Vous êtes sur la page 1sur 12

29/11/2016

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene (USTHB)


Faculté d'Electronique et d'Informatique (FEI)
Département de Télécommunication
Section: Licence Telecom, 3ème année, Semestre (5)

CH5: Transformées en Z

Dr. Boularbah SOUISSI


2016/2017

1
29/11/2016

Exp1. Représenter la séquence suivante par sa transformée en z :

Exp2.

une série géométrique infinie:

la région de convergence (ROC) est:

2
29/11/2016

3. Condition d'existence et la région de convergence (ROC)

= [ ] = [ ] + [ ] = +

converge, d'après Cauchy, si [ ] / < 1, c'est à dire



= → [ ] / <
de même converge si ∑ [ ] =∑ [− ] converge. C'est à dire si
[− ] / < 1 ou encore

1
< /
=
→ [− ]

Application: x1(n)=αnU(n), x2(n)=αnU(-n-1), x3(n)=αnU(n)+nU(-n-1),

Signal droitier: x1(n)=αnU(n), H1(z)=1/(1+ z-1) et ROC: <


Signal Gaucher: x2(n)=αnU(-n-1), H2(z)=1/(1+ z-1) et ROC: <
Signal bilateral: x3(n)=αnU(n)+nU(-n-1), H3(z)=1/(1+ z-1)+ 1/(1+ z-1) et ROC:
< <

x5(n)=αnU(n), x6(n)=αnU(-n-1), x7(n)=αnU(n)+nU(-n-1),


a) ROC d'un signal droitier, b) ROC d'un signal gaucher, c) ROC d'un signal bilatéral

ROC pour des signaux infinis

x5(n)=αnU(n), x6(n)=αnU(-n-1), x7(n)=αnU(n)+nU(-n-1),


ROC: < < < <

ROC d'un signal à durée finie (ou limitée)

x1(n)=(n), x2(n)=(n-k), x3(n)=(n+k), x4(n)=(n-k)+(n+k),

x1(n)=(n), X1(z)=1,
x2(n)=(n-k), X2(n)=z-k,
Pour un signal à durée limitée, X(z) est définie pour toutes les valeurs de z dans le z-plan,
(exception possible pour 0 et ∞).

3
29/11/2016

Fonction de transfert

Système discret linéaire


invariant dans le temps (DLI)

N M N M
y (n)   ak y (n  k )   bk x(n  k ) Y ( z )   ak z  k Y ( z )   bk z k X ( z )
k 1 k 0 k 1 k 0

1
Y ( z ) b0  b1z  ......... bM z M
M

b z k
k
 z  z1  z  z 2 .........z  z M   b z  M  N .  z  z  k
H ( z)    k 0
H ( z )  b0 z  M  N . k 1
X ( z ) 1  a1z 1  .......... ..aN z  N N
1   ak z k z  p1 z  p2 .......... z  pN  0 N

k 1  z  p 
k 1
k

où zi sont les zéros, et pi sont les pôles.

Exemple: y(n)=x(n)+0.5y(n-1) H(z)=z/(z-0,5) h(n)=(0.5)nu(n)


Zeros: z1=0 et Poles: p1=0.5
1

0.8

0.6

0.4
Imaginary Part

0.2

-0.2

-0.4

-0.6

-0.8

-1

-1 -0.5 0 0.5 1
Real Part

4
29/11/2016

Diagramme de flux (Structure des filtres numériques)

y(n)=αx(n-1)+x(n) y(n)=αy(n-1)+x(n)

Y z   z 1Y z   X z  Y  z    .z 1 X z   X  z 
H  z   Y ( z ) / X ( z )   .z  1 1
H z   1 /(1  z 1 )
n
h[ n]   [ n  1]   [ n] h[ n]   u[n]

Il est possible de visualiser l’équation de récurrence associée à un filtre numérique, sous la forme d’une structure (ou
diagramme de flux) faisant apparaître les éléments de base suivants : additionneur, retardateur et multiplicateur.

+ z-1

y(n)
x(n)
+ y(n) + y(n)=αy(n-1)+x(n)
x(n)

Z-1 Z-1
α

α
y(n)=αx(n-1)+x(n)

Filtres récursifs de 1er ordre Filtres non récursifs de 1er ordre


filtres RIF (Réponse Impulsionnelle finie). filtres RII (Réponse Impulsionnelle Infinie).

Filtres récursifs – Filtres non récursifs

1. Filtres récursifs : M
k
N M
Y ( z) b z
k 0
k
b0  b1 z 1  .........bM z  M
y (n)   ak y ( n  k )   bk x( n  k ) H ( z)   N

X ( z) 1  a1 z 1  ............aN z  N
k 1 k 0 1   ak z k
k 1

M
z  z k 
H ( z )  b0 z  M  N .
 z  z1  z  z 2 ......... z  z M   b z M  N . 
k 1
Ce filtre récursif est associé  z  p1  z  p2 .......... z  pN  0 N

 z  p 
k
exclusivement aux filtres RII k 1

(Réponse Impulsionnelle Infinie).

