Vous êtes sur la page 1sur 33

3

6
6
7

8
10
12
12

13

13
13
14
15
15

17

17
18
PROMOTEUR : LA FERME BEREKIA-SERVICE
20
BP 777 GRAND-BASSAM 20
20
Tel: (00225) 07671910 21
21
E-mail: remykouadio@gmail.com 21
21
22
22

22

22
TABLE DES MATIERES
23
Version de Décembre 2013

1
0- RESUME-CONCLUSIONS
……………………………………………………………………………………………………………
…….

I- INTRODUCTION ……………………………………………………………………………..
……………..……………………………...

I-1) Objet de l’étude


……………………………………………………………………………….
…………………………………..
I-2) Objet et origine du
projet…………………………………………………………………………………..
………………….
I-3) Intervention de la Banque Atlantique …………………………………………..
……………………………………….

II- CADRE INSTITUTIONNEL ET JUSTIFICATION DU PROJET …………………..


…………………………….……………

II-1) Cadre institutionnel de l’élevage et du commerce


…………………………………………………….…………….
II-2) Justification du projet ………………………………………………………………..
……………………………..…………..
II-3) Atouts du projet ……………………………………………………………..
…………………………………………………….
II-4) Autres considérations ……………………………………………………….
…………………………………………………….

III- PROJET …………………………………………………………………………………………..


…………………………..……………..

III-1) Objet, objectifs et valeurs du projet …………………………..


………………………………………….………………
III-2) Localisation ……………………………………………………………….
…………………………………………..………………
III-3) Description technique du projet ………………….....................
…………………………………………………….
III-4) Description technique du processus d’élevage ………..
……………………………………………………………
III-5) Description du produit
…………………………………………………………………………………………………………

IV- ORGANISATION ET GESTION DU PROJET ……………………………….


…………………..……………………………….

IV-1) Exécution du projet ………………………………………………….


……………………………...............................
IV-2) Gestion du projet …………………………………………………………………………….
…………………………………..

V- ANALYSE FINANCIERE ET ECONOMIQUE DU PROJET …………..


…………………………..………………………….

V-1) Coût des investissements …………………………………………..


………………………………………………….……..

2
V-2) Prévision des ventes …………………………………………………..
……………………………..………………………..
V-3) Charges prévisionnelles d’exploitation
……………………………………………………..…………..…………….
V-4) Comptes d’exploitation prévisionnels ………………………………………………….
……………………………….
V-5) Trésorerie prévisionnelle ………………………………………………………………….
………………………………….
V-6) Rentabilité du projet …………………………………………………………..
……………………………………………….
V-7) Risques du projet ……………………………..
…………………………………………………………………………..………
V-8) Effets sur l’environnement …………………………………………………..
………………………………………………

VI-FINANCEMENT DU PROJET
…………………………………………………………………………………………….…………..

VI-1) Sources et schéma de financement


……………………………………………………………………………………..
VI-2) Conditions d’intervention des sources de financement …………………….
……………………………….

RESUME - CONCLUSIONS

01- La requête de financement du projet d’élevage (poules pondeuses, œufs de


consommation) va être soumise au financement de la BANQUE ATLANTIQUE DE CÔTE
D’IVOIRE (BACI).

02- Le projet a pour objet, la création d’une structure avicole intervenant


dans l’élevage de poules pondeuses destinées au marché local.

03- Le projet d’implantation d’une société produisant et


commercialisant les produits avicoles est justifié par les
considérations suivantes : (i) l’existence d’un marché
porteur pour les produits avicoles (poules pondeuses,
œufs de consommation) ; (ii) les atouts spécifiques
d’implantation en zone économique de proximité des
fournisseurs de matières premières et d’intrants (poussins
de ponte, aliments, médicaments…) pour la production et
des activités commerciales de prestations de services de

3
par son implantation géographique (Ancienne Capitale non
loin de la capitale économique actuelle) ; (iii) les besoins
de la population locale en produits avicoles restent encore
élevés.

04- L’objectif est de réaliser les différents projets


économiques de LA FERME BEREKIA-SERVICE, dont la
commercialisation efficiente et dégagement de bénéfices.
Ainsi, la Société LA FERME BEREKIA-SERVICE compte
pour la première année prendre une part du marché
national en quantité représentant pour les œufs de
consommation près de 1 638 890 unités. Ceci à partir d’une
population de poussins de ponte d’une quantité de 10 100
unités servant à la production. Les productions et les
ventes connaissent un taux d’évolution de 10% sur toute
la période.
05- La société LA FERME BEREKIA-SERVICE est le maître d’ouvrage du projet. Une
délégation sera faite à une entreprise étrangère à travers un appel d’offre (la construction
et la réhabilitation des bâtiments ou la mise en marche du matériel) pour assurer la maîtrise
d’ouvrage compte tenu de son expérience dans le domaine. La maîtrise d’œuvre sera
assurée par un cabinet expérimenté dans le domaine de l’élevage pour le suivi et le contrôle
des activités.

La société de gestion du projet est la société LA FERME BEREKIA-SERVICE. Elle est


dotée d’un capital de un million (1 000 000) FCFA.

06- Le coût total toutes taxes comprises du projet est estimé à 179,526 millions FCFA
et se répartit comme suit :
Composantes Prix Total en Fonds propres
BACI %
FCFA
Investissements incorporels
Charges immobilisées 5 000 000 5 000 000 2,79%
Investissements corporels

Investissements initiaux 20 000 000 20 000 000 11,14%


Bâtiment et installation technique 33 000 000 33 000 000 18,38%
Matériels d'élevage poules pondeuses 10 872 000 10 872 000 6,06%
Matériels de bureau 1 500 000 1 500 000 0,84%
Matériels de transport 32 500 000 32 500 000 18,10%
Total investissement 102 872 000

4
Besoin en fonds de roulement 76 653 800 4 525 800 72 128 000 42,70%
Total Besoin de financement 179 525 800 29 525 800 150 000 000 100%
% 100% 16% 84%

07- Le projet n’est pas classé dans la catégorie A des


projets telle que définie par la politique environnementale
et sociale au regard de la nature des travaux dont les
impacts négatifs prévisibles, directs ou indirects sont
moins importants sur l’environnement biophysique et le
milieu humain. Pour ce projet, il s’agit d’une activité de
production et de commercialisation dont l’effet sur
l’environnement n’est pas néfaste.

LES DILIGENCES MISES EN ŒUVRE DANS L’ETUDE


Dans le cadre de la réalisation du présent projet, les diligences suivantes ont été mises en
œuvre :
- étude préliminaire pour dégager les différents axes aux plans technique, socio-
économique et financier ;
- vérification des hypothèses et conclusions préliminaires avec des professionnels des
secteurs de l’élevage de volailles pour mieux cerner les différentes variables
intervenant dans la création de la structure ;
La réalisation de cette étude s’est appuyée sur des échanges, discussions ouvertes et des
collectes d’informations auprès des différents acteurs :
• les Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) que sont l’IPRAVI, INTERAVI,
UACI, ANAVICI, ANAREVCI…
• les structures nationales de statistiques (INS, la Chambre de Commerce et
d’Industrie, la Direction Générale des Douanes), le Ministère de la Production
animale et des Ressources Halieutiques, Ministère de l’Agriculture, Ministère du
Commerce, de l’Artisanat et des PME et PMI.
• et les acteurs du secteur de l’élevage.

5
RECOMMANDATIONS AU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Il est recommandé au Conseil d’Administration de la banque d’octroyer à la société LA


FERME BEREKIA-SERVICE un prêt d’un montant de 150 millions de FCFA aux
caractéristiques et modalités définies comme suit :

Caractéristiques du prêt

Emprunteur : Société LA FERME BEREKIA-SERVICE


Montant : 150 millions FCFA
Durée : 4 ans dont 1 an différé
Taux : 10%

Le prêt sera amorti en quatre(04) ans suivant tableau d’amortissement (Annexe6) que la
Banque adressera à l’Emprunteur en même temps que l’entrée en vigueur du Contrat de
prêt.

Taux d’intérêt : 10% l’an sur le montant décaissé


Garanties : Nantissement de 1er rang du fonds de commerce étendu aux
matériels
et équipements et matériels professionnels.

