Vous êtes sur la page 1sur 14

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de L’enseignement Supérieure et


de la Recherche Scientifique

Université Med Kheidher de Biskra


Faculté de Technologie
Département de Génie Électrique

Master2:RE
Rapport de TP 03
Analyse de la stabilité angulaire

Réalisé par : Dirigé par:


MERAH Hana Dr. SALHI
LATIF Saida

1
2017/2018
I. But de TP :
 Analyser la stabilité en régime transitoire et en régime permanent.
 Etudier l’effet d’une perturbation sur la stabilité (ampleur et nature d'un défaut).
 Se familiariser avec les blocs de SIMULINK-MATLAB pour avoir une représentation en
espace d’état.
 Se familiariser avec la représentation en espace d’état pour l’analyse de la stabilité.
II. Modèle d’analyse :
Cette partie du TP est consacrée à l’analyse de la stabilité transitoire du modèle de réseau
suivant :

L'équation de mouvement de la machine synchrone:

𝑯 𝒅𝟐 𝜹
∙ = 𝑷𝒎 − 𝑷𝒆 (𝜹)
𝝅𝒇 𝒅𝒕𝟐

*Stabilité angulaire :Elle concerne la capacité du système de puissance de maintenir le


synchronisme après avoir subi une Perturbation sévère transitoire tel un court-circuit sur une
ligne de transmission ou une perte d’une partie importante de la charge ou de la génération.
La réponse du système implique de grandes variations des angles de rotor. Elle dépend de la
relation non-linéaire couples- angles .

2
Figure 1 :Machine synchrone connectée à un jeu de barre infini

*Temps critique de défaut TCID"CCT":

(Critical Clearing Time):c’est le temps maximal du défaut pour que le réseau électrique reste
stable, autrement dit c’est la durée maximale à ne pas dépasser pour éliminer la perturbation
sans que le système perd son état de synchronisme, ou bien il soit capable de retrouver un
point stable de fonctionnement.

III. Partie théorique


1°/Détermination de l’équation de mouvement :

L’équation qui régit la loi de mouvement d’un rotor d’une machine synchrone est basé sur le
principe élémentaire de la dynamique qui peut se formuler par l’expression suivante :
𝒅𝟐 𝜽𝒎
𝑱∙ = 𝑻𝒂 = 𝑻𝒎 − 𝑻𝒆 (𝟏)
𝒅𝒕𝟐
𝑱 : moment d’inertie de la masse du rotor en [𝑲𝒈 ∙ 𝒎𝟐 ].
𝜽𝒎 : déplacement angulaire du rotor par rapport à l’axe stationnaire [𝒓𝒂𝒅].
𝑻𝒂 :couple accélération.
𝑻𝒎 : Couple mécanique exercé sur le rotor par le système d’entrainement (turbine).
𝑻𝒆 : Couple électromagnétique .

En régime permanent la différence entre 𝑻𝒎 et 𝑻𝒆 est nulle et il n’ya pas d’accélération, d’où le
rotor tourne à une vitesse résultante constante appelée " vitesse de synchronisme".
Durant une perturbation la différence entre 𝑻𝒎 et 𝑻𝒆 n’est plus nulle et il ya une accélération ou
décélération selon le signe de 𝑻𝒂 .

3
D’autre part, le déplacement angulaire 𝜽𝒎 est mesuré par rapport a l’axe de référence
stationnaire sur le stator, ainsi on le définit par l’expression suivante :

𝜽𝒎 = 𝝎𝒔𝒎 ∙ 𝒕 + 𝜹 (𝟐)

𝝎𝒔𝒎 : vitesse angulaire de synchronisme de la machine [𝒓𝒂𝒅⁄𝒔].


𝜹 : déplacement angulaire du rotor à partir de l’axe de référence tournant à la vitesse de
synchronisme.

