Vous êtes sur la page 1sur 19

CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

MINISTERE DE L'EQUIPEMENT

DOCUMENT TECHNIQUE REGLEMENTAIRE


DTR-BE 2.2

REGLES D'EXECUTION DES TRAVAUX


DE CONSTRUCTION
DE PAROIS ET MURS EN BETON BANCHE

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

ARRETE N° 61,1/90 PORTANT APPROBATION DU


DOCUMENT TECHNIQUE REGLEMENTAIRE SUR LES

REGLES D'EXECUTION DES TRAVAUX DE


CONSTRUCTION DE PAROIS ET MURS EN
BETON -BANCHE

Le Ministre de !'Équipement,
− Vu le décret présidentiel n° 90-224 du 25 Juillet 1990 modifiant et
complétant le décret nô 89-178 du 16 Septembre 1989, portant
nomination des membres du gouvernement,
- Vu le décret nô 90-122 du 30 Avril 1990 fixant les attributions du
Ministère de l'Equipement,
− Vu le décret no 85-71 du 13 Avril 1985 portant création du C.G.S
et le décret n° 86-216 du 19 Août 1986 le complétant,
− Vu le décret n° 86-213 du 19 Août 1986 portant création d'une
Commission Technique Permanente pour le contrôle technique
de la construction,
− Sur rapport du Secrétariat de la Commission Technique Perma-
nente pour le contrôle technique de la construction.
ARRETE

Article 1 - Est approuvé le document technique réglementaire "DTR - BE


22" portant sur les "règles d'exécution des travaux de construc -
tion de parois et murs en béton banché" annexé à l'original du
présent arrêté.
Article 2 - Les maîtres d'ouvrages, les maîtres d'oeuvres, les organismes de
réalisation, d'expertise, et de contrôle sont tenus de respecter
les dispositions du document technique réglementaire visé à l'ar-
ticle premier ci-dessus.
Article 3 - Le règlement susvisé est applicable à la date d'entrée en vigueur
du présent arrêté pour toute nouvelle étude.
Toutefois, les études en cours ainsi que les projets types déjà
élaborés sont régis par les textes antérieurs et ce à titre transitoi-
re jusqu'au 31 décembre 1 9 9 t

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Article 4 - Les modalités d'applications de ce règlement seront précisées en


tant que besoin par décisions, instructions et circulaires mi-
nistérielles et par notes techniques et d'interprétation du Centre
National de Recherche Appliquée en Génie Sismique (C.G.S.).
Article 5 - Le C.G.S est chargé de l'édition et de la diffusion du présent do-
cument technique réglementaire.

Article $ - Le présent arrêté sera publié au Journal Officiel de la République


Algérienne Démocratique et Populaire.

Fait à Alger, le 13.11.1990

Le Ministre de l'Equipement

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

COMPOSITION DU GROUPE DE TRAVAIL SPECIALISE

" R é g i e s d ' e x é c u t i o n d e s travaux de c o n s t r u c t i o n d e s parois


et murs en béton b a n c h é "

Président d'honneur :
M. TEBBAL F.
Chef de. Cabinet au Ministère de l"Equipement
Président du groupe :
M. DERMOUNE A.
Chef de département structure CTC - Alger
Co-rapporteurs :
M. BELAZOUGUI M.
Mme BELARBI H. Directeur du C.G.S.
Attaché de recherche au C,G.S.

Membres :
MM ABIDI F. Ingénieur au C.N.E.R.iB
ALAYAT H. Attaché de recherche au C.G.S.
AZZI M. Chef d'agence Alger CTC - Centre

BELLILI MA. Chef de département au B.E.R.E.P.

MME BOUCHEFA O. Attaché de recherche au C.G.S.

MM BOUDERBALLAH AEK Directeur technique au BEREG


Ingénieur à i'E.R.C.A.
BOUZIDI H.
Chef de Service Analyse de structure C.G.S.
FARSI M.
Chef de département informatique B.E.R,E.P.
KHALDI R.
Chef de service réglementation C.G.S.
KIRATI S.
Ingénieur CTC - Tizi-Ouzou
MADIOU
Directeur technique E.C.A.
MAHROUG A.
Ingénieur E.R.-Blida
NECHADI T.
Chef d'agence CTC - Boumerdès
ROUIDJALI R.
Ingénieur E.C.A.
TIAR A.

