Vous êtes sur la page 1sur 1

Edition du 24 novembre 2011

CA SENT LE ROUSSI POUR DUPIN BOIS


De notre correspondant à Senlecques, (62).

La scierie familiale Dupin Bois a été victime hier d’un incendie dont l’origine reste
encore inconnue. Une enquête de gendarmerie est en cours pour en déterminer les
causes.
Les dégâts sont énormes pour l’entreprise : 75% de son exploitation forestière a
brûlé, tout comme 50% de l’usine attenante.

L’entreprise, qui n’importait qu’à hauteur de 40% de sa production (grâce à son


exploitation forestière), se trouve désormais dans une position délicate, avec une
chaîne de production partiellement détruite et un chômage technique qui plane sur
les employés.

Dupin Bois doit aussi affronter la colère des riverains de son domaine, dont les
propriétés n’ont pas été épargnées par cet incendie, et qui réclament explications et
dédommagements.

Un des voisins de longue date de l’entreprise nous confiait ce matin son inquiétude
quant aux conséquences de cet incendie sur la santé des proches riverains. On sait
que le gardien de l’usine est pour l’heure toujours en observation à l’hôpital de
Boulogne sur Mer. Le cabinet du médecin généraliste de la commune de Senlecques
a par ailleurs reçu de nombreuses visites de riverains atteints de vertiges et de
quintes de toux.

Une autre affaire pourrait bien venir noircir le tableau de cette entreprise familiale. La
société Vernicolor, leader des peintures et vernis de protection du bois et fournisseur
de la scierie Dupin Bois, a rappelé aujourd’hui une gamme entière de ses produits. Il
semblerait que ceux-ci ne portaient pas la petite fleur synonyme d’écolabel
européen. Cette certification garantit l’absence de tout produit nocif pour la santé. Il
se trouve que ces produits contenaient de l’éther de glycol, substance toxique
provoquant des affections respiratoires. Ces peintures et vernis ont été vendus et
utilisés en grandes quantités par de nombreuses scieries, et notamment par Dupin
Bois.

Dupin Bois étant un fleuron de la filière bois dans la région, touchons du bois pour
que cette entreprise familiale se sorte de cette situation délicate !