Vous êtes sur la page 1sur 6

19ème Congrès Français de Mécanique Marseille, 24-28 août 2009

ANALYSE DU COMPORTEMENT DES POUTRES EN BETON ARME


RENFORCEES PAR MATERIAUX COMPOSITES

Madi Rafik(a), Guenfoud Mohamed (a)

a. Laboratoire LGCH, Université 8 mai 45, B.P. 401, Guelma, Algérie.

Résumé :
Parmi les nouvelles techniques de construction, la réhabilitation et le renforcement des structures.
L'une des plus efficaces est le placage extérieur en acier. Toutefois, un inconvénient majeur est la
difficulté de manipulation des plaques en acier compte tenu de leurs poids, ainsi que les problèmes de
corrosion. Afin d'éviter les inconvénients liés à l'utilisation de l'acier comme matériau de
renforcement, les matériaux composites, appelés le plus souvent des polymères renforcés de fibres
(PRF), sont apparus comme substitut potentiel de l'acier dans le domaine de génie civil. Le collage
des plaques en PRF est plus facile et plus rapide qu'avec des plaques d'acier. Cependant, l'arrivé de
ces structures amène de nouveaux problèmes scientifiques et en particulier le mode de rupture.
Le but de cet article est l'étude du comportement en flexion trois points d'une poutre en béton armé
renforcée longitudinalement par des lamelles et transversalement par tissu en fibres de carbone afin
d'augmenter la capacité portante, réduire la flèche et limiter l'ouverture des fissures en assurant un
meilleur comportement de cet élément. Les résultats obtenus ont montré que le collage des matériaux
composites sur des structures en béton armé a donné une augmentation de la charge ultime de
rupture et une réduction des déformations dans le béton et les aciers.

Abstract :
Among the new techniques of construction, rehabilitation and strengthening of structures.
One of the most efficient is the outer steel plating. However, a major drawback is the
difficulty of handling steel plates on due to their weight, and corrosion problems. In order to
avoid these drawbacks related to the use of steel as a reinforcing material, composite
materials, often called fiber reinforced polymers (FRP), have emerged as a potential
substitute for steel in civil engineering. The bonding of FRP plates is easier and faster than
with steel plates. However, the arrival of these structures brings with it new scientific
problems and in particular the mode of failure mode.
The aim of this paper is the study of the behavior of three-point bending of a reinforced
concrete beam reinforced by longitudinqly by strips and transversely by q fabric fiber in
order to increase its bearing capacity, reduce the defluxion and limit the opening of cracks
ensuring a better behavior conduct of the element. The obtained results showed that the
bonding of composite materials on reinforced concrete structures has increased the ultimate
failure and reduced strain both in concrete and steel.

Mots clés: renforcement, poutre, béton armé, matériaux composites, éléments finis.

1 Introduction
La principale qualité du béton est son excellente résistance à la compression, mais son principal
défaut est sa résistance en traction. La plus grande partie des ouvrages en génie civil est conçue pour
durer plus de 100 ans en moyenne, mais le béton est un matériau relativement fragile, ce qui nécessite

1
19ème Congrès Français de Mécanique Marseille, 24-28 août 2009

des réparations ou des renforcements des structures avant d'arriver à leur limite de vie utile. Une des
méthodes curatives envisagée est d'utiliser le collage extérieur des matériaux composites [1, 2, 3].
Celle-ci permet de soulager la structure voire d'assurer le transfert des efforts.Un renforcement
consiste à consolider, à augmenter la résistance d'un élément et ainsi à améliorer les performances et
la durabilité des ouvrages. Quant à la réparation, elle consiste à remettre en état une structure
endommagée. Elle vise à compenser les pertes en rigidité et en résistance.
Le but de cet article est L'analyse des résultats analytiques et numérique du comportement d'une
poutre en béton armé renforcée transversalement et longitudinalement par matériaux composite en
flexion trois points.

2 Caractéristiques des matériaux


Les caractéristiques des matériaux utilisés sont mentionnées sur tableaux : 1 et 2.

