Vous êtes sur la page 1sur 46

istp - emse

introduction à la chimie Composés, éléments, atomes, Lavoisier, Dalton, L'atome: électrons, noyau La
introduction à
la chimie
Composés, éléments, atomes,
Lavoisier, Dalton,
L'atome: électrons, noyau
La réaction chimique
Périodicité
des Propriétés
des éléments
Le spectre
d'émission atomique
quantification des niveaux d'énergie
Energies d'ionisation
La distribution des électrons, nombres quantiques
Le tableau
périodique

istp - emse

Composés, éléments, atomes, La plupart des substances qu'on rencontre dans la nature sont des mélanges
Composés, éléments, atomes,
La plupart des substances qu'on rencontre dans la nature sont des mélanges
Toute substance qui
ne peut être décomposée
en substances plus simples est
appelée élément.
108 éléments chimiques.
40
éléments = 99.99
% de la nature
10
éléments = 99 %
en masse de croûte terrestre +
océans + atmosphère
Eléments = deux grandes classes =
métaux et non-métaux
métaux
non-métaux
Sodium, Magnésium, Fer,
Azote, Fluor, Chlore, Arsenic,
'éclat
métallique'
'metallic luster'
souvent
gazeux
faciles à mettre
en forme
difficiles à mettre
en forme
malléables
_
bons
conducteurs de
l'électricité
mauvais conducteurs de l'électricité

istp - emse

Lavoisier

1775-80

réaction chimique

masse

des produits = masse des

réactifs

Loi des proportions définies

Proust, Dalton

Gay-Lussac, 1808

Dans une substance composée donnée,

les proportions entre les masses des différents éléments constitutifs sont constantes,

quelle

que soit la manière

dont

a été

formée cette substance.

éléments constitutifs sont constantes, quelle que soit la manière dont a été formée cette substance.
éléments constitutifs sont constantes, quelle que soit la manière dont a été formée cette substance.

istp - emse

Hypothèses de Base de la théorie atomique (Dalton) la matière est composée de petites particules
Hypothèses de Base de la théorie atomique (Dalton)
la
matière est composée de
petites
particules indivisibles
les
atomes
(in- sécable = a- tome)
même masse
atomes
d'un
élément donné
point de vue 'classique'
moderne: Z
même chimie
masse distincte
atomes de différents éléments
comportement différent
les composés chimiques sont constitués d'assemblages d'atomes de
différents
éléments
molécule : une particule constituée de l'assemblage d'atomes différents
Réaction Chimique
les atomes des molécules sont dissociés les uns des
autres
ils se recombinent pour former d'autres molécules
aucun
atome n'est créé ni détruit
les atomes eux mêmes ne sont pas modifiés
AB + CD
AC +BD
A,B,C,D

istp - emse

Masse Atomique loi des proportions définies Dans une substance composée donnée, les proportions entre les
Masse Atomique
loi des proportions définies
Dans
une substance composée
donnée,
les proportions
entre les masses des
différents
éléments
constitutifs sont constantes,
quelle que
soit la manière dont a été formée cette substance.
hypothèse atomique
Un élément se caractérise par sa masse
Possibilité de définir une échelle relative des masses
des éléments
Un élément
pris comme référence (exemple : Hydrogène
= 1)
Définition des masses atomiques
des éléments
ancienne échelle H=1
(escompté: à chaque élément, une masse entière)
nouvelle échelle C=12
cf définition
d'une
mole

istp - emse

Thompson, Notion d'électron, une particule sub-atomique J.J. Thomson, 1897 Arc électrique produit dans un tube
Thompson, Notion d'électron, une particule sub-atomique
J.J.
Thomson, 1897
Arc électrique produit dans un
tube
à décharge,
déviation par un champ magnétique
mesure de masse / charge
particules
de masse trop faible
pour être
des atomes
1/1840
la masse de l'atome
d'hydrogène
ce ne
sont
pas des atomes,
ces particules (
électrons
) sont des constituants des atomes
neutralité de l'atome
existence de particules positives
protons