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

SOMMAIRE
1 GENERALITES

1...1Définition ..........................................................................................
1.2 Objet et domaine d'application ……………………………………….. 7
1.3Textes applicables ...........................................................................7

2. MATERIAUX …………………………………………………………………7

3. EXECUTION DES TRAVAUX

3.1Béton .................................................................................................8
3.1.1 Composition des bétons ..........................................................8
3.1.2 Contrôle des bétons .................................................................8
3.2 Coffrages et étaiements ...................................................................9
3.2.1 Choix du type de coffrage ........................................................9
3.2.2 Résistance mécanique et sécurité d'emploi …………………….9
3.2.3 Etanchéité ................................................................................ 9
3.2.4 Peau de coffrage ………………………………………………….10
3.2.5 Produits de démoulage …………………………………………...10
3.3 Mise en place des coffrages .......................................................................10
3.3.1Règle générale ........................................................................ 11
3.3.2 Tolérances relatives à un niveau .............................................11
3.3.3 Ecarts d'implantation des parois à parements verticaux
ayant même plan axial ...............................................................

3.3.4 Planéité, désaffleures, rectitude des arêtes………………………..13


3.3.5 Réservations, ouvertures, entretoises .......... . .............................13
32.6 Canalisations incorporées .........................................................14

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3.3.7 Attaches ..................................................................................


3.4. Armatures .................................................................................. 1 4
3.4.1Rigidité ................................................................................ 14
3.4.2 Calage ................................................................................ 14
3.4.3 Dispositions minimales .................................................... 14
3.5 Mise en place du béton ............................................................... l5
3.5.1 Coulage du béton ............................................................ 1 5
3.5.2 Serrage du béton .............................................................. 15
3.5.3 Reprise de bétonnage…………………………………….16
3.5.4 Joints de dilatation ........................................................... 16
3.5.5 Traitement et cure du béton, Traitement de surface .... 16
3.6 Décoffrage : ................................................................................ 16
3.7 Ragréage et finitions .................................................................. 17
3.8 Parements ................................................................................... 18

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

1 - GENERALITES

1.1 Définition
On entend par parois et murs en béton banché des ouvrages en béton
verticaux, coulés dans des coffrages à leur emplacement définitif dans la
construction.

Ces ouvrages comprennent habituellement des armatures de


comportement; ils ne sont toutefois considérés comme des ouvrages armés
que s'ils contiennent, en plus, des armatures calculées pour contribuer à
leur stabilité.

1.2 Objet et domaine d'application ;


Le présent document définit les conditions d'exécution des ouvrages de
parois et murs en béton banché de bâtiments réalisés en béton ordinaire de
granulats courants.

Il ne traite pas des ouvrages de murs et parois réalisés en béton de gra-


nulats légers ni de ceux réalisés en béton caverneux.

Il s'applique à tous les bâtiments, quelle que soit leur destination :


bâtiment d'habitation, de bureaux, scolaires, hospitaliers, industriels,
commerciaux...

1.3 Textes applicables


Les travaux traditionnels de murs et parois en béton banché sont soumis
aux "Règles de conception et de calcul des parois et murs en béton banché"
DTR BC2-42, et pour tout ce qui n'est pas contraire aux dispositions du
présent document, à celles des D.T.R. relatifs aux travaux de maçonnerie,
béton et béton armé.

2 - MATERIAUX
Se référer aux dispositions du D.T.R. E2-1 (1). En ce qui concerne les
constituants du béton, les dispositions applicables sont celles prescrites
pour les bétons armés de granulats courants.

Commentaire
(1) il s'agit du document technique réglementaire "Règles
d'exécution des travaux de construction des ouvrages
en béton armé."

