Vous êtes sur la page 1sur 39

ion

ss
pre
'im
el
rd
GUIDE TECHNIQUE D’ACCREDITATION
ou

EN HYGROMETRIE
uj
sa

Document LAB GTA 17


de

Révision 00 – Juin 2007


ali
sv
ion
sit
po
Dis

Section LABORATOIRES
GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

SOMMAIRE

1. OBJET DU DOCUMENT ........................................................................................................... 5

2. REFERENCES .......................................................................................................................... 5

3. MODALITE D'APPLICATION .................................................................................................... 7

ion
4. MODIFICATIONS ...................................................................................................................... 7

ss
5. REEXAMEN............................................................................................................................... 7

pre
6. PORTEE D’ACCREDITATION .................................................................................................. 7

'im
6.1. Présentation de la portée .................................................................................................. 7

el
6.2. Objets soumis à l’étalonnage .......................................................................................... 10
rd
6.2.1. Hygromètre à condensation (norme NF X15-112) .................................................. 10
6.2.2. Hygromètre à variation d’impédance pour la mesure de l’humidité relative (norme
NFX 15-113) ............................................................................................................................ 11
ou

6.2.3. Psychromètre (norme NFX 15-118) ........................................................................ 12


6.2.4. Hygromètre à variation d’impédance pour la mesure de la température de rosée :
uj

hygromètre à oxyde métallique................................................................................................ 12


6.2.5. Hygromètre à cellule électrolytique (Norme NF X 15 115) ...................................... 13
sa

6.2.6. Hygromètre à quartz vibrant .................................................................................... 13


6.2.7. Autres types d’hygromètres..................................................................................... 14
6.2.8. Récapitulatif des conditions limites d’emploi par famille d’hygromètres.................. 15
de

6.3. Définition des mesurandes............................................................................................... 16


ali

6.3.1. Température de rosée (Td) ou (θd) et température de gelée (Tf) ou (θf) .................. 16
6.3.2. Humidité relative de l’air humide (U, hr ou rh) ......................................................... 16
sv

6.3.3. Température humide (Tw) ou (θw) ............................................................................ 16


6.3.4. Température (T) ou (θ) ............................................................................................ 16
6.3.5. Pression totale P ..................................................................................................... 17
ion

6.3.6. Fraction molaire....................................................................................................... 17


6.3.7. Détermination des paramètres hygrométriques en fonction de la nature des
paramètres mesurés................................................................................................................ 18
sit

6.4. Définition des méthodes d’étalonnage ............................................................................ 20


po

6.5. Définition des moyens d’étalonnage ............................................................................... 20


Dis

6.5.1. Le générateur à mélange ........................................................................................ 21


6.5.2. Le générateur à deux pressions .............................................................................. 22
6.5.3. Le générateur à deux températures à circuit ouvert................................................ 23
6.5.4. Le générateur à re-circulation ................................................................................. 24
6.5.5. Les solutions salines (NF X 15-119)........................................................................ 25
6.5.6. Enceintes climatiques.............................................................................................. 26

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 2/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.6. Estimation des incertitudes de mesure ........................................................................... 28


6.6.1. Règles générales .................................................................................................... 28
6.6.2. Estimation de l’incertitude en température de rosée et en humidité relative ........... 28
6.6.3. Détermination de l’incertitude en humidité relative à partir d’une mesure de
température de rosée et de température – Coefficient de sensibilité ...................................... 28
6.6.4. Détermination des meilleures incertitudes d’étalonnage ......................................... 33
6.6.5. Présentation du bilan des incertitudes..................................................................... 34

ion
7. PARTICIPATION AUX COMPARAISONS INTERLABORATOIRES....................................... 34

ss
8. RECOMMANDATIONS POUR LES ETALONNAGES SUR SITE........................................... 34

pre
8.1. Evaluation des incertitudes sur site................................................................................. 35

8.2. Le personnel.................................................................................................................... 35

'im
8.2.1. Qualification du personnel ....................................................................................... 35
8.2.2. Surveillance de la qualification du personnel .......................................................... 35

el
8.3. Traçabilité des étalonnages sur site................................................................................ 35
8.3.1. Paramètres d’influence............................................................................................ 35
rd
8.3.2. Moyens d'étalonnage .............................................................................................. 36
8.3.3. Milieux de comparaison........................................................................................... 36
ou

8.4. Meilleures possibilités d’étalonnage sur site ................................................................... 36


uj

8.5. Comparaisons interlaboratoires ...................................................................................... 37


sa

9. PARTICULARITES SUR LA PRESENTATION DES RESULTATS......................................... 37


de

9.1. Etablissement d'un certificat d'étalonnage ...................................................................... 37


ali

9.2. Déclaration de conformité ............................................................................................... 37


sv

9.2.1. Programme d'étalonnage ........................................................................................ 37


9.2.2. Modalités de délivrance du document spécifiant la déclaration de conformité d’un
instrument de mesure ou d’une grandeur matérialisée en hygrométrie .................................. 37
ion

9.2.3. Contenu de la procédure relative à la délivrance des constats de vérification........ 38


sit

10. NOTATIONS ET SYMBOLES ............................................................................................. 39


po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 3/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

AVANT PROPOS

Dans le cadre de la réforme engagée par la Section Laboratoires du Cofrac, les compétences
techniques, déclinées en fonction des techniques et des moyens utilisés, sur lesquelles le Cofrac
établit l'accréditation pour l’étalonnage d’hygromètres mesurant l’humidité dans les gaz sont les
suivantes :

- étalonnage en température de rosée,

ion
- étalonnage en humidité relative.

ss
pre
'im
el
rd
ou
uj
sa
de
ali
sv
ion
sit
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 4/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

1. OBJET DU DOCUMENT

La norme NF EN ISO/CEI 17025 définit les prescriptions générales concernant la compétence des
laboratoires d'étalonnages, d'essais et d'analyses.

En ligne avec l'annexe B de la norme NF EN ISO/CEI 17025, le présent Guide Technique


d'Accréditation (GTA) présente un état des lieux des bonnes pratiques dans le domaine
hygrométrie et établit des recommandations résultant de l'application de cette norme à ce domaine

ion
de compétences.

ss
Ce guide s'adresse :

- aux laboratoires d'analyses / essais / étalonnages du domaine X ;

pre
- aux évaluateurs du Cofrac (il constitue une base d'harmonisation à leur usage ;

'im
- aux membres des instances du Cofrac (Comité de Section, Commission Technique
d'Accréditation Mécanique et Thermique, Commission Interne d'Examen des Rapports

el
d'Evaluation).
rd
Ce guide ne se substitue pas aux exigences et/ou aux normes applicables au sein du laboratoire.
Les recommandations qu'il contient sont reconnues par le Cofrac comme étant les plus
appropriées pour répondre aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 et du document LAB
ou

Réf 02. Dans tous les cas, le laboratoire est libre de les appliquer, ou non ; il lui appartient de
démontrer que les dispositions qu'il met en oeuvre permettent de satisfaire pleinement les
uj

exigences de la norme citée supra.


sa

Des travaux complémentaires sont en cours pour harmoniser ce guide avec l'ensemble des autres
guides sectoriels afin d'assurer une bonne cohérence du référentiel documentaire et de faciliter la
mise en application des dispositions préconisées, en particulier lorsque plusieurs de ces
de

documents sont utilisés dans le même laboratoire.


ali

2. REFERENCES
sv

En plus des documents contractuels Cofrac, il est recommandé d'utiliser la liste non exhaustive
des documents ci-dessous. Le laboratoire, s'il le souhaite, peut utiliser d'autres méthodes dérivées
ion

ou d'autres références, ou appliquer ses propres méthodes dès lors qu'il justifie son choix et qu’il
valide les méthodes.
sit

- Document EA 4-02 - « Expressions of the Uncertainty of Measurements in Calibration », rév. 0,


po

Décembre 1999,
Dis

- V.I.M. - « Vocabulaire International des Termes Fondamentaux et Généraux de Métrologie »


- NF ENV 13005 - «Guide pour l'expression de l'incertitude de mesure», Août 1999,
- NF X 07-001, Normes fondamentales – Vocabulaire international des termes fondamentaux et
généraux de métrologie, décembre 1994,
- X 07-011 - «Métrologie - Essais - Métrologie dans l'entreprise - Constat de vérification des
moyens de mesure», Décembre 1994,
- FD X 07-012 - «Métrologie - Métrologie dans l'entreprise - Certificat d'étalonnage des moyens de
mesure», Novembre 1995,

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 5/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

- FD X 07-021, Normes fondamentales – Métrologie et applications de la statistique – Aide à la


démarche pour l’estimation et l’utilisation de l’incertitude des mesures et des résultats d’essais,
octobre 1999,
- FD X 07-028, Métrologie – Procédure d’étalonnage et de vérification des thermomètres –
Estimation des incertitudes sur les mesures de température, octobre 2002,
- NF EN ISO 10012, Systèmes de management de la mesure - Exigences pour les processus et
les équipements de mesure, septembre 2003,

ion
- FD X 15-001, Atmosphères normales de conditionnement et/ou d’essai – Spécifications, juin
1997,

ss
- NF X 15-110, Mesure de l'humidité de l’air – Paramètres hygrométriques, juillet 1994,

pre
- FD X 15-111, Mesure de l'humidité de l’air –.Généralités sur les instruments de mesure – Guide
choix et d’utilisation, mai 2004,

'im
- NF X 15-112, Mesure de l'humidité de l'air - Hygromètre à condensation, décembre 1994,
- NF X 15-113, Mesure de l'humidité de l'air - Hygromètre à variation d'impédance, décembre

el
1997, rd
- NF X 15-115, Mesure de l’humidité de l’air – Hygromètre électrolytique – Caractéristiques, avril
2003,
ou

- NF X 15-117, Mesure de l'humidité de l'air - Hygromètre mécanique, juillet 1999.


uj

- NF X 15-118, Mesure de l'humidité de l'air – Psychromètres – Caractéristiques, décembre 1996.