istp - emse

Rutherford, notion de Noyau L'essentiel de la masse d'un atome est concentrée dans son noyau
Rutherford, notion
de Noyau
L'essentiel de la masse d'un atome est concentrée dans son noyau
Expérience
de
écran
Rutherford et Marsden, 1911
fluorescent
impact
l'essentiel des
particules
de la plupart
passe à travers
la feuille d'or
des particules
une partie est
déviée
Source de
particules
alpha
feuille d'or
le Noyau, où se concentre la
matière de l'atome,
est 100 000 fois plus petit que l'atome
Atome = Noyau + Electrons,
et beaucoup de
vide

istp - emse

Radioactivité [ how Rutherford produces particles for his experience ? ] Becquerel, 1890: l'Uranium est
Radioactivité
[ how Rutherford produces particles
for his experience ? ]
Becquerel, 1890: l'Uranium est radioactif
désintégration naturelle des atomes
avec production d'un rayonnement
trois
types d'émissions
particules alpha
charge positive
(= 2 charges de l'électron)
= noyaux
d'hélium 4
masse = atome d'hélium
particules beta
= électrons
rayonnement gamma
=
rayonnement X de haute
énergie
(= fréquence plus élevée
que le X-ray)

istp - emse

Le neutron (Chadwick, 1932) Noyau = Protons + Neutrons Z = Nombre atomique = Nombre
Le neutron (Chadwick, 1932)
Noyau = Protons + Neutrons
Z = Nombre atomique = Nombre
de protons = Nombre d'électrons
Chimie = Nombre
de Protons
chaque élément est caractérisé par une
valeur spécifique de Z
(1 pour l'hydrogène, 8 pour l'oxygène,
,
92 pour l'uranium,
)
Protons
+ Neutrons = A = Nombre de Masse
Z
= 5
7
Neutrons
A
=
12
5
Protons
12
E
5
Electrons
5
protons et
neutrons
masses équivalentes
masse proton, ou
masse neutron
électron masse négligeable
unité de masse atomique

istp - emse

Isotopes masse atomique du Carbone : 12 masse proportionelle à Z ?? ? ? masse
Isotopes
masse atomique du Carbone : 12
masse
proportionelle à Z ??
?
?
masse atomique du Fluor : 16
,
mais,
masse atomique du Chlore :
35.5
!!
la plupart des éléments
sont
des mélanges de différents
isotopes
=
même nombre de protons (et d'électrons) et
nombres de neutrons différents
Z (nombre atomique = nombre de protons) détermine
la chimie de l'élément,
mais
les
noyaux d'un élément donné peuvent ne pas avoir le même nombre de neutrons
Exemples
Hydrogène
vs.
Deutérium
16
17
18
1
2
O
O
O
H
H
8
8
8
1
1
Chlore-35 =
75.77
%
Chlore =
(75.77/100)
x 34.97 + 24.23 x
(36.97/100) = 35.45.
Chlore-37 =
24.23
%
?

istp - emse

Réaction

Chimique

istp - emse Réaction Chimique Exemple Na Cl 2 Métal Réaction réactif Non Métal réactif NaCl

Exemple

istp - emse Réaction Chimique Exemple Na Cl 2 Métal Réaction réactif Non Métal réactif NaCl

Na

Cl 2

Métal

Réaction

emse Réaction Chimique Exemple Na Cl 2 Métal Réaction réactif Non Métal réactif NaCl Solide Cristallisé

réactif

Non Métal réactif

NaCl

Solide Cristallisé

'sel de table'

Conservation des masses

Loi de Lavoisier + théorie atomique de Dalton
Loi de Lavoisier
+
théorie atomique
de Dalton

conservation des nombres d'atomes

atomique de Dalton conservation des nombres d'atomes Une Réaction Chimique doit être ' équilibrée '
atomique de Dalton conservation des nombres d'atomes Une Réaction Chimique doit être ' équilibrée '

Une Réaction Chimique doit être 'équilibrée'

atomique de Dalton conservation des nombres d'atomes Une Réaction Chimique doit être ' équilibrée '

istp - emse

Une Réaction Chimique doit être 'équilibrée ' 'stoechiométrie' 'stoichiometry' Na Cl
Une Réaction
Chimique doit être 'équilibrée
'
'stoechiométrie'
'stoichiometry'
Na
Cl
NaCl
2
2 atomes Cl
Na
Cl
2
NaCl
2
2 molécules Na
2
Na
Cl
2 NaCl
2
H
H
+
O
H O
2
2
2
HH
O
H
+
O
O
H
H
H
H
HH
+
O
O
O
O
H
H
2 H + O
2 H O
2
2
2
2H
2O
2H
1O
non
'équilibré'
4H
2O
4H
2O

istp - emse

Les FAMILLES d'éléments

istp - emse Les FAMILLES d'éléments ) Exemple 1 : Sodium, Potassium, (Lithium, Rubidium, ALCALINS métaux,

