Vous êtes sur la page 1sur 105

REPUBLIQUE TUNISIENNE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE


SCIENTIFIQUE

Direction des études technologiques

ISET DE NABEUL

LICENCE APPLIQUEE EN

GENIE MECANIQUE
Support de cours -version II- janvier 2014.

Semestre 5

M’HEMED SAMIR
Département GM Production 2- sommaire

Sommaire

CH-I. Introduction à la FAO ...................................................................................... 7

1. Introduction....................................................................................................... 7

2. La chaîne numérique. ..................................................................................... 7

3. Logiciels de FAO : ............................................................................................ 8

3.1. Les logiciels du domaine amateur : ........................................................ 9

3.2. Les logiciels du domaine professionnels :............................................... 9

4. Liaison CAO- FAO .......................................................................................... 10

5. Liaison FAO-CN ............................................................................................... 11

5.1. Commande numérique : ........................................................................ 11

5.2. Trajectoires en format "machine" : ........................................................ 12

5.3. Trajectoires en format neutre : ............................................................... 12

5.4. Post-Processeur : ....................................................................................... 13

5.5. Mode de Transfert .................................................................................... 13

6. Simulation du code CN généré par le PP .................................................. 14

7. Travaux dirigés ................................................................................................ 15

7.1. TD1 .............................................................................................................. 15


Département GM Production 2- sommaire

7.2. TD2 .............................................................................................................. 16

CH-II. Stratégies FAO en fraisage ..................................................................... 17

1. Introduction..................................................................................................... 17

2. Cinématique des MOCN .............................................................................. 18

3. Choix d’une machine en fonction de l’usinage d’une pièce ............... 20

4. Stratégie d’usinage en fraisage .................................................................. 22

4.1. Stratégie deux axes et demi .................................................................. 23

4.2. Stratégie Trois axes ................................................................................... 27

4.3. stratégie 4 axes......................................................................................... 29

4.4. Stratégies Cinq axes ................................................................................ 32

5. Travaux dirigés ................................................................................................ 36

5.1. TD 1 ............................................................................................................. 36

5.2. TD 2 ............................................................................................................. 37

5.3. TD 3 ............................................................................................................. 38

5.4. TD 4 ............................................................................................................. 39

CH-III. Stratégies FAO en tournage ................................................................... 40

1. Introduction..................................................................................................... 40

2. Les axes en tournage .................................................................................... 40


Département GM Production 2- sommaire

3. Influence du positionnement sur le choix des stratégies ......................... 41

4. Stratégies 2 axes............................................................................................. 43

4.1. Tournage ébauche.................................................................................. 44

4.2. Défonçage................................................................................................ 45

4.3. Filetage ...................................................................................................... 46

4.4. contournage ............................................................................................. 46

5. Stratégie 3 axes. ............................................................................................. 47

5.1. Centrage/ perçage radial ..................................................................... 48

5.2. vidage de poche axiale ......................................................................... 48

6. Stratégies multiaxes ....................................................................................... 49

6.1. Ébauche sur 2 ........................................................................................... 50

6.2. Centrage perçage radial ....................................................................... 51

6.3. Poche radial.............................................................................................. 52

7. Travaux dirigés ................................................................................................ 52

7.1. TD1 .............................................................................................................. 52

7.2. TD2 .............................................................................................................. 53

CH-IV. Tournage fraisage : Mill Turn ................................................................... 55

1. Les machines multifonctions ........................................................................ 55


Département GM Production 2- sommaire

2. Les stratégies de fraisage-tournage ........................................................... 57

3. Travaux dirigés ................................................................................................ 57

3.1. TD 1 ............................................................................................................. 57

3.2. TD 2 ............................................................................................................. 61

CH-V. Procédés d’usinage non conventionnel .............................................. 62

1. Introduction..................................................................................................... 62

2. Electroérosion ................................................................................................. 62

2.1. Principe physique de l’usinage par électroérosion ............................ 63

2.2. Machines EDM .......................................................................................... 64

2.3. Asservissement des axes ......................................................................... 67

2.4. Applications .............................................................................................. 67

3. Découpe laser ................................................................................................ 68

3.1. Asservissement des axes ......................................................................... 68

3.2. Applications .............................................................................................. 68

4. Découpe à jet d’eau .................................................................................... 68

4.1. Asservissement des axes ......................................................................... 70

4.2. Applications .............................................................................................. 70

CH-VI. Références bibliographiques ................................................................. 71


Département GM Production 2- sommaire

CH-VII. DS et examens .......................................................................................... 73

1. DS : de FAO Novembre 2010 ....................................................................... 73

2. Examen FAO janvier 2011 ............................................................................. 75

3. DS de FAO, Novembre 2011 ....................................................................... 80

4. Examen : de FAO janvier 2012 ..................................................................... 83

5. DS : de FAO Novembre 2012 ....................................................................... 88

6. Examen FAO janvier 2012 ............................................................................. 92

7. DS : de FAO Novembre 2013 ....................................................................... 97

8. Examen FAO janvier 2014 ............................................................................. 99


Département GM Production 2- chapitre 1

CH-I. Introduction à la FAO

1. Introduction

Depuis les débuts de la DAO (Dessin Assisté par Ordinateur), tel qu’Autocad,

le langage Lisp intégré a permis le développement d'applicatifs FAO très limités

comme Efi-CN par exemple. Le volume de la pièce peut être uniquement limité par

de profils en 2D situés à des altitudes différentes. Cette façon de faire permet de

travailler en 2 axes et demi (fabrication de pièces prismatiques).

Quand l'approche 3D et ses modeleurs sont apparus ( SolidWork, SolidEdge,

Inventor, Euclide, Catia, Proengeneer, Topsolid), Le volume de la pièce à usiner

peut être limité par de surfaces en 3D. Avec ce type de fichier on peut modéliser

des pièces qui seront usinées en 3 axes simultanés. La volonté de choisir un produit

CFAO et non CAO est devenue une évidence.

2. La chaîne numérique.

Dans le cadre d’une bonne compétitivité industrielle, une des meilleures

stratégies actuelles est certainement la qualité de nouvelles familles de pièces aussi

complexes que variées. La chaîne numérique CFAO s’affirme comme une solution

pour l’industrie manufacturière d’aujourd’hui. Elle permet de faire des simulations,

puis des prévisions, et enfin de suivre la production afin de réagir en cas de dérives

au niveau du cycle de vie du produit.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 7


Département GM Production 2- chapitre 1

Les logiciels de FAO utilisent la géométrie de la pièce à usinée générée en

CAO. Sur ces logiciels une session d'usinage consiste pour l'essentiel en la sélection

des surfaces à usiner, le choix des outils, la définition de la méthode d'usinage et

des paramètres de coupe. Les risques d'erreurs de report de données sont éliminés,

le gain de temps est important particulièrement pour les pièces complexes.

Dans sa version générale, un processus de fabrication automatisé qui

s’intègre dans la chaine numérique CFAO peut être représenté come suit :

Fig. 1 Processus de fabrication automatisé ou FAO

3. Logiciels de FAO :

C'est le logiciel qui s’appui sur la modélisation de la pièce pour créer des

trajectoires d'usinage adaptées à ce que l'on souhaite faire.

Tous les logiciels ne proposent pas les mêmes stratégies d'usinage. Certains

sont très automatisés et les choix restant à faire sont très peu nombreux. Le temps

gagné est conséquent mais les possibilités restent restreintes. C'est le cas du logiciel

CNFraise. Il est quasi exclusivement destiné au détourage et est très optimisé en ce

M’HEMED SAMIR 08/01/14 8


Département GM Production 2- chapitre 1

sens. Il ne pourra pas être mis à contribution pour faire de l'usinage en 3 axes

simultanés. D'autres logiciels sont plus complets en termes de stratégies d'usinage

et permettent de mieux maîtriser le travail de la machine dans le domaine

industriel.

3.1. Les logiciels du domaine amateur :

Ce sont des logiciels simples et destinés à faire fonctionner des machines du

type "amateur". On cite quelques logiciels :

o CNFraise : FAO détourage 2 axes et demi

o Ninos : CFAO usinage 3 axes

o KellyCAM : interprétation de code ISO (interface très typée Windows)

o CNC v2 : interprétation de code ISO (interface très proche des


commandes numériques professionnelles)

o Mach2 / Mach3 : interprétation de code ISO (idem CNC v2), très performant
mais prix assez élevé

3.2. Les logiciels du domaine professionnels :

Les plus connus sont :

o CATIA : FAO 5 axes

o TOPSOLID (Top Cam) : FAO 5 axes

o MASTERCAM: FAO 5 axes

o OPEN MIND: hyper Mill, hyper Turn

o DELCAM : Power Mill

M’HEMED SAMIR 08/01/14 9


Département GM Production 2- chapitre 1

4. Liaison CAO- FAO

Lorsque la conception CAO est achevée, il est nécessaire de générer à l'aide

d'un logiciel FAO les trajectoires d'outils afin que la MOCN effectuer l'usinage requis.

Il existe alors deux types d’approches possibles :

o soit l'emploi d'un format natif commun au module de CAO et de FAO

o ou l'emploi d'un format neutre normalisé.

Dans le premier cas, le logiciel de FAO est intégré au logiciel de CAO utilisé

pour la conception, ce qui permet de lire la géométrie à usiner directement à partir

d'un fichier au format natif du logiciel utilisé pour la conception. Les caractéristiques

à usiner sont ainsi transférées à partir du format natif du logiciel au module FAO, ce

qui permet d'associer les opérations d'usinage aux caractéristiques de la pièce.

Cette approche permet notamment l'obtention d'une associativité entre les trajets

d'outils et la géométrie de la pièce. Une modification des dimensions de la pièce

ou de sa géométrie dans le module CAO sera immédiatement répercutée sur les

trajectoires d'outils qui seront mises à jour afin de refléter les changements apportés

à la pièce.

Bien que ce type de cheminement d’informations entre les modules CAO et

FAO ne présente pas de problèmes d'intégration, il peut dans certains cas

comporter des désavantages. En effet, les efforts de développement d'une telle

plate-forme CFAO sont distribués sur les différents modules du logiciel et ne sont pas

uniquement axés sur l'évolution des stratégies d'usinage et la qualité des

algorithmes de génération de trajectoires d'outils. Certains logiciels sont toutefois

orientés purement vers la génération de trajectoires d'outils et offrent parfois des

capacités supérieures en ce domaine que les plateformes CFAO.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 10


Département GM Production 2- chapitre 1

L'utilisation de logiciels axés sur la FAO représente le deuxième type de

cheminement CAO-FAO possible. La géométrie à usiner sera donc créée dans un

logiciel de CAO performant, puis elle sera transférée au logiciel de FAO par

l'entremise d'un format neutre.

Toutefois, l'utilisation de ces formats standardisés de transfert fait en sorte que

l'ensemble des caractéristiques composant la pièce est perdu. Seules des

représentations filaires, surfaciques ou solides sont transférées. De plus, cette

représentation risque de nécessiter fréquemment des réparations de surfaces ou ne

représente pas avec exactitude le modèle de départ.

De plus, cette approche n'est pas propice aux modifications de la géométrie

de la pièce ou des dimensions. En effet, tout changement exige une modification

du modèle dans le système de CAO qui doit de nouveau être transféré par un

format neutre au logiciel FAO. Puisqu'il n'existe pas d'associativité entre les surfaces

et les trajectoires d'outils lors du transfert par format neutre, les trajectoires d'outils

doivent être de nouveau définies en entier.

5. Liaison FAO-CN

5.1. Commande numérique :

La commande numérique est paramétrée en fonction de la machine qu'elle

commande, chaque commande numérique est donc spécifique...

On ne parlera ici que de la partie logicielle de la commande numérique.

C'est cette partie qui décrypte le programme et en déduit les mouvements ou

suites de mouvements à faire. Chaque commande numérique possède son propre

M’HEMED SAMIR 08/01/14 11


Département GM Production 2- chapitre 1

vocabulaire. Si on prend par exemple une fonction d’ébauche paraxial G68 qui

existe dans le vocabulaire de la machine OMAP qui équipe notre parc machine

commande numérique. Cette fonction n’existe pas dans le vocabulaire de la

machine T2 du même parc.

5.2. Trajectoires en format "machine" :

Trajectoires exprimées dans un langage décryptable par la commande

numérique. Le langage de programmation le plus courant est le langage ISO

(souvent nommé G-code ou M-code), mai ils existent d’autres langages tels que

Fanuc ou Fagor….

Un examen attentif montre que ces codes dépendent fortement de la

machine sur laquelle on travaille. Si on considère le code G, Seules les fonctions de

base du langage ISO sont communes à toutes les machines qui l'utilisent (et

encore...). Ces fonctions sont les lignes droites, les arcs de cercle, quelques

fonctions annexes.

5.3. Trajectoires en format neutre :

Ce sont des trajectoires d'outil qui sont exprimées dans un repère lié à la

pièce à usiner. Ces trajectoires ne tiennent compte ni de la cinématique de la

machine ni de la position de la pièce sur le plateau de la machine. Un langage

générique et versatile a donc été créé : le code APT (Automatically Programmed

Tools). Il traduit les trajectoires obtenues par une FAO en une structure normalisée

interprétable par un post-processeur. Le langage APT est un langage générique

basé sur une définition de la géométrie à usiner (points, arc, lignes, cercle, …).

M’HEMED SAMIR 08/01/14 12


Département GM Production 2- chapitre 1

5.4. Post-Processeur :

C’est un maillon important de la chaine numérique et cœur de la réalisation

d’une pièce. Puisque les systèmes FAO ne traduisent pas directement les usinages

dans les langages connus par les MOCN, les post processeurs ont la rude tache de

traduire le langage APT en des trajectoires au format machine en considérant la

cinématique de la machine, les limites technologiques (avances, fréquence de

rotation), les cycles d’usinage. Chaque machine possède donc son propre post-

processeur et s’il n’est pas 100% valide : rupture immédiate de la chaine numérique.

5.5. Mode de Transfert

Avec l'apparition des systèmes FAO, l'intégration des MOCN dans le cycle de

production est devenue une nécessité pour éviter toute retranscription des données

CN. En effet, la majorité des programmes CN sont générés par des systèmes FAO.

Deux alternatives d’intégration sont possibles :

o Si le système génère d'abord un CLfile (ou APT), ensuite, il le convertit à l'aide


d'un post processeur pour générer selon les machines le fichier CN, on parle
alors d’une solution de conversion conventionnelle. Ceci nécessite le
développement d'un post processeur pour chaque type de CN. Quoique très
répandue, l'approche conventionnelle présente de nombreux inconvénients.
Une librairie importante de post processeur est difficile à gérer et à maintenir.
Aussi, de point de vue pratique, un programme CN ne peut être porté sur une
autre machine si les CN sont différentes. Un tel besoin de changement de
machine peut se manifester lors des opérations de maintenance ou d'un
problème d'ordonnancement de la production (goulot d'étranglement...).

o La nouvelle approche consiste à transférer le post processeur du système


FAO pour l'intégrer dans le calculateur de la machine spécialement conçu à

M’HEMED SAMIR 08/01/14 13


Département GM Production 2- chapitre 1

cet effet. Ce post processeur appelé BCL "32 Bit Binary CL Exchange Input
Format for Numerically Controlled Machines" présente l'avantage de libérer
les systèmes FAO de tout travail de conversion du "CLFILE" en programme CN.
En plus, ce "CLFILE" deviendra un fichier orienté produit et non pas orienté
machine de sorte qu'il peut être exploité par différentes MOCN (même type
de machine mais des CN différentes).

Fig. 2 Approche conventionnelle et BCL. Source notes de cours, BEN YOUNES Jalel.,

6. Simulation du code CN généré par le PP

La simulation des trajectoires outils dans l’environnement machine via la FAO

est une indication. Cependant celle-ci simule uniquement le code APT. Mais la

machine utilise le code qui lui est associé après traduction du PP. il est donc

nécessaire de simuler le code CN dans l’environnement machine après traduction.

On utilise alors des outils externes (ou couplés) à la FAO. Deux sociétés sont leaders

dans ce type de logiciels : Spring Technologies (NCSimul) et CGTECH (VeriCut). Ces

deux logiciels permettent notamment de :

M’HEMED SAMIR 08/01/14 14


Département GM Production 2- chapitre 1

o Créer l’environnement machine (structure, cinématique, changeur d’outils,


systèmes de bridage, limite),

o associer à cette machine une armoire de commande (Fanuc, Heidenhain,


Simens, Num…),

o Simuler le code CN et de vérifier :

o programmation imprécise

o Déplacements d’outils incorrects

o Collisions des outils et des organes de la machine,

o dépassements des limites d’usinage (ae, ap, avance)

o Erreur de post-processeur FAO

Une fois le programme validé, il est nécessaire de mettre en œuvre le

processus de réglage de la machine :

o Positionnement et bridage de la pièce brut

o Préparation de la machine (PREF, DEC, jauges outil, montage des outils….)

o Transfert du programme

Ce n’est que suite à ces étapes que l’usinage devient possible.

7. Travaux dirigés

7.1. TD1

Après avoir décrit succinctement les modes de liaison CAO/FAO, donner les

avantages et inconvénients de chaque mode de liaison.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 15


Département GM Production 2- chapitre 1

7.2. TD2

Décrire les différentes étapes à suivre pour appliquer un processus de

fabrication automatisé concluant.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 16


Département GM Production 2- chapitre 2

CH-II. Stratégies FAO en fraisage

1. Introduction

L’émergence concomitante de la FAO et les nouveaux centres d’usinage

dont la cinématique outil/pièce permet de réaliser des formes complexes basées

sur des surfaces gauches, a donné naissance à de nouveaux besoins quant aux

stratégies d’usinage, mais aussi a rendu possible des procédés d’usinage jadis

faisant partie d’un "fantasme" des usineurs tel que usinage trochoïdal, treflage,

perçage hélicoïdal, etc. … . Usiner des surfaces gauches nécessite l’utilisation des

fraises de formes spéciales comme les fraises hémisphériques. Dans ce cas une

certaine inclinaison par rapport au plan de tangence avec la pièce est

obligatoire, afin d’éviter une coupe au centre dont la vitesse de coupe est nulle.

Fig. 3 Fraisage de pièce de forme complexe.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 17


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 4 Fraise hémisphérique et son déplacement suivant une courbe

De ces stratégies d’usinage il va de dire que le choix stratégique d’une FAO

et des MOCN sont intimement liées au besoin de l’entreprise (FAO 3 axes, 5 axes

positionnés/continus, UGV)

Une fois ce choix judicieux est abouti, la FAO doit être interfacée,

directement ou indirectement, avec la CAO et aux outils de gestion et de

contrôle. On met alors en place les stratégies d’usinages de la pièce en tenant

compte rigoureusement des gammes d’usinage, définies déjà par le BM. Ces

stratégies vont alors permettre de réaliser la pièce en essayant d’optimiser des

paramètres souvent incompatibles :

o diminution des temps de cycle ;

o qualité d’usinage

o diminution de l’usure des outils

Aujourd’hui la concurrence entre les fournisseurs des logiciels FAO s’articule

autour de ces choix stratégiques d’usinage.

2. Cinématique des MOCN

Les stratégies de fraisage sont intimement liées aux cinématiques des

MOCN. Cette cinématique est basée sur l’asservissement des mouvements

M’HEMED SAMIR 08/01/14 18


Département GM Production 2- chapitre 2

linéaires ou rotatifs des éléments mobiles de la machine (table, chariot, broche,

contrepointe).

Fig. 5 Principe d’asservissement d’un organe mobile

Un mouvement qui est asservi en position et en vitesse n’est autre qu’un axe

qui fait partie des critères de choix d’une MOCN. Pour faciliter le repérage des

axes la norme prévoit l'utilisation d'un repère orthonormé direct figure 6. Ainsi les

axes X,Y,Z constituent les axes principaux de la machine. En plus de ces trois axes,

la norme comprend trois axes rotatifs A,B,C chacun décrivant une rotation autour

d'un axe principal. La norme comprend également trois axes secondaires U,V,W et

trois axes tertiaires P,Q,R qui sont des axes parallèles respectivement aux axes

principaux X,Y,Z. Pour identifier les axes principaux sur une machine il suffit, en

général, d'affecter l'axe Z à celui de la broche, l'axe X à celui qui a le plus grand

déplacement (longitudinal). Enfin, le sens positif est celui où l'outil s'éloigne de la

pièce.

On trouve aussi les définitions suivantes :

Axe numérique = mouvement contrôlé numériquement en vitesse et

position, de manière quasi continue

M’HEMED SAMIR 08/01/14 19


Département GM Production 2- chapitre 2

Demi-axe numérique = mouvement contrôlé numériquement en position

seulement, positions souvent limitées

Axe indexés = axe autorisant un nombre réduit de positions

Fig. 6 Axes de déplacement d’un centre d’usinage à broche horizontale

3. Choix d’une machine en fonction de l’usinage d’une pièce

Toutes les parties usinables d’une pièce ne sont pas toujours accessibles en

une seule pose. La réalisation de la pièce peut se faire donc en plusieurs

opérations distinctes (plusieurs poses), qui supposent un démontage et un

remontage dans des positions différentes. Il peut également utiliser une machine

possédant des axes rotatifs, plateau, diviseur, tête inclinable, lui permettant

d’accéder à toutes les parties de la pièce, sans aucun démontage. Il garantit ainsi

une meilleure qualité de la pièce et des délais de réalisation plus courts.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 20


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 7 exemple de pièce qui nécessite plusieurs posage pour son usinage

L’étude de la morphologie de la pièce peut consister à associer à chaque

face plane du modèle un repère qui définit la normale à cette face.

Si la cinématique d’une machine donnée permet de rendre l’axe de la

broche de la machine colinéaire avec l’axe Z du repère, alors la machine est

capable d’usiner l’entité. La figure ci-dessous montre les posages nécessaires pour

réaliser les usinages de la pièce de la figure 7. Ceci implique l’utilisation d’une

machine à 5 axes.

Fig. 8 association de facettes à des entités d’usinage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 21


Département GM Production 2- chapitre 2

L’augmentation du nombre d’axes diminue le nombre de prises de pièce et

de démontages nécessaires, et vice-versa. Pour usiner un polyèdre à n faces

quelconque, une machine à trois axes a besoin de n prises de pièces, une

machine à quatre axes d’au plus n / 2 prises, car si l’axe A, B ou C est parallèle à

l’arête commune à deux facettes, alors les deux facettes sont usinables sans

démontage, et une machine à cinq axes de deux prises.

Fig. 9 positionnement de la face A sur un centre 5 axes

Les contraintes autres que cinématiques restreignent l’étendue de cette

méthode. L’isostatisme et serrage de la pièce empêchent l’usinage sur certaines

faces. Les courses des axes influent sur les dimensions de la pièce à usiner. Les

courses des axes de rotation peuvent être faibles sur certaines machines en cinq

axes, et les longueurs d’outil limitent le volume usinable.

4. Stratégie d’usinage en fraisage

Une stratégie d'usinage est une méthodologie utilisée pour générer une série

d'opérations, dans le but de réaliser une forme donnée. Elle permet d'associer un

processus d'usinage à une entité d'usinage, c'est-à-dire un ensemble d'opérations

M’HEMED SAMIR 08/01/14 22


Département GM Production 2- chapitre 2

comprenant la définition des outils, des conditions de coupe et des trajets

d'usinage.

Dans la suite, quelques stratégies proposées par les logiciels de FAO.

4.1. Stratégie deux axes et demi

Cette stratégie est typique des machines à trois axes, comme les aléseuses-

fraiseuses. L'interpolation est faite sur deux axes à la fois, le troisième étant bloqué :

interpolation X-Y avec Z bloqué, ou Y –Z avec X bloqué, ou X -Z avec Y bloqué. Le

plan d'interpolation est spécifié par le programme.

Ce système permet d'obtenir un grand nombre de pièces et il suffit à la

plupart des problèmes des moulistes, qui utilisent à cette fin des fraises-boules.

4.1.1. Surfaçage :

Retirer toute la matière qui se trouve à l’aplomb d’une face, entre la pièce

finie et la pièce brute, et en respectant les îlots éventuels.

Fig. 10 surfaçage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 23


Département GM Production 2- chapitre 2

4.1.2. Vidage de poche

Retirer toute la matière qui se trouve à l’aplomb d’une face, entre la pièce

finie et la pièce brute, tout en respectant les bords naturels de cette face et les

îlots éventuels.

Fig. 11 Vidage de poche

4.1.3. Détourage

Retire toute la matière qui se trouve entre le contour représentant les faces

extérieures de la pièce finie et le contour extérieur de la pièce brute.

Face sélectionnée pour le

Fig. 12 détourage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 24


Département GM Production 2- chapitre 2

4.1.4. Contournage

Retirer toute la matière qui se trouve le long d’une face, en l’étendant aux

limites verticales de la pièce brute.

Fig. 13 contournage

4.1.5. Cycle de perçage

Pour les opérations de centrage, alésage, taraudage, lamage ...

Fig. 14 Cycle de perçage

4.1.6. Ebauche par tréflages

Réaliser, de manière automatique, l’ébauche d’une pièce de forme

complexe en utilisant une stratégie dite par tréflage. L’opération consiste à retirer

M’HEMED SAMIR 08/01/14 25


Département GM Production 2- chapitre 2

le maximum de matière, entre la forme de la pièce brute et la forme de la pièce

finie, à l'aide d'un outil de type fraise, en effectuant une succession de plongées

verticales.

Fig. 15 Treflage

4.1.7. Ebauche par palier

Réaliser, de manière automatique, l’ébauche d’une pièce de forme

complexe en utilisant une stratégie dite par paliers. L’opération consiste à retirer le

maximum de matière, entre la forme brute et la forme finie de la pièce, en

découpant l’ensemble par des plans horizontaux.

Fig. 16 ébauche par palier

M’HEMED SAMIR 08/01/14 26


Département GM Production 2- chapitre 2

4.2. Stratégie Trois axes

Ici, les trois axes peuvent être déplacés et contrôlés simultanément, grâce à

une interpolation dans l'espace. Il est par exemple possible de réaliser une

trajectoire hélicoïdale. On trouve ce genre de commandes sur les aléseuses-

fraiseuses, les centres d'usinage, etc.

4.2.1. Perçage hélicoïdal:

Pour le perçage hélicoïdal, la fraise se visse sur une passe hélicoïdale vers le

bas. L’angle d’inclinaison de la spirale peut être défi ni par l’utilisateur dans le

cadre technologique applicable. Le filetage à la fraise permet d’usiner un filetage

intérieur ou extérieur. L’option de perçage de trous profonds permet de fraiser en

profondeur.

Fig. 17 Perçage hélicoïdal

4.2.2. Contournage 3D

Cet usinage permet de suivre une courbe évoluant dans les 3 axes. Il est plus

particulièrement utilisé pour la gravure sur des formes 3D

M’HEMED SAMIR 08/01/14 27


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 18 Contournage 3D

4.2.3. Projection de vidage de poche

Cet usinage permet d’usiner une forme 3D en appliquant un parcours de

vidage de poche 2D par projection

Fig. 19 Poche 3D

4.2.4. Balayage enchainé

Usiner des faces ou des surfaces par balayage en suivant leurs courbes

Isoparamétriques

M’HEMED SAMIR 08/01/14 28


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 20 Balayage enchaine

4.3. stratégie 4 axes

Les stratégies 4 axes sont du domaine des aléseuses-fraiseuses équipées

d’un quatrième axe, par exemple la rotation d'un plateau tournant sur la table.

Fig. 21 table tournante programmable qui peut équiper un centre de fraisage 3 axes
SPINNER

Il existe 2 types d’usinage 4 axes :

1. Usinage 4 axes positionné : c’est un usinage 3 axes sur différentes

orientation (posages) qui est en quelque sorte la définition de la

facette associée à l’entité d’usinage (voir § 3). Il garantit ainsi une

meilleure qualité de la pièce et des délais de réalisation plus courts.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 29


Département GM Production 2- chapitre 2

Face a usiné en 4 axes

Fig. 22 Usinage 4 axes positionné

2. Usinage 4 axes continue : usinage de contours enrouler suivant un axe

et un diamètre.

Faces à usiner en 4 axes

Fig. 23 Usinage 4 axes continue

Etant donné que le premier cas se ramène, après posage, à l’usinage 2 ou 3

axe ; le lecteur se référera à la section précédente. On s’intéressera dans cette

section uniquement à l’usinage 4 axes en continue.

4.3.1. Surfaçage/Vidage de poche

Permet de réaliser un surfaçage ou vidage de poche avec en plus une

rotation pièce/outil.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 30


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 24 vidage de poche 4 axes

4.3.2. Contournage 4 axes

C’est usinage qui s’appui sur une courbe plane que logiciel FAO enroulera

pour réaliser un contournage 4 axes.

Fig. 25 Contournage 4 axes

4.3.3. Rainurage

Principe identique à l’usinage précédent : il ya one courbe enroulée à suivre

pour réaliser le rainurage.

Fig. 26 rainurage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 31


Département GM Production 2- chapitre 2

4.4. Stratégies Cinq axes

Pour faire un usinage 5 axes, il faut obligatoirement charger une machine

avec un 4 eme et 5 eme axe. Les centres d'usinage à 5 axes ajoutent les axes (A/B

ou C) en plus des trois axes normaux (X/Y/Z). Il ne faut pas confondre la rotation C

(figure 26) avec la rotation de la broche, flèche en bleu, qui n’est pas asservie en

position.

Fig. 27 Cinématique à 5 axes

Fig. 28 Hélice de bateau usinée en 5 axes par UIGM (Le Creusot, France). Préparation du
travail au BM avec TopSolid’Cam. Source Missler Software

M’HEMED SAMIR 08/01/14 32


Département GM Production 2- chapitre 2

Quand tous ces axes sont utilisés en combinaison avec des outils coniques

ou une fraise à bout sphérique, des géométries extrêmement compliquées

peuvent être réalisées comme des matrices, des applications de gravure, des

aubes de turbine et des surfaces telles que des sculptures en relief.

Il existe 2 types d’usinages 5 axes :

o Usinage 5 axes positionnés : usinage 3 axes sur différentes orientations


(posages)

o Usinage 5 axes continus : usinage de contours représentant des dépouilles


évolutives ou usinages de surfaces gauches.

Fig. 29 usinage en 5 axes positionnés

Fig. 30 Usinage 5 axes en continue

M’HEMED SAMIR 08/01/14 33


Département GM Production 2- chapitre 2

Pour les stratégies 5 axes positionnés il suffit de faire le posage judicieux

ensuite appliquer les stratégies 3 axes. Cependant pour l’usinage en continue les

stratégies diffères. Dans la suite quelques stratégies 5 axes en continue que

propose TopCam.

4.4.1. L’usinage en roulant

Le travail s’effectue avec le flanc de l’outil. Il convient à la réalisation de

toutes les surfaces dont les génératrices sont linéaires. La figure ci-dessous montre

le résultat attendu.

Fig. 31 usinage 5 axes en roulant (source Missler Software)

4.4.2. Le balayage Iso-paramétrique 5 axes avec dépinçage

Le travail s’effectue avec le bout de l’outil. Il convient à la réalisation de

toutes les surfaces complexes dites « gauches ». Le dépinçage, c'est-à-dire la

possibilité d’incliner l’outil par rapport à la normale à la surface qui est usinée

permet de donner de la coupe.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 34


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 32 balayage Iso-paramétrique 5 axes (source Missler Software)

4.4.3. Le détourage (ou contournage 5 axes)

Créer une opération d'usinage en 5 axes continus orthogonale à une pièce

le long d'une courbe. L'objectif étant de garder l'axe outil normal à la pièce usinée

tout au long de la trajectoire en faisant évoluer les axes A, B ou C. Cette fonction

permet, entre autres de faire du détourage de pièces thermoformées ou de faire

de la gravure (comme c’est le cas dans l’exemple ci-dessous).

Fig. 33 Le détourage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 35


Département GM Production 2- chapitre 2

5. Travaux dirigés

5.1. TD 1

Pour réaliser l’usinage suivant, quelle stratégie d’usinage utilise-t-on ?

Fig. 34 usinage d’une hélice

On change de stratégie pour améliorer l’usinage précédent :

Fig. 35 changement de stratégie

Quelle est cette nouvelle stratégie?

M’HEMED SAMIR 08/01/14 36


Département GM Production 2- chapitre 2

Quelle différence entre la précédente stratégie et la suivante ? expliquer.

Fig. 36 troisième stratégie

5.2. TD 2

TopCam propose la stratégie d’usinage nommée : Copiage Numérique

Horizontal (CNH). Ce type d'usinage consiste à réaliser, de manière automatique,

l'usinage d'une pièce, constituée d'un ensemble de faces, en effectuant une suite

de contournages, dégressifs de haut en bas selon un pas défini par l'utilisateur.

Fig. 37 trajectoire CNH

M’HEMED SAMIR 08/01/14 37


Département GM Production 2- chapitre 2

Le principe est que les faces qui constituent le modèle à usiner sont coupées

par des plans horizontaux, parallèles au plan XY et parallèles entre eux, pour tenir

compte de la valeur du rayon de coin d’outil et de la surépaisseur à laisser. Ces

plans sont régulièrement espacés d’une valeur égale au pas d’usinage

(profondeur de passe). Les coupes obtenues sont ensuite usinées par des cycles

classiques d’usinage dit ‘2D’, de contournage en l'occurrence.

L’usinage peut être effectué à l’aide des fraises toriques, fraises à bout plat

(fraise 2 tailles) ou fraises hémisphériques.

Préciser le type de cet usinage. Justifier votre réponse

5.3. TD 3

TopCam propose la stratégie d’usinage nommée Usinage par plans

parallèles (verticaux). Ce mode d’usinage permet d’automatiser la création des

parcours en utilisant le même principe que les anciennes machines à copier.

L’outil suit la forme numérique à réaliser tel un palpeur suit un modèle en bois, les

mouvements de ce palpeur étant verrouillés selon un axe de telle sorte que celui-

ci ne puisse se déplacer que dans un plan perpendiculaire au plan XY.

Les faces qui constituent le modèle à usiner sont coupées par des plans

verticaux, perpendiculaires au plan XY et parallèles entre eux, pour tenir compte

de la valeur du rayon de coin d’outil et de la surépaisseur à laisser. Ces plans sont

régulièrement espacés d’une valeur égale au pas d’usinage.

Préciser le type de cet usinage. Justifier votre réponse.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 38


Département GM Production 2- chapitre 2

Fig. 38 usinage 3 D

5.4. TD 4

Entre les deux usinages suivants il y a une particularité. Après avoir décrit

sommairement chaque stratégie préciser cette différence et le nombre d’axes

nécessaire pour chacune d’elles.

Fig. 39 deux stratégies différentes pour une même forme

M’HEMED SAMIR 08/01/14 39


Département GM Production 2- chapitre 3

CH-III. Stratégies FAO en tournage

1. Introduction

En tournage 2 axes, la pièce tourne, l’outil se déplace suivant 2 directions

par rapport à la pièce. Ainsi on réalisera toutes les surfaces de révolution, y

compris les plans lorsque la trajectoire du point générateur est situé dans un plan

perpendiculaire à l’axe de rotation.

En tournage multiaxes, la broche de la machine peut jouer le rôle d’un

diviseur et avec un outil muni d’un mouvement de coupe et d’avance on peut

réaliser des perçages désaxés, des rainures hélicoïdales, des prismes, etc.…

aujourd’hui on parle même de centres de tournage fraisage. La flexibilité de ces

machines est très grande et particulièrement bien adapté pour le travail unitaire

ou les petites séries répétitives.

2. Les axes en tournage

Comme nous l’avons défini pour les centres de fraisage, l’axe Z est toujours

l’axe de la broche. Les axes X et parfois Y sont ensuite déduits selon la règle de la

vis. Pour un axe donné, Le sens positif est celui qui accroit la dimension de la

pièce.

Selon une direction donnée i l’axe est noté :

M’HEMED SAMIR 08/01/14 40


Département GM Production 2- chapitre 3

o i si l’outil se déplace par rapport à la pièce

o i’ si la pièce se déplace par rapport à l’outil

Fig. 40 Définition des axes d’un tour à CN

Pour les axes rotatifs il faut respecter les règles du trièdre direct.

3. Influence du positionnement sur le choix des stratégies

Il convient de tenir compte du montage de la pièce lors du choix d’une

stratégie.

3.1.1. Pièce prise «en l’air».

L'accès des outils est libre sur la face avant et sur le cylindre intérieur. Il n’y a

plus des restrictions sur le cylindre extérieur "en raison des mors". Ceci est résolu par

l’utilisation des poupées mobiles (figure 39). Pour comprendre leur principe, la

matière en barre est introduite par un canon de guidage et est mise en rotation

par une broche qui sert aussi à déplacer la matière dans le canon. Les outils sont

M’HEMED SAMIR 08/01/14 41


Département GM Production 2- chapitre 3

positionnés à proximité du canon de guidage afin de garantir une bonne stabilité

de coupe.

Fig. 41 Prise en l’air

Fig. 42 décolletage à poupée mobile

M’HEMED SAMIR 08/01/14 42


Département GM Production 2- chapitre 3

En vue de ces nouvelles technologies, même les usinages en apparence

simples sont, en réalité, plus compliqués à programmer. Ceci conduit les fabricants

à user encore de la FAO voir même la programmation conversationnelle au pied

de la machine pour résoudre leurs problèmes de programmation.

3.1.2. Pièce en montage mixte ou entre pointe

L'accès des outils est impossible à l'intérieur, mais limité sur le cylindre

extérieur, en raison des mors, et la face avant.

Fig. 43 Prise en mixte

3.1.3. Pièce en montage spécial.

L'accès des outils est lié à la conception du montage.

4. Stratégies 2 axes

Ces stratégies présentent des trajectoires d’outils, obtenues par

déplacements asservies simultanément, en position et en vitesse, de deux axes X

et Z. C'est la commande classique, où l'axe Z est le déplacement du chariot

M’HEMED SAMIR 08/01/14 43


Département GM Production 2- chapitre 3

longitudinal et l'axe X est le déplacement du chariot transversal. Ces tours sont

équipés d’une tourelle à outils ou plus.

Sur un tour CN 2 axes mono broche, on peut réaliser :

- Des cylindres, des cônes, des filetages, des portions de tores coaxiaux à

l'axe de la broche.

- Des plans qui leur sont perpendiculaires.

Dans la suite quelques stratégies deux axes que présentent le logiciel FAO

TopCam.

4.1. Tournage ébauche

il permet d’enlever, avec un outil d’ébauche à charioter/dresser, le volume

de matière se trouvant entre le solide représentant la pièce brute et le solide

représentant la pièce finie, en tenant compte des surépaisseurs éventuelles.

L’usinage consiste à effectuer des passes parallèles à l’axe Z, des dressages de

faces parallèles à l’axe X, ou des passes successives parallèles à une direction

donnée ou parallèles au profil usiné. C’est en quelque sorte l’équivalent de la

fonction G64 en programmation ISO.

L’usinage tient compte des limitations éventuelles fixées par l'utilisateur et

des caractéristiques géométriques de l'outil (angle de plongée maximum et angle

d’arête tranchante).

M’HEMED SAMIR 08/01/14 44


Département GM Production 2- chapitre 3

Fig. 44 tournage ébauche

4.2. Défonçage

C’est l’équivalent de la fonction G66 ou G65. il permet de retirer, avec un

outil pelle ou un outil à gorge, le volume de matière se trouvant entre le solide

représentant la pièce brute et le solide représentant la pièce finie, tout en tenant

compte des surépaisseurs éventuelles, en effectuant des plongées successives et

parallèles, selon l’axe de l’outil.

Fig. 45 Défonçage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 45


Département GM Production 2- chapitre 3

4.3. Filetage

Effectuer, sur une pièce, un filetage, intérieur ou extérieur. Cette commande

appelle, via un post-processeur adapté, le cycle fixe de la machine à commande

numérique mettant en synchronisation la rotation de la pièce et le mouvement

d’avance du chariot porte-outil.

Fig. 46 fietage

4.4. contournage

Effectuer le contournage d'une partie du solide représentant la pièce finie,

en respectant les surépaisseurs éventuelles laissées sur celle-ci. On peut aussi

réaliser plusieurs contournages successifs.

Fig. 47 contournage

M’HEMED SAMIR 08/01/14 46


Département GM Production 2- chapitre 3

5. Stratégie 3 axes.

Sur un centre de tournage CN 3 axes, le troisième axe est généralement

l’axe rotatif C’ de la broche (figure34). Les trajectoires d’outils sont semblables à

celles de 2 axes. Mais certains outils peuvent être motorisés.

Fig. 48 outils motorisés pour centre de tournage

Avec ces machines on peut réaliser :

- Des cylindres, des cônes, des filetages, des portions de tores coaxiaux à

l'axe de la broche

- Des plans qui leur sont perpendiculaires.

- Des alésages, des taraudages de faibles dimensions parallèles à l'axe de

broche.

Il est évident que les impératifs du montage prononcées dans la section 3

restent valables aussi pour les stratégies 3 axes.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 47


Département GM Production 2- chapitre 3

5.1. Centrage/ perçage radial

Centrer ou percer un trou axial en utilisant un outil motorisé. Le

positionnement des points à percer ainsi que l'usinage s’effectuent par rotation du

mandrin porte-pièce avec déplacement de l’axe Z.

Fig. 49 perçage axial

5.2. vidage de poche axiale

Fig. 50 poche axial

M’HEMED SAMIR 08/01/14 48


Département GM Production 2- chapitre 3

Réaliser le vidage d'une poche cylindrique ou non sur une pièce de

tournage, avec un outil motorisé. Le positionnement de la pièce à usiner ainsi que

l'usinage s’effectuent par rotation du mandrin porte-pièce (Axe C) et

déplacement selon l’axe X la prise de passe est prise selon l’axe Z

6. Stratégies multiaxes

La flexibilité des MOCN est accrue par l’usage d’un nombre élevé d’axes

commandés simultanément. Les centres de tournage qui entrent dans cette

catégorie, sont en faites des machine équipées de plusieurs tourelles et outils

motorisés avec en plus des déplacements d’axes Y. ceci leur donne des

cinématiques théoriquement illimitée en nombre d’axes (dépend du nombre de

tourelles). La seule limitation est donc l’encombrement des ces organes.

Fig. 51 Centre de tournage 8 axes

Avec ces machines on peut réaliser en plus des usinages 3 axes :

M’HEMED SAMIR 08/01/14 49


Département GM Production 2- chapitre 3

- Des rainures extérieures.

- Des alésages, des taraudages de faibles dimensions orthogonaux à l'axe

de broche.

Fig. 52 Exemple d’usinage multiaxes

Dans ce que suit en présentera sommairement quelques stratégies

développées par Missler Software (TopCam) pour ces machines.

6.1. Ébauche sur 2

Ebaucher la pièce usinée en travaillant avec deux outils simultanément afin

de diviser le temps de l'opération par 2.

Une opération d'ébauche préalablement définie est divisée en deux. Un

décalage est paramétrable entre les deux outils utilisés afin que le copeau puisse

se dérouler correctement lors de l'utilisation de la fonction "Divisé par 2". il est

M’HEMED SAMIR 08/01/14 50


Département GM Production 2- chapitre 3

impératif d'avoir 2 tourelles pour travailler simultanément (2 axes). le nombre total

d’axe mis en œuvre est 4 axes.

Fig. 53 ébauche sur 2

6.2. Centrage perçage radial

Centrer ou percer un trou radial en utilisant un outil motorisé. Le

positionnement des points à percer s’effectue par rotation du mandrin porte-

pièce ainsi que le déplacement selon l’axe Y de la machine-outil.

Fig. 54 perçage radial

M’HEMED SAMIR 08/01/14 51


Département GM Production 2- chapitre 3

6.3. Poche radial

Réaliser une partie non-cylindrique enroulée sur un cylindre d'une pièce de

tournage avec un outil motorisé.

Le mouvement de la pièce à usiner s’effectue par rotation du mandrin

porte-pièce (Axe C) et le mouvement de l'outil se fait par un déplacement selon

l’axe Z.

Fig. 55 Poche radiale

7. Travaux dirigés

7.1. TD1

Cocher la ou les réponses correctes

o Les stratégies d’usinages 2 axes sont du domaine des :

1. Tours à commande numérique 

M’HEMED SAMIR 08/01/14 52


Département GM Production 2- chapitre 3

2. Centres de tournage 

3. Centres de fraisage 

o Les stratégies d’usinages 3 axes sont du domaine des :

1. Tours à commande numérique 

2. Centres de tournage 

3. Centres de fraisage 

o Les stratégies d’usinages multiaxes sont du domaine des :

1. Tours à commande numérique 

2. Centres de tournage 

3. Centres de fraisage 

7.2. TD2

Classer les usinages suivants par catégories de stratégies.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 53


Département GM Production 2- chapitre 3

multiaxes

multiaxes
2 axes

3 axes

2 axes

3 axes

M’HEMED SAMIR 08/01/14 54


Département GM Production 2- chapitre 4

CH-IV. Tournage fraisage : Mill Turn

1. Les machines multifonctions

Les machines multifonctions, qui combinent centre de tournage et centre

d'usinage, existent sous configurations horizontales ou verticales. Deux broches

(broche principale et contre-broche) agissent comme mandrins de serrage de la

pièce autorisant l'usinage multiaxes de l'avant comme de l'arrière de la pièce. Une

broche de fraisage, généralement l’axe B, permet d'effectuer des opérations de

fraisage. Ainsi, la pièce peut être terminée en une seule prise : tournage, fraisage

et peut passer de la broche principale à la contre broche. Une opération

complète, comprenant le fraisage et le tournage de la face avant, suivis par le

fraisage et le tournage de la face arrière, est effectuée en un seul montage. Ceci

leur donne un succès inégalé et deviennent de plus en plus utilisées dans les

ateliers d’aujourd’hui. La possibilité d'usiner les pièces en une seule prise réduit

fortement les temps de préparation. En outre, l'usinage Mill Turn, come le

nomment les anglophones, est garant d'une plus grande précision car il n'est plus

obligatoire de changer la prise des pièces lors des différentes étapes d'usinage.

Deux facteurs qui constituent des avantages important face à la concurrence

pour beaucoup de petits sous-traitants qui produisent des pièces très complexes

dans de petites séries, de 1 à 100 pièces.

Mais face à leurs atouts une complexité les rend difficilement

programmables. La multitude de tourelles porte-outils, le nombre de porte-pièces,

M’HEMED SAMIR 08/01/14 55


Département GM Production 2- chapitre 4

leur cinématique complexe, sont autant d’éléments qui doivent être traités par

des logiciels de CFAO. La tache de ces logiciels est de programmer toutes les

situations, tournage, fraisage 2 axes, fraisage 3 axes, fraisage 4&5 axes positionnés,

fraisage 4&5 axes continus, synchronisation. Il est également nécessaire de

disposer d’un logiciel capable de simuler, de manière réaliste, ce qui va se passer

sur la machine de telle sorte que les temps de mise en œuvre soient les plus courts

possible, qu’il n’y ait pas de collision, que les temps de cycle soient optimisés, etc.

Fig. 56 Centre de tournage fraisage 6 axes

Afin d'utiliser efficacement les machines Mill Turn, il faut réunir différents

facteurs : des utilisateurs bien formés, des solutions de CFAO performantes,

capables de simuler exactement les opérations d'usinage et le support de la part

de l'éditeur du logiciel, qui connait le fonctionnement des différentes machines et

qui est capable de représenter ce fonctionnement dans le logiciel et les post-

processeurs.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 56


Département GM Production 2- chapitre 4

Fig. 57 simulation d’usinage sur une machine multifonction avec le logiciel TopCam.

2. Les stratégies de fraisage-tournage

On retrouve les stratégies de tournage, fraisage de 2 à 5 axes. le point fort

de ces stratégies est la synchronisation des opération fraisage/tournage ou le

travail en temps masqué avec plusieurs outils.

3. Travaux dirigés

3.1. TD 1

Dans la bibliothèque d’outillage de TopCam on trouve les modélisations des

MOCN suivantes. On demande de les classées par catégories et d’en associer les

stratégies relatives à chaque MOCN.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 57


Département GM Production 2- chapitre 4

Centre de tournage
Centre de fraisage

stratégie
Tour CN

Mill turn

M’HEMED SAMIR 08/01/14 58


Département GM Production 2- chapitre 4

M’HEMED SAMIR 08/01/14 59


Département GM Production 2- chapitre 4

M’HEMED SAMIR 08/01/14 60


Département GM Production 2- chapitre 4

3.2. TD 2

Pour réaliser cet usinage de

combien d’axes devra être équipé la

machine employée ? Justifier votre

choix.

Fig. 58 Usinage à réaliser

M’HEMED SAMIR 08/01/14 61


Département GM Production 2- chapitre 5

CH-V. Procédés d’usinage non conventionnel

1. Introduction

Il n y a pas que les procédés conventionnels qui ont bénéficié des progrès

remarquables dans les algorithmes de calcul ou logiciels informatiques. Des

procédé non conventionnels tel que EDM, découpe laser ou jet d’eau ont eux

aussi "exploité" ces progrès pour gérer des trajectoires de coupe complexes et de

garantir une place dans la chaine numérique.

Aujourd’hui des grands noms s’occupent de la programmation numérique

de ces procédés, vu leur place prometteuse dans l’industrie manufacturière, et

tentent d’être au diapason de leurs progrès, par le développement des stratégies

bien adaptées.

2. Electroérosion

L’usinage par électroérosion ou usinage par étincelage est un procédé

d’usinage par enlèvement de matière. Ce sont les étincelles générées entre une

électrode et la pièce qui arrachant des particules de matière, servent en quelque

sorte d’outil de découpe.

Le terme EDM, couramment utilisé, vient de l’anglais (Electric Discharge

Machining).

M’HEMED SAMIR 08/01/14 62


Département GM Production 2- chapitre 5

2.1. Principe physique de l’usinage par électroérosion

Le diélectrique est en général de l’eau dé-ionisée pour les machines de

découpage EDM à fil, du pétrole ou de l’huile pour les machines EDM

d’enfonçage.

L’application d’une tension génère un champ électrique entre l’électrode

et la pièce (espace appelé Gap). La tension de claquage dépend :

o de la distance pièce/électrode (le Gap)

o du pouvoir isolant du diélectrique

o de l’état de pollution du Gap

Le processus de décharge électrique commence là où le champ électrique

est le plus intense, c’est à dire là où la distance pièce/électrode est la plus petite.

Schématiquement, le déroulement d’une étincelle est le suivant :

o Concentration des charges électriques (1-2)

o Les ions et électrons libres sont accélérés par le fort champ électrique

o Les ions et électrons libres forment un canal ionisé conducteur (3)

o Le courant peut alors circuler et l’intensité croit alors très vite, à la manière
d’une avalanche

o Les collisions entre particules provoquent un fort échauffement et une


pression importante

o Une zone de plasma se forme, atteignant une température de 7000 à 8 000


degrés (4) et une pression d’environ 40 bars

o Le plasma provoque la fusion locale d’une certaine quantité de matière à


la surface des électrodes, formant ainsi un petit cratère

M’HEMED SAMIR 08/01/14 63


Département GM Production 2- chapitre 5

o A l’interruption du courant, la chute de la température provoque l’implosion


de la bulle de plasma, projetant la matière fondue en dehors du cratère (5)

o La matière érodée se solidifie dans le diélectrique sous forme de petites


billes (phénomène appelé pollution du diélectrique) (6)

2 3
1

4 5 6

Fig. 59 Schéma du déroulement d’une étincelle de type enfonçage

2.2. Machines EDM

Il existe deux types bien distincts de machines d’usinage par électroérosion :

les machines EDM à fil et les machines EDM d’enfonçage. Les caractéristiques

communes aux machines EDM sont les suivantes :

• Usinage de matériaux conducteurs

• Possibilité d’usinage de matériaux très durs – pas de limite de dureté

M’HEMED SAMIR 08/01/14 64


Département GM Production 2- chapitre 5

• Pas d’effort mécanique à l’enlèvement de matière

• Relativement lent

• Asservissement des axes mécaniques aux conditions électriques pour

maintenir un gap constant. A aucun moment l’électrode ne touche la pièce ; ce

sont des mesures de grandeurs électriques qui permettent de déterminer la

distance pièce – électrode et qui sont utilisées dans les boucles de régulation de

la CN.

2.2.1. EDM enfonçage

Ce procédé reproduit naturellement la forme d’une électrode dans une

pièce métallique. L’électrode creuse progressivement la pièce selon un

mouvement vertical. Si la pièce est un moule, l’électrode a la forme de l’objet

moulé.

Fig. 60 Electrode en plongé

M’HEMED SAMIR 08/01/14 65


Département GM Production 2- chapitre 5

Fig. 61 Electrodes en graphite

Fig. 62 Réalisation d’empreinte de moule par électroérosion

2.2.2. EDM fil

L’électrode est un fil qui défile en continu à travers la pièce à découper.

M’HEMED SAMIR 08/01/14 66


Département GM Production 2- chapitre 5

Fig. 63 EDM fil

2.3. Asservissement des axes

On distingue un déplacement du fil de direction fixe (figure 13a) ou variable

(figure 13b)

a b

Fig. 64 Machine d’électroérosion à fil : a 2 axes, b 4axes

2.4. Applications

Voir exemples et vidéos

M’HEMED SAMIR 08/01/14 67


Département GM Production 2- chapitre 5

3. Découpe laser

La focalisation d'un rayon laser permet de chauffer jusqu'à vaporisation une

zone réduite de matière. Les lasers utilisés couramment ont une puissance de 1500

watts mais les sources peuvent varier de quelques watts à plus de 4 kW. La

puissance est adaptée en fonction du matériau et de l'épaisseur à découper.

Le découpage laser a été utilisé dans l'industrie à partir des années 1980.

Depuis il s'est répandu et banalisé. Dans le secteur de la transformation des

métaux, il est complémentaire d'autres procédés comme le découpage par

poinçonnage. Alors que celui-ci est tributaire de la forme de l'outil utilisé, le

découpage laser permet de faire varier à volonté la forme découpée. À cette fin,

les machines de découpe laser sont programmables.

3.1. Asservissement des axes

Comme en électroérosion, les déplacements des axes sont asservis à la

puissance du laser qui dépend de la matière de la pièce à découper ainsi que

son géométrie.

3.2. Applications

Voir exemples et vidéos

4. Découpe à jet d’eau

Le principe de base de la technique jet d’eau THP consiste à projeter à très

grande vitesse (600 à 900 mètres par seconde) un filet d’eau continu à travers une

buse de faible diamètre (0,05 à 0,5 mm).

M’HEMED SAMIR 08/01/14 68


Département GM Production 2- chapitre 5

Quand le matériau est très dur, des particules abrasives sont ajoutées, telles

que grenat, oxyde d’aluminium, carbure de silicium, particules d’acier, scories de

cuivre, sable de silice ou poudre de verre.

Fig. 65 Découpe eau pure avec abrasifs

Une chaîne de découpe au jet d’eau THP comprend différents éléments

décrits ci-dessous :

M’HEMED SAMIR 08/01/14 69


Département GM Production 2- chapitre 5

o Système de gestion
informatique relié à la
commande numérique de la
table de découpe.

o Pompe THP à multiplicateur qui


envoie de l’eau sous très forte
pression vers la table.

o Table de découpe à jet d’eau


THP.

o Système de bacs de
décantation en cascade pour
récupérer les particules
abrasives et les déchets de
coupe.

Fig. 66 chaîne de découpe au jet d’eau

4.1. Asservissement des axes

Tout comme la découpe laser les axes sont asservis à la puissance du jet qui

dépend de la pièce et la matière à couper

On distingue :le 2 axes et le 5 axes

4.2. Applications

Voir exemples et vidéos

M’HEMED SAMIR 08/01/14 70


Département GM Production 2- chapitre 6

CH-VI. Références bibliographiques

Ronald CAMERON, Technologie et usinage à commande numérique

éléments de fabrication assistée par ordinateur - Edition SAINT-MARTIN

YANBOUTIN : Intégration des cycles d’usinage avancés des

machines-outils à commande numérique aux logiciels de FAO. Mémoire

partielle. Université du QUEBEC. Montréal 2002.

Pierre-Yves PECHARD : Thèse de doctorat de l’Ecole Normale

Supérieure de Cachan. Juillet 2009.

Victor Calatoru : MEC3530 – Fabrication assistée par ordinateur et

machines-outils. École Polytechnique de Montréal 2011.

BEN YOUNES Jalel : Fabrication assisté par ordinateur, Notes de Cours.

Documents de formation et tutoriaux :

SINUMERIK 840D sl, Notions de base, Manuel de programmation

SinuTrain, Le fraisage facile ShopMill. Document de formation.

08/2006

Périodiques :

Eurotec

Machines production : http://www.machpro.fr/default.html

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 71


Département GM Production 2- chapitre 6

Trametal : http://www.trametal.com/

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 72


Département GM Production 2- chapitre 6

CH-VII. DS et examens

1. DS : de FAO Novembre 2010

Classe : CFM31 CFM32 Aucun document n’est autorisé

Question 1) Après avoir défini ce que c’est un logiciel FAO, expliquez

comment son apparition a changé radicalement l’utilisation des

MOCN de la production sérielle à la production unitaire. (3,5 pt)

Question 2) Avec l'apparition des systèmes FAO, l'intégration des

MOCN dans le cycle de production est devenue une évidence. Après

avoir décri l’approche conventionnelle de transfert FAO / MOCN,

indiquer ses inconvénients qui ont poussé à l’adoption d’une nouvelle

approche que vous vous attachez à préciser. (4 pt)

Question 3) Sur certaine MOCN, on parle de stratégie d’usinage 2

axes et ½ ; expliquer cette stratégie. (2,5 pt)

Question 4) Comment choisir la stratégie d’usinage en fraisage à CN,

selon la morphologie de la pièce à usiner ? (3,5 pt)

Question 5) Pour usiner les surfaces gauches, on utiliser des fraises

hémisphériques. On se basant sur la figure 72, justifiez l’utilité de

l’angle 20° par rapport à la normale à la face. (2,5 pt)

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 73


Département GM Production 2- chapitre 6

Question 6) La figure 73 montre la simulation d’usinage d’une aube

de turbine. Donnez le nom de cette stratégie d’usinage ; de combien

d’axes doit disposer le centre ? (2,5 pt)

Pour la présentation de la copie (1,5 pt).

Bon travail

Fig. 67

Fig. 68 Simulation d’usinage d’une aube de turbine par un logiciel FAO

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 74


Département GM Production 2- chapitre 6

2. Examen FAO janvier 2011

Classe : CFM31 CFM32 Aucun document n’est autorisé

Question 1) Les surfaces gauches peuvent être réalisées avec un

centre d'usinage 3 axes en utilisant comme outil une fraise boule.

Dans ce cas, les conditions de coupe ne sont pas optimales. Expliquer

ce fait puis proposer une solution à ce problème d’usinage.

Question 2) Décrire l’usinage 4 axes positionné et l’usinage 4 axes

continu ; vous vous attacher à donner des exemples avec croquis.

Question 3) Décrire chacune des stratégies d’usinage de la figure 74

(a, b et c), vous vous attacher à identifier les axes asservis

simultanément dans chaque cas.

a b c

Fig. 69 Stratégies d’usinage

Question 4) Compléter le paragraphe du document à rendre.

Etude de cas

On désir réaliser les usinages A, B, C, D, E et F du document 1.

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 75


Département GM Production 2- chapitre 6

Le bureau de méthodes exige une seule phase d’usinage pour réduire les

dispersions de reprise. On dispose des MOCN décrits dans le tableau 1.

Cinématique d’une Cinématique de


Composition du MOCN
tourelle l’unité de fraisage
Modèle 1
Modèle 2
Modèle 3

tableau-1.

Les axes de la broche et de la contre broche de toutes ces machines sont

asservis en position.

Tous les postes d’outils peuvent être équipés d’outils motorisés.

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 76


Département GM Production 2- chapitre 6

Travail demandé

Question 5) Sur cette catégorie de machine pourquoi utilise-t-on une

contre broche.

Question 6) Parmi les modèles du tableau 1, choisir une MOCN le plus

adapté à l’usinage de la pièce du document 1. Donner le nombre

total d’axes que dispose la MOCN de votre choix.

Question 7) Justifier ce choix en complétant le tableau 2 où vous

associer à chaque opération d’usinage la cinématique mise en

œuvre par la machine.

Barème :3/4/3/2/1/3/3/1 pour la présentation de la copie

Paragraphe à compléter

Dans les systèmes CAO, on peut construire des surfaces de

forme …………………………….On transforme généralement la forme

………………………. issue du système ……….. en polyèdre, dans le système FAO

(figure 75). Autrement dit on se rapproche de la ………………. conçue par une

multitude de petits ……………….. Il en résulte des écarts par rapport à la

…………………. ………………………... Le système FAO applique des

……................…d'outil sur ce polyèdre. Le ………..……..………en déduit des blocs

CN (G1) qui forment généralement une multitude de petits segments de droite.

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 77


Département GM Production 2- chapitre 6

Fig. 70 Trajectoire de l’outil dans le système FAO

tableau à completer

Mouvement d’avance
opération Mouvement de coupe positionnement
Organe axe
…………………… ………………………………. Axe B de l’unité de
A
……………………… ………………………………. fraisage
B Rotation de la broche Tourelle avant z-x
…………………………… ………………………………. …
C
…………………………… ………………………………. …
…………………………… ………………………………. ………
D
…………………………… ………………………………. ………
…………………………… ………………………………. ………
E
…………………………… ………………………………. ………
…………………………… ………………………………. ………
F
…………………………… ………………………………. ………
tableau-2. Cinématique associée aux opérations

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 78


Département GM Production 2- chapitre 6

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 79


Département GM Production 2- chapitre 6

3. DS de FAO, Novembre 2011

Classe : CFM31 CFM32 Aucun document n’est autorisé

Question 8) Après avoir défini ce que c’est un axe en

commande numérique, expliquez comment l’augmentation

du nombre de ces axes diminue le nombre de prises de pièce

et de démontages nécessaires, et vice-versa. Donnez un

exemple. (4 pts)

Question 9) Une nouvelle stratégie d’usinage remplace le

fraisage de profil des surfaces profondes. Elle consiste à donner

une inclinaison à l’axe d’un outil court par rapport à la surface

à usiner.

a b

Fig. 71 (a) contournage classique, (b) usinage avec inclinaison de l’axe de l’outil

En se basant sur le cas de la figure 67, justifier le choix de cette stratégie et

préciser le nombre d’axes nécessaire pour sa mise en œuvre. (4 pts)

Question 10) comment le choix de l’outil peut influencer le

choix de la MOCN? (Inspirez vous de l’opération d’usinage de

la figure 68) (3 pt)

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 80


Département GM Production 2- chapitre 6

Fig. 72 stratégie de rainurage par fraise disque

Question 11) Soit à réaliser avec une fraise à deux tailles les

usinages définit dans le tableau du document à rendre.

Précisez par une croix dans la case exacte, le type de

l’usinage adéquat, pour chaque pièce en une seule prise.

(7.5pts)

Pour la présentation de la copie (1,5 pt).

Bon travail

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 81


Département GM Production 2- chapitre 6

Type de l’usinage Usinage

4 axes positionné

5 axes positionné
2 axes et demi

5 axes continu
4exes continu
3 axes

Faces à usiner
….
….
….
….
….
….
….
….
….
….
….
….

Faces à usiner
….
….
….
….
….
….

Faces à usiner
….
….
….
….
….
….

Faces à usiner
….
….
….
….
….
….

Face à usiner

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 82


Département GM Production 2- chapitre 6

4. Examen : de FAO janvier 2012

Classe : CFM31 CFM32 Aucun document n’est autorisé

Question 1) [6 points]. Compléter le paragraphe suivant par les

termes :

FAO, de définition de profils, manuelle, complexe, positions successives,

technologiques, logiciels de CAO, décrire, post-processeur, traduire, opérationnel,

compenser.

Paragraphe

En fabrication automatisée, lorsque l’usinage devient trop

………………………..ou lorsque le volume de programmation est tel qu’il exclut la

programmation ………………….., on fait appel aux systèmes de…………………….

En effet, en tenant compte de certaines données

…………………………….d’usinage (vitesse, avance, profondeur de passe, outils

utilisés, état de surface exigé, etc.) et grâce à une reprise automatique des

données …………………………………….générés par des……………………………., les

systèmes de FAO génèrent, à partir d’un système informatique extérieur à la

machine, un fichier image des ……………………………………….des outils ou CLFILE

(Cutter Location File), indépendant de la machine et de la CN pour

…………………les diverses trajectoires suivies par l’outil dans sa « mise à nu » de la

pièce finie. pour personnaliser ces données en langage ISO en tenant compte des

caractéristiques de la machine choisie pour l’usinage (courses, limitations) et de

celles de la CN utilisée (format, fonctions particulières, etc.), il faut

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 83


Département GM Production 2- chapitre 6

……………………..ce fichier par un logiciel appelé………………………………, ceci

permet de ………………………les différences d’écriture qui existent entre des

matériels de provenance diverse, un programme écrit pour une machine donnée

étant rarement ………………………..sur une autre machine sans quelques

aménagements préalables.

Question 2) [3 points]. Justifier, par au moins deux arguments, la

nécessité de l’intégration de la FAO dans la production automatisée

d’aujourd’hui.

Argument 1 :

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

……………….…………………………………………………………………………

Argument 2 :

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

…………………….…………………………………………………………………………

Question 3) On donne le schéma incomplet de principe d’asservissement d’une

table de fraiseuse à commande numérique (figure 69).

- [2 points]. Indiquez les flux des consignes en complétant ce schéma.

- [1 points]. Relier par des flèches les étiquettes suivantes

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 84


Département GM Production 2- chapitre 6

Fig. 73

Protègent la machine contre les


Capteur et butée de prise
sur-courses
origine

Capteurs et butées de fin Initialiser le comptage du codeur

de course

Question 4) [1.5 points].on donne les détailles d’une électro-broche

d’un tour à commande numérique.

Ce tour est équipé d’un axe C : oui non . Justification :

présence de ………………………...

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 85


Département GM Production 2- chapitre 6

Fig. 74 Détails d’une électro-broche

Question 5) [1,5 points]. Pour réaliser un surfaçage, le technicien de

bureau de méthodes sélectionne, avec un logiciel de FAO, le

parcourt de l’outil défini par la figure 71. Quel serait le diamètre

minimal de l’outil?

Réponse :

…………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

Fig. 75

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 86


Département GM Production 2- chapitre 6

Question 6) [2 points]. De quel langage sont dérivés la plupart des

langages de programmation assistée par ordinateur?

Réponse :

…………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

Question 7) [3 points].Le logiciel de FAO TopCam propose des stratégies

d’usinage. Parmi elles on rencontre celles de figure 4.donnez leurs noms respectifs.

……………………………………………………….……………… ……………………….…………………………………………

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 87


Département GM Production 2- chapitre 6

5. DS : de FAO Novembre 2012

1 point est attribué à la clarté de la copie

Question 1) [6 points]. Dans chaque cas, si la phrase est correcte

inscrivez O dans la case, sinon inscrivez N:

Les logiciels de FAO utilisent la géométrie de la pièce à usinée générée en

Dans le cas d’usinage 4 ou 5 axes, la FAO est le maillon qui procure du

La démarche interfacée CAO/FAO est un excellent facteur de

La démarche intégrée CAO/FAO améliore la compétitivité par la réduction

La démarche intégrée est relativement limitée en termes de stratégies

Puisqu'il n'existe pas d'associativité entre les surfaces et les trajectoires d'outils

lors du transfert dans le cas de la démarche intégrée, les trajectoires d'outils

Question 2) [2 points]. Un processus de fabrication automatisé peut

être représenté comme suit :

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 88


Département GM Production 2- chapitre 6

Compléter les cases par les termes adéquats : outils et conditions de coupe,

pièce finie, programme, FAO trajectoire d’usinage, gamme d’usinage, modèle,

contrôle et métrologie.

Question 3) [2 points]. De quel langage sont dérivés la plupart des

langages de programmation assistée par ordinateur?

Réponse:

………………………………………………………………………………………………………

Question 4) [2points].Relier par des flèches les étiquettes suivantes.

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 89


Département GM Production 2- chapitre 6

Le système FAO génère d'abord un CLfile (ou

APT), ensuite, il le convertit à l'aide d'un post processeur Dans ce cas le "CLFILE" est

pour générer selon les machines le fichier CN un fichier orienté produit

Le système FAO génère d'abord un CLfile (ou

APT), ensuite, il le transmet au BCL, qui n’est autre

qu’un post processeur intégrer dans le calculateur de Dans ce cas le "CLFILE" est

la MOCN, pour générer le fichier CN un fichier orienté machine

Question 5) [2 points]. Compléter le paragraphe par les termes :

forme, générer, méthodologie, d'associer, des trajets, comprenant, entité, coupe.

Paragraphe

Une stratégie d'usinage est une ………………………………….utilisée pour

………………………une série d'opérations, dans le but de réaliser une

…………………….donnée. Elle permet …………………..un processus d'usinage à

une …………………………d'usinage, c'est-à-dire un ensemble d'opérations

………………………………….la définition des outils, des conditions de

…………………………..et …………………………….d'usinage.

Question 6) [2 points]. Pour usiner la pièce suivante, on opte pour

deux stratégies différentes. Précisez pour chaque stratégie la

catégorie de la MOCN employée (3,4 ou 5 axes)

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 90


Département GM Production 2- chapitre 6

………………………………………………….. …………………………………………………..

Question 7) [3 points].Le logiciel de FAO TopCam propose des

stratégies d’usinage. Parmi elles on rencontre celles de figure

4.donnez leurs noms respectifs.

………………………………………………………. ………………………………………. …………………………………………

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 91


Département GM Production 2- chapitre 6

6. Examen FAO janvier 2012

Pour les questions 1 à 5, répondre aux endroits réservés à la page 5.

Question 1) Les centres multifonctions ont eu un succès inégalé ces

dernières années et deviennent de plus en plus utilisées dans les

ateliers d’aujourd’hui. Mais face à leurs atouts une complexité les rend

difficilement programmables. Après avoir énumérer leurs atouts,

présenter une solution adéquate pour leur mise en œuvre.

Question 2) Décrire les 3 étapes de création d’une pièce sous

TopCam pour pouvoir passer aux choix des stratégies d’usinage.

Question 3) Après avoir précisé pourquoi la simulation des trajectoires

d’outils dans l’environnement machine via la FAO n’est qu’une

indication, proposer une solution adéquate pour simuler le code CN,

sans immobiliser la MOCN, avant l’usinage.

