Vous êtes sur la page 1sur 2

14 N°3311 — DU 27 DÉCEMBRE 2017 AU 9 JANVIER 2018 — RIVAROL

Corneliu Codreanu, patriote roumain, soldat


C ORNELIU Codreanu (1899-1938) est
le plus fascinant des représentants de
la mouvance fasciste de l’entre-deux-
guerres. Sa carrière fulgurante ressemble à
une épopée qui se termine tragiquement, à
donnant la Roumanie, dès lors obligée de
capituler face à l’Allemagne (2).Ainsi, son
nationalisme fit corps dès le début avec l’an-
tisémitisme et l’anticommunisme. Le jeune
Codreanu, pour sa part, qui brûlait de s’enrô-
passionné, fougueux, veut foncer et en dé-
coudre avec ses adversaires. Il fonde, au sein
de la Ligue, sa propre tendance, Fraternité
de la Croix (Frăţia de Cruce), dont les mani-
festations suscitent l’action répressive de la
efficaces de tout ce qui corrode, corrompt et
désagrège la civilisation chrétienne : le pro-
testantisme, le libéralisme, la franc-maçon-
nerie, la démocratie. Cela dit, ils ne sont pas
les seuls. Codreanu fustige également les
trente-neuf ans seulement. Avec J.A. Primo de ler, entra alors à l’Ecole militaire d’infanterie police. Le 24 octobre 1924, Codreanu abat le minorités hongroise, ruthène et allemande
Rivera, il fut le seul à avoir péri de la main de de Botosani (1917). préfet de police de Iasi, Constantin Manciu, de la Roumanie.
ses ennemis, à ne pas avoir connu la Seconde dans l’enceinte même du tribunal. Arrêté, il C’est à une régénération intégrale — eth-
Guerre mondiale, et à ne pas avoir vu ses LE TEMPS DE L’ACTIVISME sera acquitté comme ayant été en état de lé- nique, physique, spirituelle, éthique et po-
idées accéder momentanément au pouvoir. VÉHÉMENT ET DE LA gitime défense, en raison de la brutalité de litique  — que Codreanu convie le peuple
l’action policière de Manciu, ce qui peut sur- roumain. Une régénération qui, pour réus-
NAISSANCE D’UN FORMATION DOCTRINALE prendre (4). Mais Cuza s’effraie du caractère sir, doit viser la nation dans son ensemble,
NATIONALISTE ROUMAIN de tête brûlée de son jeune adjoint (5). mais également l’individu. Codreanu en-
Codreanu commence à étudier le droit à Celui-ci est également un homme comme tend créer un « homme nouveau  » (omul
Codreanu, qui voulut incarner au plus haut l’université de Iasi, où sa famille s’était ins- les autres, ayant une vie sentimentale et nou). Là encore, l’analogie avec le fascisme
point l’identité nationale roumaine, n’est pas tallée. Là il subit l’influence d’Alexandru amoureuse. Son physique agréable et sa forte et le national-socialisme est frappante. Les
un Roumain de pure race. Certes, ses as- Cuza, professeur d’économie, nationaliste, personnalité lui valent d’ailleurs des succès adhérents à la Légion subissent un rite de
cendants paternels étaient des Roumains de agrarien et chrétien de stricte obédience, féminins. Le 4 juin 1925, il épouse Elena passage sélectif, et doivent prêter serment
Bucovine portant le nom de Zelea (1). Mais dont les propos et les écrits lui permettent Ilinoiű, de trois ans sa cadette, fille d’un de fidélité au Capitaine. La Légion fait acte
ses aïeux maternels étaient d’origine ba- d’étoffer sa pensée. Il adhère, en 1919, à la fonctionnaire des chemins de fer. Déjà très d’allégeance à l’Eglise orthodoxe roumaine,
varoise et répondaient au nom de Brunner. Garde de la Conscience nationale (Garda connu et à la tête d’un mouvement composé et en introduit certains rites dans ses mani-
Ion Zelea, fils de paysans, Constiintei nationale) d’hommes qui l’adulent, il se marie devant festations. Codreanu arbore fréquemment