- NF X 15-119, Mesure de l'humidité de l'air – Générateurs d’air humide à solutions salines pour
sa

l’étalonnage des hygromètres , juillet 1999


- FD X 15-120 - Mesure de l’humidité de l’air – Expression des incertitudes – Etudes de cas
de

concrets, janvier 2005,


ali

- Monographie du BNM n°18, Mesure de l’humidité dans les gaz, Bernard Crétinon, Jacques
sv

Mérigoux, septembre 2000,


- Tables de l’air humide, Températures –25 °C à + 100 °C en unités S.I., Bertrand Blanquart,
ion

Bernard Crétinon, édition 2005,


- Document AFNOR, Article II-10-40, Humidité : Méthode et moyens d’étalonnage utilisés en
sit

laboratoires et en milieu industriel, janvier 2006


po

- Bulletin BNM, n°98, Instruments de mesure de l’humidité dans les gaz, S. Scotto d’Apollonia, D.
Boucheron, octobre 1994
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 6/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

3. MODALITE D'APPLICATION

Le présent document est applicable à compter du 01/06/2007.

4. MODIFICATIONS

Ce document est la version initiale. Cette version prend en compte l'évolution des possibilités

ion
d'accréditation et les étalonnages sur site.

ss
5. REEXAMEN

pre
Ce document est réexaminé périodiquement par la section Laboratoires du Cofrac.

'im
6. PORTEE D’ACCREDITATION

el
L’expression de la compétence d’un organisme est décrit dans sa portée d’accréditation, le mode
retenu pour exprimer la portée d'accréditation des laboratoires permet de préciser, par domaine de
rd
compétence technique, le niveau de flexibilité de l’accréditation auquel le laboratoire concerné
postule. Les éléments nécessaires pour l’expression des portées d’accréditation ainsi que les
ou

définitions des niveaux de flexibilité sont décrits dans le document LAB Réf 08.
uj

6.1. Présentation de la portée


Le modèle ci-dessous (cf. tableau 1) permet de décrire explicitement la portée, en tenant compte des
sa

éléments suivants :

− le type d’objet soumis à l’étalonnage (psychromètres, hygromètres à condensation, …),


de

− la grandeur physique mesurée ou le mesurande (exemple : température de rosée, …),


− le domaine de mesure;
ali

− la meilleure incertitude de mesure,


− la méthode d’étalonnage ou référence de la méthode,
sv

− les moyens détalonnage utilisés,


− le lieu de la prestation (en laboratoire fixe ou sur site).
ion

Objet soumis Mesurande Domaine de Meilleure Principe de Moyens Prestation en


à essai ou à mesure incertitude mesure / détalonnage laboratoire (L)
étalonnage Elargie Référence (Equipements; et/ou sur site
sit

de la étalons) (S)
méthode
po
Dis

Tableau 1 : Modèle d’expression de la portée d'accréditation

Notons qu’en humidité relative les incertitudes d’étalonnage sont présentées sous forme d’un tableau
double entrée Température (Ts en °C) / Humidité Relative (H.R. en %). Ces incertitudes sont
exprimées en % H.R. (cf. exemple présenté en tableau n°3)

Au travers des sous-chapitres suivants, la portée d’accréditation sera détaillée plus précisément.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 7/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

ETALONNAGE D'HYGROMETRES EN TEMPERATURE DE ROSEE (TD)

Prestation en
Objet soumis à Domaine de Meilleure incertitude Référence de la Moyens d’étalonnage
Mesurande laboratoire (L)
étalonnage mesure élargie méthode (Equipements, étalons)
et/ou sur site (S)
Dis Etalonnage par
po comparaison à la
sit température de
io ns
rosée (θd) ou de
gelée (θf)


Générateur d’air humide
Multimètre numérique
Hygromètre à Température de
condensation rosée va
- 20 °C à 60 °C 0,2 °C de référence
• Hygromètre à L
lid Méthodes
condensation de

es étudiées et mises
référence

au au point par le
laboratoire
jou
rd
Tableau 2 : Exemple de portée fixe en température de rosée
el
'im
pre
ss
ion

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 8/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

ETALONNAGE D'HYGROMETRES EN HUMIDITE RELATIVE

Moyens
Meilleure Prestation en
Objet soumis à Domaine de Référence de la d’étalonnage
Mesurande incertitude laboratoire (L)
étalonnage mesure méthode (Equipements,
élargie et/ou sur site (S)
étalons)
Dis • Générateur d’air

po De 10 % à
Etalonnage par
comparaison de l’humidité •
humide
Multimètre
Hygromètre à sit < 90 % HR relative à partir d’une numérique
variation
d’impédance
Humidité relative io
à une température
ns
(θ) comprise entre
Cf. tableau
dessous
ci-
détermination ou d’une •
mesure de l’humidité
Hygromètre à
condensation
L

va
10 °C et 70 °C relative
de référence
• Thermomètre de
référence
lid
es
θ (°C) 10 20 30 40
au 50
Uw (% H.R.)
60 70 80 90 100
-20 0,3 0,6 0,8 1,1 1,3 jou 1,6 1,8 2 2,3 2,5
-10 0,3 0,5 0,8 1 1,2 rd
1,4 1,7 1,9 2,1 2,3
0 0,3 0,5 0,7 0,9 1,1 1,3
el 1,5 1,7 1,9 2,1
10
20
0,3
0,3
0,5
0,4
0,7
0,6
0,9
0,8
1
1
1,2
1,1 'im
1,4
1,3
1,6
1,5
1,8
1,6
1,9
1,8
30 0,3 0,4 0,6 0,7 0,9 1,1 pre
1,2 1,4 1,5 1,7
40 0,3 0,4 0,5 0,7 0,8 1 1,1
ss
1,3 1,4 1,6
50
60
0,3
0,3
0,4
0,3
0,5
0,5
0,6
0,6
0,8
0,7
0,9
0,9
1,1
1
1,2
1,1 ion 1,3
1,2
1,5
1,4
70 0,3 0,3 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,2 1,3
80 0,3 0,3 0,4 0,5 0,7 0,8 0,9 1 1,1 1,2
90 0,3 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,1

θ est la température exprimée en °C, Uw est l'humidité relative exprimée en % H.R.


Les valeurs indiquées dans ce tableau sont exprimées en % H.R.

Tableau 3 : exemple de portée fixe en humidité relative

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 9/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.2. Objets soumis à l’étalonnage

Les principaux types d’hygromètres étalonnés sont décrits ci-dessous. Bien entendu, cette liste est
non exhaustive et d’autres hygromètres peuvent faire l’objet d’étalonnages.

6.2.1. Hygromètre à condensation (norme NF X15-112)


Cet hygromètre s’utilise comme référence métrologique (exemple : caractérisation des enceintes
climatiques, étalon secondaire et de transfert, …).

ion
Le principe de mesure d’un hygromètre à condensation repose sur le refroidissement graduel d’un

ss
corps jusqu'à la formation d'un dépôt de rosée (ou de gelée) à sa surface ; on stabilise ensuite le
refroidissement de façon à maintenir un état d'équilibre entre la vapeur contenue dans l'air et le

pre
dépôt de rosée (ou de gelée). Une fois l'équilibre atteint, la température de ce dépôt est par
définition la température de rosée (ou de gelée) de l'air. La figure 1 présente le schéma de principe
d'un hygromètre automatique à condensation.

'im
Amplification

el
rd
Echantillon d’air
ou
uj

Régulation Alimentation
optoélectronique thermo-élément Peltier
sa

15,3

Température du point de rosée


de

Figure 1 : Hygromètre à condensation : schéma de principe


ali
sv
ion
sit
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 10/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.2.2. Hygromètre à variation d’impédance pour la mesure de l’humidité relative


(norme NFX 15-113)

Cet hygromètre est souvent utilisé pour la régulation et la mesure directe de l’humidité relative, les
autres paramètres pouvant être recalculés (point de rosée, …).

On désigne par hygromètre à variation d’impédance les instruments équipés d’un élément sensible
constitué d’une substance hygroscopique dont on mesure les variations de propriété électrique

ion
(résistance ou capacité) en fonction de l’humidité ambiante.
Les corps hygroscopiques ont la propriété de voir leur teneur en eau varier en fonction de
l’humidité relative de l’air avec lequel ils sont en équilibre. La réalisation de capteurs d’humidité

ss
suivant ce principe nécessite la mise en œuvre de substances hygroscopiques pour lesquelles la
courbe de variation des propriétés électriques en fonction de la teneur en eau (et de l’humidité

pre
relative) possède les qualités requises pour un instrument de mesure, à savoir : stabilité dans le
temps, réversibilité, linéarité, etc..
Parmi les hygromètres de ce type (figure 2), on peut distinguer deux familles : les hygromètres

'im
" résistifs " et les hygromètres "capacitifs" dont les principes restent relativement proches.

el
rd
ou
uj
sa
de

Figure 2 : Illustration d’un capteur capacitif


ali
sv
ion
sit
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 11/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.2.3. Psychromètre (norme NFX 15-118)


Cet hygromètre est principalement utilisé pour la mesure de l’humidité relative.

On appelle "psychromètre" un hygromètre constitué de deux thermomètres convenablement


ventilés avec l'air dont on veut mesurer l'humidité. L'élément sensible de l'un des deux
thermomètres est recouvert d'une gaze humidifiée avec de l'eau déminéralisée. L'évaporation de
l'eau dans l'air provoque un refroidissement jusqu'à une valeur d'équilibre appelée " température
humide" .

ion
L'autre thermomètre mesure la température de l'air, appelée par opposition " température sèche" .

