamais 
réellement existé aux USAs à ce que j'en sais...»

Là   je   l'impressionnais   en   lui   sortant   quelque   chose 


qu'elle ne savait pas... et qui est la réponse parfaite à des 
questions   qu'elle   se   posait   depuis   longtemps.   Aucun 
savoir   n'est   inutile...   tout   finit   par   s'emboîter   avec 
d'autres choses, se compléter, un jour ou l'autre, et ce ne 
sont pas seulement les idées, mais les individus aussi, je 
crois, qui suivent cette même trajectoire...

– La   seule   manière   possible   pour   un   petit   nombre 


d'individus   de   faire   la   guerre   contre   une 
population  entière,   oui.  Je sais  qu'il y   a plusieurs 
façons   de   comprendre   la   cybernétique,   mais   j'ai 
toujours   cru   que   de   la   voir   comme   une   théorie 
générale des schèmes de contrôle social automatisé, 
c'est l'aspect qui en révèle le plus. Mais enfin, qui 
peut   réaliser   un   projet   comme   ça???   Qui   a   les 
moyens   et   la   puissance   pour   le   faire   sans   que 
personne s'en rende vraiment compte?

165
– Bien,   Sophia...   Beaucoup   de   gens,   dont   nous, 
parviennent à entrevoir leur plan. Ces gens ne sont 
pas strictement l'élite, mais plutôt l'élite de l'élite, je 
crois...   un   groupuscule   incrusté   à   même   la   classe 
politique.   Et   aussi,   des   milliers,   des   centaines   de 
milliers   de   gens   doivent   travailler   pour   la 
réalisation ou la défense de cette machination sans 
qu'eux­mêmes ne se doutent de sa nature ou de sa 
finalité réelle.... comme ces milliers de petits soldats 
qui servent leur patrie sans réaliser qu'ils ne font en 
fait   que   servir   les   intérêts   des   corporations 
multinationales!   Ils   tuent   et   meurent   en   pensant 
que   c'est   pour   la   sécurité   nationale,   pour   l'ordre, 
peut­être même pour la paix mondiale; mais ils ne 
réalisent pas que ceux qu'ils tuent, emprisonnent et 
torturent,   ce   sont   des   ouvriers   révoltés,   ou   des 
paysans   expropriés,   ou   de   simples   civils   luttant 
pour   leurs   libertés.   Ce   doit   être   probablement   la 
même   chose   pour   la   plupart   des   chercheurs   de 
cette université...

Elle   me   regarde   avec   cette   caverneuse   fascination... 


suspendue à mes mots, comme si elle pensait en même 
temps   que   je   parlais,   chacun   de   mes   mots   reflétant 
simultanément   chacune   de   ses   pensées.   Elle   fit   une 
pause, me regarda longuement de ces yeux passionnés, 
vitreux mais perçants. Puis elle revint à elle:

– Et l'Université de Lorenzo, c'est où cette université? 
Je n'ai jamais vu cela nulle part.

166
– Ça, c'est un des détails qui m'ont le plus empêché 
de   dormir   ces   dernières...   vingt­sept   heures.   J'ai 
passé   la   dernière   vingtaine   d'heures   à   chercher 
cette   université­là.   C'est   où,   l'Université   de 
Lorenzo?  Nulle part,  Sofia!  Cette université  existe 
apparemment pas, soit il s'agit d'un canular... soit, 
c'est une sorte d'université… secrète, une académie 
reconnue par certaines autorités scientifiques, mais 
qui   serait   cachée   au   public...   Mais   dans   les   deux 
cas, ça fait pas vraiment de sens.
– Mais comment on devrait au mieux interpréter ça... 
que   ce   document   est   falsifié?   La   classe   politique 
entretiendrait  alors  des archives  pourries  par  une 
falsification aussi simpliste de soi­disant travaux de 
recherche académiques qui ont coûté des millions... 
même   des   milliards   aux   contribuables.   La 
communauté   scientifique   serait­elle   minée   de 
l'intérieur par une bande de charlatans qui ont fait 
les grandes universités? 
– Non,   pas   possible...   J'ai   vérifié   certaines 
informations   du   livre,   et   tout   m'a   l'air   tout   à   fait 
authentique,   Sofia;   les   auteurs,   les   références,   les 
citations,   les  lieux,  les   personnes  nommées...   tous 
des   physiciens,   psychologues,   neurologues, 
sociologues,  et j'en passe; bien ils sont  tous bel et 
bien   existants,   et   même   plutôt   actifs   dans   leur 
domaine... du moins, sur la bonne dizaine de noms 
que j'ai vérifié ces derniers jours; la plupart de ces 
gens viennent du milieu académique, et les autres, 
de   centres   de   recherches   privés   ou 
gouvernementaux.   J'ai   bien   peur   qu'on   n'ait   pas 

167
affaire à un projet falsifié. Si ça avait été le cas, je 
serais   pas   venu   jusqu'ici   pour   te   montrer   ma 
découverte…   La   meilleure   explication   que   j'aie 
trouvée  à ça, c'est que l'Université  de Lorenzo  ­le 
nom en soi­ est seulement qu'une couverture pour 
camoufler la véritable université où ces recherches 
ce   sont   tenues.   C'est   stratégique,   par   souci   de 
confidentialité et pour éviter les scandales. Mais, tu 
sais,   si   on   met   à   part   cette   histoire   d'université 
fantôme,   il   y   a   un   autre   détail   qui   a   retenu   ton 
attention, non? La Mort Blanche… ça te dit quelque 
chose?
– J'ai   remarqué   en   effet…   cela   me   fait   penser   aux 
expériences   qu'ils   ont   menées   au   MIT   durant   les 
années  '80. Des expériences  qu'ils faisaient  sur les 
rêves,  sur  leur  rapport  avec  le  comportement  des 
individus…   mais   rien   de   majeur   comme 
recherche…   ça   me   semblait   très   académique. 
Seulement   qu'une   esquisse   grossière…   une 
étincelle…

Une   étincelle…   et   Sofia   se   perd   dans   ses   pensées   à 


nouveau. Moi, j'essaie de me tenir en équilibre sur le fil 
de ses pensées.

– Oui…   une   étincelle.   Une   étincelle   qui   a   allumé   à 


elle seule un champ de recherche complet.
– Plus comme une bombe nucléaire, je dirais!
– Et   si   la   soi­disant   Mort   Blanche   est   une   de   leurs 
technologies… un de ces trucs qu'ils ont développé 
ces   dernières   années,   plutôt   que   quelque   chose 

168
qu'ils ont étudié, sans en être les créateurs? Et puis 
ça  servirait  à…  quoi?  À contrôler  les  rêves,  tiens! 
Non, encore mieux, à les manipuler, les remodeler, 
ou   les   reconstruire   selon   les   paramètres   de 
l'Opérateur, peu importe qui est­ce. Pourquoi pas… 
une   bande   de   concepteurs   travaillent   dans   des 
labos  à créer  des  rêves faits  sur  mesure ­in vitro!­ 
mais   en   utilisant   une   sorte   de   truc   hyper 
sophistiqué   qui   s'appelle   la   Mort   Blanche,   qui 
pourrait   être,   tiens,   une   drogue,   ou   bien   une 
machine   émettrice   d'ondes   à   très   basse   fréquence 
qui   stimulent   certaines   parties   du   cerveau   pour 
faire ressentir des émotions à la personne qui rêve. 
Or   on   se   servirait   de   ce   dispositif   ­de   la   Mort 
Blanche­   pour   leur   insérer   dans   le   crâne   leurs 
magnifiques   créations;   des   rêves   synthétiques, 
analogues   à   nos   rêves   habituels,   mais   trafiqués, 
comme reprogrammés, tu vois?
– Mais...   mais   ils   n'auraient   qu'un   pas   à   faire   pour 
pouvoir créer la première publicité sous forme de 
rêve! Un pub onirique... T'imagines le concept? De 
la sale pub qui attaque directement l'inconscient… 
Plus besoin de cacher des messages subliminaux de 
deux dixièmes de secondes entre des séquences de 
film, et plus besoin de recourir aux psychanalystes 
pour la conception d'une pub, pour y insérer toutes 
sortes de symboles drôles pour agiter l'inconscient. 
Et   par­dessus   tout,   on   oublie   aussi   les   firmes 
d'études  de  marché,  qui   pompent  des   milliards  à 
l'industrie!

169
Elle   devinait   mon   sarcasme,   je   m'en   doute.   Peut­être 
aurait­elle ri de ma théorie si elle n'avait pas entrevu le 
problème réel de la chose…

– Mais  ils  ne  peuvent  pas   avoir  développé   la  Mort 


Blanche en tant que gadget pour le domaine de la 
publicité,  Travis, mais bien comme  un instrument 
de   contrôle   social...   et   individuel.   Son   utilité,   à 
l'origine, c'est le contrôle de l'esprit. C'est l'Armée 
américaine   qui   a   développé   la   technologie   en 
premier,   puis   des   scientifiques   ayant   accès   au 
projet l'ont probablement récupéré... et utilisé dans 
l'industrie pour étendre ses effets à l'échelle  de la 
population   humaine   en   entier,   ce   qui   serait   une 
méthode   plutôt   ingénieuse,   en   fait!   La   meilleure 
façon   d'étendre   une   technologie   à   l'échelle   des 
masses   est   de   la   commercialiser...   de   la   rendre 
profitable pour  ceux qui la  mettent  en marché,  et 
attrayante   pour   les   consommateurs...   dans   le   cas 
présent, c'est les gouvernements! Ceux qui dirigent 
ce   grand   projet,   ils   n'ont   qu'à   se   tenir   derrière   et 
contrôler les masses de leur main invisible...
– Mais Sofia, tu peux m'expliquer comment ce serait 
si cette arme subconsciente  avait déjà  été mise en 
fonction...   je   veux   dire   depuis   des   années?   Parce 
que   dans   ce   livre   il   y   a   une   référence   –   quand 
même assez subtile­ à la date où le programme doit 
entrer en fonction… Lis ça, à la page 127, on dit que 
le projet devait entrer dans sa phase d'application 
dans les deux ou trois ans qui suivent la date où le 
rapport   a   été   écrit,   et   ça,   c'était   en   1998!   Alors 

170
j'aimerais   que   tu   me   dises   comment   les   gens   qui 
auraient   subi   cette   expérience   à   grande   échelle 
n'auraient   pas   pu   se   rendre   compte   de   se   qui   se 
passe   avec   eux…   de   ce   qu'on   est   en   train   de 
trafiquer dans leurs têtes. Parce qu'il aurait fallu un 
truc   vraiment   fort   pour   les   rendre   totalement 
inconscients   de   changements   si   radicaux   dans   la 
structure même de leur inconscient ou…
– simplement en leur faisant oublier leurs rêves… les 
rêves   manipulés   qu'on   a   insérés   dans   leur 
inconscient. Que leur système de perception ne s'en 
rende   pas   compte.   Comme   à   l'aide   d'un 
immunosuppresseur...

Mon   souffle   était   coupé   par   cette   seule   pensée.   J'y 


réfléchis quelques instants... mais tout me semblait bien 
clair.
 
« C'est... stupéfiant! »
 
J'étais, à vrai dire, complètement sidéré par cette idée… 
par   l'idée   d'un   quelconque   d'immunosuppresseur 
psychologique ou en des termes meilleurs...
 
– Un   virus!   Alors   la   Mort   Blanche   serait   un   virus? 
C'est ce qu'elle est, vraiment?
– Oui…  si on s'en  tient à ce rapport,  la  technologie 
serait conçue non pour créer des rêves, mais pour 
permettre  aux concepteurs  de rêves de les insérer 
dans   la   tête   d'un   sujet,   à   son   insu.   C'est   pas 
clairement   expliqué,   bien   entendu,   mais   la   Mort 

171
Blanche est toujours évoquée de cette façon, comme 
si c’était son utilité fondamentale…

Je suis frappé d'une forte impression de déjà­vu. Sofia 
qui   me   regarde   avidement,   les   yeux   resplendissants, 
pendus   au   bout   de   mes   mots;   la   lumière   tamisée   qui 
nous éclaire, nous donne cette chaude teinte orangée, et 
la bouilloire se mettant à siffler de la vapeur à tue­tête... 
J'ai l'impression de regarder un film, mon propre film, 
et que tout était prévu dans le script. Sofia accoure à la 
bouilloire,  et   revient   pour   nous   préparer   deux   petites 
tasses   de   tisane,   sous   mes   yeux,   avec   un   soin   rituel, 
mais lent et décontracté. Elle est douce, lente, et si belle. 
Je sens que ma tête va éclater, autant sous le poids de 
toute cette histoire, que de l'intensité que je ressens à ce 
moment.   C'est   beaucoup   trop   à   prendre   pour   mes 
neurones, tout ça...
 
– Sofia... J'y pense... j'aurais peut­être pas dû venir te 
réveiller   ce   soir.   Et   j'aime   vraiment...   ton   accueil. 
Seulement que j'ai eu peur... pour toi. Et quand je 
t'ai vue, tantôt...

Je   n'avais   pas   d'idée   où   je   m'en   allais   en   disant   cela, 


mais c'était plus fort que moi. La tension, trop forte en 
moi, le désir, insurmontable, et puis il y avait la fatigue 
­cet épuisement, dis­je!­ alors que je n'avais pas depuis 
les deux derniers jours.

Sur   ces   mots,   Sofia   me   regarda   d'un   air   vaguement 


suspicieux,   légèrement   craintif.   Était­ce   parce   qu'elle 

172
avait soudainement senti, à travers une faille dans mon 
regard ou dans ma voix, que je l'avais vue toute nue au 
lit, à travers la grande fenêtre de sa chambre? Peut­être 
en ai­je un peu trop dit... a­t­elle deviné enfin ce que j'ai 
pu apercevoir d'elle pendant qu'elle s'exposait dans tout 
sa nudité, telle une exhibitionniste somnambule. Elle se 
masse   lentement   la   gorge,   d'une   langueur   qui   retient 
particulièrement   mon   attention   durant   quelques 
secondes. 

­ J'ai pas dormi depuis deux jours, je suis fatigué, moi 
aussi, tu sais...

Son   regard   est   de   plus   en   plus  tendre   envers   moi,   et 


plus distrait à la fois, comme si ses yeux se détournaient 
de l'histoire très, mais très abracadabrante que je suis en 
train   d'esquisser   devant   elle,   pour   planer   dans   une 
autre dimension.  Son autre main s'efface dans la fente 
de sa robe de nuit, et descend entre ses deux cuisses. Si 
j'avais regardé de par le dessous de la table, peut­être 
aurais­je  vu  ses   mains  en   train  de   caresser  son   sexe... 
Mon regard est maintenant fixé sur elle, et malgré ma 
timidité nerveuse du moment (après tout, je n'étais pas 
venu ici avec l'idée de faire du charme à quelqu'un... ni 
qu'il ne  se  passe  quoi  que  ce soit d'autre),  je ne peux 
dévier   mes   yeux   des   siens.   Je   les   sens   attirés   par   un 
magnétisme   puissant,   alors   que   je   peux   plus   me 
détourner   de   ses   yeux.     Je   ne   peux   que   me   laisser 
emporter, maintenant... et je veux...oui je veux plonger, 
la tête première. Elle dépose son bras sur la table, et moi 
je glisse ma main sur la sienne. Elle est toute chaude. Je 

173
me et aussitôt à bander, très dur, dans mon pantalon. 
Ma bouche s'ouvre, et même si je n'ai rien à dire, je lui 
dis quelque chose. Je n'ai pas vraiment eu conscience de 
ce que je lui ai dit... ni encore de ce que je voulais lui 
dire   au   juste,   mais   je   ne   pouvais   simplement   pas   le 
retenir,  et c'est  sorti d'un  seul jet.  Peu importe ce que 
c'était. Puis sur ces quelques mots qui se sont évadés de 
moi   comme   un   étalon   de   son   enclos,   nos   deux   êtres, 
ceux de moi et Sofia, se sont fondus ensemble d'un seul 
coup, s'attirant comme deux aimants qui ne pouvaient 
plus   se   résister   mutuellement...   et   c'était   le   cas, 
littéralement.   J'ai   vu   Sofia   se   lever   rapidement   de   sa 
chaise et me sauter dessus tout en enlevant sa robe d'un 
coup sec, d'une ferveur qui oubliait tant ses manières et 
l'élégance de ses gestes que j'en eus un quasi fou rire. Je 
balaie la table du revers de la main, et prends Sophia, 
toute   nue,   par   les   hanches   en   expirant   de   frénésie, 
dominé   par   ma   folie   du   moment,   complètement 
subjugué. 

Et Sofia prononcer, crier vulgairement mon nom dans la 
langue   d'une   vulve   déchaînée.   Je   caresse   avidement 
tout   son   corps...   ne   pouvant   plus   me   retenir...   je 
l'embrasse   partout,   sur   ses   joues,   puis   son   coup,   son 
front, son, nez, son menton, je suce goulûment la pointe 
de   ses   seins,   déguste   son   torse,   son   trapèze,   ferme   et 
charnu, puis lèche son orielle, parmi son émoustillante 
chevelure onduleuse, et pour la première fois, oui pour 
la première fois, après avoir juteusement baisé sa joue, 
je déborde, et déguste ses lèvres, sans aucune retenue.... 
et   elles   sont   douces,   molles,   fraîches,   juteuses   et 

174
délicieuses. Je ne peux m'empêcher de la prendre... de 
lui faire l'amour.  Je mime  un lent et langoureux  va et 
viens   de  mon  bassin  sur  elle,  sur  son  corps,   puis  elle 
déboutonne mon pantalon et défait la fermeture éclair 
pour   en   avoir   plus,   elle   veut   mon   pénis,   et   le   prend 
entre   ses   mains,   joue   avec,   me   masturbe,   et   elle   jouit 
déjà.   Mon   pénis   sort   de   mon   pantalon   comme   un 
ressort, tout bandé qu'il est, et Sofia jouit de sa surprise. 
Je   crie   de   soulagement,   et   elle   explose   de   jouissance. 
Elle étend tout son corps droit devant moi et je caresse 
sa peau en de longues vagues, un mouvement de va­et­
vient de tout mon être. Ses courbes, ses formes glissent, 
bondissent,   se   durcissent   entre   mes   mains   pleines   de 
folie,   vibrantes   de   plaisir.   Elle   est   belle...   plus   que   la 
seule beauté de son corps. 

Mon corps me dit de la pénétrer, de forcer mon membre 
dans sa merveilleuse vulve toute durcie par la soif. Mon 
train s'efforce, je me force en elle, et... ah! Je suis dans 
son   corps...   je   me   sens   un   avec   elle,   maintenant! 
L'intérieur   de   son   vagin,   de   son   utérus,   il   brûle   de 
chaleur!   Je   commence   à   pomper   dans   son   corps 
maintenant, sans même y penser, et tout mon corps s’y 
met   par   lui­même;   au   martelage   répétitif   de   mon 
infernale machine, je suis livré au contrôle de la bête qui 
me possède totalement. La douceur de ses joues contre 
les   miennes.   Je   sens   sa   bouche   expirer,   sa   gorge   se 
tendre, laissant émettre de rauques sons de jouissance, 
de   longs   cris   rampants,   quelque   part   entre   la 
lamentation   et   l'extase.   Sa   jouissance   déchaîne   un 
démon qui dormait, dans un coma quelque part au fond 

175
de mon esprit dépossédé, une bête que je croyais morte, 
depuis   ma   plus   tendre   enfance.   Sa   tendresse   serrant 
mes cheveux dans ses douces mains, collant encore plus 
sa   tête  contre  la  mienne...   cette  chaude  tendresse,  elle 
m'enflamme.

Elle éclate de plaisir, elle s'exalte de sa propre surprise à 
se voir faire cet acte bestialement corporel avec moi... Et 
je   sens   exactement   la   même   stupeur.   Cet   acte,   c'est 
maintenant l'objet, et le sujet que nous sommes, et que 
nous   étions   dans   le   visqueux   marasme   de   nos   désirs 
refoulés   de   l'un   pour   l'autre.   Toute   l'anticipation   des 
deux putains de dernières années avait sévit au fond de 
nous   et   y   avait   construit   le   présage   halluciné   de   ce 
moment incroyable, et maintenant ce n'est plus caché au 
fond de nous... c'est nous, nous deux, nos deux corps et 
nos deux âmes en parfaite fusion les uns avec les autres. 
Je   la   pénètre,   la   pénètre,   et   la   pénètre   encore...   et   du 
sommet   de   notre   jouissance   mutuelle,   si 
réciproquement   concomitante   je   crie   en   elle...   On   crie 
ensemble   dans   notre   exaltation   sauvage,   je   sens   ce 
pétillement tout le long de mon sexe... Ça explose, Bon 
Dieu!   Et   ma   sève   gluante   asperge   sa   vulve,   crachée 
grossièrement   par   mon   pénis.   De   grosses   gouttes 
collantes qui volent vers son visage ébahi. Sofia voit le 
sperme gicler, et ne peut s'empêcher de se pencher, se 
précipiter sur mon pénis, l'envelopper de ses lèvres tout 
humides,   et   boire   le   liquide   blanc   en   suçant   mon 
membre comme un bonbon. Et elle se délecte, elle fait 
traîner sa voix rauque au fond d'elle­même.

176
Et puis tout se vide, et tout ralentit... le train arrive à la 
gare... nous  ralentissons  ensemble,  fondant  mollement 
l'un   dans   l'autre,   lentement,   sur   le   plancher   de   la 
cuisine. Je suis courbé sur elle, qui a encore mon pénis 
entre ses mains fatiguées,  le caressant  machinalement, 
et   on   s'embrasse   lascivement,   prenant   le   temps   de 
déguster nos lèvres, si lentement. 

"Viens te coucher avec moi... viens dans mon lit..." me 
chuchote­t­elle, son nez collé contre le mien. "Je te veux! 
Je te veux... Je..." lui répondis­je sans arrêt, alors que je 
la dégustais. 

J'embrasse le bout de son nez, et je soulève  son corps 
nu.   Son   corps   est   tout   ramolli   par   l'amour,   et   chaud 
comme  une  fournaise  entre mes mains.  Elle  me passe 
ses bras autour  du cou, pour se soutenir, et me sourit 
passionnément.   En  l'amenant   vers  la  chambre,  je  jette 
un   dernier   coup   d'oeil   à   l'horloge   de   la   cuisine.   Six 
heures trente­sept. Le soleil se lève, dehors. Le jour est 
gris, et la grisaille pénètre sa chambre. À l'approche du 
lit, je dépose doucement Sofia entre les draps, elle qui se 
courbe et se glisse instantanément dans ceux­ci comme 
un serpent, le visage plein de joie. Elle laisse sortir un 
petit   "oui"   dans   sa   profonde   et   contagieuse   transe.   Je 
suis certain que c'est le meilleur matin de sa vie... tout 
comme moi. 

Je me dirige à la fenêtre. Quelques  passants  matinaux 


m'aperçoivent   de   la   cour,   au­dehors.   Je   m'en   fiche 
totalement.   Je   tire   le   grand   rideau   pour   couvrir   la 

177
fenêtre,   et   avant   de   le   fermer,   j'aperçois   ma   quasi­
réflexion à travers la vitre... la réflexion d'un homme nu, 
découvert  et affirmé,  qui n'a  plus  peur  de rien.  Je me 
vois de l'autre côté de la fenêtre en fantôme, et celui, ce 
moi,   qui   est   là   est   au   même   endroit   sur   la   galerie,   à 
l'extérieur,   que   l'autre   moi   au   passé   était   lorsqu'il   est 
arrivé à l'appartement de Sofia, il y a quelques heures. 
Un   rire   m'effleure   durant   quelques   secondes,   puis   je 
ferme  totalement  les rideaux  devant  moi,  et me  glisse 
dans le nid tout chaud de Sofia.

Cette bête, c'est moi. J'ai grandi avec elle, et je vais aussi 
mourir avec elle. Et il y a quelques années, j'ai rencontré 
la bête en Sofia, et je n'ai pu retenir la mienne dans ma 
cage faite de trente­deux ans de conformité aux règles 
d'un   matérialisme   inhumain   qui   ignore   l'univers   des 
sens.   Nos   deux   corps   nus   s'entrechoquant 
mutuellement sont la parfaite rencontre entre nos deux 
bêtes enflammées, et désireuses de beaucoup, beaucoup 
d'affection.

Puis   je   me   réveillai   au   matin.   Son   dos   collé   contre   le 


mien, elle ronflait doucement. En fait, plus un délicieux 
ronronnement   félin.   J'osai   prendre   le   pouls   de   son 
corps, de sentir la chaleur de sa peau sous mes mains. Je 
n'arrivais   pas   encore   à   y   croire...   elle   était   à   moi 
maintenant. Bien rien que rien ne soit vraiment écrit à 
l'avance dans de telles relations, je savais, tout au fond 
de   moi,   que   le   pont   que   nous   deux   avons   traversé 
ensemble disparut derrière nos pas, au fur et à mesure 
que nous tombâmes dans un gouffre sans retour, et que 

178
peu importe ce qui devait arriver à partir de maintenant 
entre nous deux, cela naîtrait de notre union parfaite. 

La   lumière   blanc­bleuâtre   pénétrait   les   rideaux   de   la 


chambre,   persécutant   mes   yeux   sensibles   par   ses 
radiations sournoises. J'observai qu'elle donnait un ton 
livide   à   la   peau   de   Sofia,   sa   peau   qui   me   paraissait 
toujours  être d'un  teint  chaud  comme  celui  du cuivre 
donnait maintenant à son corps l'aspect d'une morte. Je 
l'imaginais morte, fanée, effacée de ce monde, ne lassant 
derrière   elle   qu'un   lugubre   souvenir   de   sa   chaude 
beauté. Peut­être aurait­elle cessé de vivre à l'apogée de 
son   existence,   après   avoir   connu,   tout   comme   moi, 
l'aboutissement de tout ce vers quoi ses pulsions de vie 
la  menaient.  Et  moi,  l'absurde,  je continuerai  d'exister 
stupidement   sans   elle,   en   vivant   simplement   pour 
vivre, et en attendant que je la rejoigne. Quelle pensée 
terrible que je ne pouvais  affronter…  Cela  ne pouvait 
arriver. Je ne compris pas comment je pus en arriver à la 
voir   sous   un  tel   angle   morbide,   horriblement   froid   et 
cynique. Je la pris dans mes bras sentant la chaleur de 
ses côtes, et la serrai contre mon torse. Au fond d'elle, 
elle émit un son de satisfaction,  résonnant de tout son 
corps jusqu'à ses lèvres.

Des   gouttes   tombaient   du   robinet   dans   la   cuisine,   et 


semblaient  être si amplifiées par la possible résonance 
des murs du couloir  en conjoncture  avec  l'angle de la 
chambre par rapport à la cuisine qu'il me semblait qu'il 
s'agissait en fait d'un marteau que j'entendais ainsi. Un 
marteau frappant incessamment dans le fond d'un évier 

179
en acier. Un des pires instruments de percussion jamais 
créés par l'homme,  ou simplement  une commodité  de 
l'assortiment ménager de la cuisine qui prenait, en fait, 
une tournure dramatiquement exagérée en se faisant un 
véritable instrument de torture pour mon esprit à peine 
éveillé.   N'y   a­t­il   pas   en   ce   monde   quelqu'un   qui   n'a 
jamais été dérangé par cette présence fantomatique qui, 
durant les moments de repos ou de douce mélancolie, 
façonne,   avec   des   bruits   aussi   naïfs   que   celui   d'une 
goutte  d'eau dans le fond  d'une cuvette de métal,  des 
bruits frappant dans le fond de notre esprit comme une 
enclume tombant dans l'eau, et retombant encore dans 
la   même   eau   jusqu'à   l'éclatement   des   dignes   qui 
retiennent  le fleuve serein. Bref, je n'ai jamais compris 
quelle   force   mystique   est   en   action   lorsqu'il   s'agit   de 
briser ma paix, et me forcer, par la pression de l'anxiété, 
à quitter mon état de calme contentement pour mettre à 
me préoccuper de ses petites choses extérieures qui, les 
unes   après   les   autres,   comme   dans   une   collaboration 
discrète   ­ou   une   conspiration   simplette­   vont   me 
précipiter   dans   la   fadeur   calculée   des   devoirs 
quotidiens.   Et   ces   choses   sont­elles   vraiment 
importantes, après tout? Le bonheur ne s'arrête­t­il pas 
lorsqu'on   le   laisse   de   côté   pour   des   choses   moins 
importantes,  pour que ainsi une fois que nous soyons 
asservis   par  le   complot   des  objets   ménagers   et  autres 
mécanismes   envahissants   de   la   réalité   quotidienne, 
nous   ayons   à   regretter   sempiternellement   l'état   de 
chaude   béatitude   dans   lequel   nous   baignèrent 
auparavant? Et si je ne me levais pas pour aller fermer 
le   robinet,   ne   va­t­il   pas   se   taire   par   lui­même, 

180
subitement, comme  si quelqu'un  l'avait tait pour moi? 
Et   ainsi   tout   resterait   pareil...   je   n'aurais   qu'à   me 
rendormir,   tout   collé   contre   elle,   doucement,   sans   la 
réveiller, et ne plus avoir à me faire irriter par un satané 
robinet. 

Mais   les   gouttes   continuaient   de   tomber,   une   après 


l'autre,   l'une   identique   à   l'autre,   à   des   intervalles 
parfaitement   réguliers.   Le   symbole   même   de   la   folie 
dans la constance. Elles tombaient avec tant de lourdeur 
maintenant  que   je   sentais   le   fond  de   l'évier  vibrer  au 
contact   de   sa   chute.   Je   le   sentais   même   se   déformer 
quelque  peu en vibrant, autant que la peau d'un tam­
tam, puis reprendre sa forme initiale une fois le choc du 
marteau oublié.

Je sentais une inquiétude au fond de moi, faible, mais 
néanmoins présente. Quelque chose avait été changé, je 
le   sentais,   mais   ne   pouvais   me   figurer   de   quoi   il 
s'agissait. Ce n'était pas entre moi et elle... c'était autre 
chose, quelque chose d'extérieur au monde entre nous 
deux. Cette impression de s'être fait avoir... mais dans 
un   piège   totalement   indiscernable.   Mais   pour   fuir 
encore   vers   le   petit   monde   duveteux  qui  est   né   entre 
moi et Sofia, je replongeai et m'endormis. Si elle était ce 
piège que l'on m'avait tendu, eh bien je saute en lui la 
tête première. Alors que je me rendormis, je remarquai 
que   les   gouttes   d'eau,   hors   de   toute   attente   logique, 
cessèrent de tomber et le tambour se tut.

181
Comment   ont­ils   pu   créer   cette   Mort   Blanche?   Toute 
cette   histoire,   elle­même,   tient   du   rêve.   C'est   comme 
s'ils avaient créé une sorte d'esprit, une entité faite de la 
chair des dieux, possédant les mêmes pouvoirs que des 
dieux sur notre psyché. 

Peut­être était­ce plus simple que ça en avait l'air. Peut­
être   que   quelqu'un,   à   un   moment   quelconque   dans 
l'Histoire,   aurait   trouvé   une   hypothèse,   qui   devint, 
après   maintes   et   maintes   expériences   ambitieusement 
farfelues,   une   théorie;   qui,   quant   à   elle,   devint   une 
découverte   –   la  découverte   d'un   maillon   faible,  d'une 
erreur   de   la   création.   La   découverte   d'un   virus 
universel,  écrit   à même  le  code   génétique   de  tous  les 
êtres vivants de l'univers, attendant seulement qu'on le 
trouve et qu'on le déchaîne quelque part entre le rêve et 
la réalité. Une mémoire de la fin des temps, comme s'il 
s'agissait d'une bombe à retardement, qui enclencherait 
son mécanisme apocalyptique dès qu'elle serait trouvée 
par un ou quelques  individus  aux sinistres ambitions. 
Pas   exactement   une   erreur   fatale   de   la   Création, 
susceptible   de   causer   instantanément   la   mort   de 
l'univers   en   entier   en   un   seul   instant,   mais   plus   une 
mince,  très  mince  faille  presque  imperceptible,  brisant 
les   murs   de   la   réalité   au   fur   et   à   mesure   que   celle­ci 
prend   forme   dans   l'esprit   des   naïfs   mortels.   Mais   ce 
n'est   pas   vraiment  à   une   fin   que   cette   bombe  amène, 
mais   plutôt   à   une   sorte   de   renouvellement.   Pensons 
plus   à   des   milliers   de   personnes   tissant   plusieurs 
mondes   entre   eux,   les   refermant   ensemble   telle   une 
fermeture éclair; plutôt que des millions de personnes 

182
sautant toutes ensemble dans un gouffre infernal sans 
aucune  issue. Tisser des mondes  entre eux,  les lier de 
façon   tellement   subtile,   de   façon   à   ce   qu'aucun   ne 
distingue la frontière lorsqu'il la franchit, mais qu'il la 
sente   finement   comme   une   brise   sur   leur   front. 
Pourquoi pas?

Je   ne   sais   pas.   Tout   me   semble   intangible.   Je   ne   suis 


certain que de ce que je sens, intérieurement... et là est 
la   vérité   qui   m’est   irréfutable.   Et   ce   que   je   sens, 
maintenant, est je suis en lien avec elle. Il n'y a que moi 
et elle,  c'est ce dont je suis sûr.  Je la  croise dans  mon 
rêve, et elle me parle. Sofia me parle pendant que je ne 
l'entends   pas   de   mes   oreilles,   mais   d'un   sens   encore 
plus  profond  que des oreilles  faites  de chair.  Certains 
diraient qu'il s'agit d'illusions. Mais eux ne savent pas, 
car   lorsqu'ils   rêvent,   ils   ne   font   qu'entendre   les   sons 
déformés,   amplifiés,   qui   proviennent   en   réalité   de 
l'environnement  physique  où  ils dorment.  Comme  les 
horribles grognements  d'une obscure bête infernale ne 
se   révèlent   être   en   fait   que   le   vacarme   d'un   camion 
remorque   passant   sur   le   pont   juste   au­dessus   de 
l'endroit   où   ils   campent;   ou   simplement   comme   les 
battements   du   ventilateur   de   leur   chambre, 
métamorphosés  dans  le  tissu   même  de  leurs  rêves  en 
des battements d'ailes d'un oiseau géant, grand comme 
un avion de ligne. Non, ces gens ne voient pas, ils ne 
font qu'imaginer. Cela va bien plus loin que les limites 
de l'inconscient... cela concerne la conscience elle­même. 

183
Au matin, Sofia m'attendait à la cuisine. Des sons et des 
odeurs   de   cuisson   imprégnaient   l'appartement   d'une 
odeur   âcre,   mais   agréable.   Pétillements   et   senteur 
d'oignons  et de saucissons  épicés cuisant  dans  l'huile. 
Bruits   de   bouillonnement   d'œufs   résonnant   dans 
grande   casserole   musicale.   Je   m'habillai   et   allai   à   la 
cuisine.   Ma   place   à   la   table   fut   déjà   préparée.   Sofia 
m'accueillit   simplement,   d'un   magnifique   sourire 
attentionné, sans m'adresser un seul mot. Elle n'en avait 
pas même pas besoin. Je savais. Elle avait même remis 
mes   notes   à   ma   disposition,   au   centre   de   la   table. 
Splendide.   Si   seulement   toutes   les   matinées   étaient 
comme celles­là!

N'échangeant  aucune  parole, nous avons déjeuné, une 


face contre l'autre, calmes, sobrement satisfaits de notre 
premier   échange   sexuel,   et   pleinement   conscients   de 
notre   amour   mutuel,   qui   était   devenu   maintenant 
palpable comme le roc, franc et indubitable. La paix du 
matin, celle d'une nouvelle ère. Après être restés à nous 
regarder droit dans les yeux durant une éternité, nous 
avons continué ou j'en étais hier, car il me restait à lui 
parler de quelques détails importants, et ça ne pouvait 
pas attendre. Car ce n'est pas par un geste désespéré de 
flirt  que   je   suis  atterri  chez   elle  en   plein  milieu   de   la 
nuit,   sans   même   prévenir;   c'était   avant   tout   pour   la 
mettre en garde.

Je lui ai expliqué ce qui la menaçait. Ce n'était pas très 
compliqué,  en fait... il fallait simplement  qu'elle n'aille 
pas au travail, n'utilise pas l'Internet à la maison, qu'elle 

184
ne fasse aucun appel téléphonique, retire toute l'argent 
liquide qu'elle pouvait et... s'en aille le plus loin possible 
d'ici, et dans un endroit sûr, si ça se trouvait. Je savais 
qu'elle avait déjà deviné ce qu'elle devait faire, et après 
tout, c'est elle qui m'avait intéressé à toute cette affaire. 
Elle   était   la   personne   la   plus   éclairée   par   rapport   au 
péril de cette situation. 

« Sofia, tu dois fuir... tu le sais? »

Elle   le   savait,   mais   même   temps   j'observai   dans   ses 


yeux   la   sombre   lueur   de   notre   séparation,   car   elle 
savait,  aussi,  plus  que  moi  que  si nous  disparaissions 
tous  les deux  ensemble,  notre  plan  allait  être perdu  à 
jamais.

– Il   faut   se   disperser...   du   moins   pour   un   certain 


moment.   Ces   gens...   ils   peuvent   me   dépister 
facilement. Ce sont les agences de renseignements, 
et   je   crois   bien   qu'ils   doivent   tous   travailler 
ensemble.   Interpol,   M16,   la   NSA,   la   CIA   et   tous 
ceux  qui  collaborent  avec  ces  agences,  ils  doivent 
toutes s'être penchés sur mon cas. C'est après tout 
avec ma carte que t'as pu pénétrer la Bibliothèque 
Centrale. Ton accès a sûrement été la goutte qui a 
fait déborder leur vase. Mais on devait savoir...
– Quelqu'un peut nous aider, Sofia... j'ai oublié de te 
dire.  C'est un professeur  au MIT...  mais  personne 
ne doit savoir qu'on  s'en va le rencontrer.  Tiens... 
voilà son contact. Il enseigne dans le champ de la 
résonance... de l'électromagnétisme,  et puis de ses 

185
effets   psychosociaux.   Il   s'est   mis   sur   l'affaire   des 
disparitions   durant  les  dernières  années,  alors  lui 
aussi   il   sait   ce   qu'il   passe...   même   si   je   sais   pas 
jusqu'à quel point. Et par­dessus tout ­puis c'est ce 
qui importe le plus­ il est fiable. Je lui ai parlé avant 
hier,   et   lui   semblait   être   capable   de   nous   fournir 
une couverture durant un certain temps. Il semble 
avoir   de   bons   moyens.   Un   mouvement   de 
résistance s'est déjà formé, et il s'y est joint depuis 
un   bout,   même   s'il   garde   sa   collaboration   à   un 
niveau  très  bien   camouflé.  Nous  aussi   on  devrait 
s'y   joindre.   On   peut   pas   rester   isolés   trop 
longtemps... c'est dangereux. 

Nous conclurent ensemble qu'il fallait se séparer, qu'elle 
devait   rejoindre   la   cellule   de   résistants   et   qu'on   se 
reverrait...   une   fois   qu'elle   serait   plus   en   sécurité.   La 
dernière chose que je me rappelle de ce moment... c'est 
que sommes tombés silencieux, et nous sommes mis à 
nous regarder dans le blanc des yeux durant un temps 
incalculable, en se tenant doucement la main et oubliant 
tout   de   l'univers   qui   nous   entourait.   Après   cela,   c'est 
drôle... je ne me rappelle pas vraiment  comment nous 
nous sommes quittés.

Ce   fut   mon   erreur   de   la   laisser   à   elle­même,   je   crois. 


J'aurais   pu   insister,   pour   la   protéger,   ou   au   moins 
l'aider à surveiller ses arrières, et faciliter sa fuite. Je sais 
qu'il n'y avait pas grand­chose à faire contre ceux qui la 
visaient.   Un   homme   ne   peut   rien   contre   une 
organisation   faite   d'imposteurs   et   d'assassins   de 

186
carrière. Fuir était la seule solution.  Et elle, d'un autre 
côté, avait l'assurance de pouvoir veiller sur elle­même; 
ce   dont   je   n'ai   pas   douté   sur   le   coup...   mais   les 
conspirateurs  sont  futés,  et leurs  ressources  dépassent 
l'entendement. Ce qu'ils lui ont fait, ils l'ont fait avec la 
redoutable   efficacité   qu'on   reconnaît   habituellement   à 
un dieu,  ou au  Destin,  selon  les  croyances;  soit d'une 
précision inouïe, en se dégageant, hors de toute atteinte, 
de   toute   responsabilité,   et   en   remettant   celle­ci   sur   le 
dos du hasard, ou d'un stupide manque de prudence...

Alors   que   je   vois   les   paysages   glaciaux   défiler   par   la 


fenêtre   du   train,   je   me   demande   si   je   la   reverrai   un 
jour... ou si elle me reviendra, par quelque  irrationnel 
dénouement  que ce soit.  Cette  injustice  ne restera pas 
sans   réponses,   et   leur   grand   stratagème   finira   par 
échouer,  au moment  opportun.  Je le sais... même  si je 
suis dans la plus grande position de faiblesse. 

Pour l'instant, j'ai décidé de fuir en prenant le train... la 
seule   façon   de   faire   de   grandes   distances   en   passant 
inaperçu, et de rejoindre mon contact. Pas de barrages 
routiers, pas de surveillance aux stations­service, ni de 
la   part   des   chauffeurs,   si   j'aurais   pris   l'autobus. 
L'anonymat est un autre avantage... et puis ce train est 
plutôt lent, or je peux toujours sauter alors qu'il est en 
marche, sans risque de me blesser gravement, advenant 
que les choses se compliquent. 

Je vais avoir une réponse au bout du chemin; c'est ce en 
quoi j'ai toujours cru. La résistance... ce mouvement de 

187
résistance,   c'est   ce   qui   m'y   attend,   même   si   je   n'ai 
aucune   idée   d'à   quoi   m'attendre.   Et   Sofia...   c'est 
seulement  de l'autre  côté,  de leur  côté,  que  je pourrai 
espérer la revoir.

*   *   *

La  femme   était  à mes  genoux,  morte  et   ensanglantée. 


C'est en la voyant, son délicieux  corps recroquevillé  à 
mes   pieds   que   me   sentit   être   l'outil   d'une   cause   plus 
grande. Je suis un disciple, un disciple d'une doctrine, 
et   d'une   autorité   qui   a   dominé   le   monde   depuis   des 
millénaires. C'est d’elle dont provient mes commandes, 
et c'est par ses commandes que j'enlève la vie… et c'est 
par   eux   que   j'obtiens   plus   de   vie.   Ici,   il   y   avait   une 
femme qui nuisait à l'ordre public par ses complots, et 
avait transgressé la Loi durant des années, sans aucun 
remors ni aucune crainte. Elle l'avait un peu cherchée, 
cette femme surnoise.

­ Alors qu'est­ce qu'on fait avec le corps, Clarence?

­Tu dois t'en débarrasser, comme à l'habitude! Elle est 
plus   d'aucun   intérêt   pour   nous...   Laisses   tomber   les 
questions et débarrasse­t’en au plus vite.

­Mais...

188
­Tu   sais   quoi   faire,   je   t'ai   tout   montré.   Il   y   a   une 
technique appropriée pour ce genre de situation. Et dis­
toi   qu'il   te   reste   que   dix   minutes   pour   la   faire 
disparaître.   Dix   minutes!   La   police   s'en   vient,   et   je 
pourrai pas te couvrir pour cette fois­ci, donc si tu veux 
pas te faire prendre la main dans le sac... Bon, je te fais 
confiance, j'ai une affaire urgente à régler.

Il me parlait d'un ton rigide. Non colérique, ou même 
intransigeant,   mais   plus   du   ton   de   celui   qui   a   des 
problèmes bien plus importants à résoudre que le mien. 
Il m'apparut une dernière fois dans le cadre de la porte, 
et   à   travers   forte   lumière   du   soleil,   il   n'était   qu'une 
longue   et   mince   silhouette   sombre,   sans   visage 
perceptible.   Il   tira   une   dernière   phrase   de   son   ton 
hautain : 

« Une fois de plus, t'as perpétué l'Histoire. Finis bien le 
boulot, et tu vas avoir ton dû. » 

Puis il disparut dans le lourd soleil de l'après­midi,  et 
la porte se referma sur moi, seul avec ce corps dont je 
devais me débarrasser. 

Il   avait   raison.   Ce   corps   n'a   plus   d'importance.   La 


personne   qui   l'anima,   jadis,   n'a   plus   aucun   espoir   de 
revenir  à la vie.  Il n'y  a plus de "peut­être" pour  elle. 
C'est   fini.   Plus   rien  ne  pourra  naître   de  ce  cadavre,  à 
part quelques plantes si on l'enterre au bon endroit, pas 
trop profondément,  dans un jardin de parc municipal. 

189
Les enfants qui jouent autour, les vieillards qui jettent 
des miettes aux oiseaux, les ados fumant de l'herbe sur 
la pelouse, personne ne se douterait de rien. Cette triste 
fatalité,   moi   j'ai   toujours   trouvé   ça   jouissif, 
merveilleusement jouissif.

Une mort rapide et douloureuse, c'est ce qu'elle a eu. Si 
rapide  qu'elle  ne s'en est pas vraiment  rendu  compte, 
du   moins   pas   assez   pour   tenter   de   s'en   sortir   ou,   au 
moins,   tenter   de   chercher   du   secours,   par   tous   les 
moyens possible. Je me remémore la scène, et sais que je 
n'arrêterai   pas   de   m'en   rappeller...   Je   la   surprit   de 
l'arrière alors qu'elle traversait le couloir pour sortir de 
l'appartement,  ne se doutant de rien. Elle s'y attendait 
peut­être,   mais   pas   de   cette   façon...   pas   d'une   façon 
aussi furtive, et aussi précoce. Bondissant de l'arrière en 
restant parfaitement silencieux, je passai rapidement un 
fil d'acier autour de son cou, et je fermai les yeux, pour 
me   concentrer   à   taire   tout   signe   de   remors.   Je   tirai, 
toujours plus fort, pour que le collier l'étranglât le plus 
vite possible. Puis quelques secondes passèrent et ce fut 
Clarence qui sortit de l'ombre, de la chambre à droite, et 
il se rua vers la femme, tenant son couteau à la hauteur 
de la taille. Il ne fit pas simplement que donner un coup 
à la poitrine avec le couteau, il se jeta littéralement sur 
elle,   heurtant   son   corps   sur   son   corps,   et   me   faisant 
presque   perdre   l'équilibre   sous   le   choc.   Au   coup   du 
couteau qui pénétra son torse, et en découpa une partie 
dans un sec mouvement qui atteint son coeur, la femme 
lâcha   un   bref   cri   de   douleur,   la   tête   pointée   vers   le 
plafond, et ce cri sonna  étrangement comme un cri de 

190
jouissance, au point culminant d'un orgasme, mais d'un 
orgasme  retenu.   Ce  fut   son  dernier   souffle.   Sa  tête  se 
déposa dans mon cou, sa joue collée contre la mienne. 
Je sentais son parfum, et pendant quelques secondes, je 
sentais le désir monter en moi, le désir pour elle, alors 
qu'elle fondait sur moi. Mon organe était collé sur ses 
fesses   bien   fermes,   entre   ses   deux   fesses   moulées   à 
travers   de   sa   jupe,   et   j'eus   presque   une   érection 
complète. Puis c'est à  ce moment que je vis qu'elle était 
morte, maintenant. 

Son corps était tout chaud. Je l'aurais baisée, si je l'avais 
connue   dans   un   autre   contexte.   Elle   ne   m'aurait   pas 
résisté, comme toutes  les autres. J'aurais aimé jouir en 
elle, mon corps contre le sien, ici dans son lit. Mais je 
n'aurais pu suivre deux  voies en même  temps... celles 
de   la   baiser   et   de   l'assassiner.   Dans   ce   métier   ils 
interdisent   d'avoir   les   relations   avec   les   individus 
impliqués   dans   les   affaires,   et   quand   les   affaires 
interfèrent dans la relation avec quelqu'un, bien soit on 
s'écarte et laisse un autre agir à notre place, ou soit on 
perd son emploi. Sinon, bien, il y a trop d'interférences 
émotives,   et   puis   on   ne   peut   pas   faire   le   boulot 
correctement,  et parfois  certains  agents  y  laissent  leur 
vie à défendre leur bien­aimée, inutilement,  car celles­
ci y passent  de toute  façon.  « Au Paradis,  les oiseaux! 
Ici, c'est le règne de l'Homme. » comme Clarence aimait 
si bien le dire. Et puis une voie avait été choisie, et je ne 
pouvais pas revenir en arrière.  

191
Je   regardais   dans   les   yeux   d'acier   de   Clarence,   l'air 
incroyablement   sérieux   et   concentré,   et   il   retira 
finalement   sa   lame,   fatigué.   Puis   la   femme   tomba 
mollement sur le sol, tel un sac inanimé de chair, d'os et 
de sang. Je ne sais pas ce qu'il ressentait... je veux dire 
comment il se sentait de l'avoir tué, mais à en juger son 
air tiède et ses gestes machinaux ­sa façon générale de 
traiter avec tact de ce genre d'affaire­ c'était le vide là­
dedans. Elle n'était pour lui qu'un numéro, simplement. 
Qu'un numéro à éradiquer, comme beaucoup d'autres.

Voilà comment elle a été tuée. Et je dois refaire sa mort 
maintenant.   Sa   mort,   sa   nouvelle,   sera   rapide,   encore 
plus sordide, mais devra  être tout aussi convaincante. 
Mais   elle   devra   être   accidentelle,   et   s'éloigner   le   plus 
possible de l'assassinat. Comment?

La cigarette au lit. Oui... ici on a une mort très crédible, 
et très difficile à remettre en doute par les enquêteurs, 
du   moins   si  je   suis   assez  minutieux.   Je  sais   que   cette 
affaire sera étouffée, de toute façon. Je fus informé que 
des   personnes   bien   positionnées   vont   tout   faire   pour 
fermer l'enquête et pour que les autorités n'en arrivent 
qu'à   une   conclusion   de   mort   accidentelle,   et   ce,   peu 
importe le génie de l'enquêteur qui sera sur cette affaire, 
et   peu   importe   la   qualité   des   preuves   qu'il   aura   en 
main.   Il   y   a   des   personnes   dans   le   gouvernement 
­commissaires   de   police,   coroners,   enquêteurs, 
procureurs ou autres­ qui, à cause de la qualité de leur 
position,   sont   payées   pour   passer   toutes   sortes 
d'informations   sous   silence,   pour   cacher   des   données 

192
"sensibles", ou même pour créer des mensonges à peine 
crédibles, ou simplement manipuler les faits. Ils le font, 
car ils en ont la capacité, et aussi car ils sont très bien 
payés   pour   le   faire.   Et   pour   les   payer,   on   le   fait   en 
privilèges   de   toutes   sortes,  allant   des   services   sexuels 
aux   vacances   à   la   pourvoirie,   ou   aux   voyages   toutes 
dépenses   payées   dans   une   destination   de   leur   choix; 
mais   il   s'agit   plus   souvent   de   promotions   ou   de 
bénéfices   politiques   à   long   terme,   leur   permettant   de 
progresser dans l'échelle du pouvoir. C'est leur bonus, 
leurs "à­côtés" professionnels. 

D'un   autre   côté,   Clarence,   tout   comme   mes   autres 


formateurs,   m'a   toujours   dit   de   ne   pas   prendre   de 
"risques de paresseux". Je ne dois pas me préoccuper de 
l'issue   d'une   éventuelle   enquête,   mais   seulement   et 
uniquement   d'être   minutieux   jusqu'aux   moindres 
détails, et recréer les choses telles qu'elles le sont dans la 
réalité...   évidentes,   poétiquement   évidentes.   Car   tout 
élément   de   doute   doit   être   dissipé,   effacé,   ou   bien 
occulté   sous   un   barrage   d'indices   falsifiés   qui 
détournent la vérité.

Tout mensonge peut fonctionner relativement à la façon 
dont   on   le   raconte,   mais   un   mensonge   appuyé   d'un 
autre ­sinon d'un système de mensonges interreliés­ est 
de loin plus efficace, je le sais d'expérience. Et c'est moi 
qui   suis   chargé   de   m’occuper   à   créer   cet   "autre" 
mensonge.

193
Je   tourne   le   corps   sur   son   dos.   Beaucoup   de   sang   a 
coulé sur la moquette du corridor. Une chance que ce 
tapis   est   épais   et   qu'il   est   doublé   d'une   semelle   de 
caoutchouc,   car   pas   une   goutte   de   sang   n'a   taché   le 
plancher   de   bois   franc.   Le   cadavre   saigne   encore   un 
peu.  Je roule un rebord du tapis et tire le tout pour faire 
glisser   le   corps   vers   la   chambre   à   coucher.   Le   tapis 
résiste   un   peu   au   départ,   l'humidité   l'ayant   collé 
quelque  peu au plancher  verni, mais je parviens, avec 
un   peu   d'efforts,   à  traîner   le   tout   jusqu'à   la   chambre. 
Rendu   au  grand  lit  au  fond  de  la  pièce,   je passe  mes 
bras en dessous de ses aisselles, la soulève, et la glisse 
sur  le   lit,  en  prenant  soin  de  ne  pas  laisser  couler   de 
sang sur le plancher. 

J'enlève   la   veste   noire   de   la   femme,   et   ensuite, 


lentement,   sa   mini­jupe   rouge,   prenant   soin   de   sentir 
ses  courbes,   et  la   chaleur  de   son   corps.   Elle   porte   un 
string  mauve,   dont   le   mince   triangle   du   devant   ne 
couvre   que   sa   vulve,   révélant   de   grosses   lèvres 
charnues, et un petit peu de poil. “Quel déclice!” je me 
dis,  en glissant  le reste  de sa  jupe  comme  si j'étais en 
train de déballer un précieux cadeau... que j'ai volé. Ses 
jambes sont sublimes, d'un bronzage parfait, doré. Celui 
d'une   femme   qui   prenait   une   attention   discrète   à   se 
sentir  osée.  Quelle  coquine!J'effleure  ses  cuisses,   et en 
profite pour les caresser, avidement... puis c'est tout son 
corps que je me mets à déguster. Je la tourne sur le côté, 
pour mieux l'admirer, et le string qu'elle porte révèle un 
fessier splendidement courbé, généreusement bombé, et 
bien   en   chair;   des   fesses   musclées,   mais   juste   assez 

194
douces, voluptueuses,  pour être excitantes  au toucher. 
Elles sont encore chaudes. Celui qui avait l'honneur de 
baiser   avec   cette   femme...   de   toucher   ce   corps,   de   le 
pénétrer, et de la faire jouir... quel salopard! Je ne sais 
pas s'il était conscient de sa chance. Et j'ai cette chance... 
maintenant!   Elle   m'appartient,   à   moi   seul.   Je   sens   la 
chaleur   monter   en   moi,   ma   queue   est   si   dure   qu'elle 
veut sortir, et je veux, je veux absolument la sortir... Je 
veux le faire. Mais...J'aurais passé quelques instants de 
plus   à   tourner,   retourner,   caresser   et   même   baiser   la 
merveilleuse chair intacte de son corps, mais j'avais une 
tâche à accomplir. Je m'arrête queques instants, regarde 
ailleurs, me calme, et réalise la chose avec une certaine 
distance. Avec une morte, non. Peut­être si elle dormait, 
était   inconsciente   ou   sous   l'effet   d'une   drogue,   peut­
être... mais pas avec une morte. C'est tordu!

Je la retourne sur le dos, j'étends ses bras sur les côtés, 
écarte   un   peu   ses   jambes,   et   je   vais   chercher   les 
ingrédients finaux du grand mensonge.

Je reviens  de  la  cuisine  avec  une  bouteille  de  Tequila 


blanche.   Je   fouille   un   peu   la   sacoche   de   la   femme. 
Tampons,   clés,   rouge   à   lèvres,   paquet   de   cigarettes 
américaines, téléphone mobile, montre en argent, petit 
carnet de notes, pastilles à la menthe et quelques bouts 
de papier. Je sors le paquet de cigarettes, le dépose sur 
la   petite   commode   à   côté   du   lit,   et  la   sacoche   à  côté. 
J'ouvre   la   bouteille   de   Tequila   et   verse   doucement   le 
liquide   sur   une   grande   partie   du   corps,   jusqu'à 
l'extrémité de la main gauche.

195
Je prends  bien  soin  de mettre les empreintes  digitales 
de la femme sur la bouteille, en serrant les doigts de sa 
main droite contre le verre, et laisse tomber la Tequila à 
l'aveuglette, sur le bord du lit. Le reste du liquide coule 
sur   le   sol   derrière   moi,   pendant   que   je   vais   rouler   la 
moquette pour m'en débarrasser plus tard, en un autre 
lieu très loin d'ici.

Je   reviens   au   lit.   Rien   n'a   changé.   Le   silence   total 


opprime l'appartement, comme s’il était pour se passer ­
ou s'était passé­ quelque chose d'horrible, à seulement 
quelques  secondes  de maintenant.  Je réfléchis...  à rien 
en réalité. Je pense à ce qu'elle est devenue maintenant, 
elle   au   visage   mort,   aux   yeux   figés   par   un   terrible 
sentiment d'angoisse, du moins, je présume que c'est la 
dernière chose qu'elle a ressentie. 

Je sors une cigarette du paquet, l'allume, et prends une 
dizaine de tirées à travers un bout de papier essuie­tout 
avant   de   bien   prendre   soin   de   frotter   le   filtre   sur   les 
lèvres de la femme, de l'humecter avec sa salive, et de la 
coincer entre l'index et le majeur de sa main gauche. Les 
tisons   orange   de   la   cigarette   dessinent   peu   à   peu   un 
petit   rond   brun   fumant   sur   le   drap   blanc.   La   fumée 
s'élève, et quelques secondes plus tard, le bras gauche 
de la femme est en feu. J'ai fait mon travail. Le temps est 
venu   pour   moi   de   partir.   Je   roule   le   tapis   sur   lequel 
nous l'avons tuée, l'emporte et sors de l'appartement, en 
prenant  soin de verrouiller la porte derrière moi. Plus 
tard,   j'allais   incinérer   cette   importante   pièce   à 

196
conviction,  à quelques  deux cent cinquante  kilomètres 
d'ici.

On  devrait me reconnaître  comme  un héros  un jour... 


mon temps viendra, peut­être. Les héros ont rarement 
les mains propres, je le sais. Mon grand­père avait reçu 
la Médaille d'honneur pour avoir tué cinquante­quatre 
villageois d'un seul coup sur le front Pacifique durant la 
Deuxième   Guerre.   Tous   des   gens   qu'ils   croyaient   être 
des   soldats   japonais,   camouflés   en   civils.   Lui,   il   n'a 
jamais pu être fier de cet acte de bravoure, mais moi je 
n'ai jamais compris pourquoi.

En  la   voyant  brûler  au  centre  d'un  lit tout  enflammé, 


dans un dernier coup d'oeil que je jette du dehors par le 
coin de la fenêtre de la chambre, je ressens cette étrange 
impression   d'assister   à   la   mort   de   quelqu'un   que   je 
connais   plus,   beaucoup   plus   que   je   ne   saurais   le 
connaître. Un dernier coup d'œil sur le visage éteint de 
la femme et je crus reconnaître quelqu'un… mais même 
aujourd'hui je n'arrive pas à me souvenir de qui il peut 
bien   s'agir.   Durant   un   infime   moment,   alors   que 
j'apercevais sa dépouille brûler dans son lit, je me sentis 
lié à elle. Je ne sais pas pourquoi... mais c'est ce que je 
sentais.   J'avais   cette   impression   inquiétante   de   la 
connaître. Un peu comme si j'avais tué une petite amie 
de ma jeunesse dont je ne m'étais pas rappelé l'identité 
sur   le   coup.   J'aurais   pu   me   rappeler,   avec   plus   de 
temps, qui elle était… mais ma mission était de la tuer, 
et je ne devais pas m'attarder sur une morte.