Le projet de création d’une structure avicole (élevage de poules pondeuses) tel que
imaginé avec une perspective de développement durable (protection de
l’environnement, bien être social des salariés, bien être économique, s’inscrit dans un
espace de réussite. C’est un projet qui demande d’être soutenu et accompagné dans
le cadre de la promotion du secteur privé et plus particulièrement dans le secteur de
la production animale en Côte d’Ivoire. En effet c’est un projet qui contribuera au
développement économique de la Côte d’Ivoire avec un respect des ressources
naturelles non renouvelables.

Hormis quelque menaces, force est de constater que le projet évoluera dans un
environnement socialement et économiquement stable. Cependant, il ne sera pas
épargné des influences de la macro et micro environnement.

Bref, ce projet répond à l’adéquation équipe/projet, adéquation produit/marché, adéquation


projet/ environnement, donc ce projet est viable, bancable et réalisable.

6
I- INTRODUCTION

I-1) Objet de l’étude

L’étude présente vise principalement à :


• l’analyse de la viabilité technique, commerciale et financière de la société LA
FERME BEREKIA-SERVICE et les conditions d’optimisation de sa productivité ;
• le financement d’un montant de 150 millions dans l’optique de faire face aux
besoins en investissements et en fonds de roulement nécessaire à la
maximisation de la productivité de l’entreprise ;
• l’évaluation de l’impact du financement sur la rentabilité de l’Entreprise ;
• l’évaluation des impacts financiers et socio–économiques et environnementaux du
projet en mettant en exergue les indicateurs tels que :
♦ la rentabilité du projet,
♦ la capacité d’autofinancement,
♦ la capacité financière du promoteur,
♦ le potentiel du projet à créer de l’emploi,
♦ la couverture du risque,
♦ le potentiel du projet à promouvoir le développement durable.

I-2) Objet et origine du projet

Le projet a pour objet, la création d’une structure avicole intervenant dans l’élevage de
poules pondeuses destinées au marché local.

L’idée de créer cette entreprise avicole émane de la société LA FERME BEREKIA-


SERVICE.
Celle -ci a fait le constat que l’élevage représentant environ 2% du PIB ivoirien, reste encore
une activité économique en développement. De plus, les besoins en consommation totale
des productions d’élevage, en général, et des productions avicoles, en particulier, restent
très élevés. Ces productions animales permettent non seulement d’améliorer le statut
nutritionnel des populations mais aussi et surtout, procurent des revenus à plusieurs franges
des populations à travers le échanges commerciaux. Par ailleurs, la moitié de la population
ivoirienne vit sous le seuil de la pauvreté tandis des secteurs l’économie ivoirienne, restent
encore sous-exploités comme celui du secteur avicole.

Fort de ce constat, LA FERME BEREKIA-SERVICE a mis en place depuis plus de six (6)
ans, une société spécialisée dans l’élevage de poules pondeuses en vue d’une part, de
réduire les besoins de la population ivoirienne en protéine animale et spécialement en
viande de poulets et en œufs en renforçant la sécurité alimentaire et d’autre part, de lutter
contre le chômage, de diminuer la pauvreté et de se positionner comme une structure de
référence dans ce secteur d’activité.
Pour ce projet de recherche de financement la société LA FERME BEREKIA-

7
SERVICE va se concentrer d’une part sur l’acquisition d’équipements, l’achat de
poussins et d’intrants pour la production de poules pondeuses et d’œufs et de
fidéliser ses clients actuels et d’autre part de dénicher les clients potentiels.

Donc, l’opportunité de produire des poules pondeuses et des œufs et de les commercialiser
réside sur le marché ivoirien. Cette idée rencontre une réalité socioéconomique.

I-3) Intervention de la Banque Atlantique de Côte d’Ivoire

La BANQUE ATLANTIQUE DE CÔTE D’IVOIRE (BACI), comme une banque nationale


intervient principalement dans les volets d’activités à savoir :
♦ Le financement des investissements ;
♦ Le financement des activités courantes des sociétés.
Sa mission principale est de contribuer au développement socio-économique du pays. Elle
exerce à ce titre toutes les activités bancaires, financières et commerciales, y compris celles
relatives au financement du commerce extérieur et des projets d’investissement.
Les acteurs économiques portent leur choix et confiance sur la Banque Atlantique de Côte
d’Ivoire en raison de plusieurs paramètres, notamment :
 L’accompagnement personnalisé
 Des valeurs et des engagements
 La disponibilité
 Une gamme étendue de produits et services
 L’expertise reconnue
 La compétence.

Les perspectives de la BANQUE ATLANTIQUE DE CÔTE D’IVOIRE pour la promotion du


secteur privé.

La BANQUE ATLANTIQUE DE CÔTE D’IVOIRE intensifiera son soutien au secteur privé en


orientant davantage ses financements vers des opérations relevant de ce secteur, y compris
les concours aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), véritables vecteurs de création de
richesses.

8
II. CADRE INSTITUTIONNEL ET JUSTIFICATION DU PROJET

Le projet d’implantation d’une structure d’élevage est justifié par les considérations
suivantes : (i) l’existence d’un marché porteur pour les productions animales (pondeuses
et œufs) (ii) les atouts spécifiques d’implantation en zone urbaine à proximité des
fournisseur s et des act ivit és commerciales et de pr estat ions de service de
par son implantation géographique (Ancienne capitale de la Côte d’Ivoire et non loin
de la capitale économique),(iii) les énormes besoins en protéine animale de viande de
poulets.

II-1) Cadre institutionnel de l’élevage et du commerce

Le cadre institutionnel de l’élevage et du commerce en Côte d’Ivoire est organisé autour des
Ministères en charge de l’Agriculture, de la Production Animale et de Ressources
Halieutiques, du Commerce de l’Artisanat et des PME et PMI et autour des organisations
professionnelles du secteur. Leurs missions est de définir des politiques nationales à travers
des programmes de développement des ressources animales et halieutiques (création de
centre d’élevage avec pour objectif d’assurer l’encadrement technique des opérateurs et
leurs approvisionnements en intrant, la mise en place de normes et règles professionnelles)
et commerciales (la promotion des investissements des petites et moyenne entreprises…)et
d’en assurer la mise en œuvre.

 Analyse de l’environnement

• L’environnement macro économique


Une situation économique satisfaisante qui offre de bonnes perspectives pour 2014
dans un contexte international difficile. Une croissance adossée à celles des secteurs
agricole et du bâtiment et des travaux publics.

L’économie ivoirienne est peu diversifiée et reste largement fondée sur l’agriculture. Le
secteur primaire représente le tiers du PIB et d’autres secteurs économiques importants
(commerce, transports, agro-industries) en dépendent étroitement. L’activité se concentre
sur quelques produits (café, cacao, le palmier à huile, coton, élevage, vivrier). Ces dernières
années avec la crise postélectorale de 2010, les travaux de construction et de réhabilitation
dans le secteur des BTP constituent un levier essentiel de cette économie.

Les perspectives sont jugées satisfaisantes par le FMI, malgré un ralentissement de


l’économie dû aux troubles sociaux qu'a traversés le pays pendant 2011, et à la hausse des
prix internationaux des produits alimentaires et pétroliers :

L’agriculture occupe une place non négligeable dans l’économie ainsi le secteur
secondaire.
La situation macro-économique s’est améliorée en 2012. En effet, la croissance du PIB
nominal a atteint 7,9% chiffre bien supérieur aux prévisions du FMI qui s'établissaient à

9
5,4% en juin 2011. Cette croissance pourrait se poursuivre en 2013 et les prévisions du
Gouvernement s’étableraient autour de 9%. Cette croissance essentiellement imputable
à la hausse de la production agricole, au dynamisme persistant du secteur minier, et aux
investissements publics dans le secteur des bâtiments et travaux publics. L’inflation annuelle
moyenne est de -0,6% grâce aux fortes baisses de prix du secteur des télécommunications
et à la bonne saison agricole.

• Une croissance du PIB qui devrait se situer autour de 9% en 2013, tirée par le
secteur des bâtiments et travaux publics, l’agriculture et l’augmentation des
investissements publics et privés.

• - L’Environnement immédiat du projet

La filière avicole est très importante aussi bien à l’échelle mondiale que nationale.
Les productions avicoles constituent un maillon essentiel du système production animale en
Côte d’Ivoire. L’effectif des volailles (en 2007) était constitué d’environ 33 millions de têtes
dont 23,5 millions de volaille familiales, 6,4 millions de poulets de chair poulets de chair des
élevages semi-industriels, et 2,3 millions de pondeuses semi-industrielle également.
(Ministère de la Production Animale et des ressources Halieutiques, source : annuaire
provisoire 2007, Direction Planification).