professeur d’allemand, de Constantinu Pancu, 10 000 personnes. Le couple ne produira pas le costume folklorique roumain ; et, suivant
adopta le nom d’usage qui bénéficie de l’appui d’enfants, mais adoptera une fille, Cātālina. son exemple, les légionnaires sillonnent la
de Codreanu autour de du prestigieux maréchal campagne afin de convertir à leurs idées
1920. Son fils Corneliu, Averescu (3). C’est le LA LÉGION DE les masses paysannes. Les légionnaires af-
né à Husi le 13 septembre temps du coup de poing L’ARCHANGE MICHEL : fichent une foi mystique, sans concession,
1899, effectua ses études contre les socialistes. et se montrent prêts à mourir pour elle et
secondaires au lycée mili- C’est aussi le temps de IDÉOLOGIE ET ACTION pour leur cause nationale. Il y a en eux une
taire du monastère Dealu, l’antisémitisme militant : acceptation, et, pour quelques-uns, une re-
puis à l’école militaire de à la tête de l’Union des Ayant rompu avec Cuza, Codreanu fonde, cherche, du martyre. Lors de leurs affronte-
Bācau. Il en tira une foi Etudiants chrétiens, Co- avec Ion Mota et un groupe de jeunes mili- ments avec leurs ennemis, ils n’hésitent pas
chrétienne inébranlable dreanu exige une stricte tants, son propre mouvement, la Légion de à prendre des risques mortels, et sacrifient
marquée par le sens du limitation du nombre l’Archange Michel (Legiunea Arhanghelului volontiers leur vie (faisant d’elle une of-
caractère tragique de la d’étudiants juifs. Ses Mihail), à Iasi, le 24 juillet 1927. L’emblème frande) ; arrêtés, ils subissent héroïquement
condition humaine, illus- violences lui valent son (nous parlerions aujourd’hui de logo) de la les coups, blessures, tortures et conditions
trée par le calvaire et le expulsion de l’universi- nouvelle formation représente six barres de détention inhumaines.
supplice du Christ. Il en té. Malgré l’annulation noires entrecroisées (trois verticales et trois Selon Codreanu, les légionnaires, ainsi
fut également imprégné de fait de cette décision horizontales, se recoupant), ce qui permet à constitués, doivent devenir, pour tous les
de l’esprit de discipline par Cuza et la faculté de ses détracteurs de le comparer à une cage de Roumains, un exemple propre à transfor-
militaire, et cela explique droit, il ira poursuivre ses fer, expression par laquelle ils affectent de mer leur âme, à faire de chacun d’eux un
qu’il ait conçu son par- études ailleurs, à Berlin désigner sarcastiquement la Légion. Codrea- sujet habité par un idéal national tourné vers
ti comme une armée. et Iéna. Il séjourne éga- nu transforme cette appellation dévalorisante l’au-delà, préoccupé de l’esprit et non de la
Sa vocation de militant lement en France, où en une autre, « Garde de Fer » (« Garda de matière, capable de se sacrifier pour Dieu et
nationaliste lui vint du D.R. il découvre l’œuvre de Fier »), qui va couramment être utilisée pour la Patrie. Les légionnaires sont des témoins
spectacle, d’une part du Maurras et de Gobineau. désigner le mouvement. de la foi (jusqu’au martyre, éventuellement)
contraste entre la misère des paysans rou- Le premier lui donnera le sens de l’argumen- Codreanu vise l’instauration d’un régime et des héros, et les Roumains doivent leur
mains de Bucovine et la relative prospérité tation et de la démonstration, et l’aidera à assurant l’unité politique et morale de la na- ressembler. Tout Roumain doit receler un
des populations juive et allemande, d’autre structurer sa pensée ; le second le marque- tion grâce à l’action de la Légion, laquelle héros potentiel.