Béton Armature longitudinale Armature transversale


(cadres)
fck = 40 MPa Es = 200000 MPa Evs = 200000 MPa
εcl = 0.0023 fy,s = 400 MPa fvy,s = 235 MPa
εcu = 0.0035 εy,s = 0.0020 εvy,s = 0.0012
λ = 0.8 As(P1) = 100 mm2 As(P1) = 28 mm2
η=1 As(P21) = 100 mm2 As(P21) = 28 mm2
Ec = 35000 MPa As(P22) = 100 mm2 As(P22) = 28 mm2
n=2 As(P23) = 100 mm2 As(P23) = 28 mm2

Tableau 1:caractéristiques du béton et de l'acier

Composite (flexion) Composite (cisaillement)


Lamelles : S 512 Tissu sikawrap hex 230+sikadur 330
Efrp = 165000 MPa Efrp = 55000 MPa
σfrp,u = 2805 MPa σfrp,u = 632.50 MPa
εfrp,u = 0.017 εfrp,u = 0.0115
efrp =1.2 mm efrp = 0.13 mm
bfrp = 50 mm bfrp = 48 mm
Afrp(P1) = 0 mm2 -Cad. verticaux:
Afrp(P21) = 60 mm2 Avfrp = 6.24 mm2, e = 15cm
Afrp(P22) = 120 mm2 - Cad. inclinés 45°:
Afrp(P23) = 180 mm2 Avfrp = 6.24 mm2, e = 20 cm

Tableau 2:caractéristiques des matériaux composites [4].

3 Dimensions et renforcement des poutres


Pour notre étude nous avons considéré 4 type de poutres [5, 6]: une poutre témoin P1 (10x15) cm,
(As=100 mm2) et trois poutres renforcées en flexion et en flexion-cisaillement avec cadres verticaux
ou inclinés à 45°: P21 renforcée par une seule lamelle (Afrp=60 mm2); P22 renforcée par deux lamelles
(Afrp=120 mm2) et P23 renforcée par trois lamelles : Afrp=180 mm2, (figures: 1, 2 et 3).

2
19ème Congrès Français de Mécanique Marseille, 24-28 août 2009

65 65
P 1-1
2HA6
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

1.5
1
2O6

13.1
12
15
15
2HA8

efrp 1.9
1.5
1 Afrp
P1 P21 P22 P23
0 60 120 2 180 2 5
mm2 mm2 mm mm 10
10 10 70 10 10
10 130 10
150

FIG. 1 - Renforcement en flexion des poutres P1, P21, P22 et P23

65 65
2-2
P
2HA6

1.5
17.5 15 15 15 12.5 12.5 15 15 15 17.5
2
2O6

13.1
12
15
2HA8
15

v
A frp

1.9
1.5
P21 P22 P23 2 A frp
5

efrp
60 120 2 180 2
mm2 mm mm 10
10 10 70 10 10 v
A frp=6.24 mm2
10 130 10
=90°
150

FIG. 2 - Renforcement en flexion-cisaillement des poutres P21, P22 et P23


(Cas des cadres verticaux)

65 65
P 3-3
2HA6
10 10 20 20 15 15 20 20 10 10
1.5

3
2O6
13.1
12
15
15

2HA8
v
A frp
1.9
1.5

P21 P22 P23 3 A frp


5
efrp

60 120 2 180 2
mm2 mm mm 10
10 10 70 10 10
v
10 130 10 A frp=6.24 mm2

150 =45°

FIG. 3 - Renforcement en flexion-cisaillement des poutres P21, P22 et P23


(Cas des cadres inclinés)

4 Résultats de l'étude analytique et numérique


La figure 4 représente la relation charge-flèche des différentes poutres [7], de grandes différences de
comportement apparaissent entre la poutre témoin P1 et les poutres renforcées P21, P22 et P23. Le palier
plastique observé dans le cas de la poutre témoin P1 est absent pour les autres poutres, ce qui traduit
une très grande rigidité. Les charges de ruptures numériques sont: 17.73 kN pour P1, 41.99 pour P21,
47.09 pour P22 et 61.39 pour P23. Ce qui représente des gains par rapport à la poutre témoin
respectivement de: 137%, 165% et 246%. Les flèches à la rupture sont de 7.74 mm, 5.68 mm et 6.61
mm alors qu'elles était de 8.10 mm pour la poutre témoin. L'ajout des lamelles en fibres de carbone
augmente la charge de rupture et réduit la lèche.
Le calcul de dimensionnement est basé sur l'hypothèse de la ruine du béton par compression. La
simulation numérique a montré qu'une rupture prématurée des poutres se produisait en partie
inférieure. La rupture du béton en compression n'est donc pas le critère de rupture à considérer.
Les poutres renforcées P21, P22 et P23 sont renforcées latéralement par un tissu SIKA WRAP dont les
caractéristiques sont mentionnées dans le tableau 2. L'espacement est de 15 cm pour les cadres

3
19ème Congrès Français de Mécanique Marseille, 24-28 août 2009

verticaux et 20 cm pour les cadres inclinés à 45°.


