Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre 3

Créer une nouvelle partie

Une des questions que nous posons de façon répétée depuis que nous fréquentons le
domaine de la psychologie est : « Qu'est-ce qui fait qu'une expérience vécue est thérapeutique
ou non ? » Chaque école de thérapie contient des éléments qui mènent au changement
lorsqu'ils sont utilisés par certaines personnes et qui ne mènent à aucun changement lorsqu'ils
sont utilisés par d'autres. Utilisés par des tierces personnes, ces éléments n'apportent aucun
changement vraiment utile. Pour autant que je sache, les façons de changer quelqu'un pour
qu'il adopte des comportements qui ne sont pas utiles ne sont pas vraiment différentes des
façons de lui faire adopter des comportements qui sont utiles. Le genre de technique employée
par des gens bien intentionnés (parents, éducateurs sociaux, enseignants) pour induire chez
quelqu'un des comportements qui vont en fait l'handicaper le restant de sa vie sont des
mécanismes de changement puissants et efficaces.
Nous voulons vous enseigner maintenant un troisième modèle de recadrage : comment
créer une nouvelle partie. Les parents, les éducateurs et psychothérapeutes bien intentionnés
ne créent pas des parties de façon aussi explicite que celle que je vais vous présenter. Ils
mélangent les morceaux et ils prennent plus de temps. Néanmoins, les thérapeutes parmi vous
vont facilement reconnaître les éléments. Ce modèle comporte plus d'étapes que le recadrage
en six points et il est conçu pour atteindre un objectif complètement différent.
Le présupposé du modèle du recadrage en six points est que quelqu'un a une partie qui
l'empêche délibérément d'adopter un comportement ou une partie qui l'oblige à avoir un
comportement.
Nous venons de traiter une seconde possibilité logique : il y a deux parties ou plus, et
chacune fait exactement ce qu'elle est censée faire. Leurs intentions sont positives et leurs
comportements sont appropriés, mais quand ces comportements se superposent, ils génèrent
des choses dont on ne veut pas, telle l'insomnie. Vous avez une partie qui gère le travail et qui
planifie tout, et vous avez une partie qui veut aller dormir. Quand une des parties commence à
s'endormir, l'autre s'exclame : « Oh ! Tu as oublié de faire X ! Que va-t-il se passer si tu ne le
fais pas ? » La première répond : « Ne t'inquiète pas, dors. » Cependant, vous n'avez pas
trouvé de solution et, dès que vous vous assoupissez, l'autre partie dit « Mais si tu ne le fais
pas, il va se passer Y. » Le modèle de négociation est approprié pour traiter de telles
situations. Vous négociez entre les parties pour qu'elles travaillent plus en coopération.

Nous allons examiner à présent une troisième possibilité logique : quelqu'un ne fait pas
quelque chose tout simplement parce qu'il n'a aucune partie organisée pour produire ce
comportement. Il n'y a pas de partie qui empêche activement un comportement et il n'y a pas
deux parties qui se gênent mutuellement. Consciemment, la personne veut quelque chose de
précis ; inconsciemment, elle n'a pas vraiment de partie qui puisse induire ce comportement
spécifique.
Tous les autres modèles de recadrage modifient une réponse qui déclenche une
séquence de comportements différente. Par exemple, dans le recadrage de sens, vous changez
la réponse et faites l'hypothèse qu'elle déclenchera des comportements plus utiles. Bien sûr,
vous devez vérifier que votre hypothèse est correcte.
Dans le recadrage en six points, vous changez la réponse et vous demandez à la partie
créative du client d'effectuer une recherche intérieure afin de trouver des comportements
alternatifs précis. Vous ancrez ces comportements dans le contexte approprié en faisant un
pont vers le futur et vous vérifiez l'écologie. Lorsque vous négociez entre deux parties, vous
faites l'hypothèse qu'elles ont déjà des comportements appropriés, et il vous faut simplement
leur donner le moyen d'organiser quand elles vont produire leurs comportements pour
qu'elles ne se gênent pas mutuellement.
Le recadrage de sens, le modèle de négociation et le modèle du recadrage en six points
présupposent tous que 1) il existe déjà d'autres comportements possibles ou que 2) une partie
peut facilement s'organiser pour produire les comportements appropriés. Ce sont des
présupposés très utiles mais qui ne sont pas toujours vrais. Si je mets l'un d'entre vous aux
commandes d'un Concorde, vous pourriez être parfaitement détendu et attentif, avec aucune
partie qui n'interfère, sans pour autant savoir piloter l'avion. Vous n'avez tout simplement pas
les comportements appropriés organisés de façon à y arriver. Vous devez traverser une sorte
de processus d'apprentissage pour organiser et séquencer ces compétences. C'est le genre de
situation où vous devez créer une nouvelle partie pour produire un comportement spécifique,
et c'est ce que la plupart des formations sont censées faire.