On peut citer deux types de psychromètres :

ss
- psychromètre à aspiration mécanique,

pre
- psychromètre à aspiration électronique. (figure 3)

'im
el
rd
ou
uj

Figure 3 : Vue en coupe d’un psychromètre ventilé automatique


sa

6.2.4. Hygromètre à variation d’impédance pour la mesure de la température de


rosée : hygromètre à oxyde métallique
de

Ces hygromètres sont de la même famille que les hygromètres à variation d’impédance mesurant
l’humidité relative, mais ils ont été particulièrement étudiés pour la mesure de la température de
ali

rosée. On les nomme également hygromètres à oxyde métallique.


sv

Par exemple, l’hygromètre à oxyde d’aluminium est un type particulier du capteur capacitif. Le
capteur est constitué d’une plaque d’aluminium anodisé recouvert d’une très mince couche
poreuse d’oxyde d’aluminium. Une très fine couche d’or, également poreuse est déposée sur cette
ion

surface. La base en aluminium et la couche d’or forment les deux électrodes d’un condensateur,
dont le diélectrique est la couche poreuse d’oxyde d’aluminium (figure 4).
sit

Le principe de l’oxydation anodique consiste à électrolyser une solution aqueuse d’acide


sulfurique. L’oxygène créé à la surface de l’électrode en aluminium transforme le métal en oxyde.
po

Celui-ci étant isolant, il se produit une multitude de points de claquage qui donnent une structure
poreuse à la couche.
Dis

Figure 4 – Schéma de principe d’un hygromètre à oxyde d’aluminium

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 12/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.2.5. Hygromètre à cellule électrolytique (Norme NF X 15 115)

Le gaz à analyser circule dans un tube (figure 5) contenant un enroulement de deux électrodes (en
platine ou rhodium) entre lesquelles se trouve une couche d’anhydride phosphorique (P2O5). La
vapeur d’eau contenue dans le gaz est absorbée par l’anhydride phosphorique qui se transforme
en acide phosphorique. Une tension continue appliquée entre les électrodes provoque l’électrolyse
de l’eau avec dégagement d’hydrogène et d’oxygène, et régénération de l’anhydride
phosphorique. La loi de Faraday permet de déterminer la concentration de vapeur d’eau contenue
dans l’air humide, pour un débit volumique d’air donné. Habituellement, le résultat est exprimé en

ion
ppm-volume.

ss
pre
'im
el
Figure 5 – Cellule électrolytique et son circuit gaz
rd
6.2.6. Hygromètre à quartz vibrant
ou

Avec ce type d’instrument, la mesure de l’humidité s’effectue en détectant la variation de la masse


uj

d’eau absorbée par une résine hygroscopique qui revêt un cristal de quartz. Cette variation de
masse entraîne le changement de la fréquence d’oscillation du quartz soumis à un champ
sa

électrique E.
En pratique, la méthode de mesure est la suivante. Le gaz à analyser est réparti sur deux circuits :
un circuit de gaz de référence et un circuit gaz échantillon (figure 6). Chacun de ces circuits oblige
de

le gaz à analyser à passer alternativement à travers un quartz de mesure FM pendant une durée
de 30 secondes. Lorsque l’échantillon « gaz humide » passe à travers ce quartz, le revêtement
ali

hygroscopique de ce dernier se charge d’eau et entraîne une réduction de la fréquence de


vibration F1. Ensuite, le système commute sur le gaz de référence « gaz sec » préalablement
sv

séché et fait ainsi vibrer le quartz à la fréquence F2. Chacune de ces fréquences mémorisées est
comparée à la fréquence F0 d’un quartz de référence, FR, scellé. C’est la différence de ces écarts
(F0-F1 et F0-F2) qui est proportionnelle à la teneur en humidité de l’échantillon.
ion
sit
po
Dis

Figure 6 – Circuit de mesure de l’hygromètre à quartz vibrant.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 13/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.2.7. Autres types d’hygromètres

D’autres types d’hygromètres peuvent être étalonnés. Parmi ceux-ci, citons :

- l'hygromètre mécanique : cet instrument est généralement utilisé comme hygromètre


de contrôle d'environnement ; sa faible reproductibilité (due à son système mécanique)
le rend particulièrement difficile à étalonner autrement que sur son lieu d'utilisation. A
ce titre, une norme spécifique "NF X 15 117" a été rédigée pour pouvoir étalonner ce
type d'hygromètre sur site.

ion
- l'hygromètre à chlorure de lithium : cet instrument permet une mesure directe de la
température de rosée en utilisant les propriétés de l'état d'équilibre du chlorure de

ss
lithium entre la phase liquide et solide.

pre
'im
el
rd
ou
uj
sa
de
ali
sv
ion
sit
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 14/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.2.8. Récapitulatif des conditions limites d’emploi par famille d’hygromètres

Le tableau 4 représente les principaux types d’hygromètres, avec leur limite d’emploi, en
température et en humidité, ainsi que des erreurs de justesse du paramètre mesuré.

Type Principe de Paramètre Domaine Conditions Erreur de


d’hygromètre mesure mesuré usuel limites justesse
d’utilisation d’emploi usuel Paramètre
mesuré

ion
Condensation Mesure de la
température de Td, Tf (K) -90 °C < θd < θ < 100 °C 0,2 °C
ou θd , θf

ss
rosée ou de +100 °C à 0,5 °C
gelée ( °C)

pre
Variation de la
capacité d’un Uw, HR 5 % < Uw < - 30 °C < θ < 1%
diélectrique ( %) 100 % +200 °C à5%

'im
polymère en
fonction de
Variation
l’humidité relative

el
d’impédance
Détection des
variations de Uw, HR 5 % < Uw -30 °C < θ < + 2%
rd
résistivité d’un ( %) <95 % 80 °C à5%
corps
ou

hygroscopique
Psychromètre Mesure de la
température Tw (K) 0 °C < θw < θ > 0 °C 0,2 °C
uj

humide θw ( °C) 90 °C à 1 °C
sa

Oxyde Mesure de la
métallique température de Td, Tf (K) -90 °C < θd < θ < 30 °C 2 °C
rosée ou de ou θd , θf à 3 °C
de

+20 °C
gelée ( °C)
Electrolytique Mesure de 0,010 ppm à -101°C < θ < + 0,5 °C (5 %
ali

ppmv
l’humidité 10 000 ppm 5°C relatif) à
absolue 1°C et plus
sv

-101°C < θd < si


+ 7°C θ <- 80 °C
ion

A quartz Mesure de ppmv 0,020 ppm à - 98°C < θ 0,5 °C


vibrant l’humidité 10 000 ppm (pour –75
absolue °C) à 1°C
sit

-98°C < θd < + au-


7°C dessous
po

où :
Dis

Td , θd : Température de rosée, T, θ : Température


Tw , θ w : Température humide Uw : Humidité relative

Tableau 4 : Erreurs de justesse annoncées par les constructeurs sur les paramètres mesurés pour
quelques modèles d’hygromètres

Certains de ces hygromètres associés à une mesure de température et de pression peuvent être
utilisés afin de déterminer d’autres paramètres (ex : rapport de mélange, humidité absolue,
température de rosée, pression partielle de vapeur d’eau, etc…). Leur erreur de justesse varie
selon les valeurs d’humidité/température et parfois de la pression. (cf. coefficient de sensibilité
présenté en §6.6.3. et NFX 15-120)

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 15/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.3. Définition des mesurandes

En humidité, les principales grandeurs utiles sont décrites ci-dessous.

6.3.1. Température de rosée (Td) ou (θd) et température de gelée (Tf) ou (θf)

Il s’agit de la température à laquelle la pression de vapeur saturante est égale à la pression de

ion
vapeur dans l’air humide. Cette température, caractérisée par cet état de saturation, est appelée
température de rosée lorsque celle-ci est supérieure à 0°C ou température de gelée lorsqu’elle est

ss
inférieure à 0°C.
Celle-ci s’exprime en degré Celsius.

pre
6.3.2. Humidité relative de l’air humide (U, hr ou rh)

'im
L’humidité relative est définie comme le rapport entre la pression de vapeur partielle de vapeur
d’eau e’ et la pression de vapeur saturante d’un air humide saturé à la même pression et à la

el
même température. Ainsi, on peut définir : rd
• l’humidité relative par rapport à l’eau (Uw) :
ou

e' w (p,Td )
U w = 100. (1)
e' w (p,T)
uj
sa

• l’humidité relative par rapport à la glace (Ui) :

e' i (p,Td )
de

U i = 100. (2)
e' i (p,T)
pour T < 273,15 K
ali

Celle-ci s’exprime en % H.R.


sv

6.3.3. Température humide (Tw) ou (θw)


ion

La température humide est définie comme la température d’équilibre d’une masse d’eau
s’évaporant dans l’air humide, dans le cas où la chaleur nécessaire à l’évaporation n’est prélevée
sit

que sur l’air humide.


En pratique, c’est la température indiquée par le thermomètre humide d’un psychromètre à
po

aspiration fonctionnant de manière idéale.