197
Pas   de   chances,   maintenant,   qu'elle   survive,   de   toute 
façon; elle est calcinée, carbonisée... perdue à jamais. Je 
regarde   autour   de   moi.   La   cour   extérieure   du 
condominium est vide, pas d'autos, pas de passants, et 
un terrain vague à perte de vue devant moi. Je file en 
sourdine,  et dans quelques  minutes,  j'oublierai tout ce 
qui est derrière moi, à jamais. Comme  le rêve que j'ai 
fait   il   y   a   huit   jours   et   dont   je   me   fiche   totalement 
maintenant.   Ce rêve  qui  m'avait  terrorisé  au  point  de 
pisser   littéralement   dans   mes   pantalons   en   me 
réveillant.

Mais la nuit venue, le rêve revint à moi. Et cette fois il 
était plus clair, beaucoup plus clair... comme lorsqu'on 
voit un film une seconde fois après l'avoir visionné avec 
les yeux d'un malade délirant, ou d'un drogué. Dans la 
même nuit où je dormais presque sur mes lauriers, une 
fois   que   j'ai   été   récolter   ma   rétribution   pour   cet 
assassinat  parfaitement  réussi que j'ai commis,  d'avoir 
appris   la   juteuse   nouvelle   de   ma   promotion,   et   juste 
après avoir passé toute la soirée à célébrer ça dans un 
bar  du  centre­ville  avec  Carl,   et  s'être  éclatés   à  baiser 
trois   belles   délicieuses   adolescentes   suffisamment 
saoules et droguées pour tout faire ce qu'on voulait sans 
qu'elles   ne   se   rappellent   de   rien;   le   cauchemar   est 
revenu.   Malgré   tout   mes   efforts   pour   tout   effacer,   il 
revenait  encore une fois,  et cette  fois­ci, j'étais  terrifié. 
Était­ce   bien   moi,   en   train   d'écouter   quelqu'un 
d'invisible   me   parler,   d'une   voix   qui   ressemblait 
étrangement   à  la   mienne,   alors   que   je   voyais   un   film 
muet, bizarre et inquiétant, se dérouler autour de moi et 

198
en moi au rythme d'un manège pour enfants, du fond 
des marais de mon âme? 

199
200
Chapitre 5:

Révélations

201
202
Au dix­huitième siècle, sous la France illuminée par les 
grands esprits de la libération ­qui étaient plus libérés 
que   libérateurs,   en   fait­   vécut   un   mystérieux 
personnage   connu   sous   le   nom   du   Comte   de   Saint­
Germain. Coloriste, intellectuel, aventurier et conseiller 
auprès du roi Eugène XV, Saint­Germain se démarqua 
rapidement   parmi   la   haute   noblesse   par   son   esprit 
frondeur,   ses   profondes   connaissances   dans   de 
multiples   domaines   ­spécialement   l'occulte­   et   plus 
spécialement   par   ses   prétentions   quant   à   sa   propre 
longévité surhumaine. Sa singularité et ses aptitudes à 
s'immiscer   dans   les   hautes   sphères   de   l'aristocratie 
décadente   de   l'époque   lui   apportèrent   une   célébrité 
durant  plus  de deux  dizaines  d'années,  avant  qu'il ne 
disparaisse   de   la   France,   aussi   mystérieusement   qu'il 
eut   apparut.   Durant   ses   années   de   gloire   auprès   de 

203
l'aristocratie, il avait aménagé un laboratoire chimique 
dans une demeure cossue qui lui fut prêtée par le roi, et 
devint un éminent conseiller pour le monarque. Saint­
Germain  monopolisa   ainsi,  par   la  ruse,   des  privilèges 
que bien peu de gens, même dans la haute société, ne 
pouvaient jouir, tout en étant qu'un simple “intriguant”, 
au passé, à l'identité et aux motivations questionnables. 
C'est que cet homme  se disait être  fils d'un  prince  de 
Transylvanie,  ou du roi d'Espagne.  selon  les versions, 
mais jamais le doute d'un de ses pairs ne lui fit justifier 
la validité de ses prétentions, non plus que lui­même fut 
toujours   vague   ou   sarcastique   lorsque   vint   le   temps 
pour lui de démystifier les secrets de ses origines et de 
sa   provenance;   alors   qu'il   se   prétendait   avoir   vécu 
quelques centaines d'années, et selon certaines sources, 
durant   bien   plus   longtemps   que   cela,   faisant   des 
allusions à ses liens avec des instituteurs et des rois de 
l'Égypte   ancienne.  Aujourd'hui   certaines   traditions 
ésotériques, incluant les rosicruciens, croient que Saint­
Germain   vivrait   encore,   qu'il   serait   devenu   un   être 
transcendé,  ou  un  “Maître   ascendu",  comme  le  disent 
certains cercles gnostiques,  alors qu'on le croyait mort 
depuis le milieu du 17e siècle, et il fut même élevé au 
même   rang   que   Jésus   Christ   et   Moïse.   Ces   croyances 
proviendraient   de   quelques   mystiques   ayant   fait   la 
rencontre   avec   le   personnage   des   dizaines   d'années, 
voire   environ   cent   ans   avant   sa   dernière 
“manifestation”   officielle,   c'est­à­dire   alors   qu'il   avait 
été   surpris   en   train   de   forniquer   avec   la   douce   et 
juvénile   fille   du   comte   de   Flandres   et   une   suave   et 
pulpeuse   duchesse   d'Auvergne.   Saint­Germain   ­en 

204
valait­il   la   précision?­   était   fort   connu,   bien   entendu, 
comme   tout   bon   noble   de   cette   haute   société 
dyonisienne, pour avoir un penchant prononcé pour les 
affaires libertines, ainsi qu'une acuité surréelle pour les 
passions humaines en général. Il semblerait que Saint­
Germain,   depuis   sa   disparition,   se   soit   tenu   dans 
l'ombre, ou plutôt sous le couvert d'identités diverses. 
En   fait,   Saint­Germain   n'aurait   jamais   vraiment   été 
Saint­Germain,   mais   un   être   qui   traversa   l'histoire, 
comme   quelques   autres   de   ses   semblables,   trafiquant 
non  seulement  les identités,  mais  ignorant  les notions 
du temps et du vieillissement, et connaissant bien plus 
que tout autre être sur toute science de ce monde, sur 
n'importe   quel   savoir   émanant   d'une   civilisation 
ancienne,   moderne,   et   même   de   celles   demeurées 
inconnues des historiens et scientifiques contemporains, 
et   nul   autre   que   Francis   Bacon   et   le   mystérieux 
Christian   Rosencreutz   ­fondateur   de   la   Rose­Croix­ 
auraient été deux de ses plus célèbres manifestations de 
l'histoire   moderne.   Ce   personnage,   en   fait,   aurait   été 
membre ­et le rare survivant­ d'un ordre savant ancien 
qui aurait opéré non seulement sur toute l'Europe, mais 
surtout dans une bonne partie de l'Asie et de l'Afrique, 
et ce durant des milliers d'années, jusqu'à la chute de la 
civilisation égyptienne, et qui coïncida avec les débuts 
de l'Empire romain. La Confrérie du Serpent, c'était ce 
groupe mystique  dont Valevicius  Valencia  émanait,  et 
sa place dans l'Histoire se trouve dans cette vaste zone 
ombragée des millénaires d'histoire ­surtout orientale et 
africaine­ que nous n'apprenons pas dans les écoles, et 

205
qui ne se trouve que dans les livres d'histoire les plus 
difficiles à trouver. 

Depuis   le   siège   de   Rome   à   Alexandrie,   et   plus 


précisément   depuis   la   tragique   destruction   de   la 
légendaire   bibliothèque   d'Alexandrie,   l'histoire   a   été 
réécrite   par   les   empires,   et   dans   l'ombre,   plusieurs 
autres ordres occultes tentèrent de restituer la Confrérie 
à   travers   les   centenaires,   ou   bien   en   revendiquèrent 
l'héritage. Les Ophlites,  les maîtres soufis, le Prieuré de 
Sion,   l'Ordre   de   la   Rose­Croix   et   les   Illuminés   de 
Bavière   en   furent   les   principaux,   mais   toutes   ces 
sociétés secrètes  ne servirent, en fait, tôt ou tard, qu'aux 
intérêts  des  ennemis  de la  Confrérie,  qui  ont  toujours 
été   effroyablement   puissants   et   efficaces   dans   leurs 
stratagèmes   d'infiltration   et   de   manipulation   des 
associations,   groupes   et   sociétés.   Il   y   a   en   fait   deux 
forces   qui   gouvernent   ce   monde,   une   voulant   faire 
progresser   l'humain   vers   une   existence   riche, 
souveraine   et   universelle,   et   l'autre   perpétuellement 
déterminée   à   le   garder   là   où   il   est,   dans   son   état   de 
simianthrope,   pour   le   faire   paître   comme   un   mouton 
dans   son   marasme   existentiel   qui   ne   fait   jamais 
vraiment de sens. Au­delà de tout ce que j'aurais jamais 
pu m'attendre de la vie, je me suis étrangement trouvé 
en plein coeur de ce combat millénaire, dont l'issue se 
trouve toujours suspendue dans le temps, mais jamais 
réellement dans un espace particulier et atteignable de 
notre vivant; et c'est  cet étrange Valevicius Valencia qui 
m'y a plongé.

206
J'ai   connu   Valevicius   Valencia   pour   être   un   génie 
impertinent,   un   prodige   dans   l'art   de   la   fumisterie 
neurolinguistique,   de   rhétorique   pataphysique   et 
d'autres   formes   de   divagations   surréalistes 
perturbantes.   Ce   qu'il   y   avait   de   particulier   chez   ce 
Valencia était sa propension à se servir de l'impertinent 
pour  tirer  droit  à la  cible,  ou si vous  aimez  mieux  de 
transformer comme par magie tout ce qui est insensé et 
impertinent,   en   périphérie   de   ce   que   l'on   considère 
toujours   comme   important,   pour   en   faire   un   sujet 
dramatiquement  crucial. Il n'est pas, comme  plusieurs 
peuvent se l'imaginer, un dément dominé par sa quête 
très   personnelle   d'attention   ­ou   je   ne   sais   quel   autre 
parasite  sectaire­  que   l'on   peut  rencontrer  comme  par 
hasard à un arrêt de bus à trois heures quarante­cinq du 
matin. Non, Valencia  vient  nous voir  pour  une raison 
précise, toujours, et il s'agit toujours, aussi, d'une bonne 
raison. S'il s'agit de perturber les esprits, c'est toujours 
pour les éveiller.

C'est   du  moins  le  peu   que  je  connaisse   de  lui,  de   cet 
individu   implacable   qui   n'a   ni   nation,   ni   religion,   ni 
aucune   autre  appartenance   d'ordre   culturel,  politique, 
ou idéologique; mis à part qu'il s'agit d'un homme qui a 
voyagé sur tous les continents, peut parler couramment 
en dix­huit langues; qu'il a milité pour des dizaines de 
partis   et   d'organisations   à   intérêts   divergents,  a 
accumulé   une   fortune   immense   sur   les   marchés 
boursiers   mondiaux,  a   été   chercheur   pour   d'éminents 
centres   de   recherches,    aurait   enseigné   dans   une 
vingtaine d'universités partout dans le monde, et enfin 

207
écrit et publié une tonne de livres et d'essais, tous sous 
des   pseudonymes   et   en   trois   langues   différentes,   sur 
des   thèmes   aussi   divers   que   la   sociolinguistique, 
l'antipsychanalyse,   la   lutte   de   classes   dans   le   monde 
contemporain, les processus sociaux d'acculturation, un 
traité des couleurs,  l'herboristerie, la flore indigène  de 
Papouasie,   la   bioluminescence,   la   manipulation   des 
ondes   cérébrales   et   la   mécanique   des   champs 
électromagnétiques   planétaires.   En   fait,   sa   seule 
appartenance,   dis­je,   sa   seule   distinction   se   trouve 
principalement dans son nom ainsi que dans ses traits 
visiblement   méditerranéens.   Un   homme   de 
contradictions… ou un homme à plusieurs dimensions, 
interprétons­le comme il en convient selon nous, mais il 
s'agit certainement  d'un individu impossible  à classer, 
car  nos sociétés  n'ont  pu  inventer  jusqu'à  maintenant, 
dans leur langage, de façons de le définir. 

Mais aussi un homme froidement dangereux. Non qu'il 
soit apte,  ou même  prédisposé,  à des actes  immoraux 
ou   même   sanglants.   Ce   type   n'a   rien   d'un   belligérant 
fanatisé   ou   d'un   bandit   invétéré.   Bien   au   contraire,   il 
s'agit d'un esprit calculé, et soumis à un code d'éthique 
plus rigide que celui de bien des gens. Soigné et précis, 
autant   lorsqu'il   est   question   de   réflexion,   de 
délibération, que de passage à l'action.

Il serait inutile de tenter de décrire plus loin cet homme 
d'un point de vue autre que subjectif, car personne ne 
connaît   Valencia   d'en   dehors   de   chacune   des   brèves 
relations qu'il a entretenues avec chacun de nous, ceux 

208
qui le connaissent. Car Valencia est partout et nulle part 
à la fois. Il existe en chair et en os, et il n'existe pas du 
tout. Il est un mensonge comme un être bien réel. C'est 
inutile   de   le   chercher,   car   il   est   trouvé   quand   il   veut 
nous trouver. 

Tout ce qu'il faudrait savoir pour commencer l'histoire 
de ma rencontre avec lui, c'est que Valevicius Valencia 
était un des rares survivants de la Confrérie du Serpent, 
ce   groupuscule   secret   qui   combattit   durant   des 
millénaires   pour   une   cause   qui   dépassait   l'humanité 
entière,  mais  dont  les  enjeux   centraux  la  concernaient 
pourtant,  fatalement.    Ironiquement,  ce fut ma  propre 
enquête,  tout aussi confuse  et insensée  qu'elle fût, qui 
ne   me   mena   à   rien   de   moins  qu'à   l'aboutissement   de 
cette lutte millénaire, par une sombre soirée pluvieuse 
du mois de novembre...

*   *   *

L'eau   coulait   sur   mon   front.   Elle   me   chatouillait   le 


visage inlassablement. Toutes ces gouttes parcourant la 
peau   sensible,   ramollie,   de   mon   visage.   Ma   peau 
poreuse,   sa   texture   rappelant   de   la   pâte   de  dumpling, 
toute moite et élastique. Ma peau, plus je l'essuyais de 
mes   mains,   ,   et   plus   les   gouttelettes   de   pluie 
envahissaient   à   nouveau   mon   visage.   Je   ne   pouvais 

209
empêcher   d'être   trempé,   par   ces   gouttes   collantes,   si 
collantes…  Mon ami Eugène Lebaptiste m'avait donné 
rendez­vous   au   Bar   Ben,   sur   le   coin   de   la   rue   de   la 
Capitale et du 6e rang. C'était une nuit incroyablement 
sombre  et dénuée  de vie.  Je sentais  même  la  noirceur 
peser sur mon être. Tout me semblait vide, inerte. Une 
seule  chose   pour  briser  l'inertie   ambiante,   la   pluie.   Je 
me tenais au coin de la rue, juste devant le coin opposé 
où brillait l'insigne du bar, la seule chose qui osait être 
lumineuse   dans   ce   décor   fait   de   rues   obscures   et   de 
vieux   édifices   de   pierre   touts   noirs   et   touts   trempés. 
L'obscurité, et une obscurité toute mouillée. Ne pouvant 
plus   supporter   de   me   faire   tremper,   je   m'empressai 
aussitôt   de   traverser   l'intersection   et   d'entrer   par   la 
lourde porte encastrée à même le coin de l'édifice. Pas 
de portier en vue. Ça va. Pas non plus le genre d'endroit 
où   on   a   besoin   de   portiers,   si   j'en   juge   selon   mes 
premières impressions. Le bar, à l'intérieur, était sombre 
et   plongé   dans   un   nuage   de   fumée   qui   flottait   en 
suspension stagnante, juste au­dessus des tables. Il était 
en fait constitué d'une seule grande pièce et d'une petite 
pièce, une sorte de loge, située à l'autre bout, au fond de 
la salle principale, où il ne semblait pas y avoir grand­
chose de visible.  J'étais presque seul dans la taverne, à 
peine   quelques   saoulons   assis,   dis­je,   recroquevillés   à 
quelques   endroits   disparates   parmi   les   nombreuses 
tables de la salle, et trois ou quatre prodiges divaguant 
dans leur décadence, assis au bar et penchés sur leurs 
bières respectives. Apparemment des vieux lettrés qui, 
jadis dans leur jeunesse, passèrent une bonne partie de 
leur   existence   à   resplendir   de   lucidité   dans   des 

210
séminaires  et des groupes  de recherches  soutenus  par 
leurs départements, mais dont les rigueurs de la vie ont 
transformé   leurs   soirées   en   conseils   réguliers   de   la 
taverne, où ils peuvent maintenant exprimer librement, 
dans des jargons un peu trop décontractés, des propos 
dont   l'incohérence   n'était   pas   si   distincte   de   ceux   des 
vieux clochards qui errent sur les trottoirs de toutes les 
grandes   villes   du   monde.   Eh   oui,   j'avais   bel   et   bien 
reconnu   ces   quelques   vieux   gaillards   qui   sirotaient 
l'élixir de leur décadence autour de ce gros bar de laiton 
et de chêne massif. Edmond,  Charles, Antonin,  Prince 
(était­ce vraiment son nom?) et puis l'autre… l'autre je 
me  rappelais  bel  et  bien  de  qui il  s’agissait,  mais   son 
nom   m'échappais   encore   à   ce   moment.   Des   vieux 
camarades   de   l'université,   retrouvés   ici   autour   du 
comptoir   d'une   taverne,   perdus   dans   leur   ivresse.   Si 
ivres qu'il ne daignèrent de me reconnaître parmi eux, 
car l'alcool avait probablement eu raison d'eux­mêmes, 
les ayant coupé définitivement de ce qui les liait à leur 
passé, de tout souvenir des personnes qui le peuplaient. 
Vont­ils me reconnaître si je leur parle? Peut­être est­ce 
pour cela que le chrétien m'a dit de venir… pour sauver 
mes   anciens   camarades   de   la   décadence;     ainsi 
s'agissait­il   d'un   autre   complot   altruiste   de   sa   part? 
Douteux. Pas de la manière dont il m'avait parlé la nuit 
dernière. 

Le son  violent  d'un  rot m'arrêta  dans  mes  pensées,  le 


son   grossier   provenait   d'un   gigantesque   bonhomme 
assis au fond de la salle.  Je me trouvais au siège même 
de la décrépitude,  ici,  du moins  son  siège  social  pour 

211
cette partie du quartier. Je vois mes anciens copains ­en 
fait,   seulement   d'anciennes   connaissances­   se   laissant 
aller   à   deux   cents   kilomètres   à   l'heure   dans   l'ivresse 
crasse provoquée par la bière et les liqueurs de qualité 
douteuse,   et   tous   lourdement   reposés   sur   leurs 
tabourets   de   vinyle   rembourré,   ils   ne   sentent   même 
plus les virages serrés qu'ils prennent. Des virages qui 
tournent   toujours   du   même   côté,   et   chacune   des 
nouvelles   courbes   qu'ils   prennent   ­toujours   à   cette 
même   vitesse   folle­   est   plus   prononcée   que   la 
précédente. Tout le monde sait qu'un jour ou l'autre, ils 
vont prendre le champ, ou bien couler dans une rivière 
qui passe par là, mais eux ils s'en foutent. J'aurais peut­
être voulu me préoccuper un peu plus de leur bien, de 
me   préoccuper   de   sécurité   routière   pour   eux,   mais   je 
n'étais pas venu ici pour eux. 

Le gros barman m'attendait d'un air austère derrière le 
gros bar massif. Il ne m'avait pas quitté de son regard 
suspicieux depuis mon entrée. Derrière lui, une étagère 
remplie de dizaines, des centaines de bouteilles d'élixir 
garnissaient   le   mur   et   semblaient   resplendir   d'elles­
mêmes comme des luminaires de différentes couleurs et 
formes.   Un   apothicaire,   ce   barman,   un   véritable 
apothicaire. Un individu costaud, grand et très poilu, à 
en   juger   par   ses   gros   avant­bras   acharnés   à   frotter,   à 
essuyer et à rendre luisante une épaisse pinte de verre. 
La barbe généreuse, quoique grisonnante, et son crâne 
presque  tout échevelé  complétaient  son  allure campée 
d'un   vieux   lutteur   à   la   retraite.   Fait   typique,   il   avait 
même   une   encre   de   tatouée   sur   le   bras.   Un   autre 

212
membre, sûrement, de la Compagnie des durs de durs 
au cœur tendre… 

«   Qu'est­ce   qu'on   vous   sert?   Le   bar   ferme   dans   pas 


longtemps… » 

C'est ce qu'il me  lança  d'un ton rigide  une fois arrivé 


face à lui. Eugène m'avait dit d'être paranoïaque, et de 
seulement utiliser le langage prescrit, sans trop tomber 
dans une conduite naturelle, ce qui ne m'aurait pas aidé 
à   passer   inaperçu   en   ce   lieu.   Non   que   je   devais   me 
méfier du barman, car c'est plutôt du reste des gens ici 
que   je   devais   me   méfier.   Après   tout,   je   n'étais 
probablement   pas   le   seul   à   être   venu   ici   pour   des 
raisons…   d'affaires.   L'apparence   familière   des   gens 
peuplant cette taverne aurait peut­être été trompeuse, et 
des informations très sensibles provenant de ma bouche 
auraient   pu   avoir   été   rapidement   comprises.   Alors 
Eugène   m'avait   donné   un   mot   de   passe   à   utiliser 
advenant le cas où je n'aurais pas été seul à mon arrivée 
ici. 

«Ça va être deux bières, mais avant ça un petit digestif.»

Je pris bien soin de prononcer religieusement la phrase 
magique   dans   le   parler   le   plus   rustre   possible,   dans 
l'intérêt   de   passer   inaperçu   auprès   des   autres   clients, 
bien sûr. Et moi qui avais à me débrouiller avec ce qui 
fut   probablement   le   pire   mot   de   passe   depuis   que 
quelqu'un avait pensé à utiliser le terme "mot de passe" 
comme   mot   de   passe.   Ça   arrive   quand   que   l'on 

213
commande   «deux   bières»,  et   un  digestif,   en   accostant 
un   barman?   Et   pourquoi   pas   simplement   une   pinte? 
Pour   le   digestif,   c'est   évident   que   la   majorité   des 
tavernes   n'en   ont   simplement   pas,   tout   comme   pour 
toute   autre   sorte   de   spiritueux.   Eugène   étant   franc­
maçon, je sais qu'il est d'usage courant pour ces gens de 
communiquer par des poignées de main bizarres qui ne 
finissent plus et d'autres symboles absurdes faisant du 
sens seulement pour les membres de la fraternité, enfin, 
ils   ne   sont   pas   du   genre   à   se   dénuder   en   public   en 
lançant   des   tirades   moralistes   lorsqu'en   situation 
délicate... mais ça, ça, c'est vraiment pire que tout ce que 
je pouvais m'imaginer d'eux comme mot de passe! 

Le   barman   me   répondit   dans   la   nonchalance,   en   me 


servant une bouteille de bière qu'il déboucha tout en me 
disant,   d'un   air   étrangement   désintéressé,   mécanique, 
que   «   les   toilettes   sont   au   fond   du   couloir   ».   Avait­il 
saisi   le   mot   de   passe   ou   quoi?   Je   tentai   d'attirer   son 
attention   en   lui   jetant   un   air   interrogateur,   mais   le 
barman   avait   maintenant   la   tête   ailleurs,   le   regard 
baissé sur différentes tâches routinières de fermeture de 
bar. S’il avait compris mon mot de passe, eh bien il avait 
maintenant   fait   son   travail   et   n'avait   plus   à   se 
préoccuper   de   cette   étrange   affaire   dont   il   s'est 
timidement   mêlé,   même   si   je   ne   sais   à   quel   point   ce 
personnage était réellement impliqué dans « l'affaire ». 
Apparemment il n'était qu'un collaborateur de passage; 
il fut probablement rétribué d'une liasse de billets pour 
son   geste   stratégique,   par   un   quelconque   associé   du 
réseau   dont   Lebaptiste   fait   partie.     Je   pris   mon 

214
breuvage,   m'assieds   à   une   table,   et   attendis   quelques 
instants,  sapant ma  bière dans la pinte  plus ou moins 
propre qu'on  m'eut  servi,  le temps  de me donner  une 
fausse   envie   d'aller   uriner.   L'atmosphère   n'avait   pas 
changé, et personne ne semblait avoir même remarqué 
ma présence. Les quelques vieillards assis au fond de la 
salle   étaient   encore   penchés   sur   eux­mêmes,   se 
racontant toutes sortes d'incohérences de leurs gueules 
nouées   par   trop   d'alcool   à   des   interlocuteurs   qui   les 
écoutaient   sans   les   écouter.   Mes   anciennes 
connaissances ne me reconnaissent visiblement pas, ou 
ils m'ont rapidement oublié après m'avoir aperçu, ou ils 
se sont déjà oubliés eux­mêmes depuis longtemps déjà. 
Le   gros   bonhomme   au   fond   lâcha   une   nouvelle 
éructation   de   son   propre   cru,   très   grasse   et   très,   très 
résonnante. 

Il n'y  avait apparemment  pas de guetteurs  autres  que 


moi,   qui   guettais   sûrement   des   guetteurs   qui 
n'existaient   pas,   mais   je   n’en   étais   toutefois   pas 
totalement   convaincu,   et   encore   moins   rassuré.   Mais 
malgré tout Eugène m'avait bel et bien averti que l'on 
est jamais assez précautionneux avec les guetteurs qui 
espionnent   dans   l'ombre,   et   ce   doit   vouloir   dire   ceux 
que l'on ne voit pas, et ceux qui sont présents et actifs 
sans toutefois exister, ou ceux qui savent brillamment se 
cacher  sous  le  déguisement  de  l’ordinaire  simplet  qui 
ne se doute de rien, ce sont eux le plus à craindre. Or 
tout le monde peut être un espion à sa façon…

215
Je   posai   mon   verre,   me   levai   et   me   dirigeai   vers   les 
toilettes d'un pas furtif, me faufilant derrière les ombres 
et   parmi   les   nuages   de   fumée   stagnante   qui 
emplissaient   les   lieux.   Les   guetteurs   n'auraient 
probablement vu de moi qu'une silhouette ambiguë se 
déplacer   parmi   un   voile   de   fumée   teint   de   lueurs 
difformes et multicolores. 

Puis  le regard  d'une  femme  se  posa  sur  moi  pendant 


que   je  cheminais   dans   l'ombre.  Je   la   voyais,   assise   en 
retrait dans une petite pièce à demi ouverte, une sorte 
de loge s'ouvrant sur le sombre corridor, dont émanait 
un éclairage rouge pulpeux.  La première  chose que je 
vis d'elle, ce fut les yeux brillants d'un esprit perspicace 
et   toujours   fier.   Des   yeux   de   verre,   pervers,   d'une 
femme   capable   de   glisser   subrepticement   ses   mains 
sous   les   pantalons   de   quelqu'un   d'autre   pour   lui 
caresser   son   point   faible,   son   sexe   vulnérable,   et   le 
réchauffer de l'ardeur qui émane de son âme brûlante 
comme   un   poison.   Elle   me   fixa,   droit   dans   les   yeux, 
durant on long instant qui parut figé, et elle m'attirait 
de ses yeux  brillants,  si brillants  que  je ne pus même 
saisir   leur   couleur   sur   le   fait   même.   Étaient­ils   tout 
blancs, entièrement blancs, d'un blanc terrifiant, irréel? 
Que   me   voulait­elle?   Elle   ne   parlait   pas.   Elle   ne 
s'expliquait   pas.   Mais   d'où   sortait­elle…   faisait­elle 
partie   du   plan?   Je   n'ai   jamais   vu   de   femmes   comme 
celle­là   dans   un  bar   de   paumés.   Elle   n'est   pas   ici  par 
hasard,   mais   pour   une   raison   précise.   Elle   est   venue 
pour moi, strictement pour me voir, c'est certain…

216
La femme était allongée sur le sofa au fond de la loge, 
fumant   je   ne   sais   quelle   herbe   dans   une   longue   pipe 
mince et ornementée. Quel lieu étrange, on croirait à un 
refuge pour la haute société du coin… encastré et bien 
caché   au   fond   d'une   taverne   miteuse   pour   les   plus 
basses   classes.   Son   apparence,   l'allure   de   cette   dame, 
était à elle seule digne de longues discussions. Sa mini­
jupe   moulante  dévoilait  presque   en   entier   des   jambes 
bien   sculptées,  couvertes   de   bas   de   nylon   d'un   rouge 
sanglant, déchirés à plusieurs endroits pour exhiber une 
chaire parfaitement blanche. Une blouse apparemment 
translucide, et d'une couleur aussi inappropriée que le 
beige,   laissait   entrevoir   des   courbes   et   des   reliefs 
généreux   d'un   corps   de   jeune   femme,   et   seule   une 
brassière   de   dentelle   sombre   cachait   sa   poitrine.   Une 
peau tendre et blafarde. Sur son pâle visage, diaphane, 
fantomatique,   tombait   une   chevelure   éméchée   d'un 
mauve irréel, qui plongeait le haut de son visage dans 
une obscurité profonde. Seulement la faible lumière de 
ses yeux pouvait percer cette noirceur mystérieuse.

Guidé comme par un magnétisme, je m'approchai d’elle 
en ralentissant  le pas,  toujours  en la fixant  ­ou en me 
laissant fixer­ et en vient à m'arrêter droit devant elle, 
mon  visage  penché  sur  le sien.  Je me  sentais  frimeur, 
dragueur,   tout   d'un   coup,   comme   si   j'étais   au   moins 
vingt   ans   plus   jeune,   agité   par   les   passions   qu'on 
attrape au vol, avant qu'elles ne soient portées ailleurs, 
volatiles comme le vent. Puis elle me parla d'une voix 
perçante, mais distinguée, retenue, d'une suave retenue. 
Une   femme   instruite,   peut­être   même   lettrée,   mais 

217
trahissant   l'apparence   d'une   punk   émancipée   et 
probablement   totalement   droguée.   Elle   me   sourit   de 
toutes  ses   dents   gigantesques   tout   en  parlant.  Je  sens 
ma tête tourner, et mon esprit balancer dans une sorte 
de   délire   où   tout   est   flou,   tout   divague   dans   tous   les 
sens,   exactement   comme   dans   l'ivresse   d'un   soulon 
fatigué. Les quelques lumières rouges, vertes, violettes 
émanant d'insignes illuminées et de lampes éclairent la 
scène   et   la   plongent   dans   des   teintes   irréelles,   quasi 
fluorescentes.   Les   lueurs   violentes   et   chaotiques 
éclairent   la   femme   et   la   métamorphose   en   quelque 
chose   d'encore   plus   inhumain,   d'extraterrestre.   De   la 
sorte, le visage de la dame devint d'un froid violet. Sa 
poitrine   généreuse,   à   demi   dévoilée   par   son   soutien­
gorge   sombre,   luit   avec   incandescence   d'un   rouge 
orangé,   clignotant   au   rythme   des   battements   de   son 
cœur. Les lumières animent son corps de morte. 

Sa peau brillant à nouveau d'un blanc froid comme la 
mort, elle me parlait au rythme d'une musique éclatée, 
saccadée.   Je   me   laissais   envoûter   par   ses   paroles 
étranges,   et   hypnotiser   par   leur   mélodie   chaotique. 
S'agissait­il… était­elle vraiment humaine,  cette dame? 
La   pensée   traversa   mon   esprit   telle   une   balle   tirée   à 
bout  portant.  S'agissait­il d'un  extraterrestre,  ou  d'une 
présence   cosmique,   purement   intangible,   qui   cachait 
sous   un   déguisement,   à   peine   convaincant,   de 
prostituée?   Me   parle­t­elle   réellement?   Oui,   elle   m'a 
vraiment  parlé,  mais  je ne parviens  pas à reconstituer 
dans ma tête les sons hétéroclites qu'elle a prononcés. Je 
ne comprends pas…

218
­   Pouvez­vous   répéter   plus   fort?   Quoi?   Je   n'ai   pas 
compris…

Sans   me   répondre,   elle   me   sourit.   Peut­être   fut­ce   la 


musique   quelque   peu   oppressante   qui   jouait   dans   le 
bar, mais j'arrivais à peine à prononcer une quelconque 
phrase intelligible. Je me sentais parler comme un sourd 
qui ne s'entend pas. 

­ Mais qui es­tu? On se connaît,  peut­être?  On ne m'a 


pas   informé   que   je   devais   vous   rencontrer, 
mademoiselle…

Mais j'eus vraiment cette saisissante impression qu'elle 
me répondait au fur et à mesure que j'ouvrais la bouche 
pour laisser sortir une phrase. Il me sembla un instant 
que mes paroles étaient veines, je les sentais futiles, et je 
ne voulais simplement pas continuer de me ridiculiser 
avec   des   paroles   qui   devaient   lui   sembler   superflues. 
Quoi... qu'est­ce qu'elle dit? Je l'entends me répondre…

­Ne t'inquiète que très peu, brave homme, bel étranger. 
Je suis la voie. Suis­moi avec moi qu'il te plaise. Écoute 
mon chant, qu'il te plaise, et qu'à ma parole tu y croies. 
Regarde,   viens   et   regarde,   que   je   te   montre   le   grand 
secret…  viens que je te montre la porte cachée. Viens, 
viens qu'il te plaizzze.

La singularité de son parler me mystifia, évidemment, 
je ne pouvais quand même pas ignorer un tel détail! À 

219
mes   oreilles   cela   me   sembla   comme   un   obscur   créole 
prononcé dans l'accent d'une Scandinave, la voix suave, 
mais   les   voyelles   compliquées.   Étrange.   Puis   à   ce 
moment je commençai à m'interroger sur la nature de ce 
secret   dont   elle   parlait,   de   sa   porte   cachée,   de   cette 
figure voilée, comme s'il ne s'agissait que d'une terrible 
figure de style que cette prostituée me faisait sur ce qui 
était, en réalité son désir de me montrer sa vulve dans 
un   coin   ombragé   de   l'arrière   chambre.   Je   suivis   la 
femme   sans   résister,   malgré   que   la   perspective   de 
m'immerger   dans   des   rapports   sexuels   m'inquiéta 
quelque  peu,  vu  les  circonstances   insolites  de  l'affaire 
dans laquelle j'étais. Elle m'amena jusque dans un petit 
coin ombragé de la  loge,  et s'étendit  langoureusement 
sur   un   fauteuil   feutré,   sous   une   arche   éclairée   d'une 
faible   lumière   rouge   sang   qui   tombait   sur   son   corps 
détendu, et créait sur elle un jeu d'ombres sur elle qui 
lui donnait un aspect quelque peu différent. J'aurais cru 
maintenant voir une femme mûre à la beauté impériale, 
somptueusement orientale, aux traits ténus, évoquant la 
noblesse d'un monde ancien. Une Cléopâtre.

Elle me tendit une carte. Pas une carte professionnelle, 
ni encore une carte de tarot, et pas non plus une carte 
géographique pour signifier que j'avais perdu le Nord; 
mais  une   simple  carte   de  jeu,  tirée  d'un  jeu  de  cartes 
tout ce qu'il y avait de plus ordinaire, qu'elle avait tout 
droit sorti de sa  bourse.    Une  Dame  de pique.  En me 
révélant   la   carte,   la   femme   me   dit   qu'elle   s'appelait 
«Erzulie»; elle, non la carte, même si elle la donnait tel 
que   comme   s'il   s'agissait   de   sa   propre   identité.   Je   ne 

220
compris   pas   son   jeu.   Fut­ce   quelconque   tactique   ou 
rituel d'accouplement  que je n'eus jamais appris, je ne 
pus   savoir,   mais   j'essayai   néanmoins   de   lui   renvoyer 
des  signes   en   réponse.   Au   moment   où   je  me   penchai 
doucement   sur   elle   et  que   ma   main  s'approcha   de  sa 
cuisse   charnue,   elle   me   glissa   à   l'oreille   ­ou   était­ce 
directement   dans   ma   tête?­   que   «   plusieurs   guetteurs 
qu'elle avait aperçue sur mon chemin d'arrivée jusqu'à 
ici il pourrait y en avoir plus que nous le pensons, en 
fait… ». Or il n'y a pas que l'autre fou de baptiste qui 
soit au courant de la possible présence de ces guetteurs 
suspects.

– Or   vous   m'attendiez…   c'est   vous   que   je   devais 


rencontrer…?   »   Tentais­je   de   lui   demander, 
incertain   encore   si   je   m'adressais   à   la   bonne 
personne, ou à un redoutable fruit empoisonné qui 
causerait ma chute.

En   réalité,   rien   ne   me   dit   que   c'est   elle   que   je   devais 


rencontrer   ici.   Le   maçon   ne   m'avait   parlé   que   d'une 
sorte   d'informateur   aux   allures   de   vieil   anarchiste 
arrogant, en lutte, et isolé, dans une guerre paranoïde 
contre   un   ennemi   sans   visage,   intouchable,   et 
imperceptible. La description qu'il en avait faite, malgré 
tout,   était   beaucoup   trop   vague   pour   que   j'aie   pu 
m'illustrer   ce   personnage   avec   une   quelconque 
précision.   Mais   il   reste   que   je   m'attendais   plus   à   une 
sorte de gros communiste barbu à la longue chevelure 
de   boudins   graisseux   qu'une   mystérieuse   demoiselle 
pleine de sensualité comme celle­ci. Et le barman, bien 

221
le   barman   voulait­il   peut­être   simplement   sous­
entendre que je devais me diriger vers les toilettes afin 
de rencontrer,  hors de l'attente  de tous,  une inconnue 
ressortie   de   nulle   part,   que   personne   n'avait 
probablement vu venir. 

– Oui…   Oui…   Eugène,   votre   ami,   m'a   bel   et   bien 


parlé de vous en effet, mon cher… Lui et moi nous 
nous   sommes   parlés   de   vous   ensemble.   Et 
maintenant   monsieur   Jacobin   veuillez   continuer 
jusqu'au   fond   où   là   quelqu'un   vous   attend,   qu'il 
vous plaise.  Et conservez  bien  la  carte,  qu'il  vous 
plaise.   Très   précieuse   elle   est,   cette   carte, 
conservez­la pour toujours et à jamais!

Je tourne  mon  regard  vers  la  petite  porte  au  fond  du 
sombre corridor, un lustre éteint est suspendu tout en 
haut,   au  plafond   d'une  hauteur   démesurée.   Un   lustre 
couvert   de   suint,   qui   ne   doit   pas   avoir   été   allumé 
depuis   des   lunes.   Seule   la   faible   lueur   émanant   d'un 
bulbe   rouge,   encastré   juste   au­dessus   de   la   porte, 
éclairait le fond du corridor, et le tout était plongé dans 
un air crasse qui s'était imprégné jusque dans les murs 
et   travers   leur   tapisserie,   et   avait   assombri   celle­ci 
jusqu'à   cacher   ses   motifs   fleuris   sous   une   couche 
d'ombre   graisseuse.   La   porte   des   toilettes   me   sembla 
étrangement être la seule sortie arrière de ce bar. Quel 
autre   choix   avais­je   après   tout?   La   femme   à   l'accent 
résonnant   comme   un   accident   de   la   route,   malgré 
qu'elle soit très charmante, n'avait plus rien à me dire, 
et s'était figée dans un mutisme de bois, les yeux vides 

222
plongés   dans   l'ombre.   J'entendis   le   barman   crier 
quelque chose à tue­tête.

« On ferme! »

Je ne pouvais voir, étant dans le couloir, l'expression sur 
le   visage   du   barman   lorsqu'il   cria   cela,   mais   pouvais 
aisément deviner, au ton de sa voix, qu'il voulait moins 
se débarrasser de moi que de me mettre en garde, non, 
plutôt de m'alarmer par rapport à quelque chose. Une 
vive pensée me traversa l'esprit, une vive image passant 
comme   une   bourrasque   de   vent.   J'imaginai   des 
individus   inquiétants   à   ma   poursuite,   des   ombres 
entrant dans la taverne en se faufilant en silence, et le 
gros barman m'avisant de leur entrée, avant de se faire 
trancher la gorge par les prédateurs. La peur me saisit 
aussitôt. Un effroi terrible, que je ne pouvais contenir ni 
contrôler.   Et  sans  réfléchir,  je  me   précipitai  à   l'instant 
vers la porte au fond du corridor.

Au fur et à mesure que mes pas progressaient dans ce 
couloir dix fois plus long qu'il le sembla auparavant, je 
sentais au­dedans de moi une tension angoissante, très 
angoissante, prendre le dessus sur moi, et cette tension, 
je ne la sentais provenir non de moi­même,  mais d'en 
arrière   de   moi.   Je   m'efforçais   maintenant   de   courir, 
d'accélérer, mais mes jambes étaient lourdes. Je sentais 
celles­ci faillir à ma volonté, bloquées à un mode ralenti 
comme au cinéma. Je forçais désespérément pour courir 
alors que je sentais une présence se rapprocher de plus 
en   plus   de   moi,   se   précipitant   dans   mon   dos,   et   me 

223
talonnant.  Pas le temps de me retourner  pour  voir, ni 
même de penser à crier, l'ennemi me poursuivait droit 
derrière moi,  et j'eus même  l'impression  de sentir  son 
souffle silencieux contre ma nuque. 

Il   y   avait   bien   quelqu'un   ou   quelque   chose   qui   me 


poursuivait.  Aurais­je eu le temps  ou la force de crier 
cela ne servait à rien car mon souffle était coupé et ma 
respiration coincée dans ma gorge. Je tendis le bras, tout 
étiré jusqu'au bout des doigts devant moi, comme pour 
atteindre l'inatteignable.

Et j'atteins enfin la porte. En un mouvement vif comme 
l'éclair, l'ouvris, entrai la tête première comme dans un 
plongeon,   et   une   fois   à   l'intérieur,   je   basculai   dans 
l'autre   sens   pour   refermer   la   porte   sur   le   champ   et 
appuyai   tout   le   poids   de   mon   corps   sur   elle,   forçant 
tellement   que   je   la   sentais   courber   et   craquer.   Mon 
corps était suspendu presque à l'horizontale, dans une 
posture insolite, aidant mes épaules à mettre la pression 
sur   la   porte,   et   fournissant   un   appui   aux   muscles   de 
mon torse et de mes jambes. Je forçais, je forçais à en 
suer.  Et je me voyais dans  un petit  miroir  sur  le mur 
grimaçant d'effort, de terreur et de sueur, le visage tout 
en   rougeur,   ne   me   reconnaissant   pas,   mais   voyant 
plutôt une bête coincée entre la rage et la terreur, sur le 
point d'exploser. Seul un troupeau de buffles aurait pu 
ouvrir   cette   porte,   avec   la   façon   par   laquelle   je   la 
retenais. 

224
Mais   le   troupeau   ne   vint   pas.   Ni   troupeau,   ni   même 
aucun   individu   d'une   forme   possiblement   humaine. 
Personne   ni   rien   ne   vint,   et   l'oreille   collée   contre   la 
porte, je n'entendis pas même le présage d'un moindre 
mouvement, ou d'un seul souffle. Mais étrangement, en 
continuant  à approfondir  ce silence,  je ne parvins  pas 
non plus à entendre quoi que ce soit de la musique qui 
jouait   auparavant   dans   la   taverne,   ni   du   barman 
brassant   la   vaisselle   derrière   son   bar,   ni   même   les 
buveurs   se   lamentant   et   marmonnant   leurs  inepties   à 
tue­tête.   Pourtant,   il   s'agissait   d'une   porte   bien 
ordinaire; sans insonorisation, c'était certain. 

Je   restai   ainsi   dans   cette   posture   durant   un   long 


moment,  à regarder,  à  travers  le miroir  de  la  salle de 
bain, un être dominé par son effroi, qui forçait comme 
un taureau, les nerfs étirés comme une peau de cerf sur 
une   raquette,   les   muscles   tendus   et   endoloris   par   les 
crampes, et le cou tuméfié par le sang qui circulait à une 
vitesse   folle;   tout   cela   pour   ma   seule   crainte   d'une 
surprise  éventuelle,  qui  m'attendait  de  l'autre   côté.  Et 
peut­être ce qu'on attendait, c'est que je me fatigue, que 
je perdre ma méfiance et baisse ma garde une fois pour 
toutes,   afin   que   l'on  puisse  plus  aisément   enfoncer   la 
porte,   et   venir   me   chercher   sans   que   je   ne   puisse 
montrer de résistance, telle une proie dans un piège de 
chasseur. Mon corps avait malheureusement ses limites, 
et   quelque   temps   plus   tard,   la   fatigue   ­ainsi   que 
diverses crampes, du même coup­ finit par avoir raison 
de moi. Je m'en fichais, rendu à ce point, qu'une armée 
de psychopathes  programmés,  d'ex­prisonniers  sur les 

225
méthamphétamines, ou de policiers en armures défoncent 
la porte et me saisissent de leur poigne de fer, tout cela 
pour me faire subir je ne sais quelles tortures horribles. 
Ma propre fin ne m'effrayait que très peu, et la douleur 
non plus. C'est la sensation de la légèreté qu'on ressent 
au moment où tout nous a abandonné et qu'on est alors 
totalement   démunis   et   dépossédé   de   nos   moyens.   Le 
calme de celui qui n'a plus rien à perdre ni à regretter. 
Puis,   comme   dans   un  éclair   de  sarcasme  désabusé,  je 
criai  par   bêlements   à  mes   éventuels   assaillants   que   je 
n'en avais rien à foutre et qu'ils n'avaient qu'à venir me 
chercher, cette bande de pourritures.

Mais  je   fus   apparemment  très   chanceux.  Car   toujours 


rien   ni   personne   ne   vint.   Après   quelques   minutes 
d'hésitation,   pris   dans   un   conflit   entre   le   doute   et   la 
quiétude, je constatai que rien mauvais n'était pour se 
produire,   en   fin   de   compte,   et   que   j'avais   peut   être 
halluciné. Dans le creux de ma main, je tenais encore la 
carte que l'étrange dame m'avait donnée. Une Dame de 
trèfle. Pas la même Dame de trèfle qu'on glissa dans ma 
main   quelques   instants   plus   tôt,   car   cette   Dame,   elle 
était   une   Dame   de   pique.   La   surnaturelle   dame   aux 
cheveux mauves m'avait bel et bien donné la Dame de 
pique. Pourrais­je avoir halluciné cette carte, que je me 
rappelle pourtant avoir examinée sous tous ses aspects 
il   y   a   quelques   minutes?   Une   carte   magique…   Elle 
change de famille à chaque fois qu'on tourne un coin… 
À   un   moment   c'est   un   Roi   de   pique,   et   quelques 
secondes plus tard ­pouf!­ c'est un Valet de cœur! Des 
transitions   louches,   une   métamorphose   suspecte.   La 

226
symbolique   est   obscure,   et   c'est   d'ailleurs   ce   que   je 
trouve le plus curieux dans cela; non la plausibilité de 
cette transformation, mais la signification implicite qui 
est suggérée dans la transformation. Car je peux m'être 
trompé…  non, en fait, je ne peux m'être trompé,  mais 
mon esprit peut sans doute avoir été berné par quelque 
chose.   Ma   perception   peut   avoir   été   trompée,   comme 
dans  un   jeu   de  prestidigitation.  Et  à  bien  y   penser,  il 
s'agit  assurément  d'un  tour  de prestidigitation…  Mais 
n'importe, ce n'est pas la plausibilité qui m'inquiète ici. 
Ce   qui   m'intéresse,   ce   n'est   pas   le   comment,   mais   le 
pourquoi. 

J'imagine   ces   infâmes   francs­maçons,   Lebaptiste   et   sa 


bande,   en   train   de   se   féliciter   de   m'avoir   enfin   piégé 
après   toutes   ces   années   de   manipulations   aussi 
machiavéliques   qu’infructueuses;   moi,   pris   dans   un 
piège   que   j'ai   été   trop   naïf   pour   comprendre,   ils 
m'auraient finalement eu. Est­ce à cela qu'il s'attendait, 
ce   vautour   d'Eugène?   Bien   qu'il   ne   m'ait   jamais 
vraiment   dit,   à   aucun   moment   lors   de   notre   dernière 
rencontre, ce qu'il allait se produire exactement si je me 
présentais au Bar Ben, et à cette heure précise, à deux 
heures et vingt­cinq de la matinée, ce sournois idiot, cet 
illuminé,   hébété   par   son   illumination,   lui   et   ses 
continuelles   divagations   conspirationnelles   qui   se 
justifient tout en se contredisant entre elles, il avait cette 
sérieuse conviction que j'allais rencontrer l'informateur 
qui me dirait tout, tout ce qui peut clore mon enquête 
avec   une   explication   qui   ferait   la   lumière   sur   tout,   et 
associerait   tout   fait,   indice   et   facteur   que   j'aie   pu 

227
amasser   par   des   liens   irréfutables   qui   me   feraient 
fermer l'affaire pour de bon, ou du moins me donnerait 
une   nouvelle   compréhension   des   choses   qui   me 
mèneraient directement à la conclusion de l'enquête. Or 
Eugène,  en cela,  s'attendait­il à ce que je me précipite 
dans la fosse aux lions la tête première, motivé par mon 
seul désir de comprendre le mystère, et ainsi de trouver 
l'illumination dans la gueule du loup? Absolument pas! 
Quelle  idée  absurde!   Eugène  ne  peut   simplement   pas 
être ce genre de scélérat… impossible. 

Je   constatai   que   la   porte   était   maintenant   verrouillée. 


Non   pas   seulement   verrouillée,   mais   figée   sur   elle­
même. Je sentais comme une force invisible la bloquer, 
la retenir. Même la poignée… bloquée. Je forçai pour la 
tourner, puis essayai de tirer la porte, mais en vain.

Stupide!   Le   verrou,   j'avais   fermé   le   verrou   si 


machinalement   dans   mon   effroi   que   j'oubliai   même 
avoir fait cette action! 

Je poussai le petit levier qui se trouvait à la base de la 
poignée, et déverrouilla. 

Mais… la porte était toujours figée. Je tirai la poignée, 
de   toutes   mes   forces,   mais   ça   n'ouvrait   pas!   Avait­on 
verrouillé   de   l'extérieur   ou   quoi?   C'était   la   seule 
explication possible.

Je   criai   pour   que   l'on   m'entende   de   l'autre   côté,   mais 


aucune réponse. J'eus cette étrange impression que ma 

228
voix ne portait pas, qu'elle était étouffée, et résonnait à 
peine plus loin que la minuscule pièce dont je constatai 
être le prisonnier. Personne ne répondit, en effet, même 
pas après avoir frappé la porte à plusieurs reprises. De 
l'autre côté,  je n'entendais  qu'un  silence  parfait,  irréel, 
terriblement inquiétant. De l'autre côté, on se jouait de 
moi…. ou il se passait vraiment quelque chose de grave. 

Mon  regard  fut attiré vers le plafond  des  toilettes.  En 


vérité,   il   n'y   avait   pas   de   plafond,   mais   plutôt   un 
conduit   d'aération   vertical,   d'environ   un   mètre   de 
largeur, qui se terminait,  à quelques  étages plus haut, 
par un puits de lumière. D'un côté du conduit  étaient 
encastrées   des   petites   fenêtres,   une   correspondant   à 
chaque   étage.   Tout  était   sombre  là­haut,  et   seulement 
une   faible   lueur   jaunâtre   émanait   du   petit   carreau 
correspondant   à   ce   qu'il   me   sembla   être   le   deuxième 
étage,   même   s'il   était   aussi   haut   que   je   pouvais   voir 
dans   cette   noirceur.   La   petite   pièce   terne   et 
nauséabonde dont je fus prisonnier ne m'attirait guère 
maintenant.  Je ne sais pas  par  quel complot,  par  quel 
malice organisé je fus fait prisonnier, ni pour à quelles 
fins je l'étais, mais je n'eus sûrement pas été emprisonné 
pour mon bien. Quelqu'un a délibérément verrouillé la 
porte après que je m'y sois enfermé derrière elle, et c'est 
assurément pour que l'on décide de mon sort, ou encore 
en l'attente de ceux qui voudront faire affaire avec moi 
directement.   Eh   oui…   c'est   bel   et   bien   ce   que   je 
craignais; le barman, ce complice qui est plus impliqué 
dans cette affaire que le baptiste l'aurait présumé, et ces 
sombres   vieillards   qui   sirotaient  leur  bière   chaude   au 

229
fond de la salle près des fenêtres crasseuses. Peut­être la 
dame   n'était   pas   si   étrangère   à   eux,   aussi.   Quelqu'un 
parmi eux m'a trahi, sinon tous. 

Le   petit   carreau   au­dessus   de   moi   me   sembla   être   la 


seule échappatoire pour m'évader de cet endroit. Après 
tout,  je n'avais pas de temps  à perdre,  et ma  vie était 
peut­être en jeu. J'aurais pu facilement  passer  plus  de 
temps   à   trouver   des   suspects   potentiels   à   ma 
séquestration,   mais   à   ce   moment,   je   préférais   ne   pas 
avoir à les rencontrer de face. J'aurais pu me mettre à 
crier à l'aide pour alerter les voisins, quitte même à crier 
au feu pour mieux les alarmer, mais aurais­je risqué de 
les mêler à cette situation, au péril de leur innocence?

Non, grimper fut ma seule issue, du moins la plus sage 
de mes issues, et le fait de m'enfuir en silence éviterait 
des complications. 

En   haut   il   m'attendait,   le   type   étrange.   C'était 


probablement lui que je devais rencontrer, mais encore 
maintenant   ­du   moins   jusqu'à   depuis   peu­   je   me 
demande encore si je n'aurais pas rencontré la mauvaise 
personne.  Là haut, assis devant son foyer crépitant au 
petit bois sec, cigare à la bouche, éternel cigare à moitié 
entamé, qui ne semblait pas avoir été allumé depuis des 
siècles,   l'homme   aux   traits   indistincts   lisait   un   vieux 
journal   jauni   datant   de   quelques   années.   La   lumière 
ambrée émanait du petit carreau était en fait celle des 
flammes du foyer, qui semblait danser de joie sous les 
yeux de l'homme. Ayant apparemment terminé l'article 

230
qu'il lisait avec  un intérêt démesuré,  les yeux  plongés 
sur la page, le visage presque collé sur elle, grimaçant 
entre   le   mécontentement   et   la   jouissance,   il   balança 
soudainement   le   journal   dans   le   feu,   avec   une 
amplitude quasi théâtrale, et le feu éclata comme sous 
l'effet d'un combustible instable, et éclaira sauvagement 
la pièce insipide, révélant plus de crasse et de suinte sur 
les murs, les fenêtres, et partout. L'éphémère boule de 
feu, flagrante, illumina l'étranger d'un rouge irréel, et fit 
ressortir   en   lui   toute   la   physionomie   d'un   sorcier 
maléfique,   ses   traits   se   raidissant   et   ses   sourcils 
devenant   longs,   courbés   et   aiguisés   comme   les   crins 
d'un pinceau.  Puis son rire rauque,  et son regard  figé 
dans le sadisme, les yeux grands et miroitants.

« Alors   comment   avez­vous   trouvé   l'accueil?   Vous   ne 


vous êtes pas blessés, je l'espère. Une vilaine chute que 
vous avez eue… »

Il me parla sans ne vraiment rire, ni me regarder, mais 
je décelai quand même en lui une touche de sarcasme 
assuré dans la façon avec laquelle il parlait de l'accident 
que   j'eus   pendant   je   m'efforçais   d'escalader   jusqu'ici. 
D'escalader jusqu'ici... Ça n'a jamais été une affaire aussi 
rigoureuse d'entrer chez quelqu'un. Et quelle réception 
ce fut aussi, en effet!

Alors   que   je   grimpais   par   les   parois   crasseuses   du 


conduit d'aération, mon pied glissa sur la seule poutre 
qui me servait d'appui au­dessus du vide, et je fis une 
chute d'un peu plus de mètres sur le sol de bois dur. 

231
Comble   de   l'ironie,   mon   pied   droit   tomba   dans   le 
cabinet   de   toilette   durant   la   chute,   qui   fendit   sous   le 
choc, juste avant que mon corps frappe le sol. Je n'avais 
rien  de  brisé,  mais  s'en   fut   de  près   pour  que   ma   tête 
heurte violemment le rebord du petit évier de fer forgé 
qui aurait pu me tuer  sur  le coup,  ou au moins,  avec 
espoir,  me  causer  une  commotion  cérébrale  sévère.  Je 
restai étendu quelques  instants  sur  le sol trempé  de à 
interroger   mon   corps   pour   savoir   s'il   se   portait   bien, 
croyant   durant   un   moment   que   ma   colonne   était 
fracassée. Et durant ces quelques secondes de silence, je 
crus entendre quelque chose de l'autre côté de la porte 
qui   m'enfermait   ici;   des   bruits   de   pas,   de   plusieurs 
personnes, dans le corridor, puis… des étranges bruits 
métalliques. Mais ces sons étaient trop faibles pour que 
je   puisse   les   distinguer.   Et   puis   le   bruit   des   gouttes 
d'eau   tombant   sempiternellement   dans   l'évier, 
produisant un son désagréable lorsqu'elles frappaient le 
fond tout rouillé du bassin. Ces bruits, comme les tic­tac 
effrénés d'une horloge malsaine qui attendait de sonner 
l'alarme et que tout explose.  Je me remis péniblement 
sur pied, en glissant dans les eaux fétides du cabinet, et 
me   dépêcha   d'escalader   le   conduit.   L'effroi   me   tirait 
jusqu'en   haut,   et   je   montai   à   la   vitesse   de   l'éclair, 
presque en courant des mains et des pieds tout au long 
les   parois,   alors   que   j'entendais   quelque  chose  en   bas 
qui   forçait   la   porte,   la   faisait   trembler,   et   tournait   la 
poignée sans arrêt. Putain, j'avais bel et bien eu raison, 
j'étais   poursuivi   par   quelque   chose...   Et   je   vis   cette 
chose, finalement. Plutôt, je vis son mystère. Lorsqu'elle 
finit   par   défoncer   la   porte   avec   fracas,   me   faisant 

232
tressaillir   au   point   où   je   faillis   tomber   une   deuxième 
fois. Je vis ce que c'était.

Ou plutôt j'entrevis... la nervosité prenant le dessus sur 
moi,  j'avais les yeux  dans  une nuée, et pris à peine le 
temps de regarder sous moi, or ce ne fut que du coin de 
mon oeil que je vis quelque chose, durant une fraction 
de seconde. 

Il n'y avait rien... rien du tout. La porte s'était ouverte, 
comme si quelqu'un était entré, mais personne n'entra, 
même après quelques secondes. 