part de l’attitude de la Russie en 1917-1918 : ra par son racialisme, sa théorie de la déca- jouera un rôle d’éducation, d’encadrement
entraînés par les bolcheviks, les régiments dence liée au métissage, et sa conception de et de mobilisation. En cela, la Garde de Fer UN SUCCÈS AUPRÈS DU CLER-
russes se mutinèrent et saccagèrent les vil- la démocratie comme « le cimetière des civi- ressemble au parti national-socialiste alle-
lages roumains de Bucovine  ; puis les So- lisations ». Ces deux auteurs conforteront sa mand ou au parti fasciste italien. Les mili- GÉ, DE LA PAYSANNERIE ET
viets se retirèrent du conflit mondial, aban- haine de la démocratie, laquelle procède lar- tants de la Légion de l’Archange Michel DES JEUNES INTELLECTUELS
sont des “légionnaires”, et Codreanu est leur
1. L’occupation de la Bucovine par la gement, à ses yeux, du cosmopolitisme, dont “Capitaine” (Căpitanul) ; ils portent un uni- On pourrait penser que tout cela effraie la
Pologne les contraignit à changer leur nom les Juifs, sans patrie, sont le vecteur. Ainsi,
en “Zelinski” ; ils revinrent à leur patronyme dans la pensée de Codreanu, tout se tient : on forme et une chemise verte, sont organisés population et vaut aux légionnaires d’être
initial de Zelea après le rattachement de la ne peut jamais séparer en elle, fût-ce le temps comme une armée, défilent militairement, craints, abhorrés et isolés. Tel n’est pas le cas :
Bucovine à la Roumanie en 1918. d’une analyse, le nationalisme, le refus du font le salut romain. Codreanu multiplie les au contraire, la Légion rencontre un succès
cosmopolitisme, le rejet de réunions, les manifestations, les défilés. Il considérable dans toutes les classes de la so-
la démocratie, la référence défend une conception forte de l’identité de ciété : une bonne partie du clergé orthodoxe
la nation roumaine, dans ses discours et dé- lui témoigne sa sympathie, les agriculteurs
Bulletin d’abonnement à RIVAROL religieuse, l’antisémitisme et
le racisme ; tous ces éléments clarations, et également dans deux ouvrages, la voient d’un bon œil, et certains finissent
NOM : ….......................................................................................... sont mutuellement intri- où il essaie d’élaborer une doctrine précise : même par la préférer au parti national-paysan
qués, et chacun d’eux n’a de La Garde de Fer. Pour les Légionnaires de Iuliu Maniu et Ion Mihalache, ou à l’Union
Prénom : …....................................................................................... (1931), manuel à l’usage de ses hommes, et agraire de Constantin Argetoianu  ; surtout,
sens que dans et par ses rap-
Courrier électronique : …................................................................. ports aux autres. En 1923, il La Résurrection de la Race (1936). elle suscite l’emballement de bon nombre
fonde, avec Cuza, une Ligue Selon lui, le peuple roumain a une double d’intellectuels de haut niveau, d’enseignants,
Adresse : ….................................................................................... de Défense nationale Chré- origine, dace et romaine, qui a façonné son d’avocats (6), et même de scientifiques. Rappe-
tienne (Liga Apărării Natio- essence ; puis le christianisme lui a don- lons, ici, que des intellectuels aussi célèbres
…....................................................................................................
nal Crestine). Mais l’entente né une direction spirituelle et morale et le que Mircea Eliade, Emil Cioran, Eugène
Code postal : …................................................................................ entre les deux hommes va sens de l’idéal, achevant de constituer son Ionesco et Vintila Horia furent, dans leur jeu-
tourner court. Cuza, âgé de identité. Or, depuis le début du XXe siècle, nesse, de fervents partisans de la Garde de Fer.
