Vous êtes sur la page 1sur 2

A - La période d’essai (art/13et14)

Le travailleur recruté observe une période d’essai. La période d'essai permet à


chaque partie de rompre le contrat de travail, sans préavis ni indemnité ; elle peut
être renouvelée une seule fois. Sa durée est fixée par le Code du travail à trois mois
pour les cadres (contremaîtres, agents de maîtrise, directeurs…), à un mois et demi
pour les employés et à quinze jours pour les ouvriers.

En ce qui concerne les contrats à durée déterminée, la période d'essai ne peut


dépasser:

• une journée au titre de chaque semaine de travail dans la limite de deux semaines
lorsqu'il s'agit de contrats d'une durée inférieure à six mois ;

• un mois lorsqu'il s'agit de contrats d'une durée supérieure à six mois.

Toutefois, après une semaine de travail, la rupture de la période d'essai non motivée
par faute grave du salarié, est subordonnée aux préavis suivants :

• 2 jours s'il est payé à la journée, à la semaine ou à la quinzaine

• 8 jours s'il est payé au mois.

Après l'expiration de la période d'essai, le salarié licencié sans faute grave, doit
bénéficier d'un délai de préavis d’au moins huit jours.

Des périodes d'essai inférieures à celles mentionnées ci-dessus peuvent être prévues
par le contrat de travail, la convention collective ou le règlement intérieur.

B. La formation du contrat du travail

Le contrat de travail est la convention par laquelle un travailleur s’engage à


prêter ses services personnels à un employeur, sous la subordination
juridique de celui-ci, en contrepartie d’une rémunération (salaire).
La validité du contrat de travail est subordonnée aux conditions
relatives au consentement et à la capacité des parties à contracter ainsi
qu'à l'objet et à la cause du contrat, telles qu'elles sont fixées par le DOC
et en cas de conclusion par écrit, le contrat de travail doit être établi en
deux exemplaires revêtus des signatures du salarié et de l'employeur
légalisées par l'autorité compétente. Le salarié conserve l'un des deux
exemplaires (art 15).
Les types de contrat de travail
(Article 16) Le contrat de travail est conclu pour une durée
indéterminée(CDI), pour une durée déterminée(CDD) ou pour accomplir
un travail déterminé. (CDT)
Le contrat de travail à durée déterminée CDD peut être conclu dans
les cas où la relation de travail ne pourrait avoir une durée indéterminée
Le CDD ne peut être conclu que dans les cas suivants :
1. le remplacement d'un salarié par un autre dans le cas de
suspension du contrat de travail de ce dernier, sauf si la
suspension résulte d'un état de grève ;
2. l'accroissement temporaire de l'activité de l'entreprise ;
3. si le travail a un caractère saisonnier.
Le CDD peut être conclu dans certains secteurs et dans certains cas
exceptionnels fixés par voie réglementaire après avis des organisations
professionnelles des employeurs et des organisations syndicales des
salariés les plus représentatives ou en vertu d'une convention collective
de travail.
Lors de l'ouverture d'une entreprise pour la première fois, ou d'un nouvel établissement au sein
d'une entreprise, ou le lancement d'un nouveau produit pour la première fois et Dans les secteurs
autres que le secteur agricole le CDD peut être conclu pour une période maximum une année
renouvelable une seule fois, après cette période le CDD devient un CDI.

Toutefois le contrat conclu pour durée maximum d'une année devient un contrat indéterminé si il est
maintenu au-delà de sa durée

Dans le secteur agricole le CDD peut être conclu pour une durée de 6 mois renouvelable à condition
que la durée du contrat conclu ne dépasse pas deux ans le contrat devient par la suite un CDD