Vous êtes sur la page 1sur 2

Exemples

Admettons qu'une personne entre et dise : « Je ne peux pas étudier. Je m'assieds et


j'essaye d'étudier, mais je ne peux pas me concentrer. Je pense au ski. » Avec l'ancien modèle,
on dirait : « Il y a une partie qui coupe votre concentration. » Avec ce nouveau modèle, nous
allons plutôt dire : « Bon, vous avez des tas de parties en vous. Elles courent dans tous les
sens pour faire différentes choses. Vous avez la capacité d'étudier. Vous avez la capacité de
sortir et de vous amuser. Lorsque vous vous asseyez pour étudier, une autre partie est aussi
active et tente de remplir sa fonction. »
Pour négocier une solution, j'ai besoin d'identifier chaque partie, d'établir la
communication entre elles et d'obtenir l'intention positive de chacune. Je pourrais commencer
par la partie qui interfère avec le fait d'étudier. Je dis donc : « Je vous demande de rentrer en
vous-même et de demander à la partie qui veut vraiment étudier quelle autre partie la dérange
et l'empêche de se concentrer pleinement. » Puis je vais aller voir cette partie gênante pour lui
demander : « Quelle est ta fonction ? » C'est une façon rapide de découvrir l'intention qui se
cache derrière le comportement. « Que fais-tu pour cette personne ? » « Eh bien, je le fais
sortir et s'amuser. »
Puis je veux découvrir si l'interférence est réciproque. Je demande à cette partie : «
Quand tu veux que la personne sorte et s'amuse, est-ce que d'autres parties te gênent ? Est-ce
que cette partie qui travaille arrive et te dit : `Hé, tu devrais travailler' ? » Si vous obtenez une
réponse affirmative, l'affaire est dans le sac car les deux parties veulent obtenir quelque chose
l'une de l'autre, et il ne vous reste plus qu'à faire un échange.
JEAN : Je ne comprends pas comment vous arrivez à forcer cette partie à dire quelle est
sa fonction.
Ah bon ? Il n'y a rien au monde. qui permette d'y arriver. JEAN : Je veux
continuer à vous écouter.
Est-ce que c'est votre seule option ? Avez-vous des difficultés pour écouter lors d'une
conférence ? Cela vous est-il déjà arrivé ?
JEAN : Parfois.
Est-ce que vous voulez bien rentrer en vous-même et demander à la partie de vous qui
écoute pendant une conférence quelle partie l'interrompt de temps en temps... ?
JEAN : Hum. Elle en connaît une. Bien. Vous a-t-elle donné
un nom ?
JEAN : Oui. La partie qui s'inquiète des affaires professionnelles et financières. La
partie qui s'inquiète de tas de choses - la partie inquiétude.
La « partie inquiétude ». Écoutez ça ! Lequel des deux types de recadrage de contenu est
approprié maintenant ? ... De sens. C'est très important. Si vous parlez d'une partie comme
étant « la vieille partie inquiétude », vous aurez beaucoup plus de mal à découvrir son
intention positive.
Il y a une partie qui est préoccupée par certaines choses et elle se retrouve avec
l'étiquette « partie inquiétude ». Je me demande si vous pourriez rentrer en vous-même et
demander : « Est-ce que la partie qui porte l'étiquette de `partie inquiétude' veut bien me dire
quelle est sa fonction pour moi ? Qu'est-ce que tu fais pour moi ? » ... Alors, vous l'a-t-elle dit
?
JEAN : Oui.
Êtes-vous d'accord pour dire que sa fonction est positive ?
Exemples
Admettons qu'une personne entre et dise : « Je ne peux pas étudier. Je m'assieds et
j'essaye d'étudier, mais je ne peux pas me concentrer. Je pense au ski. » Avec l'ancien modèle,
on dirait : « Il y a une partie qui coupe votre concentration. » Avec ce nouveau modèle, nous
allons plutôt dire : « Bon, vous avez des tas de parties en vous. Elles courent dans tous les
sens pour faire différentes choses. Vous avez la capacité d'étudier. Vous avez la capacité de
sortir et de vous amuser. Lorsque vous vous asseyez pour étudier, une autre partie est aussi
active et tente de remplir sa fonction. »
Pour négocier une solution, j'ai besoin d'identifier chaque partie, d'établir la
communication entre elles et d'obtenir l'intention positive de chacune. Je pourrais commencer
par la partie qui interfère avec le fait d'étudier. Je dis donc : « Je vous demande de rentrer en
vous-même et de demander à la partie qui veut vraiment étudier quelle autre partie la dérange
et l'empêche de se concentrer pleinement. » Puis je vais aller voir cette partie gênante pour lui
demander : « Quelle est ta fonction ? » C'est une façon rapide de découvrir l'intention qui se
cache derrière le comportement. « Que fais-tu pour cette personne ? » « Eh bien, je le fais
sortir et s'amuser. »
Puis je veux découvrir si l'interférence est réciproque. Je demande à cette partie : «
Quand tu veux que la personne sorte et s'amuse, est-ce que d'autres parties te gênent ? Est-ce
que cette partie qui travaille arrive et te dit : `Hé, tu devrais travailler' ? » Si vous obtenez une
réponse affirmative, l'affaire est dans le sac car les deux parties veulent obtenir quelque chose
l'une de l'autre, et il ne vous reste plus qu'à faire un échange.
JEAN : Je ne comprends pas comment vous arrivez à forcer cette partie à dire quelle est
sa fonction.
Ah bon ? Il n'y a rien au monde. qui permette d'y arriver. JEAN : Je veux
continuer à vous écouter.
Est-ce que c'est votre seule option ? Avez-vous des difficultés pour écouter lors d'une
conférence ? Cela vous est-il déjà arrivé ?
JEAN : Parfois.
Est-ce que vous voulez bien rentrer en vous-même et demander à la partie de vous qui
écoute pendant une conférence quelle partie l'interrompt de temps en temps... ?
JEAN : Hum. Elle en connaît une. Bien. Vous a-t-elle donné
un nom ?
JEAN : Oui. La partie qui s'inquiète des affaires professionnelles et financières. La
partie qui s'inquiète de tas de choses - la partie inquiétude.
La « partie inquiétude ». Écoutez ça ! Lequel des deux types de recadrage de contenu est
approprié maintenant ? ... De sens. C'est très important. Si vous parlez d'une partie comme
étant « la vieille partie inquiétude », vous aurez beaucoup plus de mal à découvrir son
intention positive.
Il y a une partie qui est préoccupée par certaines choses et elle se retrouve avec
l'étiquette « partie inquiétude ». Je me demande si vous pourriez rentrer en vous-même et
demander : « Est-ce que la partie qui porte l'étiquette de `partie inquiétude' veut bien me dire
quelle est sa fonction pour moi ? Qu'est-ce que tu fais pour moi ? » ... Alors, vous l'a-t-elle dit
?
JEAN : Oui.
Êtes-vous d'accord pour dire que sa fonction est positive ?