Cet effectif se répartissait sur le territoire national (en milieux rural et urbain). Selon un
recensement de 2001, en milieu rural, la majorité des ménages pratiquait l’aviculture
familiale avec une forte concentration dans la partie septentrionale et Nord du pays, avec en
moyenne plus de 1000 volailles par village. La région des Savanes (Nord) fournit 40% des
effectifs de volailles du secteur familial tandis que la région du Zanzan (Nord Ouest) fournit
30%.
Quant aux productions avicoles modernes, elles ont particulièrement été développées dans
la région du Sud, dans la périphérie d’Abidjan et des principales agglomérations de cette
région. Ce secteur s’est développé autour des centres urbains pour combler une demande
importante en protéine animale. La production avicole moderne est située en grande partie
dans la région des Lagunes (Sud) et dans la région du Moyen Comoé (Sud –Est).

Selon l’Union des Aviculteurs de Côte d’Ivoire (UACI), le nombre d’élevage de pondeuses au
niveau national avant la crise de 2002 (crise militaire) était de 210 dont 114 dans la zone
d’Abidjan tandis que 96 se répartissaient entre les Zones d’Adzopé, Agnibilékro, Bouaké,
Daloa, Gagnoa, San Pedro, Yamoussoukro et Man. La crise de 2002 a modifié ce nombre
d’élevages de pondeuses. Ainsi en 2004, la Côte d’Ivoire ne comptait plus que 187
éleveurs de pondeuses répartis sur treize zones. La production de poules pondeuses
a atteint en 2007, environ 2,3 millions de têtes. Cette production s’est accrue et les
données statistiques fournies par l’Interprofession Avicole Ivoirienne (IPRAVI) en
2012, donnent environ et 4,6 millions de poules pondeuses ou de reforme et 749
millions de productions d’œufs de consommation par an.

Du point de vue économique et social, en 2010 selon le FIRCA, la filière avicole ivoirienne a
au moins eu 50 milliards de FCFA de chiffre d’affaires, 40 mille emplois directs et indirects
et un débouché important pour les produits agricoles et les sous produits agro-industriels
(maïs, tourteaux de soja et de coton …).

Cependant les besoins en consommation de volaille restent énormes aujourd’hui. De plus, la


Côte d’Ivoire continue d’importer de la viande de volaille et les dernières données
statistiques de l’IPRAVI, donnaient en 2012, des importations de viande de poulets d’une
quantité de près de 1000 tonnes.

10
C’est dans ce contexte que la Société LA FERME BEREKIA-SERVICE veut s’insérer dans
cette filière en apportant son professionnalisme dans ce domaine et contribuer à la réduction
des besoins en protéine animale de viande de Poulets. De plus, elle étoffera la liste de
partenaire-clients susceptibles d’acheter des quantités importantes de ces produits.
Ce projet vise, d’une part, à l’amélioration des conditions de vie des promoteurs par
l’augmentation de façon substantielle des prix de leurs divers produits et d’autre part, à la
création d’emploi qui contribuera à réduire le taux de chômage. L’ambition de la société LA
FERME BEREKIA-SERVICE est donc d’aider à la réduction de la pauvreté en Côte d’Ivoire.
• L’Environnement juridique

Le code d’investissement a pour but de promouvoir des investissements en Côte d’Ivoire de


manière générale. Le code des investissements accorde des garanties et avantages aux
investissements agréés par le Ministre du commerce, entre autre, des exonérations d’impôts
sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux, surtout si l’entreprise est localisé à l’intérieur.

II-2) Justification du projet

Le projet consiste à implanter une société d’élevage de poules pondeuses en partant de


l’exploitation de la ferme existante gérée jusqu’ici sous forme individuelle.
La Société LA FERME BEREKIA-SERVICE est une société dont l’activité principale est la
production de poules pondeuses et d’œufs. Cette société qui vient d’être constituée, provient
de la mutation d’une entreprise de type particulier exerçant dans ce domaine depuis plus de
six (6) ans. Cette transformation a pour objectif de professionnaliser l’activité en
réorganisant de façon meilleure son affaire afin de booster sa rentabilité et devenir dans un
moyen terme une des sociétés les plus performantes de la Région. Ce repositionnement vise
un devenir glorieux et donner plus d’assurance aux partenaires financiers et toutes les autres
parties prenantes.

Ce projet vise à financer les immobilisations et le fonds de roulement en vue d’acquérir les
équipements et matériels sophistiqués dans la perspective de satisfaire aux demandes
incessantes des clients tant dans la Région que sur l’ensemble du territoire national.

Par ailleurs, la demande des œufs et de poulets dans la Région des Lagunes et dans les
Régions voisines reste très forte. Les études opérées sur le terrain montrent que la
demande est fortement supérieure à l’offre.
L’ambition est de créer une société citoyenne qui va contribuer au développement
économique et sociale de la Côte d’Ivoire tout en respectant l’environnement de celui-ci.
L’objectif de ce projet est de permettre à la clientèle cible de disposer de produits d’élevage
de bonne qualité en temps voulu tout en respectant les normes dans le domaine et les
vendre à des prix concurrentiels.
Ceci s’inscrit dans la mission de la FERME BEREKIA-SERVICE qui est de promouvoir,
valoriser et pérenniser la production et la commercialisation de ces produits sur l’ensemble
du territoire ivoirien. Ainsi, tout cet ensemble d’éléments va permettre à la société de profiter
de son positionnement du fait des relations qui la lient avec le différentes parties prenantes
du projet (Banque, Ménages, Supermarchés, Organisations professionnelles de la filière,
clients…..).

II-2.1) Situation du marché en Côte d’Ivoire

L’économie de la Côte d’Ivoire est basée sur l’agriculture qui représente 26% du PIB et 65%
des recettes extérieurs. Avant la crise de 2002, le secteur des ressources animales et
halieutiques (élevage et pêche) contribuait pour 2,9% au PIB agricole et 1% au PIB national.
L’aviculture occupe une place prépondérante dans la production animale. La filière avicole
possède l’ensemble des maillons nécessaires au développement d’une filière moderne. Ainsi
le secteur compte un cheptel reproducteur d’au moins 280 mille têtes en 2010. L’accouvage

11
est assuré par une douzaine de couvoirs qui cumulent une capacité de productions annuelle
de 40 millions de poussins d’un jour, avec une production réelle 20,74 millions de poussins
(dont 3, 433 millions de poussins de ponte et 17, 312 millions de poussins de chair.

Les exploitants individuels sont environ 1 500 aviculteurs dont environ 1000 producteurs de
poulets de chair et 500 producteurs d’œufs de consommation. A côté de ces producteurs
individuels se trouvent des exploitations industrielles et semi-industrielles en nombre très
réduits. Celles –ci sont situées pour la plupart dans la partie sud du pays et contribuent à
plus de 80% à la production de viande de volaille. La production d’œufs de consommation
est estimée selon l’IPRAVI à 749 millions d’unités et celle de poules de ponte autour de 4, 6
millions de têtes par an en 2012.

L’approvisionnement en intrants (œufs à couver, poussins d’un jour, aliments de volaille, les
alvéoles pour le conditionnement des œufs, les médicaments et produits vétérinaires, etc.)
est assuré par des structures locales.

Evolution des besoins et la production locale d’œufs et poules pondeuses :

INDICATEURS 2014 2015 2016 2017


Production nationale Poules pondeuses 4 600 000 4 100 000 4 700 000 4 200 000
Part à commercialiser par LA FERME BEREKIA-
SERVICE 9 595 10 555 11 610
Pourcentage du marché 0,23% 0,23% 0,28%
750 000 668 464 766 288
Production nationale d'œufs 000 000 000 684 768 000
Part à commercialiser par LA FERME BEREKIA-
SERVICE 1 638 890 2 633 104 1 922 866 3 040 722
Pourcentage du marché 0,22% 0,39% 0,25% 0,44%

Pour ce marché, LA FERME BEREKIA-SERVICE en hypothèse pessimiste


compte s’adjuger une part du marché (produire et vendre) à partir de 2014 chacun des
produits suivants :

-Poules pondeuses : 0,23% en année 2 (soit 9 595 unités), 0,23% en année 3 (soit 10 555
unités), 0,28% en année 4 (soit 11 610). Il n’y a pas de vente de poules de reforme en 1 ère
année (temps nécessaire de 18 mois aux poussins de ponte pour devenir des poules de
reforme).