)

Exemple 1 : Sodium, Potassium, (Lithium, Rubidium,

ALCALINS

métaux,

légers, mous

fusion < 200°C

réaction spontanée avec Oxygène ou Eau

réaction violente avec le chlore:

2 M +

Cl

2

gaz

2 MCl

solide

solide

violente avec le chlore: 2 M + Cl 2 gaz 2 MCl solide solide H 2

H

2

'sel'
'sel'

avec l'eau:

2 Na + H O

2

2 NaOH +

solution 'alcaline'
solution 'alcaline'

Exemple 2 : Chlore, Fluor, Brome,

HALOGENES

)

Exemple 3 : Magnésium, Calcium, (Strontium, Barium,

ALCALINO-TERREUX

Exemple 2 : Chlore, Fluor, Brome, HALOGENES ) Exemple 3 : Magnésium, Calcium, (Strontium, Barium, ALCALINO-TERREUX

istp - emse

ranger les éléments suivant leur masse atomique Périodicité 6.9 Lithium Métal très réactif Li X
ranger les
éléments suivant
leur
masse atomique
Périodicité
6.9
Lithium
Métal
très réactif
Li
X
9
Beryllium
Métal
réactif
Be
X2
10.8
Bore
Semi métal
B
X3
12
Carbone
Solide
non métallique
C
X4
14
Azote
Gaz diatomique
N
X3
16
Oxygène
Gaz diatomique
O
X2
19
Fluor
Gaz diatomique, très réactif
F
X
20.2
Néon
Gaz monoatomique, inerte
n'existe pas
23
Sodium
Métal
très réactif
Na
X
24.3
Magnésium
Métal
réactif
Mg X2
27
Aluminium
Métal
Al
X3
28.1
Silicium
Semi métal
Si
X4
31
Phosphore
Solide
non métallique
P
X3
32.1
Soufre
Solide
non métallique
S
X2
35.5
Chlore
Gaz diatomique, très réactif
Cl
X
39.9
Argon
Gaz monoatomique, inerte
n'existe pas
périodepériode

istp - emse

ranger les éléménts par périodes Mendeleieff placer l'un dessous l'autre les éléments comparables 1 8
ranger les éléménts par périodes
Mendeleieff
placer l'un dessous l'autre
les éléments comparables
1
8
C5.1
2
3
4
5
6
7
H
He
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
K
Ca
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
Rb
Sr
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
Cs
Ba
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
Fr
Ra
Les éléments
d'une même
colonne
du tableau
périodique ont
des
propriétés
chimiques comparables
ALCALINS
ALCALINO-
TERREUX
période
période
HALOGENES
période
GAZ RARES

istp - emse

Le premier potentiel d'ionisation propriété Périodique atomistique en fonction du numéro atomique He 2400
Le premier potentiel d'ionisation
propriété Périodique
atomistique
en fonction du
numéro atomique
He
2400
Ne
2000
Ar
GAZ RARES
N
Kr
O
Xe
C
Rn
1000
Be
B
Li
Na
K
Rb
Cs
Fr
200
ALCALINS
0
5
20
40
60
80
95
Numéro Atomique
Premier Potentiel d' Ionisation, kJoules / mole

istp - emse

Mendeleieff 1 2 H He 3 4 5 6 7 8 9 10 B C
Mendeleieff
1
2
H
He
3
4
5
6
7
8
9
10
B
C
N
O
F
Ne
Li
Be
11
12
13
14
15
16
17
18
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
55
56
72
73
75
76
77
57 71
74
78
79
80
81
82
83
84
85
86
Cs
Ba
Ln
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
87
88
89 103
Fr
Ra
Ac
57
71
Ln
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb
Lu
89
Ac
Ac
Th
Pa
U
Np
Pu
Am
Cm
Bk
Cf
Es
Fm
Md
No
Lr