En   bas,  c'était  le  silence  total.  Plus  rien  des  bruits  du 
bar, de la musique, des gens qui parlent, ou du barman 
qui faisait la vaisselle ou criait après moi. Tout s'était tu, 
inexplicablement.   Je   devins   inexplicablement   nerveux. 
Ce   vide   sous   mes   pieds...   me   fit   ressentir   une   peur 
terrible,  et je ne savais pas pourquoi.  Pas question  de 
me risquer  de redescendre.  J'eus une image passagère 
dans   ma   tête,   de   ce   qu'il   pouvait   y   avoir   en   bas;   je 
voyais   un   désert,   un   monde   froidement   inhumain, 
hostilement   extraterrestre...   et   l'image   d'une   présence, 
d'un être invisible, et indescriptible. Il y avait vraiment 
quelque   chose,   en   bas.   Mon   corps   se   mit   à   trembler, 
alors que mes sens perdaient le fil...

Mais je me concentrai sur la fenêtre au­dessus de moi. 
Après  quelques  gestes,  je finis enfin par  l'atteindre,  et 
me précipitai à l'intérieur.

233
Le   carreau   faisait   à   peine   plus   grand   que   ma   taille 
plutôt  corpulente,  que  ce  corps  qui  m'est   si  pénible  à 
trimballer, parfois, au point de donner l'impression d'en 
traîner   un   deuxième.   Moi   avec   moi.   Une   masse   me 
portant ombre beaucoup plus qu'elle ne me donne de la 
force   physique.   Un   poids   étreignant   mon   souffle   par 
une force de gravité multipliée. Putains de sous­marins, 
et de bières de fin de journée sur la véranda! Je passai 
difficilement, par quelques contorsions douloureuses, et 
pénétrai enfin à l'intérieur.

Comble de la situation, un petit escabeau fut mis à ma 
disposition juste en dessous de la fenêtre d'où j'entrai, 
mais   il   était   à   l'envers!   Comble   de  l'ironie,   ou   simple 
oubli. D'ailleurs, il ne me restait plus que l'ironie pour 
tenir   mon   esprit   en   un   morceau,   lorsque   je   fis   la 
rencontre de l'individu qui m'accueillit à l'intérieur...

« Ah oui, ça pour un accueil! Alors c'est vous que je dois 
rencontrer   finalement…   je   crois   que   j'y   suis   FORCÉ, 
après tout, monsieur…? »

­ Vous tombez juste, en effet… Ha Ha Ha! 

Il avait cette façon de faire traîner son rire au fond de sa 
gorge, de râler comme un enrhumé, ce qui était loin de 
produire des sons agréables. Son rire était imposant et 
cinglant. 

Me   calmant   quelque   peu,   je   fis   un   bref   tour   de 


l'appartement   et   revins   à   lui.   Je   m'inquiétais   que 

234
quelqu'un d'autre soit caché quelque part, mais le petit 
logement était en fait incroyablement vide, et mort. On 
aurait dit que personne n'eut habité à cet endroit depuis 
une   bonne   dizaine   d'années,   et   malgré   que   l'odeur 
ambiante   était   tolérable,   l'aspect   des   lieux   était 
exécrable.   Je   m'assieds   sur   un   vieux   fauteuil   de   tissu 
poussiéreux disposé près de mon hôte, à sa gauche près 
du foyer.

« Alors qui êtes­vous, étranger? Et pourquoi diable tout 
ce stratagème pour vous rencontrer…? »

L'homme tenait entre les mains un livre. Je fus certain 
que   quelques   secondes   auparavant,   il   s'agissait   bien 
d'un   journal   qu'il   lisait   ­et   non   un   livre­   et   qu'il   se 
débarrassa de celui­ci en le jetant dans le feu. Je ne sais 
pas d'où ce livre sortait, ni depuis quand exactement il 
le   lisait.   Il   s'agissait   d'un   vieux   bouquin   à   la   reliure 
abîmée,   ouvert   presque   à   sa   moitié.   L'homme   prit   la 
parole   à   nouveau   tout   en   refermant   le   livre.   Je   pus 
remarquer le nom de « Paracelse » sur le couvert de la 
reliure.   Il   leva   la   tête,   et   prit   une   longue   et   profonde 
respiration,   comme   s'éveillant   d'un   état   méditatif,   ou 
d'un rêve intense.

« Mais pour vous protéger! N'avez­vous été suivi, cher 
ami? »

– Euh... Mais pourquoi l'aurais­je été, monsieur…
– Valencia. Monsieur Valencia. Mais mes camarades 
m'appellent Valevicius.

235
Son   nom   me   frappa,   quelque   part   au   fond   de   mon 
inconscient. Il me sembla m'être familier, très familier, 
ce nom. Mais en même temps j'ignorais sa provenance 
et   ne   pouvait   l'associer   à   aucun   nom   de   ma 
connaissance. Fut­ce le nom d'une vedette, d'un acteur 
ou d'un dessinateur  de mode italien…  non,  plus celui 
d'un   politicien,   ou   encore   d'un   intellectuel,   il   me 
semble.   Un   personnage   controversé   de   la   politique 
européenne,   peut­être   un   juriste   italien  corrompu   aux 
os. Ou était­il espagnol? Après tout son nom ne réfère­t­
il   pas   à   une   ville   d'Espagne…?   À   ces   traits   et   ses 
manières,   on   pouvait   certainement   reconnaître   un 
Méditerranéen  de culture  latine.  Si j'en juge à  ses airs 
d'intellectuel  éclaté  et tout autant  empoussiéré  par  les 
bibliothèques,   ainsi   que   par   sa   tenue   vestimentaire 
démesurément   classique   ­au   point   d'en   être   presque 
loufoque­ j'opterais plus pour un italien. 

– Oui, bien… alors je ne crois pas avoir suivi, et puis 
j'ai pris les précautions  nécessaires pour que mon 
passage ici ne soit pas remarqué. Mais je sens que je 
vous donne  suffisamment  d'assurances…  pouvez­
vous m'en  donner  un peu en revanche?  Pourquoi 
m'a­t­on   recommandé   à   vous?   Pourquoi, 
réellement?
– Croyez­vous vraiment que l'on peut se dérober de 
la vue de personnes que l'on ne peut même  voir? 
Pensez­vous   vraiment   qu'il   y   a   des   précautions 
nécessaires   qui   soient   suffisamment…   efficaces 
pour  se jouer  de la  conscience  de certains,  quand 

236
ces   mêmes   personnes   sont   passées   maîtres   dans 
l'art de se jouer de notre propre conscience? De se 
jouer   d'une   troupe   de   magiciens   malveillants? 
Non…   non…!   »   Je   sentis   l'ire   de   prendre   encore, 
humiliant «Votre ami, ce cher petit conspirateur, a 
la foi toute faite d'ivoire…
– Mais mon ami n'est pas un conspirateur…
– Mais laissez­moi finir, je vous en prie.
– D'accord, désolé.
– Or   votre   ami   a   bien   fait   de   vous   prescrire   des 
mesures préventives servant à ce que vous ne vous 
faisiez   pas   prendre,   mais   ça   a   échoué,   et 
lamentablement.   Car   ce   plan   ne   pouvait   réussir. 
Car   ça   ne  devait   pas  réussir.   Vous   vous  êtes   fait 
prendre,   et   au   moment   même   où   vous   pensiez 
avoir échappé à ce qui vous poursuivait, vous avez 
été   piégé...   puis  mis   à   mort.   Mais   pas   par   ce   qui 
vous   poursuivait...   plutôt   par   notre   propre 
complot. Nous vous avons désactivé.
– Tué? Alors je crois que ça explique tout!

C'était du sarcasme. Enfin, je ne pouvais m'empêcher de 
l'être   face   à   une   telle   révélation.   Depuis   le   jour   où   je 
rêvai   que   ce   soit   quelqu'un   d'autre   qui   m'apprit   ma 
propre mort!

– Mort, dis­je… enfin, cela dépend de quel point de 
vue   nous   sommes.   Et   c'est   d'ailleurs   notre   seul 
point   de   vue,   le   vôtre   et   le   mien   à   ce   moment 
présent, qui soit le seul qui importe, n'est­ce pas?

237
Mort… c'est absurde. M'avait­on finalement condamné 
à finir la soirée dans un taudis lugubre   en compagnie 
d'un sombre fou? Quelle horrible façon de passer une 
nuit blanche.

Valencia   avait   le   regard   pensivement   posé   sur   le   feu 


crépitant.

– Tout est une question de perspective, après tout… 
aucun   objet   réel   n'est   véritablement   perceptible, 
seulement une projection de l'objet, une projection 
tout à fait personnelle. Une « objectivation »… oui. 
Tout   comme   le   peintre   devant   sa   toile,   projetant 
son   âme   par   flots   de   peinture   plus   ou   moins 
calculés. Ou l'objet, d'un sens différent, ne serait­il 
pas  créé   par  quelque   chose  à  l'extérieur  de   nous­
mêmes… par un tiers, créé et projeté hors de notre 
propre   contrôle?   Comment,   après   tout,   l'objet 
pourrait­il   être   perçu   comme   étant   détaché   et 
extrinsèque s'il est toujours généré par celui qui le 
perçoit? Il doit paraître, du moins paraître, comme 
étant   étranger,   comme   étant   une   condition,   une 
condition   qui   s'impose   à   l'individu.   Alors   en   ce 
sens… nous serions conditionnés à une perspective 
précise… mais il demeure que la base de la réalité 
de tout chose est la perspective, et non la condition 
à laquelle celle­ci renvoie.
– Alors le conditionnement serait ce “tiers”?
– Pas   exactement,   mon   ami.   C'est   son   Oeuvre!   La 
condition, elle, est créée par le tiers.
– Mais qui donc est ce “tiers” dont vous parlez?

238
– Vous   le   saurez…   vous   le   trouverez   par   vous­
même…   Je   n'ai   pas   à   vous   dire   qui   ils   sont,   ces 
tiers; vous les découvrirez par vous­même bientôt, 
très bientôt. Et sachez surtout, aussi, que les murs 
ont vraiment des oreilles, et les fenêtres des yeux. » 
dit­il très lentement, en traînant ses paroles comme 
une   carpette,   le   regard   tourné   vers   la   seule   et 
unique   fenêtre   de   la   salle,   moins   qu'une   fenêtre, 
mais un petit carreau aux vitres teintées de suinte... 
comme partout d'ailleurs. Tout était teinté de suite 
et   de   crasse   dans   ces   lieux.   Peuvent­ils   voir   à 
travers toute  cette  crasse?  Ou peut­être  sont­ils la 
crasse?

À cette question, tout comme s'il l'aurait entendu sortir 
de mes pensées, que je ne pouvais lui cacher, il éclata de 
rire.   Une   impulsion   que   j'avais   étrangement   vu   voir 
arriver   de   loin…   comme   si   je   devais   par   une 
quelconque   fatalité   faire   cette   figure   de   style   et   lui 
éclater de rire pour se moquer d'une idée qu'il avait lui 
aussi pressentie.

– Oui!  Oui!   C'est  une  idée  qui  m'est   familière,  trop 


familière,   et   depuis   longtemps,   mon   ami…   La 
crasse  est partout…  elle est leur  présence  ­et leur 
conscience­   microbiologique!   Et   un   étrange   reflet 
du marasme de leur être, il me semble. La crasse, la 
suinte,   les   coquerelles   et   autres   vermines   et 
viscosités   de   toutes   sortes   qui   pullulent   dans   les 
lieux conquis par l'ombre, l'humidité et la saleté; ils 
sont   leur   conscience   passive...   ou   la   présence 

239
physique  de  leur  inconscient,  qui  guette  toujours. 
Mais   ne   les   cherchez   tout   de   même   pas   dans   la 
saleté   et   la   pourriture,   là   vous   n'y   trouverez   que 
leurs pires victimes,  et aussi leurs pires ennemis... 
comme   dans   le   cas   présent   d'ailleurs!   Non,   eux, 
vous les trouverez dans les lieux les plus propres... 
dans les environnements les plus polis, soignés et 
sécurisés.

Difficile de dire s'il farçait ou non… s'il évoquait bel et 
bien une vérité inquiétante dans un sarcasme poétique. 
Que   la   crasse   et   la   vermine,   c'est   eux,   ou   plutôt   une 
sorte de manifestation indirecte de leur présence. C'est à 
la fois ce qui représente le marasme de leurs esprits et 
une forme matérielle que prend leur « conscience ». Le 
complot de la crasse, de la crasse métaphysique, de la 
crasse   qui   s'empare   de   votre   entourage   et   qui   le 
corrompt,   pour   ensuite   vous   surveiller,   et   vous 
surveiller encore, jusqu'à vous empoisonner l'existence 
pour vous détruire.. ou vous assujettir.

– Des sujets. Oui. Ils font de nous des sujets de leur 
propre conscience,  avec leurs idéologies, tout leur 
système de propagande, si complexe, si étendu que 
personne n'a vraiment réussi à cerner sa structure 
même,   ainsi   que   sa   gouvernance,   sa   réelle 
gouvernance!
– Vous   parlez   ici   des   médias   de   masse…   les 
nouvelles à la télé et les journaux à grand tirage… » 
mais je me sentais être comme en train de décrypter 
le langage hermétique d'un fou. Hermétique, oui.

240
– Le   langage   est   toujours   hermétique...   enfin,   d'un 
certain point de vue. Il l'est,  non seulement  parce 
qu'il s'impose toujours comme cette infâme barrière 
culturelle   entre   les   individus   et   les   sociétés,   mais 
aussi parce qu'il représente un outil de contrôle, et 
d'influence terriblement efficace. Que voulez­vous, 
c'est la base même de toute communication de sens 
et   d'idées!   C'est   le   langage,   par   son   pouvoir   de 
persuasion   ­la   manipulation   de   l'entendement, 
comme certains l'appellent­ totalement efficace, qui 
constitue leur principal cheval de combat dans leur 
guerre   pour   le   pouvoir   sur   toute   la   populace. 
Bien…   ce   n'est   que   la   surface   des   choses   en 
réalité…   leurs   opérations   manipulatrices,   leur 
grand schème est bien plus profond, et plus global, 
qu'un simple  stratagème  de propagande  à grande 
échelle.

Il semblait réaliser maintenant que je de devais douter 
de ses propos, et que peut­être je ne le prenais pas tant 
au   sérieux   qu'il   ne   le   croyait,   ce   qui   n'était   pas 
totalement   faux   d'ailleurs.   L'air   suspicieux,   il   cessa 
brusquement   de   me   parler   de   sa   théorie   du   grand 
complot pour me parler de la dame que je rencontrai en 
bas, tout comme s'il la connaissait personnellement…

– Alors, mon ami, que pensez­vous de la femme que 
vous  avez  rencontrée   en  bas  dans  la  taverne?   Ne 
vous   a­t­elle   pas   fait   un   effet?   Une   séduisante, 
chaude   jeune   dame,   emplie   de   couleur   et   de 

241
sensualité. C'est ma secrétaire personnelle... la reine 
du secret et des charmes! 
– Votre... secrétaire... une prostituée?
– Oui, et ici vous êtes dans mon bureau! » il ajouta 
avec   un   demi­sourire   de   sarcasme,   même   s'il 
semblait être plutôt sérieux « J'ai toujours détesté la 
bureaucratie, et les bureaucrates encore plus, or je 
préfère de loin  les espaces  squattés.  Je préfère  les 
lieux  abandonnés  par  le contrôle, plutôt que ceux 
qui   naissent   du   contrôle.   Mais   Erzulie,   elle,   elle 
n'est   pas   qu'une   simple   prostituée.   Elle   est   leur 
déesse, elle est la Sainte Pute. Personne, ni homme, 
ni femme, ne lui résiste, son pouvoir d'attraction est 
surnaturel,   et   c'est   d'ailleurs   ce   qui   la   rend 
totalement  invulnérable.  Elle  pourrait  faire  fléchir 
une armée de Marines à ses pieds, et peut pénétrer 
tous   les   lieux   de   pouvoir   de   ce   monde   aussi 
facilement   qu'une   personne   entre   chez   elle.   Ces 
lieux,   en   fait,   sont   son   seul   vrai   chez   soi,   après 
tout...   Elle   est   non   seulement   la   prostituée,   la 
secrétaire, mais aussi la femme la plus puissante au 
monde. Les élitistes, eux, ils en ont une panoplie de 
secrétaires,   de   prostituées   et   d'autres   sortes 
d'exécutantes;   les   femmes   sont   pour   eux   des 
commodités,   plus   qu'elles   sont   des   alliées, 
confidentes,   complices,   amantes   et   camarades   de 
révolution,   comme   dans   mon   cas.   Et   d'ailleurs   je 
vois   qu'elle   vous   a   quelque   peu   fait   effet...   Mais 
rassurez­vous, je l'ai pas assignée à votre rencontre 
que   par   mesure   préventive...   et   surtout   pas   pour 
qu'elle vous manipule par votre zizi! Hé hé!

242
À   cette   boutade   immature,   que   je   ne   compris   quand 
même   que   plus   tard,   je   croyais   avoir   la   confirmation 
définitive que cet homme était complètement fou.

– Euh…   à   vrai   dire,   je   ne   l'ai   que…   croisé,   voyez­


vous. Je n'ai qu'échangé quelques mots avec elle…
– …et   elle   vous   a   laissé   sa   marque!   La   Dame   de 
trèfle, n'est­ce pas, mon ami?  C'est la carte qu'elle 
vous a laissée, c'est sa marque. Oui, le trèfle, parce 
qu'elle   vous   porte   chance,   et   seulement   les   plus 
chanceux ­ou bien les moins chanceux­ de l'espèce 
humaine peuvent tomber sur elle!

Alors   non   seulement   ce   Valencia   était   au   courant   sur 


ma rencontre avec la dame, mais il savait aussi pour la 
carte! « La carte? Euh… il semble en effet que je ne peux 
rien vous cacher… » tentais­je en glissant ma main au 
fond   d'une   poche   de   mon   imperméable   pour   la 
chercher. 

­ Non…  bien sûr. Mais aviez­vous remarqué de vous­
même qu'il ne s'agit pas en fait d'une  Dame  de trèfle, 
mais bien  d'une  Dame  de  pique  que  vous  tenez  dans 
votre main présentement?

Et non seulement il savait au sujet de la carte, mais il 
était  aussi  au  courant  de  ce problème  étrange  dont   je 
n'avais   pas   trouvé   d'explication…   jusqu'alors.   Ça 
confirmait   que   je   n'avais   donc   pas   fait   d'erreur…   la 
carte qui me fut donnée par la dame n'était donc pas la 

243
même que celle que je tenais maintenant dans ma main, 
bien   qu'il   s'agisse   toujours   d'une   Dame,   mais   d'une 
Dame d'une autre famille... Je sentais la folie m'envahir. 
Comment pouvait­il savoir?

« Voilà, vous y êtes! C'était la même carte qui vous fut 
donnée par Erzulie, ma secrétaire, sauf que maintenant 
elle   est   différente.   La   même,   mais   différente…   vous 
voyez? Elle a le même visage, mais vous apparaît sous 
un regard différent. Ses couleurs et ses formes ne sont 
pas   les   mêmes,   et   son   identité,   sa   parenté…   Zoum! 
Remplacée.   Métamorphosée?   Non.   La   forme   n'a   que 
changé.   Non   seulement   la  forme   qui  la  constitue,  soit 
dans ce cas­ci la famille  ­trèfle ou pique­  de la Dame, 
mais   aussi   toute   la   forme   du   reste,   de   tout 
l'environnement   autour   de   la   carte…   et   de   tout   cet 
endroit… lugubre. Oui oui, la forme de tout ce que vous 
observez ici, et puis même celle de vous et moi! Tout a 
changé   avec   la   carte.   Tout   semble   être   relativement 
pareil…  du moins,  vous n'avez  pas conscience d'avoir 
plus changé d'univers que quelqu'un passant du salon à 
la cuisine, mais la forme a changé, et les traces de son 
évolution sont bien subtiles, tellement que vous ne les 
avez pas vraiment remarquées. Mais la carte ne pouvait 
pas vous mentir comme le reste… comme elle ne vous 
mentira jamais. »

Il lit dans mes pensées, je le sens. Il lit dans mes pensées 
comme dans un livre.

244
« Vous êtes en train de rêver, monsieur Jobert. C'est ce 
que j'essaie de vous dire depuis le départ. Maintenant, 
laissez­moi penser  un peu pour  vous,  car  votre esprit 
mérite   est   dans   le   flou   depuis   bien   trop   longtemps. 
Laissez­moi mettre un peu d'ordre dans votre tête, puis 
y   implanter   les   informations   si   précieuses   dont   vous 
avez   besoin   dans   votre   enquête…   Car   c'est   pour   cela 
que vous êtes venu, non? »

Quelque   chose   d'invisible   et   d'indicible   me   frappa 


l'esprit soudainement, et je fus pris d'un étourdissement 
momentané.  Pour quelques secondes à peine, je sentis 
perdre les repères gravitationnels, et faillit tomber sur le 
sol, mais je me ressaisis, déduisant que ce ne devait être 
que   l'effet   croisé   de   la   fatigue,   de   l'alcool,   et   de   mon 
agitation  récente. Il continua  de parler, mais je sentais 
que quelque chose n'allait pas...

« Le   rêve   est   le   caractère   fondamental   de   toute 


existence, car l'existence se justifie par le rêve. Non par 
la   conscience?   Non   par   la   pensée?   Oui,   et   non…   je 
reviendrai sur cela plus tard. Le réel est un domaine du 
mensonge,   ce   mensonge   nous   distançant   du   rêve,   le 
séparant   bien   distinctement   de   l'univers   réel,   objectif, 
tangible dans lequel nous nous éveillons le matin, juste 
au   moment   où   on   se   souvient   du   jour   passé   par   le 
truchement   du   jour   nouveau   qui   s'ouvre   à   nous.   La 
réalité  est le  domaine  du  mensonge,   non  seulement   à 
cause qu'elle crée un contexte, une histoire, un récit, une 
condition d'existence ­oui, une condition d'existence­ ce 
que, d'ailleurs le rêve fait aussi de lui­même, mais aussi 

245
car elle est le mensonge  d'elle­même,  le mensonge  du 
mensonge,   ou   bien   le   mensonge   qu'il   n'y   a   pas   de 
songe,  mais  bien   un  univers  bien  réel  et  tangible,  au­
delà du songe. Elle est le mensonge voulant que la seule 
vraie   réalité   ­ou   j'irai   même   jusqu'à   dire:   “la   seule 
vérité”   ­   soit   celle   dont   nos   sens   peuvent   témoigner. 
Rien n'échappe à la dictature de l'univers tel qu'il nous 
apparaît   sous   l'empire   de   notre   entendement…   du 
moins,   tel   est   l'oeuvre   du   mensonge,   à   son   niveau   le 
plus fondamental et primaire: que rien ne lui échappe. 
La  réalité  mathématique  ­ce grand  univers mécanique 
fonctionnant par les engrenages de lois physiques­ n'est 
donc   qu'un   pastiche,   truffé   de   milliers   de   leurres, 
faisant   ombre   à   une   couche   d'existence   bien   plus 
profonde.   Même   de   plusieurs   couches   d'existences, 
toutes   aussi   étrangères   les   unes   aux   autres,   mais   en 
même temps très similaires. Est­ce que je parle de l'au­
delà, ici? Ah! Mais nous sommes dans l'au­delà! L'au­
delà de nos rêves! L'existence de l'au­delà se prouve en 
elle­même par l'existence de la dimension onirique, du 
monde des rêves… d'un monde autre, d'une dimension 
dont les frontières peuvent être franchies seulement et 
uniquement   par   l'être,   car   l'être   est   l'essence   de   toute 
conscience, la mémoire est sa substance, et l'univers est 
sa   forme…   l'univers   infini,   toujours   plus   grand   que 
l'imaginaire lui­même, mais toujours à sa mesure, oui, 
étrangement, toujours à sa mesure. »

– Par   l'être…   l'être   à   lui   seul…   »   laissais­je   glisser 


entre mes dents, dans un état de transe contrôlée.

246
« L'être, oui. Le  cogito ergo sum. Car si je pense, je suis, 
ou   encore   mieux   si   je   pense   que   je   suis,   je   suis…   et 
aucun autre instrument ne peut en prouver le contraire, 
ou   le   prouver   mieux   que   ma   pensée   elle­même.   La 
conscience de soi, en outre; la conscience de percevoir, 
d'agir et, par­dessus tout, d'être. Malgré qu'une part de 
la   conscience   soit   elle­même   subconsciente,   car   c'est 
cette conscience inconnue qui est le savoir obscur d'une 
autre   couche   d'existence,   je   veux   dire   sa   mémoire, 
cachée, d'un au­delà. Elle est l'obscur témoignage d'un 
autre   état   d'être,   pour   une   dimension   différente 
d'existence; pour un monde différent, littéralement. 

« Nous ne sommes  en fait que des yeux,  qu'une  paire 


d'yeux,   qu'une   perception,   que   le   témoignage   d'un 
moment, intemporel et éphémère à la fois, et le moment 
est tout, car il est la fin et le commencement, ainsi que 
tout le récit qui se déroule entre les deux. C'est la simple 
reconnaissance   que   je   suis   un   “Je”,   ou   encore   un 
“Nous”, car vous savez, il arrive que l'on se sente être 
“Je” avec plusieurs personnes à la fois… ce qui serait le 
cas de l'amour, de la communion, et de l'amitié. Mort, 
naissance,   stagnation,   évolution,   inertie,   mouvement, 
destruction, construction, décadence et progrès; tous ces 
états ne font aucune différence, en réalité, lorsqu'on est 
un “Je”, car la conscience d'être ne change pas de forme, 
peu importe le cas, et l'intensité de chaque événement 
ou   état   qu'on   expérimente.   Car   la   perception,   simple 
constante   réelle   dans   tout   ce   cirque   onirique,   est 
informe,   indéfinissable,   mais   pourtant   bien   vivante   et 
active…   nul   ne   peut   le   nier.   Elle   n'est   pas   que 

247
contemplative,   car   elle   fait   aussi   partie   de   toutes   nos 
actions   conscientes.   Avez­vous   déjà   cherché   vos 
lunettes durant un moment avant de constater qu'elles 
étaient accrochées à votre nez? Non, encore mieux, vous 
portiez  des   verres   de  contact,   détective,  vrai?   Ce   doit 
être bien plus difficile de s'en rendre compte... »

Il   éclata   d'un   rire   explosif   qui   brisa   abruptement   ma 


méditation, alors que je me demandais comment il avait 
pu   savoir   pour   les   verres   de   contact,   alors   que   je   le 
disais à si peu  de gens.  Il devait  probablement  savoir 
tout sur moi en fin de compte.  S'il était, ou avait déjà 
été, dans les services de renseignement, ça allait de soi 
qu'il   pouvait   détenir   cette   information,   comme   une 
montagne   d'autres,   sur   mon   cas.   Et   pourquoi   pas?   Il 
pouvait tout  à fait être un agent double,  m'ayant  pris 
dans  un   piège  tendu   par   Lebaptiste,  peut­être  malgré 
lui. Hors de moi cette idée que mon vieil ami pouvait 
être   un   collaborateur,   mais   quelqu'un   aurait   pu   nous 
avoir écouté,  avoir  été mis au courant de ce tuyau, et 
fait   en   sorte   de   se   réapproprier   le   rendez­vous   qu'on 
m'avait arrangé. Je l'observai, et difficile de juger de sa 
franchise, quoique ses airs ne trompaient pas... il m'était 
difficile d'imaginer en lui un traître travaillant pour les 
services   secrets.   Son   regard,   sa   tenue,   et   surtout   la 
profondeur   et   le   cynisme   acerbe   de   ses   propos...   tout 
était trop direct, trop authentique pour être du faux. Il 
reprit   en   jetant   une   bûche   au   feu,   une   bûche   qui, 
d'ailleurs, venait de je ne sais où, car le salon ­mis à part 
pour  le  foyer   et   les   fauteuils   sur   lesquels   nous   étions 
assis­ était complètement vide.

248
« ...mais voyez­vous, s'il y a un “Je”, alors c'est qu'il y a 
aussi   un   «   Ça   ».   Car   le   “Je”   apparaît   toujours   en 
réflexion par rapport à “Ça”, et ce, peu importe ce que 
ça peut être. Tout ce qui naît du rapport entre les deux, 
en soi, est rien de plus qu'une illusion, car rien ne peut 
prouver   son   existence,   et   c'est   toujours   relatif. 
Seulement   le   “Je”   peut   être   prouvé,   par   la   seule 
conscience   de   lui­même.   Et   le   “Ça”,   bien...   c'est   rien 
d'autre que l'objet! C'est tout ce vers quoi notre esprit 
est tourné quand nous regardons, écoutons et agissons. 
Et le modèle dominant dans nos sociétés modernes ­un 
modèle   qui   est   d'ailleurs   profondément   positiviste   et 
anthropocentriste­ est de prétendre en une subtilisation 
du  caractère  subjectif  de l'objet  pour  le remplacer  par 
un   caractère   essentiellement   arbitraire,   invariable, 
universel  et  parfaitement  rationnel  ­enfin  du  point   de 
vue   des   simples   mortels   que   nous   sommes­   soit   le 
caractère de ce qui est “réel”, ou par défaut “réaliste”. 
L'objet comme empire. Oui...  l'objet comme empire! ». 
Valencia   prenait   le   temps   de   bien   peser   ces   quelques 
derniers mots alors qu'il les prononçait, comme si leur 
combinaison  à elle seule constituait  l'unique clé, la clé 
parfaite  pour  comprendre  tous  les secrets de l'univers 
« Écoutez­moi, c'est l'élément le plus crucial... L'objet, il 
se façonne, se construit et s'enracine dans l'esprit sous la 
forme de lois mathématiques, de doctrines morales, de 
symboles   linguistiques,   de   codes   d'éthique   au   travail; 
tout autant que dans les rapports fonctionnels, amicaux, 
amoureux,   sexuels,   et   dans   les   instruments   abstraits 
d'observation   des   phénomènes   naturels   dans   les 

249
sciences, et bien sûr des règles, prérogatives et postulats 
qui constituent la fonte même du Droit public et de la 
sacrosainte   Loi   de   l'État.   Mais   ça   a   aussi   attrait   aux 
mécanismes  du  bonheur,  de  la  jouissance  contrôlée  et 
artificiellement générée par la consommation... il s'agit 
de   millions   de   structures   de   contrôle   orientées   vers 
l'objet,   qui fonctionnent  par  une  mécanique  purement 
imaginaire – ou encore mieux, spectaculaire­ mais tout 
aussi   catégorique   et   difficilement   contestable   pour   le 
commun des mortels, pour le « profane ». Catégorique, 
oui... l'objet est maintenant devenu catégorique, tel que 
s'il était produit par le décret d'un dieu tout puissant, 
tel   qu'il   s'impose   à   la   conscience   partout   et   en   toute 
chose,   tellement   qu'il   devient   une   dictature   de   la 
conscience dont personne ne peut réellement se libérer, 
à moins de recourir à un processus radical, coupant ce 
mal systématisé à la racine. Au fur et à mesure que des 
êtres tentent de briser les lois de ce régime totalitaire de 
l'entendement, des mesures de crise sont générées par 
le système ­comme spontanément­ pour les corriger, et 
au   mieux   les   intégrer,   afin   de   renforcer   la   structure, 
ultérieurement,   par   un   mouvement   dialectique, 
engendrant  une évolution  de l'ordre... qui n'est en fait 
qu'un superficiel changement de forme. Et les réformes... 
exactement la même chose! Qu'un prétexte pour que le 
système   change   encore   de   forme,   tout   en   gardant   sa 
même   nature.   Personne   n'y   échappe!   Nous   sommes 
tous   profondément   dépendants   de   cette   machine   qui 
transforme l'objet subjectif en objet impératif et détaché 
de   soi,   pour   l'y   assujettir;   au   point   où   cet   empire   du 
mensonge en vient à donner du sens à tout ce qui fait 

250
partie de nos vies, sans en donner un, vraiment. De là le 
sentiment du vide, ressenti par la plupart des gens dans 
leur   quotidien,   qui   les   pousse   à   s'interroger   sur   des 
questions   aussi   fondamentales   qu'impossibles   à 
répondre...   des   questions   sur   des   absolus,   soit,   ou 
encore   à   tenter   de   le   combler   par   toutes   sortes   de 
possessions   insignifiantes,   de   relations   amoureuses 
superficielles,   de   drogues   qui   stimulent   les   sens   ou 
d'univers   féériques   complètement   déconnectés.   À 
travers toute cette aliénation, tout le pouvoir qu'il nous 
reste, on dirait, est de se questionner! Mais dans un tel 
totalitarisme  du  perçu,  parfois  il  peut  arriver  que  des 
erreurs de système se développent, ou bien des failles, 
monumentales,   soient   découvertes   par   les   mêmes 
personnes qui sont les productrices du grand système. 
Parfois   il   arrive,   à   cause   d'une   faute   accidentelle   ou 
préméditée, que les mensonges puissent être révélés au 
grand  jour,  et ce sont  particulièrement  en ces  brefs  et 
fragiles,   très   fragiles   moments   de   vulnérabilité   que 
peuvent   se   produire   non   de   superficielles   évolutions 
reproduisant le même vieil empire du mensonge, mais 
bien de véritables  révolutions dans l'ordre global de ce 
monde,   des   révolutions   qui   chambardent   tout,   et 
laissent les éléments subjectifs face à eux­mêmes, face à 
leur propre devenir, à leur propre destinée. Parfois, oui 
parfois, ça arrive…

Maintenant,   un   problème   s'est   posé   à   nous;   la   Dame 


blanche…   ou,   tel   que   certains   l'appellent,   la   Mort 
blanche. Vous savez sans doute de qui je parle, n'est­ce 
pas, détective Jobert?  Vous savez,  ce personnage,  tout 

251
vêtu de blanc, aux allures d'ange, qui enlève les gens et 
les   emporte   dans   une   contrée   lointaine   d'où   ils   ne 
reviennent   jamais?   Oui,   en   effet,   elle   n'est   pas   qu'un 
virus,   elle   est   une   entité   autonome,   vivante,   presque 
matérielle, d'un certain point de vue. Elle est peut­être 
salvatrice,   peut­être   maléfique,   mais   une   chose   est 
certaine,   elle   crée   des   fissures,   elle   ouvre   des   brèches 
entre   les   strates   constitutives;  ces   couches   d'existence, 
invisibles, impalpables, dont je vous ai parlé plus tôt. À 
chaque   fois   qu'elle   apparaît   dans   les   songes   de   ses 
victimes,   elle   semble   déchirer   des   brèches 
­suffisamment grandes dans le tissu de l'existence­ pour 
que   leur   “Je”   puisse   les   traverser,   étant   ainsi   aspirées 
par un vacuum existentiel. Bon… ce que je dis là, c'est 
très académique et pourrait ne pas se révéler vrai, car 
même moi et mes collaborateurs ne savons pas tout à 
fait encore ce qu'elle représente… enfin, ce qu'elle est, et 
pour quelle fin elle existe de façon plus précise. Elle est 
devenue  libre et  autonome,  même  si  ses routines  à la 
base furent très simples. Et je ne sais pas jusqu'où ­ou 
dans quel sens­ sa volonté peut la pousser, ni même si 
sa volonté a une certaine cohérence. Mais nous devons 
continuer d'enquêter sur elle. Vous, moi et mon groupe. 
Elle   semble   être   la   clé   pour   comprendre   l'énigme 
concernant l'évolution actuelle des choses. 

Jobert, je suis… vous êtes face à la plus grande tragédie 
scientifique   de   l'histoire   humaine   jusqu'à   ce   jour!   De 
l'histoire   universelle,   je   dirais   aussi…   Réalisez   votre 
chance, vous assistez en ces temps de chaos à une série 
d'évènements qui pourrait changer le cours de l'histoire, 

252
et le fonctionnement même de l'univers au sens large. 
Ce   problème,   cette   catastrophe,   dépasse   de   loin   les 
capacités   de   votre   être,   comme   celles   de   tout   être 
conscient vivant en ce monde, mais il peut être tout de 
même résolu…  Le mystère, mon cher Jobert, peut être 
élucidé. Nous pourrions trouver, nous tous, avec votre 
collaboration,   une   façon   de   tirer   le   meilleur   parti   du 
grand bouleversement cosmique que l'humanité entière 
subit à l'heure actuelle, bien qu'à son insu. Pendant que 
votre voisin regarde les faits divers aux informations de 
dix­huit   heures,   pendant   que   votre   femme   écoute   sa 
télé­réalité,  et pendant  que votre fille est plongée tout 
corps et toute  âme dans un jeu vidéo sur un dauphin 
parlant   qui   sauve   un   royaume   féérique   de   l'emprise 
d'un   tyran   reptilien,   le   bouleversement   prend   de 
l'ampleur dans le monde extérieur qu'ils fuient à chaque 
jour.   Le   grand   mensonge,   après   tout,   a   consisté   en 
grande partie à égarer les gens hors de ce qui se passe 
réellement   dans   leurs   vies,   à   perdre   leur   intelligence, 
leur sensibilité, leurs énergies et leur volonté dans des 
chimères   qui   ne   leur   apportent   que   déception   et 
aliénation...   et   encore   de   l'aliénation,   toujours   plus 
d'aliénation.

Est­ce je suis en train vous prophétiser la fin des temps? 
Non,   détective.   Je   vous   parle   d'un   grand   mouvement 
dialectique  vers  la   transcendance.   Je vous  parle  d'une 
révolution,   et   d'une   révolution   spirituelle.   Une 
révolution   qui   dépassera   toutes   les   autres   révolutions 
connues   jusqu'à   présent.   La   révolution   de   l'esprit.   La 
révolution   du   rêve   et   de   l'imaginaire.   Celle   qui 

253
entraînera,   par   son   mouvement,   toutes   les   autres 
révolutions.

Et  cette  révolution,   mon  cher  Jobert,   vous  en  serez  le 


principal instigateur! »

254
Chapitre 6:

Le dormeur éveillé

255
256
Jamais  Louis   n'aurait  cru  en  toute   cette   histoire.  Il  ne 
m'avait parlé après tout  que  d'un informateur  qui me 
fournirait des indices pour mon enquête, et non à cet… 
être. Cet homme ­enfin si c'est bel et bien d'un homme 
et non une vision qui m'est apparue ce soir­là­ est un 
personnage connu de façon plutôt sommaire par Louis 
ainsi   que   par   l'infâme   cercle   ésotérique   dont   il   fait 
partie.   C'est   d'ailleurs,   comme   il   me   le   raconta 
évasivement   un   jour,   durant   une   de   leurs   réunions 
informelles,   de   leur   «   conseil   »,   que   Valencia   fit   sa 
première apparition, et non sans passer inaperçu. Louis 
et   ses   collaborateurs   ne   savaient   vraiment   pas   à   quoi 
s'attendre   de   ce   vieux   type   bizarre   venu   d'Europe   de 
l'Est, qui passait le plus clair de son temps à marmonner 
des bouts de phrases confuses dans un coin sombre de 
la   pièce,   en   affichant   un   air   étrangement   effacé.   Le 

257
bonhomme avait toujours cet air hagard et dépossédé. 
Mais étrangement, c'était impossible de deviner à quel 
rang   il   appartenait,   car   sa   tenue,   était   à   la   fois   trop 
surannée,   mais   trop   soigné   pour   se   permette   de   dire 
qu'il   soit   clochard,   ou   banquier,   ou   taulard,   ou 
menuisier;   mais   peut­être   n'était­il   un   vestige   d'une 
vieille aristocratie désabusée... nul ne le savait vraiment. 
C'est   pendant   un   des   derniers   conseils   secrets   de   la 
bande à Louis que Valencia se révéla à ces derniers sous 
l'aspect de celui qu'il était vraiment.

L'homme se présenta en premier comme un professeur 
d'université,   en   relations   internationales   je   crois.   Ni 
Louis ni ses associés n'ont pu confirmer quoi que ce soit 
concernant   sa   nationalité   ou   ses   origines,   mais   il   leur 
sembla   clairement   que   le   type   était   européen,   voire 
même   typiquement   méditerranéen.   Il   avait   en   fait 
l'esprit   très   éclairé,   et   semblait   être   à   l'affût 
particulièrement   de   questions   sociales   et   politiques 
actuelles,   leur   parlant   souvent   des   problématiques   de 
structuration   de   réseaux   de   pouvoir   à   l'échelle 
mondiale,   de   nouvelles   mesures   innovatrices 
d'influence   et   de   contrôle   des   populations,   de 
recherches de pointe dans le domaine de la psychologie 
de la conscience, et je ne sais quoi d'autre… 

Louis était parti durant quelques jours à un important 
congrès à l'étranger, mais juste avant de partir il vint me 
visiter   au   café   Discursif,   où   nous   on   se   rencontre 
souvent,   le   temps   de   jouer   une   partie   d'échecs   ou   de 
simplement jaser. C'était un petit café fréquenté surtout 

258
par   des   étudiants   du   collège   du   Prégent,   de   jeunes 
blondinets   et   blondinettes   aux   joues   duveteuses,   et 
aussi   quelques   vieux   intellectuels   rabougris   qui   se 
terraient toujours dans un coin sombre de la place. L'un, 
particulièrement, retenait mon attention depuis un bon 
moment déjà. Il portait de grosses lunettes noires parmi 
sa folle chevelure grise et se tenait courbé sur son bol de 
café durant  des heures, il me semblait,  sans ne porter 
attention   à   son   entourage,   mais   il   ne   s'agissait 
visiblement   pas   d'un   handicapé   visuel.   Jamais   je   ne 
l'avais vu ici auparavant, or je me suis dit qu'il devait 
être   nouveau   dans   le   coin.   Je   fus   déconcentré   par   la 
silhouette   d'Eugène   Lebaptiste   faisant   son   entrée,   se 
muant   comme   un   fantôme   parmi   la   foule,   en   se 
balançant d'un côté comme de l'autre, comme guidé et 
animé   par   des   courants   invisibles   provenant   des 
sombres   profondeurs   de   la   Terre,   et   en   se   faufilant 
parmi   un   troupeau   de   jeunes   filles   ingénues   aux 
broches   luisantes   qui   ricanaient   sans   cesse   pour   je   ne 
sais quoi. Elles riaient de tout et de rien. Il avait un air 
plutôt   débalancé,   soit,   mais   l'anxiété,   une   anxiété 
certaine qu'il avait du mal à surmonter, se voyait dans 
son regard. Je le voyais, sombre et inquiet, pénétrant à 
travers la candeur de jeunes blondes lumineuses. À son 
air   tourmenté,   j'aurais   pu   en   déduire   que   lui   aussi 
sortait d'une rencontre avec l'étrange Valencia. Je devais 
sans aucun doute avoir cette même expression quand je 
suis revenu chez moi, hier, alors que mon épouse m'a 
mitraillé   d'une   pléiade   de  questions  sur   mes   allées   et 
venues depuis les derniers jours. Je n'ai même pas pu 
lui   expliquer   correctement,   ne   lui   ai­je­t­elle   pas 

259
vraiment   menti…?   Je   ne   me   souviens   même   pas 
d'ailleurs   comment   suis­je   vraiment   revenu   de   chez 
Valencia,  ni  encore  quel  jour  je  l'ai  rencontré.  Était­ce 
vraiment hier ou c'était samedi?

S'assoyant   face   à   moi   sans   me   saluer   ni   même   me 


regarder, Louis m'aborda de manière furtive, regardant 
ci   et   là,   dans   toutes   les   directions,   de   ses   sourcils 
froncés. Il avait l'air d'être sur une affaire sérieuse. Ses 
mains tremblaient comme des feuilles en automne.

– Alors   comment   tu   te   portes,   Louis?   Tu   m'as   l'air 


quelque peu... distrait.
– Rien de mauvais… ça va aller. Tout va bien. » mais 
je   voyais  qu'il  mentait   «  Faut  que   je   te   raconte… 
mais pas maintenant. Là je suis un peu pressurisé 
par   le   temps.   J'ai   un   avion   à   prendre   dans   trois 
heures. Je pars pour Sydney, dans quelques heures. 
Il y a un... congrès, un important congrès là­bas.
– Ah oui? Mais... putain, c'est loin ça! T'es en train de 
me dire que tu pars pour l'Australie???
– Oui…   Je   prévois   avoir   beaucoup,   beaucoup   de 
choses à penser pour les prochains jours… c'est un 
congrès mondial, plein de rencontres importantes, 
de  panels,   de   coordination   internationale.  Mais 
venons­en   au   fait,   qu'est­ce   qui   s'est   passé   avant 
hier?   Tu   l'as   rencontré,   ce   monsieur…   San 
Anselmo,   avant­hier?   Tu   l'as   rencontré   au   café? 
Comment ça s'est déroulé? Racontes…
– Au café? San Anselmo… San Anselmo??? Non... Tu 
fais   erreur   je   crois.   Enfin,   je   suis   certain   qu'il 

260
s'appelait pas San Anselmo, ou que ce soit qui peut 
y  ressembler.  Non,  non.  J'ai rencontré,  je t'assure, 
un type d'un nom différent. Il s'appelait Valevicius 
Valencia...
– Quoi? T'as bien dit Val...? 

Il   fut   pris   de   stupeur.   Surpris   soudainement   par   une 


idée,   quelque   chose   dans   sa   tête,   d'assurément 
dérangeant, que ce nom avait éveillé.

– Oui, Valevicius Valencia... quoi?

Ce nom sembla avoir frappé en lui comme la foudre ­et 
je le sentais­ alors que l'éclair se vit dans ses yeux, à la 
grandeur des orbites, et Eugène faillit renverser son café 
sur ses genoux. Sa bouche s'ouvrait, béante, la mâchoire 
coincée. Quelque chose n'allait pas…  Il semble qu'une 
tragédie s'était produite là où il ne s'attendait le moins; 
le plan ne s'était pas du tout passé tel que prévu. Il se 
reprit quelque peu, se détendant sur sa chaise, et prit le 
temps de bien pondérer des mots. 

« Jobert… Jobert je sais pas comment te le dire… Je crois 
que tu es en danger, en grand danger. Y a eu un terrible 
malentendu; une... une erreur sur la personne. Mais je 
crois   pas   que   le   malentendu   soit   dû   au   hasard,   ou 
encore   à   une   erreur   de   ta   part.   C'est   plutôt   un 
malentendu   provoqué,   une   erreur   calculée…   oui, 
calculée. » 

Projetant   dans   le   vide   un   regard   de   fanatique,   il 

261
semblait se mystifier lui­même en disant ces mots… ses 
yeux grands et tout mouillés, perdus dans leurs nuages.

« C'est pas lui que tu devais voir... Je ne comprends pas, 
il doit bien y avoir eu un malentendu. Mais par contre, 
je sais qui est Valencia... oui je le sais! Du moins j'en ai 
entendu   long   sur   cet   homme­là.   Ce   type­là   est 
dangereux... très.  Il faut que tu saches…  que  plein  de 
gens ont disparu alors qu'ils étaient pour rencontrer un 
certain   Valencia,   c'est   arrivé   à   plusieurs   reprises   ces 
dernières années. Il a été même banni, plus par mesure 
de sécurité, de plusieurs loges maçonniques en Europe, 
car il avait comme  coutume  d'infiltrer  les loges, d'une 
certaine façon. J'ai un ami dont le passe­temps principal 
est   de   rechercher   et   de   répertorier   tous   les   cas   de 
disparition, de meurtres ou de morts mystérieuses dont 
le nom  de Valevicius  Valencia  est associé  d'une façon 
ou d'une autre je sais même pas comment t'expliquer… 
Certains   sont   disparus   alors   qu'ils   étaient   pour   le 
rencontrer,   d'autres   sont   morts   ou   furent   portés 
disparus dans les jours qui suivirent leur rencontre avec 
lui.   Mais   tu   vois,   lui,   enfin   ce   type   que   je   connais,   il 
collectionne plein d'articles de presse, d'extraits vidéo et 
de photos sur le personnage, et puis il en a des piles... 
Mais en réalité, ce qui prend  le plus de son temps, ce 
n'est pas de chercher et d'accumuler des données, mais 
de  les  regrouper,   de les  classifier…  tu vois,  il est  allé 
jusqu'à   monter   quelques   grands   tableaux   de 
distribution de fréquences, puis même des analyses de 
correspondances sur le sujet. Assez impressionnant, son 
travail!   Vraiment.   Je   l'ai   constaté   par   moi­même.   Une 

262
étude quasi académique. Je pourrais te parler de ce qu'il 
a trouvé, mais ce serait un peu long à élaborer… Ah, et 
tiens,   je   te   note   ses   coordonnées!   Je   suis   sûr   que   tu 
meures d'envie de le questionner… »

Ses petites mains frissonnantes de nervosité plongèrent 
dans une grande poche de son imper et en ressortirent 
quelques bouts de papier froissés, dont l'un, qu'il retint 
pour m'écrire une adresse et un numéro de téléphone. 
Jean­Paul­Paul Bertrand, avocat, avec le téléphone. 

– …puis il y a aussi, figure­toi, des mystiques cinglés 
qui croient que cet homme est la réincarnation, en 
chair   et   en   os,   de   Christian   Rosencreutz,   le 
prétendu fondateur de la Rose­Croix; ou de Saint­
Germain;  de John  Dee,  et de…  ah oui du mentor 
personnel   d'Adolf   Hitler.   Il   y   a   même   quelques 
sites   sur   Internet   là­dessus...   Ils   reprennent   une 
foule   de   documents   historiques,   ­et   pas   toujours 
très   pertinents   d'ailleurs­   pour   supporter   leurs 
thèses.   Bon,  je   donne   aucun   crédit   à   ses  inepties, 
mais  il en  reste  que  cet homme­là  est  dangereux, 
extrêmement   dangereux.   Et   là   je   suis   vraiment 
surpris que tu sois encore en vie maintenant, mon 
ami!  Mais…  raconte­moi  ce qui  s'est  passé  hier… 
comment ça s’est passé?

J'eus bien  du mal à expliquer  le déroulement  de cette 


étrange   mésaventure.   J'avais   l'impression   de   patauger 
dans   un   nuage   à   dire   des   incohérences,   comme 

263
quelqu'un qui trafique une histoire peu imaginative de 
dernière minute.

– Bien, en fait... je me suis ramassé dans une taverne, 
cette soirée­là. Le Bar Ben. C'est une vieille taverne 
dans   le   quartier   Centre­Sud.   Je   suis   arrivé   vers 
deux   heures   et   la   taverne   était   sur   le   point   de 
fermer. Ça puait, et c'était plein de types bizarres. 
J'ai   visité   un   peu   les   lieux,   puis…   bien,   j'ai 
rencontré une prostituée qui s'appelait Erzulie, elle 
m'a   dit   quelques   trucs   au   sujet   de   mon   rendez­
vous,   et   puis   je   me   suis   ramassé   dans   un 
appartement   ­sans   elle,   bien   sûr!­   et   il   y   avait 
seulement   Valencia,   qui   m'a   accueilli   comme   s'il 
m'attendait.  Le type m'a étalé plein de révélations 
bizarres,   plus   de   nature   philosophique   qu'autre 
chose.   Il   m'a   parlé…   d'une   sorte   de   révolution 
spirituelle,   de   la   Mort   Blanche   et…   des   strates… 
Comment il disait, donc? Les strates constitutives. 
Oui…   c'est   ça.   Mais   moi   je   n'ai   jamais   entendu 
parler d'une telle notion… Ça t'est familier?

Il   resta   bouche   bée,   me   fixant   avec   de   grands   yeux 


ronds et vides. J'avais l'impression de l'entendre répéter 
ces mots dans sa tête. Louis, déjà, n'était pas quelqu'un 
de très reconnu pour sa présence d'esprit et surtout sa 
stabilité de caractère, or sa façon de réagir était bien peu 
surprenante compte tenu de sa façon d'être générale; il 
est définitivement schizoïde, je n'ai jamais eu de doute 
là­dessus.

264
– Je ne lui ai pas vraiment demandé des explications. 
Je me sentais comme sous hypnose. Je ne sais pas 
comment il faisait, d'ailleurs.... ses pensées… je les 
sentais   comme   littéralement   transmises   dans   ma 
tête,   directement,   sans   aucun   moyen   de 
communication…   Je   suis   sûr;   ses   lèvres   ne 
bougeaient   pas   pendant   qu'il   parlait!!!   Mais   je 
devais   halluciner…   Cette   bière   que   j'ai   prise,   il 
devait y avoir une drogue là­dedans! Et puis... je ne 
me rappelle que vaguement ce qui s'est ensuivi.
– Quoi, au juste?
– Bien, à la fin de son discours, il me dit clairement 
comment   je   devais   retourner   chez   nous,   et   avec 
beaucoup   d'emphase  sur   les  directions...  par  quel 
chemin,   en   passant   par   quelles   rues,   et   puis   par 
quelle   ruelle.   Peut­être   était­ce   simplement   par 
souci de sécurité, je sais pas... Et puis je suis rentré 
chez  moi,  en suivant à la lettre ses indications.  Je 
me suis réveillé tôt ce matin, mais vois­tu… je ne 
me rappelle pas… Ah, c'est pas important.
– Quoi…? Mais qu'est­ce qu'il t'a dit?
– Je… je m'en souviens à peine…  Mais il me parlait 
de la Mort Blanche.  Mais qu'est­ce qu'il disait sur 
elle...? Voyons...

Puis   j'eus   cette   étrange   impression   de   blocage,   que 


quelque   chose  occultait   ma   mémoire   de   ce   détail  très 
important.

– …et...?

265
– Ah zut. J'arrive pas à me rappeler de ce qu'il a dit 
là­dessus.   C'est   si   important?   Je   veux   dire...   pour 
toi?   Je   pourrai   sûrement   te   revenir   là­dessus   une 
fois que je m'en souviendrai mieux...

Mais déjà il ne m'écoutait plus. Un lourd silence nous 
couvrit   durant   un   bon   moment,   et   Louis   restait   figé 
comme dans une torpeur. Puis il sortit de son mutisme, 
se   réveillant   un   peu   en   sursaut,   comme   quelqu'un 
sortant   d'un   état   d'hypnose   après   avoir   claqué   des 
doigts.

– Alors   ça,   ça...   c'était   totalement   imprévu   dans   le 


plan…
– Mais je devais aller le rencontrer à cet endroit, ou 
non? 
– Euh… oui, bien sûr! Écoute… la situation est grave, 
très   grave.   Autant   pour   toi   que   pour   nous,   qui 
savons   aussi   que   Valencia   existe   et   nous   guette 
depuis   peut­être   un   bon   moment   déjà.   Jobert,   je 
crois   que   tu   devrais   partir   pour   un   moment.   Je 
veux dire quitter la ville, partir quelque part assez 
loin d'ici pour un certain moment…
– Mais qui est Valevicius Valencia? À qui donc ai­je 
affaire?
– Comme je te dis, je ne sais pas grand­chose de lui… 
seulement   qu'il   faut   pas   s'en   approcher.   Que 
lorsqu'on  entend  parler  moindrement  de Valencia 
dans   notre   entourage,   qu'il   faut   l'éviter,   le   plus 
possible. Je le connais seulement par la voie de ouï­
dire.   Mais   il   n'y   a   pas   de   doute   que   c'est   un 

266
conspirateur, de carrière. Un véritable architecte du 
complot. C'est un sale renard. Un type très habile 
dans la rhétorique, dans l'art de la persuasion, de la 
manipulation   de   l'entendement,   et   dans   la 
déception… oui, la déception. À des foules entières, 
il peut montrer le monde selon un oeil nouveau et 
apparemment véridique, pour ensuite crever l'autre 
oeil   et   emporter   les   foules   à   leur   ruine,   dans 
l'obscurité   totale   de   leur   perte.   Il   est   pire   qu'un 
prédicateur,  c'est un véritable  gourou  sectaire qui 
utilise un réseau qui s'étend à l'échelle de la planète 
pour   réaliser   son   plan.   Je   connais   beaucoup 
d'empereurs   qui   auraient   rêvé   être   ce   qu'il   est! 
Alors, oublie ce qu'il t'a dit, tout ce qu'il t'a dit… Il 
a  tenté  de  te  laver  le cerveau...  de corrompre  ton 
esprit pour que tu le suives.

Corrompre   mon   esprit.   Comme   un   virus?   Il   semblait 


sérieux. Mais contre quoi exactement essayait­il de me 
mettre   en   garde?   Cette   façon   d'être   catégorique…   de 
refuser un pan entier de la réalité de façon unilatérale, 
de fermer les yeux sur tout ce qui échappe à son dogme, 
cette façon de jeter le bébé avec le mal qui l'a soi­disant 
enfanté,  ça, c'est typique  de l'esprit obtus de celui qui 
craint Dieu ­ou bien l'État, bien plus fréquemment­ et se 
conjugue à l'autorité sans ne poser de questions. 

–  Bah!   Tu   sais,   si   Valencia   avait   voulu   me   faire 


disparaître,   ou   bien   m'embarquer   dans   une   secte,   il 
l'aurait déjà fait, je crois… Et puis tout ce qu'il m'a dit 
sur  le  virus…   mais  oui!  Maintenant  je m'en  souviens. 

267
Ça   concernait  une  recherche   scientifique…   plutôt   une 
expérience   qui   a   mal   tourné.   Une   “erreur   de   la 
science”… c'est ce qu'il avait dit! Et il en parlait comme 
si   c'était   une   sorte   d'opportunité,   qui   est   propice   à 
l'établissement d'un nouvel ordre, à la réalisation d'un 
grand bouleversement, d'une sorte de révolution. Mais 
bon,   pour   ce   qui   est   seulement   de   l'expérience   qui   a 
échoué,   en   laissant   de   côté   tout   son   discours 
révolutionnaire,   eh   bien  ça,   c'est  très,   très   intéressant. 
Voilà quelque chose qui me mène entièrement dans une 
nouvelle direction…
–  Ouais…  Peut­être. Mais fais attention,  Donatien.  » il 
parlait   tout   en   guettant   à   plusieurs   reprises   l'horloge, 
puis détournant son regard vers les passants dehors, à 
travers la vitrine du café. « Valencia t'a peut­être montré 
une part de la vérité, et si c'en est le cas, c'est sans aucun 
doute   pour   l'accompagner   de   déception,   d'une 
déception immense. Bref… je crois que tu devrais plus 
t'informer   sur   Valevicius   Valencia   avant   d'aller   plus 
loin sur cette piste. Du moins, c'est mon avis...