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3 - EXECUTION DES TRAVAUX


3.1 Bétons
3.1.1 Composition des Bétons
La composition du béton est établie en vue de satisfaire les prescriptions
concernant les résistances mécaniques prises en compte dans les calculs
tout en recherchant une compacité et une faible fissurabilité (1).

Le dosage en ciment du béton utilisé dans les murs extérieurs ne doit


pas être inférieur à :

- 300 kgfrn3 de béton en place pour les murs extérieurs placés dans
des conditions normales d'exposition, ou protégés par un
revêtement rapporté;

- 350 kg/m3 pour les murs extérieurs exposés aux embruns ou brouil-
lards salins.

L'affaissement du béton mesuré doit être compris entre 8 et 16 cm.

Commentaire :
(1) En cas d'emploi d'adjuvants fluidifiants, des affaissements
plus importants allant jusqu'à 18 - 25 cm peuvent
convenir.

3.1.2 Contrôle des bétons


Si une étude préalable du béton et un contrôle de ce béton en cours
d'exécution sont prévus dans les Documents Particuliers du Marché
(D.P.M.), les essais correspondants sont en l'absence d'indication contraire
exécutés conformément aux prescriptions techniques réglementaires en
vigueur.

Commentaire :
Ces études et contrôles sont en tout état de cause conseillés dans le
cas d'application de techniques de bétonnage à cadence rapide, ou
d'ouvrages exigeant des performances élevées du béton.
fis sont nécessaires lorsque le coefficient 6 ' introduit dans la défini-
tion de la contrainte de compression admissible du béton est pris égal
à 1.
Les D.P.M. peuvent, en fonction de la technique de bétonnage appli-
quée, prévoir des règles différentes, notamment de confection et de
conservation des éprouvettes.

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3.2 Coffrages et étaiements


3.2.1 Choix du type de coffrage
Le Type de coffrage à utiliser doit permettre d'obtenir les parements
définis par les D.P.M, compte tenu des caractéristiques de l'ouvrage à
réaliser, des moyens de bétonnage prévus sur le chantier et, le cas échéant,
du nombre de réemplois.

3.2.2 Résistance mécanique et sécurité d'emploi


Les coffrages et étaiements doivent présenter une rigidité suffisante
pour résister sans tassement ni déformation nuisible aux charges, surchar-
ges et efforts de toute nature qu'ils sont exposés à subir pendant
l'éxécutien des travaux et notamment aux efforts engendrés par la mise en
place et le serrage du béton.

Les vérifications le cas échéant nécessaires sont effectuées en prenant


pour masse volumique du béton frais la valeur 2400kg/m3 et en déduisant
les poussées hydrostatiques éventuellement plafonnées à6t/m2 dans le cas
de serrage du béton par pervibration.

Les éléments de coffrage de grandes dimensions doivent être équipés


des dispositifs, tels passerelles, béquilles, etc... Nécessaires à la sécurité de
la main-d'oeuvre pendant les opérations de bétonnage ainsi que pendant les
manutentions et le stockage entre les phases de bétonnage.

3.2.3 Etanchéité
L'étanchéité du coffrage sera telle qu'il ne puisse se produire que de ra-
res suintements de laitance non susceptibles d'affecter les qualités mécani-
ques, les qualités d'étanchéité ou les qualités d'aspect de paroi requises.

Commentaire
L'étanchéité en bas de coffrage ainsi qu'aux raccords avec les coffra-
ges horizontaux dans le cas où les coffrages verticaux et horizontaux
sont mise en place simultanément requiert de ce point de vue un soin
tout particulier. A cette fin. l'étanchéité entre les éléments du coffrage et
entre le coffrage et les parties d'ouvrages déjà coulées peut , être
complétée si nécessaire par des bandes adhésives ou en matériau
compressible présentant les garanties voulues de maintien en place
durant le bétonnage.
Les cordons de matériau mousse sont préférables aux bandes adhé-
sives qui présentent toujours un risque de décollement en cours de
bétonnage.
il est proscrit d'utiliser tout produit non adéquat, voire nocif (plâtre au
autres) pour l'obturation de ces joints.