istp - emse

métaux et non-métaux H He 1 2 métaux métaux semi-métaux semi-métaux non-métaux non-métaux Li Be
métaux et non-métaux
H
He
1
2
métaux
métaux
semi-métaux
semi-métaux
non-métaux
non-métaux
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
3
4
5
6
7
8
9
10
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
Cs
Ba
Ln
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
Fr
Ra
Ac
Lanthanides
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb
Lu
Actinides
Ac
Th
Pa
U
Np
Pu
Am
Cm
Bk
Cf
Es
Fm
Md
No
Lr
métaux
non-métaux
Sodium, Magnésium, Fer,
Azote, Fluor, Chlore, Arsenic,
'éclat métallique'
'metallic luster'
souvent gazeux
faciles à mettre en forme
difficiles
à mettre en
forme
malléables
_
bons conducteurs
de l'électricité
mauvais conducteurs de l'électricité

istp - emse

métaux et non-métaux

Conduisent la chaleur et l'électricité H Résistance électrique Augmente avec la température He Malléables
Conduisent la chaleur et
l'électricité
H
Résistance
électrique Augmente avec la température
He
Malléables
et ductiles
métaux
métaux
semi-métaux
semi-métaux
non-métaux
non-métaux
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
Oxydes, halogénures et hydrures sont non volatiles et fondent à
haute
temp°
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
Semi
- conducteurs
Rb
Sr
Résistance
Y
Zr
électrique Décroît avec
Nb
Mo
Tc
Ru
la température
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
Cassants
Cs
Ba
Ln
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
Halogénures et hydrures sont volatiles et
fondent à basse temp°
Ra
Ac
Lanthanides
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb
Lu
isolants
Actinides
Résistance
Ac
électrique Insensible à la température
Th
Pa
U
Np
Pu
Am
Cm
Bk
Cf
Es
Fm
Md
No
Lr
Ni malléable ni ductile
Oxydes, halogénures et hydrures sont volatiles
et fondent à basse temp°
Fr
Fr

istp - emse

Principaux groupes du Tableau Périodique H He Li Be B C N O F Ne
Principaux groupes du
Tableau Périodique
H
He
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
métaux de transition
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
Cs
Ba
Ln
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
Fr
Ra
Lanthanides
La
Ce
Pr
Nd
Pm Sm Eu
Gd Tb
Dy
Ho
Er
Tm Yb
Lu
métaux de transition interne
Actinides
Ac
Th
Pa
U
Np
Pu
Am Cm Bk
Cf
Es
Fm
Md
No
Lr
Alcalins
Alcalino - terreux
Halogènes
Gaz rares

istp - emse

1890 1910 Planck, Einstein, Bohr Schrödinger, 1926 atomistique Planck : le rayonnement du corps noir
1890
1910
Planck,
Einstein, Bohr
Schrödinger, 1926
atomistique
Planck
: le rayonnement du
corps noir
émission
de lumière par un solide porté à haute température (noir
rouge
blanc)
émission discontinue, sous forme de 'grains' d'énergie, E =
h.nu
Einstein: l'effet photoélectrique
le
photon, un grain de
lumière, d'énergie E = h . nu
nature corpusculaire de la lumière
Bohr: un modèle
'planétaire' de l'atome d'hydrogène
un nombre défini d'orbites stationnaires
Schrödinger, l'équation 'centrale' de la mécanique quantique

istp - emse

l'effet PhotoElectrique. 1 Hertz, 1887 (Hallwachs, 1888, Lenard, 1902, ) atomistique lumière monochromatique h.
l'effet
PhotoElectrique. 1
Hertz, 1887 (Hallwachs, 1888, Lenard, 1902,
)
atomistique
lumière monochromatique
h.
1
dirigée sur plaque métal C
dans
un tube sous vide
C
A
1 <
I
0
= fréquence caractéristique du
métal utilisé
ampoule
0
h.
2
interprétation
à partir d'un certain seuil,
le rayonnement
est
e
suffisament énergétique
C
A
I
2 >
0
pour arracher des électrons
au métal
apparition d'un phénomène
discontinu
ampoule

istp - emse

l'effet PhotoElectrique. 2

Hertz,

1887

(Hallwachs, 1888, Lenard, 1902,

)