2. Filtres non récursifs :


M Y ( z) M
y (n )   bk x ( n  k ) H ( z)    bk z k
k 0 X ( z ) k 0

Ce filtre non récursif est associé exclusivement aux filtres


RIF (Réponse Impulsionnelle finie).

Exemple: page 8

5
29/11/2016

Diagramme de pôles et zéros

Stabilité et causalité d’un système et ROC

a) système instable et causal (Signal droitier), b) causal et stable c) stable et anti-causal

Stabilité :
•le cercle unité (z=1) est dans le domaine de convergence (ROC)
•Tous les pôles sont à l'intérieur de cercle unité
Causalité: si un système est causal, (h[n]=0, n<0), alors le ROC est à l'extérieur d'un cercle qui est l'extérieur
du pole le plus élevé.

Transformée inverse
La définition formelle de la transformée en z inverse est :

Il existe des méthodes plus faciles pour faire la transformée inverse.


1. Forme polynomiale:
2.Longue division:

3. Expansion en fractions partielles

En multipliant par z, et en faisant la


transformée inverse, on obtient :

6
29/11/2016

Réponse en fréquence
On peut obtenir la réponse en fréquence d'un système discret si on remplace z = ej2πF dans la fonction de
transfert H(z). C'est la DTFT de la réponse impulsionnelle h[n].

Exemple
Tracer la réponse en fréquence de

La première chose à faire est de remplacer z = ej2πF:

Et on trouve l'amplitude

0.5 sin 2
et la phase =− ( )
1 − cos 2

%Matlab 1

0.8

H = tf([1 0],[1 -0.5],-1) 0.6

0.4

freqz(([1 0],[1 -0.5])

Imaginary Part
0.2

zplane ([1 0],[1 -0.5]) -0.2

-0.4

-0.6

-0.8

freqz([1 0],[1 -0.5]); %figure 3 -1

-1 -0.5 0 0.5 1

H = freqz([1 0],[1 -0.5]);


Real P art

plot(abs(H)); Grid % figure 1


zplane([1 0],[1 -0.5]); %figure 2

Interprétation graphique d’une fonction de transfert dans le plan complexe z


La fonction H(Z) s’écrit sous forme d’un quotient de deux polynômes N(Z) et D(Z) de degré N et qui possèdent M
racines Zi et N racines de Pi. M

 z  zk 
H ( z )  b0 z M  N .
 z  z1  z  z 2  
......... z  z M   b0 z M  N . kN1
 z  p1 z  p2 .......... z  p N 
k 1
 z  p k 
Dans le plan complexe, Z est l’affixe d’un point courant M, Pi et Zi sont les affixes des pôles et des zéros de la
fonction H(Z). On peut écrire :

− = et − =

Exemple: système d’ordre N = 2

7
29/11/2016

Interprétation graphique d’une fonction de transfert dans le plan complexe z

La réponse d’un zéro ou d’un pôle (premier ordre)


Exemples : 1) = + −1
( ) +
= = +1 = ⇒ é = = 1+
( )
+ y(n)
x(n)

Z-1
α

y(n)=αx(n-1)+x(n)

= −1 : w=0, = 0 et w=pi, =2
= −0.7 : w=0, = 0.3 et w=pi, = 1.7
= −0.5 : w=0, = 0.5 et w=pi, = 3/2

> 0 :FIR Pass Haut (B: =-0.5, V: =-0.7, R: =-1)


Figure: Z-plan et réponse fréquentielle

= −1 : w=0, = 2 et w=pi, =0
= −0.7 : w=0, = 1.7 et w=pi, = 0.3
= −0.5 : w=0, = 3/2 et w=pi, = 0.5

< 0 (FIR) (B: =0.5, V: =0.7, R: =1)


Figure: Z-plan et réponse fréquentielle

1
= −1 + = = ⇒
1− −
1
é = =
x(n) y(n) 1−
+

Z- 1
α

= 0.9 : w=0, = 10 et w=pi, =0


= 0.7 : w=0, = 3.03 et w=pi, = 0.3
= 0.5 : w=0, = 2 et w=pi, = 2/3
x
> 0 :IIR Pass Bas (B: =-0.5, V: =-0.7, R: =-1)
Figure: Z-plan et réponse fréquentielle

= −0.9 : w=0, = 0 et w=pi, = 10


= −0.7 : w=0, = 0.3 et w=pi, = 3.03
= −0.5 : w=0, = 2/3 et w=pi, =2

> 0 :IIR Pass Bas (B: =-0.5, V: =-0.7, R: =-1)


Figure: Z-plan et réponse fréquentielle

8
29/11/2016

Analyse des systèmes définis par une équation aux différences

Exemple: Résoudre l'équation aux différences avec

Systèmes définis par une fonction de transfert

Exemple:

Synthèse des filtres à réponse impulsionnelle finie (FIR)

Filtre FIR
H(z) FIR à Phase linéaire
( )
H z = h[n]z = b z H z=e = ( )
=−
Un système à réponse de phase linéaire ne connaît pas d'effet de
Symétrie distorsion de phase.

h0=h4, h1=h3

H z = h[n]z

= h0 + h1z + h2z + h3z + h4z


= h0 z + z + h1(z + z )+h2 z
= h0z z + z + h1z (z + z )+h2z
=z {h0 z + z + h1 (z + z )+h2}

H z=e =e h0(e +e + h1 (e
+ e )+h2 )
( )
symétrie impaire(5) et paire (4): (h[n]=h[N-n], n=0:N) =e (2h0cos 2ω + 2h1 2ω + h2) = ( )
et antisymétrie impaire (5) et paire (4): (h[n]=-h[N-n], n=0:N)
k est le centre de symétrie = ⇨Phase linéaire

9
29/11/2016

Synthèse des filtres RIF

Faire la synthèse d’un filtre c’est rechercher la fonction de transfert correspondant à la spécification
d’un gabarit imposé. Plusieurs méthodes sont envisageables H(z)

Coefficients de filtre RIF: H z =∑ z ?

H z = [ ]z = z ⟹ = [ ]

Calcul des coefficients de h[n] par la méthode des fenêtres


le calcul des coefficients revient à trouver la réponse impulsionnelle du filtre. On part de l’amplitude
de la réponse en fréquence d’un filtre idéal et on prend sa transformée de Fourier inverse.

1 ( )
h n = H ω e dω Filtre ideal (rectangulaire): H ω = 1 h n =

Réponse impulsionnelle idéale [n] des filtres.

10
29/11/2016

Effet de fenêtrage/Utilisation des fenêtres non rectangulaire :

Si on limite hd[n], cela revient à le multiplier par une fenêtre rectangulaire de même largeur, modifiant ainsi hd[n]. –
L’effet est la convolution de H(ω) par la transformée de Fourier de la fenêtre rectangulaire, ce qui affecte aussi la
réponse en fréquence du filtre. On peut minimiser l’effet en utilisant des fenêtres non rectangulaire (Tableau).
Note: l'ordre du filtre, N, dépendra du type de fenêtre et de la largeur de la bande de transition.

Fonction de Window W[n]

Synthèse des filtres RII


Ces filtres sont généralement obtenus par transposition dans le domaine numérique, d’une fonction de transfert
analogique. Cette correspondance confère aux filtres RII
• une facilité de conception et des possibilités de substitution directe avec leurs homologues analogiques.
• En terme de charge de calcul, ils sont souvent plus économiques que les filtres RIF car la récursivité réduit le
nombre de coefficients. En contrepartie les filtres RII présente une sensibilité importante vis-à-vis de la
quantification des coefficients ; des risques d’instabilité sont à prévoir pour les filtres à coefficient de qualité
élevé.

Chapitre 2:Filtres analogiques Filtres Numeriques RII


fonction de transfert analogique fonction de transfert numérique
( )

Méthodologie de conception
1. Définir le gabarit du filtre numérique
2. Convertir ce gabarit en un gabarit correspondant au filtre analogique
3. Faire la synthèse du filtre analogique (Butterworth, …) Ha(s)
4. Transformer le filtre analogique Has en un filtre numérique équivalent Hdz par deux métodes.
Méthodes
• Transformation bilinéaire
• Conservation de la réponse impulsionnelle du filtre analogique ("numérisation") (IIR by impulse invariance)

11
29/11/2016

Synthèse des filtres RII

Chapitre 2:Filtres analogiques Filtres Numeriques RII


∗( − )
fonction de transfert analogique = fonction de transfert numérique
( + )
( )

= ( ) ∗( )
( )

Correspondances fréquentielles
2 2
= tan ou = tan ( ) Indice indique
2 2
d:digital
=2 =2 a:analogique

Exo: concevoir un filtre pass-bas (FPB) avec une fréquence de coupure =0.2π et Te=1 en utilisant la
transformation bilinéaire appliquée à:
=
+
0.2π 0,35
= tan = 2 ∗ tan =0,65 Donc, =
+ 0,35
0,245(1 + )
= ( ) ∗( ) =
( )
1 − 0,509

Exo: concevoir un filtre pass-bas (FPB) avec une fréquence de coupure (3dB) =0.2π et
Te=1 en utilisant la transformation bilinéaire appliquée à
=
+

2 0.2π
= tan = 2 ∗ tan = 0,65
2 2
,
Donc: =
,
0,245( + 1)
= ( ) ∗( ) =
( )
1 − 0,509
pour la réponse fréquentielle
0,245( + 1)
= = =
1 − 0,509
0 = 1 et 0.2 = 2

12