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3.2.4 Peau de coffrage


Le mode d'assemblage des éléments coffrant et la surface de ces
derniers doivent être choisis en vue de satisfaire les tolérances
d'aspect applicables à la qualité de parement prescrite par les
D.P.M.

Commentaire
La surface coffrant peut être constituée par la surface des panneaux
eux-mêmes ou par des peaux rapportées â la surface de ces derniers
avant coulage du béton et récupérées au démoulage; le cas des
peaux rapportées utilisées en coffrage perdu du béton (Pierres pelli-
culaires, fibragglos...) n'est pas traité dans le présent document et fera
l'objet de textes ultérieurs.
Certains matériaux utilisés comme panneaux d'habillage de banches
présentent des gonflements notables sous l'effet de l'humidité; ces
gonflements peuvent entraîner des flambements locaux des pan-
neaux s'ils sont contrariés par la rigidité des banches et il convient
d'en tenir compte dans la conception des fixations et assemblages.

3.2.5 Produits de démoulage


Sauf cas particuliers prévus dans les D.P.M. ou arrêtés en accord
avec le maître d'oeuvre (agents retardateurs de surface par exemple)
les produits de démoulage utilisés ne doivent pas laisser de trace
notable sur les parements de béton.

Ces produits de démoulage doivent être compatibles avec les


traitements de surface (enduit, peinture, etc.) que pourra recevoir le
mur. A cet égard il est absolument proscrit d'utiliser des huiles brutes
de vidange.

Commentaire :
Il appartient au maître d'oeuvre d'informer l'entrepreneur de la nature
de ces traitements de surface de tacon que ce dernier soit en mesure
d'apprécier cette compatibilité.

3.3 Mise en place des coffrages


Les prescriptions données dans cet article et les sous articles
suivants s'appliquent à l'ouvrage réalisé et non au coffrage avant
bétonnage; il convient donc de tenir compte des déformations de
celui-ci sous l'effet de la poussée du béton frais.

10

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3.3.1 Règle générale


Les tolérances relatives à un niveau et les écarts d'implantation des parois
doivent rester compatibles avec les hypothèses d'excentricité prises en compte
dans le DTR C2-42 concernant le calcul et la conception des parois et murs en
béton banché et répondre aux conditions ci-après.

3.3.2 Tolérances relatives à un niveau


Le positionnement des coffrages doit être tel que les écarts maximaux sur
les dimensions de coordination de l'ouvrage définis par les prescriptions
techniques y afférentes soient respectés.

En outre la tolérance admise sur toute dimension linéaire principale db


exprimée en cm (1), est égale à : 3
1 √ db (db exprimé en cm)
4

Cette tolérance étant bornée inférieurement à 0,5 cm pour les épaisseurs


des parois (2).

Commentaires :
(1) il s'agit par exemple d'une portée de plancher, de la longueur ou
hauteur d'un mur, de son épaisseur.
(2) On englobe dans la notion d'épaisseur toutes les côtes qui s'y
rattachent, par exemple les feuillures.
3.3.3 Ecarts d'implantation des parois à parements verticaux
ayant même plan axial : (1)
mplantation :
L'écart et maximal mesuré horizontalement entre la trace des plans axiaux
de deux murs superposés sur leur plancher commun ne doit pas dépasser le
1/15 de l'épaisseur du mur le moins épais avec un maximum de 3 cm.

11

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Verticalité
L'écart e2 maximal mesuré horizontalement entre les traces du
pian axial d'un même mur sur deux planchers successifs ne doit pas
dépasser le 1115 de l'épaisseur de ce mur avec un maximum de 0,5 cm
par mètre de hauteur entre les planchers.

Cumul des tolérances sur la hauteur d'un mur


N'importe quel point du plan axial d'un mur ne doit pas s'écarter de
plus de 6 cm (distance mesurée horizontalement) de son tracé
théorique sur plan.

12

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaire
(1) Les notions développées ci-dessus peuvent se transposer à tous les
autres cas (murs inclinés. d'épaisseur variable, a plans moyens théori-
ques non, superposés, murs cylindriques...).

