Vous êtes sur la page 1sur 38

Audit interne-Phase de préparation

Université Sidi Mohammed Ben Abdellah


Faculté des Sciences Juridiques, Economiques
et Sociales – Fès

Master:
Management et Contrôle des organisations

AUDIT INTERNE

Pr. Tarik Jellouli


Préparé par:
-Amrani Nouha
-Bachbachi Mohamed
-Msaad Oumaima
-Seffar Sofya Andaloussi

Année universitaire :
2016-2017

1
Audit interne-Phase de préparation

Introduction :

Toute entreprise qu’elle soit publique ou privée, grande ou petite doit se fixer des
objectifs .L’horizon de toute entreprise est de parvenir à atteindre des objectifs et mettre en
œuvre les moyens et les ressources nécessaire pour y arriver .On assiste à un triptyque
‘’objectif-moyen nécessaire-pilotage’’.

Cela dit, il y a quelque années l’entreprise se focalisait sur un management globale de


l’organisation dans tous ces aspects, la réflexion est de nos jours vers l’audit .Il s’agit d’un
nouveau mode de ‘’success story’’, en effet si l’organisation, les consultants débutaient leurs
interventions par un diagnostic des faits réels, un état des lieux, une analyse .De nos jours, ils
commencent par un audit .Ce mot intrigue, résonne, innove, fait vendre.

Si nous jetons un coup d’œil dans la revue de littérature, les définitions de l’audit sont bien
nombreuses, nous retenons celle-ci :

‘’L’audit est un examen, occasionnel ou périodique sur pièce et sur place qui a pour objectif
l’amélioration de la gestion de l’entreprise. ‘’1

L’audit Interne se définit alors comme :

‘’L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une
assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer,
et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en
évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management des
risques, de contrôle, et de gouvernement d'entreprise, et en faisant des propositions pour
renforcer leur efficacité. ’’2

Parmi les composants de l’audit, nous trouvons l’audit interne qui est une activité à l’intérieur
de l’entreprise, dépendante de la direction générale et indépendante des autres services,
objective, impartiale par des personnes formées le plus souvent de l’organisation et en équipe.
L’audit interne est une fonction qui répond à une définition précise et il est mis en œuvre
selon une méthodologie bien déterminée, s’exerce dans le respect d’un certain nombre de
normes garantissant le déroulement objectif des missions .L’auditeur interne est un
professionnel qui doit regarder le fonctionnement de son entreprise d’un œil sans cesse neuf.

1
Note de cours Mr Jellouli Tarik
2
Institut Français de l'Audit et du Contrôle Internes
2
Audit interne-Phase de préparation

L’audit interne a pour principale objectif l’évaluation du contrôle interne, notamment assurer
la protection du patrimoine de l’organisation, veiller sur la qualité du système d’information,
s’assurer de la conformité des actions, prévenir les risques et les zones de vulnérabilité.
L’audit interne est devenu une fonction indispensable dans toute grande entreprise, les pme
aussi ne font pas l’exception.

Cependant pour que l’auditeur puisse effectuer sa fonction, il est dans une obligation de suivre
un ensemble d’étape appelé ‘’mission d’audit interne ‘’ qui comporte 4 phases, à savoir : La
phase de préparation – la phase de réalisation-la phase de conclusion-phase de suivi des
recommandations.

Notre travail portera sur la première phase de la mission d’audit, qui nous interpelle à se poser
la question suivante :

Quel serait l’importance de la phase de préparation dans une mission d’audit ?

On vous propose ce plan, pour vous schématisez ce que nous allons analyser dans notre
travail.

Le plan :

Dans la perspective, de mieux cerner notre thème et ressortir sa pertinence, nous allons le
diviser en deux parties :

 La première partie intitulée « Phase préliminaire d’une mission d’audit interne »


s’articule autour de trois sections :

La première et deuxième section La méthodologie ainsi que l’ordre de mission

La troisième section, sera centrée sur la prise de connaissance

 La deuxième partie intitulée « Synthèse de la phase préliminaire » comporte 3


sections également.

La première section traite l’étape d’évaluation des risques dans sa globalité.

La deuxième section porte quant à elle sur le rapport d’orientation.


La troisième section quant à elle se focalise sur le programme de vérification.

Une annexe sera consacrée aux comités d’audit .

3
Audit interne-Phase de préparation

Partie 1 : Phase préliminaire d’une mission d’audit interne

Dans l'entreprise, l'auditeur interne doit se confronter à plusieurs situations tout en veillant à

Bien accomplir ses tâches, de façon simple, transparente et adaptable à la structure et aux

Stratégies de l'entreprise.

Bien évidemment, une identification des supports appliqués par l’auditeur est nécessaire
avant de décrire ses principales phases, effectuer les travaux, en tirer les conclusions, et
obtenir les actions de progrès mis en place.

Section 1-Méthodologie de travail :


 Manuel d’audit :
Le manuel d’audit est un document à usage interne qui va refléter l’organisation et les

habitudes de travail du service d’audit, Il est exigé par la norme 20403 : « Le responsable de

L’audit interne doit établir des règles et procédures fournissant un cadre à l'activité d'audit

Interne ».

Il permet d’améliorer le système de contrôle interne et la qualité de travail des auditeurs :

 Définir de façon précise le cadre de travail: organigramme, fiches de fonction,


conditions générales de travail de l’audit
 Aider à la formation de l'auditeur débutant: c’est le premier contact de l’auditeur
débutant avec le service d’audit
 Servir de référentiel : rappel des normes et standards de l’audit, des normes
Spécifiques

 Décrit la méthodologie de travail: détail de déroulement des missions dans ses


Différentes phases, le rôle des différents membres de l’équipe d’audit.

 La charte de l’audit

3
IFACI
4
Audit interne-Phase de préparation

C’est le document constitutif de la fonction d’audit interne à présenter et à faire


connaitre aux autres acteurs de l’entité.

Selon les normes internationales en matière d’audit le contenu de la charte est précisé
comme suit :

 Définit la position de service audit dans l’organisation ;


 Autoriser l’accès aux documents, aux personnes et aux biens ;
 Définit l’étendue des missions d’audit ;

D’autre part « la norme 1000 » met l’accent sur les missions de l’auditeur, ses pouvoirs et
ses responsabilités.