Question 4) Donner le nom de chacune des stratégies d’usinage de la

figure 1 (a, b et c), ainsi que les axes asservis simultanément.

Question 5) Pour la réalisation de la surface gauche de la figure 2,

deux techniciens proposent deux stratégies d’usinage différentes sous

TopCam. Comme outil ils ont choisi une fraise boule. En qualité de

responsable Productique et FAO, vous êtes chargé de présenter le

bon choix, parmi ces deux stratégies et de l’argumenter pour vos

supérieurs en se basant sur les éléments suivant :

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 92


Département GM Production 2- chapitre 6

o nom de la stratégie employée,

o choix MOCN,

o conditions d’usinage,

o qualité du produit fini,

a b c

figure 1. Stratégies d’usinage

figure 2. Stratégie A Stratégie B

Question 6) compléter le paragraphe suivant par: impossible, d'outils,

CAO, modèle, neutre, transférer, géométrie, source, FAO, générer

Si les logiciels de CAO et de FAO ne sont pas des modules de la même

plate-forme CFAO, un format ……………… doit être employé afin de

…………………… la géométrie entre ces modules. La non-associativité qui résulte

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 93


Département GM Production 2- chapitre 6

de ce transfert, est une …………… de perte des caractéristiques de la pièce. De

plus, il est ……………… d'effectuer une mise à jour de la …………….. dans le

module ……… après une éventuelle modification dans le module ……… et il faut

exporter à nouveau le …………….., et ………….. à nouveau les trajets …………. sur

la pièce modifiée.

Question 7) Relier chaque étiquette à la figure correspondante

usinage 4 axes usinage 4 axes usinage 5 axes usinage 5 axes

continu positionné positionné continu

Question 8) cocher les cases correctes :

L’utilisation des cycles fixes dans la programmation des MOCN donne

naissance à des programmes relativement longs

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 94


Département GM Production 2- chapitre 6

L’utilisation des logiciels FAO donne naissance à des programmes

Les stratégies d’usinage sont du domaine des logiciels

Les stratégies d’usinage sont du domaine de la programmation manuelle

La programmation manuelle rend possible la création des trajectoires

L’utilisation des logiciels FAO rend possible la création des trajectoires d’outils

La diversité des langages de programmation des MOCN encourage les

utilisateurs des centres d’usinage à migrer vers les centres multifonctions…

L’apparition des logiciels FAO encourage les utilisateurs des centres

d’usinage à migrer vers les centres multifonctions……………

Le principal facteur qui a rendu possible l’utilisation des MOCN dans le

travail unitaire est leur pr

Le principal facteur qui a rendu possible l’utilisation des MOCN dans le

travail unitaire est le code de programmation ISO………………

Le principal facteur qui a rendu possible l’utilisation des MOCN dans le

travail unitaire est l’utilisation des logiciels FAO…………………………………

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 95


Département GM Production 2- chapitre 6

Barème :2/1/2/3/4/3/2/3

Réponse 1. …………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

..………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………

………..…………………………………………………………………………………………..

Réponse 2. Etape1………………………………… ………………………………

Etape2……………………………………………………..…………………………………………

Etape3………………………………………………………..………………………………………

Réponse 3. ………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

..………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………

..………………………………………………………………………………………………………

Reponse 4. ………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

..………………………………………………………………………………………………………..

Reponse 5. ………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

..………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

..…………………………………………………………………………………………

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 96


Département GM Production 2- chapitre 6

7. DS : de FAO Novembre 2013

Question 1. Évoquer l’impact de la FAO sur la production d’aujourd’hui ?

Justifier votre réponse par des exemples. (3,5 pt)

Question 2. Avec l'apparition des systèmes FAO, l'intégration des MOCN

dans le cycle de production est devenue une évidence. Après avoir décrit

l’approche conventionnelle de transfert FAO / MOCN, indiquer ses inconvénients

qui ont poussé à l’adoption d’une nouvelle approche que vous vous attachez à

préciser. (4 pt)

Question 3. Comment choisir la stratégie d’usinage en fraisage à

commande numérique, selon la morphologie de la pièce à usiner ? (3,5 pt)

Question 4. Pour usiner les surfaces gauches, on utiliser des fraises

hémisphériques. On se basant sur la figure 1, justifiez l’utilité de l’angle 20° par

rapport à la normale à la face. (2,5 pt)

Question 5. La figure 2 montre la simulation d’usinage d’une fraise de travail

de bois. Donnez le nom de cette stratégie d’usinage ; de combien d’axes doit

disposer le centre ? (2,5 pt)

Question 6. La figure 3 montre la simulation d’usinage d’une fraise de travail

de bois. Donnez le nom de cette stratégie d’usinage ; de combien d’axes doit

disposer le centre ? (2,5 pt)

Pour la présentation de la copie (1,5 pt).

FIGURES

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 97


Département GM Production 2- chapitre 6

figure 3. Utilisation de fraises boules

figure 4. Simulation d’usinage d’une fraise de toupille par un logiciel FAO

figure 5. Simulation d’usinage d’une fraise de toupille par un logiciel FAO

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 98


Département GM Production 2- chapitre 6

8. Examen FAO janvier 2014

Classe : CFM31 CFM32 Aucun document n’est autorisé

PARTIE 1/2

Cocher la, ou les réponses correctes.

Il est conseillé de lire attentivement les propositions avant de répondre.

Question 1) (1pt) Le but de la FAO est :

d'éditer un programme de pilotage d'une MOCN.

de créer un brut d’une pièce déjà modélisée.

de modéliser une pièce à usiner.

de choisir les stratégies d’usinage.

Question 2) (1pt) On appelle "modélisation 3D" :

le fichier issu d’une CAO

le fichier issu d’une DAO

le fichier issu d’une FAO

le fichier issu d’un post-processeur

Question 3) (1.75pt) La FAO s’est imposée comme outil

incontournable dans la production mécanique actuelle :

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 99


Département GM Production 2- chapitre 6

parce qu’elle remplace les cycles fixes d’usinage tel que G64, G45,

G81,…

parce qu’elle permet une programmation multiaxes des MOCN.

par une numérisation du processus de production.

par l’utilisation des nouvelles stratégies d’usinage telle qu’usinage

tuyau….

par une volonté de diminution des temps de mise en œuvre des

MOCN.

par une décision d’élimination de la programmation manuelle et la

lecture des plans.

par une facilité de réalisation des formes gauches.

Question 4) (1pt) l’utilisation d’un standard d’échange, comme IGES,

DXF ou autre, pour exploiter une modélisation 3D donne naissance à

une :

CAO intégrée.

FAO interfacée.

FAO intégrée.

CAO interfacée.

Question 5) (1pt) Quand aucun transfert n’est nécessaire entre CAO

et FAO, on dit que la :

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 100


Département GM Production 2- chapitre 6

CAO est intégrée.

FAO est intégrée.

CAO est interfacée.

FAO est interfacée.

Question 6) (1pt) En FAO, le programmeur crée les parcours en

respectant :

les choix d'outil.

les vitesses de coupe et d'avance.

les stratégies d'usinage à mettre en œuvre.

La cotation de la pièce.

Question 7) (1.25pt) Comme les progiciels de FAO scindent les

trajectoires des outils sur les modélisations 3D,

Les programmes pièces issus de ces progiciels sont relativement

courts.

Les programmes pièces issus de ces progiciels sont relativement

optimisés.

Les programmes pièces issus de ces progiciels sont relativement

structurés.

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 101


Département GM Production 2- chapitre 6

Les programmes pièces issus de ces progiciels sont relativement

paramétrés.

Les programmes pièces issus de ces progiciels sont relativement longs.

Question 8) (1pt) l’utilisation de la simulation d'usinage via une FAO

permet :

De donner un aperçu sur les méthodes d'usinage et vérifier les

collisions.

de reproduire le vrai programme donné à la machine-outil.

d’éviter le test à vide du programme avant l’usinage de la pièce.

de réduire le temps de mise en œuvre des MOCN.

Question 9) (1.25pt) Le Post-Processeur est développé spécifiquement

pour

une cinématique machine et une Commande numérique données.

générer les blocs ISO depuis le programme de FAO élaboré.

générer les blocs ISO depuis le modèle 3D.

une stratégie d’usinage donné.

transferer l'APT du logiciel de FAO vers la CN d’une Machine-Outil.

Question 10) (1pt) Suite à l’utilisation des logiciels de simulation

d'usinage

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 102


Département GM Production 2- chapitre 6

Il est possible de reproduire le vrai comportement de la machine-outil

Il est possible de prendre en compte uniquement le résultat de la FAO.

le temps de mise au point du programme ISO sur la machine est

fortement augmenté.

Il n’est pas nécessaire de tester le programme "à vide" avant l’usinage

de la pièce.

Question 11) (1.25pt) Un fichier ISO obtenu par une FAO est transmis à

la MOCN par :

un logiciel de DNC (Direct Numerical Control),

par support numérique tel que flash disque USB.

carte perforée.

bande magnétique.

par Post-Processeur.

PARTIE 2/2

Question 12) (1pt) On donne le schéma global incomplet de la

programmation des MOCN. Compléter ce schéma par :

Programmation manuelle, dessin pièce, modélisation de la pièce,

conversationnel, programmation assistée centralisée sur système

informatique.

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 103


Département GM Production 2- chapitre 6

………… ………

……………
……………………

…………

………………

Question 13) (2pt) Pour usiner l’entité suivante(en gras) en utilisant

TopCam, compléter le tableau en cochant les cases qui associent

l’opération d’usinage à la MOCN choisie.

MOCN posage opération de surfaçage. opération de contournage

3 axes ……….. ………..

1 activé
5 axes ……….. ………..

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 104


Département GM Production 2- chapitre 6

3 axes ……….. ………..

2 activé

5axes ……….. ………..

Question 14) (2.5pt) Vous devez modéliser, puis usiner une surface

complexe en utilisant TopCam. Quelles sont les principales étapes de

votre démarche ?

…………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………….…

……………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………….

Question 15) (2pt) Pour réaliser une poche à l’aide de TopCam, quelles

sont les stratégies possibles ?

……………………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………….

M’HEMED SAMIR 08/01/2014 105