Ville : …........................................................................................... cette dernière est menacée par des éléments Mircea Eliade, futur grand historien des reli-
56 ans, est peu enclin à la vio-
Pays : …............................................................................................ lence, et préfère le débat aca- étrangers, inassimilables, et qui, par là gions, définissait alors la Garde de Fer comme
démique  ; Codreanu, jeune, même, ne peuvent qu’avoir une influence l’artisan d’ « une révolution chrétienne visant
délétère. Ces éléments nocifs sont les Juifs, à créer une nouvelle Roumanie » et capable
Formule d’abonnement (cochez la formule choisie) : 2. Capitulation qui mena au peuple allogène, aux intérêts opposés à de « réconcilier la Roumanie avec Dieu  ».
• Trois mois : 40 €
Traité de Bucarest du 7 mai ceux de la nation. Les Juifs s’emploient à Emil Cioran publie deux livres politiques  :
• Six mois : 70 €
1918. miner un monde qui n’est pas leur patrie ; La transfiguration de la Roumanie (1936),
• Un an : 125 € 3. Ancien chef d’état major aussi apparaissent-ils, sinon comme tou- expression de ses convictions “légionnaires”,
• Deux ans : 215€ général, héros des guerres
balkaniques et de la Grande jours les fondateurs, du moins comme les et Des larmes et des saints (1937), essai xéno-
• Soutien 1 an : 175 €
• Propagande 1 an : 210 € Guerre, le maréchal Alexandru vecteurs, les relais et les auxiliaires actifs et phobe et antisémite.
• A vie : 2 000 € (3000 € avec l’abonnement à vie à Ecrits de Paris) Averescu (1859-1938) fut Cet engouement s’explique par le vent
• Numérique : 80 € (150€ pour un abonnement papier et numérique) trois fois président du Conseil 4. En réalité, il est vraisemblable que Codreanu nationaliste qu’a fait souffler sur le pays le
• Prélèvement mensuel : 12 € par mois (15 € pour un abonnement à (janvier-février 1918, mars ait bénéficié de la relative sympathie que rattachement récent des territoires roumains
Ecrits de Paris en plus de celui de RIVAROL)

1920-décembre 1921, et suscitaient ses idées auprès du jury d’assises de des anciens empires austro-hongrois et
IBAN pour les abonnements par prélèvement mensuel : mars 1926-juin 1927). Il Iasi, et de la détestation générale qui entourait russe (Transylvanie, Bessarabie, Bucovine)
fonda un parti nationaliste le préfet et la police locale, taxée de violence et et de la Bulgarie (Dobroudja), la stagnation
…............................................................................................. et conservateur, le Parti de corruption économique, la crise des années 1930 et ses
populaire, en 1922. Il exerça 5. Une autre raison, d’ordre privé, mais non
Chèques à l’ordre des Editions des Tuileries. une influence morale et prouvée, explique peut-être l’éloignement des conséquences, le chômage de nombreux
Editions des Tuileries, 19 avenue d’Italie, 75 013 Paris. politique certaine sur Ion deux hommes : le fils de Cuza aurait engrossé diplômés et de jeunes intellectuels, les dif-
Antonescu et Codreanu. la sœur de Codreanu, et refusé de l’épouser. 6. Comme Codreanu lui-même.
N°3311 — DU 27 DÉCEMBRE 2017 AU 9 JANVIER 2018 — RIVAROL 15

de Dieu et martyr
losophie, Horia Sima (1907-1993) n’a loureux. Corneliu Codreanu était fait pour
pas le charisme du Căpitanul. De plus, le vivre, souffrir et mourir pour ses convictions,
parti, contraint à la clandestinité, n’a plus pour Dieu et la gloire de la nation roumaine.
