Vous êtes sur la page 1sur 7

Sécurité dans les Opérations

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX


H2 -14
PIQUAGE EN CHARGE ET OBTURATION
Ingénieurs en
Sécurité Industrielle

I- PIQUAGE EN CHARGE............................................................................................................ 1

II - OBTURATEURS “STOPPLE” ................................................................................................... 5

Ce document comporte 7 pages

SE TRA - 02998_A_F - Rév. 0 23/11/2005


© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
1

H 2 -14
I- PIQUAGE EN CHARGE
a - Définition

Il s’agit d’un “branchement sur un équipement en service” (capacité, canalisation).

Cette opération doit être considérée comme exceptionnelle.

Elle comprend deux phases principales :

- soudage d’un piquage sur la tuyauterie ou l’équipement en service


- perçage de la tuyauterie ou de l’équipement à l’aide d’une machine.

Ce procédé permet de réaliser des connexions de dérivations, d’isoler un tronçon ou un équipement en


utilisant un outillage complémentaire qui permet d’obturer une tuyauterie en service.

La mise en oeuvre de ces procédés ne semble pas trop complexe dans son principe, cependant, l’étude des
conditions de soudage de piquage, de perçage de l’équipement et éventuellement de l’obturation, le respect
des procédures opératoires se sont souvent révélées déterminantes pour la réussite de l’opération.

On peut classer les conditions opératoires en cinq catégories correspondant aux limites d’emploi de ces
procédés qui sont liées soit :
- à l’encombrement et aux performances des machines à percer et obturer. Elles s’expriment
en termes de pression, température, du produit présent dans l’équipement et en terme de
taille, épaisseur, matériau de l’équipement
- à la dispersion de la chaleur produite par soudage et perçage. Elles imposent des
conditions de débit
- au matériau constitutif de l’équipement qui peut être affecté au moment du soudage
(fragilisation) sachant qu’aucun traitement thermique n’est possible
- à une possible réaction du produit contenu dans l’équipement à la chaleur occasionnée par
le soudage et le perçage (exemple des produits instables à la chaleur ou détonnants)
- aux risques de fuite vers l’intérieur de l’équipement (équipement sous vide) ou vers
l’extérieur lorsque l’équipement contient des produits toxiques

Il y a donc des limites d’emploi. La préparation détaillée d’une telle opération est indispensable, sachant
qu’une fois engagée il n’y a pas de solution de repli.

b - Conditions d’exécution
Conditions spécifiques de marche à maintenir dans la ligne pendant le perçage :

- débit
- pression
- température
• Assurance d’un débit continu pendant l’opération
• Pas d’entrée d’air possible et ligne pleine de fluide
• Mise à disposition des équipements de protection contre l’incendie :

- extincteurs
- présence pompiers
• Présence d’un surveillant de travaux
• Définir les issues de secours
• Opérations d’urgences connues par tous les intervenants

02998_A_F
© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
2

H 2 -14
Cas particulier des réservoirs :

- pas d’agitation pendant l’opération, ni de pompage ou de remplissage

- le niveau de liquide doit être supérieur de deux mètres au dessus du piquage

Applications :

- matériaux : différents aciers, bétons, plastiques

- tuyauteries : Onshore, Offshore, réseaux et distributions, raffineries, sites pétrochimiques,


centrales électriques, lignes de vapeur…

- spécifications (d’après doc. TD Williamson)

- Diamètre maxi : 102 pouces (2550 mm)


- Pression opératoires maxi : 220 PSI (150 bars)
- Température maxi : 700 °F (370°C)

D MEQ 1891 A

Piquage en charge

02998_A_F
© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
3

H 2 -14
c - Réalisation
- préfabrication du piquage et contrôle de sa verticalité
- vérification de l’ouverture totale de la vanne et de son étanchéité (épreuve préalable)
- mesure d’épaisseur à l’endroit du piquage
- si nécessaire, analyse d’un échantillon de métal
- soudage du piquage et des renforts
- épreuve du piquage et des renforts
- mise en place de la machine, vanne ouverte
- perçage
- dégagement de la machine et fermeture de la vanne
- démontage de la machine
- si la connexion n’est pas faite immédiatement pose d’une bride pleine sur le piquage

Système hydraulique de commande

Corps étanche

Arbre d'entraînement

Adaptateur de vanne
Fraise de perçage

Foret pilote

Vanne

Tube
Piquage
D MEQ 1882 A

Piquage en charge décomposé

02998_A_F
© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
4

H 2 -14
Adaptateur

Barre de perçage

Vanne
Piquage

Coupon Fraise

Tube

D MEQ 1893 A
Foret pilote

Soudure du piquage sur la tuyauterie Installation d'une vanne sur le piquage

1 2

Soudage
Vanne

Une machine "hot tap" perce la tuyauterie Après la fermeture de la vanne et dépose de
à travers la vanne la machine "hot tap", la nouvelle ligne est connectée

3 4

Perçage Connexion
D SEC 1064 R

Opérations de branchement sur équipement en service


1- Soudure du piquage sur la tuyauterie
2- Installation d’une vanne sur le piquage
3- Une machine “hot tap” perce la tuyauterie à travers la vanne (voir schéma ci-dessus)
4 - Après fermeture de la vanne et dépose de la machine “hot tap” la nouvelle ligne est
connectée

02998_A_F
© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
5

H 2 -14
II - OBTURATEURS “STOPPLE”
Par l’intermédiaire d’un parallélogramme et d’un obturateur mécanique, ils permettent l’obturation.

Ils sont mis en place sur un piquage adapté :

- laissé à demeure (exemple : réseau torche) et muni d’un robinet-vanne d’isolement ou d’un
bouchon

- crée pour la circonstance (soudage et perçage en charge)

Vérin hydraulique

P P

Principe de fonctionnement
Tête de l'obturateur

Vanne sandwich
ou robinet vanne

TRAVAIL EN
SÉCURITÉ !
P

Piquage
stopple
Obturateur (mécanique,
D MEQ 1156 A

gonflable, plâtre…)
éventuel pour améliorer l'étanchéité

Mise en place de l'obturateur Mise en place d'un bouchon


stopple après dépose de l'obturateur
(d’après doc. T.D. WILLIAMSON)

02998_A_F
© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
6

H 2 -14
Ces obturateurs sont disponibles :

- du DN 6 au DN 2440 (1/4” à 96”)

- pour des pressions jusqu’à 150 bars

- pour des températures jusqu’à 340°C

Ils permettent différentes facilités d’obturation/

L’exemple ci-dessous illustre le remplacement d’une portion de tuyauterie.

Bypass
temporaire

D SEC 1109 A

02998_A_F
© 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training

Vous aimerez peut-être aussi