-Œufs de consommation : 0,22% en année 1 (soit 1 638 890 unités), 0,39% en année 2 (soit
2 633 104 unités), 0,25% en année 3 (soit 1 922 866 unités), 0,44% en année 4 (soit
3 040 722 unités).

II-2.2) La concurrence
La concurrence dans le secteur de la production et de la commercialisation des produits
d’élevage, notamment d’œufs et de poules pondeuses, est avérée. En effet, l’on note un
nombre important de sociétés et de fermes avicoles (poules pondeuses) en Côte d’ôte
d’Ivoire. Certaines d’entre elles sont très bien structurées et disposent de capitaux
suffisants et possédant plus des ¾ du segment du marché. Il s’agit entre autres de
COQIVOIRE (SIPRA), IVOIRE POUSSINS, COCO SERVICE, FOANI SERVICES, SAPB….

Il est parfois aisé de constater, par le jeu des synergies et des opportunités, qu’un concurrent
peut être également un partenaire.

II-2.3) Analyse de l’environnement et proposition d’une stratégie de marketing

12
Le contexte environnemental est l’ensemble des forces et facteurs indépendants qui peuvent
exercer une influence sur l’organisation, et auxquels elle doit s’adapter pour réaliser ses
objectifs, donc sa mission.
La volonté politique à l’émergence de structures privées ne souffre d’aucune ambiguïté.
L’entreprise s’insère dans un environnement aux caractéristiques bien déterminées. Elle
s’installe dans un pays en développement où l’activité industrielle est en expansion.

• Opportunités
Il existe des entreprises similaires sur le marché, mais le nombre des entreprises formalisées
est assez limité. Cette situation constitue une opportunité pour la société à pouvoir s’intégrer
dans le marché national.
L’entreprise pourra bénéficier de ressources humaines qualifiées et compétentes. Toutefois,
il convient de former celles-ci pour mieux les outiller de connaissances.
L’entreprise pourrait bénéficier d’un appui de la Maison de l’Entreprise de la Côte d’ivoire et
d’autres structures, dont la vocation est d’encourager et d’appuyer les initiatives privées.

• Menaces
Les menaces identifiables autour de l’activité de la société LA FERME BEREKIA-SERVICE
sont les suivantes :
- la grippe aviaire ;
- le taux de mortalité élevé consécutif à des maladies issues des mauvaises
conditions d’hygiène et d’entretien de la ferme et du mauvais chauffage des poussins
de ponte ;
- la mise sur le marché de produits de mauvaise qualité par l’entreprise ;
- l’existence de produits similaires mais sous la forme congelée très demandés par la
population ;
- l’entrée de nouveaux concurrents dans la branche ;
- les ruptures de stocks possibles au niveau des sources d’approvisionnement ;
- la lourdeur de la fiscalité sur les entreprises occasionnant d’énormes charges ;
- le coût élevé du carburant pouvant induire à la hausse les prix des intrants dans la
production ;
- une partie du financement à rechercher.

• Les principaux clients du projet demeurent


-Les supermarchés
-les Chawarmas et maquis
-les hôtels et restaurants, boutiques, kiosques à café
-les ménages.

II-3) Atouts du projet

Outre la bonne qualité des produits d’élevage visualisés, la société LA FERME BEREKIA-
SERVICE, de par son implantation géographique stratégique en zone commerciale
(Ancienne capitale) et non loin de la capitale économique (Abidjan), et ses
ramifications en zone rurale (en contact direct avec les ménages des zones urbaines
et rurales), a un grand atout. Demande importante et incessante des produits, qualité des
produits reconnus, très bonne connaissance des clients actuels et potentiels.

II-4) Autres considérations


-un environnement politique stable et sécurisant qui est propice aux affaires ;
-une bonne rentabilité du projet ;
-une opportunité de développement des affaires ;

13
-un cadre économique et réglementaire général favorisant les investissements privés ;
-une politique incitative de développement régional ;

III. PROJET

III-1) Objet, objectifs et valeurs du projet

III-1-1) Objet
Le projet a pour objet, l’acquisition de matériels d’exploitation nécessaires et la réhabilitation
d’une partie des abris des poules pondeuses pour la continuité des activités de la société.
LA FERME BEREKIA-SERVICE est spécialisée dans la production et la commercialisation
de produits avicoles dont les œufs de consommation et des poules de reforme.

III-1-2) Objectifs

♦ Objectif global
L’objectif global de ce Business plan est la production et la commercialisation d’œufs et de
poules pondeuses tant dans la région des Lagunes que sur l’ensemble du territoire national
ivoirien. Une prévision réaliste nous permet d’espérer produire et vendre un peu plus de huit
(8) millions d’œufs de consommation et environ trente et un (31) mille poules de reforme au
bout de quatre (4) ans d’activité.

♦ Objectif sectoriel
L’objectif sectoriel est de contribuer au développement du secteur de la production animale,
par la mise en relief des opportunités que constituent les produits sur lesquels portent cette
simulation, tout en précisant l’engagement humain, matériel et financier de la société LA
FERME BEREKIA-SERVICE à œuvrer pour une production de qualité.

♦ Objectif spécifique
L’objectif spécifique est de réaliser les différents projets économiques de LA FERME
BEREKIA-SERVICE, dont la production, la commercialisation efficiente et le dégagement de
bénéfices. Ainsi, LA FERME BEREKIA-SERVICE compte réaliser pour :
-Poules pondeuses : 0,23% en année 2 (soit 9 595 unités), 0,23% en année 3 (soit 10 555
unités), 0,28% en année 4 (soit 11 610).
-Œufs de consommation : 0,22% en année 1 (soit 1 638 890 unités), 0,39% en année 2 (soit
2 633 104 unités), 0,25% en année 3 (soit 1 922 866 unités), 0,44% en année 4 (soit
3 040 722 unités).

III-1-3) Valeurs
Les valeurs de l’entreprise se basent sur deux principes de base : l’éthique et le
développement durable.

14
LA FERME BEREKIA-SERVICE voudrait d’une entreprise dont les travailleurs sont fiers et
motivés et adhérés à la culture de l’entreprise parce que non seulement elle serait rentable
pour toutes les parties prenantes mais aussi rentable pour l’entreprise elle-même.

III-2) Localisation

Le projet est localisé à Grand-Bassam, route de Mondoukou dans l’ancienne capitale de la


Côte d’Ivoire. BP 777 Grand-Bassam Tel : (225) 07 67 19 10
Les points d’achat des poussins de ponte et des intrants (aliments, produits vétérinaires ….) sont
situés à Abidjan à une trentaine de kilomètre d’Abidjan (capitale économique).

III-3) Description technique du projet

Les équipements à acquérir (investissement à réaliser) concernent essentiellement la


construction de nouveaux abris, la réhabilitation d’un ancien abri, la fabrication et
l’installation de panneaux solaires ainsi que de l’acquisition de matériels d’exploitation dont
les matériels pour l’élevage, le matériel roulant et les matériels et mobiliers de bureau.

Immobilisations Quantité
Bâtiments
Construction abris de la ferme 2
Réhabilitation abri de la ferme 1
Installation technique
Fabrication et installation de panneaux solaires 1
Matériels d'élevage poules pondeuses
Abreuvoir 1er âge 200
Abreuvoir automatique 200
Pondoirs 1 940
Mangeoires 1er âge 260
Mangeoires 2ème âge 260
Eleveuse à gaz 10
Matériel de Transport
Véhicule Pick Up 2.2 L DC 4X4XS 1
Camionnette GREAT WALL– 5 tonnes 1
Matériel de bureau et petits matériels 1

III-3-1) Description des investissements physiques à réaliser


Les investissements physiques à réaliser sont les suivants :

Bâtiments
Il s’agit des abris dans lesquels sont mis les poussins. Ils sont entretenus jusqu’à la ponte
et deviennent par la suite des poules de reforme.
Le bâtiment doit posséder les caractéristiques suivantes :
-Le sol doit être fait en dalle en béton poncée de sorte à avoir une surface lisse.
-La structure du bâtiment de type statique doit être à rideaux

15
-Le toit doit être en double pente ou en demi-lune et doit déborder de 50 à 100 cm du
poulailler pour protéger l’intérieur du soleil et de la pluie.
-L’entrée de la salle d’élevage comportera un lavabo sanitaire.
Ici, il s’agira de construire deux nouveaux bâtiments et de réhabiliter l’un de deux bâtiments
déjà existant sur le site.
Les deux (2) nouveaux bâtiments et les deux (2) anciens auront une capité de réception
d’environ vingt mille têtes de volailles.

Installation technique
L’installation technique concerne la fabrication et l’installation de panneaux solaires sur le
site. Ces panneaux permettront de fournir de l’électricité à la ferme.

Matériels d’élevage de poules pondeuses


Le matériel d’élevage est constitué d’abreuvoir automatique, de mangeoire, de pondoirs et
de bouteilles de gaz. Ce matériel sert à déposer les aliments, de source d’eau pour la
volaille. Il sert aussi de chauffage et d’abris pour les poussins.

Matériels de transport
Il s’agit de l’acquisition d’une camionnette pour les achats et le convoyage des poussins et
des intrants sur le site de production. Cette camionnette interviendra aussi efficacement
dans la vente des produits. Il y aura aussi un besoin d’un véhicule de type 4x4 pour assurer
les liaisons pour les besoins de l’exploitation.

Matériels de bureau et petits matériels


Il s’agit des ordinateurs et accessoires, des armoires de rangements, des onduleurs et
autres destinés à l’exploitation.

Le choix de la technologie en ce qui concerne les immobilisations a été fait pour tenir compte
des facteurs essentiels suivants :
- la qualité du matériel et le bon rapport qualité/prix de ces équipements ;
- le respect des normes de qualité et de sécurité ;
- la durée de vie
- une technologie facilement maîtrisable et nécessitant moins de frais de formation des
employés.

III-3-2) Maintenance
L’entretien régulier du matériel sera assuré en Côte d’Ivoire par des mécaniciens très doués
conformément aux recommandations techniques des fabricants.

III-4) Description technique du processus d’élevage

L’élevage de poules pondeuses commence d’abord par la construction des abris et la mise
en place du matériel d’élevage. Après il faudra commander, avant l’arrivée des poussins
dans la ferme, les aliments de démarrage, les vaccins et autres produits de prophylaxie
médicale figurant sur le protocole de soin chez le vétérinaire. A deux ou trois jours avant
l’arrivée des poussins, on procède à une désinfection du bâtiment. S’en suit le chauffage de
la litière avant l’arrivée des poussins.
Ensuite, au démarrage il faudrait s’assurer que tous les animaux disposent d’aliment et de
l’eau. Les abreuvoirs doivent être nettoyés tous les deux jours et on allumera les chauffages
les soirs pour les poussins. Ces tâches sont à répéter jusqu’à la croissance des animaux.
Enfin, la ponte d’œufs intervient au bout de dix-huit (18) semaines après la phase de
démarrage. On n’oubliera pas la désinfection et la vaccination des animaux et le nettoyage
du poulailler pendant cette période. Les poules effectueront des pontes jusqu’à 18 mois où
elles seront mises en vente (poules de reforme).

16
III-5) Description du produit

Les poules pondeuses


Plusieurs races de poules pondeuses sont élevées dans le monde. Il s’agit de la poule Isa
Brown et Hy-line de couleur rouge. Cette race nécessite plus d’attention et des conditions
optimales pour la reproduction. Il a aussi la race Bovans nera, de couleur noire, elle est plus
rustique et résistante.
En Côte d’Ivoire des structures opérant dans le secteur de l’élevage ont mis en place une
race intermédiaire à savoir la Bovans Brown.
Le produit qui sera mis sur le marché par LA FERME BEREKIA-SERVICE est la race
Bovans Brown.
La poule de reforme est beaucoup utilisée dans les mets en Côte d’Ivoire. Les plats servis
dans les restaurants, maquis, charwama, ménages contiennent très souvent de la volaille de
poulets.

Les œufs de consommation


Ce sont des produits servant d’ingrédients entrants dans la composition de nombreux plats
et de nombreuses cultures gastronomique dans le monde. En pâtisserie, les œufs sont
employés dans la plupart des recettes de biscuits et de gâteaux. Les œufs sont aussi prisés
par la population ivoirienne.

III-5-1) L’approvisionnement en matières premières

Les matières premières sont constituées essentiellement de poussins de ponte. A celles-ci, il


faut des matières accessoires ou intrants (aliments de démarrage et de croissance, aliment
de ponte, vitamines et autres médicaments pour la prophylaxie animale).
L’approvisionnement en poussins de ponte se fera à partir d’Abidjan où l’on a de grandes
entreprises de production animale notamment en poussins. Il s’agit entre autre de la SIPRA,
d’IVOIRE POUSSINS, de COCO SERVICES … Ces entreprises ont d’énormes capacités
de fournitures de ces matières premières.
Quant aux intrants ou matières accessoires, ils sont facilement obtenus au niveau de la
capitale économique située à une trentaine de kilomètres du site du projet.
L’approvisionnement en ces matières accessoires est véritablement garanti.

Pour atteindre ses objectifs, qui passent nécessairement par la sécurisation de ses
approvisionnements la société LA FERME BEREKIA-SERVICES s’est entourée de
partenaires essentiels du secteur de l’élevage. En effet, capitalisant sur sa très bonne
connaissance du terrain, et des entreprises pouvant lui permettre de disposer de matières
premières et d’intrants, LA FERME BEREKIA-SERVICES a su nouer et continuera de signer
des contrats et convention afin de disposer de ces matières tout le long du cycle
d’exploitation sans aucun problème.

Les quantités suivantes sont achetées comme matières premières (poussins de ponte) sur la
période retenue du projet :

Quantité achetées Période


Total
(en unité) AN 1 AN 2 AN 3 AN 4
Poussins de ponte 10 100 11 110 12 221 13 443 46 874

Les achats de poussins sont libellés dans le tableau ci-dessus. Les approvisionnements des
exercices suivants connaissent une augmentation et les bâtiments disposent d’une capacité
suffisante pour accueillir de nouveaux arrivants quatre (04) mois avant la fin de chaque
bande.

17
Les achats connaissent une augmentation de 10% avant la fin de chaque bande
(quatre (04) mois exactement avant la fin de chaque bande). Les capacités des
bâtiments permettent d’assurer la continuité de l’exploitation de l’activité d’élevage.

III-5-2) Quantité produite et produits commercialisés

Lors du cycle d’exploitation, les poussins de ponte croissent pour devenir des poules
pondeuses. La ponte des œufs commencent dès quatre (04) mois et 2 semaines. Par
ailleurs, on estime à 5% le taux de mortalité sur les sujets de départ, avant la fin de la
bande. Une poule pond en moyenne 295 œufs avant d’être vendue.
Les poules de reforme quant à elles seront vendues au bout de dix-huit (18) mois.

Les quantités vendues sont exprimées dans le tableau ci-après :

Quantités produites et Période


vendues (en unité) Total
AN 1 AN 2 AN 3 AN 4
Œufs de consommation 1 638 890 2 633 104 1 922 866 3 040 722 9 235 582
Poules de reforme 9 595 10 555 11 610 31 760

Nous nous sommes basées sur l’hypothèse pessimiste pour évaluer nos activités.

III-5-3) Les conditions d’optimisation

La forte demande des produits oblige l’entreprise à accroître ses capacités de production à
travers l’acquisition d’équipements modernes.
L’optimisation de la productivité recommande :
• la disposition de stocks de matières premières et d’intrants suffisants ;
• la recherche de partenaires gagnant-gagnant ;
• adoption d’une bonne stratégie marketing basée sur l’orientation du client ;
• Respect des délais et de la qualité des produits et services offerts.

III-5-4) La gestion des risques

Les principaux risquent ici, sont la mortalité des poussins de ponte qui pourrait survenir dès
suite des mauvaises conditions hygiéniques et du manque de vaccination ou d’une épidémie
de grippe aviaire qui pourrait toucher la ferme. A cela, on pourrait associer les pannes
techniques du véhicule de livraison pour la vente, qui occasionneraient des retards dans
l’exécution des contrats avec les clients.

Ainsi pour une meilleure gestion de l’entreprise, en ce qui concerne la mortalité des poussins
liée aux vaccinations et aux conditions d’hygiène, l’entreprise a pris attache avec des
services de vétérinaires qui auront pour tâche de procéder fréquemment à des vaccins et à
des contrôles périodiques au niveau de la ferme. Quant aux pannes techniques du véhicule
de distribution, des mécaniciens de renommé sont actuellement contactés pour la réparation
de l’engin.

III-5-5) L’assurance qualité

Les produits issus de notre ferme respecteront les règles et les normes en la matière en
Côte d’Ivoire. Nos produits seront d’excellente qualité à des prix concurrentiels.