de liberté d’action. Faute de pouvoir faire Déconcertant mouvement que sa Garde
ficultés des classes moyennes, campagne pour ses idées, il se réfugie dans de Fer. Sa discipline, son organisation pa-
l’antisémitisme chronique des l’action terroriste, et ce d’autant plus qu’il ramilitaire, l’uniforme de ses hommes,
nations d’Europe orientale. En entend venger son chef et ses militants. Le ses dénominations mêmes de Légion et de
Roumanie, comme ailleurs, la 21 septembre, un commando de neuf lé- Garde de Fer, ses affrontements violents
démocratie parlementaire est gionnaires, menés par le jeune avocat Miti avec ses ennemis, sa volonté de façonner
vilipendée, et le fascisme (lato Dumitrescu, abat le Premier ministre, Ar- un « homme nouveau » héroïque, la véhé-
sensu) paraît offrir une solution mand Călinescu, qui avait été à l’origine de mence des discours de Codreanu, évoquent
aux problèmes de l’heure, et l’assassinat de Codreanu et de ses compa- irrésistiblement le parti national-socialiste et
satisfaire les aspirations natio- gnons. Une nouvelle vague de répression ses SA. Mais, répétons-le, ce n’est là qu’une
nales et sociales. frappe alors la Garde de Fer. Dès le lende- apparence trompeuse. La Garde de Fer, nous
Chef charismatique, intelligent main du meurtre de Călinescu, Dumitrescu l’avons dit, est un mouvement chrétien, et la
et énergique, Codreanu est assisté et ses camarades sont abattus après avoir été religion siège au cœur de sa conception de
de fidèles lieutenants : Gheorghe longuement torturés ; le même jour, Gheor- la patrie, du peuple roumain, de la civilisa-
Clime (1889-1939), ingénieur ghe Clime, un des lieutenants de Codreanu, tion européenne, et de l’homme lui-même,
des eaux et forêts, Ion Mota D.R. est exécuté à son tour. caractéristique qui l’oppose au national-so-
(1902-1937), jeune juriste et édi- cialisme, empreint, pour une part au moins,
teur, Radu Mironovici, Nicolae Totu, Corne- acquitté. Son prestige s’en trouve accru. Il ETÉ 1940 : UN PÉRIL de paganisme nietzschéisant. Codreanu a
liu Georgescu, Horia Sima, entre autres, sans excède d’ailleurs les frontières roumaines  : vécu en prophète, en combattant de la foi, en
parler de son père, Ion Zelea, qui partage ses Codreanu est très connu à l’étranger ; et s’il a NATIONAL PROFITABLE moine-soldat, et a fini en martyr, destin qu’il
convictions. des détracteurs, il ne manque pas non plus de À LA GARDE DE FER acceptait pleinement et ressentait comme
laudateurs, tels les frères Jérôme et Jean Tha- une vocation depuis sa prime jeunesse. Et
LA GARDE DE FER ET LE raud, qui lui consacreront un livre paru après Pourtant, les choses changent. L’été 1940 est ce fut également le cas de la plupart de ses
PARTI NATIONAL-SOCIALISTE sa mort : L’Envoyé de l’Archange (1939). particulièrement dramatique pour la Rouma- hommes. Ses rapports avec l’Eglise ortho-
Mais la Garde de Fer ne connaît pas moins nie : le 26 juin, elle rétrocède, sous la menace, doxe roumaine furent toujours excellents. De
ALLEMAND une crise grave. Tout d’abord, le meurtre de la Bessarabie (annexée en 1918) à l’URSS ; ce point de vue, il diffère nettement d’Hitler,
Duca, la destruction de nombreux magasins le 30 août, sous la pression allemande, elle se de Röhm, ou de Gœbbels, pour ne rien dire
Très vite, les effectifs de la Légion s’étoffent, juifs et de locaux d’adversaires politiques, les voit obligée de céder le nord de la Transylva- de Gœring, Himmler, Bormann ou Kerrl,
et le parti multiplie les meetings, les défilés, violences perpétrées contre ceux-ci, heurtent nie à la Hongrie (arbitrage de Vienne) ; en- tous adeptes d’une vision du monde moins
les conférences, les actions de prosélytisme en de nombreux Roumains (10). De plus, le parti fin, le 7 septembre, elle devra abandonner la cléricale, et dont les rapports avec les Eglises
milieu rural et auprès du clergé. connaît des dissensions. Codreanu est contes- Dobroudja du sud à la Bulgarie. Devant des (protestantes et catholique) furent ambigus,
Les légionnaires se signalent par la violence té par certains légionnaires, qui se regroupent pays hostiles qui concourent à l’amputation tendus, et potentiellement conflictuels.