quantitatif: Millikan, 1916 Conditions lumière monochromatique A: anode portée à voltage U < cathode h.n
quantitatif: Millikan, 1916
Conditions
lumière monochromatique
A: anode portée à voltage U < cathode
h.n
dirigée sur
photocathode C
U
: champ électrique pour repousser électrons
dans
un tube sous vide
qui tendraient
à quitter C
si C émet des électrons
e
I
détecte un courant
C
A
I
Résultats
un
courant apparaît
à partir du moment où l'on
dépasse une valeur n0
qui
est fonction du matériau de la cathode / anode
en faisant varier U
U
U
s
on peut déterminer l'énergie cinétique des électrons
e.U s = h (
-
0 )
le voltage Us qui "stoppe"
le courant
est
une fonction linéaire de la fréquence n de la lumière
n
quand l'énergie cinétique de l'électron
est inférieure
=
l'énergie potentielle du champ
le courant ne passe plus
à
électrique, e.Us,
0
bilan énergétique
h.
= h
e.Us
0 +
énergie cinétique
énergie incidente
+
=
énergie d'ionisation

istp - emse

l'effet PhotoElectrique. 3 bilan énergétique h. = h e.Us 0 + énergie cinétique énergie incidente
l'effet
PhotoElectrique. 3
bilan
énergétique
h.
= h
e.Us
0 +
énergie cinétique
énergie incidente
+
=
énergie d'ionisation
E
= h
(
)
0
la
pente vaut h, constante universelle
énergie
cinétique
du photoélectron
Rb
K
Na
la
valeur du seuil
est fonction de la nature du métal
=
0
fréquence du
rayonnement
incident
2.09
593
eV eV
nm nm nm
/ eV
/ 551
2.25
2.30
/
539

istp - emse

Spectre d'émission d'un élément atomistique (line spectrum) = Spectre Discontinu, Spectre de Raies raies
Spectre d'émission d'un élément
atomistique
(line spectrum)
= Spectre Discontinu, Spectre de Raies
raies visibles
656
nm
Exemple: Hydrogène
486
434
lampe à
410
hydrogène
397
1/410
1/434
Balmer - Rydberg :
1/486
1/
l = K . (1/4 -
1/n²)
1/
l
[n= 3, 4, 5,
]
1/656
1/4 -1/9
1/4 -1/16
1/4 -1/25
1/4 -1/36
1/4 -
1/n²

istp - emse

organisation des

spectres d'émission

en séries

atomistique

Série de Balmer E E n 2 N visible M L K Série de Lyman
Série de Balmer
E
E
n
2
N
visible
M
L
K
Série
de Lyman
Série de Paschen
E
E
E
E
n
1
n
3
ultraviolet
infrarouge
E E n 2 N visible M L K Série de Lyman Série de Paschen E
E E n 2 N visible M L K Série de Lyman Série de Paschen E

istp - emse

spectre caractéristique de l'hydrogène atomistique Niveaux d'Energie Série de Brackett transition E E
spectre caractéristique de l'hydrogène
atomistique
Niveaux
d'Energie
Série de
Brackett
transition
E
E
4
n
Balmer - Rydberg :
Série
de Paschen
E
E
1/ l = K
. (1/4 - 1/n²)
3
n
[n= 3, 4, 5,
]
Série
de Balmer
E
E
2
n
E
E
1
7
Série de Lyman
E
E
1
n
E
E
1
2
n=
1
n=
2
n=
3
4
5
6 7
Interprétation
de Bohr
énergie couche n :
E
= k
/ n²
saut de
n
E
- E
= k
. (1/4
- 1/n²) = h.
n
n
2
n
couche n en 2
énergie couche 2 :
E
= k
/ 4
2
émission photon fréquence
n
n
8

istp - emse

Potentiel d'ionisation d'un élément atomistique Il est possible d'arracher un électron à un atome on
Potentiel
d'ionisation d'un élément
atomistique
Il est possible d'arracher un
électron à
un atome
on produit un
ion (cation)
électron
atome
cation
électron
cation
électron
Energie
nécessaire = Potentiel d'Ionisation
cation
+
-
Premier PI
Na
Na
e
+
2+
-
Na
Na
e
Deuxième PI
2+
3+
-
Na
Troisième PI
Na
e
etc.