Il   se  détendit  puis   prit   le   temps  de   me   raconter  cette 


histoire   bizarre,   que   vers   le   début   années   '20,   un 
agitateur   allemand   d'extrême   droite   qui   avait   peu   de 
gloire   et   de   notoriété,   sauf   dans   certains   cercles 
politiques  réactionnaires,  prit contact  avec  une  société 
secrète par l'entremise d'un dénommé Dietritch Eckart. 
Le   fondateur   de   cette   société   secrète,   Rudolf   Von 
Sebottendorf,   un   érudit   de   la   théosophie   et   du 
mysticisme   oriental,   profondément   plongé   dans 
l'occulte,   était   le   grand   maître   et   fondateur   de   cette 

268
société   secrète,   la   société   Thule,   qui   partageait   les 
mêmes   origines   que   la   Golden   Dawn   d'Aleister 
Crowley,   et   était   aussi   apparentée   ­voire   même 
associée­ à l'ordre des Skulls and Bones de l'université 
de Yale, aux USAs, l'Ordre des Illuminés, ou Illuminati 
de l'appellation plus courante, était la toile secrète qui 
unissait   ces   sociétés,   pas   seulement   ces   trois­ci,   mais 
une   multitude   de   sociétés   secrètes,   répandues   aux 
quatre   coins   de   l'Occident,   même   de   l'Orient.   Les 
jésuites et les francs­maçons, étaient les plus populeuses 
et   les   plus   célèbres   de   ces   sociétés,   même   si,   vu   de 
l'extérieur,   elles   se   revendiquaient   comme   étant 
mutuellement opposées, autant dans leur doctrine que 
dans   leur   “loyauté”.   La   société   Thule   croyait   en   une 
ancienne lignée d'humains, les indo­aryens, originaires 
de   l'Atlantide,   qui   était   liée   par   le   sang   à   la   race 
pseudodivine qui a créé le Ciel et la Terre et avait régné 
sur le monde durant des milliers d'années, avant que le 
monde   ne   se   fasse   corrompre   progressivement   par 
l'influence d'êtres “inférieurs”, produits d'un métissage 
entre humains et babouin. Les Aryens étaient en fait le 
peuple  élu  pour   gouverner  le  monde   dans   la   religion 
védique hindoue, et les nazis croyaient fermement que 
le peuple germain en était l'héritage. Eckart, l'associé et 
le   suppléant   de   Von   Sebottendorf,   se   fit   durant 
quelques années une sorte de mentor pour le dictateur 
en   devenir   qui,   comme   on   le   sait,   allait   établir   un 
régime   totalitaire   en   Allemagne   et   s'emparerait,   en 
l'espace de quelques années, de presque toute l'Europe 
ainsi que la majeure partie des colonies  africaines  des 
grands empires occidentaux. C'est de cette relation avec 

269
la  société  secrète   que  cet  individu,   Adolf  Hitler,  fit  la 
rencontre   de   multiples   personnages   influents   des 
cercles   suprémacistes   allemands   ­dont   notamment 
Rudolf Hess, dont les ambitions étaient non seulement 
politiques,   mais   aussi   profondément   empreintes   d'un 
ésotérisme dément. Ainsi avait été créé le Parti national­
socialiste   allemand   dans   les   années   '20...   avec   une 
poignée   de   malades   mentaux   sectaires   déterminés   à 
réincarner   la   civilisation   de   l'Atlantide.   Pensée 
ésotérique  ­ou religieuse­  et conception  politique  vont 
de pair, semble­t­il, dans le conservatisme politique, et 
je   n'ai   pas   de   difficulté   à   croire   cela,   au   moins.   Le 
swastika   était   d'ailleurs,   comme   je   le   savais   déjà,   un 
symbole provenant du mysticisme asiatique. La religion 
védique   du   nord   de   l'Inde   est   aussi   au   fondement 
même  du   système  des  castes   dont  la  société  indienne 
souffre   encore   aujourd'hui;   un   système   drôlement 
similaire   à   ce   que   les   doctrines   eugéniques   et 
suprémacistes européennes idéalisaient alors, et encore 
aujourd'hui. 

Mais   Eckart   et   Sebottendorf   étaient   loin   d'être   les 


créateurs de telles théories démentes, ils n'étaient en fait 
que   des   gourous,   et   des   porteurs   de   flambeaux   dans 
une tradition mystique qui semblait aller bien plus loin 
que   l'Histoire   ne   le   sait.   Saint­Yves   d'Alveydre,   un 
intellectuel français, orientaliste et disciple de Madame 
Blavatsky, fut le premier à réellement publier des écrits 
sur le complot juif, et à développer l'idée d'une grande 
synarchie   mondiale,   gouvernée   par   une   race   d'êtres 
supérieurs, descendants de l'Atlantide, prédestinée à se 

270
partager le destin de l'humanité. Dans sa vision, basée 
sur le darwinisme social, les clés du pouvoir  devaient 
revenir dans les mains de ceux et celles qui étaient les 
plus   aptes   à   gouverner,   et   cela,   par­delà   toutes 
frontières   nationales,   religieuses   et   culturelles.   Et   au 
sommet de leur synarchie, il y aurait ce conseil de sages, 
nommé la “Fraternité Blanche”, qui les dirigerait et les 
inspirerait dans leur règne. Selon d'Alveydre, cette race, 
aussi   mystérieuse   soit­elle,   existait   toujours   à   son 
époque.   Il   avait   même   affirmé   avoir   rencontré 
personnellement   ces   gens,   lors   de   son   long   périple 
spirituel à travers l'Himalaya. Ils existaient bel et bien, 
seulement   que   leur   existence   avait   été   voilée,   durant 
des   milliers   d'années,   au   point   d'être   oubliée   par 
l'Histoire; et c'est uniquement par voie télépathique  et 
onirique   ­des   communications   essentiellement 
surnaturelles,   soit­   que   des   personnages   tels   que 
Madame   Blavatsky,   le   prodigieux   Aleister   Crowley, 
Saint­Yves   d'Alveydre   lui­même,   et   par   la   suite   Von 
Sebottendorf,  Eckart et enfin Adolf  Hitler ont tous pu 
soi­disant   entrer   en   “contact   privilégié”   avec   les 
membres   de   cette   race.   Mais   cela,   ce   n'était   que   la 
version   des   nazis,   ainsi   que   des   occultistes   dont   ils 
s'étaient   inspirés,   encore   y   en   avait­il   long   à   dire   sur 
cette   connection   secrète   dans   le   reste   du   monde 
occidental... 

« ...bref, ce Von Sebottendorf a eu une influence directe 
sur   la   création   du   Parti   Nazi,   même   si   son   rôle   est 
devenu   de   plus   en   plus   flou   et   incertain,   au   fil   des 
années. Il semble que durant un certain temps il a été 

271
une   sorte   de   marionnettiste,   qui   tira   les   ficelles,   en 
gardant   une   bonne   distance,   sur   un   réseau   privilégié 
d'individus bien positionnés; ou simplement il a été un 
acteur   distant   et   effacé,   politiquement   « humble ».   Je 
sais pas... Mais ce qui est certain, c'est que le Parti Nazi 
fut   créé   à   partir   de   la   société  Thule,   dont   il   était   le 
fondateur,  et il semble  qu'il aurait joué  un rôle plutôt 
actif comme officier et agent double pour le Troisième 
Reich   durant   la   guerre,   à   Istanbul.   Mais   hormis   la 
spéculation, de ce que j'en sais, c'est Eckart qui a été le 
gourou  personnel  de Hitler,  et qui lui a  enseigné  une 
bonne  partie  des fondements  mystiques  et historiques 
de la paranoïa antisémite qu'il a plus tard prêchée aux 
masses, après l'avoir élaborée dans le Mein Kampf... tu 
sais   cette   théorie   de   complot   sur   la   domination 
mondiale juive, celle de la cabale de banquiers juifs qui 
prend le contrôle sur toute l'activité financière mondiale 
de   l'arrière,   par   le   contrôle   de   l'or   et   du   marché 
monétaire.   C'est   du   Protocole   des   Sages   de   Sion   ­qui 
aurait   d'ailleurs  été   écrit   par   un   imposteur   antisémite 
pour pouvoir porter le document sur le dos des Juifs du 
monde   entier­   dont   vient   la   théorie   du   complot   juif 
mondial, c'est ce document qui fut le premier à attiser 
les flammes des pogroms et du nazisme en Occident; le 
Mein Kampf, il est directement basé là­dessus. »

– Mais où tu veux en venir...
– Or   voici   qu'on   avait,   d'un   côté,   le   grand   peuple 
germanique, ce peuple élu par la sélection naturelle 
des   âges,   descendant   des   Atlantes;   et   survivance 
nordique   de   ladite   race   aryenne   des   Indes, 

272
attendant   son   nouveau   règne   millénaire,   après   la 
persécution   du   Traité   de   Versailles   ­ce   grand 
complot   orchestré   par   les   Juifs   de   France, 
d'Angleterre   et   de   Russie   pour   étendre   leur 
domination   sur   l'Europe­   alors   que   dans   l'autre 
camp,   bien   il   y   a   les   Juifs   occidentaux   qui 
gouvernent les nations «aryennes» et persécutent le 
grand   peuple   élu   par   les   anciens   dieux   de 
l'Atlantide  et de Thule…  d'un côté les bolcheviks, 
de   l'autre   les   Rotschild   et   les   autres   Lords,   puis 
entre   les   deux   toute   la   bourgeoisie   politique 
française, juive et gauchiste. Les Juifs étaient pour 
eux   une   grande   toile   politique   et   financière   qui 
dominait   partout   sur   l'Europe,   et   qui   était   sur   le 
point de prendre le contrôle sur le Monde entier. Le 
sang des Atlantes de Madame Blavatsky, se faisait 
corrompre depuis déjà des siècles, et était menacé 
d'être   épuisé   définitivement   par   une   race 
inférieure...   qui   pourtant   était   dominante   sur   les 
descendants   des   Atlantes.   Les   fondements   de   ces 
idées­là proviennent surtout, en fait, de Hess et de 
Eckart, car Hitler… ce petit peintre peu talentueux ­
même si doué d'un certain charisme et d'idées déjà 
très   réactionnaires­   était   pas   vraiment   un 
belligérant  prêcheur  de la suprématie  blanche,  du 
moins  pas avant qu'il se fasse endoctriner  par  un 
membre de la Thule Gesellschaft en prison, et qu'il 
se mette tisse des liens avec cette société une fois 
sorti de prison. Mais tu sais qu'à l'époque, Hitler et 
son   petit   groupe   de   fanatiques   n'étaient   qu'une 
avant­garde   politique,   car   les   Nazis,   tout   comme 

273
des   clans   aussi   distincts   que   les   familles   de 
banquiers occidentales, et les bolcheviks russes que 
l'administration   Roosevelt   et   la   haute   finance 
américaine   ­Bush,   Rockefeller,   Thyssen   et 
Kennedy­     tous   étaient   sous   la   même   influence 
d'une seule et même autorité, et agissaient selon ses 
directives!   Cet   être,   ce   chef,   était   l'éminence 
suprême   dans   le   cercle   interne   de   cette   élite 
mondiale   qui   ­du   moins   d'un   point   de   vue 
extérieur­ est aussi éparse qu'inconciliable. C'est le 
grand  mage  des  Illuminés,  mais  je ne  vais  pas  te 
donner son nom, car personne n'a jamais vraiment 
su quelle était la vraie identité de celui qui était au 
sommet   de   la   pyramide,   du   moins   pas   de   son 
vivant.   Était­ce   Von   Sebottendorf,   à   une   telle 
époque?   Ou   plutôt   Eckart,   son   bras   droit,   plus 
politique, plus pragmatique, à une autre? Peut­être 
était­il   un   des   héritiers   de   Madame   Blavatsky, 
Aleister Crowley et Saint­Yves d'Alveydre? Le chef 
de l'Ordo Templi Orientis? Est­ce que Valencia est 
leur héritier à tous... ou n'est­il encore qu'un de ses 
intermédiaires?   Tu   peux   pas   le   savoir...   personne 
ne   le   peut.   Tout   ce   que   l'Histoire   peut   nous 
prouver, c'est que Sebottendorf se serait suicidé à la 
fin  de  la  Deuxième  Guerre  mondiale,  malgré  que 
les preuves soient encore discutables. Moi, je crois 
qu'aucuns   de   ces   gens   n'ont   été   des   maîtres, 
seulement   des   gens   agissant   selon   certains   codes 
internes, selon des directives venant d'une autorité 
inconnue,   qui   n'est   pas   nécessairement   composée 
que d'un seul individu.  Car tous ces gens avaient 

274
un agenda commun, tous croyaient en l'avènement 
d'une   grande   synarchie   planétaire,   le   fameux 
« nouvel   ordre  mondial »,   pour   marquer   le  début 
d'un   nouveau   règne   millénaire,   sous   l'ère   du 
Verseau.   Et   des   théories   du   complot   assez 
répandues,   même   dans   des   milieux   académiques, 
veulent   que   leurs   agents   subordonnés,   ou 
émissaires   ­quels   qu'ils   soient­   infiltrent   et 
manipulent   toutes   les   structures   politiques, 
financières,   religieuses   du   monde   entier;   dans   le 
but   d'amener   cet   ordre   à   se  concrétiser  dans   une 
grande   tragédie   politique   mondiale,   le   faisant 
accepter   aux   masses   en   leur   imposant   comme   la 
meilleure   solution   à   leurs   faiblesses,   et   à   leur 
insécurité, dans une situation  de crise.  Démentiel, 
non? Je veux dire cette théorie, bien sûr! Bon, si je te 
dis   tout   cela,   bien…   c'est   seulement   parce   que   si 
Valencia   ne   veut   pas   ta   peau   ou   ta   liberté,   c'est 
peut­être   parce   qu'il   a   des   plans   encore   plus 
sinistres pour toi… »

Mais   pourquoi   cette   comparaison   entre   Valencia   et 


Eckart... ou Von Sebottendorf, et d'autres vieux sectaires 
cinglés du genre? Prétendait­il, en sous­entendant, que 
ces   deux   ou   trois   individus   étaient   un   seul   et   même 
personnage???   Comment   peut­il   affirmer   autrement 
que   Valentia   puisse   avoir   les   mêmes   objectifs   que 
Eckart avait, et manipuler une personne comme moi de 
la même manière que Eckart l'a fait avec Rudolf Hess et 
Adolph   Hitler?  C'est  du  délire…   Sur  quoi   se   base­t­il 
pour supposer de telles choses? 

275
Je n'ai malheureusement eu ni la vivacité d'esprit ni le 
temps pour lui poser la question, car alors que j'étais en 
train   de   replacer   dans   ma   tête   les   morceaux   de   ses 
explications   chaotiques,   il   s'empressait   de   partir. 
Comme   en   un   seul   mouvement   il   me   salua,   me 
prescrivit   de   surveiller   mes   arrières,   et   déguerpit   du 
café sans même payer pour son café et sa petite pointe 
de gâteau aux carottes, qu'il n'avait d'ailleurs même pas 
entamée  (et que  je me délectai de déguster  à sa place 
sans trop me poser de questions sur les motifs de son 
empressement). Peu après qu'il soit sorti, je remarquai 
sur   le   sol   un   petit   bout   de   papier   qu'il   avait 
apparemment laissé tomber de son manteau, et qui dû 
être  un   des   bouts  de  papier   qui  tombèrent  au  hasard 
lorsqu'il   en   saisit   un   pour   m'écrire   la   note.   Un   petit 
papier   journal   sur   lequel   était   griffonné   ­encore­   une 
adresse, ou du moins ce qu'il me sembla en être une. Le 
«13A, avenue Saint…» la fin du nom était illisible «De 
Molay», «sous terre», «Porte boulevard Kennedy», puis 
«3 fois, 2 fois 3, et 3 fois 3». 

Une   conjecture   géographique   que   j'eus   peine   à 


m'imaginer,   à   première   vue.   Comment   l'avenue   De 
Molay,   cette   quasi­ruelle,   pouvait   croiser   la   rue 
Kennedy, qui s'arrêtait quelques centaines de mètres de 
la   plus   proche   intersection   possible.   Il   n'y   a   pas   non 
plus   de   lien   avec   l'avenue   du   Saint,   en   supposant   ici 
que le «Saint…» soit l'avenue Saint­Pierre, qui tranchait 
la ville à plusieurs rues de là où se terminait déjà la rue 

276
Kennedy. J'estimai quand même que cela méritait d'être 
vérifié sur le terrain, juste au cas où.

Peu après que Louis soit parti, je cherchai du regard le 
vieil  homme  renfrogné  qui  me  guettait  du  fond  de la 
salle,  plus  tôt,  avant  que mon  ami  arrive.  Le vieillard 
avait disparu. Dommage, j'aurais bien aimé l'interroger 
sur quelques points, car il me semblait vraiment avoir 
quelque chose de familier, mais je n'étais pas certain de 
quoi exactement...

*   *   *

Étant donné que j'avais toute la journée du lendemain à 
ma  disposition,  je décidai d'en profiter  pour  faire  une 
excursion dans le centre­ville, question de rencontrer ce 
type   dont   Louis   m'avait   parlé,   toujours   déterminé   à 
poursuivre   mon   enquête   malgré   la   confusion   dans 
laquelle   je   fus   plongé,   il   y   a   quelques   jours,   avec   ma 
rencontre   avec   cet   infâme   Valencia.   Je   rencontrai   cet 
homme,   chez   lui,   en   fin   de   matinée   et   nous   allâmes 
aussitôt à un petit restaurant Thai près du parc Roman, 
puis nous allâmes nous asseoir à un banc dans le parc, 
pour   discuter   plus   en   profondeur   de   ce   qu'il   savait. 
C'était   un   type   plutôt   austère   d'apparence.   Jean­Paul 
Bernard qu'il s'appelait. Un nom pesant, et raisonnant... 
approprié  pour  un  professeur.   Le  professeur  Bernard, 

277
un   grand   homme   trapu   et   chauve,   aux   yeux   perdus 
dans   des   lunettes   triple   foyer,   était   un   type   plutôt 
réservé, distant, qui ne regardait que rarement dans les 
yeux lorsqu'il parlait, et semblait être constamment sur 
un   nuage.   Mais   il   avait   néanmoins   la   volubilité   et   le 
charisme   pour   être   intéressant   à   entendre,   et 
suffisamment   rationnel   pour   être   crédible   dans   ses 
propos, aussi ésotériques fussent­ils. Peu importe, il m'a 
un   peu   tout   raconté   son   histoire   ­c'est­à­dire   tout   ce 
qu'il a découvert sur Valencia­ un peu à la manière d'un 
professeur; comme s'il avait déjà son plan de cours pour 
tout   m'expliquer.   J'avais   à   peine   à   le   questionner   (et 
j'eus peine à le faire d'ailleurs), car il me lança tout ce 
tas d'informations de façon linéaire en faisant rarement 
de pauses.

Ce qu'il me dit au sujet de Valevicius  Valencia  n'était 


pas   une   grande   surprise   en   comparaison   de   ce   que 
Louis   m'avait   parlé,   sauf   que   Bernard   s'était   plus 
étendu sur la relation entre plusieurs événements pivots 
de l'histoire mondiale et un individu, ou, dans certains 
contextes   un   cercle   très   restreint   d'individus,   en 
particulier. Son but, à ce que j'en compris, était de me 
prouver   la   récurrence,   durant   plusieurs   époques   de 
l'Histoire   humaine,   d'une   figure   mystérieuse,   d'une 
entité  aux  multiples  visages  et identités  qui aurait été 
impliquée   dans   toutes   sortes   de   bouleversements 
politiques,  économiques,  spirituels, ainsi que dans des 
guerres d'une certaine  importance.  En fait, il s'agissait 
plus   d'une   institution   que   d'un   ou   de   quelques 
individus.  Une confrérie, à proprement  parler. Un des 

278
membres  de cette confrérie aurait provoqué  la zizanie 
entre les royaumes de Mycènes et de Troie afin que ces 
deux   sociétés   s'entrechoquent   dans   un   des   plus 
sanglants massacres guerriers de l'histoire, il y a plus de 
3500 ans. Cet individu, une femme, simple mortelle, qui 
fut   plus   tard   personnifiée   en   Aphrodite   dans   le   récit 
d'Homère ­pour des fins poétiques, bien sûr­   était en 
fait   un   des   rares   membres   féminins   de   cette   vieille 
confrérie.   Cet   ordre   secret   avait   aussi   joué   un   rôle 
crucial   dans   l'établissement   et   l'expansion   des 
premières dynasties royales en Égypte, et puis dans la 
création   de   l'Église   catholique   sous   l'Empire   romain, 
alors   que   deux   des   membres   eurent   une   influence 
étroite sur Constantin 1er ainsi que sur plusieurs papes 
au cours de l'histoire. Ils se sont “matérialisés” de façon 
plus officielle sous la forme de l'Ordre Templier, et plus 
tard utilisèrent diverses sectes et sociétés secrètes ­il me 
parla   vaguement   des   rosicruciens   et   des   jésuites­   à 
travers les âges, pour avoir une emprise concrète sur la 
société, tout en demeurant  protégés  par  le couvert du 
secret;   certaines   de   ces   couvertures   ayant   simplement 
disparu   à   travers   les  grands   événements   de   l'Histoire 
­l'Inquisition, la Révolution française, les deux grandes 
Guerres   mondiales   notamment­   et   d'autres   restant 
toujours   aussi   actives   et   influentes   dans   l'époque 
contemporaine   qu'elles   ne   l'eurent   toujours   été   par   le 
passé. 

Selon   lui,   ses   membres   étaient   les   soi­disant   gardiens 


d'un   savoir   secret,   vieux   comme   l'humanité,   qui   était 
préservé en des lieux privilégiés et enseigné au compte­

279
gouttes   dans   les   cercles   académiques   égyptiens.   Mais 
bien qu'il semblait en connaître sur l'activité de la secte 
sur une ligne historique aussi étendue, il ne me dit pas 
grand­chose   sur   les   origines   de   cette  confrérie,   ni   sur 
comment   elle   put   survivre   durant   si   longtemps   sans 
n'avoir   été   qu'une   seule   fois   dévoilée   au   grand   jour. 
Mais l'histoire ancestrale de ce groupe est aussi obscure 
que la préhistoire de la civilisation humaine. Si on sait 
peu   de   choses   sur   les   civilisations   de   l'ancienne 
Mésopotamie et de l'Inde, encore moins en sait­on sur 
les   origines   de   la   Confrérie   du   Serpent.   Là   où   était 
l'intérêt   de   cet   ordre,   c'était   plutôt   dans   toute   cette 
période, pour le moins mouvementée, allant du Moyen­
Âge   jusqu'à   l'ère   industrielle,   car   c'est   durant   cette 
longue  période que se déclencha  une guerre qui dura 
des siècles et resta tout ce temps invisible aux yeux de 
presque   tous   les   humains   sur   la   Terre.   Pour   lui,   un 
tournant important et généralement sous­estimé par les 
historiens   modernes   fut   la   chute   d'Alexandrie   aux 
mains de l'empire romain, plus particulièrement, de la 
destruction   de   sa   bibliothèque,   qui   contenait   des 
ouvrages illustres de poésie, de littérature, de sciences, 
de   Droit,   de   philosophie   et   d'Histoire   provenant   de 
toutes   les   civilisations   orientales   passées   et 
contemporaines. Le savoir était concentré, et protégé en 
cet endroit unique, pour la seule et unique raison que 
c'était le refuge, les quartier généraux et aussi le temple 
de la secte ancestrale. Les membres de la secte étaient 
eux­mêmes   de   grands   voyageurs   qui   avaient   des 
relations   privilégiées   parmi   les   fonctionnaires, 
généraux,   rois,   marchands,   philosophes   et   les 

280
empereurs   des   quatre   coins   du   continent,   allant   des 
cités États de la Méditerranée jusqu'aux riches empires 
de   la   Chine,   en   passant   par   l'Égypte   ancienne   et   les 
diverses   civilisations   des   peuples   d'Amérique 
précolombienne.   Aux   dires   du   docteur   Bertrand,   la 
Confrérie avait même étendu son influence jusque dans 
les   mystérieuses   civilisations   de   l'Amérique 
précolombienne,   où   un   culte   du   serpent   aurait   été 
instauré   par   un   de   ses   membres,   d'où   le   récit   du 
Quetzacoatl,   le   Serpent   à   plumes.   Leur   grande   toile 
invisible   avait   commencé   à   s'étendre   et   à   s'incruster 
dans   la   civilisation   occidentale   durant   les   campagnes 
d'Alexandre  le Grand  au Moyen­Orient,  alors que des 
généraux du conquérant étaient entrés en contact avec 
la Confrérie,  dans les royaumes  conquis,  quelque  part 
au Proche­Orient, et étaient devenus des initiés de cette 
façon.   C'était   la   tactique   de   tout   ordre   ou   religion 
voulant survivre; de ne pas résister aux conquérants et 
de gagner  la dévotion et la loyauté de puissants  alliés 
parmi eux, entre autres par la “sorcellerie des mots”, ou 
le “pouvoir  de la Foi”  comme  d'autres l'appelleraient. 
C'est par ce seul principe, selon lui, que la survivance et 
le   secret   de   la   Confrérie   ont   persisté   à   travers   les 
époques et les civilisations. 

La plus grande partie de la collection de la bibliothèque 
d'Alexandrie venait ainsi de ce que les membres de la 
Confrérie amassaient de partout où ils avaient foulé le 
sol et  étendu  leur   influence,  le  plus  souvent  de  façon 
indirecte   et   insidieuse,   pour   transformer   l'ordre   du 
monde selon leurs desseins secrets. Ils étaient à la fois 

281
explorateurs   et   conspirateurs,   qui   conquéraient   sans 
que   personne   n'en   ait   conscience,   au   premier   abord. 
Leur empire n'avait aucune armée, et vivait camouflé, 
incrusté,   se   perpétuant   en   secret   parmi   les   cercles   les 
élites,  parfois derrière la religion  et la science, mais le 
plus   souvent   dans   la   politique   et   le   commerce;   si 
ingénieusement   incrusté,   en   fait,   que   la   Confrérie 
pouvait   décider   du   sort   d'une   civilisation   entière   en 
seulement   quelques   actions   concises   et   bien   ciblées, 
mais que personne ne pouvait faire quoi que ce ne soit 
pour les empêcher de le faire, ou encore de les accuser 
ou   les   condamner,   sans   n'avoir   à  s'attaquer  à   un   pan 
entier   du   pouvoir   politique   ou   religieux...   ce   qui   ne 
devait pas être très envisageable comme action pour la 
plupart   des   gens   en   ces   temps   ancestraux.   Bref,  je   ne 
savais   que   croire   de   cette   idée   qu'une   secte,   ou   une 
fraternité, ou quoi que ce fût d'autre du genre puisse en 
arriver à avoir une emprise si forte sur le monde entier, 
surtout   à   une   époque   où   l'espace   et   les   barrières 
culturelles   et   sociales   était   peu   avantageuses   au 
développement  de réseaux  de pouvoir, et de savoir, à 
une échelle si vaste. Malgré tout, les Mongols ont créé 
quelque  chose de similaire ­quoiqu'avec  une approche 
de l'invasion qui était beaucoup moins raffinée­ et sont 
pourtant   parvenus   à   dominer   l'ensemble   de   l'Orient, 
incluant une partie de l'Europe et de l'Afrique,  durant 
des siècles.

En   marchant   sur   mon   chemin   de   retour,   je   sentais   le 


poids purement abstrait de l'Histoire sur mes épaules. 
Tout   ceci   était  trop  pour   cette   réalité   dans   laquelle   je 

282
vivais,   pour   ce   monde   insignifiant   et   renfermé   qui 
s'oublie   une   journée   après   l'autre;   tellement   que,   peu 
importe   la   véracité   du   récit   de   Bertrand,   de   cette 
extravagante   version   révisionniste   de   l'Histoire,   je 
trouvais   ce   récit   aussi   irréel   et   féerique   qu'un   épique 
roman   de   fantaisie,   déjanté,   schizophrénique   et 
essentiellement   invraisemblable.   Je   me   rappelle   qu'il 
avait   même   été   jusqu'à   inclure   le   surnaturel   et   le 
magique  à son histoire... parlant de certains individus 
immortels,   et   de   certains   autres   ayant   des   pouvoirs 
psychiques   assez   puissants   pour   provoquer   des 
manifestations   surnaturelles,   transformer   le   plomb   en 
or   véritable,   ou   influencer   les   champs   magnétiques 
terrestres,   les   courants   telluriques,   par   la   voie   de 
procédés mystiques... Bref, des détails qui n'aidaient en 
rien la crédibilité de son récit. Mais était­ce tout ce qui le 
rendait   si   déconnecté   de   l'univers   qui   m'entourait? 
Peut­être n'avais­je pas l'esprit suffisamment entraîné à 
la pensée historique, qu'après toutes ces années j'avais 
quelque peu perdu ma sensibilité intellectuelle pour les 
formes historiques  derrière chaque  lieu et chaque  fait; 
de cette part de ce qui revient parmi ce qui devient, du 
récit qui se répète  continuellement,  au­delà  du regard 
des   masses,   ou   simplement   des   êtres   trop   près   d'un 
processus   pour  pouvoir  le  mettre   en  perspective   avec 
un passé qui était pourtant similaire. L'acuité historique 
me manquait, mais je sentais que j'étais sur le point de 
la redécouvrir, et de redécouvrir  en même  temps  tout 
un monde nouveau... une dimension de l'univers que je 
n'avais   pas   exploré   jusqu'à   ce   maintenant,   et   qui 
donnait   beaucoup   de   cohérence   à   nombres   de   choses 

283
qui ne faisaient pas de sens à mes yeux... Et oui, si après 
tout la civilisation n'était dirigée par quelques individus 
exerçant une influence énorme sur le cours des choses, 
en définissant le sens commun pour le reste du monde 
entier,   et   peut­être   même   en   créant   ses   besoins,   ses 
idéaux,   ses   valeurs?   N'est­ce   pas   après   tout   ce   que 
prophètes,   artistes,   politiciens,   banquiers,   prêtres   et 
idoles   de   toutes   sortes   ont   toujours   fait   depuis   des 
millénaires? Les masses n'auraient­t­elles eu qu'à suivre 
les directions qui s'imposaient à elles comme étant les 
meilleures,   ou   encore   les   seules   existantes?   Pourquoi 
l'Histoire ne serait­elle pas celle des conspirateurs, tout 
comme elle est celle des vainqueurs? Les vainqueurs ne 
sont­ils   pas,   après   tout,   que   des   gens   doués   dans   le 
grand art du complot? 

Sur   mon   chemin,   tout   en   reprenant   mes   esprits,   je 


reconnus quelques passants sans que je parvienne à les 
identifier   de   mémoire.   Particulièrement,   durant   un 
certain moment alors que je marchais dans le quartier 
du   Temple,  je  remarquai  à  plusieurs  reprises  un  type 
sombre,  très  mal  habillé,  que  j'apercevais  aisément  en 
m'arrêtant face à une vitrine pour l'observer à travers le 
reflet, et je tentai de le perdre dans la foule du marché 
au   parc   Roman,   mais   à   chaque   fois   il   semblait 
littéralement   se   volatiliser,   et   se   jouer   de   ma 
surveillance comme… exactement comme s'il savait que 
je constatais sa présence, presque au moment même où 
je la constatais… C'en vint quelque peu inquiétant. Mais 
peu importe, il avait semble­t­il définitivement disparu 
après que j'eus pris le boulevard Kennedy, car je ne le 

284
revis plus  depuis  ce moment.  Peut­être ne  s'agissait­il 
que d'un  dérangé,  ou peut­être encore  étais­je devenu 
un   peu   paranoïaque   avec   toutes   ces   histoires   sur 
Valencia.  Il est vrai que toute chose, en fait,  peut être 
susceptible   d'alimenter   les   pires   fabulations 
paranoïaques,   même   les   éléments   les   plus   banaux   de 
notre quotidien, comme toute chose peut être le produit 
d'un complot  d'une façon ou d'une autre. Je suis moi­
même l'instigateur de dizaines de complots à moi seul, 
chaque  année,  lorsque  je dépiste  d'éventuels  criminels 
qui se croient au­dessus de tout, ou que j'aie à retrouver 
en   Colombie­Britannique   un   enfant,   d'ici,   qui   a   été 
enlevé par son père alors que sa mère était simplement 
partie au marché. Mais il reste toujours une possibilité 
qu'il   y   ait   un   œil   qui   surveille,   secrètement,   l'œil   qui 
surveille;   une   méta­surveillance   qui   ne   se   fait   pas 
remarquer   de   celui   qui   observe,   car   celui­ci   est 
constamment  concentré   sur   d'autres  objets  et  que  très 
peu sur lui­même, et c'est là d'ailleurs que se trouve la 
grande   faiblesse   de   l'observateur.   En   regardant   à 
l'horizon,   on   ne   porte   pas   attention   à   la   mine   sur 
laquelle on met le pied.

Il était clair que je ne pouvais trouver  un 13A qui fut 
situé à un quelconque croisement entre non deux mais 
trois rues qui ne se connectent même pas. Il y avait par 
contre le 12 avenue Kennedy  que je parvins à trouver 
presque   par   chance,   car   il   s'agissait   d'un   tout   petit 
édifice, d'une petitesse surprenante, coincé entre le 12, 
un gratte­ciel massif  dans lequel siégeait une des plus 
importantes banques du pays, et le 14, un pub ou une 

285
boîte de nuit,  sans surprise fermée à cette heure­ci de 
l'après­midi.   L'endroit,   le   13,   était   occupé   par   ce   qui 
semblait être une firme de consultants, portant un nom 
vague.   Le  Centre   des   relations  internationales.   Rien  à 
signaler  de  spécial,  du moins  à premier   abord.  Sur   le 
deuxième   et   le   troisième   étage   s'y   trouvaient   les 
bureaux   de   quelques   consultants...   et   d'un   avocat 
spécialisé   en  Droit  international;   tandis  que  le  bureau 
de   la   secrétaire   occupait   presque   tout   le   rez­de­
chaussée, en incluant la petite salle d'attente qui y était 
adjointe.   Les   diplomates,   de   toute   façon,   ne   traînent 
jamais dans les salles d'attente, or cette pièce devait être 
plus symbolique qu'autre chose. Malgré la petitesse des 
lieux, tout était garni d'un luxe très raffiné, et imprégné 
d'un   style   victorien   fait   de   boiseries   sombres,   de 
tapisseries   murales   aux   allures   arabesques,   et   d'une 
multitude   d'objets   et   de   décorations   moulées   dans   le 
cuivre   et   le   fer,   ou   sculptées   dans   de   la   pierre   noire. 
L'ambiance était chaude et feutrée, malgré une certaine 
odeur   de   renfermé,   rappelant   une   odeur   de   vieux 
papier. Était­ce l'odeur de l'argent? 

La secrétaire, une vielle dame d'allure austère, me fit un 
air   vaguement  déconcerté  lorsque   je   lui   demandai   où 
pouvais­je trouver  l'énigmatique  13A que je cherchais. 
Je lui expliquai, comme bon me semble d'être certain de 
ne   pas   me   tromper,   mais   ça   ne   réussit   pas   à   la 
convaincre.   De   toute   façon,   si   elle   savait   au   sujet   du 
13A, il n'y avait aucune façon qu'elle collabore pour me 
donner   les   directives   pour   me   rendre;   c'était   une 
secrétaire   après   tout,   et   les   secrétaires   filtrent   si   bien 

286
l'information   qu'il   n'y   a   presque   rien   à   faire   de 
convenable avec elles pour forcer les choses. Ce fameux 
13A aurait bien pu être le placard de la salle d'attente, 
elle ne m'en aurait jamais parlé à moins de l'enfermer 
dedans et lui demander  l'adresse du placard où je l'ai 
enfermée.   Mais   je   crois   plutôt   qu'elle   ne   savait   tout 
simplement pas. Après tout, vu l'endroit où se trouvait 
véritablement le 13A, tout le monde en fait pouvait ne 
jamais   avoir   remarqué   cette   adresse,   tout   comme 
personne n'avait de raison de la connaître...

Sous la banque et tout juste à côté de la firme s'ouvrait 
une   entrée   de   stationnement   souterrain.   C'était   en   la 
bouche d'entrée d'un réseau de stationnements, joignant 
les   stationnements   souterrains   de   plusieurs   grands 
édifices  des environs,  qui  devait  assurément  s'étendre 
sur   presque   tout   le   quartier,   mais   d'en   dessous.   Les 
viscères de la ville. Si j'en jugeais les nombreux tunnels 
et   autres   voies   de   circulation   qui   s'allongeaient   et 
s'entrecroisaient sur plusieurs kilomètres dans plusieurs 
sens,   ça   donnait   vraiment   l'impression   d'une 
gigantesque   pieuvre   suburbaine   qui   étendait   ses 
sinistres tentacules à l'échelle de presque toute la ville, 
atteignant les sous­sols de chacun de tous les piliers du 
pouvoir financier médiatique et politique de la ville. Où 
était   l'oeil,   la   bouche   affreuse   et   le   cerveau   de   la 
pieuvre, s'il y en avait vraiment  cela  était une énigme 
que je n'osais tenter de résoudre... 

Enfin,   d'un   premier   coup­d'oeil,   c'était   un 


stationnement bien ordinaire, en fait, en mettant de côté 

287
l'étendue du réseau de circulation souterraine auquel il 
donnait accès. Insipide d'aspect, fonctionnel, seulement 
et   uniquement   fonctionnel…   rien   à   en   dire   de   plus. 
L'entrée, quoi que sous surveillance électronique, n'était 
pas   close   et   il   n'y   avait   apparemment   aucun   gardien 
pour   contrôler   les   conducteurs   venant   se   stationner   à 
cet endroit. Sans surprise, étant donné qu'il s'agissait du 
sous­sol   d'une   institution   financière,   les   caméras   de 
surveillance   ­bien   cachées­   étaient   si   nombreuses   que 
même une mouche n'aurait pu les déjouer. J'imaginais 
un ou deux agents de sécurité grassouillets, grignotant 
leurs   croustilles   graisseuses   face   à   une   douzaine   de 
moniteurs, leurs yeux plus concentrés sur leurs jeux de 
console ou leur polar que sur la surveillance des lieux.

En   descendant   au   niveau   du   stationnement,   je 


remarquai   une   porte   d'acier,   fermée   et   sans   aucune 
poignée  ou  prise quelconque,  qui  était  encastrée  dans 
une des parois de béton, là où serait le sous­sol de la 
petite firme de consultants d'à côté, dans un long mur 
de béton sans fenêtres ni autres portes. Seulement une 
porte   ordinaire   en   fait,   muette   et   sans   prise,   en   plein 
milieu d'un désert fade de béton armé. C'est ainsi que je 
trouvai   ce   que   je   cherchai,   contre   toute   attente,   et 
comme par une astucieuse ironie que moi­même ne sus 
prévoir. Sur la petite porte de fer, je remarquai qu'était 
inscrite, juste au­dessus de la serrure, l'adresse du 13A, 
en toutes petites lettres carrées rouges. La porte était bel 
et bien située au croisement des rues De Molay, Saint­
Pierre,   et   Kennedy,   car   elle   se   trouvait   en   fait   à   la 

288
rencontre   de   trois   passerelles   souterraines,   dont 
chacune menait à une de ces trois rues.

Mais qu'est­ce que Louis pouvait bien venir faire dans 
ce nauséabond et insipide stationnement souterrain où 
l'on   ne   trouve   que   des   voitures,   du   béton   et   de   la 
poussière?   Cherchait­il   une   réponse,   comme   moi,   ou 
connaissait­il   cet   endroit   plus   que   je   ne   pouvais 
l'imaginer?  Ce doit être ici, derrière cette lourde porte 
de   fer   que   lui   et   ses   amis   tiennent   leurs   réunions 
mensuelles dans le plus grand des secrets, sans même 
parler   du   contenu   à   son   épouse   ou   à   son 
psychanalyste…   je  veux   dire   l'évêque  qui  le   confesse. 
Eux,  cette  bande  de théoriciens  de  la  conspiration,  de 
joueurs de cartes des bas fonds de la ville, jouant leurs 
parties à l'abri du regard de tous, jouant sur des vérités 
qui   concernent   le   monde   entier;   eux,   à   leur   façon,   ils 
sont   aussi   des   francs­maçons…   les   célèbres   francs­
maçons dont Louis aime tant faire les boucs émissaires 
de tous les maux du monde, ou du moins des maux que 
la Science a pu créer avec ses grands mensonges sur le 
monde   entier   et   sur   l'univers…   comme   le   contrôle 
tyrannique   des   banquiers   et   la   totale   inefficacité   du 
système électoral partout  en Occident. Après tout, qui 
d'autre   que   les   gens   du   Comité   sont   susceptibles   de 
s'intéresser aux stationnements  souterrains, mis à part 
les employés d'entretien, peut­être? Ah oui… il y a aussi 
les explorateurs urbains... 

Chaque   grande   ville   a   ses   catacombes,   ses   parties 


oubliées   par   l'Histoire   ou   simplement   par   l'activité 

289
humaine. Des endroits que tout le monde laisse derrière 
et se plaît d'oublier, et encore doivent­ils être au courant 
de leur existence. Des lieux subconscients, sous­jacents 
à la conscience cosmopolite qui règne dans l'esprit des 
gens   d'au­dessus.   C'est   ce   qui   intéresse   ces   fameux 
explorateurs  urbains.  Eux   sont   des   psychanalystes   du 
développement   urbain;   sondant   les   méandres 
désaffectés,   les   structures   refoulées,   et   les   vieux 
mécanismes   rouillés   et   discontinus   qui   contrôlèrent 
jadis la cité. Les catacombes de Paris, le réseau de train 
souterrain oublié dans les entrailles de Manhattan,  les 
vieux   tunnels   sous   Berlin,   construits   durant   les   luttes 
silencieuses   de   la   Guerre   froide…   toute   grande   ville 
ayant son histoire a aussi ses propres vestiges dans ses 
viscères empoussiérés et pleins de rats, attendant d'être 
dévoilés   au   grand   jour   et   transformés   en   musées    de  
facto  par   une   bande   de   gens   sinistres   équipés   de 
lanternes   frontales,   de   pieds­de­biche,   de   cordes,   de 
caméras   numériques   et   de   beaucoup   de   temps   libre. 
Mais   je   ne   crois   pas   que   c'est   pour   de   l'exploration 
urbaine que Louis avait pris en note (pour moi?) cette 
curieuse adresse. 

Il   m'était   difficile   de   m'en   tenir   à   une   hypothèse 


conservatrice   sur   ce   qui   se   trouvait   derrière   cette 
étrange porte; c'est­à­dire de croire que ce qu'il y avait 
ne pouvait simplement être qu'un local de concierge ou 
encore   une   quelconque   centrale   où   se   trouvait   un 
générateur   ou   des   serveurs   de   communications. 
Rarement  on n'assigne une véritable adresse à un lieu 
purement   fonctionnel   du   genre…   en   fait,   jamais!   Et 

290
encore plus rarement se rend­on à un tel endroit pour 
rencontrer  des  gens.  Il  s'agissait   forcément   de  l'entrée 
d'un lieu secret. 

Décidant qu'il était temps d'arrêter de me questionner 
inutilement, je cognai à quelques reprises à la porte de 
fer, avec peu de résultats. De l'autre côté, je n'entendis 
que   des   sons   réguliers   et   quelque   peu   inquiétants   de 
machinerie   électrique,   mais   aucun   signe   de   vie.   Les 
sons,   incandescents   et   métalliques,   ressemblaient   une 
multitude   de   tuyaux   de   cuivre   s'entrechoquant   entre 
eux,   à   intervalles   réguliers,   mais   avec   une   intensité 
toujours   variante.   Comme   une   polyphonie   de 
xylophones   synthétisés,   une   polyphonie   atonale,   au 
rythme lent et incohérent, mais constant. 

Puis   j'entrai,   sans   vraiment   avoir   compris   comment. 


Pour ainsi dire, j'ai suivi à la lettre la sorte de directive 
codifiée   que   la   note   de   Louis   contenait,   c'est­à­dire   le 
fameux « 3 fois, 2 fois 3, 3 fois 3 » qu'il avait écrit à la 
suite de l'adresse. Il s'agissait en fait d'une procédure de 
mot   de   passe   pour   accéder   à   l'intérieur.   J'eus   vite 
deviné,   qu'il   fallait   cogner   trois   fois   à   la   porte   en 
premier,   puis   six   fois,   puis   neuf   fois   pour   se   faire 
répondre.  Une fois cogné  le neuvième  coup,  j'attendis 
un   instant,   alors   que   pas   grand­chose   ne   semblait 
vouloir bouger. Puis à ma surprise, j'entendis un verrou 
rouler sur lui­même  et la porte s'ouvrit, probablement 
actionnée par un mécanisme interne. Curieux… jamais 
n'avais­je vu ou eu ouïe de pareils systèmes de sécurité, 
aussi   fastueux   que   superflu.   Plutôt   médiéval   comme 

291
truc,   en   outre.   Pourquoi   pas   simplement   un   verrou 
codé, ou un oeil de vitre pour surveiller qui cogne à la 
porte? La pensée sécuritaire a sa part d'excentricités, je 
présume, et souvent aussi beaucoup d'absurdités...

La   porte   s'ouvrit   sur   le   néant.   Comme   à   l'habitude, 


j'avais  oublié  d'apporter  une  lampe  de   poche;  or   c'est 
dans le noir total que j'entrai, et précautionneusement. 
Mais   le   son   que   j'entendis   de   l'autre   côté   était 
maintenant   devenu   agressant,   presque   assourdissant, 
tellement il était intense. C'était… je crois, le bruit d'une 
machine,   mais   jamais   je   ne   sus   de   quoi   il   s'agissait 
vraiment,   car   au   moment   où   je   plongeai   dans 
l'obscurité,  en suivant  une  petite lumière  rouge située 
non   loin   de   moi,   perçant   l'obscurité   pour   ne   dévoiler 
qu'un grillage d'acier, je fus frappé dans le noir par une 
décharge électrique qui m'assomma  sur le coup, et me 
plongea dans l'inconscient sinistre…

*   *   *

Je me réveillai,  toujours dans  le noir.  Non  à cause  de 


l'absence  de lumière,  mais parce que je m'efforçais  de 
garder les paupières fermées tout en m'éveillant. 

Se réveiller en feignant l'état de sommeil est un truc très 
compliqué que j'ai appris durant mon service dans les 
Forces spéciales, il y a des dizaines d'années déjà, lors 

292
d'un entraînement sur les techniques de camouflage, de 
survie   et   d'évasion   en   situation   de   captivité.   En   fait, 
c'est   même   beaucoup   plus   complexe   comme   exercice 
que   ça   en   a   l'air.   C'est   par   un   processus   de 
concentration rigoureux qu'on en vient, après quatre ou 
cinq   semaines   d'entraînement   extensif,   à   développer 
l'automatisme de garder les yeux fermés en s'éveillant 
du   sommeil   ou   même   de   certains   états   inconscients. 
Une   véritable   programmation.   Plusieurs   tests   furent 
effectués avec des drogues et des électrochocs sur des 
sujets   volontaires,   et   la   technique   eut   des   résultats 
similaires   à   lorsqu'elle   est   appliquée   dans   un   état   de 
sommeil. Il en va de même pour l'automatisme de rester 
immobile,   tout   en   contrôlant   sa   respiration   et   la 
maintenant à un rythme similaire à celui qui est propre 
au   sommeil.   Tout   cela   faisait   partie   d'une  tactique   de 
défense personnelle dont le rôle essentiel est de feindre 
l'inconscience.   Et   cette   tactique   de   feindre 
l'inconscience,   malgré   son   apparente   banalité,   peut 
s'avérer   très   utile   dans   plusieurs   situations.   Dans 
certaines   circonstances   de   captivité   précises,   cette 
habileté permet entre autres à un prisonnier d'acquérir 
une connaissance « précoce » de sa situation  directe et 
immédiate,   tout   comme   sur   les   intentions   réelles   de 
l'ennemi dont il est la victime, ce qui est susceptible de 
lui   donner   un   avantage   pour   une   éventuelle   évasion; 
mais cela peut servir aussi pour espionner l'ennemi afin 
de connaître sa véritable identité  ou ses desseins  plus 
généraux.

« Grand Maître, il y a un problème! »

293
J'entendis   des   sons   étouffés   de   lamentations...   ou   de 
chants...   provenant   d'un   endroit   incertain,   d'une   salle 
située quelque part dans les entrailles du bâtiment où je 
me   trouvais.   Je   ne   pouvais   être   certain   de   quoi   il 
s'agissait, les voix me semblaient lointaines. Elles étaient 
comme  des vagues sonores, ondulées,  mais saccadées, 
étouffées   au   point   que   je   ne   pouvais   distinguer   la 
langue  dans laquelle  ces gens  parlaient ou chantaient. 
Une   pesée   me   foudroya   soudainement...   Des 
incantations? Oui, après mûre écoute, il n'y avait pas de 
doute,   ces   bruits   étaient   ceux   d'incantations.   Puis 
j'entendis   les   bruits   de   pas   d'une   personne   qui 
s'approcha de moi.

– Qu'est­ce qu'il y a, jeune homme?
– C'est pas le bon…  Ce n'est pas l'initié!  Voyez par 
vous­même.
Une   forte  lumière   traversa  mes  paupières,  celle  d'une 
lampe de poche, assurément.

« Ah oui... je vois. » 

Je sentis une haleine de feu sur mon front. Une odeur 
forte,   sulfureuse,   pas   comme   l'odeur   d'oeufs   pourris 
caractéristique   au   soufre,   mais   plus   celle   de   piments 
forts, et d'ail. Et l'homme éteignit sa lampe.

« Bon...   Pas   un   problème   grave,   Gardien   du   secret 


millénaire.   Il   s'agit   seulement...   d'une   erreur   calculée. 
Ce genre de situation arrive, parfois, même si c'est très 

294
rare. Aucun système n’est parfaitement efficace. On va 
s'occuper  de lui dans les règles. On lui donne  la dose 
appropriée, on le largue dans un parc à quelques bornes 
d'ici,   et   quand   il   va   se   réveiller,   il   ne   se   souviendra 
même   plus   de   comment   ni   pourquoi   il   est   venu 
jusqu'ici, ni même qu'il soit venu »

– Alors on lui donne de la... et on le jette dehors, c'est 
ça? Puis...
– Oui,   et   il   va   être   tenu   sous   surveillance   encore 
durant un certain temps, et...

L'homme   s'arrêta   de   parler   subitement,   apparemment 


déconcentré par une pensée qui venait de le frapper.

« Grand Maître? » 

Un long silence interrompit la conversation. Le Grand 
Maître me remit le jet de sa lampe de poche droit au 
visage, et je faillis réagir, cette fois­ci, sous la puissance 
du jet de lumière. Il tint la lumière sur mon visage 
durant un long moment. Mon coeur se mit à battre 
comme un tambour, alors que je me demandais s'il ne 
s'était pas rendu compte que j'étais en fait bien 
conscient et que je pouvais les écouter. Peut­être avais­
je bougé, ou mal calibré les mouvements de ma poitrine 
alors que je respirais... ce n'aurait pas été pas surprenant 
que je sois rouillé à ce point dans cette tactique, vu 
toutes ces années qui ont passé depuis mon service, 
sans ne jamais avoir à faire ce genre de truc dans une 
situation réelle. 

295
« Cet   homme­là...   c'est   le   cas   numéro   129,   qu'on 
surveille  depuis un certain temps.  J'avais vu sa  photo 
seulement   une   fois   parce   que   c'est   un   nouveau   dans 
notre   liste,   alors  je   me   suis   pas   rappelé   sur   le   coup... 
mais c'est bel et bien lui. C'est bien la première fois dans 
tout mon service qu'un suspect vient jusqu'à nous! »

– Lui? Qu'est­ce qu'on fait dans ce cas?
– Simple. On l'emmène, et on le questionne, selon le 
protocole préétabli pour les cas d'infiltration. Aide­
moi... »
Ils me soulevèrent et m'emportèrent vers le mystère. Ce 
qui m'attendait fut bien plus étrange que je ne pouvais 
l'imaginer.   C'est   de   ce   qui   suivit,   en   fait,   que   tout   le 
grand château de cartes commença à s'écrouler sur lui­
même, et que je tombai, face contre terre, sur le béton de 
la vérité, la froide et sinistre vérité.

296
Chapitre 7:

Le rideau se lève

297
298
Un vieil homme rachitique, aux traits squelettiques avec 
son visage angulaire et étiré par  le poids de l'âge, me 
lisait la lettre, avec une violente insistance. Il y mettait 
même   une   touche   de   dégoût;   non,   je   dirais   plus   une 
condescendance   discrètement   moraliste,   voire 
paternelle,   d'un   père   de   famille   stupidement 
conservateur   et   intransigeant,   offusqué   par   un 
magazine porno trouvé sous le lit de son fils de douze 
ans,   allant   même   jusqu'à   paraphraser   les   moindres 
positions,   grimaces   de   jouissance   et   organes   génitaux 
émoustillés   qu'il   y   voit   avec   de   légères   grimaces   et 
pouffements   de   rire  étouffés,   d'un   mépris  hautain.   Sa 
grave voix accusatrice résonnait dans tout le salon, qui, 
à cause des riches murs de chêne, du plancher de bois 
franc   nu   et   du   peu   de   meubles   qui   s'y   trouvait, 

299
accentuait ses paroles un peu si on était dans une caisse 
de   guitare.   C’était   en   fait   un   temple,   cet   endroit, 
adjacent   à   la   grande   salle   de   cérémonie   où   ces   gens, 
toujours   plus   louches   qu'ils   en   ont   l'air,  mènent  leurs 
rituels  dans   le  plus   grand   des  secrets.   Enfin,  si   je  me 
fiais à ce que j'ai pu entendre d'eux alors que je feignais 
l'inconscience, j'étais dans ce même lieu. Plutôt luxueux 
comme   temple,   je   me   disais,   avec   ses   colonnes   de 
marbre,   boiseries   diverses   un   peu   partout,   tableaux 
centenaires,   grands   lustres   de   cristal,   et   ameublement 
rembourré   de   velours.   Ils   ne  sont  pas   une   secte,   c'est 
certain, quoiqu'ils aient quelque chose de profondément 
sectaire dans leurs manières et le secret sous lequel ils 
engouffrent   leurs   identités,   et   leurs   activités   bien   sûr. 
Un   ordre   franc­maçonnique,   c'est   certain.   Peut­être 
même   quelque   chose   de   bien   plus   obscur.   Une   secte 
satanique?   Non...   Je   n'ai   jamais   cru   en   ce   genre   de 
stéréotype simpliste... pas plus qu'en ces divinités nées 
de la répression religieuse ancienne. En fait, je me sens 
plus   être   en   plein   coeur   d'un   panthéon   de   grands 
esprits, des dieux mortels qui discutent ensemble de la 
Mort de Dieu dans la société occidentale, dans le monde 
extérieur, et de l'avènement de leur règne millénaire, où 
ils seront enfin élus comme les dieux intérimaires.  Du 
moins, c'est l'impression qu'ils me donnent.

Éparpillés   d'une   part   et   d'autre   dans   le   grand   salon, 


mes hôtes écoutaient avec assentiment la prosopopée de 
celui qui me sembla être l'illustre rhéteur de leur petite 
cabale sectaire...

300
«   La   Vérité,   la   Vérité   fondamentale   qu'on   nous 
cache   depuis   aussi   longtemps  que   notre   mémoire 
nous permet de nous rappeler de quoi que ce soit, 
est que la mort n'existe pas! Elle n'est qu'une autre 
idole, qu'une fausse divinité régnant à la tête d'un 
panthéon   diabolique   tourné   contre   les   humains 
dans   leur   ensemble.   C'est   elle,   la   vraie   grande 
religion globale qui domine le monde moderne, et 
non le christianisme, ou l'Islam, ou le bouddhisme. 
C'est un culte monothéiste du dieu "Mort" (et non 
du Dieu mort), et il est imposé par une propagande 
et   par   la   force,   selon   un   plan   d'une   ingéniosité 
surnaturelle, par les autorités scientifiques,  civiles, 
militaires   du   monde   entier;   et   des   millions   de 
fidèles   y   croient   à   ce   dieu,   dans   une   peur 
inexplicable,   et   ils   travaillent   et   dépensent   des 
millions   à   chaque   année   par   peur   de   ce   dieu.   Ils 
perdent,  en fait,   presque  toute  leur   vie  à  fuir  son 
incommensurable   menace.   Ils   commettent   des 
obscénités, trahisons ainsi que des crimes odieux et 
impensables   contre   les   membres   de   leur   propre 
race,   allant   de   l'humiliation   jusqu'au   meurtre,   de 
l'exclusion   jusqu'à   la   haine,   et   de   la   trahison 
jusqu'au   complot;   tout   cela,   tout   simplement   par 
peur de leur dieu... en adoration pour lui. Il s'agit 
d'une religion cryptique, codée, cachée à même les 
institutions  publiques  et les firmes  privées,  toutes 
celles qui se donnent comme mandat, but ou raison 
d'être   de   défendre   la   vie,   de   prévenir   contre   les 
maladies,   les   accidents,   le   crime   et   le   terrorisme. 
Ces églises sont partout dans ce système, elles ont 

301
colonisé   notre   vie   depuis   notre   naissance.   En 
voulant,   du   moins   en   apparence,   nous   offrir 
protection,  elles créent  en nous  une peur  illusoire 
de mourir, et font de nous des drogués, pris dans 
un   cercle   d'addictions   et   d'asservissement  dont   la 
seule idée de se libérer équivaut à un suicide, par 
omission ou négligence.

Mais la mort n'existe pas. La mort est le mensonge 
qu'une   vaste   conspiration   force   systématiquement 
dans vos esprits, principalement par l'entremise du 
système  médico­légal,  lequel  est son  arme  la  plus 
efficace   contre   l'humanité.   Le   complexe   militaro­
industriel   et   le   renforcement   social   assuré   par   les 
médias   de   masse   et   l'économie   de   consommation 
sont   d'autres   aspects,   aussi   importants,   de   la 
religion   qu'ils   imposent   aux   masses.   Le   savoir 
scientifique est utilisé, en étant remâché et propagé 
aux masses, pour appuyer ce système de croyances, 
pour le rendre toujours plus crédible, plus efficace, 
plus réel, plus critique aux yeux de la populace, et 
pour   conséquemment   rendre   les   gens   plus 
dépendants au système de peur. Sans qu'ils ne s'en 
rendent   compte,   ce   n'est   qu'après   quelques 
semaines  d'exposition  a  ces  puissants  instruments 
de   contrôle   des   esprits   que   les   individus 
deviennent  endoctrinés;  et c'est au moment  où ils 
paient   leurs   impôts,   achètent   leurs   prescriptions, 
investissent  sur  leur  retraite  et  appellent  la  police 
quand ils voient des types louches traîner  dans le 
parc en face de leur maison, et quand ils font tout 

302
cela sans même ne remettre en question de pareilles 
actions et considérer une alternative sensée, que le 
lavage de cerveau a atteint son point culminant et 
que ce qui fut un humain est maintenant un triste 
automate,   aliéné,   seul   et   oublieux   de   l'âme   qui 
comate au fond de lui.

La Mort Blanche est ici. Elle vous guette, toujours 
prête   à   frapper...   à   tout   moment.   Serez­vous   sa 
prochaine   victime?   Serez­vous   le   prochain   être   à 
tomber   dans   les   griffes   de   sa   main   invisible...   et 
d'être éveillé par elle, puis devenir un citoyen de la 
Grande Révolution  universelle?  Vous le verrez de 
vous­mêmes, et nous nous reverrons de l'autre côte, 
chers frères et soeurs de ce monde nouveau. »

– Quelle verve, ce docteur Solis!
– Certes...   Cette   seule   lettre,   monsieur   Jobert,   a   été 
distribuée   à   dix   mille   cinq   cent   trente­trois 
exemplaires,   en   l'espace   de   seulement   trois   jours, 
dans plusieurs banlieues en Amérique du Nord. Ça 
a été le début de la vaste campagne de celui qui se 
nomme « docteur Solis », pour soi­disant libérer les 
esprits   de   toute   personne   qui   lirait   ses   lettres. 
C'était son  attentat,  son  attaque  massive  contre la 
civilisation.   Durant   ces   trois   jours   du   mois   de 
janvier 2002, dix mille cinq cent trente­trois boites 
aux lettres explosèrent, toutes à neuf heures pile du 
matin,   et   chacune   d'elles,   la   veille,   contenait 
­comme   vous   le   devinez­   une   copie   de   la   lettre. 
Personne n'a compris jusqu'à maintenant, quel était 

303
le sens de cet acte. Les milliers de personnes qui ont 
reçu les lettres, elles n'en ont rien compris, mais par 
contre,   un   sort   imprévisible   les   attendait...   Du 
terrorisme oui, ça l'a été... mais à quelles fins? Tout 
ce   qu'on   en   a   déduit,   c'est   que   Solis   voulait 
désespérément passer un message. 
– Et elle n'était pas dans une enveloppe, mais plutôt 
pliée...   sept   fois   sur   elle­même,   comme   ça...   tout 
simplement!
– Sept fois... Comme dans la loi universelle voulant 
que   c'est   impossible   de   plier   n'importe   quelle 
feuille de papier ou de carton plus de sept fois sur 
elle­même,   peu   importe   l'épaisseur.   Tiens   donc! » 
ironisais­je pour essayer de détendre l'atmosphère.
– Oui,   détective.   Comme   dans   cette   loi   universelle. 
La publication  de cette lettre fut le préambule  du 
premier acte terroriste de Solis. 