𝒅𝜽𝒎 𝒅𝜹
= 𝝎𝒔𝒎 + (𝟑)
𝒅𝒕 𝒅𝒕

𝒅𝜽𝒎
L’équation (𝟑) montre que la vitesse angulaire est constante et égale à la vitesse de
𝒅𝒕
𝐝𝛅
synchronisme seulement si est égal à zéro.
𝐝𝐭
𝐝𝛅
représente la déviation par rapport à la vitesse de synchronisme.
𝐝𝐭
En dérivant l’équation (𝟑) par rapport au temps, on obtient :

𝒅𝟐 𝜽𝒎 𝒅𝟐 𝜹
= 𝟐 (𝟒)
𝒅𝒕𝟐 𝒅𝒕

L’équation (𝟒) représente l’accélération du rotor mesurée en [𝒓𝒂𝒅⁄𝒔𝟐 ].

𝒅𝜽𝒎
𝝎𝒎 = (𝟓)
𝒅𝒕

On multiplie l’équation (𝟏) fois 𝝎𝒎 on obtient à:

𝒅𝟐 𝜽𝒎
𝝎𝒎 ∙ 𝑱 ∙ = 𝑻𝒎 ∙ 𝝎𝒎 − 𝑻𝒆 ∙ 𝝎𝒎 (𝟔)
𝒅𝒕𝟐

𝒅𝟐 𝜽𝒎
𝑴∙ = 𝑷𝒎 − 𝑷𝒆 (𝟕) 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝑴 = 𝑱 ∙ 𝝎𝒎
𝒅𝒕𝟐

𝑷𝒎 : Puissance mécanique transmise vers l’arbre du rotor.


𝑷𝒆 : Puissance électrique traversant l’entrefer de la machine.
𝑴 : Constante relative à la machine mesurée en [𝑱 ∙ 𝑺⁄𝒓𝒂𝒅].
Généralement ,on néglige les pertes fer et les pertes cuivre ,en considérant une puissance
fournie par la machine 𝑷𝒆 .

4
𝑴 n’est pas strictement constante puisque 𝝎𝒎 n’est pas égale à 𝝎𝒔𝒎 sous toutes les conditions
de fonctionnement, cependant en pratique 𝝎𝒎 diffère légèrement de 𝝎𝒔𝒎 .
En conséquence, il est plus convenable d’utiliser la puissance au lieu du couple dans les calculs
et considérer 𝝎𝒎  𝝎𝒔𝒎 (𝝎𝒎 ne change pas d’une grande quantité avant la perte de
synchronisme) avec 𝑴 constante.

On définit la constante d'inertie H:

𝑬𝒏𝒆𝒓𝒈𝒊𝒆 𝑬𝒎𝒎𝒂𝒈𝒂𝒛𝒊𝒏é𝒆 (𝑴𝑱) 𝑬𝑬 (𝑴𝑱)


𝑯= = (𝟖)
𝑷𝒖𝒊𝒔𝒔𝒂𝒏𝒄𝒆 𝒏𝒐𝒎𝒊𝒏𝒂𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆 (𝑴𝑽𝑨) 𝑺𝒏 (𝑴𝑽𝑨)

𝑬𝑬 = 𝑬𝑪: Énergie cinétique (𝑬𝑪 ).


𝟏
𝑬𝑪 = ∙ 𝑱 ∙ 𝝎𝟐𝒎 (𝟗)
𝟐

𝟏 𝟐 𝟏
∙ 𝑱 ∙ 𝝎 𝒎 ∙ 𝑴 ∙ 𝝎𝒎 𝟐 ∙ 𝑯 ∙ 𝑺𝒏 (𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆)
𝑯= 𝟐 = 𝟐 (𝟏𝟎) ⇒ 𝑴= (𝟏𝟏)
𝑺𝒏 (𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆) 𝑺𝒏 (𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆) 𝝎𝒎

𝑯 : constante d'inertie qui dépend des dimensions de la machine exprimée en [𝑺].

