Vous êtes sur la page 1sur 5

Les jeux de l’ego et moi, et moi… (1)

Posté le 1 septembre 2010 par Laurent DUREAU

Plus le temps passe et plus on parle négativement de l’ego. Le pauvre, je ne voudrais pas être
à sa place car, plus le temps va passer et plus il va être démasqué. Lui qui a horreur d’être sur
la sellette !

L’ego à proprement parler est une partie de nous-même et, à ce titre, on ne peut le tuer. La
seule chose qu’on puisse faire c’est de le remettre à sa place car, depuis quelques millénaires,
il s’est arrangé pour emprisonner son opposant : le cœur…

Notre ego est devenu tellement fort qu’il en a créé un “opposant” virtuel qu’il manipule comme
il veut. En effet, vivant dans un monde de dualité dont il est un expert, notre ego a créé un
double (un clone) de son opposant traditionnel à l’intérieur de lui-même.

En effet, si vous ne voulez pas que les autres viennent à découvrir que l’ego est l’usurpateur, il
vous faut créer un faux concurrent ou opposant. Ainsi, le dictateur donne l’impression qu’il est
en démocratie. A ce titre, il ne peut donc être un dictateur par définition.

C’est à l’image de ce que l’on trouve actuellement en politique sur Terre. Prenez le pays le plus
dictateur du monde : les États-Unis d’Amérique. Sous l’apparence d’une démocratie modèle
(c’est pour ça qu’il veut l’impose aux autres – exemple : l’Irak), il est prêt à tout.

Pour protéger ses intérêts, les atouts qu’il possède ne sont pas la diplomatie mais les armes et
l’argent. Son objectif apparent est de vous faire du bien, mais le véritable objectif est de vous
mettre sous sa coupe afin de vous contrôler.

C’est donc l’une des principales stratégies de l’ego : vous contrôler quoi qu’il arrive, et
forcément pour son avantage bien sûr. Extérieurement, il vous écoute calmement mais,
intérieurement, il a lâché tous les chiens…

Pour ne pas me faire repérer, je ne vais pas nommer tous les organismes “secrets” qui ont pour
objectif de vous espionner afin officiellement de protéger “le peuple” qui lui veut vivre peinard…
Ainsi leur parti de gauche est en fait pour nous, occidentaux, un parti de droite ayant quelques
parfums de gauche mais rien de vraiment de gauche puisqu’au fond, la logique générale
c’est “chacun pour soi”.

Eh bien, notre ego joue sur le même registre : Tout pour lui-même tout en donnant l’illusion qu’il
joue dans l’intérêt de tous. Il parlera de paix, de fraternité, d’égalité mais, en réalité, il ne
connait que la guerre, l’égoïsme et la compétition.

A ce titre, l’ego est vu comme un, mais en fait il est composé de plusieurs parties. Il y a le
mental-ego, c’est-à-dire celui qui tire vraiment les ficelles, plus le reste qui est tout ce qu’il y a
autour.

Ce qu’il y a autour, c’est le décor dans lequel le mental-ego (l’acteur) peut jouer. Vous
comprenez alors que plus le décor sera important et complexe et plus l’acteur pourra
s’exprimer de multiples façons.

L’objectif donc est de mettre à la benne de plus en plus de décors afin d’obliger le mental-ego
à se mettre à poil. Or, quels sont les décors qui font que l’acteur peut continuer son jeu ?
Eh bien, ce sont toutes nos croyances…

Si vous pensez que pour être romantique, il faut aller à Venise et monter dans une gondole
pour déclarer votre amour à votre compagne, l’acteur que vous êtes va profiter de cela
pour “berner” ladite demoiselle…

Pour elle, vous lui aurez offert le top mais, en fait, cela n’est qu’une manipulation pour vous la
mettre dans la poche un tout petit peu plus que la normale. Et donc, à la première escapade
extra-conjugale, elle tombera d’encore plus haut…

En ôtant la croyance d’un voyage de noce à Venise, votre compagne se dira que vous
ne faites pas dans le top et, dès que vous aurez eu votre escapade, elle dira que c’est
normal puisque vous n’êtes pas top !