istp - emse

Potentiels d'ionisation successifs du sodium atomistique + - Na Na e I 1 énergie I
Potentiels d'ionisation
successifs du
sodium
atomistique
+
-
Na
Na
e
I 1
énergie I =
'potentiel d'ionisation'
+
2+
-
Na
Na
e
I 2
2+
3+
-
Na
Na
e
I 3
I
<
I
'COUCHE'
plus interne
n
n+1
Mg
100
Al
saut
l'attraction du noyau augmente
I -
I
>> I - I
'COUCHE'
2
10
2
1
3
2
organisation des électrons
en 'couches'
saut
1
'COUCHE' plus externe
I 1 I
I
I
I
I
I
I
I
I
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Potentiel d'ionisation

istp - emse

Orbitales = Quatre Nombres Quantiques n Nombre Quantique Principal n = 1, 2, 3, 'couche'
Orbitales
= Quatre Nombres Quantiques
n
Nombre Quantique Principal
n = 1, 2, 3,
'couche'
Orbitale de symétrie sphérique
couche
K, L, M
l
Nombre Quantique Azimuthal,
Valeurs Autorisées : 0
n-1
'sous-couche'
s,
p, d, f,
[s
harp / p
rincipal / diffuse / fundamental]
n=1
l= 0
s
n=2
l= 0,
1
s,
p
n=3
l= 0,
1, 2
s,
p, d
n=4
l= 0,
1, 2,
3
s,
p, d,
f
m
Nombre Quantique Magnétique
Valeurs
Autorisées : -l
+l
l
m
Nombre Quantique de Spin
2 Valeurs Autorisées : -1/2, +1/2
s

istp - emse

Nombres n, l, m - Principales Couches et Sous Couches n l m l=2 3d
Nombres n, l, m
- Principales Couches et
Sous
Couches
n
l
m
l=2
3d
-2
-1
0
+1
+2
10
M
n=3
l=1
6
3p
-1
0
+1
l=0
3s
0
2
6
l=1
0
2p
-1
+1
L
n=2
l=0
2s
0
2
K
n=1
l=0
1s
0
2

istp - emse

Principe d'exclusion de Pauli Dans un atome, deux électrons ne peuvent avoir les mêmes valeurs
Principe d'exclusion de
Pauli
Dans un atome, deux électrons ne peuvent
avoir
les mêmes valeurs des
quatre nombres quantiques
n = 1
1s
1
0
0
+1/2
remplie avec 2 électrons
1
0
0
-1/2
2
0
0
+1/2
remplie avec 8
électrons
n
=
2 2s
2
0
0
-1/2
2p
2
1
0
+1/2
2
1 -1
+1/2
2
1 +1
+1/2
2
1
0
-1/2
2
1 -1
-1/2
2
1 +1
-1/2
n
=
3 3s
remplie avec 18
électrons
3p
3d

istp - emse

Ordre de remplissage des orbitales l'énergie d'une orbitale croît avec la somme n + l
Ordre
de remplissage des orbitales
l'énergie d'une
orbitale croît avec la somme n
+ l
n+l = 4+0 = 4
on commence la couche
4
4s
< 3d
exemple 4s
avant d'avoir fini la 3 !!
3d
n+l = 3+2 = 5
entre orbitales
de même n+l, l'énergie croît avec n
exemple
3d < 4p
l
valeur
de n+l
7
8
3
(f)
4f
5f
8
6
7
5
2
(d)
3d
4d
5d
6d
7
3
5
6
4
8
1
2p
3p
4p
5p
6p
7p
(p)
6
4
5
8
3
7
0
1s
2s
3s
4s
5s
6s
7s
8s

istp - emse

3p 4s 2s 1s 2p 3s 3p 3d 1s 2s 2p 3s 3p 4s 1s
3p
4s
2s
1s
2p
3s
3p
3d
1s
2s
2p
3s
3p
4s
1s
2s
2p
'série de
3d
3s
transition'
remplissage de
'à l'intérieur' de
4s
3p 3d
4s