IV. ORGANISATION ET GESTION DU PROJET

18
IV-1) Exécution du projet

IV-1-1) Maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre

La société LA FERME BEREKIA-SERVICE est le maître d’ouvrage du


projet. Une délégation sera faite à une entreprise étrangère à travers un appel d’offre
(la construction et la réhabilitation des bâtiments ou la mise en marche du matériel) pour
assurer la maîtrise d’ouvrage compte tenu de son expérience dans le domaine. La maîtrise
d’œuvre sera assurée par un cabinet expérimenté dans le domaine de l’élevage pour le suivi
et le contrôle des activités.
IV-1-1) Planning d’exécution du projet
Le programme d’exécution du projet est le suivant :

• réalisation de l’étude : Décembre 2013


• recher che de financement : Janvier 2014
• Construction, réhabilitation des bâtiments, fabrication panneaux solaires : Février 2014
• Installations, aménagements équipements : Mars 2014
• Le démarrage des activités : Avril 2014
Le planning d’exécution est joint en annexe 1

IV-2) Gestion du projet

IV-2-1) société de gestion du projet

La société de gestion du projet est la société LA FERME BEREKIA-SERVICE. C’ est une


société de droit ivoirien localisée à Grand-Bassam sur la route de Mondoukou.

IV-2-2) Organisation et gestion


L’organigramme de la société LA FERME BEREKIA-SERVICE, présenté en annexe 2,
est structuré autour d ’ u n R e s p o n s a b l e G é n é r a l appuyée par un secrétariat,
par le Service Comptabilité, le service gestion du magasin , des commerciaux et
technicien (Agents de terrain).

IV-2-4) Stratégie commerciale

Pour la société LA FERME BEREKIA-SERVICE, comme pour toute autre entreprise


moderne, il convient de bâtir une stratégie commerciale en fonction des réalités du marché
local, des habitudes d’achat des clients locaux, des règles et de la structure du secteur, des
objectifs de la société et des tendances futures.

Les clientèles cibles de la structure sont les populations locales (ménages), les
supermarchés, les restaurants, les hôtels.

♦ Positionnement choisi

Pour une bonne perception des produits, le promoteur doit bien déterminer leur
positionnement sur le marché. Compte tenu de la spécificité de ses produits d’élevage, le
promoteur devra envisager une politique de fidélisation des clients par la livraison à temps.

a) Politique de produit

19
Parmi les composantes du marketing mix, le produit demeure certainement la plus
importante pour le consommateur, puisqu’il représente ce qu’il désir acquérir pour satisfaire
ses besoins.

Ainsi, le produit devra respecter les normes et règles applicables actuellement en Côte
d’Ivoire.

b) Politique de fixation de prix


Le prix constitue l’un des éléments importants de marketing opérationnel auquel la rentabilité
et la survie de l’entreprise s’y reposent. Ainsi, convient- il de fixer un prix raisonnable et qui
reflète le rapport qualité/prix.

Les prix (en francs CFA/ unité ) des différents produits se


présentent comme suit :
Désignation Prix d’achat Prix de vente
Poulette d’un jour 600
Œuf de consommation 60
Poule de reforme 3 000

c) Politique de distribution

La politique de placement ou de distribution définit les voies et moyens par lesquels le


producteur va faire parvenir ses produits (biens ou services) au client. Rien ne sert de
fabriquer un produit et de ne pas le vendre.
La distribution des produits de la ferme se présente comme suit :

Schéma de distribution de produits de la Ferme (œufs, poules de


reforme)

SOCIETE LA FERME BEREKIA-


SERVICE

Petits commerçants, Revendeurs sur Grossistes


revendeurs à pied le marché
ou à bicyclette

Consommateurs Boutiques Restaurants


des ménages Kiosque à café Supermarchés
Marchés Hôtels
Maquis
Chawarma
20
IV-2-5) Politique de formation
La politique de formation sera orientée vers la recherche permanente de l’amélioration de la
qualité du service à la clientèle par le développement du savoir-faire du personnel. A cet
effet, un programme annuel de formation sera défini de concert avec le partenaire
technique. Il consistera à former en continu le personnel en vue du maintien de la qualité

des produits et de l’acquisition de nouvelles méthodes de gestion.

Des formations spécifiques seront définies à la suite des besoins identifiés par la
gé r a nc e.
IV-2-6) Partenariat
-Partenariats commerciaux : les entreprises industriels, et professionnels locaux ;
fournisseurs pour les poussins de ponte et les aliments : IVOIR-POUSSIN, IVOGRAIN,
FOANI SERVICES, etc. Toutefois, ces partenaires n’interviendront pas dans les
investissements de base de la JAMAK GROUP SARL.
-Partenariats techniques : Experts, ingénieurs agronomes et vétérinaires.
-Partenariats financiers: Banque Atlantique de Côte d’Ivoire, le Fonds GARI.

V. ANALYSE FINANCIERE ET ECONOMIQUE DU PROJET

V-1) Coût des investissements (détails en annexe 3)

Le coût total tous taxes comprises du projet est estimé à 179,526 millions de FCFA et se
repartit comme suit :

Composantes Prix Total


en FCFA %

Investissements incorporels
Charges immobilisées 5 000 000 2,79%
Investissements corporels
Investissements initiaux 20 000 000 11,14%
Bâtiment et installation technique 33 000 000 18,38%
Matériels d'élevage poules pondeuses 10 872 000 6,06%
Matériels de transport 32 500 000 18,10%
Matériels de bureau 1 500 000 0,84%
Total investissement 102 872 000
Besoin en fonds de roulement 76 653 800 42,70%
Total Besoin de financement 179 525 800 100%

NB : Les besoins en fonds de roulement sont évalués environ à 76,654 millions de


FCFA. Ces besoins sont entre autres les frais liés à l’achat des poussins de ponte,
d’aliments, de médicaments et diverses charges d’exploitation pour la première bande
(18 mois) ainsi que de frais de fonctionnement sur les cinq premiers mois d’activité
avant les premières pontes.

21
V-2) Prévisions des ventes

Les ventes des produits de la ferme débuteront après 16 semaines pour les œufs de

consommation. Les poules de reforme quant à elles seront commercialisées à la


fin de la bande soit environ après un an et demi. Les
ventes annuelles prévisionnelles en unité sont
respectivement pour la 1ère année, 1 638 890 œufs, pour
2ème année, une quantité de 9 595 poules de reforme et
2 633 104 œufs, pour la 3ème année, une quantité de 10
555 poules de reforme et 1 922 866 œufs, pour la 4ème
année, une quantité de 11 610 poules de reforme et
3 040 722 œufs.
ère
Le chiffre d’affaires prévisionnel en 1 année pour l’ensemble des
produits de la ferme est de 98 333 400 FCFA. Il évolue
et passe à 217 273 320 FCFA à la 4ème année. Le chiffre
d’affaires global sur les 4 ans d’exploitation est de
649 414 920 FCFA.

V-3) Charges prévisionnelles d’exploitation

Elles concernent les matières premières et produits accessoires rentrant dans la production
animale, les autres achats, le téléphone, les autres charges (administration, le loyer du
terraine, impôts et taxes), les frais de personnel, les charges financières, les dotations aux
amortissements.
Les hypothèses de calcul et le détail des charges prévisionnelles d’exploitation figurent aux
annexes 5 à 8.

V-4) Comptes d’exploitation prévisionnels

Les comptes d’exploitation prévisionnels présentés en annexe 9, font apparaître en 1ère


année un résultat net négatif du fait du cycle d’exploitation (temps mis pour que les poules
puissent pondre). Ce résultat net devient positif à partir de la 2ème année et se chiffre à
43 959 882 FCFA et passe à 69 230 664 FCFA à la 4ème année.

Le condensé des comptes d’exploitation prévisionnels est donné par le tableau suivant en
FCFA :

22
Années 1 2 3 4
147 036
Chiffres d'affaires 98 333 400 186 771 240 960 217 273 320
121 916 144 462 857
Valeur ajoutée 44 124 447 121 891 836 036
Excédent brut d’exploitation 13 597 847 88 312 576 84 978 850 103 381 953
Résultat d'exploitation -19 851 553 58 613 176 59 029 450 92 307 553
Résultat net -21 851 553 43 959 882 44 272 088 69 230 664
CAF -3 402 153 62 409 282 62 721 488 77 005 064

V-5) Trésorerie prévisionnelle

Le tableau des ressources et emplois, présenté en annexe 10, fait ressortir une trésorerie
prévisionnelle variant de 17 597 847 FCFA en année 1 à 81 861 273 FCFA en année 4.
Ceci démontre la liquidité de LA FERME BEREKIA-SERVICE. Elle dispose de liquidité pour
faire face aux exigibilités financières.
De plus, le plan est équilibré ; en effet le total des ressources couvre le total des emplois
avec une trésorerie positive sur la durée de la projection ; le tableau montre que l’entreprise
est en mesure d’autofinancer ses investissements sans aucun appel à des capitaux
externes. L’équilibre financier de l’entreprise est donc assuré sur toute la période des
projections ; la politique d’autofinancement est rendue plus cohérente par l’absence de
distribution de dividende. En effet, l’option de l’autofinancement conduit à renforcer les fonds
propres. Il y a donc cohérence entre la politique d’investissement et la politique de
financement projetée.

