Vous êtes sur la page 1sur 53

1

Nous vous offrons les 18 premiers


principes du livre….gratuitement
OBTENEZ LE LIVRE EN ENTIER
AUJOURD’HUI A 10.000 FCFA OU
19 USD.
ACHETEZ LE TOME 1 ET OBTENEZ
LE TOME 2 GRATUITEMENT

CLIQUEZ ICI POUR COMMANDER OU COMMANDEZ PAR


WHATSAPP AU + 225 6749 12 54 OU ECRIRE A
hcbusiness@hcbusiness.com ou
h.cakpo@hcbusiness.com
Visitez www.hcmagazines.com

2
L’ART OPTIMISER SES FINANCES PERSONNELLES

METTEZ DE L’ORDRE DANS VOS FINANCES

Hermann H. CAKPO

Marcellin S. GANDONOU

THE H&C GROUP

3
METTEZ DE L’ORDRE DANS VOS FINANCES

Hermann H. CAKPO

Marcellin S. GANDONOU

4
L’ART D’OPTIMISER SES FINANCES PERSONNELLES

METTEZ DE L’ORDRE DANS VOS FINANCES

THE H&C GROUP

Achevé d’être imprimé le 20 novembre 2017

Tous droits réserves@ Hermann H. CAKPO & Marcellin S. GANDONOU

5
DEDICACES SPECIALES
A

Dr Solange TOUSSA-AHOSSU

Mme Gérardine Labitan Gbaguidi

M. Soungalo KONE

Merci parce que vous avez joué, peut-être sans le savoir, un rôle important dans la genèse et la
matérialisation de ce livre.

6
7
INTRODUCTION

Un devoir d’accumulation de richesse

J’étais avec un haut fonctionnaire de l’Etat de Côte d’Ivoire. « Même si j’avais un


milliard (1.000.000.000) francs CFA, je ne vais pas courir acheter une Range Rover
comme la plupart de mes amis ». J’étais éberlué. Je lui dis : « Je ne comprends pas.
Vous voulez dire que vous n’avez pas acheté dernièrement une voiture de plus de
trente millions (30.000.000) francs CFA ? ».

Non il n’en avait pas. Il continua : « Tu sais, je suis de Korhogo. Et je m’y rends dix
(10) fois environ par an. Si je devrais acheter une 4X4, ce serait pour aller à
Korhogo, vu que j’ai déjà une voiture de fonction. Mais tu sais quoi ? Pourquoi
acheter une voiture à 36 millions francs CFA alors que je ne risque de l’utiliser que
10 fois par an ? ».

J’essayais de comprendre la méthode qu’il utilisait. Il me l’a expliqué.

 Il loue une voiture 4X4 de luxe à 100.000 F CFA la journée pour deux jours et
paie du carburant pour environ 100.000 F CFA avec le chauffeur.

 Ce qui lui fait 300.000 F CFA par voyage et 3 millions l’année pour 10 voyages
soit 15.000.000 pour cinq (5) ans.

 S’il avait acheté une voiture neuve à 36 millions, disons 40.000.000 avec les
intérêts pour extrapoler, il va devoir payer 8 millions par an. Mais avec la location,
il ne dépense que 3 millions par an. Soit une économie de 5 millions par an.

 Maintenant s’il achète une voiture neuve pour 1.5 millions d’assurance
automobile chaque année, il est à 9.500.000 FCFA l’année. Si l’on y ajoute les
visites et le carburant mensuel pour un total de 100.000, il se retrouve à
1.200.000 F CFA, ce qui lui fait des charges annuelles de 10.700.000 F CFA
pour l’année.

 La vérité, c’est que la voiture lui reviendrait à 10.700.000 FCFA X 5 soit


53.500.000 F CFA.

 Avec son refus d’acheter une voiture, il économise 38.500.000 F CFA.

La plupart des gens ne savent pas que leur voiture leur coûte autant. Le haut
fonctionnaire m’a dit qu’il se considère comme ayant de la chance et que rien que
ses avantages dépassent largement le salaire de dix (10) instituteurs et que la seule
chose qu’il avait à faire, c’est de bien gérer ce qu’il gagne sachant qu’il ne manque
de rien, que les frais de santé de toute sa famille sont totalement couverts.

8
En mai 2010, j’avais décidé de garer ma voiture et d’emprunter des taxis-motos. Je
croyais que j’étais trop fou mais lorsque j’ai écouté son témoignage, j’ai compris que
j’avais encore des efforts à faire pour remettre de l’ordre dans mes finances.

Certains devraient souffrir pour le salut de tous ? C’est moi alors !

En 2010, notre entreprise était au bord de la faillite. Je m’étais retrouvé avec plus de
150 millions de dettes et j’avais de grosses envies de suicide parce que c’est comme
cela qu’il fallait appeler la désolation dans laquelle je baignais (en réalité, je n’avais
jamais pensé me donner la mort, mais je me sentais vraiment « bon à rien »).

La seule question que je me posais, c’était de savoir pourquoi malgré toute « mon
intelligence », j’avais pu enchainer des « stupidités » pour me retrouver avec autant
de dettes. Finalement, j’avais compris que je savais gagner de l’argent, dans une
certaine mesure, mais je ne savais pas comment l’épargner encore moins comment
l’accumuler. Je pense que je violais la loi de la conservation, sans le savoir. Je ne
faisais pas que dépenser tout ce que j’avais mais je dépensais l’argent de mes amis
avec la surestimation de ma capacité à les payer. Je m’étais bien assommé
financièrement.

J’étais convaincu que j’allais me tirer d’affaires mais je ne savais pas comment.
C’est alors que j’avais lu pour la première fois le livre « Stratégies de Prospérité » de
Jim Rohn. Ensuite, j’ai suivi ses audios et vidéos sur YouTube. Nous sommes en
octobre 2010. Je remercie Michel Brou qui m’avait donné un exemplaire du livre
avec des vidéos de Jim Rohn.

A partir de ce moment-là, je me suis mis à m’imposer une vraie cure d’optimisation


financière parce que je ne pouvais plus continuer ainsi. J’ai lu jusqu’à huit (8) livres
sur l’indépendance financière. Je suis alors passé des charges locatives de quatre
cent cinquante mille (450.000) à 45.000 FCFA (450.000 FCFA de loyer à Cotonou à
l’époque, c’était du luxe). Je suis passé de 110.000 F CFA de dépenses
quotidiennes à 1.700 FCFA.

La seule chose que je n’avais pas réussi à faire, c’était d’arrêter de prendre des
dettes. C’était la pire erreur que je pouvais commettre. J’ai continué jusqu’au jour où
un ami qui m’avait prêté un million (1.000.000) francs CFA pour rembourser une
dette m’envoya un huissier et que celui qui avait investi 4.500.000 dans notre
entreprise pour qu’on la relève à nouveau me traita d’escroc. J’avais arrêté de
prendre des dettes pour payer des dettes mais je ne savais pas jusque là que j’étais
« spirituellement incompatible » avec le crédit. Je ne l’ai su qu’en novembre 2014.

Sans aucun doute, j’ai beaucoup souffert du fait de n’avoir pas mis en place un
modèle de gestion saine et d’optimisation de mes finances personnelles. J’ai subi les
plus grosses humiliations qu’on puisse subir lorsqu’on a mal dépensé l’argent
appartenant à autrui et qu’ils décident d’en découdre avec vous et de vous faire

9
subir la douleur qu’ils ressentent lorsqu’ils pensent à comment ils ont souffert pour
mobiliser l’argent (des amis, des parents, des parrains, des fournisseurs…). J’en
avais plein la figure et c’est une excellente nouvelle puisque j’ai pris conscience et je
peux vous dire vraiment pourquoi vous devez utiliser toute somme d’argent qui
passe par vos mains de la manière la plus sage possible dans le but de vous
assurer un meilleur avenir.

Depuis lors, j’ai arrêté de prendre du crédit. Je me suis alors mis à bâtir des
entreprises avec le peu que j’avais et je faisais vraiment avec les moyens de bord et
aujourd’hui, nous avons une présence dans 15 pays à travers l’Afrique et aux Etats-
Unis.

Je continue de contribuer à l’optimisation des entreprises de notre groupe. Il me


reste des dettes à solder. Mais pour la première fois depuis 2010, nos entreprises
vont être rentables, nous allons distribuer des dividendes et je vais solder
définitivement mes engagements.

Mon job n’était pas d’écrire un livre sur les finances personnelles

J’avoue que je ne voulais pas écrire ce livre. J’ai même eu peur de l’écrire. Après
avoir lu des livres sur l’indépendance financière et mis de l’ordre dans mes finances
en passant à la frugalité drastique, j’ai monté une mini-formation « Maitrisez votre
argent, développez votre fortune ». Mais je n’étais pas guéri complétement et puis
j’ai encore commis des erreurs d’argent. Malgré plus de 100 personnes qui ont réduit
leurs dépenses et se sont mis à épargner et à investir malgré mon
accompagnement, je vivais tellement les conséquences de mes erreurs passées
que je me sentis à nouveau « inutile » et « peu crédible » pour aider les gens à
assainir leurs finances.

A vrai dire, j’avais oublié que j’étais une nouvelle personne qui vivait juste les
conséquences de ses erreurs passées. J’avais décidé de ne plus animer de
formation sur la gestion financière. J’avais même enregistré un module audio sur
« Comment maitriser ses dépenses » mais je ne l’ai jamais sorti et je ne sais même
pas où il a atterri. Je faisais tout cela parce que je perdais de vue la mission de notre
entreprise THE H&C Group « Nous approprier les meilleures pratiques de gestion et
les mettre à la disposition des gens qui comme nous en ont besoin, parce que ça a
marché pour nous et que ça doit marcher pour les autres».

J’ai perdu de vue la mission jusqu’en Juillet 2016. Gérardine Labitan Gbaguidi, à qui
je rends un hommage ici, organisait un Team Building pour 50 de ses collaborateurs
du Customer Support de MTN BENIN. Je devrais venir les entretenir sur comment
prendre en charge leurs vies. Je profitai de l’opportunité pour demander à Gérardine
quelles étaient les préoccupations majeures de ses collaborateurs et que si on y
apporte un peu de réponses, ils allaient améliorer un temps soit peu leur vie et leur
carrière : « Comment gérer leur salaire », me répondit-elle sans équivoque. Nous
10
avions passé la matinée à échanger sur la transformation personnelle et 1 h en fin
d’après-midi pour parler de Finances Personnelles. Juste quelques bribes et la
plupart des gens étaient fatigués pour retenir grandes choses.

Mais on dit souvent que le bon pasteur connait ses brebis et sait ce dont elles ont le
plus besoin. Après avoir fait une nouvelle évaluation de la satisfaction des employés,
Gérardine s’était rendue compte que l’optimisation des finances personnelles était
sans aucun doute le défi majeur de ses collaborateurs puisqu’ils travaillent dans
l’une des entreprises qui paie le mieux au Bénin avec une forte fidélité à la marque
Employeur. Elle me demanda une fiche technique plus détaillée qu’elle soumit à son
patron Serge Soglo (un autre leader visionnaire selon moi).

A vrai dire, c’était facile pour moi de leur proposer une offre parce qu’il était juste
question pour moi de reporter les questions que je m’étais posé moi-même et que la
plupart des gens se posent. L’offre a été validé et nous avons eu l’opportunité de
dérouler la formation du 18 au 22 septembre 2017.