de leurs actions contre leurs adversaires et les autour de Mihai Stelescu, un de ses lieutenants, de son pays, le roi Carol II se sent obligé de La Garde de Fer présente-t-elle plus d’ana-
Juifs, ce qui les fait ressembler, aux yeux d’une devenu son rival (11). Stelescu meurt assassiné resserrer l’unité de la nation pour faire face au logies avec le fascisme italien ? Non, car ce
partie de la population et des observateurs le 16 juillet 1936. Mais le parti est désormais péril. Il décide donc de mettre un terme à son dernier ne mit jamais la religion au centre de
étrangers, aux SA allemands. La Garde de Fer déconsidéré et divisé. Une refondation s’im- offensive contre la Garde de Fer, et même de son idéologie, et sa vision de l’homme et de la
se voit assimilée à un parti nazi roumain, ce pose. Codreanu crée alors un parti semblable l’intégrer au gouvernement. A l’issue de né- société n’était pas d’abord chrétienne. Dans le
qui est abusif. En effet, au plan doctrinal, elle aux autres, dans ses structures comme dans gociations difficiles, Horia Sima et deux de fascisme, le catholicisme est une composante
est fondamentalement chrétienne, et exempte son action, Tout pour le Pays (Totul pentru ses adjoints entrent dans le ministère Gigurtu, importante de la civilisation, mais n’en est pas
des tendances néo-païennes et nietzschéennes Tăra), d’allure plus classique que la Garde formé le 4 juillet 1940. Ils en sortent d’ailleurs la seule, ni même la principale. Le fascisme
de certains courants du nazisme. Codreanu de Fer. Et il recherche des alliances. Le 25 quatre jours plus tard, ce qui révèle l’extrême trouve d’autres références historiques, dans
(ou le légionnaire de base) ne crée pas ses novembre 1937, il conclut, avec Iuliu Ma- fragilité de cet accord. la Rome antique, ou encore dans l’Italie de
propres valeurs ; il adhère de toute son âme niu (trois fois Premier ministre entre 1928 et la Renaissance ; et son culte de la force et de
à la morale chrétienne, et se pose en soldat de 1932), chef du parti national paysan, l’Union LA GARDE DE FER SOUS l’héroïsme est plutôt païen. De plus, le fas-
Dieu et de la civilisation chrétienne ; il est un agraire, et certains nationaux libéraux, un cisme s’est également voulu révolutionnaire
véritable moine-soldat. L’homme nouveau « pacte de négociation électorale », par lequel ANTONESCU : DE LA PARTICIPA- et socialiste (avec des éclipses et des évolu-
souhaité par Codreanu n’est pas le surhomme les partenaires s’accordent pour empêcher le TION À LA RÉBELLION tions, certes), ce qui n’a jamais été le cas de
de Nietzsche, ni le nazi théorique. roi Carol II, leur ennemi commun, de trou- Codreanu et de son mouvement. A vrai dire,
D’autre part, elle se veut le défenseur de la ver une majorité parlementaire à la suite des Le 6 septembre, la Garde de Fer se rallie au Codreanu n’a jamais eu une conception per-
romanité, de la latinité, ce qui l’oppose au législatives du 20 décembre. Celles-ci sont gouvernement du maréchal Antonescu, dont sonnelle et précise de l’ordre social. Certes,
germanisme affirmé du nazisme. Enfin, elle un succès pour Tout pour le Pays, qui, avec Horia Sima devient le vice-Premier ministre. il voyait dans la paysannerie le substrat du
défend les intérêts géopolitiques de la Rouma- 15,5 % des voix fait une entrée remarquée à la En un premier temps, elle impose une partie peuple roumain, de la nation roumaine. Mais