V-6) Rentabilité du projet

a) La valeur actualisée nette (VAN)


La valeur actualisée nette est la différence entre le cumul de cash flow actualisés net et
l’investissement. La VAN est égal à 2 115 200 FCA ; elle est positive donc le projet
d’élevage de poules pondeuses est rentable sur la période d’étude de quatre (4) ans.

b) Le délai de récupération du capital investi


Le délai de récupération du capital investi indique le temps nécessaire qu’il faut pour que le
promoteur récupère le montant investi dans le projet.
Le délai de récupération du capital investi (DRCI)= 3 ans 11 mois et 18 jours.

V-7) Risques du projet

 Risques économiques
Il s’agit des risques liés à la mévente ou à la baisse des activités qui aurait pour
conséquence de compromettre la pérennité du projet.
Pour amoindrir ce risque, la société LA FERME BEREKIA-SERVICE va non seulement
repositionner son produit mais également réussir à obtenir totalement les différentes parties
prenantes à sa cause. Une stratégie d’intéressement des parties prenantes est alors
indispensable.
De plus, dans le cas présent, il se trouve limité par les circonstances suivantes :
• La notoriété de la société et de la plupart de ses partenaires

23
• Les besoins croissants de la population ivoirienne de l’utilisation de ces produits sont
très grands. De ce fait, le risque d’une baisse importante d’activité est faible.

 Risques techniques ou opérationnels


Ces risques sont liés, aux problèmes d’approvisionnement et managérial. Une proposition
des solutions de repli face à ces risques éventuels se trouvent dans le tableau ci- après :

Nature du risque Solutions proposées


Approvisionnement Diversifier les sources d’approvisionnement

La gestion d’une société dans le domaine de l’élevage nécessite de la part des sociétés de
ce genre une importante expertise technique.

En ce qui concerne LA FERME BEREKIA-SERVICE, il y a lieu de noter que les promoteurs


ont une longue expérience dans le secteur. Il en ait de même pour les autres membres de
l’équipe dirigeante.
De plus, ce risque se trouve très limité compte tenu des expériences accumulés par les
promoteurs sur un marché qu’ils connaissent bien et sur lequel ils exercent leurs
compétences depuis des années.

V-8) Effets sur l’environnement

Quant au risque environnemental, il n’est pas très élevé car il s’agit d’une activité intervenant
dans la production et commercialisation de produits avicoles.

VI- FINANCEMENT DU PROJET

VI-1) Sources et schéma de financement

Le schéma de financement des principales composantes du projet se présente comme ci-


après (en FCFA) :

Sources et schéma de financement

Composantes Prix Total Fonds


en FCFA propres BACI %

Investissements incorporels
Charges immobilisées 5 000 000 5 000 000 2,79%
Investissements corporels

Investissements initiaux 20 000 000 20 000 000 11,14%


Bâtiment et installation technique 33 000 000 33 000 000 18,38%
Matériels d'élevage poules pondeuses 10 872 000 10 872 000 6,06%
Matériels de bureau 1 500 000 1 500 000 0,84%
Matériels de transport 32 500 000 32 500 000 18,10%
Total investissement 102 872 000
Besoin en fonds de roulement 76 653 800 4 525 800 72 128 000 42,70%
Total Besoin de financement 179 525 800 29 525 800 150 000 000 100%

24
% 100% 16% 84%

Les fonds propres d’un montant de 29 525 800 FCFA seront constitués d’apports en
numéraire et d’apport en nature par le promoteur (LA FERME BEREKIA-SERVICE).
Ces fonds propres représentent 16% du coût total du projet

Le prêt de la Banque Atlantique de Côte d’Ivoire (BACI), 150 millions FCFA,


représentant 64% du coût total du projet, sera affecté au financement du projet exceptions
des frais d’ETS, des investissements et une partie des frais de besoin en fonds de
roulement.

VI-2) Conditions d’intervention des sources de financement

Les conditions d'intervention visualisées des sources de financement sont les suivantes :

Monnaie Montant Taux Durée Différé


(Millions FCFA) d’intérêt (ans) (mois)
Fonds propres F CFA 29,526
−Banque Atlantique F CFA 150 10 % 4 12

Annexe 1 : PLANNING D’EXECUTION DU PROJET

ACTIVITES Déc. Janv. FEV. Mars Avril


2013 2014 2014 2014 2014
1. Réalisation de l’étude

2. Recherche de financement
3. Construction bâtiments et
fabrication panneaux solaires
4. Installations

5. Démarrage des activités

25
Annexe 2 : ORGANIGRAMME DE LA SOCIETE LA FERME BEREKIA -SERVICE

Responsable Général

Responsable Adjoint
Le Personnel au
Bureau
Le Comptable

Chef magasinier

Le Agents sur le terrain (La Ferme)

26
Le commercial Le Technicien Les Ouvriers
Le (8)
Gardien

Annexe 3 : COUT DES INVESTISSEMENTS (FCFA)

♦ Immobilisations

Prix Prix Total


Nombre Unitaire
Charges immobilisées
Frais d'établissement
Frais d'étude et de prospection 1 5 000 000 5 000 000
Total 5 000 000

Bâtiment et installation technique


Construction de bâtiment de 750 m2 2 18 000/m2 27 000 000
Réhabilitation d'un bâtiment 1000 m2 1 4 000 000 4 000 000
Fabrication et installation panneaux So 1 2 000 000 2 000 000
Total 33 000 000

Matériels d'élevage poules pondeuses


Abreuvoir 1er âge 200 2 000 400 000
Abreuvoir automatique 200 22 560 4 512 000

27
Pondoires 1940 1 500 2 910 000
Mangeoires 1er âge 260 2 000 520 000
Mangeoires 2eme âge 260 8 000 2 080 000
Eleveuse à gaz 10 45 000 450 000
Total 10 872 000

Matériels de transport
Véhicule PICK UP 2.2 LDC 4x4 S 1 19 000 000 19 000 000
Camionnette GREAT WAL -5tonnes 1 13 500 000 13 500 000
Total 32 500 000

Matériels de bureau
matériels de bureau et petits matériels 1 1 500 000 1 500 000
Total 1 500 000

Total immobilisations corporelles 77 872 000


Investissements initiaux 20 000 000
TOTAL IMMOBILISATIONS 102 872 000

♦ Fonds de roulement

Nombre Conso. par Coût unit. Montant (FCFA)


sujet
Achat de poulettes d’un jour 10 100 450 600 6 120 000
Achat d’aliment démarrage 10 100 0,875 298 2 659 650
Achat d’aliment poulette croissance 10 100 2,75 289 8 106 450
Achat d’aliment ponte 20 9 690 1,5 272 3 953 520
Achat de produit vétérinaire 10100 1 300 3 060 000
Chauffage + copeau 10100 1 20 204 000
Sous-Total 24 103 620
Achat d’aliment ponte 20 9 690 11,5 267 27 616 500
Achat de produits vétérinaires 9 690 12 45 5 232 600
Achat d’Alvéoles 95 290 55 5 240 680
Sous-Total 38 089 780
Total frais d’exploitation pour une bande 62 193 400

Libellé Montant
(FCFA)
Achat de carburant 800 000
Fournitures de bureau 200 000
Transport et déplacements divers 1 000 000
Frais de communication 300 000
Charges locatives 300 000
Impôts et taxes 119 400

28
Charges du personnel 11 741 000
Total charges de fonctionnement 14 460 400
TOTAL FONDS DE ROULEMENT 76 653 800

Annexe 4 : DERTERMINATION DU CHIFFRES D’AFFAIRES (en FCFA)