Acte terroriste? Depuis quand un illuminé qui fait de la 
poésie   et   détruit   des   boîtes   aux   lettres   entre   dans   la 
définition   de   terroriste?   Un   vandale,   certes;   peut­être 
même saboteur, mais pourquoi un terroriste?

– Solis...   Comme   soleil.   Nous   avons   des   raisons   de 


croire que cet étrange individu faisait cavalier seul, 
et   c'est   peut­être   pour   cela   d'ailleurs   qu'il   a   pu 
diffuser ses messages si longtemps... Pas d'associés, 
donc pas de traître; l'obscurité totale. Mais...
– Mais pourtant il a affiché et diffusé ses tracts à des 
milliers   d'endroits   dans   le   monde,   et   à   des 
intervalles très courts...

304
– ...et dans une multitude de langues...
– Oui,   dans   dix­huit   langues,   incluant   les   dialectes 
régionaux...
– ...et   tous   aussi   bien   écrits,   dans   chaque   langue 
respective!
– Il rayonnait, ce Docteur Solis! Ça va de soit pour un 
nom pareil...
– Certes... il devait assurément disposer d'un réseau 
de   traducteurs   et   de   distributeurs,   à   l'échelle 
mondiale.
– Non... Pas un réseau. Cet homme semble beaucoup 
trop méfiant pour faire confiance à qui que ce soit... 
Ce devaient être seulement des traducteurs et des 
distributeurs   ayant   pris   l'initiative   d'eux­mêmes. 
Un réseau, peut­être, mais un réseau dont la tête est 
absente...   Solis,   il   ne   pourrait   être   en   fait   qu'une 
entité   morale.   Le   nom   que   se   donne   un 
mouvement,   attribué   à   celui   d'une   personne,   qui 
est l'initiatrice, ou l'éminence parmi ce mouvement.

Je parvins à forcer une question en plein cœur de leur 
débat.

– Mais je ne vois pas pourquoi vous prenez tant cette 
affaire au sérieux... Depuis quand un petit vandale 
ou   un   illuminé   qui   distribue   des   lettres   est   un 
terroriste? Est­ce son message qui dérange tant que 
cela,   pour   que   le   gouvernement   en   fasse   un 
terroriste? Seulement parce que quelqu'un dit que 
la mort n'existe pas, et fait sauter  quelques  boîtes 
aux   lettres,   il   sera   accusé   de   terrorisme   et 

305
emprisonné   –   sans   aucun   procès   dans   les   règles, 
d'ailleurs­ pour aussi longtemps que les autorités le 
jugent dangereux pour le public?
– On y arrivais à la question, monsieur le détective. Il 
est toujours meilleur de présenter l'auteur avant de 
lire   son   œuvre,   n'est­ce   pas?   De   la   sorte,   l'on 
acquiert  une  compréhension  bien plus  éclairée de 
l'oeuvre.   Lire   un   ouvrage   sans   connaître   les 
positions ­ou les prédispositions­ de l'auteur est de 
s'aliéner   d'une   dimension   importante   de   la 
signification de cet ouvrage, de son sens interne et 
sous­jacent!
– De juger  l'oeuvre  par  l'auteur,  dites­vous?  Oui,  je 
fais   ça   souvent   dans   mon   travail.   En   fait,   c'est   la 
plus grande partie de mon travail!

Peu   impressionné,   ne   réagissant   pas   à   mon 


commentaire,   il   sortit   une   nouvelle   filière   de   la 
bibliothèque,   la   déposa   sur   la   petite   table,   fouilla 
quelque   peu   parmi   les   feuilles   qui   y   étaient   classées, 
toutes différentes les unes des autres soi par la longueur 
ou la police du texte qu'elles contenaient. Il mit la main 
sur   un   document   de   plusieurs   pages   qui   avait   été 
plastifié, probablement pour fins de conservation.

– Voilà   que   ce   n'est   pas   tout.   Car   un   phénomène 


mystérieux   s'est   produit   dans   les   années   qui   ont 
suivi la diffusion des lettres de Solis. Et vous êtes 
bien   au   courant     de   ce   phénomène   inexplicable. 
C'est même, semble­t­il, devenu le centre de votre 
enquête sur la disparition de ce jeune homme...

306
– Il y avait dix­huit mille  trente­trois foyers à avoir 
reçu la première lettre de Solis.
– Et... quel est le lien?
– Dans ces dix­huit mille six cent trente­trois foyers, 
une personne ­habituellement adolescente ou jeune 
adulte, a été portée disparue. 
– ...
– Vous avez bien compris; exactement dix­huit mille 
six cent  trente­trois personnes  se sont  volatilisées, 
inexplicablement,   dans   l'année   qui   a   suivi   l'acte 
terroriste   de   Solis...   et   ces   personnes­là   résidaient 
toutes dans les foyers qui ont reçu les lettres!
– Attendez...   êtes­vous   en   train   de   me   dire   que   la 
Mort Blanche, le phénomène des disparitions, a un 
lien avec les lettres de Solis?
– Pas seulement un lien; la relation est directe! 
– Dix­huit   mille   six   cent   trente­trois   personnes   ont 
été   portées   disparues   durant   l'année   2002,   toutes 
dans des circonstances identiques. L'année d'après, 
une   vingtaine   de   milliers   d'autres   cas   se   sont 
ajoutés,   seulement   en   Amérique   du   Nord,   alors 
qu'une   dizaine   de   nouvelles   lettres   de   Solis   ont 
continué d'être diffusées, de façon plus large, dans 
plusieurs pays du monde. Dans tous les cas, c'était 
la   même   chose;   les   individus   n'ont   laissé   aucune 
trace, aucun précédent, ni aucun signe qui laissait 
présager   leur   disparition.   Rien   du   tout.   C'est 
exactement   de   cette   longue   suite   inexpliquée   de 
disparitions  qu'est née toute l'histoire sur  le virus 
de la Mort Blanche! Dans les médias de masse, il a 
été   question   que   de   quelques   centaines   de 

307
disparitions...   qu'une   contagion   contrôlée,   soit, 
mais   toute   la   réelle   étendue   du   problème   a   été 
assez bien camouflée jusqu'à maintenant.

Avais­je judicieusement  négligé de leur  mentionner  la 


lettre   que   les  Guilbault   m'avaient   confiée   ­cet   étrange 
“Court pamphlet sur la conspiration des nombres”­ lors 
de  ma  dernière  rencontre   avec  eux?  Oui,   et  c'était  un 
bon coup, d'autant plus que ce fut un bon coup de leur 
cacher   le   ravissement   profond   que   je   ressentis   alors 
qu'ils   me   révélèrent   ce   lien   intime   entre   toutes   ses 
disparitions attribuées à la Mort Blanche et les lettres de 
Solis.   Splendide!   Ah   oui...   vraiment!   Les   choses 
commençaient   à   prendre   une   tournure   très,   très 
intéressante,   mais   ce   n'était   pas   le   moment   pour 
réfléchir plus en profondeur sur ce que tout cela voulait 
dire. Il reste que dans ma tête, je jubilais de joie, et me 
permis   une   raillerie   hypocrite   pour   me   moquer   d'eux 
furtivement...

– Quoi? Tout cela est arrivé... et vous n'avez rien fait 
pour que le public sache la vérité???

Je savais qu'il était futile de leur balancer cette question 
au   visage,   car   leur   métier   consiste   essentiellement   à 
contrôler la vérité, à manipuler l'information, car...

– C'est   une   nécessité   absolue   pour   nous,   que   de 


préserver   l'ordre   public.   Comprenez   que   ce 
nihiliste de Solis a déclaré une guerre, une guerre à 
la   société,   et   que   si   on   avait   laissé   toute 

308
l'information   circuler   concernant   les   disparitions, 
ça n'aurait que donné de la crédibilité à ses théories 
démentes. Notre intérêt était de ne pas laisser son 
jeu   prendre   forme,   car   les   conséquences 
potentielles de cette conspiration allaient bien plus 
loin que vous pouvez l'imaginer. Le chaos global... 
c'est le danger  ultime  que nous voulons  éviter, et 
c'est là où Solis, et son réseau secret veulent, nous 
mener.   Maintenant,   nous   sommes   parvenus   à 
mettre ce Solis hors de circulation. Sa secte, elle, si 
elle   existe   bel   et   bien,   elle   est   toujours   active,   là, 
quelque part dehors.

Je  restai   bouche   bée.   Ils   venaient   tout   juste  de   défiler 


devant   moi,   en   l'espace   de   quelques   mots,   ce   qui 
semblait   être   la   vérité   définitive   sur   le   problème   à   la 
base   de   mon   enquête.   Et   ça   venait   de   la   bouche   des 
services   de   renseignement   eux­mêmes.   Comment   cela 
pouvait­il   être   faux?   Voici   que   Jodias,   comme   des 
milliers d'autres jeunes personnes, aurait été enlevé par 
les   membres   d'une   secte,   d'une   secte   si   vaste,   et   si 
secrète,   qu'elle   pouvait   se   coordonner   à   l'échelle 
mondiale,   et   accomplir   ses   actions   avec   une   efficacité 
parfaite,   par   des   méthodes   uniformément   identiques. 
Les   personnes   ont   été   enlevées...   non,   encore   mieux, 
elles  sont  parties  de leur  propre gré,  chacune  prenant 
soin de ne laisser aucune trace de leur départ, et a joint 
la   secte.   Avais­je   déjà   atteint   la   conclusion   de   mon 
enquête?   Du   moins,  la   théorie   me   paraissait   très,  très 
crédible, même s'il était difficile, au point où j'en étais 
rendu,   de   pouvoir   prouver   l'existence   de   cette 

309
mystérieuse secte mondiale ­qui devait déjà avoir dans 
les dizaines de milliers de membres­ ainsi que du rôle 
d'un certain “Solis” par rapport à celle­ci. Il ne m'aurait 
fallu que tricoter quelques petits ajouts à ma théorie, et 
le tout était joué... La boucle était­elle donc sur le point 
de se  fermer?  Était­ce si facile,  pour  un  problème  qui 
m'avait   semblé   si   indéchiffrable   depuis   cette   étrange 
rencontre avec Valevicius Valencia?

– Monsieur  Jobert,  voici un extrait du  message  que 


nous   croyons   être   le   plus   révélateur   de   tous   les 
pamphlets  écrits par Sol. La plupart de ses lettres 
n'ont rien vraiment d'original les unes aux autres... 
chacune   n'étant   qu'une   réécriture   plus   ou   moins 
confuse  du  message   précédent.   Nous   avons   tenté 
de décoder ce message par toutes les ressources à 
notre   disposition,   pour   voir   s'il   n'y   avait   aucun 
message   crypté,   contenu   à   même   une   lettre   qui 
n'était   déjà   pas   très   limpide.   Mais   nous   n'avons 
trouvé aucun code secret. Tout ce que nous avons 
conclu, c'est que Sol semblait utiliser une technique 
très   utilisée   dans   les   médias   de   masse...   laquelle 
consiste à énoncer un propos plus ou moins défini, 
puis de le répéter sur ne base régulière, plusieurs 
fois par jour, jusqu'à ce que cette idée, aussi stupide 
et   dépourvue   de   sens   qu'elle   puisse   être,   soit 
digérée par le public et devienne une idée reçue, et 
ensuite   une   réalité.   Solis   n'est   pas   stupide,   et 
semble   connaître   très   bien   les   méthodes   de 
manipulation   par   écrit.   Mais   il   vaut   la   peine   que 
vous   portiez   une   attention   toute   particulière   à   ce 

310
passage d'une autre lettre de Solis. Maintenant,  je 
sais que vous devez  être fatigué et voulez  rentrer 
chez   vous,   mais   permettez­nous   de   vous   retenir 
quelques instants de plus, car ça en vaut la peine... 
écoutez bien...

“Les   rêves   nous   asservissent.   Non,   encore 


mieux, ils sont Leur médium pour passer la 
propagande.   Le   meilleur   média   qui   n'ait 
jamais   existé   est   les   rêves,   et   ils   sont 
tout à fait naturels pour l'humain; ils ont 
toujours existé depuis la nuit des temps, 
ils sont le miroir de notre inconscient, et 
donc   les   témoins   de   notre   existence   dite 
“réelle”. Mais ils ont aussi autre chose en 
plus,   les   rêves   inspirent   notre   conduite, 
notre   façon   de   ressentir   et   de   penser   en 
général.   Ils   sont   des   catalyseurs   par 
lesquels   la   conscience   éveillée   est 
générée,   car   c'est   du   sommeil   que   la 
conscience s'éveille, et c'est durant cette 
étrange   période   dite   de   “rêve   lucide” 
qu'elle prend sa forme, exactement, je dis 
bien exactement, comme un papillon dans le 
cocon.   L'existence   d'avant   la   période   de 
sommeil est aussi abstraite, en fait, qu'un 
songe   que   l'on   fait   durant   cette   même 
période   de   sommeil,   ainsi   la   mémoire 
sensible ­je veux dire la mémoire sensible 
de   tout   être   et   de   toute   chose   qui 
constitue   le   monde   «d'avant   le   rêve»­ 
pourrait n'être en réalité que la mémoire 
d'un   autre   rêve.   Suis­je   en   mesure   de   me 
donner   à   moi­même   une   preuve   que   le   rêve 
que j'ai expérimenté hier soir était moins 
réel que la mémoire que j'ai d'avoir fait 
l'amour, hier soir, avec cette femme dont 
je  ne  me  rappelle  même   plus   le   nom,  mais 
dont   je   perçois   une   irrésistible 
réciprocité   qui   m'a   fait   fondre   dans   une 
passion… incommensurable? La seule « preuve 
de  la  preuve   »,   la   seule   preuve   que  tout 

311
ceci   était   bel   et   bien   vrai,   et   non   un 
tissu   de   mensonges   fabriqué   par   des 
chimères   d'un   autre   espace,   ces   seules 
preuves   de   réalités   ne   seraient   qu'une 
preuve   prévue   par   le   rêve   lui­même.   Une 
conspiration du domaine des rêves reposant 
sur   un   mensonge   existentiel…   un   mensonge 
merveilleux   dont   le   but   unique   est   de   ne 
pas me dévoiler l'irréalité de l'irréel, et 
le confondre avec le réalisme incontestable 
du moment présent.

Une   conspiration   de   mensonges.   Un   monde 


tissé entièrement de mensonges. Pour copier 
le réel, ou ce qu'il pourrait être, et lui 
donner ce caractère sensible dont tout le 
monde lui reconnaît si bien, au fond d'eux­
mêmes.

Personne   n'a­t­il   jamais   voyagé   ailleurs 


sans   se   rappeler   de   lieux,   de 
conversations, de paysages, d'exploits, et 
d'autres expériences qui lui semblent aussi 
insensés   que   le   rêve   le   plus 
merveilleusement   absurde   qu'il   a   vécu   la 
nuit   dernière?   Ne   nous   souvenons­nous   pas 
des choses passées comme de la même manière 
que l'on vit un rêve éveillé??? 

La seule distinction, la seule différence, 
c'est   l'impression   de   réalité.   Cette 
impression, c'est en elle que consiste le 
grand   mensonge…   Elle   en   est   le   pilier 
central.   Et   hier,   la   Dame   blanche   m'a 
montré   la   réalité   du   mensonge.   Elle   m'a 
révélé,   sans   même   m'adresser   une   seule 
parole,   LEUR   stratagème.   Elle   m'a   montré 
leur grand Schème!

Ce   sont   les   Maîtres   invisibles,   les   neuf 


maîtres   secrets,   qui   gouvernent   ce   monde 
secrètement, dans l'obscurité politique la 
plus totale; cachés derrière les plus hauts 
cercles   du   pouvoir   des   nations   les   plus 
puissantes, ils dominent les dirigeants de 

312
l'économie   et   des   systèmes   politiques 
mondiaux   comme   de   véritables   gourous.   Ces 
Maîtres   sont   cachés   dans   une   ville­
forteresse   souterraine   dans   le   royaume 
suprême   du   Shambhala,   que   nul   inculte   ne 
peut trouver, et ils y tirent les ficelles 
du   Schème   universel   depuis   des   temps 
immémoriaux... Inutile d'essayer de compter 
les années, les siècles et les millénaires 
de   leur   règne,   car   ils   sont   au­delà   du 
Temps; ils l'ont créé, le Temps. Il n'est 
qu'une   autre   illusion   de   notre   esprit, 
fruit de leur création! 

Regardez   les   rosicruciens,   leurs   petits 


élèves! Regardez les Illuminati, Skulls and 
Bones, Bohémiens, kabbalistes,  martinistes 
et autres Chevaliers du Temple; tous leurs 
plus   loyaux   serviteurs   d'armes!   Regardez 
ceux   et   celles   qui   trafiquent   l'ordre 
mondial à huit clos, durant les conférences 
Bilderberg   et   la   Commission   trilatérale. 
Regardez   les   banquiers   mondiaux   et   les 
profiteurs   de   guerre,   leurs   plus   proches 
complices!   Une   religion   nous   domine   tous, 
et c'est celle mise de l'avant par l'Ordre, 
et de son grand Schème multiversel. C'est 
leur religion, celle que nul d'entre nous 
ne   connaît,   mais   pratique   sans   même   n'en 
avoir   pleine   connaissance.   Ils   nous 
imposent leurs dogmes, rites et tabous au­
delà   de   notre   propre   volonté   consciente. 
C'est leur Rite caché. Ils sont l'Ordre, et 
l'Ordre est aussi leur culte! »

– Impressionnant,  non?  Voici que notre ami semble 


en   connaître   plus   que   nous­mêmes   sur   nos   soi­
disant réseaux secrets!” je sentais un brin de fausse 
ironie,   à   peine   cachée,   dans   les   vibrations   de   sa 
voix. 
– Hmm...   Je   suis...   J'ai   déjà   été   familiarisé   avec   des 

313
théories   du   genre.   Mais   j'aimerais   que   vous 
m'expliquiez...
– Est­ce   que   le   nom   de   Valevicius   Valencia   vous 
rappelle quelque chose, monsieur Jobert?" 

L'homme   qui   m'avait   lancé   la   question   était   un   type 


d'une allure hétéroclite, qui s'était tenu à l'écart au fond 
de la salle depuis le début de la conversation. Un vieil 
homme aux triples foyers qui était revêtu d'un complet 
vieillot,   sombre,   orné   d'un   noeud   papillon   écarlate 
comme   le   sang,   ou   comme   la   rose.   Il   me   semblait 
familier, mais... 

"Valevicius   Valencia,   ou   parfois   il   répond   au  nom   de 


Richard  Chanfray,  pour  des gens d'une génération  un 
peu   plus   vieille   que   la   vôtre."   le   vieillard   me   parlait 
sèchement tout en s'approchant de moi sur une paire de 
béquilles. Sa voix était si forte et criarde, et ses manières 
si frustes, que j'avais peine à savoir s'il m'engueulait ou 
si c'était naturel chez lui "Vous le connaissez peut­être... 
sous   un   autre   nom   similaire.   Un   homme   dans   la 
cinquantaine, roumain, qui est un bon parleur et qu'on 
rencontre seulement quand il le désire!" 

Avait­il fait allusion à un certain Richard Chanfray? Ce 
nom me disait quelque chose, mais je ne me rappelais 
pas de où...

Il s'arrêta seulement à un demi­mètre face à moi, alors 
que   je   crus   qu'il   allait   se   heurter   contre   moi,   ne 
semblant   pas   vraiment   avoir   de   contrôle   sur   sa 

314
démarche. Malgré sa frêle stature, le vieillard projetait 
une   allure   imposante,   voire   impériale.   Probablement 
l'éminence grise du groupe. Son haleine était immonde 
et je suis sûr qu'il le savait. 

Qu'allais­je   répondre?   Dans   la   poche   gauche   de   mon 


veston,   je   flattais   la   carte   qui   m'avait   été   donnée   par 
Erzulie, l'étrange dame de la taverne.

­ Désolé, je crois que ce nom ne me dit rien.

Le   vieil   homme   continuait   de   me   dévisager   de   son 


regard grave et analytique, comme tentant de repérer la 
moindre   trace   de   mensonge   à   travers   mes   yeux.   Les 
yeux sont en effet un très bon détecteur de mensonges, 
car   seul   un   individu   doué   peut   mentir   en   regardant 
droit dans le blanc des yeux d'un autre, avec franchise 
et   sérieux,   sans   laisser   entrevoir   la   moindre   trace   de 
malhonnêteté.

­  Alors   comment   avez­vous   été   mis   au   courant   de 


l'histoire de la Mort Blanche? » me lança un homme, de 
quelque   part   derrière   de   vieillard,   alors   que   celui­ci 
continuait   de   me   dévisager,   grimaçant   au   fil   des 
pensées   hermétiques   ­et   probablement   sinistres­   qui 
semblaient  déferler  dans sa  tête comme  un torrent  de 
démence impénétrable.

J'évitai   son   regard,   tout   autant   que   je   pus,   car   je   le 


sentais   pénétrer   mon   esprit.   Ses   yeux   étaient   comme 
deux   rayons   noirs   qui   tentaient   de   percer   mes   yeux 

315
pour entrer dans ma tête. J'aurais pu avoir un mur de 
béton   entre   mes   yeux   et   les   siens,   il   l'aurait   quand 
même percé, de ses faisceaux d'antimatière qui aspirent 
toute idée dans le grand trou noir de sa tête. Les esprits 
faits de trous noirs sont toujours en position d'influence 
dans ce monde, et ce n'est pas pour rien... Ils inspirent, 
avec   force,   l'énergie,   la   connaissance   et   l'approbation 
qui circule  dans leur  entourage,  et aspirent à toujours 
en avoir plus, plus et plus, et  à ne rien laisser derrière 
eux. Je résistais, de toutes mes forces.

– Ne m'aviez­vous pas déjà posé cette question, plus tôt, 
messieurs?
– Oui, bien sûr... Mais vous étiez passé à un autre sujet, 
il  me  semble!"  répondit   un  autre,  avec  pince­sans­rire 
d'un   cynisme   froid   et   acerbe,   si   acerbe   qu'il   me   fit 
perdre ce qui restait de ma sérénité.

Je les sentais étrangement inquisiteurs, maintenant.  La 
situation   s'était   inversée,   il   me   semblait,   et 
l'interrogatoire   s'était   retourné   contre   moi,   et   ça 
commençait   à   prendre   les   airs   d'un   combat   de   boxe 
verbal, froidement courtois.

–  Vraiment  désolé...  je  perds  vite  le  fil   parfois!  Bien... 


Vous savez, je connais de bons informateurs... Des gens 
avec qui je travaille depuis des années. Des amis, aussi. 
Et bien sûr par secret professionnel ­et par respect pour 
leur confidentialité­ je ne peux révéler leurs identités...

Le vieil homme face à moi se détendit, tourna les talons 

316
puis   retourna   lentement   à   l'écart,   tout   en   répliquant, 
restant de dos à moi:

« Mais on ne vous demande pas non plus de nous faire 
de telles révélations, mon cher ami! Et en passant, êtes­
vous vraiment sûr de connaître la véritable identité de 
vos soi­disant informateurs? Connaissez­vous la nature 
réelle de leurs activités?  Vous savez... contrairement  à 
ce   que   vous   devez   sûrement   croire,   les   informateurs 
travaillent   presque   toujours   pour   une   autorité 
quelconque qui est reliée, d'une façon ou d'une autre, à 
notre   réseau...   même   parfois   sans   qu'eux­mêmes   le 
sachent   vraiment.   C'est   un   positionnement   privilégié 
dans   la   pyramide   qui   permet   d'avoir   un   regard   plus 
éclairé   sur   toute   sa   structure   interne,   jusqu'à   ses 
moindres ramifications. Tous ceux avec qui vous faites 
affaire ­enfin  la  plupart­   travaillent  en fait  pour  notre 
agence, ou à la limite un département du gouvernement 
qui y est rattaché, comme le Bureau de la statistique, ou 
bien la Sécurité du revenu et le Ministère du Travail... 
sans oublier bien sûr les services de police, mais ça, ça 
va   de   soi!   Même   la   presse   travaille   pour   nous   d'une 
certaine manière... la collaboration des journalistes avec 
nos   services   est   toujours   très   fructueuse,   et   d'une 
manière   réciproque.   »   il   m'expliquait   le   tout   avec   un 
enthousiasme  qu'il  avait  du mal  à cacher,  visiblement 
impressionné   ­et   d'une   fascination   authentique, 
joyeusement   machiavélique­   par   l'ingéniosité   de   leur 
système   secret   d'espionnage   du   public,   de   leur 
technologie  de  panopticon  global,   de cette  grande  toile 
du   pouvoir   secret   que   seuls   les   agents   les   plus 

317
privilégiés   d'entre   eux   pussent   percevoir   toutes   les 
moindres ramifications avec clarté... Ils surveillaient de 
partout maintenant; par un réseau de satellites espions, 
par le contrôle des ondes, le décryptage des signaux, et 
des armées d'agents d'informations, de collaborateurs et 
d'indicateurs  qui   travaillent   tous,   de   manières   bien 
différentes, pour eux.  « Vous savez, Jobert, nous avons 
tous ici quelque chose en commun, autant vous­même 
que nous; tout comme vous, nous essayons de faire la 
lumière sur un problème qui est devenu beaucoup plus 
qu'une   légende   urbaine,   mais   un   véritable   problème 
global...  une  dangereuse  épidémie,  capable de réduire 
ce   monde   en   désert.   La   situation   est   critique! 
Conséquemment,   chaque   contact   susceptible   de   nous 
fournir plus de détails sur le problème est un élément 
crucial   dans   nos   recherches.   Vous   êtes   pour   nous   un 
informateur,  et  nous   aussi,   on  peut  être  pour   vous  le 
meilleur  informateur   que  vous  puissiez  espérer   avoir. 
Une fois que nous aurons tous élucidé le mystère de la 
Mort Blanche, que nous aurons... isolé ce satané virus, le 
monde   sera   sauvé   du   fléau!"   Albert   prit   le   relai, 
acquiesçant au regard du vieillard "Notre objectif est de 
rassembler le plus de témoins et de chercheurs possible 
et   de   les   inclure   dans   une   relation   d'échange 
d'information et de collaboration... une sorte de réseau, 
inclusif mais bien protégé, et de la sorte on pourra créer 
une   base   de   données   qui   nous   permettrait   de   mieux 
comprendre  le problème  actuel.  Un  observatoire,  c'est 
ce que les services de renseignement  ont  toujours  été, 
d'un   certain   point   de   vue!   Rien   à   voir   avec   toute 
l'imagerie   sombre   que   les   médias   de   masse   ont   créée 

318
par rapport à nous, et qui est encore bien vivante dans 
la conscience collective... on ne fait pas de coup d'État, à 
l'étranger, on ne fait que protéger la civilisation contre 
ses propres perversions!

« Tout   juste!   Nous   avons   toujours   besoin   d'en   savoir 


plus sur le phénomène de la Mort Blanche, et sur cette 
mystérieuse secte terroriste mondiale... qui en assure la 
propagation! » enchaîna celui qui se nommait 'Marcus" 
« Vos   expertises   professionnelles...   ainsi   que   les 
informations précieuses que vous récoltez dans le cadre 
de votre enquête, seraient d'une grande aide pour notre 
agence, et pour le reste du Monde aussi. Et en échange, 
nos   services   seront   en   mesure   de   vous   mettre   au 
courant de ses dernières découvertes... et s’il se trouve 
que   les   autorités   officielles   finissent   par   trouver   cette 
personne que vous cherchez, ou à savoir la vérité sur ce 
qui   lui   est   arrivé,   vous   serez   le   premier   à   être   porté 
garant des bénéfices de cette découverte! »

– Vous devez savoir que dans mon travail, je respecte 
toujours des principes de confidentia...
– Mais   vous   aurez   amplement   le   temps   d'évaluer 
notre   offre!   »   ajouta   le   vieux   crapaud,   devinant 
instantanément   où   je   voulais   en   venir,   on   dirait 
avant même que j'eus ouvert la bouche pour parler 
«  Soyez  certain  que  ni  aujourd'hui  ni à  n'importe 
quel autre moment vous n’êtes contraints par quoi 
que   ce   soit   avec   nous,   et   toutes   nos 
communications seront protégées dans la meilleure 
confidentialité   qui   soit.   Vous   aurez   l'occasion,   au 

319
moment  opportun,  d'entrer en contact avec un de 
nos collaborateurs sur le terrain... et nous pourrons 
bien   sûr   vous   offrir   gîte   et   protection   en   cas   de 
heurts. Maintenant, je présume que vous devez être 
un homme occupé, Jobert, et ne voulons pas vous 
déranger plus longtemps avec le cas de ce fameux 
docteur   Solis!   Voilà   que   nous   devons   maintenant 
vous   endormir   afin   de   vous   remettre   dans   la 
circulation...   la   localisation   de   l'endroit   où   vous 
vous   trouvez   étant   ultra­secret,   et   les   risques 
seraient trop grands de dévoiler notre couverture. 
Mais   ne   vous   en   faites   pas,   ça   sera   moins 
douloureux  que les décharges électriques,  et vous 
ne   vous   réveillerez   pas   avec   une   migraine   cette 
fois­ci.   L'effet   des   tranquillisants   ne   dure 
qu'environ une demi­heure. 
– Nous   sommes   encore   désolés   pour   les 
inconvénients   que   tout   cela   puisse   vous   causer, 
mais vous savez, nous avons un code très strict. » 
réitéra un certain "Carlos", à la manière d'un robot, 
pas   vraiment   comme   s'il   prononçait   une   sorte   de 
script  écrit  d'avance,  mais  plus  comme  s'il parlait 
directement   sous   l'effet   d'un   contrôle   externe, 
comme   gouverné   par   une   intelligence   de   ruche. 
Comme   chez   les   autres,   je   dénotais   chez   lui   une 
inquiétante mentalité stérile, figée dans le temps et 
l'espace,   comme   pris   dans   une   pensée   unique   et 
commune;   quoique   je  ne   pourrais   pas   en   dire   de 
même   du  vieillard,   lequel  était,   tout  au  contraire, 
vivement   lucide,   ardemment   coloré, 
impérieusement souverain et décidément pourri de 

320
cynisme...   c'était   peu   dire.   Sans   parler   de   cette 
haleine   tout   autrement   fétide   ­même   à   plusieurs 
mètres   de   distance­   qui   dépeignait   d'autant   plus 
sur l'insipidité calcaire de la dentition de ses pairs.

Réalisant   que   je   n'avais   pas   vraiment   d'autre   choix 


j'acquiesçai   avec   diligence.   Quel   danger   y   avait­il,   de 
toute façon? Si ces gens avaient voulu se débarrasser de 
moi en m'assassinant, ils l'auraient déjà fait. Nous nous 
sommes  salués,  et ils m'ont injecté une petite quantité 
d'un   liquide   jaunâtre.   Je   me   suis   endormi   dans   les 
quelques secondes qui suivirent.

Jamais je ne me serais attendu à tomber un jour sur les 
services   secrets,   et   surtout   pas   d'une   façon   aussi... 
accidentelle,   et   à   la   fois   aussi   bien   orchestrée.   Et   ça 
n'arrivera   plus;   du   moins,   je   ferai   tout   pour   que   ça 
n'arrive   pas.   Ce   qui   m'étonnait   le   plus,   ce   n'était   pas 
leur attitude, ni toute cette histoire sur Solis et son soi­
disant   mouvement,   mais   plutôt   comment   tout   cela   se 
mettait en perspective avec les bribes d'information que 
j'avais enregistrées alors que j'étais dans mon faux état 
d'inconscience, car celles­ci laissaient croire à un groupe 
tout   autre,   et   de   nature   radicalement   distincte   des 
services   de   renseignement.   Comment   avais­je   pu   être 
capturé   par   une   sorte   de   secte,   pour   ensuite   me 
retrouver dans une réunion avec une poignée d'agents 
secrets   fédéraux   qui   me   sollicitent,   de   façon 
étrangement   généreuse   et   apparemment   non 
contraignante, à collaborer avec eux?

321
Je m'endormis néanmoins avec une arrière­pensée,  une 
étrange   inquiétude   dont   je   ne   pouvais   parvenir   à 
discerner   avec   précision   la   nature   et   l'origine,   et   qui 
resta indélébile pour un bon moment, longtemps après 
que   je  me  sois   éveillé   de   ce   sommeil   forcé.   Je   sentais 
l'échec, la défaite. C'était l'inexorable impression d'avoir 
été   le   sujet   ­même   l'objet­   plutôt   que   l'observateur; 
d'avoir   joué   le   rôle   du   suspect   plutôt   que   celui   de 
l'inspecteur.   Vu   l'attitude   et   les   agissements   de   mes 
hôtes,   il   n'était   pas   difficile   de   croire   que   ceux­ci 
tentaient de découvrir mon secret, et de tout savoir sur 
ce mystérieux individu qui s'était introduit au cœur de 
leur cercle, sans invitation. Et il y avait bien entendu ces 
choses louches que j'avais entendues alors que je faisais 
le   mort.   Ça,   c'était   une   goutte   de   trop   dans   un   verre 
empli   d'un   mélange   explosif.   Il   m'avait   réellement 
semblé   reconnaître   cette   même   haleine  infernale   et   ce 
maniérisme   verbal   en   la   personne   du   vieillard   qui 
m'avait questionné. Sa voix était aussi similaire. C'était 
assurément lui, le fameux « Grand maître ».

Je   me   réveillai   au   même   endroit   où   on   m'avait 


électrocuté,   quelques   heures   plus   tôt,   et   j'avais   cette 
étrange   impression   d'avoir   toujours   été   à   cet   endroit, 
depuis des heures, d'y être simplement resté à dormir. 
Mais   par   contre,   je   me   rappelais   assez   bien   de   ma 
rencontre avec les services secrets, quoique la suite des 
événements   fut   si   floue   qu'elle   me   semblait   être   tout 
droit sortie d'un rêve. Un peu comme lorsqu'on fait une 
sieste en fin de journée, et qu'on a l'impression d'avoir 
sauté   une   nuit,   alors   que   tout   ce   qui   est   venu   avant 

322
semble   aussi   flou   et   mort   dans   notre   tête   que   l'est   la 
journée de la veille. C'était tout de même certain que je 
n'avais pas rêvé, sinon je ne me serais pas retrouvé avec 
cette petite carte de visite entre les mains... une carte sur 
laquelle étaient inscrits qu'un nom d'agent de la Police 
fédérale, et un numéro de téléphone. 

Cette fois, je n'étais pas dans le noir. C'était une petite 
pièce   aux   murs   de   béton   rude,   où   il   n'y   avait   rien 
d'autre qu'un téléphone fixé à un mur, de la tuyauterie, 
et quelques articles d'entretien ménager, disposés dans 
un   con   de   la   pièce.   La   porte   par   laquelle   j'étais   entré 
avait,   de   ce   côté­ci   différemment   de   l'autre,   une 
poignée.   Constatant   qu'elle   n'était   pas   verrouillée,   je 
l'ouvris   pour   constater   que   j'étais   bel   et   bien   dans   le 
stationnement souterrain par lequel j'étais arrivé ici, et 
la porte affichait le "13A".

Une idée me vint à l'esprit en me réveillant dans cette 
scène.   C'était   d'une   évidence   triviale:   la   secte,   ou   la 
fraternité secrète ­quelle qu'elle soit­ et les services de 
renseignement, ils n'étaient peut­être simplement qu'un 
seul   et   même   groupe,   au­delà   de   leurs   couvertures 
officielles. Ou plus précisément, ces couvertures étaient 
intégrées à une même structure secrète de contrôle, plus 
globale,   cachée   à   même   les   autorités   officielles   du 
gouvernement.   Ces   gens   que   j'avais   rencontrés 
travaillaient   pour   le   gouvernement,   certes,   mais   pas 
pour celui que des millions de gens supportent en allant 
voter, tous les quatre ou cinq ans, mais plutôt pour un 
gouvernement   de   l'ombre,   secret,   dissimulé   dans   les 

323
coulisses   de   l'administration   officielle.   J'imaginais   un 
réseau de personnes­clés, de gens stratégiquement placé 
dans   des   postes   cruciaux   de   l'appareil   étatique, 
travaillant   comme   agents   doubles,   à   accomplir   des 
directives   secrètes,   à   influencer   les   différents   comités, 
assemblées et conseils. Le meilleur Coup d'État, le plus 
durable,   le   plus   efficace,   en   est   un   qui   vient   de 
l'intérieur, il n'y a pas de doute. 

Et c'est bien plus que parfaitement réaliste, cela a même 
été   prouvé   depuis   longtemps   que   les   agents   doubles 
n'infiltrent   pas  que  les  organisations  terroristes  ou les 
gouvernements   ennemis,   ils   s'occupent   aussi,   et   dans 
une marge importante, de l'administration domestique 
et la surveillance des populations civiles. C'est d'autant 
plus un secret de polichinelle que les officiers militaires, 
en   temps   de   paix,   servent   souvent   d'agents   de 
renseignement ­de façon plus ou moins officieuse­ pour 
des autorités  dont  ils  ne  voient  habituellement  que  la 
surface,   qu'un   visage   direct,   soit   celui   de   leurs 
supérieurs immédiats. Et pourquoi pas, me demandais­
je, pourquoi  les services secrets  ne seraient­ils pas,  en 
réalité, à ce gouvernement secret ce que la Police est à 
l'État dans notre société? J'avais déjà lu sur une certaine 
«opération Gladio», un vaste complot international qui 
s'étendit   sur   au  moins   une  trentaine  d'années,  durant 
lesquelles   les   services   secrets   de   plusieurs   pays   en 
Europe  collaborèrent   étroitement   à  déstabiliser   l'ordre 
public, et créer de faux mouvements de rébellion armée, 
dans le but de justifier une répression brutale de la part 
des   gouvernements   vis­à­vis   les   mouvements   de 

324
gauche.  Gladio  était  composé  d'une élite  paramilitaire 
recrutée dans chacun des pays participants, et se servait 
souvent   de   groupes   réactionnaires   d'extrême   droite 
comme base de support dans leurs actions. Au coeur de 
ce   complot   avait   été   révélée   l'implication   d'une   loge 
maçonnique italienne, « Propaganda  Due » ou P2, qui 
avait des liens étroits avec le Vatican ­en particulier la 
Banque   du   Vatican­   et   dont   le   plus   haut   gradé,   Licio 
Gelli   ­ancien   partisan   de   Mussolini­   entretenait   des 
relations   avec   la   CIA.   Accusée   d'avoir   assassiné 
plusieurs figures publiques, dont nul autre que le pape 
Jean­Paul 1er, la loge aurait aussi contribué à fomenter 
le désordre dans  les années  soixante­dix en Italie,  par 
une   «   stratégie   de   tension   »   politique   qui   provoqua 
l'emprisonnement   de   centaines   de   militants   de 
l'extrême   gauche.   C'est   une   page   noire   de   l'histoire 
récente qui a été démontrée comme bien réelle, mais le 
récit qu'elle raconte, sa continuité, voire son plus grand 
arc,  serait­il toujours  en  train  d'être  écrit,  par   la main 
invisible de ses auteurs?

Mais   d'un   autre   côté,   je   ne   pouvais   m'empêcher   de 


douter   de   l'existence   d'un   tel   gouvernement   secret. 
Pourquoi existerait­il? Pour répondre à quelles fins? Et 
surtout   comment   aurait­il   pu   non   seulement   exister, 
mais jouer un rôle actif de contrôle dans la société, et ce, 
durant   des   décennies   probablement,   sans   toutefois 
n'être dévoilé au grand jour par qui que ce soit? Qu'en 
est­il des centaines, des milliers d'individus travaillant à 
l'intérieur?   Seraient­ils   tous   suffisamment   endoctrinés 
et   précautionneux   pour   qu'il   n'y   ait   jamais   de   fuites 

325
d'informations   quant   à   la   nature   réelle   de   leur 
organisation   secrète?   La   NSA   a   bien   pu   exister   aux 
États­Unis   durant   une   quarantaine   d'années   sans   que 
son existence soit rendue publique, alors qu'autant son 
budget que son personnel dépassaient de loin celui de 
la CIA et du FBI réunis. Rien n'est donc impossible...

Une théorie du complot est pourtant la seule forme de 
conception pouvant donner rationalité à cette idée pour 
l'instant...   mais   encore,   les   preuves   ­même   les 
évidences­   c'est   ce   qui   lui   a   toujours   fait   défaut,   du 
moins   pour   n'importe   qui   sachant   faire   la   différence 
entre   A   et   B,   et   entre   fait   et   spéculation.  Les   services 
secrets ne sont peut­être que ce que la plupart des gens 
en   entendent...   que   des   organes   de   renforcement 
servant  à  accomplir  les « tâches  sales », controversées, 
dont le gouvernement aimerait bien se dégager... Mais 
pourquoi,   pourquoi   alors   cette   bizarre   relation, 
apparemment  intime,  voire  même  cette fusion  avec le 
domaine sectaire ­ou le maçonnique­ alors? J'ai pourtant 
bien entendu ce que j'ai entendu, cela ne ment pas!

Malgré toute cette confusion  dans laquelle  mon  esprit 


pataugeait,   je   sortis   néanmoins   de   ce   souterrain 
accompagné d'un certain sentiment de satisfaction, car 
il   était   maintenant   évident   pour   moi   que   la   Mort 
Blanche, peu importe fut sa nature, était étroitement liée 
à   un   stratagème   qui   allait   bien   au­delà   de   ce   que   je 
présumais   jusqu'à   ce   moment,   un   complot   qui   avait 
quelque   chose   de   politique,   certes,   mais   dont   je   ne 
pouvais   jusqu'alors   mesurer   toute   l'étendue.   Et   la 

326
disparition du jeune Jodias avait à voir, de près ou de 
loin, avec ce stratagème. Voilà le point le plus important 
de   toute   l'affaire.   Mais   comment?   De   quelle   façon,   et 
pourquoi  Jodias  y  fut  mêlé?  Peut­être  y  ce  fut  simple 
accident, par une sélection aléatoire, ou encore se peut­
il que Jodias avait une raison implicite de tomber dans 
les griffes de la Mort Blanche. Ces questions sont celles 
pour  lesquelles  je me devais de trouver  des  réponses, 
désormais...  Mais  je savais  que les choses  se corsaient 
encore plus, au fur et à mesure que je trouvais des voies 
pour répondre à la grande énigme.

Je revins en marchant sur la rue Apollinaire, qui est une 
quasi­ruelle, en fait jonchée d'une multitude de tables et 
de   chaises   disposées   devant   les   quelques   petits   cafés 
d'artistes qui animaient et envenimaient pour ainsi dire 
les environs. C'est un petit bout de rue, d'environ deux 
ou trois pâtés de maisons, qui est plus communément 
surnommé le « Petit Paris », pour le style art nouveau 
des façades d'édifices, pour ses expressos faramineux et 
les   vielles   prostituées   saoules   qui   y   traînent   par   les 
soirées   fraîches   et   pluvieuses   d'automne.   Je   venais 
souvent ici pour boire et flirter, durant mes années de 
collège,   impressionnant   les   filles   avec   mon   langage 
abstrait   de   l'école   philosophique   allemande,   que   moi­
même je comprenais  à peine.  Toute cette carrière vide 
de   sens   n'a   mené   à   rien,   je   me   suis   dit,   elle   ne   m'a 
qu'éloigné   de   ce   qui   me   fascinait   le   plus   dans 
l'existence. Cette partie de ma jeunesse, c'était un autre 
monde,   tout   comme   cette   ruelle   parmi   le   reste   de   la 
ville,  cette ville qui n'est que béton,  voitures,  stress  et 

327
pollution aujourd'hui, elle n'a plus rien d'intéressant en 
somme.  Ici,   c'était   plutôt   le   Paris   d'une   autre   époque, 
révolue à jamais; celle du Paris des années '20, ou bien 
'30,   ou   bien   '60,   cette   intarissable   et   délicieuse   image 
romantique de la vieille ville des poètes, des intellos et 
des bordels, peinte dans l'imaginaire du monde entier, 
pleine de gens du peuple qui chantent dans les tavernes 
enfumées   et   baisent   dans   la   rue...   rien   à   voir   avec   le 
Paris  truffé  d'agents  secrets  et  de  touristes  américains 
riches et stupides que j'ai vu il y a deux ans de cela, lors 
de mon voyage en France avec ma petite famille, alors 
que j'en avais fini de cette affaire de crime passionnel 
multiple.  Bon, le Montmartre restait au moins le Paris 
que tout le monde aime s'imaginer, mais aussi le Paris 
des parisiens; mais ce Paris­là, il se retrouve dans toutes 
les bonnes villes du monde... 

Je passai à côté d'un tout petit magasin de disques rétro 
tout   décoré   d'ornementations   faisant   dans   le   kitsch 
lumineux. Je ne sais pas pourquoi, mais je fus quelque 
peu   pris   de   curiosité   pour   ce   qu'il   y   avait   dans   sa 
vitrine...  en fait  tout  un  cirque  de vieux  albums  et de 
bandes   dessinées   françaises   des   années   '70s.   Un 
véritable hommage  à la culture  pop  mélancoliquement 
existentialiste   de   l'époque,   à   ses   chanteurs   romantico­
dépressifs,   à   l'imagerie   hippie   futuriste   et   bien   sûr   à 
toute la gamme de photographie naturaliste à l'eau de 
rose   et   à   la   vaseline.   Mais   ce   n'était   pas   tout   cet 
hommage au mauvais goût ­qui faisait d'ailleurs partie 
de   ma   jeunesse­   qui   m'intéressa   dans   cette   vitrine. 
Laissant   aller   mon   intuition   pour   savoir   qu'est­ce   qui 

328
pouvait   bien   retenir   mon   attention   dans   ce   fatras,   je 
glissai mon regard d'un couvert de quarante­cinq tours 
à un autre, ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre. « 
Mon âme émerveille » de Mona Singapour, et je voyais 
une   femme   nue   sur   le   couvert,   étendue   sur   un   lit   de 
fleurs   à   la   campagne;   «   J'ai   vu   les   Stones   »   de   Gilles 
Debransouillis,   un   type   moustachu   en   smoking   blanc 
arborant   de   grosses   lunettes   fumées   se   contentait   de 
faire un sourire sur le couvert; toute une collection de 
Jean­Paul   Ferrat;   un   album   de   Dalila   dont   le   couvert 
était   empli   de   lumières   multicolores   et   bien   sûr   du 
magnifique   sourire   scindé   en   deux   de   la   tristement 
célèbre diva du franco bossa­nova; et puis... Que vis­je! 
À côté de la diva, sur la pochette d'un album  faite de 
sortes   de   motifs   futuristes   angulaires,   s'interposait   un 
visage   qui   m'était   terriblement   familier.   Il   n'était   pas 
très   frais   à   ma   mémoire,   ou   plutôt   plus   moins   bien 
gravé   dans   elle,   mais   juste   assez,   cette   fois­ci,   pour 
pouvoir l'identifier. Oui, c'était bien lui... avec la barbe 
en   moins,   et   une   chevelure   légèrement   plus   courte. 
Valevicius   Valencia!   Enfin,   tel   que   la   pochette 
l'indiquait,   il   s'agissait   plus   précisément   de   Richard 
Chanfray, mais il n'y avait aucun doute pour moi que 
c'était même visage que celui de Valencia! 

À cette  découverte,  je me  précipitai  à  l'intérieur  de  la 


boutique.   Le   disquaire   me   dit   qu'il   était   juste   sur   le 
point   de   fermer   alors   que   j'entrais,   et   je   lui   répondis 
qu'après   tout   c'était   peut­être   mon   jour   de   chance,   ce 
même   jour   où   les   pêcheurs   font   de   grosses   prises   en 
abondance...   et   où   les   enquêteurs   font   des   bonds   de 

329
titans. Je lui demandai au sujet de l'album de Chanfray 
sur   la   vitrine,   et   il   me   dit   que   c'était   le   seul   qui   lui 
restait.   Le   genre   de   choses   typique   qu'on   entend   de 
quelqu'un qui veut faire une vente pour finir sa journée. 
Je lui demandai ce qu'il savait de plus sur l'album, sur 
le   chanteur.   Il   me   répondit   en   me   demandant 
probablement avec sarcasme si j'étais sur une enquête, 
et  je  lui  répondis  que   oui.   Pensivement,  il  élabora   un 
peu sa réponse:

« Bien... c'est l'album le plus populaire de Chanfray, un 
chanteur  qui   a   eu   une  histoire   d'amour   avec   Dalila   à 
l'époque... C'est pour ça que j'ai mis l'album à côté de 
celui­là... de  Dalila.   Chanfray,  c'était  un  antiquaire  un 
peu   bizarre,   plutôt   richissime,   qui   a   selon   les   dires 
décidé un jour de se lancer dans la chanson seulement 
parce qu'il était amoureux de Dalila et voulait avoir une 
vie avec elle. Mais le gars était aussi quelqu'un de plutôt 
original   qui   était   plongé   dans  l'ésotérisme,   un  nouvel 
âgeux,   mais   il   l'était   à   fond,   vous   savez!   C'était   une 
explosion   le   mouvement   à   l'époque   et   puis   lui   il 
prétendait   avoir   toutes   sortes   de   pouvoirs   mystiques 
comme   la   transmutation,   le   contrôle   de   l'esprit...   Il   a 
passé à pleins d'émissions ésotériques à la télé dans le 
temps...   Ah   oui!   Il   se   disait   être   immortel,   et   être   un 
compte, le compte de... euh, ah oui le “Compte de Saint­
Germain”.   C'est   fou,   n'est­ce   pas?   Mais   vous   savez, 
c'était un peu dans la mentalité de l'époque... plein de 
sectes sont nées de personnes comme lui. 

330
– Vous savez qu'est­ce qui lui est arrivé... comment il 
a fini? Il a abandonné la chanson, ou...?
– Euh, bien... il a un peu flirté dans le jet set artistique 
français   puis   il   se   serait   suicidé   au   début   des 
années '80. Faut dire que les années '80 étaient pas 
très accueillantes pour les gens de... cette culture!
– Merci... je vais le prendre.

Ma   découverte   m'avait   laissé   estomaqué.   Durant   un 


long moment sur mon chemin de retour vers la gare, je 
tenais  la pochette  du disque  entre mes deux  mains  et 
dévisageais   l'image   de   celui   qui   m'avait   fait   ce   long 
discours perturbant  une nuit,  il y a quelques  jours.  Si 
ces   deux   hommes   ne   sont   pas   la   seule   et   même 
personne, or, le lien fait entre les deux personnages ne 
s'expliquait que par une astuce, de la part des services 
de   renseignement,   servant   à   me   faire   croire   que 
Valencia est un dangereux imposteur... Mais le fait que 
Chanfray  prétendait  être Saint­Germain  ne faisait  rien 
de moins que supporter  ce que Louis m'avait dit plus 
tôt au sujet d'un personnage, visiblement immortel, qui 
ait passé à travers l'Histoire sous de multiples facettes, 
et que Valencia n'était aussi qu'une autre facette de ce 
même   personnage.   Encore   moins   savais­je   à   quelle 
version je devais me fier, que pourquoi, en fait, j'en étais 
rendu à enquêter sur l'identité réelle de quelqu'un que 
je ne  suis même  pas sûr  d'avoir  réellement  rencontré. 
Peut­être   était­ce   pour   me   prouver   à   moi­même   que 
Valencia  était bel et bien réel... ou sont­ce les preuves 
elles­mêmes, plutôt, qui me sautent au visage depuis les 
derniers   jours;   mais   peut­être   que   l'enjeu   était 

331
maintenant   de   savoir   quelle   explication   du   problème 
m'amènerait vers la meilleure conclusion. 

C'est alors que j'étais en train de marcher vers la gare, 
sur la rue Saint­Paul dans le Quartier Latin, absorbé à 
nouveau   par   mes   pensées,   qu'il   se   produisit 
l'événement qui chambarda mon univers en entier... et 
ce qui fut jusqu'alors pour moi une simple enquête sur 
une disparition  se transforma  dramatiquement  en une 
véritable quête pour ma propre vie, littéralement.

*   *   *

L'explosion   fut   terrible.   Une   puissante   boule   de   feu 


jaillissant   parmi   la  foule.   Une   éruption   de   la   violence 
d'un coup de fusil au centuple, et de la force terrifiante 
d'un   coup  de   foudre   sur   un  arbre,   me   terrassa   sur   le 
champ alors que je prenais une marche tranquille sur la 
rue de Chypre, près de la 56ième. Une explosion qui me 
coupa  le souffle et me pétrifia  d'un seul coup. Le son 
d'une violence inouïe se répandit dans toute la ville et 
plongea   tous   les   passants   des   environs   dans   un 
mutisme de pierre.

Un   commerce,   semble­t­il,   avait   explosé...   dans   un 


nuage de poussières et de débris qui jaillit en un éclair 

332
et détruisit tout sur  son passage,  laissant derrière une 
scène d'un chaos indescriptible. 

Puis   tout   devint   gris.   L'épais   nuage   de   poussière   se 


répandit rapidement dans les environs, autour de moi, 
jusqu'au  point  où toute  la rue, aussi  large fût­elle,  fut 
plongée dans un voile opaque... et étouffant. Je ne pus 
m'empêcher d'accourir à la scène de la catastrophe.

Quand  la  fumée  opaque  commença  à se dégager,  elle 


dévoila à mes yeux une scène de destruction terrible. La 
désolation   s'était   emparée   de   la   ville   comme   sous   les 
bombardements   d'une   guerre.   Peu   à   peu,   je   vis   les 
présages de lambeaux de chair éparpillés sur la rue, de 
mares   de   sang   se   répandant   sur   toute   sa   grandeur, 
coulant de nulle part et de partout a la fois, jaillissant de 
corps multiples, perdus dans le désastre. Des femmes et 
des   enfants   criaient   en   larmes,   et   des   hommes, 
désemparés, étaient figés sur place, se tenant debout tel 
des statues de pierre, les yeux vides et inertes. Dès lors, 
le monde entier était plongé dans la confusion la plus 
totale,   à   ce   qu'il   me   semblait.   Mes   souvenirs   de   ce 
moment... sont embrouillés; je vois les images dans ma 
tête  comme  si  elles  furent  celles  d'un  myope,  aveuglé 
par   la   tension   irréelle   de   cette   abomination,   la   folie 
tangible émanant parmi une brume sordide. Rêvais­je? 
Enfin,   il   me   sembla   percevoir   les   choses   aussi 
vaguement que dans un rêve... Mais tout m'indique que 
cette tragédie fut, malheureusement,  bien réelle. Je me 
donnais dans tous les sens, au­delà de ma raison, sans 
vraiment   savoir   où   j'allais,   ou   ce   que   je   voulais   ou 

333
devais   faire.   Haletant,   les   bras   étirés   devant   moi, 
comme  prêt à plonger  dans la sinistre mare pleine de 
cadavres et de rescapés, tous amalgamés en une masse 
indistincte et sanglante. 

Mon souffle fut coupé. J'essayais de crier, de tous mes 
poumons,   mais   ma   voix   se   trouvait   étouffée   par   une 
étreinte   invisible,   par   une   oppression   silencieuse   qui 
m'empêchait même de penser. Mes poumons devinrent 
tuméfiés,   et   bloqués   par   la   pression.   En   marchant, 
plutôt   en   titubant   à   la   dérive   parmi   cette   scène 
d'horreur,   mon   pied   frappa   un   bras   décapité,   par 
mégarde,   que   je   vis   glisser   et   rouler   mollement   pour 
s'arrêter   sur   un   corps,   telle   une   vulgaire   rondelle   de 
hockey   glissant   sur   une   longue   marre   de   sang   pour 
atteindre   un   but   macabre.   J'étais   trop   dépassé   par   la 
scène   pour   me   sentir   même   offusqué   de   mon   geste 
accidentel,   alors   que   je   regardais   nonchalamment   le 
bout   de   bras   rouler   stupidement   devant   moi   et   se 
heurter   au   corps   sans   vie   d'une   vieille   femme.   Mon 
dégoût n'arrivait à se trouver d'expression juste pour ce 
que je voyais.

Les gens  ­ceux  qui  avaient  survécu­  couraient  comme 


moi dans tous les sens sans ne se soucier où ils allaient, 
et je devais me faufiler parmi une foule de plus en plus 
concentrée,   et   chaotique,   de   pauvres   gens   courant 
parmi des cadavres décapités et au secours d'estropiés 
horrifiés de leurs propres blessures. Mais ce n'était pas 
toute   la   ville,   comme   je   perçus   en   premier,   qui   était 
bombardée; seulement que l'ampleur de cette explosion 

334
avait tout plongé dans climat d'apocalypse. Je constatai 
qu'il y avait eu en effet une effroyable explosion. Je vis 
devant   moi   un   énorme   trou   noir,   difforme,   creusé   à 
même   un   ou   deux   édifices,   et   sur   quelques   étages; 
environ   trois.   Une   grande   bouche   béante   crachant 
l'horreur   par   le   feu,   la   fumée   et   les   poussières.   Une 
bouche   qui   n'avait   crié   qu'une   seule   fois,   mais   d'un 
terrible cri de mort et de destruction. La bouche qui se 
fut   éveillée   comme   celle   d'un   volcan,   et   crachant   ses 
flammes comme celle d'un dragon, s'était calmée et ne 
vomissait   maintenant   que   les   restes   de   son   horrible 
festin.

Je ne sentais pas réellement avoir conscience de ce qui 
se passait. Je me sentais flou, léger et intangible. J'aurais 
presque   voulu   ressentir   cette   désolation,   comme   ces 
centaines   de   gens   autour   de   moi   qui   pleuraient   et   se 
lamentaient, mais l'événement m'avait déjà dépassé, et 
je   ne   pouvais   qu'être   que   muet,   non   seulement 
extérieurement,   mais  aussi,  et  surtout,   intérieurement. 
Je  restai   ainsi,  en  plein  milieu   de  l'horreur   sans   nom, 
durant un long moment, sans ne rien dire en tentant en 
vain   de   secourir   les   blessés,   sans   ne   vraiment   savoir 
quoi faire.

Puis quelque chose retint mon attention... il s'agissait de 
la  figure de quelqu'un  qui  m'était  très familier.  Parmi 
les   décombres   ensanglantés,   je   reconnus 
progressivement   la   silhouette   de   nul   autre   que 
Donatien   Jobert.   Il   pleurait,   accroupi   aux   côtés   de   la 
dépouille d'une femme, d'une femme que je n'ai jamais 

335
vue,   d'ailleurs.   La   morte   semblait   comme   crucifiée   à 
l'édifice   adjacent   du   lieu   de   l'explosion,   dans   une 
position   lugubre,   les   jambes   quelque   peu   écartées 
dévoilant   ses   sous­vêtements.   Mais   un   filet   de   sang 
coulait   en   son   entrejambe.   Peut­être   avait­elle   été 
fatalement   blessée   au   dos...   à   la   colonne.   Horrible. 
C'était une très belle femme, mûre, probablement dans 
la  quarantaine,   dont   la   longue  chevelure   sombre   était 
accentuée   de   quelques   mèches   blanches.   Elle   était 
revêtue   d'une   élégante   tenue   exécutive   et   semblait 
provenir   d'un   certain   milieu   aisé,   voire   de   la   haute 
société. Son aspect d'ensemble, de même que ses traits 
dignes et raffinés, évoquait même une certaine noblesse, 
hautaine,   mais   sensible.   Même   la   posture 
embarrassante dans laquelle son corps se trouvait à ce 
moment  n'arrivait pas à effacer sa noble beauté. Mais, 
malheureusement,   il   semblait   bien   que   la   vie   avait 
quitté cette  dame  prématurément,  et par  une violence 
incompréhensible.

