Vous êtes sur la page 1sur 11

I- Classifications conceptuelles Différence entre veiller et surveiller : la veille est une

surveillance continue mais la surveillance peut être


Intelligence éco : en francais intelligence temporaire.
économique en anglais Business intelligence qui a une Veille stratégique et intelligence économique
connotation de surveillance plus ou moins saine : active  La VS fait partie de l’IE : si la VS est déclinée en sous
(je surveille pour agir ) ; pro active ( logique offensive et domaines et l’IE englobe le tout , c’est une
défensive ) ; passive ( Je surveille pour surveiller ) . problématique de démarches et outils
 En IE c’est beaucoup plus un état d’esprit, une culture ,
Définition : l’intelligence économique est défini comme en plus de démarches et outils parceque tout se joue
étant un ensemble d’actions coordonnées , de recherche au niveau de coordination sinon synergie négative et
, de traitement , et de diffusion d’information utiles aux blocage
acteurs économique , ces action sont mené légalement  Le périmètre d’intervention : 5 forces de PORTER ; en IE
avec toute les garantie de protection nécessaire à la en plus des acteurs éco ; il y a les acteurs politique
préservation du patrimoine de l’entreprise et ce dans ls  concernant la veille thématique on est dans des logique
meilleurs condition de qualité de cout et de délais. de spécialiste (mercaticien, financier ou autre) on
donne une naissance à une connaissance, alors que
dans l’intelligence économique on est dans des groupes
 Coordonnées : cycle avec des étapes et une
très hétérogène et là la collaboration devient très
séquentialité entre ces derniers avec une possibilité
difficile à mener
de feedback.
 Lorsqu’on dit veille seulement elle a une connotation
 Infos utiles : on surveille les axes prioritaires, ( on
passive , c’est ce qu’on appelle surveiller pour surveiller
décline les objectifs en des axes à traiter selon une
et non pas pour agir , et c’est lorsqu’on parle de veille
priorité et en fonction de plusieurs facteur « activité
active sinon de veille stratégique qu’on ajoute la
technologique » l’axe production est dans ce cas
connotation active ; pour l’IE , on est plutôt actif
primordial » l’info est donc utile
offensif concepts d’influence lobbying .
 Acteurs économiques : il y a des axes prioritaires à
surveiller Veille VS intelligence
 Légalement : on souligne l’aspect légale pour lever le  La veille stratégique fait partie de l’intelligence
sens péjoratif de l’intelligence économique : économique le en
«surveillance, espionnage »  l’intelligence économique c’est l’état d’esprit (une
L’intelligence doit être dans la sphère de légalité, et être philosophie) , la veille stratégique c’est la stratégie , les
de bonne foie. sous dimension sont les déclinaison opérationnelles de
 protection : si le processus n’est pas sécurisé la stratégie (exemple de différence entre mission ,
elle conduit à l’infiltration stratégie et action : c’est une déclinaison = la mission
NB : le knowledge management fait partie de l’IE ; c’est la stratégie générale , l’état d’esprit ; la stratégie
c’est un élément de cadrage inferieur permettant de
il travaille l’étape de transformation de l’information
préciser les déclinaison opérationnelles ( financière ,
vers connaissance ; c’est un processus plus long de
technologique juridique …)
l’amont à l’aval.  la veille stratégique a une connotation beaucoup plus
 Veille stratégique : statique et défensive ( la veille c’est quelque chose de
Un ensemble d’activité (coordonnées) continues ponctuel) elle a une connotation de défense , une
itératives, visant à la surveillance active de fonction de mise en alerte du système donc elle est
l’environnement en vue de déceler les opportunités et les orienté interne , c’est en quelque sorte immuniser
menaces. l’interne du système contre toute attaque ou
 Itératives : infiltration,; l’intelligence qui est un état d’esprit
un système d’accumulation d’information (progressif) , intégré est quelque chose de progressif , c’est quelque
c’est comme si on évolue dans un contexte donnée , ou chose qu’on pourrait mesurer , palper , à travers des
entrain de compléter un puzzle en vue d’obtenir une actions par domaines .