Vente de produits An 1 An 2 An 3 An 4 Total


Œufs 98 333 400 157 986 240 115 371 960 182 443 320 554 134 920
Poules de reforme 28 785 000 31 665 000 34 830 000 95 280 000
Chiffre d'affaires 98 333 400 186 771 240 147 036 960 217 273 320 649 414 920

Annexe 5: AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS (en FCFA)

Investissements Valeur Taux Année 1 Année 2 Année 3 Anné4


d'origine d'amorti
s
Investissements
Investissements initiaux 20 000 000 10% 2 000 000 2 000 000 2 000 000 2 000 000
Bâtiment et installation
Technique 33 000 000 10% 3 300 000 3 300 000 3 300 000 3 300 000
Matériels d'élevage de
pondeuses 10 872 000 20% 2 174 400 2 174 400 2 174 400 2 174 400
Matériels de bureau 1 500 000 20% 300 000 300 000 300 000 300 000
Matériels de transport 32 500 000 33% 10 725 000 10 725 000 10 725 000 0
Total 77 872 000 18 499 400 18 499 400 18 499 400 7 774 400

29
Annexe 6 : SERVICE DE LA DETTE
Taux d’intérêt par an : 10%
Durée de remboursement : 4 ans
Différé : 1 an

Anné Valeur d'origine Intérêt Amortissement Annuité Restant du en Fin


e du capital d'année
1 150 000 000 15 000 000 37 500 000 52 500 000 112 500 000
2 112 500 000 11 250 000 37 500 000 48 750 000 75 000 000
3 75 000 000 7 500 000 37 500 000 45 000 000 37 500 000
4 37 500 000 3 750 000 37 500 000 41 250 000 0
Total 37 500 000 150 000 000 187 500 000

Annexe 7 : EVALUATION DES CHARGES DU PERSONNEL (FCFA)

Salaire brut
Fonction Effectif Total mensuel An1 An2 An3 An4
mensuel
Responsable Général 1 350 000 350 000 4 550 000 5 005 000 5 505 500 6 056 050
Responsable Adjoint 1 250 000 250 000 3 250 000 3 575 000 3 932 500 4 325 750
Secrétaire 1 140 000 140 000 1 820 000 2 002 000 2 202 200 2 422 420
Comptable 1 200 000 200 000 2 600 000 2 860 000 3 146 000 3 460 600

Chef magasinier 1 150 000 150 000 1 950 000 2 145 000 2 359 500 2 595 450

Commercial 1 130 000 130 000 1 690 000 1 859 000 2 044 900 2 249 390

Technicien 1 130 000 130 000 1 690 000 1 859 000 2 044 900 2 249 390

Chauffeur 1 100 000 100 000 1 300 000 1 430 000 1 573 000 1 730 300

Ouvrier 8 60 000 480 000 6 240 000 6 864 000 7 550 400 8 305 440

Agent de sécurité 1 60 000 60 000 780 000 858 000 943 800 1 038 180

Total brut 17 1 990 000 25 870 000 28 457 000 31 302 700 34 432 970

Charges sociales (18%) 358 200 4 656 600 5 122 260 5 634 486 6 197 935

Total charges personnel 17 2 348 200 30 526 600 33 579 260 36 937 186 40 630 905

Annexe 8 : LES CHARGES D’EXPLOITATION PREVISIONNELLES (en FCFA)

Désignation AN1 AN2 AN 3 AN 4


Achat Poulette d’un jour 6 120 000 6 732 000 7 405 200 14 400 000

30
Aliment démarrage 2 659 650 2 925 615 3 218 177 3 539 994
Aliment poulette croissance 8 106 450 8917095 1 089 867 8 718 937
Aliment ponte 20 21 046 680 29 816 130 5 261 670 29 153 549
Produits vétérinaires 5 533 787 7 839 531 230 574 7 665 319
Chauffage + copeau 136 000 192 667 105 967 105 967
Alvéoles 3 493 787 1 048 136 30 828 1 122 122
Achat de carburant 1 920 000 2 016 000 2 116 800 2 222 640
Transport et déplacements divers 2 400 000 2 520 000 2 646 000 2 778 300
Frais de Communication 720 000 756 000 793 800 833 490
Charges locatives 1 200 000 1 200 000 1 260 000 1 260 000
Impôts et taxes 872 600 916 230 962 042 1 010 144
Frais du personnel 30 526 600 33 579 260 36 937 186 40 630 905
Frais financiers 15 000 000 11 250 000 7 500 000 3 750 000
Amortissement des immobilisations 18 449 400 18 449 400 18 449 400 7 774 400
Total Charges 118 184 953 128 158 064 88 007 510 124 965 767

Annexe 9: COMPTES D’EXPLOITATION PREVISIONNELS (en FCFA)

Eléments Année 1 Année 2 Année 3 Anné4


Produits
Œufs 98 333 400 157 986 240 115 371 960 182 443 320
Poules de reforme 28 785 000 31 665 000 34 830 000
Chiffres d'affaires 98 333 400 186 771 240 147 036 960 217 273 320
Charges
Consommations intermédiaires
Achat de poulettes 6 120 000 6 732 000 7 405 200 14 400 000
Achat Aliment démarrage 2 659 650 2 925 615 3 218 177 3 539 994
Aliment poulette croissance 8 106 450 8 917 095 1 089 867 8 718 937
Aliment ponte 20 21 046 680 29 816 130 5 261 670 29 153 549
Produits vétérinaires 5 533 787 7 839 531 230 574 7 665 319
Achat copeau et chauffage 136 000 192 667 105 967 105 967
Achat d'alvéoles 3 493 787 1 048 136 30 828 1 122 122
Achat de carburant 1 920 000 2 016 000 2 116 800 2 222 640
TOTAL ACHATS 49 016 353 59 487 174 19 459 082 66 928 529
Transports et déplacements 2 400 000 2 520 000 2 646 000 2 778 300
Frais de Communication 720 000 756 000 793 800 833 490
Charges locatives 1 200 000 1 200 000 1 260 000 1 260 000
Impôts et Taxes 872 600 916 230 962 042 1 010 144
Total Consommations Int 54 208 953 64 879 404 25 120 924 72 810 463
Valeur ajoutée 44 124 447 121 891 836 121 916 036 144 462 857
Charges du personnel 30 526 600 33 579 260 36 937 186 40 630 905
Excédent brut d'exploitation 13 597 847 88 312 576 84 978 850 103 831 953
Intérêts financiers 15 000 000 11 250 000 7 500 000 3 750 000
Amortissement 18 449 400 18 449 400 18 449 400 7 774 400
Résultat d'exploitation -19 851 553 58 613 176 59 029 450 92 307 553
Impôt Société 2 000 000 14 653 294 14 757 363 23 076 888
Résultat net -21 851 553 43 959 882 44 272 088 69 230 664

31
Amortissements 18 449 400 18 449 400 18 449 400 7 774 400
Cash flow -3 402 153 62 409 282 62 721 488 77 005 064
R/CA -3% 33% 43% 35%

Annexe 10: TABLEAU DE TRESORERIE PREVISIONNELLE (en FCFA)

Eléments Année 1 Année 2 Année 3 Année 4


Emplois durables
Immobilisations incorporelles 5 000 000 0 0
Immobilisations corporelles 77 872 000 0 0
Actif circulant (créances et stocks) 0 0 0
Besoin ou dégagement de roulement
(Début) 76 653 800
Variation du Besoin/Dégagement 7 665 380 8 431 918 9 275 110
Dividende
Remboursement 37 500 000 37 500 000 37 500 000
Total emplois durables 159 525 800 45 165 380 45 931 918 46 775 110
Ressources
Capital social 1 000 000
Autres apports 29 525 800
Emprunt 150 000 000 0 0 0
CAF -3 402 153 62 409 282 62 721 488 77 005 064
Total ressources 177 123 647 62 409 282 62 721 488 77 005 064
Trésorerie de la période 17 597 847 17 243 902 16 789 570 30 229 955
Trésorerie initiale 0 17 597 847 34 841 749 51 631 318
Trésorerie fin 17 597 847 34 841 749 51 631 318 81 861 273

Annexe 11 RENTABILITE DU PROJET : CRITERE DE LA VAN

Investissement (I) = 179 525 800 FCFA

Eléments Année 1 Année 2 Année 3 Année 4


Cash flow -3 402 153 62 409 282 62 721 488 77 005 064
Cash flow actualisé -3 092 867 58 826 734 57 399 046 68 418 002

32
Cumul cash flow actualisé -3 002 783 55 823 951 113 222 997 181 641 000

VAN = 2 115 200

33

Vous aimerez peut-être aussi