Dans les trois cas, le renforcement latéral par des cades verticaux améliore faiblement la charge de
rupture. Mais pour les cadres inclinés les courbes charge-flèche ont présenté une très grande rigidité.
Les charges de ruptures sont: 49.35 pour P21, 48.70 pour P22 et 61.39 pour P23, ce qui représente des
gains par rapports aux poutres renforcées uniquement en flexion de 17.50%, 1.67% et 12.87% (figures
: 5, 6 et 7).
Ensuite les poutres renforcée en flexion sont endommagées, puis réparées en utilisant les mêmes
sections d'aciers et des matériaux composites utilisées pour le renforcement. Les charges de ruptures
des poutres réparées P21REP, P22REP et P23REP sont respectivement: 39.18 kN, 45.61 et 53.57 et les
flèches à mi-portée: 9.76 mm, 8.53 et 9.71. Le maintien en charge de la poutre conduite à un
endommagement plus sévère qui se traduit en particulier par une augmentation importante de la flèche
à mi-portée. Mais nous remarquons que les charges de ruptures sont voisines (figures: 5, 6 et 7).
Les charges de rupture en modélisant l'interface composite-béton, sont respectivement de l'ordre de
83%, 66% et 52% de celle d'une adhérence parfaite (pertes de 17%, 34% et 48%) pour P21, P22 et P23.
Donc les vérifications de l'état limite de service sont satisfaites aux recommandations de Breset et
Deuring [8, 9], et on respectant les conditions de l'état limite ultime on se retrouve dans un cas de
comportement idéal.
60
P21(3.52;51,48) P21+CI
P21(7.74;41,99)
(11.34;49.35)
As=100; Afrp =60 As=100; Afrp =60
50
Théorique
P21+CV
40 (7.958;41.91)
Force (kN)

30 P21(9.46;34.70)
Modilisation
P21REP(9.76;39,18)
interface,flexion
20 As=100; Afrp=60

10 P1(8.10;17.73) mm; kN
As=100; Afrp =0 mm2

0
0 2 4 6 8 10 12
Flèche (mm)

FIG. 4 - Comportement charge-flèche de la poutre P21

70
P22(5.68;47.09)
P22(4.55;65.79) As =100; Afrp=120
60 P22+CI
As =100; Afrp=120 (6.47;48.70) P22+CV
Théorique (5.676;47.04)

50

P22REP
Force (kN)

40
(8.53;45.61)
P22(6.27;31.36)
30 Modélisation interface
Flexion

20

P1(8.10;17.73) mm; kN
10 2
As =100; Afrp=0 mm

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Flèche (mm)

FIG. 5 - Comportement charge-flèche de la poutre P22

L'analyse numérique permet de suivre l'évolution des contraintes normales et tangentielles


dans le film de la colle, ainsi que la répartition des contraintes et des déformations dans les
lamelles en fibres de carbone et l'armature longitudinale. Pour les contraintes de cisaillement
dans le béton on observe une concentration importante de la contrainte au voisinage des
appuis et des points d'application de la charge. Pour la poutre témoin, les valeurs extrêmes

4
19ème Congrès Français de Mécanique Marseille, 24-28 août 2009

80
P23(3.70;73.20) P23(6.61;61.39) P23+CI (7.27;64.29) P23+CV
70 As =100; Afrp=180 A s =100; Afrp=180 (7.366;64.00)
Théorique
60
P23REP
(9.71;53.57)
50

Force (kN)
40 P23(6.91;32.25)
Modélisation Interface
30 Flexion

20
P1(8.10;17.73) mm; kN
2
10 As =100; Afrp=0 mm

0
0 2 4 6 8 10 12
Flèche (mm)

FIG. 6 - Comportement charge-flèche de la poutre P23

sont de (4.20 à 4.50) MPa, alors qu'elle sont de (4.50 à 5.60) MPa pour les poutres renforcées.
Ces résultats suggèrent que la présence du complexe de renforcement influence légèrement
la répartition des contraintes de cisaillement dans le béton.
Quant à la contrainte de cisaillement dans la colle, on observe que le cisaillement maximal se
trouve à l'extrémité du composite (Figures : 7, 8 et 9). La contrainte normale dans le joint de
colle à la rupture, restée faible le long de la poutre jusqu'au point d'application de la charge
où elle s'augmente faiblement, ce qui suggère qu'aucun décollement ne s'est produite.
Quand à l'évolution des contraintes et des déformations dans l'acier et les lamelles, tant que
l'acier n'est pas plastifié, celui-ci reprend une contrainte plus forte que le composite. Après
plastification, la contrainte dans l'acier se stabilise et la lamelle reprend l'excédent de
contrainte. A la rupture on remarque une plastification locale des armatures longitudinales à
l'endroit de l'application de la charge.
2,50
Contrainte de cisaillement (MPa)