3.3.4 Planéité, désaffleures, rectitude des arêtes :


Les éléments de coffrage doivent être assemblés entre eux de façon tel-
le que les tolérances de plénitude générale et locale, ainsi que de rectitude
fixées à l'article 3.8 soient satisfaites.

Les désaffleures entre panneaux constituant les banches ou entreban-


ches ne doivent pas dépasser :

− Pour les parements ordinaires : 10 mm;

− Pour les parements courants : 3 mm avec un linéaire inférieur à 1


mètre par mètre carré;

− Pour les parements soignés : 3 mm avec un linéaire inférieur à 0,5


mètre par mètre carré.

3.3.5 Réservations, ouvertures, entretoises


Les tolérances d'implantation de ces éléments que ces derniers soient
matérialisés par des parties de coffrage démontables, par des volumes ou
taquets amovibles, ou par des bâtis destinés à rester en place, sont celles
définies par les prescriptions techniques en vigueur.

II doivent être arrimés solidement au coffrage en sorte d'éviter leur


déplacement sous l'effet des chocs et poussées exercés par le béton en
cours de coulage et vibration.

La traverse basse des coffrages d'ouverture doit comporter des évents


permettant à l'air de s'échapper du coffrage. (1)

Le mode de fixation des bâtis destinés à rester en place doit assurer leur
mise à l'abri des coulées de laitance et leur permettre d'encaisser les pous-
sées du béton frais sans déformation.

Commentaire :
(1) Ces évents seront chaque fois que possible également utilisés pour
vérifier le remplissage correct par le béton et parfaire la vibration de
ce dernier.

13

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3.3.6 Canalisations incorporées


Les canalisations le cas échéant incorporées au coulage du béton doi-
vent respecter les dispositions des D.T.R. les concernant et être placés de
façon à ne pas affaiblir anormalement les parois.

3.3.7 Attaches
Les attaches métalliques le cas échéant noyées au coulage du béton
sont disposées conformément aux indications des plans.

Les attaches disposées dans les murs extérieurs doivent être protégées
contre la corrosion.

3.4 Armatures
3.4.1 Rigidité
Les armatures sont convenablement raidies, éventuellement par des
barres disposées en diagonale, de manière à se trouver aux emplacements
prévus sur les plans et y demeurer pendant la période de bétonnage.

3.4.2 Calage
Les armatures doivent être munies de cales de positionnement en nom-
bre suffisant pour permettre d'assurer les enrobages réglementaires.

L'emploi des cales en acier est interdit. L'emploi de cales en mortier


n'est autorisé que si leur présence ne diminue en rien la qualité et l'aspect de
l'ouvrage. L'emploi des cales en plastique est fortement recommandé.

Commentaire :
Il est recommandé que soient précisés sur Les plans, outre l'épaisseur
d'enrobage des aciers
− Les dimensions et la nature des cales,
− Les emplacements ou au moins la répartition (densité au m2 de
parement) des cales.

3.4.3 Dispositions minimales


Le pourcentage minimal, les recouvrements d'armatures, ainsi que la
disposition des aciers en attente doivent respecter les dispositions cons-
tructives minimales des règles de calcul du DTR C2 - 42 concernant la con-
ception et le calcul des parois et murs en béton banché.

14

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaire :
II est recommandé de préciser les recouvrements et les aciers en at-
tente sur les plans.

3.5 Mise en place du béton


3.5.1 Coulage du béton :
La mise en place du béton pour les éléments de hauteur d'étage doit
s'effectuer sans interruption sur tout le développé de coffrage compris en-
tre 2 joints et sur toute la hauteur d'étage lorsque la paroi participe à l'étan-
chéité du mur. (1)

La hauteur de déversement du béton est limitée : (2)

− à 6 m pour les parements élémentaires et ordinaires, lorsque


l'épaisseur de la paroi est supérieure à 20 cm;

− à 3 m dans les autres cas.

Le béton doit être réparti régulièrement par couches sensiblement hori-


zontales, d'épaisseur compatible avec les moyens de serrage disponibles
sur le chantier (3)

Commentaires :
(1) Cette règle a pour but d'éviter les reprises de bétonnage qui
introduisent une discontinuité dans la paroi et sont toujours un point
faible de cette dernière (étanchéité, résistance, aspect).
(2) Cette règle a pour but d'éviter la ségrégation du béton et d'assurer
un remplissage correct.