 Plan d’audit :

Le plan d’audit: c’est la description des activités et des dispositions nécessaires pour réaliser
un audit.

5
Audit interne-Phase de préparation

Le plan d'audit doit avoir un contenu exhaustif qui comporte tous les sujets susceptibles d'être
audités. Cela nécessite une démarche étalée sur plusieurs années (3 à 5 ans) au cours
desquelles on va successivement l'enrichir, le compléter et le mettre à jour.

Le contenu du plan d’audit doit être adapté à la taille et à la complexité de l’entité à auditer.
C’est un exercice difficile, parce qu’il demande de se projeter dans le contexte de l’organisme
audité souvent inconnu de l’équipe d’audit.
Le plan de l’audit comporte :
• le(s) objectif(s) de l’audit et sa place dans le programme des audits ;
• le(s) domaine(s) d’application de l’audit ;
• l’identité des unités auditées ;
• l’identité du responsable d’audit et des auditeurs ;
• l’identification des documents de référence ;
• la date, la durée et le lieu de l’audit

Selon l’Ifaci 4 « Le responsable de l'audit interne doit établir un plan d'audit fondé sur les
risques afin de définir des priorités cohérentes avec les objectifs de l'organisation »

Simulation de plan d’audit


Mission d’audit J F M A M J J A S O N D

Par métier

Par fonction 

Par projet 

Par théme 

A la demande du management 

4
Institut Français de l'Audit et du Contrôle Internes
6
Audit interne-Phase de préparation

La cartographie des risques

La cartographie des risques est une composante essentielle du dispositif de management des
risques. Son élaboration à l’échelle de l’organisation nécessite des ressources, des techniques
et du temps. Il s’agit de recenser, évaluer, hiérarchiser et positionner les risques sur une carte:
c’est une photo des risques à un instant donné.

La cartographie des risques est considérée comme une étape du processus «déroulement
mission d’audit» du fait qu’elle:
-est utilisée pour l’élaboration du plan pluriannuel de l’audit interne;
-oriente les travaux des auditeurs internes dans la réalisation de leurs
Missions.
La cartographie permet d’atteindre trois objectifs :
 évaluer et classer les risques de l’organisation
 informer les responsables afin que chacun soit en mesure d’y adapter le management
de ses activités
 permettre à la direction générale, et avec l’assistance de risque management,
d’élaborer une politique de risque qui va s’imposer à tous :
-aux responsables opérationnels dans la mise en place de leur système de contrôle
interne
-aux auditeurs internes pour élaborer leur plan d’audit c’est-à-dire fixer les priorités

 Le dossier d’audit :

Le dossier d’audit fait la preuve du travail diligent du spécialiste en audit du Bureau de l’audit
interne. Le spécialiste en audit y consigne tous les renseignements qui permettent de constater
et de réviser la façon dont il est arrivé à ses conclusions et à ses recommandations de son
rapport par des données convenablement classées , structurées et archivées et de pouvoir
répondre ainsi à toute question ou contestation . Il importe donc que ce dossier soit le plus
complet possible et qu’il soit élaboré minutieusement tout au long de la mission.

Le dossier d’audit est préparé selon une méthode de travail uniforme et contient les sections
suivantes :

 le rapport d’audit et la gestion de la mission;


 le suivi de la mission;
 le champ d’application et les objectifs d’audit;
 l’encadrement juridique et administratif;
 la description de système et des contrôles;
 l’évaluation du contrôle interne;
 les observations et les recommandations

7
Audit interne-Phase de préparation

Section 2-Ordre de mission :

L’ordre de la mission est le mandat donné par la haute direction de l’organisation à la


structure d’audit interne pour réaliser ses missions d’audit, il permet aussi une communication
interne. Les informations sur la mission accordée à l’auditeur interne circulent facilement.
Elle s’adresse à l’ensemble des auditeurs, les audités ainsi qu’aux chefs de services pour avoir
une meilleure transparence

L’ordre de mission répond à 3 principes essentiels :

1-l’audit interne ne peut se saisir lui-même de ses missions. Il est là pour réaliser les missions
qui lui sont confiées et dont la décision ne lui appartient pas.

2- l’ordre de mission doit émaner d’une autorité compétente

3- l’ordre de mission permet l’information à tous les responsables concernés. En effet, il est
adressé non seulement à l’audit interne mais également à tous ce qui vont être concernés par
la mission (audités).

A partir de ces 3 principes, on dégage donc deux fonctions essentielles :

- une fonction de mandat


- une fonction d’information

Pour que ces fonctions soient remplies, l’ordre de la mission doit comporter un certain
nombre de mentions essentielles : Le contenu et les caractéristiques :

Le contenu :

Le document doit définir clairement et obligatoirement l'objet de la mission, ses objectifs, et


son champ d'application avec une précision, dans un texte court, du mandant et sa signature,
les noms des destinataires, la date de démarrage de la mission, ainsi que les noms et prénoms
du chef de la mission et de l’équipe des auditeurs.
8
Audit interne-Phase de préparation

L'ordre peut contenir aussi des mentions facultatives dans un texte long tel que les modalités
de l'intervention, les moyens à utiliser, l'organisation logistique de la mission, etc.

Les caractéristiques :

L’ordre de mission se présente donc sous la forme d’un document par mission : c’est l’ordre
de mission spécifique, il peut également se présenter sous une forme plus générale

 L’ordre de mission général : c’est le plan d’audit qui comporte autant de lignes que
des missions, on peut dire que chaque ligne du plan vaut « ordre de mission » à la
double condition :

o que ledit plan d’audit ait été approuvé par la direction générale
o que chacune de ses parties ait été diffusée pour information, et en temps utile,
aux responsables concernés.

Les missions prévues dans le plan annuel d’audit : Le plan d’audit constitue un ordre
de mission collectif, et dans ce cas le responsable de la structure d’Audit Interne, de
sa propre initiative, établit un ordre de mission selon un modèle préétabli et le soumet
à la signature de la Haute Direction de l’organisation.