Je trouvai ainsi Donatien alors qu'il était penché sur la 
femme,  le  visage  dévasté  par  la  désolation,  grimaçant 
de   douleur,   d'une   douleur   immatérielle   et   pourtant 
palpable, la bouche toute grande ouverte, pleurant et se 
lamentant   a   bout   de   souffle,   comme   un   enfant... 
exactement comme un enfant qui pleure la mort de sa 
mère. Le crime inexprimable de la perte d'un être. Je ne 
pus m'empêcher de m'approcher de lui pour lui porter 
une main à l'épaule. Pauvre diable... et pauvre femme.

Je suis resté ainsi durant un long moment, durant des 

336
minutes   interminables,   à   contempler   avec   tristesse   la 
mort   injuste   de   cette   mystérieuse   dame.   Elle   était 
comme   un   ange,   gracieuse   de   noirceur,   victime   d'un 
complot d'hommes illuminés par leur folie sanguinaire. 
Elle a été leur cible, sans l'être directement, la cible d'un 
pouvoir essentiellement destructeur et répressif, qui n'a 
jamais   accepté   la   Femme,   même   s'il   accepte   des 
femmes.   Figés   dans   le   silence,   en   plein   milieu   d'une 
foule désemparée,  nous  sommes  restés,  l'un  consolant 
l'autre   d'une   tristesse   dont   je   ne   comprenais   pas 
vraiment l'ampleur, mais sentais l'intensité comme l'air 
que je respire.

Donatien  pleurait   la  morte  comme  s'il s'agissait  de  sa 


propre femme, de sa fille ou de sa sœur. Mais Donatien 
était fils unique, cette femme était beaucoup trop vieille 
pour être sa fille, et il était déjà marié à une femme que 
je connais  depuis des années. Ce devait donc  être soit 
une très bonne amie, soit, bien entendu, sa maîtresse.

Mais ce qu'il y a d'incroyable dans toute cette histoire 
est   que,   une   fois   nous   être   remis   de   cette   terrible 
tragédie, qui ne nous infligea aucune blessure physique, 
mais   par   contre   des   afflictions   morales   désastreuses, 
Donatien   m'avoua   quelque   chose   que   je   ne   puis 
toujours   pas   comprendre   même   aujourd'hui,   malgré 
que   j'aie   pu   trouver   une   explication   qui   ne   soit   que 
passablement   cohérente.   Lui­même   semblait   à   peine 
comprendre. C'est qu'il ne connaissait pas cette femme! 
Cette femme qu'il a pleuré comme si elle était liée à son 
sang, qu'il a refusé de quitter lorsque les ambulanciers 

337
l'on emportée au loin, à la morgue, et cette femme dont 
il a assisté aux funérailles... cette femme qui exerçait sur 
lui,   même   morte,   un   envoûtement   incompréhensible; 
elle lui était parfaitement ­et singulièrement­ inconnue. 
Mais il ressentait un lien qui l'unissait mystérieusement 
à   elle,   sans   toutefois   le   connaître.   Était­il   tombé 
amoureux   d'une   morte?   Comment   est­ce   possible? 
S'agissait­il,   encore   plus   étrangement,   d'un   amour 
ressurgi   d'un   temps   perdu,   vestige   d'un   monde   que 
Donatien avait réussi à oublier presque parfaitement? Je 
préfère   croire   que   c'est   par   pure   compassion   que 
Donatien a accompagné cette dame dans la mort, mais 
je   doute   encore.   C'est   vrai   que   chaque   homme   est 
capable   d'avoir   une   profonde   compassion   envers   une 
personne   totalement   étrangère,   malgré   qu'on   est 
généralement   porté   à   rester   indifférent,   car   ça   semble 
être   la   voie   la   plus   facile,   demandant   moins   d'effort 
moral...   du   moins   à   première   vue.   Mais   est­ce   que   la 
compassion,   comme   dans   le   cas   de   Jobert,   peut   être 
suffisante pour expliquer une attitude dirigée vers une 
personne spécifique?

Je lui ai posé cette même  question,  et cela eut comme 


effet   de   l'engouffrer   dans   la   plus   profonde   et   la   plus 
terrible période de réflexion que je connus de lui depuis 
tout ce temps où nous nous connaissons, et depuis cette 
sombre   affaire   du   petit   garçon   qui   fut   retrouvé   noyé 
dans une rivière, il y a quelques années. Comme ce fut 
le   cas   à   cette   époque   ­et   exactement   avec   la   même 
conduite secrète et recluse­  Donatien, comme guidé par 
une   pulsion   intrinsèque   de   se   retirer   dans   la   plus 

338
obscure des solitudes, ou simplement subjugué par une 
lourde   dépression,   prit   congé   de   son   entourage,   se 
détachant de tout et de chaque être dont était fait son 
quotidien   ordinaire   pour   devenir   un   fauve   solitaire, 
reniflant dans la nuit des pistes que personne ne saurait 
discerner. Je ne sais, à vrai dire, ce qui advint de mon 
ami durant ces quelques mois de réclusion. Alors, je fus 
malgré moi contraint de donner de vaines explications 
trafiquées aux gens de son entourage afin de justifier sa 
disparition   du   foyer,   et   d'atténuer   l'angoisse   de   sa 
femme,   en   lui   faisant   croire   qu'il   n'était   que...   qu'il 
n'avait préféré s'éclipser que pour mener le reste de son 
enquête dans la plus grande sécurité ­pour elle comme 
pour sa famille­  évitant ainsi de mettre les gens de son 
quotidien   en   péril   s'il   tombait   entre   les   mains   de   ses 
pires ennemis... Bien que ce n'était pas faux, je présume 
­comme  l'ai depuis longtemps présumé­  que Donatien 
cachait   une   certaine   dimension   de   sa   vie,   un   aspect 
secret   de   son   existence   qu'il   retrouvait   parfois,   alors 
qu'il était dans le doute le plus troublant, rejoignant je 
ne   sais   quelle   secte   secrète   de   détectives   désabusés. 
Pour   se   ressourcer,   ou   simplement   pour   bénéficier 
d'une sorte de support intellectuel pour ses enquêtes.

Mais après tout, l'explosion d'il y a une semaine a sans 
aucun doute eu une résonance tragique pour lui. Outre 
d'avoir   ressenti   la   contradiction   qui   est   née   de   son 
attachement mystérieux à la dame morte, je crois qu'il a 
aussi   senti   la   présence   d'une   menace.   Car   derrière   le 
déguisement   d'un   attentat   public   non   revendiqué   se 
cachait   peut­être   une   menace   qui   s'adressait 

339
directement à lui, et peut­être aussi à moi. Mais surtout 
à lui. Enfin, quelle autre raison y avait­il de s'attaquer à 
un café fréquenté presque exclusivement par quelques 
bandes   de   collégiens   et   collégiennes?   Et   comment   les 
autorités ont­elles pu s'en tirer avec la conclusion d'une 
fuite de gaz alors que j'eus la confirmation que l'édifice 
dans lequel logeait le café fonctionnait à l'électricité, et 
non au gaz?

Un informateur de Jobert, un agent double entretenant 
des liens avec le crime organisé, lui avait confirmé que 
le gérant du café n'avait aucun lien avec la pègre locale, 
et que même si celle­ci avait été favorable à éliminer le 
gérant   ou   à   lui   causer   de   graves   ennuis,   jamais   ses 
membres n'auraient accepté de se rabaisser à mener une 
attaque aussi destructrice et mortelle sur un commerce 
de sa propriété. Ce n'est seulement que deux jours après 
l'événement   que   j'ai   réalisé   de   moi­même   que   le 
prétendu   attentat   avait   visé   précisément   le   Café 
Discursif,  ce café qui a été le lieu où moi et Donatien 
nous   étions   parlés   pour   la   dernière   fois   avant   mon 
départ   pour   Sydney,   et   en   plus   un   endroit   qui   était 
devenu  notre lieu  de rencontre traditionnel.  Oui,  c'est 
précisément  ce café qu'ils ont fait sauter. Et il s'en est 
fallu de peu, de très peu, de seulement une trentaine de 
secondes je dirais, pour qu'on ne soit pas nous aussi les 
victimes  de  cette  explosion.  Et  je m'interroge   encore... 
Dieu sait ce que nos ennemis  invisibles,  ces salopards 
d'Illuminatus, savent ou pensent à notre sujet. Peut­être 
nous   surveillaient­ils   depuis   longtemps,   depuis   bien 
avant   qu'on   se   tienne   à   cet   endroit.   Peu   importe, 

340
Donatien sait prendre soin de lui­même et surveiller ses 
arrières, pour et cette raison je ne crois pas qu'il puisse 
lui arriver quoi que ce soit de mauvais, et surtout pas 
après ce qui vient d'arriver. Il y a toujours les incidents 
imprévisibles, qu'on ne peut éviter même avec la plus 
grande prudence, mais pour cela, je prierai pour lui. 

Oui, je prierai pour lui... une fois que j'aurai retrouvé ce 
bout de papier que j'ai perdu peu avant mon voyage à 
Sydney, je crois...

En fouillant dans les poches de mon veston, je trouvai 
toutes sortes de papiers que j'amassai, ci et là, au fil du 
temps.   Mes   poches,   elles   sont   toujours   pleines   de 
quelque chose, une sorte d'archive désordonnée de mes 
hauts et mes bas faits quotidiens, où le futile s'entremêle 
avec  le critique,  et ce qui a  de la  valeur  coexiste  avec 
l'inutile. J'y trouve des reçus de transactions bancaires, 
des factures d'épicerie, de vieux dépliants d'expositions 
sur lesquels j'ai écrit des notes personnelles, des bouts 
de   papier   déchirés   de   pages   de   journaux 
hebdomadaires   gratuits,   des   cartons   d'allumette,   des 
cartes postales publicitaires, quelques tracts d'étudiants 
contestataires dénonçant les organismes génétiquement 
modifiés   ou   l'ivresse   mondialiste   des   financiers 
internationaux à travers la déréglementation du travail 
et la multiplication de structures d'échange de capitaux 
en   dehors   de   l'État   de   Droit,   puis   des   palettes   de 
gomme à mâcher; ainsi que que quelques fragments de 
menus   de   restos,   de   partitions   musicales   d'une 
symphonie slave romantique, de listes statistiques tirées 

341
de recherches  sociodémographiques  dont  personne  ne 
comprend   rien,   de   crayons   brisés;   et   enfin,   un   de 
serviettes à l'alcool pour se laver les mains en cours de 
route. Bien entendu, il y a toujours ce petit calepin que 
je traîne toujours, où je n'ai d'ailleurs toujours rien écrit. 
Tout ça, c'est mon monde. Malgré tout ce ramassis peu 
méticuleux de papiers dont je pouvais faire un collage 
digne   d'être   exposé   dans   une   galerie   d'art   post­
moderne, il me manque quelque chose. 

J'ai fait et refait mes poches une bonne fois dizaine de 
fois   sûrement,   et   fouillé   dans   les   recoins   les   plus 
sombres et les dessous les plus poussiéreux de tout ce 
qui   meuble   l'appartement,   mais   je   n'ai   toujours   pas 
trouvé la note. Cette note sur laquelle j'avais inscrit leur 
adresse.   Cette   adresse   singulière   où   tenaient   domicile 
les conspirateurs cachés... les disciples de l'Ordre. Leur 
repère   local,   leur   Q.G.   secret,   caché   au   creux   des 
entrailles   de   la   ville,   d'où   toutes   leurs   activités   sont 
présumément coordonnées et planifiées, et abrité par le 
subterfuge de la banalité d'un stationnement souterrain, 
indistinct de tous les autres stationnements souterrains 
du quartier des affaires. 

­ Chérie... chérie, tu l'as vue, ce petit bout de papier que 
j'avais dans les poches?

­ Un papier? Que tu as perdu?

Ma douce femme ne saisissait pas mon empressement 

342
soudain,  et   je   perdis   patience,   mais   sans   toutefois   me 
mettre en colère.

– Dis­moi! C'est important! Tu... tu peux pas savoir à 
quel point... " Et j'accourais d'un coin à l'autre de 
l'appartement, en va­et­vient, et de gauche à droite, 
sans   ne   trop   savoir   à   quel   meuble,   quel   tiroir   et 
quel coin  sombre  me  vouer,  un peu  à la  manière 
d'un aveugle, ou d'un névrosé.
– Louis... Louis! Calme­toi un peu, je t'en prie...

Rester   calme,   je   ne   pouvais   me   le   permettre   à   ce 


moment...   le   monde   s'écroulait   devant   moi   et   de   le 
regarder   s'effondrer   ainsi   à   cause   d'une   erreur   aussi 
stupide que celle­ci, et surtout que ma femme me dise 
de   rester   calme  m'était   d'autant   plus   insupportable,  à 
un point tel que je fus pris de panique et la saisit par le 
bras pour la fixer  droit dans les yeux,  question  de lui 
faire   réaliser   l'intensité   d'un   problème   qu'elle   ne 
pouvait   pas   comprendre,   qu'elle   n'aurait   jamais 
compris...   non   par   manque   d'intelligence   de   sa   part, 
mais plutôt pour ne pas être aussi folle que je l'étais...

« Je te dis que c'est très, très important! »

Elle   resta   figée,   électrocutée   par   ma   fulgurante 


démence.

Après un éternel moment de mutisme où je sentis que 
j'étais sur le bord d'un ravin, avec elle de l'autre côté, je 
me   ressaisis   enfin,   comprenant   que   je   l'avais 

343
inutilement   bouleversée   pour   quelque   chose   qui   la 
dépassait.

« Désolé, chérie... Je me calme. Mais je veux savoir... je 
veux savoir si t'aurais pas vu ce petit bout de papier... Il 
y   avait   des   choses   de   griffonnées   dessus,   une   sorte 
d'adresse... Je crois l'avoir perdu... Ah! C'est bête. Si tu 
me dis que tu l'as jeté, je te jure que je ne me mettrai pas 
en colère, mais peux­tu me dire si tu l'as vu? »

Elle se soupira, se détendit, puis sonda au fond d'elle­
même.

– Un bout de papier... avec une sorte d'adresse d'écrit 
dessus... Non... non, je ne me rappelle pas.
– Pas   même   un   papier   avec   des   inscriptions 
quelconques, écrites à la main, avec des chiffres... et 
quelques noms de rue? 

Soupirant,  et plongeant  au fond  d'elle­même,  elle finit 


par   répondre   ce   que   je   craignais   le   plus   d'entendre: 
"Non". 

C'est   ainsi   que   j'eus   perdu   cette   minuscule   pièce 


d'information   qui   était   le   résultat   d'années   de 
recherches sur la grande conspiration; un ridicule bout 
de   papier   contenant   quelques   mots,   et   quelques 
chiffres... la clé qui m'aurait donné un accès privilégié et 
exclusif   aux   archives   secrètes   du   “gouvernement 
secret”...   La   loge   d'une   branche   locale   de   l'Ordre 
Illuminati! Mes attentes les plus réalistes, à la moindre 

344
des   choses,   me   disaient   qu'en   ce   lieu,   totalement 
inconnu   du   public   et   aussi   protégé   qu'une   banque 
suisse, devait travailler une poignée de Grands Maîtres 
de l'Ordre qui veillaient à conservation des collections 
de livres rares et obscurs dont le contenu ne devait pas 
tant   être   bouleversant   qu'il   serait   digne   de   la   totale 
confusion   de   toute   la   communauté   scientifique   dans 
son   ensemble.   Des   archives   inaccessibles,   cachées   au 
plus profond des sous­sols de la ville, dans un lieu que 
personne ne connaîtrait, ni même ne se douterait de son 
existence. Je savais que leur ordre détenait toutes sortes 
de   secrets   scientifiques   sur   des   problèmes   aussi 
ésotériques   que   la   transmutation,   la   matérialisation   à 
partir du néant, l'antigravité et l'énergie « libre »... des 
technologies vieilles de dizaines de millénaires, datant 
de civilisations prédiluviennes dont il ne reste presque 
aucun   vestige   aujourd'hui,   mais   dont   la   Science 
moderne commence à peine à découvrir les traces. Ces 
secrets   sont   les   plus   sensibles   de   tous   ceux   que   les 
autorités  secrètes  cachent  au public.  Si  seulement  une 
de ces technologies était révélée aujourd'hui, le monde 
en serait profondément  bouleversé, et probablement  à 
un point tel que rien ne sera plus jamais comme avant. 

Mais cela va sans parler d'un secret qui est encore plus 
profondément caché dans la mémoire des Illuminati, un 
qui se rapporterait aux fondements  théoriques  mêmes 
d'où découlent toutes ces autres technologies; le Secret 
ultime, justifiant tous les autres. Le centre même de leur 
toile.  Une  technologie  à  l'envergure,   aux   implications, 
terrifiantes. De tous les contacts que j'ai développés, de 

345
toutes les recherches que j'ai faites, je n'ai jamais pu tirer 
aucune information vérifiable, ou seulement fiable, sur 
la   nature   plus   ou   moins   précise   de   cette   “machine” 
comme ils l'appellent. 

Ce qui m'intéressait le plus, en fait, ce n'était pas toute 
cette science­fiction, mais plutôt un document, un texte, 
ou quoi que ce ne soit qui m'aurais permis de prouver, 
de   façon   totalement   irréfutable,   rien   d'autre   que 
l'existence   des   Illuminati   et   de   leur   “Plan”   pour   le 
monde   entier.   Car   le   secret   de   leur   existence   est   leur 
propre faiblesse. Car s'ils ont toujours si bien travaillé à 
ne laisser aucune preuve de leur existence glisser entre 
les mains du public, alors c'était tout à fait logique que 
ces   informations   se   trouvent   exclusivement   “à 
l'interne”,   entre   les   murs   de   leurs   loges   secrètes,   les 
« Loges invisibles » comme ils les appellent. Car lorsque 
tous   ses   efforts   de   vigilance   sont   tournés   vers 
l'extérieur, un groupe se préoccupe moins des parasites 
susceptibles   de   le   corrompre   de   l'intérieur,   et   il   n'y   a 
qu'à   sauter   à   l'intérieur   de   leur   cercle   interne   pour 
savoir   ce   qui   s'y   passe.   Mais   encore   il   fallait   pouvoir 
être   intégré   à   la   grande   pyramide,   puis   cheminer   à 
l'intérieur  d’elle  pour  atteindre  le savoir  caché.  Car  le 
recrutement des membres était aussi un des piliers dans 
le contrôle de l'information fait par les Illuminati; ils ne 
recrutent   jamais   quelqu'un   en   leur   nom   officiel,   mais 
toujours au nom d'un autre groupe, instance, institution 
ou   organisation.   En   soi,   personne   n'est   enrôlé   dans 
l'Ordre   Illuminati...   ce   ne   sont   que   les   personnes 
conditionnées  par  le système  de telle manière qu'elles 

346
pourront  apprendre  et accepter  de travailler  pour  eux 
en   connaissance   de   cause,   et   d'être   un   des   leurs, 
religieusement, une fois qu'elles ont été intégrées à des 
sphères suffisamment élevées dans la hiérarchie, et de 
ce   point   de   paroxysme   elles   pourront   prendre 
connaissance non seulement de l'identité réelle de leurs 
“employeurs”,  mais  aussi,  et   surtout,  du   dessein   plus 
global   des   Illuminati   pour   l'humanité.   C'est   un 
processus   d'intégration   hiérarchique,   et   qui   dit 
“intégration”   dit   aussi   “possibilités   d'infiltration”.   Et 
c'est ce processus qui fut le plus difficile... mais au cours 
des   années,   après   avoir   tissé   des   liens   avec   des 
personnes  bien  placées  parmi  les francs­maçons  et les 
rosicruciens,   et   d'être   moi­même   parvenu   à   monter   à 
des   rangs   d'importance   dans   ces   deux   sociétés,   et   en 
ayant   fait   pendant   ce   temps   un   doctorat   en   relations 
internationales pour me tailler une place parmi la classe 
dirigeante mondiale, je parvins à obtenir la clé d'accès 
qu'il   me   fallait.   Douze   années   de   travail.   Douze! 
Comme chaque putain d'apôtre.

« Mais   qu'est­ce   qu'il   y   avait   de   si   important   sur   ce 


papier, Louis? »
Je me trouvais partagé, plus que je ne l'avais jamais été 
dans   cette   affaire.   Le   fait   d'égarer   ce   papier...   ça   m'a 
peut­être   ramené   à   la   raison,   du   moins   à   ce   qui 
importait   vraiment.   D'un   côté,   c'était   impératif   pour 
moi de visiter ce lieu secret pour faire la lumière sur les 
activités   réelles   de   ce   groupe,   afin   d'éventuellement 
aviser mes collaborateurs de quelconques informations 
au   sujet   de   la   société   secrète   qui   aurait   pu 

347
éventuellement être utilisé dans une vaste opération de 
polémique,  ayant pour but de briser définitivement  le 
secret de l'Ordre Illuminati, et de dévoiler leur existence 
réelle   et   leur   complot   universel   aux   yeux   du   public. 
Idéalement,   c'était   ce   que   j'espérais   en   infiltrant   le 
groupe   de   la   sorte.   Très   ambitieux,   oui,   téméraire, 
certes, et illusoire, fort probable. Une quête de sauveur 
de l'humanité...  Quelle absurdité!  Mais peut­être aussi 
n’est­ce rien de moins que la Providence, après tout, qui 
m'a sauvé en me faisant perdre l'adresse, car, comme je 
commence à le réaliser maintenant, infiltrer un groupe 
si   puissamment   infâme   aurait   pu   me   mettre 
sérieusement dans de beaux draps, et je n'aurais peut­
être pas été le seul à subir les fâcheuses  conséquences 
d'un tel acte.  Pire que d'avoir  le gouvernement  sur  le 
dos... ils sont le gouvernement, de toute façon! 

Madeleine...   ma   douce   Madeleine   est   penchée   sur   la 


baignoire,   encore   appliquée   à   une   tâche   sans   grande 
signification   particulière,   les   yeux   baissés   et   les   traits 
affermis   par   sa   sagesse   silencieuse,   regardant   l'eau 
couler dans la baignoire un peu à la manière de ces gens 
qui, à l'arrière d'un navire, emportés par une vague de 
romantisme  contemplatif,  regardent  les flots s'éloigner 
et rouler le voile de la mer sur le soleil couchant. À ce 
moment   que   je   la   voyais   ainsi,   je   la   trouvai 
merveilleusement belle dans ce mutisme introspectif, et 
remerciai  le  Créateur   pour   qu'elle  soit  toujours  à mes 
côtés après toutes ces années passées ensemble. 

348
– Rien...   Rien   de   vraiment   intéressant,   en   fait, 
maintenant que c'est perdu.

Je l'aurais mise en danger, de toute façon, si j’étais allé 
les voir, et probablement que jamais plus je ne l'aurais 
revue, ou bien ça aurait été moi qui y serais passé. 

– Désolé, chéri.
– Non, ne le sois pas. C'est pas si... important.

Je vins à elle sur le bord de la baignoire, lui passant ma 
main au torse et l'embrassant longuement au cou, et au 
fond de moi, j'espérais qu'aucun  curieux  de ce monde 
n'ait   mis   la   main   sur   l'infâme   bout   de   papier,   ait   fait 
l'erreur de lire son contenu et ne se soit lancé en quête 
d'un   mystère   dont   il   ne   connaît   pas   la   portée,   ni   les 
dangers... 

349
350
Chapitre 8:

La Bête dévoilée

351
352
Alors que je traversai la rue, je fus pris de cette étrange 
impression   d'avoir   fait   ce   même   mouvement,   dans   le 
même  décor  exactement.  Cette impression  m'était  très 
familière, car je l'expérimentais presque chaque mois de 
ma vie, quoique je n'ai jamais vraiment pris note de ses 
occurrences;  mais ces derniers temps,  il me sembla en 
avoir expérimenté de plus en plus fréquemment. Au fur 
et à mesure que je progressais parmi le trafic frénétique 
d'automobilistes   tous   apparemment   programmés   par 
les   mêmes   codes   de   conduite,   jusqu'à   leurs   regards 
vides qui étaient tous les mêmes, ne voyant rien d'autre 
que la bête sans visage de leur oppression quotidienne à 
travers leur pare­brise, je sentais mes pas et toute scène 
que j'observais comme quelque chose qui avait déjà été 
écrit   dans   le   livre   de   ma   vie.   Je   déambulais   tel   un 

353
fantôme parmi le trafic, et personne ne semblait même 
remarquer ma présence parmi les voitures qui filaient à 
toute allure dans un chaos incompréhensible. Savaient­
ils eux­mêmes réellement qu'ils étaient là? En quelques 
pas   j'avais   traversé   le   boulevard,   et   je   me   disais   que 
j'aurais   pu  l'avoir  traversé   les  yeux   fermés,  et  ç'aurait 
été la même chose. Cette pensée faisait aussi partie de 
mon déjà­vu, qui continuait encore, comme un ruban se 
déroulant   dans   la   noirceur.   Je   regardais   les   pas   des 
piétons qui marchaient sur le large trottoir devant moi. 
Tous   des   couples...   hommes   avec   femmes,   parfois   les 
deux d'un même sexe, peu importe, ils donnaient tous 
l'impression   d'être   programmés   selon   les   mêmes 
matrices.   Leurs   pas   étaient   parfaitement   synchronisés 
entre eux,  chaque  pas touchant  le sol en même  temps 
que   celui   du   voisin,   et   de   la   même   jambe.   Pourtant, 
aucun de ces couples ne semblait remarquer  ce détail, 
pourtant   si   évident.   Ils   marchaient   tous   au   même 
rythme.   Quelque   chose   n'allait   pas...   je   le   sentais. 
L'ordinaire de toute cette synchronie, et cette apparente 
absence de conscience de l'environnement direct parmi 
tous ces gens, je trouvais cela inquiétant.

Je   repérai   l'heure   sur   la   grande   horloge   encastrée   au 


sommet   du   gratte­ciel   devant   moi,   située   à   quelques 
rues   d'ici,   et   tout   en   la   regardant   je   me   disais   qu'il 
devait   être   16   h   16   de   l'après­midi,   ce   qui   n'était   pas 
irréaliste   compte   tenu   de   la   hauteur   du   soleil   et   de 
l'achalandage généralisé de l'heure de pointe. L'horloge 
lisait   bien   16   h   16,   exactement   comme   dans   ma   tête. 

354
Quelque   chose   n'allait   vraiment   pas,   et   je   le   sentais... 
Quelque chose était pour arriver.

J'eus   un   déjà­vu.   Me   sentant   désorienté,   je   devins 


concentré uniquement sur la tournure insignifiante des 
événements, de mes gestes et regards. Et puis marchant 
aux pas de mon instinct,  totalement  aliénée que j'étais 
par ma situation incompréhensible,  je me fis emporter 
dans ma propre divagation dans un autobus qui arrêta 
pour m'emmener vers l'aéroport. Le chauffeur ne porta 
même   pas   attention   au   fait   que   j'étais   entré   sans 
présenter   de   billet,   ni   en   payant.   Tout   le   monde, 
d'ailleurs,   semblait   pris   dans   une   bulle   parfaitement 
hermétique   que   seulement   un   événement 
catastrophique   sans   précédent   aurait   pu   leur   en   faire 
sortir,  possiblement.  Gris,  tout  était lourd  gris.  Je pris 
un   siège   à   côté   d'une   vieille   dame   toute   grise   et 
visiblement désemparée et je l'analysai quelque peu. À 
première vue, elle ne semblait qu'une vieille femme un 
peu fruste, sûrement malmenée par l'existence et autour 
de laquelle une carapace mièvre et abrupte s'est formée 
à travers les âges. J'avais peine à ne pas ressentir un peu 
de pitié pour elle, tout autant que du désarroi. Mais je 
me   posai   aussi   cette   même   question:   est­ce   que   ce 
regard   figé,   dénudé   de   toute   substance   et   ces   traits 
inhumains   laissaient   présager   un   mal   encore   plus 
profond... comme la folie? Si c'était le cas, je pourrais en 
dire   autant   de   toutes   les   personnes   qui   se   trouvaient 
autour  de moi  dans  l'autobus,  car  elles  avaient  toutes 
exactement   ces   mêmes   traits   caractéristiques,   autant 
intérieurs   qu'extérieurs.   Si   c'est   la   folie,   elle   est   donc 

355
partout   autour   de   moi,   et   les   gens   eux­mêmes,   tout 
comme bon fou qui se respecte, ne sont simplement pas 
conscients  de leur maladie.  Vivent­ils tous amèrement 
dans ce sous­monde, froissés de mille préoccupations et 
afflictions tout aussi illusoires et futiles les unes que les 
autres?   Peut­être   suis­je   près   de   la   réalité   en   croyant 
cela,   car   je   le   sens   aussi.   Alors   que   la   scène   urbaine 
défilait à travers ma vitrine de l'autobus, je constatai à 
ma grande horreur quelque chose qui avait toujours été 
sous   mes   yeux,   mais   que   j'eus   toujours   été   trop 
inconscient   pour   réellement   voir.   Une   foule,   des 
centaines   de   milliers   de   personnes   probablement,   des 
personnes   faites   comme   moi,   était   intoxiquées, 
droguées par une drogue qui ne se voit pas, mais dont 
les effets eux, s'observent partout et en toute chose, que 
ce   soit   dans   les   vêtements,   gestes,   discours,   regards, 
manières   de   parler   et   ainsi   que   celles   de   marcher, 
rangées,   encloses,   dirigées,   injectées,   transformées   et 
réduites   au   plus   vil  esclavage,   comme  du   bétail   dans 
une   ferme   de   production   industrielle.   Tout   ce   que   je 
voyais,   c'était   des   drogués   branchés   directement   à   la 
base  même  de   tous   leurs  sens,  et  je  me  demandais  si 
leurs   cerveaux   aussi,   par   quelque   processus 
inconcevable   que   ce   soit,   n'étaient   pas   eux   aussi 
branchés sur cette drogue complètement invisible. 

Partout   autour   de   moi...   Ils   consommaient.   Ils   ne 


faisaient   que   consommer.   Acheter,   bouffer,   boire, 
fumer,   se   piquer,   baiser,   puis   jeter   les   restes   et   tout 
recommencer.  C'est tout ce que je parvenais à voir en 
eux.   Des   âmes   vides,   aux   corps   composés   de 

356
mécanismes serviles, parfaitement programmés par une 
machine aussi invisible que l'objet de leurs addictions, 
leur   drogue   commune.   Drones   si   subtilement 
automatisés   que   la   plupart   d'entre   eux   ne   devaient 
probablement  ne jamais en être conscient,  ne devaient 
jamais  sentir  comment  et à  quel  point leur  conscience 
elle­même est abusée, violée par derrière. 

Le   bus   passa   devant   une   sorte   de   gigantesque   pub 


corporative   installée   sur   la   façade   d'une   cathédrale, 
pour  une  marque  au  nom   insipide   et insignifiant  que 
j'avais déjà oublié deux secondes plus tard. « Bonag », « 
Bagon »... Peu importe ce que c'était, ça ne voulait rien 
dire de toute façon. Excepté pour un cadrage tout aussi 
fade,   la   pub   n'était   en   fait   qu'un   énorme   miroir.   Un 
miroir   grand   de   quatre   ou   cinq   étages   de   haut.   Il 
s'agissait   bien   sûr   d'un   effet   de   miroitement   créé   par 
une   couleur   métallique,   et   non   d'un   véritable   miroir, 
mais l'effet était très réussi. En haut du miroir dans le 
cadre  je lisais:  “Je  suis  celui  qui  vous  aime,  regardez­
moi!”. 

À partir de ce moment, je ne pouvais plus rien regarder. 
Tout cela me donnait la nausée.

L'autobus   stoppa   finalement   au   pied   d'une   vaste 


structure de verre et d'aluminium couverte d'écrans et 
de tableaux à affichage numérique, au pied de laquelle 
une foule de gens qui s'empressaient encore dans tous 
les sens, et d'autres qui étaient rangés comme du bétail 
à  attendre  par   centaines  devant  des  guichets,   pour  se 

357
faire contrôler, inspecter et ficher. De véritables soldats, 
revêtus   d'uniformes   de   combat   et   armés   de   fusils 
mitrailleurs, étaient répartis de part et d'autre dans les 
terminaux   et   patrouillaient   tout,   allant   jusqu'aux 
bambins   qui   jouaient   dans   une   aire   de   jeux   pour 
enfants. En échange, ils se faisaient remettre des billets 
leur permettant de se transporter ailleurs, loin, très loin 
d'ici. 

C'était ici une porte par où l'empire ­ce même empire 
dont je commençais à entrevoir l'existence­ commençait 
et   finissait.   On   ne   pouvait   laisser   les   gens   quitter   et 
venir sans tout savoir sur eux, sans imprimer leur être ­
physique, social et politique du moins­ sur une base de 
données   dont   l'emplacement   était   secret,   hautement 
protégé, et éparpillé dans une multitude de serveurs et 
d'unités   de   stockage   répartis   entre   une   panoplie 
d'organismes   et   d'agences   gouvernementales,   de 
banques,  de  compagnies  de crédit et  d'assurances.  De 
ces lieux émanait une atmosphère à la fois agréable et 
inconfortable   de   liberté   assiégée,   et   d'une   euphorie 
subjuguée,   par   quelque   chose   d'invisible,   mais   de 
néanmoins lourdement oppressif.

Cet  endroit  n'était  pas  un  centre   de  détention,  encore 


moins   un   camp   de   concentration,   ni   un   quelconque 
marché   ultra­moderne   de   traite   d'humains.   C'était   un 
aéroport.

Quelque   chose   était   pour   se   passer   ici,   je   le   sentais. 

358
Quelque   chose   de   gros,   qui   allait   tout   foutre   en   l'air, 
même si je ne sais pas de quelle façon.

Et   quelque   chose   se   passa...   quelque   chose   auquel 


personne   ici   n'aurait   jamais  pu   s'attendre.   Ô  ça,   oui... 
personne!   Mais   quelque   chose   qui   resterait   marqué   à 
jamais   dans   l'esprit   de   tous   les   témoins   de   cet 
événement   aussi   improbable   qu'incroyable.   Des   sons 
violents   de   trompettes   de   plastique,   de   cloches,   de 
clairons   de   bicyclette,   et   des   tambours   ­en   fait, 
seulement   des   objets   domestiques   pouvant   tenir   lieu 
d'instruments  de percussion,  chaudrons,  chaudières et 
autres­   et   toute   cette   joyeuse   bastringue   fit   éclater 
l'atmosphère   stérile   du   terminal   en   un   air   d'euphorie 
époustouflante.   Sortis   de   nulle   part,   comme 
littéralement surgis d'une faille dans l'espace­temps,  je 
vis devant moi une troupe de punks troubadours, qui 
gueulaient   des   choses   à   peine   compréhensibles   dans 
des portes­voix, parmi ce chaos sonore qu'ils créaient à 
l'aide   de   leurs   instruments   purement   absurdes. 
Aussitôt, des tracts virevoltaient subitement  dans tous 
les sens, comme  soufflés dans le terminal par un vent 
de cyclone qui accompagnait le troupeau. Ces gens, ils 
devaient bien n'être qu'une dizaine, à peine, mais déjà 
ils avaient les yeux de toute la foule rivés sur eux. 

«   Ko...   Aaahh...   Laaas!   Koa...   LAS!   KO­A­LAS!   » 


criaient­ils   tous   en   coeur,   avec   la   ferveur   religieuse 
d'une   bande   de   chanteurs  gospel  en   pleine   transe,   et 
chacun   lancèrent   leurs   slogans,   en   se   recoupant   ­de 
façon purement dans une prose collective: « Libérez les 

359
koalas!   Le   Parti   imaginaire   au   pouvoir!   Vive   la 
mélorution!   Draaaame...   comédie!   Malaise   société!   Ce 
monde est mort... et vous êtes tous innocents de l'avoir 
tué!   Alors   liberté   pour   nous   tous!!!   »   les   autres   de 
rétorquer  en hurlant « LIBERTÉ!  » et puis d'autres de 
continuer:   «   envolez­vous   avec   nous,   les   oiseaux,   pas 
besoin   d'avions!   Emportez   vos   souvenirs   dans   vos 
funérailles...   les   avions   attendront,  ils   ne   perdent   rien 
pour   s'écraser!   Liberté,   frères   et   soeurs   koalas 
d'Amérique,   VOUS   DORMEZ!   Paressons   tous 
ensemble. Cessons la production, et créons le rêve! » et 
tous continuant en clameur: 

«   LIBERTÉ   POUR   NOUS   TOUS!   KOALAS   UNIS! 


KOALAS   DE   L'UNIVERS   LIBÉRÉ...   À   TERRE   LES 
FRONTIÈRES, LE MONDE AUX KOALAS! »

Puis   à   ces   sons   discordants   je   vis   aussitôt   d'autres 


personnes  aux  allures  étranges  se lever  et sortir  de la 
masse,   une  par   une,   dont   un   type   qui   était   assis   à  la 
table   en   train   de   vomir   un   burger   à   côté   d'un   vieux 
couple de Français, pas très loin d'où j'étais assis; puis il 
y en avait  d'autres,  sortants  de cabines  téléphoniques, 
de   queues   aux   guichets   des   départs   du   terminal,   et 
même   une   bande   d'illuminés   qui   s'amusaient   dans   le 
parc pour enfants. Ils se joignirent tous au mouvement 
spontané,   en   l'espace   d'un   seul   instant...   et   leur 
rassemblement était si dynamique, si cohésif, que je me 
fis presque guider à me joindre à eux, par une étrange 
force de gravité qui me frappa  de plein fouet. Mais je 
voulais   résister...   et   n'être   que   le   spectateur   des 

360
événements. Mais cette réaction de réserve n'avait rien à 
voir avec de la prudence poltronne, car je sentais qu'il 
mon   devoir   de   les   observer,   c'était   mon   rôle   à   ce 
moment­ci...   de   les   voir   agir,   de   voir   comment   les 
choses  allaient  tourner,  et  de   prendre  note   de  chaque 
fait. Alors j'observai et je les écoutai.

Les gens qui se levaient se mirent, pour certains, à jouer 
de   leurs   instruments  improvisés   ­certains   n'ayant   que 
des   canettes   sortant   des   bacs   de   récupération­   en   se 
joignant   à   la   troupe,   alors   que   d'autres   crièrent   de 
nouveaux   slogans   qui   semblaient   compléter   les   vers 
scandés par la meute. « Laissez­nous sortir! Ko­Ah­Las 
d'Amérique...   libres!   »   puis   «   KO­A­LAS!   KO­A­LAS! 
KO­A­LAS! Nous sommes libres! » et « Nous sommes le 
vrai complot qui gouverne l'univers!  Celui du verbe!!! 
Koalas unissons­nous! C'est la rébellion finale! »

Un grand cirque absurde... la meilleure façon de donner 
un   nom   à   ce   dont   j'étais   témoin.   Mais   se   passait­il 
vraiment   ce   qui   se   passait?   Je   n'étais   pas   tout   à   fait 
certain de saisir la nature de ce qui se passait sous mes 
yeux... et si ces gens étaient vraiment réels. J'aurais pu 
croire   à   première   vue   qu'il   s'agissait   d'une 
manifestation...   mais   à   quelles   fins?   Et   pourquoi   des 
koalas?   Leur   coordination   était   impossible   à 
comprendre.   D'autres   gens,   sans   déguisement   ni 
instruments, se rajoutaient progressivement à la fanfare, 
seulement emportés par l'ivresse joviale du moment, et 
plutôt  en fait  absorbés  par  celle­ci... On aurait dit des 
convertis, voyant la lumière s'allumer dans leur esprit, 

361
ouvrant   les   bras   vers   les   airs   et   clamant   des 
incohérences   d'un   large   sourire   de   jouissance 
spontanée.   Leur   joie   était   puissante,   rayonnante,   et 
irrésistible.   Elle   semblait   supplanter   toutes   les 
préoccupations,   tracas   et   dépressions   qui   pouvaient 
torturer l'esprit de chacun, et ce ne fut pas surprenant 
pour   moi   de   constater   que   la   plupart   des   gens   dans 
mon   entourage   réagissaient   avec   une   stupéfaction 
exaltée, et donnaient tous, enfin, pour celles et ceux qui 
réagirent   avec   pareille   curiosité,   l'impression   de 
s'éveiller   subitement,   le   soleil   du   matin   entrant   dans 
leur chambre non avec violence, mais d'une force douce 
et  vivifiante.  Les  seules  personnes  qui   ne  répondirent 
pas à cet appel insoupçonné de leur inconscient collectif 
étaient   quelques   hommes   d'affaires   en   habits   ­qui 
paraissaient   plutôt   déphasés   par   la   tournure   des 
événements­ et, bien sûr, les militaires, qui, quant à eux, 
ne restèrent pas très longtemps passifs à observer et à 
tenter de comprendre la situation, et passèrent plutôt à 
l'action. Ils le firent, et procédèrent d'une manière aussi 
bête   que   terrifiante.   À   quelques   secondes   d'exaltation 
libératrice   par   laquelle   environ   une   centaine   de 
personnes   de   joignirent   à   un   mouvement 
révolutionnaire   spontané   s'ensuivit,   comme   par   une 
suite   horriblement   dialectique,   un   acte   de   sauvagerie 
répressive qui dépassa l'entendement de tout le monde, 
moi y compris, et plongea le terminal en entier dans un 
état de choc profond. Mais la situation, évidemment, ne 
dégénéra pas en scène de chaos généralisé. Une fois le 
choc passé, la foule, quoique visiblement perturbée par 
la   suite   des   événements,   resta   impassible,   et   tous   et 

362
chacun se mirent plutôt à discuter entre eux de ce qui 
s'était passé, de comment un tel s'était fait matraquer au 
point   de   perdre   connaissance,   et   comment   cette   fille 
­qu'un   d'entre   eux   connaissait   de   loin,   comme   par 
hasard, car il avait dit être collègue de travail du père 
de celle­ci­ se fit défaire presque la moitié du visage par 
trois soldats; puis comment trois autres jeunes se firent 
menacer   à   bout   portant   par   des   soldats,   fusils 
mitrailleurs pointés sur eux, de déposer leurs tambours 
sur­le­champ   et   de   se   coucher,   face   contre   sol.   Puis 
d'autres   personnes   en   étaient   à   faire   des   abstractions 
philosophiques   sur   la   situation,   alors   que   d'autres, 
quoique   plutôt   marginaux,   semblaient   expliquer   les 
événements  plus  dans  le sens d'une  justification  de la 
réaction des gardes. Mais je remarquai, malgré tout, que 
parmi   la   foule,   il   y   avait   bon   nombre   de   gens   qui 
demeuraient   plongés   dans   un   mutisme   profond,   et 
restaient ainsi immobiles à observer.

Quant à moi, j'avais réalisé quelque chose, au­delà de ce 
que   ma   conscience   m'avait   permis   de   voir   jusqu'à 
maintenant. Le message, c'est ce que j'avais compris. Il 
n'y avait pas de message que ces manifestants voulaient 
passer. Le message... le message était dans l'événement 
lui­même,   le   message   qu'ils   tentaient   de   faire   passer 
dans  leurs   slogans   et   leurs   tracts,   ce   n'était  que  de   la 
poésie, juste une métaphore ramenant au sens derrière 
l'action elle­même. 

Devant   moi,   les   gardes   de   l'aéroport   en   étaient   à 


s'emparer de tous les tracts que les manifestants avaient 

363
jetés à la foule ou laissés derrière eux. Ils faisaient déjà 
leur   “ménage”,   éliminant   les   indices,   détruisant   les 
informations,   anéantissant   les   derniers   restants   de   cet 
éblouissant   acte   de   libre   expression   qui   venait   juste 
d'avoir   lieu,   sous   mes   yeux,   et   qui   semblait   déjà 
s'effacer de l'univers présent. Leur empressement à tout 
nettoyer   était   irréel.   Lorsque   l'un   d'eux   remarqua 
qu'une petite fille dans la foule tenait entre ses mains un 
des   tracts,   ce   fut   l'urgence   et   environ   la   moitié   des 
gardes accoururent vers les témoins et se mirent à saisir 
les tracts des mains de chacun qui en tenaient. 

Un gros garde moustachu, matraque en main, émergea 
du groupe de militaires et intervint:

«   Je   suis   le   lieutenant   Leblanc   du   corps   de   la   Garde 


civile, 18e régiment,  et la  sécurité dans l'établissement 
est   sous   ma   responsabilité.   Les   politiques   de   sécurité 
sont   claires   dans   un   cas   du   genre...   on   doit 
perquisitionner toute forme de publication qui incite à 
des   actes   illégaux   qui   menacent   la   paix   et   la   sécurité 
publique. Maintenant, tout va bien aller... pas de danger 
tant que vous collaborez. On vous prie de garder votre 
calme, et de nous remettre les tracts que vous avez en 
votre possession. C'est pour votre propre sécurité qu'on 
le fait... si vous vous faites prendre avec un de ses tracts 
par   les   autorités,   vous   pouvez   être   arrêtés   et 
emprisonnés... »

J'eus au moins le réflexe de mettre celui que je tenais en 
lieu sûr, quelque part dans mes vêtements, mais ce fut 

364
de   près,   car   le   regard   nerveux   et   menaçant   d'un   des 
gardes   me   dévisagea   le   moment   d'après,   alors   qu'il 
sondait   parmi   la   foule.   Les   terroristes   pouvaient   être 
partout. Quiconque avait lu un seul mot sur un de ces 
tracts  était sans  aucun  doute  prédestiné  à entrer  dans 
un avion les souliers remplis de C4, ou bien à détourner 
un   avion   à   l'aide   d'une   paire   de   ciseaux,   quiconque, 
même   la   petite   fille   à   côté   de  moi,   qui   lança,   à  peine 
cachée   derrière   son   père,   une   grimace   de   dégoût   au 
soldat. Celui­ci ne rigola pas, et prit son travail d'autant 
plus au sérieux...

« Monsieur, votre passeport! » cracha­t­il au visage du 
père, qui était juste à côté de moi. Le père, un homme 
dans   la   trentaine,   barbu   et   à   l'esthétique   soignée, 
semblait   légèrement   hindou   ou   tamoul.   Je   tentai   de 
mon   mieux   de   rester   impassible,   mais   la   situation 
prenait   une   tournure   malsaine   et   je   ne   pouvais 
m'empêcher d'être tout aussi ahuri que cet homme.

– Mais je n'ai pas ça sur moi! Je suis seulement venu 
pour   accueillir   ma   femme,   qui   arrive   dans   vingt 
minutes. Elle est du vol de Marseille...
– On   vous   emmène.   Vous   et   la   petite.   Vous   devez 
être fouillé. Suivez­moi...

Le   père   ne   montra   pas   de   résistance,   ne   voyant   pas 


d'autre   choix,   quoiqu'il   était   visiblement   perturbé   et 
hésitant.   La   petite   fille   se   mit   à   pleurer,   et   moi   je   ne 
savais   que   faire   à   part   d'observer   la   scène,   désarmé. 
J'aurais pu contester  leur  action  comme  deux  ou trois 

365
personnes   l'ont   fait   sur   le   coup,   mais   les   agents 
semblaient   avoir   été  très  bien  entraînés  à  ce  genre  de 
situation,   et   restaient   figés,   hermétiques   comme   des 
cyborgs.

D'autres personnes furent amenées pour une “fouille”. 
Cinq ou six autres. Des gens ordinaires, comme tout le 
monde,   même   plus   normaux   que   je   l'étais.   On   les 
amena dans une section protégée du terminal, puis trois 
d'entre   eux   ressortirent   environ   quinze   minutes   plus 
tard. Les autres, je ne les revus pas. J'attendis des heures 
après   eux,   mais   rien.   Le   père   et   sa   fille,   ils   ne 
ressortirent pas. 

C'est le monde dans lequel je me suis éveillé. 

Et   ma   mémoire,   elle   m'est   toujours   étrangère.   Ma 


mémoire ne me pardonne pas. Elle ne m'a toujours pas 
pardonné,  et   me   torture  en   me   faisant  réaliser   à  quel 
point ce monde, ce vaste enclos, est absurde et bestial. 
Maintenant,   je   dois   lutter.   Je   vais   combattre   pour   me 
libérer; moi, au moins, sinon les autres avec moi aussi. 

La   réponse   est   sur   ce   tract.   La   seule   chose   qui   reste 


d'eux,  ceux qui ont combattu  dans  la même  lutte que 
celle que je suis pour mener. La lutte, oui, c'est elle qui 
m'apprendra,   qui   me   fera   me   rappeler,   me   rappeler, 
tout ce qui importe de savoir...

366
*   *   *

La   tempête   faisait   rage   à   l'extérieur.   Les   toits   des 


maisons   s'ébranlaient   sous   la   force   des   vents,   mille 
objets volaient dans les airs, alors que tout semblait être 
sur   le   point   de   se   dissoudre   et   d'être   balayé   par   la 
tempête,   comme   sous   l'onde   de   choc   d'une   explosion 
nucléaire... si ce n'en était pas une. 

C'était la Grande Nuit. Oui, celle­là; la Nuit du Grand 
Événement,  et  nous  deux,  on  baisait   dans  la  tempête, 
alors   que   dehors...   dehors,   tout   laissait   croire   en 
l'apocalypse.   Le   vent   battait   sans   cesse,   alors   que   la 
pluie tombait par rafales, et des grêlons, de la taille de 
balles   de   baseball,   mitraillaient   tout   ce   qui   faisait   du 
bruit,   ou   pouvait   être   brisé.   Dehors,   pendant   que   les 
gens,   sûrement   sidérés   par   l'ampleur   du   désastre   qui 
défilait   sous  leurs  yeux,  observaient,   le  souffle  coupé, 
leur petit quotidien s'effondrer bien au­delà des termes 
des   multiples   régimes   d'assurances   qui   les   ont 
entretenus dans l'illusion de sécurité durant des années, 
nous étions, moi et Adriana, en train de baiser comme 
des bêtes dans le back­store de la taverne, alors que tout 
le   monde,   de   l'autre   côté,   écoutait   à   tue­tête   une 
émission spéciale sur l'écran géant de la place. Moi, je 
m'en foutais royalement,  alors que je jouissais dans ce 
qui   me   sembla   être   la   baise   de   ma   vie.   C'était   une 
occasion rêvée pour nous deux, et seulement seulement 
dans nos rêves les plus juteux... nous ne l'aurions même 

367
pas osé le souhaiter!  Et la tempête, battant comme les 
foudres de la fin des temps, ne faisait qu'intensifier, que 
multiplier   notre   joie,   au   point   d'être   totalement 
subjugués  par elle. Celle jouissance  de le faire dans le 
dos des autres, et parmi cette mer de danger qui était en 
train de nous submerger. 

Celle   que   j'étais   en   train   de   mettre,   elle   était   un 


magnifique spectacle de chair blanche et luisante dans 
la   pénombre   et   sous   les   rayons   des   néons   mauves, 
rouges et verts qui étaient la seule lumière à pénétrer les 
lieux par des carreaux brisés. Son corps se courbait et 
tressaillait dans une transe de jouissance, alors que ses 
courbes ondulaient, ses seins durcissaient et sa gorge se 
gonflait,   prête   à   ce   que   je   la   dévore   toute   crue.   Je 
fourrais,   je   fourrais   comme   un   fou,   et   je   sentais   la 
foudre dans moi, et cette même foudre se déchaîner sur 
elle. Je criai comme un putain de loup à la Lune, mais 
d'une voix rauque et pourrie comme celle d'un zombie. 
Et elle était comme la Lune entre mes bras...

Dehors,   alors   que   j'éclatais   dans   cette   baise   folle, 


j'entendais   des   gens   se   quereller,   de   battre,   et   des 
voitures   se   rentraient   les   unes   dans   les   autres,   puis 
j'entendis des vitrines se fracasser, des jeunes crier à la 
révolte, et des explosions provenant de je ne sais où. Les 
sirènes   de   police,   de   pompiers   et   d'ambulance 
retentissaient,  avant  d'être étouffées par la foule, et se 
taire   complètement   l'une   après   l'autre,   alors   que   de 
jeunes   révoltés   semblaient  crier   vengeance.   Le   monde 
qui perd  tout  contrôle,  ou plutôt  l'illusion  de contrôle 

368
qui   s'effondre   en   plein   sous   son   visage.   La   fin, 
inévitable   et   implacable,   de   la   grande   illusion   de   la 
civilisation,   qui   brûle   et   libère   finalement   les   bêtes 
qu'elle   avait   enchaînées   sous   de   la   dentelle   et   des 
caméras de surveillance depuis des dizaines, voire des 
centaines   d'années,   durant   tout   ce   temps   ou   tout 
semblait ordonné, fonctionnel et... et atrocement vide et 
ennuyant.

À   la   télévision,   les   commentateurs   parlaient   d'une 


catastrophe,   d'une   ampleur   inimaginable.   Un 
événement “inégalé dans toute l'histoire humaine”.  Ils 
le   répétaient   sans   cesse,   mais   je   n'arrivais   pas   à 
comprendre  ce que c'était  exactement.  Ils  ne parlaient 
que de détails insignifiants, de stupides détails spatio­
temporels,   comme   à   l'habitude.   Ils   interviewaient 
Monsieur  et Madame  trous du cul, puis un politicien, 
puis   quelques   scientifiques,   puis   des   généraux   de 
l'armée, et c'était de retour à une putain de famille d'un 
bled quelque part en banlieue, qui aurait été en contact 
direct avec cette chose... Bordel, c'était une invasion! La 
foule criait  de démence,  à la  télé,  et  dans  la  rue.  Une 
invasion...  du ciel???  De qui,  de quoi,  ils le disaient  à 
peine,  mais... Ah! Je viens... je viens sur elle... sur  son 
beau corps nu... entre ses seins. Ah oui! J'expulse mon 
sperme... Aaah! c'est bon! Elle l'avale, elle me... elle me 
lèche le membre, le suce, mais... Non.

Au moment où je finis d'éjaculer, je baisse les yeux, et 
réalise qu'elle n'est plus là. Devant moi, il n'y a plus rien 
que   les   restes   invisibles   d'une   illusion.   Adriana,   la 

369
femme que j'avais secrètement conquise, n'était plus là. 
Elle avait disparu. Avait­elle vraiment été là, ou étais­je 
en train de me masturber, seul, stupide, aliéné, dans le 
back­store  de   la   taverne   où   je   venais   tout   juste   de   me 
saouler et me droguer? Je m'étais comme réveillé d'un 
putain de rêve... ou ne l'étais­je pas. Ça ne pouvait être 
autre chose... mais en même temps, ça ne pouvait pas 
ne pas être vrai. C'était... tellement physique, tellement 
charnel,   au   point   où   je   sentais   encore   mes   mains 
parcourir son corps, ses courbes, sa douce chair, et ses 
délicieux   petits   seins.   Même   son   odeur!   S’était­elle 
défilée si vite, durant mon orgasme, à un point tel où je 
ne l'aurais pas vue partir... et pourquoi l'aurait­elle fait?

Dehors,   les   feux   avaient   cessé,   la   révolte   estompée, 


l'apocalypse   reportée.   Plus   de   sirènes   des   autorités, 
même  pas personne  en train  de se quereller; c'était  le 
vide,   la   merdique,   omniprésente   et   continuellement 
oppressante   paix   sociale.   Le   calme   et   l'ordre   avaient 
repris   possession   des   rues,   de   ses   griffes   d'acier 
invisibles,   et   tout   était,   à   nouveau,   horriblement 
ennuyant,   vide   et   potentiellement   déprimant   si   j'y 
regardais trop longtemps.

*   *   *

Le   maître   m'attendait   au   beau   milieu   du   grand   hall 


illuminé. Le lustre qui dominait la salle, énorme, devait 

370
bien   faire   la   grandeur   d'un   autobus   de   transports 
publics, sur sa longueur. Les murs et le grand escalier 
courbe   en   plein   centre   du   hall,   façonnés   de   chêne   et 
d'étain...   brillaient   sur   toute   leur   ampleur   comme   de 
l'or, d'une lumière jaunâtre et mielleuse. Les plafonds, 
de   grands   carrelages   parmi   lesquels   étaient 
minutieusement dessinées des tapisseries, des fresques, 
de la Renaissance, évoquant, en plusieurs épisodes qui 
se   suivent   d'un   carreau   à   l'autre,   un   conflit   sanglant 
entre ce qui me sembla être des anges en armures avec, 
mis en importance dans la grande tuile du centre, une 
étrange   bête   qui   semblait   projeter   un   puissant   jet   de 
lumière par le luminaire gigantesque suspendu juste en 
dessous.  La  lumière   de  la  bête.  Et  c'est   par  sa  gueule 
que la lumière descendait, car c'est en plein centre de la 
grande  ouverture  béante  de  sa   gueule   horrible  que  le 
lustre était suspendu, par une grosse chaîne de fer noir 
qui pourrait supporter la planète Terre à elle seule. La 
bête vomissait la lumière.

J'admets ne jamais avoir rien compris à ces symboliques 
bizarres   que   seuls   leurs   créateurs,   fort   probablement 
des   artistes   pédants   ayant   été   dans   les   meilleures 
universités, semblent avoir les explications. Si des gens 
veulent   exprimer   quelque   chose   d'important,   qu'ils 
l'écrivent en gros caractères au feutre noir sur les murs, 
et   qu'ils   cessent   de   produire   toutes   sortes   de 
symboliques bizarres qui ne mènent à rien de plus... Ces 
merdes d'artistes avec leurs grandes abstractions! 

Soit, ce n'était pas vraiment ce dont je m'attendais d'un 

371
lieu  appelé  le  “Bureau  de  la  sécurité”,   une  institution 
quasi secrète, cachée quelque part dans le monumental 
QG   de   l'OTAN,   dont   elle   était   soi­disant   le   centre 
opérationnel   le   plus   important   en   Europe.   Je   voyais 
quelque   chose   de   plus   plat,   insipide...   de   plus 
bureaucratique,   soit.   Surtout   pour   un   bâtiment   ultra­
moderne  comme  celui­ci,  ressemblant,   de l'extérieur   à 
rien d'autre qu'une énorme machine, servant à gérer les 
crises,   les   complots   et   les   “changements   de   régime”. 
Mais compte tenu de l'importance et/ou l'opulence des 
personnes   qui   devaient   fréquenter   ce   lieu   sinistre   au 
jour le jour, cet effort fastidieux rattaché à la décoration 
et l'ameublement n'était pas si surprenant, tous comptes 
faits.

Mon   maître   était   beaucoup   plus   vieux   que   je   ne 


l'imaginais.   Les   traits   rudes,   le   regard   affûté,   des 
sourcils,   longs   touffus   et   bien   aiguisés,   rappelant   le 
regard du hibou, ou celui d'un vieux sorcier. Je ne sais 
pas en fait s'il prenait soin de les brosser et les lustrer à 
chaque   matin,   ou   si   quelqu'un   d'autre   ­un   de   ses 
serviteurs­ le faisait pour lui, je me le demande encore 
parfois.   Ses   cheveux   gris   se   courbaient   en   vagues 
régulières   et   égales,   mais   distinctes.   Élégant   mais 
retenu,   coloré   mais   sobre.  Le   type   ressemblait   plus   à 
une statue qu'autre chose, avec les traits rocailleux  de 
son visage, ses airs hautains, sa moue figée, son teint de 
granit,   ainsi   que   la   prédominante   grisaille   de   son 
attirail. Son âge était difficile à cerner, bien qu'il m'était 
évident qu'il devait se situer quelque part au­delà de la 
cinquantaine.