(3) 1l est en règle générale conseillé de ne pas dépasser 30 cm.

3,5.2 Serrage du béton


Le béton doit être vibré quelle que soit sa maniabilité. (1)

En cas d'emploi d'aiguilles vibrantes, l'action de celles-ci doit être répar-


tie en toutes zones en insistant au voisinage des angles, pourtour des réser-
vations et éléments divers le cas échéant encastrés.

Les vibreurs de coffrage ne doivent être employés qu'avec des coffrages


très rigides, susceptibles de transmettre la vibration au béton, de manière
homogène.

15

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaire
(1) Certains adjuvants plastifiants à fonction « fluidifiants »' peuvent
toutefois dispenser de cette vibration.

3.5.3 Reprise de bétonnage (1)


Les arrêts de bétonnage doivent s'effectuer suivant les surfaces
horizontales prévues à l'avance (D.P.M., programme de bétonnage,
etc...).

Les sections d'arrêt doivent être munies des armatures en attente


conformes aux dispositions des Règles de calcul du D.T.R. BC 2-42.

Le béton constituant les deux parties du mur au contact doivent être de


même composition et qualité, en particulier pour les talons le cas échéant
coulés en amorce des murs, pour positionner les banches,

Avant reprise du bétonnage, la surface précédemment coulée est netto-


yée à l'air comprimé s'il s'agit de béton jeune; elle est piquée nettoyée et
humidifiée à refus s'il s'agit de béton durci. (2).

Commentaires :
(1) Les prescriptions de cet article s'appliquent également aux murs
coulés après coup dans une ossature existante.
(2) La non observation de ces précautions a toute chance, dans les
murs extérieurs exposés à la pluie, d'être source de défauts
d'étanchéité.

3.5.4 Joints de dilatation


Le matériau souple matérialisant le cas échéant les joints de dilatation
ne doit pas être susceptible de combustion lente ni hydrophile; il doit être di-
mensionné et positionné en sorte que l'ouvrage terminé respecte l'épaisseur
de joint prévue sur les plans et que tout contact accidentel entre les faces de
béton de part et d'autre du joint soit exclu.

3.5,5 Traitement et cure du béton, traitement de surface


Se référer aux dispositions du DTR E2-1 relatives aux bétons ordinaires
de granulats courants.

3.6 Décoffrage (1)


Le décoffrage du béton doit être effectué par effort statique sans choc, et
ne doit intervenir qu'après que le béton ait acquis une résistance suffisante
pour permettre à la paroi de supporter sans danger ni dommage excessif les
chocs (2) accidentels pouvant survenir en cours d'évacuation des éléments
du coffrage ainsi que les actions climatiques pouvant survenir en phase de
travaux,

16

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaires :
1 ) Indépendamment des paramètres naturels que sont la
température ambiante et la nature du ciment il convient de
retarder d'autant le démoulage que le béton est plus riche en
eau.
(2) La possibilité de tels chocs ne peut être totalement exclus
dans le cas fréquent d'emploi d’éléments de coffrage de grandes
dimensions qui offrent une grande prise au vent; l'éventualité de
tels chocs est à prendre égaiement en considération dans le cas
d'emploi de coffrages système "tunnels" dont les jeux de
démoulage sont réduits.

3.7 Ragréage et finitions


Les trous laissés par les broches le cas échéant utilisées pour assurer
l'écartement des coffrages doivent être rebouchés efficacement et de façon
durable. (1)

Si la paroi présente au décoffrage certains défauts localisés (nids de


cailloux, armatures accidentellement apparentes) il convient, avant
d'exécuter le ragréage qui s'impose, de s'assurer que ce défaut n'est pas de
nature à mettre en cause la conservation des qualités du mur, auquel cas
tous travaux de réfection nécessaires devraient être entrepris avant
ceux de ragréage.