Remplaçant l’équation (𝟏𝟏) dans l’équation (𝟕) on obtient :

𝟐 ∙ 𝑯 ∙ 𝑺𝒏 (𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆) 𝒅𝟐 𝜹
∙ 𝟐 = 𝑷𝒎 − 𝑷𝒆 (𝟏𝟐)
𝝎𝒔𝒎 𝒅𝒕

𝝎𝒎 ≈ 𝝎𝒔𝒎 ≈ 𝝎
Pour transformer
l'équation en per unit
𝟐∙𝑯 𝒅𝟐 𝜹 𝑷𝒎 𝑷𝒆
∙ = −
𝝎𝒔𝒎 𝒅𝒕𝟐 𝑺𝒏 (𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆) 𝑺𝒏 (𝒎𝒂𝒄𝒉𝒊𝒏𝒆)

𝟐 ∙ 𝑯 𝒅𝟐 𝜹
∙ = 𝑷𝒎 (𝒑. 𝒖) − 𝑷𝒆 (𝒑. 𝒖) (𝟏𝟑)
𝝎 𝒅𝒕𝟐

On a 𝝎 = 𝟐. 𝝅. 𝒇 (𝒓𝒂𝒅⁄𝒔) en la remplaçant dans l’équation (𝟏𝟑) on obtient :

𝑯 𝒅𝟐 𝜹
∙ = 𝑷𝒎 (𝒑. 𝒖) − 𝑷𝒆 (𝒑. 𝒖) (𝟏𝟒)
𝝅. 𝒇 𝒅𝒕𝟐

*Si 𝜹 est en degré, 𝝎 = 𝟑𝟔𝟎 ∙ 𝒇, la relation (𝟏𝟑) devient :

5
𝑯 𝒅𝟐 𝜹
∙ 𝟐 = 𝑷𝒎 (𝒑. 𝒖) − 𝑷𝒆 (𝒑. 𝒖) (𝟏𝟓)
𝟏𝟖𝟎. 𝒇 𝒅𝒕

Les équations (𝟏𝟒) et (𝟏𝟓) gouvernent les dynamiques de rotation d’une machine synchrone
dans les études de la stabilité.

2°/Détermination des puissances transmises vers le JB-infini et cela avant,


durant et après un défaut (triphasé à la terre) qui survient au milieu de
l’une des lignes :

Figure 2:schéma équivalent du réseau électrique

-Calculer la réactance équivalent :

𝑿𝑳𝟏 ∙ 𝑿𝑳𝟐
𝑿𝒕𝒓 = 𝑿′𝒅 + 𝑿𝑻 + ; 𝑿𝑳𝟏 = 𝑿𝑳𝟐 = 𝑿𝑳 ∙
𝑿𝑳𝟏 + 𝑿𝑳𝟐
𝑿𝒕𝒓 = 𝟎. 𝟑 + 𝟎. 𝟐 + 𝟎. 𝟏𝟓
 𝑿𝒕𝒓 = 𝟎. 𝟔𝟓 𝒑. 𝒖

6
 Pendant de défaut :

Figure 3:Schéma du réseau juste de défaut au milieu de ligne

-En simplifier le schéma:

𝑿′𝒅 + 𝑿𝑻 = 𝟎. 𝟑 + 𝟎. 𝟐 = 𝟎. 𝟓

*Donc en transforme le schéma de triangle en étoile:

7
𝒁𝑨𝑩 ∙ 𝒁𝑨𝑪 𝟎. 𝟑 ∙ 𝟎. 𝟏𝟓
𝒁𝑨 = = = 𝟎. 𝟎𝟕𝟓𝒑𝒖
𝒁𝑨𝑩 + 𝒁𝑨𝑪 + 𝒁𝑩𝑪 𝟎. 𝟑 + 𝟎. 𝟏𝟓 + 𝟎. 𝟏𝟓

𝒁𝑨𝑩 ∙ 𝒁𝑩𝑪 𝟎. 𝟑 ∙ 𝟎. 𝟏𝟓
𝒁𝑩 = = = 𝟎. 𝟎𝟕𝟓𝒑𝒖
𝒁𝑨𝑩 + 𝒁𝑨𝑪 + 𝒁𝑩𝑪 𝟎. 𝟑 + 𝟎. 𝟏𝟓 + 𝟎. 𝟏𝟓

𝒁𝑩𝑪 ∙ 𝒁𝑨𝑪 𝟎. 𝟏𝟓 ∙ 𝟎. 𝟏𝟓
𝒁𝑪 = = = 𝟎. 𝟎𝟑𝟕𝟓 𝒑𝒖
𝒁𝑨𝑩 + 𝒁𝑨𝑪 + 𝒁𝑩𝑪 𝟎. 𝟑 + 𝟎. 𝟏𝟓 + 𝟎. 𝟏𝟓

Ensuite en transforme le schéma de étoile en triangle :

