Vous êtes sur la page 1sur 7

Corrigé

Problème n°1
1. Tableau comparatif des incoterms CPT et DDU :
CPT : Carriage Paid To ... named place of DDU : Delivered Duty Unpaid ... named
destination. place of destination
Port payé jusqu'à... lieu de destination Rendu droits non acquittés... lieu de
convenu. destination convenu

Terme omnimodal (multimodal) Terme omnimodal (multimodal)


Terme de vente à l'expédition (au départ). Terme de vente à destination (à l’arrivée).

Le vendeur assume les frais du transport Le vendeur livre la marchandise à ses


principal mais n'en assume pas les risques. risques et frais.

Le transfert de risques s'effectue lors de la Il n'a pas l'obligation de souscrire une


remise de la marchandise au transporteur assurance (ce qui ne veut pas dire qu’il ne
principal (ou premier transporteur en cas peut pas le faire).
de transports successifs) dans le pays de départ.

En choisissant l'incoterm DDU, Cherazhad laisse au vendeur, « John FABRE & Fils » , les
frais et les risques du transport principal alors qu'avec l'incoterm CPT il aurait assumé les
risques bien que les frais aient été à la charge de « John FABRE et Fils ».
En résumé :

Obligations et frais à la charge du CPT DDU


(V= Vendeur A= Acheteur)

Emballage V V

Chargement/empotage V V

Pré acheminement V V

Douane export V V

Manutention port/Plate forme de chargement V V

Transport principal V V

Assurance transport (1) (A) (V)

Manutention port/plate forme de déchargement A V

Douane import A A

Post acheminement A V

(1) Souscription d’une assurance non obligatoire


2. A l’importation, le stockage d’une marchandise tierce sur le territoire douanier
dans un entrepôt sous douane permet une suspension des droits de douane et taxes
intérieures, dont la TVA (la marchandise est considérée comme si elle se trouvait
encore à l’étranger).

Pendant toute la durée de leur entreposage sous douane les droits et taxes afférents aux
marchandises concernées sont donc suspendus dans l’attente d’un régime
douanier ultérieur.

L’entrepôt sous douane présente l’intérêt, pour l’opérateur, lorsque les marchandises
sont destinées au marché national, d’une mise à la consommation progressive des
marchandises importées et d’éviter ainsi le paiement en une seule fois des droits et
taxes. Au surplus lorsque les marchandises sont destinées à l’exportation (en l’état
ou après perfectionnement actif) la mise en dépôt sous douane permet d’éviter la
liquidation des droits de douane.

Le placement de marchandises sous le régime de l'entrepôt se fait :


- soit par le dépôt d'une déclaration de droit commun (DAU) du type IM (ou EU)
- soit en application de procédures simplifiées, au bureau de douane ou à
domicile.

3. Les marchandises seront transportées du HAVRE jusqu’aux locaux de la société


John FAVRE et Fils sous régime du Transit Communautaire externe (T1) :
La déclaration de transit communautaire est effectuée auprès du bureau de douane de
départ du HAVRE afin d’établir un document d’accompagnement (DocAcc) de la
marchandise jusqu’au bureau de douane de destination.
En cas de dysfonctionnement du système NSTI, les exemplaires 4 et 5 du DAU
remplacent le DocAcc.

4. La convention de Hambourg prévoit un plafond d’indemnité de 2,50 DTS au kg ou


835 DTS au colis, la formule la plus favorable au demandeur étant retenue soit :

Calculs:
26 x 50 x 2,5 x 1,20 = 3.900 €
26 x 835 x 1,20 = 26.052 €

Toutefois le montant de l’indemnité ne pouvant dépasser le montant du préjudice, son


montant sera limité à 2.600 €.

