Vous êtes sur la page 1sur 11

De grandes maisons à roseaux sur les marécages du sud de l'Irak

Le pays d'Irak évoque souvent des images d'un vaste désert, de la chaleur de
l'enfer et de l'image de la guerre. Mais peut-être la chose la plus marquante est une
culture de plus de 5 000 ans de maisons à roseaux qui sont encore préservées
aujourd'hui.

Les Madan sont également connus sous le nom de Marsh (Arab), avec une
population de moins de 500 000 personnes. Ils vivent dans les marais du sud de
l'Irak et vivent dans le barrage du peuple irakien car il y avait des moments où ce
marais était considéré comme un havre pour les membres opprimés par le
gouvernement de Saddam Hussein.

Mais leur regard vis à vis du monde est une architecture singuliere de maisons
portant à la fois l'étrange et la charme. Elles sont entièrement construites de
roseaux et de briques non cuites, appelés Mudhifs avec des toits naturellement
incurvés. Ces maisons ont généralement 2m de largeur, 6m de long et 3m de haut
avec des entrées aux deux extrémités et l'espace au milieu absolument aérien.

Mudhif House est utilisé comme un lieu pour régler les litiges, effectuer des
affaires diplomatiques avec d'autres tribus et se concentrer également sur les
célébrations religieuses. Ainsi, le Mudhif a joué un rôle d'un centre culturel et
politique dans la société de Madan. C'est aussi l'endroit où les visiteurs sont
accueillis comme un hôtel. Les visiteurs passent la nuit dans ces maisons.

Les gens ont construit leurs maisons pour la première fois dans les marais du sud
de l'Irak il y a plus de 5000 ans. Les maisons de Mudhif sont un lieu de rencontre
unique de la tradition de la construction. Ce sont des matériaux locaux qui sont
toujours disponibles tels que des roseaux, des pailles et d'autres matériaux
naturels. Mais avec le temps, le processus de construction a beaucoup changé.

Aujourd'hui, les maisons Mudhif de nouveau style sont érigées, maison ancienne
Mudhif a été reconstruite par les militaires des États-Unis. Les soldats américains
et les populations locales ont entrepris la construction de maisons Mudhif
modernes. C'est aussi l'un des efforts pour aider les réfugiés, beaucoup de maisons
mudhif sur les marécages ont été construites comme un projet de logement pour
une série de rapatriés qui retournent dans le sud de l'Irak après la fin de la guerre. .

Bien que les maisons Mudhif portent une architecture moderne, le style de ces
maisons reflète la tradition locale. Elles jouent un rôle très important dans la
culture des Arabes vivant dans les zones humides du sud de l'Irak. Les piliers dans
les maisons Mudhif, par exemple, sont toujours un nombre impair au milieu de la
maison. Cela permet aux présidents de s'asseoir en fonction du nombre d'invités
assis en face.
Aujourd'hui, avec l'aide de commandites externes, les structures traditionnelles
retournent graduellement à la construction de maisons. Des caractéristiques
anciennes et modernes entrelacées dans les maisons Mudhif sont présentes dans ce
marécage roseau.

L'avantage de la maison construite avec des anches est d'être facile à déplacer. Au
printemps, si les eaux marécageuses augmentent trop haut, les gens descendent
leurs toits pour se déplacer vers un terrain plus élevé et les reconstruire dans leur
état d'origine en moins d'une journée. Avec les réparations appropriées, l'âge des
roseaux peuvent durer plus de 25 ans.
Image des maisons à roseaux sur le marécage arabe:
La construction se base sur la forme traditionnelle. Les soldats et les forces
spéciales des États-Unis ont entrepris la construction.
Photos
La longueur du roseau est d'environ 10 mètres, ils sont noués à la main en
colonnes qui sont reliées pour former un toit en arc géant. Enfin, les roseaux ont
été tissés comme une grille, permettant à la lumière du soleil et à l'air extérieur
d'entrer dans la maison.