visions et une lisibilité du marché…………….La veille DONC : si la veille est orientée interne avec un objectif
stratégique est un système d’anticipation permettant de d’une mise en alerte du système , l’intelligence économique
développer tout un système qui détecte les opportunités et orientée externe avec un objectif de
et les menaces avant les autres
influencer le contexte dans lequel elle opère de tel II- Processus de veille cycle de
sorte à le domestiquer en quelque sorte , à le rendre
plus favorable ou à le pacifier par rapport aux enjeux renseignement
stratégique de l’entreprise Généralités
1. Cycle : donne lieu à tout phénomène de rétroaction
 L’intelligence éco est comme la veille stratégique 2. Renseignement qui a : Une connotation militaire :
(berceau de l’IE ) et Une connotation péjorative (on
se base sur l’information et le traitement de celle-
peut aller à des infos faisant l’objet de l’intimité de la
ci , mais dans l’intelligence c’est surtout un personne).
processus de traitement collectif de l’information , 3. La limite entre légalité et illégalité , moralité et
on va dire que c’est la même chose dans la veille , immoralité est une chose parfois très difficile à
mais dans l’intelligence on peut intégrer une discerner et elle est incarnée dans ce concept , parce
personne au-delà de l’entreprise et c’est beaucoup que des fois on peut utiliser des manières illégales
difficilement gérable parce que ça peut engager pour arriver ; l’objectif peut être moral ou immorale ,
des partie politique , des ONG , des association , et c’est dans la manière que je pourrais faire cette
des gouvernement …sinon dans la veille on a que distinction .
des acteurs internes à partir desquelles on peut 4. Intelligence éco : processus avec possibilité dé
établir une stratégie coordonnée , alors que dans rétroaction : on fait la rétroaction pour apprendre et
l’intelligence économique cette aspect de formaliser le processus (ou autre motif comme
coordination dépend de au delà des frontière l’immuniser et le sécuriser) C’est la philosophie de
organisationnelle de l’entreprise ( ça peut engager l’apprentissage organisationnel
des acteurs du marché concurrentiel , comme ça Etapes
peut engager des acteurs de macro environnement A- Orientations générales
) Constitue l’état d’esprit qui va cadrer toute les actions
que ce soit tactique ou stratégique. . Elles sont
En gros les deux pratiques, ne sont pas exclusifs mais
différentes d’une entreprise à une autre d’un contexte à
l’un complète l’autre , c’est un continuum : faut juste
une autre selon deux facteurs :
savoir quand s’arrête l’une des pratique et quand - les domaines d’activité stratégique : dans lequel
commence l’autre opère l’entreprise
 Veille stratégique : AMONT - le système de valeurs de l’entreprise : la culture de
 Intelligence économique : AVAL l’entreprise , la partie la plus intangible de
l’entreprise . a chaque fois qu’on est en situation que
Différences : Surinformation ; désinformation ; les domaines à surveiller sont plus que 1, le prob de
mésinfo coordination se pose ; ce système joue un role de
 La désinformation : désinformer une information , de contrôle organisationnel à 3 niveaux : (conformité ;
la modifier en vue d’orienter l’opinion public vers un efficacité ; management )
sens péjoratif ,dans le sens d’induire en erreur - en fonction de cs facteurs on définit les axes
 La surinformation : un surplus d’information prioritaires à surveiller
permettant d’embrouiller d’avantage un champ - Pour arréter les domaines à surveiller , il faut une
concurrentiel : impossibilié de savoir ce qui est faux de étude externe ( sous forme de Benshmark ) et une
ce qui est authentique étude interne ( évaluer ses ressources )
 La mésinformation : conséquence de la surinformation B- Recherche de l’information
pour chaque domaine prioritaire à surveiller je vais
Ces trois concepts sont utilisés dans le contexte
essayer de décider des informations à rechercher
médiatique mais aussi en termes d’influence
Quel type d’info à rechercher : pour chaque domaine
Influencer : diriger vers une voie souhaitée c’est le département concerné qui décide ; une recherche
ciblée qui permet d’éviter les problèmes de désinfo ;
mésinfo …
Deux filtres : C- le traitement de l’information
- Filtre en amont : pour contrôler la véracité sinon C’est la création collective de sens
l’authenticité des sources d’info  Deux composants
Les éléments de filtrage sont également négociés dans la - Support : tout ce qui est logiciel de traitement de
mesure ou chaque source sera classée( par exemple la donnée
récence du fait) - La compétence métier
le contexte dans lequel cette information a été piochée ce  Deux niveaux de croisement
filtre dépend notamment du procédés de collecte ,par
- Croisement intra périmetre :
exemple revue dé référence ( infos authentiques
à l’intérieur de l’axe prioritaire à surveiller ; du domaine
discussions , info récupérée par infiltration ; et l’idée
C’est parce que Un radar qui ne permet pas de localiser
naturelle est de dire que à chaque fois ou une information
un ennemi peut induire en erreur , qu’il me faut une
est sécurisé elle est de valeur ajoutée ; mais l’inconvénient
logique dans laquelle je vais croiser des informations
c’est qu’elle devienne source de convoitise .
technologique avec des informations concurrentielles
Exemple : réunion d’ordre stratégique : Procédé classique
pour créer un sens collectif et donc créer une
(renfermer l’info) ; procédé plus subtile (la tenir dans un
connaissance chose qui renvoi au niveau deux .
jardin publique) .
- Croisement inter pérmetre :
Dans ce filtre ; il ne faut pas considérer que tout ce qui est
c’est un traitement interne complexe à la fois sur le plan
sécurisé est intéressant et tout ce qui est disponible est
support mais à la fois sur le plan organisationnel :
banal car il s’agit la de tout un procédé de sécurisation
ramener des praticiens de différentes discipline pour
(induire en erreur ; désinformation)
définir une vision commune et créer du sens n’est pas
DONC : facile ; c’est un défit de complexité ( si entre les axes par
lorsqu’on fait des critère d’infiltration il ne faut pas avoir exemple les ingénieur peuvent se réunir pour traiter
une lecture simpliste des choses , il faudra vérifier l’information , mais lorsque c’est inter niveau ça pourrai
l’authenticité intrinsèque de l’information , ainsi que le donner lieu a une double interprétation de l’information :
contexte dans lequel celle-ci a été récupérée une donnée peut être considérée comme une
opportunité pour un financier et peut être conçue
- Filtre en aval : est un filtre pré traitement ou de comme une menace pour un mercaticien , et c’est
traitement préliminaire un prélude et une première bénéfique car avoir une diversité dans l’équipe qu’on peu
prise de connaissance par rapport à l’information avoir plusieurs cas de figure et avoir par conséquent une
recherchée vision multidimensionnelle : ce qu’on appelle la création
ce pré traitement peut être un croisement préliminaire : il collective de sens
se peut y avoir des information sur lesquelles on a eu un
problème sur le fait de décider est ce que authentique ou DONC
pas , autrement di alors le croisement pourrait être cette création collective de sens permet de passer de
premiere étape de vérification : en croisent une l’étape information (puis le traitement par les différents
information de type banal avec deux ou trois données de profils contrastés) à l’étape connaissance laquelle
type authentique , elle pourrait créer un sens commun constitue l’ingrédient permettant de décider

L’output étape recherche d’infos :


le formulaire de capture ‘’d’information ‘’ qui contient D- Décision et diffusion de la connaissance
l’information, la source d’information et le veilleur.
Ainsi le pourquoi de ce formulaire est de formaliser - Premier élément l’organisation : si on a pas une
organisation coalignée permettant au niveau de
l’information et de responsabiliser le donneur de cette
notre organisation de repérer les acteurs les plus
information, comme ça lorsque je ferai le
sensible par rapport à la connaissance produite , on
regroupement je saurai qui a fait quoi. aura du mal à apporter du plus , donc l’organisation
Ainsi maintenant que nous avons un premier filtrage est là pour donner la connaissance qui faut , par le
de l’information aval et on a une possibilité de faire un canal qui faut à la bonne personne
premier feedback vers la première étape
- Deuxième élément l’action décision : être logé dans un cadre organisationnel ( être dans un
L’action est extraverti ou bien intravertie : ou bien elle est service ou un département avoir des indicateurs dédiés) (
destinée à l’interne ou elle est destinée à l’externe , celle avoir un responsable ) (avoir un objectif des procédure de
destinée à l’externe on l’appelle veille proactive sinon traitement interne etc )
offensive (une manière d’immuniser le territoire : la veille - Une autre question se pose : il faut là loger où ?
offensive) ; celle orienté interne c’est veille défensive la meilleure façon de structurer une
REMARQUE organisation c’est l’organigramme, on a trois
Le cycle de renseignement est l’élément fondamental scénario pour loger la structure de l’intelligence
de l’intelligence éco , Dans la démarche d’intelligence il -
y’a trois processus : le cycle de renseignement , le  Scénario1 : La rattacher directement à la direction
processus de sécurisation (ce qu’on appelle immuniser le générale : pourquoi ? parce que c’est stratégique et
territoire) et y’a le cycle décisionnel constitue un axe de l’avantage concurrentiel ; une
1. Processus de sécurisation certaine neutralité et une certaine indépendance
le processus de sécurisation se trouve dans les quatre Exemple : créer une structure de veille technologique
étapes du cycle renseignement ; pour la simple raison que la composante technologique
on dit que la sécurisation commence par sécuriser ce qui constitue pour l’entreprise en question une variable de
est conçue comme axe prioritaire à surveiller ; sécuriser les survie , c’est l’axe de compétitivité majeur donc la
objectifs stratégique, sécuriser les source de collecte de dimension techno est très stratégique
l’information, sécuriser techniquement la base ou on va Limites quelqu’un qui n’est pas aligné avec le middle
mettre ces information , sécuriser tout le processus de management, on va soupçonner ses intentions, car qui il
traitement et d’analyse et sécuriser le destinataire auquel vient de la part de la direction générale, que les autre
la connaissance a été produite lui sera émis départements ne vont pas étre trop collaborateur parce
la sécurisation : je sécurise car y’a risque potentiel, (l’IE est qu’ils soupçonnent les vrais intention de la personne ,
lié à la gestion des risque qui peut être accidentel ou c’est un défit à relever pour réaliser le scénario 1
provoqué)
2. Processus de décision  Scénario 2 : c ’est lorsque je vais créer un
existence des décisions intermédiaires dans le cycle de département nouveau dans le middle managent , je
renseignement ; le fais à chaque fois que j’ai pas pu relever le défit de
orientation générale ou axe prioritaire : déjà c’est une ce qu’on a dit , le premier scénario y avait un
décision, problème de coopération , alors que la création du
le fait d’avoir plusieurs dimensions et dire que je vais me département au middle donne une certaine
concentrer sur ces axes est une décision , donc le processus coopération entre le département IE et les autre
décisionnel est déclenché dés la première étape et c’est pas grâce à la proximité , en pLus on serait assurer de
dans la première que je décide mais tout au long il y’a des vérifier la remonté de l’information vers la direction
décisions intermédiaires , la décision final est appelée en générale , car si on est au sommet on ne peut pas
quelque sorte l’action , on dirait que par étape il y’a des savoir si c’est authentique ou pas , on gagne donc et
décision , même chose de sélection , lorsqu’on décide des la collaboration des différents collaborateur .
critères de sélection c’est une décision , le traitement de
 Scénario 3 : créer un service à l’intérieur d’un
l’info que ce soit quali ou quanti , décider les méthode et
département ; c’est utilisé lorsqu’on a un axe
technique permettant de faire des décision , et finalement
prioritaire seul à surveiller selon le risque ( risque
l’ étape 4 dont on décide les personne a qui on donne
financier : département financier ) ; en fonction du
l’information est également une décision.
contexte dans lequel opère l’entreprise je crée un
Précisions service
la variable organisationnelle : de l’IE qui est un état Limites : l’intérêt stratégique de l’intelligence
d’esprit méfiant, qui est à l’écoute de l’externe, qui économique s’affaiblie , le budget alloué se diminue
privilège la collaboration, le partage et le groupe en même
matière d’organisation on commence par ce principe là ; et
pour que l’IE soit gérable faut l’institutionnaliser Exemple :
parmi les outils qu’on utilise c’est l’auditeur interne , il est
là pour travailler la formalisation d’une pratique c'est-à-dire
Séminaire 3 : prolongement de la démache - Caractéristiques : Un SF c’est généralement une
d’intelligence éco : démarche d’anticipation information fragmentaire, des infos qui sont coupées
à tel point que si on l’on prend chacune de manière
 la démarche de l’anticipation : l’IE est isolée, on ne comprend rien ( ex puzzle ) : c’est ça
essentiellement une démarché d’anticipation, car si on l’anticipation càd on est dans une logique continuelle
prend le comment il se résume dans l’aspect de collecte des infos de type signaux faible une fois
anticipation croisé ça donne une idée sur ce qui va advenir
 Différence entre anticiper et prévoir : - Différence entre SF et le S.fort : Le premier banal,
- la prévision : parce que j’au pu constaté que x impacte Y insaisissable , déclenche un sentiment pour
, Travailler sur X pour orienter Y vers la direction souhaitée quelqu’un même si les autres se sentent indifférents ,
c’est utiliser un raisonnement logique me permettant de donc je serai dans une échelle de zéro à dix , zéro y’a
prédire ce qui va s passer dans le futur. pas de signal ça veut dire je suis dans le signe , il n’est
- L’anticipation : c’est lorsque on a pas la possibilité de pas du tout audible , ou bien il est fort : il est
prédire un phénomène an vue de l ‘incertitude qui règne tellement fort que tout le monde l’ont entendu (
dans le contexte auquel on opère et de manque de lisibilité degré 10) , et si il est entendu par tout le monde ,
de ce contexte donc aucun raisonnement logique ne c’est que y’as plus d’intérêt stratégique , un signe
permet de prédire ce qui vas se passer , et avec un Scor zéro c’est un signal faible (exemple
c’est ça la problématique de l’IE : on a une y’avais un événement quelque part et on voit qu’une
incertitude et on est dans l’obligation de entreprise qui a été directement ou indirectement
concerné n’as pas Fait un communique de presse ,
pouvoir élever notre niveau de lisibilité de c’est un signal faible avec un Scor zéro ) .
l’environnement afin de pouvoir décider et les signaux varient selon l’échelle de mesure ; et les
améliorer notre compétitivité . personne avertis qui ont des compétence dans le
D’où l’introduction de du concept de signal faible domaine peuvent détecter une info banal comme étant
 Signal faible stratégique en la croisant avec d’autres signaux, et que
Définitions chemin faisant on peut avoir une idée sur ce qu’on est
- la différence entre signe et signal : signal, c’est entrain de chercher et que on a fait le 1/3 du puzzle et
l’émission intentionnelle d’info par contre le signe est d’avoir une vision plus lisible de la structure globale .
manifestation involontaire , il est muet exemple : un - Comment peut on dire qu’une information est
objet qui n’émet pas de signal il est muet et ne permet un signal faible ?
pas de le localiser ) - Le SF c’est une information qui provoque une
- Définitions réflexion, sinon inspire réflexion tellement elle parait
le SF sont des éléments clé du processus informationnel par paradoxal ; je peu reconnaitre le SF par tout
lequel un e entreprise se met à l’écoute anticipatif de son message provoquant contradiction de quelque chose
environnement dans le but de saisir une opportunité sinon d’anormal par rapport à ce qu’on connait tellement il
réduire une menace, ou une incertitude ou risque inspire réflexion, tellement il provoque chez celui qui
Définition précise : le SF d’éclanche chez le manager « qui le réceptionne réflexion qui peut être contradiction
est sensible » une sensation que quelque chose - Toute info qui nous laisse indifférent c’est un SF
d’important semble s’amorcer et pouvant avoir un avec un score zéro toute info paradoxal qui inspire
changement plus ou moins radicale dans l’environnement réflexion pourrai avoir un score 1 2 3 ……
de l’entreprise On parle de l’échelle de zéro a 10 : un Objet qui n’émet
- Pourquoi on l’appelle signal faible ? : il est faible par pas de signe il est muet , il est en tant que lui-même SF ,
son apparence difficilement perceptible il est pas apparent ; et à chaque fois ou on passe de 1 2 3 .. jusqu'à 10 le
il est difficilement saisissable , mais avec un impact profond message devient de plus en plus fort
, un changement fort
- Pour anticiper la matière première c’est le SF sauf que
le SF n’est pas perceptible pas tout le monde, il est
noyé dans une vague informationnelle a tel point qu’il
n’apparait pas pertinent et c’est là qu’on reprend l’idée
de surinformation et de sécuriser en ouvrant.
- la capacité de faire « corps » avec la nature ou
- La connotation paradoxale sinon le contenu l’environnement , l’entreprise tellement elle est
paradoxal intrinsèque à chaque SF (Remarqué à chaque intégré de manière assez importante dans son
fois qu’elle est exceptionnelle) A chaque fois que y’a environnement , elle met pas autour d’elle des
contradiction ou paradoxe, a chaque fois que ça barrière ainsi elle serait dans la capacité de s’intégrer
provoque chez la personne interrogation de manière facile et de manière intelligente sans
,questionnement en tout cas ça va donner naissance un provoquer une réaction négative des autres « si on
processus mentale qui va nous pousser à voir en amont intègre un corps étrange dans le corps humain ; il
( le pourquoi de ce paradoxe) et en aval ( les peut être intégré positivement , sinon il va être rejeté
conséquence de ce paradoxe) . Croisement amont aval : par le corps humain » donc elle a intérêt a
croisement des SF ; (voir page 12 pdf ) développer une organisation complètement intégré
- Dans cette réflexion que SF provoque individu ; dans son environnement de tel manière a développer
généralement c’est un processus mental qu’on connait un flux fluide d’information entrant et sortant
le début mais on ignore la fin , le début c’est le A quel moment je peux dire que j’ai collecté des
paradoxe qui a donné naissance a une réflexion : SF infos pertinentes ?
donne au début une réflexion qui donne a son Tour une L’ensemble de signaux faible donnent naissance à un
autre réflexion et par effet de domino on ne sait pas ou sens ; à une info pertinente
ça va aller se terminer ou bout de la réflexion . - la nature du choc à venir : (positif ou négatif ,
- Remarque : l’intuition peut provoquer en nous un opportunité ou menace) je vais évaluer la pertinence
signal faible, qui déclenche une réflexion en amant et de l’info en fonction de la nature du choc à venir , de
en aval permettant de déclencher la démarche la représentation du choc à venir , c'est-à-dire après
d’anticipation . avoir rassemblé les puzzle ( Signaux faibles ) je vais
- le SF il est le fruit des circonstance sinon des rencontres avoir une représentation finale . Donc une info
(confrontation avec un objet ou une personne , un film pertinente est une info qui permet d’arriver et de
, un évènement ) , exmple : je suis avec des amis ; je me compléter l’ensemble du paysage et donner le
fous de ce qu’ils disent , mais j’entend un mot qui me maximum possible une présentation la plus
provoque et qui provoque une réflexion chez moi : SF . rapproché de la structure générale.
- l’ampleur des conséquences inhérente ( se
rapportant ) à ce choc ,
Démarche d’anticipation
- le temps de la tense dont dispose l’entreprise pour
L’input de toute démarche d’anticipation c’est le SF ça veut
s’organiser afin de se préparer au choc
dire j’anticipe en se nourrissant des SF.
L’état de la connaissance organisationnelle interne , pour
traiter les conséquence du choc : c’est ce qu’on appelé
1- la collecte des signaux faibles : l’apprentissage organisationnelle dans le cycle de
l’entreprise devrait développer une grande capacité renseignement : ( si on a un service d’intelligence
d’écoute , parce que SF n’est pas détecté par tout le monde économique fraichement élaboré , qui date d’une année
et de la vient le terme sensibilité aux SF . ou deux ce n’est pas que d’avoir un service d’intelligence
(être très sensible a toute information signifiante et donc économique qui date par exemple de dix ans , car sur le
être sensible aux signaux faible) plan de la connaissance de la mémoire organisationnelle
Deux conditions à respecter : on aura plus de capacité à traiter la connaissance
- développer en interne une capacité disponible pour gérer les conséquence du choc que d’être
organisationnelle d’écoute à tout ce qui se passe dans l première fois confronté à ce type de choc , et donc
autour d’elle , une certaine harmonie interne , si vous avoir un effort supplémentaire en terme de compétence
avez du bruit en interne on sera dans l’incapacité en terme de finance , en terme d’outils d’analyse et de
d’écouter en externe donc la première condition est temps etc ;;; , si avec l’expérience on peu réduire le
d’avoir une harmonie interne nous permettant d’être traitement de l’info , c’est une prédisposition
sensible à tout ce qui va se passer au bruit externe . organisationnelle à traiter de manière plus ou moins
rapide de la connaissance par rapport aux conséquence
du choc .
LE DATAMINING Lien entre intelligence économique et démarches :
Datamining = intelligence marketing = intelligence en datamining on part de l’hypothése qu’on a les
économique appliquée au domaine commercial. informations en datawarhouse , le datamining commence
C’est comprendre et lire son marché : collecte donc lors de prétraitement ( vérifications des infos )= on a
d’informations, traitement un base de données et on va l’utiliser ( je collecte pas les
La connaissance client peut être ou bien par : infos )
- par personnes : one to one - au delà du traitement, le CRM prend part en l’action :
- par segments : connaissance moyenne en prédictive il y a une grande part d’actions , il
comporte une dose d’actions
- modèle prédictif : je prédis les informations collectés
CRM ANALYTIQUE
par le CRM opérationnel
Dédié à traiter l’information préalablement collectée
(entroposée en datawarhouse) en vue de développer une Outils
information appliquée (connaissance appliquée ) sur un - Outils statistiques d segmntation ; arbres de décisions
marché ::::: mix marketing - Outils d’analyse statistique : ex de modélisation
(équations structurelles )
CRM ORERATIONNEL
- Analyse qualitatif : analyse du contenu, discours,
Opérations menées par mercaticien dont l’objectif est de
verbatim
créer , maintenir et renforcer la relation client , il se
préoccupe de la prospection et de l’acquisition et
fidélisation Valeur client
Je sélectionne dans ma base clients ls clients fideles ; je fais Il faut prendre en considération la valeur client, faire un
un profiling et lorsque je voudrais entrer de nouveaux effort proportionnel à la valeur , si quelqu’un le mérite on
clients , je choisis ceux avec le meme profil des clients lui accorde plus d’efforts
fideles . c’est une manière pour faire la prospection ciblée t La valeur : ce qu’apporte le client ( CA ; infos) ce qu’il
non aléatoire perçoit ( comment il perçoit les offres)
Exmple : en modele prédictif, si j’ai l’information de la
CRM COLLABORATIF
valeur client , je développe un grand effort pour les
On dépasse ce qi est naturel ; le client devient de plus en
clients importants .
plus exigent , il demande des solutions intégrées qu’aucune
entreprise isolée n peut satisfaire elle a besoin de
partenaires . c’est la capacité de nouer des relations Aspect organisationnel
partenariat dont l’objectif est d’améliorer la valeur de On a généralement quatre procédures : collecte
l’entreprise traitement diffusion et intégration
Pour le CRM, il va essentiellement vers traitement ,
DONC diffusion intégration ; il n’est pas concerné par la collecte
On situe le CRM analytique au centre de ces deux
dimensions
- Le CRM opérationnel impacte l’analytique dans Audit cycle de renseignement
l’efficacité des actions, réajustemnt du tir L’auditeur va mesurer l’intensité et l’efficacité de la
Datamining = apprentissage client : knowing by doing :
diffusion de l’information au sein de l’entreprise. En effet,
connaissance par l’usage j’arrive à mieux connaitre la chose
en la pratiquant , la connaissance client se fait tout au long chaque agent est à la fois en position de recevoir et
du processus , c’est parceque c’est un acteur présent au d’émettre de l’information, et ce d’une façon continue.
moment de la production du service que je vais apprendre
Donc, les questions auxquelles devra répondre l’auditeur
la manière avec laquelle je développe la version la plus
adaptée au marché L’information arrive-t-elle au bon moment ?Qui est
responsable de la diffusion de l’information? A qui
Démarches : l’information est-elle transmise?
Démarche exploratrice Les auditeurs vérifieront également les capacités
Démarche explicative d'influence de l'entreprise sur son environnement. Ils
Démarche prédictive mesureront sa faculté à repérer et à intégrer les réseaux
d'influence susceptibles de l'aider à anticiper sur des
réglementations, des normes, des appels d'offre, des - je ne peux pas travaillr une intellignce offensive si à
l’intérieur il ya des conflits
alliances dans tous les domaines. En l’occurrence l’auditeur - il faut un anlyse interne et externe( PORTER) pour
doit évaluer la rétention d’information pour éviter toute identifier les axes prioritares
sorte de problème ou de gâchis. La prise en compte de la externe : l’auditeur doit détecter les informations
concrnant ces acteurs et au dela analyser la pertinence
codification du message va permettre à l’auditeur de de l’outil d’analyse .
donner un sens unique, et la connaissance à un niveau très - il faut un recensement complet de scénarios , tout
dépend de l’exhaustivité de l’analyse interne et
précis de l’information rendre la pratique plus formalisable.
externe , de la véracité et et utilité de l’information
collectée en interne et en externe ( ces éléments
L’enjeu majeur de cette phase est de produire la conditionnent les axes prioritaires )
connaissance, laquelle donne naissance à un risque de - le premier filtre qu’un auditeur devrait avoir c’est est
ce qu’on a été exhaustif dans l’élaboration de
fuite ou de filtration, chose qui va impacter voire
l’analyse : dans la manière d’analyse qu je pourrai
outrepasser les étapes précédentes. Par conséquent, dire si j’ai été exaustif ou pas càd l’analyse doit etre
l'auditeur doit veiller sur la protection de l’information de faite avec la participation de toutes les unités
organisationnelles
tout type de fuite en sécurisant et techniquement et
- si j’ai eu un biais méthodologique en matière de
humainement son système de diffusion. collecte d’informations , automatiquement le bais va
se présenter au niveau des axes prioritaires
feedback intra etape : je pourrais etre dans la collecte - l’auditeur doit voir les critères de scoring qui ont
d’infos , chemin faisant elle nous révéle certains aspects qui mené à ce classement
nous permettent de réajuster les axes prioritaires et par la - audit du cycle de sécurité : à considérer depuis
suite les reclasser l’étape de collecte parceque si une entreprise arrive a
- Le feedback inter etape se trouve entre la définition des savoir sur quoi on est entrain de travailler , elle va
axes prioritaires et la collecte d’infos miner les infos par des rumeurs .
En collectant les infos il put s’averer que certains axes - étape d collecte : les capteurs : le passage des axes
prioritaires ont été sous évalués du coup on ls réevalue et prioritaires à la recherche des informations est un
ce n’est qu’à la fin du cycle que j vais dire ue jai sous évalué passage d’un probleme décisionnel à un probleme
un axe Le feedback est l’energie qui nous permet d’avancer informationnel
à pas sur =============== a toute activité il y a une marge méthodologie de collecte : risques : liées à l’utilisation
de correction des technologies source d’information ; juridique liée à
Lien intelligence éco et audit cycle de renseignement vie privée ; humaine liée a compétences et snsibilité de
- l’un peut etre considéré le résultat de l’autre comme l’info , et à la concption des outils d’information.
l’output dans la mission de l’autre - Etape de traitement : en plus de la technologie il y a
- un auditeur peut utiliser le résultat de IE pour la simple une forte intervention humaine
raison de l’audit de l’environnement externe qui lui L’auditeur doit veiller de facon a ce que l’aspect
permet de le veiller technologique prenne le tas sur l’aspect humain
- de la meme facon l’IE peut tres bien utiliser le travail de Il y a une création collective de sens : le sens ne peut etre
l’auditeur comme matiere de formalisation crée que par l’interprétation humaine
le processus informel : je vais utiliser l’audit dans l’objectif - Etape diffusion : aussi importante que les autres
de formaliser , sécuriser une méthode , la rendre étapes elle présuppose un fort niveau de sécurisation
observable car la on trouvé la connaissance , le risue de fuite est
- l’audit interne : se concentre essentiellement sur des tres elevé . en cas de fuite d’infos les 3 premieres
aspects internes ( en IE j peu pa entndre externe si ya étapes seront gâchis
bruit interne ) donc l’audit interne doit instaurer le La sécurisation doit etre technique , et pour lutter contre
calme total la fuite il faut réduire sinon controler les parametres de
diffusion d’information
La Comptabilité créative Compta créative et IE
Elle na va pas à l’encontre de la loi ; elle travaille à la
fois dans la loi t ds normes comptables mais il est clair - En Intelligence économique comme en
que c’est contr leur esprit comptabilité créative, il est très difficile à
C’est essentiellement une manière d’utiliser les règles discerner le moral de l’immoral, l’objectif est de
, la flexibilité procurée par ces règles et leurs traiter des données, qui par leur regroupement
imprécisions pour rendre les états financiers différents deviennent informations, après un éventuel
de ce qu’ils auraient été dans le strict respect de la traitement on obtient une connaissance
règle. - La compta créative est un outil d’influence pas
dans le sens péjoratif mais l’orienter dans l sens
Elle opere dans le champ légal par le biais de argument en présentant par exemple au
l’intervention dans les zones flous de la banquier un bilan qui retrace une situation
réglementation comptable ; ingénieusement ce qui la d’endettement saine .
distingue de pratiques relevant de la fraude - en ce qui concerne le processus décisionnel
comptable. qui est un processus transversal, le biais
dégagé par l’utilisation de la comptabilité
La créativité : une amélioration présuppose une créative pourra persister jusqu’à la fin du cycle
disponibilité des choix comptables, une tolérance par à savoir, l’étape : Diffusion de la connaissance
et prise de décision, donc son impact se sent
rapport à une norme ( seuil de tolérance ) et donc
davantage par sa capacité à influencer la
l’entreprise par le biais de la compta créative va décision prise à ce niveau.
essayer de jouer dans cette marge tout en la justifiant les facteurs qui générent cette pratique :
à l’auditeur - Pour s’adapter à la cible
C’est dans cette logique d’optimisation des choix de - L’idée que en comptabilité il n y a pas de regles
l’entreprise par rapport au résultat voulu que strictes , on a des options de choix qu’on va
s’enregistre la créativité comptable. essayer d’en tirer la meilleur partie
Distinguer entre normativité (respect de la discipline En comptabilité , à l’horizon on ne peut jamais
comptable) créativité et manipulation. atteindre l’image fidele

Compta créative et marketing : une sorte d’un


soufflement d l’état d’esprit marketing dans la
comptabilité
En marketing : je pars de la cible pour développer une
offre adapté
Même chose pour la compta créative en fonction de la
cible je vais soit embellir l’image de l’entreprise quand
il s’agit d’investisseurs ou bien afficher une assiete
fiscale largement faible quand le bilan est destiné au
fisc , cela s’inscrit dans une logique d’adaptation du
message comptable aux différents cibles tout en
restant dans la légalité . ( faire des aménagements en
fonction de la cible )