1

2

3

4

5

6

7

istp - emse

Tableau Périodique - Mendeleieff Be, Z=4: 1s 2s 2 1s 1 1s 2 IIA IIIA
Tableau Périodique -
Mendeleieff
Be, Z=4: 1s
2s
2
1s 1
1s 2
IIA
IIIA
IVA
VA
VIA
VIIA
He
H
V,
Z=23
: 1s
2s
2p
3s
3p
4s
3d
3
2s
1
2p
6
1
2
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
3s
1
3p
6
1
2
IIIB
IVB
VB
VIB
VIIB
VIII
IB
IIB
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
4s
3d
1
4p
6
1
10
1
2
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
5s
1
4d
1
10
5p
6
1
2
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
6s
1
2
1
5d
1
6p
6
10
Cs
Ba
Lu
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
7s
G.R.
1
2
Fr
Ra
Lr
IA
2
4f
14
Ln
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb
2
5f
14
Ac
Ac
Th
Pa
U
Np
Pu
Am
Cm
Bk
Cf
Es
Fm
Md
No

istp - emse

Tableau Périodique - Mendeleieff 1 He H 2 2s 2p Li Be B C N
Tableau Périodique -
Mendeleieff
1
He
H
2
2s
2p
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
3
Na
3s
Mg
Al
Si
P
3p
S
Cl
Ar
4
K
4s
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
3d
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
4p
Se
Br
Kr
5
Rb
5s
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
4d
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
5p
Te
I
Xe
6
Cs
6s
Ba
Lu
Hf
Ta
W
Re
5d
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
6p
Po
At
Rn
7
7s
Fr
Ra
Lr
Ln
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
4f
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb
Ac
Ac
Th
Pa
U
Np
Pu
5f
Am
Cm
Bk
Cf
Es
Fm
Md
No

istp - emse

Séries de Transition Mendeleieff 2s 2p 3s 3p 4s 3d 4p 3d 4s 1 4p
Séries
de Transition
Mendeleieff
2s 2p 3s
3p 4s 3d 4p
3d
4s
1
4p
6
1
10
1
2
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
3d
1
3d
10
4d
5s
1
10
1
5p
6
1
2
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
4d
1
4d
10
6s
5d
1
6p
1
2
1
6
10
Cs
Ba
Lu
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
4f
2
14
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb

densité électronique

istp - emse

densité électronique istp - emse Densité de charge électronique en fonction de la distance au noyau,

Densité de charge électronique en fonction de la distance au noyau, calculée pour un atome d'argon

L

K M
K
M

distance

Densité de charge électronique en fonction de la distance au noyau, calculée pour un atome d'argon
Densité de charge électronique en fonction de la distance au noyau, calculée pour un atome d'argon

istp - emse

2+ ions à config' + H Be Cu ions à 18 électrons externes He Gaz
2+
ions à config'
+
H
Be
Cu
ions à 18 électrons
externes
He
Gaz Rare
+
2+
3
Li
Be
B
C
N
O
F
Ne
3+ Sb
+
2+
3+
3
Na
Mg
Al
Si
P
S
Cl
Ar
+
2+
3+
+
2+
3+
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br
Kr
+
2+
3+
+
2+
3+
4+
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sb
Te
I
Xe
+
2+ Sn
3+
+
2+
3+
+
3+
4+
2+
Cs
Ba
Ln
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Bi
Po
At
Rn
+
2+ Pb
3+
Fr
Ra
Ac
Ln
La
Ce
Pr
Nd
Pm
Sm
Eu
Gd
Tb
Dy
Ho
Er
Tm
Yb
Lu
Ac
Ac
Th
Pa
U
Np
Pu
Am
Cm
Bk
Cf
Es
Fm
Md
No
Lr

istp - emse

istp - emse

istp - emse

substance, mole notions de base l'eau substance une forme définie de la matière le sel
substance, mole
notions de base
l'eau
substance
une forme définie de la matière
le
sel
le
vin
quantité de
substance
mesurée en 'nombre de moles'
mole
quantité de
substance
qui contient autant d'unités
(atomes, molécules, ions,
)
qu'il y a d'atomes de Carbone dans exactement 12 grammes de Carbone-12
23
6,02 . 10
= Nombre d'Avogadro = N A
Si un échantillon d'une substance contient N unités,
il contient
N/N A moles

istp - emse

istp - emse propriété extensive propriété extensive propriété intensive notions de base qui dépend de la

propriété

extensive

istp - emse propriété extensive propriété extensive propriété intensive notions de base qui dépend de la

propriété extensive

propriété intensive

notions de base

qui

dépend de la quantité

de substance dans l'échatillon considéré

f(n.x) = n.f(x)

masse,

volume,

considéré f(n.x) = n.f(x) masse, volume, propriété intensive qui est indépendante de la