Je n’ai pas eu besoin de me casser la tête parce que j’avais déjà enregistré des
vidéos sur le programme avec un support que je n’ai eu besoin d’optimiser qu’à 32%
environ.

Le premier jour de la formation, après deux heures de formation, un participant


s’exclama : « Hermann, tu viens trop tardivement. J’aurais dû avoir suivi cette
formation il y a 5 ans quand je démarrais ma carrière. Mais bon, je sais quoi faire
désormais ».

Je me suis senti coupable parce que j’avais tout pour multiplier et poursuivre le
module de formation depuis 2012 et aussi écrire le livre que vous lisez-là. J’ai
répondu au participant : « Le bon moment pour planter un arbre c’est il y a 20 ans
sinon c’est maintenant. La pause café, la réponse résonna en moi : « Le bon
moment pour démultiplier cette formation et former 100 personnes par semaine,
c’était il y a 5 ans. J’aurais ainsi aidé 25.000 personnes ». A la fin de la formation de
la première journée, nous avions impacté 25 personnes et 115 personnes au bout
des 5 jours de formations. Je m’étais engagé à conserver ce ratio hebdomadaire et
le multiplier pour former 10 millions de personnes. Sur le vol retour à Abidjan, j’ai
compris qu’il fallait écrire ce livre.

Un client me dit qu’il a vu les photos de la formation des collaborateurs de MTN sur
LinkedIn et qu’il aimerait la même formation pour ses équipes. Dès lors, écrire le
livre était devenu une obligation morale et spirituelle pour moi. Je suis content de
savoir que vous l’avez entre vos mains.

La richesse est dans l’opportunité

Peut-être que vous avez déjà 30 ans, 25 ans, 15 ans, 10 ans, 5 ans d’expérience
dans votre carrière. Peut-être que vous avez votre propre entreprise. Peut-être que
11
vous allez démarrer votre carrière ou continuer d’étudier encore. Ce moment est une
opportunité.

Pour une personne qui a gagné en moyenne 100.000 FCFA de salaire depuis 15
ans et qui n’a pas une épargne ou des investissements cumulés de 5 millions, il y a
un défi à relever. Je ne peux pas dire que je n’ai pas eu toutes les opportunités
d’argent dans ma vie. J’en ai vraiment eues et la plupart des gens en ont.

Même si c’est 50.000 FCFA que vous avez gagné en moyenne depuis 10 ans, vous
devez pouvoir avoir 1.500.000 FCFA mis de côté. Même si c’est 12.500 FCFA que
vous économisiez par mois chaque année depuis 10 ans.

Vous voyez, mon expérience m’a montré que j’avais eu toutes les opportunités de
ne manquer de rien dans ma vie. Pour lancer mon entreprise, à part le fait que j’ai
cherché mon modèle économique pendant plus de trois (3) ans avant de finir par le
trouver, je n’ai même pas eu besoin de me casser la tête. J’ai obtenu un contrat qui
m’a rapporté jusqu’à 140.000 dollars Canadiens (60 millions FCFA) pour me lancer.
Ce fut une grosse opportunité. Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Je n’ai surtout pas saisi
cette opportunité.

Savez-vous que si vous gagnez 600.000 en moyenne depuis 10 ans, vous avez raté
l’opportunité d’avoir une épargne ou des investissements cumulés de 12 millions ?
Si ce n’est pas le cas, vous avez raté une opportunité.

Savez-vous qu’un jeune de 25 ans qui démarre sa carrière et qui vit chez ses
parents, devrait économiser et investir 25% de son salaire chaque mois et que s’il le
fait, il aurait cumulé 300.000 par an soit au total 1.500.000 FCFA en 5 ans. Ce qui
veut dire qu’au moment où il décide de prendre son propre appartement ou studio de
50.000 FCFA par mois, il n’aura pas besoin d’emprunter ?

La vérité, c’est qu’une grande partie des jeunes employés de 25 ans gagnent
environ 150.000 à 300.000 FCFA par mois entre 25 ans et 35 ans et dans plusieurs
pays de l’UEMOA lorsqu’ils travaillent par exemple dans les 100 à 200 premières
entreprises de leur pays.

Mais qu’est-ce qui se passe ? Ils se retrouvent déjà à 32 ans avec des dettes. Ils
empruntent à la banque pour équiper leur premier appartement. Ils empruntent
rapidement encore plus pour avoir une voiture et rapidement, au bout de 5 ans, ils
ne savent pas ce qu’ils ont fait de leur salaire.

La vérité, c’est qu’ils ont raté l’opportunité d’utiliser leur présent à profit.

Un revenu est un présent

Mon mentor m’a enseigné en 2015 une leçon que je ne vais plus jamais oublier
maintenant que je sais clairement ce que je dois faire de ma vie et de ma carrière. Il

12
m’a dit ceci : « Un revenu est un présent, un cadeau que tu as à ta disposition pour
t’offrir un avenir moyen. Sache que la plupart des gens utilisent leur revenu pour
hypothéquer leur avenir ».

J’avoue qu’il a raison. Lorsque je me suis lancé, je n’ai vraiment pas eu du mal à
vendre. Je dois même dire que concevoir des produits et les vendre constitue l’une
des grâces dont Dieu m’a comblé. Je peux décider de vendre quand je veux et
lorsque je propose un produit à 10 personnes, environ 9.5 achètent sauf lorsque je
tombe sur des gens qui n’ont vraiment pas de pouvoir d’achat. C’est une opportunité
que je n’ai pas toujours su utiliser à profit.

Si vous avez la chance d’avoir fait des études secondaires et universitaires, si vous
avez pu avoir un salaire moyen de 150.000 FCFA, vous avez un présent, un cadeau
pour vous offrir une vie extraordinaire. Est-ce qu’on peut devenir riche à partir de
150.000 FCFA par mois ? Et comment ? Nous verrons plus tard comment
procéder…

La chose que j’aimerais que vous sachiez ici, c’est que si vous avez régulièrement
gagné un salaire de 900.000 F CFA par mois et que vous appliquez la règle des 1-1-
1-7 (10% donné, 10% épargné, 10% investi et 70% consommés), votre épargne et
votre investissement cumulés seraient de 1.800.000 FCFA l’année.

Si vous investissez chaque année les 1.800.000 FCFA pendant 35 ans à un taux de
8%, vous allez accumuler une fortune de 346.376.000 FCFA.

Je sais que ce que vous demandez, c’est de savoir comment vous faites pour
gagner 900.000 FCFA par mois et que ce n’est pas donné à tout le monde.

Je peux vous dire une chose, il y a des dizaines de milliers de personnes dans votre
ville, qui ont eu l’opportunité de toucher 900.000 FCFA par mois et voir le triple et qui
sont allés à la retraite « pauvre » et « mendiant ».

Je les comprends, vu que je suis passé par là. Je me comprends même parce que
lorsqu’on a un présent et qu’on ne le sait pas, on fait du « n’importe quoi avec ».

Si vous connaissez le patron du Club de Chelsea Football Club, monsieur Roman


Abramovitch, il a démarré ses affaires avec le cadeau de mariage de ses beaux
parents, soit 2000 roubles. Il est devenu milliardaire. On peut tout simplement dire
qu’il a su utiliser « son présent » pour s’offrir un « avenir de milliardaire ».

Une obligation historique

Du fait de mon histoire personnelle et du fait que j’ai vu combien de gens vivent la
souffrance silencieuse de l’endettement et de la douleur du regret de n’avoir rien fait
de ce qu’ils ont gagné depuis plusieurs années, je n’ai vraiment plus le droit de ne
plus rien faire. Dieu m’a déjà fait grâce d’avoir mal. Il m’a également fait grâce de

13
tomber sur les bonnes informations. Il m’a d’autant fait grâce de les utiliser à profit
pour assainir mes finances personnelles et de me mettre à concevoir, planifier,
structurer et bâtir une fortune rêvée. Je ne peux que dire : « Tout est grâce ».

Mais je ne peux pas m’arrêter là parce que j’ai une autre grâce : celle de pouvoir
transmettre et partager les informations. Je fais ici mienne et avec notre équipe (The
H&C Group), l’obligation historique de mettre à votre disposition ces informations qui
m’ont sauvé la vie.

Notre but est de vous accompagner et de vous apporter toutes les informations, les
stratégies, les outils et les méthodes susceptibles de vous éclairer quant à comment
:

 Mettre de l’ordre dans vos finances personnelles et éliminer les choix et


dépenses toxiques

 Adopter le mode de pensée et l’état d’esprit qui vous permettent d’atteindre la


sérénité financière

 Déployer courageusement le plan d’assainissement de vos finances personnelles

 Définir le cadre de votre vision stratégique financière sur le court, moyen et long
terme et vous donner une visibilité financière

 Déployer les stratégies nécessaires pour savoir gagner plus, épargner, dépenser
et investir stratégiquement pour assurer votre sérénité et votre liberté financière
durables.

Nous pensons que vous méritez une meilleure destinée financière. Personne n’a
décrété que vous n’allez pas pouvoir intégrer le club des millionnaires, des
multimillionnaires et des milliardaires. Il faut juste :

 Le bon état d’esprit pour améliorer votre rapport avec l’argent

 Le courage pour accepter sa réalité financière et engager les actions adéquates

 Un peu de sincérité intellectuelle et mathématique pour savoir qu’on ne peut plus


continuer ainsi

 Un plan pour se donner un nouvel avenir

 Des actions concrètes et adéquates pour sortir des fausses illusions des « faux
riches ».

Nous allons vous accompagner en quatre (4) temps :

14
 Le présent livre qui va vous apporter toutes les informations nécessaires

 Un programme vidéo et audio qui va vous aider à approfondir et agir avec plus
de percussion

 Un mini-atelier en présentiel pour travailler sur des cas pratiques, faire du


coaching en live et approfondir votre transformation en vue de l’action

 Un mini-programme de coaching pour vous accompagner dans la mise en


œuvre de votre plan de rédemption financière totale.

Vous pouvez visiter le site www.hcmagazines.com ou écrire par whatsapp à


Hermann (+22548910893), à Marcellin (+228 92860146)

Pendant ce temps, je suis heureux de savoir que votre vie va prendre une nouvelle
dimension et que plus rien ne sera plus le même pour vous et qu’à coup sûr, rien
que parce que vous avez lu jusqu’à ces lignes, la mise en œuvre de votre plan de
rédemption financière totale a déjà débuté.

Je n’aurais qu’une seule prière pour vous : « Que Dieu achève en vous, ce qu’il a
commencé ! ».

Abidjan le 27 septembre 2017

Hermann H. CAKPO

15
PARTIE 1

L’ART D’AMELIORER SON RAPPORT A L’ARGENT

16
1.

Ces gens qu’on appelle des riches sont des snobs

Effectivement si on m’avait dit que ceux qu’on considère comme étant des riches
sont des snobs, j’allais refuser et défendre bec et ongle que c’est archi faux.

Mais pour vous dire la vérité, c’est la triste vérité.

Saviez-vous que :

 87% des gens qui roulent dans une voiture l’ont soit acheté à crédit (ou par
emprunt), l’ont reçu comme cadeau, l’ont acheté avec l’argent de la corruption ou
de la prostitution ?
 La plupart des gens qui ont une voiture n’auront pas les moyens d’en acheter
une nouvelle s’ils venaient à la perdre ?
 La plupart des gens qui ont une voiture, n’ont vraiment pas les moyens d’acheter
une pièce originale si elle venait à se gâter ?
 Un entrepreneur qui a une fortune de 4.5 Milliards peut avoir souvent jusqu’à 4.1
milliards de dettes à la banque et que si ses banquiers venaient à suspendre une
seule de ses lignes de financement, il risque de fermer boutique et qu’en général,
il ne peut pas aller chercher de nouveaux marchés ou produits si la banque ne lui
renouvelle pas ses lignes de crédits ?
 Il y a des gens (des filles) qui ont un salaire de 700.000 FCFA mais vivent dans
un appartement de 500.000 FCFA ou et d’autres qui ont un salaire de 350.000
FCFA et vivent dans des appartements de 150.000 FCFA ? C’est de la magie
non ?
 La plupart des gens vous voyez rouler dans une voiture 4X4, n’ont pas les
moyens de les réparer et comptent sur d’autres personnes pour les réparer ?

Sincèrement, je croyais que la plupart des gens étaient de vrais riches jusqu’à ce
qu’un ami me dit d’observer comment je donne de l’argent aux gens lorsque que je
suis dans des cérémonies et comment je me sens quand je rentre le soir.

Un jour, j’avais quitté Cotonou pour l’ordination d’un ami prêtre. Sur le chemin, je me
suis arrêté pour retirer 400.000 FCFA au guichet automatique de banque. Non
seulement, je n’avais pas regardé mon solde, mais j’ai oublié d’acheter du carburant.

Lorsque je suis arrivé à Porto-Novo, je distribuais seulement. J’avais vraiment un air


de « jeune premier » et j’avoue que les gens aimaient voir que j’avais réussi. Et moi
aussi je jouais le jeu.
17
Rappelez-vous que je n’avais pas acheté du carburant à l’allée. Au retour, mon
chauffeur me dit : « Monsieur, on doit acheter du carburant. Il s’arrêta à une station
service. Nous avions l’habitude d’acheter du carburant pour 20.000 FCFA. Une fois
que nous avons été servis, je mis la main dans la poche pour payer. Imaginez
combien j’avais dans ma poche : 2500 F CFA. Je veux dire sur les 400.000 FCFA.
Heureusement, il y avait un distributeur dans la station service. J’ai retiré 100.000
FCFA.

Figurez-vous : les 100.000 FCFA étaient terminés le lendemain lundi avant 11h. A
vrai dire, j’avais oublié que les 500.000 FCFA retirés avaient été déposés sur mon
compte pour rembourser un ami. Il m’appela à 12h pour savoir à quelle heure il
devrait passer chercher l’argent. C’est alors que je me suis mis à chercher des
solutions. Lorsque je suis arrivé sur le numéro d’un ami qui était à la cérémonie
d’ordination la veille, j’avais honte parce que j’ai fait le riche un jour avant et
maintenant je cherche désespérément 500.000 FCFA.

Vous allez peut-être me dire : « Mais moi je n’ai pas un problème de 500.000
FCFA » ou « Encore, moi je n’ai même pas pas la chance d’avoir une telle somme ».

Comme on le verra plus tard, le gaspillage, la dépense, l’épargne, le snobisme ne


sont pas dans le montant mais dans la proportion.

S’il vous arrive de courir pour 50 millions ou 500 millions, c’est parce que quelques
jours avant, vous avez fait croire à quelqu’un (une) que ce n’est pas un problème
pour vous parce que vous vouliez juste snober. Ce qui était faux.

S’il vous arrive de courir pour 5000 ou 50.000, c’est parce que quelques jours avant,
vous avez fait croire à quelqu’un (une) que ce n’est pas un problème pour vous
parce que vous vouliez juste snober. Ce qui était faux.

C’est mieux d’être vraiment riche et d’utiliser l’argent qui est vraiment à vous,
qui est le fruit de vos revenus. C’est possible à faire mais c’est difficile
lorsqu’on s’amuse avec l’argent prétextant que l’on se fait plaisir ou qu’on
profite de la vie.

18
2.

Lorsque vous flirtez avec la richesse, vous devez savoir où vous en êtes

Je pense que l’un des plus gros pièges dans lequel nous tombons, c’est d’oublier
trop souvent le niveau financier auquel nous sommes et ce que nous pouvons nous
permettre et ce que nous ne pouvons surtout pas nous permettre.

Un jour, j’ai eu la chance de faire partir d’une délégation d’hommes d’affaires et de


leaders qui devraient participer à une conférence internationale. Nos billets d’avion
avaient été pris en charge (voyage en classe économique pour tout le monde) mais
nous devrions prendre en charge notre séjour. Je m’étais préparé comme je
pouvais. J’allais dire que pour le jeune entrepreneur que j’étais, ce n’était pas facile.

Lorsque nous arrivâmes à l’hôtel, 80% de la délégation avaient pris une suite
présidentielle et des suites juniors pour certains. J’avais 31 ans et le membre le plus
jeune de la délégation après mois avait 45 ans. Ils étaient tous mariés avec des
enfants dans de grandes écoles. Le moins nanti parmi eux avait une maison de 200
millions. Ce que j’envisageais d’avoir aussi mais je n’y étais pas.

Lorsque ce fut mon tour de choisir une chambre, le réceptionniste me demanda si


j’allais prendre la dernière suite junior qui restait. Je lui répondis : « Non. Dites,
quelle est votre chambre la moins chère ? ».

Il me la présenta avec ses caractéristiques. Elle me convenait parfaitement et était


suffisamment luxueuse. « C’est celle-là que je vais prendre ». En fait, elle faisait 10
fois moins le prix de la suite présidentielle que la plupart des membres de la
délégation avaient prise.

Le membre de 45 ans revint me voir et me reprocha vivement pourquoi je ne prenais


pas une suite junior au moins. Je lui répondis : « Tu sais, c’est un honneur pour moi
d’être ici. Et je pense que si je n’avais pas le mérite, je n’y serais pas. Maintenant, je
n’oublie pas où j’en suis quant à mes capacités financières réelles. Et du fait de mes
capacités, voilà la chambre que je souhaite prendre et elle me convient parfaitement.
Vous êtes mes aînés, c’est normal que vous preniez des suites. Je suis un jeune
entrepreneur qui se construit ». Il était vraiment déçu mais je pouvais lire sur son
visage qu’il me comprenait parfaitement. J’avais décidé après mon lourd
endettement de ne plus me faire des illusions quant à ce que je peux m’offrir et ce
dont je peux me passer.

Nous avions passé un excellent séjour et j’avais apprécié nos interventions dans les
panels pour lesquels nous étions sollicités. Ce dont je me souviens, c’est que les 2
19
ou 3 ans qui suivirent, 6 parmi les membres de la délégation avaient fait faillite. Et je
peux vous dire que 4 ont vu la banque saisir leurs maisons.

Voyons :
 Ce n’est pas parce que ce que je fréquente des hauts dirigeants qui roulent
en 4X4 que je vais tout faire pour avoir un 4x4 alors que je suis une étudiante
en Licence qui n’a pas encore de revenus.
 Ce n’est pas parce que mes chefs de services ont des 4X4 que moi qui n’ai
fait que 5 ans dans l’entreprise je vais m’obliger à faire pareil alors qu’ils
paient leurs traites avec des avantages liés à leurs postes.
 Ce n’est pas parce que j’ai 45 ans que je vais m’obliger à devoir souscrire à
un prêt pour construire ma propre maison alors que je sais que ma mère a
une maladie chronique qui bouffe chaque mois 21% de mon salaire ; sachant
que la maison va bouffer encore 35% sur mon salaire….
 Ce n’est pas parce que j’ai 31 ans que je vais me marier alors que je gagne
250.000 FCFA et sais bien que je devrais payer un loyer de 100.000 si je me
marie (Je ne dis pas qu’il ne faut pas se marier parce qu’on n’a pas l’argent).

La capacité à connaitre sa situation financière et à dresser ses charges, les


comparer à ses revenus et voir si on peut les contenir de manière à dégager
une marge et à épargner et à investir qui doit être la condition fondamentale
pour savoir si l’on peut prétendre à des dépenses ou à des engagements
complémentaires ou non.

Si vous ne vous asseyez pas pour savoir ce que vous pouvez et ce que vous
ne pouvez pas pour le moment, vous allez spoliez vos revenus et votre fortune
avant de vous en rendre compte.

20
3.

Il n’y a personne sur terre dont la mission consiste à vous rendre riche.

La plus grande cause de pauvreté en Afrique, c’est qu’il y a encore des gens qui
pensent qu’il y a des gens qui vont les aider à être, faire et avoir ce qu’ils ne sont
pas déterminés à s’aider eux-mêmes à être, faire et avoir.

Il est possible que ce fait soit également vérifiable ailleurs. Je connais plus pour les
africains alors, je me permets d’en parler.

J’ai appris avec le temps que pour ce qui est de la richesse, ce qui est la
responsabilité de la gestion optimale, de l’assainissement de vos finances, de leur
structuration et de leur fructification, il n’y a personne qui puisse se suppléer à vous
et accomplir le miracle pour vous.

J’ai appris cela à mes dépens lorsque je m’étais mis à correspondre avec une
allemande alors que j’étais en classe de seconde. Elle était assez gentille et
m’écrivait. Je lui fis cas de mon projet de passer du Lycée Public au Privé. Elle
m’encouragea vu que l’année était jalonnée d’émeutes et de grèves des éléments et
étudiants. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé mais je pense que je prenais ses
encouragements pour la promesse de m’aider. J’étais même allé m’inscrire avec
l’aide de mon parrain, attendant que la vieille Allemande m’envoie 350 marks pour
payer les frais scolaires.

Je m’étais mis à la harceler sans savoir, envoyant lettre postale sur lettre postale. Un
jour, une jeune dame m’appela en son nom pour me dire qu’elle est une vieille et
qu’elle n’avait pas 350 marks à m’envoyer mais qu’elle pouvait m’envoyer 35 marks.
J’étais effondré. Mon parrain me dit qu’il va m’aider mais qu’il fallait que mon père
contribue. Je ne pouvais pas lui parler de 150.000 FCFA de frais d’écolage parce
qu’il gagnait je pense 107.000 à l’époque (salaire d’instituteur bien payé dans mon
pays).

Après ma désillusion, j’ai compris qu’il fallait se battre pour non seulement payer (j’ai
pu compter sur une dérogation de l’école et l’aide sans pareil de mon parrain). Je ne
pouvais pas me payer la Terminale parce que je n’étais même pas sûr de boucler
l’année. Je me faisais renvoyer à plusieurs reprises. Ceci m’a obligé à devoir passer
le Baccalauréat en classe de première. Là encore, mon parrain (un curé en effet)
avait tout fait pour que j’y arrive. En réussissant au Baccalauréat, j’avais compris que
les gens peuvent nous aider dans notre vie mais ils ne pouvaient pas nous aider
plus que nous. J’aurais pu échouer au BAC. Les encouragements et les prières de
21
mon parrain m’ont aidé mais il fallait que je me batte pour ne lui causer aucune
honte.

Depuis lors je ne compte plus sur les aides mais je me suis dit qu’on ne peut que se
battre soi-même parce que les gens ne peuvent pas nous rendre heureux.
 La plupart des gens pensent que c’est la prochaine augmentation de salaire qui
va améliorer leur santé financière lorsqu’ils ne pensent jamais à se battre pour
mettre de l’ordre dans leurs finances et éliminer leurs habitudes de dépenses et
d’engagements toxiques qui rongent leurs porte-monnaie et leurs comptes
bancaires tous les jours.
 La plupart des gens ont le temps, les mains, l’énergie pour aller travailler et
assurer leurs charges qu’ils se sont créés (enfant, époux /épouses, maison, …)
mais ils se rabattent sur d’autres au nom de l’impôt communautaire.
 Les gens s’obligent à faire des mariages d’intérêts, espérant y trouver les deniers
qu’ils n’ont pas pu s’offrir eux-mêmes.
 Des héritiers potentiels refusent de travailler et se battre et attendent
gaillardement la mort de leurs parents pour se saisir de leurs biens, et ce sans
scrupule… Ils ne savent pas comment trouver l’argent, ils ne savent pas
comment le retrouver lorsqu’ils dépensent tout… Vous imaginez.
 La plupart des gens continuent de penser que l’aide au développement fera le
miracle et
 La plupart des gens comptent sur la prochaine élection présidentielle pour élire
enfin celui qui va causer leur boom économique. Ils oublient en effet qu’ils
avaient espéré la même chose 10 ans plus tôt.

A vrai dire, personne ne peut vraiment améliorer votre vie et votre situation
financière si ce n’est pas que vous décidez clairement d’en faire une
responsabilité personnelle.

Si vous pensez le contraire, appelez la personne sur qui vous comptez et


demandez-lui son programme du lendemain et voyez si elle va répondre : « La
première et la seule chose que je vais faire demain, c’est de m’assurer que tu ne
manques plus jamais de rien de ta vie ». Si vous tombez sur une personne pareille,
demandez-lui de vous apprendre à gérer ce qu’elle va mettre à votre disposition et
préparez-vous à le gérer avec responsabilité, autrement, vous n’allez pas l’aider à
réaliser sa noble ambition – si tant qu’elle a une telle ambition.

22
4.

Personne ne peut vous rendre plus riche que vous-même si vous n’y
contribuez pas

La vérité avec la richesse, c’est qu’elle est un résultat et le fait d’avoir de l’argent ou
d’être là où il y a de l’argent ne suffit pas à devenir immensément et durablement
riche surtout si vous ne vous appropriez pas le mécanisme et ne l’utilisez pas pour
devenir riche vous-même.

 Vous aurez beau hériter de la richesse de la part d’un ascendant ou d’un


généreux bienfaiteur, pour être sûr de pouvoir la conserver, vous devez vous
approprier le système de conservation et de multiplication autrement, la richesse
va finir par s’épuiser si vous ne faites rien pour devenir riche vous-même.
 Même si vous enlevez à une personne les créations et les résultats qu’il s’est
battu à obtenir, vous n’avez aucun moyen de les conserver ni de les recréer si
vous ne savez pas disposer du mécanisme que les créateurs de richesse
utilisent pour perpétuer la richesse.
 Si vous devenez riche grâce à la politique par exemple et vivez des deniers de
l’Etat, vous devez tout faire pour ne pas perdre le pouvoir ou trouver un
mécanisme pour sécuriser ce que vous avez pris autrement vous n’avez aucune
chance de le conserver valablement et durablement.

L’une de mes amies venait de se lier d’amitié avec un généreux homme d’affaires
malien. Au fur et à mesure que je voyais que la physionomie de sa vie changeait, je
lui ai dit qu’elle m’a l’air de plus en plus riche et que je ne comprenais pas d’où
venait son argent avant qu’elle ne me le dise. Je lui demandai si elle réussissait
vraiment à accumuler de la richesse vu les montants qu’elle brassait. Elle me
répondit :

« Oui, il m’a acheté une villa. J’ai pu acheter deux terrains. Je pense que pour le
moment, cela peut aller. Il doit m’aider à ouvrir une cave à vin également ».

J’avoue que j’étais vraiment impressionné par la façon dont elle avait structuré son
plan d’investissement autour de ce qu’une autre personne allait faire pour elle. C’est
alors que je lui posais une question : « Et que ferais-tu s’il venait à mettre fin à la
relation, disons, demain ? ».

Elle me rassura que cela n’arriverait point. La semaine qui suivit, l’homme d’affaires
était décédé suite à un Accident Vasculeux-Cérébral. La bonne nouvelle pour elle,
23
c’est qu’elle a pu conserver des biens pour environ 250 millions. Elle a réussi entre
temps à se trouver un nouvel ami généreux ; ce qui est une autre bonne nouvelle on
va dire, puisqu’elle a trouvé sa formule et sait comment elle peut faire à tout moment
pour avoir de l’argent.

Ce n’est pas à moi de donner mon avis sur sa formule d’enrichissement. L’essentiel
est qu’elle dépende d’elle et qu’elle soit durable.

Devenir riche est une responsabilité personnelle qui n’incombe qu’à soi-
même. Vous devez travailler à trouver la bonne formule, celle qui vous
permettra de devenir riche et de le rester durablement. Vous ne pouvez pas le
faire dépendre de qui que ce soit.

La plupart des gens pensent qu’ils sont pauvres à cause de quelqu’un d’autre
et que s’ils doivent devenir riches, ce sera à cause de quelqu’un d’autre. La
vérité, c’est que même l’héritier le plus riche n’a aucune chance de conserver
sa richesse s’il n’apprend pas à bien gérer et optimiser la richesse dont il a
hérité.

24
5.

Tous ceux qui prétendent être les maîtres du système ne sont pas riches. Ils
sont gravement en insécurité

La plupart des gens pensent que s’ils s’accrochent à un système et intègrent un


réseau très puissant, ils vont devenir immensément riches et le rester. Le constat est
souvent très cuisant :

 Ils ne sont pas riches, rien n’est à eux, rien ne leur appartient.
 Ils sont convaincus que le système ne s’écroulera pas et que le régime va se
perpétuer mais même celui de Khadafi, Ben Ali, Mobutu, Blaise Compaoré, ou
encore Bernard Tapie n’ont pas pu se perpétuer ; on a vu BlackBerry, Enron,
Nokia (ancienne formule) et d’autres grands systèmes tomber.
 Ils s’accrochent désespérément à un système dont personne ne connait vraiment
les vrais tenants ni aboutissants ;
 Dans le meilleur des cas, ils se disent qu’ils vont trouver une façon de rebondir
mais le système n’est jamais longtemps aussi puissant qu’il l’a été…

Faut-il le rappeler, le système que vous puissiez utiliser pour devenir immensément
riche est celui que vous contrôlez vous-même. Si vous n’en avez pas le contrôle, si
vous ne pouvez pas rebondir du jour au lendemain si le système venait à s’écrouler,
si vous n’avez pas les moyens de démonter vous-mêmes et de le remonter, vous
n’avez rien de durable.

J’ai été choqué en 2006 lorsqu’il y avait une crise dans le secteur du GSM au Bénin,
de voir que beaucoup d’entreprises satellites qui dépendaient du secteur n’avaient
pas de plan B pour pallier aux éventualités d’une crise. Les gens ont juste vu leurs
activités se suspendre aux bons vouloirs de la nature et du bon Dieu. Certains ont
tout simplement perdu leurs lignes de crédit à la banque, leurs meilleurs employés et
attendaient désespérément que les opérateurs suspendus soient reconnectés. Ce
qui a été heureusement le cas au bout de quelques huit (8) semaines.

La leçon que j’ai tiré de cette crise était que la fatalité est un très mauvais plan
d’enrichissement. Personne ne peut devenir riche en attendant désespérément ni
en comptant sur un système ni un secteur. Il faut être un peu plus autodéterminé
pour se garantir la pérennité.

25
La beauté avec le capitalisme, c’est qu’il permet à ceux qui ont un peu de créativité
et peuvent s’auto-déranger pour faire et défaire ce qui leur assure la pérennité de
leur prospérité de rester leurs propres maitres.

La bonne nouvelle est que vous n’avez pas besoin de devenir un capitaliste créatif
pour optimiser vos finances, gagner mieux, mieux gérer ce que vous gagnez,
dépenser stratégiquement, épargner scrupuleusement et investir passionnément
pour accumuler de la richesse.

26
6.

Vous n’avez pas un logement si vous ne pouvez pas vous le payer

Il parait que l’homme a des besoins fondamentaux : se nourrir, se vêtir, se soigner,


s’éduquer et se loger si je ne m’abuses.

Quel est l’une des choses qu’un jeune diplômé fait lorsqu’il a son premier emploi ? Il
pense à quitter chez ses parents et s’installer dans son propre appartement. Ce qui
est une ambition noble.

Maintenant, certaines recherches de noblesses peuvent conduire à la stupidité.

 Ce n’est pas parce que vous voulez acquérir votre indépendance par rapport à
vos parents que vous allez vous installer dans un nouvel appartement. Assurez-
vous de pouvoir couvrir les charges inhérentes au fait d’avoir son propre
appartement.
 Ce n’est pas parce que vous ne voulez plus qu’un agent immobilier, un huissier
ou un propriétaire viennent vous réclamer le loyer que vous allez vous acheter
votre propre maison.
 Ce n’est pas parce que vous avez besoin de votre propre intimité que vous allez
prendre votre propre appartement alors que vous devriez vous mettre avec
d’autres personnes pour être sûr de pouvoir payer.
 Ce n’est pas parce que les voisins ont pris le crédit équipement pour s’offrir de
nouveaux fauteuils en cuir et un nouvel Ecran LCD que vous devriez aller en
prendre aussi. Vous devez vérifier l’impact sur vos finances.
 Ce n’est pas parce que vous voulez éprouver de la fierté personnelle à rentrer
dans votre propre maison que vous allez prendre du crédit pour construire votre
propre maison ; vous devez être sûr d’être en train de faire un bon
investissement.

Un jeune ami à moi qui gagnait un salaire de 350.000 FCFA me dit qu’il voulait
s’installer dans son propre appartement. Je lui signifiai que c’était un choix noble. Je
me suis par contre empressé de lui dire que je ne pense pas qu’il puisse payer. Je
lui proposai de se mettre à trois avec d’autres amis pour partager un appartement de
deux chambres à cause de son salaire au lieu de vouloir avoir un appartement une
chambre à lui seul. Il ne m’a pas écouté. Il croyait qu’il pouvait payer 95.000 FCFA
par mois parce qu’il gagnait 350.000 FCFA. Je ne savais pas comment il avait fait
ses calculs parce qu’il est vraiment insensé de mettre le tiers de ses revenus dans
un logement

27
Dans le cas de mon ami, je savais qu’il allait se créer des charges inutiles.
Visiblement c’est ce qui s’est passé et chaque mois il doit passer chez sa mère pour
prendre par deux ou trois fois 50.000 FCFA ou 25.000 FCFA pour boucler ses fins
de mois.

A Dakar, j’ai vu deux couples habiter dans un appartement deux chambre-salon et


partager la douche. (Beaucoup ne feront pas ça. C’est pour cela qu’ils ne seront
jamais riches). Les immigrés maliens, guinéens et sénégalais qui construisent des
immeubles de 500 millions à Dakar, à Bamako et à Conakry acceptent habiter à 12
dans un studio et dorment à tour de rôle, cumulant les emplois…

Mais les intellectuels et les cadres qui louent les appartements qu’ils construisent
(en acceptant des sacrifices et en laissant de côté leur fierté) sont tellement fiers
qu’ils n’accepteront jamais partager leur appartement avec une autre personne.
C’est pour ça qu’ils vont payer chaque mois à ceux qui ont accepté consentir des
sacrifices.

S’il faut être autodéterminé en matière de stratégie d’enrichissement pour s’offrir la


pérennité, il ne faut pas confondre autodétermination et amour propre.

Tous ceux qui veulent s’offrir des choses parce qu’ils ne veulent pas avoir honte ou
parce qu’ils veulent se montrer fiers, s’imposent des charges qu’ils ne peuvent pas
supporter. La conséquence est qu’ils n’arrivent pas à dégager de la marge pour
débuter la structuration de leur autonomie financière.

La chose la plus importante à faire donc, c’est de laisser de côté « ses soit disant
principes de fierté et de dignité personnelle » pour se bâtir de vraies stratégies
d’enrichissement progressif et optimal.

En Côte d’Ivoire, on dit qu’il faut faire envie que pitié. Ce qui me semble-t-il est
contraire à la logique de l’enrichissement ZEN.

La plupart des gens qui deviennent riches et prospèrent font d’abord pitié et
ensuite envie. Ceux qui ne se souviennent que d’avoir été riche, font très envie
effectivement mais vers les 50 ou 70 ans, ils font vraiment pitié.

28
7.

Faites des efforts et récoltez ensuite ou récoltez et vous allez faire des efforts
également

Tout le monde peut profiter de tout ce dont on profite lorsqu’on devient riche. Le
reste dépend essentiellement du moment qu’on choisit pour le plaisir et le moment
qu’on choisit pour la douleur.

La plupart des gens pensent qu’ils peuvent échapper aux douleurs dans leur vie. Ce
qui n’est qu’une vanité. Dans l’un ou l’autre des cas, il faut toujours accepter une
bonne dose de souffrance que vous la choisissiez ou pas. C’est comme cela la vie.

 Si une personne redoute les exigences et les responsabilités et autres tensions


liées au mariage et refuse de s’engager il n’y a pas de challenge. Il fuit la douleur
du mariage, mais il subit également la douleur de la solitude même si celle-là est
lente et n’est intense que de temps en temps ;
 Si une personne doit prendre une décision difficile et décide de ne pas la prendre
parce qu’il y a de la douleur, il n’y a pas de challenge. Soit elle subit la douleur de
la décision ou elle subit la douleur de la pression qu’on a d’avoir une décision
importante à prendre ;
 Si tu te réveilles le matin et que tu fuies la douleur de ranger ton lit parce que tu
serais pressé ou ce serait trop exiger de toi, ne t’en fais pas. Lorsque tu vas
revenir le soir, tu devras subir la douleur de dormir dans un lit non rangé ou la
douleur du fait de devoir ranger le lit.

Un client à moi voulait s’acheter une voiture. Il décida de venir prendre conseil chez
moi (qui n’avais pas de voiture- je suis devenu trop frugale). Je lui demandai quel
était son plan.

« Je pense que je vais prendre un crédit automobile. Ils vont me prélever 228.000
par mois. Je pense que c’est gérable vu que j’ai un salaire 1.132.000 FCFA ».

Je lui ai dit que j’étais d’accord avec son plan. Je lui ai juste demandé s’il n’avait pas
d’autres plans. « Il y a toujours d’autres choix. Le challenge, c’est que nous faisons
un seul choix en nous disant que nous n’avons pas d’autres choix ».

Il me répondit que c’est pour voir les autres options qu’il était venu me voir. J’ai
commencé à lui donner mon exemple. « Moi j’aurais investi ses 228.000 FCFA par
mois dans la création d’une nouvelle filiale. Ce que je veux dire, c’est que
j’accepterais souffrir un peu et payer un peu maintenant pour jouir plus tard.
29
Pourquoi tu ne cotiserais pas ces 228.000 FCFA sur 36 mois et ensuite acheter une
voiture seconde mains de sept millions environ ? Pourquoi allez acheter une voiture
neuve de 13 millions ? ».

J’avais comme l’impression qu’il n’avait pas le choix. Alors je lui dis : « Oh, tu sais, il
y a deux façons d’acheter une voiture (sauf les cas de grosses recettes dépensables
attendues ou inattendues). J’insiste ici sur « dépensables » parce qu’un revenu n’est
pas dépensable en totalité. Et surtout lorsqu’il est inattendu, il faut l’investir pour
augmenter ses chances de le fructifier (les riches vivent des revenus de leurs
revenus en effet, c’est-à-dire qu’ils investissent une bonne partie de ce qu’ils
gagnent et ils dépensent ce que cela leur rapporte si nécessaire et conservent le
principal comme une vache qu’ils engraissent (augmentent en valeur) à chaque fois.
Donc revenons aux deux façons :

1) Soit tu épargnes pendant 60 mois (228.000) et tu as 13.600.000 FCFA et tu


t’achètes ta voiture ;
2) Soit tu prends l’argent du banquier pour avoir la voiture et tu paies 228.000
FCFA pendant 60 mois.

Dans le premier cas, le banquier te paie des intérêts si tu mets l’argent sur un
compte d’épargne ou un compte bloqué ; dans le deuxième cas tu paies des intérêts
à la banque. (Dans les deux cas le banquier est content). C’est toi qui choisis. Ce
que je veux dire, c’est que tu va jouir de ta voiture et tu vas payer pour ta voiture,
c’est toi qui choisit quand ».

Il avait compris et il décida d’épargner. Nous étions en 2010. En 2015, il m’appela


pour me dire qu’il avait atteint les 13.600.000 F CFA. Mais qu’il ne comptait utiliser
que 6 millions environ pour acheter une voiture et qu’il allait acheter des actions
avec le reste.

En mars 2017, il me contacta pour me remercier parce qu’après avoir investit 7


millions environ dans des actions, il s’était retrouvé avec 12 millions en quelque
douze mois. Je lui demandai alors : « Donc, là maintenant tu vas t’acheter ta voiture
neuve ? ». Il me répondit : « Non, pas du tout. Je penses que je restes capable de
subir un peu plus de douleur. Le temps va passer très vite ». Entretemps, ses
collègues qui avait pris le prêt en 2010, non seulement l’ont renouvelé mais n’ont
pas d’épargne. Ce qui est une bonne nouvelle. Ils sont tout simplement en train de
payer.

Personne ne peut fuir la douleur, c’est comme cela. Ce qui est une excellente
nouvelle avec l’opportunité d’optimiser ses finances et devenir riche.

30
8.

C’est stupide d’habiter dans sa première maison

Le projet le plus important qu’une personne puisse piloter pour optimiser ses
finances, c’est accumuler de la richesse et atteindre l’indépendance financière, c’est
un plan d’investissement. Les plans de possessions ne sont ni aussi rentables ni
aussi optimisés que les plans d’investissement.

Posséder sa propre maison n’est pas une fin en soi. C’est accumuler de la richesse
qui importe. Il ne fait donc aucun doute que des gens ont leur propre maison ou des
dizaines d’immeubles (tous mis en hypothèque ou remboursement non terminés)
donc ne sont pas riche puisqu’ils peuvent les perdre à tout moment s’ils sont
incapables de rembourser. Donc ce n’est pas de la richesse.

Personnellement, j’ai des projets immobiliers très gigantesques. Je sais quel est le
plan que je vais utiliser pour les réaliser en un temps record. Pour l’instant, j’ai un
plan d’investissement très lent et c’est une bonne nouvelle : être copropriétaire de 53
entreprises. Avec nos associés, nous avons travaillé et trimé et nous sommes
toujours prêts à continuer. Nous sommes à 15 entreprises. Donc, ça vient. Pour
l’instant, aucun de nous n’a sa propre maison et quelques-uns parmi nous
seulement ont leurs propres voitures.
Ce qui est important, ce n’est pas d’habiter sa propre maison ; du moins pour ceux
qui lisent mes livres. La fierté qu’on en tire n’en vaut pas le coût parce que pour ce
qui est des vrais coûts d’opportunité, c’est insensé d’habiter sa propre maison.

Alors qu’il gagnait 1.800.000 FCFA, un cadre d’entreprise décide d’acheter sa propre
maison. Sa banque lui proposa un plan à travers lequel il allait payer 522.000 FCFA
par mois. Mais comme il avait appris que c’est stupide d’habiter sa première maison,
il échafauda un plan à travers lequel il n’allait pas sortir un seul franc à part l’apport
personnel demandé. Voici comment il a procédé :

 Une fois le duplex terminé, il le mit en location pour 1.200.000 FCFA


 Ensuite il déménagea dans un appartement qu’il allait payer à 480.000 FCFA
contre les 350.000 FCFA qu’il payait, améliorant ainsi sa qualité de vie.
 La bonne nouvelle étant que le loyer du duplex va servir à payer les loyers de
son nouvel appartement ainsi que les mensualités à la banque et il restera
toujours 198.000 FCFA par mois pour les impôts et entretiens mineurs. Bien sûr,
zéro franc sera prélevé sur son salaire mensuel.

31
 Pour optimiser son investissement, il demanda 12 mois d’avance de loyer.
L’institution qui voulait y loger son directeur financier accepta de prendre un bail
de trois (3) ans et lui versa 36.000.000 FCFA.
 A son tour, il paya à son nouveau propriétaire 12 mois de loyer soit 5.760.000
FCFA.
 Il provisionna également les 12 mois mensualités à verser à la banque soit
6.264.000 FCFA.
 Avec le solde, il constitua son apport personnel et obtint un nouveau prêt à la
banque pour une deuxième maison, cette fois-ci pour une valeur globale de
221.000.000 FCFA grâce à une structuration financière qui convenait
parfaitement à son banquier.

En l’espace de 24 mois, il s’est retrouvé propriétaire (même si partiel) de deux


maisons et qu’il n’habite pas bien sûr mais qui lui rapportent suffisamment pour qu’il
n’ait plus besoin de toucher à son salaire.

Je ne connais pas votre niveau de fierté personnelle. Mais vous comprenez pourquoi
ce n’est pas économiquement viable d’habiter sa première maison.

Les riches ZEN ne pensent pas à habiter dans leurs propres maisons très tôt.
Ils sont un peu plus patients et plus structurés.

Ils s’assurent d’avoir des maisons et des investissements qui rapportent


gros ; peu importe là où ils habitent eux-mêmes.

Parfois la fierté personnelle conduit à la stupidité. C’est pour cela qu’il ne faut
pas toujours la suivre.

32
9.

Sachez quand utiliser votre droit de créer votre propre entreprise

Il ne fait aucun doute que l’entrepreneuriat est l’un des moyens les plus sûrs de
distordre la réalité et s’offrir l’opportunité d’être riche et plus largement ce que ses
origines garantissent.

Sachant que tout le monde peut entreprendre, tout le monde ne doit pas
entreprendre.

 Ce n’est pas parce que vous avez une idée qu’il faut et que vous trouvez une
activité facile à mettre en œuvre que vous allez entreprendre. Vous devez être
sûr qu’elle va marcher pour vous et que vous allez tout faire pour qu’elle marche.
Or la plupart des salariés n’ont pas le temps ni les moyens techniques de faire
marcher leurs entreprises parallèles.
 Si vous avez un emploi et voulez créer une entreprise parallèle, vous devez
savoir pourquoi vous créez une entreprise parallèle et pourquoi vous devez
garder votre propre entreprise. Si c’est à cause de l’argent, contentez-vous de
l’emploi et du salaire qu’il vous apporte. Si c’est par passion que vous allez
entreprendre, quittez votre emploi. Entreprendre finira par vous donner de
l’argent même si ce n’est pas immédiatement.
 Si vous dites que vous allez démarrer à partir de votre emploi parce que vous
n’êtes pas sûr que ça marche, votre entreprise ne marchera pas parce que vous
ne lui consacrerez pas le plus précieux de votre temps (parfois vous êtes obligé
de mettre vos ressources - part du salaire, crédit à la consommation détournée
pour financer l’entreprise).
 Par exemple, il est plus judicieux d’acheter des actions d’entreprise qui marchent
et avoir des dividendes plutôt que de vouloir entreprendre ou créer sa propre
entreprise (qui n’est pas une fin en soi). Parce que vous savez que votre argent
va être bien géré et va générer du bénéfice pour vous.
 Si vous voulez avoir la fierté d’avoir une entreprise, vous ne pouvez pas
l’associer à la sécurité d’avoir un emploi. Vous devez choisir l’une des deux,
autrement, vous serez obligé de tricher avec l’un.
Est-ce que je ne connais pas des gens qui ont conservé leur emploi et ont une
entreprise ? Oui bien sûr ! J’ai un client qui est dans le cas et qui fait jusqu’à 2,5
milliards de chiffre d’affaires. Mais le rôle qu’il joue dans son entreprise est un rôle
d’investisseur, de conseil stratégique et d’apporteur d’affaires. Il ne gère pas
l’entreprise. Mieux, il a fait appel à des coaches dont notre cabinet et à des cabinets

33
en organisation pour structurer l’entreprise et accompagner les membres de l’équipe
pour lui.

Je dois avouer qu’il n’est même pas dans le même pays que ses entreprises. La
vérité, c’est qu’il sait pourquoi il doit garder son emploi (pour être dans le milieu et
rester à jour) et pourquoi il doit créer une entreprise (parce qu’il y a des opportunités
à saisir et qu’il sait qu’il va devenir immensément riche). Comment a-t-il pu y
arriver ? Grâce à sa capacité à limiter les rôles opérationnels qu’il peut jouer, à
trouver des gens de confiance, à les faire accompagner et à faire appel à des
experts qui l’aident à structurer, organiser et optimiser l’entreprise pour la rendre
performante. Mieux il se fait accompagner lui-même personnellement.

La plupart des gens ne savent pas combien, cela est déterminant, c’est pour
cela qu’ils lancent des entreprises pour gagner de l’argent et finissent par
gagner des problèmes.

La clé pour entreprendre et réussir à gagner de l’argent, c’est d’avoir une


organisation optimale qui assure que l’argent qui entre va être décuplé et se
multiplier. Sans cette organisation et son assurance constante, entreprendre
ne peut vous rendre riche.

34
10.

C’est encore plus stupide de n’utiliser sa voiture que deux fois par jour

Dans un monde « youconomisé » (économie de l’auto-emploi) où vous pouvez


entreprendre et gagner de l’argent avec votre expertise, votre maison et votre
voiture, c’est vraiment peu rentable d’acheter une voiture et de la garer dans le
Parking de son entreprise et l’utiliser que deux ou trois fois dans la journée :

1) Le matin en venant au boulot


2) Le soir à la fin de la journée pour se rendre à la maison
3) Et éventuellement une troisième fois lorsqu’on doit aller au restaurant.

La plupart des cadres d’entreprises qui ont leur propre voiture ne l’utilisent
réellement que le weekend ou les jours fériés.

Si l’on prend l’exemple d’un cadre qui paie 250.000 FCFA de remboursement
mensuel sur son crédit automobile, l’affaire n’est que peu rentable.

Voyons un peu :

 Pour faire une journée de course dans une ville africaine par exemple, c’est
environ 15.000 FCFA.
 Effectivement, pour une personne qui doit faire des courses tous les jours, c’est
pratiquement 450.000 FCFA par mois.
 Peut-être que pour celui-là, c’est mieux d’avoir sa propre voiture.
 Mais si une personne doit payer 15.000 FCFA par jour avec sa propre voiture, il
lui faut dépenser environ 10.000 FCFA de carburant par jour. Ce qui veut dire en
réalité qu’utiliser sa voiture lui reviendra à 250.000 + (10.000 X 30) = 550.000
FCFA.
 550.000 FCFA, ce sera le coût de revient mensuel de sa voiture utilisée sans
chauffeur et sans entretien.

Voyons une autre option :

 Il achète la voiture avec un crédit automobile et doit rembourser 250.000 FCFA


par mois
 Comme il ne l’utilise que deux fois dans la journée, il vient tôt le matin (7H00 par
exemple) et rend la voiture disponible pour location jusqu’à 17H00 le soir.

35
 Celui qui veut louer la voiture la prend donc à 7H00 et la ramènera à 17H00
maximum pour 25.000 FCFA par jour sans chauffeur. Ce qui fait environ
500.000 FCFA par mois s’il arrive à la louer tous les 20 jours ouvrés de la
semaine et 250.000 FCFA par mois s’il n’arrive à la louer que 1 jour sur 2.
 Les 250.000 FCFA lui permettront donc de payer le loyer et laisser respirer son
salaire. Il peut même prendre un deuxième crédit et une nouvelle voiture s’il le
veut.
 Si à 17H00 le locataire ne ramène pas la voiture, il paie 5.000 FCFA par heure
extra. Les 5.000 FCFA vont lui servir à payer un Taxi (Africab, Taxijet, TaxiPlus
ou BeninTaxi par exemple) pour rentrer chez lui.

La plupart des gens ont bien l’opportunité de devenir riche. Mais ils préfèrent
dormir sur leur emploi et la fierté de la possession au lieu de travailler à
optimiser leur capacité d’enrichissement.

Même lorsqu’on aime les constances, il y a un moment où il faut s’arrêter,


sortir sa calculatrice afin de challenger ses choix financiers.

Les gens qui finissent par trouver la sérénité financière savent qu’il est peu
profitable de laisser inactive et passive sa machine de création de valeur et
qu’être dans le « tout consommation » n’augure d’aucun futur financier
épanouissant.

36
11.

Vous avez à choisir entre la stratégie et la stupidité

La stratégie consiste à élaborer des plans d’actions précises et concrètes dans le


but d’atteindre un objectif précis. La stupidité consiste à faire des choix, d’avoir des
habitudes et attitudes qu’on aime bien faire ou dont on ne veut pas se séparer même
si elles nous compliquent la vie, nous empêchent d’avoir du résultat.

Et c’est justement ce qui fait la différence entre les riches et les pauvres, surtout
lorsque les dépenses sont en jeu.

On se rend compte que finalement tout objectif est atteignable et à priori n’importe
qui, n’importe où peut atteindre n’importe quel objectif. Du moment où la personne
est prête à payer le prix qui va avec. Vous ne pouvez pas faire le travail de
l’enrichissement sans stratégie tout en sortant de la stupidité.

Les objectifs financiers peuvent être encore atteints plus rapidement et sereinement
sans se foutre une pression indescriptible. Tout est une question de stratégie et
d’état d’esprit. Il se trouve que généralement lorsque nous sommes dans nos
bureaux ou au salon entrain de faire des plans pour notre enrichissement et la
performance de notre business si vous êtes un entrepreneur par exemple, à la fin
des calculs ; il n’y a aucun doute sur la réalisation des objectifs.

On est conscient que si effectivement on mettait à la lettre toute la stratégie définie


en œuvre, indéniablement les résultats seront au rendez-vous. Quand on expose
également la stratégie à des tierces personnes, elles reconnaissent également que
les résultats devraient être au rendez-vous.

Sauf que lorsque nous devons mettre en œuvre la belle stratégie montée, nous
préférons la stupidité, c’est-à-dire que nous préférons nous adonner ou mettre notre
énergie et notre temps dans ce qui nous procure de la satisfaction immédiate et qui
nous permet de ressentir moins de douleurs. La grosse stupidité c’est de savoir ce
37
qui marche ou va marcher et ne pas s’y résoudre parce qu’on cherche à éviter la
douleur.

Lorsque par exemple vous décidez de faire en sorte qu’à l’obtention du


baccalauréat, vos enfants ne souffrent pas pour faire des études supérieures, et
pour cela vous souscrivez à un plan étude pour eux :

 Ne revenez pas sur votre décision d’ordonner un virement automatique sur un


compte épargne parce que vous sentez la douleur de la coupure sur votre salaire
à la fin de chaque mois.
 Ne vous remettez pas à la providence pour dire que de toutes les façons le
seigneur pourvoira en son temps pour ainsi arrêter le processus.

Comme nous le verrons tout au long de ce livre la richesse est dans la formule, la
stratégie et surtout dans l’état d’esprit.

La grosse stupidité c’est de vouloir aller à l’indépendance financière, connaitre la


stratégie et le mode d’emploi pour y arriver, mais continuer par faire les mêmes
choses qu’avant et s’attendre à un résultat différent.

La grosse stupidité c’est de vouloir être indépendant financièrement et faire attention


chaque fois à ce que la famille, la société, les amis… diront sur vous. Cela veut tout
simplement dire que vous avez perdu de vue votre objectif et préférez faire plaisir
aux autres.

N’oubliez pas que lorsque vous serez dans le besoin et dans le manque après, ils ne
viendront pas à votre secours. Ils s’occuperont de leurs propres problèmes. Ce qui
est normal ou bien ?

38
12.

On a toujours toutes les excuses pour ne pas devenir riche

Robert Kiyozaki a raison de dire qu’une excuse ne vaut pas un seul centime. Et c’est
pour cela que le pauvre peut se permettre d’en avoir… La vérité, c’est que les
pauvres ont toujours des raisons de ne pas devenir riche et les riches ont des
raisons de tout faire pour échapper à la pauvreté. Et c’est là toute la différence.

Tout le monde ne veut pas devenir riche, nous pouvons l’affirmer tout le monde ne
va pas devenir riche. Pour certains, cela doit demander trop de travail, de nuits
blanches, de privations, de discipline… à la limite, ils ne sont pas sûrs que les riches
vivent réellement.

Ils pensent que les riches passent le plus clair de leur temps à protéger leur
richesse. Et puisqu’ils ne sont pas prêts pour tous ces sacrifices, ils ne se voient pas
en riches. Un des buts de ce livre est de démystifier aussi le travail d’enrichissement
et d’amener les lecteurs à sortir des conceptions erronées.

Parce qu’en réalité toutes ces conceptions sur les riches sont fausses. Il se trouve
que les gens aiment quand même ce qu’on peut faire avec l’argent, ils souhaiteraient
aussi les faire.

Les gens aiment voir les riches dans leurs belles voitures, maisons, de jolis enfants
qui vont dans de grandes écoles, de belles femmes avec de beaux habits. Lorsque
les riches les invitent, ils aiment bien ; parfois, ils jouent plus aux riches que le riche
lui-même.

Vous avez certainement remarqué que le chauffeur d’un homme d’affaires joue plus
au propriétaire que lui-même. C’est le chauffeur, le gardien de la maison ou la
domestique, qui filtre les gens qui veulent rencontrer leurs chefs. Et si vous voulez
avoir accès au patron, il vaut mieux être dans les bonnes grâces de ceux-là. Mais
depuis qu’ils fréquentent les riches, ils avaient la possibilité de penser et agir comme
39
des riches et s’en sortir, mais ils ne veulent pas payer les prix à payer alors ils se
réfugient dans les prétextes.