5. B/L : Bill of Lading = connaissement


C’est un document contractuel utilisé en transport maritime, établi entre le chargeur
et la compagnie maritime.
Il constitue un titre représentatif de la marchandise transportée.
Il peut être négociable (B/L à ordre ou au porteur) c'est à dire transmissible par endos-
sement. Dans ce cas, le porteur du B/L original peut obtenir la délivrance de la mar-
chandise.
LTA ou AWB : Lettre de Transport Aérien ou Air Way Bill
C’est un document contractuel utilisé en transport aérien établi entre l’expéditeur ou
son représentant- et la compagnie aérienne.
Elle n'est pas un titre représentatif de la marchandise.
Elle est pratiquement toujours établie à personne dénommée en ce qui concerne le
destinataire. Elle comporte toujours la mention non négociable.

6. Il s'agit d'un frêt aérien même si le transport entre l'aéroport de LYON et l’aéroport
de GENEVE est effectué par voie routière ; il voyage sous LTA (Lettre de Transport
Aérien). Entre la compagnie aérienne et l'entreprise « John FABRE & Fils », c'est donc
la convention de MONTRÉAL qui s'applique dans la mesure ou elle a été ratifiée par la
France et par l'Arabie saoudite.

Celle-ci prévoit une limite d’indemnisation, sauf déclaration d’intérêt à la livraison,


qui ne peut dépasser 17DTS (Droits de Tirage Spéciaux) par kilo.

La Convention de MONTRÉAL art. 18.4 : en cas de substitution unilatérale ou totale


d'un autre mode (la route par exemple), sans le consentement de l’expéditeur, le droit
aérien continue de s'appliquer.

7.
a) Sur demande de « John FABRE & Fils » en tant qu'acheteur, sa banque
(banque émettrice) s'engage à payer le vendeur du Costa Rica, si celui-ci présente des
documents strictement conformes aux stipulations de l'ouverture de crédit.
Cette ouverture de crédit est notifiée au vendeur par une banque implantée au Costa
Rica (banque notificatrice).
Dans le cadre d'un crédit documentaire confirmé, la banque notificatrice ou toute autre
banque située au Costa Rica ajoute sa confirmation pour le crédit documentaire. En
agissant ainsi, elle prend le même engagement que la banque de l'acheteur.
C'est, par conséquent, cette banque qui paiera le vendeur si ce dernier n’est pas payé
par la banque notificatrice après présentation des documents requis.

b) La Red clause a pour finalité de permettre au vendeur d'obtenir des


avances de la banque chargée de réaliser le crédit documentaire. En cas de défaillance
du vendeur, la banque se rembourse du montant de ses avances sur la banque de
l'acheteur.
8.

9. Pour l’expédition en Belgique, John FAVRE et Fils devra procéder à la mise en libre
pratique ou à la mise à la consommation du café vert et effectuer une déclaration
d’échange de biens (DEB). Elle devra également faire figurer la valeur facturée du
café torréfié, à la rubrique livraison intra-communautaire, sur sa déclaration
mensuelle de TVA (CA3) adressée à l’administration fiscale.

10. Bien qu’il s’agisse de transport intra-communautaire la prestation de transport


routier est réalisée par un transporteur français pour le compte d’un donneur d’ordre
français c’est donc un montant de TVA calculé au taux français qui figurera sur
la facture :
600 x 19,6 % = 117,6 €

En cas de recours à un transporteur belge, ce dernier facturerait H.T. mais notre entre-
prise devrait auto-liquider la TVA française et finalement le montant serait
identique.
Problème n°2

1.
Conduite aller : 1.890 km /70 = 27 h soit : 27/9 = 3 jours
Conduite aller-retour : 3 x 2 = 6 jours
Chargement/déchargement : 0,5 j. x 2 = 1 jour
Durée totale d’un voyage A-R = 7 jours

2.
Nombre total de chargements : 24.000 t/25 t = 960
Nombre par mois : 960/6 = 160
Nombre par jour : 160/20 = 8

3.
8 chargements par jour soit 8 véhicules nécessaires par jour
Durée du voyage A-R d’un véhicule : 7 jours
Nombre de véhicules nécessaires : 8 x 7 = 56 véhicules