372
­ Vous êtes en retard, jeune homme!” me dit­il avec une 
voix efféminée, et des yeux illuminés, rivés sur moi. 

Un vieux pédéraste... ce que je craignais! Les efféminés, 
bisexuels,   prêtres   laïcs   et   je   ne   sais   quelle   autre 
pourriture sont fort courant dans les cercles de pouvoir. 
Ils aiment tellement avoir une influence, projeter leur si 
splendide  ego   sur   tout   ce   qui   bouge,   et   être 
sadiquement   condescendants   ­et   de   façon 
religieusement soignée­ avec n'importe qui osant ne pas 
les   approuver   dans   leur   putain   de   perpétuel   délire 
narcissique.  Il  m'arbora de cet air narquois  et racoleur 
que   je   déteste   au   plus   haut   point.   Vieille   pédale   de 
merde. Ils sont mieux de bien me payer pour ce contrat.

­   Soit!   Je   crois   bien   que   ça   ne   se   présentera   plus   à 


nouveau... la première fois est toujours la dernière, avec 
nous.   Vous   devez   sûrement   être   Jacob   Specter,   n'est 
pas?

Et   il   me   tendit   la   main.   Elle   était   froide,   très   froide, 


tellement   qu'un   frisson   me   parcourut   le   dos   à   son 
contact.   La   fermeté   de   sa   poigne   montrait   une   force 
certaine,  palpable,  même  visible.  La  froide raideur  du 
cadavre. On aurait pu facilement reconnaître un général 
militaire   en   lui,   avec   cette   poigne   de   fer,   un   patron 
rigide,   autoritaire,   et   cartésien.   Il   fut   sûrement   un 
militaire   de   carrière,   ayant   monté   dans   l'échelle   a   un 
certain   moment   avancé   de   sa   vie,   et   s'être   place   au­
dessus de ces petits jeux puérils et violents de la force 

373
d'État,   pour   épouser   des   structures   de   contrôle   plus 
subtiles et à la fois plus... insidieuses. Et va­t­il tenter de 
me discipliner  à sa manière, maintenant... comme il le 
faisait avec ses petits soldats de plomb autrefois? Après 
tout, c'est un peu pour cela qu'on m'a référé a lui... et 
pour que je monte, moi aussi, dans l'échelle à mon tour.

J'attendais   ma   promotion   avec   silence,   car   c'est   en   ce 


lieu que mon supérieur  ­du moins,  l'ancien supérieur­ 
m'a envoyé afin que je puisse la recevoir.

“   J'ai   beaucoup   entendu   à   votre   sujet,   ces   derniers 


temps, Jacob. ”

Trait distinctif, il m'appelle par mon prénom, et même 
avec une emphase certaine, comme si c'était ainsi qu'il 
avait choisi de me baptiser selon ses propres termes. Ce 
fut   certain   pour   moi   alors   qu'au   travail   on   ne 
m'appellerait  plus   monsieur   Specter,   ou   Specter,   mais 
bien par mon prénom.

Après   m'avoir   interroge   sur   le   déroulement   de   mon 


voyage jusqu'ici, entre autres sur la qualité des hôtesses 
de   l'air   dans   l'avion,   du   confort   hermétique   dans   le 
T.G.V., ainsi que des escortes qui occupèrent ma soirée 
dans une des luxueuses suites de l'Hôtel Impérial, il en 
vint   finalement   à   des   thèmes   plus   pertinents.   Après 
tout,  je n'avais  pas  parcouru  tout  ce chemin  à travers 
l'Atlantique ainsi qu'une bonne partie de l'Europe pour 
m'occuper des propos d'une vieille pédale refoulée sur 
l'architecture   de   la   Renaissance   en   me   tapotant 

374
fréquemment l'épaule comme si je fus sa toute nouvelle 
proie.   Il   m'invita   à   marcher   avec   moi,   au   long   de   la 
grande baie vitrée du corridor principal.

– (...)   cela   devait   bien   faire   longtemps,   maintenant, 


que   vous   vous   interrogiez   sur   la   nature   de 
l'autorité à laquelle vous répondez... J'entends ici sa 
véritable   nature,   non   celle   qu'elle   montre   en 
surface, car vous êtes suffisamment intelligent pour 
avoir réalisé, il y a longtemps, que les couvertures 
pour   lesquelles,   et  par   lesquelles,  vous   travaillez... 
elles   ne   sont   rien   de   plus   substantiel   que   des 
couvertures... mais tout ce qui se joue, en dessous 
de   la   couverture,   c'est   une   bien   autre   chose!   En 
effet, vous suivez  minutieusement  et sans trop de 
réticences  des  directives   que  vous  recevez  depuis 
des   lunes   ­et   impeccablement   vous   le   faites, 
d'ailleurs!­ mais maintenant, quelque part au fond 
de   vous­même,   vous   ressentez   une   curiosité 
insatiable   concernant   cette   question,   et   je 
comprends   aussi   que   personne   ne   peut   vraiment 
travailler longtemps sans n'avoir une connaissance 
­qu'elle ne fût que sommaire­ de l'identité de leurs 
employeurs,   et   même   de   leurs   activités...   leur 
raison   sociale,   soit.   Non,   il   n'y   a   même   rien 
d'anormal en cela, ce n'est... qu'humain.

Il continua en se tournant face à moi, et d'un ton sonore, 
résonnant:

– Mais nous vous demandons d'être plus qu'humain! 

375
Et   c'est   d'ailleurs   une   partie   de   notre   plan   par 
rapport à vous, à nous, et au reste du monde. Ce 
qu'on   a   exigé   constamment   de   vous   jusqu'à 
maintenant, c'est de devenir quelque chose d'autre, 
quelque chose de meilleur. Et vous avez progressé, 
réellement. Voyez­vous Jacob, je suis cette autorité 
dont vous cherchiez le visage depuis tout ce temps. 
Je   suis   celui   à   qui   vous   répondiez,   secrètement, 
auparavant,  avec  la  plus  ferme  obédience,  et  suis 
encore   celui   à   qui   vous   répondrez,   directement, 
maintenant,   et   pour   les   années   à   venir...   et   il   en 
demeurera   ainsi   jusqu'à   nouvel   ordre,   si   vos 
acceptez, bien sûr, votre nouvelle affectation. Il n'y 
aura   plus   d'intermédiaires   entre   vous   et   moi   tels 
qu'il y en a eu auparavant, et mes directives vous 
seront données à chaque fois en face à face, en vous 
regardant dans le blanc des yeux, car s'il a déjà eu 
ambiguïtés   et   incertitudes   entre   vous   et   votre 
autorité   depuis   que   vous   travaillez   pour   notre... 
cause, sachez que ce fut un problème d'une époque 
révolue, et qu'à partir de ce moment présent, je me 
ferai un plaisir de vous guider et vous diriger dans 
la franchise et la droiture. Il n'y aura plus de zones 
grises, et plus d'ambiguïtés entre vous et moi!

Le pédéraste paternaliste avait maintenant fait place au 
général de fer. Alors qu'il marchait à mes côtés et que 
nous longions une grande vitrine située au fond de la 
salle, par laquelle j'apercevais le paysage brumeux de la 
ville, il me regarda du coin de l'oeil, et m'expliqua tout.

376
"...et pour ce qui est des objectifs à long terme ainsi que 
pour   la   cause   auxquels   je   réponds   et   que   vous   avez 
servie depuis les trois dernières années, je me devrai de 
garder certaines informations secrètes. J'ai mes secrets, 
et vous aussi, de même que l'importance de mes secrets 
pour vous n'est pas à être discutée tout autant que l'est 
celle de vos propres secrets personnels pour moi. Mais 
sachez   que   si   moi   ou   un   de   mes   associés   discernent 
parmi   vos   agissements   courants   une   quelconque 
attitude   qui   soit   néfaste   ou   même   hostile   face   à   nos 
objectifs à court ou long terme, cette riche et privilégiée 
collaboration   entre   vous   et   moi   nous   verra 
conséquemment   corrompue   et   puis   détruite   par   le 
poids de ma responsabilité officière, et les conséquences 
qui   s'en   suivront   seront   lourdes   pour   vous...   tout 
comme elles le sont toujours pour tout agent susceptible 
de mettre en péril la continuité de nos opérations. Soit, 
vous avez  déjà l'usage de nos coutumes  et éthique,  et 
tout  cela  doit  vous  paraître bien  évident...  Ce ne  sont 
que les usages institutionnels."

S'il   y   a   une   chose   que   j'ai   apprise  jusqu'à  maintenant 


des coutumes  et éthique  propres  à cette  carrière,  c'est 
qu'il   n'y   en   a   simplement   pas,   sauf   pour   la   loyauté. 
Mais   lui   aussi   doit   le   savoir,   depuis   bien   plus 
longtemps que moi. 

"Nous  pourrons  nous  rencontrer   à  tout  endroit  sur  le 


globe, et je vous aviserai toujours deux jours à l'avance 
sur  la  tenue  de   nos  entretiens.  Ainsi,  peu  importe  où 
vous serez dans le monde, je pourrai entrer en contact 

377
avec   vous   promptement,   et   ce,   par   des   canaux   de 
communication   divers...   Une   seule   chose   que   vous 
devez considérer, Jacob; vous aurez à voyager de plus 
en plus fréquemment dans les années à venir, alors que 
vous   serez   assignés   dans   des   missions   à   plusieurs 
endroits sur toute la planète. Mais souvent aussi, vous 
aurez le privilège de voyager à votre guise à des lieux 
de votre choix, malgré qu'en cas de besoin, vous serez 
mobilisé   en   l'espace  de   quelques   jours.  Et   sachez   que 
même si le monde va vous appartenir et que tout pays, 
ville ou territoire sera à votre portée et sans restrictions 
diplomatiques, il n'y aura qu'un seul lieu dans tout ce 
monde  auquel  vous   y  serez   exclus  d'y  pénétrer,  et  ce 
sera l'étage supérieur... en haut de cet escalier." 

Il  me  montra  le  grand  escalier   de marbre  sombre  qui 


menait   à   un   l'étage   supérieur,   dont   je   ne   pouvais 
entrevoir qu'un aperçu, celui d'une salle resplendissante 
abondamment   éclairée   de   multiples   luminaires.   Là­
haut,   il   devait   assurément   y   avoir   les   entrailles   de   la 
grosse   bête   qui   vomissait   sa   lumière   sur   nos   têtes.   Je 
dirais en fait, plutôt, son système nerveux central.

"Tout   ce   qui   se   trouve   en   haut   de   l'escalier   est 


strictement interdit d'accès au public ainsi qu'a tous nos 
agents de terrain, surtout pour des raisons de sécurité et 
d'efficacité,  et seulement  les personnes  invitées  y sont 
admises pour des rencontres qui n'ont rien à voir avec 
aucune de vos opérations régulières, or, je vous convie à 
aucune   indiscrétion,   ni   aucune   transgression   de   votre 
part."

378
La   salle   illuminée   de   l'étage   supérieur,   bien   qu'elle 
capta   mon   attention   pour   quelques   secondes,   ne 
m'intéressait  pas vraiment,  de toute  façon.  Après tout 
pourquoi me serais­je intéressé aux affaires intimes de 
vieux   pédérastes   internationaux???   Et   puis   m'avait­il 
entretenu jusqu'alors de mes nouveaux honoraires ainsi 
que   mon   régime   d'assurances   collectives?   C'est 
heureusement   ce   qu'il   s'empressa   de   faire...   je 
suffoquais dans toute cette splendeur pompeuse. 

Il  m'offrit  un  cachet  en  guise  d'incitatif   de départ  qui 


dépassait   de   plus   de   deux   fois   la   somme   mensuelle 
qu'on   me   rétribuait   auparavant,   et   malgré   que   je 
parvins à montrer certains signes de réticence quant à 
son   offre   salariale   de   départ,   comme   toujours   dans 
l'espoir de faire augmenter la mise, il me convainquit de 
plein   fouet   en   m'expliquant   la   panoplie   d'avantages 
professionnels: totale couverture des frais de transport 
public,   dont   la   location   de   véhicules   de   classe 
diplomatique   et   voyages   en   classe   affaire;   assurance 
médicale   complète   et   reconnue   à   travers   le   monde; 
compte   d'accès   à   un   réseau   global   interne   de 
communications   et   d'informations   ultra   sécurisé   des 
agences   de   renseignements;   une   assurance   voyage 
couvrant   toute   forme   de   déboires   à   l'étranger; 
couverture   des   services   policiers   et   militaires   de   la 
plupart des pays du monde sous présentation de mon 
badge... Bref, carte blanche sur l'accès gratuit et illimité 
à tous les services publics... et personnels, dont j'aurais 
besoin,   de   près   ou   de   loin,   dans   l'exercice   de   mes 

379
fonctions ordinaires. Les assurances collectives pour la 
vie, le logement et les voitures de luxe payées, et même 
jusqu'aux   habits   appropriés   pour   les   différentes 
conditions de mon travail... tous assurés, eux aussi, par 
la Providence de mon employeur. Il m'expliqua que ma 
rémunération   contractuelle   se   verrait   augmentée   par 
des primes “considérables” en fonction de la complexité 
d'exécution   de   chacune   des   opérations   et   plus 
particulièrement du niveau de... sensibilité politique.

– Le "niveau de sensibilité politique"?
– Mon cher Jacob, au cours de votre nouvelle carrière 
avec nous, vous allez rapidement constater que vos 
activités   seront   susceptibles   de   provoquer   parfois 
des   réactions   très   critiques   de   la   part   du   public, 
tellement  la teneur  et la  portée  de vos opérations 
auront une influence profonde sur les rapports de 
contrôle   et   les   politiques   de   gestion   de 
l'information   à   des   niveaux   autant   nationaux 
qu'internationaux...   L'ordre   public   peut   en 
dépendre même, dans certains cas. Il en va de nous 
de   mesurer   l'étendue   des   conséquences,   et   de   les 
esquiver; vous votre rôle est autre...
– La  politique...  je vois.  Moi  je fais pas de ça,  vous 
devez le savoir.
– Très bien! De toute façon, dites­vous qu'avant toute 
chose,  votre  métier  consiste  à apporter  sécurité et 
ordre   comme   contribution   à   la   communauté 
internationale,   et   du   même   fait   l'Humanité.   Mais 
tout fera du sens pour vous plus tard, lors de vos 
premières   assignations,   et   sûrement   après   celle­ci 

380
même..." il me tendit un porte­document rouge sur 
lequel  était  imprimé  un aigle doré,  à  deux  têtes... 
symbole que je n'avais jamais vu auparavant, mais 
qui   devint   plus   tard   mon   symbole   caché,   mon 
effigie secrète d'une appartenance à un ordre tenu 
invisible du public.
– Votre conformité, bien entendu, sera récompensée. 
Car   c'est   de   votre   conformité,   avant   toute   autre 
chose,   que   nous   avons   le   plus   besoin,   Jacob...   Et 
vous savez tout autant que moi ce qu'implique la 
notion   de   conformité   pour   notre   organisation, 
n'est­ce pas? Oui... vous le savez déjà, et c'est pour 
ça qu'on vous a choisi!

Il me quitta du regard, me tournant le dos et disparut 
lentement   en   montant   le   grand   escalier   vers   l'étage 
supérieur,   l'air   hautain   et   parfaitement   détaché,   les 
mains   reposant   dans   les   poches   de   son   complet 
bleuâtre.

Une   fois   qu'il   fut   monté,   mon   regard   retomba   sur   le 
dossier que je tenais entre qui les doigts. En l'ouvrant, 
des photos glissèrent et tombèrent sur le sol. Ce furent 
les photos de deux hommes, d'allure ordinaire, dans la 
quarantaine ou cinquantaine, prises sous des angles et 
des   contextes   différents.   Je   trouvai   dans   la   filière   des 
fiches   qui   accompagnaient   les   photos,   ainsi   qu'un 
document   officiel   intitulé   "Protocole   d'intervention", 
dont chaque page portait la mention de "MJ­12 – ultra­
secret". Au bas de chaque page était estampé un sceau 
qui me semblait être un logo corporatif, mais contenait 

381
le même aigle doré que celui sur la couverture du porte­
document,  et cette fois­ci il était couronné  d'un sceau, 
une   sorte   de   triangle   rayonnant,   avec   un   oeil   en   son 
centre. Je croyais avoir déjà vu cet emblème auparavant, 
mais me dis aussi que cela ne m'était d'aucune utilité de 
le savoir de toute façon, or je glissai le dossier, celui qui 
contenait   les   seuls   paramètres   et   directives   sur   ma 
mission,   dans   le   creux   de   ma   mallette   et   décidai   de 
quitter les lieux et trouver un endroit sécuritaire pour 
étudier   les   pages   qu'elle   contenait.   Je   devais   quitter 
Genève.   Ici,   dans   un   centre   aussi   crucial   du   contre­
espionnage   international   et   du   contrôle   du   marché 
monétaire   mondial,   là   où   le   secret   politique   coexiste 
avec la surveillance obsessive des civils, tout le monde 
peut être un agent double, même des collaborateurs.

*   *   *

L'opération Blackbird... 

Les   ordres   étaient   d'assassiner   ou   d'enlever   ­à 


déterminer   moi­même   selon   les   difficultés   que   le 
contexte d'intervention imposerait lors de l'exécution de 
la mission­ deux scientifiques de très grande renommée 
internationale.  Il s'agissait de deux hommes, un suisse 
et   un   grec.   Les  types,   tous   deux  dans   le  milieu  de   la 
cinquantaine, comptant six ou sept doctorats dans leurs 

382
dossiers académiques respectifs, et bien rangés depuis 
des   dizaines   d'années   dans   une   vie   familiale   de   plus 
ordinaires,   semblaient   à   tous   points   de   vue   être   des 
cibles faciles. 

Profondément   institutionnalisés,   donc   parfaitement 


vulnérables;  les  travailleurs  de   leur   sorte  passent  leur 
vie à s'assurer d'une sécurité matérielle et sociale, tout 
en   ignorant   chacun   que   c'est   entre   les   mains   des 
compagnies   d'assurances   et   du   gouvernement   qu'ils 
lèguent   leurs   plus   sensibles   faiblesses   et   leurs   si 
précieux  acquis  sur  lesquels  se  base  leur  merveilleuse 
petite  vie   de  confort   et   de  sécurité.   De   temps  à  autre 
certains   de   ces   gens   se   font   prendre   à   faire   quelque 
chose qu'ils ne devraient pas, et les autorités ont recours 
à des procédures  de renforcement  pour  les cerner,  les 
isoler puis les soumettre à la Justice. Dans plusieurs cas, 
les autorités ­ou mes patrons, ils sont tous une seule et 
même   chose,   en   somme­   ont   recours   à   des   méthodes 
que l'on appelle "marginales" pour effectuer un contrôle 
plus direct et efficace ­mais d'autant plus secret et isolé­ 
sur ces sujets déviants, et elles emploieront des agents 
de   renforcement   tel   que   je   suis   pour   mener   ces 
interventions à leur place, dans l'ombre. 

Soit,   ces   deux   hommes   de   science,   travaillant   tous   le 


deux dans des centres de recherche gouvernementaux, 
résidant   avec   leur   petite   famille   dans   une   cossue 
banlieue à proximité du travail, devaient être éliminés à 
tout prix, ou bien gardés hors de la circulation durant 
un certain temps, jusqu'à ce que les autorités jugent bon 

383
de les relâcher. Il me fut plutôt facile d'élaborer un plan 
d'intervention  avec des cibles aussi vulnérables. Toute 
donnée   sur   leurs   allées   et   venues   pouvait   être 
recueillies   auprès   des   banques   d'information   de   leurs 
gouvernements respectifs, en particulier du magnifique 
réseau Infranet qui permet d'obtenir toute information 
criminelle,   médicale,   professionnelle,   financière,   ainsi 
qu'une   pléthore   de   renseignements   moins   officiels   et 
néanmoins   très   précieux   sur   n'importe   quel   individu 
possédant une citoyenneté de n'importe quel pays de la 
planète, soit tout le monde, ou presque. Le pouvoir que 
je ressentis  en consultant  des banques  de données  sur 
de   vieux   amis   d'école   ­   et   en   particulier   lorsque   je 
tombai sur certains détails de leur vie privée­ provoqua 
même   en  moi  une  jouissance,  une  excitation   telle  que 
j'eus   même   durant   un   certain   temps   une   inexplicable 
envie   de   me   masturber.   Le   pouvoir   ­en   particulier   le 
pouvoir direct sur une ou plusieurs personnes­ est une 
sensation   excitante...   si   cruellement   délicieuse.   Mais 
bon, dans le cas de ces deux sujets, il était clair pour moi 
que   l'intensité   avec   laquelle   le   gouvernement   les 
surveillait, ce qui se voyait dans la quantité que dans la 
diversité   inouïe   des   informations   recueillies   sur   leur 
vécu, s'expliquait par leur collaboration antérieure à un 
important   projet   de   recherche   multinational   ­lequel 
avait   d'ailleurs   un   certain   lien   avec   leurs   recherches 
actuelles. Or cette opération étendue de surveillance des 
activités   des   deux   chercheurs   était   en   fait   plus   un 
moyen de les localiser et les protéger le plus possible de 
toute   forme   d'influence   externe,   c'est­à­dire   d'une 
organisation   étrangère   hostile   pouvant   miner   les 

384
intérêts   nationaux,   tels   que,   par   exemple,   un   groupe 
terroriste.   Les   gouvernements   s'étaient   approprié   de 
leurs   cerveaux,   les   ayant   acquis   à   des   sommes 
probablement onéreuses, et ils firent tout ce qui était en 
leur   possible   ­pour   l'éventualité   où   cette   si   précieuse 
propriété   se   trouverait   compromise­   de   les   conserver, 
les   garder   intactes   et   en   leur   propre   exclusivité,   ou 
encore de les récupérer  si le pire arrivait;  si un secret 
était brisé, ou si les savants eux­mêmes se retrouvaient 
enlevés.

Et   une   faille   s'était   ouverte.   Une   fuite   d'information, 


ainsi qu'une possible collaboration avec l'ennemi, de la 
part de nos deux hommes. Enfin, peu importe ce qu'il 
s'est   produit   exactement,   nos   deux  savants   ont   révélé 
les   choses   qu'ils   ne   devaient   pas,   et   ils   doivent   être 
récupérés   sur   le   terrain,   arrêtés   et   questionnés.   En 
révélant   des   informations   très   sensibles   concernant 
leurs recherches, ils ont possiblement propagé un virus 
susceptible de déstabiliser l'ordre des choses, la sécurité 
nationale,   le   bon   cours   du   quotidien   de   millions   de 
citoyens, et ­pourquoi pas­ perturber derechef les cours 
de la Bourse. La portée, l'envergure et l'importance de 
ces informations, ainsi que l'ampleur des canaux et des 
récepteurs   par   et   vers   lesquels   elles   ont   fui   est   un 
ensemble   de   choses   qui   ne   sont   pas   résolues,   et   qui 
devront   de   ce   fait   être   résolues   au   résultat   de   la 
présente opération, dénommée "l'Opération Blackbird".

Les   deux   savants   doivent   être   trouvés   et   saisis 


immédiatement,   et   advenant   toute   résistance   ou 

385
complication  de leur part,  comme  de celle d'éventuels 
tiers,   le   professeur   Achileopoulos   et   le   docteur 
Radavansky   doivent   être   éliminés   sur­le­champ,   sans 
l'attente  d'un  quelconque  ordre  d'exécution  de la part 
de   mon   supérieur.   Il   est   capital,   pour   la   sécurité 
nationale  ­et mondiale­  de mettre hors d'état de nuire 
toute   forme   d'agents   susceptibles   de   mettre   en   péril 
l'ordre public et de générer les pires calamités sociales 
imaginables, et ce, même si les moyens entrepris pour 
arriver ne sont pas toujours en harmonie avec les lois, 
les chartes de droits civils et autres ouvrages littéraires 
que les libéraux pleurnichards aiment s'enquérir dans la 
constitution de leur État. Le mal doit être éliminé à sa 
racine,   peu   importe   ce   qu'il   en   coûte,   et   cela,   je   le 
comprends.

L'Opération   Blackbird   s'inscrit   dans   un   ensemble   de 


conditions   sociopolitiques   assurant   la   bonne 
opérationnalisation   ainsi   que   l'éventuel   succès   de   la 
deuxième   phase  du  plan   appelé   "Serpent  du   Monde", 
dont   je n'ai lu  aucun   détail  dans  tous   ces  documents. 
Mes   employeurs   son   ambitieux,   soit,   mais   aussi 
d'autant plus discrets pour ce qui est de dévoiler l'objet 
de leurs ambitions.  Moi, pour ma part, je me contente 
simplement   des   honoraires   qu'ils   m'ont   fixés   et   de   la 
stabilité   d'emploi   qu'ils   m'ont   assurée   afin   que 
j'obtienne  régulièrement  mon  pain  quotidien  et que je 
fasse   mon   devoir   de   citoyen   dans   le   bon   ordre   des 
choses, et pour le bon ordre des choses. Après tout je ne 
suis   qu'un   employé...   qu'un   simple   exécutant,   et   un 
exécutant efficace. Je ne prétends pas sauver le monde, 

386
ni le changer.  Je ne veux qu'avoir  ma  part de libertés 
quotidiennes,   lorsque   je   reviens   du   travail,   et   dormir 
sur   mes   deux   oreilles,   dans   un   lit   duveteux   et 
rembourré, doux comme un nuage.

Je   veux   pouvoir   bien   dormir,   une   bonne   fois   pour 


toutes... et ne plus faire ces terribles cauchemars qui me 
hantent sans cesse!

*   *   *

Je me réveille à l'intérieur du Plan, et il est comme une 
gigantesque  horloge, grande comme  l'univers.  D'ici, je 
vois  ces membranes,  ses  structures  et  superstructures, 
se   mouvoir   constamment  sous   mes   yeux.   La   machine 
me nargue, mais sans le savoir, elle ignore que je sais, et 
m'ignore   entièrement   d'ailleurs,   dans   ma   pleine 
conscience   de   ce   qui   m'arrive,   de   voir   ainsi   son 
fonctionnement   de   l'intérieur,   dans   sa   plus   flagrante 
nudité. Je vois la mécanique multiverselle de l'intérieur, 
et   la   profondeur   autant   que   la   complexité   de   sa 
conspiration contre l'existence, contre la conscience, est 
sans limites.

Je   constate   que   la   conspiration   est   en   fait   un   vaste 


tableau  courbe qui m'englobe,  moi et la  Terre entière, 
dans une sorte de champs électrostatique m'empêchant 

387
de voir la vérité au­delà, à moins que je ne parvienne à 
déchiffrer   les   centaines,   les   milliers   d'hiéroglyphes, 
d'algorithmes et de mots cryptés qui s'entrecroisent, se 
superposent   et   s'interrompent   mutuellement,   en   un 
terrible réseau d'énigmes insondables, gravées dans un 
langage   satanique,   d'une   encre   de   chair   et   de   sang, 
partout   sur   le   grand   tableau   qui   m'emprisonne   dans 
l'existence.   Tout   cela   devrait   pourtant   être   simple,   je 
veux  dire  de  comprendre   les  mécanismes   régissant  la 
grande horloge, puis de les posséder, et ainsi vivre à la 
hauteur   de   mes   rêves   les   plus   profonds,   d'arrêter   de 
rêver, de vivre dans la substance même du rêve, là où 
plus rien n'appartient au futur, ni au conditionnel, ni au 
passé,   ni   au   subjonctif,   et   pas   même   au   parfait   et   au 
plus­que­parfait;   mais   plutôt   à   l'impératif,   le   verbe 
primordial,   celui   qui   ramène   tout   à   l'état   absolu,   à 
l'empire primordial du savoir, de l'agir et de l'être. Le 
verbe impérial, là où rien ne commence ni ne finit, là où 
tout est possible.

Se   la   fermer   et   simplement   être,   cesser   de   chercher 


l'amour et aimer, c'est ce que je veux trouver au­delà de 
la   grande   horloge   dans   lequel   j'ai  été  enfermé   depuis 
toujours, ou depuis que je me suis éveillé dans ce grand 
engrenage. Dans ce lieu de solitude et de conspiration, 
plein d'énigmes et de machinations.

Dieu est une machine. Assurément.

Regardant   au­dessus   et   en   dehors   de   moi,   je   vois 


finalement   la   mosaïque   des   existences,   toutes   ces 

388
couches   d'existences   que   j'ai   aperçues   à   travers   mes 
rêves, dans mes quelques visions surnaturelles et dans 
mes  trips  de   drogues   hallucinatoires.   Je   voyais   la 
quantité   apparemment   infinie   des   possibles,   de   mes 
existences   séparées,   mais   toutes   vécues   par   la   même 
personne.

Ce  lieu   est   trop   physiquement  surréel,  mais  je  sens  y 


être vraiment. Il n'y a pas de nord, de sud, ni de gauche 
ou de droite, et les formes, les angles et les lignes ne se 
complètent jamais. Les seules choses qui semblent avoir 
une symétrie et un sens sont ces motifs, d'une précision 
parfaitement mathématique, mais trop complexes pour 
que je puisse les saisir séparément. Dans leur plus vaste 
configuration,   ils   ressemblent   à   des   spirales,   puis   des 
points, ou encore de petits rectangles.  Mais où puis­je 
bien me trouver? Malgré mon observation attentive des 
lieux,  à tenter  de trouver  des repères d'orientation  ou 
des fenêtres me permettant de voir à l'extérieur, il n'y a 
aucun   moyen   de   savoir   à   quel   endroit   précis   dans 
l'univers  se situe  cette grande  horloge.  La  seule  chose 
permettant de me retrouver dans tout cette structure de 
chaos   organisé   est   une   lueur.   Seulement   une   faible 
lumière   qui   m'illumine   d'en   haut,   perçant   parmi   les 
centaines   de   rouages,   de   poulies,   de   transistors,   de 
circuits   et   de   câbles   qui   s'entremêlent   à   l'infini   au­
dessus de moi. Il y a au moins une sorte de haut, même 
si je ne peux pas savoir s'il y a bel et bien une gravité 
définissant   le   haut   et   le   bas,   car   cette   gravité,   elle   se 
semble se limiter qu'à la petite galerie, suspendue dans 
le vide, sur laquelle je suis.

389
Tout   semble   laisser   croire   que   je   sois   atterri   ici   par 
magie, sur cette passerelle d'acier sombre, flanquée en 
plein   milieu   de   deux   grandes   roues   dentées   à   la 
révolution   très   lente,   d'où   ne   part   aucun   passage, 
passerelle,   escalier   ou   échelle   par   lesquels   j'aurais   pu 
venir ou être amené, et pourrais sortir d'ici. Seulement 
qu'une petite plate­forme insignifiante et sans issue, en 
plein milieu du grand engrenage cosmique. Et tout est 
vieux et poussiéreux, ici, et d'une vieillesse dorée, mais 
non   rouillée;   les   mécanismes   semblent   être   sculptés 
dans un bois doré, ou peut­être une sorte de cuivre qui 
brille comme le soleil sous le rayonnement de la lueur.

Je passe un long moment à observer vers le haut, vers la 
Lumière,   puis   j'en   viens   à   percevoir,   sous   toute   son 
ampleur, la grande configuration de ces mécanismes de 
toutes sortes, sur la plus large étendue que mes yeux le 
permettent; et en les voyant ainsi juxtaposés les uns sur 
les   autres,   en   les   voyant   se   confondre   ensemble   dans 
l'espace, s'incruster, dans leurs mouvements conjoints et 
visiblement chaotiques, dans la fabrique même de tout 
ce que je perçois, créant  des structures,  des formes,  et 
puis   un   ordre   désordonné,   sublimement   désordonné, 
qui   s'ordonne   toujours   de   plus   en   plus   au   fur   et   à 
mesure que j'observe plus profondément au creux de la 
grande structure visiblement infinie, à travers ce qui me 
semble   être,   beaucoup   plus   loin,   des   motifs,   qui 
s'entrechoquent   et   se   complètent   comme   par   une 
volonté   à   la   logique   incompréhensible,   mais 
parfaitement   cohérente,   je   réalise,   ultimement,   que 

390
l'ordre... l'ordre est, et n'est pas, car il semble toujours 
être   en   train   de   se   créer,   de   se   recréer   et   recréer   les 
conditions de sa perpétuité. Il est, dans son mouvement 
perpétuel   de   recréation,   comme   un   code,   un   langage. 
Mais il n'est pas, car il n'existe que de façon relative à la 
Lumière.

Les signes que l'ordre forme, je ne peux les déchiffrer de 
moi­même;   pour   la   plupart,   du   moins,   et   ils   me 
semblent  appartenir  à une intelligence  que mon esprit 
limité ne saurait comprendre. Ils sont dénudés, dénudés 
de leur sens, des clefs pouvant servir à les décoder. Ils 
me   sont   dévoilés,   froids   et   nus,   sans   sous­titre   ni 
légende, et je vois ces mécanismes cachés, sans voir les 
masques,  les totems  et idoles qui sont leur  expression 
humainement   compréhensible.   La   seule   chose   que   je 
comprends, c'est que le chaos respire l'ordre, ou qu'il se 
structure   en   inspirant,   et   redevient   aussi   flou   en 
expirant   par   la   suite.   Puis   tout   devient   courbe   et 
organique.   Tout   ce   qui   est   symétrique   devient 
incalculable et insaisissable; merveilleusement aléatoire 
et   harmonieux...   comme   une   foule,   une   émotion,   des 
nuages fractals ou les courbes du corps d'une  femme. 
La lumière jaillit de la matière inerte et en mouvement, 
des   milliards   de   b,   des   milliards   d'étoiles   dans   un 
firmament   mentant   sur   sa   propre   existence.   Les 
symboles,   les  calculs,  qui   eux­mêmes   sont   formés   par 
les   milliers   d'engrenages   et   de   circuits   mettent   au 
monde la lumière, loin au­dessus des frontières de mon 
esprit.  Cette  lumière,  blanche,  parfaitement  blanche,  à 
sa   source,   comme   la   soie,   resplendit   et   projette   ses 

391
rayons à travers les rouages des niveaux inférieurs. Elle 
est faible, vue d'ici, et est entravée par les complexités 
mécaniques de tous les engrenages qui maintiennent en 
activité   et   régissent   mon   petit   globe   personnel.   La 
lumière,   je   ne   peux   l'atteindre…   je   ne   pourrai 
probablement jamais l'atteindre, car elle est cachée loin, 
très loin dans l'infini de la progression des rouages de la 
grande   horloge;   et   pour   progresser   vers   elle,   je   dois 
atteindre un niveau de conscience plus élevé. Mais étant 
donné que cela ne me mènera qu'à un étage plus élevé, 
je   devrai   confronter   mon   esprit   qu'à   un   niveau   plus 
complexe,   plus   parfait,   du   grand   mécanisme.   C'est 
l'infinie progression  vers la perfection  ­l'absolu­  qu'est 
la lumière qui rend impossible de trouver, d'isoler et de 
démystifier l'algorithme qui me libérera enfin, afin que 
je puisse plonger  en elle, et faire un avec elle. C'est le 
processus de progression qui m'emprisonne hors de la 
lumière, car la lumière est elle­même le résultat de ma 
distanciation   avec   elle.   Ce   processus   est   sensé   m'en 
rapprocher,   oui,   à   chaque   niveau   de   conscience   que 
j'expérimente, et pourtant je n'en ressors qu'avec moins 
de certitudes et plus de douleur d'être… et de douleur 
d'être éloigné de ce que je cherche, essentiellement.

Impossible.   Impossible   sauf   si   je   transcende   le   calcul, 


que   je résous  l'équation  avant  même  que  l'algorithme 
­aussi secret et complexe qu'il puisse être­ ne s'impose à 
moi.   De   défaire   le   calcul   en   l'inversant,   en   le 
déconstruisant,   et   en   le   reconstruisant   selon   mes 
propres   règles.   Car   il   ne   peut   n'y   avoir   qu'une   seule 
solution au problème posé par le grand stratagème qui 

392
gouverne   mon   existence,   et   qui   me   sépare   de   l'état 
d'être, de la vraie liberté :

Ne pas être. 

Ou être avec la conscience du non­être, plutôt que de de 
vivre,   comme   auparavant,   dans   le   non­être   d'une 
illusion statique et sans vie. La seule façon de tricher, de 
pirater, cet empire de la non­existence relative.

Oui,   vaincre   le   relatif   par   l'absolu.   Car   si   le   relatif   se 


subordonne   à   l'absolu,   et   me   prive   donc   de   lui   en 
s'imposant, avec toutes ses subtilités et ses engrenages, 
entre moi et lui, alors je dois devenir absolu. Me faire 
absolu… plutôt que d'en faire un objectif de devenir.

Vaincre l'état relatif, le briser, en n'étant pas, et de façon 
purement   inconditionnelle,   purement   catégorique.   Ne 
pas être, point final. 

La mort.

Mais   la   mort   entraîne   nécessairement   la   négation   de 


tout   le   processus   d'apprentissage,   de   compréhension, 
de cognition qui vise à me rapprocher constamment de 
la lumière de la vérité, quoique, à bien y penser, cela ne 
sera­t­il pas qu'une  autre façon d'évoluer  d'un  état de 
conscience à un autre? La mort ne serait­elle pas qu'une 
autre   étape   à   franchir   pour   atteindre   un   niveau   de 
conscience   plus   élevé,   ne   faisant   que   recréer   une 

393
nouvelle forme d'existence, parmi d'autres, tout comme 
la transition du monde des rêves à celui du réel? 

Je serais alors prisonnier de ce complot existentiel, non 
seulement en vivant mais aussi en mourant. La vie, la 
mort… les deux feraient partie d'un seul et même cycle. 
Tout comme le sommeil et l'éveil. La mort n'est pas la 
solution  pour  en finir avec  l'existence,  car elle n'existe 
simplement  pas. Dans  un monde  construit  d'illusions, 
la   mort   n'a   d'autre   choix   que   d'en   être   une   aussi,   et 
d'être potentiellement la plus grande illusion de toutes. 
Je   ne   pouvais   trouver   d'autre   réponse   à   cette 
machination   dont   j'étais   prisonnier   qu'à   l'intérieur   de 
moi­même, et dans le “”ici et maintenant”. Si je pars de 
ce   point,   peut­être   trouverais­je   l'inspiration   qu'il   me 
faut, et les indices nécessaires pour m'affranchir de cette 
impasse.   Tout   est   ici,   autour   de   moi.   Le   masque   de 
l'idole est tombé, et il ne faut que sonder à l'intérieur de 
moi   pour   comprendre   la   machination   qui   se   cache 
derrière.

Je   fermai   les   yeux   et   sombrai   au   fond   des   abîmes 


ténébreux de mon inconscient, là où la vérité devait se 
cacher,   forcément,   car   c'est   tout   ce   qu'il   restait   en 
dessous du grand mensonge. Le rêve ne suffisait plus 
en n'y croyant, non, il ne suffisait plus. Il fallait creuser 
en   lui,   et   découvrir   le   monde   qui   s'y   cachait,   alors 
j'observai... 

Je   vis   une   image,   celle   d'une   contrée   lointaine,   en 


Arabie, sûrement, gisant sous une voûte céleste emplie 

394
d'étoiles. Le vent brûlant qui se levait, un vent infernal, 
c'est   tout   ce   que   je   sentais,   puis   il   apparut   une,   forêt 
sombre,   qui   s'ouvrit   devant   moi,   comme   une   femme 
prête   à   enfanter,   ou   être   accueillie   en   elle.   Et   dans   le 
fond des bois morts, dans le creux de l'ombre, au cœur 
de   la   grande   forêt   brumeuse   se   tenait   la   Bête   qui   ne 
pouvait   être   nommée.   La   Bête   du   monde,   rugissant 
dans   l'ombre   lorsque   tous   dorment,   et   dormant   dans 
l'antre de la Terre, dans  l'abîme,  le grand  abîme,  d'où 
flammes,   cendres   et   fumée   jaillissent   jusqu'au   ciel 
lorsqu'elle s'éveille. La Bête, effroyable, avec sa gueule 
horrible, pestilente, suintante de bave gluante, jonchée 
d'une multitude  incalculable de crocs acérés déchirant 
la terre et fracassant le roc. Ses yeux noirs sont sans vie, 
mais animés que par son avidité insatiable, ne quittant 
sa  proie   que  lors  qu'elle  est  mastiquée   et  déchiquetée 
dans sa bouche grande comme le monde.

La   Bête   est   indescriptible,   mais   épouvantablement 


familière   pour   tout   être   vivant   et   conscient   de   ce 
monde,   car   tous   la   connaissent   de   façon   purement 
intrinsèque… ils la reconnaissent au fond de leur âme. 
Elle   n'est   pas   un   animal,   ni   même   une   quelconque 
créature   de   chair   et   d'os,   ou   de   tout   autre   matière 
organique   terrestre,   mais   plutôt   un   animal   fait   de   la 
chair   céleste   des   dieux.   La   reconnaître,   des   fonds 
boueux   de   ses   peurs   les   plus   primaires,   les   plus 
profondes,   est   comme   voir   notre   propre   cadavre   se 
décomposer après notre mort, de constater l'horreur de 
sa   propre   décomposition   intérieure,   puis   extérieure, 
dans la folie de l'effroi.  Son rugissement est terrible, et 

395
résonne   sur   plusieurs   cieux   de   distance,   jusqu'aux 
confins   des   profondeurs   de   la   Terre   et   par­delà   les 
nuages,   faisant   trembler   le   sol   d'une   force   telle 
qu'aucune   ville   ne   peut   tenir   debout,   sur   toute   la 
grandeur de l'horizon qui l'entoure, et fait perdre la tête 
aux gens qui l'entendent.

La Bête mangeuse de mondes, la faucheuse et broyeuse 
d'existence,   celle   qui   tourne   la   vie   en   néant,   et   la 
merveille   en   la   pire   abomination.   La   Bête   plante   ses 
griffes et ses crocs dans le cœur de tous. Elle ronge les 
êtres,   des   plus   vils   aux   plus   sages,   de   l'intérieur,   et 
ensuite   elle   les   engouffre   d'une   seule   bouchée,   d'une 
seule inspiration; elle engouffre leurs êtres par millions, 
par   milliards,   comme   le   grand   rorqual   des   mers   du 
Nord avale des masses incalculables de petits crustacés 
innocents  d'une seule aspiration. La grande Bête de la 
peur est celle de l'univers entier. 

Cette bête, elle me fait face, maintenant. C'est elle qui a 
terrorisé   toute   l'humanité   durant   les   dizaines,   les 
centaines  de  milliers  d'années  de sa  triste  histoire  qui 
est   en   train   de   se   terminer,   cette   bête   de   l'envergure 
d'un dieu, que seul le roi Gilgamesh des temps anciens 
est parvenu à vaincre, et gagna la sagesse par l'amitié et 
par l'acceptation de la mortalité. 

Cette   Bête   millénaire,   erreur   de   la   Création, 


quoiqu’aléatoirement   calculée   et   préconçue 
implicitement   par   une   sagesse   incompréhensible, 

396
sublime,  supérieure à toute  sagesse pouvant  rayonner 
de la tête d'un simple mortel. 

L'abomination de la Bête se déchaîne. Et le ciel crie de 
rage, le tonnerre s'écroule en de violents rugissements, 
puis je constate à ma  grande terreur que c'est la Bête, 
qui   fut   jusqu'alors   comme   une   montagne   sinistre, 
terrifiante   même   si   dormante,   c'est   éveillée   de   son 
sommeil,   et   maintenant   elle   crie   de   toute   sa   rage 
meurtrière. Et puis du ciel se met à tomber une pluie de 
sang,   qui   comme   un   grand   flot   tombant   de   la   voûte 
céleste,   couvre   tout   l'horizon   et   recouvre   la   terre   de 
l'odeur âcre de la mort.  La forêt s'enflamme. Le désert, 
le grand désert qui m'entoure passe au rouge sombre, et 
moi, mon corps, tout mon corps se trouve couvert du 
sang des cieux. Le sang du ciel trempe mes vêtements, 
ruisselle   dans   mes   cheveux,   et   tombe   en   gouttes,   des 
milliers de gouttes sur mon visage noyé, ne pouvant à 
peine   ouvrir   les   yeux   ou   respirer   correctement.   C'est 
sang divin. Les dieux pleurent des larmes de sang alors 
que la Bête de l'existence s'éveille.

Si je tue la Bête, si je la tue, cette horrible Bête, je serai 
délivré,   libéré   du   cycle   infernal   qui   me   lie   avec   des 
chaînes   au   mensonge   de   l'existence,   aux   cycles 
mensongers  de  la  vie,  de  la  mort,   et du  rêve;  je  serai 
affranchi de ce grand mensonge existentiel aux facettes 
multiples.   Et   toute   l'humanité…  tous   ceux,   du   moins, 
qui auront  vu le mur qui les isole, seront libérés avec 
moi.  Comme  la  peur   est   le   berceau  de   l'aliénation,   la 
gueule dégoûtante, abominable de la Bête est le berceau 

397
sanglant   de   la   Fin,   et   de   de   la   fin   du   mensonge   de 
l'existence. De la Bête naît, et renaît toujours encore le 
cycle du mensonge.

Mais   ma   seule   force   contre   elle   ne   peut   être   que   ma 


faiblesse.  Ma  faiblesse,  c'est  la  marque  de  sa  griffe en 
moi. C'est la peur, qui me contraint, me subjugue et me 
soumet. La peur me pousse à ma propre souffrance, car 
en attaquant  la Bête de toute ma rage à l'aide de mes 
armes les plus puissantes,  transformant  ainsi ma peur 
en   colère   meurtrière,   c'est   moi­même   que   je   détruis, 
morceau par morceau, décapitant mon âme et mon être 
mieux encore que l'Ennemi le ferait. Je dois transcender 
toute cette souffrance, et surmonter la peur, telle que si 
elle n'avait  jamais  été là,  car  la  Bête est illusoire,  tout 
comme l'univers de tracas, de craintes, d'inhibitions, de 
douleurs et de tortures qu'elle a engendrés. Ce n'est pas 
en l'affrontant que je gagnerai, car elle me consumera; 
en moi elle fera  couler  son  poison  et fera  de moi son 
complice   de   ma   propre   chute.   Ma   chute   quotidienne, 
mon éternelle chute.

La joie de la liberté, qui transcende toutes les peurs et 
les souffrances.

Par elle je réglerai l'équation, et résoudrai le problème 
primordial; puis nul ne dormira ni ne s'éveillera jamais 
plus.   Plus   personne   ne   rêvera   ni   sera   dans   l'état 
conscient du réel, car rêve et réalité ne feront qu'un. Car 
la Vie et la Mort seront dépassées, et plus personne ne 
naîtra ni ne mourra. Ce sera l'anarchie universelle qui 

398
aura   renversé   l'ordre   despotique   du   réel.   Ce   sera   un 
nouvel   ordre   ressorti   tout   droit   du   chaos,   un   ordre 
maintenant basé sur la vérité de l'être souverain et non 
sur   le   mensonge   de   l'être   aliéné.   Le   quotidien   des 
mortels, l'ordinaire, ­ce grand mensonge qui les aliène 
tous­ sera détruit, définitivement.

L'anarchie,   c'est   toute   la   beauté   derrière   un   rêve 


authentique...   derrière   un   rêve   qui   se   vit,   et   qui   ne 
s'anticipe   pas.   La   dernière   solution   à   la   grande 
équation,   aboutissement   final   et   incontournable   au 
problème   de   la   civilisation   en   soi,   et   de   l'aliénation 
psychique,   matérielle   et   existentielle   que   cette 
civilisation­ci a générée. 

La   mort  du  contrôle  et  la   naissance  du pouvoir  de  la 


volonté.

Car au­delà de la répression naît la compassion,

Acceptation inéluctable de la Nature en tant que le seul 
vrai État, réellement indissociable du “soi”. 

Et au­delà de la peur naît l'affirmation, l'affirmation du 
désir, celui qui jaillit du fond de tous les coeurs les plus 
riches... 

Oui... Voici le triomphe de la fantaisie prenant corps!

J'ai   trouvé   l'obstacle,   je   l'ai   cerné   maintenant,   et   je 


connais   la   route   vers   la   libération   ultime.   Dès   ce 

399
moment   ­cet   instant   même   ou   je   ressortirai   des 
entrailles pourrissantes du cadavre de la Bête vaincue­ 
je verrai les murs autour de moi s'écrouler, et les grands 
engrenages   de   toute   cette   machine   aux   proportions 
infinies qui m'emprisonnent dans des complications de 
processus   et   de   stratagèmes   aliénants,   ils   éclateront, 
imploserons   et   s'effondreront   sous   le   poids 
incommensurable de sa propre complexité. La machine 
dominatrice,   ce   dieu   mécanique   s'écroulera   sur   lui­
même   et   se   volatilisera   en   fumées   et   en   poussières. 
Balayé par la tempête de ses entrailles, il disparaîtra de 
la conscience de tout être vivant.

...et la vraie vie commencera, réellement.

400
Chapitre 9:

Bilderberg

401
402
Il   y   avait   cette   auberge   enchantée,   là   où   se 
rassemblaient chaque année les grands magiciens de la 
grande   machination   invisible   et   silencieuse   qu'est   le 
système   économique   mondial.   Une   sorte   de   congrès 
annuel   de   conspirateurs   mondiaux,   mais   fermé, 
hautement   sécurisé   et   au   contenu   presque   aussi 
confidentiel  que la légendaire Zone 51.  Le capitalisme 
exige  beaucoup  de  secrets  et  de  complots,  après  tout, 
pour   continuer   de   se   développer.   Soit,   après   une 
semaine de voyage sans arrêt, je débouchai dans ce lieu 
isolé   au   creux   d'une   vaste   forêt   des   Rocheuses 
canadiennes, près de Banff, en Alberta. L'événement en 
question se déroulait dans un très riche et gigantesque 
hôtel planté à même le flanc d'une montagne rocheuse 
et   on   ne   pouvait   qu'y   accéder   par   une   longue   route 
serpentant   à   travers   les   montagnes   environnantes,   ou 

403
bien   comme   certains   des   délégués   d'honneur, 
directement par hélicoptère. Si ce n'avait pas été de ma 
carte   d'invitation   ­sur   laquelle   n'était   inscrit   qu'un 
énigmatique   “B”   dans   une   fonte   de   style   classique­ 
j'aurais été rebuté à plus d'une vingtaine de kilomètres 
de l'hôtel. La sécurité et la surveillance policière étaient 
étouffantes dans les environs, et plus on se rapprochait 
de cet endroit, plus on se faisait contrôler et questionner 
par   des   autorités   aux   visages   multiples,   mais   ayant 
toutes  en  commun   un  seul  et  même   caractère  abrupt, 
méfiant et stupidement robotique. Il semblait que leurs 
actes,   paroles   et   gestes   étaient   tous   communément 
guidés   par   une   intelligence   de   ruche,   comme   si   leurs 
cerveaux   étaient   branchés   directement   sur   un   réseau 
sans   fil,   qui   ne   faisait   que   donner   des   directives,   et 
approuver les décisions individuelles de chacun de ces 
cerveaux. La guerre avait commencé, elle s'était même 
déclarée   dans   un   des   deux   camps,   entre   ceux   qui 
contrôlent,   et   ceux   qui   cherchent   un   moyen   de   se 
libérer. Lequel avait commencé? Je ne saurai jamais. Ce 
qui   fut   certain   pour   moi,   est   que   le   mystère   couvrait 
cette   sombre   affaire   depuis   le   début,   et   qu'il   fallait 
soulever le voile une bonne fois pour toutes afin que j'y 
porte   un   bref   regard....   un   regard   suffisamment   large 
pour découvrir la vérité derrière le grand mensonge. La 
machination devait se dévoiler, ou je serais le premier à 
déchirer le voile qui le recouvrait! 

Le   silence   devient   étouffant,   et   le   vide   assourdissant, 


pour moi comme pour tout le monde sur cette Terre.

404
Je   devais  me  rendre  à   l'évidence   que   je   ne  serais  pas 
réellement le bienvenu, moi, investigateur de la vérité, à 
m'immiscer  dans ce prestigieux domaine  qui servit de 
refuge secret pour les grands luminaires de ce monde. 
Seul,   parmi   une   centaine   des     grandes   lumières   du 
banditisme   corporatif   et   gouvernemental,   il   me   fallait 
une   sacrée   bonne   tactique   pour   survivre.   Avec   toute 
cette  sécurité  omniprésente  et les requins  des services 
secrets,   je   plongeais   littéralement   dans   la   gueule   du 
loup, et mes moyens étaient limités, voire ridiculement 
désespérés. C'était sûrement le grand coup de ma vie, et 
probablement   celui   qui   allait   me   mener   à   ma   chute, 
mais ça en valait quand même le coup. Je devais savoir.

L'événement   en   question   s’agissait   d'une   conférence, 


couvrant   une   fin   de   semaine,   qui   réunissait   des 
personnalités   d'influence,   choisies   parmi   l'élite 
financière, politique,  culturelle et intellectuelle de tous 
les coins du monde, principalement de l'Occident. Cette 
réunion   hautement   confidentielle,   à   laquelle   seuls   les 
invités   spéciaux   pouvaient   assister   individuellement, 
s'était   tenue,   d'année   en   année,   depuis   environ 
cinquante   ans,   dans   des   lieux   différents   du   monde. 
C'était le moment et le lieu où se formait le consensus 
par   lequel   l'élite   mondiale  allait   imposer   sa   vision   au 
reste   de   l'humanité,   pour   les   années,   et   décennies   à 
venir. C'était les coulisses, de toutes les autres coulisses 
du pouvoir, de tous les lieux secrets ou officieux où se 
délibèrent discrètement les positions et les décisions qui 
affectent la planète. La conférence Bilderberg est le nom 
qui a été donné au rassemblement, en premier par les 

405
mêmes gens qui y ont participé, en 1954, dans l'auberge 
allemande   portant   le   même   nom,   et   ce   n'est   que 
quelques décennies après cette première rencontre que 
l'appellation  devint  plus  largement  connue  du   public. 
Les invités et organisateurs de cette conférence se font 
ainsi appeler “Bilderberger”, et parmi eux, on retrouve 
des chefs d'État des plus importants pays en Occident, 
des membres de la monarchie européenne, journalistes, 
dirigeants de conglomérats corporatifs multinationaux, 
et sans parler des gros noms de l'establishment, tels les 
légendaires   Rockefeller,   Bush,   Kissinger,   Rotschild   et 
Warburg. Il y a une si grande concentration de pouvoir 
financier   et   politique   dans   cette   conférence   que   de 
pulvériser   l'événement   à   l'aide   de   tonnes   d'explosifs 
aurait   sans   doute  comme   conséquence   plus   ou   moins 
directe la chute de la civilisation occidentale telle qu'on 
la connaît. 

Soit,  cette   année,  il y  a  trois  mois  de  cela  environ,  ils 
m'ont  envoyé  la  carte  d'invitation.  Mais   ce  n'était  pas 
vraiment   moi   qu'ils   avaient   invité.   Sûrement   pour   la 
première   fois   de   leur   histoire,   les   organisateurs   du 
Bilderberg   avaient   fait   une   erreur   d'identité.   Non   pas 
qu'ils   avaient   mal   adressé   la   lettre   d'invitation,   ou 
encore pire, avaient fait erreur sur la prononciation de 
mon   nom;   non,   impossible   qu'une   organisation   aussi 
exclusive   puisse   faire   des   erreurs   aussi   stupides. 
Simplement qu'ils avaient invité un homme, qui en fait, 
était mort.  Et j'avais un plan.  Ce plan n'était pas sans 
failles,   mais   c'était   le   seul   susceptible   de   me   faire 
entrer...

406
Ce   fut   bien   par   chance,   ou   une   combinaison   de 
circonstance   aléatoires   favorables,   que   je   fis   la 
connaissance   avec   Lord   Burrows,   un   très   riche 
bourgeois   britannique   exilé   au   Canada,   habitant   seul 
dans son manoir perdu en plein milieu de l'infinie forêt 
boréale du Nunavut. J'étais moi­même sur l'enquête, en 
fait. Moi, qui par pure coïncidence, était en séjour chez 
un   vieil   ami   qui   s'était   lui   aussi   exilé   dans   le   Grand 
Nord, dans une petite communauté à une cinquantaine 
de   kilomètres   d'où   notre   ermite   vivait.   Pourquoi   un 
homme  comme  lui avait choisi  de s'isoler  dans  un tel 
ermitage glacial, ça, c'est au­delà de ma compréhension, 
mais   il   a   toujours   été   certain   pour   moi,   que   Burrows 
avait   des   raisons   bien   précises   de   s'écarter   de   son 
entourage mondain ultra conservateur pour se réfugier 
dans une terre étrangère. Ses contacts sont nombreux et 
tous aussi privilégiés les uns des autres. Lord Burrows, 
bien   qu'il   soit   d'origine   britannique   et   de   culture 
fondamentalement   anglo­saxonne,   chérissait   des 
relations avec des réseaux d'affaires en France et avait 
d'ailleurs   toujours   démontré   un   intérêt   bien   marqué 
pour   presque   tout   ce   qui   est   propre   à   la   France   en 
général.   Il   avait   d'ailleurs   toujours   préféré   le   climat 
social relativement libéral de la France à la rigueur plus 
hypocrite de l'Angleterre, mais le puritanisme brutal de 
la   haute   bourgeoisie   catholique   française   l'avait 
toujours répugné. Or à un stade avancé de sa vie, alors 
qu'il  fut   plongé   dans   un  étant   de  crise   personnelle,   il 
avait   trouvé   ce   qu'il   lui   sembla   être   un   compromis 
intéressant entre les deux mondes.

407
Stanley   Burrows,   un   baron   du   East   Sussex   en 
Angleterre,   après   qu'il   eut   vécu   dans   l'opulence   et   la 
manipulation politique durant environ quarante ans de 
son   existence,   fut   frappé   soudainement   et 
mystérieusement,   par   un   matin   bien   ordinaire   de 
février,   d'une   paralysie   temporaire   qui   le   força   à 
prendre   retraite   indéfiniment   de   ses   activités   et 
responsabilités   administratives,   au   sein   de   trois 
importantes   firmes   européennes   d'investissement, 
d'une société londonienne faisant dans l'exploitation du 
pétrole,   d'un   conglomérat   de   médias   germano­
britannique,   de   la   gestion   d'une   équipe   de   rugby 
australienne   pour   ses   temps   libres   ­toutes   des 
entreprises   dont   il   était   le   principal   actionnaire­   ainsi 
que,   bien   entendu,   dans   la   Chambre   des   Lords   du 
Parlement   anglais.   C'est   ainsi   qu'à   la   suite   de   cet 
incident fâcheux sur sa propre santé, Burrows choisit de 
tout quitter et vouer une existence plus simple et moins 
contraignante,   en   un   endroit   où   il   pourrait   trouver 
tranquillité, tout comme la possibilité de se lancer dans 
d'autres   occupations,   radicalement   différentes,   d'un 
tout autre ordre, allant même en sens inverse de celles­
ci. La peinture n'était que la surface de cette nouvelle 
existence,  mais  le Lord  déchu  cachait  un dessein  bien 
plus élaboré...