Si vous pensez qu’on ne peut pas devenir riche tout en étant honnête, intègre,
chrétien ou musulman, être un homme ou une femme de parole… et que votre
religion, société…, interdisent ces choses-là ; vous avez refusé d’être riche. Vous ne
pouvez pas être riche parce que toutes les opportunités qui se présenteront à vous
et qui pourront vous faire riches, vous les refuserez.

Mais plus encore déjà votre subconscient refoulera et éloignera de vous toutes
personnes ou entreprises qui devraient se manifester à vous pour vous rendre riche.
Ce que vous ne voulez pas et refusez d’accepter, l’univers s’arrangera pour
qu’aucune opportunité ou personne ne se manifeste dans votre vie afin de vous
élever.

Ne soyez donc pas surpris que vous ne progressiez pas alors que vos camarades
vont de gloires en gloires. Tout simplement parce que vous avez refusé » à l’univers
de vous livrer et mettre à votre disposition ce à quoi vous avez droit comme tout
enfant de Dieu.

Il se trouve que la plupart des conceptions que nous avons des riches et de l’argent
sont fausses ou mal interprétées. La religion constitue une grosse excuse pour les
gens. La plupart pensent que la richesse est incompatible avec la religion. Ce qui est
archifaux. Au cours d’une de mes présentations que j’ai faite pour la communauté
internationale des hommes d’affaires du plein évangile du Togo, sur la mentalité de
l’abondance, je leur disais que si les chrétiens refusent de faire le travail
d’enrichissement sous prétexte de la religion ; ils peuvent s’inspirer de la parabole
des talents.

En outre je leur ai fait comprendre que nous sommes dans un monde d’influence (ce
sont ceux qui produisent du résultat qui influencent et font entendre leurs voix) et si
les chrétiens ne travaillent pas pour influencer et promouvoir les principes bibliques,
ils ne devraient pas se plaindre du fait que le monde leur impose sa vision et sa
conception des choses sous prétexte de l’évolution des mentalités et des temps.

40
Faire le travail de l’enrichissement et devenir riche est une décision personnelle, que
personne ne peut prendre votre place. Maintenant, ne vous inventez pas des
excuses pour ne pas le faire en prétextant la société, la religion ou la morale.

A la fin de la journée, c’est toujours mieux d’en avoir que de ne pas en avoir. Voici
une bonne nouvelle pour vous, si vous faites le travail d’enrichissement et que vous
réussissez, vous devenez une étoile dans votre couple, famille, communauté, ville…
et vous démontrez aux autres ainsi que c’est possible et qu’ils peuvent également le
réussir.

La question est de savoir si voulez devenir une étoile qui brille dans le ciel et indique
la voie aux gens (de par vos résultats), ou bien une ombre de vous-mêmes et une
lueur insaisissable qui de par sa présence décourage et assombrit l’horizon de son
couple, famille, communauté et du monde (de par vos excuses) ?

Il y a d’autres qui s’inventent des philosophies sur mesure afin de ne pas faire le
travail d’enrichissement pour parvenir à l’indépendance financière, parce qu’ils
refusent de se mettre à la tâche et supposent que c’est trop ardu pour eux. Ainsi, ils
préfèrent rester dans le manque avec leurs bonnes excuses qui leur donnent la
tranquillité d’esprit mais qui les fait convoiter et jalouser ceux qui en possèdent.

41
13.

La question la plus incompréhensible qu’on puisse se poser, c’est de se


demander : « Comment mon argent a-t-il pu finir si vite ? »

Au fait, où devons-nous chercher l’argent que nous avons dépensé si ce n’est dans
la structure de ses dépenses ?

Sachez désormais que si vous n’avez pas de plan, l’argent a son propre plan.
L’argent déteste l’absence de plan. La meilleure leçon qu’il a apprise sur
l’optimisation financière, c’est qu’il faut absolument mettre l’argent dans un plan. Non
seulement mettre l’argent dans un plan, mais surtout avoir un plan avant de gagner
de l’argent. L’argent est comme un petit enfant en bas âge, plein d’énergie et de
vitalité. Si vous n’avez pas de plan pour le canaliser et le diriger vers un objectif, il va
vous échapper et vous ne pourrez plus le contrôler.

L’argent a de la peine à rester sur place. Un enfant ne peut pas tenir sur place
longtemps, c’est pratiquement impossible. Savez-vous la bonne nouvelle ? L’argent
comme le petit enfant est maniable, modelable, vous pouvez en faire pratiquement
ce que vous voulez. C’est vous qui leur donnez la forme que vous désirez. Ne
pensez pas que parce que vous l’avez, on vous l’a donné ou que vous venez de le
gagner, il vous appartient éternellement et vous ne pouvez plus le perdre. Vous
savez, lorsque les banques centrales des Etats font fabriquer les billets ou les pièces
de banque, ils ne sont destinés à personne. On n’écrit pas les noms dessus. Vous
ne pouvez pas les personnaliser à la sortie de l’usine comme une Ferrari ou
Mazzerati ou encore moins un meuble ou un habit griffé en votre nom.

L’argent est impersonnel, par contre il peut choisir ceux chez qui il viendra plus
souvent et en abondance. Il peut décider qui le mérite ou pas. Lorsqu’il vient chez
vous et que vous n’avez pas de perspective pour lui et un programme de croissance
et de multiplication pour lui, il ira voir ailleurs. Vous êtes certainement souvent
surpris de voir qu’il prolifère chez certaines personnes plus que chez d’autres n’est-
ce pas ? Et vous avez même l’impression qu’il fuit d’autres et surtout ceux que nous
pensons qu’ils sont bons et travaillent dur pour le gagner. Le fait que vous soyez
seulement de bon cœur ne suffit pas. Le fait que vous travaillez dur et plus que la

42
moyenne des gens ne suffit pas. Vous allez être même surpris de voir que des gens
qui font manifestement moins que vous, qui ne se dérangent pas trop comme
vous… le gagnent plus facilement et le fructifient plus aisément. Vous pouvez même
avoir un sentiment d’injustice. Vous savez pourquoi ? Parce que l’argent aime les
gens qui ont un plan pour lui. Si vous n’avez pas un plan pour lui, il partira de la
même manière qu’il est venu ; c’est en ces moments qu’on se pose la question de
savoir « où est passé mon argent » ? Vous ne vous rappelez même pas comment
vous l’avez dépensé et pourquoi c’est fini aussi rapidement. Si vous êtes salarié
vous comprendrez rapidement cet exemple.

Avez-vous remarqué que vous faites généralement plus attention une semaine voir
dix jours après le virement de votre salaire ? Juste après que vous ayez reçu l’alerte
du virement, c’est un peu comme si vous devenez fou. Vous ne vous contrôlez plus
d’un point de vue dépense je veux dire, c’est un peu comme si vous êtes possédé. A
partir d’un montant donné, vous commencez par faire plus attention et vous rappelez
de toutes les bonnes résolutions que vous aviez prises en attendant le virement.
Quand vous faites le point, vous ne savez pas exactement dans quoi ou par où votre
argent est passé, n’est-ce pas ? Désormais, sachez que l’argent déteste l’absence
de plan et il va chez ceux qui savaient ce qu’ils allaient faire de lui quand il serait là.

43
14.

Le milliard est bien à portée de main

Pour certaines personnes, l’idée de devenir Millionnaire ou Milliardaire est vraiment


une chimère. Le rêve est possible pour que les autres le réalisent mais ils ne
s’imaginent pas qu’ils vont y arriver eux-aussi.

Mais pour peu que vous avez déjà gagné 100.000 FCFA dans votre vie, vous
pouvez devenir millionnaire au bout de 5 ans. Franchement, peut-on devenir
millionnaire au bout de 5 ans en gagnant 100.000 FCFA par mois ? Oui bien sûr ! Le
secret de la richesse est dans la formule si bien que si vous utilisez la bonne
formule, vous allez devenir riche et millionnaire un peu plus tôt que vous ne
l’imaginez.

Si un jeune diplômé de 25 ans obtient un emploi payé à 150.000 FCFA, il peut


devenir millionnaire en moins de deux ans et au bout de 5 ans, il peut devenir
multimillionnaire. Vous continuez de vous demander comment ? Voici comment :

 Il met de côté 25.000 FCFA chaque mois et au bout d’un an, il est à 300.000
FCFA et au bout de 5 ans, il est à 1.500.000 FCFA
 Il met de côté 50.000 FCFA chaque mois et au bout d’un an, il est à 600.000
FCFA et au bout de 5 ans, il est à 3.000.000 FCFA.
 Il met de côté 75.000 FCFA par mois et au bout d’un an, il est à 900.000 FCFA et
au bout de 5 ans, il est à 4.500.000 FCFA.

C’est formidable non ?

Mais vous savez pourquoi une personne gagne 300.000 FCFA en moyenne pendant
5 ans de 25 ans à 30 ans, vit chez ses parents, mais n’a pas 9.000.000 FCFA
comme fortune, donc millionnaire ? Pour deux raisons :

44
 Il ne s’est pas fixé clairement l’objectif.
 Il n’avait pas de stratégie
 Il ne s’est pas donné un plan
 Il n’a pas voulu faire de sacrifices.

Et que dire des gens qui gagnaient déjà 600.000 FCFA à 25 ans ? Il devrait avoir 18
millions à l’âge de 30 ans ? Mais pourquoi ils ne l’ont pas ?

Parce qu’ils se disent que ce n’est pas donné à tout le monde d’être millionnaire
encore moins milliardaire et pourtant si.

Prenez une personne qui gaspille 5.000 FCFA par jour.

 Au bout de 30 jours, il aura gaspillé 150.000 FCFA


 Au bout d’un an, ce sont 1.800.000 FCFA qu’il aura gaspillé ainsi.
 1.800.000 FCFA investis chaque année à un taux de 8% pendant 35 ans cela
donne 346.376.500 FCFA.
 Si son épouse gaspille 5.000 FCFA par jour elle aussi, les deux gaspilleraient
ainsi 3.600.000 FCFA par an.
 3.600.000 FCFA investis chaque année à un taux de 8% pendant 35 ans cela
donne 692.742.500 FCFA.
 Ils ont la patience d’attendre 5 ans en plus, ils seront à 1.054.285.500 FCFA.

Faudra-t-il donc attendre 40 ans pour avoir le milliard. Enfin, c’est une voie pour y
arriver. Naturellement, elle n’est pas valable pour ceux qui gaspillent pendant 40 ans
et se retrouvent à 65 ans dans le paupérisme.

Tout est question d’objectif, de stratégie, de dispositions, de sacrifices et


d’engagement pour y arriver.

45
15.

Tant que vous êtes dans la classe moyenne, vous pouvez devenir très pauvres
à tout moment

Le challenge lorsque les gens se complaisent à ne pas décider de devenir riche et


rester dans la classe moyenne, c’est qu’ils ne savent pas qu’ils sont en sursis.

C’est qui une personne qui est dans la classe moyenne ? C’est quelqu’un qui gagne
en moyenne 75 millions par an. Ce qui correspond à environ 6.250.000 FCFA par
mois.