𝒁𝒂 ∙𝒁𝒄 +𝒁𝒂 ∙𝒁𝒃 +𝒁𝒃 ∙𝒁𝑪


𝒁𝒂𝒃 = = 1.8𝑝𝑢
𝒁𝑪

𝒁𝒂 ∙𝒁𝒄 +𝒁𝒂 ∙𝒁𝒃 +𝒁𝒃 ∙𝒁𝑪


𝒁𝒂𝒄 = = 0.9𝑝𝑢
𝒁𝒃

𝒁𝒂 ∙𝒁𝒄 +𝒁𝒂 ∙𝒁𝒃 +𝒁𝒃 ∙𝒁𝑪


𝒁𝒃𝒄 = = 0.1774𝑝𝑢
𝒁𝒂

8
 On prend en considération seulement 𝒁𝒂𝒃 les réactances shunt n'ont pas une influence sur
la puissance active transmise P car les bobines influence (absorbe la puissance réactive Q).

𝑿𝒕𝒓 (𝒑𝒆𝒏𝒅) = 𝟏. 𝟖 𝒑 ,donc l'expression suivante de la puissance active P maximale:

|𝑬| ∙ |𝑽| 𝟏. 𝟏𝟕 ∙ 𝟏
𝑷𝒎𝒂𝒙𝟐 = = = 𝟎. 𝟔𝟓 𝒑. 𝒖
𝑿𝒕𝒓(𝒑𝒆𝒏𝒅) 𝟏. 𝟖
 Après de défaut :

En représente le schéma après de défaut comme suivant :

Figure 4:Schéma du réseau après de défaut

Après l’isolement (l’élimination) de défaut par l’ouverture des disjoncteurs aux deux
extrémités de la ligne n°2, la réactance équivalent entre le générateur et le jeu de barre n°2 (le
JB-infinie) est :

𝑿𝒕𝒓 (𝒂𝒑𝒓é𝒔) = 𝑿′𝒅 + 𝑿𝑻 + 𝑿𝑳𝟏 = 𝟎. 𝟑 + 𝟎. 𝟐 + 𝟎. 𝟑 = 𝟎. 𝟖 𝒑. 𝒖

|𝑬| ∙ |𝑽| 𝟏. 𝟏𝟕 ∙ 𝟏
𝑷𝒎𝒂𝒙𝟑 = = = 𝟏. 𝟒𝟔𝟐𝟓 𝒑. 𝒖
𝑿𝒕𝒓 (𝒂𝒑𝒓é𝒔) 𝟎. 𝟖

9
 On aura les expressions suivantes de la puissance active transmise P:
 Avant de défaut:
𝑷𝒂𝒗 = 𝟏. 𝟖 ∙ 𝒔𝒊𝒏 𝜹
 Pendant de défaut:
𝑷𝒑𝒆𝒏𝒅 = 𝟎. 𝟔𝟓 ∙ 𝒔𝒊𝒏 𝜹

 Après de défaut :

𝑷𝒂𝒑𝒓é𝒔 = 𝟏. 𝟒𝟔𝟐𝟓 ∙ 𝒔𝒊𝒏 𝜹

-Pour calculer l'angle interne de la machine à instant initial:

𝑑𝜹
X1=𝜹 X2=𝑋̇ 1 =
𝑑𝑡

d 2𝜹 f 0.8
Ẍ 2 = = ( )(𝑷𝒎 − 𝑷𝒆 (𝜹)) → 0.5 − 1.8 𝒔𝒊𝒏 𝜹 = 𝟎 → 𝜹𝟎 = 𝑎𝑟𝑐𝑠𝑖𝑛 (1.8) → 𝜹𝟎 =
dt2 H

0.4606 𝑟𝑎𝑑

IV. Partie pratique


Le montage dons MATLAB SIMULINK:

1-

10
1-Calcule des facteurs Kc , Kconv, Pmax2 et Pmax3 dans le schéma de
SIMULINK de la figure précédente:

 Données :
E=1.17 p.u, H=5 MJ/MVA, f=60 HZ, Xd’=0.3 p.u, XT=0.2 p.u, XL1= XL2=XL= 0.3 p.u ,

V=1.0 p.u, Pm=0.8 p.u, Temps final de simulation (2 à 4s).