propriété intensive

qui est

indépendante de la quantité

de

substance

dans

l'échatillon considéré

f(n.x) =

f(x)

température,

densité, pression

f(n.x) = f(x) température, densité, pression propriété molaire, X m , valeur d'une

propriété molaire,

X

m ,

valeur d'une propriété extensive X nombre de moles présentes dans l'échatillon
valeur d'une propriété extensive X
nombre
de moles présentes dans l'échatillon

exemples

masse molaire de l'oxygène-18

masse molaire de l'eau

volume molaire de l'eau à 25°C/1bar

une propriété molaire est une propriété intensive

en effet

propriété molaire est une propriété intensive en effet la valeur d'une propriété extensive X est

la valeur d'une propriété extensive X

est proportionnelle à

la quantité de substance,

n X = X / n m
n
X
= X / n
m

X

m

est la

valeur de cette

constante

de proportionnalité

istp - emse

unités de mesure de concentration molaire notions de base molarité, molalité, concentration molaire d'un
unités de mesure de concentration molaire
notions de base
molarité, molalité,
concentration molaire
d'un
soluté
dans une
solution
quantité de soluté
molarité
=
mole/litre
volume
de
solution
quantité de soluté
molalité
=
mole/kg
masse
de solvant
concrètement
à l'échelle
atomique
exemple
NaCl
1 Mole/litre
distance moyenne entre ions Na+ et
Cl-
1 nm
(10
-6
mm)
de quoi mettre 3 molécules d'eau
'solution diluée'
molarité <
0.01
mole/litre
(10 molécules H2O entre Na+ et Cl-)

istp - emse

l'énergie,

1

capacité de fournir du travail

the capacity to do work

notions de base

loi universelle de la nature

l'énergie ne peut être ni créée ni détruite,

elle se transforme d'une forme en une autre
elle se transforme d'une forme
en une autre
elle se transforme d'une forme en une autre d'énergie hydraulique (potentielle), en électrique,

d'énergie hydraulique (potentielle),

en électrique,

soit un système

hydraulique (potentielle), en électrique, soit un système contenant une quantité donnée de matière en

contenant

une quantité donnée

de matière

en thermique,

la matière contribue sous deux formes à l'énergie du système
la matière
contribue
sous
deux
formes
à l'énergie du système

énergie cinétique

énergie potentielle

énergie qu'un

corps possède

corps de masse m

du fait de sa position

animé d'une

vitesse

V

m du fait de sa position animé d'une vitesse V V par rapport à d'autres corps
V
V
du fait de sa position animé d'une vitesse V V par rapport à d'autres corps par

par rapport à d'autres corps

par rapport à

un champ

de forces

M

point zéro arbitraire

rapport à un champ de forces M point zéro arbitraire E = ½.M.V² champ de gravité

E = ½.M.V²

champ de gravité

de la

terre

champ

électrique

champ de gravité de la terre champ électrique point zéro : énergie zéro à l'altitude 0

point zéro :

énergie zéro à l'altitude

0

corps

au repos

V=0

: énergie zéro à l'altitude 0 corps au repos V=0 énergie cinétique nulle E=0 énergie potentielle

énergie cinétique nulle

E=0

énergie potentielle électrique

au repos V=0 énergie cinétique nulle E=0 énergie potentielle électrique nulle pour distance infinie entre charges

nulle

pour

distance infinie entre charges

istp - emse

l'énergie, 2 énergies potentielles notions de base expression de l'énergie potentielle = dépend du type
l'énergie, 2
énergies potentielles
notions de base
expression de l'énergie
potentielle
= dépend du
type
d'interaction considéré
exemples
énergie d'un corps
de masse
m dans le
champ de
gravité terrestre
E = m.g.h
h
= altitude
g
= 9,81 m/s²
énergie potentielle électrique
deux
particules chargée q
et q
2
vide
q
.
q
1
2
r
q
V =
1
4
.
.r
0
q
(permittivité 0 )
2
unité
le Joule, 1 kg.m²/s²
-19
atomistique
1
eV (electron-Volt)
1,6 . 10
J
énergie cinétique d'un électron sous un
Volt
de d.d.p.
calorie = 4,184 Joule
(élever 1 gramme d'eau de 1°C)

istp - emse

istp - emse
istp - emse