La vérité, c’est que 6.250.000 FCFA ne suffisent pas pour vivre décemment en
Afrique dans des villes telles que Abidjan, Cotonou, Dakar, Douala, Kinshasa,
Conakry, N’Djamena, Libreville et dans une certaine mesure Lomé et
Brazzaville…Cela peut paraître paradoxal, mais essayons de voir cela de près :

 Une personne qui gagne 6.250.000 FCFA, en général, il paie un loyer de


1.500.000 FCFA ou paie le remboursement de son emprunt immobilier pour un
montant pareil. Il lui resterait donc : 5.750.000 FCFA.
 La vérité, c’est que les gens qui gagnent un tel montant, mettent 50.000 FCFA à
100.000 FCFA par jour dans les déjeuners et les diners quand ils sont
sages…Disons 1.500.000 FCFA pour 30 jours. Il lui reste 4.250.000 FCFA.
 Que dire des dons faits aux maitresses et aux parents. On l’évalue à 200.000 ou
à 300.000 FCFA par semaine ? Dison donc 1.000.000 par mois. Il lui reste
3.250.000 FCFA.
 La facture d’électricité et d’eau à la maison avec les 8 climatiseurs, c’est environ
421.000 FCFA n’est-ce pas ? Il reste 2.829.000 FCFA.
 Il a ses deux enfants à l’étranger, n’est-ce pas ? Imaginons que le loyer, l’argent
de poche la mensualité de la scolarité pour chacun d’eux est de 1.000.000 FCFA.
Ça lui fait combien ? 2.000.000 FCFA ? Il lui reste 829.000 FCFA.
 Le temps qu’il paie le carburant, paie le gardiennage, paie le chauffeur et autres
employés de maison, sachant qu’il n’a pas encore géré la nourriture à la maison,
il est à plat…

46
Là, il n’a pas encore d’épargnes ni d’investissements. Théoriquement, s’il ne
pratique pas la corruption et la surfacturation, il ne peut pas s’en sortir…. Et à la
retraite, il sera pauvre et sans un sous….Et pourtant il aura été dans la classe
moyenne pendant longtemps.

Il me semble que nous sommes nombreux à être à un certain degré dans la même
situation. Ceux qui gagnent 1/10 de son salaire soit 625.000 FCFA ont le même défi
de même que ceux qui gagnent 20% de son salaire soit 1.250.000 ou encore ceux
qui gagnent 2.500.000 FCFA. Tous ils sont dans la classe moyenne et ils vont
s’appauvrir s’ils ne mettent pas en place un plan pour contenir leurs dépenses,
rester dans le net dépensable, épargner et investir.

C’est bien de mener une vie de millionnaire mais lorsqu’on ne fait rien pour devenir
millionnaire, on est à la traine au bout de quelques 35 ans et redevient pauvre et
miséreux.

47
16.

Le plus important n’est pas ce que vous brassez mais ce que vous conservez
et ce qui est à vous dans ce qui passe entre vos mains

Il y a une grande différence entre penser être riche ou croire qu’on est riche et l’être
réellement. La plupart des gens et souvent les entrepreneurs ont le sentiment d’être
riche, peuvent mobiliser de l’argent mais une bonne partie n’est pas à eux et ils ne
gardent que très peu pour eux.

C’est une bonne nouvelle si vous avez du potentiel pour produire, mais il faut que
vous fassiez la différence entre ce qui passe dans vos mains ou dans votre business
et ce qui est effectivement à vous. Il se trouve que souvent les collaborateurs se
trompent lourdement aussi sur la richesse de leurs patrons. Prenez par les exemples
les caissiers dans une pharmacie ou un supermarché, à la fin ils voient beaucoup de
liquide passer dans la caisse.

Et quand ils essaient de faire le point à la fin du mois, ils se rendent comptent qu’une
quantité énorme de sous passent dans l’entreprise et surtout devant eux. Et ils ne
comprennent pas pourquoi le chef d’entreprise a de la peine à accéder à leurs
demandes d’augmentation formulée depuis des mois et des années. Qui plus est
leur condition de travail n’est pas des plus aisée. Ils oublient que ce n’est pas parce
que vous brassez beaucoup d’argent que ça vous appartient. Ils perdent de vue le
fait que ce sont les mêmes sous qui paient les différentes factures (eau, électricité,
téléphone, internet, gardiennage, ramassage d’ordures…), le fisc, les salaires, le
loyer (si c’est une location ou bail), les cotisations patronales, les cotisations à la
caisse de sécurité… Ils voient juste un patron qui ne veut pas bien payer ses
collaborateurs.

Beaucoup ont touché de l’argent et de grosses sommes sont passées par leurs
mains, mais ils n’avaient pas de stratégies de rétention et surtout de fructification
d’argent. Lorsqu’ils se retrouvent sans activités ils sont surpris et étonnés de ne plus
avoir d’argent. Dans leurs esprits ils continuent de penser qu’ils sont riches et ne
peuvent se retrouver comme cela sur la paille après en avoir vu et brassé autant. Le

48
pire qui puisse arriver à quelqu’un c’est de se rappeler ne pas avoir pris de
disposition d’investissement lorsqu’il avait l’opportunité.

Seule une application stricte de la loi de la conservation peut vous sauver. Voyons :

 Une personne gagne 200.000 par mois et économise 80.000 FCFA chaque mois.
A la fin de l’année, il est 960.000 FCFA.
 Une personne gagne 1.000.000 FCFA et économise 50.000 FCFA chaque mois.
A la fin de l’année, il est à 600.000 FCFA.

Mais savez-vous que les gens qui gagnent 1.000.000 FCFA n’arrivent pas en
général à épargner 50.000 FCFA et qu’au contraire, ils s’endettent et enchainent les
découverts et les avances sur salaire ? Pourquoi ? Parce qu’ils en brassent mais ne
pensent pas à en conserver une bonne partie.

Rappelez-vous, vous pouvez brasser autant que vous voulez et vous allez en
brasser. Mais si vous n’avez pas de stratégies de rétention et fructification, bientôt
vous n’en aurez plus.

49
17.

La question à se poser : « Si je mourrais aujourd’hui, qu’est-ce que j’aurais


bâti de significatif ?»

Un des secrets de la richesse, c’est d’avoir l’esprit de l’héritage personnel laissé, si


vous n’avez pas le sens de l’héritage laissé, vous allez tomber dans le piège du titre
suivant : « c’est ce que vous avez consommé qui vous appartient ».

Très souvent les gens sont limités dans l’esprit, nous voulons tous jouir et
pleinement de ce que nous sommes entrain de bâtir. Si vous tenez à jouir
pleinement et de tout avant de partir, il y a de fortes chances que vous ne soyez pas
entrain de bâtir quelque chose de grand ou qui vous dépasse. Il se trouve que
beaucoup de choses dont nous jouissons aujourd’hui sont le fruit de travail de
visions de beaucoup de personnages passés.

Le livre que vous tenez en main, il a fallu que quelqu’un ait réfléchi à comment
matérialiser les connaissances sur un support qui peut durer dans le temps et qu’on
peut transmettre aux générations futures. Parce que pendant longtemps, l’homme
avait des défis quant à la conservation des connaissances. D’amélioration en
amélioration, on est arrivé à une forme de matérialisation du savoir que vous avez
en main. Avec l’évolution, de nouvelles formes de matérialisations et de
conservations sont apparues comme les disquettes, les clés USB, les disques durs
externes, le cloud….

Nous aimons bien cette définition du succès qui veut que nous laissons le monde
meilleur que nous l’avons trouvé. Si vous mourrez aujourd’hui, qu’est-ce que vous
aurez bâti de significatif ?

50
18.

Ce que vous consommez n’est pas à vous. Il est parti à jamais

Nous étions tous (Hermann, Gildas et Marcellin) en formation avec MTN BENIN sur
le thème de ce livre, la formation qui nous a inspirer ce livre parce qu’on s’est rendu
compte qu’on pouvait rendre service à un plus grand nombre de personnes.

Nous avions donc tous ris ensemble avec les participants de cette pensée de la
société béninoise qui dit en somme que « c’est ce que vous avez mangé qui vous
revient ou vous appartient, le reste ne vous appartient pas ».

C’est donc un mode de pensée qui habite une grande majorité de béninois qui
amène les gens à profiter au maximum du présent et à se faire plaisir parce qu’on ne
sait pas de quoi demain sera fait. Par conséquent si tu ne manges pas pour toi
aujourd’hui, tout ce que tu es entrain de construire ou tous les efforts que tu fournis
actuellement peuvent être ce dont d’autres personnes profiterons. D’où l’idée de
manger pour toi en même temps.

Mais il se trouve que le ventre n’a pas la mémoire. A la limite, il a une mémoire
de 24H ou de 36H au maximum. Il oublie rapidement ce qu’il a consommé. Le
ventre n’ayant pas de mémoire, il ne se rappellera pas de tous les bienfaits
que vous lui avez faits ou de ce que vous avez mis en lui, la seule chose dont
il a de la mémoire, c’est l’investissement.

Maintenant, lorsqu’on finit de consommer, vous savez ou ça passe n’est-ce pas ? Si


ce que vous consommez était pour vous, le ventre devrait garder ça, mais puisque
ce n’est pas pour vous contrairement à ce que les gens pensent, vous allez le
déposer aux toilettes. Quelque soit la cherté de ce que vous avez consommé ou
mangé, quelque soit là où vous l’avez consommé…, vous devez les déposer
quelque part. Les gens qui veulent faire le travail de l’enrichissement savent que le
ventre et la consommation sont ingrats, ils ne se rappellent pas de tout ce que vous
avez fait pour eux.

51
Ce que vous avez mis en eux est parti à jamais. Il se trouve que beaucoup de gens
s’en prennent à leur ventre en se disant que s’ils ne lui avaient pas tant donné, ils
auraient aussi pu réaliser plein de choses et fait des investissements, c’est l’exemple
d’un monsieur que nous avons rencontré justement un des participants à la
formation avec MTN BENIN.

Ce monsieur donc a vu un jeune homme sortir d’une grosse 4*4 pour faire changer
une roue. Notre monsieur (pilote d’un taxi moto très répandu au BENIN), demanda
au jeune homme combien a couté sa voiture. D’abord intrigué par la question du
monsieur, notre jeune a finalement répondu en donnant le montant. Après un bref
calcul, notre monsieur tout triste, reconnu que s’il ne buvait pas sa petite bière tous
les soirs (un rituel qu’il ne manquait jamais) et que s’il n’avait pas mis autant dans la
consommation, il aurait aussi pu s’acheter une belle voiture comme celle qu’il avait
en face de lui. Chaque fois, il tapotait son ventre en lui disant que c’est à cause de
toi que je n’ai pu rien réaliser et ce n’est même pas que tu t’en souviens. Drôle
d’histoire n’est-ce pas ?

La vérité, c’est que beaucoup d’entre nous sont dans le même cas de figure,
heureusement vous avez commencé votre cure pour faire votre travail
d’enrichissement.

Rappelez-vous que toujours le ventre est ingrat et n’a pas de mémoire, la seule
chose qui a de la mémoire et vous viendra au secours, c’est votre investissement.

52
OBTENEZ LE LIVRE EN ENTIER AUJOURD’HUI A 10.000 FCFA OU 19 USD.

ACHETEZ LE TOME 1 ET OBTENEZ LE TOME 2 GRATUITEMENT

CLIQUEZ ICI POUR COMMANDER OU COMMANDEZ PAR


WHATSAPP AU + 225 6749 12 54 OU ECRIRE A
hcbusiness@hcbusiness.com ou
h.cakpo@hcbusiness.com
Visitez www.hcmagazines.com

53