𝝅 ∙ 𝒇 𝝅 ∙ 𝟔𝟎
𝑲𝒄 = = = 𝟑𝟕. 𝟔𝟗𝟗𝟏 ≈ 𝟑𝟕. 𝟕
𝑯 𝟓
𝟏𝟖𝟎
𝑲𝒄𝒐𝒏𝒗 = = 𝟓𝟕. 𝟐𝟗𝟓𝟕
𝝅
|𝑬| ∙ |𝑽| 𝟏. 𝟏𝟕 ∙ 𝟏
𝑷𝒎𝒂𝒙𝟐 = = = 𝟎. 𝟔𝟓 𝒑. 𝒖
𝑿𝒕𝒓 (𝒑𝒆𝒏𝒅) 𝟎. 𝟖
|𝑬|∙|𝑽| 𝟏.𝟏𝟕∙𝟏
𝑷𝒎𝒂𝒙𝟑 = = = 𝟏. 𝟒𝟔𝟐𝟓 𝒑. 𝒖
𝑿𝒕𝒓 (𝒂𝒑𝒓é𝒔) 𝟎.𝟖

2-analyse la stabilité pour une durée de défaut

a) pour 0.1s:

l'angle delta en fonction de temps


50

45

40
l'angle (Deg)

35

30

25

20

15
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
le temps

11
b) Pour0.2s:

l'angle delta en fonction de temps


70

60

50
l'angle (Deg)

40

30

20

10

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
le temps(s)

c) Pour 0.3s:

l'angle delta en fonction de temps


100

80

60
l'angle (Deg)

40

20

-20
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
le temps(s)

12
d) Pour 0.4s:

l'angle delta en fonction de temps


140

120

100

80
l'angle (Deg)

60

40

20

-20

-40
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
le temps(s)

e) Pour 0.5s:

l'angle interne enfonction de temps


2500

2000
l'angle(Deg)

1500

1000

500

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
le temps(s)

Interpretation:

On remarque que l’angle de stabilité du système augmente si on augmente la durée de défaut

 La durée entre 0.1s jusqu'à 0 .4s il y a une augmentation de tension (amplitude) le


système est stable dans cette période.
 La durée de 0.5s le system ton vers l’instabilité
Pour augmentation le temps de défaut le rotor va donc accélérer de sorte que l’angle
de puissance augmente, de 𝛿"0.1𝑠" à 𝛿"0.2𝑠" pour pouvoir fournir une puissance

13
supplémentaire a la charge. Cependant, l’accélération du rotor ne peut pas s’arrêter
instantanément, les oscillations de l’angle de rotor résultant vont ou s’amortir, et la
machine restera stable (0.1sec à0.4sec), ou diverger, et la machine deviendra instable
en perdant le synchronisme avec le système (cas t=0.5sec)
2) Le temps critique d’isolement de défaut (TCID) :

l'angle delta en fonction de temps


150

X: 0.412
Y: 96.82
100
l'angle(Deg)

50

-50
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2

le tepms(s)

Conclusion
Dans cette partie qui nous étudier avec MATLAB –SIMULINK on avoir par la variation
de la durée de défaut (la perturbation) (de 0.1s jusqu’à 0.5) le système vers la stabilité donc
la stabilité de système lors qu’il subit des perturbations brusques.

Selon l’étude et les résultats obtenus de ce TP on trouve que la marge de stabilité d’un
système dépende de la valeur de l’angle de stabilité 𝜹 et il y a un intervalle qui ne dépasse pas
pour garder la stabilité de système. Le dépasse de cette marges cause la perte de stabilité du
système. si nous devons déterminer la valeur TCID pour dimensionnement au moyenne de
protection selon le type de défaut.

14

Vous aimerez peut-être aussi