nie, opposés à ceux de l’Allemagne. Toutes Chambre, et devient la troisième force parle- de ses vues au maréchal, et l’amène à instaurer les classes sociales n’étaient pas, à son esprit,
ces caractéristiques auront pour conséquence mentaire derrière les partis national libéral et un « Etat légionnaire ». Elle règle ses comptes des réalités primordiales, s’imposant à toute
qu’elle suscitera une certaine défiance de la national paysan. avec ses ennemis : ainsi, le 27 novembre, elle théorie politique. A ses yeux, l’âme, l’esprit,
part du Reich hitlérien, et qu’elle ne bénéfi- Ce choix stratégique va se révéler une fu- fait assassiner Nicolae Iorga, éminent histo- prévalait absolument, en l’individu, sur la
ciera de l’aide financière allemande que tardi- neste erreur. Bloqué par une Chambre hostile, rien et ancien Premier ministre (12). Mais, très condition sociale ; celle-ci n’imposait pas un
vement, à partir de 1939, et pour des raisons le roi passe en force et instaure sa dictature (10 vite, le torchon brûle entre elle et le nouveau déterminisme implacable à l’homme, et ne
purement stratégiques. février 1938). Son homme fort est Armand maître du pays (13). Antonescu reste un notable décidait donc pas de sa pensée, de ses idées,
Codreanu est élu député du judet (7) de Neamt Călinescu, dont il fera son Premier ministre modéré qui n’aspire à rien d’autre qu’à sauver de ses sentiments, de son comportement. En
en 1931, puis du district de Tutova en 1932. en 1939. ce qui peut être sauvé et à s’allier pragmati- cela encore, Codreanu était absolument spiri-
quement à l’Allemagne. Horia Sima et ses tualiste et donc étranger à toute vision maté-
LA GUERRE CONTRE L’ÉTAT LE MARTYRE hommes, eux, déplorent l’absence de doctrine rialiste de l’homme, de la société et de l’his-
du maréchal (14). D’autre part, nationalistes toire. Le social, au sens où nous l’entendons
Désormais, il inquiète sérieusement les Călinescu dissout le parti et fait arrêter Co- fiers et indomptables, ils supportent mal les aujourd’hui, lui était à ce point étranger qu’il
dirigeants roumains. Entre eux et lui, va se dreanu et 44 de ses compagnons. Au terme mutilations de leur pays et la trop grande do- n’imagina pas, au contraire de tous les grands
dérouler une guerre sans merci. Le 10 dé- d’un procès inique (lui-même et ses avocats cilité d’Antonescu à l’égard de Hitler. Aussi, représentants de droite nationale d’Europe,
cembre 1933, Ion Duca, Premier ministre, ne pourront s’exprimer librement), Codreanu tentent-ils un coup d’Etat, qui échoue (l’armée une troisième voie entre capitalisme libéral
ordonne l’arrestation d’un grand nombre de est condamné à dix ans de prison pour sédi- demeurant fidèle à Antonescu), le 24 janvier et socialisme, capable d’apporter à la ques-
candidats “légionnaires” aux élections légis- tion. Le 30 novembre 1938, il sera exécuté 1941. Dès lors, dispersée, désorganisée, la tion sociale une résolution compatible avec
latives, craignant une percée parlementaire de avec 13 de ses fidèles dans une forêt, près de Garde de Fer cesse pratiquement d’exister (15). l’efficacité économique et les exigences de la
la Garde de Fer. Celle-ci le fait assassiner le Jilava. Etranglés avec une corde, ils seront grandeur du pays. Par là, il se distingue même