4.
Coût kilométrique : 0,5 x 1.890 x 2 = 1.890 €
Coût du personnel : 220 x 7 = 1.540 €
Coût du véhicule : 74 x 7 = 518 €
Coût de structure : 78 x 7 = 546 €
COUT DE REVIENT TOTAL 4.494 €

5.
Prix de vente du voyage A-R = 4.494 x 1,10 = 4.943,40 €
Prix de vente à la tonne = 4.943,40/25 = 197,74 €

6.
24.000 t/1.000 = 24 trains complets pour la période
soit 24/6 = 4 trains par mois.
La société AGRIVAL exigeant 4.000 t/mois, le mode ferroviaire peut donc être retenu.

7.
1ère tranche : 65 x 5.000 x 97,5 % = 316.875
2ème tranche : 65 x 5.000 x 95 % = 308.750
3ème tranche : 65 x 5.000 x 92,5 % = 300.625
4ème tranche : 65 x 5.000 x 90 % = 292.500
5ème tranche : 65 x 4.000 x 87,5 % = 227.500
_________
TOTAL 1.446.250

Prix à la tonne : 1.446 250/24.000 = 60,26 €

8. Nombre de voyages nécessaires durant la période :


24.000/2.000 = 12 voyages
soit : 12/6 = 2 voyages par mois
La société AGRIVAL exigeant 4 000t/mois, l’affrêtement d’un navire permettra de
répondre à cette exigence.

9. Durée du voyage :
a) Trajet maritime : 4 j.
b) Chargement/déchargement : 1 j x 2 = 2j.
TOTAL 6 jours

Coût d’exploitation : 2.900 € x 6 = 17.400 €


Coût de carburant (soutes) : 2.500 € x 4 = 10.000 €
COUT TOTAL 27.400 €

10. Prix de vente du voyage : 27.400 x 1,10 = 30.140 €


Prix de vente à la tonne : 30.140 /2.000 = 15,07 €/t.

11. Analyse des 3 modes


En termes d’exigence de livraison : 4.000 t/mois
- Route : livraison tous les jours à raison de : 8 x 25 = 200 t/jour
soit 200 t x 20 j = 4.000 t/mois
- Fer : livraison 4 fois par mois à raison de : 4 x 1.000 = 4.000 t/mois
- Mer : livraison 2 fois par mois à raison de : 2 x 2.000 = 4.000 t/mois
Les 3 modes sont donc envisageables.
En termes de prix :
- Route : 197,74 € /t
- Fer : 60,26 €/t
- Mer : 15,07 €/t.
Le mode le plus compétitif est donc le mode maritime, particulièrement adapté au
pondéreux.
12.

Poste Mode routier Mode ferroviaire Mode maritime

Frais de transport 197,74 € 60,26 € 15,07 €

Frais de dossier/t 10 €/25 = 0,40 € 50 €/1.000 = 0,05 € 50 €/2.000 = 0,025 €

Assurance 2€ 1,50 € 600 €/2.000 = 0,30 €

Manutention départ 5€

Manutention arrivée 15 €

Transport portuaire
(brouettage 14 €

TOTAL 200,14 € 61,81 € 49,40 €


13. Le mode routier est incompatible avec le prix fixé par AGRIVAL.
En intégrant sa marge moyenne habituelle de 20 %, le prix à proposer par
OPTITRANS serait de :

Pour le mode ferroviaire : 61,81 x 1,20 = 74,17 €


Pour le mode maritime : 49,40 x 1,20 = 59,28 €

Le prix proposé par AGRIVAL ne permet pas de retenir le mode ferroviaire car
OPTITRANS ne peut dégager sa marge habituelle.

Le mode à choisir sera donc le mode maritime qui permet de dégager une marge de :
70 – 49,40 = 20,60 €, soit 41,7 %.