2,00
1,50
1,00
0,50
0,00
-0,50 0 100 200 300 400 500 600 700
-1,00
-1,50
-2,00
-2,50
Position (mm)

FIG. 7 - Contrainte de cisaillement dans la colle à la rupture, P21

2,500
Contrainte de cisaillement (MPa)

2,000
1,500
1,000
0,500
0,000
-0,500 0 100 200 300 400 500 600 700
-1,000
-1,500
-2,000
-2,500
Position (mm)

FIG. 8 - Contrainte de cisaillement dans la colle à la rupture, P22

5
19ème Congrès Français de Mécanique Marseille, 24-28 août 2009

3,500

Contrainte de cisaillement (MPa)


2,500

1,500

0,500

-0,500 0 100 200 300 400 500 600 700


-1,500

-2,500

-3,500
Position (mm)

FIG. 9 - Contrainte de cisaillement dans la colle à la rupture, P23

5 Conclusion
L'étude théorique permis d'établir les équations pour le calcul des paramètres physiques décrivant le
comportement d'une poutre renforcée intérieurement par des armatures conventionnelles en acier et
extérieurement par matériaux composites et la simulation numérique permet de prédire correctement
la charge de ruine, ainsi que les déformations dans les différents matériaux. Le mode de rupture n'est
pas le même pour les deux méthodes de calcul, donc la rupture du béton en compression n'est pas le
seul critère de rupture à considérer, dans ce cas en plus des lois de comportement des matériaux pour
l'acier, le béton et les lamelles composites, il convient de connaître celle de l'interface. Néanmoins le
renforcement des poutres par des tissus ou lamelles en fibres de carbone augmente la rigidité et la
résistance à la flexion, il retarde la plastification des armatures longitudinales et par conséquent
l'apparition des fissures. La contribution du PRF à la résistance au cisaillement est plus efficace
lorsque les bandes sont perpendiculaires aux fissures d'effort tranchant. Le pourcentage du matériau
composite dans la section influe sur la ductilité et le mode de rupture. Pour la majorité des poutres, la
rupture est provoquée par plastification des armatures longitudinales et non par écrasement du béton.
Mais en respectant les règles de calcul et les recommandations exigées par les codes, la sécurité des
éléments structuraux sera assurée.

Bibliographie

[1] Sharif A., Al-Sulaimani G.J., Basunbul I.A., Baluch M. H., Ghaleb B. N., Strengthening of
initially loaded reinforced concrete beams using FRP plates. ACI Structural Journal, Vol. 91, 2, 160-
168, 1994.
[2] L'Hermite R., Application des colles et des résines dans la construction - le béton à coffrage
portant. Anales de l'ITBTP, 239, 1967.
[3] Bresson J., Nouvelles recherches et applications concernant l'utilisation des collages dans les
structures – béton plaqué. Annales de l'ITBTP, 278, 1971.
[4]Sika, Cahier des clauses techniques n°37 SIKA CARBODUR. France, 1988.
[5]Madi R. Guenfoud M., Dimensionnement en flexion d'une poutre en béton armé renforcée par
lamelles en matériaux composites. Séminaire national de génie civil, 20-21 novembre, Université
D'Annaba, Algérie, 2007.
[6]Madi R., Guenfoud M., Etude à la rupture d'une poutre en béton armé renforcée par des lamelles en
fibres de carbone. 3rd International Francophone Congress for Advanced Mechanics, University of
Aleppo, April 21 to 23, Syria, 2008
[7]Logiciel ATENA, Computer program for non linear finit element analysis of reinforced concrete
structure. 2005,
[8]J. D. Berset, Renforcement de structure : collage de lamelles en fibres de carbone. IAS no 20, 384-
390, 1995.
[9]Deuring M., Vertärken von stanlbeton mit gespannten faserverbundwerkstoffen. Thèse de
Doctorat, Eidgenössischen Technischen Hochschule Zürich.