29 du même mois. Gheorghe Tătărescu, suc- ensuite, post mortem, criblés de balles, et les UNE IRRÉDUCTIBLE de ceux d’entre eux en la pensée desquels la
cesseur de Duca (8), dissout le parti, et ordonne autorités affirmeront qu’ils ont été abattus au vision religieuse de l’homme occupait une
l’arrestation de Codreanu. L’accusation pe- cours d’une tentative d’évasion. ORIGINALITÉ place centrale, tels l’Etat chrétien corporatif
sant sur ce dernier est lourde ; mais, à cette Fascinant personnage que Corneliu Co- de Dollfuss, la Phalange de J.A. Primo de
date (1934), il a su trouver des appuis dans les VENGEANCE dreanu. De tous les leaders de la mouvance Rivera, le national-catholicisme espagnol,
autres partis, que pourtant il fustige constam- fasciste de l’entre-deux-guerres, il fut le plus puis le franquisme, ou encore l’Estado novo
ment. Lors de son procès, de hautes personna- ET REPRÉSAILLES héroïque, de par les innombrables fois où il salazarien, ou le rexisme de Degrelle. Mais
lités témoignent en sa faveur, comme témoins Ion Mota tué en Espagne dans les rangs paya de sa personne, les emprisonnements il est vrai, que, quoique chrétiens convain-
de moralité (tout en restant ses adversaires) : franquistes (janvier 1937), Gheorghe Clime qu’il subit, les nombreux procès qu’il es- cus, Salazar, Primo de Rivera, Franco, Deg-
Alexandru Vaida Voevod, Constantin Ar- emprisonné, le successeur de Codreanu suya, et son assassinat lâche, ignoble et dou- relle, n’étaient pas des mystiques (Dollfuss,
getoianu, Gheorghe Brătianu (9). Aussi est-il sera Horia Sima. Jeune professeur de phi- lui, l’était dans une certaine mesure) comme
12. Au total, la Garde de Fer aura assassiné trois le chef de la Légion de l’Archange Michel.
7. Equivalent roumain de notre département. 1939. Gheorghe Brătianu (1898-1953), issu Premiers ministres : Ion Duca (29 décembre Codreanu concevait idéalement la Rouma-
8. Après un intérim Angelescu (29 décembre d’une grande famille de dirigeants politiques, 1933), Armand Călinescu (21 septembre 1939), nie comme une grande armée de combattants
1933-3 janvier 1934). était une personnalité du parti national libéral. et Nicolae Iorga (27 novembre 1940). unis par la plus fervente des fois, et défendant
9. Alexandru Vaida Voevod (1872-1950), 10. De plus, d’éminents intellectuels reconnus 13. Carol II a abdiqué le 6 septembre, et est celles-ci et la patrie indissolublement unies
national paysan, fut plusieurs fois ministre et prennent publiquement position contre la parti pour l’exil.
trois fois Premier ministre (décembre 1919- Légion, tels Nicolae Iorga (également homme 14. Et cependant, durant les années 1930, (il ignorait la notion même de laïcité). Et la
mars 1920, juin-octobre 1932, et janvier- d’Etat), Tudor Arghezi, et Mihail Sadoveanu. Antonescu et Codreanu avaient entretenu de Légion était l’élite de cette armée-nation rou-
novembre 1933). Constantin Argetoianu (1871- 11. Encouragé par Carol II et certains cordiaux rapports. maine. En définitive, Codreanu fut un un croi-
1955), de l’Union agraire, exerça également ministres, soucieux de torpiller la Garde de 15. Horia Sima se réfugia successivement en sé égaré au XXe siècle.
différentes fonctions ministérielles et fut Fer, il fonde son propre mouvement, Cruciada Allemagne, en Italie, puis en Espagne, où il
Premier ministre de septembre à novembre romănismului (Croisade roumaine). mourut en 1993. Paul-André DELORME.