Vous êtes sur la page 1sur 2

La méchanceté n’appartient pas au registre de la délinquance et du droit, elle est un

attribut moral qui, par définition, excède toute forme d’expertise et de


quantification. 11

Échanger la clinique contre la morale n’est pas forcément un gain. 12


Un acte illégal ou criminel est jugé non pas en fonction de l’intention qui l’anime,
mais au regard de la loi établie à laquelle il contrevient, ce qui implique une
comparaison entre la matérialité de l’acte (un crime, par exemple) et le code pénal.
L’acte pervers ou sadique, lui, renvoie à toute une série de déterminations
psychique qui s’expriment certes dans des actes mais qui qualifient surtout des
formes de désir. Le juge sanctionne des actions, le psychanalyste diagnostique des
pulsions. Ici et là, on évalue mais sans porter de jugements moraux. 13
Le concept de caractère est beaucoup plus ancien que cela. Il renvoie au moins à
l’idée grecque d’êthos, c’est-à-dire un mode d’être de l’individu qui se reflète dans sa
manière d’agir, et qui est l’expression d’une habitude, d’une disposition éthique. 16
L’habitus est une disposition prise par l’âme dont la tendance consiste à répéter les
mêmes raisonnements et à produire les mêmes délibérations. De sorte que plus un
individu agit méchamment plus il devient méchant. 17
Le méchant est une figure scandaleuse pour la philosophie : il persiste dans le mal
en dépit de la supériorité du bien. Il est un démenti vivant au pouvoir de la
raison.20
Ce qui est important ici, c’est que la méchanceté prend un caractère de destin. Ce
n’est pas tant une question de choix singulier en faveur de telle question, que la
pente spontanée d’une volonté qui ne connaît pas de limites. 21

La méchanceté est du côté de l’inertie, la bonté de l’initiative. 22


Dire que l’homme méchant veut le mal volontairement, cela revient à placer le mal
sur le même plan que la sagesse en lui conférant quelque chose de désirable. 26
Platon ne peut admettre qu’il y ait autant d’être dans le mal que dans le bien. Cette
conclusion est tout simplement impensable pour une philosophie intellectualiste
comme celle de Socrate, pour qui l’être est identique au bien, et pour qui le mal doit
être pensé comme un ratage, un détour, un oubli par rapport à ce qui est
fondamental, à ce qui a véritablement de l’existence et qui ne peut être que
moralement et métaphysiquement positif à savoir le bien. 27
Un être profondément corrompu n’accepterait pas le préalable de la philosophie,
qui est le choix en faveur du rationnel, donc du bien. 31

Le vrai et le bien […] sont corrélés. Les hommes les recherchent naturellement,
autrement dit, s’ils ne les atteignent pas, c’est qu’ils cherchent dans la mauvaise
direction. 32
L’erreur, la méchanceté, la tyrannie sont des déviations non pas de la volonté mais
de la raison, et seule la philosophie peut réorienter notre désir naturel vers sa cible
adéquate. 33
Le totalitarisme produit de la désolation dans la mesure où il arrache les individus à
la conscience de partager les mêmes expériences. La désolation est pire que la
solitude car elle empêche d’entretenir un rapport critique avec soi. 44
Adhérer pleinement à un système terminologique ou à un système de valeurs
sociales sans prendre avec lui la distance nécessaire constitue une forme de
déresponsabilisation choisie. 48
Une volonté méchante est une volonté qui fait sécession avec l’altérité – que ce soit
le monde, Dieu ou les autres – pour ne vouloir que soi. 73
[Pour Spinoza], le méchant, si l’on veut garder le terme, est celui qui retourne
contre le monde une passion qui, originairement, prétendait l’accueillir. 105
La conception spinoziste nous invite à l’indulgence parce qu’elle substitue
l’explication au jugement. 107
Ce type de genèse permet d’envisager que la méchanceté s’apparente à un régime
passionnel et psychique susceptible de soins plutôt que de jugements. 108
Le point d’origine du mal moral est insondable car il s’identifie à un choix dont
aucune raison ne peut rendre compte pleinement. C’est bien pourquoi pour lutter
contre la méchanceté, il faut déjà avoir renoncé à l’expliquer. 143