Voyez, la logique est simple ! Plus on vous mettra du décor et plus la manipulation sera
réussie. Dit autrement, plus ce sera “chiadé” à l’extérieur et plus vous serez piégé à
l’intérieur…

Je suis sûr que les dames ne vont pas être tout à fait d’accord et pourtant, c’est bien le principe
de l’illusion. Juste pour bien enfoncer le clou, je vais prendre un autre exemple : le restaurant.
Monsieur, tout rempli de ses espoirs de “conquérir” ou “d’obtenir les faveurs” de madame, va
tout faire pour faire croire qu’il n’y a qu’elle qui décidera si oui ou non elle est d’accord… Flatter
l’ego est donc la 1ère stratégie pour arriver à ses fins “matérielles”.

On va en Irak pour installer la démocratie parce qu’un dictateur y fait des choses pas bien, mais
au final c’est d’abord le pétrole qu’on veut…
Donc, invitez madame dans un truc en rapport avec sa “classe”, voire un tout petit peu au-
dessus (c’est préférable), et vous aurez planté le décor pour faire vos petites affaires…
Je sais, mesdames, ça va vous mettre en boule, et pourtant on ne peut pas dire que c’est faux.
C’est seulement qu’une de vos croyances est sur la sellette, d’où quelques réactions plus ou
moins virulentes de votre part.

Mais maintenant, si vous voyions la chose sous un autre angle. Préféreriez-vous un mec qui
vous regarde droit dans les yeux et qui vous dit du fond de ses tripes toute la vérité sur son
envie de vous taquiner le pistil, ou celui qui va tourner autour du pot en vous emmenant au
resto dans l’espoir de vous avoir ?

Préférez-vous le direct, franc et sincère ou plutôt le serpentant dont vous saurez tout
des intentions mais rien de ses véritables sentiments ? Bien sûr, vous pouvez rêver d’avoir
quelqu’un de franc qui vous invite au resto… Là, c’est la classe !

Je veux simplement vous démontrer par cet exemple que, pour arriver à ses fins, il y a
plusieurs manières de faire : celle qui est transparente et celle qui est opaque. Quand c’est du
transparent, ça va plus vite et on sait où est la vérité, alors que quand c’est opaque, la vérité est
plus dure à trouver !

Notre mental-ego a donc besoin d’avoir beaucoup de décors (nos croyances) pour faire
ses petites affaires en douce tout en affichant exactement l’opposé.

Donc, en flinguant nos croyances, nous allons alors obliger notre mental-ego à se découvrir. Le
pauvre, il n’a surtout pas envie de ça sinon il sait qu’il va être détrôné, et donc se retrouver dans
un rôle subalterne…

Le vrai roi (ou reine) c’est votre cœur, et celui-ci n’y va pas par 4 chemins puisqu’il n’en a
qu’un ! Il est tellement simple dans son fonctionnement qu’aucun décor n’est nécessaire. Il EST,
tout simplement.

Alors, au lieu d’inviter au resto pour ensuite faire crac-crac, il commencera par le crac-crac pour
ensuite aller au resto pour cause de faim sérieuse suite à efforts conséquents… Bien sûr, un
petit encas peut être pris avant pour ceux qui prévoient des ébats plus dynamiques et vigoureux
dès le début… Ça a du bon l’anticipation !

En cela, je veux dire que dans le Nouveau Monde, c’est votre véritable intention qui se
verra tout de suite, alors commencez à agir dès maintenant comme si vous y étiez. Virez tous
les décors manipulatoires…

Or, savez-vous quel est le plus grand décor jamais imaginé par notre ego ? C’est celui de son
chef, de son concurrent véritable : le cœur ! C’est comme pour le parti de gauche américain, il
est à gauche de la droite mais n’est pas de gauche.

Ainsi, dans la majorité des cas, quand votre mental-ego domine toujours la situation, ce
que vous prenez pour l’espace du cœur n’est tout simplement pas votre véritable cœur
mais le décor qui lui ressemble.

Vous pensez être à Venise et, en fait, vous êtes dans un studio à Hollywood quasiment en
plein désert. C’est ainsi que l’on voit tant de personnes parler du cœur alors que leur moindre
comportement dénote d’abord d’un ego omniprésent.

Le cœur est simplicité dans son expression comme un enfant, alors dès que vous voyez que
c’est nettement plus sophistiqué, vous savez que vous êtes à côté de la plaque.

Dès que vous promettez fidélité éternelle ainsi qu’amour éternel au futur conjoint-partenaire,
sachez que vous êtes à Hollywood. Parce que le véritable cœur se fout du passé et de l’avenir
puisqu’il est dans l’instant présent.