Celle ci s’exprime en degré Celsius.
Dis

6.3.4. Température (T) ou (θ)

La température (appelée couramment température sèche) est définie par la température de l’air,
mesurée par un thermomètre. Celle ci s’exprime en degré Celsius.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 16/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.3.5. Pression totale p

Dans un mélange de gaz parfaits, la pression totale est la somme des pressions partielles des
constituants du mélange (relation de DALTON). En considérant l’air humide comme le mélange
d’air sec et de vapeur d’eau, et en supposant que ces deux gaz suivent le comportement d’un
gaz parfait, on peut écrire que la pression totale de l’air humide (p) est la somme de la pression
partielle de la vapeur d’eau (e’) et de la pression partielle de l’air sec (pa) :

ion
p = p a + e'

ss
6.3.6. Fraction molaire

pre
La fraction molaire d'un des constituants d'un mélange de gaz est définie comme le rapport de la
quantité de matière de ce constituant présent dans le mélange à la quantité de matière du
mélange. En supposant que celui-ci contienne k constituants et si mi représente la masse du

'im
i-ème constituant de masse molaire Mi, la quantité de matière ni du constituant d'indice i présent
mi

el
dans le mélange est le rapport M . Ainsi, la fraction molaire du constituant d'indice j, se
i
détermine suivant
rd
mj
ou

M
xj = k j
mi
uj

∑i =1 M i
sa
de

Et, si l'on assimile chaque constituant du mélange à un gaz parfait, la pression partielle pj de ce
constituant d'indice j se déduit de la relation
ali

mj
p jV = RT = n j RT
sv

Mj
ion

6.3.7. Fraction molaire et pression partielle de la vapeur d'eau


mv
sit

Dans le cas du mélange contenant une quantité de matière n v = mole de vapeur d'eau et
Mv
po

mair
une quantité de matière n air = mole d’air, la fraction molaire xv de la vapeur d'eau est le
M air
Dis

rapport

nv
xv =
nv + nair

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 17/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

Soit e’ la pression partielle de la vapeur d'eau contenue dans le mélange, pair sa pression d'air et p
la pression totale ; en considérant que le mélange aux basses pressions, satisfait à l'équation des gaz
parfaits et à la loi de Dalton sur les pressions partielles, on en déduit la fraction molaire de la
vapeur d'eau :

e'
xv =
e'+ pair

ion
et la pression partielle de l'eau dans ce mélange binaire : e' = x v . p

ss
La fraction molaire est le titre molaire en eau du mélange ou teneur en eau du mélange gazeux.
Dans la pratique, le taux du titre ou de la teneur s'exprime en pourcentages, % volume, % masse,

pre
% mole, ou en millionième par l'abréviation ppm (parties par million). Dans ce dernier cas, pour
éviter toute ambiguïté on parle de: ppm- volume, ppm-masse, ppm-mole.
Lorsque l'on exprime la teneur en eau du mélange donnée en parties par million de volume (ppm-

'im
volume) les conditions de température et de pression pour lesquelles cette teneur est calculée
seront de 20 oC et de 1, 01325 105 pascal.

el
En exemple, la fraction molaire (ou le titre molaire) donnée par la relation ci-dessus, est traduite
en parties par millions suivant
rd
e' 6
ou

x v ( ppmmole ) = .10
P
uj

Cette fraction molaire (ou titre molaire, teneur, ..) nous permet d’accéder à Td à partir de la
connaissance de la pression de vapeur saturante e’ .
sa

6.3.8. Détermination des paramètres hygrométriques en fonction de la nature des


paramètres mesurés
de

• à partir de l’utilisation d’un hygromètre électrolytique :


ali
sv

Pression partielle de
Concentration vapeur d’eau Température
volumique e' de rosée θd
ppmv
ion
sit

Pression P
po

• à partir de l’utilisation d’un hygromètre à condensation :


Dis

Pression de vapeur
Température Humidité
saturante à θ
θ relative U
e'w (p, θ)

Pression partielle de
Température vapeur d’eau
de rosée θd e'

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 18/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

• à partir de l’utilisation d’un psychromètre

Pression de vapeur
Température Humidité
saturante à θ
θ relative U
e'w (p, θ)

Température Pression de vapeur Pression partielle de


humide θw Température
saturante à θw vapeur d’eau
e' de rosée θd
e'w (p, θw)

ion
Température

ss
humide θw θ - θw

pre
Pression
P

'im
el
• à partir de l’utilisation d’un hygromètre à variation d’impédance
rd
Humidité
relative U
ou
uj

Température Pression de vapeur Pression partielle de


θ Température
saturante à θ vapeur d’eau
sa

e' de rosée θd
e'w (p, θ)
de

Légende
ali
sv

Paramètre calculé
ion
sit

Paramètre mesuré
po
Dis

Paramètre dont la connaissance est nécessaire pour aboutir au


paramètre souhaité

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 19/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.4. Définition des méthodes d’étalonnage

La documentation technique relative à une demande initiale ou une demande d’extension majeure
d’accréditation en hygrométrie comporte un chapitre "domaines d'étalonnage" dans lequel sont
décrites les différentes méthodes d’étalonnage mises en oeuvre par les laboratoires.
Une méthode d’étalonnage est définie par un principe physique. La documentation
technique fait donc référence à chacun de ces principes associés aux moyens techniques
utilisés.

ion
Chaque méthode de mesure sera détaillée de manière explicite (par exemple, modes opératoires,
schémas, estimation de l’incertitude avec la justification de chaque composante, …)

ss
Exemple de méthode de mesure :

pre
- Etalonnage d’un hygromètre mesurant ou déterminant la température de rosée (à
condensation, oxyde métallique, électrolytique, psychromètre, … ) par comparaison à un
hygromètre à condensation de référence,

'im
- Etalonnage d’un hygromètre mesurant ou déterminant l’humidité relative (à condensation,
psychromètre, variation d’impédance, mécanique… ) par comparaison à un hygromètre à

el
condensation de référence associé à un thermomètre de référence,
- Etalonnage d’un hygromètre mesurant ou déterminant l’humidité relative (à condensation,
rd
psychromètre, variation d’impédance, mécanique… ) par comparaison à un hygromètre à
variation d’impédance de référence.
- Etalonnage d’un hygromètre mesurant la fraction molaire (Quartz vibrant ) par
ou

comparaison à un hygromètre à condensation de référence


uj

Les laboratoires accrédités en essais/analyses réalisant leur propre métrologie en interne peuvent
suivre les principes décrits dans ce chapitre.
sa

6.5. Définition des moyens d’étalonnage


de
ali

Pour effectuer les étalonnages et les vérifications d’hygromètres dans les laboratoires, il existe
plusieurs types d’installations dont les principaux utilisés sont :
sv

- le générateur à mélange,
- le générateur à deux températures,
ion

- le générateur à deux pressions,


- le générateur à recirculation,
sit

- les solutions salines,


- les enceintes climatiques,

po

Ces moyens d’étalonnage peuvent être associés aux étalons de référence suivants:
Dis

- hygromètre à condensation,
- hygromètre à variation d’impédance,
- psychromètres
- …

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 20/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.1. Le générateur à mélange

Cette méthode consiste à mélanger un gaz ou de l’air sec à un gaz ou de l’air saturé à une
température connue dans des proportions définies en agissant sur les débits (cf. figure 7).
Les températures de rosée (ou de gelée) du mélange peuvent être réglées entre celle du gaz ou
de l’air sec et la température du saturateur.
N.B. : La température de gelée de ce gaz ou air sec est très inférieure au domaine de température
de gelée du mélange généré.

ion
Ce type de générateur est particulièrement bien adapté aux hygromètres nécessitant une légère
surpression par rapport à la pression atmosphérique. (Hygromètres électrolytiques et à quartz

ss
vibrant)
Deux technologies de générateurs existent, définissant des domaines de mesure sensiblement

pre
différents selon l’objet soumis à étalonnage :
- faibles température de rosée concernant l’étalonnage d’hygromètres à oxyde métallique,

'im
- ou températures proches de la température ambiante concernant l’étalonnage
d’hygromètres à variation d’impédance.

el
rd
D2
Sa tura teur P 2, T 2
Rép a rtition
ou

Air en 2 d éb its Cha m b re P3


P1 Méla ng e
Dessic a teurs
Td1 D1 d ’ essa i Td2
Ba in therm osta té
uj
sa

Figure 7 : schéma de principe d’un générateur à mélange


de

6.5.1.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en température


de rosée ou de gelée
ali

Le générateur à mélange est surtout utilisé pour vérifier les hygromètres mesurant les faibles
températures de gelée (hygromètres à oxyde métallique ou équivalents).
sv

Le domaine de fonctionnement usuel d’un générateur à mélange est :


ion

- 100 °C < θd ou θf < (θ - 10 °C) où :


θd : Température de rosée,
sit

θf : Température de gelée,
θ: Température ambiante.
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 21/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.1.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en humidité


relative

Le principe du générateur à mélange est aussi utilisé pour étalonner ou vérifier les hygromètres à
variation d’impédance (capacitif, résistif) mesurant l’humidité relative. Ils sont conçus pour
fonctionner :

- à la température ambiante θ d’un local d’essai régulé en température; ils peuvent


éventuellement être placés dans une enceinte thermostatique pour fonctionner à des

ion
températures autres que l’ambiante (entre 10 °C et 40 °C) ;
- avec une chambre, où sont installés les capteurs en étalonnage, régulée en température θ
entre 0 °C et 60 °C, selon les modèles.

ss
Le domaine de fonctionnement usuel d’un générateur à mélange conçu pour l'étalonnage des

pre
hygromètres à variation d'impédance est :
5 % à 10 % < Uw < 90 % à 95 %

'im
0 °C à 15 °C < θ < 40 °C à 60 °C
où : Uw: humidité relative
θ: Température dans la chambre d’étalonnage.

6.5.2. Le générateur à deux pressions


el
rd
La méthode consiste à saturer de l’air à une pression p1 et à une température T, puis à le
ou

détendre, à température constante, à une pression p2, pour obtenir dans la chambre d’essai
l’humidité recherchée (température de rosée ou humidité relative, selon le type d’utilisation du
uj

générateur) (cf. figure 8).


