Vous êtes sur la page 1sur 13

El Hikma 1

ne perdure...
med Ben �Ali Ould Errzine

chemi Guerouâbi

elle-toi tout le passé;


nu, mais sans comprendre ce qui nous est arrivé.
ement l'angoisse de mon ami
faille de lutter contre le mal.
ué, a fait la joie de mes censeurs, devenant pour eux sujet de commérages.
nce m'obligent à dire avec insistance
: " En l'amitié il ne faut plus croire ! "

gesse de qui étudie la morale des Anciens, sans laquelle l'homme sorti de son
e démuni, en plein désert.
e, ô mon coeur,quel ami me reste-t-il ?
t se soucie peu de (partager) un repas.

issent toujours sur les généreux qui les prodiguent.


re stérile sans rien récolter ;
r, mais je me dis : << Dieu compensera cette perte. >>
silence.
es en compagnie de mon ami

P
El Hikma 2

igne de moi avec dédain !

loup qu'avait traqué mon


où je l'avais emmené
t la biche, et qu'il m'avait
eux, ravi !
vages, me dis-je, seul
ma collection !>>
é ma vie, ce qui me
r sauver mon bien-aimé de

mblait inconcevable tant


grande.
s limiers, il m'a été ramené

vé au traître qui tombe entre

nature, ce soupçon ne

tant d'années !
nt sur sa jeunesse,
u'il n'aurait jamais appris

à son service, je l'ai tant

urson refuge.
ô mon frère, ses désirs

é la lumière de mes yeux,


rte et jusqu'à ma vie, plutôt
e lui.
on être selon son bon

de multiples signes, ô

irrité, il se fâcha sans

<<<PAGE PRECEDENTE PAGE SUIVANTE>>>

El Hikma 3
donc et je t'éclairerai, sur
vais sollicité si durement

compatissant, je lui
ns.
e dispose sont là pour
sentiments), ô combien !

yais pas qu'il s'en irait et


amis le mal pour le bien.
ouveau, j'insiste : qu'on me
up tiré de sa tanière.
eur sur mon chemin
a seule crainte était de

imposé ce tourment.

ur d'entendre mes

Noms Divins, par la Vérité


par la foi en Adam en Noé
cêtre de tous les messagers
en Moïse, en Mohammed,
s connus et inconnus, par
du Coran, par la prière et la
i jusqu'à la racine du mal.
mon Seigneur, Maître du

gé et apaisé ma douleur.

<<<PAGE PRECEDENTE PAGE SUIVANTE>>>

El Hikma 4
servantes.
ion de jours heureux,
une profusion incessante

bonheur se changèrent en

sur ces chants d'allégresse

e, il le sait, emportée par de

ore ses joies et les félicités


ruissellent sur ses joues.
chandelles, de coupes, de
in exquis, d'un échanson,
e verres dorés sous des
s étincelantes, de divans
et en Egypte, et, entre deux
e à des rangs de vignes,
; des belles étaient
lir ma coupe (à mes côtés).

pour l'éloigner de moi :


stina des formules
plonger dans la peine.
é, je l'aurais soigné, j'aurais
et annulé ses effets.
oyé, laissons-le aller à la
rdu, comme une
oile, emportée par les
échaînée dans la fureur des

<<<PAGE PRECEDENTE PAGE SUIVANTE>>>

El Hikma 5
en furie, il est tombé
t il ne sait comment

usa et le relégua aux

s ami, sans
oût de vivre.
lui qui n'a ni ami ni

il ne connaîtra pas de
qu'il est dépourvu de
e respect, de gloire et

tié avec un homme ou


e à l'infortune.

ompagnon de faits
ferai avec des êtres

ement dans les belles


tolérant.
ait mieux que la lune
ètes).
e qui t'a dédaigné pour
é et peu t'importe le
ma perte !
ienfaits, il vint,
a chandelle.

âtiment du Très-Haut,
par le mal, sans
gneur Tout-puissant
ictions.
le comblais de biens,
mon bonheur.
erfidie alentour attisa
.
rait l'homme vil, plein

secret en mon coeur.


ouffés !

<PAGE PRECEDENTE PAGE SUIVANTE>>>

El Hikma 6
e n'ai su éviter cette

allait m'arriver
malheureux auraient

histoire pour en faire


r.
urs béni de ses
et le verbe limpide,
mme des éléphants et

alédiction des
Maîtres,
isère, sut trouver la
ses vénérables guides.
leçon :
dits de leurs maîtres,
umiliés.

ique Fès n'arien vu :


meurs, ô combien, de
da, comme le fut la
dont les nouvelles
s et montagnes !
ps, hélas, Khaddoudja

de l'or précieux contre


à l'instar de celui qui a
nthe
a prenant pour un

euvent comprendre
vénérables, les sages
ux.
é des lettres M M H et
nt exprimé, chérif Ben
e la descendance de

<<PAGE PRECEDENTE Retour

1
ou latèy
le thé
adani el--
hribi

âdj M'rizeq

oh homme sensé,
n matin devant le

le, lui dirent-ils,


ns comme arbitre

ible :
heter ni ne fais rien

, tu jugeras avec
nd), Dieu t'a confié
pouvoirs. »

« Je vous écoute,
e.
que chose à dire,
tude; celui qui a
, et, bien entendu,
ra le verdict. »
u juge :
st permis de me

mmun avec le vin;


des hommes
ontiens une vertu
maladies que je
eur du corps.
et tristesse ;

PAGE SUIVANTE>>>

Qacida: Cliquer 2
ou latèy
ilite la digestion
s aliments

�ris les
souffrantes;

x hommes de
e boivent,
d�tente et

ntiens un brin
ce

enthe et de
.

�i�re
� une tiare5 ;

teau repose sur


d de beau bois;

sero est rempli


ardentes;

verres d�licats
� mon
nt �

mment ? Toi,

que tu rivalises
ec moi ?

quoi �lever le
moi,

es qu'une pauvre
apr�s tout !

procures ni
n'exhales aucun

es pas digne des


solennit�s et
.

ui te convient, ce
asses de pierre

s bols7 d'argile
poids �.

f� r�pliqua :
compensera tes
mme il se doit).

ge tes propos et
ames pas licite.

ma m�decine
est
e.

�ris le malade
gues maladies

�ris les
souffrantes.

hommes de bien
vent j' apporte
t repos ;

sipe migraine et

soir�es avec
nt durer
.
<<<PAGE PRECEDENTE | PAGE SUIVANTE>>>

Qacida: Cliquer 3
ou latèy
ue les veill�es
eront, oh esprit

n courtier ne
au march�.

bon pour les


et les b�ufs

ue, pareil �
n'es qu'une
r�e.�

ge parla en ces

ssez8, nobles
tes, vous �tes
efficaces,

le th� poss�de
plus
es.

af�, tu es bon
accessible,

� est fait pour le


ment du grand

ute son charme


ude et � la joie
tions.

Tout-puissant l'a
si)

dot� d'un
endide.
<<<PAGE PRECEDENTE |Retour
a pri�re et le
eu soient sur le

a famille et ses
ns9 illustres,

Omar,
et Ab�bakr

artisans et sur
ux
.