Vous êtes sur la page 1sur 11

MEF : Étude des treillis 1/11

Modèle éléments finis


pour l'étude des treillis
Un treillis est constitué d'éléments barres qui ne travaillent qu'en traction compression. Nous allons utiliser
la méthode des éléments finis pour modéliser ces structures. Nous débutons par la présentation de
l'élément fini barre, en détaillant le calcul des matrices élémentaires permettant d'exprimer le principe des
travaux virtuel sous forme matricielle. Puis nous verrons comment utiliser ces résultats pour modéliser des
treillis bidimensionnels

L’élément fini barre


Approximation : Considérons un élément de longueur ℓ e ui uj
Le repère local de l'élément est orienté du nœud i vers le nœud j. i (e) j x
Les deux variables nodales sont les déplacements notés (ui , u j ) dans la direction x

Le champ de déplacement sur l'élément sera construit sur une approximation polynomiale à deux
paramètres de la forme
Approximation linéaire du champ de déplacement
 a (t ) 
u ( x, t ) = a1 + a2 x =< 1 , x >  1  Ici les paramètres ai n'ont pas de sens physique
a
 2 
( t )

L'approximation nodale sera construite en identifiant les déplacements nodaux à la valeur de


l'approximation soit :
en x = 0 u (0, t ) = ui (t ) = a1 a1 = ui
 u j − ui
en x = ℓ e u (ℓ e , t ) = u j (t ) = a1 + a2ℓ e nous en déduisons 
a
 2 =
ℓe
x x  ui (t ) 
D’où l'approximation nodale u ( x , t ) =< 1 − , >  Les paramètres ui , u j ont ici un
ℓ e ℓ e u j (t )  sens physique

Cette approximation sera notée : u = < N > {U e }


Les fonctions d’interpolation de l’approximation nodale sont :
1
 N (i ) = 1
N1
x
N1 ( x) = 1 − vérifie  1
ℓe  N1 ( j ) = 0 0 1
x/le

1
x  N (i ) = 0 N2
N 2 ( x) = vérifie  2
ℓe  N2 ( j ) = 1 0 1
x/le

La notion d'approximation nodale est fondamentale dans la méthode des éléments finis, elle permet
d’utiliser des variables qui ont un sens physique, et sur lesquelles nous pourrons directement imposer les
valeurs données par les conditions aux limites de type cinématique.

Expression matricielle des énergies élémentaires


Nous devons calculer, le travail des quantités d'accélération ainsi que le travail des efforts intérieurs et
celui des efforts extérieurs associé à notre élément, en utilisant l'approximation nodale.

1
MEF : Étude des treillis 2/11

ℓe
Le travail des quantités d'accélération est : δ Ae = ∫ ρ Suɺɺ δ u dx
o
Utilisons l’approximation nodale du champ des déplacements u = < N > {U e }
Le terme uɺɺ δ u = δ u T . uɺɺ = {δ U e } < N >T < N > {Uɺɺe }
T

ℓe
On peut alors sortir les variables nodales de l'intégrale δ Ae = {δ U e } ρ S < N > dx {Uɺɺe }
T
∫<N>
T

o
ℓe
δ Ae = {δ U e } [ M e ]{Uɺɺe } avec [ M e ] =
T
∫<N>
T
ρ S < N > dx
o
Nous venons de définir la matrice masse élémentaire, le calcul de l'intégrale se fait analytiquement,
on trouve : A titre d'exercice retrouver par le calcul
ρ S ℓ e 2 1  les coefficients de cette matrice
[M e ] =  
6 1 2 

ℓe
δ Ed = −δ Wint
Le travail des efforts intérieurs est : δ Wint = − ∫ ESu, x δ u, x dx
o
ℓe

∫ ES ( u,x )
2
Pour ce calcul utilisons l'expression de l'énergie de déformation : 2 Ed = dx
o
ℓe
u,2x = uT, x . u, x
2 Ed = {U e } ES < N, x > dx {U e }
T
∫ < N,x >
T
Utilisons l'approximation nodale
o
 1 − 1
[ Ke ]{U e } avec [Ke ] =
ES
Soit pour chaque élément 2 Ed = {U e }
T
− 1 1 
ℓe  

ℓ f
Le travail des efforts extérieurs est : δ Wext = ∫ f δ u dx + Fie δ ui + F je δ u j Fie F je
(e)
x
o i j