 L’ordre de mission spécifique : utilisé de façon systématique dans les entreprises ne


disposant pas de plan d’audit, utilisé de façon occasionnelle en parallèle avec le plan.
Il s'agit très souvent des cas urgents ou imprévus qui sont nés des situations nouvelles
et qui sont diffusés sous forme de textes longs.

9
Audit interne-Phase de préparation

Exemple 1 :

Exemple d’ordre de mission « court »

Entreprise Moderne Paris, le

ORDRE DE MISSION

– Destinataire : Le directeur de l’audit interne

– Copie pour information

l – Objet : Audit de la fonction recrutement

La mission concernera non seulement le service recrutement mais également tous les services
susceptibles d’être intéressés par la fonction.

Le directeur du personnel portera l’ordre de mission à la connaissance de tous les responsables


concernés.

Le Président-Directeur général

10
Audit interne-Phase de préparation

Exemple 2 :

Exemple d’ordre de mission « long » Paris ; le

ORDRE DE MISSION

– Destinataire : Le directeur de l’audit interne.

– Copie pour information

– Objet : Audit de la fonction recrutement La mission sera réalisée par Messieurs DUPONT et
DURAND, auditeurs internes et supervisée par Monsieur MICHEL, chef de mission. Elle se
déroulera du lundi 9 janvier au vendredi 17 février 2006. Elle se proposera d’analyser la fonction
recrutement dans toutes ses composantes.

– moyens internes et moyens externes.

– outils de sélection.

– processus de recrutement depuis l’apparition du besoin jusqu’à l’affectation du recruté.

– organisation et efficacité du service du recrutement. Les auditeurs s’abstiendront d’analyser la


politique de recrutement de l’entreprise. Cette mission se déroulera :

– au service recrutement du siège social.

– à l’usine d’Angers, à la direction de l’informatique et au secteur commercial de Bordeaux,


choisis comme zones tests.

On prévoira un bureau d’accueil dans chacun de ces endroits ; les auditeurs se déplaceront par
leurs propres moyens (avion et location de voiture).

- Le budget de la mission ne devra pas dépasser 20 000 €.

- Le rapport sera diffusé en la forme habituelle avant le 28 février 2006.

Le Directeur général

11
Audit interne-Phase de préparation

Section 3 -La prise de connaissance :


C’est une phase qui ouvre la mission d’audit, de ce fait elle exige aux auditeurs une capacité
importante de lecture, d’attention et de d’apprentissage, elle sollicite à apprendre et à
comprendre. Elle exige également une bonne connaissance de l’entreprise afin de savoir où
trouver la bonne information et à qui la demander.

Donc on peut définir cette phase comme étant la période au cours de laquelle vont être réalisé
les travaux préparatoires avant de passer à l’action.

 Familiarisation = prise de connaissance :

Elle constitue le plus souvent, en termes de durée, la partie la plus importante de la mission
car :

• En identifiant les risques, l’auditeur ne va pas se perdre dans les détails inutiles.

•Avoir une vision d’ensemble de l’organisation qui fait l’objet de la mission et des contrôles
internes mis en place.

• En définissant les objectifs de la mission, l’auditeur est en mesure de l’organiser, de la


planifier, de mieux en estimer le temps et le coût.

En générale la phase de prise de connaissance s’effectue au siège de l’audit sans aller sur le
terrain , de surcroît, elle permet d’économiser les frais de déplacement , de profiter des
possibilités et d’appuyer sur les compétences et la documentation des services et d’avoir
recours à divers compétences .

Donc réussir cette phase nécessite de la part de l’auditeur une conscience et une maitrise de
deux variables primordiales qui sont :

 Le temps : Elle peut aller d’une simple mise à jour des connaissances de quelques
heures ou quelques jours, jusqu’à une véritable formation étalée sur une durée
sensiblement plus longue.

12
Audit interne-Phase de préparation

Elle varie en fonction de trois facteurs :


 Complexité du sujet, qui est en général en relation avec l’importance de la
mission.
 Le profil de l’auditeur selon sa formation, ses expériences, il a déjà une bonne
connaissance du sujet ou bien au contraire il n’en a aucune idée.
 La qualité des dossiers d’audit qui regroupent les papiers de travail, les
documents, et les informations réunis lors des audits antérieurs.
 Les moyens :

On distingue entre :

Le questionnaire de la prise de connaissance : c’est un questionnaire récapitulant les


questions importantes dont la réponse doit être connue si l’on veut avoir une bonne
compréhension du domaine à auditer. Il ne s’agit pas des questions que l’on pose mais des
questions que l’on se pose c’est-à-dire l’auditeur ne pose pas les questions juste par ce qu’il
s’agit d’une étape de sa mission au contraire, il s’agit d’une démarche qui consiste à poser des
questions pertinentes. Ce document est indispensable vue qu’il permet de définir le champ
d’application de la mission, ainsi il est considéré comme une base de donnée pour
l’élaboration du questionnaire du contrôle interne.

 Exemple d’un questionnaire de prise de connaissance :

Lors d’une mission d’Audit de la paie l’auditeur construit un questionnaire de prise de


connaissance comprenant (à titre indicatif) les informations suivantes:

Données quantitatives :
- Montant des frais de personnel de l’année;
- Réparation par catégorie de personnel;
-Nombre d’employés rémunérés;
-Nombre de bulletin de paie;
-Les banques concernées;
- Les nombres de centre de paiement;
- Salaires payés :
* en espèce
* par chèque
* par type de virement

13
Audit interne-Phase de préparation

Information Réglementaires
-Dispositions des statuts et règlement intérieur
- Règles et procédures :
* fixation des niveaux de rémunération
* prêts et avances
* autorisation de paiements ou virements
* régime des heures supplémentaires
* Procédures
* Procédure de préparation de la paie
* Procédure de calcul
* Procédure de paiement
Organisation
• Organisation du service ordonnancement de la paie
• Noms des personnes concernées
• Toutes informations sur l’environnement
• Toutes ces questions appellent à des investigations de la part de
l’auditeur interne

 Questionnaires VTT : Les questionnaires volumes et types de transaction (VTT)


recensent les éléments statistiques de l’unité en volume ou en valeurs et vont
permettre, au-delà de la simple photographie instantanée d’avoir une meilleure vision :
en mesurant les évolutions et en faisant des comparaisons, en mettant en évidence des
écarts, et en récupérant par anticipation des présomptions d’anomalies. Mais ils vont
surtout permettre à l’auditeur de bien connaître les ordres de grandeur des chiffres
importants. En effet il n’est pas utile pour un auditeur réalisant une mission dans un
secteur vente de savoir que le chiffre d’affaires mensuel moyen dudit secteur est de
116 285 €. En revanche, il lui est indispensable de savoir que ce chiffre est « de l’ordre
de 100 000 € ». En l’absence d’une telle connaissance, on imagine aisément la
confusion de cet auditeur face au responsable du secteur lui annonçant « ce mois-ci
nous avons réalisé50 000 € de chiffre d’affaires » et ne sachant s’il doit se réjouir ou
s’affliger. La quête de tous les éléments chiffrés est donc indispensable. Elle s’ajoute
aux autres éléments d’information, l’ensemble constituant le QPC au sens large du
terme.

14
Audit interne-Phase de préparation

Exemple du questionnaire VTT :


Dans la perspective d’un audit sur la paie, l’auditeur doit construire un questionnaire
lui garantissant la connaissance des informations suivantes :
1. Données quantitatives (VTT) :
- Montant du payroll ;
- Montant des charges sur salaires,
- Répartition par catégories de personnel ;
- Nombre d’employés rémunérés ;
- Nombre de bulletins de paie ;
- Banques concernées ;
- Nombre de centres de paiement ;
- Salariés payés : en espèces / par chèques /par virements.
2. Informations réglementaires :
- Dispositions des conventions collectives ;
- Règles et procédures internes :
-Fixation des niveaux de rémunération ;
- Prêts et avances ;- autorisations de paiements ou virements ;
- Régime des heures supplémentaires.
3. Procédures :
- procédure de préparation de la paie ;
- procédure de calcul (éventuellement procédure informatique) ;
- procédure de paiement.
4. Organisation :
- organisation des centres de paiement (organigrammes hiérarchiques) ;
- noms des personnes concernées ;
- toutes informations sur l’environnement.
5. Système d’information :- Traitement informatique de la paie.
Toutes les informations mentionnées ci-dessus constituent autant de têtes de chapitre
que l’auditeur doit explorer et approfondir en fonction de ses connaissances.

Autres moyens : au cours de cette phase d’apprentissage, on va procéder à


la première prise de contact et aux premières interviews. Elles sont tout à la
fois un moyen de connaître et de se faire connaître. Conduite plus

15
Audit interne-Phase de préparation

généralement par le chef de mission (ou le chef de service pour les audits
importants).
À la différence des interviews ultérieures, celles-ci concernent le ou les
responsables de plus haut niveau dans l’activité auditée. C’est au cours de
ces premiers entretiens que le chef de mission se documente sur les
préoccupations et priorités du management.
• grilles d’analyse des tâches : La grille d’analyse des tâches, c’est la
photographie à un instant T de la répartition du travail. Sa lecture va
permettre de déceler sans erreur possible les manquements à la séparation
des tâches et donc d’y porter remède. Elle permet également de faire le
premier pas dans l’analyse des charges de travail de chacun .donc elle
permet de bien comprendre la répartition des travaux entre les principaux
acteurs.

Exemple : Dans une PME le processus de paiement des factures fournisseurs comporte
10 opérations ; donc on peut établir la grille suivante :

•Diagramme de circulation :

C’est une représentation graphique d’une suite d’opérations dans laquelle les différents
documents, sont représentés par des symboles réunis les uns aux autres suivant l’organisation
administrative de l’entreprise.

16
Audit interne-Phase de préparation

L’élaboration d’un diagramme de circulation améliore la perception de l’entreprise par le


classement et le tri des données, structurées sous une forme synthétique.

Elle doit permettre de faire ressortir les éléments suivants :

Division des responsabilités pour diverses opérations,


Localisation des points d’action, de décision, de contrôle,
Description des documents utilisés pour le transport de l’information ou des
instructions,
Liaison avec d’autres circuits, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de
l’organisation.

Comme toute technique standardisée, le diagramme de circulation doit comprendre un


certain nombre de symboles et de conventions. Toutefois, quels que soient les symboles utilisés
les principes restent les mêmes.

Exemple : de diagramme de circulation

On distingue deux types : Le diagramme vertical est généralement utilisé pour décrire les
procédures simple .Et le diagramme horizontal qui est fréquemment utilisé dans le cas d'une
procédure complexe.

17
Audit interne-Phase de préparation

•Diagramme de circulation : flow chart

Est une représentation graphique d’une suite d’opérations dans laquelle les différents
documents, sont représentés par des symboles réunis les uns aux autres suivant l’organisation
administrative de l’entreprise.

L’élaboration d’un diagramme de circulation améliore la perception de l’entreprise par le


classement et le tri des données, structurées sous une forme synthétique.

Elle doit permettre de faire ressortir les éléments suivants :

Division des responsabilités pour diverses opérations,


Localisation des points d’action, de décision, de contrôle,
Description des documents utilisés pour le transport de l’information ou des
instructions,

18
Audit interne-Phase de préparation

• Rapprochements statistiques divers :

A- Les sondages statistiques :

19
Audit interne-Phase de préparation

L’audit interne intègre les techniques de l’échantillonnage sous les termes de « sondages ».
Dans la plupart des opérations de sondage ou d’échantillonnage, l’échantillon est choisi à partir
d’une série d’articles ( la population ), en se proposant que l’échantillon soit représentatif de la
population, c’est-à-dire que l’échantillon réunisse, approximativement, les mêmes qualités ou
caractéristiques que celles qui sont présentes dans la population considérée dans son entier .La
finalité du sondage statistique pour l’auditeur est de trouver une information simple qui permet
de détecter un phénomène, une erreur, un dysfonctionnement, il veut connaître rapidement
l’ampleur de ce phénomène, de cette erreur, de ce dysfonctionnement.
B-L’interview :
L’interview est un outil que l’auditeur interne utilise fréquemment. De surcroît, l’interview
d’audit interne ne saurait être confondue avec des techniques d’apparence similaire : ce n’est ni
une conversation, ni un interrogatoire. En audit interne, l’interview est coopérative.
Les sept règles d’une bonne interview :
 1re règle : respecter la voie hiérarchique
 2e règle : rappeler clairement la mission et ses objectifs
 3e règle : évoquer les difficultés, les points faibles, les anomalies rencontrées
 4e règle : adhérer aux conclusions de l’interview
 5e règle : conserver l’approche système
 6e règle : savoir écouter
 7e règle : considérer son interlocuteur comme un égal.
• Examen des rapports d’audits antérieurs : cela ne peut être que si l’entreprise audité, avait
déjà fait l’objet d’une mission d’audit. Elle consiste donc à faire des rencontres avec l’ancien
auditeur pour construire au moins une idée sur l’entité audité.

Ces divers outils ne sont pas utilisés pour des fins de tests mais comme moyen d’acquérir des
connaissances, C’est-à-dire qu’on ne rentre pas encore dans le détail opérationnel des tâches.
Ces connaissances étant acquises, l’auditeur va pouvoir les tester en construisant un document
indispensable appelé le tableau de risques. Ce qui fera l’objet de notre prochaine partie.

20
Audit interne-Phase de préparation

Partie 2 : Synthèse de la phase préliminaire


L’audit interne agit comme un médecin qui vous dit ‘’ revenez me voir dans dix jours ‘’ ou
‘’appelez-moi ‘’ .L’audit interne reviendra s’assurer que les recommandations ont été mises
en œuvre et suivies d’effets.

Le médecin vous apporte une amélioration si son diagnostic est bon, l’auditeur interne à une
obligation de résultats : celle que le processus de management des risques, de contrôle, et de
gouvernement d’entreprise s’améliore réellement. De ce fait une évaluation des risques est
nécessaire.

Section 1- Evaluation des risques :


 Cadre conceptuel du risque :

Tous tournent au tour de la notion risque, celle-ci est considérée comme la prise en compte
d'une exposition à un danger, un préjudice ou autre événement dommageable, inhérent à une
situation ou une activité. Le risque est aussi défini par la probabilité de survenue de cet
événement et par l'ampleur de ses conséquences.

Prenons un exemple dans notre quotidien : la notion de risque est associée d’une part à
celle d’incertitude et d’événement incertain : « il risque de pleuvoir » et d’autre part à ce que
l’on encourt si l’événement se réalise : « je risque de me faire tremper ». Dans notre exemple
l’objectif est implicite : « rester sec et net », mais il aurait mieux valu l’expliciter.

« Événement incertain qui a une conséquence dommageable quant à l’atteinte d’un objectif »,
est-on exhaustif dans l’appréciation des différents paramètres liés au concept de risque ? Non
: « On ne se fait pas tremper parce qu’il a plu mais parce qu’à la fois il a plu et on n’avait pas
de parapluie. » L’absence de parapluie devient l’une des causes, et à y réfléchir c’est la cause
maîtrisable, donc la cause intéressante. « Je me suis fait tremper parce que je n’avais pas de
parapluie. » La cause est l’absence de parapluie, la pluie n’est que la circonstance. Nous
donnerons donc la définition suivante du concept de risque : « Le risque est un concept

21
Audit interne-Phase de préparation

signifiant la possibilité que la combinaison d’un événement incertain et d’un mode de


fonctionnement aléatoire ait pour conséquence la non atteinte d’un objectif. »5

6
Source : Audit interne et référentiels de risques

Le “Risque” est donc un triptyque : la possibilité que la combinaison d'un événement (ou
circonstance) et d'un mode de fonctionnement (ou facteur organisationnel) compromette
l'atteinte d'un objectif.

Ce risque doit être managé, gérer aux trois moments : avant –pendant-âpres les mesures visant
à:

1. empêcher le risque de se matérialiser : “prévention”,

2. s'apercevoir que malgré cela il est advenu : “détection”,

3. limiter ses conséquences : “protection”.

5
Audit interne et référentiels de risque, Pierre SCHICK Jacques VERA Olivier BOURROUILH-PARÈGE
6
Audit interne et référentiels de risques
Olivier Bourrouilh-Parege

22
Audit interne-Phase de préparation

C’est l’effet le plus souvent à chacun des trois moments, qu’il faut agir, un seul suffit
rarement.

Gérer le risque se compose donc de :

1Triptyque logique : circonstance +cause =conséquence

3 types de mesures : prévention-détection –protection

Pour mieux comprendre ce qu’on vient de dire, on pourra le présenter dans le schéma ci-
dessous :

Source : Olivier Lemant, « L’audit interne » page 5.

Exemple du cabinet PWC 7 :

7
PricewaterhouseCoopers
23
Audit interne-Phase de préparation

80 % des interviewés considèrent que les menaces se multiplient, mais seulement 12 %


pensent très bien les gérer. Les risques considérés comme croissants les plus souvent cités
concernent :

– l’incertitude économique ;

– les réglementations et politiques gouvernementales ;

– la sécurité et la confidentialité informatique ;

– la protection des données ;

– les dépenses publiques et la fiscalité ;

– la concurrence ;

– le changement de comportement des consommateurs ;

– les marchés financiers ;

– les grands projets (type ERP)

– les ressources clés et le droit du travail

Enquête PwC1

Le risque peut être :

RISQUE

Faible Moyen Important

Risque faible (rare, impact limité). L’entreprise peut vivre avec ce risque.

Risque moyen (conséquence plus ou moins limité).

24
Audit interne-Phase de préparation

Risque important (catastrophe).

La mesure des risques :

 Contrôle, visite, observation.

 Effectuer une cartographique des risques.

 Mesure de risque a l’œil.

 Entretien et sondage, enquête ou l’importance de recensement

 Groupe de parole, sondage, enquête individuelle auprès des personnes.

Evaluation des risques : Diversité des méthodes

Après avoir effectué une prise de connaissance générale de l’entreprise, l’auditeur passe à une
étape encore plus importante celle de l’évaluation des risques, toute norme ne propose pas une
méthode unique, cela dépend plus du type de la mission d’audit.

A cet effet l’auditeur peut faire l’impasse sur la méthode, pensant connaitre suffisamment le
sujet audité .Cependant, même si les connaissances sont réelles, cela pourra tout de même
entrainer une omission d’une zone à risque, alors que s’il effectue une identification du risque,
le programme de travail peut être allégé en traitant les risques.

Par ailleurs, certains auditeurs préféreront une analyse poussé et minutieuse :

Pour bien mener cette identification, la méthode la plus utilisé est le tableau des risques, ce
tableau est effectué en deux étapes :

Plan d’approche Tableau des forces et des faiblesses

On va commencer par l’établissement du plan d’approche, chaque fonction va être découpé en


tache (opération) et chaque tâche sera segmenté et objectivé, en face de chaque objectif le
risque qui pourrait être encourus attaché à la tâche. Par la suite, il mentionnera les pratiques
communément admises (POCA), l’auditeur indique les moyens à mettre en œuvre pour cerner
le risque identifié .Une cinquième colonne sera consacré à une évaluation préliminaire du risque
selon son degré : important (catastrophe), moyen et faible, une dernière colonne ou l’auditeur
interne mentionne si le dispositif identifié comme important existe (oui) ou n’existe pas (non
=) TFfa

Le tableau ci-dessous présente le plan d’approche :

Tache Objectif Risque POCA 8

8
Pratique communément admise :
25
Audit interne-Phase de préparation

Opération Objectif assigné à Risque Indicateur et indice qui ont


la tache attaché à la permis de détecté le risque
tache

Exemple : -Sécurité -Perte Norme de livraison


Réception des - Avaries
marchandises -Conformité en
quantité et qualité -Procédure de
-Faire les réserves vérification
en temps voulu
-Procédure de
réserve

Apres avoir effectué le plan d’approche, l’auditeur va allonger le tableau du plan d’approche
et il établira le TFfa :

Tache (1) Objectif Risque(3) POCA (4) Opinion(5 Commentaire (6)


(2)
)
Opération Objectif Risque Indicateur et Risque l’auditeur indiquer si le
assigné à la attaché à la indice qui ont important( dispositif identifié
tache tache permis de i) comme important existe
détecté le Moyen (oui) ou n’existe pas
risque (m) (non )
Faible (fa)

Exemple : -Sécurité Perte -Norme de (non)


Réception des - Avaries livraison (i)
marchandises Conformité Non- -Procédure de important
en quantité conformité vérification
et qualité -Procédure de
réserve
-Faire les
réserves en
temps
voulu

26
Audit interne-Phase de préparation

(1) Tache : opération élémentaire


(2) Objectif assigné a la tache
(3) Le risque encourus lié a la tache estimé par l’auditeur
(4) En face de chaque risque, on va rappeler le dispositif qui devrait être trouvé pour
faire échec au risque identifié
(5) on demande à l’auditeur interne de procéder à une évaluation sommaire du
risque attaché à cette tâche. En général, on se satisfait d’une évaluation à trois
niveaux :
– risque important (i) ;
– risque moyen (m) ;
– risque faible (fa)
(6) L’auditeur interne se contente d’indiquer si le dispositif identifié comme
important existe (oui) ou n’existe pas (non). Incertitude, en effet, car il peut
exister et que tout marche de travers ou inversement ne pas exister alors que l’on
a trouvé d’autres moyens pour maîtriser convenablement la tâche dont il s’agit.

Section 2 -Le rapport d’orientation :

Dans chaque mission, les auditeurs internes doivent formaliser un plan qui leurs permettront
de préciser le champ d’intervention, les objectifs, la date et la durée de la mission, ainsi que
les ressources allouées. A l’issue de cette phase, les auditeurs doivent rédiger un rapport
d’orientation dans lequel l'auditeur synthétise les conclusions qu'il a pu faire sur les zones de
risques, les difficultés envisagées, rappelle les objectifs généraux et spécifiques.

Le rapport d’orientation définit et formalise les axes d’investigation de la mission et ses


limites, il les exprime en objectifs à atteindre par l’audit pour le demandeur et les audités. Il
doit être effectué à partir du tableau des forces et faiblesses apparentes et matérialisées par le
responsable d’audit interne. On l’appelle aussi « terme de référence » ou « plan de mission »
ou encore « référentiel de l’auditeur ».

27
Audit interne-Phase de préparation

 En matière de régularité : le contenu du rapport d’orientation s’impose aux audités.


Sa discussion consistera essentiellement à déterminer les modalités pratiquées de
l’intervention.
 En matière d’efficacité : l’auditeur intervient en véritable consultant interne pour
aider les responsables à rechercher, reconnaitre et rectifier les faiblesses de leur
organisation, il doit chercher à faire du rapport d’orientation un contrat moral de
prestations de services avec les responsables audités et la direction à l’origine de la
mission

Caractéristiques9 :
 C’est un contrat passé avec l’audité et qui va préciser les objectifs et le champ d’action
de la mission d’audit.
 Ce contrat est un contrat est un « contrat d’adhésion » : il n’appartient à l’audité
d’exiger des modifications. ce dernier peut demander, suggérer des modifications mais
le dernier mot appartient à l’audit interne
 Ce contrat va reprendre les éléments de l’identification des risques effectuée
antérieurement : c’est à partir de cette analyse que l’audit interne va définir et proposer
le champ d’application de sa mission en prenant en compte les domaines qui ont
révélé des risques apparents significatifs.
 Ce document représente un élément important, c’est le référentiel de l’auditeur, le
document auquel il doit se référer

Contenu :

Le rapport d’orientation définit les objectifs de la mission, ces derniers sont d’ordres
généraux et spécifiques :

 Généraux :
 Protection du patrimoine
 Fiabilité et intégrité des informations
 Respect des lois, règlement et contrats

9
Jacques Renard , théorie et pratique de l’audit interne , 8ème édition
28
Audit interne-Phase de préparation

 Efficacité et efficience des opérations


 Spécifiques :

Ils précisent de façon concrète les différents dispositifs de contrôle qui vont être testés par les
auditeurs, qui tous contribuent à la réalisation des objectifs généraux et qui tous se rapportent
aux zones à risque.

Pour identifier ces zones à risques, l’auditeur interne va devoir procéder à un arbitrage, et de
cet arbitrage va dépendre le contenu de son rapport d’orientation.

Les principes 10:

Le choix des orientations de la mission doit être effectué à partir du tableau des
forces et faiblesses apparentes signé par le responsable de l’audit interne :
- Les conclusions du tableau des forces et faiblesses apparentes seront
hiérarchisés en fonction des risques, de leurs conséquences et du degré de
confiance de l’auditeur et aussi en fonction de la philosophie du service d’audit
interne.

- Le chef de la mission prendra en compte :


o Les priorités d’actualité du groupe et celles plus locales
o Les préoccupations du management local
o Les objectifs incontournables du service d’audit

Le rapport d’orientation doit définir la mission en termes d’objectif à atteindre


par l’audit
L’objectif essentiel est de préciser les services qui vont être rendus à l’audité

Chaque fois que cela est possible, le rapport d’orientation sera discuté avec les
principaux responsables audités :
Le document final sera alors adressé aux responsables audités par le responsable de
l’audit interne

10
Olivier Lemant, la conduite d’une mission d’audit interne ,2ème édition Dunod
29
Audit interne-Phase de préparation

Il appartient à l’audit de définir la nature et l’étendue des travaux qu’il juge


nécessaires pour s’acquitter avec pertinence de sa responsabilité.
Il est à noter que le succès de la mission nécessite la confidentialité c’est pour cela que
ce document restera à l’état de « l’état interne d’orientations » adressé uniquement aux
auditeurs affectés à la mission voire au seul chef de mission

Modalités d’application :
1-comme déjà mentionné pour être pertinent le rapport d’orientation reprendra les
conclusions retenues au tableau des forces et des faiblesses apparentes, les priorités
d’actualité, les préoccupations du management et les objectifs incontournables
2- pour être percutant, le rapport d’orientation doit être formulé en termes d’objectifs à
atteindre pour le client et donc rédigé (1 à 2 pages) en faisant abstraction des futurs
travaux d’audit qu’il implique
3-sauf en matière de régularité on ne recherchera pas l’exhaustivité mais un bon
compris entre les attentes de la direction, du demandeur et des audités

Exemple :

Tableau 1 : Rapport d’orientation sur l’audit de la fonction travaux et entretien du


réseau automobile dans une compagnie pétrolière11 :

Objectifs généraux Rappel des quatre objectifs généraux du


contrôle interne, auxquels on ajoute le suivi
du dernier audit réalisé sur le sujet
Objectifs spécifiques On retrouve ici les zones à risques identifiés
lors de la phase d’identification des risques
apparents :
 Existence et connaissance de leur
mission par les responsables
 Compréhension des plans d’action
par les exécutants
 Respect des dispositions
réglementaires en matière de sécurité
 Respect des règles internes en
matière de contrats et d’appel d’offre
 Fonctionnement du suivi budgétaire
 Fiabilité des fichiers informatiques
inventoriant les pompes à entretenir

11
Jacques Renard, théorie et pratique de l’audit interne 8 éme édition page 223
30
Audit interne-Phase de préparation

 Contrôle de la qualité des prestations


fournies par les entreprises
extérieures chargées de l’entretien
Champ d’action  Toutes les unités rattachées à la
direction du siège
 Le service informatique
 Le service juridique

On constate par cet exemple que le rapport d’orientation est un document par nature très
concret et qui parle le langage de l’audité en se plaçant sans ambiguïté sur son terrain
professionnel.

Section 3-Programme de vérification :

Le programme de vérification est la gamme de fabrication à mettre en œuvre pour atteindre


les objectifs du rapport d’orientation. C’est un document interne au service d’audit, destiné à
définir, répartir dans l’équipe, planifier et suivre les travaux des auditeurs

Il définit les travaux que l’auditeur va effectuer pour vérifier, d’où son nom, la réalité des
forces et des faiblesses apparentes, confirmer l’existence des forces et évaluer l’incidence des
faiblesses. Ces travaux peuvent être des observations, des rapprochements, des
interviews…les diverses techniques que l’auditeur peut mettre en œuvre au cours du travail.

 En matière de régularité : les méthodes de l’audit interne ne seront en général pas


diffusées hors du service
 En matière d’efficacité : l’auditeur interne s’efforcera d’obtenir la collaboration de
toute personne ayant déjà abordé le sujet, et notamment des audités eux-mêmes et des
conseillers en organisation. Il aura souvent intérêt à discuter avec eux méthodes qu’il
envisage d’adopter

Les principes12 :
Les taches à effectuer par les auditeurs pour atteindre les objectifs du rapport
d’orientation doivent être définies dans un programme de vérification :

12
Olivier Lemant , la conduite d’une mission d’audit interne ,2ème édition Dunod
31
Audit interne-Phase de préparation

Ce document détaille les investigations à mener : il liste les questions qu’ils doivent se poser
et les entretiens à conduire, les études et quantifications à faire et les tests à effectuer, les
« pratiques de bonne gestion » à rechercher, les risques à éviter et les contrôles à valider, en
un mot les démarches de l’auditeur et leur raison d’être.

Pour établir son opinion, l’auditeur doit s’assurer que les forces qu’il a jugées critiques sont
réelles ; en revanche il lui est inutile de confirmer l’existence de forces qui ne servent pas à
établir son opinion. Quant aux faiblesses, l’auditeur doit les identifier, les prouver et évaluer
leurs conséquences pour qu’il puisse faire une opinion sur la gravité du problème et pour
persuader les audités d’agir.

Les auditeurs doivent comprendre les préoccupations et le travail concret à


effectuer en lisant le programme de vérifications : c’est pour cela que les sources
d’informations et la nature des travaux doivent être clairement définies. En revanche
les modalités de mise en œuvre n’apparaitront que sur les feuilles de couverture
Le programme de vérification doit servir 7 objectifs :
- Assurer le responsable de l’audit interne que toutes ses préoccupations sur le
sujet ont été prises en compte
- Permettre au chef de mission de répartir les tâches entre auditeurs : par
exemple si une tache doit être répétée dans plusieurs établissements, il doit
apparaitre autant de fois sur le programme de vérifications.
- Faire un planning après avoir évalué les taches et les avoir réparties
- Servir de guide à l’auditeur, par une relecture fréquente, et lui éviter de
déborder et de peaufiner
- Documenter le déroulement de la mission en notant quand et par qui ses
sections sont closes et en l’amendant en cas de besoin
- Servir de tableau synoptique de la mission en étant régulièrement enrichi des
informations : qui a effectué le travail ? quand a-il été terminé ? comment s’y
est-on pris et qu’a-t-on trouvé ? quels problèmes ont été identifiés
- Servir d’exemple et d’inspiration pour d’autres missions

Modalités d’application :

32
Audit interne-Phase de préparation

1- le programme de vérifications, établi par l’équipe d’audit en charge, reprend le rapport


d’orientation comme charpente et liste pour chaque objectif les travaux d’audit qui doivent
permettre de « boucler le contrat ». Pour le rédiger il faut surtout se concentrer sur un seul
objectif et dans ce but d’écrire en haut de chaque page du programme de vérifications
l’objectif du rapport d’orientation à atteindre

2- un programme de vérification ce n’est pas un rapport d’orientation détaillé ou une liste de


sous-objectifs mais c’est une liste d’actions concrètes dont on peut identifier le début et la fin
c’est pourquoi les travaux doivent être décomposés en taches distinctes afin de pouvoir les
attribuer aux auditeurs affectés à la mission

Ensuite il est nécessaire de lister les documents qu’il faut consulter et qu’il faut relire avant
d’exécuter les travaux. Ecrire pour les auditeurs intelligents qui seront interpréter.

Si ce n’a pas été fait auparavant, c’est lors de l’élaboration du programme de vérifications
qu’il faut faire la liste des compétences nécessaires et organiser leur obtention au moment
désiré, si elles ne sont pas déjà présentes dans l’équipe d’audit : recours à d’autres auditeurs
du service ou à l’extérieur.

3-pour piloter efficacement la mission, l’expérience montre qu’il est souhaitable de


décomposer ou regrouper les travaux en « sections » chacune doit être affectée à un auditeur,
ayant pour ordre de grandeur l’activité d’un auditeur pendant :

o 1 semaine pour une mission de plus de 1.5 mois sur le terrain


o 1 jour pour une mission de moins de 3 semaines sur le terrain

4- le programme de vérification est constitué de feuilles reprenant chacune en tête un objectif


du rapport d’orientation et listant dessous les taches à effectuer « qui fait quoi, quand, ou,
comment » :

-initiales ou nom de l’auditeur

-référence des papiers de travail produits

-date à laquelle la section a été terminée et éventuellement lieu

-modalités de mise en œuvre : interviews, tests, interrogations de fichiers...

33
Audit interne-Phase de préparation

Conclusion :
Pour conclure notre travail, on peut résumer les phases de la mission d’audit interne
comme suit :

34
Audit interne-Phase de préparation

35
Audit interne-Phase de préparation

Annexe :
Comité d’audit :
Le comité d’audit est :

Le comité d'audit assure une surveillance active des questions relatives à l'élaboration et au
contrôle des informations comptables et financières (contrôle de gestion, contrôle interne,
fiabilité des informations financières communiquées). Le comité d'audit joue également un
rôle de conseil auprès de la Direction Générale d'une entreprise.

Le rôle du comité d’audit :

Le comité d’audit a trois grands rôles :

1) L’examen des comptes annuels et semestriels de la société, voire trimestriels le cas


échéant.
Le comité d’audit s’assure de la pertinence et de la permanence des méthodes comptables
adoptées pour l’établissement des comptes consolidés et des comptes sociaux de l’entreprise.
Il vérifie que les procédures internes de collecte et de contrôle des informations garantissent
celles-ci, notamment la fiabilité des processus qui concourent à l’établissement des comptes et
la validité des méthodes choisies pour traiter les opérations significatives. Il est également
souhaitable que, lors de l’examen des comptes, le comité se penche sur les opérations
importantes à l’occasion desquelles aurait pu se produire un conflit d’intérêts.

2) La participation au choix des commissaires aux comptes et le respect des règles


garantissant leur indépendance et leur objectivité.
Le comité d’audit pilote la procédure de sélection des commissaires aux comptes et soumet au
conseil le résultat de cette sélection. Lors de l’échéance de leur mandat, la sélection ou le
renouvellement des commissaires aux comptes est précédé, sur décision du Conseil, d’un
appel d’offres supervisé par le comité d’audit. Il se fait communiquer les honoraires versés
par la société et son groupe au cabinet et au réseau des commissaires aux comptes et s’assure
que leur montant, ou la part qu’ils représentent dans le chiffre d’affaires du cabinet et du
réseau, ne sont pas de nature à porter atteinte à l’indépendance des commissaires aux
comptes. Il institue une relation directe avec les commissaires aux comptes et les auditionnent
régulièrement, y compris hors la présence des dirigeants, afin de prendre connaissance de leur
programme de travail, de s’assurer qu’ils sont en mesure d’exercer correctement leur mission
et de débattre avec eux des conclusions de leurs travaux.

3) L’établissement d’un dialogue avec les organes de contrôle du groupe, principalement les
auditeurs internes et les contrôleurs internes.
Il s’agit ici de déterminer les domaines prioritaires d’investigation de l’audit interne.

Selon les sociétés, le Comité d’audit peut également être chargé de veiller à ce que les

36
Audit interne-Phase de préparation

procédures d’analyse et de gestion des risques qui pèsent sur l’entreprise soient correctement
appliquées, ou encore d’apprécier le niveau de maîtrise et de contrôle de ces risques,
notamment à travers le contrôle interne.13

13
IFACI
37
Audit interne-Phase de préparation

Bibliographie :
Jacques Renard, « théorie et pratique de l’audit interne »,
édition 7
Olivier Lemant, « La conduite d’une mission d’audit interne »,
édition 2,1989 Dunod
Olivier Lemant, « l’audit interne », édition 2002

Mr Tarik Jellouli , « note de cours »,2016-2017

Pierre SCHICK Jacques VERA Olivier Bourrhili -PARÈGE, « Audit


interne et référentiels des risques », édition 2016, Dunod

Annexe

38

Vous aimerez peut-être aussi