Nous savons tous que nous racontons des mensonges parce qu’ils nous plaisent et
qu’on veut y croire. C’est bien là la preuve que nous nous manipulons nous-même, alors,
comment voulez-vous être heureux(se) avec ça si déjà, dès le départ, vous vous racontez des
histoires !

Au sein du véritable cœur, il n’y a aucune promesse car il n’y a aucune croyance, aucun
décor et rien à manipuler. Il y a seulement l’évidence de ce qui est, de ce qui vibrationne et se
vit à l’instant présent en toute liberté.

L’ego n’est jamais direct par nature. Il ne peut regarder en face droit dans les yeux sans
éprouver la peur de se faire démasquer. Bien sûr, il y a des pro du mensonge et qui ont
l’aplomb suffisant car pour eux c’est un jeu très jouissif et “macho”.

Par contre, lui, le cœur regarde toujours en face, droit dans les yeux, car il ne craint pas de
perdre la face. Il n’a rien à cacher car il est ce qu’il est. Il ne peut avoir peur puisqu’il n’y a
aucune manipulation à découvrir.

L’ego, parce qu’il est l’imposteur qui n’est pas à sa véritable place, cherchera toujours à se
justifier. Il voudra prouver (bien malgré lui) qu’il est la personne la plus adaptée à ce poste et
qu’il le mérite.

Le cœur, lui, il s’en fout de tout ça car il est. Il n’a rien à justifier et encore moins à vous
apporter les preuves qu’il vous aime. Il est direct parce qu’il vit la chose, tout simplement.

L’ego veut démontrer, par ses connaissances, ses savoirs, ses diplômes, ses expériences et
parce qu’il a des certitudes. Parce qu’au fond, il n’en est pas véritablement sûr. Il y a toujours
un doute, et cela l’amène souvent à devenir “borné” dans ses conceptions car il a forcément
raison !
Le cœur, puisqu’il a un accès direct à l’intelligence universelle, ne s’embarrasse d’aucunes
considérations pour être ce qu’il est. Il n’a rien à prouver, rien à démontrer, et il accepte
ce qui vient comme ça vient. Si ça résonne, il suivra et si ça résonne pas il poursuivra son
chemin.
L’ego sera donc souvent sur la sellette car en lui l’ignorance règne. Ceci est dû au fait qu’il n’est
pas directement relié à l’intelligence Universelle et il le sait. Il a donc peur de se faire avoir, de
se faire arnaquer, de se faire découvrir.

Le cœur, lui, est à mille lieux de se faire mettre à jour car il ne joue aucun jeu. Quand on
ne ment jamais, on ne peut être un jour mis en face de ses mensonges. C’est simple et hyper
reposant pour l’esprit ! Aucune mémoire à avoir… d’où cette facilité d’être dans l’instant présent
en pleine spontanéité !

Ainsi, l’ego n’a pour alternative que de diviser les choses pour mieux régner. Car plus cela
sera parcellaire et emprisonné dans des tiroirs conceptuels et plus il sera difficile de cerner son
mensonge.

D’ailleurs, l’ego n’a de cesse de trouver des références extérieures (des sages, des
enseignements, des scientifiques, des experts, des organisations,…) pour se justifier car,
intérieurement, c’est du vide.

Il ne trouve son chemin qu’en empruntant le chemin des autres. A coups de références
indéniables, il bâtit son histoire, son ou ses rôles parmi de multiples décors. Il peut tout justifier,
même ses comportements les plus bizarres.

Ça, c’est dû à telle émotion quand il avait tel âge. Ça, c’est dû à ses parents qui l’ont
maltraité. Ça, c’est dû à… On peut continuer la liste indéfiniment, mais il n’est jamais le
responsable. Et puis, s’il n’arrive plus à trouver de raisons, c’est forcément karmique !

Dit autrement, l’ego est fondamentalement insatisfait. Il lui manque toujours un truc pour
que tout aille bien. L’ego est donc toujours à la recherche d’un mieux, d’un meilleur. Il a donc
besoin d’emprunter des chemins, de faire des essais, de se rassurer qu’il est sur le chemin
de l’éveil…

Le cœur se satisfait de ce qui est. Il ne juge de rien et il suit son propre chemin tout
benoitement. Il se sent donc libre d’être ce qu’il est, sans avoir aucun complexe puisqu’il
est ce qu’il est…

Laurent DUREAU

Source : (4D5D – L’Aventure 2012) http://4d5d.fr