C'est   que,   durant   ses   années   de   réclusion,   Burrows 


rédigea   secrètement   ­sous   un   pseudonyme­   une   série 
d'ouvrages traitant  d'enjeux  globaux  s'enchaînant  tous 
les uns dans les autres, partant d'analyses systémiques 

408
plutôt arides, et allant de plus en plus vers la théorie du 
complot. La maison d'édition indépendante Praetoria fit 
des profits énormes et devint une des maisons les plus 
vendeuses   des   milieux   académiques   de   ce   coin   de 
continent   avec   les   livres   ­cités   par   ordre   de  parution­ 
“Vecteurs   de   la   mondialisation”,   “Processus 
dynamiques   d'intégration   supranationale”, 
“Configuration   globale   des   agents   de   contrôle   socio­
économiques”,  “Réseaux secrets du pouvoir capitaliste 
mondial”,   et   enfin   “500   ans   de   conspiration   globale 
contre   les   communautés   locales”;   et   tous   ces   essais 
étaient l'oeuvre d'alias Steve Faulkner. Il développa une 
analyse de la géostratégie internationale basée sur une 
théorie   d'“intégration   cybernétique”   opérée   par   des 
réseaux de pouvoir hautement secrets et contrôlés. Ses 
derniers   livres   en   étaient   même   venus   à   jouir   d'une 
célébrité qui dépassait  les milieux  universitaires,  pour 
rejoindre   d'autres   publics,   principalement   les   jeunes 
intellectuels,   et   certains   professionnels.   Faulkner,   bien 
sûr,   avait   basé   ces   théories   sur   une   quarantaine 
d'années   de   vie   active   à   l'intérieur   de   ces   mêmes 
réseaux   secrets   du   pouvoir,   même   s'il   prétendait,   en 
tant   que   détenteur   de   trois   doctorats   d'éminentes 
universités   anglaises   et   américaines,   que   ses   travaux 
n'étaient   basés   que   sur   des   recherches   postdoctorales 
qu'il avait réalisées avec l'université d'Oxford. 

J'en déduisis de moi­même, depuis que je mis un terme 
à cette affaire,  que la paralysie du Lord  Burrows  ­fut­
elle   même   vraie­   devait   être   attribuable   à   un 
bouleversement   psychique,   une   abrupte   prise   de 

409
conscience   par   rapport   à   sa   propre   situation   dans   la 
vaste toile de la haute société dans laquelle il a pourtant 
été si longtemps un si fier acteur; phénomène semblant 
plutôt tenir de l'insolite, car essentiellement improbable 
dans une classe dirigeante déjà si fortement endoctrinée 
et   si   luxueusement   conditionnée   ­c'est   peu   dire­   à 
maintenir et perpétuer leur mainmise sur le contrôle de 
leurs   possessions,   les   politiques   des   États   et 
l'organisation du monde dans son ensemble. 

Ce   ne   fut   que   trois   semaines   avant   la   date   de 


publication   prévue   de   sa   dernière   oeuvre,   “La   Fin   de 
l'Histoire et la mort de la liberté”, que Stanley Burrows 
fut assassiné, et d'une manière sordide, par un meurtier 
qui   est   toujours   inconnu.   Étant   donné   que   la   maison 
d'édition   devait   rencontrer   Burrows   dans   la   semaine 
qui suivait pour signer avec lui un contrat final, la mort 
de l'auteur  a forcé l'éditeur  à légalement  suspendre  la 
publication   du   livre   et   à   retenir   les   droits   d'auteurs, 
jusqu'à   ce   qu'ils   soient   revendiqués   par   les   deux 
membres   survivants   de   la   lignée   de   Burrows,   c'est­à­
dire son frère et sa soeur cadets, qui tous deux avaient 
des   fonctions   importantes   dans   le   gouvernement   de 
l'Union   Européenne.   Mais   pour   cela,   il   fallait   que   la 
réelle identité  de Faulkner  soit révélée à sa famille,  et 
étant   donné   que   Burrows   avait   insisté   pour   qu'une 
clause de non­divulgation  de l'identité  de l'auteur soit 
incluse   dans   chacun   de   ses   contrats   de   publication, 
Steve   Faulkner   avait   survécu   à   Lord   Burrows. 
Comment   avais­je   découvert   tout   ça?   Car   une   lettre 
confidentielle   avait   été   envoyée   à   Burrows   par   sa 

410
maison d'édition, et je parvins assez aisément à mettre 
la main  dessus,  vu que l'employé  du bureau  de poste 
­Jim,  un gros amérindien  plutôt  désinvolte  et farceur­ 
voyait   cela   comme   une   forme   de   support   à   mon 
enquête. Et ça en a été toute une! À l'intention de Steve 
Faulkner,   l'enveloppe   contenait   une   carte   d'invitation 
pour une conférence très spéciale qui allait se tenir dans 
les Rocheuses canadiennes, à quelques mois de là, ainsi 
qu'une courte lettre faisant une brève description de cet 
événement, et des motivations derrière cette invitation.

Selon   la   thèse  d'origine,   promulguée   par   les   autorités 


fédérales, Burrows, qui vivait aussi avec une quinzaine 
de chiens dans son manoir isolé, aurait été assassiné par 
une bande de petits truands locaux qui n'en avaient que 
pour sa fortune.  J'avais moi­même rencontré les jeunes 
Inuks ­ils étaient trois: Will, James et Bill­ qui l'auraient 
soi­disant   abattu   d'un   coup   de   carabine   à   la   poitrine, 
avant, ou après, lui avoir arraché l'oeil gauche, pour des 
raisons nébuleuses. La police d'une réserve autochtone 
des environs avait mis la main sur les jeunes malfrats 
qui   avaient   avoué   leurs   crimes   en   pleurant   lors   de 
l'interrogation au poste. Moi, j'avais mes doutes. Vu la 
profonde   corruption   de   la   police   locale   ­qui   n'est   pas 
sans rappeler la corruption de la police fédérale­ et l'air 
effrayé que me faisaient les jeunes Inuits, qui n'avaient 
rien de dangereux criminels hormis peut­être Bill avec 
son dossier judiciaire pour infraction et voie de fait. Ces 
trois   jeunes   n'étaient   que   de   petits   délinquants, 
incapables de commettre un geste aussi ignoble qu'un 
meurtre. D'autres indices m'ont aussi fait douter  de la 

411
version   officielle,   dont   le   fait   que   le   seul   moyen   de 
transport   dont   disposaient   les   jeunes   pour   se   rendre 
jusqu'à la maison du riche ermite était la motoneige, et 
qu'aucune trace de motoneige n'avait été observée dans 
les   environs   du   manoir   depuis   le   début   de   l'enquête, 
malgré   que   des   traces   fraîches   d'une   voiture,   en 
provenance de Wooden Horse, la plus grande ville de la 
région,  étaient  bien  visibles  dans   la  neige,  et  n'étaient 
pas   celles   de   la   voiture   de   Burrows.   La   majorité   des 
gens de cette région subpolaire voyagent en motoneige 
ou   en   traineaux   à   chiens   durant   l'hiver,   lesquels   sont 
plus économiques et polyvalents que des grosses caisses 
à   brûler   du   pétrole   qui   ne   peuvent   aller   que   sur   des 
routes.   Mais   les   autorités,   semble­t­il,   ne   trouvèrent 
aucun   intérêt   dans   ce   détail   qu'aucun   détective   ne 
laisserait   de   côté.   Les   jeunes   se   seraient­ils   rendus   en 
motoneige   jusqu'à   Wooden   Horse,   à   soixante­trois 
kilomètres   de   leur   village   ­toute   une   expédition   pour 
une région si sauvage et froide!­ pour revenir en voiture 
à la demeure de Burrows afin d'accomplir  leur crime? 
Virtuellement possible, mais fort peu probable compte 
tenu du fait que les trois adolescents n'étaient allés que 
très   rarement   en   ville,   que   pour   des   emplettes   au 
magasin de disques, et qu'aux dires de tous leurs amis 
et   parents,   ils   n'y   entretenaient   des   contacts   avec 
personne.   Bref,   ces   indices   suggéraient   d'eux­mêmes 
que   l'enquête   criminelle,   avec   ces   conclusions   forcées, 
voire   bâclées,   n'avait   été   en   fait   qu'une   insidieuse 
falsification destinée à camoufler quelque chose d'autre. 

La   communauté   de   la   réserve   autochtone   de   New 

412
Grisham   avait   des   doutes   encore   plus   profonds   que 
moi, et certains avaient même crié à l'injustice lorsque 
les   trois   jeunes   furent   inculpés.   Ce   sont   d'ailleurs 
plusieurs   membres   des   familles   respectives   de   Will, 
James et Bill qui me mirent sur l'affaire, car eux étaient 
convaincus que les jeunes étaient totalement innocents. 
Ils   avaient   amassé   un   fonds   collectif   afin   de   me 
rémunérer pour l'enquête, après que je leur aie fixé des 
honoraires   plutôt   dérisoires   compte   tenu   de   leur 
hospitalité visiblement sans limites. 

Les   autorités   eurent   longtemps   cru   et   défendu   l'idée 


que ce meurtre n'était rien d'autre qu'un crime haineux 
commis par des jeunes sous l'influence de la drogue, et 
en   quête   d'un   peu   d'argent   qui   leur   aurait   servi   à   se 
payer du bon temps. De mon côté, je finis par découvrir 
une   réalité   monstrueuse   derrière   toute   cette   affaire; 
étant   que   les   jeunes   autochtones   cette   journée­là 
n'étaient partis qu'à une journée de pêche dans la baie 
d'Hudson alors que le crime avait une origine bien plus 
lointaine, et scandaleuse. Il s'agissait en fait d'une sorte 
de règlement  de compte  commis  par  deux  agents  des 
services secrets britanniques, avec la collaboration, bien 
entendu, de la Gendarmerie royale canadienne. Il aurait 
été   très   difficile   de   convaincre   la   Cour   d'appel   de 
l'implication   de   services   secrets   étrangers   dans   ce 
meurtre,   et   pour   cela   j'ai   dû   m'en   tenir   à   amener   les 
preuves de l'intervention d'un “tiers” dans l'élaboration 
et l'exécution  de l'assassinat,  d'un tiers que je me suis 
gardé   d'identifier   en   tribunal,   aux   fins   de   ma   propre 
sécurité.   Et   les   tribunaux   aussi   s'en   gardèrent,   tout 

413
autant pour leur sécurité personnelle, je présume. Je pus 
aussi   démontrer   sans   bénéfice   du   doute   que   les   trois 
jeunes n'avaient rien à voir du tout avec ce crime... et 
que   peut­être   avaient­ils   servi   de   couverture   pour   les 
vrais auteurs du meurtre, ce qui allait de soi pour moi. 
Ça   m'a   pris   quelques   semaines   pour   parvenir   à 
disculper Bill, Will et James, et le dossier du meurtre de 
Lord   Burrows   a   été   rouvert,   et   restera   ouvert 
probablement   pour   l'éternité   étant   donné   que   le 
gouvernement   canadien   lui­même,   du   moins   la 
Gendarmerie royale, avait agi comme complice dans ce 
complot   meurtrier.   L'affaire,   donc,   avait   été   étouffée, 
mais  non  résolue,  et  le  dossier  concernant  l'assassinat 
de Burrows était toujours ouvert. 

Lord   Stanley   Burrows,   bien   entendu,   c'est   moi.   Ou 


plutôt   son   propre   subterfuge,   Steve   Faulkner,   fut   le 
subterfuge   que   j'ai   utilisé   pour   pouvoir   venir   à   cet 
endroit. Étant mort, je pouvais utiliser la couverture de 
Burrows   pour   tromper   les   Bilderbergers,   et   tant 
qu'aucune information n'a fui sur la réelle identité de ce 
personnage  imaginaire, mais officiellement  reconnu, je 
ne   courrais   aucun   risque...Et   mon   subterfuge   réussit 
durant un certain moment à gagner les foules. Plusieurs 
personnes reconnurent le nom de Steve Faulkner et ne 
semblèrent que peu remarquer la distinction entre mes 
traits et ceux de celui­ci, qui n'apparut que sur quelques 
photos   et   dans   quatre   ou   cinq   discours   publics   en 
l'espace   de   dix   ans.   Burrows   s'était   laissé   pousser   la 
barbe généreusement et avait changé laissé ses cheveux 
s'allonger   quelque   peu,   afin   de   tromper,   le   plus 

414
sobrement   possible,   l'aspect   conservateur   qu'on   lui 
avait connu pour avoir durant sa vie politique. Soit, je 
fus   même   complimenté   par   quelques   éminents 
intellectuels pour mes livres, et les femmes semblaient 
plutôt fascinées par ma fausse vie de reclus, alors que je 
leur   avais   fait   une   grandiloquente   illustration   d'une 
sorte de vertueux intellectuel qui eut abandonné la vie 
publique   pour   une   vie   d'ascète   solitaire,   dans   les 
romantiques   immensités   du   Grand   Nord.   Je   me   tins 
toutefois   plutôt   discret,   me   contentant   d'observer   et 
d'écouter   les   conversations   entre   deux   entretiens 
évasifs,   sur   des   questions   politiques   d'ordre   flou   et 
général,   avec   les   individus   qui   semblaient   les   moins 
inquisiteurs.

Mes   stratagèmes   ne   fonctionnent   pas   toujours,   soit. 


Mais   j'ai   néanmoins   réussi   à   obtenir   quelques   bribes 
d'informations suffisantes pour continuer mon enquête 
et me rapprocher du but. Mais comment l'atteindre ce 
but...   je   n'en   avais   toujours   pas   la   moindre   idée.   Et 
encore cela dépend de l'état dans lequel je serais sorti de 
cette   périlleuse   situation.   J'étais   littéralement   allé 
chercher un secret coincé, caché au fin fond de la gueule 
de la bête... voire pire, encore, dans les fonds visqueux 
et   puants   de   ses   entrailles;   or   j'avais   plus   de   chances 
d'être   mastiqué,   digéré   et   rejeté   que   de   ressortir   d'ici 
indemne et avec le joyau que je cherchais. 

Néanmoins, peu importe l'issue, telle était ma route.

La   catastrophe   prévisible   se   produisit   alors   que   je 

415
m'entretenais  avec  un   diplomate   Russe  ­un   dénommé 
Sukoïev­   qui   me   révéla   être   un   agent   d'information 
pour   un   mystérieux  think   tank  Européen,   le   Club   de 
Rome.   Étrangement,   il  me   sembla  plus   être   prompt   à 
me   donner   des   informations   privilégiées   qu'à   en 
recueillir sur moi, mais cela s'expliquait assurément par 
le fait qu'il était complètement ivre... ou n'était­ce en fait 
qu'une   autre   couverture.   La   diplomatie,   comme 
plusieurs le savent, n'a toujours été qu'un de ces termes 
vides   générés   par   la   rectitude   politique,   destinés   à 
occulter le sens, la signification sociale plus concrète des 
activités   politiques   réelles   de   ceux   qui   occupent   ces 
fonctions   voilées,   ainsi   que   de   leurs   finalités 
potentielles. Ainsi, la diplomatie, c'est tout, et rien. C'est 
de coordonner une vaste opération d'espionnage ou de 
répression   militaire   secrète,   comme   d'encadrer   la 
signature  de   traités  commerciaux,   comme  de   faire   du 
lobbying   en   coulisse   auprès   d'autorités   locales,   de 
négocier,   de   la   cafétéria   des   quartiers   généraux   de 
l'ONU,  de  la  traite  d'humains  en Afrique  ou dans   les 
Balkans, ou bien d'organiser des événements éducatifs 
pour   enfants,   en   collaboration   avec   Walt   Disney,   sur 
l'ONU et les Droits de l'Homme. De la diplomatie, soit! 
Et   c'est   ainsi   que   Sukoïev   m'expliqua   que   la   grande 
configuration   de   toutes   les   structures   bureaucratiques 
du   monde   entier,   du   moins   toutes   les   structures   qui 
opèrent entre elles avec une certaine “convergence”, ne 
se résume qu'à être un jeu de poupées russes. Rien de 
plus compliqué. Et lui travaillait au coeur du grand jeu 
d'illusions.   En   outre,   un   gigantesque   réseau,   d'une 
vastitude   incommensurable,   mais   d'une   simplicité 

416
incroyable, se trouvait caché sous chacune des poupées 
du   jeu,   et   lorsque   quelqu'un   se   donnait   la   peine   de 
creuser sous la voûte d'une des organisations encadrant 
le   réseau   secret,   bien   on   tombait   sur   un   autre   réseau 
encore plus profond, plus hors de portée, plus puissant 
mais... plus simplifié... comportant un nombre d'acteurs 
plus   restreint.   Et   quand   on   ouvrait   le   ventre   une 
nouvelle poupée, plus petite, voilà que d'autres réseaux 
encore   plus   obscurs,   mais   d'autant   plus   serrés, 
apparaissaient!  Au centre de cette grande mascarade à 
plusieurs niveaux, personne ne savait vraiment ce qu'il 
y avait, quoique tout laissait sous­entendre, par simple 
déduction logique, qu'il ne devait y avoir qu'une petite 
poignée   d'individus   effroyablement   influents,   pris   en 
plein coeur d'une toile de pouvoir qui s'étend sur tout le 
globe. Qui étaient ces gens... où se cachaient­ils... c'était 
encore   plus   obscur.   Encore   fallait­il   savoir   qui, 
réellement,   était   derrière   l'organisation   d'une   pareille 
soirée,   mais   peut­être   que   ceux­là   même   n'étaient 
encore   que   des   intermédiaires,   ou   des   acteurs 
relativement   secondaires.   L'organisation   formelle,   de 
toute   façon,   n'était   qu'une   instance   socialement 
concrète, une “personne morale”, autour desquelles se 
déroulaient   les   activités   du   réseau   caché,   une 
concrétisation   sans   en   être   une.   Chacune   des 
organisations   englobées   dans   le   jeu   de   poupées   était 
bien réelle,  avec  de vrais conseils  d'administration,  de 
vraies secrétaires, de vrais commanditaires, et de vrais 
petits soldats qui travaillaient sur le terrain et qui, eux 
comme   pour   le   reste   des   autres   employés,   cadres   ou 
volontaires, n'avaient aucune putain d'idée de pour qui 

417
réellement ils travaillaient. Ils travaillaient en fait pour 
un grand vide, pour une institution qui n'existe pas, et 
un   vide   qui   caché   un   monde   invisible   grand   comme 
l'univers en entier, la toile obscure de relations entre des 
individus   qui  travaillent  pour  un  plan  plus  vaste  que 
l'organisation   elle­même,   pour   un   schème   bien   plus 
global.   Comme   votre   compagnie   de 
télécommunications  nationale   sert  de  couverture  pour 
les   services   de   renseignement   de   votre   pays   pour 
l'espionnage de la vie privée de millions d'utilisateurs. 
Comme les réseaux échangistes qui sont tissés à même 
les centres d'appels que vous contactez pour vous faire 
rembourser un service défaillant. Mais pour cette même 
raison,   tous   ces   gens,   en   réalité,   sont   faux,   car   ils   ne 
travaillent que pour un grand mensonge, en réalité, et il 
n'y a que les dupes, en fait, qui croient dur comme fer à 
l'existence  et au rôle de l'organisation,  à être vrais. Ils 
sont les vrais dupes. 

C'est alors que Sukoïev commençait à m'expliquer que 
la somme de toutes les poupées, la grande poupée qui 
est la couverture suprême de toutes les autres poupées, 
n'est   rien   de   moins   que   l'Organisation   des   Nations 
Unies;   toutes   les   agences   et   organismes   qui   lui   sont 
rattachés, aussi humanitaires qu'ils semblent dans leur 
nature,   ne   servant   qu'à   être   des   couvertures   à 
d'immenses   opérations   de   contrôle   social   à   l'échelle 
internationale. Le Secrétaire général, que la Marionnette 
suprême dans tout ce réseau à demi secret qui est aux 
gouvernes du monde. 

418
– Une   théorie   du   complot?   »   tentais­je   avec   un 
certain   sarcasme.   «   Oui,   je   suis   passablement   au 
courant  concernant  la  conspiration  des Illuminati, 
mais..
– Non! Pas une conspiration. » s'empressa­t­il de me 
corriger  «  Seulement  la  forme  qu'a   toujours  prise 
toute   politique   essentiellement   capitaliste, 
lorsqu'elle   a   des   aspirations   globales.   Et   le 
capitalisme  pousse toujours plus loin,  plus grand, 
et   cherche   toujours   à   conquérir...   c'est   dans   la 
nature   de   son   fonctionnement!   Tout   ça,   ce   n'est 
qu'une   continuation,   une   évolution   des   anciens 
empires  monarchiques,  ou  nationaux...  un  empire 
global partagé par des princes et des seigneurs qui 
vivent et agissent bien au­dessus des États­nations, 
de   leurs   Lois,   leur   Droit   et   leurs   frontières,   tous 
complètement illusoires. Vous voyez, tous ces gens 
ici réunis, ils font partie d'un seul et même réseau 
supranational,   et   de   ce   réseau   est   née   la 
gouvernance   supranationale.   Il   n'y   a   pas   de 
complots,  seulement  qu'un  réseau,  plus  ou moins 
cohésif,   de   gens   puissants,   riches,   informés,   et 
déterminés à concrétiser leur vision mutuelle d'un 
monde   nouveau.   Le   pouvoir   mondial   ne   dépend 
que de réseaux privilégiés, tout comme ceux qui en 
sont les adversaires doivent aussi, prioritairement, 
constituer   leurs   propres   réseaux   dissidents,   sinon 
ils   sont   continuellement   condamnés   à   être 
supplantés,   et   à   disparaître.   L'économique   et   le 
bureaucratique   a   supplanté   le   monarchique   et   le 
politique   depuis   longtemps...   et   les   princes   et 

419
politiciens   de   ce   monde,   ils   doivent   se   mettre   en 
réseau avec les patrons de la finance mondiale pour 
avoir leur tranche de fief, et il en va de même pour 
tous   les   gens   qui   espèrent   ­tout   comme   nous   ici­ 
avoir   un   monde   meilleur;   environnementalistes, 
humanitaristes, et socialistes confondus! » Sukoïev 
éclata d'un rire gras en désignant, du revers de la 
main, les petites nuées d'invités spéciaux titubant et 
discutant  timidement  ensemble  au fond  du grand 
salon,   visiblement   des   intellectuels,   activistes, 
journalistes et artistes qui ­à en juger leurs regards 
caverneux­   ne   semblaient   pas   vraiment 
comprendre   la   nature   ou   le   but   réel   de   cette 
assemblée.
 
Visiblement saoul, il continuait de m'expliquer sans ne 
se ménager, cette perspective des choses pour le moins 
dérangeante, et c'est parmi son flot de paroles grasses, 
de   postillons   et   d'haleine   repoussante   que   nous   nous 
firent interrompre par un individu peu réconfortant. Le 
type,   blême,   l'humeur   sèche,   ne   cachait   pas   son 
irritation   condescendante,   probablement   vis­à­vis   la 
manière avec laquelle nous étions en train de parler de 
choses   qui   devaient   normalement   être   discutées   avec 
plus de réserve. L'homme se nomma, Berthold, mais ne 
m'adressa   la   parole   que   de   façon   évasive,   comme   s'il 
avait   pleine   conscience   de   n'être   qu'un   exécutant,   ici, 
travaillant aveuglément sous le soin et les ordres de ce 
mystérieux  groupe  qui tient  la  conférence.  Sur  un ton 
solennel et impératif, il m'invita à le suivre pour que je 
me   joigne   à   une   réunion   informelle,   à   huit­clos,   à 

420
laquelle   j'avais   été   personnellement   convié.   Sukoïev 
avait   déjà   l'esprit   ailleurs,   redirigé   vers   deux   escortes 
japonaises,   étonnamment   jeunes   d'ailleurs,   alors   je   ne 
vis d'autre choix que de suivre ce Berthold. Me guidant 
à travers les deux vastes salons remplis d'invités, nous 
traversâmes   un   corridor   richement   décoré   de   velours 
rouge   et   de   moulures   dorées   de   partout,   qui   était 
parsemé de loges privées, de chaque côté. C'est là que je 
fus témoin  du plus  ahurissant  spectacle  de décadence 
que je n'eus jamais vu, même imaginé de voir, de toute 
ma   vie.   Mon   bref   passage   à   travers   ce   corridor   me 
permit d'observer des scènes si dérangeantes que mon 
souffle   en   fut   coupé;   à   gauche   comme   à   droite, 
politiciens   illustres,   intellectuels   populaires,   banquiers 
et prostituées ­de tous sexes et âges, mais surtout d'âges 
mineurs­   s'entremêlaient   dans   des   échanges   tellement 
scandaleux   qu'un   paparazzi   en   serait   devenu 
multimilliardaire.   Je   ne   m'attardai   pas   à   ce   que   je 
voyais, et ce ne fut pas autant parce que je me faisais 
presser  par   mon  hôte  que  parce  que  les  actes  sexuels 
que j'y voyais dépassaient l'entendement, et m'auraient 
fait   vomir   sur   place,  ou   bien   propulsé   dans   une   rage 
meurtrière   qui   n'aurait   probablement   pardonné 
personne   ici.   Au­delà   de   cette   brève   visite,   aussi 
fascinante   que   répugnante,   de   la   mosaïque   des 
perversions et de la débauche de l'élite mondiale, nous 
aboutirent  face  à une  porte  au bout du long  corridor, 
puis  entrâmes  dans un petit salon  qui tenait office de 
bureau. Une fois à l'intérieur  mon hôte me présenta à 
trois hommes d'âge très avancé qui m'attendaient, assis 
derrière   une   petite   table   basse   sur   laquelle   reposait 

421
quelque   chose,   un   objet   apparemment   pointu,   voilé 
sous une étoffe de satin mauve. Je tressaillais presque à 
l'idée   qu'on   m'avait   réservé   une   surprise,   mais   je   ne 
m'attardai   pas   longtemps   sur   l'objet,   car   mes   hôtes 
étaient ce qu'il y avait de plus intriguant, pour le moins 
dire, dans cette pièce silencieuse.

Les   vieux   hommes   avaient   tous   la   chevelure   blanche 


comme la soie et les traits grossièrement taillés comme 
s'ils   avaient   des   figures  de   pierre.   Des   visages   francs, 
mais des orbites creuses  comme  le regard  de la mort. 
Des   yeux   dont   on   ne   pouvait   voir   ni   la   couleur,   ni 
l'expression.   Pas  même  une  seule  étincelle  de  lumière 
brillait   en   ceux­ci.   Glauques,   totalement.   Les   vieux 
types, visiblement, s'étaient réunis dans le but exclusif 
de   me   rencontrer,   et   ils   semblaient   même   m'attendre 
depuis un bon moment déjà. Après avoir échangé avec 
eux des poignées de main comme  si de rien n'était, je 
m'assieds sur un fauteuil de velours qu'ils avaient mis à 
ma   disposition   face   à   eux,   et   j'attendis   péniblement 
qu'ils me parlent. C'est lorsque j'entendis la porte de la 
pièce se refermer  sur  un  silence  total  que  je sus  alors 
que j'avais franchi un point de non­retour...

« Lord  Burrows!  » s'exclama  un des vieux patriarches 


de granit « Quelle surprise de vous revoir enfin... après 
toutes années!!! Ça fait bien... treize ans, n'est­ce pas? » 
il   consulta   ses   associés   d'un   regard   obscurci   «   Oui, 
environ   treize   ans   que   nous   ne   nous   sommes   pas 
revus... Quoique nous ne vous avions pas oublié, nous 
croyions que vous étiez décédé! »

422
Je voyais bien que ce vieil homme raide aux yeux vifs 
essayait   de   me   prendre   dans   son   jeu.   J'avais   cette 
terrifiante intuition qu'il savait, qu'ils savaient tous ici, 
que je n'étais pas ce que j'étais. C'est rare de voir une si 
insidieuse,  si maligne hypocrisie  chez  des hommes  de 
cet âge... habituellement  les vieillards font preuve soit 
de contenance,  soit de fermeté  lorsqu'ils  reconnaissent 
quelqu'un   dans   le   tort,   mais   ceux­là,   il   s'agit   plutôt 
d'une perverse satisfaction, à peine camouflée,  comme 
celle d'un  assassin  qui prend  plaisir  au meurtre.  C'est 
de   l'arrogance,   la   même   arrogance   impérative   que   je 
connais des agents fédéraux.

Or il était convaincu que je n'étais pas Steve Faulkner... 
L'information devait avoir fui de quelque part. Il était 
probablement inutile de continuer de jouer ce rôle, à ce 
moment­ci, car peut­être pourraient­ils croire que j'étais 
vraiment Stanley Burrows. Un masque était déjà tombé; 
il fallait mieux que je tienne l'autre fermement.

« Ah! Vous savez, très chers amis... les contraintes de la 
vie!   Le   destin   nous   amène   parfois   dans   des   paysages 
qu'on ne pourrait s'imaginer. On rencontre l'amour, on 
oublie tout ce qui nous importait et on le suit, puis ça 
nous emporte à l'autre bout du monde.  Et puis en un 
rien   de   temps,   on   se   réveille   un   matin   et   on   n'est   le 
même   qu'avant.   On   ne   veut   plus   être   cette   machine 
sordide qu'on était auparavant, et on veut maintenant 
suivre   cette   voix   qui   criait   en   nous­mêmes   depuis 
longtemps,   et   pour   moi   ce   fut   celle   de   l'art!   Vous­

423
mêmes  vous ne pouvez  renier que le travail que nous 
faisons   tous,   nous   tous   ici,   comporte   beaucoup 
d'ambiguïtés morales. Toujours la Raison d'État qui doit 
l'emporter  sur  le reste...  sur  les masses,  et puis sur  sa 
propre   Raison...   Je   crois   que   c'est   ce   fardeau   qui,   un 
jour, finit par avoir raison de certains d'entre nous. Ce 
fardeau d'être toujours pris en conflit entre le pouvoir... 
et   notre   propre   humanité.   Alors,   vous   voulez 
probablement savoir ce qu'il est advenu de moi tout ce 
temps...?   Eh   bien,   voyez­vous,   chers   amis,   je   suis 
devenu artiste! Et puis, j'ai jugé nécessaire de faire part 
au   monde   entier   de   mes   longues   expériences   du 
pouvoir, sous un pseudonyme. On connaît mes oeuvres 
partout   en   Amérique,   maintenant,   à   avoir   peint   des 
paysages nordiques, durs et solitaires... les gens adorent 
ça. Tout comme pour la théorie du complot, d'ailleurs! »

Les vieillards restèrent fermes comme le roc, le regard 
d'acier,   maintenant   d'un   métal   brillant,   gris   et 
impénétrable   comme   l'argent.   Leurs   seuls   regards 
projetaient des jets de foudre dans mon esprit et je ne 
me   pouvais   m'empêcher   de   perdre   ma   quiétude.   Je 
remarquai   qu'un   de   ces   vieillards   qui   m'avait   semblé 
familier lorsque je l'aperçus pour la première fois ici, un 
homme   de   forte   taille   aux   traits   grossiers,   au   regard 
immobile et sombre sous ses lunettes, n’était nul autre 
que   Henry   Kissinger,   le   secrétaire   aux   relations 
étrangères   sous   l'administration   Nixon   et   Ford. 
Superstar de la politique étrangère, il avait toujours été 
le   grand   sorcier  de   la   conspiration.   Il  n'avait   pas   l'air 

424
très   content   de   revoir   son   vieil   ami   retrouvé,   ni 
d'ailleurs d'écouter mes paroles. 

« Oh!   Mais   ce   n'est   pas   vraiment   nécessaire   de   nous 


expliquer   tout   cela,   je   crois... »   me   disait­ill   dans   son 
parler    caractéristique,  gras  et roulant  d'une  personne 
qui a la langue épaisse, et ses yeux, toujours ennuagés 
et   fuyants,   dans   une   hypocrisie   magistralement   bâtie 
dans le béton armé. Le bureaucrate ultime. « Nous tous 
ici   savons   ce   qu'il   est   advenu   de   vous   ces   dernières 
années...   un   exilé   dans   les   vastes   étendues   du   Grand 
Nord, dans les Territoires du Nord­Ouest. Romantique. 
Eh oui, c'est vrai, vous avez fait de très belles toiles, et 
d'ailleurs j'en ai même une de ses plus prisées dans mon 
manoir,   juste   au­dessus   de   mon   foyer   dans   le   salon. 
Normalement   il   s'y   trouve   un   objet   juste   en­dessous, 
une sorte de trophée, à valeur aussi symbolique. Je l'ai 
amené   pour   vous   le   montrer,   car   il   contient   quelque 
chose qui pourrait vous  intéresser.  Quelque  chose  qui 
vient de vous, que nous vous avons pris et que vous ne 
seriez pas censé avoir sur vous, en ce moment... »

Et   tel   un   magicien   diabolique,   l'homme   souleva   le 


chiffon pour révéler l'objet qui était caché dessous, sur 
la   table   juste   devant   lui.   Un   éclat   se   fit,   et   j'étais 
estomaqué. Il me montra un symbole... plus en fait une 
statue   représentant   de   façon   flamboyante   un   symbole 
mystérieux, qui peut se trouver à peu près partout dans 
ce monde, mais dont personne ne parle ouvertement ni 
n'explique   la   signification,   l'appartenant   ou   la 
provenance.   C'était   une   pyramide   de   cristal   brillant, 

425
haute d'une trentaine de centimètres. Un peu plus des 
deux   tiers   inférieurs   étaient   quadrillés   comme   pour 
représenter   des   briques,   de   la   maçonnerie,   et   le   tiers 
supérieur, soulevé, détaché du reste, était parfaitement 
lisse et transparent. C'est ce qui se trouvait au centre de 
la   petite   pyramide   qui   me   répugna,   attirant   mon 
attention   comme   ça   ne   devrait   pas   se   faire.   Un   oeil 
d'humain ­un oeil véritable, arraché d'une personne­ y 
avait été momifié. 

Un symbole mondialement connu, souvent attribué à la 
société   secrète   des   Illuminati,   et   qu'on   peut   retrouver 
dans  la   plupart   des   loges   maçonniques   de  la   planète. 
L'oeil de la Providence, ou bien « L'Oeil qui voit tout » 
comme   plusieurs   l'appellent.   Mais   à   l'origine,   dans   la 
civilisation égyptienne, c'était l'oeil d'Horus, puis il fut 
repris par le judéo­christianisme et il devint « l'oeil de la 
Providence », et depuis quelques siècles, ce symbole fut 
utilisé comme symbole dans les structures de pouvoir, 
tout   en   demeurant   mystique   dans   sa   nature,   étant 
adopté   dans   l'architecture,   de   centaines   de   bâtiments 
d'importance partout en Occident, sans parler de sceaux 
officiels   d'institutions   ou   d'organismes,   de   blasons   et 
d'enseignes propres au pouvoir. Le dollar américain est 
une de ces utilisations les plus connues. Il n'y avait plus 
aucun   doute   pour   moi,   c'était   le   symbole   secret   et 
mystique de l'Ordre. Tout avait du sens maintenant. Ils 
appliquent leur emblème, leur « rune », à tout objet sur 
lequel  ils exercent  leur  contrôle.  Leur  façon  de mettre 
leur   étampe,   de s'afficher  socialement.  C'est  peut­être, 
aussi, plus que leur façon de s'afficher... peut­être s'agit­

426
il pour  eux  d'une  façon   de sceller  définitivement  leur 
emprise sur quelque chose, ou sur quelqu'un.

Sur quelqu'un... 

Il ajouta d'un un air monotone et indolent, trahissant à 
peine le sarcasme:

« Voici votre oeil gauche, Lord Burrows. »

La statue avait un socle de marbre noir, et ils y étaient 
inscrits ces mots: « Wilfrid Stanley Burrows, 1932­2001, 
Lord et baron d'East­Sussex, mort pour notre cause en 
terre lointaine. » Il n'y avait pas de doute maintenant; 
voilà   l'explication   du   gros   trou   à   la   place   de   l'oeil 
gauche   de   Burrows.   Un   trophée.   Les   vieux   rats   n'ont 
pas accepté de voir leur vieil ennemi s'enfuir incognito 
et se réfugier hors de leur portée. Probablement  qu'ils 
avaient   vu   sa   fuite   comme   une   victoire   sur   eux,   car 
d'aucune   autre   façon   il   ne   pouvait   gagner   contre   des 
gens   si   puissants   et   si   bien   protégés;   or   ils   voulaient 
quand   même   se   venger   contre   cette   victoire   pourtant 
très humble, et ils l'ont finalement emporté... du moins 
de leur point de vue de la chose.

– Intarissable,   et   insaisissable,   ce   Burrows,   mais 


personne ni rien n'échappe à notre réseau pour de 
bon, en ce monde,  et notre vieux camarade aurait 
dû   être   le   premier   à   le   savoir,   compte   tenu   qu'il 
nous connaissait bien. À la fin... qui peut se cacher 
d'Interpol,   du   MI6,   de   la   CIA,   du   KGB   et   du 

427
MOSSAD   tous   réunis???   C'est   impensable.   Même 
sa   maison  d'édition...   celle  qui  publiait  ses  essais. 
Mon  holding  en   est   un   des   actionnaires,   et   nous 
avons pu récupérer une des deux copies originales 
de   l'oeuvre   avant   que   l'édifice   de   cette   maison 
d'édition   ne   passe   au   feu.   L'autre   copie,   elle   fut 
détruite   par   les   vandales   qui   ont   assassiné 
Burrows.  L'oeuvre  est en  sûreté,  et le restera  tant 
que  les membres  de la  famille  Burrows,  des gens 
que nous connaissons bien, seront en vie. 
– Votre   ressemblance   avec   Faulkner   est   frappante, 
mais   nous   ne   sommes   pas   si   faciles   que   cela   à 
déjouer,   monsieur   le   détective.  Nous   étions   bien 
plus   informés   que   vous   ne   le   croyez   au   sujet   du 
triste   sort   de   Burrows,   vous   savez...   Ce   Faulkner 
était en train de corrompre l'esprit d'une génération 
entière  d'intellectuels   et  de  futurs   dirigeants,   et  il 
attaquait   directement   nos   plans,   ainsi   que   les 
théories   de   nos   meilleurs   penseurs.   Certaines   de 
nos   idées   élaborées   ici,   dans   cette   conférence,   ne 
sont pas faites pour être rendues publiques, et c'est 
pour cela que Burrows est devenu une de nos plus 
importantes nuisances. Or n'en soyez pas une vous 
aussi... vous n'avez ni la stature ni l'expertise.
– Les autorités locales ont déjà été contactées, et des 
agents de police seront ici dans quelques minutes 
pour procéder à votre arrestation en bonne et due 
forme.   On   vous   assure   que   tout   se   passera   bien 
pour vous si vous faites votre propre effort.

C'est bien entendu à ce moment que je réalisai que tout 

428
était foutu  pour  moi.  Avec  eux,  j'aurais  probablement 
pu élucider qui étaient les vrais responsables de la mort 
de   Burrows,   et   quelle   est   la   véritable   explication   de 
toutes ces disparitions, ainsi que de la nature réelle du 
fameux « Schème », si j'avais eu le temps de leur poser 
les   questions   appropriées   tout   en   continuant   de   jouer 
mon   jeu.   Tout   mon   espoir   tournait   autour   de   la 
possibilité   qu'ils   n'aient   pas   été   mis   au   courant   de   la 
mort   de   Burrows   et   qu'ils   ne   connussent   pas   assez 
l'homme pour pouvoir le distinguer de moi. Ainsi je me 
serais   fié   à   l'information   ­provenant   de   l'interne­ 
voulant   que   le   dossier   de   Burrows   ait   été   fermé   et 
enterré et qu'à  cause  de cela  ses ennemis,  quels qu'ils 
soient, aient cessé de se préoccuper de son cas. Mais les 
informations  qui viennent  « d'en  haut  » sont  toujours 
floues   et   déroutantes,   les   agents   de   renseignements 
étant   des   pourritures   professionnelles   qui   font 
disparaître preuves, évidences, et même les indices les 
plus   insignifiants   derrière   leurs   pas,   et   en   font   aussi 
apparaître d'autres par pure magie; or il y avait toujours 
un risque que son meurtre ait une source qui soit bien 
au­delà   du   gouvernement   fédéral   et   de   ceux   qui 
pouvaient y être liés officieusement. Que ces véritables 
assassins, ou encore les complices de son meurtre soient 
présents ici même, à cette soirée où le défunt s'était fait 
inviter.   Mais   peu   importe,   c'était   le   seul   moyen   pour 
moi de venir espionner ici. Aucun autre d'envisageable, 
sauf   d'avoir   personnellement   été   invité.   Rien   n'arrive 
sans rien, et c'est toujours pour une raison précise que 
les accidents arrivent.

429
– Et   alors,   qu'est­ce   que   vous   voulez   de   moi 
maintenant?
– Le secret... que vous a révélé Monsieur Valevicius 
Valencia.   En   fait,   vous   êtes   venu   ici   pour   nous 
révéler une information, alors que vous croyiez être 
venu   ici de  votre  propre  consentement,  par   votre 
propre   ruse   malhabile,   afin   de   trouver   une   clé   à 
l'énigme de votre vie. Et il y a quelque chose que 
vous   savez   que   nous   devons   soutirer   de   votre 
esprit...   et   l'effacer.   Ne   vous   en   faites   pas,   toute 
cette   opération   sera   sans   douleur,   et   vous   vous 
éveillerez   demain   matin   sans   aucun   mémoire   de 
tout ce qui s'est passé ces derniers jours. D'ailleurs, 
l'on   a   appris   que   votre   femme   se   fait   beaucoup 
d'inquiétudes   pour   vous,   ces   temps­ci,   et   il  serait 
très dommage que vous soyez déclaré disparu pour 
une... période indéfinie. Très dommage pour elle et 
votre fille.

Ma femme... ma fille...

– Collaborez   maintenant   et   vous   n'écoperez   que 


d'une   peine   minimale   pour   entrée   par   infraction, 
puis nous ferons en sorte que vous pourrez entrer 
chez vous dès demain, et peut­être même ce soir si 
vous   vous   conduisez   avec   maturité.   Si   vous 
résistez, par contre, attendez­vous à des méthodes 
non conventionnelles pour l'interrogatoire, et nous 
pouvons   vous   assurer   que   vous   ne   reverrez   plus 
jamais   votre   femme   et   votre   petite   fille.   Et   vous, 
une   fois   les   agents   fédéraux   arrivés,   vous   serez 

430
arrêté et amené dans un centre de détention secret 
situé   à   l'étranger,   où   on   vous   torturera   et   vous 
gardera   en   cellule   parfaitement   hermétique   pour 
une   période   indéterminée...   fort   probablement 
jusqu'à votre mort. Libre à vous de choisir laquelle 
de ces deux options vous convient le plus!

Une terrible image me traversa l'esprit sur ces derniers 
mots... je voyais trois hommes revêtus de noir, le visage 
dans une nuée, se ruer dans ma maison durant la nuit. 
Sans   aucun   bruit,   ils   pénètrent   dans   ma   chambre, 
sautent   sur   ma   femme   alors   qu'elle   dort   et...   ils   lui 
tranchent   la   gorge   sur­le­champ.   Ils   vont   ensuite 
s'emparer   de   ma   fille,   la   ligotent   la   droguent,   et 
l'amènent;   puis   le   lendemain   ils   la   vendront   sur   les 
marchés clandestins de traite d'humains. Je le sais... ces 
gens   peuvent   tout   à   fait   le   faire,   et   ils   le   font, 
fréquemment   même,   ce   genre   d'horreurs   autant   à   de 
petites   échelles   comme   celles­ci   qu'à   l'échelle   d'une 
population entière... c'est même un des fondements de 
leurs richesses; le meurtre, l'exploitation inhumaine, la 
terreur   par   l'abomination,   par   la   plus   impensable  des 
abominations. Il fallait que je me défasse de cette idée, 
mais   elle   empoisonnait   déjà   mon   esprit,   et   la   peur 
qu'elle faisait monter  en moi  me paralysait.  La  peur... 
c'était   leur   arme   absolue,   monstrueusement   efficace, 
qu'ils   utilisaient   sur   moi   maintenant.   J'essayais   de 
résister...

– Et   pourquoi   Valencia   vous   intéresse­t­il   tant   que 


cela? Pourquoi...

431
– Je crois bien que nous ayons été clairs... vous n'êtes 
pas   venu   jusqu'ici   pour   acquérir   des 
renseignements.   C'est   nous   qui   vous   avons   attiré 
jusqu'ici,   pour   que   vous   nous   donniez   les 
informations que nous cherchons. 
– ...car, comprenez­nous bien, nous savons que vous 
savez, et nous le savons depuis le tout début!

Voici   que   j'avais   la   confirmation   finale   d'être   victime 


d'un   complot.   La   toile   commença   à   se   dessiner   pour 
moi.   Non   seulement   elle   se   dessina   pour   moi,   mais 
j'étais   maintenant   littéralement   peint   sur   elle...   encore 
mieux, j'étais au centre même du tableau, avec les vieux 
cinglés autour qui tiraient leurs griffes, me regardaient 
de   leurs   yeux   rouges   et   bavaient   de   leurs   grandes 
gueules aux dents acérées comme des couteaux, prêtes 
à me faire la peau d'une manière atrocement originale. 
Non,   il   n'y   avait   plus   rien   entre   moi   et   eux,   pas   le 
moindre   petit   espoir   de   me   sauver   d’eux.   De   toute 
façon, il était inutile maintenant de me sauver, même si 
un quelconque plan réussissait. J'étais englouti dans ma 
propre fin, car peu importe où je serais, ils finiraient par 
me   retrouver,   et   pendant   tout   le   temps   ou   je   fuirais 
comme un sale lâche, ma famille, elle...

– Enfin, monsieur Jobert... vous ne vous rappelez pas 
de   votre   petite   aventure   à   la   taverne?   De   ces 
hommes   qui   vous   surveillaient   partout   où   vous 
alliez? De ces personnes qui vous parlaient comme 
si   elles   semblaient   tout   connaître   sur   vous?   Et 
même   votre   ami,   cet   incapable,   ce   cinglé   de 

432
théoricien   du   complot   qui   croyait   pouvoir   nous 
déjouer   à   notre   insu...   sans   parler   de   tous   ces 
informateurs que vous croyiez fiables. Et... ah, oui! 
Comment   pouvons­nous   oublier   cette   attaque 
terroriste!   L'attentat   du   Café...   ça   n'avait   rien   de 
politique   comme   les   journaux   en   ont   parlé,   vous 
savez. Vous étiez même une des raisons principales 
de cet attentat!

Ma   famille...   Stupide   que   je   suis   de   les   avoir   quittés 


comme   ça!   En   m'éloignant   d'eux,   en   ne   revenant   pas 
chez nous depuis le moment où j'ai découvert que j'étais 
surveillé, je croyais ainsi les protéger, Angela et Joannie, 
mais je les ai plongées dans le gouffre autant que moi j'y 
ai plongé, la tête première. J'ai beau les avoir avertis par 
téléphone, leur avoir dit de partir rester à notre chalet 
dans le Nord, il n'y a aucun endroit où ils auraient été 
en sécurité. Mais qu'aurais­je pu faire de plus si j'avais 
été avec eux? L'erreur fatale avait déjà été commise. Et il 
n'y   avait   qu'une   seule   façon   de   corriger   les   choses... 
étrangement la plus égoïste, et en même temps la plus 
improbable. 

Si Valencia était fiable, et que sa démentielle théorie sur 
l'univers multiple était bel et bien vraie, si son projet de 
révolutionner   les   bases   mêmes   de   l'existence   avaient 
une raison honnête d'être crues, et si j'étais bel et bien 
au   centre   de   tout   ce   grand   échiquier   dont   moi­même 
n'arrive   même  pas  à   voir  les   cases,   les   pièces   qui   me 
menacent, ainsi que toutes les ouvertures possibles; or, 
de   me   plier   aux   demandes   des   ce   trois   vieux 

433
diaboliques ne ferait que tout échouer lamentablement, 
et autant moi que ma famille, comme Valencia et tout le 
reste   de   l'humanité  seraient   placés   derechef   dans   une 
situation d'échec total dont je n'aurais pu imaginer toute 
l'horreur, même si je l'avais voulu. 

Mais   que   voulaient­ils   savoir   à   la   fin?   Valevicius 


Valencia   avait­il,   durant   cet   étrange   rêve   ­qui   devrait 
être   pourtant   réel­     alors   qu'il   semblait   parler 
directement   dans   le   fond   de   mon   cerveau,   implanté, 
gravé un code, une équation, une clef que moi­même je 
ne pouvais trouver en moi... une clef qui était cruciale 
pour eux au point de fouiller dans l'esprit de n'importe 
qui,   de   leur   ouvrir   le   crâne   littéralement,   pour   lire   le 
message secret qui devait y être gravé quelque part au 
fond? Ou n'était­il pas simplement question que de leur 
faire un résumé analytique de la philosophie de la vie 
selon Valencia?

« Encore   une   fois,   Jobert,   afin   que   vous   compreniez 


bien...  il  y  a  quelque  chose  qui  vous  a  été  donné.  Un 
présent, de la part de monsieur Valencia, mais que son 
associée  vous a donné,  afin que  vous  puissiez  être en 
mesure de le rencontrer. »

C'était   la   carte   qu'ils   voulaient.   La   clé   qui   leur 


permettrait   de   rejoindre   Valencia...   afin   de   le 
questionner ou simplement se débarrasser de lui. C'est 
pour cela qu'ils m'ont fait venir à eux... parce que suis le 
lien   entre   eux   et   Valencia,   du   moins   le   meilleur   lien 
dont ils pouvaient disposer à ce moment.

434
« Cet objet dépasse de loin la connaissance que vous en 
avez.   Il   dépasse   même   votre   capacité   de   comprendre 
son usage approprié, et qu'une personne comme vous 
se permette de l'utiliser, ou seulement de le garder en sa 
possession,   pourrait   avoir   des   conséquences 
catastrophiques...   pour   vous   autant   que   pour   des 
milliards   de   gens.   Il   contient   une   formule 
mathématique   ­un   algorithme   secret­   qui   est   resté 
inconnue   de   la   communauté   scientifique   mondiale 
jusqu'à présent... car il est le produit de la NSA, et classé 
au­dessus du niveau «ultra­secret». L'algorithme, vous 
ne pouvez pas le voir... il a été crypté à même l'objet... »

Ce   simple   algorithme   a   été   convoité   par   divers 


gouvernements   et   groupes   terroristes   d'à   travers   le 
monde,   et   Valevicius   Valencia   est   à   la   tête   de 
l'organisation   terroriste   qui   a   enlevé   deux   éminents 
scientifiques européens qui ont eu vent de l'existence de 
cette formule  et travaillaient  à l'isoler, pour  le compte 
d'un   centre   de   recherche   privé   financé   par   des 
investisseurs   russes   et   arabes.   Leurs   efforts   ont 
visiblement   porté   fruit,   et   Valencia   vous   a   donné 
l'algorithme à votre insu afin que l'apportiez à un de ses 
associés,   secrètement,  et   dans  la   plus   grande   sécurité. 
Heureusement, un de nos agents nous a mis au courant 
de votre rencontre avec ce chef terroriste. Eh oui! Vous 
avez été utilisé, détective Jobert. Par nul autre que votre 
nouveau   gourou.   Maintenant   vous   vous   êtes   trop 
enfoncé... je ne comprends toujours pas ce qui a bien pu 

435
vous   pousser   à   venir   jusqu'ici,   mais   vous   êtes 
doublement tombé dans le piège. »

– ...oui,  et la seule façon de vous en sortir, de vous 
sortir du pétrin dans lequel Valencia vous a plongé, 
contre votre volonté,  est  de nous  léguer  cet objet, 
afin   que   ce   soient   les   personnes   appropriées   qui 
puissent décrypter le code et utiliser cet outil pour 
le bien commun... pour le progrès de la Science et le 
maintien de la sécurité civile. Il n'a jamais été conçu 
pour   servir   une   bande   de   fanatiques   religieux... 
gouvernés par un gourou dément qui  revendique 
le pouvoir d'un dieu. Comprenez bien l'importance 
de la chose... il s'agit d'un virus, d'un terrible virus 
que   vous   portez   sur   vous,   une   arme   secrète   qui 
vous a été donnée par le D.E.M.O.S. pour propager 
l'épidémie   à   l'échelle   mondiale.   Eux,   ils   veulent 
s'attaquer à l'élite dirigeante... à l'establishment...  au 
système   économique...   aux   défenses   militaires   et 
civiles... à tout ce qui permet aux masses humaines 
de   vivre   chaque   jour   dans   la   paix   et   l'ordre,   de 
pouvoir vivre, manger, travailler, dormir, s'amuser, 
et assurer une sécurité à leur famille et leurs amis. 
Vous   n'avez,   semble­t­il,   aucune   idée   du   groupe 
avec qui vous avez affaire. Vous avez été utilisé par 
eux   ­et   ils   veulent   continuer   de   vous   utiliser­ 
comme   un   bouc­émissaire   dans   le   but   de   mener, 
pour   eux,   des   attaques   terroristes   contre 
l'infrastructure en place.

436
J'avais bel et bien entendu  dans les manchettes,  il y a 
quelques semaines de cela... en fait seulement quelques 
jours   avant   ma   rencontre   avec   Valencia,   que   deux 
directeurs   d'un   laboratoire   de   recherche   avaient   été 
enlevés,   soi­disant   par   un   groupe   terroriste 
réactionnaire... 

« Les autorités  croient  que l'attentat  a  été  commis  par 


un   groupe   associé   au  D.E.M.O.S.,   le   groupe   terroriste 
international dirigé par Valevicius Valencia. Le nom de 
Valencia   vous   a   sûrement   été   familier   quand   vous 
l'avez   entendu  pour  la   première   fois,   d'ailleurs,   parce 
que, voyez­vous, il est recherché par Interpol et par le 
FBI depuis une bonne quinzaine d'années! Mais en fait, 
le   D.E.M.O.S.   est   plus   qu'un   groupe   terroriste   pour 
Valencia;   c'est   sa   propre   secte!   Nous   sommes 
convaincus   que   c'est   durant   votre   entretien   avec   lui 
qu'il a tenté de vous endoctriner à ses grandes théories 
sur   le   grand   ordre   universel   et   sur   votre   propre 
existence.   Heureusement   pour   vous   que   vous   n'avez 
rien cru de lui... à moins que j'aie tort... »

– Attendez...   Vous   êtes   en   train   de   sous­entendre 


qu'en   fait,   le   groupe   de   Valevicius   Valencia   n'a 
aucunement  à voir  avec  l'attentat?  Que c'est vous 
­votre   agence,   vos   subordonnés,   je   ne   sais   quoi!­ 
qui étiez derrière?
– Ce   pas   possible   de   savoir,   réellement,   qui   a   agi 
dans un complot  comme  celui­ci... vous savez, les 
choses sont toujours plus complexes qu'elles en ont 
l'air   vu   de   l'extérieur.   Seulement   les   vrais 

437
marionnettistes   connaissent   le   jeu,   et   eux   seuls 
peuvent voir toute son étendue, car ils ont tiré les 
ficelles d'en dessus, le seul endroit où la presse et 
les   autorités   ne   regardent   jamais.   C'est   une 
responsabilité   qui   comporte   plusieurs   paliers,   et 
diverses   facettes.   Mais   les   enjeux   derrière   ces 
actions   dépassent   toujours   les   simples   ambitions 
directes des individus faisant partie de la machine. 
Tout va dans le sens de la réalisation d'un but qui 
nous   dépasse,   individuellement,   et   même 
collectivement.   Nous   travaillons   tous   dans   une 
grande pyramide... pour un idéal commun,  même 
si nous ne le connaissons pas tous! 

Un   des   ses   deux   autres   associés   réitéra   joyeusement, 


pouffant presque de rire:

« ...mais   nous   faisons   nos   efforts,   chaque   jour,   aux 


nouvelles   de   dix­huit   heures,   pour   que   tous   les 
connaissent!  N'est­ce pas pour cela que nous avons ici 
des gens de la presse écrite et des grandes chaînes de 
télévision? »   les   deux   autres   eurent   un   léger   rire 
sardonique   « Mais   des   gens,   des   organisations 
clandestines,   des...   terroristes,   soit,   perturbent   nos 
communications   avec   le   public,   ils   véhiculent   des 
faussetés, des saletés à notre égard. Ils veulent changer 
le   monde   par   la   peur,   par   la   tricherie.   Ils   agissent 
illégalement! »   il   prit   la   peine   de   bien   prononcer   ce 
dernier   mot,   appliquant   son   mépris,   peut­être   même 
une   certaine   frustration,   à   chacune   de   ses   syllabes. 
« Mais ils se cachent, or c'est pour cela que nous devons 

438
retourner   leur   propre   arme   contre   eux.   Nous   n'avons 
pas   le   choix...   c'est   le   seul   moyen   qui   fonctionne 
vraiment! »

Comment,   enfin,   pouvaient­ils   espérer   obtenir   un 


minimum   de   ma   confiance   alors   qu'il   venait   juste   de 
menacer   tout   ce   qui   importait   le   plus   pour   moi   dans 
cette   vie?   Alors   qu'ils   s'étaient   révélé   comme   les 
véritables   criminels   derrière   toute   la   toile   que   l'on 
m'avait caché  jusqu'à  maintenant?  Qu'ils ont assassiné 
celle que j'aimais au plus profond de moi, avec trente­
six   autres   personnes,   sans   compter   une   dizaine   de 
blessés   graves.   J'étais   toutefois   confus.   Leur   tactique 
était   paradoxale,   mais   je   sentais   une   pression 
terriblement   forte   sur   moi.   Se   pouvait­il   qu'ils   aient 
raison sur toute la ligne, au sujet de Valencia et de son 
groupe?

« Comprenez bien, Jobert, nous n'en voulons pas à votre 
vie... ni aux vies de vos proches, d'ailleurs. Mais il y a 
des intérêts bien plus grands que chaque individu de la 
masse   dont   vous­même   faites   partie,   des   intérêts   qui 
touchent cette même masse; et ce sont pour ces intérêts ­
croyez­moi­   que   nous   luttons   jour   après   jour. 
Comprenez   que  si  vous  allez   à  l'encontre  des  intérêts 
que   nous   défendons,   nous   nous   verrons   dans 
l'obligation d'employer les méthodes appropriées pour 
défendre notre cause, tel que nous le faisons avec tous 
ceux   qui   ont   malheureusement   été   endoctrinés   et 
utilisés comme boucs­émissaires par notre ennemi. »

439
Vrai,   c'est   avec   des   hommes   de   pouvoir   que   je   fais 
affaire, et non avec de simples criminels. Ces gens sont 
prêts à tout ce qui est en leur pouvoir pour s'emparer de 
la   carte,   et   le   pouvoir   ­politique,   juridique,   financier, 
médiatique­   ils   l'ont   largement   de   leur   côté.   Je 
commençais à réaliser que j'avais toutes les raisons de 
répondre à leurs demandes, et de leur donner ce qu'ils 
voulaient,   simplement.  Mais  c'est  à  ce moment­là que 
j'eus   un   éclair   de   conscience...   discret,   mais   pourtant 
crucial.

Je tournai mes yeux vers un faible rayon de lumière. À 
ma droite, une petite lucarne ronde, seule fenêtre de la 
chambre, donnait sur une forêt nocturne, et j'apercevais 
les  faibles  rayons  bleuâtres  de  la  lune  qui  perçaient  à 
travers   les   pins   pour   éclairer   un   calme   sous­bois 
parsemé de hautes herbes. Les herbes étaient d'un bleu 
grisâtre, sous l'effet de la lumière de la lune, et elles se 
faisaient   bercer   le