Pour la densité de charge f appliquée sur l'élément nous devons tenir


compte de l'approximation nodale pour exprimer le travail virtuel.
ℓe ℓe
Compte tenu de l’approximation δ We = {δ U e }
T
δ We = ∫ f ( x ) δ u dx ∫ < N ( x) >
T
f ( x ) dx
0 0
Nous pouvons effectuer le calcul de l'intégrale si la répartition de charge sur l'élément est connue.
ℓe 
 
Pour une charge f = Cte . On trouve δ We = {δ U e } {φe } , avec {φe } = f  2 
T

ℓe 
 2 
Ce calcul permet de calculer les charges nodales équivalentes au sens de l’approximation à une charge
volumique réelle appliquée à la structure
f f ℓe f ℓe
PTV 2 2
i j i j
Charge réelle Charge nodale équivalente

2
MEF : Étude des treillis 3/11

Exemple Objectif : Déterminer une approximation des premières fréquences de résonnance de la barre avec
un modèle élément fini.

xo ℓ Tester la méthode avec un modèle à 1 élément


Généraliser à n éléments (maillage régulier)
Modèle à 1 élément fini
1 2
ρ SL  2 1  ES  1 −1
[M ] = , et [ K ] = sur < u1 u2 >
xo 6 1 2  L  −1 1 
La condition : u1 = 0 Les vibrations de la barre sont modélisées par un système à 1 DDL
ρ SL ES ES ES
uɺɺ2 + u2 = 0 ω1 = 3 ≅ 1, 732
3 L ρ SL 2
ρ SL2
π ES ES
À comparer à la solution analytique ωi = ≅ 1,571
2 ρ SL 2
ρ SL2
L’erreur d’approximation 10% sur la première pulsation propre est importante car
on utilise une approximation linéaire pour une fonction sinusoïdale.

Modèle à N éléments finis


ES  1 −1  ρ SL  2 1
Pour tout élément [ K e ] = et [ M e ] =
L / n  −1  6n  1 
1 2 3 n n+1
1 2

Lorsque l'on somme les énergies de chaque élément pour obtenir l'énergie de la structure les matrices
élémentaires s'emboitent les unes avec les autres, en effet
ES 2
Pour l'élément 1 : 2 Ed 1 = (u1 − 2u1u2 + u22 )

ES 2
Pour l'élément 2 : 2 Ed 2 = (u2 − 2u2u3 + u32 )

ES 2
Soit pour les deux éléments 2 Ed 1+ 2 = (u1 − 2u1u2 + 2u22 − 2u2u3 + u32 )

Que l'on peut écrire sous forme matricielle 2 Ed1+ 2 = {U }
T
[ K ]{U }
 1 −1 0 
ES 
Avec [ K1+ 2 ] = −1 1 + 1 −1 sur {U } = < u1 u2
T
 u3 >

 0 −1 1 

c'est l'assemblage.
En généralisant aux n éléments on obtient une matrice (n + 1, n + 1) , mais il faut tenir compte de la
condition d'encastrement du premier nœud, tous les termes u1 sont nuls, la matrice assemblée réduite
est une matrice carrée de dimension n
 2 −1 
 −1 2 −1 
 
 −1 2 −1 
nES  
Matrice raideur assemblée réduite ( u1 = 0 ): [K ] =  −1 \ \ 
L
 \ \ \ 
 
 \ 2 −1
 −1 1 

De même pour l'énergie cinétique

3
MEF : Étude des treillis 4/11

4 1 
1 4 1 
 
 1 4 1 
ρ SL  
Matrice masse [M ] =  1 \ \ 
6n
 \ \ \ 
 
 \ 4 1
 1 2 

Pour le calcul des pulsations propres (voir fichier MAPLE sur le site)
 ES
ω1 ≅ 1, 61
 ρ SL2 ES
Avec n=2  à comparer à ωi = 1, 571 et 4, 712
ω ≅ 5, 63 ES ρ SL2
 2 ρ SL2

 ES
ω1 ≅ 1, 589
 ρ SL2

 ES ES
Pour n=3 ω2 ≅ 5,196 ωanal = 1,571 4, 712 et 7,854
 ρ SL 2
ρ SL2

ω ≅ 9, 426 ES
 3 ρ SL2
La convergence est lente (éléments de degré 1)
Avec la matrice modale calculée dans Maple vous pouvez tracer les modes sur la solution analytique, si le premier mode peut
être assez rapidement approché par des segments, il faudra un maillage très fin pour approcher la déformée modale des
modes supérieurs.

Modèle éléments finis d'un treillis


La démarche générale pour traiter un problème par une modélisation éléments finis est la suivante :
Analyse du problème choix de discrétisation (définition des inconnues)
Boucle sur les éléments Calcul des matrices élémentaires et charges généralisées
Assemblage & C. Limites équation matricielle à résoudre
Résolution déformée de la structure et efforts aux appuis
Post-traitement contraintes dans les barres et efforts aux nœuds.

4
MEF : Étude des treillis 5/11

Pour un treillis bidimensionnels


uj Soit une barre formant un angle α avec l’axe xo du repère global.
vj
j uj Pour effectuer l'assemblage nous devons exprimer le déplacement axial u
(e) x en fonction de ses composantes sur la base globale ( u , v ).
yo α u  u 
i u =< cos α sin α >   =< Cα Sα >  
xo v  v 
Appliquons ce changement de base aux nœuds de l’élément Ce n'est que la première ligne d'un
changement de base classique.
 ui 
  u   Cα Sα  u 
 =  
 ui  Cα
 =
Sα 0 0   vi 
  v   − Sα Cα   v 
u j   0 0 Cα Sα  u j 
 v j 

ES  1 −1
Reportons ce changement de base dans l'expression de l'énergie de déformation. {U e }  {U e }
T

ℓ e  −1 1 
T
 ui   ui 
v  T  
 i  C Sα 0 0  ES  1 −1 Cα Sα 0 0   vi 
2 Ed =    α  
u
 j  0 0 Cα Sα  ℓ e  −1 1   0 0 Cα Sα  u j 
v j  v j 
   
Nous en déduisons l’expression de la matrice raideur élémentaire sur les variables < ui vi uj vj >
[A] − [A]  Cα Cα S α 
[K e ] = ES 
2

 avec [A] =  
ℓe − [ A] [ A]  Cα S α S α2 
Dans le cas bidimensionnel il est possible de mener les calculs à la main.

Ce n'est plus le cas pour les structures tridimensionnelles, c'est pourquoi nous les traiterons exclusivement
du point de vue numérique.

Assemblage et résolution
Pour chaque élément de la structure nous avons :
 Fie 
∀e [ M e ]{Uɺɺe } + [ K e ]{U e } = {φe } +   Les Fie sont les efforts du nœud i sur les
 F je  éléments e (effort appliqué à l'élément)
ℓe D'où le signe moins pour avoir les efforts
L'assemblage consiste à sommer les énergies élémentaires ∫ =∑∫ des éléments sur le nœud.
D e 0

Pour les efforts nodaux l'équilibre d'un nœud quelconque donne Fi − ∑ Fie = 0
e

Les Fi représentent les efforts extérieurs appliqués aux nœuds de la structure. Se sont soit des
charges données soit des efforts aux appuis (conditions cinématiques) qui sont des inconnues du
problème.
L'assemblage consiste à se donner un ordre de rangement des variables nodales dans le vecteur des
inconnues globales du système. En pratique (à la main) nous utilisons l'ordre lexicographique pour simplifier
l'écriture. La machine (calculateur) utilisera sa propre numérotation pour optimiser la vitesse de traitement
et la taille mémoire utile en fonction des algorithmes de résolution qu'il utilisera pour traiter les équations,
ces opérations sont transparentes pour l'utilisateur.

5
MEF : Étude des treillis 6/11

En statique nous utiliserons une décomposition du système matriciel en déplacements inconnus (nœuds
ou les charges sont données) et déplacements imposés (les charges sont alors inconnues).
[ K11 ] [ K12 ]   {U i }  {Fd }
  =  
[ K 21 ] [ K 22 ] {U d }  { Fi } 
Le premier bloc d'équations nous donne le vecteur des déplacements nodaux inconnus:
{U i } = [ K11 ] {{Fd } − [ K12 ]{U d }}
−1
C’est le système réduit

En reportant dans le second nous obtenons le vecteur des efforts de liaison inconnus:
{Fi } =  K 22 − K 21K11−1 K12  {U d } +  K 21 K11−1  {Fd }
Dans les exercices très souvent les déplacements sont imposés nuls, ce qui simplifie les écritures et les
{U i } = [ K11 ] {Fd } {Fi } = [ K 21 ]{U i }
−1
calculs puis

Post-traitement
Pour effectuer le dimensionnement d'une structure nous avons besoin de calculer l'état de contrainte dans
la structure, pour un treillis cela revient à calculer l'effort normal dans les éléments.
Nous utilisons la loi de comportement intégrée :
N = ES u, x = ES < N, x > {U e } =
ES
(u j − ui ) = Cte
ℓe
L'état de contrainte est constant dans chaque élément fini

En statique, pour des treillis chargés aux nœuds le modèle éléments finis ne nécessite qu'un élément par
barre du treillis, il donnera la solution analytique exacte. Ce n'est évidemment pas le cas ni pour une
colonne chargée par son poids propre, ni pour les problèmes de dynamique, ou la solution exacte se
décompose sur une base de fonctions sinusoïdale (cf chapitre sur les solutions analytiques pour les barres) .

Dans le cas bidimensionnel, l’état de contrainte sur un élément est donné par :
ES ES u j − ui 
N= (u j − ui ) = < Cα Sα >  
ℓe ℓe  v j − vi 
Exemple
F Analyse
a Nous avons 3 nœuds à 2 variables par nœuds (ui , u j ) les déplacements
a 2 du nœud dans le plan. Modèle à 6 degrés de liberté
yo
{U } = {u1 v1 u2 v3 }
T
xo v2 u3
v3 vecteur des déplacements nodaux
u3
3
Les conditions aux limites :
a
u = 0 X
Appui au nœud 1 :  1 soit deux efforts inconnus :  1
1
a 2 2 u2
 v1 = 0  Y1
Appui glissant au nœud 2 : v2 = 0 soit un effort inconnu : Y2
3
F Le travail virtuel des efforts donnés et inconnus appliqués à la structure
Y1 a Y2 conduit à l’expression du vecteur des forces nodales :
{F } = { X 1 0}
T
1 X1 a 2 2
Y1 0 Y2 F
{U } = {0 v3 }
T
pour 0 u2 0 u3

6
MEF : Étude des treillis 7/11

 0   X1  Nous avons donc 6 inconnues pour 6 équations


 0  Y  Les équations 3,5, et 6 nous permettent de déterminer le champ de
   1
u   0  déplacement de la structure (sa déformation).
[ K ]  02  =  Y  Les équations 1, 2 et 4 nous donnerons les efforts aux appuis en fonction de
   2
u3   F  ces déplacements.
    Calculons la matrice raideur [K] de cette structure.
 v3   0 
u1 u2
3 Pour l’élément 1 (1,2) 1 2
a 2
a ES  1 −1
 sur {u1 u2 }
(2) (3)
K1 = 
a 2  −1 1 
(1)
1 2
yo a 2

xo  1 1 −1 −1
 
v3 ES  1 1 −1 −1
Pour l’élément 2 (1,3) K2 =
3 u3 2 a  −1 −1 1 1 
 
a  −1 −1 1 1 
sur {u1 v3 }
v1
α = 45° v1 u3
1 u1
 1 −1 −1 1 
v3
 
ES  −1 1 1 −1
3 u3 Pour l’élément 3 (2,3) K3 =
2a  −1 1 1 −1
a  
 1 −1 −1 1 
v2
α = 135°
sur {u2 v3 }
2 u2
v2 u3
L’énergie de déformation totale de la structure est la somme des énergies de déformation de chaque
élément, l’assemblage des matrices consiste à ranger chaque terme dans une matrice globale définie sur
le vecteur {U } = {u1 v1 u2 v3 }
T
v2 u3

D’où la matrice globale


1 + 2 1 − 2 0 −1 −1  les termes de
  la matrice K1 sont en bleu
 1 1 0 0 −1 −1  la matrice K2 sont en rouge
ES  1  la matrice K3 sont en vert
[K ] =  − 2 0 1+ 2 −1 −1
2a  0 0 −1 1 1 −1 
 
 −1 −1 −1 1 1 + 1 1 − 1
 −1 −1 1 −1 1 − 1 1 + 1

L’équation matricielle [ K ]{U } = { F } à résoudre est la suivante :


1 + 2 1 − 2 0 −1 −1  0   X1  Les 3 équations donnant les
 
−1 −1  0   Y1 
déplacements nodaux sont en
 1 1 0 0 bleu
ES  − 2 0 1+ 2 −1 −1 1  u2   0  Celles permettant de calculer
  =  les efforts sont en rouge
2a  0 0 −1 1 1 −1  0   Y2 
 
 −1 −1 −1 1 2 0  u3   F 
   
 −1 −1 1 −1 0 2   v3   0 
Pour résoudre nous tenons compte des conditions aux limites cinématique ce qui réduit le système à 3
équations. Ce système réduit est :

7
MEF : Étude des treillis 8/11

 F a
u2 = ES
1 + 2 −1 1  u2   0   2
Allure de la déformée
ES       F 1
 −1 2 0  u3  =  F  u3 = a (1 +
u3
) F
2a  ES 2 2
 1 0 2   v3   0  
 F a 1
u2 2

v3 = −
 ES 2 2

Nous pouvons alors calculer les efforts aux appuis


L’équilibre global de la

 X 1 =
ES
2a
(− 2 u2 − (u3 + v3 ) ) structure est vérifié
F
  X1 = − F
 ES 
( u3 + v3 )
F /2
Y1 = − Y1 = − F / 2 −F
 2 a Y = + F / 2 1 2

 ES  2 −F / 2
Y 2 = ( − u 2 + u3 − v3 )
 2a
Post-traitement
Calculons l'effort normal dans les éléments L’équilibre de chaque nœud
 ES est vérifié
 N1 = ( u2 ) = F / 2 F
 a 2 N2 N3
 ES N 2 (2) (3) N3 F / 2
N = ES u, x ==>  N 2 = ( u3 + v3 ) = F / 2 −F
N1 (1) N1
 a 2
−F / 2
 ES
 N3 = − ( u3 − u2 − v3 ) = − F / 2
 a 2

Remarques
Tous les calculs sont systématiques et la démarche suivie sera toujours la même en statique.
Facilité de programmation de ce type de solution
Seule l’analyse, du problème et des résultats, reste à la charge de l’ingénieur.
La matrice raideur du système réduit était inversible " det( K ) ≠ 0 " car les conditions aux limites en
déplacement bloquaient tous les modes rigides de la structure.
Problème statique bien posé
Les efforts calculés aux appuis équilibrent parfaitement le chargement.
Les résidus d'équilibre sont nuls, car nous travaillons sur la solution analytique de l'équation
matricielle. Dans le cas d’une résolution numérique ces résidus doivent tendent vers zéro (erreur
numérique).

Les contraintes calculées sur les éléments équilibrent de façon exacte (aux résidus près) les charges
nodales. Ceci est vrai dans ce cas particulier « calcul statique d’un treillis chargé aux nœuds » car
l’approximation utilisée représente le champ exact de la solution analytique « effort normal constant dans
chaque élément de la structure ».
Erreur de discrétisation qui est nulle
En post – traitement il est possible d’isoler un à un chaque élément de la structure pour écrire l’équation
matricielle de l’équilibre de l’élément. Ces calculs permettent de déterminer les efforts internes aux nœuds
de la structure, nous en donnons des exemples dans les exercices de cours.

8
MEF : Étude des treillis 9/11

Exercices
Les exercices de cours sont corrigés sur le site, il faut chercher les réponses avant de consulter le corrigé.
Exercice 8 : Modélisation EF d'une colonne sous son poids propre
Objectifs : Notion d'erreur de discrétisation, et analyse des résultats EF.
Étude de convergence en affinant le maillage.
x 1- Établir l'équation matricielle d'un modèle à un élément fini
Analyser les résultats aux nœuds (déplacement & efforts)
Tracer les résultats sur l'élément (déplacement & efforts)
g ℓ = 6h
2- Construire le modèle utilisant deux éléments finis identiques
Analyser les résultats aux nœuds (déplacement & efforts)
Tracer les résultats sur les éléments (déplacement & efforts)
3- Modèle à 3 éléments, pour affiner le maillage dans la zone la plus contrainte
nous utilisons 3 éléments de longueur h, 2h, et 3h.
Déduire des calculs précédents l'équation matricielle du modèle.
Tracer les résultats sur les éléments (déplacement & efforts)
Pour améliorer la solution éléments finis nous avons augmenté le nombre d'éléments et densifié le
maillage dans la zone la plus chargée. Cette méthode dite « h convergence » demande en général un
nombre élevé d'éléments finis.
La figure suivante présente les résultats d’un modèle éléments finis en contraintes planes. Pour quantifier l’erreur relative à
cette discrétisation, la démarche est identique à celle de cet exercice, elle est basée sur l’analyse de la discontinuité du
champ des contraintes entre deux éléments adjacents.

en MPa

Dans cette section le diagramme des contraintes est le suivant


σ VM solution cherchée

Discontinuité
145
solution éléments finis L’erreur est beaucoup trop importante.
constante par morceau
Ce modèle n’est pas satisfaisant, il faut
83
affiner le maillage
62

9
MEF : Étude des treillis 10/11

Exercice 9 : Utilisation d'éléments finis de degré deux


Objectifs : Amélioration de la convergence en augmentant le degré de l'approximation
x
Pour approximation polynomiale du second degré de la forme.
u ( x, t ) = a0 + a1x + a2 x 2 = < 1 , x, x 2 > {ai }
g ℓ = 6h
u1 u2 u3 x
Nous devons utiliser un élément fini à 3 nœuds, et
3
construire l'approximation nodale sur < u1 u2 u3 >
1 2
l

1- Déterminer les fonctions d'interpolation nodale de cet élément de degré 2.


2- Calculer la matrice raideur élémentaire correspondante.
3- Calculer la force généralisée due au poids propre de cet élément.
4- Déduire des calculs précédents les résultats avec un modèle à 1 élément fini de la colonne.
Pour améliorer la solution éléments finis nous avons augmenté le degré de l’approximation
élémentaire. Cette méthode dite « p convergence » est en général beaucoup plus rapide, elle
nécessite moins d’éléments finis.
Les figures suivantes illustrent les deux choix d’améliorations possibles d’un modèle numérique dont l’erreur liée à un
maillage grossier est trop importante.

En affinant le maillage localement En utilisant des éléments de degré 2


"h" convergence "p" convergence

Exercice 10 : Étude d’un treillis symétrique de trois barres


Objectifs : Techniques de mise en œuvre de la méthode des éléments finis, changement de base,
assemblage, résolution, calcul des efforts, et vérification des équations d'équilibre.
h Considérons le treillis de trois barres ci-contre
Modélisation.
h Préciser la numérotation de vos éléments et de vos nœuds.
Définissez vos vecteurs globaux :
F {U } vecteur des déplacements nodaux (ui , vi )
{FD } vecteur force généralisé associé aux efforts donnés
{FI } vecteur force généralisé associé aux efforts inconnus
Calcul de la matrice raideur
Exprimer la matrice raideur de chaque élément sur ses variables nodales.
En déduire l'expression de la matrice raideur assemblée complète.

10
MEF : Étude des treillis 11/11

Extraire la matrice raideur réduite.


Résolution statique - Efforts aux appuis
Déterminer la déformée statique, et représenter l'allure de la déformée.
Calculer les efforts aux appuis, et vérifier l'équilibre global de la structure.
Post traitement
Calculer les contraintes sur chaque élément, puis vérifier l'équilibre du nœud qui est chargé.
Isoler une des barres à 45° de la structure, et calculer les efforts extérieurs sur cet élément.
Retrouver les résultats précédents.
Utiliser la symétrie
Préciser le nouveau maillage en tenant compte de la symétrie.
Calculer la matrice raideur réduite et retrouver la solution en déplacement.

Exercice 11 : Modélisation EF du treillis de l'exercice 7


Objectifs : Élimination des mouvements d'ensemble, et prise en compte des symétries.
F
ℓ Nous cherchons la réponse statique du treillis de 6 barres, en utilisant
un modèle éléments finis.
1. Pourquoi ce problème est-il mal posé ?

2. Définir un modèle EF de la structure qui soit bien posé.
3. Simplifier le modèle en tenant compte des symétries.
F
4. Déterminer la déformé statique et les efforts dans les barres
Validez vos résultats.

Pour assimiler le cours il faut traiter des exercices non corrigés.

Votre parcours pédagogique


Ce thème de cours sur l'étude des treillis et des barres en élasticité linéaire est terminé.
Vous avez vu :
Les hypothèses du modèle et les équations qui en découlent.
Les méthodes de résolution analytique de problème monodimensionnel statique et dynamique.
Les méthodes de résolution analytique de problème bidimensionnel simples en statique.
L'utilisation de la méthode des éléments finis.
Pour aller plus loin vous pouvez étudier la résolution des problèmes en plasticité, à savoir le calcul élasto-
plastique d'un treillis simple. L'intérêt de ce chapitre sera de vous initier aux méthodes de résolution des
problèmes non linéaire.
Parcours conseillé
Étude des portiques Ce parcours vous permettra de consolider vos connaissances avant de passer
aux problèmes non linéaires.

11