On détermine la teneur en humidité de l’air fourni par le générateur par un calcul tenant compte du
sa

rapport des pressions et des températures régnant respectivement dans le saturateur et dans la
chambre d’essai.
de
ali

Air Sa tura teur Cha m b re


sv

P1 Détente d ’ essa i
P2

Ba in therm osta té
ion

Figure 8 Schéma d’un générateur à deux pressions


sit

La température dans la chambre d’essais est parfaitement homogène et très proche de celle du
po

saturateur ; dans le cas où il y a une différence de température, une correction est appliquée pour
le calcul de l’humidité relative.
Dis

La principale caractéristique de ce générateur est son faible temps de réponse à température


constante ; en effet, il permet de passer d’un point d’étalonnage à un autre par un simple
changement de réglage de la vanne de détente, sans modification de la température du bain. Pour
une utilisation à différentes températures, son temps de réponse dépend de celui du bain
thermostaté.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 22/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.2.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en température


de rosée ou de gelée

-70 °C < θd < +80 °C


Ce type de générateur est bien adapté aux hygromètres nécessitant une légère surpression par
rapport à la pression atmosphérique. (Hygromètres électrolytiques et à quartz vibrant)

6.5.2.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en humidité


relative

ion
5 % < Uw < 95 %
0 °C < θ < + 90 °C

ss
Où : Uw: humidité relative

pre
θ: Température ambiante.

'im
6.5.3. Le générateur à deux températures à circuit ouvert

el
Ce type de générateur est surtout utilisé pour l’obtention de différentes valeurs d’humidité relative,
à pression constante. Son principal inconvénient est le temps de réponse relativement élevé lors
rd
des changements de température, et également la nécessité de maintenir l’eau dans le saturateur
à niveau constant.
ou

T1 T2
uj

Air Cha m b re
Sa tura teur
sa

d ’ essa i

Ba in therm osta té Ba in therm osta té


de

Figure 9: Générateur à 2 températures à circuit ouvert


L’air saturé à une température donnée T1 est réchauffé à une température T2 déterminée de façon
à obtenir l’humidité relative recherchée (cf. figure 9).
ali

En raison des pertes de charge, la pression dans le saturateur est légèrement supérieure à la
sv

pression dans la chambre d’essai.

6.5.3.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en température


ion

de rosée ou de gelée
Le domaine de mesure en température de rosée d’un générateur à deux températures est
sit

généralement compris entre -30 °C et + 90 °C.


po

6.5.3.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en humidité


relative
Dis

5 % < Uw < 95 %
0 °C < θ < + 90 °C

Où : Uw: humidité relative


θ: Température ambiante.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 23/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.4. Le générateur à re-circulation

Il s’agit d’un générateur d’air humide fonctionnant en circuit fermé (figure 10) dont l’élément
principal est un saturateur, contenant de l’eau déminéralisée et maintenue à une température T1,
réglable au moyen d’un bain thermostaté.

A la sortie du saturateur, l’air humide peut pénétrer :

– soit dans la chambre de mesure des hygromètres à étalonner, dans le cas des

ion
hygromètres possédant leur propre chambre de mesure (condensation, oxyde
d’aluminium, électrolytique …),
– soit dans la chambre d’essai maintenue par un bain thermostaté ou une enceinte

ss
thermostatique à une température T2, supérieure à celle du saturateur et
correspondant aux conditions d’utilisation des capteurs (cas des hygromètres à

pre
variation d’impédance mesurant l’humidité relative).

L’air humide retourne ensuite vers le saturateur au moyen d’une pompe à air.

'im
Lorsque l’équilibre est atteint dans le circuit, la pression partielle de la vapeur d’eau dans le
saturateur est égale à la pression de vapeur saturante à la température T1 de la surface de l’eau.

el
La pression partielle évolue dans le circuit en fonction des variations de la pression totale dues aux
pertes de charge, mais le rapport de mélange reste constant. La mesure de la température T1
rd
correspond à la température de rosée de référence.
ou
uj
sa
de
ali
sv
ion

Figure 10 : Schéma de principe du générateur à recirculation du CETIAT (référence nationale)


sit

6.5.4.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en température


de rosée ou de gelée
po

Le domaine de mesure en température de rosée d’un générateur à recirculation est généralement


compris entre -75 °C et + 90 °C.
Dis

6.5.4.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en humidité


relative

5 % < Uw < 95 %
-40°C < θ < + 100 °C

Où : Uw: humidité relative


θ: Température ambiante autour du capteur.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 24/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.5. Les solutions salines (NF X 15-119)

6.5.5.1. Les solutions salines saturées

Lorsque dans un système chimique à deux constituants, par exemple de l'eau et un sel, on réalise
l'équilibre entre les trois phases, sel solide - solution liquide - vapeur d'eau (on a alors affaire à une
solution saline saturée), cet équilibre est dit « mono variant », c'est à dire que la pression partielle

ion
de la vapeur d'eau au-dessus de la surface du liquide ne dépend théoriquement que de la
température.
Cette pression partielle est inférieure à celle qui correspond à l'équilibre entre l’eau pure et sa

ss
vapeur, et dépend du sel utilisé. L'une des caractéristiques des solutions salines est que l'humidité
relative ainsi générée ne varie que faiblement avec la température.

pre
La méthode d’étalonnage des hygromètres avec des solutions salines est présentée dans la
norme NF X 15-119. (cf. figure n°11).

'im
el
rd
ou
uj
sa
de

Figure 11 : Exemple de montage avec hygromètre de référence


ali
sv

6.5.5.1.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en


température de rosée ou de gelée
ion

Cette méthode est rarement utilisée pour l’étalonnage des hygromètres en température de rosée.
sit

6.5.5.1.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en


po

humidité relative
Dis

5 % < Uw < 95 %
5 °C < θ < + 80 °C

Où : Uw: humidité relative


θ: Température de la solution.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 25/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.5.2. Les solutions salines diluées

Le principe de fonctionnement des solutions salines diluées repose sur le fait que des quantités
précises de sel (généralement du chlorure de lithium), diluées dans de l’eau pure, permettent
d’obtenir des valeurs entières d’humidité relative (par exemple, 20%, 30%, 50%,60%, 80% H.R.)
pour l’étalonnage des hygromètres à variation d’impédance.
Concernant l’étalonnage d’hygromètres à variation d’impédance, la norme NF X 15-119 préconise
l’utilisation d’un hygromètre à variation d’impédance raccordé à la chaîne nationale comme
référence d’humidité relative, la solution n’ayant plus qu’un rôle de générateur d’air humide.

ion
6.5.5.2.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en

ss
température de rosée ou de gelée

pre
Cette méthode est rarement utilisée pour l’étalonnage des hygromètres en température de rosée.

6.5.5.2.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en

'im
humidité relative

el
5 % < Uw < 80 %
10 °C < θ < + 80 °C
rd
Où : Uw: humidité relative
θ: Température de la solution.
ou

6.5.6. Enceintes climatiques


uj
sa

Dans le cadre de l’utilisation d’une enceinte climatique comme générateur d’air humide (cf. figure
12) pour l’étalonnage des hygromètres (variation d’impédance, à condensation, psychromètre,...),
un espace de travail où sont placés les capteurs de référence (température, hygrométrie) et les
de

hygromètres à étalonner est défini, dans lequel on détermine :


- l’homogénéité et la stabilité de la température ;
ali

- la stabilité de l’air humide généré dans l’espace de travail , au niveau des capteurs
étalonnés.
sv

Les mesures suivantes sont réalisées :


ion

- température de référence, au niveau des capteurs étalonnés ;


- hygrométrie de référence dans l’espace de travail (température de rosée).
sit

Ce type d’installation est particulièrement bien adapté pour l’étalonnage de capteurs autonomes
po

(type mouchard) qui ne peuvent être raccordés sur les chambres d’essai par traversée de paroi.
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 26/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.5.6.1. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en température


de rosée ou de gelée

Pour l’étalonnage d’hygromètres à condensation et de psychromètres :

5 °C < θd < +90 °C

Eventuellement des températures de rosée inférieures à 5 °C (jusqu’à – 20 °C) peuvent être


atteintes pour les générateurs équipés d’un sécheur d’air.

ion
Où : θd : Température de rosée

ss
6.5.6.2. Domaine de mesure pour des étalonnages d’hygromètres en humidité

pre
relative

Pour l’étalonnage de psychromètres et d’hygromètres à variation d’impédance :

'im
5 % à 10 % < Uw < 90 % à 95 %
10 °C < θ < + 90 °C

Où : Uw: humidité relative


el
rd
θ: Température ambiante autour du capteur
ou
uj
sa
de
ali
sv
ion
sit

Figure 12 : Schéma de principe d’un banc d'étalonnage type « enceinte climatique »


po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 27/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.6. Estimation des incertitudes de mesure

Ce chapitre concernant l’estimation des incertitudes s'inspire du "Guide pour l'expression de


l'incertitude de mesure" (Guide ISO ou Norme fondamentale NF ENV 13005 dite « GUM »), du
document FDX-07-028, et de la norme FDX 15-120. Elle n'exclut pas l'application formelle desdits
documents de référence. De la même manière, les laboratoires peuvent adopter la démarche
présentée dans le document EA 4-02 et ses compléments (exemples). Dans l'annexe 1 de ce
document, des exemples d’exploitation et de présentation des estimations d’incertitude en
hygrométrie sont présentés.

ion
6.6.1. Règles générales

ss
Un résultat de mesure est accompagné de l’unité et de l’incertitude de mesure, qui indique le

pre
degré de connaissance de la grandeur mesurée.

Les incertitudes proviennent de l’identification et la quantification de l’ensemble des facteurs

'im
susceptibles d’influencer le résultat de mesure. (cf. §9.2 du LAB REF 02)

6.6.2. Estimation de l’incertitude en température de rosée et en humidité relative

el
La démarche d’estimation de l’incertitude en humidité relative est explicitée dans la norme FD X15-
rd
120. Les cas concrets les plus couramment utilisés y sont présentés, sous forme d’application
numérique.
ou

NB : Concernant les paramètres associés, le laboratoire pourra se référer au Guides Techniques


d’Accréditation en température (LAB GTA 08) et pression (LAB GTA 11).
uj

6.6.3. Détermination de l’incertitude en humidité relative à partir d’une mesure de


température de rosée et de température – Coefficient de sensibilité
sa

L’humidité relative peut être mesurée directement (avec un hygromètre à variation d’impédance,
de

par exemple) ou calculée à partir d'autres paramètres. Les plus courants sont la température et la
température de rosée.
Dans le premier cas, les incertitudes de mesure peuvent être obtenues à partir de la connaissance
ali

de l’instrument utilisé et des conditions de mesure (environnement, méthode de mesure, etc… cf.
§ 6.6.1).
sv

Dans le second cas, les incertitudes de mesure peuvent être estimées à partir de la relation de
calcul de l’humidité relative (relations (1) et (2), cf. §6.3.2) et des incertitudes sur les mesures de
ion

température et de température de rosée.


La pression de vapeur d’eau en fonction de la température est donnée par les relations suivantes,
selon que l’équilibre entre la vapeur et la phase condensée est au-dessus d’une surface d’eau
sit

liquide ou de glace :
po

− Eau liquide
Sur la plage de température de 173,15 à 373,15 K, la pression de vapeur en phase pure
Dis

au-dessus de l’eau liquide ew en fonction de la température T (en K) est donnée par la formule de
Wexler modifiée par Sonntag, à partir de l’EIT 90 :
- 6096 ,9385
ln (ew ) = + 21,2409642 - 2 ,711193 ⋅ 10 − 2 ⋅ T + 1,673952 ⋅ 10 −5 ⋅ T 2 + 2 ,433502 ⋅ ln (T) (3)
T

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 28/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

− Glace
Sur la plage de température de 173,15 à 273,15 K, la pression de vapeur en phase pure
au-dessus de la glace ei en fonction de la température T (en K) est donnée par la formule de
Wexler modifiée par Sonntag, à partir de l’EIT 90 :

- 6024,5282
ln (ei ) = + 29,32707 + 1,0613868 ⋅ 10 − 2 ⋅ T -1,3198825 ⋅ 10 −5 ⋅ T 2 - 0,49382577 ⋅ ln (T) (4)
T

Les relations (1) et (2) font intervenir les formules de pression de vapeur (relations (3) et (4)),

ion
formules qui comprennent des termes polynomiaux, des termes exponentiels et des termes
logarithmiques.

ss
La loi de propagation des incertitudes est définie ci-dessous.

pre
Soit une grandeur y = f(xi), la variance composée de cette grandeur est :
2
n
 ∂f  2 n-1 n
∂f ∂f
uc2 (y) = ∑   u (xi ) + 2 ∑∑ (
u xi ,x j )

'im
i =1  ∂xi  i=1 j=i ∂xi ∂x j

el
où les termes u2(xi) sont les variances associées à xi
∂f
rd
sont les coefficients de sensibilité de f par rapport à xi.
∂xi
u(xi, xj) sont les covariances associées aux xi, xj.
ou

L’évaluation des covariances est relativement complexe. Dans de nombreux cas, le fait de
supposer les covariances nulles majore légèrement l’incertitude sur le résultat. De ce fait, la
uj

formule de propagation se simplifie en :


2
n
 ∂f  2
sa

u c2 (y) = ∑   u (xi ) (5)


i =1  ∂xi 
de

L’application de cette loi de propagation des incertitudes (5) nécessite de calculer les dérivées
ali

partielles de ces formules pour obtenir les coefficients de sensibilité, indispensables à l’estimation
de l’incertitude sur l’humidité relative.
sv

En raison de l’allure des courbes de pression de vapeur, les coefficients de sensibilité dépendent
des conditions de température et de température de rosée, de sorte que la détermination de ces
coefficients de sensibilité soit effectuée pour chaque couple {température ; température de rosée}.
ion

L’objet de ce paragraphe est de présenter une méthode de calcul rapide des coefficients de
sensibilité, en introduisant une formule générique de calcul de l’incertitude de l’humidité relative,
sit

s’appuyant sur un coefficient α donné sous forme d’abaque (figure 13) et de tableaux (tableaux
n°5 et n°6). Cette méthode permet à l'utilisateur d'éviter le calcul fastidieux des coefficients de
po

sensibilité.
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 29/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.6.3.1. Définition du coefficient α


L’humidité relative peut être déterminée à partir de la température de rosée et de la température,
en utilisant la relation suivante :
e' w (p,Td )
U w = 100. (6)
e' w (p,T)
Lorsque l’on détermine l’humidité relative à l’aide de mesures de la température et de la
température de rosée, il est nécessaire d’estimer l’incertitude associée à l’humidité relative en
fonction des incertitudes associées aux mesures de température et de température de rosée, en
appliquant la loi de propagation des incertitudes à la relation (6) [NF ENV 13005].

ion
En considérant que les mesures de la température et de la température de rosée ne sont pas
corrélées, les covariances sont nulles et la relation de propagation de l’incertitude se met sous la
forme suivante :

ss
2 2
2  ∂U  2  ∂U  2
u c (U w ) =  w  ⋅ uc (Td ) +  w  ⋅ u c (T ) (7)

pre
∂T
 d  ∂T 

• u c (U w ) est l’incertitude type composée de l’humidité relative Uw

'im
• uc (Td ) est l’incertitude type composée de la température de rosée Td
• uc (T ) est l’incertitude type composée de la température T

el
Pour des pressions proches de la pression atmosphérique, le rapport des facteurs d’augmentation
rd
est proche de 1. La relation (6) peut se simplifier :
ou
ew (Td )
U w = 100 ⋅ (8)
ew (T)
uj

Avec cette hypothèse, les coefficients de sensibilité sont les suivants :


sa

∂U w ∂  ew (Td )  ∂U w ∂  e w (Td ) 
= 100 ⋅  et = 100 ⋅  (9)
∂Td ∂Td  ew (T)  ∂T ∂T  e w (T ) 
de

Après développement, ces relations peuvent se mettre sous la forme suivante :


ali

∂U w ∂U w
= α(Td ) ⋅ U w et = α(T) ⋅ U w (10)
∂T d ∂T
sv

où α est une fonction dont la valeur est calculée à la valeur de la température de rosée dans le
premier cas et à la valeur de la température dans le second cas.
ion

L’incertitude-type composée uc(Uw) est alors donnée par la relation suivante :


sit

2 2
u c (U w ) = U w ⋅ α 2(Td ) ⋅ u c (Td ) + α 2(T) ⋅ u c (T) (11)
Avec un facteur d’élargissement k = 2, l’incertitude élargie est Uc(Uw )
po

2 2
U c (U w ) = 2 ⋅ u c (U w ) = 2 ⋅ U w ⋅ α 2(Td ) ⋅ u c (Td ) + α 2(T) ⋅ u c (T) (12)
Dis

Utilisation du coefficient α
La détermination de l’incertitude associée à l’humidité relative, lorsque celle-ci est calculée à partir
de la température et de la température de rosée, suit la méthode suivante :
- Calcul de l’humidité relative Uw
- Détermination de l’incertitude-type associée à la température uc(T)
- Détermination de l’incertitude-type associée à la température de rosée uc(Td)
- Lecture sur l’abaque (figure 13) ou dans le tableau (tableaux n°5 et n°6) de la valeur de α(T)
- Lecture sur l’abaque (figure 13) ou dans le tableau (tableaux n°5 et n°6) de la valeur de α(Td)
- Application de la formule (12) ci-dessus.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 30/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.6.3.2. Détermination des valeurs du coefficient α

Les valeurs du coefficient α données dans les tableaux n°5 et 6, pour l’eau liquide d’une part et
pour la glace d’autre part, sont calculées d’après les formules suivantes :

• Eau liquide
Sur la plage de température de 173,15 à 373,15 K, la pression de vapeur en phase pure
au-dessus de l’eau liquide ew en fonction de la température T (en K) est donnée par la formule (3).
Le coefficient α pour l’eau liquide est alors donné par la relation ci-dessous :

ion
 6096,9385 2,433502 
α (T ) =  − 2,711193.10 − 2 + 2 × 1,673952.10 − 5 ⋅ T + (13)
 
 T2 T 

ss
• Glace
Sur la plage de température de 173,15 à 273,15 K, la pression de vapeur en phase pure

pre
au-dessus de la glace ei en fonction de la température T (en K) est donnée par la formule (4). Le
coefficient α pour la glace est alors donné par la relation ci-dessous :
 6024,5282 0,49382577 
+ 0,010613868 − 2 × 1,3198825.10 − 5 ⋅ T −

'im
α (T ) =  (14)
 2 T 
 T 

el
6.6.3.3. Valeurs de α rd
La fonction α = f(T) est représentée sur la courbe ci-dessous :
ou

0,14
0,13
uj

0,12
0,11
sa

0,1
Glace
0,09
Coefficient α

de

0,08
0,07
ali

0,06
0,05
sv

0,04
Eau liquide
0,03
ion

0,02
0,01
sit

0
-60 -50 -40 -30 -20 -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
po

Température (°C)
Dis

Figure 13 – Fonction α = f(T)

Les tableaux 5 et 6 se lisent de la manière suivante : pour déterminer la valeur de α à une


température donnée, il faut repérer la case correspondant à cette température, obtenue en
ajoutant les valeurs de température figurant dans la 1ère colonne et dans la 1ère ligne.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 31/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

Tableau 5- Valeurs de α pour l'eau liquide


θ (°C) +0 +1 +2 +3 +4 +5 +6 +7 +8 +9
-100 0,196 0,194 0,191 0,189 0,187 0,185 0,182 0,180 0,178 0,176
-90 0,174 0,172 0,170 0,168 0,166 0,164 0,162 0,161 0,159 0,157
-80 0,155 0,154 0,152 0,150 0,149 0,147 0,145 0,144 0,142 0,141
-70 0,139 0,138 0,136 0,135 0,134 0,132 0,131 0,130 0,128 0,127
-60 0,126 0,124 0,123 0,122 0,121 0,119 0,118 0,117 0,116 0,115

ion
-50 0,114 0,113 0,111 0,110 0,109 0,108 0,107 0,106 0,105 0,104
-40 0,103 0,102 0,101 0,100 0,099 0,099 0,098 0,097 0,096 0,095

ss
-30 0,094 0,093 0,092 0,092 0,091 0,090 0,089 0,088 0,088 0,087

pre
-20 0,086 0,085 0,085 0,084 0,083 0,082 0,082 0,081 0,080 0,080
-10 0,079 0,078 0,078 0,077 0,076 0,076 0,075 0,074 0,074 0,073

'im
0 0,073 0,072 0,071 0,071 0,070 0,070 0,069 0,069 0,068 0,068
10 0,067 0,066 0,066 0,065 0,065 0,064 0,064 0,063 0,063 0,062
20 0,062 0,061 0,061 0,061 0,060
el
0,060 0,059 0,059 0,058 0,058
rd
30 0,057 0,057 0,057 0,056 0,056 0,055 0,055 0,054 0,054 0,054
40 0,053 0,053 0,053 0,052 0,052 0,051 0,051 0,051 0,050 0,050
ou

50 0,050 0,049 0,049 0,049 0,048 0,048 0,048 0,047 0,047 0,047
uj

60 0,046 0,046 0,046 0,045 0,045 0,045 0,044 0,044 0,044 0,044
sa

70 0,043 0,043 0,043 0,042 0,042 0,042 0,042 0,041 0,041 0,041
80 0,040 0,040 0,040 0,040 0,039 0,039 0,039 0,039 0,038 0,038
de

90 0,038 0,038 0,037 0,037 0,037 0,037 0,037 0,036 0,036 0,036
ali

Tableau 6 - Valeurs de α pour la glace


θ (°C) +0 +1 +2 +3 +4 +5 +6 +7 +8 +9
sv

-100 0,204 0,202 0,200 0,197 0,195 0,193 0,191 0,189 0,187 0,185
ion

-90 0,183 0,181 0,179 0,177 0,175 0,173 0,171 0,170 0,168 0,166
-80 0,164 0,163 0,161 0,160 0,158 0,156 0,155 0,153 0,152 0,150
sit

-70 0,149 0,147 0,146 0,145 0,143 0,142 0,140 0,139 0,138 0,137
-60 0,135 0,134 0,133 0,132 0,130 0,129 0,128 0,127 0,126 0,125
po

-50 0,123 0,122 0,121 0,120 0,119 0,118 0,117 0,116 0,115 0,114
Dis

-40 0,113 0,112 0,111 0,110 0,109 0,108 0,108 0,107 0,106 0,105
-30 0,104 0,103 0,102 0,102 0,101 0,100 0,099 0,098 0,098 0,097
-20 0,096 0,095 0,094 0,094 0,093 0,092 0,092 0,091 0,090 0,089
-10 0,089 0,088 0,087 0,087 0,086 0,085 0,085 0,084 0,084 0,083

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 32/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

Exemple :

Mesures de la température et de la température de rosée, calcul de l'humidité relative avec des


instruments dont on a déterminé l'incertitude de mesure.

a/ Conditions de l'enceinte climatique à caractériser ou vérifier :

- θ = 25,0 °C ± 0,2 °C (k=2)


- θd = 13,86 °C ± 0,2 °C (k=2)

ion
b/ Humidité relative calculée

ew(θ d ) 1585

ss
U w = 100 ⋅ = 100 ⋅ = 50,0%
ew(θ) 3170

pre
c/ Détermination de α à partir des incertitudes de θd et θ

'im
U c (U w ) = 2 ⋅ U w ⋅ α w,i (θ d ) ⋅ u c (θ d ) + α w,i (θ ) ⋅ u c (θ )
2 2 2 2

0,14

el
0,13
0,12
Glace
rd
0,11
0,1
ou

0,09
Valeur de α

0,08
Eau liquide
uj

0,07
α w (Td ) = 0,065
0,06
sa

0,05
0,04
0,03
de

0,02
0,01
ali

0
-60 -50 -40 -30 -20 -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Température (°C)
sv

U c (U w ) = 2 ⋅ 50,0 ⋅ 0,0652 × 0,12 + 0,060 2 × 0,12 = 0,9%


ion

6.6.4. Détermination des meilleures incertitudes d’étalonnage


sit

Les incertitudes sont estimées par l'utilisation des données numériques provenant des instruments
po

étalons ou d'instruments en possession du laboratoire. Cela permet d'obtenir les meilleures


possibilités d'étalonnage des laboratoires.
Dis

Lorsque les meilleures possibilités d’étalonnage ne peuvent pas être réalisées (géométrie du capteur
client,...), le laboratoire peut "dégrader" les incertitudes (de la portée d’accréditation) sans que ceci
soit considéré comme de l’adaptation de méthode. Il est recommandé que la procédure utilisée, en
interne, pour "dégrader" ces incertitudes, soit intégrée à la documentation technique.

L'instrument utilisé pour définir ces meilleures incertitudes est choisi, en général, de telle manière
que les composantes d'incertitudes provenant de cet instrument ne pénalisent pas d'autres
instruments susceptibles d'être étalonnés avec les mêmes procédures. Il s'agit, par exemple, dans
le cas d'un étalonnage par comparaison, d'un instrument de mêmes caractéristiques que l'étalon
utilisé.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 33/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

6.6.5. Présentation du bilan des incertitudes

Il convient que le laboratoire fasse apparaître, pour chaque méthode, dans la documentation
technique :
- La liste des composantes d’incertitude identifiées (même celles qui seront estimées négligeables
ultérieurement) et le modèle de mesure au sens du document EA 4-02;
- La méthode employée pour affecter une valeur à chacune des composantes. Si l’explication
nécessite un développement important, il peut être renvoyé en annexe de la documentation
technique;
- Le tableau récapitulatif des incertitudes-types identifiées et des valeurs obtenues selon le modèle du

ion
document EA 4-02 ou d’autres présentations synthétiques.

ss
7. PARTICIPATION AUX COMPARAISONS INTERLABORATOIRES

pre
Conformément aux préconisations du § 5.9 de la NF EN ISO/CEI 17025, il convient que le laboratoire
participe périodiquement à des comparaisons interlaboratoires même si celles-ci sont organisées par

'im
lui-même et exploitent les résultats de celles-ci.

A défaut, des valeurs de comparaison seront obtenues en respectant la procédure suivante à

el
l’occasion d’un raccordement externe dans le cadre d’une procédure de suivi :
rd
- étalonnage du capteur A par rapport au capteur B en interne,
- raccordement du capteur A en externe,
ou

- comparaison des résultats d’étalonnages externes et internes du capteur A


en prenant en compte les incertitudes respectives,
uj

- analyse des résultats et conclusion.


sa

Il est à noter que les laboratoires d'essai/d'analyse peuvent effectuer des comparaisons de préférence
avec des laboratoires d'étalonnage accrédités en hygrométrie. La validité de la comparaison est
de

déterminée par le calcul de l’écart normalisé, en utilisant la formule suivante :

∆T(labo1 − labo2)
ali

En =
U 2 (labo1) + U 2 (labo 2)
sv

En : Ecart normalisé
U : incertitude élargie des laboratoires (labo1 et labo2) réalisant la comparaison interlaboratoires.
ion

8. RECOMMANDATIONS POUR LES ETALONNAGES SUR SITE


sit

La définition d’un étalonnage donnée dans le V.I.M. est la suivante :


po

Ensemble des opérations établissant,


Dis

dans des conditions spécifiées, la conditions spécifiées


relation entre les valeurs de la grandeur
indiquée par un appareil de mesure ou Relation
un système de mesure ou les valeurs Relation
Etalon Capteur inconnu
représentées par une mesure
matérialisée ou par un matériau de Comparateur
référence et les valeurs
correspondantes de la grandeur
réalisée par des étalons.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 34/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

Au sens de cette définition, les différences entre l’étalonnage en laboratoire fixe et l’étalonnage sur
site sont liées à la maîtrise des conditions spécifiées de l’étalonnage et la connaissance des
caractéristiques du comparateur.

Par principe, ce type d’étalonnage s’appuie sur une diversité de situations et de conditions qu’il
semble impossible de formaliser. L’utilisation de comparaisons interlaboratoires est d’autre part
limitée et ne permet plus la qualification des laboratoires. Les organismes procédant à des
étalonnages sur site sont accrédités en fonction de leur compétence propre à étudier précisément
les moyens techniques et les procédures de surveillance mise en place par leurs soins sur le
terrain pour assurer la traçabilité sans défaillance.

ion
Dans le cadre de l'accréditation sur site, les conditions expérimentales préalables à un étalonnage
seront connues par le laboratoire. Ces points pourront être définis dans la revue de contrat.

ss
pre
8.1. Evaluation des incertitudes sur site

Il est recommandé que la procédure d'évaluation des incertitudes sur site et de la dégradation en

'im
fonction de l'environnement soit fournie dans la documentation technique. Des exemples
d’étalonnage-type représentatif de l’activité du laboratoire, dans le cadre du projet d’accréditation,

el
sont souhaités.
rd
8.2. Le personnel
ou

8.2.1. Qualification du personnel


uj

Il appartient au laboratoire de démontrer la compétence des opérateurs sur site , particulièrement en


ce qui concerne l'interprétation du poids des grandeurs d'influence.
sa

Pour ce faire, il est souhaitable qu’une procédure de qualification définissant les critères de validité
soit définie et que les enregistrements relatifs à cette disposition soient conservés. Dans certains cas,
de

une matrice de compétences distinguant le personnel qualifié pour réaliser des prestations sur site
pourra être utilisée.
ali

8.2.2. Surveillance de la qualification du personnel


sv

Compte tenu de la spécificité des activités sur site, le laboratoire mettra en place un processus interne
de surveillance technique (personnel, moyen, procédure, etc.) effectué sur site.
ion

8.3. Traçabilité des étalonnages sur site


sit

8.3.1. Paramètres d’influence


po

Il convient que le laboratoire définisse son domaine d’intervention au niveau des conditions
ambiantes.
Dis

Le laboratoire propose le domaine des conditions ambiantes dans lequel il intervient. Il prouve qu'il a
les possibilités de mesurer ces conditions ambiantes et qu'il a caractérisé son instrumentation sur
l'étendue des conditions d'ambiance revendiquée.

A titre d’exemples, ces paramètres peuvent être : la Température, l'Hygrométrie, la Tension


d'alimentation des équipements et tout autre paramètre susceptible d'influer sur les mesures
(Pression, CEM, vibration, etc.).

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 35/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

L'influence des paramètres ci-dessus désignés sur le comportement des étalons et des capteurs à
étalonner est prise en compte dans l'incertitude d'étalonnage.

8.3.2. Moyens d'étalonnage

Les instruments utilisés dans le cadre d'un étalonnage sur site font l'objet d'une confirmation
métrologique (étalonnage périodique ou étalonnage avant et après une campagne sur site) avec
l'émission d'un certificat ou suivent une procédure de surveillance mise en place par le laboratoire.

ion
Il est souhaitable que ces étalons soient repérés comme des étalons transportables sur site et que les
conditions particulières de transport soient décrites.

ss
8.3.3. Milieux de comparaison

pre
8.3.3.1. Générateur transportable appartenant au laboratoire d'étalonnage

'im
La caractérisation périodique des générateurs d’humidité s'applique en prenant en considération
l'impact des conditions ambiantes enregistrées sur le site pendant la réalisation de la prestation

el
d’étalonnage.
rd
8.3.3.2. Installation industrielle

Deux cas se présentent :


ou

Le laboratoire a les moyens d'estimer la contribution du générateur d’humidité sur l'écart


uj

constaté entre le capteur étalon et le capteur à étalonner.


sa

Dans ce cas, l'édition d'un certificat d'étalonnage COFRAC est possible dans la limite de la portée
d'accréditation. L'incertitude d'étalonnage tient compte de la caractérisation réalisée.
de

La méthode utilisée pour évaluer cette contribution est formalisée au cas par cas avec
l'enregistrement des valeurs relevées. Afin de garantir la traçabilité, il est souhaitable que ce
ali

document soit joint au relevé des données brutes relatives à cet étalonnage.
sv

Il convient que les emplacements du capteur étalon et du capteur à étalonner soient précisés dans le
certificat d'étalonnage. Un schéma plus précis de la manipulation peut être documenté hors du
certificat d'étalonnage, dans un recueil de méthodes utilisées, par exemple.
ion

La phrase suivante, ou toute autre mention analogue, pourra figurer dans un certificat d'étalonnage
sit

relatif à une prestation sur site : " les caractéristiques spécifiques du générateur d’humidité sont prises
en compte dans l’incertitude d'étalonnage délivrée".
po

Le laboratoire n’ a pas les moyens d'estimer la contribution du générateur d’humidité sur


l'écart constaté entre le capteur étalon et le capteur à étalonner.
Dis

S'il n'y a pas de moyen de connaître la contribution du milieu de comparaison, le certificat


d'étalonnage ne pourra pas être édité dans le cadre de l'accréditation COFRAC (étalonnage).

8.4. Meilleures possibilités d’étalonnage sur site

Le tableau des meilleures possibilités d'étalonnage sur site sera présenté de manière similaire aux
autres tableaux (cf. tableau 1 du paragraphe §.6.1). La mention « S » distinguera les prestations sur
Site des prestations en Laboratoire (mention « L »).

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 36/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

8.5. Comparaisons interlaboratoires

Des sites pilotes peuvent être mis en place afin de permettre des comparaisons interlaboratoires dans
le cadre des accréditations pour l'étalonnage sur site.

9. PARTICULARITES SUR LA PRESENTATION DES RESULTATS


9.1. Etablissement d'un certificat d'étalonnage

ion
L’ensemble des informations contenues dans le certificat d’étalonnage est décrit dans les
paragraphes 5.10.1, 5.10.2 et 5.10.4 de la norme NF EN ISO/CEI 17025 et le paragraphe 9.2.2.1 du
Lab Ref 02.

ss
Les modalités d’usage de la marque Cofrac sont décrites dans le document Gen Ref 11.

pre
9.2. Déclaration de conformité

Il est rappelé qu'une déclaration de conformité peut être incluse dans un certificat d'étalonnage ou

'im
faire l'objet d'un document à part que l'on appelle constat de vérification (cf. LAB Ref. 02).

el
9.2.1. Programme d'étalonnage
rd
Il convient qu'un programme d’étalonnage minimum soit réalisé sur un instrument ou un capteur
donné pour pouvoir déclarer la conformité de celui-ci à une spécification.
ou

La déclaration de conformité est à effectuer à l'issue de l’étalonnage respectant les procédures


accréditées, celles-ci pouvant inclure un réglage préalable. Si un réglage est effectué sur
l’appareil, il convient que cette intervention soit rapportée dans le document délivré, en précisant le
uj

mode de réglage et les résultats avant et après le réglage.


sa

9.2.2. Modalités de délivrance du document spécifiant la déclaration de conformité


d’un instrument de mesure ou d’une grandeur matérialisée en hygrométrie
de

La vérification porte sur la comparaison, à l’erreur maximale tolérée (EMT) ;


- de l’erreur d’indication (Ej),
ali

- ou de l'écart à un comportement normalisé de l’instrument de mesure,


- ou de la grandeur matérialisée (R) augmentée de son incertitude d’étalonnage élargie (U).
sv

Lorsqu’une norme est utilisée, il convient que la dernière version de la norme en vigueur lors de
ion

l’émission du document spécifiant la déclaration de conformité soit utilisée.

Le document portant la déclaration de conformité ne peut être émis qu'au moment de l'étalonnage.
sit

Ainsi, la date de vérification et celle d'émission du document correspondent à la date ou période


d'étalonnage.
po

Une date d'émission du document différente de la date ou période d'étalonnage est acceptée
uniquement dans le cas où un laboratoire procéderait à la correction d'un original. Dans ce nouveau
Dis

document, outre la mention ou autre mention équivalente «Ce document annule et remplace le
document n° ...» sous l'en-tête du document, le laboratoire précise à la rubrique «renseignements
complémentaires» la date d'émission du document remplacé.

Note 1 : Il convient qu'une déclaration de conformité émise dans les documents soit une déclaration
de conformité métrologique et non pas une déclaration de conformité liée à la sécurité de l'instrument.

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 37/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

9.2.3. Contenu de la procédure relative à la délivrance des constats de vérification

Dans sa procédure, il est recommandé aux laboratoires :

• 1. de donner la liste des textes de référence qu’il utilise ;


• 2. d'indiquer pour chaque texte :
2.1. - les moyens utilisés (étalons, comparateur, ...),
2.2. - le type et le nombre de comparaisons effectuées,
2.3. - l’incertitude d’étalonnage qui en résulte ;

ion
• 3. de définir les conditions pour lesquelles il s’interdit de délivrer un document spécifiant la
déclaration de conformité.

ss
a) Textes de référence

pre
Le laboratoire fournit, de manière exhaustive, les références des textes qu'il utilise pour établir des
constats de vérifications.

'im
b) Moyens utilisés

el
Il convient que le laboratoire indique, pour chaque texte de référence retenu, les générateurs et
rd
étalons utilisés.

c) Type et nombre de comparaisons effectuées


ou

Il convient que le laboratoire indique, pour chaque texte de référence retenu, le type et le nombre
uj

de comparaison qu'il effectue.


sa

Si ces informations sont contenues dans un document spécifique (procédure d’étalonnage, fiche
d’instruction de l’opérateur, ...), il y sera explicitement fait référence.
de
ali
sv
ion
sit
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 38/39


GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION EN HYGROMETRIE

10. NOTATIONS ET SYMBOLES

Symbole Paramètre Unité


e’i Pression partielle de vapeur d’eau de l’air humide par rapport à la Pa
glace
e’w Pression partielle de vapeur d’eau de l’air humide par rapport à Pa
l’eau liquide
ei Pression de vapeur saturante en phase pure par rapport à la glace Pa

ion
EMT Erreur Maximale Tolérée -
ew Pression de vapeur saturante en phase pure par rapport à l’eau Pa
liquide

ss
fw Facteur d’augmentation de la pression de vapeur saturante par -
rapport à l’eau liquide

pre
fi Facteur d’augmentation de la pression de vapeur saturante par -
rapport à la glace

'im
ma Masse d’air sec kg
Ma Masse molaire de l’air sec kg.mol-1

el
mv Masse de vapeur d’eau kg
Mv Masse molaire de la vapeur d’eau rd kg.mol-1
na Nombre de moles d’air sec -
nv Nombre de moles de vapeur d’eau -
ou

p Pression totale de l’air humide kg


r Rapport de mélange -
uj

T, θ Température de l’air humide K, °C


Td, θd Température du point de rosée K, °C
sa

Tf, θf Température du point de givre K, °C


Tw, θw Température humide K, °C
de

U (ou Humidité relative %


HR)
Ui Humidité relative par rapport à la glace %
ali

Uw Humidité relative par rapport à l’eau liquide %


sv

x Fraction volumique ou titre volumique -


xv Fraction molaire de la vapeur d’eau d’un échantillon d’air humide -
xvi Fraction molaire de la vapeur d’eau d’air humide saturé en -
ion

présence de glace
xvw Fraction molaire de la vapeur d’eau d’air humide saturé en -
présence d’eau liquide
sit
po
Dis

Document LAB GTA 17 – Rév 00 – Juin 2007 Page 39/39