Le ragréage s'effectue au mortier de ciment sur béton jeune, au mortier


additionné d'adhésif sur béton durci.

Les manques de matières le cas échéant constatés à la face inférieure


des réservations sont complétés avec du béton de même composition que
celui appliqué à l'exécution des murs ou au mortier si la hauteur du manque
n'excède pas 5 cm.

Les balèvres, dans la mesure où elles sont incompatibles avec la qualité


de parement demandée sont abattues par piquage ou meulage.

Les épaufrures et irrégularités d'arêtes incompatibles avec la qualité de


parement demandée sont séparées ou rectifiées au mortier de ciment addi-
tionné d'adhésif.

Les feuillures ou surface d'appui des menuiseries intérieures et extérieures


sont dressées de façon à obtenir la qualité exigée par le mode de pose de
ces menuiseries.

Commentaire :
(1) Par exemple au mortier de ciment sur béton frais ou au mortier additionné
d'adhésif sur béton durci ou encore à l'aide de bouchons, en matériau
plastique durable lorsqu'il est utilisé des fourreaux de broches en plastique
laissés en place.

17

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3.8 Parements
On distingue 4 qualités de parements de béton banché :

− parement élémentaire (1)


− parement ordinaire (2)
− parement courant (3)
− parement soigné (4)

En l'absence de toute indication des D.P.M. le parement élémentaire est


considéré comme admis; cependant, la face extérieure des murs exposée à
la pluie doit, lorsqu'elle est destinée à rester brute ou être revêtue d'une
peinture, avoir obligatoirement un parement soigné. (5)

Les caractéristiques des divers parements sont groupées dans le ta-


bleau ci-après :

Parement Planéité d’ensemble Planéité locale rapportée Caractéristiques de


rapportée à la règle de2 à un réglet de 0.20 m l’épirdeme et tolérances
m (creux maximal sous ce d’aspect
réglet) hors joints
Pas de spécification Pas de spécification Pas de spécification
Elémentaires
particulière particulière particulière
Ordinaire 15 mm 6 mm Uniforme et homogène.
Nids de cailloux ou
zones sableuses
ragréées.
Balèvres affleurées par
meulage.
Surface individuelle
des bulles
Courant 7 mm 2 mm les inférieures à 3 cm 2.
Pro-
fondeur inférieur à 5
mm.
Etendue maximale des
nuages de bulles 250 /a
Arêtes et cueillies
rectifiées et dressées.
identiques au parement
courant l'étendue des
soigné 5 mm 2 mm
nuages de bulles étant
ramenée à 10 %

18

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaires :
(t) Le parement élémentaire est généralement réservé aux parois non ar-
mées de locaux utilitaires pour lesquels une finition soignée n'est pas
nécessaire ou aux parois non armées destinées, soit à recevoir une fi-
nition rapportée non directement appliquée sur le support, soit à être
masquée par une cloison de doublage indépendante de ces parois.
(2) Le parement ordinaire peut convenir pour les emplois ci-dessus, en
béton armé ou non armé, lorsque la paroi est destinée à recevoir un
enduit de parement traditionnel épais.
(3) Le parement courant correspond par exemple à des ouvrages
susceptibles de recevoir des finitions classiques de papiers peints ou
peintures moyennant un rebouchage préalable et l'application d'un
enduit garnissant.
(4) Le parement soigné convient aux même usages que le parement
courant mais sa meilleure finition permet de limiter les travaux
ultérieurs de revêtement éventuel et n'exige qu'une moindre
préparation; il convient seul aux ouvrages destinés à rester exposés
extérieurement (cf. art.3,1). Des caractéristiques plus fines peuvent
être exigées; ces caractéristiques sont alors définies dans les D.P.M.
(5) Les D.P.M. ont à préciser la qualité des parements
-
Les colonnes 2 et 3 du Tableau ne peuvent s'appliquer qu'aux pare-
ments plans; pour les parements à motif ou à relief les indications de
ces colonnes doivent être adaptées à chaque cas, seules celles relati-
ves à la qualité proprement dite de l'épiderme restant directement ap-
plicables.

19

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE