Vous êtes sur la page 1sur 10

Les contes de ma mère l’oye

PRESENTATION DU SPECTACLE

Les contes de ma mère l’oye est un conte musical, présenté par le Collegium Instrumental Méditerranée, le
chœur d’enfants du CRR Perpignan et deux comédiens : Charlotte Saigneau et Gérard Bayle.

DESCRIPTIF

En cette veillée de Noël, place aux contes pour enfants, aux divines histoires et légendes de
notre tradition française sur fond de chansons et de musiques d’hier et d’aujourd’hui. C’est
l’histoire du Petit Poucet qui s’enfuit dans la forêt magique. Dans ce lieu féérique, il rencontre
les personnages principaux de trois autres contes : Serpentin Vert (Madame d’Aulnoy), La
Belle au Bois Dormant (Charles Perrault), La Belle et la bête (Madame Leprince de
Beaumont). Sur le plateau, six musiciens, un chef et deux comédiens, réunis pour que la
magie opère…

LES ARTISTES

 Maurice Ravel : musique.


 Charles Perrault : textes.
 Daniel Tosi : adaptation.

 Charlotte Saigneau : comédienne.


 Gérard Bayle : comédien.
 Henri Lacolte : illustrateur, plasticien.
 Christian Pinaud : création lumières.

 Collegium Instrumental Méditerranée.


 Daniel Tosi : direction.
 Chœur d’enfants du CRR Perpignan.

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
Biographie de Maurice Ravel (1875-1938):
Né à Ciboure, Suisse et savoyard du côté paternel,
basque par sa mère, Maurice Ravel a trois ans
lorsque ses parents s’installent à Paris où il
manifeste très tôt un goût certain pour la musique.
En 1889, il entre au Conservatoire de Paris : il y
effectue ses études musicales notamment auprès
de Fauré. Alors que plusieurs œuvres ont déjà
suscité l’admiration du monde musical - Pavane
pour une infante défunte (1899), Jeux d’eau (1901),
et un Quatuor à cordes (1903) - Ravel se voit
refuser, pour la quatrième fois consécutive, le Prix
de Rome en 1905. Cette élimination accroît sa
renommée de candidat malchanceux. Sorti de ses
études, il n’acceptera jamais aucun poste officiel.
De 1905 à 1913, Ravel compose énormément : les étonnantes mélodies Histoires naturelles (1906) sur textes
de Jules Renard ; Miroirs, la Sonatine et Gaspard de la nuit pour piano ; le petit opéra L’heure Espagnole qui,
par son abandon total au lyrisme romantique et ses textes déclamés davantage que chantés, choque
profondément le public. Pour orchestre enfin, la Rhapsodie espagnole et Daphnis et Chloé (1912), une
symphonie chorégraphique commandée par Diaghilev et les ballets russes, avec le danseur Nijinsky et Pierre
Monteux au pupitre.
Alors que Ravel termine son Trio pour piano, violon, et violoncelle, la guerre éclate. Il réussit à se faire engager
mais tombe malade sur le front près de Verdun, et se trouve réformé. Dans le Tombeau de
Couperin (1917), le compositeur rend hommage à ses camarades disparus. Après la guerre, Ravel, célèbre,
entreprend des voyages en Europe et aux Etats-Unis. Indifférents aux institutions, il refuse la Légion d’honneur
en 1920. Ravel se fixe à Montfort-l'Amaury en 1921. Sa maison, le Belvédère, devint rapidement le point de
ralliement du cercle ravélien. Les dix années suivantes voient naître les oeuvres les plus populaires de son
répertoire : Tzigane (1924), L’Enfant et les sortilèges, Le Boléro
(1928), Le Concerto pour la main gauche (1930), Le Concerto en sol mineur (1931).
En 1937, il meurt d’une atrophie de l’écorce cérébrale après cinq déchirantes années de souffrances et de
silence créateur.
(extrait du Dossier pédagogique sur Ravel du Grand Théâtre de Reims :
http://www.crdp-reims.fr/artsculture/dossiers_peda/dossiers_peda.htm)

Biographie de Daniel Tosi :

Né en 1953 à Perpignan, Daniel Tosi est


aujourd'hui compositeur et chef d'orchestre.
En juillet 1983, Daniel Tosi obtient le Prix de
Rome ; en 1985, le Prix Georges Enesco ; en 1986,
le prix de la Villa Médicis Hors les Murs lui
permettant de réaliser une œuvre à l'étranger
(Barcelone).
En tant que compositeur, il réalise depuis une
vingtaine d'années sur le plan pédagogique,
plusieurs contes et opéras pour enfants. Par
ailleurs, ses œuvres de chambre ou symphoniques
sont jouées aux festivals de musique
contemporaine de Rome, Strasbourg, Turin, Milan,
Bourges, La Rochelle, Metz, Caen...
Daniel Tosi crée avec Jean Lenert en 1988 (et dirige depuis cette date) la Camerata de France (orchestre de
chambre). Avec elle, il a accompagné les plus grands solistes : Montserrat Caballé, Martial Solal, Michel Portal,
Alexandre Lagoya, Pierre Amoyal, Daniel Humair, Patrice Fontanarosa, Françoise Pollet, Julia Migenes, Didier

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
Lockwood, Bernard Soustrot, Mikaël Rudy, Jean-Marc Luisada, Frédéric Lodéon, Laurent Korcia, Jean-Pierre
Wallez.... Depuis 1989, Daniel Tosi a pris la direction du Conservatoire National de Région Perpignan
Méditerranée.
En 1992, il fonde le Festival de créations sonores Aujourd'hui Musiques (quinzaine de musique contemporaine
très conséquente et en plein essor de 1994 à 2005)
Directeur Artistique de Campler (Centre Art Musique Perpignan Languedoc Roussillon) qui regroupe entre
autres les spectacles lyriques et les concerts symphoniques et musique de chambre en Languedoc-Roussillon.
Il a fondé le Premier Concours International des Jeunes Interprètes de Canet dont il est le Directeur Artistique
permanent. En octobre 2001, il fonde l’Ensemble à Vent Languedoc/Catalogne.

Gérard Bayle, comédien ; on le retrouve à la télé ou au cinéma avec De Broca, Truffaut, Denis de la Patelière,
Marcel Bluwal, Costa Gavras, Michel Wyn, P. Sullice, H.Poirié, R. Henrico, J.Giovanni, Agnès Varda, J.M. Poiré,
J.L. Fournier, Moatti, Claudio Tonnetti, Rappeneau, Planchon, Laurent Carceles, Denis Berry, Alain
Schawarstein, Philippe Roussel… ainsi qu’au Théâtre avec : TPM, Latitude 43, Conduite intérieure, Illustre
Théâtre, Arthéma, Abattoir, TPC,… Out Off Join, Manteau d’Arlequin, In Situ, Perle de verre, etc.…

Charlotte Saigneau, comédienne, a joué le rôle de Natou dans Tramontane (1999).

Biographie de Charles Perrault (1628-1703) :


rédige la préface du Dictionnaire de l’Académie en
Né à Paris, le 12 janvier 1628, Charles Perrault est 1694.
un homme de lettres français, resté célèbre pour Il meurt à Paris le 16 mai 1703.
ses Contes de ma mère l’Oye. Auteur de textes
religieux, chef de file des Modernes dans la
Querelle des Anciens et des Modernes, il fut l’un
des grands auteurs du XVIIème siècle. L’essentiel
de son travail consista en la collecte et la
retranscription de contes issus de la tradition orale
française. Il est l’un des formalisateurs du genre
littéraire écrit du conte merveilleux. Il a laissé des
poèmes, des poésies et des Mémoires. Mais son
titre de gloire aux yeux de la postérité est le livre
célèbre des Contes de Fées.

Perrault contribua également à la fondation de


l’Académie des sciences et à la reconstitution de
l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Entré
à l’Académie française en 1671, c’est lui encore qui

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
Présentation de l’œuvre : Les contes de ma mère l’oye

« Ma mère l’Oye, pièces enfantines pour piano à


quatre mains, date de 1908. Le dessein d’évoquer
dans ces pièces la poésie de l’enfance m’a
naturellement conduit à simplifier ma manière et à
dépouiller mon écriture. J’ai tiré de cet ouvrage un
ballet qui fut monté par le théâtre des Arts. » Ravel
Ravel s’inspire au départ de l’oeuvre de Charles
Perrault : Les Contes de ma mère l’Oye, paru en
1697 sous le titre Histoires ou contes du temps
passé, avec des moralités.

Illustration de Gustave Doré

SPECTACLES JEUNE PUBLIC

Séances scolaires dans le département des Pyrénées Orientales du 22/03/2011 au 5/04/2011 ;


dans le département de l’Hérault du 19 au 23/04/2011.
Création du Théâtre de l’Archipel : 21 et 22 décembre 2010.

QUELQUES POSSIBILITES D’EXPLOITATION PEDAGOGIQUE

 Découverte d’autres œuvres inspirées de contes :


 Ravel : L’enfant et les sortilèges
 Prokofiev : Lieutenant Kijé
 Stravinsky : Petrouchka, l’oiseau de feu
 Debussy : La boîte à bijoux
 Tchaïkovsky : Casse-noisette

Des contes ou histoires pour enfants sont à l’origine de ces œuvres. Chacune d’entre elles peut être
abordée en rapport avec le texte et en relation avec des activités de danse, d’arts plastiques ou de théâtre.

Objectif : apprendre à associer de la musique à une autre forme d’art.


Objectif : l’élève apprend à comparer les musiques pour induire, déduire et vérifier des connaissances
qu’il utilisera ensuite dans d’autres contextes.

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
 Découverte du piano et de ses différentes possibilités.
Le piano est un instrument de
musique polyphonique à clavier de
la famille des cordes frappées. Le son du
piano est produit par la vibration de
ses cordes tendues sur un cadre rigide
horizontal (piano à queue) ou vertical
(piano droit), placé au-dessus de la table
d'harmonie. Elles sont frappées par des
marteaux couverts de feutre, actionnés
par l'enfoncement des touches du clavier.

La vibration des cordes est stoppée par ce qui est très utile dans certaines pièces
un étouffoir lorsque la touche du clavier classiques.
est relâchée. Le piano possède le plus Le nom de l'instrument provient d'une
souvent un pédalier de deux ou trois abréviation de piano-forte, nom de son
pédales, quelques fois quatre sur de ancêtre du XVIIIe siècle, lui-même nommé
récents pianos, permettant d'augmenter par la possibilité qu'il donnait à celui qui le
son potentiel expressif. Les pédales sont jouait de nuancer et ainsi de jouer aussi
très importantes pour s'exprimer au bien piano que forte ; possibilité que le
piano : la pédale gauche est une sourdine piano a conservée. Dans certains pays, le
(appelée aussi una corda) qui décale le piano est encore appelé « pianoforte ».
clavier de façon à ce que les marteaux ne
frappent qu'une corde au lieu de trois sur
les pianos à queue, tandis que sur les
pianos droits cette même fonctionnalité
s'obtient par un dispositif donnant moins
d'ampleur au son en rapprochant les
marteaux des cordes; la pédale du milieu
est une sourdine pour diminuer le son au
maximum pour ne pas déranger sur les
pianos droits et la pédale tonale ou
pédale sostenuto sur les pianos à queue,
elle permet de prolonger uniquement le
son de la dernière note jouée en laissant
levé l'étouffoir de celle-ci; la dernière
(pédale forté) est peut-être la pédale la
plus utilisée, elle permet au pianiste de
prolonger la vibration des cordes, pour
lier les harmonies entre elles. La
quatrième pédale, plus rare que les
autres, sert à prolonger les vibrations des
cordes mais sans brouiller le son, car les
étouffoirs ne se lèvent pas complètement, Deux jeunes filles au piano, A. Renoir

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
 Découverte des personnages de Ma mère l’oye à travers différentes illustrations.

Le Petit Poucet :

Antoine Clouzier, 1697

Gustave Doré

Laideronette, impératrice des Pagodes :

Découverte des estampes :

La pagode est un lieu de culte pour les croyants


bouddhistes, en Chine. Elle est en forme de bol à
aumônes retourné. Laideronnette, impératrice des
pagodes, est en fait impératrice de Chine.

La pagode est ici représentée sur une


estampe (gravure)

Objectif : permettre à l’élève de développer sa sensibilité aux différentes expressions artistiques.


Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
 Jeux sur la mélodie en comparant l’œuvre pour piano avec sa version réorchestrée par Ravel lui-
même.
Par exemple, sensibilisation aux glissandi que l’on entend dans le jardin féérique. Les leur montrer sur
la partition.
Objectif : l’élève apprend à décrire, identifier et caractériser les éléments constitutifs du phénomène
musical.

 Apprentissage des chansons du chœur d’enfants.


Le premier chant, le petit poucet, est le plus facile pour des élèves de primaire et permet de voir avec
eux les entrées en canon, à la forme couplet/refrain, et de les sensibiliser aux chants à plusieurs voix
(possibilité néanmoins de ne leur apprendre que la voix de soprane).
(paroles et partitions en annexe).

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
Annexes

Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier
Maylis Salinas
Chargée de mission au service éducatif Musique du Théâtre de l’Archipel
Maylis.salinas@ac-montpellier